Navigation – Plan du site
Aspects des études allemandes en Chine

La réception de Leo Strauss en Chine. Deux straussiens chinois, entre tentation théologique et critique du politique

Hengying Rong
p. 191-206

Résumés

L’existence en Chine, dans les années 2000, du phénomène de la « passion pour Leo Strauss » suscite un certain étonnement. La présente étude adopte une approche anthropologique, étant donné que ce phénomène de réception est caractérisé par la domination de deux personnages-clés. Nous allons examiner de près dans un premier temps l’itinéraire particulier de chacun des deux « passeurs » chinois de la pensée de Strauss : Liu Xiaofeng 刘小枫 et Gan Yang 甘阳. Seuls leur expérience vécue, et le contexte historique qui est le leur, donnent du sens à cette rencontre très singulière. Nous discuterons dans un deuxième temps de quelques traductions problématiques dans cette réception de Strauss dans la langue chinoise ; dans un troisième temps, nous allons parcourir les trois axes de débats autour de cette réception.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2022.

Plan

I. Deux Straussiens d’importance : Liu Xiaofeng et Gan Yang
Temporalité comprimée de la réception
Portrait intellectuel de Liu Xiaofeng : « chrétien culturel », « le problème chinois », « tension entre foi et raison » – le lecteur de Strauss allemand
Portrait intellectuel de Gan Yang : « intellectuel public », tension entre philosophie et politique, la complexité du libéralisme – lecteur de Strauss aux USA
II. Les ambiguïtés dans la traduction
III. Aperçu sur trois axes de débat : les classiques, la philosophie politique et la religion, la politique

Aperçu du texte

La présente étude est partie d’un phénomène propre à l’histoire intellectuelle récente en Chine : l’existence, dans les années 2000, de ce qu’on a appelé la « passion pour Leo Strauss » (Shitelaosi re 施特劳斯热). Ce phénomène suscite un certain étonnement, étant donné la distance qui semble séparer le contexte historique d’un penseur comme Strauss et la conjoncture actuelle de la Chine. Pourtant, on doit y reconnaitre des enjeux qui vont bien au-delà d’un phénomène de mode.

Ce travail a présenté beaucoup de difficultés. Il fallait d’abord éviter deux écueils. Le premier était de ne pas se lancer dans une recherche sur la pensée philosophique de Strauss lui-même. Il n’était pas possible de se demander, dans le cadre de cet article, dans quelle mesure les lecteurs chinois avaient « bien » ou « mal » interprété ce qui serait la « vraie » pensée de Strauss. Le second écueil était, au contraire, de ne retenir de ce phénomène que son aspect le plus superficiel, en réduisant l’étude à une série...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hengying Rong, « La réception de Leo Strauss en Chine. Deux straussiens chinois, entre tentation théologique et critique du politique », Revue germanique internationale, 29 | 2019, 191-206.

Référence électronique

Hengying Rong, « La réception de Leo Strauss en Chine. Deux straussiens chinois, entre tentation théologique et critique du politique », Revue germanique internationale [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 15 mai 2022, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2212 ; DOI : 10.4000/rgi.2212

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals