Navigation – Plan du site

Entre savoirs partagés et savoirs rivaux : l’influence allemande sur la psychiatrie de guerre en France (1870-1919)

Zwischen geteiltem und konkurrierendem Wissen: der deutsche Einfluss auf die Militärpsychiatrie in Frankreich (1870-1919)
Between shared and concurrent knowledge: German Influence on French Military Psychiatry (1870-1919)
Marie Derrien
p. 11-23

Résumés

Cet article s’intéresse à la circulation des idées et des savoirs entre la France et l’Allemagne dans le champ de la psychiatrie militaire. Entre 1870 et 1914, les pionniers de la psychiatrie militaire ont pris appui sur l’exemple allemand pour convaincre les autorités françaises de mettre en place une assistance psychiatrique aux armées. Or, à partir de 1914 et jusqu’à la fin du conflit, la guerre semble totalement suspendre les échanges dans l’espace franco-allemand. Refusant désormais de se référer aux connaissances ou aux méthodes de l’ennemi, les médecins français entendent bien démontrer qu’ils ne doivent rien à la science allemande. Il faut cependant distinguer les discours et la pratique : contrairement à ce qu’ils affirment volontiers, les psychiatres français sont désireux de savoir ce qui se fait outre-Rhin et tentent donc, par différents moyens, d’obtenir des informations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le programme du congrès peut être consulté à l’adresse suivante : http://www.wpaberlin2017.com/ (de (...)
  • 2 Voir, par exemple, Renaud Payre, Martine Kaluszynski (dir.), Savoirs de gouvernement, Circulations, (...)
  • 3 Les travaux d’historiens consacrés à la santé mentale dans l’armée ont jusqu’à présent adopté un ca (...)

1En octobre 2017, l’Association mondiale de psychiatrie (AMP) a tenu à Berlin son 27congrès. La psychiatrie de guerre figurait en bonne place au programme de cette grande manifestation : outre les présentations des praticiens réunis dans une session consacrée aux enseignements de la psychiatrie militaire, les participants au congrès pouvaient assister à la conférence donnée par Simon Wessely sur le Shell Shock1. L’attention prêtée par l’AMP à ces questions n’est pas nouvelle. Dotée d’une section dédiée à la psychiatrie militaire, l’Association a en effet contribué à partir des années 1960 à relancer une coopération scientifique dont les origines remontent en fait au dernier tiers du xixe siècle. En effet, l’essor de l’assistance psychiatrique dans l’armée s’est, depuis les origines, appuyé sur la circulation des idées et des savoirs. Les aliénistes qui, dans leurs pays respectifs, cherchent dès les années 1870 à s’imposer dans le monde militaire, misent déjà sur une internationalisation des débats pour conquérir la légitimité qui leur fait défaut. Cette stratégie, adaptée à la même époque dans bien d’autres domaines2, mériterait d’être étudiée dans le détail en croisant les sources produites dans différents pays3. Loin de prétendre faire le tour du sujet, cet article souhaite donner un aperçu des questions soulevées par ce processus d’internationalisation : prenant appui sur la littérature psychiatrique produite entre 1870 et 1919, il s’intéresse au rôle de la circulation des savoirs et des idées venus d’Allemagne dans la définition et la structuration de la psychiatrie militaire française.

  • 4 Le rapport élogieux de Paul Sérieux sur les établissements pour aliénés allemands en témoigne : L’A (...)

2Parmi tous les médecins que les aliénistes français sont amenés à fréquenter dans des congrès internationaux, à lire ou encore à traduire, leurs homologues allemands tiennent à la fin du xixe siècle une place particulière. La psychiatrie allemande, qui jouit à l’époque d’une réputation d’excellence4, constitue à la fois un modèle à imiter et une concurrente redoutée, tout particulièrement dans le domaine militaire où les échanges sont révélateurs d’une tension permanente entre nationalisme et internationalisme. Pour les aliénistes allemands comme français, l’objectif est de garantir à leur armée la réalisation d’un recrutement aussi efficace que possible. Les discussions entre spécialistes sont donc chargées d’enjeux stratégiques de plus en plus évidents à mesure que les tensions avec l’Allemagne s’accentuent. En août 1914, le déclenchement de la guerre clarifie la situation en provoquant la rupture officielle des relations entre psychiatres allemands et français. Dès lors, il n’est plus question de débattre publiquement avec des collègues d’une nation ennemie et les médecins français mettent un point d’honneur à démontrer qu’ils ne doivent rien à la science allemande. À première vue, la guerre désorganise donc profondément les réseaux savants et semble entraîner la fin de la circulation des savoirs psychiatriques dans l’espace franco-allemand. On peut néanmoins nuancer ce constat en montrant comment certains liens sont maintenus. En effet, les psychiatres français, contrairement à ce qu’ils affirment parfois, entendent bien savoir ce qui se fait outre-Rhin et, à cette fin, tentent par différents moyens d’obtenir des informations.

Le rôle de la circulation des savoirs et des pratiques dans l’émergence de la psychiatrie militaire en France

  • 5 Ludger Lunier, De l’influence des grandes commotions politiques et sociales sur le développement de (...)
  • 6 Annie Crépin, Histoire de la conscription, Paris, Gallimard, 2009.
  • 7 « Instruction sur l’aptitude physique au service militaire », Bulletin officiel du Ministère de la (...)

3En France, la psychiatrie militaire prend son essor au lendemain de la guerre de 1870-1871. Attribuant la débâcle à la mauvaise organisation du service de santé militaire, les médecins français s’emploient alors à imposer une meilleure hygiène dans l’armée. La participation des psychiatres à cette grande entreprise reste d’abord limitée. Occupant une position très marginale au sein de l’armée, ils sont par ailleurs divisés comme l’attestent les rares travaux consacrés à la santé mentale des soldats : tandis que certains considèrent que la guerre n’a pas provoqué une augmentation du nombre d’aliénés parmi les conscrits, d’autres affirment le contraire sans toutefois formuler de proposition concrète pour améliorer la situation5. Ainsi, ce n’est pas tant la défaite en elle-même que l’une de ses conséquences – la généralisation progressive du service militaire à l’ensemble de la nation – qui conduit les aliénistes à porter une attention toute particulière à l’armée6. Dès 1872, il est en effet mis fin au remplacement qui permettait aux jeunes hommes de se soustraire à leurs obligations en rémunérant quelqu’un pour se substituer à eux. Puis, en 1889, les exemptions accordées aux ecclésiastiques, aux soutiens de famille, aux instituteurs et aux étudiants sont supprimées, tous devant désormais accomplir un service d’au moins un an. Enfin, en 1905, le système du tirage au sort disparaît à son tour. À compter de cette date, tous les hommes âgés de 20 ans sont tenus d’effectuer un service militaire. Tous ne sont pourtant pas « bons pour le service » et l’armée doit, tout en élargissant son périmètre de recrutement, renforcer les critères de sélection des conscrits. Pour ce faire, les instructions ministérielles soulignent la nécessité d’éviter l’incorporation d’hommes dont l’état de santé est douteux et établissent une liste des maladies et des infirmités incompatibles avec le service. On trouve l’aliénation mentale, l’épilepsie, la paralysie générale ou encore l’idiotie parmi les pathologies mentionnées7.

  • 8 Jan Goldstein, Console and classify. The French psychiatric profession in the nineteenth century, C (...)
  • 9 Adrien Granjux, « La prévention des maladies nerveuses et mentales dans l’armée », Congrès des méde (...)
  • 10 Ewald Stier a été formé à l’académie de médecine militaire Kaiser Wilhem et y a enseigné. À partir (...)
  • 11 Ewald Stier, « Ueber Geisteskrankheiten im Heere », Allegemeine Zeitschrift für Psychiatrie 59, 190 (...)
  • 12 Ibid., « L’importance de la psychiatrie pour le médecin militaire », Le Caducée, 26 septembre 1903, (...)
  • 13 Ibid., « Neuere psychiatrische Arbeiten und Tatsachen aus außerdeutschen Heeren », Deutsche militär (...)
  • 14 Adrien Granjux, « L’aliénation mentale dans l’armée du point de vue clinique et médico-légal », Con (...)

4Prenant appui sur ces instructions, les aliénistes, qui dans le dernier tiers du xixe siècle forment une profession organisée et entendent exercer leurs fonctions par-delà les murs des asiles8, revendiquent un rôle prophylactique dans l’armée. Leurs tentatives pour s’imposer dans le milieu militaire sont cependant mal acceptées tant il paraît inconcevable pour le Service de santé, le ministère de la Guerre, l’État-major mais aussi l’opinion qu’il puisse y avoir des aliénés dans l’armée. L’intervention de psychiatres auprès des conscrits est la plupart du temps perçue comme parfaitement inutile : si certains sont bel et bien fous, ils seront immédiatement repérés et réformés, sans que l’expertise d’un spécialiste soit nécessaire. Pour lutter contre ce préjugé tenace, les aliénistes multiplient donc les recherches sur le milieu militaire dont ils rendent compte dans de nombreux articles et lors d’interventions publiques. La psychiatrie militaire fait ainsi l’objet de communications de plus en plus fréquentes lors des congrès réunissant les aliénistes et neurologistes français. En 1905, le médecin-major Adrien Granjux présente une communication remarquée sur la question de la folie dans l’armée et dresse un état des lieux des connaissances disponibles sur le sujet9. Quatre ans plus tard, la psychiatrie militaire fait l’objet d’un rapport et de nombreuses discussions. Lors de ces interventions et des discussions qui leur font suite, les psychiatres comparent la situation française à celle des pays voisins, tout particulièrement à celle de l’Allemagne qui constitue à leurs yeux le modèle à suivre. Les travaux les plus fréquemment cités sont ceux d’Ewald Stier dont le rôle capital dans le développement de la psychiatrie militaire allemande a été souligné par Martin Lengwiller10. Stier est l’auteur de nombreux articles sur la santé mentale dans l’armée11 et fait paraître dès 1903 un résumé de son travail dans Le Caducée, journal français de médecine militaire, sans doute à l’invitation du rédacteur en chef de la revue, Adrien Granjux12. Puis, en 1907, le psychiatre allemand entreprend de rassembler les recherches sur la psychiatrie militaire publiées dans divers pays (Angleterre, États-Unis, Italie, Belgique, Portugal, Espagne, Hollande, Danemark et Norvège) et en livre des comptes rendus dans la revue Deutsche militärärztliche Zeitschrift13. Si ses travaux retiennent tant l’attention, c’est que ses conclusions interpellent tout particulièrement les médecins français. Il considère en effet, chiffres à l’appui, que son pays est le moins touché par l’aliénation mentale dans l’armée. Comme le rappelle Granjux à ses collègues lors du congrès à Nantes en 1909, Stier assure que « proportionnellement [le nombre des aliénés] est un peu moindre dans l’armée allemande »14.

  • 15 XIXesession tenue à Nantes du 2 au 7 août 1909. Compte rendu, Nantes, Imprimerie Dugas et Cie, 1910 (...)

5À plusieurs reprises, Stier saisit lui-même l’occasion de répéter cette affirmation devant ses homologues français. Entre 1900 et 1914, les rencontres internationales prennent en effet un essor inédit. Outre le congrès international des aliénistes et psychologues, créé en 1867 à l’initiative des médecins français avec le soutien de leurs collègues allemands, britanniques et américains, un congrès international de l’assistance aux aliénés est mis sur pied à partir de 1902. Ces grandes réunions, qui se déroulent chaque année dans un pays différent, permettent aux aliénistes de nouer des relations, de partager leurs savoirs et de faire connaître leurs pratiques. En 1910, lors du congrès d’assistance aux aliénés organisé à Berlin, une session entière est consacrée à la psychiatrie militaire. Les meilleurs spécialistes français sont présents, dont Emmanuel Régis, considéré comme le premier psychiatre à s’être imposé dans le milieu militaire en France. Florentin Pactet, médecin-chef à l’asile de Villejuif, présente ses recommandations concernant la réforme des conscrits atteints de maladies mentales. Ewald Stier intervient quant à lui sur les mesures prises dans l’empire allemand pour traiter les soldats aliénés. Le médecin autrichien Frantz Apt, en charge de la subdivision des malades aliénés et névropathes d’un hôpital militaire, expose les résultats de sa pratique15.

  • 16 Voir Robert Fox, Science without frontiers. Cosmopolitanism and national interests in the world of (...)
  • 17 Congrès des médecins aliénistes et neurologistes de France et des pays de langue française : XIXe s (...)
  • 18 Adrien Granjux, « L’aliénation mentale dans l’armée », p. 104.

6On peut s’étonner de voir ces médecins échanger aussi ouvertement des informations à une époque où le contexte politique et diplomatique est déjà tendu. Rappelons que la France et la Grande-Bretagne d’une part, l’Allemagne et l’Autriche d’autre part, ont conclu des alliances antagonistes. Pourtant, les psychiatres qui participent aux congrès internationaux, comme la grande majorité des scientifiques16, continuent de mettre en commun leurs savoirs. À Nantes, en 1909, Emmanuel Régis propose même que la formation des psychiatres militaires français soit complétée par « des stages spéciaux » accomplis à l’étranger, reprenant là une idée du ministre de la guerre en Hollande, qui envisage d’envoyer des officiers de santé s’instruire dans son service à Bordeaux ou dans celui du professeur Theodor Ziehen à Berlin. Le projet de Régis n’est toutefois pas désintéressé : comme il l’explique à ses collègues, les Français n’auront, grâce à ces stages, « plus rien alors à envier à personne » en matière de psychiatrie militaire17. Régis et la plupart de ses collègues estiment en effet que la France s’est « laissé[e] dépasser », notamment par l’Allemagne, et le signalent à maintes reprises aux autorités publiques, appelées à agir pour rattraper leur retard. Ainsi, au congrès de Nantes, Adrien Granjux ne manque pas de souligner, en présence du professeur Jules Simonin, représentant du ministère de la Guerre, qu’en Allemagne « les directeurs d’établissements de cure dépendants de l’Etat ou soumis à sa surveillance ont l’obligation de […] signaler au recrutement tous les malades soumis au service militaire »18.

7Granjux, comme Régis, souhaite que le ministère de la Guerre prenne modèle sur son voisin allemand et, s’il n’affirme jamais que l’avance prise outre-Rhin puisse constituer une menace, d’autres médecins n’hésitent pas à le signifier clairement. C’est le cas de Jacques Roubinovitch qui, dans un article publié dans le journal à grand tirage Le Matin, dresse ce constat alarmant :

  • 19 Jacques Roubinovitch, « Les aliénés dans notre armée », Le Matin, 10 août 1909.

L’Allemagne, plus attentive que nous à la qualité intellectuelle de ses recrues, mieux outillée pour les sélectionner, ne compte que 3 aliénés pour 10 000 militaires. Chez notre allié la Russie il y avait pendant la guerre de Mandchourie 20 cas de folie sur le même nombre de combattants19.

  • 20 Jules Simonin, « L’enquête mentale, prélude du recrutement. Son organisation en France et à l’étran (...)

8Sensible aux arguments des médecins, le professeur Simonin rend compte à sa hiérarchie des informations qui lui sont délivrées. Pour preuve, des notes conservées parmi les archives de la 7e direction, chargée du service de santé militaire, récapitulent toutes les dispositions prises à l’étranger pour empêcher les individus atteints de tares mentales de rejoindre les rangs de l’armée. Il y est notamment précisé que « tous les médecins militaires allemands ont été astreints à un stage de maladies mentales ». La traduction en français d’un ouvrage publié en 1910 par le docteur Apt figure dans la même liasse d’archives. Ces documents attestent de l’importance des congrès internationaux au cours desquels les psychiatres français se renseignent sur les pratiques de leurs homologues étrangers. C’est grâce à ces informations que Jules Simonin peut, devant la Société de médecine militaire, affirmer que « l’état mental du citoyen allemand est l’objet d’une surveillance constante de la part des autorités civiles et militaires, avant et pendant toute la durée de son service »20.

  • 21 Circulaire du ministère de l’Intérieur en date du 29 janvier 1913, citée par Jules Simonin, « Les d (...)

9Il faut néanmoins attendre 1913 pour que le ministère de la Guerre, parvenant à surmonter les réticences du commandement, prenne des mesures. L’État-major, convaincu que le nombre sera décisif en cas de conflit, redoute qu’un renforcement de la sélection au moment de l’incorporation provoque une fonte des effectifs. Il faut donc bien des compromis pour qu’une instruction soit finalement publiée. Ce texte invite les médecins militaires à examiner attentivement les conscrits à la recherche de stigmates corporels susceptibles de traduire un déséquilibre, un retard psychique ou des troubles du comportement. Le ministre annonce par ailleurs la formation d’experts spécialistes en psychiatrie. Enfin, après négociation avec son collègue de l’Intérieur, il obtient la rédaction d’une circulaire destinée aux préfets : ceux-ci devront désormais transmettre tous les ans aux autorités un état répertoriant les internés en âge d’accomplir leur service militaire21. À la veille de la guerre, la France s’est donc alignée sur l’Allemagne.

La Grande Guerre de la psychiatrie française : rejet de l’influence allemande et promotion d’un savoir national

  • 22 François Jacob, « La guerre de 1914 et les “Annales médico-psychologiques” », Recherches contempora (...)
  • 23 Victor Parant, « Retour à la psychiatrie française », Annales médico-psychologiques 6, 1914, p. 404
  • 24 Ibid.
  • 25 Anne Rasmussen, « La “science française” dans la guerre des manifestes, 1914-1918 », Mots. Les lang (...)

10Après avoir appelé des années durant leur gouvernement à imiter le modèle allemand, le discours des psychiatres français change rapidement à partir d’août 1914. Dès le début du conflit, ces derniers rompent officiellement les relations avec leurs collègues et les congrès internationaux sont annulés. La Société médico-psychologique, qui met un point d’honneur à annuler le voyage qu’elle avait prévu en Allemagne, décide en outre d’exclure tous ses membres étrangers issus des pays de la Triple alliance22. Mobilisés dans leurs armées respectives, les psychiatres doivent cesser toute collaboration avec ceux qui sont devenus des ennemis. C’est le cas d’Auguste Marie, médecin à l’asile de Villejuif et grande figure de la psychiatrie française au début du xxe siècle, et de Julius Wagner-Jauregg, célèbre psychiatre autrichien, dont les relations, nouées à l’occasion de congrès internationaux en 1908 et 1909, cessent temporairement durant la guerre. À peine trois ans avant l’éclatement du conflit, Marie publiait dans un Traité international de psychologie pathologique les contributions de spécialistes allemands et autrichiens avec pour ambition de contribuer à établir une classification commune à plusieurs pays. Non seulement une telle mise en commun des savoirs est exclue à partir de 1914 mais elle est désormais considérée comme un aveu de faiblesse inacceptable pour les psychiatres français. « La science des maladies mentales s’est, à la manière de bien d’autres branches du savoir humain, mise à la remorque de l’influence allemande », déplore Victor Parant dans une chronique intitulée « Le retour à la psychiatrie française » parue dans les Annales médico-psychologiques quelques mois après le début du conflit23. À cette époque, les attaques contre la psychiatrie allemande, accusée de semer « l’anarchie partout, dans les mots comme dans les idées »24, se multiplient dans la presse spécialisée. Les psychiatres participent ainsi pleinement à la guerre que se livrent les scientifiques25. Dans son journal, Antony Rodiet, médecin-chef de la colonie d’aliénés de Dun-sur-Auron, évoque d’ailleurs la parution en octobre 1914 de l’« Appel des 93 », texte dans lequel des intellectuels allemands répondaient aux accusations de barbarie proférées contre leur armée :

  • 26 Antony Rodiet, L’assistance familiale aux aliénés pendant la guerre, manuscrit présenté pour le pri (...)

Dans L’Écho de Paris, hier, j’ai lu l’article de Maurice Barrès répondant au manifeste des intellectuels allemands. Dire que nous aussi, les aliénistes, nous avons suivi cet emballement pour les maîtres allemands et leurs idées. L’avons-nous assez prôné Kraepelin ! Nous a-t-on assez dit que par leurs cliniques, leurs méthodes, leur science, par tout ce qu’on voyait chez eux ils nous étaient supérieurs. Pour ma part je me suis toujours étonné que tant de collègues se faisaient gloire d’avoir voyagé en Allemagne et avaient admiré les asiles allemands et ne connaissaient et n’avaient jamais visité les asiles français. Avant de prendre des leçons chez les autres, peut-être aurait-il fallu mieux connaître nos propres ressources et ne pas se borner à comparer la clinique de Munich avec un établissement de province26.

  • 27 Sur cette traduction, voir la présentation de Jacques Postel et David F. Allen dans Emil Kraepelin,(...)
  • 28 Raoul Mourgue, « Jean-Pierre Falret et la psychopathologie générale », Société médico-psychologique (...)
  • 29 Société médico-psychologique, séance du 29 janvier 1917, Annales médico-psychologiques 8, 1917, p.  (...)

11Antony Rodiet désigne ici celui qui devient la principale cible des psychiatres français après 1914 : Emil Kraepelin, professeur de psychiatrie à Munich dont les travaux étaient, avant guerre, devenus une référence incontournable. Ses leçons parues en 1883 sous le titre Introduction à la psychiatrie clinique avaient été traduites en français par Albert Devaux et Prosper Merklen27, tous deux élèves du professeur Ernest Dupré, médecin de l’Infirmerie spéciale de la Préfecture de police de Paris et admirateur de Kraepelin. Comme lui, de nombreux médecins français se sont rendus à Heidelberg et à Munich pour rencontrer le professeur allemand. Une fois la guerre déclarée, ce sont au contraire les rares spécialistes à s’être opposés à Kraepelin qui sont encensés, à l’image d’Emmanuel Régis qui avait critiqué certains aspects de sa doctrine. Et, comme pour mieux rejeter l’influence des grands maîtres allemands, la psychiatrie française célèbre ses héros. Jules Falret fait ainsi l’objet d’une longue communication présentée à la Société médico-psychologique en 1917. Le choix de cet aliéniste n’est pas innocent. C’est l’occasion de rappeler qu’il a, le premier, défini la « folie circulaire », rebaptisée « psychose maniaque-dépressive » par Kraepelin28. C’est pourquoi le président de la société, Philippe Chaslin, ne manque pas d’affirmer que « la science allemande » doit tout à la psychiatrie française « puisque le point de départ de tous les travaux allemands provient de travaux français »29.

  • 30 Joseph Capgras, Paul Juquelier, Joseph Bonhomme, « La confusion mentale dans ses rapports avec les (...)
  • 31 Emmanuel Régis, Précis de psychiatrie, Paris, Octave Doin et Fils, 1914, p. 330.
  • 32 Sur ce point, je me permets de renvoyer à Marie Derrien, « La tête en capilotade ». Les soldats de (...)
  • 33 Emmanuel Régis, op. cit., p. 353.
  • 34 Bulletin de la Société clinique de médecine mentale, numéro spécial, décembre 1917, (p. 42-84).

12Le rejet de la nosographie allemande se manifeste ainsi par l’intérêt porté à certaines pathologies dont la description est attribuée à des médecins français. On observe nettement ce phénomène dans le cas de la confusion mentale, définie par Philippe Chaslin en 1892, et dont l’exemple permet de rappeler à quel point un diagnostic est une construction sociale dans laquelle interviennent des facteurs culturels et politiques. La confusion mentale occupe une place centrale dans les publications des psychiatres pendant la guerre. Elle fait d’ailleurs l’objet d’un long rapport présenté en juillet 1917 lors d’une réunion qui rassemble les membres de la Société de psychiatrie, de la Société médico-psychologique et de la Société clinique de médecine mentale30. Cette maladie est considérée comme un pur produit de la psychiatrie française, bien que longtemps oubliée par les aliénistes de l’Hexagone qui auraient laissé les Allemands se l’accaparer en l’important outre-Rhin sous le nom d’amentia. Selon Emmanuel Régis, la confusion mentale est « une psychose généralisée caractérisée par une torpeur, un engourdissement toxique de l’activité psychique supérieure poussée quelques fois jusqu’à la suspension, accompagné ou non d’un automatisme onirique délirant […] »31. La fréquence de ce diagnostic dans les certificats établis par les médecins d’asile au sujet des militaires internés entre 1914 et 1918 est remarquable et peut être mise en relation avec la promotion dont elle fait l’objet dans les Annales médico-psychologiques32. Il faut toutefois préciser que son succès ne s’explique sans doute pas uniquement par la volonté de privilégier une entité pathologique garantie d’origine française. En effet, sa propension à « s’associer avec toutes les démences et avec toutes les psychoses »33, soulignée par Régis, en fait un diagnostic particulièrement commode. Considérée tantôt comme un type clinique, tantôt comme un syndrome à la sémiologie très riche (les psychiatres parlent alors d’états confusionnels), la confusion mentale peut, de fait, s’appliquer à une grande variété de cas. Au fur et à mesure du conflit, cette labilité symptomatique suscite d’ailleurs de plus en plus de critiques34.

  • 35 Paul Lerner, op. cit., p. 89-123.
  • 36 Joseph Babinski, Paul Froment, Hystérie-pithiatisme et troubles nerveux d’ordre réflexe en neurolog (...)

13L’étude des certificats établis dans les asiles permet en outre de nuancer la portée de discours souvent radicaux en montrant qu’ils ne se traduisent pas toujours par le bouleversement des pratiques de terrain. Les psychiatres continuent, dans les asiles français, à utiliser les diagnostics de psychose maniaque-dépressive ou de démence précoce définis par Kraepelin et auxquels on reproche pourtant d’être les « tarte[s] à la crème » de la psychiatrie allemande. Ainsi, s’il faudrait réaliser d’importants dépouillements de dossiers individuels pour quantifier le recours à ces diagnostics et déterminer s’il varie pendant la guerre, on peut à tout le moins affirmer qu’ils ne disparaissent pas du tout des certificats médicaux. Par contre, certaines des entités pathologiques qui font leur apparition pendant la guerre chez l’un des deux belligérants ne se rencontrent pas chez l’autre : c’est le cas de la Mobilmachung Psychose (psychose de la mobilisation) signalée par quelques psychiatres allemands alors qu’il n’en est jamais question chez les Français, que ce soit dans leurs publications ou dans les archives médicales des asiles. De la même façon, certaines méthodes de traitement utilisées par des psychiatres allemands ne sont quasiment jamais mises en œuvre en France et ne suscitent donc pas les mêmes débats, telle l’hypnose qui ne fait pas partie de l’arsenal thérapeutique des psychiatres français alors que Paul Lerner a montré que son usage, promu par le neurologue Max Nonne, avait suscité une importante controverse en Allemagne35. Pour comprendre pourquoi, il faut se souvenir que les enseignements de Charcot ont connu dans les deux pays une réception différente. En France comme en Allemagne, l’hypnose est considérée au début du xxe siècle comme une pratique douteuse. Mais en Allemagne, Max Nonne, qui a assisté aux leçons de Charcot à la Salpêtrière, parvient à relancer les débats pendant la guerre en pratiquant l’hypnose sur des soldats. En France, les travaux de Joseph Babinski, ancien élève de Charcot, ont au contraire conduit à disqualifier l’hypnose en tant que procédé thérapeutique. Babinski, qui considère son utilisation inutile voire contre productive, préconise une autre méthode, la contre suggestion, qui consiste à démontrer au patient qu’il n’a rien, si besoin par l’usage de la force (en utilisant le courant électrique par exemple)36. Or l’influence de ce médecin est considérable. Il occupe un rôle de premier plan pendant la guerre à la tête de deux services de neuropsychiatrie ouverts par le Service de santé militaire à la Pitié et à Bicêtre. Le recours à l’hypnose n’est donc jamais envisagé dans les formations psychiatrique et neurologique recevant des militaires et la pratique de Max Nonne ne rencontre guère d’écho en France.

La circulation des savoirs psychiatriques en temps de guerre : la réception des travaux allemands en France entre 1914 et 1919

  • 37 Archives départementales du Rhône, archives du Centre hospitalier Le Vinatier, dossier administrati (...)
  • 38 Maurice Boivin, « Note sur le développement de la mélancolie chez les prisonniers de guerre », Bull (...)

14Affichée et mise en scène dans la littérature scientifique, la rupture officielle entre psychiatres français et allemands entraîne-t-elle réellement l’interruption de la circulation des savoirs de part et d’autre du Rhin pendant la guerre ? Il est vrai que les revues de psychiatrie allemandes cessent de parvenir aux médecins français et les ouvrages ainsi que les articles publiés par l’ennemi ne font plus l’objet de recensions. Toutefois, en dépit des apparences, l’intérêt pour la pratique ennemie ne se dément pas et le chercheur attentif peut en repérer les manifestations, certes discrètes, ci et là. Ainsi, lorsque le professeur Jean Lépine, médecin-chef à l’asile de Bron, apprend qu’un soldat français, rapatrié d’Allemagne où il était prisonnier, était en possession d’un document rédigé en allemand lors de son arrivée dans le service, il proteste vivement contre l’administration qui n’a pas jugé bon de lui transmettre cette pièce et ne manque pas de la réclamer37. Le cas des prisonniers rapatriés en raison de leurs troubles mentaux est en effet susceptible de permettre aux psychiatres français de se renseigner sur les traitements dispensés par leurs collègues allemands. Or il est très rare que ces hommes soient transférés en France avec une feuille d’observations médicales : transitant par la Suisse, ils ne possèdent généralement qu’une fiche de renseignements complétée à Constance lors de la visite médicale obligatoire. Sur ce document, on se borne le plus souvent à les déclarer atteints d’une pathologie mentale (Geisteskranken). Cette procédure sommaire permet aux Allemands de transmettre le moins d’informations possible. Ainsi, lorsque Maurice Boivin, jeune interne en psychiatrie, est rapatrié après un séjour dans un camp de prisonniers en Allemagne, les feuillets sur lesquels il avait décrit l’état mélancolique observé chez ses compagnons d’infortune sont tous saisis38.

  • 39 Eber Landau, « Le principe de l’isolement psychique dans le traitement des troubles nerveux fonctio (...)

15Il est aujourd’hui d’autant plus difficile de déterminer ce que savaient les psychiatres que ces derniers rendent rarement compte des informations dont ils disposent en provenance d’Allemagne. Les méthodes de l’ennemi ne sont généralement évoquées que pour affirmer la supériorité des pratiques françaises. Une communication d’Eber Landau, collaborateur du professeur Jules Déjerine, illustre bien cet état d’esprit. S’adressant à l’Académie de médecine, il explique avoir soigné en deux mois un prisonnier français qui, durant sa captivité outre-Rhin, avait été examiné par 18 médecins allemands. S’il souligne opportunément leur échec, il n’explique pas en quoi le traitement qu’il a employé était différent de celui des psychiatres allemands39.

  • 40 Georges Dumas, Henri Aimé, Névroses et psychoses de guerre chez les Austro-Allemands, Paris, Félix (...)
  • 41 Annales médico-psychologiques 7, 1916, p. 280.

16La manifestation la plus frappante du maintien de la circulation des savoirs entre France et Allemagne pendant la guerre réside finalement dans la parution, en 1919, de l’ouvrage d’Henri Aimé et Georges Dumas, médecins majors aux armées, intitulé Névroses et psychoses de guerre chez les Austro-Allemands40. Ce livre propose une traduction et un résumé de trois rapports publiés en mars 1915, décembre 1915 et mars 1916 par le docteur Karl Birnbaum de Berlin dans le journal allemand Zeitschrift für die Neurologie und Psychiatrie. Dans ces rapports, Birnbaum recense, classe et analyse plus de 300 articles traitant de psychiatrie militaire parus dans la presse spécialisée austro-allemande. La dédicace du livre explique comment Henri Aimé et Georges Dumas ont obtenu ces documents : un ami leur a remis pendant la guerre des exemplaires du journal allemand dans lequel Birnbaum publiait ses rapports. Celui-ci n’est autre que Fernand Gavarry, « ministre plénipotentiaire », directeur des affaires techniques et administratives au ministère des Affaires étrangères. Sa fonction et sa longue carrière de diplomate lui ont sans doute donné l’opportunité de mettre la main sur ces travaux qu’il était difficile de se procurer et dont on ne peut savoir s’ils ont circulé dans les rangs de la psychiatrie française avant que Dumas et Aimé les rendent publics. Leur ouvrage prouve, quoi qu’il en soit, que les médecins français comme leurs confrères allemands cherchaient à se renseigner sur les troubles mentaux observés chez les autres belligérants. Ces informations sont d’ailleurs régulièrement brandies pour discréditer les troupes ennemies. Karl Birnbaum s’indigne ainsi contre un rapport émanant de Londres et reproduit dans la Semaine médicale allemande dans lequel il est écrit que les psychoses et les névroses sont rares dans l’armée anglaise. Citant un article du New York Herald consacré à l’hôpital de Netley, il affirme au contraire que les formations psychiatriques du sud de l’Angleterre sont bondées. D’autres exemples similaires montrent que la presse américaine a servi durant le conflit à s’informer sur la situation dans le camp opposé. En 1916 par exemple, des extraits du journal Deutsche medizinische Wochenschrift publiés par New York Sun sont signalés dans les Annales médico-psychologiques. Rapportant des cas de démence dans l’armée du Reich, ceux-ci démontreraient « l’agonie de la nation allemande »41.

17Il faut donc nuancer les propos satisfaits d’Henri Aimé et Georges Dumas lorsqu’ils se félicitent que les psychiatres français n’aient jamais publié de chiffres et d’informations stratégiques, privant les Allemands de l’apport de leurs travaux. D’autres médecins ne sont d’ailleurs pas dupes. Dans La Presse médicale, l’un d’eux émet clairement des doutes au sujet des conclusions hâtives d’Henri Aimé et Georges Dumas :

  • 42 Ivan Bertrand, La Presse médicale 23, 1919, p. 292.

Les auteurs […] pensent que pendant la guerre, les Allemands ont manqué de la lecture des ouvrages et des revues français, ce qui les aurait réduits à leurs propres explications ; nous avons pourtant quelques raisons de croire que durant toute la guerre la plupart des universités allemandes ont reçu fort régulièrement nos revues scientifiques42.

18Publié à une époque où les relations avec les psychiatres sont toujours officiellement rompues, le livre de Dumas et Aimé donne l’impression d’être écrit dans le but de relancer les débats, comme le montre le passage suivant :

  • 43 Georges Dumas, Henri Aimé, op. cit., p. 55-56.

Nous ne voulons pas engager ici une discussion au sujet de l’existence des hallucinations psychogènes au sens où M. Birnbaum les entend ; ce que nous voulons simplement lui objecter c’est que l’émotion qu’il paraît tenir pour une source purement psychique d’hallucinations exerce sur le système nerveux, quand elle est forte, une action analogue à celle du surmenage […]43.

  • 44 Ibid., p. 83.

19Après avoir proposé dans la première partie de leur ouvrage un résumé des rapports de Birnbaum, les auteurs livrent une traduction de ce dernier et, en guise de transition, indiquent que « la parole est maintenant à M. Birnbaum »44 comme pour inviter leur homologue à prendre la plume à son tour. Birnbaum ou d’autres psychiatres allemands ont-ils répondu à ces interpellations ? Les dépouillements effectués dans la presse allemande laissent supposer que non. Le livre apparaît donc comme une tentative avortée de renouer des contacts par publications interposées. Toutefois son ton virulent montre que les échanges continuent d’être envisagés comme des rapports de force. C’est là tout le paradoxe : Aimé et Dumas consacrent plus de 200 pages à décrire les travaux allemands pour, in fine, conclure à l’inutilité de leur propre entreprise en affirmant que ces recherches n’apportent aucun élément nouveau à ce qui a été mieux vu et mieux décrit en France.

  • 45 Société médico-psychologique, séance du 25 novembre 1918, Annales médico-psychologiques 11, 1919, p (...)

20Sans surprise, le retour à la paix ne signifie pas le rétablissement officiel des échanges entre les psychiatres d’autant que leur principale préoccupation dans l’immédiat après guerre est la gestion des conséquences directes du conflit. En novembre 1918, la Société médico-psychologique réaffirme que « même à partir du jour où l’Allemagne aurait de nouveau été admise au rang des nations civilisées, elle s’abstiendra de tout rapport avec les savants allemands qui n’auraient pas publiquement reconnu et désavoué les crimes commis, au cours de cette guerre, par leurs compatriotes »45. Il n’est donc guère étonnant que l’attribution de pensions militaires allouées aux démobilisés atteints de troubles mentaux, bien qu’elle soulève de nombreuses questions en France comme en Allemagne, n’ait pas été débattue entre les psychiatres des deux pays.

  • 46 Anne Rasmussen, « Réparer, réconcilier, oublier : enjeux et mythes de la démobilisation scientifiqu (...)
  • 47 Paul Courbon, « L’assistance psychiatrique en Alsace-Lorraine », L’Informateur des aliénistes et de (...)
  • 48 Le professeur Julius Wagner-Jauregg est le seul Autrichien et a été élu en avril 1931.

21Alors que la médecine mentale allemande était considérée comme une référence incontournable en France, tout particulièrement en matière de psychiatrie militaire, elle devient à compter d’août 1914 un véritable repoussoir. Il ne faut toutefois pas confondre les postures et les discours d’une part et les attitudes adoptées sur le terrain d’autre part. Habitués à débattre avec leurs collègues et voisins, les psychiatres français ne se replient pas entièrement sur leur espace national et les échanges perdurent, même s’ils sont limités, difficiles et instrumentalisés. Ainsi, les grands passeurs ne sont plus ceux qui encensent les psychiatres allemands mais ceux qui les lisent et les traduisent sous prétexte de les critiquer. À l’image de celle de la majorité des savants46, la démobilisation intellectuelle des psychiatres est longue et progressive. Certes, quelques médecins se montrent favorables, dès les années 1920, à une reprise du dialogue. Le retour de l’Alsace-Moselle à la France est ainsi l’occasion, pour un psychiatre comme Paul Courbon, affecté à l’asile de Stephansfeld, de décrire dans les revues françaises les pratiques des Allemands et d’appeler à les imiter sur plusieurs points47. Néanmoins, à la veille de la Seconde Guerre mondiale, on ne compte toujours aucun psychiatre allemand parmi les membres associés étrangers de la Société médico-psychologique48.

Haut de page

Notes

1 Le programme du congrès peut être consulté à l’adresse suivante : http://www.wpaberlin2017.com/ (dernière consultation : 30 octobre 2019).

2 Voir, par exemple, Renaud Payre, Martine Kaluszynski (dir.), Savoirs de gouvernement, Circulations, traductions, réceptions, Paris, Economica, 2013 ; Marc-Antoine Kaeser, « L’internationalisation de la préhistoire, une manœuvre tactique ? Les conséquences épistémologiques de la fondation des congrès internationaux d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques », in : Claude Blanckaert (dir.), Les Politiques de l’anthropologie. Discours et pratiques en France (1860-1940), Paris, L’Harmattan, 2001, (p. 201-230) ; Pierre Singaravélou, « Les stratégies d’internationalisation de la question coloniale et la construction transnationale d’une science de la colonisation à la fin du xixe siècle », Monde(s), histoire, espaces, relations 1, 2012, (p. 135-157).

3 Les travaux d’historiens consacrés à la santé mentale dans l’armée ont jusqu’à présent adopté un cadre d’étude essentiellement national, à l’exception de l’ouvrage de Martin Lengwiller qui aborde ensemble les exemples allemand et suisse (Zwischen Klinik und Kaserne. Die Geschichte der Militärpsychiatrie in Deutschland und der Schweiz 1870-1914, Zurich, Chronos Verlag, 2000). Le cas de la psychiatrie militaire n’est par ailleurs pas traité dans les deux principaux ouvrages qui ont été consacrés à la circulation des idées, des savoirs et des pratiques en psychiatrie, même si l’on trouve dans le second recueil cité ci-après un bref éclairage sur les échanges entre psychiatres militaires américains et britanniques durant la Première Guerre mondiale : Waltraud Ernst, Thomas Müller (dir), Transnational psychiatries. Social and cultural histories of psychiatry in a comparative perspective C. 1800-2000, Cambridge, Cambridge Scholars Publishing, 2010 et Volker Roelcke, Paul J. Weindling, Louise Westwood (dir.), International relations in psychiatry : Britain, Germany and the United States to World War II, Rochester, University of Rochester Press, 2010.

4 Le rapport élogieux de Paul Sérieux sur les établissements pour aliénés allemands en témoigne : L’Assistance aux aliénés en France, en Allemagne, en Italie et en Suisse, Paris, Imprimerie municipale, 1903.

5 Ludger Lunier, De l’influence des grandes commotions politiques et sociales sur le développement des maladies mentales : mouvement de l’aliénation mentale en France pendant les années 1869 à 1873, Paris, F. Savy, 1874, et Eugène Dufour, « Note statistique sur les militaires admis à l’asile d’Armentières de 1838 à 1872 », Annales médico-psychologiques 7 et 8, 1872, (p. 52-72).

6 Annie Crépin, Histoire de la conscription, Paris, Gallimard, 2009.

7 « Instruction sur l’aptitude physique au service militaire », Bulletin officiel du Ministère de la Guerre (édition méthodique), Paris, R. Chapelot et Cie, 1905.

8 Jan Goldstein, Console and classify. The French psychiatric profession in the nineteenth century, Cambridge et New York, Cambridge University Press, 1987 ; trad. fr. de Françoise Bouillet, Consoler et classifier : l’essor de la psychiatrie française, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo, 1997.

9 Adrien Granjux, « La prévention des maladies nerveuses et mentales dans l’armée », Congrès des médecins aliénistes et neurologistes de France et des pays de langue française : XVe session tenue à Rennes du 1er au 7 août 1905. Compte rendu, vol. 2, Paris, Masson, 1906, (p. 71-82).

10 Ewald Stier a été formé à l’académie de médecine militaire Kaiser Wilhem et y a enseigné. À partir de 1912 et durant la Première Guerre mondiale, il exerce à l’hôpital de la Charité, à Berlin. Voir Martin Lengwiller, op. cit. ; Paul Lerner, Hysterical men : War, psychiatry, and the politics of trauma in Germany, 1890-1930, Ithaca (N.Y.), Cornell University Press, 2003 ; Stephanie Neuner, Politik und Psychiatrie : Die staatliche Versorgung psychisch Kriegsbeschädigter in Deutschland 1920-1939, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2011.

11 Ewald Stier, « Ueber Geisteskrankheiten im Heere », Allegemeine Zeitschrift für Psychiatrie 59, 1902, (p. 1-20).

12 Ibid., « L’importance de la psychiatrie pour le médecin militaire », Le Caducée, 26 septembre 1903, (p. 245-246).

13 Ibid., « Neuere psychiatrische Arbeiten und Tatsachen aus außerdeutschen Heeren », Deutsche militärärztliche Zeitschrift 13 et 22, 1907 ; 4, 1908.

14 Adrien Granjux, « L’aliénation mentale dans l’armée du point de vue clinique et médico-légal », Congrès des médecins aliénistes et neurologistes de France et des pays de langue française : XIXe session tenue à Nantes du 2 au 7 août 1909. Compte rendu, Nantes, Imprimerie Dugas et Cie, 1910, p. 102.

15 XIXe session tenue à Nantes du 2 au 7 août 1909. Compte rendu, Nantes, Imprimerie Dugas et Cie, 1910, (p. 185-186).

16 Voir Robert Fox, Science without frontiers. Cosmopolitanism and national interests in the world of learning, 1870-1940, Corvallis, Oregon State University, 2016.

17 Congrès des médecins aliénistes et neurologistes de France et des pays de langue française : XIXe session tenue à Nantes du 2 au 7 août 1909. Compte rendu, Nantes, Imprimerie Dugas et Cie, 1910, p. 185-186.

18 Adrien Granjux, « L’aliénation mentale dans l’armée », p. 104.

19 Jacques Roubinovitch, « Les aliénés dans notre armée », Le Matin, 10 août 1909.

20 Jules Simonin, « L’enquête mentale, prélude du recrutement. Son organisation en France et à l’étranger », Bulletin de la société de médecine militaire française 7, 1913, p. 108.

21 Circulaire du ministère de l’Intérieur en date du 29 janvier 1913, citée par Jules Simonin, « Les dégénérés dans l’armée : origine, caractère, prophylaxie », Annales d’hygiène publique et de médecine légale, 1909, p. 455.

22 François Jacob, « La guerre de 1914 et les “Annales médico-psychologiques” », Recherches contemporaines 3, 1995-1996, (p. 223-241).

23 Victor Parant, « Retour à la psychiatrie française », Annales médico-psychologiques 6, 1914, p. 404.

24 Ibid.

25 Anne Rasmussen, « La “science française” dans la guerre des manifestes, 1914-1918 », Mots. Les langages du politique [En ligne], 76 | 2004, URL : http://mots.revues.org/1843 (dernière consultation : 30 octobre 2019)

26 Antony Rodiet, L’assistance familiale aux aliénés pendant la guerre, manuscrit présenté pour le prix Baillarger de 1916. Le manuscrit, rédigé sous la forme d’un journal, est conservé à la bibliothèque de l’Académie de médecine.

27 Sur cette traduction, voir la présentation de Jacques Postel et David F. Allen dans Emil Kraepelin, La Folie maniaque-dépressive, Grenoble, Jérôme Millon, 1993.

28 Raoul Mourgue, « Jean-Pierre Falret et la psychopathologie générale », Société médico-psychologique, séance du 29 janvier 1917, Annales médico-psychologiques 8, 1917, (p. 253-261).

29 Société médico-psychologique, séance du 29 janvier 1917, Annales médico-psychologiques 8, 1917, p. 262.

30 Joseph Capgras, Paul Juquelier, Joseph Bonhomme, « La confusion mentale dans ses rapports avec les évènements de guerre », Bulletin de la Société clinique de médecine mentale, numéro spécial, décembre 1917, (p. 42-72).

31 Emmanuel Régis, Précis de psychiatrie, Paris, Octave Doin et Fils, 1914, p. 330.

32 Sur ce point, je me permets de renvoyer à Marie Derrien, « La tête en capilotade ». Les soldats de la Grande Guerre internés dans les hôpitaux psychiatriques français (1914-1980), thèse d’histoire, Université Lumière Lyon 2, 2015, p. 244-245.

33 Emmanuel Régis, op. cit., p. 353.

34 Bulletin de la Société clinique de médecine mentale, numéro spécial, décembre 1917, (p. 42-84).

35 Paul Lerner, op. cit., p. 89-123.

36 Joseph Babinski, Paul Froment, Hystérie-pithiatisme et troubles nerveux d’ordre réflexe en neurologie de guerre, Paris, Masson et Cie, 1917.

37 Archives départementales du Rhône, archives du Centre hospitalier Le Vinatier, dossier administratif de Paul S., H-Dépôt Vinatier Q 804.

38 Maurice Boivin, « Note sur le développement de la mélancolie chez les prisonniers de guerre », Bulletin de la Société clinique de médecine mentale 9, 1919, p. 340.

39 Eber Landau, « Le principe de l’isolement psychique dans le traitement des troubles nerveux fonctionnels », Bulletin de l’Académie nationale de médecine 77, 1917, p. 702.

40 Georges Dumas, Henri Aimé, Névroses et psychoses de guerre chez les Austro-Allemands, Paris, Félix Alcan, 1918.

41 Annales médico-psychologiques 7, 1916, p. 280.

42 Ivan Bertrand, La Presse médicale 23, 1919, p. 292.

43 Georges Dumas, Henri Aimé, op. cit., p. 55-56.

44 Ibid., p. 83.

45 Société médico-psychologique, séance du 25 novembre 1918, Annales médico-psychologiques 11, 1919, p. 118.

46 Anne Rasmussen, « Réparer, réconcilier, oublier : enjeux et mythes de la démobilisation scientifique, 1918-1925 », Histoire@Politique 3, 2007, URL : www.cairn.info/revue-histoire-politique-2007-3-page-8.htm (dernière consultation : 30 octobre 2019).

47 Paul Courbon, « L’assistance psychiatrique en Alsace-Lorraine », L’Informateur des aliénistes et des neurologistes, 1920, (p. 14-19).

48 Le professeur Julius Wagner-Jauregg est le seul Autrichien et a été élu en avril 1931.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Derrien, « Entre savoirs partagés et savoirs rivaux : l’influence allemande sur la psychiatrie de guerre en France (1870-1919) »Revue germanique internationale, 30 | 2019,  11-23.

Référence électronique

Marie Derrien, « Entre savoirs partagés et savoirs rivaux : l’influence allemande sur la psychiatrie de guerre en France (1870-1919) »Revue germanique internationale [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 07 janvier 2020, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2263 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2263

Haut de page

Auteur

Marie Derrien

Maîtresse de conférences en histoire contemporaine
Université de Lille, UMR 8529 IRHiS
marie.derrien[at]univ-lille.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals