Navigation – Plan du site

De la Paranoia aux délires paranoïaques : correspondances franco-allemandes et émergence d’une catégorie nosographique à la charnière du xixe et du xxe siècle

From Paranoia to délires paranoïaques: Cross-influences between German-speaking Countries and France, and Birth of a New Nosographic Category between the late 19th and the early 20th Century
Von Paranoia zu délires paranoïaques: Meinungsaustausch zwischen den deutschsprachigen Ländern und Frankreich, und Entstehung eines neuen nosographischen Begriffs an der Wende von 19 zum 20 Jahrhundert
Benjamin Lévy
p. 39-63

Résumés

De 1865 jusqu’à 1899, dans les pays de langue allemande, les débats portant sur la notion de Paranoia firent rage. Par contrecoup, les querelles qu’engendra la Paranoiafrage (ou Question de la paranoïa) permirent qu’émerge en France, à partir de 1909, un nouveau concept nosographique : celui de délires paranoïaques. Nous présentons dans cet article le double contexte, allemand et français, de cette naissance, et les échanges de vues ou influences croisées qui y présidèrent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans les pays germanophones, la notion de Paranoia fit, plus d’un siècle durant, l’objet de débats passionnés. Les querelles s’échelonnèrent entre 1818, date à laquelle Johann Christian August Heinroth (1773-1843) introduisit ce terme dans son manuel de psychiatrie, et l’entre-deux-guerres, période au cours de laquelle plusieurs études furent consacrées à la « constitution » paranoïaque. Le point d’orgue des débats fut atteint entre 1876 et 1899, lorsqu’il s’avéra nécessaire de clarifier la définition même de l’expression de Paranoia : devenue, à l’époque, synonyme de « délire » (Verrücktheit), ce terme s’avérait inutilisable au point de vue diagnostic, puisqu’il désignait un éventail nettement trop large de pathologies différentes – depuis la Paranoia hallucinatoire jusqu’à la Paranoia simple en passant par la Paranoia aigüe et son homologue chronique. Nous retracerons dans ces pages le détail des questions engendrées par une telle situation, et resituerons leurs enjeux, dans le contexte de l’époque.

2Pour apporter une perspective comparatiste et illustrer la manière dont les traditions psychiatriques françaises et allemandes s’influencèrent mutuellement, nous présenterons aussi, en contrepoint des débats nés dans les pays germanophones, la dynamique qui présida en France à l’élaboration progressive de la notion de « délires paranoïaques ». Comme nous le verrons, c’est en 1852 que débuta cette élaboration, avec la présentation par Charles Lasègue (1816-1883) du concept de délire des persécutions. Une nouvelle classification fut progressivement élaborée, sur les ruines des systèmes légués par Philippe Pinel (1745-1826) et Jean-Étienne Esquirol (1772-1840). Elle conduisit à une subdivision de la paranoïa en « délire d’interprétation » et « délires passionnels », ces derniers englobant les délires dits « de revendication ». Nous nous attacherons à identifier les acteurs de ce processus d’élaboration théorique, et à montrer en quoi leurs idées furent influencées par celles nées dans l’aire germanophone, ou en retour intéressèrent les psychiatres de langue allemande.

3Au point de vue méthodologique, il nous a paru nécessaire de postuler ici l’autonomie du discours de la psychiatrie. Ce postulat nous permettra de ne pas diluer notre propos dans une infinité de pistes, de champs et de directions – un autre abord, plus culturel, des notions étudiées, pouvant faire l’objet d’un nouveau travail, à l’avenir. En vertu des mêmes principes, nous nous sommes efforcés de présenter au lecteur le compte-rendu de certaines œuvres médicales. L’étude rapprochée de ces textes de la psychiatrie allemande ou française permet, en effet, de saisir l’esprit et la logique qui animent les évolutions de la nosographie. Nous espérons ainsi éclairer le destin singulier des expressions de Paranoia et de délire paranoïaque, jusqu’à nous arrêter sur un point de convergence toute relative entre psychiatrie allemande et française qui fut atteint au cours de l’entre-deux-guerres.

  • 1 Par exemple, German Berrios, « The notion of unitary psychosis : a conceptual history » et « Histor (...)
  • 2 Dominic Beer, « Psychosis : from mental disorder to disease concept », History of psychiatry 6, 199 (...)
  • 3 Ilse Barande, « Quelques aspects de l’évolution des idées concernant la paranoïa », Traité de Psych (...)
  • 4 Georges Lantéri-Laura, « Situation des paranoïas dans les traditions nosographiques françaises et a (...)
  • 5 Michael Schimdt-Degenhard, « Problemgeschichtliche und psychopathologische Überlegungen », in : Mat (...)

4Ce faisant, nous reprendrons et discuterons les travaux d’autres chercheurs de langue française, anglaise et allemande. Outre les ouvrages et articles – cités plus loin – de Jean Garrabé, François Sauvagnat, Paul Bercherie et Thierry Haustgen, ou ceux d’Eric Engstrom, Ian Dowbiggins, Michaël Schifferdecker et Uwe Hendrik Peters, signalons l’importance dont sont revêtus à nos yeux le travail consacré par German Berrios à l’histoire des concepts diagnostics1, la recherche sur la notion de psychose réalisée par Dominic Beer2, ainsi que les esquisses portant sur l’histoire de la notion de paranoïa rédigées dès les années 1960 par Ilse Barande3, puis par Georges Lantéri-Laura4 et Michael Schimdt-Degenhard5.

La Paranoiafrage : une controverse allemande née d’une histoire européenne

  • 6 Michel Fartzoff, « Nous et noein en action dans les tragédies conservées : l’intelligence sur la sc (...)
  • 7 Référence précédente et Jackie Pigeaud, « Tragique et maladie de l’âme », in : La Maladie de l’âme. (...)
  • 8 Platon, Phèdre, trad. fr. de Claude Moreschini et Paul Vicaire, Paris, Les Belles Lettres, 1998, (2 (...)
  • 9 Jackie Pigeaud, Folies et cures de la folie chez les médecins de l’antiquité gréco-romaine : la man (...)

5Le mot de paranoïa fait partie intégrante de l’histoire de la médecine et, plus généralement, de la culture européenne depuis l’Antiquité grecque jusqu’à nos jours. Dans les tragédies d’Eschyle, le terme de παράνοια (paranoïa) fut employé pour désigner la déraison6 : tout comme ceux d’ἄνοια (anoia) et d’ἁμαρτια (hamartia), dont nous trouvons des occurrences nombreuses dans les tragédies grecques antiques, il permettait de se référer à un état dans lequel l’être humain se trouve incapable de faire un bon usage de son intelligence7. Platon, dans le Phèdre, mit pour sa part en équivalence les termes de παράνοια (paranoïa) et de μανία (mania) afin de désigner l’égarement de l’esprit8. Dans les textes du Corpus hippocratique, enfin, certains phénomènes délirants furent qualifiés de παράνοια (paranoïa) sans qu’il soit précisé s’ils relevaient d’un trouble phrénitique, mélancolique ou maniaque9. Un bel exemple en est donné dès les premières pages du traité intitulé La Maladie sacrée :

  • 10 Hippocrate, La Maladie sacrée, trad. fr. de Jacques Jouanna, Paris, Les Belles Lettres, 2003, (I, 1 (...)

Dans les cas où, la nuit, surviennent des craintes, des frayeurs, des troubles de l’esprit [παράνοιαι ; paranoïai], des bonds hors du lit et des fuites au-dehors, ils disent que ce sont des assauts d’Hécate et des irruptions de héros10.

  • 11 Francois Boissier de Sauvages, Nosologia methodica, sistens morborum classes, genera et species, ju (...)
  • 12 C’est manifestement sans avoir consulté les sources originales, et à tort, que Daniel Freeman et Ja (...)

6Dans l’Antiquité, la paranoïa n’était donc pas considérée comme une réalité clinique univoque. Sous la plume de médecins érudits qui l’empruntèrent aux classiques grecs, le terme ne ressurgit qu’au cours du xviie siècle, et commença dès lors à désigner une catégorie nosographique distincte. La première édition de la Nosologia methodica11, publiée en 1763 par François Boissiers de Sauvages (1706-1767), mit en équivalence le latin amentia, le grec paranoïa et le français démence ou imbécillité. Sauvages désigna par ces termes un affaiblissement des capacités cognitives. Sa catégorie d’amentia (paranoïa) circonscrivait un type de délire sans fièvre12 caractérisé par « l’incapacité à raisonner droitement » et par la prévalence d’une « indifférence » pathologique vis-à-vis du monde extérieur.

  • 13 Pour Vogel, contrairement à ce qu’écrivent sans citer une source précise d’innombrables auteurs (pa (...)
  • 14 William Cullen, First lines of the practice of physic, Edinburgh, Elliott and Cadell, 1786, vol. 4, (...)

7Le mot de paranoïa fit ensuite son apparition dans les travaux de Rudolf August Vogel, de manière hypothétique en 1764, puis de manière certaine quoiqu’indirecte en 1781 au sein d’un tableau classificatoire13. Les first lines of the practice of physic indiquent que la catégorie des paranoiæ de Vogel correspondait à ce que William Cullen nommait des vésanies, soit une classe de troubles affectant la fonction intellectuelle du jugement, en l’absence d’hallucinations et de passions morbides (les « morositates »)14.

8Malgré un flou bibliographique très significatif – à la clarification duquel il vaudrait la peine de consacrer un travail approfondi – nous tombons d’accord avec Jean Garrabé pour indiquer que le terme était « d’usage courant chez les auteurs européens du Siècle des Lumières » et qu’un effort définitoire commença alors d’être entrepris, sur les bases duquel les grands spécialistes du siècle suivant bâtiraient de majestueuses classifications.

De la « Paranoia » de Heinroth à la « Verrücktheit » primaire : 1818-1876

  • 15 Johann Christian August Heinroth, Lehrbuch der Störungen des Seelenlebens oder die Störungen und ih (...)
  • 16 Ibid., p. 154-155.
  • 17 Ibid., p. 254 et p. 314-316.
  • 18 Ibid., p. 254.

9Il fallut attendre le début du xixe siècle pour que la notion de paranoïa gagne véritablement son autonomie nosographique. En 181815, le médecin Johann Christian August Heinroth (1773-1843) proposa d’utiliser le terme de Paranoia comme synonyme de celui de Verrücktheit, ou « délire ». Il inaugura par là un usage qui resterait en vigueur dans l’espace germanophone jusqu’à la fin des années 1880. Sous sa plume, la Verrücktheit (Paranoia) désignait un égarement d’ordre intellectuel appartenant à la catégorie des « perversions » (Verrückungen)16 de l’intelligence. Elle fut plus précisément décrite comme une « aliénation de l’esprit » (Unfreyheit des Geistes) consistant en une « exaltation de la faculté de penser » (Exaltation des Denkvemögens) accompagnée d’un « usage biaisé des concepts » (Verkehrtheit der Begriffe), en l’absence de troubles relevant du domaine sensori-perceptif17. Semblable définition conduisit Heinroth à opposer la Verrücktheit (Paranoia) au Blödsinn (imbécillité), consistant selon lui en une « aliénation de l’esprit » caractérisée par un « affaiblissement » ou par une « dépression de la faculté de penser » (Depression des Denkvermögens) et accompagnée d’une « perte des concepts » (Begrifflosigkeit)18.

  • 19 Wilhelm Griesinger, Die Pathologie und Therapie der psychischen Krankheiten für Aerzte und Studiren (...)
  • 20 Ibid., p. 253-254.
  • 21 Ibid., p. 253.
  • 22 Ibid., p. 253.

10Toutefois, mettre en équivalence le terme de Verrücktheit (littéralement, « délire ») et celui de Paranoia, et les changer en catégories médicales, força les spécialistes à se poser de nombreuses questions. Lorsqu’en 1845, Wilhelm Griesinger (1817-1868) publia sa monumentale Pathologie et thérapie des maladies mentales19, il y défendit l’idée selon laquelle le « délire partiel » paranoïaque (partielle Verrücktheit), tout comme la « confusion démentielle » (Verwirrtheit) et la « stupidité apathique » (apathische Blödsinn)20, représentaient de simples « restes et résidus » (Resten und Residuen) d’autres formes de « folie » (Irresein)21 frappant d’abord la sphère affective. Dans la manie et dans la mélancolie, la source des souffrances ressenties par le patient était confinée, selon Griesinger, à un trouble de l’affect ; mais dans la Verrücktheit (Paranoia) elle résultait, d’après lui, de « troubles de l’intelligence » (Störungen der Intelligenz) représentant « une folie consécutive » (ein consecutives Irresein) aux perturbations de l’humeur22.

11Cette définition de la Verrücktheit (Paranoia) comme un trouble frappant la sphère intellectuelle, mais consistant en une affection secondaire – un « reste » de folie maniaco-dépressive – devait s’imposer et rester en vigueur une vingtaine d’années durant.

  • 23 Karl Ludwig Kahlbaum, Die Gruppierung der psychischen Krankheiten und die Einteilung der Seelenstör (...)

12Il fallut attendre le début des années 1860 pour que la situation commence à se modifier. En 1863, Karl Ludwig Kahlbaum (1828-1899) décrivit la vecordia paranoia comme une affection primitive, mais sa définition restait si proche de celle donnée en 1818 par Heinroth, qu’il était difficile de savoir si elle constituait une percée théorique ou un retour en arrière : distinguer les troubles intellectuels donnant lieu à une « exaltation de l’intelligence » (« paranoia ascensa ») de ceux caractérisés par des « états de dépression » (« paranoia descensa ») et leur surajouter certains états stables (« paranoia immota »)23 pouvait passer pour un pur loisir d’architecte.

  • 24 Ludwig Snell, « Über Monomanie als primäre Form der Seelenstörung », Allgemeine Zeitschrift für Psy (...)
  • 25 Ibid., p. 378-379 et p. 381.
  • 26 Ibid., p. 369-379.

13C’est donc à Ludwig Snell (1817-1892) qu’il revint d’ouvrir un nouvel horizon en affirmant que des troubles intellectuels étaient susceptibles d’apparaître sans signes précurseurs dans le champ des affects, ce qu’il fit dans un article au titre retentissant publié en 1865 : « De la monomanie comme forme primaire du trouble de l’âme »24. Bien qu’il emploie le terme déjà démodé à l’époque de monomanie, Snell ne laissa planer aucun doute quant à son opposition à la théorie de Griesinger. Il affirma que des anomalies dans le domaine intellectuel n’étaient pas nécessairement de simples reliquats d’un désordre affectif25, et il présenta à l’appui de ses dires pas moins de dix exemples de délire partiel (monomanie) dans lesquels une maladie chronique, incurable, accompagnée le plus souvent d’idées de persécution ou de grandeur, avait fait son apparition tantôt de manière progressive, tantôt de façon soudaine, mais sans aucune perturbation de l’humeur préalable26.

  • 27 Wilhelm Griesinger, « Vortrag zur Eröffnung der psychiatrischen Klinik zu Berlin am 2. Mai 1867 », (...)

14Ce fut là une véritable révolution, et Griesinger lui-même, après un temps de ferme opposition, se rendit aux arguments de Snell. En mai 1867, lors de l’allocution de réouverture annuelle de la clinique psychiatrique de Berlin, il reconnut l’existence de la classe des délires primordiaux (Primordial-delirien)27, qu’il divisa en deux sous-groupes, ajoutant :

  • 28 Ibid., p. 148. De manière étonnante, Marc Géraud, dans la conclusion de son article « Wilhelm Gries (...)

15Ces troubles particuliers, très chroniques, je ne les considère plus (comme indiqué dans mes ouvrages) comme secondaires ; je me suis au contraire convaincu de la formation protogénétique de ces états, et je les décrits désormais sous le nom de Verrücktheit primaire28.

  • 29 Eric J. Engstrom, Clinical psychiatry in imperial Germany : A history of psychiatric practice, Itha (...)
  • 30 Wilhelm Griesinger, « Über einen wenig bekannten psychopathischen Zustand », Archiv für Psychiatrie (...)
  • 31 Ibid., p. 628.
  • 32 Pierre-Henri Castel, Âmes scrupuleuses, vies d’angoisse, tristes obsédés, Paris, Ithaque, 2011, p.  (...)
  • 33 Ibid., p. 393 ; Marc Géraud, op. cit.
  • 34 Ian Dowbiggin, « Delusional diagnosis ? The history of paranoia as a disease concept in the modern (...)

16Un tel revirement dut sembler d’autant plus courageux que Griesinger était une véritable sommité de la psychiatrie allemande, tantôt adulée tantôt exécrée pour avoir mené à bien un important programme de réforme du système asilaire29. L’année suivante, il présenta un nouvel exposé devant la Société médico-psychologique de Berlin, dans lequel il décrivit un « état psychopathique méconnu »30 non engendré par la prévalence pathologique d’un « affect primaire »31. Cet état psychopathique devait se manifester par le « surgissement à la conscience du malade » de « pensées forcées » entraînant « des manies de vérifications et de ruminations sans fin »32. L’exposé, publié de manière posthume, fit de Griesinger le père de la doctrine allemande des obsessions33 ; il apporta par ailleurs des éléments pointant dans la même direction que la description d’une Verrücktheit primaire. Dans un cas comme dans l’autre, en effet, une donnée centrale mise en évidence par l’auteur consistait en ce que des troubles intellectuels n’étaient pas précédés par des troubles affectifs. Mais le chemin tortueux suivi pour aboutir à cette conclusion peut expliquer pourquoi établir un diagnostic différentiel entre les troubles obsessionnels-compulsifs et les troubles délirants (paranoïaques) resta longtemps moins facile qu’on aurait pu le supposer pour les psychiatres de langue allemande, qui en firent l’un des points nodaux de la Paranoiafrage34.

17La mort emporta Griesinger en octobre 1868, sans qu’il ait eu le temps de publier une grande somme consacrée à l’étude de ces questions. Toutefois, la même année, son élève Wilhelm Sander (1838-1922) reprit le flambeau. Dans un important article, il affirma :

  • 35 Wilhelm Sander, « Über eine specielle Form der primären Verrücktheit », Archiv für Psychiatrie und (...)

Suivant l’opinion enseignée dans la plupart des manuels, on suppose d’habitude […] que tous ceux qui délirent [alle Verrückten] se sont trouvés plus ou moins longtemps auparavant au stade d’un trouble primaire de l’esprit [sich im Stadium einer primäre Geistesstörung gefunden haben]. À mon avis, c’est une erreur35.

  • 36 Ibid., p. 395-396.
  • 37 Ibid., p. 416-417. Dans son texte de 1867, Griesinger citait Morel, le père français de la théorie (...)

18Critiquant âprement le terme de monomanie proposé par Snell en 186536, Sander défendit l’existence d’une « originäre Verrücktheit » constituant un sous-groupe de la classe des « primäre Verrücktheiten » crée par son maître Griesinger. Il se sépara néanmoins de ce dernier en faisant prévaloir sa propre théorie étiologique, voulant que de tels troubles frappent des individus atteints d’une « prédisposition neuropathique » héréditaire37.

  • 38 Exposé publié deux ans plus tard : Carl Westphal, « Über die Verrücktheit », Allgemeine Zeitschrift (...)
  • 39 Ibid., p. 253.
  • 40 François Sauvagnat, « La systématisation paranoïaque en question », in : Pensée psychotique et créa (...)
  • 41 Carl Westphal, op. cit., p. 33 ; Paul Bercherie, Histoire et structure du savoir psychiatrique. Les (...)
  • 42 La question fit, entre autres, l’objet de remarques de Max Friedmann en 1895 (« Zur Kenntniss und z (...)

19En dépit de ces efforts, la Verrücktheit secondaire continua d’être mentionnée dans les ouvrages de psychiatrie allemands, où elle côtoyait la nouvelle Verrückhteit primaire. Il fallut attendre 1876 pour que Carl Westphal se range à l’avis de Sander. Dans un exposé présenté à Magdebourg devant l’Assemblée des médecins et chercheurs en sciences naturelles38, cette figure éminente de la neuroanatomie, lui aussi un ancien élève de Griesinger, soutint que la Verrücktheit ne pouvait jamais se développer à partir d’une mélancolie, puiqu’elle était le fruit d’un « processus anormal dans la sphère des représentations » (abnorme Vorgang im Vorstellen)39. Toutefois, on lui reprocherait d’avoir trop élargi la définition de l’entité qu’il tentait de décrire40. Westphal, en effet, y inclut l’ensemble des troubles accompagnés d’idées délirantes de persécution et de grandeur, y compris ceux accompagnés d’un syndrome de confusion mentale, et créa une classe extrêmement large, comprenant comme sous-groupe la Verrücktheit primaire chronique, la Verrücktheit aiguë et même une variété abortive41. Au cours de cette dernière, le processus morbide menant à l’élaboration de « représentations délirantes » (Wahnvorstellungen) était supposément mis en échec, de sorte que le sujet ne devait affronter que certaines « représentations compulsives » (Zwangsvortsellungen). Les spécialistes en furent d’autant plus enclins à se demander en quoi les premières se distinguaient des secondes42.

  • 43 Le terme de Paranoia, promu par Heinroth en 1818, n’était jamais vraiment tombé en désuétude. Nous (...)

20Semblables questions constituèrent le cœur de la Paranoiafrage. Avant d’y revenir, et pour comprendre les raisons pour lesquelles nul ne parla de Verrücktheitfrage, indiquons qu’à la fin de la décennie 1880, sous l’impulsion de Krafft-Ebing, le terme de primäre Verrücktheit fut définitivement supplanté par celui de Paranoia, pour désigner une maladie de l’esprit caractérisée par l’apparition d’un délire, sans crise aiguë ni désordre préalable dans le champ des affects43.

La Question de la paranoïa : 1876-1899

  • 44 Emil Kraepelin, Psychiatrie. Ein kurzes Lehrbuch für Studirende und Ärzte, 5e éd., Leipzig, Barth, (...)
  • 45 Ibid., p. 656.

21Comme nous avons commencé de le voir, chaque effort consenti par les médecins germanophones dans l’espoir de mieux définir le concept de Verrücktheit (Paranoia) sembla ne créer que de nouveaux problèmes. En 1896, Emil Kraepelin (1856-1926) en arriva à regretter qu’un « grand nombre de psychiatres allemands » rangent désormais dans la très vaste classe des Paranoia « toutes celles d’entre les psychoses fonctionnelles » où prévalait un trouble de l’intellect44. Selon le même auteur, la « promotion de la Paranoia au rang de maladie universelle » (die jetzige Universalkrankheit Paranoia) avait eu pour conséquence regrettable de faire diagnostiquer d’une Paranoia entre « 70 % et 80 % » des patients hospitalisés45. Cette situation n’était pas apparue du jour au lendemain ; elle reflétait plutôt une évolution lente du discours ayant suivi la reconnaissance par Griesinger en 1868, puis par Westphal en 1876, de l’existence d’une Paranoia ou Verrücktheit (« délire ») primaire.

  • 46 Heinrich Schüle, Handbuch der Geisteskrankheiten, Leipzig, Vogel, 1878. La troisième édition de cet (...)
  • 47 Ibid., p. 468.
  • 48 Ibid., p. 469-470.
  • 49 Ibid., p. 464.
  • 50 Ibid., p. 465. Les choses deviendront encore plus inextricables lorsque, dans la troisième version (...)

22En 1878, le psychiatre Heinrich Schüle publia son Manuel des maladies de l’esprit46. Il y qualifia la Verrücktheit de « transformation de la personne » (Umwandlung der Person)47 et, chose importante, il rendit grâce à Snell et à Sander d’avoir mis en évidence la nature « psychopathique » primaire de cette entité48. Pourtant, il brouilla toutes les distinctions terminologiques admises jusque-là en reconnaissant par ailleurs l’existence d’un autre trouble délirant secondaire, le Wahnsinn, faisant suite à un trouble primaire (« le plus souvent, la manie ou la mélancolie »49) et qui était censé se traduire par l’apparition d’un délire à bas bruit50.

  • 51 Richard von Krafft-Ebing, Lehrbuch der Psychiatrie auf klinischer Grundlage für praktische Ärzte u (...)
  • 52 Richard von Krafft-Ebing, Lehrbuch (6e éd.), p. 366-410.
  • 53 Ibid., p. 350-354.

23Richard von Krafft-Ebing (1840-1902), dans les six éditions successives de son manuel de psychiatrie, publiées entre 1879 et 189751, opta lui aussi en faveur de la coexistence d’une Verrücktheit ou Paranoia originaire (considérée comme une « dégénérescence psychique »52) et d’une Verrücktheit secondaire (rangée dans la catégorie des « psychonévroses », au même titre que la mélancolie et que la manie dont elle découlait supposément53).

24Ces deux auteurs, qui faisaient référence à l’époque, ne renoncèrent donc pas à reconnaître l’existence d’un délire secondaire. Ils choisirent plutôt de distinguer deux types de troubles, les uns apparaissant d’emblée, les autres succédant à un désordre dans le champ des affects. Leurs prises de position causèrent bien des querelles et provoquèrent une quasi-perte de sens des termes de Paranoia et de Verrücktheit. En témoignent les textes publiés par Emanuel Mendel (1839-1907), Carl Wilhelm Werner (1829-1911) et August Cramer (1860-1912).

  • 54 Emanuel Mendel, « Die Paranoia », in : Albert Eulenburg (éd.), Real- Encyclopädie der gesammten Hei (...)
  • 55 Ibid., p. 215-216.
  • 56 Ibid., p. 217-227.
  • 57 Ibid., p. 240.

25Dans un article datant de 1888, publié dans l’Encyclopédie médicale d’Eulenburg54, le premier tenta de dépoussiérer le terme de Paranoia. Plus précisément, ce n’était pas tant la que les Paranoias qu’il se proposa de décrire. Il les qualifia d’affections primaires distinctes des troubles maniaco-dépressifs, ce qui allait dans les sens des thèses élaborées par Sander à propos de la « Verrücktheit originaire »55. Contrairement à ce dernier, Mendel sépara toutefois certaines formes délirantes hallucinatoires (Paranoia hallucinatoria) des formes délirantes dites simples (Paranoia simplex)56. Il créa aussi une subdivision concernant le cours de la maladie, puisqu’il opposa les formes « chroniques » aux formes « aiguës »57.

  • 58 Carl Wilhelm Werner, Die Paranoia, eine Monographie, Stuttgart, Enke, 1891.
  • 59 Ibid., p. 45.
  • 60 Ibid., passim. Les nombreuses vignettes cliniques données par Werner reflètent, à nos yeux, la gran (...)
  • 61 Theodor Ziehen, Psychiatrie für Ärzte und Studirende, Berlin, Wreden, 1894, (p. 341-387).

26En 1891, une monographie de Werner58 relança les débats. L’auteur y présenta sa propre théorie à propos de la nature, des symptômes et du cours de la maladie. À une période prodromique, difficile à observer, caractérisée par l’omniprésence d’une « anomalie de l’humeur » (Stimmungsanomalie) devait succéder – dans la forme « chronique » du trouble – une période féconde de développement des idées délirantes59. Mais l’existence de formes aiguës, au développement rapide, fut également défendue par cet auteur. Ce fut, par conséquent, tout le champ du délire, hallucinatoire ou non, qui se trouva recouvert par la notion wernerienne de Paranoia. Werner établit simplement une distinction formelle, sur le modèle de Mendel, entre les formes « aiguës simples », « aiguës hallucinatoires », « chroniques simples » et « chroniques hallucinatoires »60. La même classification fut encore reprise, en 1894, par Theodor Ziehen dans son manuel de psychiatrie61.

  • 62 August Cramer, « Abgrenzung und Differential-Diagnose der Paranoia », Allgemeine Zeitschrift für Ps (...)
  • 63 August Cramer et Just Boedecker, op. cit., p. 489.
  • 64 August Cramer, op. cit, p. 331-334.

27En 1895, enfin, l’Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie publia deux articles rédigés par Cramer avec, pour l’un d’eux, la contribution de Just Boedeker62. Ils opposèrent le « groupe des Paranoia » (Paranoiagruppe) au groupe des « anomalies affectives » (Stimmungsanomalien) et à celui des « Anoia » (démences)63. Le premier ensemble incluait toutes les maladies mentales caractérisées par la présence d’un trouble primordial de l’intellect non accompagné d’affaiblissement psychique ; mais ces maladies devaient se manifester aussi bien par le biais d’« idées délirantes » (Wahnideen) ou d’un dérangement du processus associatif qu’à travers des « illusions des sens » (Sinnestäuschungen) ou des hallucinations64. C’est dire si le groupe des Paranoia se trouva doté par les psychiatres de langue allemande, à l’extrême fin du xixe siècle, d’une large extension. Cette situation menaçait de dissoudre sans reste la signification des termes employés.

De Kraepelin à Jaspers : vers une sortie de la Paranoiafrage, 1899-1913

28Les écrits de Schüle, les manuels de Krafft-Ebing et, enfin, les classifications de Mendel, Werner et Cramer reposaient pour l’essentiel sur l’observation de symptômes grossiers. Ils témoignaient d’une confusion causée par l’emploi indiscriminé des termes de Verrücktheit et de Paranoia : ces expressions avaient fini par recouvrir, dans les années 1890, l’ensemble des maladies mentales accompagnées d’une forme quelconque de « délire ». Une mise au point semblait nécessaire.

  • 65 Ian Dowbiggin (op. cit., p. 43-46) a bien souligné combien les lignes de force de la Paranoiafrage, (...)
  • 66 Jacques Lacan, De la psychose paranoïaque dans ses rapports avec la personnalité, Paris, Éditions d (...)
  • 67 Emil Kraepelin, Psychiatrie. Ein kurzes Lehrbuch für Studirende und Ärztes (6e édition), vol. II, L (...)
  • 68 Nous empruntons cette traduction à Jacques Lacan (De la psychose paranoïaque, p. 23). Notons cepend (...)

29Selon la légende dorée de la psychiatrie, le héros qui se chargea de nettoyer les écuries d’Augias en opérant un retour à la méthode empirique fut Emil Kraepelin65. Non sans une pointe d’ironie, Jacques Lacan, dans sa thèse de doctorat (publiée pour la première fois en 1932), écrivit : « Enfin Kraepelin vint, dirons-nous, pour la clarté des conceptions allemandes. »66 Et, de fait, Kraepelin, qui rédigea des manuels de psychiatrie réédités et remaniés à huit reprises entre 1883 et 1915, impulsa un changement décisif avec sa définition étroite de la Paranoia, introduite en 189967. Il proposa de ne diagnostiquer ce trouble que si l’on constatait le « développement insidieux, sous la dépendance de causes internes et selon une évolution continue, d’un système délirant durable et impossible à ébranler, et qui s’instaure avec une conservation complète de la clarté et de l’ordre dans la pensée, le vouloir et l’action »68.

  • 69 Emil Kraepelin, Psychiatrie, p. 137-213.
  • 70 Ces critères sont indiqués par Kenneth S. Kendler, « Kraepelin and the diagnostic concept of parano (...)

30Désormais, seuls les délires cohérents, élaborés de manière rigide, dans lesquels les hallucinations étaient absentes ou jouaient un rôle très secondaire, recevraient le nom de Paranoia. Ces formes chroniques systématisées de maladie mentale semblaient mieux caractérisées que jamais : certaines idées délirantes devaient y apparaître sur la base d’interprétations développées à partir d’une foule d’événements vécus, les expériences les plus anodines se voyant dotées d’une signification secrète. Les formes hallucinatoires du délire, tout comme celles élaborées grâce à l’usage débridé de l’imagination furent, de leur côté, reversées par Kraepelin dans les diverses sous-catégories de la dementia praecox69. Il parvint ainsi à proposer non seulement une définition univoque de la Paranoia, mais aussi à présenter des critères simples en vue de l’établissement d’un diagnostic différentiel70.

  • 71 Paul Sérieux et Joseph Capgras, Les Folies raisonnantes : le délire d’interprétation, Alcan, Paris, (...)
  • 72 Gustav Specht, Über den pathologischen Affekt in der chronischen Paranoia, Erlangen, Deichert, 1901 (...)
  • 73 Joseph Klüber, « Ein kasuistischer Beitrag zu G. Spechts Lehre von dem Zusammenhang der chronische (...)
  • 74 Ernst Rittershaus, « Die chronische Manie und ihre praktische Bedeutung », Allgemeine Zeitschrift f (...)
  • 75 Gottfried Ewald, « Das manische Element in der Paranoia », Zeitschrift für die gesamte Neurologie (...)
  • 76 Joseph Klüber, op. cit., p. 166.
  • 77 Ibid.
  • 78 Eugen Bleuler, Affektivität, Suggestibilität, Paranoia, Halle, Marhold, 1906.

31Nous le verrons, la définition de la paranoïa proposée par Kraepelin en 1899 convergeait avec celle élaborée en France par Paul Sérieux (1864-1947) et Joseph Capgras (1873-1950)71. Toutefois, notons que dans le premier quart du xxe siècle, toute velléité de considérer le délire comme le produit, ou le reste, d’un trouble des affects, ne disparut pas de la clinique de langue allemande, ainsi qu’en témoignèrent plusieurs travaux de Gustav Specht (1860-1940)72 et de ses élèves Joseph Klüber (1873-1936)73, Ernst Rittershaus (1881-1945)74 et Gottfried Ewald (1888-1963)75. Le point commun à ces auteurs fut de persister dans l’opinion que la Paranoia se développait « sur la base d’une anomalie dans le domaine des affects »76 : le trouble de l’humeur donnait selon eux naissance à « une idée surévaluée » (überwertige Idee) changée avec le temps « en idée délirante » (Wahnidee)77. Eugen Bleuler, resté célèbre pour avoir forgé les expressions de « schizophrénie » et d’« autisme », s’opposa à cette conception des choses dans un ouvrage intitulé Affectivité, suggestibilité, paranoïa publié en 190678.

  • 79 Karl Jaspers, Allgemeine Psychopathologie. Ein Leitfaden für Studierende, Ärzte und Psychologen, Be (...)
  • 80 Karl Jaspers, « Eifersuchtswahn. Ein Beitrag zur Frage, Entwicklung einer Persönlichkeit oder Proze (...)
  • 81 Ibid., p. 575-600.
  • 82 Ibid., p. 615-624.
  • 83 Ibid., p. 612.
  • 84 Ibid., p. 612.

32Avant la Première Guerre mondiale, le caractère toujours incertain des débats fut enfin illustré par les écrits de Karl Jaspers (1883-1969). Pour cet auteur, qui publia sa monumentale Psychopathologie générale en 191379 et se ferait ensuite connaître en tant que philosophe, la question de la Paranoia n’avait jamais été simple. En témoigne un article capital rédigé en 1910, et intitulé : « Le délire de jalousie. Contribution à la question : développement d’une personnalité ou processus morbide ? »80. De manière surprenante, dans ces pages, Jaspers ne répondit pas de manière univoque à la question posée en titre. Il défendit plutôt, en même temps, les deux options mentionnées, choisissant d’étudier deux « cas de délire de jalousie considérés comme des “processus” » (Fälle von Eifersuchtswahn als “Prozess”)81 suivis de deux « cas de délire de jalousie considérés comme les “développements d’une personnalité” » (Fälle von Eifersuchtswahn als “Entwicklung einer Persönlichkeit”)82. Jaspers s’attacha à prouver que, dans les premiers cas de figure, les troubles psychopathologiques étaient apparus « à partir d’un moment bien déterminé » (von einem bestimmten Zeitpunkt an) et qu’ils constituaient un élément « nouveau », « hétérogène » à l’ancienne personnalité83. Dans les autres situations, il supposa au contraire que le délire s’était constitué de manière progressive : son apparition découlait supposément de la « personnalité de base » (Persönlichkeitsanlage)84 du sujet.

33Jusque dans les toutes dernières années de l’avant-guerre, et malgré la tentative de clarification de Kraepelin, l’opposition entre délire primaire et délire secondaire – quelque forme qu’elle adopte – continua donc de structurer le champ des études portant sur la Paranoia dans l’espace germanophone. Nous étudierons dans la troisième partie de ce texte les questions qui apparurent après 1918, de part et d’autre du Rhin ; mais pour ce faire, il nous faut d’abord décrire l’émergence de la notion de « délires paranoïaques » dans la clinique française.

Émergence de la notion de « délires paranoïaques » dans la clinique française. Les avatars du délire des persécutions : 1852-1909

  • 85 Charles Lasègue, « Du délire des persécutions », Archives générales de médecine 28, 1852, (p. 129-1 (...)
  • 86 Ibid., p. 133.
  • 87 Ibid., p. 130.
  • 88 Ibid., p. 133-142.

34Né en France, le « délire des persécutions » est l’un des rares exemples de catégorie clinique dont la définition la plus claire et la description la plus complète furent les premières85. En proposant à l’examen de ses collègues un texte consacré à cette forme de maladie qui « se produit chez des individus très différents les uns des autres par leur humeur habituelle, la nature et le degré de leur intelligence, et par leur position sociale »86, Charles Lasègue (1816-1883) souhaita prouver que le terme de monomanie ne suffisait plus à rendre compte de la complexité des phénomènes cliniquement observables. Par la même occasion, il déclara vouloir donner l’exemple aux autres aliénistes français et leur préparer le terrain pour une « science des types pathologiques » qui, selon lui, restait « encore à faire »87. Dans ce dessein, il s’efforça d’isoler de manière fine les différentes étapes de développement du délire des persécutions, depuis la première période (dite période de doute) jusqu’à la cristallisation délirante ou « période d’état »88.

  • 89 Jean-Pierre Falret, « De la non-existence de la monomanie » (1854), in : Des Maladies mentales et d (...)
  • 90 Charles Lasègue, op. cit., p. 131.

35Deux ans plus tard, Jean-Pierre Falret (1794-1870), d’accord avec Lasègue, critiqua la notion de monomanie et exprima sa volonté de « préparer les voies à une classification plus naturelle des maladies mentales, qui tiendra[it] compte de la totalité des phénomènes morbides et de la marche de la maladie »89. Il s’ensuivit l’obsolescence rapide du système nosologique hérité d’Esquirol, et son remplacement par un autre, permettant de mieux « descendre dans le détail et de décomposer les classes en genres et les genres en espèces »90.

  • 91 Henri Taguet, « Les aliénés persécuteurs », Annales médico-psychologiques 15, 1876, (p. 5-19).
  • 92 Jules Falret, « Des aliénés persécutés raisonnants et persécuteurs », Annales médico-psychologiques(...)
  • 93 Paul Pottier, Étude sur les aliénés persécuteurs, Paris, Asselin et Houzeaux, 1886.
  • 94 Jules Falret, « La folie raisonnante ou folie morale », in : Études cliniques sur les maladies ment (...)
  • 95 Ibid., p. 490.
  • 96 Ibid.
  • 97 Valentin Magnan, Leçons cliniques sur les maladies mentales, Paris, Progrès médical, 1891, p. 293.
  • 98 Gilbert Ballet (dir.), Traité de pathologie mentale, Paris, Doin, 1903.

36Plus d’un demi-siècle durant, le délire des persécutions fit donc office de paradigme pour la description de nouvelles entités cliniques ; tout le problème était que certaines d’entre elles se révélèrent plus difficiles à isoler que d’autres. En 1876, il parut relativement aisé à Henri Taguet (1810-1880) de démontrer qu’un groupe nettement définissable de sujets, les « persécutés-persécuteurs », se révélaient être davantage actifs que passifs vis-à-vis de leurs ennemis supposés91 ; idée que reprirent, en 1878, Jules Falret (1824-1902)92, fils de Jean-Pierre, puis, en 1886, son élève Paul Pottier (1855-1918)93. En revanche, le flou continua longtemps de prévaloir sur la définition de termes aussi nombreux que ceux de « folie morale, de folie raisonnante [et] de folie lucide »94, les « catégories naturelles de faits confondues »95 sous ces dénominations restant, de l’aveu même des spécialistes, aussi mal définies en 186696 qu’en 189197. Le Traité de pathologie mentale publié en 190398 sous la direction de Gilbert Ballet (1853-1916) ne parvint guère à éclaircir ces zones d’ombre. Un vaste remaniement, au plan terminologique et conceptuel, semblait s’imposer.

Les délires paranoïaques : 1909-1921 et jusqu’à nos jours

37En 1909, il revint à Paul Sérieux et à Joseph Capgras de venir à bout de cette tâche, selon un geste analogue à celui réalisé par Kraepelin en Allemagne, dix ans plus tôt. Les deux aliénistes français se ressaisirent du terme de paranoïa, introduit dans leur langue par Jules Séglas pour désigner :

  • 99 Jules Séglas, Leçons cliniques sur les maladies mentales et nerveuses, Paris, Asselin et Houzeaux, (...)

Un état psychopathique fonctionnel, caractérisé par une déviation particulière des fonctions intellectuelles les plus élevées, n’impliquant ni une décadence profonde, ni un désordre général, s’accompagnant presque toujours d’idées délirantes plus ou moins systématisées et permanentes, avec hallucinations fréquentes99.

  • 100 Paul Sérieux et Joseph Capgras, op. cit., p. 246-263.
  • 101 Alexandre Cullerre, « Une forme de délire systématisé des persécutés-persécuteurs, le délire de rev (...)
  • 102 Paul Sérieux et Joseph Capgras, op. cit., p. 263.

38Pour subdiviser avec davantage de précision le champ des délires que l’on qualifierait désormais de « paranoïaques », Sérieux et Capgras décidèrent d’une part de conserver la notion de « délire de persécution » héritée de Lasègue, et d’autre part de lui adjoindre celle de « délire de revendication »100. Depuis un travail publié en 1897 par Alexandre Cullerre (1849-1934)101, cette expression tendait à supplanter, en France, celle de « délire des persécutés-persécuteurs » afin de désigner les troubles caractérisés par l’absence d’idées délirantes et, en revanche, par la présence d’une « idée prévalente et obsédante primitive » relative à un « préjudice »102.

  • 103 Paul Pottier, op. cit., p. 29-30.
  • 104 Johann Ludwig Casper, Practisches Handbuch der gerichtlichen Medizin, Berlin, Hirschwald, 1857, (p. (...)
  • 105 Emil Kraepelin, Psychiatrie, Ein kurzes Lehrbuch für Studirende und Ärzte, 8e éd., Leipzig, Barth, (...)

39Parmi les sous-espèces du délire de revendication figurait notamment la manie des procès ou « folie quérulente des Allemands [sic] »103, c’est-à-dire un type de délire que les psychiatres d’outre-Rhin appelaient depuis 1857 le Querulantenwahn (littéralement, le « délire des plaideurs »)104. Paradoxalement, Kraepelin sépara, dans la huitième édition de son manuel, ce Querulantenwahn des Paranoia proprement dites, car dans les premiers, un événement réel se trouvait à l’origine du trouble tandis que, dans les seconds (type « délire de persécution ») aucun phénomène observable ne semblait causer du délire105.

  • 106 Paul Sérieux et Joseph Capgras, op. cit., p. 8.

40Il n’en reste pas moins qu’en France, avec Sérieux et Capgras, persécution et revendication devinrent pour un temps les formes uniques du délire paranoïaque, cette entité ne comprenant rien que « ces deux espèces cliniques »106 qui purent néanmoins être décomposées en sous-groupes. Ceci suffit à faire voler en éclats les classifications précédentes, reléguant aux oubliettes les catégories mal définies de manie raisonnante, folie lucide et folie morale, et inaugurant du même coup une ère nouvelle pour l’aliénisme français.

  • 107 Gaëtan Gatian de Clérambault, « Les délires passionnels. Érotomanie, Revendication, Jalousie » (192 (...)
  • 108 Aujourd’hui encore, la classification des délires paranoïaques élaborée par Gaëtan Gatian de Cléram (...)

41Une douzaine d’années plus tard, soit en 1921, Gaëtan Gatian de Clérambault (1872-1934) exprima son parfait accord avec « tous [les] critères différentiels »107 mentionnés par Sérieux et Capgras dans leur tentative de distinguer la revendication délirante du délire d’interprétation. Il ne complexifia que légèrement leur classification en y ajoutant une subdivision, puisqu’il opposa d’abord, parmi les délires paranoïaques, le délire d’interprétation aux délires passionnels, et dans un second temps seulement inclut dans cette catégorie les délires de revendication (quérulence, délire des inventeurs, idéalisme passionné) ainsi que l’érotomanie et la jalousie délirante108.

Quelques ancêtres allemands à la théorie de l’automatisme mental

  • 109 Stéphane Gumpper et Thierry Haustgen, « Gaëtan Gatian de Clérambault (1872-1934) – I. Sa vie et son (...)
  • 110 Gaëtan Gatian de Clérambault, « Définition de l’automatisme mental » (1924), in : Œuvres psychiatri (...)

42Clérambault, qui lisait l’allemand et avait donc accès à une littérature scientifique considérable109, s’inspira par ailleurs d’observations faites par ses prédécesseurs français et d’hypothèses étiologiques élaborées par des psychiatres allemands pour développer sa propre théorie de l’automatisme mental110.

  • 111 Stéphane Gumpper et Thierry Haustgen, op. cit., p. 226-227.
  • 112 Jules Baillarger, De l’influence de l’état intermédiaire à la veille et au sommeil sur la productio (...)
  • 113 Jules Baillarger, « La théorie de l’automatisme étudiée dans le manuscrit d’un monomaniaque », Anna (...)

43Une excellente présentation des sources françaises ayant présidé à l’émergence de la doctrine clérambaldienne de l’automatisme a été proposée par Stéphane Gumpper et Thierry Haustgen en 2012111. Qu’il suffise ici d’indiquer qu’au mitan du xixe siècle, Jules Baillarger (1809-1890) consacra plusieurs travaux à décrire l’exercice involontaire des facultés aussi bien dans l’état intermédiaire à la veille et au sommeil112 que sous forme d’« automatisme » et tel qu’il pouvait transparaître, par exemple, dans le « manuscrit d’un monomaniaque »113.

  • 114 Jules Séglas, Leçons cliniques sur les maladies mentales et nerveuses, Paris, Asselin et Houzeau, 1 (...)
  • 115 Jules Séglas, « Hallucinations psychiques et pseudo-hallucinations verbales », Journal de psycholog (...)

44Plus tard, un autre aliéniste français de premier plan, Jules Séglas (1856-1939), mit à contribution ses qualités d’observateur minutieux pour établir la sémiologie des psychoses délirantes ; dans ses Leçons cliniques publiées en 1895, il employa le terme d’« automatisme » pour décrire aussi bien les phénomènes corrélatifs du « dédoublement de personnalité » hystérique que les idées délirantes d’auto-accusation mélancolique ou le délire et les hallucinations survenant au cours d’un accès de paranoïa aiguë114. Il employa également l’expression en 1914 afin de qualifier les phénomènes dits de « pseudo-hallucination verbale »115.

  • 116 Gaëtan Gatian de Clérambault, « Définition de l’automatisme mental » (1924), in : Œuvres psychiatri (...)
  • 117 Gaëtan Gatian de Clérambault, « Les psychoses à base d’automatisme » (1925) in : Œuvres, p. 534.

45Dans une intervention datée de 1924, Clérambault reconnut sa dette envers ces deux auteurs116. L’année suivante, il précisa que, de son point de vue, les phénomènes que lui-même proposait de regrouper sous le nom d’automatisme mental avaient une origine histologique, « le délire [n’étant] pas autre chose qu’une réaction presque obligatoire du psychisme resté intact (sauf complications toutes spéciales) à des troubles neurologiques d’ordre inférieur »117.

  • 118 Theodor Meynert, Klinische Vorlesungen über Psychiatrie auf wissenschaftlichen Grundlagen für Stud (...)
  • 119 Ibid., p. 152-153 et p. 160-163.

46Des hypothèses similaires avaient été défendues auparavant par plusieurs psychiatres d’outre-Rhin, qui s’attachèrent bien davantage que les français à expliciter leurs théories explicatives. Theodor Meynert (1833-1892), neuroanatomiste, avait élaboré dans ses Leçons cliniques de psychiatrie sur des fondements scientifiques publiées en 1890118 une théorie anatomo-pathologique complexe. Des « mécanismes corticaux » (corticale Mechanismus) et un « syndrome bulbaire » y étaient supposés rendre compte de l’ensemble des symptômes du délire paranoïaque, depuis l’hyperesthésie sensorielle jusqu’aux hallucinations en passant par la « surexcitabilité » nerveuse et les perturbations affectives119.

  • 120 Theodor Ziehen, « Über Störungen des Vorstellungsablaufes bei Paranoia », Archiv für Psychiatrie 2 (...)
  • 121 Ibid., p. 380 et passim.
  • 122 Ibid., p. 390-391.

47Deux ans plus tard, soit en 1892120, Theodor Ziehen (1862-1950) s’était, lui aussi, situé à la croisée de la psychiatrie, de la neuroanatomie et de l’anatomie pathologique pour faire consister le mécanisme générateur de certaines Paranoia en un « trouble du processus d’association d’idées » (Störung der Vorstellungsablauf)121 dû à certaines lésions cérébrales encore mal définies122.

  • 123 Clemens Neisser, « Erörterungen über die Paranoia vom klinischen Standpunkte », Zentralblatt für (...)
  • 124 Ibid., p. 3, p. 5-7 (et passim).
  • 125 Ibid., p. 4-6.

48En 1892 encore, Clemens Neisser (1861-1940), disciple de Wernicke, présenta dans ses « Discussions sur la Paranoia d’un point de vue clinique »123, une étude du vécu de « signification personnelle morbide » (krankhafte Eigenbeziehung) considéré comme le trouble générateur des idées de persécution et de grandeur124. Cet auteur accepta prudemment l’hypothèse voulant que de telles manifestations pathologiques soient l’indice d’une lésion au niveau des organes nerveux125.

  • 126 Carl Wernicke, Grundriss der Psychiatrie in klinischen Vorlesungen, Leipzig, Thieme, 1894.
  • 127 Ibid., p. 113.
  • 128 Ibid., p. 113-114.

49En 1894126, ce fut au tour de Carl Wernicke (1848-1905) de postuler l’existence de perturbations organiques et de leurs corrélats psychiques pour expliquer l’apparition d’un délire paranoïaque, évoquant notamment un « relâchement » (Lockerung) dans la « structure rigide des associations » (feste Gefüge der Associationen)127 causé par ce qu’il proposa de nommer le « processus de séjonction » (Sejunctionsvorgang) des voies associatives128.

  • 129 Josef Berze, Über das Primärsymptom der Paranoia, Halle, Carl Marhold, 1903.
  • 130 Ibid., passim.
  • 131 Ibid., p. 14 et 37.

50Josef Berze (1866-1958), dans un ouvrage paru en 1903129, défendit enfin l’idée selon laquelle les idées de persécution étaient causées par un « trouble primaire de l’aperception », lui-même provoqué par une lésion au niveau du lobe préfrontal entraînant une « restriction des contenus de conscience » (eine Beschränkung des Bewusstseinsinhaltes)130. Berze relia ces phénomènes à une « compulsion à établir des relations erronés » (Zwang zu felherhafte Beziehungen) accompagnée d’« états crépusculaires », de « sentiment d’angoisse », de « passivité » et d’« oppression »131.

  • 132 Gaëtan Gatian de Clérambault, « Les psychoses à base d’automatisme », p. 538.
  • 133 Henri Ey, « Les délires systématisés chroniques » (p. 333-334), in : Henri Ey, Leçons du mercred (...)

51Des théories très nombreuses portant sur le « mode d’élaboration du délire » (Wahnbildung) dans la Paranoia inspirèrent donc les considérations étiologiques de Clérambault à propos de l’automatisme mental. En écho des auteurs allemands, il décrivit l’automatisme comme une possible conséquence de multiples « altérations qualitatives des cellules » cérébrales, « dont l’addition altérerait la synthèse finale » des stimulus internes et externes132. Il faut noter, toutefois, que ces hypothèses étiologiques qui relevaient, selon les mots d’Henri Ey, de conceptions mécanicistes « extrémistes »133, n’eurent pas la même postérité que le système de classification élaboré par le même auteur.

Dans l’entre-deux-guerres : constitution et personnalité paranoïaque

  • 134 Emil Kraepelin, Psychiatrie, 8e éd.
  • 135 Ibid., p. 1710-1713.
  • 136 Ibid., p. 1715-1755 (vignettes cliniques).

52Kraepelin, dans la huitième et dernière édition de son Traité – dont la publication fut échelonnée entre 1909 et 1915134 – rejeta l’idée qu’un affaiblissement psychique terminal survienne dans les cas de Paranoia. C’eût été l’indice qu’était à l’œuvre un processus conduisant le sujet vers l’état de « démence », caractérisé par une détérioration des facultés cognitives. Or, une telle chose était impensable selon Kraepelin, puisque la Paranoia relevait, à ses yeux, du développement morbide d’une personnalité135 avec conservation de la puissance intellectuelle. Si le sujet paranoïaque semblait souffrir d’une « perversion de la faculté de juger », il fallait entendre par là non un affaiblissement psychique, mais plutôt une « tendance à tout ramener à soi » entraînant l’échec à s’insérer dans la vie professionnelle et, dans certains cas, le renoncement à toute forme de la reconnaissance sociale136. Semblable conception de la Paranoia comme une atypicité développementale de la personnalité non accompagnée d’un déficit cognitif prédomina dans l’entre-deux-guerres, en Allemagne aussi bien qu’en France.

En Allemagne : développement anormal et tares héréditaires

  • 137 Hermann Krueger, Die Paranoia. Eine monographische Studie, Berlin, Springer, 1917 ; voir aussi Mich (...)
  • 138 Hermann Krueger, op. cit., p. 7.

53Dès 1917, Hermann Krueger (1885-1923) publia une monographie sobrement intitulée Die Paranoia137. Il y souligna que l’entité en question ne provoquait ni une transformation ni une destruction complète de la personnalité, bien qu’elle apparaisse sur le terrain d’une prédisposition constitutionnelle empêchant un développement sain. Sous l’influence d’affects mêlés – traductions sensibles d’un processus morbide sous-jacent – une distorsion du rapport à la réalité extérieure devait, avançait-il, apparaître et s’aggraver138, provoquant des conflits chroniques entre le malade et autrui.

  • 139 Werner Gutsch, « Beitrag zur Paranoia-Frage », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiat (...)
  • 140 Ibid., p. 320 ; le même point est développé à p. 288-291.
  • 141 Ibid. ; le même point est davantage développé à p. 290.

54Un article posthume de Werner Gutsch (1884-1917) présenté l’année suivante au lectorat de la Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie laissa deviner des points de convergence avec les idées de Krueger. L’auteur s’y proposa d’étudier un cas de « Paranoia chronique »139. À ses yeux, « la dernière définition en date donnée par Kraepelin [avait] prouvé le caractère indépendant du mode d’élaboration du délire paranoïaque, sur la base d’un développement anormal, chez des personnes qui y sont psychopathiquement prédisposées, et sous l’influence de sources d’excitations n’ayant rien d’exceptionnel »140. Gutsch souligna en outre que « la psychiatrie française, après avoir élaboré d’une manière radicalement différente son propre concept de paranoïa, a[vait] pour l’essentiel abouti aux mêmes conceptions que Kraepelin »141. Il en déduisit que la Paranoifrage, ou question de la Paranoia, était close.

  • 142 Ernst Kretschmer, Der sensitive Beziehungswahn. Ein Beitrag zur Paranoiafrage und zur psychiatrisch (...)
  • 143 Ibid., passim.

55Approfondissant ces apports, Ernst Kretschmer (1888-1964) consacra la même année une monographie à la notion de « délire paranoïaque de relation des sensitifs »142. Proposant de mettre en évidence une triade de facteurs étiologiques de la maladie mentale, il s’attacha à faire la part des choses entre les facteurs endogènes (hérédité, constitution psychopathique, base caractérielle), l’influence du milieu et la valeur traumatique d’une expérience vécue (Erlebnis) supposée faire office de déclencheur143.

  • 144 Voir plus haut.
  • 145 Le mot, employé par Krueger (op. cit., p. 7 et passim), est bien sûr de la même famille que celui d (...)
  • 146 Georges Lantéri-Laura, op. cit., p. 71-72.

56On notera que, chez Krueger comme chez Kretschmer, l’idée chère à l’école de Specht selon laquelle le trouble générateur du délire se situerait dans le champ des affects144 – elle-même un lointain héritage de la notion de Verrücktheit secondaire – avait été réélaborée et intégrée à la théorie, via l’hypothèse d’une prédisposition morbide rendant le sujet sensible à une « distortion » (Verrückung145) de son rapport à la réalité. Georges Lantéri-Laura proposa de parler de « tempérament sensitif »146 pour qualifier la résultante de ce processus.

  • 147 Robert Gaupp, « Der Fall Wagner. Eine Katamnese, zugleich ein Beitrag zu der Lehre von der Paranoia (...)
  • 148 Robert Gaupp, « Krankheit und Tod », p. 69 et p. 70.
  • 149 Robert Gaupp, « Der Fall Wagner », p. 324, p. 326 et passim ; « Krankheit und Tod », passim.
  • 150 Robert Gaupp, « Der Fall Wagner », p. 320 et 323 ; « Krankheit und Tod », p. 55, p. 82 et passim.

57Les études sur le meurtrier de masse Ernst Wagner147 réalisées durant l’entre-deux guerres par Robert Gaupp (1870-1953) visèrent à confirmer les thèses de Kretschmer sur le délire de relation des sensitifs ; elles montrèrent cependant que, lorsqu’une certaine « conscience du trouble » (Krankheitseinsicht) finissait par advenir, la « disposition » paranoïaque ne disparaissait pas pour autant148. La critique par le malade d’un certain nombre d’idées délirantes n’indiquait pas, selon Gaupp, un changement de point de vue sur le monde, moins encore une modification de sa « constitution » (Anlage)149. Le sujet restait, aux yeux du psychiatre, affligé d’une incurable « tare héréditaire » (erbliche Belastung ou Entartung)150.

  • 151 Ilse Barande, op. cit. Georges Lantéri-Laura parle, pour sa part, d’« évolution presque toujours fa (...)
  • 152 Ilse Barande, op. cit.
  • 153 Friedrich Jolly, « Degenerationspsychose und Paranoia », Charité-Annalen 27, 1903, (p. 465-476).
  • 154 Ibid., p. 476.

58À ce point de vue, la remise en cause du « critère évolutif d’irréversibilité », mentionnée par Ilse Barande151, n’eut de portée que très relative, tout comme la distinction entre abord « caractériogénétique » (chez Gaupp et Kretschmer) et théorie purement « constitutionnaliste »152 : il semble que, durant l’entre-deux-guerres, les psychiatres allemands soient majoritairement restés fidèles aux positions défendues par Friedrich Jolly (1844-1904). Dès 1903153, ce dernier avait souligné que la notion de Paranoia n’impliquait nullement « l’incurabilité des idées délirantes », bien que la « disposition paranoïaque » soit et demeure intraitable, laissant toujours craindre des attaques ou des rechutes aiguës154.

Le sort distinct du « Querulantenwahn »

59Dans les pays germanophones, tandis que le délire paranoïaque de persécution (Vervolgungswahn) devint synonyme de développement morbide d’une personnalité, le délire de quérulence, ou Querulantenwahn – classé par les Français parmi les délires paranoïaques de revendication – fit l’objet d’un traitement différent.

  • 155 Kurt Schneider, Die psychopathischen Persönlichkeiten, Leipzig et Vienne, Deuticke, 1923.
  • 156 Ibid., p. 8.

60Dans la première édition de ses Personnalités psychopathiques155, Kurt Schneider (1887-1967) décrivit les quérulents comme des « individu[s] fanatique[s] » menant leur croisade pour obtenir des « droits réels ou imaginaires », et souligna que de semblables cas de « psychopathie expansive » étaient généralement accompagnés de symptômes paranoïdes156.

  • 157 Julius Raecke, Der Querulantenwahn. Ein Beitrag zur sozialen Psychiatrie, Munich, Bergmann, 1926.
  • 158 Ibid., p. 14.
  • 159 Ibid., p. 15.

61Julius Raecke, en 1926157, tendit également à décrire les quérulents comme des « psychopathes » : il déclara que la processivité pathologique était conditionnée par l’existence de certaines « prédispositions caractérielles » (Charakteranlage) auxquelles venaient s’additionner des « transformations psychiques »158. L’incapacité à complètement « abréagir » (abreagieren) leurs réponses affectives à des déceptions devait conduire les personnalités psychopathiques à une « réaction de quérulence » (querulatorische Reaktion)159.

  • 160 Kurt Kolle, « Über Querulanten », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten 95, 1931, (p. 24-10 (...)
  • 161 Ibid., p. 51.
  • 162 Ibid., p. 87.
  • 163 Johannes Lange, « Über die Paranoia und die paranoische Veranlagung », Archiv für Psychiatrie und (...)
  • 164 Kurt Kolle, op. cit., p. 90.

62Tout comme Raecke, Kurt Kolle (1931)160 souligna l’influence de facteurs constitutionnels tels que le « tempérament hypomaniaque ou hyperthymique »161 combiné à un événement déclencheur et à la « réaction pathologique » qu’il entraînait162. Le même auteur emprunta à Johannes Lange (1925)163 le concept de « conflit vital chronique » (chronischer Lebenskonflikt) et souligna que la processivité morbide ne relevait pas du spectre des troubles paranoïaques purs164. Désormais, le terme de Querulant, lorsqu’employé par des psychiatres allemands, désignerait non plus un trouble paranoïaque mais un sous-groupe de personnalités psychopathiques (psychopathische Persönlichkeiten).

Côté français : constitution morbide et psychose dans ses rapports à la personnalité

63En France, après que l’aire recouverte par les délires paranoïaques eut été délimitée grâce aux efforts de Sérieux et Capgras, puis de Clérambault, des thèses similaires à celles défendues – au point de vue étiologique – dans les pays de langue allemande se mirent à occuper le devant de la scène. Deux auteurs s’illustrèrent en particulier, grâce à leurs écrits sur la « constitution paranoïaque ».

  • 165 Marcel Montassut, La Constitution paranoïaque, Vannes, Commelin, 1924.
  • 166 Ibid., p. 49.
  • 167 Ibid., p. 76.
  • 168 Ibid., p. 82.

64En 1924, le premier, Marcel Montassut (1914-1975), publia sa thèse de doctorat, intitulée précisément La constitution paranoïaque165. Il proposa de décomposer cette dernière en éléments cardinaux, tels que l’« augmentation et la perversion du sens de la personnalité »166, et en éléments mineurs, comme « l’autodidactisme »167. Montassut souligna en outre que « dès l’enfance, la constitution apparaît ; parfois typique […], le plus souvent fruste ou larvée168 ».

  • 169 Georges Genil-Perrin, Les Paranoïaques, Paris, Maloine, 1926.
  • 170 Ibid., passim.
  • 171 Ibid., p. 26.
  • 172 Ibid., passim.

65Deux ans plus tard, Georges Genil-Perrin (1882-1964) consacra lui aussi la deuxième partie de son ouvrage, intitulé Les Paranoïaques169, à décrire les spécificités de la constitution paranoïaque, subdivisées entre « tendances psychopathiques constitutionnelles » et « tendances paranoïaques spécifiques »170. Il attribua aux paranoïaques des traits de caractères tels que « l’orgueil, la méfiance, la fausseté du jugement et l’inadaptabilité sociale »171, l’ensemble découlant, selon lui, de la surestimation pathologique du moi et de la fixation de la sexualité à un stade prégénital172.

  • 173 Jacques Lacan, De la psychose paranoïaque, p. 71-76.
  • 174 Ibid., p. 247.
  • 175 Ibid., p. 54.
  • 176 Ibid., p. 349.
  • 177 Ibid., p. 254.

66Le débat trouva ses prolongements jusque dans la thèse de doctorat de Jacques Lacan (1901-1981), De la psychose paranoïaque dans ses rapports avec la personnalité, publiée pour la première fois en 1932. Lacan s’opposa avec fermeté aux doctrines constitutionalistes de Génil-Perrin et de Montassut173, mais il parla cependant d’une « anomalie de structure » et d’une « fixation de développement »174 ou « fixation évolutive de l’énergie psychique appelée libido »175 déterminant un « arrêt évolutif de la personnalité »176. Ces éléments lui permirent d’opposer la personnalité « autopunitive » du paranoïaque à la personnalité « normale »177.

  • 178 Jacques Lacan, Le Séminaire, Livre XXIII. Le sinthome, Paris, Éditions du Seuil, 2005, p. 53.

67D’une manière ambiguë et non sans une pirouette, le même Lacan reviendrait bien des années plus tard sur ses propos de jeunesse, déclarant : « La psychose paranoïaque et la personnalité n’ont comme telles pas de rapport, pour la simple raison que c’est la même chose. »178

Vers la notion de « paranoid personality »

  • 179 APA [American Psychiatric Association], Diagnostic and statistical manual of mental disorders [DSM- (...)
  • 180 APA [American Psychiatric Association], Diagnostic and statistical manual of mental disorders [DSM- (...)

68La notion de personnalité psychopathique relayée en Allemagne par Schneider, Raecke et Kolle, mais aussi le thème constitutionnaliste cher aux Français, se virent retraduits, après la Seconde Guerre mondiale, dans le langage anglo-saxon, désormais dominant, de la paranoid personality ou personnalité paranoïaque. Cette catégorie, apparue en 1968 dans la seconde version du Manuel diagnostic et statistique des troubles mentaux publié par l’American Psychiatric Association179, fut alors mentionnée aux côtés des états paranoïaques et de la schizophrénie paranoïde. Contrairement à ces dernières catégories, qui n’y figurent plus, elle a continué d’avoir sa place réservée jusque dans la cinquième version de l’ouvrage, publiée en 2013180.

  • 181 OMS [Organisation mondiale de la santé], Classification internationale des maladies, dixième révisi (...)
  • 182 Søren Fryd Birkeland, « Paranoid personality disorder and the schizophrenia spectrum. Where to draw (...)

69La catégorie de « personnalité paranoïaque » continue également de figurer dans la dixième version de la Classification internationale des maladies (CIM-10) publiée en 2008 par l’Organisation mondiale de la Santé181. L’une des questions soulevées par sa coexistence avec plusieurs entités assimilées d’une part au spectre de la paranoïa (les troubles délirants, ou delusional disorders), et d’autre part à la schizophrénie (en sa variété paranoïde, notamment) est celle de savoir s’il existe des voies de transition entre ces grandes catégories182.

70En effet, malgré la substitution progressive des syntagmes « delusional disorders » ou « troubles délirants » à l’ancienne expression de « délire paranoïaque »183, et la tendance à dissoudre l’ensemble dans la sphère des schizophrénies, l’idée reste en vigueur qu’existent deux grands types de délires, les uns cohérents et systématisés, les autres diffluents, voire fantastiques. Que l’on nomme les premiers « délires paranoïaques » ou « delusional disorders » et les seconds « délires schizophréniques » ou, à l’instar d’Henri Ey dans les années 1950 et 1960, « paraphrénies »184, relève davantage d’une question de mots que de réalités cliniques. Bien que les termes du débat aient changé depuis le début du xxe siècle, il demeure bel et bien ceci des élaborations antérieures, que la catégorie de paranoïa et ses avatars les plus récents servent à désigner un type de trouble circonscrit dans sa thématique (persécution ou jalousie, par exemple) dans lequel une « idée délirante unique » tend à se développer sur la longue durée185.

Conclusion

71Depuis 1818, année où Heinroth l’introduisit dans son manuel, jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le destin de la notion allemande de Paranoia, pour être parallèle en certains points à celui du délire paranoïaque français, resta tributaire d’une spécificité de la clinique de langue allemande. En effet, le terme de Paranoia fut d’abord employé comme synonyme de celui de Verrücktheit (délire) et il fallut donc, peu à peu, spécifier, distinguer et affiner sa définition, pour éviter qu’elle ne recouvre l’entier domaine des troubles de l’esprit. À cet égard, la querelle décisive dura plus de trente ans, puisque ce fut entre 1876 et 1899 que le terme de Paranoia gagna son acception restreinte. Il fallut d’abord que Snell, puis que Sander affirment que des troubles délirants pouvaient survenir d’emblée, sans faire suite à une fluctuation de l’humeur ; puis que Kraepelin isole, parmi eux, les délires chroniques systématisés et les sépare des délires non systématisés (dementia praecox). Leurs successeurs s’efforcèrent de décrire le « développement anormal » et la « constitution morbide » censées présider à la naissance d’une Paranoia, entité par ailleurs opposée aux délires de quérulence (Querulantenwahn), qui étaient, pour leur part, reversés au compte de la « psychopathie ».

72En France, au contraire, le « délire des persécutions » fut d’emblée décrit par Lasègue qui, en 1852, souhaitait mettre fin au règne des monomanies. Un mouvement inverse de celui engagé dans les pays de langue allemande s’ensuivit : il fallut découvrir à quelle famille de délires appartenait cette entité, donc élargir le spectre de délires paranoïaques plutôt que le restreindre. On dut attendre que, grâce à Cullerre, le syntagme « délire de revendication » remplace celui de « délire des persécutés-persécuteurs », pour que Sérieux et Capgras regroupent, sous la bannière des paranoïas, d’une part les persécutés, de l’autre les revendicateurs. Clérambault paracheva l’édifice en incluant la revendication dans la catégorie plus vaste du délire passionnel. Comme dans les pays de langue allemande avec Kraepelin, la tâche laissée à ses successeurs, Montassut et Génil-Perrin, consista à décrire jusque dans le détail la base constitutionnelle supposée conditionner la naissance d’un délire.

73Durant l’entre-deux-guerres, les divergences ne disparurent pas pour autant, puisque les Français assimilèrent, avec Clérambault, le « délire de revendication » à un délire paranoïaque, tandis que les Allemands y virent l’expression d’une « personnalité psychopathique ». Les querelles engendrées par ces questions ne s’épuisèrent qu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, lorsque le centre de gravité des élaborations en psychiatrie bascula vers le monde anglo-saxon, d’où l’on vit triompher la notion de paranoid personality. Des interrogations nées en Allemagne et des efforts de classification français, les nosologies internationales contemporaines ont retenu la distinction entre le délire paranoïaque et son homologue schizophrénique, le premier caractérisé par son aspect cohérent et systématisé, le second par sa dimension diffluente.

74Il n’en demeure pas moins que des zones de chevauchements existent entre schizophrénie et paranoïa, comme en témoigne la notion de schizophrénie paranoïde. Ce sont ces zones-frontière et les voies de transition qu’elles semblent constituer entre différentes entités qui tendent désormais à faire l’objet de toutes les attentions. Les interrogations autour des notions de paranoïa et de délire paranoïaque n’ont donc pas disparu ; tout au plus leur point de focalisation s’est-il déplacé au cours du temps, et l’on peut légitimement se demander quelles seront les prochaines directions prises par la recherche et par la nosographie.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, German Berrios, « The notion of unitary psychosis : a conceptual history » et « Historiography of the mental systems and diseases », History of psychiatry 5, 1994, (p. 13-36 et 175-190).

2 Dominic Beer, « Psychosis : from mental disorder to disease concept », History of psychiatry 6, 1995, (p. 177-200).

3 Ilse Barande, « Quelques aspects de l’évolution des idées concernant la paranoïa », Traité de Psychiatrie (Encyclopédie médico-chirurgicale, Psychiatrie [37299 C10 – fiche additive]), Paris, Éditions Techniques, 1964.

4 Georges Lantéri-Laura, « Situation des paranoïas dans les traditions nosographiques françaises et allemande », Synapse (hors-série), mars 1996, (p. 66-72).

5 Michael Schimdt-Degenhard, « Problemgeschichtliche und psychopathologische Überlegungen », in : Matthias Lammel, Stephan Sutarski, Steffen Lau, Michael Bauer (éd.), Wahn und Schizophrenie : Psychopathologie und forensische Relevanz, Berlin, Medizinisch Wissenschaftliche Verlagsgesellschaft, 2010, (p. 33-46).

6 Michel Fartzoff, « Nous et noein en action dans les tragédies conservées : l’intelligence sur la scène tragique », Methodos 16, 2016 [en ligne], doi : 10.4000/methodos.4592, (§ 9).

7 Référence précédente et Jackie Pigeaud, « Tragique et maladie de l’âme », in : La Maladie de l’âme. Étude sur la relation de l’âme et du corps dans la tradition médico-philosophique antique, Paris, Les Belles lettres, (p. 373-439).

8 Platon, Phèdre, trad. fr. de Claude Moreschini et Paul Vicaire, Paris, Les Belles Lettres, 1998, (265e/266a), p. 114-115.

9 Jackie Pigeaud, Folies et cures de la folie chez les médecins de l’antiquité gréco-romaine : la manie, Paris, Les Belles Lettres, p. 119.

10 Hippocrate, La Maladie sacrée, trad. fr. de Jacques Jouanna, Paris, Les Belles Lettres, 2003, (I, 11), p. 8.

11 Francois Boissier de Sauvages, Nosologia methodica, sistens morborum classes, genera et species, juxta Sydenhami mentem et botanicorum ordinem, Amsterdam, Frères De Tournes, 1763, p. 374-375.

12 C’est manifestement sans avoir consulté les sources originales, et à tort, que Daniel Freeman et Jason Freeman, dans leur ouvrage Paranoia : The 21st century fear (Oxford, Oxford University Press, 2008, p. 22) indiquent que Sauvages employait le terme de paranoïa pour désigner une forme de folie « accompagnée de fortes fièvres ».

13 Pour Vogel, contrairement à ce qu’écrivent sans citer une source précise d’innombrables auteurs (par exemple, Jean Garrabé, « Nosographie et classifications des maladies mentales dans l’histoire de la psychiatrie », L’Évolution psychiatrique 79, 2014, p. 8), la première occurrence avérée du terme « Paranoia » n’est pas l’édition de 1772, où elle semble absente, mais celle de 1781 des Praelectiones academicae de cognoscendis et curandis praecipuis corporis humani affectibus (Lausanne, Jules Henri Pott). Encore n’est-ce qu’en page IV de la préface signée non par Vogel mais par le médecin suisse Samuel Auguste Tissot que se trouve inclus un tableau indiquant que Vogel aurait utilisé le terme de Paranoia dans un ouvrage de 1764. Nous n’avons pas pu déterminer de quelle publication il s’agissait, car Vogel a rédigé de nombreux mémoires cette année-là, non accessibles au format numérique et dont les rares exemplaires sont désormais éparpillés aux quatre coins du monde. En tout état de cause, il n’y aucune raison sérieuse de croire, comme le font Michael Schifferdecker et Uwe Hendrik Peters (« The origin of the concept of paranoia », Psychiatric Clinics of North America 18, 2, 1995, p. 231-249, p. 234) que le travail en question serait en fait une publication datée de 1763, la Dissertatio sistens cognationem morborum (Göttingen, sans nom d’éditeur).

14 William Cullen, First lines of the practice of physic, Edinburgh, Elliott and Cadell, 1786, vol. 4, p. 112 et New York, Samuel Campbell, 1794, vol. 2, p. 257. Nous n’avons pas pu consulter les versions antérieures de ce travail, dont la première édition remonte à 1777. Pour éviter tout risque d’équivoque (par ex., Garrabé, op. cit., p. 7-8), il importe de préciser que ce fut cet ouvrage – et non les Institutions of medicine publiées pour la première fois par Cullen, à Edinburgh, en 1772 – que Philippe Pinel traduisit en 1785 sous le titre trompeur d’Institutions de médecine pratique, traduites sur la quatrième et dernière édition de l’ouvrage anglais de M. Cullen (Paris, Duplain, 1785 ; vol. 2 p. 283-284 pour le passage en question).

15 Johann Christian August Heinroth, Lehrbuch der Störungen des Seelenlebens oder die Störungen und ihrer Behandlung, Leipzig, Vogel, 1818.

16 Ibid., p. 154-155.

17 Ibid., p. 254 et p. 314-316.

18 Ibid., p. 254.

19 Wilhelm Griesinger, Die Pathologie und Therapie der psychischen Krankheiten für Aerzte und Studirenden, Stuttgart, Krabbe, 1845.

20 Ibid., p. 253-254.

21 Ibid., p. 253.

22 Ibid., p. 253.

23 Karl Ludwig Kahlbaum, Die Gruppierung der psychischen Krankheiten und die Einteilung der Seelenstörungen, Dantzig, Kafemann, 1863, p. 100-102.

24 Ludwig Snell, « Über Monomanie als primäre Form der Seelenstörung », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie 22, 4, 1865, (p. 368-381).

25 Ibid., p. 378-379 et p. 381.

26 Ibid., p. 369-379.

27 Wilhelm Griesinger, « Vortrag zur Eröffnung der psychiatrischen Klinik zu Berlin am 2. Mai 1867 », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten 1, 1867, (p. 143-158).

28 Ibid., p. 148. De manière étonnante, Marc Géraud, dans la conclusion de son article « Wilhelm Griesinger (1817-1868), somatiker et figure majeure de la psychiatrie allemande » (Annales médico-psychologiques 173, 2015, p. 113-116) passe sous silence cette conversion tardive de Griesinger à la doctrine des Verrücktheiten primaires.

29 Eric J. Engstrom, Clinical psychiatry in imperial Germany : A history of psychiatric practice, Ithaca, Cornell University Press, 2003, chap. 3 : « Wilhelm Griesinger’s reform program », (p. 51-87).

30 Wilhelm Griesinger, « Über einen wenig bekannten psychopathischen Zustand », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten 1, 3, 1868, (p. 626-635).

31 Ibid., p. 628.

32 Pierre-Henri Castel, Âmes scrupuleuses, vies d’angoisse, tristes obsédés, Paris, Ithaque, 2011, p. 394-395.

33 Ibid., p. 393 ; Marc Géraud, op. cit.

34 Ian Dowbiggin, « Delusional diagnosis ? The history of paranoia as a disease concept in the modern era », History of psychiatry 11, 2000, (p. 37-69), p. 43 ; voir aussi la fin de ce chapitre.

35 Wilhelm Sander, « Über eine specielle Form der primären Verrücktheit », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheit 1, 1868, p. 388.

36 Ibid., p. 395-396.

37 Ibid., p. 416-417. Dans son texte de 1867, Griesinger citait Morel, le père français de la théorie de la dégénérescence (p. 148), mais ses propres théories explicatives restaient d’ordre neurologique (p. 154-157).

38 Exposé publié deux ans plus tard : Carl Westphal, « Über die Verrücktheit », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie 34, 1878, (p. 252-257).

39 Ibid., p. 253.

40 François Sauvagnat, « La systématisation paranoïaque en question », in : Pensée psychotique et création de systèmes, Toulouse, Érès, 2003, (p. 141-175), p. 151.

41 Carl Westphal, op. cit., p. 33 ; Paul Bercherie, Histoire et structure du savoir psychiatrique. Les fondements de la clinique 1, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 96.

42 La question fit, entre autres, l’objet de remarques de Max Friedmann en 1895 (« Zur Kenntniss und zum Verständniss milder und kurz verlaufender Wahnformen », Neurologisches Centralblatt 14, 1895, p. 448-457) et d’August Cramer en 1902 (« Krankhafte eigenbeziehung und beachtungswahn », Berliner klinische Wochenschrift 24, p. 559).

43 Le terme de Paranoia, promu par Heinroth en 1818, n’était jamais vraiment tombé en désuétude. Nous l’avons vu, Kahlbaum y eut recours en 1863 (op. cit.) dans un sens très proche de celui de Heinroth, pour désigner des troubles se développant dans la sphère intellectuelle. C’est en 1888 que s’effectua, dans les manuels de psychiatrie extrêmement populaires publiés par Richard von Krafft-Ebing (Lehrbuch der Psychiatrie auf klinischer Grundlage für praktische Ärzte und Studirende, 3e éd., Stuttgart, Enke), le passage de relais entre le terme de « Verrücktheit primaire » et celui de Paranoia.

44 Emil Kraepelin, Psychiatrie. Ein kurzes Lehrbuch für Studirende und Ärzte, 5e éd., Leipzig, Barth, 1896, p. 653.

45 Ibid., p. 656.

46 Heinrich Schüle, Handbuch der Geisteskrankheiten, Leipzig, Vogel, 1878. La troisième édition de cet ouvrage, parue en 1886, fut traduite en français par Jules Dagonet et Georges Duhamel sous le titre de Traité clinique des maladies mentales, Paris, Delahaye et Lecrosnier, 1888.

47 Ibid., p. 468.

48 Ibid., p. 469-470.

49 Ibid., p. 464.

50 Ibid., p. 465. Les choses deviendront encore plus inextricables lorsque, dans la troisième version de son manuel de psychiatrie, Schüle supprimera toute mention de la Verrücktheit et proposera de mettre en équivalence les termes de Wahnsinn et de Paranoia (Heinrich Schüle, Klinische Psychiatrie. Specielle Pathologie und Therapie der Geisteskrankheiten, 3e éd., Vogel, Leipzig, 1886, p. 130-145).

51 Richard von Krafft-Ebing, Lehrbuch der Psychiatrie auf klinischer Grundlage für praktische Ärzte und Studirende, Stuttgart, Enke, 1879 ; mêmes références pour la 6e édition, 1897.

52 Richard von Krafft-Ebing, Lehrbuch (6e éd.), p. 366-410.

53 Ibid., p. 350-354.

54 Emanuel Mendel, « Die Paranoia », in : Albert Eulenburg (éd.), Real- Encyclopädie der gesammten Heilkunde, vol. 15, Wien et Leipzig, Urban et Schwarzenberg, 1888, (p. 214-243).

55 Ibid., p. 215-216.

56 Ibid., p. 217-227.

57 Ibid., p. 240.

58 Carl Wilhelm Werner, Die Paranoia, eine Monographie, Stuttgart, Enke, 1891.

59 Ibid., p. 45.

60 Ibid., passim. Les nombreuses vignettes cliniques données par Werner reflètent, à nos yeux, la grande hétérogénéité des troubles rassemblés dans la catégorie des Paranoia.

61 Theodor Ziehen, Psychiatrie für Ärzte und Studirende, Berlin, Wreden, 1894, (p. 341-387).

62 August Cramer, « Abgrenzung und Differential-Diagnose der Paranoia », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie 51(2), 1895, p. 286-361 ; August Cramer et Just Boedecker, « Abgrenzung der Paranoia », Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie 512, 1895, (p. 488-491).

63 August Cramer et Just Boedecker, op. cit., p. 489.

64 August Cramer, op. cit, p. 331-334.

65 Ian Dowbiggin (op. cit., p. 43-46) a bien souligné combien les lignes de force de la Paranoiafrage, qu’il mit en évidence d’une façon magistrale, appelaient une réponse exempte, au moins en apparence, de spéculation. Sur la méthode dite des « cartes diagnostiques » employée par Kraepelin, on peut se référer à : Matthias M. Weber et Eric J. Engstrom, « Kraepelin’s “diagnostic cards” : the confluence of clinical research and preconceived categories », History of psychiatry 8, 1997, (p. 375-385).

66 Jacques Lacan, De la psychose paranoïaque dans ses rapports avec la personnalité, Paris, Éditions du Seuil, 1975, p. 23. La première édition de l’ouvrage fut publiée aux éditions Le François, Paris, 1932.

67 Emil Kraepelin, Psychiatrie. Ein kurzes Lehrbuch für Studirende und Ärztes (6e édition), vol. II, Leipzig, Barth, 1899, p. 426-445. Les étapes de l’élaboration théorique au long cours de Kraepelin sont décrites par Thierry Haustgen et Jérémie Sinzelle dans leur série d’articles, « Emil Kraepelin (1856-1926) », notamment aux parties 2 : « Le Traité » et 3 : « Les grandes entités cliniques », Annales médico-psychologiques 168, 2010, (p. 716-719 et p. 792-795).

68 Nous empruntons cette traduction à Jacques Lacan (De la psychose paranoïaque, p. 23). Notons cependant que le même auteur devait réfuter terme à terme ladite définition, dans le séminaire qu’il consacra – un peu plus de vingt ans plus tard – à la notion de psychose (Le Séminaire, livre III. Les Psychoses [1955-1956], Paris, Éditions du Seuil, 1981, p. 26-27).

69 Emil Kraepelin, Psychiatrie, p. 137-213.

70 Ces critères sont indiqués par Kenneth S. Kendler, « Kraepelin and the diagnostic concept of paranoia », Comprehensive psychiatry 29, 1988, (p. 4-11).

71 Paul Sérieux et Joseph Capgras, Les Folies raisonnantes : le délire d’interprétation, Alcan, Paris, 1909.

72 Gustav Specht, Über den pathologischen Affekt in der chronischen Paranoia, Erlangen, Deichert, 1901 ; Gustav Specht, « Chronische Manie und Paranoia », Zentralblatt für Nervenheilkunde und Psychiatrie 28, 1905, (p. 590-597) ; Gustav Specht, « Über die klinische Kardinalfrage der Paranoïa », Zentralblatt für Nervenheilkunde und Psychiatrie 31, 1908, (p. 817-833).

73 Joseph Klüber, « Ein kasuistischer Beitrag zu G. Spechts Lehre von dem Zusammenhang der chronischen Paranoia (Querulantenwahn) mit der chronischen Manie », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie 131, 1931, (p. 152-170).

74 Ernst Rittershaus, « Die chronische Manie und ihre praktische Bedeutung », Allgemeine Zeitschrift für Neurologie und Psychiatrie 79, 1923, (p. 324-345).

75 Gottfried Ewald, « Das manische Element in der Paranoia », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie 75, 1925, (p. 665-763).

76 Joseph Klüber, op. cit., p. 166.

77 Ibid.

78 Eugen Bleuler, Affektivität, Suggestibilität, Paranoia, Halle, Marhold, 1906.

79 Karl Jaspers, Allgemeine Psychopathologie. Ein Leitfaden für Studierende, Ärzte und Psychologen, Berlin, Springer, 1913.

80 Karl Jaspers, « Eifersuchtswahn. Ein Beitrag zur Frage, Entwicklung einer Persönlichkeit oder Prozess ? », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie 1, 1910, (p. 567-637).

81 Ibid., p. 575-600.

82 Ibid., p. 615-624.

83 Ibid., p. 612.

84 Ibid., p. 612.

85 Charles Lasègue, « Du délire des persécutions », Archives générales de médecine 28, 1852, (p. 129-150). Il faut noter que Lasègue met au pluriel le délire des persécutions. La plupart de ses successeurs optèrent pour le singulier, et c’est sous cette forme que l’expression est passée dans la langue courante. Nous n’utilisons donc le pluriel que pour citer Lasègue ou nous référer à ses travaux.

86 Ibid., p. 133.

87 Ibid., p. 130.

88 Ibid., p. 133-142.

89 Jean-Pierre Falret, « De la non-existence de la monomanie » (1854), in : Des Maladies mentales et des asiles d’aliénés, Paris, Baillère, 1864, p. 445.

90 Charles Lasègue, op. cit., p. 131.

91 Henri Taguet, « Les aliénés persécuteurs », Annales médico-psychologiques 15, 1876, (p. 5-19).

92 Jules Falret, « Des aliénés persécutés raisonnants et persécuteurs », Annales médico-psychologiques 19, 1878, (p. 413-417).

93 Paul Pottier, Étude sur les aliénés persécuteurs, Paris, Asselin et Houzeaux, 1886.

94 Jules Falret, « La folie raisonnante ou folie morale », in : Études cliniques sur les maladies mentales et nerveuses, Paris, Baillière, 1866, p. 489.

95 Ibid., p. 490.

96 Ibid.

97 Valentin Magnan, Leçons cliniques sur les maladies mentales, Paris, Progrès médical, 1891, p. 293.

98 Gilbert Ballet (dir.), Traité de pathologie mentale, Paris, Doin, 1903.

99 Jules Séglas, Leçons cliniques sur les maladies mentales et nerveuses, Paris, Asselin et Houzeaux, 1895, p. 384 ; sur l’introduction du terme de paranoïa, voir Thierry Haustgen et Marc-Louis Bourgeois, « Le Dr Jules Séglas (1856-1939), président de la Société Médico-Psychologique, sa vie et son œuvre », Annales médico-psychologiques 160, 2002, (p 705-707).

100 Paul Sérieux et Joseph Capgras, op. cit., p. 246-263.

101 Alexandre Cullerre, « Une forme de délire systématisé des persécutés-persécuteurs, le délire de revendication », Annales médico-psychologiques 5, 1897, (p. 353-368).

102 Paul Sérieux et Joseph Capgras, op. cit., p. 263.

103 Paul Pottier, op. cit., p. 29-30.

104 Johann Ludwig Casper, Practisches Handbuch der gerichtlichen Medizin, Berlin, Hirschwald, 1857, (p. 569-577).

105 Emil Kraepelin, Psychiatrie, Ein kurzes Lehrbuch für Studirende und Ärzte, 8e éd., Leipzig, Barth, 1909-1915, p. 1533-1546.

106 Paul Sérieux et Joseph Capgras, op. cit., p. 8.

107 Gaëtan Gatian de Clérambault, « Les délires passionnels. Érotomanie, Revendication, Jalousie » (1921), in : Œuvres psychiatriques, Paris, Frénésie, 1987, p. 344.

108 Aujourd’hui encore, la classification des délires paranoïaques élaborée par Gaëtan Gatian de Clérambault fait figure de référence. Elle reste enseignée dans certaines formations de psychiatrie françaises, comme en témoigne le Cours de psychiatrie du CNUP (Collège National des Universitaires en psychiatrie) élaboré par Gaël Fouldrin, Raphaël Gourevitch, Frank Baylé et Florence Thibaut en 2006 : « Psychoses et délires chroniques non schizophréniques (§ 1 : Les délires paranoïaques) », sans date de mise en ligne : http://psyfontevraud.free.fr/cours/278-delires.htm (dernière consultation : 30 octobre 2019).

109 Stéphane Gumpper et Thierry Haustgen, « Gaëtan Gatian de Clérambault (1872-1934) – I. Sa vie et son oeuvre », Annales Médico-Psychologiques 170, 2012, (p. 224-230), p. 225.

110 Gaëtan Gatian de Clérambault, « Définition de l’automatisme mental » (1924), in : Œuvres psychiatriques, (p. 492-494.)

111 Stéphane Gumpper et Thierry Haustgen, op. cit., p. 226-227.

112 Jules Baillarger, De l’influence de l’état intermédiaire à la veille et au sommeil sur la production et la marche des hallucinations, Paris, Baillière, 1846.

113 Jules Baillarger, « La théorie de l’automatisme étudiée dans le manuscrit d’un monomaniaque », Annales médico-psychologiques 2, 1856, (p. 54-65).

114 Jules Séglas, Leçons cliniques sur les maladies mentales et nerveuses, Paris, Asselin et Houzeau, 1895, respectivement p. 800-818, p. 374 et p. 440.

115 Jules Séglas, « Hallucinations psychiques et pseudo-hallucinations verbales », Journal de psychologie 11, 1914, (p. 289-315).

116 Gaëtan Gatian de Clérambault, « Définition de l’automatisme mental » (1924), in : Œuvres psychiatriques, p. 492.

117 Gaëtan Gatian de Clérambault, « Les psychoses à base d’automatisme » (1925) in : Œuvres, p. 534.

118 Theodor Meynert, Klinische Vorlesungen über Psychiatrie auf wissenschaftlichen Grundlagen für Studirende und Aerzte, Juristen und Psychologen, Vienne, Deuticke, 1890.

119 Ibid., p. 152-153 et p. 160-163.

120 Theodor Ziehen, « Über Störungen des Vorstellungsablaufes bei Paranoia », Archiv für Psychiatrie 24, 1892, (p. 112-154 et p. 365-402).

121 Ibid., p. 380 et passim.

122 Ibid., p. 390-391.

123 Clemens Neisser, « Erörterungen über die Paranoia vom klinischen Standpunkte », Zentralblatt für Nervenheilkunde und Psychiatrie 15, 1892, (p. 1-20).

124 Ibid., p. 3, p. 5-7 (et passim).

125 Ibid., p. 4-6.

126 Carl Wernicke, Grundriss der Psychiatrie in klinischen Vorlesungen, Leipzig, Thieme, 1894.

127 Ibid., p. 113.

128 Ibid., p. 113-114.

129 Josef Berze, Über das Primärsymptom der Paranoia, Halle, Carl Marhold, 1903.

130 Ibid., passim.

131 Ibid., p. 14 et 37.

132 Gaëtan Gatian de Clérambault, « Les psychoses à base d’automatisme », p. 538.

133 Henri Ey, « Les délires systématisés chroniques » (p. 333-334), in : Henri Ey, Leçons du mercredi sur les délires chroniques et les psychoses paranoïaques, Perpignan, Crehey, 2010.

134 Emil Kraepelin, Psychiatrie, 8e éd.

135 Ibid., p. 1710-1713.

136 Ibid., p. 1715-1755 (vignettes cliniques).

137 Hermann Krueger, Die Paranoia. Eine monographische Studie, Berlin, Springer, 1917 ; voir aussi Michael Schifferdecker et Uwe Hendrik Peters, op. cit., p. 244.

138 Hermann Krueger, op. cit., p. 7.

139 Werner Gutsch, « Beitrag zur Paranoia-Frage », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie 38, 1918, (p. 286-321).

140 Ibid., p. 320 ; le même point est développé à p. 288-291.

141 Ibid. ; le même point est davantage développé à p. 290.

142 Ernst Kretschmer, Der sensitive Beziehungswahn. Ein Beitrag zur Paranoiafrage und zur psychiatrischen Charakterlehre, Berlin, Springer, 1918.

143 Ibid., passim.

144 Voir plus haut.

145 Le mot, employé par Krueger (op. cit., p. 7 et passim), est bien sûr de la même famille que celui de Verrücktheit.

146 Georges Lantéri-Laura, op. cit., p. 71-72.

147 Robert Gaupp, « Der Fall Wagner. Eine Katamnese, zugleich ein Beitrag zu der Lehre von der Paranoia », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie 60, 1920, (p. 312-327) ; Robert Gaupp, « Krankheit und Tod des paranoischen Massenmörders Hauptlehrer Wagner. Eine Epikrise », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie 163, 1938, (p. 48-82).

148 Robert Gaupp, « Krankheit und Tod », p. 69 et p. 70.

149 Robert Gaupp, « Der Fall Wagner », p. 324, p. 326 et passim ; « Krankheit und Tod », passim.

150 Robert Gaupp, « Der Fall Wagner », p. 320 et 323 ; « Krankheit und Tod », p. 55, p. 82 et passim.

151 Ilse Barande, op. cit. Georges Lantéri-Laura parle, pour sa part, d’« évolution presque toujours favorable » (op. cit., p. 72), ce que les écrits de Gaupp ne confirment pas.

152 Ilse Barande, op. cit.

153 Friedrich Jolly, « Degenerationspsychose und Paranoia », Charité-Annalen 27, 1903, (p. 465-476).

154 Ibid., p. 476.

155 Kurt Schneider, Die psychopathischen Persönlichkeiten, Leipzig et Vienne, Deuticke, 1923.

156 Ibid., p. 8.

157 Julius Raecke, Der Querulantenwahn. Ein Beitrag zur sozialen Psychiatrie, Munich, Bergmann, 1926.

158 Ibid., p. 14.

159 Ibid., p. 15.

160 Kurt Kolle, « Über Querulanten », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten 95, 1931, (p. 24-102).

161 Ibid., p. 51.

162 Ibid., p. 87.

163 Johannes Lange, « Über die Paranoia und die paranoische Veranlagung », Archiv für Psychiatrie und Nervenkrankheiten 93, 1925, (p. 85-152).

164 Kurt Kolle, op. cit., p. 90.

165 Marcel Montassut, La Constitution paranoïaque, Vannes, Commelin, 1924.

166 Ibid., p. 49.

167 Ibid., p. 76.

168 Ibid., p. 82.

169 Georges Genil-Perrin, Les Paranoïaques, Paris, Maloine, 1926.

170 Ibid., passim.

171 Ibid., p. 26.

172 Ibid., passim.

173 Jacques Lacan, De la psychose paranoïaque, p. 71-76.

174 Ibid., p. 247.

175 Ibid., p. 54.

176 Ibid., p. 349.

177 Ibid., p. 254.

178 Jacques Lacan, Le Séminaire, Livre XXIII. Le sinthome, Paris, Éditions du Seuil, 2005, p. 53.

179 APA [American Psychiatric Association], Diagnostic and statistical manual of mental disorders [DSM-II], 2e éd., Washington, American Psychiatric Association, 1968.

180 APA [American Psychiatric Association], Diagnostic and statistical manual of mental disorders [DSM-5], 5e éd., Washington, American Psychiatric Association, 2013.

181 OMS [Organisation mondiale de la santé], Classification internationale des maladies, dixième révision (CIM-10, version 2008) : http://apps.who.int/classifications/icd10/browse/2008/fr#/F60-F69 (dernière consultation : 30 octobre 2019).

182 Søren Fryd Birkeland, « Paranoid personality disorder and the schizophrenia spectrum. Where to draw the line ? », Personality and mental health 7, 3, 2013, (p. 254-258).

183 Benjamin Lévy, Quérulence processive et délires de revendication. Un autre paradigme de la paranoïa, thèse de doctorat en psychanalyse et psychopathologie, Paris, Université Paris Diderot, 2016, p. 269-271 ; Cécile Prudent, Renaud Evrard et Claude de Tychey, « La classification de la paranoïa dans la psychiatrie américaine contemporaine : une revue de la littérature », L’Évolution psychiatrique 82, 2017, (p. 191-216).

184 Henri Ey et Robert Pujol, « Groupe des délires chroniques : III. Les deux grands types de personnalités délirantes », Encyclopédie médico-chirurgicale, Psychiatrie [37299 C10 2-1955], Paris, 1955 ; voir aussi Henri Ey, op. cit. (p. 257-364 et p. 374-383).

185 OMS, op. cit., F.22 (trouble délirant) : http://apps.who.int/classifications/icd10/browse/2008/fr#/F22.0 (dernière consultation : 30 octobre 2019).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benjamin Lévy, « De la Paranoia aux délires paranoïaques : correspondances franco-allemandes et émergence d’une catégorie nosographique à la charnière du xixe et du xxe siècle »Revue germanique internationale, 30 | 2019,  39-63.

Référence électronique

Benjamin Lévy, « De la Paranoia aux délires paranoïaques : correspondances franco-allemandes et émergence d’une catégorie nosographique à la charnière du xixe et du xxe siècle »Revue germanique internationale [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 07 janvier 2020, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2281 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2281

Haut de page

Auteur

Benjamin Lévy

Chercheur associé au Centre de recherche Psychanalyse, Médecine et Société (Université Paris Diderot), psychologue clinicien
benjamin.levy[at]outlook.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals