Navigation – Plan du site

Le placement familial et les liens entre difficultés économiques et intégration sociale des malades mentaux dans la France du xixe siècle

Die Psychiatrische Familienpflege und der Zusammenhang zwischen ökonomischer Not und gesellschaftlicher Integration psychisch Kranker im Frankreich des 19. Jahrhunderts
Psychiatric Family Care and the Relationship between Economic Crises and the Integration of the Psychically Ill in 19th Century France
Thomas Müller
Traduction de Martine Sgard
p. 65-85

Résumés

Le comparatisme est une méthodologie bien établie dans l’histoire de langue allemande et dans les sciences connexes. Mais l’histoire de la médecine reste en retrait jusqu’ici. Cette contribution discutera d’un côté la mise en œuvre de la méthode comparative en histoire de la médecine et, d’un autre côté, dans le cadre d’une problématique d’histoire de la psychiatrie. Elle en explicitera les enjeux pour l’étude de l’assistance aux malades mentaux au xixe siècle. Dans le contexte d’une comparaison franco-allemande systématique, l’accent sera mis sur l’interdépendance entre crise économique et développement, en même temps que sur les stratégies d’assistance aux malades mentaux. La critique formulée à l’encontre des institutions psychiatriques fermées comme à leur légitimité de manière générale à partir des années 1860 est ici à prendre en compte. Parmi les modèles alternatifs discutés, c’est le placement familial qui s’est imposé parmi les réformateurs. En France et en Allemagne, des formes hybrides du modèle d’assistance belge ont ainsi été mises en œuvre, certains experts transnationaux jouant à cette occasion un rôle d’agent actif de la réforme.

Haut de page

Texte intégral

La méthode comparative en histoire de la médecine

1L’emploi de comparaisons historiques sous des formes variées est une méthode bien établie dans de nombreux travaux de recherche historique allemands et dans les sous-disciplines de l’histoire. Sur ce point, toutefois, l’histoire de la médecine fait jusqu’à présent exception. Dans cet article nous discuterons, d’une part, de l’utilisation de la méthode comparative en histoire de la médecine, et nous évaluerons, d’autre part, son application en prenant l’exemple du traitement des malades mentaux en France et en Allemagne au xixe siècle, abordé sous l’angle de l’histoire de la psychiatrie. Étant donné le cadre limité de cette étude, nous avons choisi de mettre l’accent sur le cas de la France.

2La comparaison franco-allemande est en l’occurrence une perspective d’analyse historique particulièrement féconde. On considère en effet trop souvent encore que les événements majeurs du long xixe siècle ont été la formation d’États-nations. En conséquence, on insiste sur les rivalités et les hostilités entre pays, et en particulier entre les deux pays qui nous intéressent ici : il suffit de penser à la qualification d’« ennemis héréditaires » par laquelle on résume les relations entre l’Allemagne et la France. Ce faisant, on oublie que des développements et des interrelations transnationales essentielles caractérisent tout autant ces rapports, comme l’ont montré certains travaux de recherches plus récents. Or, des concepts uniquement dualistes ne permettent de rendre compte que grossièrement des ressemblances et des divergences, de leur complexité et de leurs imbrications.

  • 1 Thomas Müller, « Le placement familial des aliénés en France. Le baron Mundy et l’Exposition univer (...)

3C’est ce que l’on peut montrer également en histoire de la médecine, entre autres par l’histoire des expositions universelles, où était aussi représenté, grâce à des initiatives de spécialistes allemands, austro-hongrois et français, pionniers en la matière, le placement familial des aliénés : ce thème d’histoire de la psychiatrie ainsi que son évolution entre 1850 et 1914 environ est au cœur de cet article1. Les liens entre les acteurs du placement familial et leurs fonctions par rapport au phénomène transnational des expositions universelles recoupent ici un autre thème très présent dans ces dernières : la politique coloniale. Une preuve en est que l’on retrouve, dans la France de la Troisième République, celui qui fut peut-être le principal défenseur et pionnier du placement familial à ses débuts, Auguste-Armand Marie (1865-1934), dans le contexte du développement des colonies françaises d’Afrique du Nord.

4Sur fond d’une comparaison systématique franco-allemande, l’accent portera surtout sur les relations entre crises économiques et développements psychiatriques d’une part, et, de l’autre, sur les stratégies mises en œuvre en matière de traitement des aliénés.

Comparaison internationale, transfert et histoire croisée

  • 2 Hartmut Kaelble, Der historische Vergleich. Eine Einführung zum 19. und 20. Jahrhundert, Francfort- (...)
  • 3 La comparaison historique a joué un rôle essentiel dans le cadre d’un programme de la DFG (DFG-Schw (...)
  • 4 Lutz D. H. Sauerteig, « Vergleich : Ein Königsweg auch für die Medizingeschichte ? Methodologische (...)
  • 5 Nous n’en donnons qu’un échantillon : Christian Bonah, Instruire, guérir, servir. Formations, reche (...)
  • 6 Marijke Gijswijt-Hofstra, Roy Porter (éd.), Cultures of psychiatry and mental health care in postwa (...)
  • 7 Pour une prise de position concise, voir, parmi d’autres exemples : Jörn Leonhard, « Von den “idées (...)
  • 8 Voir entre autres la présentation que donne Michel Espagne des limites du comparatisme depuis le mi (...)
  • 9 Voir entre autres Sebastian Conrad, « Doppelte Marginalisierung. Plädoyer für eine transnationale P (...)
  • 10 Associé surtout au nom de Shalini Randeria : voir entre autres Sebastian Conrad et Shalini Randeria (...)
  • 11 Katja Naumann, Michael Mann, « Conference Report : “1989 in a Global Perspective” », Comparativ. Ze (...)
  • 12 Johannes Paulmann, « Internationaler Vergleich und interkultureller Transfer. Zwei Forschungsansätz (...)
  • 13 Marc Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Revue de synthèse historique 4 (...)
  • 14 Voir par exemple Hartmut Kaelble, Nachbarn am Rhein. Entfremdung und Annäherung der französischen u (...)
  • 15 Étienne François, « Deutschland und Frankreich in Vergangenheit, Gegenwart und Zukunft », in : Wolf (...)

5Plusieurs auteurs connus ont pris position en Allemagne à propos de l’emploi de la comparaison en histoire moderne et contemporaine2. De nos jours, la méthode comparative, sous différentes formes, est largement pratiquée dans de nombreux domaines et sous-disciplines de l’histoire. La recherche en transfert culturel fait par ailleurs partie des approches les plus fécondes des études culturelles actuelles. L’adoption de cette perspective et les résultats auxquels elle conduit ont déjà été intégrés, depuis quelques années, dans de vastes projets de recherches financés par la prestigieuse Fondation allemande pour la recherche (DFG, Deutsche Forschungs-Gemeinschaft)3. L’histoire de la médecine est tout d’abord restée dans l’ensemble en retrait4, même si de brillants travaux recourent désormais à cette méthode5. Nous évoquerons plus loin les premiers travaux de ce genre en histoire de la psychiatrie6. Parmi les nombreuses études méthodologiques sur l’opposition des deux méthodes, histoire comparée ou analyse des transferts, en histoire, nous ne mentionnerons que les plus pertinentes pour notre sujet7. Jusqu’à une date assez récente, on établissait une nette distinction entre ces deux méthodes8. Pourtant, depuis le début de ce siècle au plus tard, les limites et les faiblesses d’une histoire cantonnée dans les frontières nationales sont devenues de plus en plus évidentes9 et les méthodes utilisées pour des analyses internationales ont été beaucoup améliorées. De nouvelles méthodes et perspectives sont venues s’y ajouter, comme le concept de l’entanglement10 (enchevêtrement, interdépendance). Les développements ont été particulièrement variés et féconds dans les études comparées après 198911. Si les années 1980 et le début des années 1990 avaient encore été fortement marquées par la distinction entre comparaison historique et histoire des relations, on s’entend aujourd’hui en beaucoup d’endroits à intégrer ces différentes positions12. L’étude parallèle promue par Marc Bloch en histoire comparative, qui alliait déjà certains aspects des deux méthodes évoquées ici13, permettait selon lui d’étudier des sociétés « sans cesse influencées les unes par les autres ». L’histoire des relations entre les « voisins de part et d’autre du Rhin », dont il est question ici, connaît des phases d’interdépendance économique étroite, comme dans les années 1860, jusqu’à l’exposition universelle de 1867, ou lors des conflits armés de 1870-1871 ou encore pendant les guerres mondiales du siècle suivant14. Il y une dizaine d’années, Étienne François suggérait déjà qu’il y avait de bonnes raisons pour ne pas considérer les deux nations seulement dans la perspective des ressemblances et des différences de leur histoire, car l’ampleur et la complexité de leurs interrelations rendaient légitime de parler d’héritage commun et de culture de la mémoire commune des « amis héréditaires »15.

  • 16 Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité »,(...)
  • 17 Comme l’a montré de manière convaincante un colloque international pluridisciplinaire franco-allema (...)

6L’intégration croissante des méthodes de comparaison systématique et d’étude des transferts, dont les partisans respectifs mènent entre eux une discussion constructive et tout aussi croissante, peut être illustrée par le développement de l’histoire croisée, une perspective dont on souligne que ce n’est pas une méthode16. Il s’agit bien plutôt d’une approche historique à perspectives multiples qui semble apte à révéler mais aussi à surmonter les limites de l’histoire nationale. Elle exerce toujours une certaine fascination sur les chercheurs en histoire17.

  • 18 Voir Waltraud Ernst, Thomas Müller, op. cit., (p. IX-XXIII), p. XII.
  • 19 Comme on le sait bien, il est également impossible de respecter toutes les exigences théoriques dan (...)

7Ce nouvel outil de l’histoire croisée repose entre autres sur d’anciennes publications de Michael Werner et de Michel Espagne, qui relèvent, en dernier recours, de l’historiographie transnationale : sans unités historiques isolées, il n’y a plus de limites traditionnelles, mais des « croisements ». D’autre part, dans les textes plus récents de Werner et Zimmermann, entre autres, il est difficile de ne pas remarquer une certaine prétention hégémonique quant à l’efficience et à la supériorité de l’histoire croisée par rapport à l’histoire comparée systématique et aux études de transfert (culturel). Ce qui est un peu gênant, c’est que les avantages soulignés par ces deux auteurs sont censés être valables indépendamment des faits étudiés, de l’objet historique choisi, voire de la discipline des sciences sociales concernée par l’étude historique en question. Cette prétention n’est pas entièrement convaincante18 car il est évident que toutes les méthodes et concepts ont des qualités et une légitimité, mais également des limites. En outre, la problématique et les sources devraient figurer au début d’un travail de recherche en histoire, avant que l’on ne s’interroge sur la façon dont on pourrait préciser l’étude ou en améliorer les résultats au moyen de théories complémentaires, voire contradictoires19. La méthode comparative est particulièrement adéquate pour dégager puis expliquer des ressemblances et des différences entre deux ou plusieurs objets d’étude, qui sont ensuite délibérément séparés lors de l’analyse. De même, une histoire des transferts ne saurait faire l’économie d’une analyse précise du processus du transfert lui-même, donc aussi de son origine et de sa destination, de la description de ce qui est transféré et ainsi modifié, du processus d’appropriation ainsi que des acteurs impliqués – alors que le concept, essentiellement anglo-saxon, d’entanglement se révèle utile précisément lorsque ces limites semblent devenues indiscernables. Par rapport à ces approches, l’histoire croisée prend effectivement en compte des perspectives multiples, mais elle place la recherche individuelle ou collective face au défi de changer de perspective de façon ciblée et coordonnée à propos d’objets de recherche qui sont eux-mêmes changeants. Il est donc évident que, dans bien des travaux de recherche, il n’est ni possible, ni réalisable de vouloir pratiquer constamment l’histoire croisée, pour des raisons multiples, essentiellement concrètes, dues aux ressources limitées en temps et en personnel. S’insérant dans un projet de recherche plus vaste, ce travail est lui aussi inévitablement confronté à ces limites.

  • 20 Waltraud Ernst, Thomas Müller, op. cit., (p. IX-XXIII), p. XII.

8Indépendamment de la présente étude, nous voudrions une fois encore suggérer qu’il n’est possible de juger des avantages et des inconvénients, de l’utilité, voire de la supériorité d’une méthode historique ou d’un concept analytique historique, qu’à partir du matériau et des sources dont on dispose, ainsi que de la problématique traitée, tout comme du bien-fondé et de la plausibilité des résultats obtenus20.

Objet de la recherche

  • 21 À propos desquels, d’après Martin Dinges, il y a non seulement très peu d’études en général, mais p (...)

9Analyser l’histoire du placement familial des aliénés, objet central de cet article – dans une perspective franco-allemande élargie à d’autres références géoculturelles – ne permet pas uniquement de comparer les systèmes thérapeutiques de deux grands États d’Europe occidentale à la fin du xixe siècle21. Cette étude met également en lumière les rapports entretenus par les médecins spécialisés avec la médecine non professionnelle ainsi qu’avec leurs collègues d’autres contextes culturels et leurs pratiques du traitement psychiatrique. L’histoire de cette forme particulière de traitement psychiatrique nous donne par ailleurs un bon aperçu sur les liens entre les exigences médicales, d’un côté, et les décisions économiques d’une société (ou d’une région), de l’autre. Pour comprendre l’histoire du placement familial des aliénés, il est important d’avoir une vision comparative de la façon dont différents systèmes médicaux abordent un phénomène dont les significations et l’origine religieuse chrétienne sont évidentes. On touche ici à des aspects qui relèvent de l’histoire culturelle en général. En conséquence, nous étudierons dans cette perspective comparée trois questions principales :

    • 22 Thomas Müller, Psychiatrische Familienpflege im Vergleich. Zur Rezeption eines belgischen Therapies (...)

    Dans le cadre du projet de recherche dans lequel s’inscrit ce travail22, nous avons entrepris pour la première fois une étude comparative systématique des débats concernant le système de traitement du placement familial des aliénés en France et en Allemagne.

  1. Nous avons choisi à titre d’exemples trois institutions bien établies dans chacun des pays et différentes régions d’Allemagne et de France, dont nous avons analysé les structures, établissant une comparaison entre elles. La question-clé était ici de savoir pourquoi, malgré toutes les ressemblances, on observe des différences de mise en œuvre du placement familial dans ces contextes nationaux.

  2. Nous examinons les échanges scientifiques entre les acteurs des pays concernés en nous intéressant à la question de savoir dans quelle mesure des catégories « nationales » sont applicables à ce domaine de l’histoire de la médecine et de la psychiatrie.

Le traitement des malades mentaux comme objet d’une comparaison franco-allemande

10Le placement familial des aliénés ou les soins apportés aux malades mentaux dans des familles qui ne sont pas les leurs (la forme que l’on appelle « hétéro-familiale ») et contre rémunération, est une forme de traitement dont l’importance dans le domaine psychiatrique de la santé a connu un renouveau en République fédérale d’Allemagne depuis les années 1980 et s’accroît même à l’heure actuelle dans le contexte clinique. En France, le placement familial psychiatrique n’a pas cessé d’exister depuis les années 1890.

11L’histoire du placement familial des aliénés présente un intérêt exceptionnel et concerne le monde entier. Au-delà de l’histoire de la médecine, son étude d’ensemble implique différents domaines de recherche historique, comme l’histoire des relations scientifiques internationales ou bien – en raison de ses racines dans les mouvements de pèlerinage chrétien en Europe occidentale – l’histoire de la religion. Les liens étroits que le succès de sa mise en place, à la fin du xixe siècle, entretient avec le contexte économique général des régions concernées rend nécessaire, dans quelques cas, de tenir compte de certains aspects de l’histoire économique, en particulier de l’histoire agraire, comme on le verra par exemple à propos de l’histoire de la viticulture française.

  • 23 Le terme historique allemand désignant cette forme de traitement que certains protagonistes considé (...)

12Le placement familial des aliénés a été et est encore une alternative extérieure à la clinique, au traitement hospitalier des personnes psychiquement malades23. Dans sa conception d’origine (au moins dans l’esprit des médecins qui en furent les pionniers et les premiers défenseurs dans les pays germaniques des années 1860), le placement familial était pensé comme un complément et un élargissement, voire comme une alternative à l’internement psychiatrique contemporain dans des établissements traditionnels, ceux qu’on appelait asiles d’aliénés ou établissements hospitaliers et/ou de cure, ainsi que dans d’autres institutions analogues, parfois privées. Dans cet essai, nous nous concentrerons sur l’étude de ce qu’on appelle le placement hétéro-familial qui, par différence avec la forme dite homo-familiale, ne prévoit d’hébergement que dans des familles autres que celle du patient.

13La première des trois questions principales mentionnées plus haut, dans le cadre du projet de recherche global se rapportait à la comparaison systématique des débats en France et en Allemagne à propos du placement familial. Elle a été abordée à l’aide d’un vaste corpus de sources comprenant des récits de voyage de psychiatres allemands et français publiés dans des journaux médicaux, aussi bien qu’un grand nombre d’autres publications spécialisées, notamment des textes de lois, des statistiques commentées, des descriptions de cas ou des comptes rendus de réunions dans des revues allemandes et françaises. Les monographies de l’époque concernant les débats sur le placement familial et son institutionnalisation ont également joué un rôle important. On a aussi pu tenir compte du registre des visiteurs de la colonie d’aliénés de Gheel, près de la ville flamande d’Anvers, que l’on commença à tenir en 1863 et qui couvre toute la période analysée, se révélant une sorte de « répertoire » de potentiels auteurs pertinents jusqu’en 1914, terme de la période analysée.

  • 24 Cet aspect ne peut pas être développé plus en détail dans cet article. Voir à ce sujet Thomas Mülle (...)

14Parmi les matériaux qui nous ont permis d’étudier les débats sur le placement familial dans le contexte allemand, les récits de voyage de médecins à Gheel24 ainsi que d’autres articles concernant le placement familial publiés dans la revue allemande Allgemeine Zeitschrift für Psychiatrie (1844-1914), de même que les comptes rendus de la section psychiatrie de la Gesellschaft Deutscher Naturforscher und Ärzte jusqu’en 1914 sont d’un intérêt tout particulier. Pour le contexte français, sur lequel nous nous concentrons ici, la source principale, outre les monographies, les articles de revues et d’autres publications analogues, a été les articles concernant le placement familial, de manière directe ou indirecte, parus dans les Annales médico-psychologiques, principal organe français de psychiatrie entre 1843 et 1914. Ceux-ci ont été complétés par un grand nombre d’articles spécialisés parus dans d’autres revues françaises. L’objectif de ce premier examen était de répondre à la question de savoir si le modèle de traitement du placement familial avait fait l’objet de débats au contenu analogue en France et en Allemagne, et s’il s’agissait de processus de réception comparables chez les différents acteurs.

15Dans le cadre de l’étude de grande ampleur qui a conduit au présent travail, le placement familial des aliénés a été étudié dans trois régions allemandes – l’institution de placement familial de Ferdinand Wahrendorff (1826-1898) dans la région d’Ilten, près d’Hanovre, l’initiative de Konrad Alt (1861-1922) à Uchtspringe, dans l’Altmark, ainsi que l’institution communale de placement familial de Wilhelm Sander (1838-1922) et Carl Moeli (1849-1919) à Berlin –, et aussi, en regard de celles-ci, dans les départements français du Cher (18), de l’Allier (03) et de l’Isère (38).

16Dans le Cher et dans l’Allier, voire, avec des réserves, dans le Dauphiné, ainsi qu’en Flandres, à Gheel, ou en Wallonie, à Lierneux (une fondation de placement familial pour des Belges de langue française), les placements familiaux étaient des essais pour mettre en place une forme de traitement sur un territoire étendu, impliquant des régions entières aux points de vue social et économique. Étant donné le nombre assez élevé de récits de voyage venant notamment d’experts psychiatres de France et d’Allemagne qui avaient visité ces régions et leurs institutions psychiatriques, on est surpris du peu d’intérêt porté jusqu’à présent à ces territoires et à leur histoire. Il est remarquable que les régions où se trouvent Lierneux en Belgique, Dun-sur-Auron ou Ainay-le-Château en France n’aient pas eu d’infrastructure médico-psychiatrique auparavant et qu’ainsi, avant la mise en œuvre locale du placement familial, elles ne présentaient aucune institution dans ce domaine. Les structures de traitement décrites ici étaient donc créées de neuf. Pour instaurer un placement familial dans ces lieux, on ne pouvait donc se servir d’aucun asile existant, d’aucun établissement pour malades mentaux (Saint-Robert, dans le Dauphiné, représente à cet égard une exception). Cette description, valable pour la France, diffère de la situation en Allemagne, où les premières tentatives de mise en œuvre du placement familial, à Rockwinkel, près de Brême, Ilten, près d’Hanovre, ou Dalldorf, près de Berlin, ont toutes été développées à partir de l’existence d’authentiques asiles, ou ont été inaugurées en même temps que ceux-ci – comme dans le cas d’Uchtspringe, près de Stendal.

17L’histoire des premiers développements du placement familial des aliénés a tout d’abord été caractérisée par un refus, et ce, dans les deux contextes nationaux : le rejet du schéma en vigueur à Gheel, qui avait valeur de modèle, et celui d’une grande partie des propositions de réforme du psychiatre wurtembergeois Wilhelm Griesinger concernant l’infrastructure psychiatrique ainsi que la thérapie et le traitement, par la majorité des psychiatres allemands au cours des débats décisifs de 1868, firent ainsi que l’introduction à grande échelle du placement familial dans les territoires germaniques disparut provisoirement de l’ordre du jour. Le surpeuplement des asiles ainsi que la prise en compte nécessaire des critiques formulées par de petits groupes de profanes envers la pratique psychiatrique entrainèrent malgré tout la mise en œuvre du placement familial à titre complémentaire à la fin du xixe siècle. Il est intéressant de noter qu’à ce moment, donc trente ou quarante ans plus tard, on ne relevait plus de débat sur le placement familial. Après une phase de tentatives d’applications forcées allant jusqu’en 1910 et une deuxième vague de mises en œuvre pendant la République de Weimar, la politique de santé du national-socialisme conduisit au déclin du placement familial.

18L’histoire du placement familial en France présente, d’un côté, des références et ressemblances qui renvoient clairement à l’institution de Gheel mais, de l’autre, on insistait constamment sur le fait qu’on s’en démarquait. Pour le principal acteur français, la variante écossaise de traitement extrahospitalier, sous forme de ce qu’on appelle boarding-out, constituait un autre modèle.

19Dans la grande majorité des cas, les actes de placement familial institués en France vers la fin du xixe siècle ont continué d’exister sans interruption jusqu’à nos jours. Ces dernières années, des études historiques sont également parues à l’initiative des institutions de placement familial des aliénés elles-mêmes. Du côté français comme du côté allemand, aucun chercheur n’a encore réalisé de comparaison systématique du développement de ces institutions dans les deux espaces, ni d’ailleurs d’analyse de transfert. Au moment où a pris fin le projet de recherche dans lequel s’inscrit cette publication, aucune étude comparative internationale n’était parue à ce sujet, malgré le nombre frappant de traits communs à caractère international.

Exemples de mise en œuvre du placement familial psychiatrique en Allemagne et en France

20Pour traiter la deuxième des questions principales mentionnées plus haut, on s’est servi, entre autres, de sources comme les plans de situation et de construction, les cartes géographiques, les publications spécialisées des acteurs – mais aussi, surtout en France, les rapports annuels des institutions elles-mêmes, les textes de loi, les statistiques commentées dans des journaux spécialisés allemands et français, ainsi que les monographies de l’époque sur l’institutionnalisation du placement familial.

21L’objectif de ce deuxième examen était d’élargir les résultats de la recherche sur l’histoire des débats autour du placement familial aux conclusions concernant la pratique du placement familial, afin de pouvoir esquisser un tableau structurel concret des initiatives de ce type de traitement et de parvenir à une définition plus précise et contextualisée de cette notion. À l’aide des dernières sources mentionnées, on a pu aussi évaluer en partie dans quelle mesure les descriptions rencontrées dans les publications des acteurs correspondaient – dans le sens d’une contre-épreuve – aux structures qu’ils avaient mises en place et par quelles caractéristiques structurelles les institutions des deux contextes se ressemblaient ou différaient l’une de l’autre.

Le placement familial dans le Reich allemand

22En raison de la place limitée dont nous disposons ici, nous n’aborderons que très brièvement l’étude des trois institutions allemandes de placement familial des aliénés. L’analyse de la plus anciennes des trois – à Ilten, près de Hanovre, où travaillait Ferdinand Wahrendorff – a permis de conclure clairement qu’en cet endroit, à partir des années 1870, on parvint à mettre en application le placement familial avec succès, à la suite de la création d’un asile d’aliénés privé. Il s’agissait de la première mise en œuvre du placement familial d’une telle ampleur dans ce pays. Et cela à un moment où presque toute la psychiatrie allemande s’est distancée provisoirement de cette pratique pour se consacrer intensément, plus de vingt ans durant, à l’édification d’asiles. Sans surestimer les possibilités qu’offrait le placement familial – pour lequel Wahrendorff s’inspirait pour l’essentiel de l’exemple de Gheel –, ni son importance pour le traitement psychiatrique, Wahrendorff put, dans ses dernières années d’activité à Ilten, assurer un placement familial à une centaine de patientes et de patients. En 1888 (date de ce relevé numérique), cela correspondait à un petit tiers de toutes les personnes prises en charge par l’asile local et ses colonies rurales (au total, 364 patientes et patients y furent traités en 1888). Wahrendorff démontra ainsi que l’on pouvait adapter aux conditions locales des structures de traitement psychiatrique « venues d’un autre pays ». En même temps, comme Konrad Alt plus tard, Wahrendorff faisait partie des protagonistes qui prirent parti contre la poursuite forcée – voire sans fin – de la construction d’asiles.

  • 25 Thomas Müller, « Ein altmärkisches Modell medizinischer Versorgung im europäischen Kontext der Jahr (...)
  • 26 Ernst Bufe, Die Familienpflege Kranksinniger. Geschichte, Wesen, Wert und Technik, Halle, Marhold, (...)

23Le modèle du placement familial instauré par Konrad Alt à Uchtspringe, dans l’Altmark, a fait l’objet d’une étude approfondie, dont les résultats ont déjà été partiellement publiés en allemand25, si bien que l’on peut se contenter de les résumer ici. Dans des présentations d’ensemble du développement du placement familial durant les décennies qui suivirent l’ère Konrad Alt, on parle souvent d’un « type en annexe » à propos de la forme de placement familial pratiquée dans les pays germaniques26. D’autres types de placement familial sont également associés à certaines nations ou à certains pays, comme le « type concentré » à la Belgique, ou le « type dispersé » à l’Écosse. Cette tentative d’approche analytique du concept de traitement en fonction de cultures médicales nationales peut sembler d’abord aller de soi, mais les modalités d’application du placement familial pratiquées par Konrad Alt, par exemple, montrent qu’il est grand temps de discuter plus ouvertement des typologies de traitements – voire de les relativiser. Les initiatives de Konrad Alt à Uchtspringe étaient particulièrement innovantes et échappaient, par leur conception hétérogène qui se développait de manière active, à une typologie trop rigide parce qu’elles présentaient des traits caractéristiques des trois types de placement familial. Les unités fonctionnelles installées à Uchtspringe et aux alentours étaient inhabituelles, dans le meilleur sens du terme, pour les pays germaniques et n’étaient pas représentatives de leur époque. L’attitude à l’égard d’une forme ouverte d’hébergement y a manifestement été influencée par des plans de soins et traitement régionaux.

24L’histoire des débuts du placement familial à Berlin, modèle urbain de cette forme de traitement, a été décrite d’après les exemples de deux institutions voisines, fondées à partir de deux asiles d’aliénés, Dalldorf près de Berlin (par Wilhelm Sander), et Herzberge, dans l’actuel quartier de Lichtenberg (par Carl Moeli). On a pu montrer que ces initiatives berlinoises ont également conduit à alléger les traitements donnés aux malades mentaux dans les asiles eux-mêmes. Après la mise en œuvre du placement familial dirigé depuis Dalldorf (qui porta par la suite le nom d’Établissement de cure de Wittenau puis de Clinique neurologique-psychiatrique – Nervenklinik – Karl Bonhoeffer), on put même fermer un petit asile berlinois (Wallstraße) ainsi qu’une « maison de travail ». D’après les publications de ses protagonistes et de ses acteurs, ce placement familial s’inspirait lui aussi largement des conceptions formulées par Wahrendorff, mais s’en démarquait de manière radicale du point de vue de son organisation. Il en allait de même des initiatives de Konrad Alt, car les plus de trois cents patientes et patients « en placement familial » jusqu’en 1914 étaient en majeure partie logés dans des baraquements, en groupes de vingt personnes environ, surveillées par un couple de soignants (infirmier et infirmière), et non pas dans des familles d’accueil stricto sensu. En outre, contrairement à d’autres institutions de placement familial présentées dans cet article, on essayait à Dalldorf de travailler également avec ce qu’on appelle le placement homo-familial (c’est-à-dire l’hébergement de malades mentaux dans leur propre famille, en échange de rémunération).

25Pour résumer l’évolution du placement familial des aliénés en Allemagne au cours de la période analysée, il faut retenir que les différences entre Gheel et les initiatives allemandes sont si nettes au point de vue structurel, qu’elles interdisent d’employer des formules comme « d’après le modèle de Gheel » – un lieu commun que l’on rencontre fréquemment – pour les cas étudiés ici dans une perspective historique : car, à l’image des trois exemples analysés et au contraire de Gheel, presque toutes les initiatives allemandes de placement familial depuis le début des années 1890 furent fondées à partir d’un asile. Leur objectif n’était pas de développer un système novateur qui serait une alternative aux formes de traitements psychiatriques existant jusqu’alors. Malgré les variations structurelles des institutions créées en Allemagne, on y est resté attaché à l’asile comme élément central du système de soins et traitement ou comme centre fonctionnel de l’organisation. Cela représente une inversion de la situation originaire de Gheel, restée valable jusqu’à la fin du xixe siècle, et où il n’exista aucune institution centrale jusqu’au milieu du xixe siècle.

Les institutions de placement familial créées en France

  • 27 Müller, en préparation.
  • 28 Archives départementales du Cher, Bourges, fonds X (notamment 1034).
  • 29 Les sources et les informations essentielles sur la mise en œuvre du placement familial en Allier s (...)
  • 30 En plus des informations recueillies au Centre Hospitalier Spécialisé actuel et à la Bibliothèque m (...)

26Les recherches réalisées sur l’histoire du placement familial psychiatrique en France dans le cadre du projet de recherche global27 ont permis de rassembler une grande quantité de sources. Elles révèlent l’importance de cette pratique ou des débats entre spécialistes autour de ce sujet dans le Cher28, l’Allier29 et le Dauphiné30 pour l’histoire de l’implantation psychiatrique dans les départements du Rhône (69), des Vosges (88) du Loiret (45), de la Sarthe (72), de la Vendée (85) et des Pyrénées-Atlantiques (64). On dispose d’autres informations se rapportant aux soins psychiatriques donnés dans les départements de la Meurthe-et-Moselle (54) et du Maine-et-Loire (49), mais sans que l’on ait pu les examiner suffisamment au moment de cette publication. La carte ci-dessous représente donc le cadre géographique minimal de la diffusion du placement familial et des tentatives pour le mettre en place en France.

  • 31 À propos de l’asile Saint-Robert, voir René Malevergne, Du Prieuré de Saint-Robert à l’hôpital psyc (...)
  • 32 Muriel Santo, Les Aliénés au xixe siècle. L’asile public départemental de Saint-Robert, 1840-1920. (...)

27À côté d’une série de documents utiles trouvés dans les archives des institutions de placement familial du Cher, de l’Allier et du Dauphiné, concernant notamment la phase initiale de ces institutions, ce sont surtout les recherches effectuées dans les archives départementales, comme mentionné plus haut, qui se sont révélées extrêmement fécondes. Dans le sud-est de la France, nous avons étudié l’initiative de placement familial du psychiatre Joseph Marie Bonnet (1864-1931) à partir de l’asile de Saint-Robert (nom actuel : Saint-Égrève), près de Grenoble. Nous avons examiné à la Bibliothèque municipale de Grenoble des documents concernant l’histoire de Saint-Robert depuis sa fondation, en 1844, jusqu’au passage à l’institution qui prit sa suite, en 1913. Nous y avons trouvé la confirmation qu’à l’exception d’un texte de 196831, cette institution et l’histoire du placement familial local n’ont pas fait l’objet d’une étude d’ensemble, mais seulement d’une publication (Santo 199532) au-delà de laquelle on ne dispose d’aucune littérature secondaire sur le sujet.

28On a pu montrer dans l’ensemble que l’importance du placement familial en France au xixe siècle n’a pas suffisamment retenu l’attention, même dans les textes français d’histoire de la psychiatrie. Peut-être est-ce dû à une infrastructure scientifique différente, par exemple au fait que le nombre d’instituts français d’histoire de la médecine est nettement inférieur à ce qu’il est en Allemagne, et que les chercheurs s’occupant de l’histoire de la psychiatrie sont comparativement moins nombreux.

29À un autre point de vue, ces lacunes dans la recherche – au-delà du cas français – s’expliquent aussi partiellement par le fait que la critique sociale virulente, formulée également en termes psychiatriques et psychothérapeutiques, à l’égard de la « famille bourgeoise » à partir des années 1960-1970, de ses influences psychopathogènes potentielles ou supposées, a entravé une enquête historique impartiale sur le placement familial. On peut ici relever des parallèles qui ne concernent pas seulement l’Allemagne.

  • 33 Outre la critique plus ancienne de Gladys Swain et Marcel Gauchet, La Pratique de l’esprit humain. (...)

30Une troisième hypothèse pour expliquer les lacunes de la recherche en histoire de la psychiatrie, formulée de plus en plus souvent même par des historiennes et historiens français plus jeunes, est sans doute plus intéressante encore. D’après celle-ci, ce sont les apports de Michel Foucault et le succès de ses écrits sur l’histoire de la psychiatrie entendue comme histoire de l’enfermement qui ont marginalisé d’autres approches, concepts et perspectives de recherche33. Une des conséquences de cette orientation a peut-être été une concentration des projets de recherche sur l’« asile », conduisant à négliger les formes historiques de traitement extrahospitalier, des formes qui se trouvaient en relation avec la famille bourgeoise.

Les régions françaises et leurs modèles pour le placement familial

  • 34 Joseph Bonnet (extrait du Dauphiné médical, décembre 1901), « Rapport au préfet de l’Isère sur “le (...)

31Dans le modèle du psychiatre Bonnet mis en œuvre dans la vallée de l’Isère – une forme de placement familial décentralisée –, des patients de Grenoble étaient répartis sur un vaste espace, dans des communes très éloignées les unes des autres34. Cet initiateur déclara vouloir établir dans la vallée de l’Isère le modèle de placement familial dit « type dispersé », privilégié en Écosse.

32Concernant la troisième question principale abordée dans cette étude, l’hypothèse de travail selon laquelle, sur fond de prise en compte d’un modèle de soins (de placement familial) belge, les rapports entre acteurs allemands et français ont été marqués par des rivalités mais aussi par des processus de réception, s’est révélée juste dans l’ensemble. Les frontières et les identités nationales n’ont apparemment pas constitué d’obstacle au transfert du savoir ou de la pratique médicale quotidienne. En outre, dans la perspective d’une problématique portant sur les initiatives de placement familial effectivement établies, nous trouvons une ressemblance des institutionnalisations dans les deux contextes en ce que le succès et la qualité du placement familial dépend davantage du succès d’une adaptation réussie aux données régionales (allemandes ou françaises) qu’on ne saurait le dire pour les établissements hospitaliers.

  • 35 Michael Konrad, Paul-Otto Schmidt-Michel (éd.), Die zweite Familie. Psychiatrische Familienpflege. (...)
  • 36 René Chambareau, Christelle Jamot-Robert, Le Canal de Berry, Montluçon, Éditions associées de Franc (...)
  • 37 Centre Hospitalier Spécialisé (C.H.S.) d’Ainay-le-Château (rédaction : Mireille Dufour), De la colo (...)

33On a pu mettre en évidence une différence essentielle entre les deux contextes nationaux prétendument séparés. D’une part, le nombre des tentatives allemandes de mise en œuvre du placement familial dépasse de loin celui des tentatives françaises : entre 1880 et 1900, on compte une quinzaine d’asiles avec placement familial, tandis que jusqu’au début de la Première Guerre mondiale, presque tous les asiles psychiatriques allemands essayèrent de créer un placement hétéro-familial35. D’autre part, les institutions françaises étudiées se caractérisaient par une mise en œuvre réussie et durable, avec un plus haut degré d’adaptation aux conditions régionales économiques et culturelles. On instaura ainsi un placement familial dans des régions marquées par la pauvreté et l’exode rural, surtout à partir de 1890, estimant de manière réaliste la grande importance que prenait la contrepartie financière des soins donnés pour les ménages accueillant des patientes et des patients. C’est ce que l’on a pu montrer, par exemple, pour l’évolution du placement familial dans le département du Cher, au centre de la France, après la catastrophe viticole du phylloxéra dans les années 1880 et ses conséquences économiques. De même, le développement du placement familial a été fortement influencé par le déclin du canal de Berry, une voie de transport fluvial économiquement fondamentale et révolutionnaire pour la région, dont l’importance fut surpassée par le chemin de fer vers 188036. On rencontre des problèmes analogues dans la région du département de l’Allier, situé plus au sud, après l’épuisement des mines de fer et la fermeture des forges associées dans la Forêt de Tronçais, ou après le déclin de l’extraction de kaolin pour la manufacture de porcelaine : ici aussi, les conséquences en furent positives sur l’acceptation du placement familial dans la population37.

34À cause de l’éloignement spatial des familles d’accueil par rapport aux asiles psychiatriques, nettement plus grand que ce qu’il était dans la plupart des placements familiaux allemands, les patientes et patients, en particulier dans les deux principales initiatives de placement familial du centre de la France, étaient moins fortement exposés au contrôle médical exercé à partir de ces asiles. Cet éloignement comporte en soi des avantages et des inconvénients pour le traitement médical. Il ne faut pas le considérer comme la garantie, mais comme une condition nécessaire pour que les patients puissent mener une existence plus libre et bénéficier d’un traitement plus ouvert. Dans les placements familiaux du centre de la France, un autre aspect venait s’opposer à une forte « psychiatrisation » ou médicalisation, à savoir le fait que dans les lieux choisis, comme on l’a fait remarquer plus haut, il n’existait aucune institution psychiatrique avant la mise en œuvre du placement familial des aliénés.

35En plus de ce que nous apprennent les cas des trois départements choisis ici, la recherche sur l’histoire du placement familial dans l’espace français a permis de découvrir des éléments nouveaux ainsi que des documents concernant d’autres institutions de placement familial dans d’autres régions de France. Nous n’en mentionnerons ici que quelques exemples pour en donner un aperçu. Après la législation de 1838, chaque département devait certes avoir au moins un « asile ». Or, il n’a guère été mentionné qu’à cause de restrictions économiques, ce règlement a rarement été appliqué (dans le département de Saône-et-Loire, par exemple, ce ne fut le cas qu’en 1970, soit 132 ans après la promulgation de la loi), si bien qu’il fallut trouver des solutions alternatives à l’asile (comme le placement familial), ou bien faire traiter les patients dans d’autres départements, ce qui était réglé par contrat au cas par cas.

  • 38 « […] Avant de jeter un instructif coup d’œil sur les réalisations étrangères intéressant l’assista (...)
  • 39 Bompard, en 1939, présente celui-ci d’une manière qui n’est nullement négative, bien au contraire. (...)

36Dans le département des Vosges également, le problème s’était posé dès 1864. Le transfert des patients dans des départements voisins étant trop coûteux, on instaura un placement familial. L’exemple de la mise en pratique temporaire du placement familial dans le département des Vosges, mentionné par Cécile Fléchard en 1977, avait déjà été signalé par Franck Bompard en 193938. Les indications de Fléchard ou de Bompard montrent clairement, à notre sens, que l’évaluation de ce cas de placement familial ne prenait pas en compte la qualité de vie des patients (sur laquelle nous n’avons aucune information) mais que l’argument décisif pour mettre fin au système du placement familial fut que le contrôle des patients ne pouvait pas être assuré de manière satisfaisante. Les parallèles entre l’application temporaire du placement familial en ce lieu et le cas de l’Écosse s’imposent. On trouve curieusement dans le travail de Bompard, à la suite de sa présentation du cas des Vosges, une ample description du placement familial écossais39.

  • 40 Le but de la loi de 1838 était le suivant : « Cette loi d’assistance aux aliénés, inspirée par l’œu (...)
  • 41 Ici et dans la suite, voir Cécile Fléchard, op. cit., p. 9-10. À propos de Bron, ou du Vinatier, vo (...)
  • 42 Il y a déjà un travail plus ancien sur ce sujet : Roger Payan, Évolution de l’hospitalisation en ps (...)
  • 43 D’autant qu’on a l’impression que même la construction de nouveaux asiles n’a pas résolu le problèm (...)
  • 44 Aude Fauvel, « Aliénistes contre psychiatres. La médecine mentale en crise », Psychologie clinique (...)
  • 45 Dans le sens de ce qui vient d’être dit, l’ancienne institution de placement familial de l’asile L’ (...)

37Prenons un autre exemple, celui de l’asile de Bron, une institution près de Lyon appelée depuis 1937 Le Vinatier. Comme l’écrit Cécile Fléchard dans sa thèse de doctorat fort peu connue des spécialistes, le résultat de l’introduction du placement familial semble avoir été satisfaisant, et pourtant on a construit par la suite un nouvel hôpital à Bron : c’était une façon d’appliquer avec retard la loi de 183840, mais la conséquence était aussi que l’on put manifestement se débarrasser du placement familial41. Pour des raisons pratiques, le cas de Bron n’est pas non plus objet du présent travail42. Il faudrait lui consacrer une étude approfondie sans laquelle il nous est impossible de l’évaluer43. Mais cet exemple montre aussi que les motivations et les conflits d’intérêts des acteurs sont plus complexes qu’on ne l’a généralement supposé et écrit jusqu’à maintenant dans les études sur le sujet44. Il faut réserver à des travaux ultérieurs l’examen de cette région et d’autres qui pourraient étayer ou contredire les résultats réunis ici sur l’histoire et l’évolution du placement familial des aliénés en France45.

  • 46 « Une région essentiellement agricole, d’un niveau économique plutôt faible, pourvue de grands espa (...)

38L’histoire des débuts du placement familial en Allemagne et en France depuis le milieu du xixe siècle jusqu’au début de la Première Guerre mondiale est pour l’essentiel une histoire de rejet, de scepticisme et de méfiance, en ce qui concerne l’attitude de la grande majorité des acteurs psychiatriques. Les succès des tentatives, entreprises malgré tout, pour mettre en œuvre le placement familial pendant cette période sont surprenants, compte tenu de cette situation peu prometteuse dans les premiers temps de la pratique de cette forme de traitement. Tandis que les acteurs et les experts du traitement psychiatrique des deux pays ou des deux contextes sociaux connaissaient fort bien le modèle de l’institution belge, seule une infime minorité, même parmi les défenseurs du placement familial, plaidait pour que l’on adoptât le modèle de Gheel sans modification. Comme l’ont montré les prises de position examinées dans le projet de recherche global, celles de Roller, Wiedemeister ou Griesinger du côté allemand, et celles de Brierre de Boismont, (Jules) Falret, Delasiauve ou Girard de Cailleux du côté français – que nous ne pouvons détailler ici par manque de place –, on ne souhaitait nullement que les patientes et patients fussent répartis sur un vaste espace, voire « dispersés » dans un milieu rural incontrôlable au point de vue psychiatrique, alors que cela avait été décrit de manière positive par un psychiatre français comme étant particulièrement propice au placement familial46. Par rapport aux initiatives du centre de la France, les essais-pilotes allemands étaient conçus en règle générale de manière encore plus réservée, et donc moins « ouverte ».

Le choix emblématique des psychiatres sur la question de l’asile

39Cet article se concentre donc essentiellement sur une forme de traitement psychiatrique qui fut aussi pratiquée comme une alternative au traitement hospitalier dans des asiles d’aliénés. Il n’est donc pas surprenant que le placement familial des aliénés ait conduit à d’âpres débats internes à la psychiatrie, surtout dans la deuxième moitié du xixe siècle. Le fait que quelques protagonistes de ces débats, surtout allemands, mais plus tard aussi français, aient privilégié cette forme de traitement des aliénés avant que ne soient édifiés de nombreux asiles, en Europe occidentale essentiellement, révèle la menace potentielle que le placement familial représentait aux yeux des partisans de la construction d’asiles.

  • 47 Dans son étude mentionnée plus haut, Aude Fauvel décrit l’assassinat perpétré par un soignant sur u (...)

40Mais indépendamment de la perspective constructrice des partisans de l’asile, les patientes et les patients transférés depuis les asiles parisiens dans les institutions de placement familial du centre de la France n’avaient pas été mis « en liberté », même si la lecture des rapports médicaux semble le suggérer : la nature et la culture des villages du Cher ou de l’Allier étaient en un sens également placés sous « contrôle » médical. Or, ce n’était sans doute pas un hasard que le pendant français de l’agrikole Kolonie allemande, à savoir la colonie Fitz-James qui fonctionnait comme une annexe de l’asile de Clermont de l’Oise, attira davantage l’attention et fut plus célèbre que les nombreux villages du centre, dont les noms étaient associés au placement familial, et le sont parfois restés jusqu’à aujourd’hui. L’historienne Aude Fauvel a récemment montré de manière convaincante que l’idée d’un « espace psychiatrique » contrôlable était un mirage, même dans le contexte français – en particulier sur l’exemple nommé ci-dessus de l’asile de Clermont que les opposants de l’époque au placement familial jugeaient comme une institution modèle47.

41Comme on l’a esquissé au début, le développement du placement familial des aliénés – intégré dans le développement de la psychiatrie comme discipline – est à considérer dans chaque contexte respectif, il n’est compréhensible que dans cette perspective et sur la toile de fond des politiques de santé nationales respectives. En Allemagne, en particulier, le débat sur l’introduction du placement familial interféra d’emblée avec la question de la mise en place de la psychiatrie comme discipline à part entière, y compris dans les universités, ainsi qu’avec les activités de groupements d’intérêts en partie rivaux et d’associations professionnelles. Les idées portant sur le domaine d’activité et les tâches de la psychiatrie faisaient l’objet de discussions tout comme les formes et les possibilités de thérapies et de traitements.

  • 48 Allan Mitchell, « Bürgerlicher Liberalismus und Volksgesundheit im deutsch-französischen Vergleich. (...)
  • 49 Dans le travail d’histoire de la médecine sur les programmes de lutte contre les maladies sexuelles (...)

42Il faut également tenir compte du rôle respectif de l’État dans l’organisation de la santé publique. En comparant les cas de l’Allemagne et de la France, on trouve une série d’exemples datant du tournant du siècle qui montrent que l’État français était moins interventionniste sur le système de santé. À propos de la même période, l’historien américain Allan Mitchell a montré, d’après les exemples de l’histoire des caisses d’assurance maladie, de l’attitude envers ce qu’on appelle l’obligation vaccinale ainsi que de la question de la déclaration obligatoire des cas de tuberculose, que dans une comparaison franco-allemande la société germanique ou ses instances décisionnelles en matière de politique de santé s’étaient révélés plus rigoureuses dans l’application des décisions prises, ou encore que la société française, en particulier le corps médical, se défendait contre l’introduction de mesures coercitives de ce genre. Cette attitude était une manière volontaire de se démarquer des usages prussiens, auxquels, pour des raisons évidentes, beaucoup de Français considéraient qu’il était interdit de se conformer après 1870. Dans le cas de l’obligation vaccinale, c’était d’ailleurs justifié par une référence au « génie libéral de la nation » de la Troisième République48 – impression que d’autres études confirment par des indices supplémentaires49.

43L’insistance sur le rôle de Gheel pour la mise en œuvre du placement familial dans les deux contextes a sans aucun doute été forte, surtout dans les textes écrits, mais les structures du placement familial mises en place en France et en Allemagne étaient néanmoins des adaptations spécifiques à chaque cas, tenant compte des données locales. L’ampleur de la réussite de ces adaptations constituait même un élément important de leur succès.

  • 50 Thomas Beddies, Heinz-Peter Schmiedebach, op. cit., (p. 82-107).
  • 51 Sur la situation en Prusse orientale, voir Sascha Topp, Petra Fuchs, Gerrit Hohendorf, Paul Richter (...)
  • 52 Dirk Blasius, « Ambivalenzen des Fortschritts. Psychiatrie und psychisch Kranke in der Geschichte d (...)
  • 53 Thomas Müller, « Remembering psychiatric patients in Germany murdered by the Nazi regime », The Lan (...)
  • 54 Jackie L. Goldstein, Marc M. L. Godemont, « The legend and lessons of Geel, Belgium : A 1500-year-o (...)
  • 55 Sa mise en application clinique selon des critères médicaux-psychiatriques et socio-pédagogiques mo (...)

44Comme on le voit, les essais modernes de placement familial des aliénés renvoient à une tradition remontant à la deuxième moitié du long xixe siècle et que l’on put développer en Allemagne jusque dans les dernières années de la République de Weimar. Après la phase de mise en application forcée du placement familial en Allemagne jusqu’en 1910, et après une nouvelle croissance quantitative jusqu’en 193450, la politique de santé du national-socialisme provoqua un déclin radical de cette forme de traitement51. Le « progrès » de la médecine n’a pas conduit à un traitement plus humain des malades et des handicapés mentaux52, mais à une catastrophe53. En ce point, l’évolution allemande diffère de celles de la Belgique ou de la France54, indépendamment du fait que l’Allemagne nazie ait essayé d’appliquer sa politique par la violence dans les territoires militairement occupés, parfois avec succès. Eu égard à sa disparition presque totale sous le Troisième Reich, il est réjouissant de voir que le secteur du placement familial dans le traitement psychiatrique connaît aujourd’hui en République fédérale d’Allemagne une croissance impressionnante en comparaison d’autres pays55. L’exemple du placement familial montre avec une netteté particulière l’influence qu’exercent les événements politiques sur le développement d’un domaine du traitement médical.

Haut de page

Notes

1 Thomas Müller, « Le placement familial des aliénés en France. Le baron Mundy et l’Exposition universelle de 1867 », Romantisme. Revue du xixe siècle 141, 2008, (p. 37-50).

2 Hartmut Kaelble, Der historische Vergleich. Eine Einführung zum 19. und 20. Jahrhundert, Francfort-sur-le-Main, New York, Campus, 1999 ; Peter Schöttler, Patrice Veit, Michael Werner, avec la collaboration de Floriane Azoulay (éd.), Plurales Deutschland – Allemagne Plurielle. Festschrift für Étienne François – Mélanges Étienne François, Göttingen, Wallstein, 1999 ; ainsi que Jürgen Kocka, « Historische Komparatistik in Deutschland », in : Heinz-Gerhard Haupt, Jürgen Kocka (éd.), Geschichte und Vergleich. Ansätze und Ergebnisse international vergleichender Geschichtsschreibung, Francfort-sur-le-Main, Campus, 1996, (p. 47-60) ; Jürgen Osterhammel, « Sozialgeschichte im Zivilisationsvergleich : Zu künftigen Möglichkeiten komparativer Geschichtswissenschaft », Geschichte und Gesellschaft 22, 1996, (p. 143-164) ; ainsi que Jürgen Osterhammel, « Transnationale Gesellschaftsgeschichte : Erweiterung oder Alternative ? », Geschichte und Gesellschaft 27, 2001, (p. 464-479). Voir aussi Hartmut Kaelble, « Der historische Zivilisationsvergleich », in : Hartmut Kaelble, Jürgen Schriewer, Diskurse und Entwicklungspfade. Gesellschaftsvergleiche in Geschichts- und Sozialwissenschaften, Francfort-sur-le-Main, Campus, 1999 ; Hartmut Kaelble, Jürgen Schriewer (éd.), Vergleich und Transfer. Komparatistik in den Sozial-, Geschichts- und Kulturwissenschaften, Francfort-sur-le-Main, Campus, 2003.

3 La comparaison historique a joué un rôle essentiel dans le cadre d’un programme de la DFG (DFG-Schwerpunktprogramm) du nouveau millénaire intitulé : « Wissenschaft, Politik und Gesellschaft. Deutschland im internationalen Zusammenhang im späten 19. und 20. Jahrhundert ». Les réseaux historiques y ont été étudiés dans leur « capacités à s’articuler, de manière disciplinaire comme pluridisciplinaire » afin de mettre en relief les particularités structurelles de la culture scientifique allemande dans une perspective internationale.

4 Lutz D. H. Sauerteig, « Vergleich : Ein Königsweg auch für die Medizingeschichte ? Methodologische Fragen komparativen Forschens », in : Norbert Paul, Thomas Schlich (éd.), avec la participation de Stefanie Kuhne, Medizingeschichte : Aufgaben, Probleme, Perspektiven, Francfort-sur-le-Main, New York, Campus, 1998, (p. 266-291).

5 Nous n’en donnons qu’un échantillon : Christian Bonah, Instruire, guérir, servir. Formations, recherche et pratique médicales en France et en Allemagne pendant la deuxième moitié du xixe siècle, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2000 ; Christian Bonah, Les Sciences physiologiques en Europe. Analyses comparées du xixe siècle, Paris, Vrin, 1995 ; Martin Dinges, Vincent Barras, Krankheiten in Briefen im deutschen und französischen Sprachraum. 17.-21. Jahrhundert, Stuttgart, Franz Steiner, 2007 ; Stephen Snelders, « The plot against cancer : heredity and cancer in German and Dutch medicine, 1933-1945 », Gesnerus 65, 2008, (p. 42-55) ; Janina Kehr, « Blind spots and adverse conditions of care : screening migrants for tuberculosis in France and Germany », Sociology of health and illness, 2, 2012, p. 251-265.

6 Marijke Gijswijt-Hofstra, Roy Porter (éd.), Cultures of psychiatry and mental health care in postwar Britain and the Netherlands, Amsterdam et Atlanta, Rodopi Bv Editions, 1998 ; Martin Lengwiler, Zwischen Klinik und Kaserne. Die Geschichte der Militärpsychiatrie in Deutschland und der Schweiz 1870-1914, Zurich, Chronos, 2000 ; Sabine Hanrath, Zwischen « Euthanasie » und Psychiatriereform. Anstaltspsychiatrie in Westfalen und Brandenburg : Ein deutsch-deutscher Vergleich (1945-1964), Paderborn, Vienne, Zurich, Ferdinand Schöningh, 2002 ; Waltraud Ernst, Thomas Müller (éd.), Transnational psychiatries. Social and cultural histories of psychiatry in comparative perspective, 1800-2000, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2010, 2éd. 2015.

7 Pour une prise de position concise, voir, parmi d’autres exemples : Jörn Leonhard, « Von den “idées libérales” zu den “liberalen Ideen” : Historisch-semantischer Kulturtransfer zwischen Übersetzung, Adaptation und Integration », in : Marc Schalenberg (éd.), Kulturtransfer im 19. Jahrhundert. Les travaux du Centre Marc Bloch, Berlin, Centre Marc Bloch, 1998, (p. 13-45), p. 13-18.

8 Voir entre autres la présentation que donne Michel Espagne des limites du comparatisme depuis le milieu des années 1980 déjà : Michel Espagne et Michael Werner, « Deutsch-Französischer Kulturtransfer im 18. und 19. Jahrhundert. Zu einem neuen interdisziplinären Forschungsprogramm des C.N.R.S. », Francia 13, 1985, (p. 502-510) ; Michel Espagne et Michael Werner (éd.), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (xviiie-xixe siècles), Paris, Éditions Recherche sur les civilisations, 1988 ; Michel Espagne et Michael Werner (éd.), Philologiques I. Contributions à l’histoire des disciplines littéraires en France et en Allemagne au xixe siècle, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1990 ; Michel Espagne (éd.), Von der Elbe bis an die Seine : Kulturtransfer zwischen Sachsen und Frankreich im 18. und 19. Jahrhundert, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1993 ; Michel Espagne, « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », Genèses 17, 1994, (p. 112-121) ; Michel Espagne, Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, Presses Universitaires de France, 1999 ; Michel Espagne, Katharina Middell, Matthias Middell (éd.), Archiv und Gedächtnis : Studien zur interkulturellen Überlieferung, Leipzig, Universitätsverlag, 2000.

9 Voir entre autres Sebastian Conrad, « Doppelte Marginalisierung. Plädoyer für eine transnationale Perspektive auf die deutsche Geschichte », Geschichte und Gesellschaft 28, 2002, (p. 145-169) ; Jürgen Osterhammel, « Transnationale Gesellschaftsgeschichte : Erweiterung oder Alternative ? », Geschichte und Gesellschaft 27, 2001, (p. 464-479) ; Jürgen Osterhammel, Geschichtswissenschaft jenseits des Nationalstaates. Studien zu Beziehungsgeschichte und Zivilisationsvergleich, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2001 ; Jürgen Osterhammel (éd.), Wege der Gesellschaftsgeschichte, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2006.

10 Associé surtout au nom de Shalini Randeria : voir entre autres Sebastian Conrad et Shalini Randeria (éd.), Jenseits des Eurozentrismus. Postkoloniale Perspektiven in den Geschichts- und Kulturwissenschaften, Francfort-sur-le-Main, Campus, 2002. Selon Randeria, l’analyse des « entanglements » n’est pas à confondre avec l’« histoire des transferts ». Pour elle, « entanglements » désigne pour l’essentiel des relations étroites d’interdépendance telles que les objets d’étude, pris isolément, ne peuvent plus être expliqués seulement à partir d’eux-mêmes.

11 Katja Naumann, Michael Mann, « Conference Report : “1989 in a Global Perspective” », Comparativ. Zeitschrift für Globalgeschichte und vergleichende Gesellschaftsforschung 3, 2010, (p. 105-116).

12 Johannes Paulmann, « Internationaler Vergleich und interkultureller Transfer. Zwei Forschungsansätze zur europäischen Geschichte des 18. bis 20. Jahrhunderts », Historische Zeitschrift 267, 1998, (p. 649-685).

13 Marc Bloch, « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Revue de synthèse historique 47, 6, 1928, (p. 15-50), repris dans Marc Bloch, Mélanges historiques, t. I, Paris, S.E.V.P.E.N, 1983.

14 Voir par exemple Hartmut Kaelble, Nachbarn am Rhein. Entfremdung und Annäherung der französischen und deutschen Gesellschaft seit 1880, Munich, C.H.Beck, 1991, surtout p. 19-22 ; Étienne François, Hannes Siegrist, Jakob Vogel (éd.), Nation und Emotion : Deutschland und Frankreich im Vergleich. 19. und 20. Jahrhundert, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1995. Voir également Horst Möller, Jacques Morizet (éd.), Franzosen und Deutsche. Orte der gemeinsamen Geschichte, Munich, C. H. Beck, 1996 ; Hans T. Siepe (éd.), Grenzgänge. Kulturelle Begegnungen zwischen Deutschland und Frankreich, Essen, Die Blaue Eule, 1988 ; Michael Jeismann, Das Vaterland der Feinde : Studien zum nationalen Feindbegriff und Selbstverständnis in Deutschland und Frankreich 1792-1918, Stuttgart, Klett-Cotta, 1992. À propos de la construction, ou du caractère construit, de l’« image de l’ennemi », voir les développements détaillés dans plusieurs chapitres de Reinhard Johler, Freddy Raphaël, Claudia Schlager, Patrick Schmoll, Zwischen Krieg und Frieden. Die Konstruktion des Feindes, Tübingen, Tübinger Vereinigung für Volkskunde e. V., 2009.

15 Étienne François, « Deutschland und Frankreich in Vergangenheit, Gegenwart und Zukunft », in : Wolfgang Bergsdorf, Manuela Spindler, Wolfram Vogel, Heinrich H. Kill, Sergej Lochthofen (éd.), Erbfreunde : Deutschland und Frankreich im 21. Jahrhundert, Weimar, Verlag der Bauhaus-Universität Weimar, 2007, (p. 127-144). Voir aussi les chapitres consacrés à ce sujet pour la période séparant la domination napoléonienne et l’ère Bismarck par Reiner Marcowitz, Bernhard Struck, Jörg Ulbert et Nathan N. Orgill dans : Carine Germond, Henning Türk (éd.), A history of Franco-German relations in Europe. From “hereditary enemies” to partners, New York et al., Palgrave Macmillan, 2008. Dans le titre du livre, les éditeurs, à la différence de l’article mentionné de François, ont choisi le concept trop simple de « partners » comme antipode de « hereditary enemies », ennemis héréditaires. Une indication parmi d’autres nous paraît particulièrement éclairante dans le cadre du travail des éditeurs : la littérature secondaire en français ou en allemand de la recherche sur l’histoire des xixe et xxe siècles n’est nullement représentative, que ce soit qualitativement ou quantitativement, car la littérature anglo-saxonne, par exemple, se distingue surtout par ses lacunes et son manque d’actualité ; voir par exemple, ibid., (p. 1-10).

16 Michael Werner, Bénédicte Zimmermann, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », Annales. Histoire, Sciences sociales 58, 2003, (p. 7-36).

17 Comme l’a montré de manière convaincante un colloque international pluridisciplinaire franco-allemand qui a eu lieu en 2018 à l’Université de Tübingen : <http://hsozkult.geschichte.hu-berlin.de/tagungsberichte/id=7772>.

18 Voir Waltraud Ernst, Thomas Müller, op. cit., (p. IX-XXIII), p. XII.

19 Comme on le sait bien, il est également impossible de respecter toutes les exigences théoriques dans la pratique de la recherche, ainsi que l’a montré clairement Jakob Hort, « Vergleichen, verflechten, verwirren. Vom Nutzen und Nachteil der Methodendiskussion in der wissenschaftlichen Praxis : ein Erfahrungsbericht », in : Agnes Arndt, Joachim C. Häberlen, Christiane Reinecke (éd.), Vergleichen, verflechten, verwirren ? Europäische Geschichtsschreibung zwischen Theorie und Praxis, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2011, (p. 319-341). Comme le souligne l’auteur, la « pauvreté théorique n’est pas un malheur actuel des sciences historiques.

20 Waltraud Ernst, Thomas Müller, op. cit., (p. IX-XXIII), p. XII.

21 À propos desquels, d’après Martin Dinges, il y a non seulement très peu d’études en général, mais particulièrement peu de travaux allemands portant sur la France. Voir Martin Dinges, « Social history of medicine in Germany and France in the late twentieth century. From the history of medicine towards a history of health », in : Frank Huisman, John Harley Warner (éd.), Medical history. The stories and their meanings, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2004, (p. 209-236), en particulier p. 210-211.

22 Thomas Müller, Psychiatrische Familienpflege im Vergleich. Zur Rezeption eines belgischen Therapiesystems in der deutschen und französischen Psychiatrie, ca. 1850-1914 (en préparation).

23 Le terme historique allemand désignant cette forme de traitement que certains protagonistes considéraient aussi comme thérapie n’est pas univoque d’un point de vue grammatical. Plus récemment, il a été remplacé par l’expression « hébergement en famille accompagné ». C’est ce qu’on appelle aujourd’hui en France « accueil familial thérapeutique ».

24 Cet aspect ne peut pas être développé plus en détail dans cet article. Voir à ce sujet Thomas Müller, « Reisende Psychiater. Zum Transfer medizinischen Wissens unter europäischen Ärzten im späten 19. Jahrhundert », in : Arnd Bauerkämper, Hans-Erich Bödeker et Bernhard Struck (éd.), Die Welt erfahren. Reisen als kulturelle Begegnung von 1780 bis heute, Francfort-sur-le-Main, Campus, 2004, (p. 265-292).

25 Thomas Müller, « Ein altmärkisches Modell medizinischer Versorgung im europäischen Kontext der Jahrhundertwende », Comparativ. Leipziger Beiträge zur Universalgeschichte und vergleichenden Gesellschaftsforschung 14, 2004, (p. 64-78).

26 Ernst Bufe, Die Familienpflege Kranksinniger. Geschichte, Wesen, Wert und Technik, Halle, Marhold, 1939, p. 12-13. Parmi les travaux critiques, voir également : Tilo Held, Psychiatrische Familienpflege. Ergebnisse einer elfjährigen, prospektiven Langzeitstudie, Stuttgart, Enke, 1989, p. 4-10.

27 Müller, en préparation.

28 Archives départementales du Cher, Bourges, fonds X (notamment 1034).

29 Les sources et les informations essentielles sur la mise en œuvre du placement familial en Allier se trouvent dans les archives hospitalières du C.H.S. d’Ainay-le-Château, d’autres dans les structures départementales. Nous sommes surtout reconnaissant à Daniel Tranchard pour les recherches dans les Archives départementales de l’Allier à Yzeure, près de Moulins.

30 En plus des informations recueillies au Centre Hospitalier Spécialisé actuel et à la Bibliothèque municipale de Grenoble, une grande partie des sources et informations utilisées dans ce texte se trouvent dans les Archives départementales de l’Isère, à Grenoble, Série (cote) 11 X, en numérotation continue (dans le fonds Série [Cote] 11 X 382 des Archives départementales se trouvent par exemple les rapports annuels de l’établissement psychiatrique). Des matériaux supplémentaires se trouvent à la Bibliothèque municipal de Grenoble.

31 À propos de l’asile Saint-Robert, voir René Malevergne, Du Prieuré de Saint-Robert à l’hôpital psychiatrique départemental de Saint-Egrève. Esquisse historique, thèse de médecine, Grenoble, 1968.

32 Muriel Santo, Les Aliénés au xixe siècle. L’asile public départemental de Saint-Robert, 1840-1920. thèse d’histoire contemporaine, U.F.R. Sciences Humaines, Département d’histoire, Université Pierre Mendes-France, 1995.

33 Outre la critique plus ancienne de Gladys Swain et Marcel Gauchet, La Pratique de l’esprit humain. L’institution asilaire et la révolution démocratique, Paris, Gallimard, 1980, ainsi que Marcel Gauchet, De Pinel à Freud, Paris, Calmann-Lévy, 1997, voir la publication plus récente, faisant référence à ces deux auteurs, d’Aude Fauvel, « Le Crime de Clermont et la remise en cause des asiles en 1880 », Revue d’histoire moderne et contemporaine 49, 2002, (p. 195-216), p. 215.

34 Joseph Bonnet (extrait du Dauphiné médical, décembre 1901), « Rapport au préfet de l’Isère sur “le placement d’aliénés à domicile” écrit par le Dr J. Bonnet, médecin-chef de l’asile de Saint-Robert, en 1900 », L’information psychiatrique 4, 1984, (p. 417-426).

35 Michael Konrad, Paul-Otto Schmidt-Michel (éd.), Die zweite Familie. Psychiatrische Familienpflege. Geschichte – Praxis – Forschung, Bonn, Psychiatrie-Verlag, 1993, (p. 43-49).

36 René Chambareau, Christelle Jamot-Robert, Le Canal de Berry, Montluçon, Éditions associées de France, 1998, (p. 81-95).

37 Centre Hospitalier Spécialisé (C.H.S.) d’Ainay-le-Château (rédaction : Mireille Dufour), De la colonie familiale à l’accueil familial thérapeutique. Cent ans de psychiatrie, Ainay-le-Château, 2000, p. 7-12.

38 « […] Avant de jeter un instructif coup d’œil sur les réalisations étrangères intéressant l’assistance aux aliénés, il nous semble intéressant de rappeler l’essai tenté dans le département des Vosges, en 1864. Ce département ne possédait pas d’asile d’aliénés et devait envoyer ses malades à l’asile de Maréville, près de Nancy. Le Conseil Général s’étant maintes fois plaint des frais très élevés qu’entraînaient ces transferts et de la difficulté avec laquelle il pouvait surveiller ces malades, il fut décidé en 1864 de retirer 30 aliénés non dangereux de Maréville et de les placer, soit chez leurs parents, soit chez des particuliers ; […] En 1888, le nombre de malades ainsi placés fut doublé. Entre-temps, leur nombre s’était augmenté par le placement directement effectué par l’Hospice d’Épinal d’un certain nombre d’imbéciles et de débiles non dangereux. Ces malades se trouvaient ainsi disséminés sur toute l’étendue du territoire du département et échappaient à toute surveillance médicale […] Les résultats ne durent pas être très brillants puisqu’en 1891, les placements furent arrêtés et la méthode abandonnée ». Voir Cécile Fléchard, Ainay-le-Château : de la colonie familiale au centre psychothérapeutique, thèse de médecine (diplôme d’État), Université René Descartes (Paris 5), 1977, (p. 8-11), p. 9. Franck Bompard, Le Problème de l’assistance aux aliénés, pouvant être libérés, dans le département de l’Isère, thèse de médecine de l’Université de Lyon, Lyon, Bosc Frères, M. et L. Riou, 1939, p. 20-21.

39 Bompard, en 1939, présente celui-ci d’une manière qui n’est nullement négative, bien au contraire. Ce qui est surprenant, car le manque de « prise » sur les patientes et les patients était considéré dans les discussions de l’époque comme un des principaux arguments de la critique des détracteurs du système écossais.

40 Le but de la loi de 1838 était le suivant : « Cette loi d’assistance aux aliénés, inspirée par l’œuvre de Pinel et d’Esquirol, a pour but de rassembler, isoler, protéger et traiter les aliénés. Ainsi vont se construire dans toute la France des asiles d’aliénés ». Mais, comme l’écrit Fléchard 1977, l’évolution exigée fut mise en application à des rythmes très divers : « Dans le département du Rhône, la construction sera plus tardive. En effet, c’est seulement en 1868 que le Conseil Général du Rhône, sur proposition du préfet Chevreau, achète le domaine du Mas des Tours à Bron, un terrain de 37 hectares pour y construire un asile de 600 lits au lieu des 1 200 prévus au départ. Le terrain est situé à 4 km au sud-est de la ville de Lyon, loin des bruits et de l’atmosphère de la ville, sur la commune de Bron à l’époque essentiellement rurale ». En 1876 fut inauguré l’Asile Départemental d’aliénés de Bron, où furent aussitôt transférés environ 1 000 patientes et patients depuis l’asile l’Antiquaille. Voir http://www.ch-le-vinatier.fr (dernière consultation : 22 octobre 2018).

41 Ici et dans la suite, voir Cécile Fléchard, op. cit., p. 9-10. À propos de Bron, ou du Vinatier, voir aussi http://www.ch-le-vinatier.fr (consulté le 25 novembre 2019).

42 Il y a déjà un travail plus ancien sur ce sujet : Roger Payan, Évolution de l’hospitalisation en psychiatrie. De l’asile de Bron à l’hôpital du Vinatier, thèse, Faculté de Médecine de Lyon, Lyon, Imprimerie Bosc Frères, 1962. Sur les données générales concernant la création de l’établissement pendant la période en question, voir notamment p. 20-22. L’auteur se donne du mal pour adopter une position neutre dans les débats des années 1960 pour une psychiatrie plus ouverte, voir à ce sujet surtout p. 25-34. Il ne dit néanmoins rien de précis sur l’utilisation du placement familial et de la colonie familiale rurale en ce lieu au cours du xixe siècle. Un des objets principaux de ce travail concerne la période d’après la Seconde Guerre mondiale.

43 D’autant qu’on a l’impression que même la construction de nouveaux asiles n’a pas résolu le problème régional du traitement des malades mentaux. Voir aussi André Viallon, Augmentation progressive du nombre des aliénés dans le Rhône. Assistance à domicile et colonies familiales, par le Dr. Viallon, médecin à l’asile de Bron, Lyon, impr. de E. Vitte, 1901. Cet essai de sept pages, que l’on peut trouver en librairie, décrit la fonction remplie par le placement familial des aliénés face à un surpeuplement dramatique dû à une augmentation du nombre des patients à Bron vers 1900. Il y est fait explicitement référence à Auguste-Armand Marie et au placement familial dans le centre de la France. On y évoque aussi d’autres départements ayant décidé de recourir au placement familial dans leur stratégie pour résoudre les problèmes de traitement des aliénés.

44 Aude Fauvel, « Aliénistes contre psychiatres. La médecine mentale en crise », Psychologie clinique 17, 2004, (p. 61-76), p. 76.

45 Dans le sens de ce qui vient d’être dit, l’ancienne institution de placement familial de l’asile L’Antiquaille, dans le département du Rhône, est un objet dont l’histoire mériterait d’être étudiée. Cet aspect ne peut pas non plus être compris dans le cadre du présent article.

46 « Une région essentiellement agricole, d’un niveau économique plutôt faible, pourvue de grands espaces libres où les malades puissent circuler à l’aise et située loin des grandes voies de communication et des agglomérations industrielles ». Voir Bruno Rostain, Gheel et son fantasme chez les aliénistes français du xixe siècle, thèse de doctorat en médecine, Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière, Université Pierre et Marie Curie (Paris 6), 1980, p. 27.

47 Dans son étude mentionnée plus haut, Aude Fauvel décrit l’assassinat perpétré par un soignant sur un patient d’un asile français connu et la réaction de l’opinion publique à cet événement.

48 Allan Mitchell, « Bürgerlicher Liberalismus und Volksgesundheit im deutsch-französischen Vergleich. 1870 1914 », in : Jürgen Kocka (éd.), Bürgertum im 19. Jahrhundert, vol. III : Verbürgerlichung, Recht und Politik, Göttingen, Vandenhoeck u. Ruprecht, 1995, (p. 220-242).

49 Dans le travail d’histoire de la médecine sur les programmes de lutte contre les maladies sexuelles (ici dans une comparaison avec l’Angleterre), l’État allemand se révèle également plus interventionniste que l’État anglais, comme l’a montré l’historien de la médecine Lutz Sauerteig. Voir Roger Davidson, Lutz D.H. Sauerteig, « Law, medicine and morality : A comparative view of twentieth-century sexually transmitted disease controls », in : John Woodward, Robert Jütte (éd.), Coping with sickness, Sheffield, European Association for the History of Medicine and Health Publications, 2000, (p. 127-147).

50 Thomas Beddies, Heinz-Peter Schmiedebach, op. cit., (p. 82-107).

51 Sur la situation en Prusse orientale, voir Sascha Topp, Petra Fuchs, Gerrit Hohendorf, Paul Richter, Maike Rotzoll, « Die Provinz Ostpreußen und die nationalsozialistische “Euthanasie” : SS- “Aktion Lange” und “Aktion T4” », Medizinhistorisches Journal 43, 2008, (p. 20-55). À propos de Tapiau (aujourd’hui Gvardeïsk), près d’Allenberg, voir Paul-Otto Schmidt-Michel : « Die psychiatrische Familienpflege der Anstalt Tapiau, Ostpreußen (1907-1940) », Psychiatrische Praxis 19, 1992, (p. 46-51). À propos d’Uchtspringe, voir Kriemhild Synder, « Patientenschicksale 1933 bis 1945 in der Landesheilanstalt Uchtspringe oder Wie sich erinnern ? », in : Volkmar Lischka, Thomas Dost, Gerhard Schulz (éd.), 100 Jahre Landeskrankenhaus Uchtspringe 1894-1994, Uchtspringe, 1994, (p. 14-25).

52 Dirk Blasius, « Ambivalenzen des Fortschritts. Psychiatrie und psychisch Kranke in der Geschichte der Moderne », in : Frank Bajohr, Werner Johe, Uwe Lohalm (éd.), Zivilisation und Barbarei. Die widersprüchlichen Potentiale der Moderne. Gedenkschrift für Detlev Peukert, Hambourg, Christians, 1991, (p. 253-268).

53 Thomas Müller, « Remembering psychiatric patients in Germany murdered by the Nazi regime », The Lancet Psychiatry 10, 2018, (p. 789-790).

54 Jackie L. Goldstein, Marc M. L. Godemont, « The legend and lessons of Geel, Belgium : A 1500-year-old legend, a 21st-century model », Community Mental Health Journal 39, 2003, (p. 441-458).

55 Sa mise en application clinique selon des critères médicaux-psychiatriques et socio-pédagogiques modernes est soutenue financièrement par une série de projets, par exemple dans la région Spreewald. Ce projet soutenu par la Robert-Bosch-Stiftung a été mis en œuvre en coopération avec la Fachhochschule für Sozialpädagogik de Potsdam. Voir Tilo Held, Psychiatrische Familienpflege. Ergebnisse einer prospektiven elfjährigen Langzeitstudie, Stuttgart, Enke, 1989. Voir aussi Michael Konrad, Paul-Otto Schmidt-Michel, « Psychiatrische Familienpflege – Überblick über Projekte in der BRD und Stand der Forschung », Nervenheilkunde 6, 1987, (p. 265-273).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/2292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Müller, « Le placement familial et les liens entre difficultés économiques et intégration sociale des malades mentaux dans la France du xixe siècle »Revue germanique internationale, 30 | 2019,  65-85.

Référence électronique

Thomas Müller, « Le placement familial et les liens entre difficultés économiques et intégration sociale des malades mentaux dans la France du xixe siècle »Revue germanique internationale [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 07 janvier 2020, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2292 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2292

Haut de page

Auteur

Thomas Müller

Directeur du Forschungsbereich Geschichte und Ethik in der Medizin (Ravensburg / Ulm), Württembergisches Psychiatriemuseum
Th.Mueller[at]ZfP-Zentrum.de

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals