Navigation – Plan du site

Jean Oury et la conation esthétique. Un parcours entre Sartre, Goldstein et Lacan

Jean Oury und die ästhetische Konation. Ein Erkundungsgang zwischen Sartre, Goldstein und Lacan
Jean Oury and Aesthetic Conation. An Exploratory Excursion with Sartre, Goldstein, and Lacan
Henning Schmidgen
Traduction de Valentine Meunier
p. 87-98

Résumés

Le psychiatre français Jean Oury (1924-2014) est bien connu à la fois comme l’un des principaux promoteurs de la « psychothérapie institutionnelle », comme fondateur et directeur de la clinique psychiatrique de La Borde, et comme un important défenseur de la psychanalyse lacanienne. Cet article se concentre sur la thèse de médecine soutenue par Oury en 1950 à la Faculté de Médecine de Paris, ayant pour objet la créativité artistique. Notre but est de montrer que ce travail se fonde sur une théorie de la subjectivité inspirée par la biologie et partagée, à cette même époque, par des auteurs aussi distants que Georges Canguilhem et Frantz Fanon. Différemment de ce que l’usage du terme spinozien « conation » employé par Oury semble suggérer, cette théorie n’indique pas une pulsion instinctuelle qui pousserait le sujet à demeurer au sein des formes de l’être existantes. Elle indique bien plutôt la poussée vitale vers la transgression de ces formes pour créer un milieu ou « Umwelt » dans lequel le sujet peut exister et déployer son potentiel spécifique. L’article montre qu’Oury, en expliquant cette théorie du sujet, se réfère à la philosophie de Jean-Paul Sartre et à la théorie psychanalytique de Jacques Lacan. Cependant, sur ce point, de même que chez Canguilhem et Fanon, la référence cruciale d’Oury est la philosophie biologique de Kurt Goldstein. Par conséquent, la théorie de la conation esthétique développée par Oury s’inscrit dans l’histoire franco-allemande du savoir psychiatrique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette contribution s’appuie sur mon article « Jean Oury und die ästhetische Konation. Ein Erkundungsgang zwischen Sartre, Goldstein und Lacan », in : Thomas Ebke et Sabina Hoth (éd.), Die Philosophische Anthropologie und ihr Verhältnis zu den Wissenschaften der Psyche, numéro spécial du Internationales Jahrbuch für philosophische Anthropologie 8, 2018, (p. 143-156). Je remercie Elisabetta Basso pour ses remarques stimulantes et Valentine Meunier pour sa traduction en français.

Texte intégral

  • 2 Karl Marx, Thesen über Feuerbach [1845], in : Karl Marx, Friedrich Engels, Werke (= MEW), vol. 3, B (...)

« La doctrine matérialiste affirmant que les hommes sont les produits de leur milieu et de leur éducation, et que des hommes différents sont des produits de milieux et d’éducations différentes, oublie que le milieu lui-même a été transformé par l’homme, et que l’éducateur doit à son tour être éduqué2. »

1Ce parcours débute par quelques extraits de l’observation d’une patiente en psychiatrie. Elle remonte à 1944 et se déroule en France. Une « Madame C. » figure en son centre.

  • 3 Georges Canguilhem, « Observation à l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban (Lozère). (Juillet 1944, (...)

1 juillet 1944 […] On présente à Mme C. les tableaux de Rorschach. Comme c’est le problème général de la ressemblance qui se pose très explicitement à elle, il a paru intéressant de relever les commentaires faits à côté des tentatives expresses – du reste peu systématiques – d’identification par ressemblance […] D’une façon générale, devant les tableaux, Mme C. procède par distinctions, éliminations, négations : ce n’est pas une jambe ; ça ne ressemble pas à un aéroplane […] Le monde est pour Mme C. totalement dis-qualifié. Plus de qualités sensibles. « Ce que je mange c’est nul » […] En résumé : remarquable expérience vécue de néantisation3.

2Cette observation, dont la conclusion est en parfaite harmonie avec la terminologie de Jean-Paul Sartre, n’émane pas de celui dont on l’attendrait. L’auteur n’en est pas le psychiatre Jean Oury, à qui ce parcours est consacré, mais le philosophe Georges Canguilhem, qui, comme on le sait, a également soutenu une thèse de médecine en 1943.

  • 4 Voir sur ce point les explications de Camille Limoges, le directeur de la publication du tome IV de (...)

3Néanmoins, Canguilhem fait cette observation dans l’hôpital psychiatrique où, peu après (1947-1949), Oury effectuera les années décisives de sa formation, l’hôpital de Saint-Alban en Lozère. Canguilhem s’y réfugie en 1944. Il est l’un des rares survivants d’un convoi de Résistants blessés, qui, quelques jours auparavant, est tombé dans une embuscade à l’issue de la bataille du mont Mouchet et a été pris sous le feu nazi4. À Saint-Alban, le philosophe-médecin est accueilli par deux psychiatres qui codirigent l’hôpital, communistes convaincus et militants antifascistes.

  • 5 Pour une introduction à François Tosquelles et à l’histoire de Saint-Alban, voir le film de Françoi (...)

4Le premier est Lucien Bonnafé, que Canguilhem connaît depuis Toulouse où il a fait une partie de ses études de médecine. Issu d’une famille de psychiatres, Bonnafé est en contact avec les surréalistes parisiens à partir des années 1930, qui marquent également le début de sa radicalisation politique. François Tosquelles, le second, est un psychiatre marxiste de Barcelone, qui a combattu le régime de Franco en Espagne avant d’être obligé de fuir en France, où il est tout d’abord interné. Il trouve ensuite à Saint-Alban un poste d’infirmier, puis de psychiatre, et enfin, de médecin-chef5.

  • 6 Voir sur ce point notamment Jean-Charles Gateau, Paul Éluard ou le frère voyant, Paris, Robert Laff (...)

5Dans les années 1940, l’hôpital de Saint-Alban sert de refuge et de base à des activités antifascistes. Des Résistants, comme Canguilhem, y sont hébergés, de même que des écrivains du mouvement surréaliste dont la vie est menacée à Paris, tels Paul Éluard ou, plus tard, Tristan Tzara6. Après la guerre, l’hôpital est à l’origine d’une réforme de la pratique psychiatrique qui s’appuie autant sur Marx que sur Freud et va faire école sous le nom de « psychothérapie institutionnelle ». Dans l’espace francophone, pour le moins, cette pratique a un grand impact à divers points de vue :

  • 7 Pour une introduction à Jean Oury et l’histoire de La Borde, voir François Dosse, Gilles Deleuze et (...)

6Premièrement par les publications de Bonnafé et de Tosquelles, du dialogue et de la coopération empirique avec d’autres psychiatres, par exemple Roger Gentis, qui débouchent sur la création de cliniques dotées de structures comparables, en premier lieu celle de « La Borde », fondée par Oury en 1953. Diverses associations et sociétés se constitueront dans leur sillage7 ;

  • 8 Voir Félix Guattari, Psychanalyse et transversalité. Essais d’analyse institutionnelle, Paris, Masp (...)

7Deuxièmement, à la faveur d’un discours théorique, que Félix Guattari, un collaborateur de longue date d’Oury, forge à partir de son travail à La Borde. Il bénéficie d’une large réception, notamment grâce à sa coopération avec Gilles Deleuze8 ;

  • 9 Voir sur cette question Frantz Fanon, Écrits sur l’aliénation et la liberté, Paris, La Découverte, (...)

8Troisièmement, via une politique anticolonialiste radicale, fondée par Frantz Fanon. Comme Oury, Fanon est psychiatre de formation. Après avoir achevé ses études à Lyon au début des années 1950, il rejoint l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban, où il coopère étroitement avec Tosquelles9 ;

  • 10 Georges Canguilhem, « Ouverture », in : Élisabeth Roudinesco et al. (dir.), Penser la folie. Essais (...)

9Quatrièmement, enfin, à travers un discours historiographique, lorsque Canguilhem, faisant le bilan de son séjour bref et intense à Saint-Alban, raconte que ce lien avec la pratique de la psychiatrie explique qu’on lui ait adressé, à la fin des années 1950, un jeune philosophe qui s’intéressait à l’histoire de la folie : Michel Foucault10.

10L’histoire de la psychothérapie institutionnelle et de ses effets discursifs reste encore largement à écrire. Dans ce qui suit aussi, nous devrons nous contenter de réflexions provisoires sur un sujet d’une étendue considérable. Nous nous concentrerons en priorité sur le premier aspect, à savoir le lien entre Tosquelles et Oury. Il faudra nous restreindre à donner un simple aperçu du second aspect, la réception de la psychothérapie institutionnelle chez Guattari et Deleuze. Le troisième et le quatrième aspects seront abordés dans une autre étude.

I.

  • 11 Voir Jean Oury, op. cit., 1998, p. 24-25.

11Oury rencontre Tosquelles pendant ses études de médecine à Paris, à l’occasion d’un cycle de séminaires au début de l’année 1947, où les grandes figures de la psychiatrie de l’époque débattent du rôle des facteurs psychiques dans l’émergence des troubles mentaux. Tosquelles y intervient, de même que Jacques Lacan11. Oury saisit l’occasion pour se présenter à Tosquelles, lui fait part de son intérêt à collaborer avec lui et accepte cette même année un poste de deux ans à Saint-Alban, où Tosquelles travaille désormais depuis plusieurs années.

  • 12 Sur ce point, cf. Jean Oury, Essai sur la conation esthétique [1950], Orléans, Éditions Le Pli, 200 (...)
  • 13 Jean Oury, op. cit., 2005.

12Durant cette période, Oury revient régulièrement à Paris, où il s’intéresse en particulier au débat du moment sur ce que l’on nomme, d’après Hans Prinzhorn, les « expressions de la folie » (Bildnerei der Geisteskranken). Il visite la grande exposition que l’hôpital Sainte-Anne consacre à « l’art psychopathologique » en 1950, de même que la première exposition d’art brut organisée par Jean Dubuffet un an auparavant12. Depuis, les deux hommes entretiennent des relations étroites, et donc aussi en décembre 1950, lorsque Oury soutient sa thèse intitulée Essai sur la création esthétique13.

  • 14 Ibid., p. 58, 61, 75 et passim.

13Nous ne nous intéresserons pas prioritairement, dans ce qui suit, au fait qu’Oury cite un certain nombre de psychiatres germanophones qui ont consacré une partie de leurs travaux à l’art de patients psychiatriques : Prinzhorn, mais aussi Karl Jaspers et Walter Morgenthaler14. Nous mettrons plutôt l’accent sur son évocation parallèle de Kurt Goldstein et Jacques Lacan, également présente chez d’autres auteurs. Cette double référence, en effet, tisse un lien entre les recherches psychiatriques de Tosquelles, Oury et Fanon. Elle est par conséquent un trait caractéristique de l’approche dénommée psychothérapie institutionnelle. C’est, à tout le moins, la thèse que nous soutenons ici.

  • 15 Voir en premier lieu Aron Gurwitsch, « Le fonctionnement de l’organisme d’après K. Goldstein », Jou (...)
  • 16 Maurice Merleau-Ponty, La structure du comportement, Paris, PUF, 1942, et Maurice Merleau-Ponty, Ph (...)

14Comme on le sait, la traduction française du travail pionnier de Goldstein (Der Aufbau des Organismus, 1934) ne paraît qu’en 1951, sous le titre La Structure de l’organisme. En d’autres termes, ni Oury ni Tosquelles ne se réfèrent à cette traduction, ils empruntent une autre voie de réception. Elle a été pour part défrichée par des articles publiés en français, qui relaient les travaux de Goldstein depuis la fin des années 1930 dans des périodiques tels que la Revue philosophique15. Mais elle est aussi tracée par l’étude intensive des recherches de Goldstein et d’Adhémar Gelb entreprise par Maurice Merleau-Ponty16. Néanmoins, nous n’avons pas affaire ici à un débat exclusivement franco-allemand, qui se déroule à Paris et Strasbourg d’abord, Louvain ensuite, mais – plus spécifiquement – à une histoire franco-germano-catalane dans laquelle les écrits de Goldstein et Lacan se rencontrent, convergent et se démarquent.

  • 17 François Tosquelles, op. cit., 1991, p. 73.
  • 18 François Tosquelles, Le Vécu de la fin du monde dans la folie. Le témoignage de Gérard de Nerval, G (...)

15Dans la Barcelone des années 1930, Tosquelles entretient des contacts étroits avec un grand nombre de réfugiés germanophones, qui, dans leurs bagages intellectuels, ont non seulement emporté la phénoménologie, la psychanalyse et la Gestaltpsychologie (ou psychologie de la forme), mais aussi la biologie holistique de Goldstein. Tosquelles cite explicitement Sándor Eiminder, Paul-Ludwig Landsberg, Alfred Strauss et Werner Wolff17. L’énorme richesse de cette situation est éclatante dans la thèse de médecine qu’il dépose pour des raisons formelles à la faculté de médecine de Paris en 1949 : Goldstein y côtoie Lacan et Kierkegaard, Landsberg croise Scheler et Freud18.

  • 19 Deleuze et Guattari se réfèrent encore à Erwin Straus dans leur dernier ouvrage. Voir Gilles Deleuz (...)

16Ce qui nous fournit l’argument suivant : Oury, mais aussi Fanon et, indirectement, Guattari et Deleuze s’inscrivent dans la configuration esquissée par le psychiatre catalan. Ils étudient par conséquent la psychiatrie phénoménologique, l’anthropologie philosophique et la biologie globaliste de l’espace germanophone des décennies 1920 et 193019. Cependant, ils ne le font pas de manière directe, mais en effectuant, pour ainsi dire, un détour par Barcelone.

17Dans son Essai sur la création esthétique, Oury prend appui sur l’observation et l’examen psychiatriques de cas particuliers à Saint-Alban. Il se concentre en premier lieu sur des patients artistiquement actifs, tels que Auguste Forestier, Benjamin Arneval et Aimable Jayet, qui deviendront peu après des figures de l’art brut. Oury enrichit les résultats de ses observations et examens de nombreux témoignages personnels d’artistes – de Cézanne à Van Gogh en passant par Georges Braque et Salvador Dalí ou Antonin Artaud.

18Il relie ensuite ce matériau à des théories psychologiques, psychanalytiques et neurologiques, en particulier à celles de Goldstein et Lacan, ainsi qu’à la psychologie du développement de Jean Piaget. En conclusion, Oury soumet ses résultats à une réflexion existentialiste, dans laquelle il évoque bien plus souvent Sartre que Heidegger.

19Il résulte de cette réflexion une théorie de l’imaginaire comme facteur d’intégration biopsychologique de la personnalité. Oury n’entend pas l’imaginaire comme la région des illusions et des idéologies du je, ainsi que le fait Lacan dans les années 1960 et 1970, mais comme une sphère du projet existentiel. Cette dernière est non seulement centrale dans la formation de la personnalité, mais elle détermine également la liberté de l’être humain.

20Une étude de cas citée au début de sa thèse, le cas d’Auguste Forestier, illustre parfaitement l’esprit et l’orientation de la thèse d’Oury :

  • 20 Jean Oury, op. cit., 2005, p. 11.

Auguste For… n’a pas d’idées préconçues. Il ramasse, il édifie, il construit, il est construisant. Il ne fait pas l’effort artistique de transposer un « schème symbolique » dans le monde des objets, il est « schème symbolique » lui-même. Il a franchi le miroir. Avec de vieux morceaux de bois, de la ferraille, des bouts de caoutchouc, des débris de verre, des boutons de culotte, de vieux sous, il se construit […]20.

21Faisant référence au « schème symbolique » de Sartre comme au « miroir » lacanien, Oury livre une description concrète de l’activité artistique d’Auguste Forestier. Elle est centrée sur le rapport de l’homme à l’environnement, de la personne aux choses, du sujet à l’objet – ou plutôt sur la manière dont ce rapport est conçu comme vital :

  • 21 Ibid., p. 11-12.

Ce serait tout à fait déplacé et inutile de chercher à décrire l’homme d’un côté et l’œuvre de l’autre. Il est homme et œuvre à la fois […] l’objet en lui-même n’existe plus, il n’y a pas d’objet isolé, il n’y a plus d’objet en soi, tout objet devient partie organique d’un tout. L’ensemble lui-même perd rapidement sa valeur représentative commune, il doit être appréhendé comme l’analogon total d’une vie, la vie de For…21

  • 22 Ibid., p. 167.

22À l’image du titre de son livre, Oury procède par essais, par petites touches successives. Sa monographie ne possède pas de structure simple, mais circonscrit des thèmes et des questions qu’il discute à l’aide d’un grand nombre de citations. Il en tire certes des conclusions, qu’il relativise toutefois rapidement. Ainsi peut-on lire dans le dernier paragraphe du livre : « Ce travail n’a pas été écrit dans le but de “prouver” quelque chose. Nous ne croyons guère à la notion de “vérité” qu’impliquerait une telle attitude »22.

  • 23 Ibid.

23Son Essai vise plutôt à donner quelques pistes de réflexion qui pourraient être fécondes pour « la structuration de la “pensée humaine” d’un homme quelconque, fou ou normal, par un autre homme »23.

  • 24 Ibid.
  • 25 Voir Hans Prinzhorn, Bildnerei der Geisteskranken. Ein Beitrag zur Psychologie und Psychopathologie (...)

24Ces relativisations ne permettent pas moins de distinguer une thèse claire. Celle-ci soutient qu’il existe une « fonction esthétique »24 profondément ancrée dans la structure et la dynamique de la personnalité humaine – si profondément qu’elle en devient un fait existentiel. On peut tout à fait identifier ici un parallèle avec le postulat d’une incontestable pulsion créative métaphysique (Gestaltungsdrang) de Prinzhorn25.

  • 26 François Tosquelles, op. cit., 2012, p. 110.

25Concrètement, toutefois, la définition esthétique d’Oury s’inscrit dans les pas de Tosquelles. Ce dernier s’est appuyé quelques années plus tôt sur l’exemple philosophique de Kierkegaard pour mettre en évidence que l’existence humaine n’est pas simplement donnée, mais qu’elle résulte d’une création complexe et toujours créée de neuf. Ainsi que Tosquelles l’a expliqué, l’existence esthétique au sens de Kierkegaard est, certes, une fuite du sujet devant lui-même, une « tromperie essentielle ». Mais l’activité qu’elle suppose en fait aussi une « façon de s’affirmer », en quelque sorte, à travers la tromperie26.

  • 27 Georges Canguilhem, op. cit., 2015, p. 188.

26La forme d’esthétique qui intéresse Tosquelles en contexte psychiatrique est assez lourde. Il part de l’expérience de fin du monde, dont les schizophrènes, en particulier, parlent régulièrement et dont nous avons vu quelques traces dans l’observation faite par Canguilhem citée en introduction : « Le monde est pour Mme C. totalement dis-qualifié ». Il n’a « plus de qualités sensibles »27.

  • 28 François Tosquelles, p. 95-96, et Jean Oury, op. cit., 2005, p. 56-58 et p. 122-125.
  • 29 Kurt Goldstein, La structure de l’organisme, trad. fr. d’É. Burckhardt et Jean Kuntz, Paris, Gallim (...)

27Tosquelles mais aussi Oury, qui utilise le même vocable, comparent cette expérience de la néantisation à la « réaction de catastrophe » décrite par Goldstein28. Dans La Structure de l’organisme, le neurologue allemand montre que les lésions cérébrales massives amènent les malades à se comporter de façon « désordonnée, inconstante, contradictoire », que leurs réactions sont « mêlées aux manifestations d’un ébranlement physique et psychique […] Dans ces situations, le malade se sent entravé, tiraillé de part et d’autre, vacillant, il a l’expérience intime d’un ébranlement aussi bien du monde qui l’entoure que de sa propre personne »29.

  • 30 François Tosquelles, op. cit., 2012, p. 96.

28Tosquelles et Oury transposent cet acquis neurobiologique sur le terrain de la psychiatrie. Ainsi, la psychose aiguë, souvent liée à une caractéristique massive de la peur, apparaît d’abord comme une réaction de catastrophe. En même temps, elle est saisie comme une transition existentielle vers une nouvelle forme d’équilibre psychique, de nouvelle personne. Selon Tosquelles, la réaction psychotique « se situe au moment fécond du passage des structures biologiques aux structures psychologiques »30.

29La première expérience de « néantisation » est en quelque sorte contrée par une deuxième « néantisation » qui conduit à la création d’une nouvelle existence. Comme nous le verrons, c’est, selon Oury, précisément ce que l’activité artistique des patients psychiatriques met en évidence.

II.

30Oury développe sa thèse initiale en définissant la « fonction esthétique » comme une pulsion fondamentale et globale qui affecte la personnalité dans son ensemble. Le terme qu’il utilise dans ce contexte est celui de conation.

  • 31 Voir par exemple Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabri (...)
  • 32 Georges Canguilhem (dir.), Besoins et tendances, Paris, Hachette, 1952, p. 44 et p. 59-62.

31Nul besoin de remonter à Spinoza – ou même au Spinoza lu par Deleuze et Antonio Negri – pour appréhender le sens premier de ce concept31. Il suffit ici de faire appel à Canguilhem. En 1952, c’est-à-dire presque en même temps qu’Oury, il cite dans son recueil de textes choisis, Besoins et tendances, le passage de L’Éthique de Spinoza consacré au « conatus » et le place à proximité d’extraits de La Structure de l’organisme de Goldstein32.

  • 33 Voir James Mark Baldwin, « Conation », in : James Mark Baldwin (dir.), Dictionary of philosophy and (...)

32Ajoutons, en outre, que le terme de « conation » est très usité dans les discours psychologiques modernes. Vers 1900, des auteurs anglophones tels que James Ward, George Trumbull Ladd et George Frederick Stout l’utilisent comme un synonyme « d’effort » ou « d’impulsion » dans une perspective psychologique, mais aussi au sens où l’entend la Naturphilosophie. Si l’on considère enfin combien les psychologies philosophiques d’Henri Bergson et de William James s’articulent autour de la notion d’effort, le choix terminologique d’Oury ne peut guère plus surprendre33.

  • 34 Jean-Paul Sartre, L’Imaginaire. Psychologie phénoménologique de l’imagination, Paris, Gallimard, 19 (...)

33Si la conation esthétique affecte la personnalité dans son ensemble, nous dit Oury, elle est aussi spécifique de la structure de la personne en question. Il ne suffit pas de la mettre sur le même plan que la « fonction imageante » évoquée par Sartre dans ses travaux des années 1930 et du début de la décennie suivante34. Selon Oury, la conation esthétique remet non seulement en cause une fonction constructive de la conscience, mais aussi un projet existentiel qui touche l’individu dans son entier. On pourrait donc dire qu’Oury relie ici les études phénoménologiques de Sartre sur l’imagination et ses travaux ultérieurs sur l’ontologie. La conation esthétique est une tentative de transcender un monde exposé à la « néantisation » ; ce type d’effort vise, pourrait-on dire, à la néantisation de la néantisation.

  • 35 Jacques Lacan, « Le stade du miroir comme formateur de la fonction du Je, telle qu’elle nous est ré (...)
  • 36 Jean Oury, op. cit., 2005, p. 165.

34Cette étude de Sartre amène Oury à se positionner par rapport à Lacan. Se référant à l’article sur le stade du miroir, publié pour la première fois en 194935, il explique que la conation esthétique est une « structure de l’Innenwelt, plus antérieure et plus fondamentale que la structure correspondant au stade du miroir »36. Tandis que Lacan affirme que le stade du miroir apparaît au cours du sixième mois du développement infantile, Oury soutient que la structure qui correspond à la conation esthétique se manifeste au quatrième mois. Elle coïncide ainsi avec le deuxième stade du schéma de développement de Piaget, celui des « premiers schèmes acquis ».

35Si avec sa conception du « stade du miroir » Lacan s’intéresse principalement aux effets formatifs que les images (imagos) peuvent exercer sur le développement du corps infantile, Oury, par sa référence à Piaget, déplace l’accent de sa présentation sur la coordination expérimentale des yeux et de la main et sur l’intériorisation primaire de ces expériences. En forçant le trait, on pourrait dire qu’il ne s’agit pas ici d’une ingérence de l’imaginaire, mais d’une autodétermination constructive d’un organisme créatif.

  • 37 Ibid., p. 99.
  • 38 Ibid., p. 129.

36Oury décrit la particularité de cette phase comme une « expérience pour voir37 », au sens de la physiologie expérimentale de Claude Bernard. Cependant, dans la lignée politique de l’hôpital de Saint-Alban, il la précise en faisant appel à Karl Marx. Il refuse certes explicitement de réduire les causes de l’aliénation psychotique à l’aliénation marxiste38, mais il établit une analogie entre les aspects de cette phase et la structure du processus historique analysé par Marx.

37L’interaction que l’on peut identifier au niveau individuel entre la maturation, la structure libidinale et la contingence correspond donc au rapport qu’établit Marx au niveau social entre les bases matérielles, la valeur de certaines personnalités et le hasard. Oury cite ainsi une lettre envoyée le 17 avril 1871 par Marx à Louis Kugelmann, dans laquelle il débat de la Commune :

  • 39 Ibid., p. 153. Cf. « Lettre de Marx à Kugelmann, le 17 avril 1871 », in : Karl Marx et Friedrich En (...)

L’histoire du monde serait vraiment une chose bien facile à faire si toute lutte devait être engagée seulement avec des chances infailliblement favorables. D’autre part, elle serait de nature fort mystique si les « hasards » n’y jouaient aucun rôle. Ces cas fortuits rentrent naturellement dans la marche générale de l’évolution, et ils sont compensés par d’autres cas fortuits. Mais l’accélération ou le retard des événements dépendent en grande partie de semblables « hasards » parmi lesquels figure aussi le caractère des gens qui sont à la tête du mouvement39.

38En conséquence, la contingence joue également un rôle important dans le développement individuel de la personnalité humaine. La conation esthétique n’est pas soumise au contrôle total du sujet, elle doit aussi toujours compter sur les hasards (Zufälle) – et, comme on l’a vu, sur les déchets (Abfälle).

  • 40 Jean Oury, op. cit., 2005, p. 166.

39Sur la base de cette définition structurelle et dynamique de la conation esthétique, Jean Oury aborde en conclusion ce qu’il appelle son « aspect global »40. Il procède ici à une synthèse de ses emprunts à Sartre et du lien avec Goldstein. L’aspiration artistique est donc une fonction tout aussi biologique que psychologique de l’organisme humain :

  • 41 Ibid.

La conation esthétique a pour but de faire coïncider la personne actuelle avec son projet. Les « œuvres » d’art ne sont que des échecs : traces, empreintes, solidification en « en-soi raté ». Elles sont cependant des structures nécessaires d’approximation, d’asymptotisation. La conation esthétique est une fonction intentionnelle vitale41.

  • 42 Ibid., p. 167.
  • 43 Sur cette question, voir Max Lafont, L’Extermination douce. La cause des fous. 40 000 malades menta (...)
  • 44 Félix Guattari, « La psychothérapie institutionnelle (1962/63) », in : Félix Guattari, op. cit., 19 (...)

40L’objectif ultime de cette « fonction » est « de structurer plus finement l’Umwelt humain »42. Oury fait ici, d’une part, concrètement référence aux institutions dans lesquelles séjournent ses patients et qui, dans les années 1940, se trouvent dans un état déplorable – à Saint-Alban comme dans de nombreux autres endroits. Un état qui, précisons-le, a été méthodiquement mis en œuvre par le régime de Vichy43. Une caractéristique fondamentale de la réforme des pratiques initiée par Tosquelles, qui sera plus tard connue sous le nom psychothérapie institutionnelle, est que les patients sont partie prenante de l’organisation de l’hôpital et de sa gestion. Dans les années 1960, Guattari définit parfaitement cette approche : « Le mot d’ordre proposé était qu’avant d’entreprendre quelque cure individuelle que ce soit il fallait “soigner le quartier” »44.

  • 45 Kurt Goldstein, op. cit., p. 429.
  • 46 Ibid., p. 356.
  • 47 Ibid., p. 36.
  • 48 Ibid., p. 372.

41Sur cette question d’autre part Oury, comme Tosquelles d’ailleurs, se réfère plus intensément à Goldstein. Dans La Structure de l’organisme, le neurologue allemand souligne à plusieurs reprises le caractère environnemental des soins médicaux, par exemple lorsqu’il explique que l’activité du médecin ne consiste « en rien d’autre que de créer pour un être un environnement qui lui soit adéquat et qui lui permette une existence aussi riche que possible »45. L’action médicale est donc en premier lieu un « réarrangement du milieu46 » ou une création du milieu47, c’est-à-dire qu’elle vise à instituer et à composer un « nouveau milieu adéquat » au malade, à lui donner « une possibilité d’existence »48. On peut résumer en ces termes l’ambition de la psychothérapie institutionnelle, qui consiste à créer et préserver un environnement approprié aux malades psychiques.

  • 49 Ibid., p. 257.
  • 50 Le terme Aufbau, utilisé dans le titre original, peut aussi se traduire par construction (NDT).

42Goldstein nous permet d’affiner encore ce propos, en faisant ressortir que l’individu humain « est, selon sa nature, en état de créer des situations qui assurent sa vie, son existence »49. La notion de l’Aufbau des Organismus prend ainsi un sens supplémentaire. Elle renvoie non seulement à la structure de l’organisme, mais aussi à ses fonctions constructives, à sa capacité de construction50. Défini ainsi, l’Aufbau est en effet précisément ce qu’Oury expose dans sa description puissante de l’activité artistique de Forestier.

Conclusion

  • 51 Guntram Hinz, Institutionelle Aspekte der Psychosenbehandlung. Das Konzept der „Psychothérapie inst (...)
  • 52 Jean Oury, « Zur institutionellen Psychotherapie », in : Konrad Hummel (dir.), Wege aus der Zitadel (...)

43À ce jour, la réception de l’œuvre de Jean Oury dans l’espace germanophone reste modeste. Au milieu des années 1980, quelques psychiatres allemands se sont intéressés à l’approche de la psychothérapie institutionnelle51, mais, hormis de rares articles d’Oury traduits en allemand52, ce débat n’a pas laissé d’empreinte profonde.

  • 53 « Pour faire image, nous disons souvent que les pièces de la machine abstraite sont en même temps c (...)
  • 54 Voir Jean Oury, op. cit., 2005, p. 139, ainsi que Gilles Deleuze, Félix Guattari, op. cit., 1972, p (...)

44Cela ne signifie pas qu’aucune réflexion n’a eu lieu. Au contraire, des composantes essentielles de la position que l’on associe aujourd’hui aux noms de Guattari et Deleuze résultent de la réception des travaux d’Oury. En témoignent certaines notions, telles que la « machine abstraite », que l’on trouve dès 1967 chez Oury, c’est-à-dire avant même le début de la coopération entre Guattari et Deleuze53, mais aussi l’ensemble de la description du « schizo » comme constructeur des machines désirantes, comme « bricoleur » perpétuel et « producteur universel », avec lequel L’Anti-Œdipe fera fureur en 197254.

  • 55 Sur Antonin Artaud, voir Jean Oury, op. cit., 2005, p. 148, ainsi que Gilles Deleuze, Félix Guattar (...)
  • 56 Sur l’art brut, voir Gilles Deleuze, Félix Guattari, op. cit., 1972, p. 12, 22 et 24. Jean Oury est (...)

45En effet, le discours du « bricoleur » se trouve déjà dans l’Essai d’Oury, comme, au demeurant, la célèbre citation d’Antonin Artaud : « Le corps sous la peau est une usine surchauffée », qui est placée en incipit de L’Anti-Œdipe55. De même, c’est grâce à Oury que Deleuze et Guattari s’appuient sur les artistes de l’art brut pour expliquer leur conception du processus schizophrénique56.

46Comme Oury, les deux auteurs se réfèrent à quelques reprises à Canguilhem. Aucun d’eux, en revanche, ne poursuivra les renvois à Goldstein. Après sa thèse, Oury ne le mentionnera plus, tandis que Deleuze et Guattari ne l’ont jamais cité directement. Sans doute les critiques de la psychanalyse contenues dans La Structure de l’organisme y jouent-elles un rôle. La traduction en français de son ouvrage en 1951 révèle définitivement les réserves de Goldstein à l’égard des notions d’inconscient et de pulsion. Ni Oury, ni Deleuze, ni Guattari ne le mentionnent. La forte influence qu’exercent Lacan et la psychanalyse à la fin des années 1960 semble les en empêcher.

47C’est donc finalement Canguilhem qui reste attaché à Goldstein – de façon explicite autant qu’implicite. Même après la parution en français de La Structure de l’organisme, il insiste sur la conception d’une normativité affectant jusqu’à la biologie du sujet, c’est-à-dire sur la capacité de se fixer des normes pour sa propre vie. Il en va ainsi, par exemple, dans le recueil de textes choisis Besoins et tendances, que nous avons déjà mentionné. Canguilhem y cite un passage évocateur qui se lit comme une explication du « conatus ». À rebours de la conception élémentaire selon laquelle la conservation de soi est une pulsion authentique de l’être vivant, Goldstein affirme :

  • 57 Kurt Goldstein, « Conservation de soi, forme pathologique de la vie », in : Georges Canguilhem, op. (...)

L’observation des malades montre que la simple conservation est un signe de vie anormale, de vie en déclin. Pour le malade, le maintien de l’état est la seule possibilité d’existence. La force impulsive de la vie normale est la tendance de l’organisme à l’activité, au développement des capacités, à une réalisation aussi haute que possible de son essence57.

48Le point de vue esquissé est important pour comprendre la configuration que nous avons étudiée ici et qui nous a menés de Tosquelles à Fanon et Guattari via Jean Oury.

  • 58 François Tosquelles, op. cit., 2012, p. 95.

49En faisant appel à Goldstein, Canguilhem explique clairement le point de départ concret de toute pratique visant à la création dynamique des milieux (Umwelten) dans lesquels évolue l’être humain. En conséquence, la « conation » n’est pas une simple pulsion de conservation de soi, mais un besoin existentiel de production de subjectivité. Le concept ne décrit pas l’aspiration instinctive à rester dans sa propre existence (Sein), mais la tentative vitale de dépasser cette existence pour créer avec elle un milieu dans laquelle elle peut vivre. Ou, pour conclure par une citation de Tosquelles : « La personne intacte, saine, rétablit son équilibre par une modification parallèle de soi et du milieu »58.

Haut de page

Notes

2 Karl Marx, Thesen über Feuerbach [1845], in : Karl Marx, Friedrich Engels, Werke (= MEW), vol. 3, Berlin, Dietz, 1978, p. 5-6, cité ici d’après Jean Oury, Les Séminaires de La Borde 1996/1997, Nîmes, Les Éditions du champ social, 1998, p. 11.

3 Georges Canguilhem, « Observation à l’hôpital psychiatrique de Saint-Alban (Lozère). (Juillet 1944, Maquis). Mme C…, », in : Georges Canguilhem, Œuvres complètes, tome IV : Résistance, philosophie biologique et histoire des sciences (1940-1965), Paris, Vrin, 2015, p. 184-185 et 188-189, souligné par Georges Canguilhem. Sur le « Problème du néant », voir Jean-Paul Sartre, L’Être et le néant, Paris, Gallimard, 1943, p. 37-84.

4 Voir sur ce point les explications de Camille Limoges, le directeur de la publication du tome IV des œuvres complètes de Georges Canguilhem, op. cit., 2015, p. 183. Les premières mentions du travail de Canguilhem à Saint-Alban se trouvent dans Élisabeth Roudinesco, La bataille de cent ans. Histoire de la psychanalyse en France, vol. II : 1925-1985, Paris, Les Éditions du Seuil, 1986, p. 204-205, et dans François Bing, Jean-François Braunstein, « Entretien avec Georges Canguilhem », in : François Bing, Jean-François Braunstein, Élisabeth Roudinesco (dir.), Actualité de Georges Canguilhem. Le normal et le pathologique, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance, 1998, (p. 121-135), p. 123.

5 Pour une introduction à François Tosquelles et à l’histoire de Saint-Alban, voir le film de François Pain, François Tosquelles. Une politique de la folie, France, 1989, ainsi que son script, publié in : François Tosquelles, « Une politique de la folie », Chimères 13, 1991, (p. 66-81).

6 Voir sur ce point notamment Jean-Charles Gateau, Paul Éluard ou le frère voyant, Paris, Robert Laffont, 1988.

7 Pour une introduction à Jean Oury et l’histoire de La Borde, voir François Dosse, Gilles Deleuze et Félix Guattari. Biographie croisée, Paris, La Découverte, 2007, p. 54-96, et Michel Rostain, Claudine Dardy, Gérard Grass, Numa Murard, Georges Préli (dir.), Histoires de La Borde. 10 ans de psychothérapie institutionnelle à Cour-Cheverny 1953-1963, Recherches 21, 1976.

8 Voir Félix Guattari, Psychanalyse et transversalité. Essais d’analyse institutionnelle, Paris, Maspero, 1972, ainsi que Gilles Deleuze, Félix Guattari, L’Anti-Œdipe. Capitalisme et schizophrénie, Paris, Éditions de Minuit, 1972.

9 Voir sur cette question Frantz Fanon, Écrits sur l’aliénation et la liberté, Paris, La Découverte, 2015, et David Macey, Frantz Fanon. A Biography, London/New York, Verso Books, 2012, p. 110-151.

10 Georges Canguilhem, « Ouverture », in : Élisabeth Roudinesco et al. (dir.), Penser la folie. Essais sur Michel Foucault, Paris, Galilée, 1992, (p. 37-42), p. 40.

11 Voir Jean Oury, op. cit., 1998, p. 24-25.

12 Sur ce point, cf. Jean Oury, Essai sur la conation esthétique [1950], Orléans, Éditions Le Pli, 2005, p. 7-8 et Jean Oury, Création et schizophrénie, Paris, Galilée, 1989, p. 15-16. Sur le rôle de l’art brut à Saint-Alban, voir le catalogue d’exposition publié sous la direction de Madeleine Lommel, Mireille Gauzy, Christophe Boulanger, Savine Faupin, Trait d’union. Les Chemins de l’art brut à Saint-Alban, Villeneuve-d’Ascq, Musée d’art moderne Lille Métropole, 2007.

13 Jean Oury, op. cit., 2005.

14 Ibid., p. 58, 61, 75 et passim.

15 Voir en premier lieu Aron Gurwitsch, « Le fonctionnement de l’organisme d’après K. Goldstein », Journal de psychologie normale et pathologique 36, 1939, (p. 107-138) et Aron Gurwitsch, « La science biologique d’après M. K. Goldstein », Revue philosophique de la France et de l’étranger 79, 1940, (p. 244-265).

16 Maurice Merleau-Ponty, La structure du comportement, Paris, PUF, 1942, et Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945.

17 François Tosquelles, op. cit., 1991, p. 73.

18 François Tosquelles, Le Vécu de la fin du monde dans la folie. Le témoignage de Gérard de Nerval, Grenoble, Jérôme Millon, 2012, p. 47, 50, 108 et passim.

19 Deleuze et Guattari se réfèrent encore à Erwin Straus dans leur dernier ouvrage. Voir Gilles Deleuze, Félix Guattari, Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Éditions de Minuit, 1991, p. 141, 146, 160, 169, 197 et 203.

20 Jean Oury, op. cit., 2005, p. 11.

21 Ibid., p. 11-12.

22 Ibid., p. 167.

23 Ibid.

24 Ibid.

25 Voir Hans Prinzhorn, Bildnerei der Geisteskranken. Ein Beitrag zur Psychologie und Psychopathologie der Gestaltung, Berlin, Springer, 1923, p. III ; trad. fr. d’Alain Brousse et Marielène Weber, Expressions de la folie : dessins, peintures, sculptures d’asile, Paris, Gallimard, 1984, p. 49.

26 François Tosquelles, op. cit., 2012, p. 110.

27 Georges Canguilhem, op. cit., 2015, p. 188.

28 François Tosquelles, p. 95-96, et Jean Oury, op. cit., 2005, p. 56-58 et p. 122-125.

29 Kurt Goldstein, La structure de l’organisme, trad. fr. d’É. Burckhardt et Jean Kuntz, Paris, Gallimard, 1951, p. 33.

30 François Tosquelles, op. cit., 2012, p. 96.

31 Voir par exemple Frédéric Lordon, Capitalisme, désir et servitude. Marx et Spinoza, Paris, La Fabrique, 2015, p. 17-18 et Astrid Deuber-Mankowsky, Anna Tuschling (dir.), Conatus und Lebensnot. Schlüsselbegriffe der Medienanthropologie, Wien, Turia + Kant, 2017.

32 Georges Canguilhem (dir.), Besoins et tendances, Paris, Hachette, 1952, p. 44 et p. 59-62.

33 Voir James Mark Baldwin, « Conation », in : James Mark Baldwin (dir.), Dictionary of philosophy and psychology including many of the principal conceptions of ethics, logics, aesthetics… and giving a terminology in English, French, German and Italian, vol. 1, New York, Macmillan, 1905, p. 206-207.

34 Jean-Paul Sartre, L’Imaginaire. Psychologie phénoménologique de l’imagination, Paris, Gallimard, 1940. Sartre était lui-même fortement marqué par la Gestaltpsychologie et la psychologie germanophone. Voir sur ce point de façon générale Bernhard Waldenfels, Phänomenologie in Frankreich, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1983, p. 63-141.

35 Jacques Lacan, « Le stade du miroir comme formateur de la fonction du Je, telle qu’elle nous est révélée dans l’expérience psychanalytique », Revue française de psychanalyse 13, 1949, (p. 449-455).

36 Jean Oury, op. cit., 2005, p. 165.

37 Ibid., p. 99.

38 Ibid., p. 129.

39 Ibid., p. 153. Cf. « Lettre de Marx à Kugelmann, le 17 avril 1871 », in : Karl Marx et Friedrich Engels, Inventer l’inconnu. Textes et correspondance autour de la Commune, Paris, La Fabrique, p. 255.

40 Jean Oury, op. cit., 2005, p. 166.

41 Ibid.

42 Ibid., p. 167.

43 Sur cette question, voir Max Lafont, L’Extermination douce. La cause des fous. 40 000 malades mentaux morts de faim dans les hôpitaux sous Vichy, Latresne, Le Bord de l’eau, 2000 ; Isabelle Von Bueltzingsloewen, L’Hécatombe des fous : La famine dans les hôpitaux psychiatriques français sous l’Occupation, Paris, Flammarion, 2009.

44 Félix Guattari, « La psychothérapie institutionnelle (1962/63) », in : Félix Guattari, op. cit., 1972, p. 40. Pour une autre référence en allemand, voir Hermann Simon, Aktivere Krankenbehandlung in der Irrenanstalt, Berlin, de Gruyter, 1929.

45 Kurt Goldstein, op. cit., p. 429.

46 Ibid., p. 356.

47 Ibid., p. 36.

48 Ibid., p. 372.

49 Ibid., p. 257.

50 Le terme Aufbau, utilisé dans le titre original, peut aussi se traduire par construction (NDT).

51 Guntram Hinz, Institutionelle Aspekte der Psychosenbehandlung. Das Konzept der „Psychothérapie institutionnelle “in Frankreich, Stuttgart, Enke, 1984 ; Wolfgang Hofmann, Die „psychothérapie institutionnelle“. Theorie und Praxis einer psychiatrischen Bewegung in Frankreich, Francfort-sur-le-Main, Campus Verlag, 1985 ; Matthias Krisor, Institutionelle Psychotherapie in der Gemeindepsychiatrie, Francfort-sur-le-Main, Mabuse-Verlag, 1991.

52 Jean Oury, « Zur institutionellen Psychotherapie », in : Konrad Hummel (dir.), Wege aus der Zitadelle. Gemeinwesenorientierte Konzepte in der Altenpflege, Hannover, Vincentz, 1986, (p. 159-163) et Jean Oury, « Grundbegriffe der institutionellen Therapie », Blätter der Wohlfahrtspflege. Deutsche Zeitschrift für soziale Arbeit 133/10, 1986, (p. 239-241).

53 « Pour faire image, nous disons souvent que les pièces de la machine abstraite sont en même temps combustible », cité d’après Jean Oury, Psychiatrie et psychothérapie institutionnelle. Traces et configurations précaires, Paris, Payot, 1976, p. 181. L’article original a été publié à la fin des années 1960. Voir Jean Oury, « Quelques problèmes théoriques de psychothérapie institutionnelle » Recherches, Spécial Enfance aliénée (I) septembre 1967, (p. 215-226).

54 Voir Jean Oury, op. cit., 2005, p. 139, ainsi que Gilles Deleuze, Félix Guattari, op. cit., 1972, p. 7, 13.

55 Sur Antonin Artaud, voir Jean Oury, op. cit., 2005, p. 148, ainsi que Gilles Deleuze, Félix Guattari, op. cit., 1972, p. 9.

56 Sur l’art brut, voir Gilles Deleuze, Félix Guattari, op. cit., 1972, p. 12, 22 et 24. Jean Oury est certes cité dans L’Anti-Œdipe, mais dans un contexte autre et étroitement circonscrit, celui du fantasme de groupe. Voir sur ce point Gilles Deleuze, Félix Guattari, op. cit., 1972, p. 73, 113 et 381.

57 Kurt Goldstein, « Conservation de soi, forme pathologique de la vie », in : Georges Canguilhem, op. cit., 1952, p. 60-61.

58 François Tosquelles, op. cit., 2012, p. 95.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henning Schmidgen, « Jean Oury et la conation esthétique. Un parcours entre Sartre, Goldstein et Lacan »Revue germanique internationale, 30 | 2019,  87-98.

Référence électronique

Henning Schmidgen, « Jean Oury et la conation esthétique. Un parcours entre Sartre, Goldstein et Lacan »Revue germanique internationale [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 07 janvier 2020, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2307 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2307

Haut de page

Auteur

Henning Schmidgen

Professeur de « Theorie medialer Welten », Bauhaus-Universität Weimar
henning.schmidgen[at]uni-weimar.de

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals