Navigation – Plan du site

« “Une science de fous et de génies” : la phénoménologie psychiatrique à la lumière de la correspondance échangée entre Gaston Bachelard, Roland Kuhn et Ludwig Binswanger

“Une science de fous et de génies” : Die phänomenologische Psychiatrie angesichts des Briefwechsels zwischen Gaston Bachelard, Roland Kuhn und Ludwig Binswanger
“Une science de fous et de génies” : Psychiatric Phenomenology in the Light of the Correspondence between Gaston Bachelard and Ludwig Binswanger
Elisabetta Basso
p. 131-150

Résumés

Cet article a pour but d’analyser les relations entre la pensée de Gaston Bachelard et la phénoménologie psychiatrique qui se développe dans les pays germanophones à partir des années 1920. En particulier, nous interrogeons le lien qui s’établit entre l’analyse existentielle et le test psychodiagnostique de Rorschach dans le domaine de la psychiatrie franco-germanophone après-guerre. Les échanges intellectuels et scientifiques qui ont lieu au tournant des années 1950 entre les psychiatres et les philosophes français et germanophones guideront notre analyse pour expliquer ce qui fait la spécificité des relations épistolaires entre Gaston Bachelard, Ludwig Binswanger et Roland Kuhn. Notre étude des relations entre psychopathologie et phénoménologie, centrée sur le Rorschach, aura un caractère à la fois historique et épistémologique, dans la mesure où nous montrerons comment le réseau à la fois francophone et germanophone qui se constitue historiquement autour de la collaboration entre psychiatres et philosophes produit des effets philosophiques significatifs dans la pensée des auteurs qui nous servent ici de guide.

Haut de page

Texte intégral

Une méthode « qui fait fureur »

  • 1 Roland Kuhn, Über Maskendeutungen im Rorschachschen Versuch, Basel, Karger, 1944, 2e éd. 1954 ; tra (...)
  • 2 Archives du CAPHÉS, Fonds Georges Canguilhem (CAN 1080).

1Dans un tiré à part de sa préface à la traduction française de l’ouvrage du psychiatre suisse Roland Kuhn (1912-2005) : La Phénoménologie du masque à travers le test de Rorschach1, envoyé par Bachelard à Georges Canguilhem le 29 juin 1957, on peut lire la dédicace suivante : « À l’ami Canguilhem pour le convaincre que dans une “duplicité” bien équilibrée, du côté du “sujet” comme du côté de l’“objet”, la phénoménologie est une science de fous et de génies »2.

2Ce sont des mots énigmatiques, qui témoignent du lien que la phénoménologie, en France, entre les années 1940 et 1950, a établi non seulement avec la psychopathologie, mais aussi avec la réflexion sur l’expression artistique et poétique. L’expérience de perception des formes conçue au début des années 1920 par le psychiatre suisse Hermann Rorschach (1884-1922) sous la forme d’un test psychologique a joué un rôle important à cet égard et les psychiatres français, à partir notamment des études du couple Françoise et Eugène Minkowski (1882-1950 et 1885-1972), en ont souligné la portée à la fois clinique et philosophique dès les années 1940.

  • 3 L’exposé de Binswanger, intitulé « La Daseinsanalyse en psychiatrie », paraîtra un an plus tard dan (...)
  • 4 Henricus Cornelius Rümke, « Signification de la phénoménologie dans l’étude clinique des délirants  (...)
  • 5 Paul Guiraud, Psychiatrie générale, Paris, Librairie Le François, 1950, chap. 4 : « Pathogénie et é (...)
  • 6 Henri F. Ellenberger, « Analyse existentielle », in : Traité de psychiatrie de l’Encyclopédie médic (...)
  • 7 Ibid., p. 4.
  • 8 Ibid.

3Lors du premier congrès mondial de psychiatrie qui a lieu à Paris en 1950, le courant phénoménologique occupe une place tout à fait centrale, au point que le psychiatre néerlandais Henricus Cornelius Rümke (1893-1967) présente la Daseinsanalyse de Ludwig Binswanger (1881-1966) – qui à cette occasion prononce sa première conférence parisienne3 – comme « la méthode qui fait fureur »4. Dans le Traité de psychiatrie publié par Paul Guiraud en cette même année5, la phénoménologie psychiatrique a sa place légitime à côté de la psychanalyse, de l’École de Zurich (Eugen Bleuler, Carl G. Jung, etc.) et de l’organo-dynamisme d’Henri Ey (1900-1977). En 1955, en outre, dans le Traité de psychiatrie de l’Encyclopédie médico-chirurgicale dirigée par Henri Ey, Henri F. Ellenberger (1905-1993) définit l’analyse existentielle comme « une des nouveautés capitales de la psychiatrie moderne », « une de ses disciplines les plus riches de promesses pour l’avenir »6. L’expérience de Rorschach est d’ailleurs au cœur des arguments employés par Ellenberger en faveur de la valeur de la Daseinsanalyse : « L’analyste existentiel », en effet – précise-t-il – « ne fait, en apparence, guère autre chose que le psychanalyste ou le psychiatre ordinaire », puisque « l’essentiel consiste dans la vision du monde qu’il s’est incorporée »7. Or, parmi les moyens utilisés, le test de Rorschach est perçu comme « un instrument auxiliaire des plus précieux »8.

  • 9 C’est ce que remarque explicitement, à cette époque, Eugène Minkowski dans son « Introduction et vu (...)
  • 10 Gaston Bachelard, « De la nature du rationalisme », Bulletin de la Société Française de Philosophie(...)
  • 11 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, Paris, PUF, 1957.
  • 12 Gaston Bachelard, L’Eau et les rêves. Essai sur l’imagination de la matière, Paris, José Corti, 194 (...)
  • 13 Gaston Bachelard, L’Air et les songes. Essai sur l’imagination du mouvement, Paris, José Corti, 194 (...)
  • 14 Ludwig Binswanger, « Der Fall Ellen West. Eine anthropologisch-klinische Studie », Schweizer Archiv (...)
  • 15 Ludwig Binswanger, « Über die daseinsanalytische Forschungsrichtung in der Psychiatrie », Schweizer (...)
  • 16 Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, 1960, p. 614. Sur la distance qui pourtant (...)

4Lorsque Bachelard rédige sa préface à l’étude de Roland Kuhn, en France le lien entre la phénoménologie psychiatrique et l’expérience de Rorschach est donc bien établi9. Au milieu des années 1950, Bachelard a déjà largement développé ce qu’il définit comme le « côté nocturne »10 de sa réflexion dans ses ouvrages consacrés à l’imagination poétique. Bien que la psychanalyse des éléments cède la place à la phénoménologie seulement à partir de La Poétique de l’espace (1957)11, l’approche bachelardienne du problème de l’imagination avait retenu l’attention de Binswanger déjà au début des années 1940, à l’occasion de la publication de L’Eau et les rêves (1942)12 et L’Air et les songes (1943)13. Dans l’une de ses analyses cliniques les plus célèbres, Le Cas Ellen West – paru pour la première fois en 1944-1945 –, le psychiatre définit cet ouvrage comme un « livre si important pour l’analyse existentielle »14. En outre, dans une conférence sur « La direction de recherche analytico-existentielle en psychiatrie », il consacre un long passage à la manière dont Bachelard, dans son ouvrage de 1943, montrerait « avec beauté et pénétration la portée analytico-existentielle des métaphores fondamentales “de la hauteur, de l’élévation, de la profondeur, de l’abaissement, de la chute” »15. Binswanger n’est pas le seul, d’ailleurs, à cette époque, à remarquer une certaine proximité entre les intuitions de Bachelard et une approche phénoménologico-existentielle de la psychè humaine, s’il est vrai que Simone de Beauvoir, en 1960, en reparcourant ses années de jeunesse, observe que « Bachelard dans L’Eau et les rêves appliquait à l’imagination une méthode très proche de la psychanalyse existentielle : presque personne encore ne s’était risqué à ce genre d’exploration et le livre nous intéressa »16.

  • 17 Ludwig Binswanger, op. cit., 1981, p. 82.
  • 18 Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries du repos, Paris, José Corti, 1948, p. 76.

5Or, dans son éloge de la « psychologie ascensionnelle » décrite par Bachelard, Binswanger insiste tout particulièrement sur sa « grande importance » « pour la compréhension du test de Rorschach »17. Bachelard, de son côté, en fait autant en 1948, lorsque dans son étude sur La Terre et les rêveries du repos, tout en regrettant d’avoir « connu trop tard les beaux travaux de Ludwig Binswanger et Roland Kuhn », il associe immédiatement « la Daseinsanalyse et l’analyse rorschachienne »18.

6Dans les pages qui suivent, nous allons donc interroger le lien qui s’établit entre ces deux versants de la recherche psychologique et psychopathologique – l’analyse existentielle et l’expérience psychodiagnostique de Rorschach –, dans le domaine de la psychiatrie franco-germanophone au tournant des années 1950. Pour guider notre analyse, nous prêterons une attention soutenue aux échanges intellectuels et scientifiques qui ont lieu à cette époque, respectivement, entre les psychiatres et les philosophes français et germanophones autour de la phénoménologie psychiatrique. Nous essayerons, en particulier, de reconstruire ce réseau à partir de la correspondance entre Gaston Bachelard, Ludwig Binswanger et Roland Kuhn. Notre analyse des relations entre psychopathologie et phénoménologie, à travers la piste du Rorschach, aura un caractère à la fois historique et épistémologique, dans la mesure où nous montrerons comment le réseau franco-germanophone qui se constitue historiquement autour de la collaboration entre psychiatres et philosophes produit des effets philosophiques significatifs dans la pensée des auteurs qui nous servent ici de guide.

« Il est regrettable que l’ouvrage de Rorschach ne soit pas encore traduit en français »19

  • 19 Marcel Monnier, « Le test psychologique de Rorschach », L’Encéphale 29, 3-4, 1934, (p. 189-201 ; 24 (...)
  • 20 Hermann Rorschach, Psychodiagnostik. Methodik und Ergebnisse eines wahrnehmungsdiagnostischen Exper (...)
  • 21 Avant de devenir chef des travaux de l’Institut de physiologie de l’université de Genève, Marcel Mo (...)
  • 22 Marcel Monnier, op. cit., p. 189. Monnier signale en outre une thèse qui aurait été présentée à la (...)
  • 23 Eugen Bleuler, « Der Rorschach’sche Formdeutungsversuch bei Geschwistern », Zeitschrift für die ges (...)
  • 24 Marcel Monnier, op. cit., p. 269.
  • 25 Hermann Rorschach, Psychodiagnostic, méthodes et résultats d’une expérience diagnostique de percept (...)

7Le premier article consacré à l’expérience de Rorschach paraît en France en 1934, deux ans après la publication de la seconde édition du Psychodiagnostik20. Il s’agit d’une contribution de Marcel Monnier (1907-1996), un neurophysiologiste et neurologue suisse qui joue un rôle central dans le développement de l’électroencéphalographie en Suisse21. L’article paraît dans la revue de psychiatrie L’Encéphale sous l’intitulé : « Le test psychologique de Rorschach » et a pour but de « signaler à l’attention des médecins et psychologues français une méthode de diagnostique psychique fréquemment usitée en Suisse, en Allemagne, en Amérique et en Angleterre depuis plus de dix ans »22. Monnier montre d’abord que l’idée de faire interpréter des taches n’était pas neuve en France et signale, dans le domaine de la psychologie, les travaux d’Alfred Binet et Victor Henri. Après une description très minutieuse de la mise en place du test – qu’il présente au moyen de nombreux exemples et par la reproduction d’un protocole – la deuxième partie de l’article expose les Erlebnistypen de Rorschach, un terme qu’il considère « assez vague » et qu’il propose de traduire par l’expression « mode de résonance et d’orientation psychique » du sujet. Ensuite, après avoir considéré les « applications pratiques du test » dans les domaines de la psychologie, de la pédagogie, de la psychotechnique, ainsi que dans le domaine de la psychopathologie et de la psychanalyse, Monnier insiste tout particulièrement sur sa « valeur caractérologique » et il le rapproche donc de la graphologie. En outre, il attire l’attention sur l’utilité du test « en matière de recherche généalogique » et ethnologique, notamment pour les études sur l’hérédité, et il cite à ce propos les études d’Eugen Bleuler sur l’administration du test aux membres d’une même famille23. Il conclut finalement en regrettant « que l’ouvrage de Rorschach actuellement si répandu et apprécié dans de nombreux pays ne soit pas encore traduit en français et il ajoute qu’il est très probable cependant que cette lacune sera prochainement comblée »24. Pourtant, il faudra attendre treize ans pour voir publiée cette traduction, en 194725.

  • 26 Voir à ce propos l’article très complet de Dario Gamboni, « Un pli entre science et art : Hermann R (...)
  • 27 Fabrice Flahutez, « Marcel Duchamp et Jacques Lacan. Réception de Hermann Rorschach en France 1934  (...)
  • 28 Voir à ce propos Peter Widmer, « Lacan in der Schweiz », in : Jutta Prasse et Claus-Dieter Rath (di (...)
  • 29 Jacques Lacan, De la psychose paranoïaque dans ses rapports avec la personnalité, Paris (le Françoi (...)
  • 30 Ibid.
  • 31 Gaston Bachelard, « Préface », in : Roland Kuhn, La Phénoménologie du masque, p. 17.

8En revanche, les artistes s’approprient assez tôt l’expérience de Rorschach en France26 : en 1935, Marcel Duchamp, invité à orner la quatrième de couverture de la revue Minotaure (série 2, n. 6) réalise l’image de la créature mythologique à partir de deux taches symétriques évoquant les taches de Rorschach. L’historien de l’art Fabrice Flahutez suppose que Duchamp avait été mis au courant des travaux de Rorschach non seulement grâce à l’article de Marcel Monnier, mais aussi par l’intermédiaire de Jacques Lacan, qui à cette époque collaborait à la fois à L’Encéphale et à Minotaure27. En effet, 1932 est la date à laquelle Lacan soutient sa thèse, De la psychose paranoïaque dans ses rapports avec la personnalité, en ouverture de laquelle il mentionne un séjour d’études qu’il aurait fait à la clinique du Burghölzli à Zurich entre 1929 et 193028. Même s’il ne cite pas explicitement l’ouvrage de Rorschach dans sa thèse, ni dans ses articles des années 1930 et 1940, Lacan connaissait la littérature psychiatrique de langue allemande et il est difficile de ne pas penser au Psychodiagnostik lorsqu’on lit la partie introductive de sa thèse, où il critique les « systèmes caractérologiques » ou typologiques en posant la question suivante : « Peut-on fonder […] un système de la personnalité qui s’accorde à la complexité des faits ? »29 Or, Lacan répond à cette question – qui était justement au cœur de l’approche typologique élaborée par Rorschach – en reconnaissant que certaines doctrines typologiques pourraient être considérées « comme des schémas généraux valables pour ordonner les recherches et intéressants pour la pratique clinique et la psychopathologie »30. Il est certes singulier que Bachelard, vingt-cinq ans plus tard, dans sa préface à Kuhn, souligne ce même dispositif méthodologique, lorsqu’il définit l’interprétation du masque dans le test de Rorschach comme un « schéma pour une analyse »31.

  • 32 Daniel Lagache, « La rêverie imageante, conduite adaptative au test de Rorschach », Bulletin d’Orie (...)
  • 33 Françoise Minkowska (Franziska Brokman) avait connu personnellement Hermann Rorschach à Zurich au d (...)
  • 34 Françoise Minkowska, Le Rorschach. Le volume paraît dans la collection dirigée par Henri Ey, la « B (...)
  • 35 Voir à ce propos Peter Galison, « Image of Self », in : Lorraine Daston, éd., Things that Talk : Ob (...)
  • 36 Naamah Akavia, Subjectivity in motion. Life, art, and movement in the work of Hermann Rorschach, Ne (...)
  • 37 En ce qui concerne la psychologie expérimentale et la psychotechnique, ce sont surtout les études d (...)

9En tout cas, ce n’est que dans les années 1940 que le Psychodiagnostik fait véritablement son entrée en France. Ceci a lieu non seulement grâce à Daniel Lagache32 et aux travaux de Françoise Minkowska33 – lesquels seront rassemblés en volume à titre posthume par Eugène Minkowski en 195634 –, mais surtout à travers le réseau scientifique de l’hôpital parisien de Sainte-Anne. Il y a deux pistes différentes à suivre afin de retracer l’histoire de la réception française du Psychodiagnostik. Il s’agit de deux voies qui se croisent de manière originale et qui révèlent la nature épistémologiquement complexe35 – d’autres diraient aussi « modeste »36 – de l’expérience de Rorschach. La première voie est celle de la psychologie expérimentale et notamment de la psychotechnique appliquée à la psychologie du travail37, tandis que la seconde est celle de la psychopathologie existentielle. C’est cette seconde voie que nous allons suivre.

Le Rorschach entre psychologie expérimentale et phénoménologie

  • 38 Voir Bernard Gueguen, « Hommage à Georges Verdeaux », Neurophysiologie clinique 34, 2004, (p. 301-3 (...)
  • 39 Voir Thomas Le Bianic, « Des tests pour les chômeurs : la psychotechnique au ministère du Travail, (...)

10Dans chacune de ces deux pistes de recherche, les figures de Georges et Jacqueline Verdeaux sont cruciales. Georges Verdeaux (1915-2004) était un neuropsychiatre formé notamment à l’électroencéphalographie (EEG)38. Au milieu des années 1940, il travaille à l’hôpital Sainte-Anne avec son épouse Jacqueline, qui l’assiste dans le laboratoire d’électroencéphalographie qu’il a créé, en 1947, avec André Ombredane (1898-1958). Ancien élève de l’École normale supérieure, agrégé de philosophie et docteur en médecine, Ombredane occupe en même temps le poste d’assistant de Georges Dumas à la chaire de psychologie expérimentale de la Sorbonne et celui de directeur adjoint du laboratoire de psychologie de l’enfant d’Henri Wallon. En 1947, en outre, alors qu’Ombredane devient directeur du Centre d’études et de recherches psychotechniques qui vient d’être créé cette même année par le ministère du Travail39, les Verdeaux dirigent le laboratoire d’électroencéphalographie du Centre national d’orientation créé par l’administration pénitentiaire à Fresnes, la prison qui abritait les principales installations médicales du système carcéral.

  • 40 Henri Ellenberger a eu un rôle important de passeur de la culture psychiatrique suisse et germaniqu (...)
  • 41 Jeune psychiatre, Kuhn avait fait installer une machine déjà en 1939 à la clinique psychiatrique un (...)

11C’est en cette même année qu’ils rencontrent pour la première fois le psychiatre suisse Roland Kuhn, à l’asile de Münsterlingen (Canton Thurgovie), grâce la médiation d’Henri Ellenberger, qui durant la guerre avait quitté la France pour s’installer en Suisse et à cette époque-là occupe le poste de médecin responsable dans l’asile de Breitenau (Schaffhouse)40. C’est pour ses travaux sur le Rorschach que les Verdeaux souhaitent rencontrer Kuhn, alors que, pour sa part, celui-ci profite de leur visite pour approfondir ses connaissances de la technique de l’EEG, dont il avait été parmi les pionniers en Suisse dès la fin des années 193041. Après plusieurs visites au laboratoire des Verdeaux à Sainte-Anne, en 1950 Kuhn implantera aussi à l’hôpital de Münsterlingen un service de EEG. En outre, Kuhn est considéré comme le grand spécialiste du Psychodiagnostik, dont il avait pu approfondir la technique dès son arrivée à l’asile de Waldau en 1937, grâce à deux disciples de Rorschach, Arnold Weber (1894-1976), et Hans Zulliger (1893-1965).

  • 42 Roland Kuhn, « Zur ästhetischen Dimension daseinsanalytischer Erfahrung », in : Psychiatrie mit Zuk (...)
  • 43 Roland Kuhn, Der Rorschachschse Formdeutversuch in der Psychiatrie, Basel, Karger, 1940 ; Über Mask (...)
  • 44 Dans sa pratique clinique, à côté du test de Rorschach Kuhn utilise ce qu’il appelle les « tests-pe (...)

12À Münsterlingen, Kuhn est donc l’héritier de Rorschach – qui avait lui-même travaillé dans cet asile de 1909 à 1913 – non seulement parce qu’il en emploie la technique, mais surtout pour la signification plus large qu’il donne à cette expérience. Avec Hermann Rorschach, en effet, Kuhn partage un intérêt pour l’art visuelle qui se traduit dans l’idée que dans l’expression artistique l’homme dévoile son « monde personnel » ou plutôt la « structure de [s]a personnalité »42. Il consacre plusieurs publications au Test de Rorschach au début des années 194043. Tout comme Rorschach, en outre, il utilise souvent le moyen du dessin non seulement pour interagir avec les malades, mais aussi pour déceler les diverses formes cliniques de leurs comportements44. Dans une lettre qu’il adresse à Henri Maldiney en 1986, Kuhn déclare que

  • 45 Lettre du 6 janvier 1986 : voir Henri Maldiney et R. Kuhn, Rencontre – Begegnung : Au péril d’exist (...)

toute ma pensée et mes recherches sont déterminées de manière décisive par l’expérience de Rorschach. Je suis de plus en plus convaincu que sans le Rorschach je ne serais jamais arrivé à cette forme de pensée phénoménologico-daseinsanalytique45.

  • 46 Ibid., p. 556, Lettre datée du 1er avril 1988.

13Et Maldiney d’ajouter, deux ans plus tard : « Si le test est la ratio cognoscendi des structures psychologiques, celles-ci sont, en revanche, la ratio essendi des protocoles. […] Il y a autant de modes d’expression qu’il y a de domaines de présence ou de régions existentielles »46.

  • 47 Kuhn et Binswanger se rencontrent pour la première fois à Kreuzlingen en 1939, lorsque Binswanger d (...)
  • 48 Ludwig Binswanger, « Bemerkungen zu Hermann Rorschachs Psychodiagnostik », Internationale Zeitschri (...)
  • 49 Voir à ce propos Naamah Akavia, op. cit., p. 129.
  • 50 Hermann Rorschach, Psychodiagnostic, p. 38.
  • 51 Ibid., p. 80.

14En effet, Kuhn approfondit son approche du Rorschach grâce à sa collaboration avec Ludwig Binswanger, laquelle date depuis la fin des années 1930 et fut occasionnée de manière emblématique justement par une discussion sur le Psychodiagnostik47. Binswanger avait accueilli favorablement l’ouvrage de Rorschach au moment de sa parution en 1921 et il lui avait consacré un bref essai critique où il le considérait comme l’expression d’une « compréhension géniale des hommes gagnée à travers l’expérience de la vie48 ». L’expérience de Rorschach, en effet – dans ses intentions originaires – ne visait pas à établir une théorie psychologique, à fournir des interprétations des contenus des vécus ou, dans le cas de la psychopathologie, à enquêter sur les liaisons causales, étiologiques des formes d’expérience analysées. C’est la raison, d’ailleurs, pour laquelle Rorschach ne partageait pas l’approche psychanalytique de l’expérience artistique. Dans la tendance freudienne à interpréter ces formes, en effet, il entrevoyait le risque d’une « domestication de l’Unheimlich » qui aurait fini par niveler le dynamisme constitutif de l’esprit humain49. L’expérience de perception des taches avait plutôt pour but d’observer la régularité empirique de l’expérience afin d’en enregistrer les « proportions caractéristiques »50, que Rorschach définit en termes d’« Erlebnistypen ». Si d’un côté la méthode employée dans le Psychodiagnostic pour recueillir les données est fondée sur la statistique, de l’autre, les connaissances auxquelles cette méthode est censée donner lieu ne possèdent pas un caractère d’objectivité scientifique de nature arithmétique. Autrement dit, Rorschach ne revendiquait aucune valeur d’objectivité ni mathématique ni ontologique pour les connaissances produites par sa méthode – à savoir les types – au point qu’il arrive même à affirmer que « le tableau clinique du type K [l’introversif], tel qu’il ressort des résultats de l’épreuve d’interprétation des formes […] est celui de l’introverti tel que le représente le langage courant ».51

  • 52 Ludwig Binswanger, « Bemerkungen », p. 513.
  • 53 Ibid., p. 519.
  • 54 Ibid.

15C’est pour cette raison que Binswanger, dans son compte rendu de 1923, remarque que Rorschach aurait réussi à « comprendre là où les autres se sont limités seulement à calculer »52, puisque « dans le domaine de la psychologie les chiffres signifient quelque chose de complètement différent que dans la physique »53. En effet, l’« objectivité » que Binswanger reconnaît à la psychologie consisterait dans la capacité de « voir » (Anschauungsfähigkeit) à travers l’expérience, de fournir une vue d’ensemble (Überblick) de la personne à partir des résultats du test54. Autrement dit, si la connaissance psychologique est un savoir empirique, ce n’est pas au sens d’une connaissance qui fonderait sa validité sur les données objectives de l’expérience, mais au sens d’une connaissance pratique des hommes.

  • 55 Georges Politzer, « Les fondements de la psychologie. Psychologie mythologique et psychologie scien (...)

16Cette perspective correspond très bien aux souhaits de ce courant de la psychiatrie clinique qui s’était développé en France depuis les années 1920 avec Minkowski, Ey et le groupe de l’Évolution psychiatrique, et ensuite avec Lacan, Lagache et tous ces figures intellectuelles qui, dans le sillage du mouvement « vers le concret » inauguré par Georges Politzer, considéraient nécessaire que les sciences psychologiques soient refondées sur la base d’une connaissance pratique de l’homme (« praktische Menschenkenntnis »)55 afin de les réorienter de manière prioritaire vers la clinique.

  • 56 Avec Georges et Jacqueline Verdeaux, Ombredane traduit également, l’année suivante, un essai de Rut (...)
  • 57 Voir Nina Rausch de Traubenberg, « Les cinquante années de publications du “Groupement français du (...)

17Au cœur des échanges entre les médecins de l’hôpital Sainte-Anne et Roland Kuhn qui ont lieu à partir du milieu des années 1940, il y a donc, en même temps, les expériences avec l’EEG et le Psychodiagnostik. C’est précisément dans ce contexte qu’Ombredane se charge de traduire le manuel de psychodiagnostic de Rorschach et c’est au couple Verdeaux qu’il s’adresse afin d’entrer en contact avec Kuhn et lui soumettre sa traduction de l’ouvrage, qui paraît finalement en 194756. En 1950, sur l’incitation de l’Association internationale du Rorschach, fondée à Zurich en 1948, les Verdeaux et Ombredane contribuent à la fondation du « Groupement français du Rorschach », sous la présidence honoraire de Lagache, qui inclut parmi ses adhérents, Henri Piéron, Henri Wallon, Paul Fraisse et Maurice Merleau-Ponty57. Parmi les membres de la première heure, il y a aussi le couple Minkowski, ce qui témoigne de la proximité qu’il y a eu dès le départ, en France, entre la réflexion sur le Rorschach et l’approche phénoménologico-structurale de la psychopathologie.

  • 58 Ludwig Binswanger, Le Rêve et l’existence, Paris, Desclée de Brouwer, introduction et notes de Mich (...)
  • 59 Jakob Wyrsch, La Personne du schizophrène. Étude clinique, psychologique et anthropophénoménologiqu (...)
  • 60 Ludwig Binswanger, Le cas Suzanne Urban. (Étude sur la schizophrénie, Paris, Desclée de Brouwer («  (...)
  • 61 À ce propos, nous nous permettons de renvoyer à notre article : « Le Rêve et l’existence, histoire (...)

18C’est dans ce même contexte que Jacqueline Verdeaux, au début des années 1950, entreprend le projet de traduire en français toute une série d’ouvrages en langue allemande relevant de la Daseinsanalyse, y compris l’étude de Kuhn sur l’interprétation du masque dans le test de Rorschach. En 1954 paraît la traduction de l’article de Binswanger, Le Rêve et l’existence58, en 1956 La Personne du schizophrène de Jakob Wyrsch59, un psychiatre de l’université de Berne très proche de Roland Kuhn et de Ludwig Binswanger, et en 1957 Le cas Suzanne Urban60. En outre, à travers la correspondance de Jacqueline Verdeaux et Ludwig Binswanger échangée en 1954, on apprend qu’une fois démarrée la traduction de « Traum und Existenz », c’est souvent Binswanger qui suggère et parfois envoie à Verdeaux certains de ses écrits, le projet de traduction initial devant inclure aussi d’autres textes, probablement selon le modèle du premier volume des Ausgewählte Vorträge und Aufsätze qui était paru à Berne en 194761.

« Vous verrez par là-même à quel point nous sommes proches »62

  • 62 Lettre de Binswanger à Bachelard datée du 12 février 1948.
  • 63 Lettre de Bachelard à Kuhn datée du 28 décembre 1947 (« La correspondance Gaston Bachelard et Rolan (...)
  • 64 Ibid., p. 182-183 : « Le 2livre sur la terre et les rêveries du repos est à peine commencé […]. P (...)
  • 65 Ludwig Binswanger, Grundformen und Erkenntnis menschlichen Daseins, Zurich, Max Niehans, 1942.
  • 66 Lettre du 15 avril 1948.
  • 67 Lettre du 31 mars 1951.

19Bachelard découvre les ouvrages de Binswanger et de Kuhn après la guerre, comme le témoigne une lettre qu’il adresse à Kuhn en 1947, où il exprime l’« enthousiasme croissant » pour son « école », tout en regrettant l’isolement dans lequel la France avait sombré durant la guerre63. On apprend de cette correspondance que le philosophe et le psychiatre s’étaient rencontrés à Paris à l’occasion de l’une des visites de Kuhn au couple Verdeaux. C’est Jacqueline Verdeaux qui joue le rôle d’intermédiaire, qui organise les rencontres, qui signale les nouvelles parutions germanophones et les fait circuler parmi les chercheurs français64. Bachelard met bien à profit les suggestions de Kuhn et Verdeaux : dans une lettre du 7 janvier 1948, par exemple, Kuhn lui suggère de lire l’ouvrage que Binswanger avait publié en 1942, les Grundformen und Erkenntnis menschlichen Daseins65, ce que Bachelard se propose de faire immédiatement. Ce « grand et beau livre » – comme le philosophe le définit quelques mois plus tard dans une de ses lettres à Binswanger66 – revient très souvent dans la correspondance entre Binswanger Bachelard, qui remarque qu’il « reli[t] sans cesse » le volume, il « en parle à [s]es étudiants à la Sorbonne » et compte même y consacrer « une série de cours plus approfondis » à l’avenir67.

20En outre, dans une lettre qu’il envoie à Binswanger le 26 janvier 1948, on apprend qu’il venait de recevoir le premier des deux volumes des Ausgewählte Vorträge und Aufsätze que le psychiatre venait de publier et où se trouve, entre autres, l’article de 1946 « Sur la direction de recherche analytico-existentielle en psychiatrie », dans lequel un long passage est consacré à l’approche bachelardienne de l’imagination. C’est très probablement après avoir lu ce passage que Bachelard décide d’« ajouter une note rapide » dans son étude sur La Terre et les rêveries du repos, « pour me référer à certaines de vos pages » – écrit-il au psychiatre dans sa lettre de janvier 1948. Dans son article, en effet, tout en louant la perspective de Bachelard concernant la « matérialité » de l’imagination, Binswanger ajoute cependant

  • 68 Ludwig Binswanger, « Sur la direction de recherche analytico-existentielle », p. 82 (traduction par (...)

que – ainsi que le montre l’expérience analytico-existentielle – cette “matérialité” du projet-de-monde, comme elle jaillit de la tonalité affective du Dasein, n’est en aucune façon restreinte au monde environnant [Umwelt], au monde des choses et à l’univers en général, mais se rapporte aussi au monde interhumain [Mitwelt] et au monde propre [Eigenwelt], ce qu’ont montré les cas Ellen West et Jürg Zünd »68.

  • 69 Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries du repos, p. 76.

21C’est pourquoi – on l’apprend toujours de la correspondance – l’envoi par Binswanger des Ausgewählte Vorträge und Aufsätze est accompagné également des deux cas cliniques mentionnés dans ce passage. La note rapide à laquelle Bachelard se réfère dans sa lettre coïncide donc vraisemblablement avec le passage que l’on trouve à la fin du second chapitre de La Terre et les rêveries du repos, où le philosophe s’attarde sur « quelques remarques susceptibles d’indiquer l’orientation de [ses] recherches »69 et conclut en observant :

Si nos efforts pouvaient être poursuivis, on aurait la possibilité d’examiner comme un monde autonome, l’univers de l’expression. On verrait que cet univers de l’expression s’offre parfois comme un moyen de libération à l’égard des trois mondes envisagés par la Daseinsanalyse : Umwelt, Mitwelt, Eigenwelt, monde environnant, monde interhumain et monde personnel. Du moins, trois mondes de l’expression, trois sortes de poésie peuvent ici trouver leur distinction.

  • 70 Ludwig Binswanger, Rêve et existence (trad. Dastur), p. 35-36.

22On pourrait certes se demander si la direction de recherche que Bachelard semble envisager ici répond effectivement aux souhaits de Binswanger. En tout cas, il est certain que Binswanger a bien saisi l’essentiel du propos théorique de Bachelard lorsqu’il souligne la portée philosophique de ses métaphores, qu’il rapproche de sa propre vision. C’est pour cette raison que dans sa lettre du 12 février 1948, il attire l’attention du philosophe, en particulier, sur la manière dont lui-même, dans son article de 1930, « Traum und Existenz », a à son tour développé le thème de la « direction de sens » (Bedeutungsrichtung) verticale du Dasein, un thème – écrit-il – qui montrerait à quel point leurs positions sont proches. Dans cette étude, en effet, Binswanger souligne que l’expression poétique n’est pas simplement « une analogie au sens logique » ou « une métaphore imagée au sens poétique du terme » : « L’essence la plus intime de la comparaison poétique » – explique-t-il – « se tient encore derrière ce que dévoilent la logique et la théorie de l’expression poétique »70.

23Il s’agit là d’un point tout à fait crucial dans la Daseinsanalyse et sur lequel Binswanger revient souvent dans ses analyses cliniques. Dans le cas de Suzanne Urban (1952), par exemple, en discutant les métaphores par lesquelles s’expriment les patients, il déclare qu’elles se fondent sur une « sanglante réalité » :

  • 71 Ludwig Binswanger, Le Cas Suzanne Urban, p. 67.

Avant de nous mettre au travail, nous devons établir clairement que les métaphores sont des modes du mouvement de la transcendance, plus encore disons que les métaphores sont le langage même de la transcendance. Dans la métaphore théâtrale d’Ellen West, nous ne verrons pas seulement une métaphore au sens psychologique et poétique, une image évocatrice, mais surtout une expression immédiate verbale du mode de son être-dans-le-monde71.

24Autrement dit, pour citer un passage assez célèbre de « Traum und Existenz » :

  • 72 Ludwig Binswanger, Rêve et existence, p. 36.

Lorsque, dans une déception soudaine, nous « tombons des nues », c’est réellement que nous tombons ; mais il ne s’agit ni d’une chute purement corporelle, ni d’une chute qui aurait été imaginée (de manière analogique ou métaphorique) ou bien dérivée à partir de celle-ci72.

  • 73 Gaston Bachelard, L’Air et les songes, p. 17.
  • 74 Voir à ce propos l’article récent de Jérôme Lamy, « De la psychologie des images à l’ontologie poét (...)
  • 75 Ludwig Binswanger, « Sur la direction de recherche analytico-existentielle », p. 81. Binswanger men (...)

25On comprend alors pourquoi Binswanger apprécie tout particulièrement les « métaphores fondamentales » que Bachelard expose dans ses ouvrages du début des années 1940, sa manière de considérer la « vie ascensionnelle » comme une « verticalité réelle » et non pas comme « une vaine métaphore »73. Une réalité – celle dont sont constituées les images – qui ne doit cependant pas être confuse avec l’expérience sensorielle ou même mentale. Pourtant, si Bachelard approfondit cette perspective en s’interrogeant sur la nature de l’imagination créatrice74, Binswanger suit le fil conducteur d’une enquête anthropologique sur les structures existentielles qui définissent l’être au monde de l’homme et se révèlent à travers l’imagination et les rêves. C’est pourquoi, dans son article de 1946, tout en louant l’approche bachelardienne de l’imagination, il reproche à celle-ci d’être entièrement fondée sur « les forces imaginaires de notre esprit », sur la psychologie, donc, et de manquer d’une « base anthropologique et, à plus forte raison, ontologique »75.

  • 76 « La correspondance Gaston Bachelard et Roland Kuhn », p. 183.
  • 77 Eugène Minkowski, Vers une cosmologie. Fragments philosophiques, Paris, Montaigne, 1936.

26C’est peut-être pour cette raison que Bachelard, dans la lettre qu’il envoie à Kuhn le 28 décembre 1947, lui demande d’être instruit « tant sur votre école de Daseinsanalyse que sur le point de vue anthropologique », et de lui conseiller « des ouvrages essentiels » qui puissent l’aider à « concentrer [s]es efforts dans un livre sur une cosmologie en union avec une anthropologie »76. Or, cosmologie et anthropologie sont au cœur d’un ouvrage que Binswanger mentionne toujours dans son article de 1946, un ouvrage auquel il rapproche la manière bachelardienne de traiter les images : il s’agit de l’étude de Minkowski, Vers une cosmologie77, une étude qui jouera un rôle important dans La Poétique de l’espace, l’ouvrage par lequel Bachelard poursuit, en 1957, l’effort d’approfondir le thème de l’imagination poétique à travers l’élaboration d’une « anthropo-cosmologie ».

« Dans le style de la phénoménologie de Minkowski »78

  • 78 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, p. 2.
  • 79 Eugène Minkowski, « Vers quels horizons nous emmène Gaston Bachelard ? », Revue Internationale de P (...)
  • 80 Gaston Bachelard, L’Air et les songes, p. 14.
  • 81 Eugène Minkowski, « La réalité et les fonctions de l’irréel. (Le troisième monde) », L’Évolution ps (...)

27Dans un hommage à Bachelard que Minkowski publie en 1963 dans la Revue internationale de philosophie79, le psychiatre insiste sur l’« affinité spirituelle » qu’il y aurait entre l’approche bachelardienne des images et sa propre conception de l’imaginaire. Il se réfère, en particulier, au « réalisme de l’irréel » dont il est question dans L’Air et les songes80, la même perspective qui avait attiré l’attention de Binswanger dès la publication de cet ouvrage. Minkowski avait déjà mentionné cette conception – en l’adaptant au domaine de la psychopathologie – dans un article sur « La réalité et les fonctions de l’irréel » qu’il avait publié en 1950 dans L’Évolution psychiatrique81. S’il reconnaît à Bachelard d’avoir exercé une grande influence sur sa pensée, c’est qu’en fait il reconnaît dans la conception bachelardienne de la métaphore l’approche que lui-même avait développée depuis son étude Vers une cosmologie, dans laquelle il soulignait – à l’instar de Binswanger – que

  • 82 Eugène Minkowski, Vers une cosmologie, p. 49.

dans l’expression ce qui exprime et ce qui’ s’exprime semblent si près l’un de l’autre qu’il paraît à peine permis encore de parler de deux termes d’une relation, telle que la conçoit la logique. Ce qui compte, au fond, et ce qui est réel, ce n’est pas tant une relation de cet ordre que l’action qui désigne, non pas le substantif « expression », mais le verbe « exprimer »82.

  • 83 Gaston Bachelard, L’Air et les songes, p. 28.
  • 84 Eugène Minkowski, Vers une cosmologie, p. 256.
  • 85 Gaston Bachelard, L’Air et les songes, p. 13.
  • 86 Ibid., p. 40.

28De même, il n’est pas satisfait de la manière dont la psychanalyse considère la notion de symbole. Tout comme Bachelard, dans L’Air et les songes, remarque que « donne[r] un sens défini une fois pour toutes à un symbole particulier laisse échapper bien des problèmes […] en particulier le problème de l’imagination »83, de sa nature dynamique, Minkowski souligne que le concept de symbole « disjoint trop à notre gré ce qui symbolise et ce qui est symbolisé, et fait ainsi violence aux données immédiates que nous avons devant nous »84. C’est pourquoi, dans son hommage à Bachelard de 1963, il insiste sur le lien qu’il y aurait, dans sa conception de l’imaginaire, entre l’immanence et la transcendance. Si, d’un côté, dans le « règne de l’imagination » l’expression poétique dépasse à la fois la perception et la pensée, de l’autre, ce dépassement est immanent à l’expression elle-même et l’image est tout aussi réelle que la réalité qu’elle transcende. C’est ce que Bachelard nomme « le réalisme de l’irréalité »85. Ce qui trouve expression dans les images poétiques évoquées par Bachelard, c’est un inconscient qui n’a rien à voir avec l’inconscient pulsionnel freudien, c’est un « inconscient sincère »86 – comme le définit le philosophe – qui est beaucoup plus proche, en réalité, de la manière dont Binswanger conçoit le psychisme dans les rêves, un psychisme qui se joue dans la dimension du présent et même du futur, non pas du passé.

  • 87 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, p. 2.
  • 88 Gaston Bachelard, La Poétique de la rêverie, Paris, PUF, 1960.

29En effet, la référence à la psychanalyse – qui est critique tout au long de l’œuvre de Minkowski –, s’estompe au fil des œuvres de Bachelard, lequel déclare explicitement, dans sa Poétique de l’espace, vouloir suivre « le style de la phénoménologie de Minkowski » afin d’essayer de « déterminer l’être d’une image » et d’« en éprouver le retentissement »87. Cette nouvelle démarche se consolide ultérieurement dans l’ouvrage que Bachelard publie trois ans plus tard, La Poétique de la rêverie88, dans lequel le philosophe déclare :

En employant la méthode phénoménologique à l’examen des images poétiques, il nous apparaissait que nous étions automatiquement psychanalysés, que nous pouvions, avec une conscience claire, refouler nos anciennes préoccupations de culture psychanalytique. […] Nous étions, du fait du privilège donné à l’actualité par la phénoménologie, tout à l’accueil des images nouvelles que nous offre le poète. L’image était présente, présente en nous, écartée de tout le passé qui pouvait l’avoir préparée dans l’âme du poète. Sans nous soucier des « complexes » du poète, sans fouiller dans l’histoire de sa vie, nous étions libre, systématiquement libre, de passer d’un poète à un autre, d’un grand poète à un poète mineur, à l’occasion d’une simple image qui révélait sa valeur poétique par la richesse même de ses variations.

  • 89 Ludwig Binswanger, Henrik Ibsen und das Problem der Selbstrealisation in der Kunst, Heidelberg, Lam (...)
  • 90 Ludwig Binswanger, Henrik Ibsen, p. 50.
  • 91 Sur la distance qui sépare à cet égard la phénoménologie de Minkowski de la Daseinsanalyse de Binsw (...)

30Il s’agit-là d’une perspective qui n’est pas sans nous rappeler la manière dont Binswanger, dans son étude de 1949 sur l’œuvre de Ibsen89, va au-delà du cas singulier et rapproche la « clairvoyance » du poète au regard de la « vie humaine en général » et de ses « formes anthropologiques » à celle du phénoménologue, qui « ne voit dans le fait empirique que la base exemplaire pour saisir et fixer l’essence qui le fonde »90. Certes, l’approche bachelardienne des images poétiques apparaît plus proche du vitalisme de Minkowski que de l’orientation transcendantale de Binswanger91. Il n’en reste pas moins que l’accent sur l’actualité de l’expression plutôt que sur le passé individuel et les complexes qu’elle cacherait, figure comme un trait commun important entre la perspective de Bachelard et celle de la phénoménologie telle que la conçoit Binswanger. L’intérêt de Bachelard pour l’imagination matérielle se distingue donc de la psychanalyse pour gagner une signification anthropologique plus générale – comme le lui avait suggéré Binswanger –, une signification qui va au-delà de la psychologie et même de la philosophie au sens classique.

La « remarquable préface » de Bachelard

  • 92 Minkowski mentionne à ce sujet un mémoire que son épouse se proposait de rédiger pour un numéro spé (...)

31Avec la référence à Minkowski et à la phénoménologie devient également plus prégnante, dans l’œuvre de Bachelard, la référence à l’expérience de Rorschach. Dans La Poétique de l’espace, en particulier, Bachelard mentionne les travaux de Françoise Minkowska sur les dessins des enfants. On se souviendra, à ce propos, qu’en 1956 paraît le recueil posthume de la psychologue sur Le Rorschach, à la recherche du monde des formes. Le volume est introduit par une contribution dans laquelle Minkowski souligne, en revanche, l’importance que les études bachelardiennes sur les éléments avaient eu pour la manière dont Minkowska avait pu interpréter le test psychodiagnostique. À ses yeux, en effet, le Rorschach servirait de trait d’union entre les modes d’expression, respectivement, des philosophes, des psychiatres et des artistes92.

  • 93 Il mentionne à ce propos les études de Binswanger et Léopold Szondi, dont il cite l’ouvrage Kain, G (...)
  • 94 Roland Kuhn, « Le psychiatre devant l’œuvre de Bachelard », Revue de littérature comparée 2, 1984, (...)

32Pourtant Kuhn, dans un article qu’il publiera en 1984 dans la Revue de littérature comparée, s’interroge sur la signification de l’œuvre de Bachelard pour le psychiatre et se plaint du fait qu’il n’y ait pas encore eu – mis à part quelques rares exceptions93 – une véritable « rencontre fructueuse » de la psychologie et la psychiatrie avec les intuitions du philosophe94. Grâce au Rorschach, en effet, le psychiatre disposerait d’une méthode importante « pour mettre en mouvement cette vie sécrète de l’imagination créatrice » qui est au cœur de l’enquête de Bachelard, une vie qui reste pour la plupart du temps inaccessible. De ce point de vue, on comprend mieux pourquoi Bachelard, dans La Terre et les rêveries du repos, là où il mentionne l’enquête du Rorschach, devait remarquer que

  • 95 Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries du repos, p. 76-77.

bien souvent, poursuivant dans les livres notre travail solitaire, nous avons envié aux psychiatres auxquels la vie offre chaque jour des « cas » nouveaux, des « sujets » qui viennent à eux avec un psychisme complet. Pour nous, les « cas » sont de toutes petites images trouvées au coin d’une page, dans l’isolement d’une phrase inattendue, hors de l’entraînement des descriptions du réel. Cependant, malgré la rareté de ses succès, notre méthode a un avantage, celui de nous placer devant le seul problème de l’expression.95

  • 96 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, p. 32.

33Aux yeux de Kuhn, en particulier, si l’expérience de perception des formes est un moyen si approprié à cette enquête, c’est qu’elle se joue dans la même dimension temporelle que la rêverie. Alors que l’anamnèse et l’exploration pratiquées par le psychiatre avec ses patients sont structurées historiquement, le Rorschach donne lieu à des expressions qui n’ont pas de développement historique. On comprend mieux, de ce point de vue, ce que Bachelard veut dire quand il parle, dans sa Poétique de l’espace, du « seuil d’onirisme » auquel nous conduisent les poètes et il précise qu’à cette occasion notre âme connait un « retentissement qui, comme l’expose Minkowski, rend à l’être l’énergie d’une origine »96.

  • 97 Roland Kuhn, La Phénoménologie du masque, p. 30.
  • 98 Ibid., p. 31.

34L’expérience de Rorschach, en outre – observe Kuhn –, concerne aussi bien l’homme sain et celui qui souffre. C’est dans cet esprit qu’il conçoit La Phénoménologie du masque, un ouvrage qui a pour objet l’étude des sujets fournissant des interprétations de masques au cours du Rorschach. Il s’agit là d’un autre élément important à retenir pour comprendre l’attrait que le test exerce sur Bachelard. Lorsque celui-ci présente l’ouvrage de Kuhn sur les masques, ce n’est pas un ouvrage de psychiatrie qu’il analyse. En effet, La Phénoménologie du masque est un ouvrage dont l’ambition va au-delà de la psychopathologie et rejoint plutôt – explique Kuhn – le folklore, l’anthropologie, « la philosophie et la psychologie de l’expression »97. La psychopathologie, ajoute-t-il, « jusqu’ici, ne s’est encore guère occupée du problème du point de vue où nous essayons de le faire »98. Et en effet, à l’exception de Binswanger, Erwin Straus, Jakob Wyrsch, Viktor E. von Gebsattel, ce ne sont pas les psychiatres, mais les écrivains, les historiens, les philosophes et les historiens de l’art qu’il prend comme point de repère dans son ouvrage. La présentation des interprétations des masques dans les taches de Rorschach n’a pas pour but d’établir des diagnostics à l’usage des psychiatres, ce sont bien plutôt des « formes d’existence » ou des « images du monde » que Kuhn fait ressortir :

  • 99 Ibid., p. 54.

nous nous occupons là de problèmes qui dépassent l’état de santé et de maladie et qui sont d’une portée généralement humaine.99

  • 100 Ibid., p. 196.
  • 101 Gaston Bachelard, « Préface », in : Roland Kuhn, La Phénoménologie du masque, p. 17.
  • 102 Ludwig Binswanger, Einführung in die Probleme der allgemeinen Psychologie, Berlin, Springer, 1922, (...)

35Cette orientation anthropologique se manifeste également dans le refus explicite de Kuhn de formuler une théorie psychologique. En revanche, Kuhn approfondit son analyse des interprétations des masques au moyen de la Daseinsanalyse. Ce sur quoi la perception des masques renseigne, donc, sont les « modes d’existence » ou « modes bien définis de relations humaines »100 dans lesquels se traduisent les diverses structures existentielles qui sont à la base de toute relation avec le monde et de tout commerce avec les autres. Cette démarche méthodologique de l’étude de Kuhn est bien éclairée par Bachelard lorsque, en rapprochant l’interprétation de masques de l’interprétation des rêves, il explique que « le masque virtuel est un véritable schéma pour l’analyse »101. Cette fonction de « schéma » se retrouve dans la manière dont Rorschach conçoit les « types » dans le Psychodiagnostic, dans la mesure où ceux-ci ne sont pas des modèles théoriques idéaux, des abstractions vides ou des constructions arbitraires mais – comme l’expliquait déjà Binswanger au début des années 1920 dans son Einführung in die Probleme der allgemeinen Psychologie –, des « concepts qui peuvent “valoir” pour le réel, auquel le réel ne doit pas seulement être “mesuré” »102.

  • 103 Gaston Bachelard, « Préface », p. 17.
  • 104 Georges Buraud, Les Masques, Paris, Les Éditions du Seuil, 1948. Cité par Bachelard, « Préface », p (...)

36Pourtant, ce n’est pas cette dimension transcendantale de l’interprétation daseinsanalytique du masque que Bachelard approfondit dans sa préface. Le philosophe insiste plutôt sur la valeur vitale, novatrice ou « créatrice » de l’interprétation des masques : « interpréter les masque virtuel – remarque-t-il – c’est pénétrer dans la zone même où l’idéation et l’imagerie échangent sans fins leurs actions »103. Il cite à ce propos l’ouvrage de Georges Buraud, Les Masques (1948), dans lequel les masques sont rapprochées des rêves, « fugaces et en mouvements, des masques fluides qui naissent, jouent leur comédie ou leur drame, meurent »104.

37C’est un aspect qui a été bien saisi par Jean Starobinski, dans la recension qu’il consacre à l’ouvrage de Kuhn dans la revue Critique en 1958. Dans ce texte, tout en insistant sur la rigueur méthodologique de l’approche de Kuhn de l’expérience de Rorschach, Starobinski s’arrête sur la « remarquable préface » de Bachelard et il conclut en remarquant :

  • 105 Jean Starobinski, « Des taches et des masques », Critiques 14, 135-136, (p. 793-804), p. 804. Voi a (...)

En face de la volonté d’élucidation du psychologue, l’homme reste toujours possédé d’un trouble désir d’obscurité et de profondeur. Et même quand il a appris que le savant conteste la réalité de cette profondeur, il s’y complaît encore comme à une possession imaginaire. Fût-ce pour rien, il souhaite disposer souverainement de son apparence, organiser à sa guise l’espace de sa présence et de son absence, ou encore se perdre de vue lui-même, comme si un abîme l’habitait.105

  • 106 Roland Kuhn, « Le psychiatre devant l’œuvre de Bachelard », p. 122.
  • 107 Gaston Bachelard, « Préface », p. 20.

38C’est peut-être celle-ci la véritable raison pour laquelle, malgré la proximité entre la recherche de Bachelard et la phénoménologie psychiatrique, il n’y a pas eu cette « rencontre fructueuse »106 pour la psychiatrie dont se plaint Kuhn en 1986. C’est qu’au fond, la force créatrice de l’imagination ne peut être épuisée par aucune forme de psychologie. Comme l’exprime Bachelard dans sa préface, « si nous recevons tout le bénéfice des analyses de Roland Kuhn, nous pouvons jouer sans fin de l’ambiguïté du visage et du masque. […] Et si nous avions le loisir de continuer l’enquête de Kuhn sur le terrain qui nous est un peu familier, c’est du côté de la littérature que nous dirigerions nos recherches »107.

  • 108 En 1962, Kuhn consacrera une recension à la traduction allemande de La Psychanalyse du feu : « Gast (...)
  • 109 Staatsarchiv Thurgau, cote StATG 9’40, 2.3/2 StATG 9’40. Nous remercions la famille Kuhn aussi bien (...)
  • 110 Je remercie vivement Gautier Dassonneville pour sa relecture attentive et ses conseils.

39Il est dommage, de ce point de vue, que la correspondance entre Bachelard, Kuhn et Binswanger dont nous disposons s’arrête avant la date à laquelle Bachelard publie sa préface à l’ouvrage de Kuhn sur les masques108. Et tout cas, ces correspondances représentent un document important, qui témoigne non seulement des échanges entre les philosophes et psychiatres français et germanophones dans la première moitié du siècle dernier, mais aussi de la place que la pensée de Bachelard occupait dans le contexte de la phénoménologie psychiatrique européenne autour des années 1950. À ce propos, une lettre conservée dans le fonds Roland Kuhn dans les archives du Canton de Thurgovie à Frauenfeld109 nous renseigne sur la proposition qu’un groupe de psychologues et psychiatres de l’Université d’Utrecht avait adressée au philosophe français en 1952, de faire partie du comité éditorial d’une nouvelle revue consacrée à la psychologie phénoménologique et à la Daseinsanalyse. Selon le projet de ses idéateurs, l’intitulé de la revue, sous la direction de Frederick J.J. Buytendijk (1887-1974) et Jan Hendrik van den Berg (1914-2012), devait être Situation. Jahrbuch für phänomenologische Psychologie und Psychopathologie. Le premier numéro programmé devait porter sur les « espaces familiers » (Die vertrauten Räume). Le nom de Bachelard figure à côté de ceux de Binswanger, Minkowski, Viktor Emil von Gebsattel, Hans Kunz, Merleau-Ponty, Erwin Straus, Viktor von Weizsäcker, Helmut Plessner, Karl Löwith, Henri Maldiney, Georges Gusdorf110.

Haut de page

Notes

1 Roland Kuhn, Über Maskendeutungen im Rorschachschen Versuch, Basel, Karger, 1944, 2e éd. 1954 ; trad. fr. de Jacqueline Verdeaux, Paris, Desclée de Brouwer, 1957 ; nouvelle éd. revue et corrigée, 1992.

2 Archives du CAPHÉS, Fonds Georges Canguilhem (CAN 1080).

3 L’exposé de Binswanger, intitulé « La Daseinsanalyse en psychiatrie », paraîtra un an plus tard dans la revue L’Encéphale 40, 1, 1951, (p. 108-113), traduit par Michel Gourevitch. À la présentation de Binswanger, qui a lieu le 25 septembre à l’amphithéâtre Descartes de la Sorbonne, répondent Eugène Minkowski, Jakob Wyrsch, Medard Boss et Henricus Cornelius Rümke.

4 Henricus Cornelius Rümke, « Signification de la phénoménologie dans l’étude clinique des délirants », in : Congrès international de psychiatrie, Paris 1950, vol. 1 : Psychopathologie générale : psychopathologie des délires, Paris, Hermann, 1950, p. 131.

5 Paul Guiraud, Psychiatrie générale, Paris, Librairie Le François, 1950, chap. 4 : « Pathogénie et étiologie des délires », § B : « Attitude phénoménologique », p. 576-581.

6 Henri F. Ellenberger, « Analyse existentielle », in : Traité de psychiatrie de l’Encyclopédie médico-chirurgicale, dir. Henri Ey, Paris, Éditions techniques, 1955, p. 1.

7 Ibid., p. 4.

8 Ibid.

9 C’est ce que remarque explicitement, à cette époque, Eugène Minkowski dans son « Introduction et vue d’ensemble » au recueil posthume de Françoise Minkowska, Le Rorschach, à la recherche du monde des formes, éd. par Eugène Minkowski, Paris, Desclée de Brouwer, 1956, (p. 7-36), § 4 : « Points d’intersection avec la méthode phénoménologique et l’analyse existentielle », p. 12.

10 Gaston Bachelard, « De la nature du rationalisme », Bulletin de la Société Française de Philosophie, séance du 25 mars 1950, reproduit dans G. Bachelard, L’Engagement rationaliste, Paris, PUF, 1972, (p. 45-87), p. 47.

11 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, Paris, PUF, 1957.

12 Gaston Bachelard, L’Eau et les rêves. Essai sur l’imagination de la matière, Paris, José Corti, 1942.

13 Gaston Bachelard, L’Air et les songes. Essai sur l’imagination du mouvement, Paris, José Corti, 1943.

14 Ludwig Binswanger, « Der Fall Ellen West. Eine anthropologisch-klinische Studie », Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatrie 53, 1944, (p. 255-727), 54, 1944, (p. 69-117, p. 330-360), 55, 1945, (p. 16-40) ; repris in : Schizophrenie, Pfullingen, Neske, 1957, Zweite Studie, p. 57-188 ; trad. fr. de Philippe Veysset, Le Cas Ellen West. Schizophrénie, Paris, Gallimard, 2016, p. 160.

15 Ludwig Binswanger, « Über die daseinsanalytische Forschungsrichtung in der Psychiatrie », Schweizer Archiv für Psychiatrie und Neurologie 57, 1946 (p. 209-235) ; repris in : Ausgewählte Vorträge und Aufsätze, vol. 1 : Zur phänomenologischen Anthropologie, Bern, Francke, 1947, (p. 190-217), et in : Ausgewählte Werke, vol. 3 : Vorträge und Aufsätze, éd. par M. Herzog, Heidelberg, Asanger, 1994, (p. 231-257) ; trad. fr. de Roger Lewinter, « Sur la direction de recherche analytico-existentielle en psychiatrie », in : Analyse existentielle, psychiatrie clinique et psychanalyse. Discours, parcours et Freud, Paris, Gallimard, 1981, (p. 51-84), p. 81.

16 Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, 1960, p. 614. Sur la distance qui pourtant sépare la psychanalyse existentielle et la perspective de Bachelard, voir Emmanuel de Saint Aubert, Du lien des êtres aux éléments de l’être : Merleau-Ponty au tournant des années 1945-1951, Paris, Vrin, 2004, chap. 3, § 1 : « Une étrange “psychanalyse existentielle” », et Pierre Rodrigo, « Sartre et Bachelard. Variations autour de l’imagination bachelardienne », Cahiers Gaston Bachelard 8, 2006, (p. 51-64). Sur le dialogue entre Bachelard et Sartre, voir aussi Grégory Cormann, « Sartre à Venise, l’homme qui allait vers le froid. Sur La Reine Albemarle ou le dernier touriste (1951-1952) », Les Temps Modernes 3, 679, 2014, (p. 73-107).

17 Ludwig Binswanger, op. cit., 1981, p. 82.

18 Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries du repos, Paris, José Corti, 1948, p. 76.

19 Marcel Monnier, « Le test psychologique de Rorschach », L’Encéphale 29, 3-4, 1934, (p. 189-201 ; 247-270), p. 269.

20 Hermann Rorschach, Psychodiagnostik. Methodik und Ergebnisse eines wahrnehmungsdiagnostischen Experiments (Deutenlassen von Zufallsformen), Bern, Birker, 1921, 2e éd. 1932. Il n’y a pas de publications en langue française concernant le Psychodiagnostik avant les années 1930. L’un des premiers articles est publié à Genève en 1929 par Marguerite Loosli-Usteri : « Le test de Rorschach appliqué à différents groupes d’enfants de 10-13 ans », Archives de psychologie 22, 85, (p. 51-106). Loosli-Usteri était l’assistante d’Edouard Claparède à l’Institut Jean Jacques Rousseau de Genève. Au début des années 1920, elle avait travaillé à la division de psychiatrie infantile que Eugen Bleuler avait créée en 1921 au Burghölzli de Zurich (le « Stephansburg »), où elle avait pris connaissance des travaux de Rorschach. Voir aussi son article « Les interprétations dans le test de Rorschach. Interprétations kinesthésiques et interprétations-couleur », Archives de psychologie 33, 92, 1932, (p. 349-365).

21 Avant de devenir chef des travaux de l’Institut de physiologie de l’université de Genève, Marcel Monnier s’était formé dans des établissements cliniques et de recherche en Suisse, États-Unis et France, à la Salpêtrière. En 1941, avec l’ingénieur Marc Marchand, il met au point un dispositif EEG à enregistrement direct à l’Institut de physiologie de l’université de Genève. Il s’agit de la deuxième installation électroencéphalographique de Suisse, après l’hôpital psychiatrique de Waldau dans le canton de Berne, où s’est formé Roland Kuhn. Voir Vincent Pidoux, « Expérimentation et clinique électroencéphalographiques entre physiologie, neurologie et psychiatrie (Suisse, 1935-1965) », Revue d’histoire des sciences 63, 2, (p. 439-472).

22 Marcel Monnier, op. cit., p. 189. Monnier signale en outre une thèse qui aurait été présentée à la Faculté des Lettres de Paris en 1933 par un dénommé Pearce Bailey, publiée en cette même année à Paris chez la Librairie Lipschutz sous l’intitulé : Études des types psychologiques au moyen des tests, où il serait question aussi du test de Rorschach.

23 Eugen Bleuler, « Der Rorschach’sche Formdeutungsversuch bei Geschwistern », Zeitschrift für die gesamte Neurologie und Psychiatrie 118, 1928, (p. 366-398).

24 Marcel Monnier, op. cit., p. 269.

25 Hermann Rorschach, Psychodiagnostic, méthodes et résultats d’une expérience diagnostique de perception, trad. à partir de la 4e éd. allemande (1941) et augmenté d’une introduction critique et d’un index par André Ombredane et Augustine Landau, Paris, PUF, 1947.

26 Voir à ce propos l’article très complet de Dario Gamboni, « Un pli entre science et art : Hermann Rorschach et son test », in : Anne von der Heiden et Nina Zschocke (dir.), Autorität des Wissens. Kunst- und Wissenschaftsgeschichte im Dialog, Zurich, diaphanes, 2012, (p. 47-82).

27 Fabrice Flahutez, « Marcel Duchamp et Jacques Lacan. Réception de Hermann Rorschach en France 1934 », in : Frédérique Toudoire-Surlapierre et Nicolas Surlapierre (dir.), Hypnos. Esthétique, littérature et inconscient en Europe (1900-1968), Paris, Éditions L’improviste, 2009, (p. 255-264).

28 Voir à ce propos Peter Widmer, « Lacan in der Schweiz », in : Jutta Prasse et Claus-Dieter Rath (dir.), Lacan und das Deutsche. Die Rückkehr der Psychoanalyse über den Rhein, Fribourg-en-Brisgau, Kore, 1994, (p. 242-258) ; et Henning Schmidgen, « “Fortunes diverses”. L’œuvre de jeunesse de Jacques Lacan et la phénoménologie », Psychanalyse à l’université 19, 76, 1994, (p. 111-134).

29 Jacques Lacan, De la psychose paranoïaque dans ses rapports avec la personnalité, Paris (le François, 1932), Les Éditions du Seuil, 1975, p. 48.

30 Ibid.

31 Gaston Bachelard, « Préface », in : Roland Kuhn, La Phénoménologie du masque, p. 17.

32 Daniel Lagache, « La rêverie imageante, conduite adaptative au test de Rorschach », Bulletin d’Orientation professionnelle, décembre 1943, (p. 1-7) ; repris dans Bulletin du Groupement français du Rorschach 9, 1957, (p. 3-11) ; Oeuvres I, 1932-1946, Paris, PUF, 1977, (p. 401-412).

33 Françoise Minkowska (Franziska Brokman) avait connu personnellement Hermann Rorschach à Zurich au début du siècle, où ils avaient été tous deux parmi les élèves d’Eugen Bleuler. Eugène Minkowski, en revanche, l’avait rencontré à Kazan, en Russie, au début des années 1910 : la femme de Rorschach, Olga Stempelin, était russe et, comme les Minkowski, après des études de médecine à Zurich et à Munich, avait dû valider son diplôme d’état en Russie pour pouvoir exercer dans ce pays. En 1915, lorsqu’Eugène décide de s’enrôler dans l’armée française, le couple Minkowski émigre à Paris. Françoise ne peut pas exercer la médecine en France, mais elle continue néanmoins à travailler comme psychologue et à publier. Ses travaux portent notamment sur la schizophrénie et l’hérédité, l’épilepsie et, à partir de sa lecture de l’étude de Jaspers sur Strindberg et Van Gogh dans les années 1920, sur l’œuvre de Van Gogh (en 1933 elle publie l’étude : « Van Gogh, les relations entre sa vie, sa maladie et son œuvre », L’Évolution psychiatrique 3, 1933, p. 53-76). En 1945, lors d’un voyage à Zurich pour les « Semaines Internationales de l’Enfance victime de la Guerre », elle visite une exposition de dessins d’enfants organisée pour cette occasion. Rentrée à Paris, elle applique l’expérience rapportée de Suisse, l’associant au Rorschach, à quelques enfants du foyer de Soulins, puis aux orphelins juifs de la banlieue parisienne. Elle l’appliquera ensuite aux enfants normaux en suivant ainsi leur développement pendant plusieurs années. Voir à ce propos Eugène Minkowski, « Eröffnungsansprache und allgemeiner Lebenslauf anlässllich der Gedenkfeier zum 70. Geburstag von Hermann Rorschach, Rorschachiana, Mitteilung der IGROF, suppl. Zeitschrift für diagnostische Psychologie und Persönlichkeitsforschung 3, 3, 1955, (p. 271-279).

34 Françoise Minkowska, Le Rorschach. Le volume paraît dans la collection dirigée par Henri Ey, la « Bibliothèque neuro-psychiatrique de langue française ».

35 Voir à ce propos Peter Galison, « Image of Self », in : Lorraine Daston, éd., Things that Talk : Object lessons from art and science, New York, Zone Books, 2004, p. 257-296.

36 Naamah Akavia, Subjectivity in motion. Life, art, and movement in the work of Hermann Rorschach, New York etc., Routledge, 2013.

37 En ce qui concerne la psychologie expérimentale et la psychotechnique, ce sont surtout les études de Franziska Baumgarten-Tramer (1883-1970) qui attirent l’attention des français entre les années 1930 et 1940. Psychologue d’origine polonaise, après avoir soutenu une thèse à Zurich sur la théorie de la connaissance chez Maine de Biran, Franziska Baumgarten consacre de nombreux ouvrages à la psychotechnique, la « Arbeitswissenschaft » et les tests en psychologie clinique. Au début des années 1940, elle publie dans le Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatrie des études consacrées au test de Rorschach (« Zur Geschichte des Rorschach-Test », 50, 1943, p. 1-13 ; « Der Rorschach-Test im Lichte der experimentellen Psychologie », 54, 1944, p. 3-41). Un bon nombre de ses ouvrages sont traduits en français entre 1931 et 1952 : Les Examens d’aptitude professionnelle, trad. de Marcel Thiers, Paris, Dunod, 1931 ; La Consultation psychologique dans les conflits de l’existence, trad. de Denise Riboni, Genève-Annemasse, Éditions du Mont-Blanc, 1943 ; Psychologie et facteur humain dans l’entreprise, trad. de R. Frauchiger, Neuchâtel et Paris, Delachaux et Niestlé, 1948 ; Orientation et sélection professionnelles par l’examen psychologique du caractère, trad. de Bernard Lahy, Paris, Dunod, 1949, 2e éd. 1953.

38 Voir Bernard Gueguen, « Hommage à Georges Verdeaux », Neurophysiologie clinique 34, 2004, (p. 301-302).

39 Voir Thomas Le Bianic, « Des tests pour les chômeurs : la psychotechnique au ministère du Travail, des années 1930 aux années 1950 », Bulletin de psychologie 4, 496, 2008, (p. 357-366).

40 Henri Ellenberger a eu un rôle important de passeur de la culture psychiatrique suisse et germanique en France. À ce propos, voir, en particulier, Andrée Yanacopoulo, Henri F. Ellenberger : une vie, Montréal, Liber, 2009, et Emmanuel Delille, « Henri Ellenberger in Schaffhausen, 1943–1953 : Ellenbergers „Geschichte der dynamischen Psychiatrie “als Exilliteratur », in : Jörg Püschel (dir.), 125 Jahre Psychiatrische Klinik Breitenau Schaffhausen 1891-2016, Zurich, Chronos Verlag, 2018, (p. 235-257). Ellenberger est l’auteur d’une étude biographique sur Hermann Rorschach : « La vie et l’œuvre de Hermann Rorschach (1884-1922) », in : Les mouvements de libération mythique et autres essais sur l’histoire de la psychiatrie, Montréal, Les Éditions Quinze, 1978, (p. 229-289).

41 Jeune psychiatre, Kuhn avait fait installer une machine déjà en 1939 à la clinique psychiatrique universitaire de Waldau, avant de partir en cette même à l’asile de Münsterlingen. Voir à ce propos les diverses esquisses biographiques rédigées par lui-même : « Roland Kuhn », in : Ludwig J. Pongratz, (éd.), Psychiatrie in Selbstdarstellungen, Bern etc., Huber, 1977, (p. 219-257), p. 223 ; « Esquisse d’une autobiographie », in : Écrits sur l’analyse existentielle, textes réunis et présentés par Jean-Claude Marceau, préf. de Mareike Wolf-Fédida, Paris, L’Harmattan, 2007, (p. 41-54), p. 46-47 ; « Geschichte und Entwicklung der psychiatrischen Klinik », in : Jürg Ammann et Karl Studer, (éd.), 150 Jahre Münsterlingen, Weinfelden, Druck Mühlemann, 1990, (p. 99-125).

42 Roland Kuhn, « Zur ästhetischen Dimension daseinsanalytischer Erfahrung », in : Psychiatrie mit Zukunft. Beiträge zur Geschichte, Gegenwart, Zukunft der wissenschaftlichen und praktischen Seelenheilkunde, Basel, Schwabe, 2004, (p. 62-90). À ce propos, voir aussi Gehrard Dammann, « Roland Kuhns phänomenologische und daseinsanalytische Arbeiten zu Ästhetik und künstlerischem Schaffen », in : Katrin Luchsinger, Gerhard Dammann, Monika Jagfeld, André Salathé (dir.), Auf der Seeseite der Kunst. Werke aus der Psychiatrischen Klinik Münsterlingen, 1894-1960, Zürich, Chronos, 2015, (p. 37-52).

43 Roland Kuhn, Der Rorschachschse Formdeutversuch in der Psychiatrie, Basel, Karger, 1940 ; Über Maskendeutungen ; « Über Rorschach’s Psychologische Grundlagen des Formdeutversuches », Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatrie 53, 1, 1944, (p. 29-47).

44 Dans sa pratique clinique, à côté du test de Rorschach Kuhn utilise ce qu’il appelle les « tests-peinture », à savoir des expériences effectuées à partir de l’observation des réactions des malades devant la reproduction d’œuvres d’art. En outre, il étudie les dessins de ses patients, que très souvent il conserve dans les dossiers cliniques.

45 Lettre du 6 janvier 1986 : voir Henri Maldiney et R. Kuhn, Rencontre – Begegnung : Au péril d’exister, Briefwechsel / Correspondance, Français / Deutsch, 1953-2004, éd. Liselotte Rutishauser et Robert Christe, Würzburg, Königshausen & Neumann, 2017, p. 494 (nous traduisons).

46 Ibid., p. 556, Lettre datée du 1er avril 1988.

47 Kuhn et Binswanger se rencontrent pour la première fois à Kreuzlingen en 1939, lorsque Binswanger demande à son jeune collègue l’expertise d’une malade au moyen du test de Rorschach. Durant de nombreuses années, les deux psychiatres se voient tous les quinze jours à Kreuzlingen pour discuter des cas à partir de l’analyse du Rorschach. Dans son autobiographie, Kuhn se souvient qu’il se rendaient à la villa “Gartenhaus” du médecin-chef, où ils rencontraient alors les médecins : « Là on me présentait le test de Rorschach d’un malade qui était en cours d’hospitalisation à la clinique Bellevue et je devais analyser ce test et établir un diagnostic à l’aveugle. Puis un assistant de la clinique présentait l’histoire du malade et Mr Binswanger se livrait à une analyse pour faire le pont entre l’approche clinique et le test de Rorschach » (Roland Kuhn, « Esquisse d’une autobiographie », op. cit., p. 47).

48 Ludwig Binswanger, « Bemerkungen zu Hermann Rorschachs Psychodiagnostik », Internationale Zeitschrift für ärztliche Psychoanalyse 9, 1923, (p. 512-523), p. 513. Binswanger et Rorschach se connaissaient personnellement. De leur échange scientifique, il reste quelques lettres : Hermann Rorschach, Briefwechsel, éd. par Christian Müller et Rita Signer, Berne, Hans Huber, 2004.

49 Voir à ce propos Naamah Akavia, op. cit., p. 129.

50 Hermann Rorschach, Psychodiagnostic, p. 38.

51 Ibid., p. 80.

52 Ludwig Binswanger, « Bemerkungen », p. 513.

53 Ibid., p. 519.

54 Ibid.

55 Georges Politzer, « Les fondements de la psychologie. Psychologie mythologique et psychologie scientifique », Revue de psychologie concrète 1, 1929, (p. 9-64) ; repris in : Écrits, vol. 2 : Les fondements de la psychologie, textes réunis par Jacques Debouzy, Paris, Éditions Sociales, 1969, (p. 57-131), p. 85.

56 Avec Georges et Jacqueline Verdeaux, Ombredane traduit également, l’année suivante, un essai de Ruth Bochner et Florence Halpern, The clinical application of the Rorschach test (New York, Grune & Stratton, 1942 ; L’application clinique du test de Rorschach, Paris, PUF, 1948), qu’il accompagne d’un avant-propos sur la terminologie et les symboles à utiliser en langue française.

57 Voir Nina Rausch de Traubenberg, « Les cinquante années de publications du “Groupement français du Rorschach” devenu “Société du Rorschach et des méthodes projectives de langue française” », Psychologie clinique et projective 9, 1, 2003, (p. 9-17).

58 Ludwig Binswanger, Le Rêve et l’existence, Paris, Desclée de Brouwer, introduction et notes de Michel Foucault (« Traum und Existenz », Neue Schweizer Rundschau 23, 9, 1930, p. 673-685 ; 10, 1930, p. 766-779 ; repris dans la première édition de textes choisis de Binswanger : Ausgewählte Vorträge und Aufsätze, vol. 1, op. cit., p. 74-97 ; Ausgewählte Werke, vol. 3 : Vorträge und Aufsätze, éd. par M. Herzog, Heidelberg, Asanger, 1994, p. 95-119).

59 Jakob Wyrsch, La Personne du schizophrène. Étude clinique, psychologique et anthropophénoménologique, Paris, PUF (Die Person des Schizophrenen. Studien zur Klinik, Psychologie, Daseinsweise, Berne, Paul Haupt, 1949).

60 Ludwig Binswanger, Le cas Suzanne Urban. (Étude sur la schizophrénie, Paris, Desclée de Brouwer (« Der Fall Suzanne Urban », Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatrie 69, 1952, p. 36-77 ; 70, 1952, p. 1-32 ; 71, 1952, p. 57-96).

61 À ce propos, nous nous permettons de renvoyer à notre article : « Le Rêve et l’existence, histoire d’une traduction », in : Jean-François Bert et Elisabetta Basso (dir.), Foucault à Münsterlingen. À l’origine de l’Histoire de la folie. Avec des photographies de Jacqueline Verdeaux, Paris, Éditions EHESS, 2015, (p. 141-166). La correspondance entre Verdeaux et Binswanger est conservée dans le fonds Binswanger aux archives de l’université de Tübingen (numéro d’inventaire 443/58).

62 Lettre de Binswanger à Bachelard datée du 12 février 1948.

63 Lettre de Bachelard à Kuhn datée du 28 décembre 1947 (« La correspondance Gaston Bachelard et Roland Kuhn, 1947-1957 », présentée par Elisabetta Basso, avec un post-scriptum de Charles Alunni, Revue de synthèse 137, 1-2, 2016, p. 183).

64 Ibid., p. 182-183 : « Le 2livre sur la terre et les rêveries du repos est à peine commencé […]. Pour ce second livre j’aurais besoin de renseignements précis sur le choc noir. Mme Verdeaux me signale un livre du Dr. Hans Binder : Die Hell-Dunkeldeutung im Rorschachschen Versuch [Die Helldunkeldeutungen im psychodiagnostischen Experiment von Rorschach, Zurich, Füssli, 1932]. Où puis-je me procurer cet ouvrage ». Dans sa réponse du 7 janvier 1948, Kuhn répond : « Il est exact qu’il existe un livre de Binder sur toutes ces questions, mais celui-ci est entièrement épuisé et introuvable même en Suisse. Si vous y tenez énormément, je suis persuadé que Mme Verdeaux pourra vous le procurer pour le lire. Elle a ramené il y a deux ans un dernier exemplaire de la Suisse, qui actuellement se trouve soit dans sa possession ou dans la possession de Mr. Ombredane » (Ibid., p. 186).

65 Ludwig Binswanger, Grundformen und Erkenntnis menschlichen Daseins, Zurich, Max Niehans, 1942.

66 Lettre du 15 avril 1948.

67 Lettre du 31 mars 1951.

68 Ludwig Binswanger, « Sur la direction de recherche analytico-existentielle », p. 82 (traduction partiellement modifiée).

69 Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries du repos, p. 76.

70 Ludwig Binswanger, Rêve et existence (trad. Dastur), p. 35-36.

71 Ludwig Binswanger, Le Cas Suzanne Urban, p. 67.

72 Ludwig Binswanger, Rêve et existence, p. 36.

73 Gaston Bachelard, L’Air et les songes, p. 17.

74 Voir à ce propos l’article récent de Jérôme Lamy, « De la psychologie des images à l’ontologie poétique. Vers une Métaphysique de l’imagination avec Bachelard », in : Riccardo Barontini et Julien Lamy (dir.), L’Histoire du concept d’imagination en France (de 1918 à nos jours), Paris, Classiques Garnier, 2019, (p. 79-96).

75 Ludwig Binswanger, « Sur la direction de recherche analytico-existentielle », p. 81. Binswanger mentionne à ce propos, en plus de L’Air et les songes, L’Eau et les rêves, La Psychanalyse du feu (Paris, Gallimard, 1938) et Lautréamont (Paris, José Corti, 1940).

76 « La correspondance Gaston Bachelard et Roland Kuhn », p. 183.

77 Eugène Minkowski, Vers une cosmologie. Fragments philosophiques, Paris, Montaigne, 1936.

78 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, p. 2.

79 Eugène Minkowski, « Vers quels horizons nous emmène Gaston Bachelard ? », Revue Internationale de Philosophie 17, 66, 4, 1963, (p. 419-440).

80 Gaston Bachelard, L’Air et les songes, p. 14.

81 Eugène Minkowski, « La réalité et les fonctions de l’irréel. (Le troisième monde) », L’Évolution psychiatrique, 15, 1, (p. 59-99).

82 Eugène Minkowski, Vers une cosmologie, p. 49.

83 Gaston Bachelard, L’Air et les songes, p. 28.

84 Eugène Minkowski, Vers une cosmologie, p. 256.

85 Gaston Bachelard, L’Air et les songes, p. 13.

86 Ibid., p. 40.

87 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, p. 2.

88 Gaston Bachelard, La Poétique de la rêverie, Paris, PUF, 1960.

89 Ludwig Binswanger, Henrik Ibsen und das Problem der Selbstrealisation in der Kunst, Heidelberg, Lambert Schneider, 1949 ; trad. fr. de Michel Dupuis, Henrik Ibsen et le problème de l’autoréalisation dans l’art, Bruxelles, De Boeck Université, 1996.

90 Ludwig Binswanger, Henrik Ibsen, p. 50.

91 Sur la distance qui sépare à cet égard la phénoménologie de Minkowski de la Daseinsanalyse de Binswanger, voir l’article d’Arthur Tatossian, « Eugène Minkowski ou l’occasion manquée », in : Pierre Fédida et Jacques Schotte (dir.), Psychiatrie et existence, Grenoble, Millon, 1991, 3e éd. 2007, (p. 11-23).

92 Minkowski mentionne à ce sujet un mémoire que son épouse se proposait de rédiger pour un numéro spécial des Archives suisses de psychiatrie et de neurologie (67, 1, p. 61-66), lequel devait avoir pour intitulé : « Van Gogh, Gauguin, Seurat – Bachelard, Binswanger, Minkowski ». Finalement c’est Minkowski qui le rédigera après sa mort (repris in : Van Gogh. Sa vie, sa maladie et son œuvre, Paris, L’Harmattan, 2007). Voir Eugène Minkowski, « Introduction », p. 33-34.

93 Il mentionne à ce propos les études de Binswanger et Léopold Szondi, dont il cite l’ouvrage Kain, Gestalten des Bösen, Bern, Huber, 1969.

94 Roland Kuhn, « Le psychiatre devant l’œuvre de Bachelard », Revue de littérature comparée 2, 1984, (p. 235-242) ; repris dans Écrits sur l’analyse existentielle, (p. 119-130), p. 122.

95 Gaston Bachelard, La Terre et les rêveries du repos, p. 76-77.

96 Gaston Bachelard, La Poétique de l’espace, p. 32.

97 Roland Kuhn, La Phénoménologie du masque, p. 30.

98 Ibid., p. 31.

99 Ibid., p. 54.

100 Ibid., p. 196.

101 Gaston Bachelard, « Préface », in : Roland Kuhn, La Phénoménologie du masque, p. 17.

102 Ludwig Binswanger, Einführung in die Probleme der allgemeinen Psychologie, Berlin, Springer, 1922, p. 297.

103 Gaston Bachelard, « Préface », p. 17.

104 Georges Buraud, Les Masques, Paris, Les Éditions du Seuil, 1948. Cité par Bachelard, « Préface », p. 17.

105 Jean Starobinski, « Des taches et des masques », Critiques 14, 135-136, (p. 793-804), p. 804. Voi aussi, à ce propos, Aldo Trucchio, « Jean Starobinski, lecteur de Bachelard au début des années 1950 », Bulletin du Cercle d’études internationales Jean Starobinski 6, 2013, (p. 8-16).

106 Roland Kuhn, « Le psychiatre devant l’œuvre de Bachelard », p. 122.

107 Gaston Bachelard, « Préface », p. 20.

108 En 1962, Kuhn consacrera une recension à la traduction allemande de La Psychanalyse du feu : « Gaston Bachelard : Psychoanalyse des Feuers », Neue Zürcher Zeitung 183, 479, 1962, (p. 3).

109 Staatsarchiv Thurgau, cote StATG 9’40, 2.3/2 StATG 9’40. Nous remercions la famille Kuhn aussi bien que Liselotte Rutishauser pour nous avoir fait prendre connaissance de ce document.

110 Je remercie vivement Gautier Dassonneville pour sa relecture attentive et ses conseils.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabetta Basso, « « “Une science de fous et de génies” : la phénoménologie psychiatrique à la lumière de la correspondance échangée entre Gaston Bachelard, Roland Kuhn et Ludwig Binswanger »Revue germanique internationale, 30 | 2019,  131-150.

Référence électronique

Elisabetta Basso, « « “Une science de fous et de génies” : la phénoménologie psychiatrique à la lumière de la correspondance échangée entre Gaston Bachelard, Roland Kuhn et Ludwig Binswanger »Revue germanique internationale [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 07 janvier 2020, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2325 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2325

Haut de page

Auteur

Elisabetta Basso

Boursière Marie Curie (Horizon 2020), École normale supérieure de Lyon, Triangle – UMR 5206 et Membre associée au CAPHÉS UMS 3610 CNRS-ENS, PSL
elisabetta.basso[at]ens.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals