Navigation – Plan du site

Entre acceptation et rejet : la genèse du trouble de stress post-traumatique aux Etats-Unis et sa réception en Allemagne et en France

Zwischen Akzeptanz und Ablehnung – Die Entstehung der posttraumatischen Belastungsstörung in den USA und ihre Rezeption in Deutschland und Frankreich
Between Acceptance and Rejection: The Emergence of Posttraumatic Stress Disorder in The United States and its Reception in Germany and France
Anne Freese
Traduction de Valentine Meunier
p. 151-164

Résumés

Notre contribution étudie la genèse et la réception du diagnostic de trouble post-traumatique, particulièrement populaire et puissant en ce début de xxie siècle. Émergeant parmi les psychiatres, psychanalystes et travailleurs sociaux dans le contexte du mouvement des vétérans contre la Guerre du Vietnam dans les années 1980, son développement s’est poursuivi avec son essor de l’autre côté de l’Atlantique. En premier lieu, il faut déterminer comment le savoir diagnostic a été transmis et s’est adapté dans les différents contextes nationaux allemands et français. Nous montrerons que la manière de composer avec le nouveau diagnostic a changé dans les années 1990, entre acceptation en Allemagne et rejet en France, ce qui, respectivement, peut se rapporter à chaque tradition psychiatrique particulière.

Haut de page

Texte intégral

1L’histoire d’un diagnostic peut se raconter sous des angles très différents, ainsi que l’ont démontré les approches en histoire sociale, histoire culturelle et, in fine, en histoire des sciences et des savoirs de la psychiatrie. De nombreuses analyses du phénomène médical et de ses classifications n’ont toutefois pas dépassé les frontières d’un récit national. L’histoire du diagnostic qui suit souhaite par conséquent s’appuyer sur une démarche fondamentalement historienne et sur un exemple précis pour décrire l’évolution et la réception transnationales des savoirs en matière de diagnostic. On s’intéressera pour ce faire à l’un des diagnostics décisifs du début du xxie siècle, le trouble de stress post-traumatique (TSPT) (ou syndrome SSPT). Car, et c’est là notre hypothèse, il est l’un des concepts les plus fondamentaux, si ce n’est le concept herméneutique central, en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest au début de ce nouveau millénaire, pour penser le rapport entre les expériences violentes, leur assimilation dans la psyché et leurs séquelles psychiques et somatiques.

  • 1 Ici et dans la phrase suivante : Matthias Middell, « Kulturtransfer und Historische Komparatistik – (...)

2Suivant ici l’historien Matthias Middell, nous envisagerons la réception et l’enrichissement de connaissances comme un processus intentionnel, qui comprend « le mouvement de personnes, d’objets matériels, de concepts et de systèmes de signes culturels dans l’espace, en priorité entre différentes cultures relativement bien identifiées et démarquées les unes des autres, avec pour conséquence leur brassage et leur interaction »1. C’est moins l’influence de la culture « émettrice » du nouveau savoir qui rend possible ou entrave le transfert culturel que, toujours selon Middell, un « besoin de réception » ou un refus de réception.

3Comment, sur ces prémisses, le trouble de stress post-traumatique a-t-il vu le jour, comment les connaissances sur ce diagnostic ont-elles été insérées dans de nouveaux contextes sémantiques par d’autres communautés scientifiques et, ainsi, ont-elles été modifiées ? La réponse à ces questions apporte un éclairage sur la façon dont des savoirs immatériels se mettent en branle, suscitent une dynamique humaine, acquièrent un autre pouvoir interprétatif en d’autres lieux et sont sources de nouveaux savoirs.

4Nous adossant à nos propres recherches, nous commencerons donc par présenter la genèse, en 1980, du syndrome de stress post-traumatique dans le milieu des anciens combattants de la guerre du Vietnam. Nous décrirons ensuite la manière dont ce diagnostic a été importé en République fédérale d’Allemagne au début des années 1990, puis, en nous référant à des travaux d’autres chercheurs, nous examinerons quand et comment il s’est établi en France. Ce tour d’horizon des lieux de naissance et de transfert des connaissances diagnostiques nous permettra, en conclusion, de dégager des lignes d’évolution transversales.

L’émergence du Posttraumatic stress disorder dans le milieu du Vietnam Veterans’ Movement

  • 2 Pour une histoire du trouble de stress post-traumatique aux États-Unis, voir Wilbur J. Scott, The p (...)
  • 3 Wilbur J. Scott, « PTSD in DSM-III : A case in the politics of diagnosis and disease », Social Prob (...)

5Le posttraumatic stress disorder (PTSD) voit le jour dans le milieu des vétérans du Vietnam2. L’un des premiers avocats du nouveau diagnostic est Chaim Shatan, un psychiatre et psychanalyste new-yorkais qui a fait ses études de médecine à l’université McGill à Montréal3. Son travail l’a amené à côtoyer des anciens combattants canadiens de la Seconde Guerre mondiale.

  • 4 Voir Robert J. Lifton, Death in life : Survivors of Hiroshima, New York, Random House, 1967.
  • 5 Voir Robert J. Lifton, Home from the war. Vietnam veterans : Neither victims nor executioners, New (...)
  • 6 Voir Gerald Nicosia, Home to war. A history of the Vietnam veterans’ movement, New York, Carroll &  (...)
  • 7 « The veterans told them that they spent much of their time “rapping” with each other about the war (...)
  • 8 Sur le manque d’acceptation de l’expertise thérapeutique et médicale dans les rap groups, voir Robe (...)

6Chaim Shatan cherche à rencontrer Robert Lifton, psychiatre new-yorkais, qui, en 1970, est professeur à Yale. Lifton a publié un ouvrage sur les victimes de la bombe atomique à Hiroshima4 et a servi comme psychiatre durant la guerre de Corée5. Il est l’une des personnalités éminentes du mouvement antinucléaire et s’apprête alors à rallier celui des adversaires de la guerre du Vietnam, actif depuis des années6. Sous l’égide d’une organisation baptisée Vietnam Veterans against the War (VVAW), Shatan et Lifton rencontrent quelques anciens combattants du Vietnam dès le début de l’année 1970. Ils dirigent ensemble des rap groups (groupes de parole), dans lesquels les anciens combattants parlent de ce qu’ils ont vécu pendant la guerre ainsi que des problèmes qu’ils rencontrent depuis leur retour. « Les anciens combattants leur ont raconté qu’ils passaient beaucoup de temps à “causer” ensemble de la guerre et de leur vie depuis qu’ils en étaient revenus »7, relate Wilbur J. Scott, historien, pour expliquer le nom donné à cette nouvelle forme de groupe, qui va bientôt se répandre dans tous les États-Unis. Les deux psychiatres et d’autres collègues experts en la matière introduisent leur expérience de thérapie collective dans ces rap groups. Cependant, leur expertise psychiatrique se heurte simultanément à une résistance8.

  • 9 Voir Wilbur J. Scott, The Politics of readjustment, p. 59.

7C’est Shatan et Lifton qui initient un nouveau diagnostic. Jusqu’à cette époque, en effet, les affections des anciens du Vietnam étaient expliquées par la présence antérieure de conflits psychiques et par une mauvaise prédisposition constitutionnelle. Elles n’étaient donc pas envisagées comme des problèmes provoqués par la guerre du Vietnam et n’étaient pas intégrées dans les prestations du Département des anciens combattants. Cet état de fait donne lieu à une offensive stratégique d’un groupe composé de psychiatres, thérapeutes, anciens combattants du Vietnam et une assistante sociale du nom de Sarah Haley, en vue d’établir un diagnostic qui prenne en compte de façon adéquate les symptômes des vétérans, mais qui soit également applicable à d’autres catastrophes. Cette approche doit permettre aussi d’impliquer le Département des anciens combattants dans le remboursement des lésions psychiques dues à la guerre. Le groupe fait alors avancer sa cause en la portant sur la scène publique au moyen de tables rondes, conférences, émissions de radio, publications et études, mais aussi devant la commission de révision de l’Association américaine de psychiatrie (APA), qui publie le manuel diagnostic DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders)9.

8C’est une manœuvre scientifique qui se révèle la plus fructueuse. Le groupe et d’autres compagnons de route créent le Vietnam Veterans Working Group (Groupe de travail sur les anciens combattants du Vietnam), qui se donne pour mission d’élaborer cette nouvelle catégorie de diagnostic. Le décentrement du regard de ses principaux membres est essentiel dans ce projet de création de catégorie psychiatrique. Indépendamment l’un de l’autre, Chaim Shatan et Sarah Haley trouvent une nouvelle interprétation des pathologies des anciens combattants.

  • 10 Voir Chaim F. Shatan, « Post-Vietnam syndrome », The New York Times, 6 mai 1972, p. 35.

9Chaim Shatan, alors codirecteur d’une clinique de formation à la psychanalyse à New York, est déjà connu depuis quelque temps par l’opinion publique américaine pour être l’auteur d’une autre innovation conceptuelle. Il a en effet publié un article dans le New York Times du 6 mai 1972, intitulé Post-Vietnam Syndrome. Il y accorde une large place aux sentiments des anciens combattants, raconte leur sentiment de culpabilité et leurs tendances à l’autopunition à cause des victimes dans les deux camps, leur inquiétude pour le destin des camarades laissés sur place, leur sentiment d’avoir été sacrifiés et dupés, parle de la colère ressentie parce qu’on a manipulé leurs impulsions de violence, de leur propre brutalisation encouragée par la déshumanisation et les sévices à l’armée, et de leur aliénation affective, de la perte de leur faculté d’aimer et d’accorder leur confiance10.

  • 11 « Before World War I, Freud elucidated the role grief plays in helping the mourner let go of a miss (...)
  • 12 « The sorrow is unspent, the grief of their wounds is untold, their guilt unexpiated. Much of what (...)

10À la fin de son article, Shatan évoque les raisons qui l’ont amené à s’intéresser à ce phénomène qu’il a, faute de diagnostic adapté, baptisé syndrome post-Vietnam, et en premier lieu au rôle du deuil, sur lequel nous nous arrêterons longuement dans ce qui suit : « Avant la Première Guerre mondiale, Freud a démontré le rôle que joue le deuil pour aider les personnes endeuillées à se détacher d’une partie manquante de la vie et admettre qu’elle n’existe que dans la mémoire. Le syndrome post-Vietnam nous confronte au deuil inachevé des soldats – “un deuil réprimé” dans lequel un passé encapsulé et sans fin prive le présent de sens »11. Dans un article scientifique ultérieur, il développe son hypothèse de deuil « réprimé » et « inachevé » : « Leur chagrin reste non consumé, la douleur de leurs blessures non exprimée, leur culpabilité non expiée. Une grande partie de ce qui est pris pour du cynisme est en réalité l’apathie engourdie des vétérans provoquée par un trop-plein de perte et de mort »12.

  • 13 Voir Sigmund Freud, « Trauer und Melancholie (1917 [1915]) », in : Psychologie des Unbewußten, Stud (...)

11L’article de Shatan dans le New York Times offre non seulement une ample publicité à la cause du mouvement contre la guerre au Vietnam, mais il fournit aussi un cadre d’explication psychanalytique en recourant à la théorie freudienne du deuil13. Cette référence permet de faire du deuil non vécu, de l’absence de distanciation à l’égard d’une partie manquante de la vie et de la persistance de ce qui manque dans la mémoire des éléments importants du regard porté sur les anciens combattants du Vietnam. Il est à la fois surprenant et éclairant que le deuil ait servi de trame pour interpréter leurs cas. Surprenant, parce qu’en se concentrant sur le concept psychanalytique du deuil, Chaim Shatan évite la focale dominante en psychanalyse, celle des conflits infantiles, qui a servi jusque-là à expliquer les symptômes des vétérans. Éclairant, parce qu’il ne sort pas des théories psychanalytiques et ne fait pas appel à la psychologie comportementale ni à la théorie psychiatrique traditionnelle de la prédisposition.

  • 14 Voir Wilbur J. Scott, The politics of readjustment, p. 59.

12Dans cet article du New York Times, qui a bénéficié d’une large réception, Shatan propose une figure alternative à l’image négative des vétérans du Vietnam, due à l’impopularité de cette guerre : celle de l’ancien combattant psychiquement mutilé et en deuil, qui est une victime de la guerre. Shatan fonde une interprétation médicale concurrente, qui légitime les souffrances du soldat. Des campagnes médiatiques du mouvement des anciens combattants la popularisent au début des années 197014.

  • 15 « Because of its demands on the therapist to risk […] the overwhelming aussault on the ego that the (...)

13La pensée médicale de Sarah Haley permet également de comprendre le changement de perspective sur les anciens combattants du Vietnam. À ses yeux, chaque traitement thérapeutique de vétérans représente un défi et une expérience douloureuse, « parce qu’il exige du thérapeute de risquer […] l’agression écrasante de l’ego qu’implique la réalité psychiatrique du combat […] En soignant des anciens combattants du Vietnam, on est immédiatement entraîné dans des questions de contre-transfert spécifiquement liées aux vétérans »15. La terminologie qu’elle emploie – « agression de l’ego » et « contre-transfert » – révèle sa compétence en psychanalyse.

  • 16 « Equally ineffective, she would soon discover, was the sort of non-authentic treatment where the p (...)
  • 17 « The only report that should not be accepted at face value […] is the patient’s report that combat (...)

14Chez Sarah Haley, une légère variation se glisse dans le mode de perception et de cure psychanalytiques, décrite comme suit par le journaliste américain Gerald Nicosia : « Elle découvrit bientôt l’inefficacité du type de cure non authentique, dans laquelle le professionnel parlait de problèmes familiaux ou quotidiens qui dérangeaient le patient, sans jamais l’interroger sur l’existence de traumatismes dans son passé ; or, si le professionnel ne le demandait pas, le traumatisé l’évoquait rarement de lui-même. Haley a été consternée d’apprendre, par exemple, qu’un ami analyste avait “soigné” avec succès un ancien combattant du Vietnam uniquement sur la base de la rivalité avec son père et sans jamais l’interroger sur son pied manquant ! »16. Haley sort de la pensée psychanalytique en ce qu’elle ne cherche pas à creuser les conflits d’enfance des vétérans du Vietnam, mais à sonder le « fond » de leur grande souffrance. Elle postule un autre déclencheur de leurs symptômes. Ce nouvel axiome amène Haley, mais aussi Shatan, à identifier d’autres liens et habitudes visuelles, en expliquant les sentiments des anciens combattants par leurs expériences de guerre : « Le seul récit qui ne doit pas être pris pour argent comptant […] est celui du patient qui affirme que le combat au Vietnam n’a eu aucun impact sur lui »17. Ils établissent ainsi une nouvelle relation de causalité, dans laquelle les expériences guerrières se substituent aux expériences infantiles comme facteur conditionnant. Elle demeure cependant tout aussi impérative que l’ancienne, car elle n’accepte pas que la guerre ait pu ne pas avoir du tout affecté les soldats.

  • 18 Voir Ludwik Fleck, Entstehung und Entwicklung einer wissenschaftlichen Tatsache : Einführung in die (...)
  • 19 Voir Michael Strand, « Where do classifications come from ? The DSM-III, the transformation of Amer (...)
  • 20 Voir ibid., p. 286.
  • 21 Voir ibid., p. 284.

15La prise en compte de l’expérience individuelle des soldats dans cette démarche intellectuelle18 ne suffit pas pour comprendre ce qui a incité Haley et Shatan à s’écarter à ce point de l’explication de la névrose par le conflit infantile, c’est-à-dire de la pensée psychanalytique. L’une des raisons probables est la critique générale qui s’abat sur la psychiatrie psychanalytique à partir de la fin des années 1960. La longue thérapie psychanalytique n’est pas en mesure de gérer la foule croissante de patients et subit la concurrence de la psychologie comportementale et de la psychopharmacologie19. Dans le climat antipsychiatrique de la fin des années 1960 et des années 1970, certaines études très médiatisées parviennent à remettre en cause le pouvoir de guérison de la cure psychanalytique, tout comme, de manière générale, la capacité de la psychiatrie à identifier et traiter des pathologies psychiques20. De plus, avec l’essor des couvertures de santé nationales et des compagnies d’assurance sociale privées et publiques, la prise en charge des coûts des traitements thérapeutiques est conditionnée à leur efficacité et à leur intelligibilité21. C’est probablement cette remise en cause de l’hégémonie de la psychanalyse qui pousse certains membres du collectif de pensée psychanalytique à chercher de nouveaux horizons d’éclairage, à transgresser et à élargir leur mode de pensée usuel. La conception psychanalytique de la maladie comme un conflit infantile qui couve chez l’adulte perd ainsi une grande partie de son pouvoir explicatif.

  • 22 Voir Wilbur J. Scott, « PTSD in DSM-III », p. 305.
  • 23 Voir ibid., p. 305-306.

16Convaincus par cette nouvelle perspective, les membres du Vietnam Veterans Working Group coopèrent étroitement. Les preuves sont dès lors méthodiquement recueillies, plus de 700 dossiers d’anciens combattants compilés22. Un processus se met en branle pour étayer la nouvelle approche par des résultats scientifiques cliniques. Le nouveau concept de pathologie est ensuite esquissé et constamment réajusté par diverses recherches de psychiatres collaborant au projet. Le groupe de travail met d’abord en lumière un post-combat disorder (trouble post-combat). Sa collaboration avec des psychanalystes tels que William Niederland et Henry Krystal, qui mènent des recherches sur les rescapés de la Shoah, permet de réorienter le concept en cours d’élaboration. Le post-combat disorder se transforme en un syndrome général, selon lequel les soldats ayant servi au Vietnam n’auraient traversé qu’une expérience de souffrance spécifique parmi plusieurs possibles23.

  • 24 Sur la contribution de Horowitz sur le TSPT, voir Ben Shephard, A war of nerves. Soldiers and psych (...)
  • 25 Voir Harley C. Shands, « Comments on “causal relation” in workmen’s compensation proceedings », Jou (...)
  • 26 Voir Mardi J. Horowitz, Stress response syndromes, New York, Aronson, 1976.
  • 27 Voir Wilbur J. Scott, « PTSD in DSM-III », p. 306.
  • 28 Voir ibid., p. 307.

17D’autres médecins rejoignent le groupe de travail, dont Harley Shands, psychiatre et médecin chef à l’hôpital St. Luke’s-Roosevelt à New York, et Mardi Horowitz24, professeur de psychiatrie à l’université de San Francisco. Shands soigne des patient-e-s qui ont eu de graves accidents de travail25, Horowitz est spécialiste de la physiologie du stress26. Le collectif de travail emmène ainsi le futur diagnostic sur un nouveau terrain. Le panel étudié ne comprend plus uniquement des anciens combattants du Vietnam et des survivants de la Shoah, mais aussi des victimes d’accidents du travail et de catastrophes27. Un phénomène défini de façon très restrictive à l’origine s’élargit au contact d’autres champs de recherche psychiatriques pour devenir généralisable, ce qui en accroît la pertinence. Le collectif aboutit à une proposition de diagnostic qu’ils nomment catastrophic stress disorder (trouble de stress dû aux catastrophes), dont la manifestation est définie comme aiguë, chronique ou différée. Elle comprend une sous-catégorie, la post-combat stress reaction28.

18Le comité de pilotage du DSM, à qui le groupe de travail transmet ses propositions et qui a en charge la nouvelle édition du Diagnostic and statistical manual of mental disorders, décide finalement d’adopter un autre nom : le post-traumatic stress disorder, censé suggérer une distinction moins forte entre catastrophes humaines et environnementales. Excepté ce changement d’appellation, la majorité des conceptions du groupe de travail est reprise. Il est ainsi décidé début 1978 que le DSM-III comprendrait un nouveau diagnostic intitulé post-traumatic stress disorder.

  • 29 « [A] recognizable stressor that would evoke significant symptoms of distress in almost everyone ». (...)
  • 30 « The stressor producing this syndrome would evoke significant symptoms of distress in most people, (...)

19Quelle est donc la définition de ce trouble donnée par le DSM-III sorti en 1980 ? Il doit exister a) un « facteur de stress reconnaissable, qui susciterait des symptômes de détresse importants chez la quasi-totalité des gens29 », b) des symptômes de résurgence du traumatisme dans les souvenirs, les rêves ou des associations avec des stimuli, c) un repli sur soi et des affects limités envers autrui et, d), différents troubles du sommeil, de l’attention et de la concentration postérieurs à l’événement. En outre, un nombre minimum de symptômes dans les groupes b) à d) doit être réuni pour pouvoir diagnostiquer un post-traumatic stress disorder. L’expérience traumatique, qui est la condition du développement d’un TSPT, est précisée en ces termes : « Le facteur de stress à l’origine de ce syndrome susciterait des symptômes importants chez la plupart des gens et dépasse le cadre général d’expériences courantes telles qu’un simple deuil, une maladie chronique, des pertes commerciales ou un conflit conjugal »30.

Transfert et adaptation du syndrome de stress post-traumatique en Allemagne

  • 31 Entrée « F43.1 posttraumatische Belastungsstörung », in : Horst Dilling, Werner Mombour et Martin H (...)

20On observe un premier intérêt pour le TSPT en République fédérale d’Allemagne au début des années 1990. Le syndrome traverse l’Atlantique pour entrer dans le manuel de diagnostic européen en 1991, à l’occasion de la dixième édition de l’International Classification of Diseases and Related Disorders (ICD), la Classification internationale des maladies et des problèmes de santé connexes (CIM), le système de référence en Europe. Le syndrome de stress post-traumatique y est décrit pour la première fois, et ce, comme une « réaction différée ou prolongée à un événement stressant ou à une situation de menace exceptionnelle ou d’une ampleur catastrophique (brève ou persistante), qui provoquerait un bouleversement profond chez la plupart des gens »31. La réminiscence, l’insensibilité émotionnelle et l’hyperexcitation végétative forment l’ensemble de syndromes connexes, la liste des divers symptômes les composant étant bien plus longue. Il est frappant de voir qu’on introduit ici un type de TSPT assez similaire à celui du DSM, et qu’il a fallu onze années pour disposer d’une version germanophone de ce syndrome, ce qui s’explique en partie par les longs intervalles entre les éditions de la CIM.

21La codification des maladies selon la CIM-10 est introduite seulement en 1996 dans le système de facturation médicale en Allemagne et reste optionnelle jusqu’en 2000. Elle devient obligatoire ensuite, mais uniquement dans une édition allemande de la CIM-10. En ce sens, l’intégration du nouveau diagnostic dans la CIM en 1991 ne coïncide en rien avec sa pertinence pratique et performative.

  • 32 Voir Alexandra Therese Katrin Lehmacher, Trauma-Konzepte im historischen Wandel – Ein Beitrag zur R (...)
  • 33 Ibid., p. 25.
  • 34 Ibid., p. 104-106.

22Dans les années 1980, c’est-à-dire juste avant la réception de ce diagnostic, le concept de traumatisme est certes utilisé dans le langage psychiatrique en Allemagne, mais il n’est relié à aucune étude conceptuelle ou théorie diagnostique. Dans sa thèse sur l’histoire de la médecine entre 1980 et 1991, c’est-à-dire sur la période de l’intégration du posttraumatic stress disorder du DSM américain dans la CIM européenne, Katrin Lehmacher analyse les conceptions du traumatisme dans les périodiques spécialisés et trouve principalement des contributions sur la notion de traumatisme psychique (psychische Traumatisierung)32. Les articles dans ces revues conjecturent déjà la qualité pathogène du traumatisme psychique33. Dans trois revues renommées à grand tirage, Deutsches Ärzteblatt, Der Nervenarzt et Psyche, Katrin Lehmacher recense 29 articles au total sur ce thème, c’est-à-dire étonnamment peu. Aucune des contributions n’amorce le moindre débat sur le diagnostic déjà bien établi aux États-Unis34.

  • 35 Harald Dreßing et Mathias Berger, « Posttraumatische Streßerkrankungen. Zur Entwicklung des gegenwä (...)

23La première publication importante qui propose un aperçu général de la recherche sur le nouveau diagnostic est rédigée en 1991 par deux psychiatres, Harald Dreßing et Mathias Berger, pour Der Nervenarzt. Ils travaillent à l’Institut central de santé mentale de l’hôpital psychiatrique de Mannheim, fondé et dirigé jusqu’en 1994 par Heinz Häfner, réformateur de la psychiatrie et coauteur de Psychiatrie der Verfolgten [Psychiatrie des persécutés, non traduit]. L’article repose sur la vaste réception des résultats scientifiques internationaux consacrés au TSPT et rend ce champ de recherche, qui existe depuis dix ans outre-Atlantique, accessible aux lecteurs allemands. Il détaille l’état de la recherche sur l’épidémiologie, l’évolution et le diagnostic différentiel, sur les facteurs de personnalité et de vulnérabilité et sur les stratégies de coping entourant le TSPT. Parmi les multiples approches thérapeutiques, l’article évoque l’effet des psychotropes (prescrits habituellement pour soigner les dépressions) dans le traitement de ce syndrome. À cette date, l’impact des psychothérapies n’a pas encore été testé ; les auteurs évoquent des thérapies brèves, des techniques d’intervention en situation de crise ainsi que des démarches comportementales et psychanalytiques35.

  • 36 Ibid., p. 16.
  • 37 Patrick Kury a rappelé que le concept de stress en République fédérale dans les années 1950 et 1960 (...)
  • 38 Entretien avec Andreas Maercker, professeur de psychologie clinique à l’université de Zurich, le 21 (...)

24Dreßing et Berger jugent que la traduction allemande du nouveau diagnostic dans l’édition allemande remaniée du DSM-III-R par posttraumatische Belastungsstörung est une « solution peu heureuse »36. Ils choisissent par conséquent de garder le terme original de la dénomination américaine, stress, pour souligner ce facteur et parlent de posttraumatische Streßerkrankung (affection due à un stress post-traumatique). Ils ne conservent pas, en revanche, le disorder (trouble) du posttraumatic stress disorder. La notion de disorder est mal acceptée dans l’espace germanophone. La traduction par Störung (trouble, perturbation) peut paraître pathologisante pour l’individu, raison pour laquelle les premiers traducteurs du syndrome choisissent de parler de Belastungsreaktion (réaction à une épreuve), pour la version allemande du DSM-III, ou de Streßerkrankung37 (affection liée au stress), comme dans le panorama scientifique présenté ici. En adoptant la perspective du patient, les adversaires de la Störung argumentent que ce terme ne peut pas être utilisé tel quel, lorsque la maladie est due à un événement traumatique38. Sur le long terme, l’item Störung s’est toutefois imposé. Les difficultés de traduction initiales et les multiples noms que le diagnostic a brièvement connus en allemand illustrent clairement que l’adoption du diagnostic en République fédérale s’est accompagnée d’une intense activité de traduction.

  • 39 Le SED, abréviation de Sozialistische Einheitspartei Deutschlands (parti socialiste unifié d’Allema (...)
  • 40 Stefan Priebe, Katharina Bolze et Heidi Rudolf, « Andauernde psychische Störungen nach Repressalien (...)

25À la suite de la chute du Mur et de l’effondrement de la RDA, les contours du diagnostic se dessinent dans le pays réunifié. Des personnes incarcérées en RDA pour des raisons politiques avant d’être rachetées par la RFA, ou qui se sont enfuies ou bien installées à l’Ouest après 1989, sont de plus en plus souvent prises en charge avec un diagnostic spécifique par les cabinets médicaux de Berlin-Ouest. De surcroît, la première loi de réparation des injustices commises par le SED (SED-Unrechtsbereinigungsgesetz)39 en 1992 donne lieu à la nomination d’experts médicaux chargés d’évaluer les troubles de santé des anciens détenus politiques. Plusieurs projets de recherche s’intéressent également aux pathologies psychiatriques consécutives à une détention en RDA et permettent ainsi au nouveau diagnostic de prendre pied en Allemagne. Le département de psychiatrie sociale de la Freie Universität (Université libre) de Berlin – au sein duquel travaillent Stefan Priebe, psychologue, Michael Bauer, médecin-chef et biologiste, ainsi que Doris Denis, psychologue – devient un centre de recherche important sur le sujet40. Il en existe d’autres à Dresde et Halle. Les études qui voient le jour jusqu’au milieu des années 1990 en se fondant sur des entretiens cliniques avec d’anciens persécutés ou prisonniers politiques façonnent de manière décisive le TSPT en Allemagne, bien que d’autres diagnostics soient posés tout aussi fréquemment. C’est donc à partir d’un groupe « particulier » de traumatisés que ces travaux permettent au diagnostic de faire son entrée en République fédérale et d’y avoir un profil spécifique.

  • 41 Voir pour les seules années 1990 : Philip A. Saigh, Posttraumatische Belastungsstörung : Diagnose u (...)

26À partir de 1995 paraît toute une série de manuels et d’ouvrages de référence consacrés à la version allemande du TSPT (posttraumatische Belastungsstörung)41. Une première institution de thérapie des traumatismes voit le jour dès 1991 avec la fondation de l’Institut allemand de traumatologie psychique à la faculté de psychologie clinique et de psychothérapie de l’université de Cologne. L’institut est alors dirigé par Gottfried Fischer, psychiatre et psychanalyste.

  • 42 Sur le rôle décisif du savoir thérapeutique sur les traumatismes dans ce processus de traduction, v (...)

27Pour synthétiser, les évolutions présentées ici décrivent la réception du posttraumatic stress disorder et son adaptation au contexte allemand, qui se déroulent en l’espace d’une décennie dans les années 1990. Chacune des étapes de transposition citées permet au TSPT de s’insérer dans un nouveau contexte, élargit son champ d’intervention et reconfigure sa forme. Le processus d’adaptation du diagnostic suit toutefois des voies multiples et se déroule à plusieurs niveaux, en se heurtant parfois à des obstacles de traduction ; il ne s’agit nullement d’une simple reprise ou d’un savoir américain qui s’impose. Dans le contexte médical particulier de l’Allemagne récemment réunifiée, un nouveau savoir, somme de la réception de connaissances antérieures et d’une appropriation féconde, prend appui sur les balbutiements du débat psychotraumatologique42.

Appréhension et évolution du TSPT en France

  • 43 Maria Teresa Brancaccio, « From “Deportation Pathology” to “Traumatismes Psychiques de Guerre”. Tra (...)

28La manière dont on a construit en France les catégories des séquelles de la guerre, du terrorisme et des crimes violents se distingue foncièrement du schéma allemand. Un contexte différent de violences et de traditions psychiatriques a fourni un tout autre terreau au TSPT. Ainsi que le montre Maria Teresa Brancaccio, historienne et sociologue dont nous reprendrons ici les réflexions, le DSM-III de 1980 laisse la plupart des psychiatres français sceptiques, car il présente une tentative de systématisation purement symptomatologique et descriptive, et non plus étiologique, des maladies mentales. Ce rejet explique que, dans un premier temps, le diagnostic de TSPT ne soit pas adopté dans les classifications françaises. On préfère réactiver le concept de « névrose traumatique » ou inventer d’autres notions telles que « traumatisme psychique » ou « stress traumatique »43.

29Si la psychiatrie française récuse le diagnostic de stress post-traumatique, l’idée de séquelles psychologiques résultant d’événements extrêmes ne lui est pas étrangère. Suite aux expériences de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement français a en effet publié en mai 1953 un décret qui reconnaît in globo l’invalidité des déportés44. Cette dénomination englobe toutefois des situations fort hétérogènes, comme celle des Juifs et Juives, des résistants arrêtés, des prisonniers de guerre ou des travailleurs forcés. Cette reconnaissance inconditionnelle et cette acceptation généralisée des infirmités et maladies découlant de l’expérience de la déportation ouvrent simultanément des droits à une pension de guerre. Au demeurant, les infirmités explicitement identifiées comme des traumatismes de guerre ou male hysteria ne sont pas indemnisées – dans la législation allemande non plus45.

  • 46 René Targowla, « Les données de la narcose intraveineuse liminaire dans les états “neuropathiques”. (...)
  • 47 Charles Richet et Antonin Mans, Pathologie de la déportation, Paris, Plon, 1956.

30Les médecins français qui élaborent des concepts de pathologie ouvrant la voie à une indemnisation ont souvent eux-mêmes été déportés. Ainsi, René Targowla décrit en 1950 le phénomène d’« asthénie psychique des déportés »46. Caractérisée par une baisse de la joie de vivre et de la vitalité, des difficultés de concentration et des dépressions, l’asthénie est toutefois rapportée par le psychiatre à des lésions organiques du système nerveux central, à des méningo-encéphalites. Cette analyse converge avec le courant psychiatrique allemand qui suppose des lésions organiques dans les cas de dystrophie chez les anciens combattants. Charles Richet, spécialiste de médecine interne et professeur à la faculté de médecine de Paris, est coauteur d’une deuxième publication importante parue en 1956, La Pathologie de la déportation47, dans laquelle il décrit les problèmes de santé dus aux privations et sévices physiques subis par les détenus en camp. Il a lui-même été déporté.

  • 48 Maria Teresa Brancaccio, op. cit., p. 101-102.
  • 49 Ibid., p. 102.

31Le rapprochement avec la terminologie du traumatisme et les débuts de la réception européenne de la psychotraumatologie s’effectue dans un autre décret, daté de 1992. Il adopte la notion de « troubles psychiques de guerre » (psychic war disorders) et non celle de TSPT, mais s’appuie sémantiquement sur la définition de la CIM48. Le décret définit aussi généralement que possible l’infirmité psychique de guerre comme une réaction subjective à un ou plusieurs événements traumatiques, qui, de plus, se manifeste de manière différée. L’événement y est défini comme le seul déclencheur et tout renvoi à des théories psychiatriques constitutionnelles ou à des prédispositions individuelles y est rejeté49.

  • 50 Ibid., p. 103-104.

32À la fin des années 1990, enfin, le débat public sur le recours à la torture et aux représailles systématiques par l’armée française dans le cadre du conflit algérien braque les projecteurs sur les « troubles psychiques de guerre ». Les pathologies des anciens combattants d’Algérie sont désormais incluses sous la dénomination TSPT. On justifie leur tardive prise en compte par les sentiments de honte et de culpabilité qu’ont inspirés les moyens illégitimes employés et les souffrances vécues pendant la guerre. Avec la fondation de la Société franco-algérienne de psychiatrie en 2002, les expériences de guerre, que ce soit dans le camp français ou algérien, sont désormais débattues sous le concept de traumatisme psychologique50. La psychiatrie française a ainsi parcouru un long chemin vers le syndrome post-traumatique, même si le principe de l’infirmité psychique avait été entériné dès le décret gouvernemental de mai 1953 relatif aux expériences de déportation. Malgré tout, la psychiatrie française cherche longtemps à exclure le diagnostic de PSPT de ses réflexions théoriques.

Le trouble de stress post-traumatique dans trois lieux différents

33Nous avons retracé ici la genèse du PSPT, ainsi que sa réception et son adaptation dans deux pays européens, en nous intéressant à trois contextes différents, les États-Unis à la fin des années 1970, l’Allemagne réunifiée et la France au début des années 2000.

  • 51 Voir Bernd Löwe, Peter Henningsen et Wolfgang Herzog, « Geschichte einer politisch unerwünschten Di (...)
  • 52 Voir Judith Lewis Herman, Die Narben der Gewalt. Traumatische Erfahrungen verstehen und überwinden, (...)

34Pour l’essentiel, c’est un décentrage du mode de pensée psychanalytique des psychiatres et d’une assistante sociale soignant d’anciens combattants du Vietnam qui a permis cette nouvelle réception à grande échelle de la maladie. Certes, les évolutions politiques et la montée d’un mouvement d’anciens combattants ont pu jouer un rôle, mais c’est bien le désir de réinterpréter des symptômes qui a ouvert la voie à un engagement scientifique et politique en faveur de ce nouveau diagnostic. Il serait par conséquent erroné d’affirmer que l’on a « empêché » le diagnostic, parce que la reconnaissance du syndrome psychique ne répondait pas aux intérêts politiques51 ou qu’il s’est établi uniquement sous la pression de mouvements politiques, en premier lieu des mouvements féministes et anti-Vietnam52. Le TSPT n’a pas seulement été introduit grâce à la pression politique nécessaire exercée sur l’Association américaine de psychiatrie qui publiait le DSM, mais avant tout grâce à cette nouvelle approche psychanalytique de l’ancien combattant du Vietnam, qui l’a placé dans un même contexte d’appréhension que les rescapés de la déportation et les victimes d’accident.

  • 53 Harald Dreßing et Mathias Berger, op. cit., p. 23.

35Les exemples de l’Allemagne et de la France ont montré que, par la suite, ce diagnostic n’a pas connu de marche victorieuse mondiale, mais qu’il s’est inséré dans les diverses psychiatries nationales, qu’il a été intégré à un contexte de violence spécifique sur la base de groupes particuliers à chacun des pays. Ce processus d’adaptation s’est heurté à des obstacles de traduction et à certaines difficultés de reconnaissance. En Allemagne, le terme Störung (trouble) dans la désignation officielle du posttraumatic stress disorder a posé un certain nombre de problèmes initiaux, ce qui n’exclut pas qu’on se soit intéressé au champ de savoirs de la psychotraumatologie. En France, en revanche, l’approche descriptive – et non plus étiologique – du DSM-III a entravé la réception du syndrome post-traumatique. Ces accueils contrastés s’expliquent aussi par les traditions psychiatriques différentes des deux pays. En Allemagne, le topos de la psychiatrie allemande arriérée a joué un rôle important. Les auteurs du premier aperçu général de l’état de la recherche germanophone sur le TSPT, Dreßing et Berger, indiquent clairement qu’ils souhaitent moderniser la psychiatrie allemande. Ils ont ouvert la voie à l’intégration du TSPT dans le système de santé allemand en constatant le sous-développement de la prise en charge des urgences psychiatriques53. Le syndrome y est dès lors accueilli sans réserve.

  • 54 Matthias Middell, op. cit., p. 21.

36En France, l’influence de la phénoménologie et de la psychanalyse en psychiatrie est manifestement si puissante que les catégories du DSM n’y sont pas reprises et qu’on y propose en 1992 des notions comme les « troubles psychiques de guerre », qui s’appuient fortement sur la CIM, la base de référence de l’espace européen, et sur le facteur déclencheur d’un ou plusieurs événements traumatiques. On y rejette totalement les théories de la prédisposition. Cependant, le paradigme des séquelles d’événements extrêmes s’était imposé depuis longtemps, ainsi qu’en atteste le décret du gouvernement français de 1953 sur les déportés. Le paramètre déterminant du succès de ce transfert de savoirs a donc été la volonté d’une communauté scientifique et médicale de les intégrer à sa pensée54.

37En RFA, le premier groupe important de personnes touchées par le PSTP est celui des anciens détenus politiques est-allemands, qui se présentent dans les cabinets de psychiatres de Berlin-Ouest au début des années 1990. En France, les pathologies psychiques des anciens combattants français et, à terme, algériens de la guerre d’indépendance en Algérie sont incluses collectivement dans ce diagnostic. Cette contribution a ainsi démontré que l’histoire du syndrome de stress post-traumatique doit être appréhendée en lien étroit avec son contexte et qu’elle est tributaire d’une volonté de réception. Il est donc impossible d’en faire un récit européen unitaire.

Haut de page

Notes

1 Ici et dans la phrase suivante : Matthias Middell, « Kulturtransfer und Historische Komparatistik – Thesen zu ihrem Verhältnis », in : Matthias Middell, Kulturtransfer und Vergleich, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2000, (p. 7-41), p. 18, 20.

2 Pour une histoire du trouble de stress post-traumatique aux États-Unis, voir Wilbur J. Scott, The politics of readjustment. Vietnam veterans since the war, New York, De Gruyter, 1993 ; David Healy, Images of trauma. From hysteria to post-traumatic stress disorder, Londres, Faber and Faber, 1993 ; Allan Young, The harmony of illusions. Inventing post-traumatic stress disorder, Princeton, Princeton University Press, 1995.

3 Wilbur J. Scott, « PTSD in DSM-III : A case in the politics of diagnosis and disease », Social Problems 3, 1990, (p. 294-310), p. 301.

4 Voir Robert J. Lifton, Death in life : Survivors of Hiroshima, New York, Random House, 1967.

5 Voir Robert J. Lifton, Home from the war. Vietnam veterans : Neither victims nor executioners, New York, Simon and Schuster, 1973, p. 15.

6 Voir Gerald Nicosia, Home to war. A history of the Vietnam veterans’ movement, New York, Carroll & Graf Publ., 2004, p. 158.

7 « The veterans told them that they spent much of their time “rapping” with each other about the war and their lives since returning from it ». Wilbur J. Scott, « Vietnam veterans against the war : The politics of antiwar protest », Perspectives on Social Problems 4, 1992, (p. 229-253), p. 76.

8 Sur le manque d’acceptation de l’expertise thérapeutique et médicale dans les rap groups, voir Robert J. Lifton, Home from the war, p. 77-78.

9 Voir Wilbur J. Scott, The Politics of readjustment, p. 59.

10 Voir Chaim F. Shatan, « Post-Vietnam syndrome », The New York Times, 6 mai 1972, p. 35.

11 « Before World War I, Freud elucidated the role grief plays in helping the mourner let go of a missing part of life and acknowledging that it exists only in the memory. The post-Vietnam syndrome confronts us with the unconsummated grief of soldiers – “impacted grief” in which an encapsulated, never-ending past deprives the present of meaning ». Ibid.

12 « The sorrow is unspent, the grief of their wounds is untold, their guilt unexpiated. Much of what passes for cynicism is really the veterans’ numbed apathy from a surfeit of bereavement and death ». Chaim F. Shatan, « The grief of soldiers : Vietnam combat veterans’ self-help movement », American Journal of Orthopsychiatry 4, 1973, (p. 640-653), p. 648.

13 Voir Sigmund Freud, « Trauer und Melancholie (1917 [1915]) », in : Psychologie des Unbewußten, Studienausgabe Bd. III, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 1975, (p. 193-212) ; trad. fr. « Deuil et mélancolie », Œuvres complètes. Psychanalyse, vol. XIII : 1914-1915, 2éd. corr., Paris, PUF, 1994, (p. 261-280).

14 Voir Wilbur J. Scott, The politics of readjustment, p. 59.

15 « Because of its demands on the therapist to risk […] the overwhelming aussault on the ego that the psychiatric reality of combat involves […]. In treating Vietnam veterans, one is immediately involved with issues of countertransference as they relate to the Vietnam veterans specifically. » Sarah Haley citée par Chaim F. Shatan, « “A True Child of Trauma” – Sarah Haley : 1939–1989 », Journal of Traumatic Stress 3, 1990, (477-481), p. 478.

16 « Equally ineffective, she would soon discover, was the sort of non-authentic treatment where the professional would talk about family issues or other daily matters that were troubling the patient, but never bother asking about the existence of trauma in his past ; for if the professional didn’t ask, the trauma victim would seldom bring it up on his own. Haley was aghast to learn, for example, that an analyst friend of hers had “successfully” treated a Vietnam veteran solely on the basis of working through the rivalry with his father and never even asked the veteran about his missing foot ! », Gerald Nicosia, op. cit., p. 183-184.

17 « The only report that should not be accepted at face value […] is the patient’s report that combat in Vietnam had no effect on him », Sarah A. Haley, « When the patient reports atrocities. Specific treatment considerations of the Vietnam veteran », Archives of General Psychiatry 2, 1971, (p. 191-196), p. 196.

18 Voir Ludwik Fleck, Entstehung und Entwicklung einer wissenschaftlichen Tatsache : Einführung in die Lehre vom Denkstil und Denkkollektiv, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 9e éd. 2012 [1980] ; trad. fr. de Nathalie Jas, Genèse et développement d’un fait scientifique, Paris, Les Belles lettres, 2005.

19 Voir Michael Strand, « Where do classifications come from ? The DSM-III, the transformation of American psychiatry, and the problems of origins in the sociology of knowledge », Theory and Society 3, 2011, (p. 273-313), p. 282-283.

20 Voir ibid., p. 286.

21 Voir ibid., p. 284.

22 Voir Wilbur J. Scott, « PTSD in DSM-III », p. 305.

23 Voir ibid., p. 305-306.

24 Sur la contribution de Horowitz sur le TSPT, voir Ben Shephard, A war of nerves. Soldiers and psychiatrists in the twentieth century, 1914-1994, Londres, Jonathan Cape, 2000, p. 367.

25 Voir Harley C. Shands, « Comments on “causal relation” in workmen’s compensation proceedings », Journal of Psychiatry & Law 2, 1978, (p. 245-253).

26 Voir Mardi J. Horowitz, Stress response syndromes, New York, Aronson, 1976.

27 Voir Wilbur J. Scott, « PTSD in DSM-III », p. 306.

28 Voir ibid., p. 307.

29 « [A] recognizable stressor that would evoke significant symptoms of distress in almost everyone ». Entrée « Post-traumatic stress disorder, chronic or delayed (309.81) », in : Robert L. Spitzer (éd.), Diagnostic and statistical manual of mental disorders, DSM-III, Washington, D.C., American Psychiatric Association, 1980, (p. 236-239), p. 238.

30 « The stressor producing this syndrome would evoke significant symptoms of distress in most people, and is generally outside the range of such common experiences as simple bereavement, chronic illness, business losses, or marital conflict. », ibid., p. 236.

31 Entrée « F43.1 posttraumatische Belastungsstörung », in : Horst Dilling, Werner Mombour et Martin H. Schmidt (éd.), Internationale Klassifikation psychischer Störungen, ICD-10, Bern, Huber, 1992 [1991], (p. 157-158).

32 Voir Alexandra Therese Katrin Lehmacher, Trauma-Konzepte im historischen Wandel – Ein Beitrag zur Rezeptionsgeschichte der Posttraumatic Stress Disorder in Deutschland (1980–1991), thèse de doctorat, Bonn, 2013, p. 24.

33 Ibid., p. 25.

34 Ibid., p. 104-106.

35 Harald Dreßing et Mathias Berger, « Posttraumatische Streßerkrankungen. Zur Entwicklung des gegenwärtigen Krankheitskonzeptes », Der Nervenarzt 1, 1991, (p. 16-26), p. 19.

36 Ibid., p. 16.

37 Patrick Kury a rappelé que le concept de stress en République fédérale dans les années 1950 et 1960 bénéficie d’une faible réception. Il faut attendre le milieu des années 1970 pour qu’il devienne un objet d’étude des chercheurs comme des médias et qu’il se diffuse rapidement. C’est sur cette base que la notion de « stress psychosocial », considérée comme une condition d’émergence de pathologies, prend son envol dans les années 1990. Voir Patrick Kury, Der überforderte Mensch. Eine Wissensgeschichte vom Stress zum Burnout, Francfort-sur-le-Main, Campus, 2012, p. 294-295.

38 Entretien avec Andreas Maercker, professeur de psychologie clinique à l’université de Zurich, le 21 octobre 2013.

39 Le SED, abréviation de Sozialistische Einheitspartei Deutschlands (parti socialiste unifié d’Allemagne), est le parti au pouvoir en RDA (NDT).

40 Stefan Priebe, Katharina Bolze et Heidi Rudolf, « Andauernde psychische Störungen nach Repressalien infolge eines Ausreiseantrages in der damaligen DDR », Fortschritte der Neurologie, Psychiatrie 11, 1994, (p. 433-437) ; Doris Denis, Jana Eslam et Stefan Priebe, « Psychische Störungen nach politischer Inhaftierung in der Sowjetischen Besatzungszone und der ehemaligen DDR von 1945-1972 », Fortschritte der Neurologie, Psychiatrie 11, 1997, (p. 524-530).

41 Voir pour les seules années 1990 : Philip A. Saigh, Posttraumatische Belastungsstörung : Diagnose und Behandlung psychischer Störungen bei Opfern von Gewalttaten und Katastrophen, Berne, Huber, 1995 ; Andreas Maercker, Therapie der posttraumatischen Belastungsstörungen, Heidelberg, Springer, 1997 ; Gottfried Fischer et Peter Riedesser, Lehrbuch der Psychotraumatologie, Munich, Reinhardt, 1998 ; Anke Ehlers, Posttraumatische Belastungsstörung, Göttingen, Hogrefe, 1999.

42 Sur le rôle décisif du savoir thérapeutique sur les traumatismes dans ce processus de traduction, voir la publication de notre thèse : Anne Freese : Gewalt – Deutung – Selbstoptimierung. Eine Geschichte der posttraumatischen Belastungsstörung seit dem Vietnam-Syndrom, Stuttgart, Franz Steiner, 2018, p. 100-113.

43 Maria Teresa Brancaccio, « From “Deportation Pathology” to “Traumatismes Psychiques de Guerre”. Trauma and reparation in postwar France (1940’s-1990’s) », in : Jolande Withuis et Annet Mooij (éd.), The politics of war trauma : The aftermath of World War II in eleven European countries, Amsterdam, Aksant, 2010, (p. 79-105), p. 97.

44 Ibid., p. 86. Décret du 16 mai 1953, consultable en ligne sur http://www.fmig.fr/guide_bareme/26_internes_deportes.html#438 (NDT, dernière consultation le 28.02.2019).

45 Ibid., p. 95.

46 René Targowla, « Les données de la narcose intraveineuse liminaire dans les états “neuropathiques”. Le syndrome d’hypermnésie émotionnelle tardif », Annales de médecine 51, 3, 1950, (p. 223-313), p. 223.

47 Charles Richet et Antonin Mans, Pathologie de la déportation, Paris, Plon, 1956.

48 Maria Teresa Brancaccio, op. cit., p. 101-102.

49 Ibid., p. 102.

50 Ibid., p. 103-104.

51 Voir Bernd Löwe, Peter Henningsen et Wolfgang Herzog, « Geschichte einer politisch unerwünschten Diagnose : Die posttraumatische Belastungsstörung », Psychotherapie, Psychosomatik, Medizinische Psychologie 3-4, 2006, (p. 182-187).

52 Voir Judith Lewis Herman, Die Narben der Gewalt. Traumatische Erfahrungen verstehen und überwinden, Paderborn, Junfermann, 2003, p. 17-51.

53 Harald Dreßing et Mathias Berger, op. cit., p. 23.

54 Matthias Middell, op. cit., p. 21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Freese, « Entre acceptation et rejet : la genèse du trouble de stress post-traumatique aux Etats-Unis et sa réception en Allemagne et en France »Revue germanique internationale, 30 | 2019,  151-164.

Référence électronique

Anne Freese, « Entre acceptation et rejet : la genèse du trouble de stress post-traumatique aux Etats-Unis et sa réception en Allemagne et en France »Revue germanique internationale [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 07 janvier 2020, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2331 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2331

Haut de page

Auteur

Anne Freese

Projektkoordinatorin im Büro der zentralen Frauenbeauftragten, Humboldt-Universität zu Berlin
Anne.Freese[at]gmx.de

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals