Navigation – Plan du site
Document : Correspondance entre Gaston Bachelard et Ludwig Binswanger

Correspondance Gaston Bachelard-Ludwig Binswanger (1948-1955)

Transcrite, traduite et éditée par Elisabetta Basso et Emmanuel Delille
Gaston Bachelard et Ludwig Binswanger
Traduction de Elisabetta Basso et Emmanuel Delille
p. 183-208

Texte intégral

Statut des sources

La correspondance échangée par Gaston Bachelard et Ludwig Binswanger entre 1948 et 1955 est conservée aux archives de l’Université de Tübingen (Bade-Wurtemberg), sous la cote 443-51 (Binswanger-Archiv). Les mots ou les lettres dont la transcription n’est pas certaine sont indiqués entre crochets. Par convention, les titres d’ouvrages cités sont en italiques, la ponctuation a été corrigée (avare en virgules, Bachelard néglige aussi souvent le point final de ses phrases) et un nombre limité de notes de bas de page donnent des informations bio-bibliographiques. Nous avons tenté de conserver autant que possible la mise en page des lettres. Celles de Gaston Bachelard, rédigées en français, sont le plus souvent écrites à la main sur du papier à en-tête du Centre d’Histoire des Sciences et des Techniques de la rue du Four, tandis que celles de Ludwig Binswanger, toujours en allemand, sont dactylographiées sur papier libre. La correspondance commence à l’occasion de l’envoi du premier volume des Ausgewählte Vorträge und Aufsätze (1947) du psychiatre suisse au philosophe français, ainsi que des cas cliniques Ellen West (1944) et Jürg Zünd (1947), deux cas de schizophrénie qui deviendront rapidement, avec trois autres histoires de patients schizophréniques (Ilse, Lola Voss et Suzanne Urban), ses analyses psychopathologiques les plus connues, emblématiques de l’analyse existentielle.

Nous remercions vivement les archives de l’Université de Tübingen de nous avoir transmis ces documents, ainsi que les ayants droits de Gaston Bachelard et Ludwig Binswanger de nous avoir donné leur accord pour les publier.

***

UNIVERSITÉ DE PARIS

Le 26 Janvier [19]48

INSTITUT D’HISTOIRE
DES SCIENCES
ET DES TECHNIQUES

13, RUE DU FOUR, 13
PARIS-VIe

Tél. : ODÉON 60-36

Cher Monsieur,

  • 1 Ludwig Binswanger, Ausgewählte Vorträge und Aufsätze, vol. 1 : Zur phänomenologischen Anthropologie(...)
  • 2 Ludwig Binswanger, « Der Fall Ellen West. Eine anthropologisch-klinische Studie », Schweizer Archiv (...)
  • 3 Ludwig Binswanger, « Studien zu Schizophrenie Problem. Zweite Studie. Der Fall Jürg Zünd », Schweiz (...)

Je vous remercie très vivement pour l’envoi de vos Ausgewählte1 et pour les deux cas West2 et Zünd3. Depuis que j’ai reçu vos ouvrages je ne puis me déprendre de leur lecture. Chaque page est pour moi une mine de réflexion. Et je suis partagé entre l’enthousiasme et le regret. Quel dommage pour moi de n’avoir pas connu votre pensée, mais aussi quelle excitation j’éprouve en faveur de la tâche que je veux poursuivre !

  • 4 Gaston Bachelard, La Terre et les Rêveries de la volonté, Paris, José Corti, 1948.
  • 5 Gaston Bachelard, La Terre et les Rêveries du repos, Paris, José Corti, 1946.
  • 6 Il s’agit très probablement du psychiatre suisse Roland Kuhn (1912-2005), à qui Bachelard avait adr (...)
  • 7 Ludwig Binswanger, Grundformen und Erkenntnis menschlichen Daseins, Zurich, Max Niehans, 1942.

Je corrige actuellement les placards de mes 2 livres : La Terre et les Rêveries de la Volonté4 La Terre et les Rêveries du Repos5. J’aurai eu un très grand intérêt à utiliser pour ces livres vos ouvrages. J’ai ajouté une note rapide sur les placards du second pour me référer à certaines de vos pages. Mais c’est bien insuffisant. Je vous enverrai ces 2 ouvrages quand ils paraîtront (peut-être dans deux mois, car tout va lentement). J’ai commandé par l’entremise d’un ami de Zurich6, voici 15 jours, votre livre Grundformen und Erkenntnis menschlichen Daseins7. Mais je ne l’ai pas encore reçu. Je lis pour l’instant le cas Ellen West. Et je suis émerveillé par la puissance poétique des notes de la malade.

Vous savez sans doute que mes recherches de philosophie littéraire doivent être lues en marge de mon travail normal. J’ai sur le chantier un livre sur le rationalisme en mathématiques et en physique et c’est à cette tâche que je dois faire face dans mon enseignement à la Sorbonne. Aussi quelle joie j’ai éprouvée en lisant dans vos pages du jugement que vous portez sur mes travaux « irréguliers ».

Je serai donc très heureux si vous pouvez m’envoyer vos futurs travaux et surtout de faire votre connaissance si vous venez à Paris.

Avec mes très vifs remerciements, recevez, Cher Monsieur, l’expression de mes sentiments bien cordiaux et dévoués.

Bachelard
2 Rue de la Montagne Ste Geneviève Paris 5

***

Bachelard

  • 8 « den 12. Februar 1948
    Sehr geehrter Herr Professor!
    Sie haben mir mit Ihrem freundlichen Brief vom 2
    (...)

Dr. L. B./Su
Le 12 Février 19488

Monsieur le Professeur,

  • 9 Roland Kuhn (1912-2005) fut actif à l’hôpital psychiatrique cantonal de Münsterlingen (Canton de Th (...)
  • 10 Roland Kuhn et Gaston Bachelard se rencontrent pour la première fois à Paris en 1947, à l’occasion (...)
  • 11 Ludwig Binswanger, « Traum und Existenz », Neue Schweizer Rundschau 23, 9, 1930, (p. 673-685) ; 10, (...)

Vous m’avez fait un très grand plaisir avec votre aimable lettre du 26 janvier, car je vous admire depuis longtemps et j’ai beaucoup appris de vos livres. Pour cette raison, ce serait un plaisir particulier pour moi de pouvoir vous accueillir une fois chez moi. Mon ami et élève le Dr. Kuhn9 m’a beaucoup parlé de sa visite auprès de vous10. Je suis très heureux de l’intérêt que vous portez à mon travail et je suis curieux de savoir ce que vous aurez à dire de mon gros livre, une fois que vous aurez jeté un coup d’œil à l’intérieur. Dans mes Ausgewählten Aufsätzen und Vorträgen [Essais et conférences choisis], je voudrais attirer votre attention, en particulier, sur l’essai concernant Traum und Existenz11, qui date de 1930, dans lequel j’ai élaboré pour la première fois la direction de sens [Bedeutungsrichtung] verticale de notre Dasein à partir des rêves et des paraboles. Vous verrez par là-même à quel point nous sommes proches.

  • 12 Roland Kuhn et Gaston Bachelard se rencontrent pour la première fois à Paris en 1947, à l’occasion (...)

Je suis très curieux au sujet de votre nouveau livre, que le Dr. Kuhn m’a déjà exposé de manière détaillée12. Je sais d’avance qu’il sera d’une grande importance pour moi et mes élèves.

Enfin, cher professeur, venez bientôt nous voir dans le coin nord-est de notre pays, où vous trouverez des amis particulièrement proches et des admirateurs de vos travaux.

Avec mes salutations les plus amicales,

Votre
[Ludwig Binswanger]

***

UNIVERSITÉ DE PARIS

Le 15 avril [19]48

INSTITUT D’HISTOIRE
DES SCIENCES
ET DES TECHNIQUES

13, RUE DU FOUR, 13
PARIS-VIe

Tél. : ODÉON 60-36

Cher Monsieur,

Aujourd’hui je viens de vous envoyer mon livre sur l’Imagination. J’attendais depuis longtemps qu’il paraisse pour vous écrire. J’ai eu des difficultés à me procurer votre grand et beau livre sur les Grundformen und Erkenntnis menschlichen Daseins. Mais depuis un mois il est sur ma table. Et depuis un mois j’en parle à mes étudiants à la Sorbonne. Je n’en suis cependant qu’à la page 110. Mais j’y vois déjà très clair. Et l’hiver prochain je ferai une série de cours plus approfondis sur vos problèmes. C’est vous dire combien tout ce que vous ferez d’ici là me sera précieux.

J’espérais la semaine prochaine aller au Congrès de philosophie scientifique de Zurich. J’aurais fait un crochet pour vous aller voir. Mais ma santé ne me permet pas pour l’instant un aussi long voyage. Et puis il faut que je travaille à mon livre sur le Rationalisme scientifique que je voudrais donner à l’éditeur cet hiver.

Dans un mois je vous enverrai le 2ouvrage sur la Terre. Il est sous presse.

Veuillez agréer, Cher Monsieur, l’expression de mes sentiments bien cordiaux et dévoués.

Bachelard
2 rue de la Montagne Ste Geneviève Paris 5

***

Prof. Bachelard – Paris

  • 13 28. April 1948.
    « Sehr verehrter lieber Herr Professor!
    Aus meinen Ferien im Tessin zurückgekehrt, fa
    (...)

Dr. L. B.
Le 28 Avril 194813

Cher Monsieur le Professeur,

De retour de mes vacances au Tessin, j’ai trouvé votre nouveau livre avec la dédicace amicale et votre lettre qui m’a fait très plaisir. Vous pouvez imaginer, cher Professeur, comme je suis heureux que vous lisiez mon livre et que vous parliez de mon travail à vos étudiants. En ce qui concerne votre livre, je n’ai pas besoin de vous dire que je le lirai avec le plus grand intérêt et, je le sais d’avance, avec le plus grand profit. La table des matières est tellement attrayante que j’ai hâte de pouvoir réémerger de l’activité clinique qui m’occupe, surtout les premiers jours de mon retour de vacances, pour trouver le temps de me consacrer à la lecture.

Je suis navré d’apprendre que vous n’êtes pas tout à fait satisfait de votre santé et que vous ne pouvez pas venir chez nous au lac de Constance. Si vous m’écrivez une carte lorsque vous êtes à Zurich, je pourrais peut-être m’arranger pour vous accueillir là-bas, à condition que votre temps ne soit pas trop limité. De toute façon, il ne faut pas attendre trop longtemps avant de nous rencontrer de visu.

Avec mes salutations les plus cordiales et en vous remerciant encore, Monsieur le Professeur,

Votre sincèrement dévoué
[Ludwig Binswanger]

***

Prof. Bachelard

  • 14 25. Mai 1948
    « Sehr verehrter lieber Herr Professor!
    Ich bin so begeistert von Ihrem neuen Buch, dass
    (...)

Dr. L. B.
Le 25 Mai 194814

Cher Monsieur le Professeur,

  • 15 Binswanger se réfère ici à l’ouvrage qu’il avait publié en 1928 : Wandlungen in der Auffassung und (...)
  • 16 Les paragraphes en question sont, respectivement, le n°II : « Auffassung und Deutung des Traumes vo (...)

Je suis tellement enthousiasmé par votre nouveau livre que je dois absolument vous envoyer encore quelque chose de ma part pour vous remercier. Bien que le petit livre sur le rêve15 remonte déjà à longtemps, la section sur le rêve et le romantisme, aussi bien que la symbolique de la série des rêves16, vous intéressera peut-être pourtant un peu.

Avec mes salutations cordiales et dans l’espoir de vous voir dans l’année,

Votre très reconnaissant
[Ludwig Binswanger]

***

  • 17 den 23. Juni 1948
    « Sehr verehrter Herr Professor!
    Unsere letzten Sendungen haben sich gekreuzt. Ich
    (...)

Le 23 Juin 194817
Dr. L. B./Su
Bachelard

Monsieur le Professeur,

  • 18 Gaston Bachelard, La Terre, Troisième partie, chap. IX : « La racine ».
  • 19 Ludwig Binswanger, « Über Psychotherapie », in : Ausgewählte Vorträge, vol. 1, (p. 132-158) ; trad. (...)

Nos derniers envois se sont croisés. J’ai envoyé mon petit livre sur le rêve exactement un jour avant l’arrivée de votre deuxième livre, si gentiment dédicacé. Ce livre aussi, je l’ai lu avec grand plaisir et profit. J’apprécie tout particulièrement le chapitre sur La racine18. Je suis de plus en plus émerveillé et ravi de la proximité de nos directions de recherche. À cette occasion, je voudrais attirer particulièrement l’attention sur un exemple qui vous intéressera et que vous avez peut-être déjà lu, je me réfère à l’exemple concernant les diverses « langues » de nos patients à la page 157 du premier volume de mes Ausgewählte Vorträge und Aufsätze19.

Pour aujourd’hui, recevez mes meilleures salutations,

Votre
[Ludwig Binswanger]

***

UNIVERSITÉ DE PARIS

Le 18 Déc[embre] 49

INSTITUT D’HISTOIRE
DES SCIENCES
ET DES TECHNIQUES

13, RUE DU FOUR, 13
PARIS-VIe

Tél. : ODÉON 60-36

Cher Monsieur,

Depuis plusieurs semaines je voulais vous écrire pour vous dire tout l’intérêt que j’ai pris à votre 3cas. Chacun de vos rapports sont des œuvres. Et la semaine dernière je viens de recevoir vos deux brochures. J’en ai achevé une première lecture hier soir. Plus qu’en un long article on voit si nettement, à vous lire, le sens heideggérien de l’enquête psychiatrique. Je fais participer à cette lumière les étudiants qui suivent mes cours. Rares sont les leçons où votre nom n’est pas prononcé. Cette année je fais mon cours sur « la notion d’expérience ». Depuis 5 leçons je séjourne dans les réactions subjectives à l’expérience. Malheureusement je n’ai pas le temps de les rédiger. Mais je compte reprendre l’ensemble dans un livre général. C’est vous dire combien je suis content de connaître tout ce que vous publiez.

  • 20 Gaston Bachelard, Dialectique de la durée, Paris, Boivin et Cie, 1936.

Les Presses Universitaires vont rééditer ma Dialectique de la durée20. C’est un livre écrit il y a quelques 15 ans. Si vous ne le possédez pas, je vous l’enverrai. Il n’a subi aucun changement sur l’édition faite par Boivin. J’estime que les livres ont leur date qu’on ne peut changer. J’aurais bien d’autres thèmes à développer maintenant sur la temporalité. Mais les thèmes nouveaux ne peuvent s’adjoindre aux anciens.

Encore une fois merci pour vos envois. Ils me sont très précieux.

Veuillez agréer, Cher Monsieur, l’expression de mes sentiments bien cordiaux et dévoués.

Bachelard
2 Rue de la Montagne Ste Geneviève Paris 5

***

Prof. Bachelard – Paris

Dr. L B.

  • 21 « Kreuzlingen, 14 Sept. 1950.
    Sehr verehrter Herr Professor!
    Hierdurch teile ich Ihnen mit, dass ich
    (...)

Kreuzlingen, le 14 Septembre 195021

Cher Professeur,

  • 22 Il s’agit du Premier congrès mondial de psychiatrie (Paris, 18-27 septembre 1950). Binswanger y pro (...)

Par ce message, je vous informe que mardi prochain (le 19.09) à midi, je viendrai à Paris pour le Congrès international des psychiatres22 et j’y serai jusqu’au 27.09. Je suis logé à l’Hôtel des Deux Mondes, 22 Av. de l’Opéra et je serais bien sûr ravi de vous rendre visite ou de vous recevoir chez moi.

Jusque-là, recevez mes salutations les plus amicales,

Votre
[Ludwig Binswanger]

***

Dijon 19 Sept[embre] [19]50

Cher Monsieur,

Combien je regrette de n’être pas à Paris, j’aurais été très heureux de vous voir pendant le Congrès. Mais, je ne puis encore revenir. Je suis à Dijon jusque vers la mi-octobre.

  • 23 Gaston Bachelard, L’Activité rationaliste de la physique contemporaine, Paris, PUF, 1951.

J’achève mon livre de philosophie des sciences23 et j’espère bien cet hiver reprendre mes efforts sur une philosophie de l’image. Je suis dans ce domaine bien aidé par vos livres et articles.

Avec mes regrets de ne pouvoir vous voir en cet automne, recevez, cher Monsieur, l’expression de mes sentiments bien cordiaux et dévoués.

Bachelard
Villa du Moulin, 69 quai Galliot Dijon

***

  • 24 « 5. Oktober 1950.
    Sehr verehrter, lieber Herr Professor,
    ich danke Ihnen für Ihre freundlichen Zeile
    (...)

Le 5 Octobre 195024

Cher Monsieur le Professeur,

Je vous remercie pour les gentilles lignes que vous m’avez envoyées à Paris. Puisque je ne les ai pas avec moi pour le moment, je vous écris à nouveau à votre adresse parisienne. Je n’ai pas besoin de vous dire à quel point j’étais navré de ne vous avoir pas rencontré à Paris. D’autant plus que j’ai été ravi d’entendre du professeur Jean Wahl et son épouse qu’ils sont de si proches amis avec vous. Ils m’ont aimablement invité pour le déjeuner. Nous avons passé ensemble deux heures très animées.

Je suis extrêmement curieux au sujet de votre livre Sur l’image. Je serais très heureux d’y trouver des remarques sur mes travaux, notamment sur Traum und Existenz, à propos des rêves de Gottfried Keller. Je vous souhaite de bien bonnes vacances et j’espère qu’il ne se passera pas trop de temps avant que nous nous retrouvions tous les deux à nouveau à Paris.

Avec mes salutations les plus amicales

                                     et ma sincère admiration,

Votre
[Ludwig Binswanger]

***

UNIVERSITÉ DE PARIS

Le 31 Mars [19]51

INSTITUT D’HISTOIRE
DES SCIENCES
ET DES TECHNIQUES

13, RUE DU FOUR, 13
PARIS-VIe
LE DIRECTEUR

2, rue de la Montagne Ste Geneviève, 2
PARIS-Ve

Cher Monsieur,

  • 25 Ludwig Binswanger, « Daseinsanalytik und Psychiatrie », Der Nervenarzt 22, 1, 1951, (p. 1-10) ; rep (...)
  • 26 Suzanne Bachelard (1919-2007).
  • 27 Gaston Bachelard, L’Air et les songes. Essai sur l’imagination du mouvement, Paris, Corti, 1943. Bi (...)

Merci une fois de plus pour l’envoi de votre mémoire Daseinsanalytik und Psychiatrie25. Je l’ai lu minutieusement ainsi que ma fille26 qui est agrégée-répétitrice à l’École Normale Supérieure de Sèvres. Elle en parlera à ses candidats à l’agrégation. Un tel mémoire éclaire en effet bien des problèmes. Merci aussi pour la référence à L’Air et les Songes27.

  • 28 Ludwig Binswanger, Über Ideenflucht, Zurich, Orell Füssli, 1933. Cette étude avait paru d’abord com (...)

Peut-on encore trouver Ueber Ideenflucht28 de 1933 ? Je le vois souvent cité et je serais heureux de le lire.

Par le même courrier, je vous envoie mon nouveau livre : L’Activité rationaliste de la physique contemporaine. Je travaille là [autour] d’un pôle qui ne correspond pas à mes recherches sur l’imagination ; mais précisément j’éprouve une nostalgie à l’égard du monde des images. Et je ne tarderai pas à y revenir. Souvent, relisant sans cesse vos Ausgewählte et le grand livre des Grundformen, j’ai l’impression que vos points de vue renouvellent les problèmes. Vous êtes, pour ma fille et pour moi, un centre d’études.

  • 29 Wilhelm Szilasi (1889-1966), philosophe husserlien d’origine hongroise, qui succéda à Heidegger à F (...)
  • 30 Revue neuropsychiatrique allemande fondée en 1928.

Dans notre monde moderne, on croit que la diffusion des œuvres de grande valeur est assurée. Mais c’est méconnaître la difficulté de distinguer, d’une langue à une autre, les bons livres. Ainsi je ne trouve pas les articles de Szilasi29. La riche bibliothèque de la Sorbonne ne reçoit pas Der Nervenarzt30.

C’est vous dire que tous les travaux de vos amis sont toujours les bienvenus.

Avec toute ma sympathie,

Bachelard

***

Prof. G. Bachelard – Paris

  • 31 « 16. April 1951.
    Sehr verehrter, lieber Herr Professor!
    Ihr so freundlicher Brief vom 31. März und d
    (...)

Le 16 Avril 195131

Cher Monsieur le Professeur,

Votre si aimable lettre du 31 mars et le nouveau livre qui a paru avec une rapidité étonnante après votre dernier écrit m’ont été réexpédiés pendant mes vacances de printemps à Brissago. Je suis à Brissago, sur le lac Majeur, deux fois par an, pour une part à cause de la magnifique région, pour une autre part à cause de la proximité de mon ami Szilasi, qui possède une très belle villa là-bas. Le prof. Szilasi s’est emparé immédiatement de votre livre, puisqu’il travaille sur des problèmes similaires, de sorte que je l’aurai dans mes propres mains seulement plus tard. Il vous enverra volontiers l’un de ses derniers travaux, car je lui ai dit que vous y tenez et il vous apprécie autant que moi. Pour ce qui concerne l’Ideenflucht, j’ai demandé à un ami de m’en retourner un exemplaire, car ceci me permettra de consacrer à mon tour un travail majeur à cet ouvrage, qui a représenté l’irruption de la Daseinsanalyse dans la psychiatrie scientifique.

  • 32 En français dans le texte.

J’étais très touché d’apprendre que mes travaux signifient « un centre d’étude »32 pour vous et votre fille. Croyez-moi, cher Monsieur le Professeur, vous ne pouvez me dire rien de plus beau et recevez mes salutations les plus cordiales, vous et votre honorable collaboratrice,

de la part de Votre
[Ludwig Binswanger]

***

prof. G. Bachelard

  • 33 « Sehr verehrter, lieber Herr Professor!

Le 29 Avril 195333
Dr. L B.

Cher Monsieur le Professeur,

Il y a presque exactement deux ans, je vous ai envoyé à votre demande un exemplaire de mon étude sur la fuite des idées, mais je n’ai jamais su si vous l’avez reçu. En tous cas, je n’ai également plus de nouvelles de vous depuis une éternité. Je serais ravi de recevoir encore une fois un signe de vie à propos de vous et de votre travail avec votre fille.

Avec mes salutations les plus amicales à vous et à votre collaboratrice,

Votre
[Ludwig Binswanger]

***

UNIVERSITÉ DE PARIS

Le 3 Mai 1953

INSTITUT D’HISTOIRE
DES SCIENCES
ET DES TECHNIQUES

13, RUE DU FOUR, 13
PARIS-VIe

LE DIRECTEUR

2, rue de la Montagne Ste Geneviève, 2
PARIS-Ve

Cher Monsieur,

Comme le temps passe ! Se peut-il que je sois resté deux ans sans vous écrire alors que si souvent dans mes cours à la Sorbonne je parle de vos ouvrages ? Se peut-il surtout que je ne vous aie pas remercié pour votre envoi de Über Ideenflucht ? Il faut qu’une lettre de moi ait été égarée car ma pensée aurait gardé trop de remords à ne pas vous dire mon émerveillement pour cet ouvrage. Il est d’une profondeur sans pareil. Je l’ai lu et relu comme je fais de votre gros livre. Que de lectures il m’a suggérées ! C’est pour moi un outil de travail.

  • 34 Gaston Bachelard, Le Matérialisme rationnel, Paris, PUF, 1953.

Cette dernière année j’ai occupé mes loisirs – hélas, si écourtés ! – à écrire un livre de philosophie chimique34. Il vient de paraître. Je vous en enverrai un exemplaire dans le milieu de cette semaine.

J’espère maintenant revenir à des problèmes touchant l’imagination cosmique et si j’en ai la force montrer son dynamisme ontogénique. Pour de telles tâches vos livres sont des mines de méditation.

Croyez, Cher Monsieur, à mes sentiments de bien vive sympathie.

Bachelard

***

Prof. Bachelard

  • 35 « 2. Juni 1953.
    Sehr verehrter Herr Professor!
    Ich danke Ihnen sehr für Ihren freundlichen Brief vom
    (...)

Dr. L. B.
Le 2 Juin 195335

Cher Monsieur le Professeur,

  • 36 Ce mot est en français dans le texte.

Je vous remercie de votre aimable lettre du 3 mai et de l’envoi tout aussi aimable de votre nouveau livre. Je ne vous ai pas remercié plus tôt car je voulais au moins lire l’introduction d’abord. Je peux seulement vous dire que je l’ai lue avec beaucoup d’enthousiasme et que, bien que le contenu soit différent, j’ai retrouvé le même Prof. Bachelard que je connais par ses ouvrages sur l’imagination36.

  • 37 Mot en français dans le texte.
  • 38 En français dans le texte. Gaston Bachelard, Le Matérialisme, p. 45.
  • 39 Mot en français dans le texte.

Le grand accord entre vous et moi consiste dans le fait que, comme c’est rarement le cas aujourd’hui, aussi bien l’imagination37 que le « travail discursif de la science »38 gardent leur plein droit et qu’aucun des deux domaines n’est déprécié en faveur de l’autre. Puisque l’imagination39 a jusqu’à présent trop peu pénétré dans la science, il est naturel que nous la laissions tout particulièrement s’exprimer dans nos travaux.

Avec mes salutations les plus amicales et encore une fois mon cordial remerciement,

Votre
[Ludwig Binswanger]

***

Prof. Bachelard

  • 40 « 10. August 1954.
    Sehr verehrter Herr Professor,
    Ich habe meine vierte Schizophrenie-Studie beendet,
    (...)

Dr. L.B.
Le 10 Août 195440

Cher Monsieur le Professeur,

  • 41 Ludwig Binswanger, « Studien zum Schizophrenieproblem. Vierte Studie. Der Fall Suzanne Urban », Sch (...)

J’ai terminé ma quatrième étude sur la schizophrénie41 et je vous l’adresserais volontiers. Mais je n’ai plus entendu de vos nouvelles depuis si longtemps, que je ne sais pas du tout où vous résidez actuellement et si vous êtes toujours intéressé par de telles études psychopathologiques ?

Avec mes salutations les plus amicales et dans l’espoir que vous vous portez toujours bien,

Votre sincèrement dévoué

[Ludwig Binswanger]

***

UNIVERSITÉ DE PARIS

Villa du Moulin
69, Quai Galliot
Dijon

Dijon, le 14 Août 1954

INSTITUT D’HISTOIRE
DES SCIENCES
ET DES TECHNIQUES

13, RUE DU FOUR, 13
PARIS-VIe

LE DIRECTEUR

2, rue de la Montagne Ste Geneviève, 2
PARIS-Ve

Cher Monsieur,

Oui, il y a bien longtemps que je ne vous ai écrit. La raison c’est que je n’ai pas publié de livre depuis le Matérialisme rationnel. Mon enseignement m’a pris beaucoup cette année. Et je n’ai pas rédigé le cours public que j’ai fait sous le titre : La vie philosophique. Je pense y réfléchir encore avant d’en faire un livre. L’hiver prochain je voudrais pouvoir travailler à un ouvrage de synthèse touchant les cinq livres que j’ai écrits sur l’imagination. C’est vous dire combien vos ouvrages me sont utiles, je dirais sont franchement indispensables. Avec quel plaisir je recevrai votre 4étude sur la schizophrénie ! Si vous pouviez l’envoyer ici à Dijon où je passe mes vacances, je la lirais avec empressement.

Voici mon adresse : Villa du Moulin, 69 quai Galliot, Dijon.

Croyez, Cher Monsieur, à mes sentiments les plus cordiaux.

Bachelard

***

UNIVERSITÉ DE PARIS

Dijon, le 24 Septembre 1954

INSTITUT D’HISTOIRE
DES SCIENCES
ET DES TECHNIQUES

13, RUE DU FOUR, 13
PARIS-VIe

LE DIRECTEUR

2, rue de la Montagne Ste Geneviève, 2
PARIS-Ve

Cher Monsieur,

  • 42 Wilhelm Szilasi, Macht und Ohnmacht des Geistes. Interpretationen zu Platon, Alber, Fribourg en Bre (...)

Voici de longues semaines que j’ai reçu Der Fall Suzanne Urban. J’ai voulu avant de vous écrire le lire minutieusement, car dans le [début] même de tous vos livres on voit apparaître des idées profondes qui appellent la méditation. Je n’ai peut-être jamais [mot illisible] si [bien] l’efficacité de votre Daseinsanalyse. Les thèmes généraux viennent s’y préciser, s’y éclairer, prendre de l’ampleur sur des cas concrets. Ma lecture à peine finie, je veux la reprendre. J’ai hâte d’être de retour à Paris pour y étudier certains des auteurs auxquels vous faites des références. En particulier j’espère trouver à la Bibliothèque de la Sorbonne le livre de W. Szilasi : Macht und Ohnmacht des Geistes42. Ainsi votre livre me semble une véritable table d’orientation pour l’étude d’un vaste domaine.

Naturellement j’ai été très heureux des mentions que vous faites de mes ouvrages. J’y [puise] un grand encouragement. Il me faut maintenant tenter de réunir tous les points de vue philosophiques dispersés dans mes ouvrages sur l’imagination. Et c’est tous vos « cas » qu’il me faut revoir ainsi que votre grand livre.

Je ne saurai trop vous dire ma reconnaissance de me donner de si beaux sujets de méditation.

Croyez, Cher Monsieur, à mes sentiments amicaux et dévoués.

Bachelard

Villa du Moulin, 69 quai Galliot – Dijon

***

Dr. L. B.
G. Bachelard

  • 43 « Kreuzlingen, 28. Sept. 1954.
    Sehr verehrter, lieber Herr Professor!
    Ich danke Ihnen bestens für Ihr
    (...)

Kreuzlingen, le 28 Septembre 195443

Cher Monsieur le Professeur,

Je vous remercie beaucoup de vos lignes si amicales de Dijon, dont j’ai été très heureux. Malheureusement, en supposant que l’exemplaire qui vous a été envoyé en premier ne soit pas arrivé à destination, vous avez maintenant 2 exemplaires de Suzanne Urban.

  • 44 Ludwig Binswanger, « Erinnerungen an Simon Frank (1877-1950) », Jahrbuch für Psychologie und Psycho (...)

Je vous serais très reconnaissant, si vous pouviez me retourner le deuxième exemplaire comme imprimé, car je suis toujours à court de tirés-à-part. En revanche, je vous envoie mes « Erinnerungen an Simon Frank »44.

Avec mes salutations les plus amicales,

Votre
[Ludwig Binswanger]

***

Dijon 30 Sept[embre] 1954
69 quai Galliot

Cher Monsieur,

  • 45 Simon Frank (Semen Lûdvigovič Frank, 1877-1950), philosophe d’origine russe. Après des études d’éco (...)

Je reçois à Dijon votre carte et vos souvenirs sur Simon Frank45.

Je n’ai jamais reçu qu’un exemplaire du Cas Suzanne Urban, celui du mois dernier. Celui que vous m’aviez envoyé auparavant a donc été perdu. J’attache tant d’importance a tous vos écrits que ma mémoire ne peut se tromper à cet égard. Je peux rester un mois ou deux sans vous accuser réception d’un envoi. Mais à peine ai-je reçu quelque chose de vous que j’en commence lecture et méditation. Dès que j’en aurai fini avec les travaux de philosophie scientifique que je veux achever, je veux réfléchir aux problèmes de l’Imagination. Et vos écrits seront pout moi des lectures de chevet.

Merci pour ce trait de lumière que vous mettez sur l’œuvre de Frank. Vous me donnez envie de la relire.

Et croyez, Cher Monsieur, à mes sentiments bien amicaux.

Bachelard

Villa du Moulin, 69 quai Galliot – Dijon

Je rentre mercredi prochain à Paris.

***

UNIVERSITÉ DE PARIS

Dijon, le 9 Janvier 1955

INSTITUT D’HISTOIRE
DES SCIENCES
ET DES TECHNIQUES

13, RUE DU FOUR, 13
PARIS-VIe

LE DIRECTEUR

2, rue de la Montagne Ste Geneviève, 2
PARIS-Ve

Cher Monsieur,

  • 46 Ludwig Binswanger, « Verschrobenheit », Monatsschrift für Psychiatrie und Neurologie 124, 1952, (p. (...)

Merci de m’avoir envoyé la Verschrobenheit46. Du fait que le mot est intraduisible en notre langue, il a des jours et des jours excité ma pensée. En vous lisant j’étais travaillé par une dialectique entre « entortillé » et « englué », soit la Verschrobenheit du sec et la Verschrobenheit du gluant. Qu’est-ce qui ficèle le mieux : la corde ou le caoutchouc ?

Et je pensais aussi à la mouche sur le visage : on la chasse, elle revient. Elle trouve tout de suite sur notre front un « ailleurs » inattendu, une brèche d’où s’excite notre impatience. Assiégé par une mouche unique, quelle Verschrobenheit !

Dans ma dernière lettre écrite de Dijon, je vous disais que j’étais impatient de rentrer à Paris pour y bénéficier de la Bibliothèque de la Sorbonne. Le cas Suzanne Urban m’avait donné le désir de lire Macht und Ohnmacht. Mais ce livre je l’ai trouvé dans ma bibliothèque personnelle. Il y a quelques années, Szilasi avait eu l’amabilité de me l’envoyer. Je l’avais lu. Je l’avais oublié ! Je viens de l’étudier car il m’a donné l’histoire d’un problème que je voudrais approfondir, le problème d’une détente qui s’inscrit dans l’être même, un minuscule découragement qui apporte un scepticisme au centre du courage. Ah ! comme je voudrais comme vous avoir des êtres humains sous mon regard ! Au moins comme vous rendez service au philosophe des livres que je suis en m’apportant ces témoignages directs de la vie humaine multiple !

Une fois de plus merci. Croyez à toute mon amitié,

Bachelard

***

Prof. Bachelard

  • 47 « 13. Januar 1955.
    Sehr verehrter, lieber Herr Professor!
    Ich danke Ihnen sehr für Ihre freundlichen
    (...)

Dr. L. B.
Le 13 Janvier 195547

Cher Monsieur le Professeur,

  • 48 Mot en français dans le texte.
  • 49 Ludwig Binswanger, « Der Mensch in der Psychiatrie », Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatr (...)

Je vous remercie beaucoup de vos lignes du 9 Janvier. Je crois que ni le mot entortiller48 ni engluer ne représentent une traduction complète de Verschrobensein, dans les deux cas il faudrait ajouter encore à travers. La question de ce qui ficèle mieux m’a beaucoup impressionné, mais je crois qu’elle ne peut être résolue ni par la corde ni par le caoutchouc mais bien plutôt par celui qui s’en sert. Mais, pour autant que je vous connaisse, vous voudrez sûrement aussi atteindre le Verschroben précisément au moyen de ces matériels. Il faut que j’y réfléchisse. Je suis très heureux que vous avez trouvé le livre de Szilasi. Je tiendrai prochainement une conférence chez lui à Fribourg sur le thème : « L’homme dans la psychiatrie »49.

Avec mes salutations les plus amicales et mes meilleurs vœux pour votre santé,

toujours votre

[Ludwig Binswanger]

Haut de page

Notes

1 Ludwig Binswanger, Ausgewählte Vorträge und Aufsätze, vol. 1 : Zur phänomenologischen Anthropologie, Berne, Francke, 1947.

2 Ludwig Binswanger, « Der Fall Ellen West. Eine anthropologisch-klinische Studie », Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatrie 53, 1944, (p. 255-727) ; 54, 1944, (p. 69-117 et 330-360) ; 55, 1945, (p. 16-40). Repris ensuite dans Schizophrenie, Zweite Studie, Pfullingen, Neske, 1957, (p. 57-188) ; et Ausgewählte Werke, vol. IV : Der Mensch in der Psychiatrie, éd. par Alice Holzhey-Kunz, Heidelberg, Asanger 1994, (p. 73-209) ; trad. fr. de Philippe Veysset, Le Cas Ellen West. Schizophrénie, Paris, Gallimard, 2017.

3 Ludwig Binswanger, « Studien zu Schizophrenie Problem. Zweite Studie. Der Fall Jürg Zünd », Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatrie 56, 1946, (p. 191-220) ; 58, 1946, (p. 1-43) ; 58, 1947, (p. 1-43) ; 59, 1947, (p. 21-36). Repris ensuite dans Schizophrenie, Dritte Studie, p. 189-288.

4 Gaston Bachelard, La Terre et les Rêveries de la volonté, Paris, José Corti, 1948.

5 Gaston Bachelard, La Terre et les Rêveries du repos, Paris, José Corti, 1946.

6 Il s’agit très probablement du psychiatre suisse Roland Kuhn (1912-2005), à qui Bachelard avait adressé une lettre, le 28 décembre 1947, où il lui demandait d’« être instruit tant sur votre école de Daseinsanalyse que sur le point de vue anthropologique. En somme nous avons vécu en France dans un isolement de 5 ans et il n’est pas commode pour nous de nous mettre au courant. Les livres sont difficiles à atteindre » (voir « La correspondance Gaston Bachelard et Roland Kuhn : 1947-1957 », présentée par Elisabetta Basso, avec un post-scriptum de Charles Alunni, Revue de synthèse 137, 1-2, 2016, p. 183). Kuhn lui avait répondu le 7 janvier 1948 : « Ludwig Binswanger a publié en 1942 dans l’Édition Niehans à Zurich un gros livre de 700 pages avec le titre “Grundformen und Erkenntnis menschlichen Daseins”. C’est un livre qui est assez difficile à lire, mais qui contient des parties d’une importance capitale. Jusqu’à présent les idées qui y sont développées ne sont pas encore accessibles dans une forme plus facile. Je crois qu’avec l’indication que je vous remets, il devrait vous être possible, de vous procurer ce livre en France. La situation du change est telle que l’achat du livre suisse à Paris est assez avantageux » (« La correspondance Gaston Bachelard et Roland Kuhn », p. 187).

7 Ludwig Binswanger, Grundformen und Erkenntnis menschlichen Daseins, Zurich, Max Niehans, 1942.

8 « den 12. Februar 1948
Sehr geehrter Herr Professor!
Sie haben mir mit Ihrem freundlichen Brief vom 26. Januar eine sehr grosse Freude gemacht, da ich Sie seit langem verehre und aus Ihren Büchern grosse Belehrung erfuhr. Deswegen wäre es mir auch eine besondere Freude, Sie einmal persönlich bei mir zu empfangen zu dürfen. Mein Freund und Schüler Dr. Kuhn hat mir viel von seinem Besuch bei Ihnen erzählt. Ich bin sehr froh über Ihr Interesse an meinen Arbeiten und gespannt, was Sie zu meinem dicken Buch sagen, wenn Sie einen Blick hinein geworfen haben werden. In meinen
Ausgewählten Aufsätzen und Vorträgen, möchte ich Sie besonders aufmerksam machen auf den Aufsatz über Traum und Existenz aus dem Jahre 1930, in dem ich erstmals die vertikale Bedeutungsrichtung unseres Daseins anhand von Träumen und Gleichnissen herausgearbeitet habe. Sie werden gerade hieraus ersehen, wie nahe wir uns stehen.
Auf Ihr neues Buch, von dem mir Dr. Kuhn auch schon ausführlich berichtet hat, bin ich sehr gespannt. Ich weiss im voraus, dass es für mich und meine Schüler von grosser Bedeutung sein wird.
Also sehr verehrter, lieber Herr Professor, kommen Sie bald zu uns in die Nordostecke unseres Landes, in der Sie besonders nahe Freunde und Bewunderer Ihrer Werke finden werden.
Mit den freundlichsten Grüssen
Ihr [Ludwig Binswanger] »

9 Roland Kuhn (1912-2005) fut actif à l’hôpital psychiatrique cantonal de Münsterlingen (Canton de Thurgovie) de 1939 à 1979, d’abord comme médecin-chef, puis à partir de 1970 comme directeur.

10 Roland Kuhn et Gaston Bachelard se rencontrent pour la première fois à Paris en 1947, à l’occasion d’une visite de Kuhn organisée par le couple Georges et Jacqueline Verdeaux. Voir à ce propos « La correspondance Gaston Bachelard et Roland Kuhn ».

11 Ludwig Binswanger, « Traum und Existenz », Neue Schweizer Rundschau 23, 9, 1930, (p. 673-685) ; 10, 1930, (p. 766-779) ; Ausgewählte Vorträge und Aufsätze, vol. 1 : Zur phänomenologischen Anthropologie, (p. 74-97) ; trad. fr. de Jacqueline Verdeaux, Le rêve et l’existence, introduction et notes de Michel Foucault, Paris, Desclée, de Brouwer, 1954 ; trad. fr. de Françoise Dastur, Rêve et existence, Paris, Vrin, 2012.

12 Roland Kuhn et Gaston Bachelard se rencontrent pour la première fois à Paris en 1947, à l’occasion d’une visite de Kuhn organisée par le couple Georges et Jacqueline Verdeaux. Voir à ce propos « La correspondance Gaston Bachelard et Roland Kuhn ».

13 28. April 1948.
« Sehr verehrter lieber Herr Professor!
Aus meinen Ferien im Tessin zurückgekehrt, fand ich Ihr neues Buch mit der freundlichen Widmung und Ihren mich sehr erfreuenden Brief. Sie können sich denken, lieber Herr Professor, wie sehr es mich freut, dass Sie mein Buch lesen und Ihren Studenten über meine Arbeiten berichten. Was Ihr Buch betrifft, so brauche ich Ihnen kaum zu sagen, dass ich es mit dem allergrössten Interesse lesen werde und, wie ich schon im voraus weiss, mit dem grössten Gewinn. Das Inhaltsverzeichnis ist so verlockend, dass ich es gar nicht erwarten kann, bis ich aus der Anstaltstätigkeit, die mich in den ersten Tagen nach den Ferien besonders in Anspruch nimmt, wieder auftauchen kann und Zeit finde, mich der Lektüre zu widmen.
Es tut mir sehr leid zu hören, dass Sie mit Ihrer Gesundheit nicht ganz zufrieden sind und nicht zu uns an den Bodensee kommen können. Wenn Sie mir eine Karte schreiben, wann Sie in Zürich sind, kann ich es meinerseits
vielleicht einrichten, Sie dort zu begrüssen, vorausgesetzt dass Ihre Zeit dort nicht zu sehr beschränkt ist. Auf alle Fälle darf es nicht mehr lange dauern, bis wir uns von Angesicht zu Angesicht kennen lernen.
Mit den freundlichsten Grüssen und nochmaligen herzlichen Dank bin ich, sehr verehrter Herr Professor,
Ihr aufrichtig ergebener [Ludwig Binswanger] »

14 25. Mai 1948
« Sehr verehrter lieber Herr Professor!
Ich bin so begeistert von Ihrem neuen Buch, dass ich Ihnen zum Dank unbedingt noch etwas von mir schicken muss. Obgleich das Traumbüchlein schon weit zurückliegt, wird der Abschnitt über Traum und Romantik wie auch die Symbolik der Traumserien Sie dennoch vielleicht ein klein wenig interessieren.
Mit herzlichen Grüssen und in der Hoffnung, Sie dieses Jahr noch zu sehen
Ihr Ihnen sehr verbundener [Ludwig Binswanger] »

15 Binswanger se réfère ici à l’ouvrage qu’il avait publié en 1928 : Wandlungen in der Auffassung und Deutung des Traumes von den Griechen bis zur Gegenwart, Berlin, Springer.

16 Les paragraphes en question sont, respectivement, le n°II : « Auffassung und Deutung des Traumes vom Mittelalter bis zur Romantik », III : « Von der Romantik bis zur Gegenwart », et IV : « Aus der Analyse zweier Traumserien ».

17 den 23. Juni 1948
« Sehr verehrter Herr Professor!
Unsere letzten Sendungen haben sich gekreuzt. Ich habe mein Traumbuchlein gerade einen Tag vor Ankunft Ihres mir so freundlich dedizierten, zweiten Buchs abgesandt. Auch dieses Buch habe ich mit grosser Freude und Belehrung gelesen. Ganz besonders schön finde ich das Kapitel über La racine. Ich bin immer wieder erstaunt und erfreut, wie nahe sich unsere Forschungsrichtungen berühren. Bei dieser Gelegenheit möchte ich Sie noch besonders auf
ein Beispiel aufmerksam machen, das Sie interessieren wird u.[nd] das Sie vielleicht auch schon gelesen haben, ich meine das Beispiel über die verschiedenen „Sprachen“ unserer Kranken auf Seite 157 des ersten Bandes meiner Ausgewählten Vorträge und Aufsätze.
Für heute bin ich mit den freundlichsten Grüssen
Ihr [Ludwig Binswanger] »

18 Gaston Bachelard, La Terre, Troisième partie, chap. IX : « La racine ».

19 Ludwig Binswanger, « Über Psychotherapie », in : Ausgewählte Vorträge, vol. 1, (p. 132-158) ; trad. fr. Roland Kuhn et Jacqueline Verdeaux, « De la psychothérapie », in : Introduction à l’analyse existentielle, Paris, Les Éditions de Minuit, 1971, (p. 119-147). Voici le passage correspondant dans l’édition française : « Nous indiquerons encore au lecteur, de façon très générale, que chez nos malades le langage métaphorique présente surtout trois formes : les images corporelles, les images psychiques et les images cosmiques (souterraines ou supra-terrestres). Ibid., p. 146.

20 Gaston Bachelard, Dialectique de la durée, Paris, Boivin et Cie, 1936.

21 « Kreuzlingen, 14 Sept. 1950.
Sehr verehrter Herr Professor!
Hierdurch teile ich Ihnen mit, dass ich am nächsten Dienstag (19. IX.) mittags zum Internationalen Psychiater-Kongress nach Paris kommen werde und bis zum 27. IX. dort bin. Ich wohne im Hôtel des Deux Mondes, 22 Av. de l’Opéra, und würde mich natürlich riesig freuen, Sie einmal aufsuchen oder bei mir empfangen zu dürfen.
Bis dahin bin ich mit den freundlichsten Grüssen
Ihr [Ludwig Binswanger] »

22 Il s’agit du Premier congrès mondial de psychiatrie (Paris, 18-27 septembre 1950). Binswanger y prononce sa première conférence française, ayant pour objet « Analyse existentielle en psychiatrie ». La section est présidée par Eugène Minkowski. Un extrait de l’exposé de Binswanger, revu par l’auteur avec Georges et Jacqueline Verdeaux, et traduit par Michel Gourevitch, sera publié un an plus tard : « La “Daseinsanalyse” en psychiatrie », L’Encéphale 40, 1, 1951, (p. 108-113). Les comptes rendus des séances du congrès se trouvent dans : Premier congrès mondial de psychiatrie, Paris, 1950, éd. par Henri Ey, Pierre Marty et Jean-Joseph Dublineau, Paris, Hermann, 1952 (voir le vol. 1 : Psychopathologie générale, p. 381-384).

23 Gaston Bachelard, L’Activité rationaliste de la physique contemporaine, Paris, PUF, 1951.

24 « 5. Oktober 1950.
Sehr verehrter, lieber Herr Professor,
ich danke Ihnen für Ihre freundlichen Zeilen nach Paris. Da ich dieselben gerade nicht bei mir habe, schreibe ich noch einmal an Ihre Pariser Adresse. Ich brauche Ihnen nicht zu sagen, wie leid es mir getan hat, dass ich Sie nicht in Paris angetroffen haben. Umso froher war ich, von Professor Jean Wahl und seiner Frau zu hören, dass sie so nahe mit Ihnen befreundet sind. Sie hatten mich liebenswürdigerweise zum Mittagessen eingeladen. Wir haben zwei sehr angeregte Stunden miteinander verbracht.
Auf Ihr Buch
Sur l’image bin ich äusserst gespannt. Ich würde mich riesig freuen, wenn ich darin Hinweise auf meine Arbeiten, besonders auf « Traum und Existenz » mit den Träumen von Gottfried Keller finden würde. Ich wünsche Ihnen noch recht gute Ferien und hoffe, dass es nicht allzu lange dauern wird, bis wir uns alle einmal in Paris zusammenfinden.
Mit den freundlichsten Grüssen
und aufrichtiger Verehrung
Ihr [Ludwig Binswanger] »

25 Ludwig Binswanger, « Daseinsanalytik und Psychiatrie », Der Nervenarzt 22, 1, 1951, (p. 1-10) ; repris ensuite dans Ausgewählte Vorträge und Aufsätze, vol. 2 : Zur Problematik der psychiatrischen Forschung und zum Problem der Psychiatrie, Berne, Franke, 1955, (p. 279-307) ; trad. fr. de Roger Lewinter, « Analyse existentielle et psychiatrie », in : Analyse existentielle et psychanalyse freudienne. Discours, parcours et Freud, Paris, Gallimard, 1981, (p. 85-114).

26 Suzanne Bachelard (1919-2007).

27 Gaston Bachelard, L’Air et les songes. Essai sur l’imagination du mouvement, Paris, Corti, 1943. Binswanger s’y réfère à la page 5 de son article (p. 289 dans l’édition de 1955).

28 Ludwig Binswanger, Über Ideenflucht, Zurich, Orell Füssli, 1933. Cette étude avait paru d’abord comme article dans le Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatrie 27, 2, 1932, (p. 203-217) ; 28, 1-2, 1932, (p. 183-202) ; 29, 1, 1932, (p. 1-37 et p. 193-252) ; 30, 1, 1933, (p. 68-85). Trad. fr. de Michel Dupuis, avec la collaboration de Constance van Neuss et Marc Richir, Sur la fuite des idées, Grenoble, Jérôme Millon, 2000.

29 Wilhelm Szilasi (1889-1966), philosophe husserlien d’origine hongroise, qui succéda à Heidegger à Fribourg en Brisgau.

30 Revue neuropsychiatrique allemande fondée en 1928.

31 « 16. April 1951.
Sehr verehrter, lieber Herr Professor!
Ihr so freundlicher Brief vom 31. März und das so erstaunlich rasch nach Ihrer letzten Schrift erschienene neue Buch wurden mir in meine Frühjahrsferien nach Brissago nachgeschickt. Ich bin zweimal im Jahre in Brissago am Lago Maggiore, teils wegen der wunderbaren Gegend, teils aber auch wegen der Nähe meines Freundes Szilasi, der dort eine sehr schöne Villa hat. Prof. Szilasi hat sich gleich meines Buches von Ihnen bemächtigt, da er über ähnliche Probleme arbeitet, sodass ich es erst später selber in die Hand bekommen werde. Er wird Ihnen gerne eine seiner letzten Arbeiten schicken, da ich ihm sagte, dass Sie Wert darauf legen und er Sie ebenso schätzt, wie ich. Was die
Ideenflucht betrifft, so habe ich ein Exemplar von einem Freund zurückverlangt, da mir sehr viel daran liegt, Ihnen auch einmal meinerseits eine grössere Arbeit zu dedizieren und zumal diese Schrift, die ja den Einbruch der Daseinsanalyse in die wissenschaftliche Psychiatrie bildete.
Ich war sehr gerührt zu hören, dass meine Arbeiten für Sie und Ihre Tochter « un centre d’étude » bedeuten. Glauben Sie mir, lieber Herr Professor, dass Sie mir nichts Schöneres sagen können und empfangen Sie und Ihre verehrte Mitarbeiterin die herzlichsten Grüsse
von Ihrem [Ludwig Binswanger] »

32 En français dans le texte.

33 « Sehr verehrter, lieber Herr Professor!

Ich habe Ihnen – vor fast genau 2 Jahren – auf Ihren Wunsch ein Exemplar meiner Ideenfluchtstudien geschickt, aber nie gehört, ob es in Ihre Hände gelangt ist. Auch sonst habe ich seit einer Ewigkeit nichts mehr von Ihnen gehört. Ich würde mich riesig freuen, einmal wieder ein Lebenszeichen von Ihnen und Ihrer Arbeit mit Ihrer Tochter zu erhalten.

Mit den freundlichsten Grüssen für Sie und Ihre Mitarbeiterin

Ihr [Ludwig Binswanger] »

34 Gaston Bachelard, Le Matérialisme rationnel, Paris, PUF, 1953.

35 « 2. Juni 1953.
Sehr verehrter Herr Professor!
Ich danke Ihnen sehr für Ihren freundlichen Brief vom 3. Mai und die ebenso freundliche Übersendung Ihres neuen Buches. Ich habe mich nicht früher dafür bedankt, weil ich zuerst wenigstens die Einleitung lesen wollte. Ich kann Ihnen nur sagen, dass ich sie geradezu mit Spannung gelesen habe und dass ich trotz des andersartigen Stoffes denselben Prof. Bachelard darin gefunden habe, den ich aus seinen Werken über die imagination kenne. Die grosse Übereinstimmung zwischen Ihnen und mir besteht darin, dass wir, was heute noch so selten der Fall ist,
sowohl der imagination als dem « travail discursif de la science » ihr volles Recht belassen und keines der beiden Gebiete zu Gunsten des andern herabsetzen. Da die imagination bisher zu kurz gekommen ist in der Wissenschaft, ist es selbstverständlich, dass wir sie in unseren Arbeiten ganz besonders zu Worte kommen lassen.
Mit den freundlichsten Grüssen und nochmaligem herzlichem Dank
Ihr [Ludwig Binswanger] »

36 Ce mot est en français dans le texte.

37 Mot en français dans le texte.

38 En français dans le texte. Gaston Bachelard, Le Matérialisme, p. 45.

39 Mot en français dans le texte.

40 « 10. August 1954.
Sehr verehrter Herr Professor,
Ich habe meine vierte Schizophrenie-Studie beendet, die ich Ihnen gerne schicken würde. Ich habe aber so lange nichts mehr von Ihnen gehört, dass ich garnicht weiss, wo Sie gegenwärtig sich aufhalten und ob Sie solche psychopathologischen Studien noch interessieren ?
Mit den freundlichsten Grüssen und in der Hoffnung, dass es Ihnen immer gut geht, bin ich
Ihr aufrichtig ergebener [Ludwig Binswanger] »

41 Ludwig Binswanger, « Studien zum Schizophrenieproblem. Vierte Studie. Der Fall Suzanne Urban », Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatrie 69, 1952, (p. 36-77) ; 70, 1952, (p. 1-32) ; 71, 1952, (p. 57-96) ; repris ensuite dans Schizophrenie ; et Ausgewählte Werke, vol. IV : Der Mensch in der Psychiatrie, (p. 210-332). Trad. fr. de Jacqueline Verdeaux, Le cas Suzanne Urban. Étude sur la schizophrénie, Paris, Desclée de Brouwer, 1957.

42 Wilhelm Szilasi, Macht und Ohnmacht des Geistes. Interpretationen zu Platon, Alber, Fribourg en Breisgau, 1946.

43 « Kreuzlingen, 28. Sept. 1954.
Sehr verehrter, lieber Herr Professor!
Ich danke Ihnen bestens für Ihre so überaus freundlichen Zeilen aus Dijon, über die ich mich sehr gefreut habe. Leider haben Sie, in der Annahme, dass das erstgesandte Exemplar den Weg zu Ihnen nicht gefunden hätte, nun 2 Exemplare der
Suzanne Urban bekommen.
Ich wäre Ihnen sehr dankbar, wenn Sie mir das zweite Expl. per Drucksache wieder zurücksenden könnten, da ich immer knapp an Sonderabdrücken bin. Dafür schicke ich Ihnen meine « Erinnerungen an Simon Frank ».
Mit den freundlichsten Grüssen
Ihr [Ludwig Binswanger] »

44 Ludwig Binswanger, « Erinnerungen an Simon Frank (1877-1950) », Jahrbuch für Psychologie und Psychotherapie 2, 1952, (p. 229-242). Binswanger et Frank s’étaient rencontrés pour la première fois à Amsterdam en 1934 à l’occasion d’une conférence. Cette rencontre marque le début d’un rapport d’amitié étoffé d’une vaste correspondance qui se poursuit durant quinze ans. Une partie des lettres a été publiée récemment : « Briefwechsel zwischen Simon L. Frank und Ludwig Binswanger aus den Jahren 1942-1945 », Forum für osteuropäische Ideen- und Zeitgeschichte 18, 2, 2014, (p. 145-192). D’autres lettres ont été publiées par Nikolaj Plotnikow, « Heidegger-Rezeption in Russland : Semen L. Frank und Ludwig Binswanger », Daseinsanalyse l, 1994, (p. 113-131).

45 Simon Frank (Semen Lûdvigovič Frank, 1877-1950), philosophe d’origine russe. Après des études d’économie politique et philosophie à Moscou et à Berlin, Frank émigre d’abord à Paris en 1937 et ensuite à Londres.

46 Ludwig Binswanger, « Verschrobenheit », Monatsschrift für Psychiatrie und Neurologie 124, 1952, (p. 195-210) ; 125, 1953, (p. 281-299) ; 127, 1954, (p. 127-151) ; 128, 1954, (p. 327-353) ; repris dans Drei Formen missglückten Daseins. Verstiegenheit, Verschrobenheit, Manieriertheit, Tübingen, Max Niemeyer, 1956 ; Ausgewählte Werke, vol. 1 : Formen miβglückten Daseins, éd par Max Herzog, Heidelberg, Asanger, 1992, (p. 249-323). Trad. fr. de J. M. Froissart, Trois formes manquées de la présence humaine : la présomption, la distorsion, le maniérisme, Puteaux, Le Cercle herméneutique, 2002.

47 « 13. Januar 1955.
Sehr verehrter, lieber Herr Professor!
Ich danke Ihnen sehr für Ihre freundlichen Zeilen vom 9. Januar. Ich glaube, dass weder
entortiller noch engluer eine volle Übersetzung des Verschrobenseins darstellen, in beiden Fällen müsste man noch à travers hinzufügen. Die Frage ce qui ficèle mieux hat mich sehr beeindruckt, aber ich glaube, dass sie weder von der corde noch vom caoutchouc zu lösen ist, als von dem, der sich ihrer bedient. Soweit ich Sie kenne, wollen Sie aber sicher auch gerade den Verschrobenen selbst mit diesen Materialien treffen. Darüber muss ich nachdenken. – Es freut mich sehr, dass Sie das Buch von Szilasi gefunden haben. Ich werde nächstens bei ihm in Freiburg einen Vortrag halten über das Thema „Der Mensch in der Psychiatrie“.
Mit den freundlichsten Grüssen un den besten Wünschen für Ihr Wohlergehen
stets Ihr [Ludwig Binswanger] »

48 Mot en français dans le texte.

49 Ludwig Binswanger, « Der Mensch in der Psychiatrie », Schweizer Archiv für Neurologie und Psychiatrie 77, 1956, (p. 123-138) ; repris en volume : Pfullingen, Neske 1957 ; Ausgewählte Werke, vol. IV, (p. 57-72).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaston Bachelard et Ludwig Binswanger, « Correspondance Gaston Bachelard-Ludwig Binswanger (1948-1955) »Revue germanique internationale, 30 | 2019,  183-208.

Référence électronique

Gaston Bachelard et Ludwig Binswanger, « Correspondance Gaston Bachelard-Ludwig Binswanger (1948-1955) »Revue germanique internationale [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 07 janvier 2020, consulté le 28 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2383 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2383

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals