Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Introduction

Introduction

Michel Espagne, Carole Maigné et Sergueï Tchougounnikov
p. 5-9

Texte intégral

1Il y a bien des raisons de revenir à l’œuvre d’Oskar Walzel. Il s’inscrit dans une tentative de la théorie des sciences humaines des années 1910 et 1920 d’aspirer à une certaine scientificité : on pense ici à la Kunstwissenschaft, à la Kulturwissenschaft, mais surtout dans le cas présent à la Literaturwissenschaft. À ce titre, il est un jalon décisif de la théorie littéraire allemande. C’est aussi un cas exemplaire du dialogue germano-russe au début du xxe siècle, dialogue fait de reprises, de déplacements et d’appropriations fécondes, Walzel représentant un des principaux ponts entre les formalismes russe et allemand. Son œuvre abondante et complexe correspond à une vaste tentative de parcourir, en usant du formalisme pour contrer l’historicisme, les tendances de la philosophie et de la théorie esthétique et littéraire de son temps, en dépassant les périodisations et les frontières des disciplines pour mieux les combiner. Le formalisme qu’il déploie le place entre les arts, entre la musique, les beaux-arts (peinture, sculpture) et la littérature, mais aussi entre la psychologie scientifique et la philosophie, et le conduit à resémantiser le concept de forme en la valorisant comme Gestalt. Ceci ne va pas sans difficulté quant au résultat, mais se révèle suggestif et stimulant quant à la démarche et aux enjeux qu’elle implique et induit.

  • 1 Ces informations biographiques sont notamment empruntées à la notice consacrée à Walzel par Peter G (...)

2Oskar Walzel est né en 1864 à Vienne1, où il a donc été témoin de la grande époque des années 1900. Il y a suivi les cours de Jakob Minor (1855-1912), un des principaux spécialistes de Goethe. Ses études l’ont aussi conduit à Berlin, où il a assisté à des cours de Dilthey, le fondateur de la Geistesgeschichte mais aussi d’Erich Schmidt (1853-1913), considéré comme un des principaux représentants du positivisme littéraire. Sa thèse, soutenue à Vienne en 1887 portait sur le romantisme de Friedrich Schlegel et la poésie antique. Son habilitation, soutenue en 1894, était consacrée à la notion de tragique dans l’œuvre de Lessing. On trouve curieusement dans ces étapes de sa formation des parallèles thématiques avec Walter Benjamin qui sera d’une certaine manière son concurrent dans les efforts pour établir un lien entre la Russie et les sciences humaines allemandes. Il fut d’abord précepteur d’un aristocrate viennois, poète proche du Cercle de Stefan George, Leopold von Andrian (1875-1951). Sa carrière le conduit ensuite de la bibliothèque à l’Université de Vienne, puis à Berne où il reste 10 ans (1897-1907), à l’université technique de Dresde où il passera 14 ans (1907-1921) avant de rejoindre l’université de Bonn où il acheva sa carrière. Depuis Dresde qui était une université expérimentale sans être l’acmé d’une carrière universitaire traditionnelle, il avait fait une tournée de conférences en Russie ; il était d’ailleurs membre d’honneur de l’Académie des arts de Leningrad et de Moscou. Il forma de nombreux élèves dont le plus connu est peut-être le théoricien de l’abstraction Wilhelm Worringer. Son épouse juive, Hedwig Henriette Karo, mourut déportée à Theresienstadt en novembre 1944, et lui-même fut un mois plus tard victime d’un bombardement à  Bonn.

3Oskar Walzel a une œuvre abondante. Il a publié des livres sur le romantisme (sans doute ses liens avec le germaniste russe Jirmounski reposent-ils sur un même intérêt pour le romantisme), sur la vie intellectuelle des xviiie et xixe siècles, sur la poésie allemande depuis l’époque de Gottsched. Il a dirigé un traité de littérature allemande en 15 volumes, et plusieurs séries du même type. Mais on observe surtout chez lui une tendance à regrouper des articles dans des ouvrages visant, à partir de cas exemplaires, à renouveler les modes d’interprétation de la littérature conçue comme un « Wortkunstwerk », une « œuvre d’art verbale » dont l’étude sollicitait les courants de la psychologie et de la phénoménologie contemporaines, notamment lorsqu’ils étaient appliqués à l’étude des arts.

4Oskar Walzel a été un éditeur important. Il a participé à la Jubiläums-Ausgabe des œuvres de Goethe, il a édité les œuvres de Chamisso, ce singulier poète français de langue allemande, mais surtout il a procuré une des principales éditions des œuvres de Heinrich Heine, en dix volumes qui parurent entre 1910 et 1915. Cette édition est comme une réponse au virulent nationalisme du moment. Heine et Lessing font tous deux partie des principales références de Walzel.

5Le formalisme de Walzel est issu de la tradition germanique de la « forme interne ». Ses études des années 1915 tracent une généalogie de ce concept et la font remonter au concept de « eidos » de Plotin, que Goethe a transposé par le terme de Gestalt. La notion platonicienne de « eidos interne » (to endon eidos) étant reprise par Goethe, Herder et W. von Humboldt, est devenue fondatrice pour la traduction morphologique allemande en tant que « innere Form ». Walzel assume volontiers ce concept de Plotin qui, selon lui, indique la relation interne entre l’apparition extérieure de l’œuvre d’art et son architecture spirituelle.

6La « forme interne » au sens de Plotin et la « forme externe » (à savoir, rythme, mètre, instrumentation phonique) sont intimement corrélées ; pour Walzel, le concept de Gestalt désigne précisément cette corrélation. Ce postulat d’une relation forte entre les deux dimensions de la Gestalt conduit Walzel à synthétiser dans sa recherche la notion de « forme essentielle » (Grundform), introduite par Giovanni Morelli (dans ses travaux de 1880 à 1897) et par Heinrich Wölfflin (1915) avec les apports des nouvelles disciplines expérimentales telles que « la philologie de l’écoute » (Ohrenphilologie), et la musicologie de J. et O. Rutz et de G. Becking ayant pour l’objet les typologies psychophysiques de l’expression.

7C’est la visibilité de la Gestalt conçue comme sa propriété essentielle qui amène Walzel à voir l’œuvre littéraire dans la perspective picturale : son formalisme s’inspire de l’« art du regard » wölfflinien et réalise ainsi une visée optique. ce souci de la faculté optique aura pour conséquence son effort à visualiser le texte littéraire. Dans sa recherche d’une passerelle entre le textuel et le visuel, Walzel essaie de construire une nouvelle modalité du texte littéraire qu’on pourrait qualifier de « visibilité » par référence au concept de « visibilité » de K. Fiedler.

8Le recours de Walzel aux nouvelles disciplines expérimentales, celles de « philologie de l’écoute » et de la « typologie de l’expression » en musicologie, résulte de son effort de relier Gestalt et Gehalt, de démontrer une étroite corrélation entre l’aspect formel de l’œuvre d’art et la vision du monde de son auteur.

9Les positions des l’« analyse du son » se rattachent à une tendance caractéristique de cette période : la création des typologies psychophysiques de l’expression. En effet, c’est durant cette période qu’on voit s’élaborer de nombreuses typologies de l’expression, fondées sur l’idée de prédispositions psychophysiques qui se manifestent sous la forme de types morphologiques essentiels semblant faire écho aux « concepts essentiels » des historiens d’art. Ainsi, Walzel s’est intéressé vivement aux recherches de Eduard Sievers (1850-1932, en particulier, en ce qui concerne les alternances de la voix de Goethe selon les destinataires auxquels il s’adressait dans ses poèmes. On sait aussi que Walzel se souvient de la méthode de Sievers lors de l’élaboration de l’édition de Wackenroder dans l’espoir de délimiter les passages rédigés par ce dernier et par son ami et collaborateur L. Tieck.

10Le concept de « type vocal » et les « concepts essentiels » convergent dans une synesthésie. La même tendance se manifeste dans l’effort de Walzel de proposer une synthèse entre, d’un côté, les « types intellectuels » de Dilthey qui correspondent aux types de la Weltanschauung, et, de l’autre côté, les types morphologiques ou psychophysiques de Sievers, Rutz et Becking. Le programme de recherche, esquissé par Walzel, vise à extraire les éléments élémentaires, les infinitésimaux de la totalité artistique, ce qui rapproche sa démarche de la quête des fondamentaux du langage et de la littérature entreprise par les formalistes russes. Dans ces deux projets formalistes, ces ultimes éléments sont conçus comme des entités psychophysiques, à la fois mentales et somatiques (corporelles).

11Ceci explique la mise en valeur de la dimension synesthésique de l’expérience stylistique ou esthétique concrétisée dans les concepts de « gothique », de « baroque », d’« expressionnisme » : cette expérience apparaît comme « un vécu » synesthésique partagé à la fois par le destinataire du message esthétique (l’artiste) et le destinataire du message visuel (le spectateur). C’est précisément dans la perspective synesthésique que réside pour Walzel la valeur des « concepts essentiels », c’est cette propriété qui fonde sa méthode, définie comme « élucidation réciproque des arts ». En effet, dans le formalisme de Walzel, la dimension de l’« intuition sensible » va toujours de pair avec l’expérience corporelle du destinataire.

12L’étude comparative de l’application des « concepts essentiels » dans les deux tendances formalistes (russe et allemande) invalide la distinction entre ces deux formalismes faite jadis par V. Erlich (1956). En effet, selon Erlich, Walzel – qu’il qualifie d’« essentiel représentant de l’école pseudo-formaliste dans les études littéraires allemandes », – aurait subi une forte influence des « historiens de l’art » et surtout de Wölfflin. Par conséquent, le travail de Walzel est présenté comme une application à l’analyse littéraire des catégories stylistiques empruntées à Wölfflin. C’est dans ce contexte qu’Erlich fait remarquer que la situation russe a été tout à fait différente et que les pionniers des études formelles ont dû chercher « leurs propres voies ». Ces études resteraient limitées à l’objet verbal et aux procédés du langage poétique, c’est-à-dire aux méthodes et aux procédés de la linguistique.

13Or cette affirmation catégorique et catégorisante n’est pas fondée : certaines contributions de ce recueil montrent l’importance des apports de l’histoire de l’art et de l’esthétique de cette période à la démarche formaliste européenne, en Allemagne comme en Russie. Des études croisées des positions théoriques de Walzel et des formalistes russes permettent de réexaminer l’hypothèse d’un lien génétique qui existerait entre l’approche « formaliste » de l’objet textuel et l’approche « formaliste » de l’objet pictural en élucidant la nature de ces emprunts des auteurs formalistes aux travaux des historiens de l’art germaniques, et en évaluant l’applicabilité de ces principes à l’« objet verbal », conçu dans une perspective aussi bien littéraire que linguistique.

14Sous le prisme des relations du formalisme européen avec les typologies psychophysiques de l’expression, le cas de Walzel semble particulièrement intéressant.

15L’expérience des typologies expressives conduit Walzel à l’idée selon laquelle dans la littérature la Weltanschauung peut être définie comme une structure (la Gestalt) dans la mesure où les effets d’opposition entre ces types se manifestent au niveau des particularités techniques des œuvres. Désormais, le but de Walzel consiste à rattacher les transitions entre les types à des critères formels définissables. Et notamment l’idée des « types vocaux » de Sievers lui semble appropriée pour établir les liens entre le « type » et la « réalisation technique » de l’œuvre. Walzel trouve dans les expériences issues de l’« analyse du son » la confirmation du fait que les caractéristiques intellectuelles individuelles résultent inévitablement d’un type physique de départ. Pour Walzel, comme pour les théoriciens de l’« analyse du son », les œuvres d’art comportent des incitations à des positions musculaires précises en fonction des lois imposées par les types et les sous-types, sur lesquels ces œuvres se fondent.

16On peut sans doute penser que l’attraction de ces typologies psychophysiques pour le formalisme européen – aussi bien allemand que russe – s’explique par le fait que ces deux courants – les typologies de l’expression et le formalisme – essaient de poser une relation empirique forte entre un signal psychophysique intégré dans le texte et la réaction à ce signal de la part du lecteur (récepteur) du texte en question. Il semble en effet que cette réponse psychophysique, codifiée dans une œuvre d’art et sollicitée par elle, constitue une forte tentation pour l’approche formelle de cette période. Car c’est précisément le niveau des réactions physiologiques involontaires qui peut être conçu comme la clé d’une analyse objective et, par conséquent, d’une objectivation de la perception esthétique.

17Les textes rassemblés dans ce volume se concentrent sur quelques aspects choisis de l’œuvre de Walzel qui nous paraissent les plus actuels : la question de la forme (Form/Gestalt), celle de l’élucidation réciproque des arts, les relations à la Russie et notamment aux courants formalistes, mais aussi le lien complexe que Walzel entretenait avec la poésie contemporaine de son temps. Walzel étant encore très mal connu en France, il nous a semblé opportun d’accorder une place importante à des traductions inédites, une traduction du travail de Jirmounski, le partenaire russe de Walzel sur les courants allemands de l’histoire littéraire, un texte sur l’élucidation réciproque des beaux-arts, un texte consacré à l’approche de la forme dans l’esthétique de Herbart, enfin un texte caractéristique de son approche de la forme chez Plotin.

Haut de page

Notes

1 Ces informations biographiques sont notamment empruntées à la notice consacrée à Walzel par Peter Goßens dans Christoph König (éd.) Internationales Germanistenlexikon 1800-1950, Berlin, Walter de Gruyter 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Espagne, Carole Maigné et Sergueï Tchougounnikov, « Introduction »Revue germanique internationale, 31 | 2020, 5-9.

Référence électronique

Michel Espagne, Carole Maigné et Sergueï Tchougounnikov, « Introduction »Revue germanique internationale [En ligne], 31 | 2020, mis en ligne le 15 septembre 2020, consulté le 22 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2424 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2424

Haut de page

Auteurs

Michel Espagne

Directeur de recherche au CNRS

Articles du même auteur

Carole Maigné

Professeur ordinaire de philosophie à l’Université de Lausanne

Articles du même auteur

Sergueï Tchougounnikov

MC-HDR de linguistique générale à l’Université de Dijon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search