Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31« Est-il (bien) vrai que les Alle...

« Est-il (bien) vrai que les Allemands sont restés en retard sur nous ? » Oskar Walzel et Viktor Jirmounski (un épisode des relations scientifiques russo-allemandes)

Ekaterina Dmitrieva
p. 51-65

Résumés

En 1919, Boris Eichenbaum écrit une entrée significative dans son journal : « Je continue la lecture de Wölfflin. Des analogies avec la critique littéraire apparaissent ». Six ans plus tard, son appréciation de la critique allemande change radicalement : «… il semble que les Allemands sont restés en retard sur nous. Ils s’enlisent dans je ne sais quels vieux problèmes inutiles… critique esthétique (Walzel, Strich, Gundolf) ».
Victor Jirmounski, devenu défenseur et propagandiste de l’œuvre de Walzel en Russie, a essayé de changer l’optique de son évaluation : « Walzel adopte une autre approche que les formalistes russes : il ne s’appuie pas sur la linguistique,…. D’où le principe méthodologique différent qu’il mets en avant – étude comparative des arts ».
Force est de constater : si Wölfflin pousse, en 1819, notamment Eichenbaum à rechercher de nouvelles approches formelles en critique littéraire, son disciple Oskar Walzel devient une sorte de « couverture » que Jirmounski utilise dans sa polémique avec des formalistes plus orthodoxes (Tynyanov, Eichenbaum, Chklovski).
Aussi, l’enjeu de cet article sera-t-il de soumettre à l’analyse cette controverse, de même que l’impact que la critique esthétique d’Oskar Walzel eut sur certains représentants de l’école formelle russe.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet international Le Fonds National russe RFFI – No 17-04-00438-ОГН.

Texte intégral

  • 2 La littérature sur cette question est très vaste. Citons seulement quelques ouvrages : M. Dewey, «  (...)
  • 3 Boris Eihenbaum, O literature : Raboty raznyh let, Moscou, 1987, p. 511.

1Reprise sous une forme légèrement modifiée dans le titre du présent article, cette citation appartient à Boris Eichenbaum, et elle exprime la distance que lui-même (ainsi que d’autres) ont prise au milieu des années 1920 à l’égard de la science allemande à laquelle pourtant la plupart des formalistes russes était largement redevable2. « Ceci est une curieuse impression – il semble que les Allemands sont restés en retard sur nous. Ils s’enlisent dans je ne sais quels vieux problèmes inutiles. » – note Eichenbaum dans son journal, le 13 janvier 1925. Et quelques jours plus tard : « Comme tout est différent chez eux ! une orientation esthétique (Walzel, Strich, Gundolf) » (entrée rédigée le 6 février 1925)3.

2Les études d’Oskar Walzel, le premier de la triade des représentants de l’« orientation esthétique », mentionnés par Eichenbaum, ne sont pas au nombre de celles qui sont les plus souvent citées par les formalistes russes, en particulier dans la première période. Et l’un des rares qui ne se soit pas seulement intéressé à Walzel, qui ne se soit pas seulement lié d’amitié avec lui, mais qui ait vu en lui un allié dans les polémiques contre les confrères formalistes, fut Viktor Jirmounski.

Une affinité élective

  • 4 Cf. V.M. Žirmunskij, « Noveišie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii », in : Poetika, [v (...)
  • 5 Vremennik otdela slovesnih iskusstv. Poetika, Leningrad, 1927, 27 pages.
  • 6 V.M. Žirmunskij, « Noveišie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii », op. cit., p.5.
  • 7 Cf. Oskar Walzel, Deutsche Romantik : Eine Skizze, Leipzig, 1908. Paru plus tard sous une forme éla (...)

3C’est au cours de son premier voyage à l’étranger, en 1911-1913, que Jirmounski a découvert les travaux de Walzel comme il le raconte dans son article Les dernières tendances de la pensée littéraire en Allemagne4 ( Novejšie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii ) paru dans la revue Poetika5. Déçu par l’enseignement de l’histoire littéraire dans les universités allemandes ainsi que par l’état de la critique littéraire où dominaient « exclusivement des particularités philologiques, un travail approximatif de collecte et d’enregistrement de faits minuscules »6, tout ce qu’on avait appelé à l’époque « positivisme allemand », Jirmounski ne fait exception que pour deux « représentants de la jeune génération » qui savaient faire face à cet état de choses. Je pense notamment à Rudolf Unger et Oskar Walzel. Jirmounski s’attarde en détail sur l’article de Walzel « Analyse et synthèse dans la recherche littéraire » (« Analytische und synthetische Literaturforschung », 1910), dans lequel celui-ci défendait en particulier les principes sur lesquels reposait son premier livre sur le romantisme (Deutsche Romantik)7.

  • 8 V.M. Žirmunskij, « Noveišie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii », op. cit., p. 5.

4Jirmounski apprécie manifestement la défense par Walzel de la méthode philosophique et historique appliquée à l’étude de l’âme romantique, hostiles aux « broutilles philologiques » de la vielle école. Il approuve également une approche synthétique à l’histoire de la littérature, une mise en œuvre autant de « procédés formels » que des « idées » et des « questions existentielles »8.

  • 9 Remarquons au passage que la traduction plus qu’imprécise de ce livre de Walzel n’y est pas pour ri (...)
  • 10 C’est ainsi que Jirmounski traduit, sous forme d’une paraphrase, l’expression de Treffkunst (littér (...)
  • 11 V.M. Žirmunskij, « Noveišie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii », op. cit., p. 8.
  • 12 Ibid.

5De retour en Allemagne en 1925, Jirmounski dresse un état de tous les changements survenus dans le domaine de la littérature au cours des dix dernières années y compris les années de guerre et d’après-guerre. Ayant pour but de dresser un panorama de tout ce qui est vraiment nouveau dans la pensée historique et littéraire en Allemagne, il évoque de nouveau la figure de O. Walzel comme l’une des plus importantes. Il semble que cette fois-ci il apprécie particulièrement l’attention que Walzel accorde à la littérature contemporaine, tendance dont son livre La littérature allemande après la mort de Goethe (Die deutsche Dichtung seit Goethes Tod, 1919) fait preuve. Ce livre, dont une partie fut traduite en russe sous le titre Impressionnisme et expressionisme dans l’Allemagne contemporaine (1925)9, traitait les courants alors concurrents, celui de l’expressionisme et celui de l’impressionnisme, dans la perspective de la poétique historique. Disciple d’Alexandre Veselovski, Jirmounski, il est vrai, n’emploie pas dans son compte-rendu le terme de poétique historique, mais se montre particulièrement attentif à tout ce qui concerne des transformations qui s’opèrent en technique poétique au cour du xixe siècle. Walzel présente celles-ci comme un « affinement dans la réalisation de la visée réaliste consistant à reproduire exactement la réalité10 chez les réalistes, naturalistes, impressionnistes ». À ces derniers courants s’oppose l’expressionisme « qui promeut le concept de l’art comme celui d’une création libre »11. Jirmounski, selon toute apparence, se sent très proche de la méthode formelle de Walzel, en vertu de laquelle l’analyse de la technique poétique et du style sont pensées en lien étroit avec les changements qui se font en « perception philosophique de la vie ». Cette dernière, selon Walzel, et Jirmounski le répète après lui, passe, de même que l’évolution des techniques poétiques, par des stades analogues12. Pourtant, ce que Jirmounski tait, malgré le caractère impartial de son étude, c’est la motivation nationaliste de Walzel : ce dernier considère l’expressionisme comme un art essentiellement allemand, – une question sur laquelle on aura encore l’occasion de revenir.

  • 13 Ibid., p. 14.
  • 14 Cette brochure avait repris un exposé de Walzel dans lequel, s’efforçant d’appliquer l’approche int (...)
  • 15 Le livre a été traduit en russe sous le titre Problèmes de la forme en poésie (1923).

6En outre, dans un paragraphe de sept pages consacré à Walzel (notons que Jirmounski lui donnne plus de place qu’à tout autre acteur de la littérature allemande), Jirmounski caractérise son œuvre comme méritant une attention particulière dans le domaine de l’étude formelle de la littérature. Ayant évoqué la synthèse philologico-historique qui a marqué les premiers études de Walzel, Jirmounski s’arrête plus particulièrement sur deux « brochures théoriques » plus tardives13 Élucidation réciproque des arts (Wechselseitige Erhellung der Künste, 1917)14 et La forme artistique de l’œuvre poétique (Die Künstlerische Form des Dichtwerks, 1916)15.

  • 16 Cette monographie, une des plus connues de Walzel, est en fait un recueil dans lequel sont réunis l (...)

7Il s’arrête aussi sur le livre de Walzel Forme et contenu de l’œuvre poétique (Gehalt und Gestalt im Kunstwerk des Dichters, 1923) et L’œuvre d’art verbale (Das Wortkunstwerk, 1926)16. Par ailleurs, il marque la rupture qui existe entre Walzel et les formalistes russes dont il aurait dû se sentir proche :

  • 17 V.M. Žirmunskij, « Noveišie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii », op. cit., p. 14.

(…) dans ses approches de l’art verbal, Walzel emprunte d’autres voies que, par exemple, les formalistes russes : il ne s’appuie pas sur la linguistique en tant que science générale du mot, mais il cherche un appui auprès d’autres arts et auprès de l’esthétique qui est un fondement commun à tous les arts. D’où – la méthode de l’élucidation réciproque des arts (Wechselseitige Erhellung der Künste), qui permet aux arts plastiques et à la musique, plus spécifiques dans leurs procédés techniques et leurs terminologies, de suggérer à la poétique un système de notions et de termes, appropriés à ses objectifs spéciaux17.

  • 18 Ibid., p. 15.

En règle générale, on fait une différence stricte entre arts spatiaux (architecture, peinture, sculpture) dont le principe architectonique est la symétrie, et arts temporels (musique, poésie), ces deux dernières étant organisés selon le principe rythmique. Walzel démontre l’interdépendance et la réversibilité de l’espace et du temps, de la symétrie et du rythme dans l’art18.

  • 19 H. Schmid, « Oskar Walzel und die Prager Schule », in : Felix Vodička 2004, Praha, 2004, p. 18-50.

8De cette formulation, retenons en particulier le point suivant : d’une part, Jirmounski (consciemment ou inconsciemment) dénie l’intérêt que Walzel avait pour la linguistique, comme s’il ne savait rien sur ses rapports avec le cercle de Prague19. D’autre part, il met au premier plan précisément ce qui répugnait à d’autres formalistes russes, à savoir la composante esthétique des réflexions de Walzel sur la forme et l’application du principe d’élucidation réciproque des arts appliquée à la connaissance de styles poétiques.

  • 20 V.M. Žirmunskij, « Noveišie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii », op. cit., p. 16-17.

9Pour comprendre toute la portée du changement de jalons qui s’est accompli à cette occasion et la rupture en germe de Jirmounski avec ce qui avait déjà reçu le nom d’école formelle russe, rappelons le fait suivant : l’intérêt accru de Walzel pour le problème de la forme en 1916-1917 qui coïncidait avec son démarcage de la méthodologie de Dilthey, s’est développé en grande partie sous l’influence du formalisme de Wölfflin et de sa classification des œuvres d’art selon principes stylistiques (Jirmounski analyse son livre Les concepts fondamentaux de l’histoire de l’art, 1915, dans ce même article20).

  • 21 Cf. nos deux articles : Ekaterina Dmitrieva, « Heinrich Wölfflin v Rossii : otkrytie Italii, barokk (...)

10Le fait est qu’en Allemagne ou plus exactement dans les pays germanophones les études de Walzel ont stimulé, en dépit de leur visée formelle, la mouvance esthétique de la recherche littéraire, suggérant non seulement la possibilité de transférer l’approche formelle, appliquée par Wölfflin aux arts figuratifs, dans le domaine de la littérature, mais aussi l’unité esthétique, propre aux différents arts. C’est pour cette raison que, parmi les adeptes de Wölfflin en Allemagne, nous trouvons les historiens de la littérature O. Walzel et F. Strich qui, tout naturellement, combinent l’approche stylistique et formelle avec l’analyse de ce que les Allemands qualifient de Weltanschauung. Les formalistes russes quant à eux se montrent intéressés plutôt par l’aspect formel des recherches de Wölfflin et ne souhaitent pas y voir une composante esthétique21. Quelques entrées d’Eichenbaum dans son carnet en témoignent :

  • 22 Cité selon Tynianov : Iurii Tynianov, Poetika. Istoriia literatury. Kino, Moscou, 1977, p. 455.

Aujourd’hui [le 18 janvier 1919 г. – E.D.], j’ai discuté avec A.E. Presniakov de Rickert. Il s’occupe actuellement de la question générale des relations entre les appréciations historiques et les valeurs éternelles, c’est-à-dire en d’autres termes, du lien entre les valeurs en termes propres à Rickert et l’appréciation (…). À la lecture de Rickert, il faut absolument ajouter le dernier ouvrage de Wölfflin – Kunstgeschichtliche Grundbegriffe »22.

11En janvier-février 1919 il étudie, en effet, Les concepts fondamentaux, ce dont témoigne une autre entrée dans son carnet :

  • 23 Boris Eihenbaum, O literature : Raboty raznyh let, op. cit., p. 511; italique dans le texte origina (...)

Je continue la lecture de Wölfflin. Des analogies avec la construction de l’histoire de la littérature s’imposent constamment. Élaborer un système de concepts fondamentaux et soumettre la littérature à l’analyse, en observant chaque fois tel ou tel phénomène d’un même point de vue – en retirant tout ce dont on dispose pour cela23

12Eichenbaum cite de nouveau Wölfflin six ans plus tard dans son article intitulé La théorie de la méthode formelle, présenté en 1925 sous forme d’un exposé qui déclencha de vives discussions. La théorie de Wölfflin présente pour Eichenbaum un intérêt capital non seulement pour avoir éclairci la méthode formelle, que lui-même et ses partisans professent, mais aussi principalement en raison de son statut autonome par rapport à l’« esthétique d’en haut » et « des théories toute faites ou celles qui se considèrent comme telles ».

  • 24 Boris Eihenbaum, O literature, op. cit., p. 377.

Cette rupture, en particulier, par rapport à l’esthétique, est un phénomène plus ou moins typique de toute la science contemporaine de l’art. Laissant de côté toute une série de problèmes généraux (tels les problèmes de la beauté, de l’enjeu de l’art, etc.), elle s’est concentrée sur les problèmes concrets de l’histoire de l’art. De nouveau, sans aucun présupposé esthétique, la question de la forme artistique et de son évolution est passée au premier plan. (…) Des mots d’ordre caractéristiques sont apparus tel que l’histoire de l’art sans noms (Kunstgeschichte ohne Namen) de Wölfllin, des essais d’analyse des styles et des procédés (priem) tels que Essais d’analyse comparée des tableaux de Karl Voll24.

13Il en résulte une situation curieuse – tandis que Wölfflin inspire, entre autres Eichenbaum, dans ses recherches des nouveaux chemins de la critique littéraire (formalisme), son élève et adepte Walzel devient pour Jirmounski une sorte de bouclier qu’il utilise dans ses polémiques contre les formalistes plus orthodoxes que lui (tels Tynianov, Eichenbaum, Chklovski).

  • 25 Rappelons à ce propos le bon mot – cette fois-ci de Y. Tynianov : « nous nous sommes passé du Geist(...)
  • 26 V.M. Žirmunskij, « K voprosu o formal’nom metode », in : Oskar Valzel, Problema formy v poezii, Pet (...)

14Cette tendance, à vrai dire, a pris toute son ampleur quatre ans avant que l’article Les nouvelles tendances… ait paru (c’est-à-dire en 1923, quand Jirmounski rédigea une préface pour la traduction de la brochure de Walzel (cf. ci-dessus)) Problème de la forme en poésie dont il supervisa la traduction. Ce livre est devenu en Russie l’objet d’une vive controverse. Mais plus encore que le texte de Walzel, c’est la préface, éсrite par Jirmounski, qui a suscité le plus d’échos. Cette préface, intitulée Sur la question de la méthode formelle ne l’était que par la forme, ayant donné à Jirmounski la possibilité d’exprimer sur le fond sa propre vision de la nouvelle méthodologie en s’appuyant pour autant sur les idées de Walzel sans toutefois le faire toujours explicitement. Il ne mentionne le nom de Walzel que deux fois, tout au début de la préface – où il le présente comme une sorte de Janus bifrons. D’un côté un chercheur, qui se spécialise dans le domaine du du romantisme allemand et y jouit d’une réputation méritée, par ailleurs auteur d’une étude en deux volumes intitulée Le romantisme allemand et qui avait paru – ce qui n’est pas un hasard – dans la collection « Aus Natur- und Geisteswelt »25. D’autre part Walzel est évoqué comme auteur de l’étude qu’on est en train de publier et qui est consacrée au problème de la poésie dans laquelle « le Professeur Walzel traite un ensemble de questions, soulevées chez nous, en Russie, par des adeptes de la méthode formelle »26.

15Dans le dernier paragraphe Jirmounski exprime l’idée de la différence entre le formalisme de Walzel et le formalisme russe, qu’il reprend – comme nous l’avons déja eu l’occasion de le voir – dans l’article Les dernières tendances de la pensée littéraire en Allemagne :

  • 27 Ibid., p. 23.

Le Professeur Walzel emprunte à de nombreux égards d’autres chemins que les formalistes russes. Ainsi, étudiant la poésie en tant qu’art, il adopte dans sa terminologie pas tant des termes de la linguistique que des termes techniques, appliqués pour autant aux autres arts (voir plus en détail à ce sujet son livre Éclairage mutuel des arts (Wechselseitige Erhellung der Künste Berl. 1917)27.

16La visée de l’édition de cette brochure (dont la préface, en fait, fut le credo de Jirmounski) s’y révèle à la fin :

  • 28 Ibid.

Je considère qu’il est essentiel d’introduire dans la circulation scientifique les nouvelles méthodes proposées par le сhercheur allemand afin de préserver notre jeune discipline de la poétique historique et théorique d’un dogmatisme étroit dans des questions, où très peu de choses sont encore définitivement acquises et beaucoup exigent encore un examen et une étude généralisée »28.

  • 29 V.M. Žirmunskij, « K voprosu o formal’nom metode », op. cit., p. 9, 19.

17Quant’au « dogmatisme » des formalistes russes, Jirmounski y entend l’appréciation de la méthode formelle, d’ailleurs assez fausse à ses yeux, comme sorte de « panacée scientifique », son ignorance de l’aspect thématique de la poésie, sa subjectivité enfin (tendencioznost’). Il affirme que le choix du thème est aussi important que la construction ou l’élaboration de la composition »29. C’est précisément cette approche multilatérale que Jirmounski trouve chez Walzel, et il ne se permet de manifester ouvertement son désaccord avec lui qu’une seule fois, semble-t-il. Il s’agissait de ce que Walzel lui-même appelait Éclairages mutuels des arts (Wechselseitige Erhellung der Künste), et que Jirmounski traduit par « étude comparée des arts » qui aurait permis d’appliquer les mêmes méthodes à l’analyse de tous les arts en vertu de leur parenté interne. Contestant cette approche, Jirmounski écrit :

  • 30 Ibid., p. 19.

Ainsi, pour les arts thématiques, tels que la peinture, la sculpture, la poésie, la comparaison avec les arts non figuratifs (lmusique, ornement) n’est possible que dans la mesure où les caractéristiques spécifiques de ces deux groupes conditionnés par la présence ou l’absence d’éléments thématiques sont absentes30.

18Et en cela Jirmounski défend, à un niveau encore plus élevé que ne le faisait Walzel, l’importance de l’« enjeu thématique » pour l’étude des œuvres d’art verbal.

19Force est de faire apparaître la façon particulière dont Jirmounski instrumentalise Walzel. Ce n’est pas par hasard que lui, excellent connaisseur de la langue allemande, traduit les titres des études de Walzel de manière assez imprécise (voir plus haut), les dépouillant, dans la traduction russe, du caractere métaphorique qu’ils ont dans l’original. Ainsi, l’article programmatique de Walzel Die künstlerische Form des Dichtwerks (littéralement, « La forme artistique de l’œuvre poétique ») devient dans la traduction Sur la question de la méthode formelle. Le principe méthodologique formulé par Walzel comme « wechselseitige Erhellung der Künste » (littéralement « éclairages réciproques des arts »), devenu le titre de son ouvrage, est traduit par Jirmounski comme L’étude comparative des arts. Treffkunst (littéralement, « art de la rencontre ») devient en russe « reproduction exacte de la réalité », etc. On dirait que tout en respectant pleinement le synthétisme et la composante esthétique des travaux de Walzel qui, lui, était toujours ouvert à l’analyse de la littérature comme expression des « constantes externes », Jirmounski, à des fins polémiques, le formalise tout de même, au niveau de concepts et de titres, pour ainsi dire pour la pureté de l’expérience.

  • 31 Voir : Aleksei Losev, « Teoriia stilia u modernistov », in : Literaturnaia učeba, 1988, No 5, p. 15 (...)
  • 32 V.M. Žirmunskij, « Predislovie », in : Problemy literaturnoi formy, Leningrad, 1928, p. iv.

20La dernière rencontre professionnelle de Jirmounski avec Walzel a été le travail sur le livre Problèmes de la forme littéraire (1928) qui, à part Walzel, comportait également des articles de W. Dibelius, de K. Vossler et de L. Spitzer. Le recueil de nouveau était préfacé par Jirmounski (parmi les traducteurs du livre il y avait G. Goukovski et L. Guinzbourg). Le recueil incluait trois articles de Walzel : L’essence de l’œuvre poétique, L’architectonique des drames de Shakespeare, La forme artistique dans les œuvres de Goethe et des romantiques allemands31. De nouveau Jirmounski pressentait Walzel comme « défenseur par principe de la méthode artistique et historique », qui avait apporté les fondements théoriques aux objectifs de la synthèse historico-littéraire, bien que par la suite il se soit voué aux problèmes de la forme. Comparée aux interprétations précédentes, cette fois Jirmounski, pour la première fois, paraît-il, avait mentionné la tentative de Walzel de justifier le « type germanique national » de la création artistique, essentiellement différent de l’idéal classique des peuples latins (romans)32.

  • 33 Voir la lettre de Jirmounski à Walzel du 8 mars 1925 où il se réjouit de pouvoir faire la connaissa (...)
  • 34 Voir AVMZh = Akademik Viktor Maksimovich Zhirmunskii : Biobibliografičeskii očerk. 3-éd., Saint-Pét (...)

21Au milieu des années 1920 survint le point culminant des échanges personnels entre les deux savants qui se conclut par la visite de Walzel en URSS (à Leningrad) en 1928. Le voyage de Walzel avait été précédé par le voyage déjà mentionné de Jirmounski en Allemagne (Bonn, Marburg) en 1925. C’est cette année-là qu’eut lieu leur rencontre personnelle en mars33 tandis que parallèlement Jirmounski a contribué à l’élection de Walzel comme membre d’honneur de l’Institut d’État d’histoire de l’art dans lequel lui-même était président de la section des arts du langage34.

  • 35 Cf. la lettre de Jirmounski à Walzel du 16 juillet 1925 dans laquelle il l’informe de la réception (...)
  • 36 Cf la lettre de Jirmounski à Walzel du 8 février 1927 (numéro d’archive H 90.4 ; voir TOW = Teilnac (...)
  • 37 Cf la lettre de Jirmounski à Walzel du 9 April 1927 (numéro d’archive H 90.4 ; voir TOW = Teilnachl (...)

22De son côté, Walzel avait invité Jirmounski à participer, en qualité de médiéviste, au Manuel des sciences de la littérature (Handbuch der Literaturwissenschaft), qui devait paraître sous sa direction (Walzel travaillait à cette époque également avec le chercheur russe Pavel Sakoulin)35. En 1927 Walzel invite de nouveau Jirmounski à donner des conférences à l’Université d’été de Bonn36. À cette époque-là ils ont déjà engagé un échange actif de documents et d’éléments de recherche. Jirmounski envoie à Walzel ses articles, dont Tendances récentes… et Recherches ethnographiques sur les colonies allemandes, ce dernier article paru dans la revue Ethnographie (1927. T. 3. No 1)37.

  • 38 « Ce matin j’ai travaillé assez longtemps dans ma chambre. Comme Reich devait passer à une heure po (...)
  • 39 Anatolij Lunačarskij, Sobranie sočinenij (8 vol.), t. 8, Moscou, 1967, p. 367.

23L’arrivée de Walzel en Russie en 1928 a sans nul doute assuré sa popularité en Russie (au moins pour une brève période). C’est à cette époque que l’on commande à Walzel un article sur Goethe pour la prestigieuse Grande encyclopédie soviétique (le concurrent de Walzel y fut Walter Benjamin qui en parle dans son Journal moscovite38). Il jouit de la réputation d’un formaliste (le devait-il aux travaux de Jirmounski ou est-ce l’effet des rumeurs qui circulent ?) Cette tendance atteindra son apogée en 1931 quand Anatoli Lunatcharski met Walzel au rang de chef de l’école formelle russe, ayant qualifié les formalistes russes d’héritiers de l’« école de Walzel »39.

  • 40 W. Schmitz, « Oskar Walzel », in : Wissenschaftsgeschichte der Germanistik in Porträts, Berlin, New (...)
  • 41 R. Rosenberg, « Die Formalismus-Diskussion in der ostdeutschen Nachkriegsgermanistik », in : Zeiten (...)

24Notons cet intéressant quiproquo dans l’histoire des relations de Walzel avec Jirmounski que les commentateurs de Walzel appellent un « malentendu productif »40. Ce quiproquo a consisté en ce qu’à l’époque, où Jirmounski se servait de l’œuvre de Walzel dans sa polémique avec les formalistes radicaux, lui-même, bon gré mal gré, contribua plutôt en Russie à fonder la réputation de Walzel comme formaliste ou à tout le moins comme précurseur de l’école formelle. Réputation que Walzel lui-même n’aurait pu assumer41.

Ce qui est « tombé à l’eau » dans la lecture russe de Walzel

  • 42 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel, op. cit., p. 287; M. Doerry, Übergangsmenschen. Die Mentalität d (...)
  • 43 Voir W. Schmitz, « Oskar Walzel », op. cit., p. 116-117.
  • 44 C’est précisément ce qualificatif que donne à Walzel le commentateur du Journal moscovite de Benjam (...)

25Walzel lui-même, dans ses vieux jours et se retournant sur le chemin parcouru, se classa comme « l’homme d’une période de transition » (« Übergangsmensch »), doté de toutes les qualités et insuffisances propres à cette époque42. Et en effet, si nous revenons ne serait-ce très brièvement sur la carrière scientifique de Walzel, il est tout de même significatif de noter qu’au début de son activité il se présente comme un représentant tardif de la germanistique du second Reich – avec sa culture de conversation et de discours, son habitus, selon les termes de la sociologie contemporaine43, entre les Lumières et la sensibilité bourgeoise. Remarquons que c’est précisément cet habitus de Walzel qui s’est imprimé dans la conscience russe et qui permet à certains commentateurs – et cela jusqu’à nos jours – de le définir comme le professeur de littérature allemand d’orientation traditionnelle44.

  • 45 E. Nidden, « Krisis in der Literaturwissenschaft », in : Kunstwart und Kulturwart, 1913, H. 21, p.  (...)

26En fait, il n’est guère possible de classer Walzel y compris dans ses débuts dans une « orientation traditionnelle » si l’on tient compte du nombre important de « masques » qu’il aurait portés à cette époque. Rappelons la crise qu’a traversée dans la première moitié du xxe siècle la critique littéraire allemande, bien ressentie par Jirmounski en 1911 qui parlait de la triste expérience de son premier séjour en Allemagne. Le principal reproche que la jeunesse universitaire allemande adresse à ses maîtres littéraires, c’est la « dépersonnalisation » comme résultat des exigences mal comprises de la scientificité (Wissenschaftlichkeit)45.

  • 46 Cf. plus en détail A. Nebrig (A. Nebrig, Disziplinäre Dichtung, Berlin, Boston, 2013, p. 68-78).
  • 47 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel : Lebenserinnerungen, Berlin, 1956, p. 21.
  • 48 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel, op. cit., p. 54, 108.

27C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre le début non académique de la carrière de Walzel qui, après avoir achevé l’Université, devient précepteur de Leopold von Adrian (en 1888-1889)46 et traverse avec son jeune élève l’éclosion de la modernité viennoise. Ayant participé à l’activité du groupe littéraire « La jeune Vienne », il se consacre aux activités journalistiques et culturelles qui l’occuperont encore de longues années. Dans une certaine mesure, Walzel trouva un exemple chez son maître berlinois Erich Schmidt (Jirmounski le mentionne comme l’un des hommes les plus talentueux de sa génération), homme engagé dans une vie sociale intense, merveilleux orateur, dont les conférences ne pouvaient ne pas susciter en Walzel la question de savoir « s’il s’agissait toujours de l’érudition ou de l’art »47. Cette position à la frontière entre la science, l’activité journalistique et l’art, le refus d’une étroite professionnalisation et l’académisme, éclairent beaucoup l’évolution ultérieure de Walzel qui, à différentes périodes, comme lui-même avait évoqué avec ironie, jouissait tantôt « de la gloire d’un Walzel de la Münchener Allgemeine », tantôt de la réputation d’un « professeur pour dames », porteur de connaissances destinées à un auditoire non professionnel48. Cette situation détermine l’ampleur pour ne pas dire l’éparpillement de ses intérêts scientifiques.

  • 49 Ainsi, par exemple, une étroite spécialisation de germanisant n’était pas admise à l’École techniqu (...)

28Après avoir soutenu sa thèse de doctorat (habilitation) en 1894, ce qu’il n’a réussi qu’au deuxième essai (rappelons que Walter Benjamin quant à lui n’y est jamais parvenu), après quelques années de travail comme bibliothécaire à la cour et privatdozent à Vienne (1892-1897), puis à Berlin (1897-1907), Walzel reçoit une chaire d’enseignement à l’École Technique Supérieure à Dresde. Celle-ci était à l’époque un établissement très particulier qui exigeait une vaste culture49 à défaut de laquelle l’homme ne reste que technicien dans sa spécialité. Cette exigence convenait parfaitement à Walzel qui continuait à se considérer comme intermédiaire (Grenzgänger) entre recherche professionnelle et activité culturelle, conscient de la fragilité de la frontière qui existe entre la recherche, l’art et la quotidienneté.

  • 50 Dans les études sur Walzel, ce synthétisme synthético-philosophique, caractéristique de ses œuvres (...)

29Parallèlement, Walzel succéda à l’Académie des arts à Hermann Gettner, dont la personnalité fut pour lui un modèle à suivre. Walzel appelait Gettner synthétiseur qui, à la manière de Winckelmann, avait un pied dans le réalisme et l’autre, « heureusement », dans une réflexion philosophico-spéculative. Ce terme de « synthétiseur » (Synthetiker), devenu à la mode, avait été également appliqué à Walzel par les étudiants qui le qualifiaient de « phare » (Durchleuchter), en voyant dans son enseignement un contre-pied à la philologie unilatérale50.

30Cette approche synthétique s’est manifestée pleinement dans le livre de Walzel sur la vie intellectuelle du xviiie et du xixe siècles (Vom Geistesleben des XVIII. und XIX. Jahrhunderts, 1911), où il examine l’histoire littéraire dans le contexte de la pensée philosophique, mais aussi dans ses nombreuses études portant sur les questions du romantisme allemand (dont il a tiré, comme nous l’avons déjà dit, un ouvrage en deux volumes sur le romantisme).

  • 51 Walzel lui-même avait reconnu par la suite que la possibilité d’un tel lien entre le romantisme et (...)
  • 52 Cf. dans le quatrième acte de la deuxième partie de Faust le récit de Méphisto relatif à l’origine (...)

31Ici je touche, apparemment, au plus essentiel pour l’objet de cet article. Car il se trouve que l’intérêt constant de Walzel pour le romantisme a été profondement lié à sa passion pour la vie contemporaine dont il se sentait interprète et « mentor » (je pense ici à ce que lui a apporté son brillant élève Léopold von Adrian). Il lui a fallu pour cela entrer en polémique avec ses collègues académiciens qui, eux, étaient indignés par sa tentative d’étudier la littérature allemande jusqu’à la plus récente modernité. Walzel cependant, partant de son expérience personnelle, fonde une nouvelle branche de Romantik-Forschung (étude du romantisme), pointant l’attention sur ce que lui-même a appelé une « consonance rétrospective » (« die rückläufige Zusammenstimmung ») de la réflexion poétique moderne avec celle des romantiques51. En ce qui concerne l’époque de la modernité que l’on considère souvent comme révolutionnaire, Walzel aspirait d’y trouver au contraire une continuité ou, pour en parler dans les termes de Goethe, le primat du neptunisme sur le volcanisme52. L’enjeu de Walzel était « non seulement de faire découvrir les poètes aux lecteurs, mais aussi d’amener les poètes à la découverte d’eux-mêmes ». Il s’agissait en particulier de ceux qui n’étaient pas conscients de la dette qu’il avaient à l’égard des périodes antérieures de la littérature allemande.

32On ne peut que supputer les raisons pour lesquelles, parlant de Walzel, Jirmounski n’a pas accentué cette approche toute particulière du romantisme allemand, celle qui se faisait à travers l’art contemporain, alors qu’une pareille approche était également celle de ses premières monographies (Le romantisme allemand et la mystique contemporaine, 1914 et Le renoncement religieux dans l’histoire du romantisme, 1919). Rappelons ici un autre exemple corollaire de cette négligence que manifeste Jirmounski vis-à-vis de ce qui aurait pu lui être extrêmemnt apparenté, sa traduction tronquée en russe de l’ouvrage de Walzel La littérature allemande après la mort de Goethe dont nous avons déjà parlé plus haut et dans lequel était déjà pour ainsi dire ignorée la continuité si chère à Walzel (en russe : Impressionnisme et expressionisme dans l’Allemagne contemporaine).

  • 53 P. Merker, Neuere deutsche Literaturgeschichte, Stuttgart, Gotha, 1922, p. 7 ; W. Schmitz, « Oskar (...)
  • 54 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel, op. cit., p. 26.

33Cette question reste d’autant plus ouverte que, comme nous l’avons déjà vu, le tournant de Walzel vers les problèmes de la forme, qui avait fasciné Jirmounski, avait pris manifestement chez le premier un caractère pédagogique et esthétique : la sensation de la forme était pensée comme condition d’une jouissance esthétique (Kunstgenuß), qu’il se posait comme but suprême53. D’un autre côté, c’est précisément l’approche dite synthétique de l’histoire de la littérature qui avait amené Walzel à s’intéresser à la forme. Walzel avait a posteriori donné à ce tournant l’explication suivante : la science (Wissenschaft) est quelque chose qui dépasse le savoir (Wissen). Il n’y a que la vision globale (Gesamtschau) ou pour employer une formule un peu moins prétentieuse, une vision générale (Überschau) qui permette de formuler des concepts qui soient applicables non pas à des phénomènes singuliers, mais à une série entière de phénomènes54. Cela étant, continue-t-il, le contenu (Gehalt) et la forme (Gestalt) s’unissent dans la totalité unique de l’œuvre d’art verbale (Walzel). C’est précisemment ce qui donne la possibilité de décrire des œuvres isolées сomme typologiques pour des époques correspondantes.

  • 55 V.M. Žirmunskij, « Noveišie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii », op. cit., p. 10-13.

34Signalons au passage une nouvelle difficulté de traduction : Jirmounski traduit l’opposition synthétique Gehalt-Gestalt par contenu-forme, en mettant l’accent sur son aspect antinomique. Walzel, quant à lui, utilise le terme de Gestalt au sens plus complexe, comme une image dans laquelle s’unissent à la fois la forme et le contenu (il est à signaler qu’à l’égard de Gundolf qui semble plus éloigné de lui, Jirmounski reste beaucoup plus attentif à la gradation des notions Stoff, Form, Gehalt, Gestalt)55.

  • 56 Oskar Walzel, Wechselseitige Erhellung der Künste, Berlin, 1917, p. 23.
  • 57 En Russie Wölfflin lui aussi (comme c’était le cas de Walzel) était perçu comme légèrement hérétiqu (...)
  • 58 R. Rosenberg, « Über den Erfolg des Barockbegriffs in der Literaturgeschichte : Oskar Walzel und Fr (...)
  • 59 W. Schmitz, « Oskar Walzel », op. cit., p. 123.

35Par ailleurs Walzel se sert des concepts de l’histoire de l’art (kunsthistorische Grundbegriffe) de Wölfflin comme d’un instrument de description (cf. « Il nous faut quelque chose qui corresponde aux catégories de Wölfflin pour le monde de la poésie »56). Il recourt à ces catégories wölffliniennes notamment dans sa recherche des types supraindividuels, ou en d’autres termes, d’une typologie. Cependant, tel Rosenberg, sa tentative d’assimiler l’approche essentiellement architectonique et formelle de Wölfflin57 aurait échoué. La raison en était l’esthétique organique dont Walzel avait emprunté l’idée à Goethe, chez les premiers romantiques allemands, chez Herbart, Shaftsbury et enfin chez Plotin58. C’est sans doute pour cela que l’ouvrage de Walzel Wechselseitige Erhellung der Künste (1917) déborde la modalité d’une monographie scientifique pour devenir une sorte de Gesamtkunstwerk (littéralement, une œuvre d’art globale) telle que les romantiques de Iéna dont Schlegel et Novalis la comprenaient. Ce qui par ailleurs avait permis à Walzel d’appliquer les catégories formelles de Wölfflin pour décrire l’« esprit du temps » (Zeitgeist) comme « l’instance ultime d’une typologie historique »59.

  • 60 Ainsi, en particulier, dans l’étude Forme et contenu de l’œuvre poétique (Gehalt und Gestalt im Kun (...)
  • 61 Gerhard Kluge, « Stilgeschichte als Geistesgeschichte : Die Rezeption der Wölfflinschen Grundbegrif (...)

36Il y avait dans le projet historico-littéraire de Walzel encore un aspect que Jirmounski a traité assez prudemment dans la préface au livre Problèmes de la forme littéraire (1928). Je pense notamment à l’ambition de décrire et de justifier « le type de perfection artistique spécifiquement germanique », qui lui était si chère. L’intention de Walzel (et il n’était pas le seul) de penser ensemble le romantisme et la modernité et surtout le baroque et l’expressionisme qui, à cette époque-là dépassent largement la caractérologie stylistique et deviennent symboles de l’esprit allemand (je pense notamment à Oswald Spengler), s’est avéré chargé d’un nationalisme allant parfois jusqu’à la xénophobie. Le projet d’histoire universelle concu par Walzel fut marqué d’un esprit nationaliste, ses recherches dans le domaine de la typologie du style ont pris, elles aussi, des nuances nationalistes60, et l’idée d’un homme universel s’est associée tout « naturellement » – pourtant paradoxalement sur le plan personnel – avec l’idée du Troisième Reich61.

37Il reste pourtant une question (très peu étudiée encore aujourd’hui), celle de savoir quelle a été la réaction de Jirmounski à ce nouveau tournant dans l’évolution professionnelle et humaine de son collègue allemand. Ce tournant s’est produit en 1936 quand un terme fut mis à l’activité d’enseignement de Walzel, lié avec les événements politiques : ce fut le moment où il se convertit au catholicisme, désireux de voir dans cet acte personnel l’expression d’un humanisme classico-romantique qui l’avait tant tenté dans ses jeunes années.

  • 62 Cf. le jugement de V. Erlich qui considérait Walzel comme un représentant de l’école pseudo-formali (...)

38L’histoire des relations d’un philologue russe V. Jirmounski et du germaniste allemand O. Walzel dépasse largement le cadre d’un épisode parmi d’autres des contacts scientifiques russo-allemands. Malgré l’évidence de l’intérêt que Jirmounski eut, au début des années 1910 et des années 1920, pour Walzel, l’histoire de cette rencontre n’est pas dépourvue de non-dits mystérieux et de détours obscurs. Séduit par l’intention de Walzel de dépasser le matérialisme et le positivisme de la philologie contemporaine, de transformer la connaissance atomisée en connaissance totalisante et universelle, Jirmounski en appelle à Walzel comme à son homologue intellectuel dans la polémique avec ses amis formalistes. Mais ce-faisant il contribue, bon gré mal gré, à renforcer en Russie (URSS) la réputation de Walzel comme formaliste. Une telle réputation n’est qu’une partie de la vérité sur Walzel62 dont Jirmounski, en dépit de son effort d’objectivité, tronque et neutralise quelque peu le portrait. Il retouche quelques sphères d’intérêts scientifiques de Walzel, et ceci pour des raisons variées dont le danger de l’universalisme qui, très vite sait se transformer en un nationalisme et un scientisme

39Par ailleurs le moment central de cette rencontre (et à la fois cette non-rencontre) de deux chercheurs, à savoir la polémique que Jirmounski entame contre « l’étroitesse » et le néo-positivisme du formalisme russe et dans laquelle il recourt à Walzel, ne reste pas un fait isolé. À la fin des années 1920 Jirmounski reçoit dans cette polémique le soutien de Medvedev (Bakhtine) qui engage un débat avec Eichenbaum sur les inconséquences de la méthode formelle en se référant pour cela, lui aussi, au formalistes de l’Europe occidentale.

  • 63 Pavel N. Medvedev, Formal’nyi metod v literaturovedenii, Léningrad, 1928, p. 74.

Or, selon Medvedev,
Eichenbaum n’a pas tenu compte de la situation particulière du formalisme européen, placé entre une esthétique idéaliste d’en haut et une esthétique positiviste et naturaliste d’en bas. Les formalistes européens ne se sont pas moins battus contre cette dernière que contre la première. Le formalisme de l’Europe occidentale n’est nullement indifférent à l’égard des questions idéologiques, ce qui ne l’empêche pas de viser en même temps à un caractère plus concret dans l’étude des constructions artistiques63.

  • 64 Cf. M. Dewey, « “Wir sind ohne ‘Geist’ der Deutschen ausgekommen” », op. cit. Il faut rappeler dans (...)

40Tout cela nous permet de corriger légèrement, dans une perspective historique, la formulation d’Eichenbaum, insérée dans notre titre. Pour les formalistes russes, voire pour ceux qui voyaient dans la nouvelle « science de la littérature » un domaine autonome64, cet antipositivisme (tendance dite esthétique) semblait être une étape dépassée, d’ou la formule sur les « Allemands qui sont restés en arrière ».

41En même temps, la même tendance antipositiviste s’est avérée productive pour le développement ultérieur de la critique littéraire russe. Qui plus est, c’est précisément en Russie que O. Walzel (de même que F. Strich), restés sans disciples en Allemagne, avaient trouvé leur brillant interprète dans la personne de Viktor Jirmounski.

Haut de page

Notes

2 La littérature sur cette question est très vaste. Citons seulement quelques ouvrages : M. Dewey, « “Wir sind ohne „Geist‟ der Deutschen ausgekommen “: Zum ambivalenten Verhältnis der russischen Formalisten zu den deutschen Geisteswissenschaftlern », in : Scientia poetica, 2004, Bd. 8, p. 69-96 ; Alexandre Dmitriev, « Evropeiskii (frantsuzskii i nemetskii) kontekst russkogo formalizma », in : Otnošenija meždu Rossiei i Frantsiei v evropeiskom kontekste (v XVIII – XX vv.). Istorija nauki i meždunarodnye svjazi, Moscou, 2002, p. 126-145 ; Michel Espagne, « Sintezirovanie i spasenie nemeckih gumanitarnyh nauk (slučai Žirmunskogo) », in : Evropeiskii kontekst russkogo formalizma (E. Dmitrieva, M. Espagne éd.), Moscou, 2009, p. 77-98 ; Carole Maigné, « Formal’naia estetika I.-F. Gerbarta i ee otraženie v russkom formalizme », in : ibid, p. 55-76 ; Ilona Svetlikova, Istoki russkogo formalizma : Traditcija psihologizma i formal’naja škola, Moscou, 2005.

3 Boris Eihenbaum, O literature : Raboty raznyh let, Moscou, 1987, p. 511.

4 Cf. V.M. Žirmunskij, « Noveišie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii », in : Poetika, [vyp.] II, Léningrad, 1927, p. 5-28. Jirmounski a envoyé à l’époque cet article à Walzel à Bonn (voir sa lettre à Walzel du 8 février 1927 / No d’archive H 90.4 ; voir : TOW = Teilnachlass Oskar Walzel : Findbuch, bearbeitet von L. Mölck, B. Schaper. Bonn, 2007, No 708).

5 Vremennik otdela slovesnih iskusstv. Poetika, Leningrad, 1927, 27 pages.

6 V.M. Žirmunskij, « Noveišie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii », op. cit., p.5.

7 Cf. Oskar Walzel, Deutsche Romantik : Eine Skizze, Leipzig, 1908. Paru plus tard sous une forme élargie en deux tomes sous le même titre (4. Aufl., Leipzig, Berlin, 1918, Bd. 1-2).

8 V.M. Žirmunskij, « Noveišie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii », op. cit., p. 5.

9 Remarquons au passage que la traduction plus qu’imprécise de ce livre de Walzel n’y est pas pour rien. La littérature allemande après la mort de Goethe transformée dans la traduction russe en Impressionnisme et expressionisme dans l’Allemagne contemporaine a volontairement déplacé les accents. Or, pour Walzel l’année 1832, c’est-à-dire l’année de la mort de Goethe, marque le point de départ de la littérature contemporaine qui, d’habitude, laissait indifférente les historiens allemands de l’époque. Autant Walzel s’intéressait à l’évolution de la littérature contemporaine aussi bien du point de vue de la Weltanschauung que du point de vue de la forme, autant la traduction russe réduisait la problématique à deux paradigmes : impressionnisme et expressionisme.

10 C’est ainsi que Jirmounski traduit, sous forme d’une paraphrase, l’expression de Treffkunst (littéralement : l’art de la rencontre) employée par Walzel.

11 V.M. Žirmunskij, « Noveišie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii », op. cit., p. 8.

12 Ibid.

13 Ibid., p. 14.

14 Cette brochure avait repris un exposé de Walzel dans lequel, s’efforçant d’appliquer l’approche interdisciplinaire dans les sciences humaines, il avait introduit les catégories de leitmotivs tectoniques et atectoniques qui remontaient à la théorie de Wölfflin.

15 Le livre a été traduit en russe sous le titre Problèmes de la forme en poésie (1923).

16 Cette monographie, une des plus connues de Walzel, est en fait un recueil dans lequel sont réunis les articles consacrés aux questions de la poétique.

17 V.M. Žirmunskij, « Noveišie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii », op. cit., p. 14.

18 Ibid., p. 15.

19 H. Schmid, « Oskar Walzel und die Prager Schule », in : Felix Vodička 2004, Praha, 2004, p. 18-50.

20 V.M. Žirmunskij, « Noveišie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii », op. cit., p. 16-17.

21 Cf. nos deux articles : Ekaterina Dmitrieva, « Heinrich Wölfflin v Rossii : otkrytie Italii, barokko ili formal’nogo metoda v gumanitarnyh naukah ? », in : Evropeiskii kontekst russkogo formalizma, op. cit., p. 98-131 ; Ekaterina Dmitrieva, « Heinrich Wölfflin en Russie : De la découverte de l’Italie et de l’art baroque russe à la conception de la méthode formaliste et structuraliste dans la critique littéraire », in : Cahiers du monde russe, 2011, vol. 51, No 4, p. 507-520.

22 Cité selon Tynianov : Iurii Tynianov, Poetika. Istoriia literatury. Kino, Moscou, 1977, p. 455.

23 Boris Eihenbaum, O literature : Raboty raznyh let, op. cit., p. 511; italique dans le texte original.

24 Boris Eihenbaum, O literature, op. cit., p. 377.

25 Rappelons à ce propos le bon mot – cette fois-ci de Y. Tynianov : « nous nous sommes passé du Geist des Allemands, et semble-t-il, nous avons tout de même resté intelligents », – écrit Tynianov à Chklovski (Iurii Tynianov, Poetika. Istoriia literatury. Kino, op. cit., p. 536]. Cette attitude ironique à l’égard du mot Geist (esprit) adopté par les formalistes russes s’appliquait aussi en partie à Jirmounski en tant que « représentant plénipotentiaire de ce même Geist dans la critique russe (voir M. Dewey, « “Wir sind ohne ‘Geist’ der Deutschen ausgekommen” », op. cit., p. 70-73).

26 V.M. Žirmunskij, « K voprosu o formal’nom metode », in : Oskar Valzel, Problema formy v poezii, Petrograd, 1923, p. 5.

27 Ibid., p. 23.

28 Ibid.

29 V.M. Žirmunskij, « K voprosu o formal’nom metode », op. cit., p. 9, 19.

30 Ibid., p. 19.

31 Voir : Aleksei Losev, « Teoriia stilia u modernistov », in : Literaturnaia učeba, 1988, No 5, p. 153-160.

32 V.M. Žirmunskij, « Predislovie », in : Problemy literaturnoi formy, Leningrad, 1928, p. iv.

33 Voir la lettre de Jirmounski à Walzel du 8 mars 1925 où il se réjouit de pouvoir faire la connaissance personnelle de Walzel (numéro d’archive N 97.5 ; voir TOW = Teilnachlass Oskar Walzel, op. cit., No 702). Cf. aussi la lettre de Tatiana Jirmounski à Walzel du 10 juillet 1925 où elle remercie pour un séjour merveilleux passé à Bonn et invite Oskar et Hedwig Walzel en Russie (numéro d’archive N 90.4 ; см. TOW, No 705).

34 Voir AVMZh = Akademik Viktor Maksimovich Zhirmunskii : Biobibliografičeskii očerk. 3-éd., Saint-Pétersbourg, 2001, p. 5. V.M. Žirmunskij a informé Walzel de son élection comme membre d’honneur de l’Institut dans sa lettre de mars (numéro d’archive N 97.5 ; voir TOW = Teilnachlass Oskar Walzel, op. cit., No 703). Il lui envoyait en même temps quelques livres édités par l’Institut : Enjeux et méthodes de l’étude des arts (Zadači i metody izučeniia iskusstv, 1924) et son propre ouvrage Introduction à la métrique : théorie du vers (Vvedenie v metriku : Teoriia stiha, 1925).

35 Cf. la lettre de Jirmounski à Walzel du 16 juillet 1925 dans laquelle il l’informe de la réception du Manuel de sciences de la littérature (Handbuch der Literaturwissenschaft), de l’éditeur Athenaion((numéro d’archive N 97.5 ; voir. TOW = Teilnachlass Oskar Walzel, op. cit., No 706).

36 Cf la lettre de Jirmounski à Walzel du 8 février 1927 (numéro d’archive H 90.4 ; voir TOW = Teilnachlass Oskar Walzel, op. cit., No 708).

37 Cf la lettre de Jirmounski à Walzel du 9 April 1927 (numéro d’archive H 90.4 ; voir TOW = Teilnachlass Oskar Walzel, op. cit., No 709).

38 « Ce matin j’ai travaillé assez longtemps dans ma chambre. Comme Reich devait passer à une heure pour ses affaires à la rédaction de l’encyclopédie, je voulais saisir cette occasion pour m’y trouver aussi, pas tant pour faire passer mon article sur Goethe (je n’osais même pas l’espérer) que pour suivre la recommandation de Reich et ne pas lui paraître insouciant. À défaut il aurait pu prendre prétexte de mon absence pour expliquer le rejet de mon article sur Goethe. J’ai eu du mal à m’empêcher de rire quand enfin le professeur chargé de la publication a apparu à mes yeux. À peine a-t-il entendu mon nom, qu’il a sursauté, sorti mon article et a appelé son secrétaire à l’aide. Celui-ci s’est mis à me proposer d’écrire un article sur le baroque. J’exigeais que l’on conserve mon article sur Goethe comme condition de toute collaboration future. Ils m’ont promis de répondre dans un délai de quelques jours. Ensuite avec Reich nous avons dû attendre longtemps dans l’antichambre. Finalement, nous sommes partis. Il me raconta que la rédaction voulait confier l’article sur Goethe à Walzel (Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, [Bd.] 3, Frankfurt am Main, 1991, p. 154-156). Il est possible que cette concurrence ait provoqué l’avis péjoratif de Benjamin sur Walzel : « Un homme comme Walzel élu membre de l’académie… » (ibid, p. 87). En ce qui concerne l’article sur Goethe pour la Grande Encyclopédie soviétique, Lunatcharski a rejeté celui de Benjamin comme « peu encyclopédique », et celui de Walzel comme encore moins adapté (« Lunacharskii – redactor », in : A. V. Lunacharskii : Neizdannye materialy, Moscou, 1970, p. 503-546. (série : Lit. nasledstvo ; T. 82), p. 534). Néanmoins, l’article de Benjamin fut adopté pour l’Encyclopédie (avec des parties complémentaires écrites par des érudits soviétiques).

39 Anatolij Lunačarskij, Sobranie sočinenij (8 vol.), t. 8, Moscou, 1967, p. 367.

40 W. Schmitz, « Oskar Walzel », in : Wissenschaftsgeschichte der Germanistik in Porträts, Berlin, New York, 2000, p. 115-127, p. 126.

41 R. Rosenberg, « Die Formalismus-Diskussion in der ostdeutschen Nachkriegsgermanistik », in : Zeitenwechsel : Germanistische Literaturwissenschaft vor und nach 1945, Frankfurt am Main, 1996, p. 301-312, p. 305.

42 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel, op. cit., p. 287; M. Doerry, Übergangsmenschen. Die Mentalität der Wilheminer und die Krise des Kaiserreichs, Weinheim, München, 1986.

43 Voir W. Schmitz, « Oskar Walzel », op. cit., p. 116-117.

44 C’est précisément ce qualificatif que donne à Walzel le commentateur du Journal moscovite de Benjamin pour expliquer le jugement critique de Benjamin cité plus haut à propos de l’élection de Walzel comme « membre de l’Académie » (Walter Benjamin, Moskovskii dnevnik, Moscou, 2012, p. 201, 76).

45 E. Nidden, « Krisis in der Literaturwissenschaft », in : Kunstwart und Kulturwart, 1913, H. 21, p. 169-172, p. 171.

46 Cf. plus en détail A. Nebrig (A. Nebrig, Disziplinäre Dichtung, Berlin, Boston, 2013, p. 68-78).

47 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel : Lebenserinnerungen, Berlin, 1956, p. 21.

48 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel, op. cit., p. 54, 108.

49 Ainsi, par exemple, une étroite spécialisation de germanisant n’était pas admise à l’École technique supérieur de Dresde. D’ou vient que Walzel fut obligé d’assurer non seulement les cours sur la littérature allemande mais aussi sur la littérature dite étrangère, ce qui était fort rare à l’époque.

50 Dans les études sur Walzel, ce synthétisme synthético-philosophique, caractéristique de ses œuvres de la première période, qui portaient sur le romantisme allemand, est souveent considéré comme une marque de l’influence que Dilthey exerça sur Walzel. On pourra penser également à ce propos à Gettner.

51 Walzel lui-même avait reconnu par la suite que la possibilité d’un tel lien entre le romantisme et l’époque contemporaine lui a été suggéré par les livres de Ricarda Huch L’épanouissement du romantisme 1899 (Blütezeit der Romantik, 1899) et Développement et déclin du romantisme 1902 (Ausbreitung und Verfall der Romantik, 1902). En réponse à ses nombreux opposants il écrivit qu’il s’agissait pour lui à ce moment de mettre en relation les importants apports de Ricarda Huch avec les résultats des recherches de Rudolph Heim, Wilhelm Dilthey et Jakob Minor.

52 Cf. dans le quatrième acte de la deuxième partie de Faust le récit de Méphisto relatif à l’origine volcanique de la terre (métaphore de la révolution et d’un bouleversement par la violence), alors que Faust, lui, se déclare adepte du neptunisme, c’est-à-dire de la théorie évolutionniste.

53 P. Merker, Neuere deutsche Literaturgeschichte, Stuttgart, Gotha, 1922, p. 7 ; W. Schmitz, « Oskar Walzel », op. cit., p. 117.

54 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel, op. cit., p. 26.

55 V.M. Žirmunskij, « Noveišie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii », op. cit., p. 10-13.

56 Oskar Walzel, Wechselseitige Erhellung der Künste, Berlin, 1917, p. 23.

57 En Russie Wölfflin lui aussi (comme c’était le cas de Walzel) était perçu comme légèrement hérétique par rapport à l’approche formelle dont il était le défenseur. Ainsi, B. Wipper parlait de l’envers thématique de Wölfflin le qualifiant de « formaliste par malentendu » (cf. sa préface à l’édition russe du livre de Wölfflin (Heinrich Wölfflin, Istolkovanie iskusstva, Moscou, 1922, p. 5-6). V. Zoubov dans sa thèse de 1946 La théorie architecturale de Alberti voit dans Wölfflin des dernières années (surtout dans ses réflexions sur l’évolution de la vision), une rupture en cours d’accomplissement avec le formalisme pur et le passage vers l’étude historique des formes de la Weltanschauung changeantes et socialement conditionnées (V.P. Zubov, Arhitekturnaja teorija Al’berti, Saint-Pétersbourg, 2001, p. 413). Pour plus de détails voir : Ekaterina Dmitrieva, « Heinrich Wölfflin v Rossii… », op. cit., p. 113-114).

58 R. Rosenberg, « Über den Erfolg des Barockbegriffs in der Literaturgeschichte : Oskar Walzel und Fritz Strich », in : Europäische Barock-Rezeption, Wiesbaden, 1991. Teil 1. p. 113-127, p. 119.

59 W. Schmitz, « Oskar Walzel », op. cit., p. 123.

60 Ainsi, en particulier, dans l’étude Forme et contenu de l’œuvre poétique (Gehalt und Gestalt im Kunstwerk des Dichters, 1923) Walzel interprétait les notions de le Wölfflin, soulignant leur composante germanique et en se référant au livre de Simmel Rembandt (1916).

61 Gerhard Kluge, « Stilgeschichte als Geistesgeschichte : Die Rezeption der Wölfflinschen Grundbegriffe in der deutschen Literaturwissenschaft », in : Neophilologus, Bd. 61, 1977, H. 4, p. 575-586, p. 576. Il semble que c’est précisément ce nationalisme qui a provoqué un brusque rejet de la part de Benjamin qui parlait de la « pulsion débridée » de Walzel « vers le Grand Tout » (« der geile Drang aufs Große Ganze ») (Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, [Bd.] 3, op. cit., p. 286).

62 Cf. le jugement de V. Erlich qui considérait Walzel comme un représentant de l’école pseudo-formaliste dans la critique littéraire allemande.

63 Pavel N. Medvedev, Formal’nyi metod v literaturovedenii, Léningrad, 1928, p. 74.

64 Cf. M. Dewey, « “Wir sind ohne ‘Geist’ der Deutschen ausgekommen” », op. cit. Il faut rappeler dans ce contexte que Eichenbaum lui-même, à cette époque, commençait à ressentir une déception à l’égard du formalisme orthodoxe scolaire, ce qui le conduira plus tard à la conception de « literaturnyi byt » (« vie littéraire » ?). N’oublions pas non plus qu’ Eichenbaum, jusqu’en 1917, s’est enthousiasmé pour la critique esthétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ekaterina Dmitrieva, « « Est-il (bien) vrai que les Allemands sont restés en retard sur nous ? » Oskar Walzel et Viktor Jirmounski (un épisode des relations scientifiques russo-allemandes) »Revue germanique internationale, 31 | 2020, 51-65.

Référence électronique

Ekaterina Dmitrieva, « « Est-il (bien) vrai que les Allemands sont restés en retard sur nous ? » Oskar Walzel et Viktor Jirmounski (un épisode des relations scientifiques russo-allemandes) »Revue germanique internationale [En ligne], 31 | 2020, mis en ligne le 15 septembre 2020, consulté le 29 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2431 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2431

Haut de page

Auteur

Ekaterina Dmitrieva

Directrice de recherche à l’Institut Gorki et professeur à l’Université des sciences humaines de Moscou

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search