Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31Forme artistique. Oskar Walzel et...

Forme artistique. Oskar Walzel et l’Académie des sciences d’État de Moscou

Alexander Nebrig
Traduction de Carole Maigné
p. 81-96

Résumés

Le concept de forme esthétique d’Oskar Walzel a trouvé une résonance scientifique dans la Russie post-révolutionnaire. Le transfert théorique est particulièrement évident concernant l’essai de Walzel « La forme artistique de l’œuvre poétique ». Cette réception féconde a eu lieu moins chez ceux que l’on nomme les formalistes russes, mais de plus en plus chez les sympathisants de l’école philosophico-formelle, située à l’Académie d’État des sciences artistiques de Moscou (GAKhN). Contrairement aux formalistes, plus connus, les chercheurs du GAKhN ne se sont pas concentrés sur la forme extérieure mais sur la forme intérieure. Ils se sont orientés vers l’herméneutique, la philosophie et l’histoire intellectuelle allemandes, contrairement aux formalistes russes, qui suivaient plutôt les traditions françaises. En analysant le transfert spécifique de théorie entre l’Allemagne et la Russie, l’article contribue à une histoire transnationale de la théorie formelle dans l’Europe des années vingt.

Haut de page

Notes de l’auteur

Une première version de cet article est parue dans Form und Wirkung. Phänomenologische und empirische Kunstwissenschaft in der Sowjetunion der 1920 Jahre, Aage Hansen-Löwe, Brigitte Obermayr, Georg Witte (éd.), Munich, Wilhelm Fink, 2013, p. (93-110).

Texte intégral

La gloire russe de Walzel

  • 2 Friedrich Kluge, Zur Nachfolge Erich Schmidts. Akademische Zeit- und Streitfragen, Freiburg, Troeme (...)
  • 3 Lettre de Gustav Roethe à Edward Schröder du 31.07 ou 01.08.1913 in : Ruprecht Dorothea et Stackman (...)
  • 4 Oskar Walzel, « Wilhelm von Humboldt über Wert und Wesen der künstlerischen Form [1913] », in : Das (...)
  • 5 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel. Lebenserinnerungen, C. Enders (éd.), Berlin, Erich Schmidt, 1956 (...)

1Qui nommer sur la plus importante chaire d’études germaniques de tout le Kaiserreich allemand à la mort de Erich Schmidt en 1913 ? Cela suscita une grande inquiétude publique2. Oskar Walzel lui-même, à l’époque professeur à la Königliche Technische Hochschule de Dresde, passa pour un candidat prometteur. Gustav Roethe, qui dirigea un temps l’institut déserté à Berlin, écrivait ainsi en 1913 dans une lettre que Walzel avait pris ses distances avec la philologie à la Scherer. Excepté le fait que, « cet esthète autrichien […] (n’est pas) le représentant approprié de la littérature allemande dans la capitale prussienne et allemande », il avait aussi un argument de fait : « le formel fait scientifiquement toujours plus retour chez lui, malgré sa disposition esthétique fondamentale3. » Walzel avait intensifié ses travaux d’histoire des idées et la soudaineté avec laquelle il se proclama fondateur d’une nouvelle esthétique de la forme (Formästhetik), reste énigmatique. La même année justement, il comparait ses efforts à regagner le concept de « forme artistique » avec les efforts artistiques que l’expressionnisme affrontait. « L’expressionnisme n’est-il pas un symptôme du renversement (Umkehr), d’où je suis parti ? La fatigue face à l’imitation de la nature pousse l’artiste vers l’essence du concept de forme, qui est resté presque étranger au XIXe siècle4. » Il associait « le tournant de la contemplation du contenu à l’exploration (Ergründen) de la forme »5 avec l’intensification des efforts philosophico-historiques de sa discipline.

  • 6 Il prévoyait une revue, Zeitschrift für deutsche Literaturgeschichte, aux éditions Niemeyer, avec F (...)
  • 7 Frank Almai, Expressionismus in Dresden. Zentrenbildung der literarischen Avantgarde zu Beginn des (...)
  • 8 Klaus Weimar, « Oskar Walzels Selbstmißverständnisse », in : Mitteilungen des Deutschen Germanisten (...)
  • 9 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel, p. 191 et Peter Salm, Drei Richtungen der Literaturwissenschaft. (...)

2Quoiqu’il en soit, ses travaux d’histoire des idées sur le concept de forme (Plotins Begriff der ästhetischen Form et Herbart über dichterische Form, les deux en 1915) comme les fines analyses formelles rassemblées dans Das Wortkunstwerk de 1926 prennent place dès 19136, alors qu’il est, hors académie, en contact très étroit avec l’avant-garde expressionniste à Dresde7. Son déplacement terminologique, que lui a inspiré le néokantien Ernst Cassirer8, mais qui provient aussi de son interprétation de la traduction du terme grec plotinien eidos (εδος) fut fatal à son évaluation ultérieure. Lorsque Walzel – alors devenu ordinarius à Bonn – substitua, à partir des années 1920, le concept de Gestalt au concept de Form, appréhendant la forme artistique et plus précisément la forme poétique comme quelque chose de visuel9, ses efforts pour saisir la forme littéraire manquèrent de précision. Le grand recueil d’histoire et de systématique de la forme poétique, Gehalt und Gestalt im Kunstwerk des Dichters (1923) perdit en acuité logique par la mise en concurrence des termes Form et Gestalt.

  • 10 Lettre du 14.03.1923 : « Il est bien dommage que je ne puisse lire les travaux russes que vous évoq (...)
  • 11 Zeitschrift für slavische Philologie, vol. 1, 1924, cahiers 1-2, p. 117-152.

3Walzel acquit une autorité grandissante au sein du formalisme russe des années 1920 malgré ses « auto-équivocités » (Klaus Weimar). La figure la plus importante de cette liaison entre l’esthétique de la forme russe et allemande est comme on le sait Viktor Jirmounski. Il devint l’apôtre de Walzel dans la jeune Union soviétique, après être entré en contact avec lui, personnellement et amicalement, dans les années 1920. Walzel se réjouit de l’opportunité de faire traduire ses travaux en russe, il fit parvenir sans discontinuer ses contributions les plus récentes à Leningrad et regretta de ne pouvoir lire les travaux russes sur le problème de la forme, et donc les contributions des formalistes. Il pria Jirmounski par lettre (datée du 14.03.1923) de lui établir un état des lieux de la recherche10, qui parut en 1924 sous le titre « Formprobleme in der russischen Literaturwissenschaft », dans le premier volume de la revue Zeitschrift für slavische Philologie, fondée par l’ami de jeunesse de Jirmounski, Max Vasmer, à Saint-Pétersbourg11.

  • 12 Cette lettre de Jirmounski se trouve dans ses archives à Saint-Pétersbourg ; dans la même chemise s (...)
  • 13 ARAN Saint-Pétersbourg 1001.1.387, Nr 3, p. 178. – à quoi s’ajoutent des conférences de Heusler sur (...)
  • 14 Oskar Walzel, « Analytische und synthetische Literaturforschung », in : Verhandlungen der fünfzigst (...)

4Un an après son deuxième séjour de recherches de 1925, Jirmounski envoya une étudiante à Bonn, informant le maître vénéré qu’un « Drang vers Bonn » s’imposait maintenant à l’université de Leningrad : « d’autres se présenteront probablement encore à vous avec le temps, afin de puiser à la source : je leur ai en tout cas raconté combien j’ai moi-même, lors de mes séjours d’études, appris de vous12. » Dans le journal d’études de Jirmounski de l’année 1925, les séances de séminaire de Walzel sont documentées de manière exhaustive. Lors de la séance du 4 mai : « L’œuvre d’art verbale (Wortkunstwerk) – un mot nouveau – est une pointe. La pointe est dirigée contre ceux qui trop longtemps n’ont pas considéré la poésie comme un art, contre la philologie13. » Depuis le congrès de philologie à Graz en 1909, Walzel défendait une science de la littérature synthétique, tournée contre la philologie analytique14.

  • 15 Peter Kogan (1872-1932) à Oskar Walzel le 08.01.1929 (DLA, A : Walzel).
  • 16 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel, p. 230. La remarque de Walzel ignore la polyvalence (Vielseitigk (...)
  • 17 Tynjanov, Tomasevski, Vinogradov, Engelhardt et Jakubinksi en font partie.
  • 18 La partie sur l’expressionisme issue de Die deutsche Dichtung seit Goethes Tod a été traduite en ru (...)
  • 19 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel, p. 234.
  • 20 Ibid.

5À l’automne 1928, Walzel fait le voyage en Union soviétique, sur invitation de Jirmounski, en conséquence de quoi il est nommé membre d’honneur de l’Académie des sciences artistiques d’État de Moscou (GAKhN) : « Au regard de votre haut mérite et de vos résultats significatifs dans le domaine de l’art en général et de la science littéraire, l’académie d’État des sciences de l’art vous a élu à l’unanimité, monsieur le professeur, membre d’honneur »15. Les Lebenserinnerungen, rédigés pendant le national-socialisme, alors que Walzel meurt sous un bombardement dans sa maison à Bonn, peu après sa femme à Theresienstadt, sont sans équivalent dans l’histoire de la germanistique avant 1945. On y lit : « mon ami Jirmounski, représentant de ma discipline à l’université de Leningrad, chercheur de mérite de la communauté allemande de la Volga, m’a ouvert la voie en Russie16. » Walzel, comme Franz Saran (Erlangen) et Eduard Sievers (Leipzig), devint membre d’honneur en 1925 de l’institut d’État d’histoire de l’art (Gosurdarstvennyj Institut Istorii Iskusstv-GIII), plus exactement du département d’histoire de l’art verbal (Otdel istorii slovesnyh iskusstv) que dirigeait Jirmounski17. Walzel n’était donc pas un inconnu quand il séjourna en 1928 à Leningrad, où, dans le séminaire de Jirmounski, il parla de Rilke et visiblement aussi de poésie allemande contemporaine18. La première des deux conférences moscovites fut l’acmé pour Walzel : « Je n’ai jamais été autant fêté que lors de cette première conférence. Le collègue de Bonn et sa femme faisaient partie du public. Ils m’ont dit que cela leur faisait chaud au cœur d’en avoir été. Ils pouvaient ainsi témoigner de ce qui s’est passé, quand je l’ai raconté à Bonn. Même l’ambassade allemande était représentée19. » Lors de la deuxième conférence, huit cents personnes se sont déplacées20.

  • 21 Walzel a trouvé en lui, par l’intermédiaire de Jirmounski, un collaborateur du volume consacré à la (...)

6À Moscou, outre l’honneur d’être membre de la GAKhN, Walzel en obtint un autre. Pavel Sakulin (1868-1930), fondateur de la méthode sociologique en Russie, a proposé une adhésion d’honneur de Walzel à la société des amis de la littérature (Obščestvo druzej russkoj literatury) de l’université de Moscou (lettre du 22.10.1928)21. La recommandation de Sakulin est riche d’enseignements, car elle explique aussi indirectement pourquoi Walzel fut accepté dans la GAKhN. Sakulin indique dans sa missive qu’outre la méthode marxiste en sociologie, il y a cette « méthode formelle et sociologique », qui repose pour partie sur « une base philosophique ». Il inscrit Walzel dans une série de savants allemands qui sont devenus des modèles pour les philologues russes :

  • 22 DLA A : Walzel [allemand dans l’original].

Des savants allemands se tenaient déjà devant le berceau de l’histoire de la littérature russe. Ainsi le célèbre professeur moscovite des années 1840, Fedor Ivanovitch Buslajew, fut influencé dans sa vision du monde scientifique par les frères Grimm. – Le nom de Benfey est étroitement lié aux principes méthodologiques d’Alexander Pypin et d’Alexander Veselovski. – L’éminent théoricien du champ de la poétique, le professeur Potebnja, était significativement redevable aux savants allemands, notamment à Wilhelm von Humboldt, Steinthal et Lazarus. – Le professeur Alexander Veselovski avait la poétique de Wilhelm Scherer comme modèle, quand il conçut sa poétique historique. – Aujourd’hui aussi, nous nous consacrons avec un grand zèle à l’étude des œuvres allemandes et nous en admirons la pluralité des directions et la richesse des idées22.

  • 23 DLA A : Walzel [allemand dans l’original].

7La phrase qui suit n’est pas une simple flatterie, mais un indice de la gloire de Walzel du côté des Russes : « Parmi les historiens de la littérature russe, il n’y en a quasiment pas un seul pour qui le nom d’Oskar Walzel ne soit une profonde résonance, car chacun peut se compter en un certain sens parmi ses élèves23. »

« Le formaliste allemand »

  • 24 Voir l’essai de Walzel : « Wilhelm von Humboldt über Wert und Wesen der künstlerischen Form ». Gust (...)
  • 25 Tous lient « la lutte contre l’explication causale externe de l’œuvre d’art au profit d’une concept (...)
  • 26 Pour une présentation historico-problématique de l’herméneutique agréable à lire de l’Antiquité à W (...)

8Historiquement parlant, Walzel manifeste la redécouverte de la « forme artistique » dans la germanistique. Walzel, qu’excluait de son cercle la fraction la plus étroite des philologues, représentée par Gustav Roethe à Berlin, a mis au jour la nouvelle science de la littérature grâce à sa « forme artistique ». Il estimait que le potentiel de la découverte par Johann Gottfried Herder de la multiplicité des formes artistiques devait devenir un cadeau de la philologie allemande, alors que cette dernière s’était trop longtemps concentrée sur la reconstruction historico-philologique des circonstances entourant les œuvres mais non à la connaissance de leur « forme artistique24 ». C’est très exactement là le point qui unit Walzel, le formalisme russe et le structuralisme pragois25. Systématiquement parlant, sa manière de comprendre la « forme artistique » dans une téléologie du tout marque la limite où cette « méthode philosophique formelle » de l’Académie des sciences artistiques d’État (GAKhN) se sépare de ladite « méthode formaliste ». Pour les savants soucieux d’herméneutique de la GAKhN, et avant pour Gustav Chpet (1879-1937)26, saisir la totalité de l’œuvre d’art conditionnait sa prise en compte.

  • 27 Gustav Chpet, Die Hermeneutik und ihre Probleme [L’herméneutique et ses problèmes] (1918), A. Haard (...)
  • 28 Gustav Chpet, Die Hermeneutik und ihre Probleme, p. 155.

9Chpet, dans son « analyse principielle » de la conception herméneutique de Schleiermacher, nouait le fait de « comprendre » à la « forme interne », corrélée à la « forme externe » de son « exposition (Darlegung) », là où la forme interne constituait le « sens » lui-même27. L’unité du contenu est ici décisive pour Chpet, donc le fait que le contenu soit, dans la chose interprétée, « un et un seul » comme l’est celui qui comprend28. Chpet place les formes externes de l’exposition en corrélation avec les formes internes du comprendre (« Parallélisme du comprendre et de l’exposition »), là où les formes externes se transforment en formes internes, sans que cela crée une contradiction entre elles.

  • 29 Ibid.
  • 30 Ibid., p. 157.

10L’insistance sur l’exposition (Darlegung) est ici centrale car si comprendre signifie exposer, il ne faut alors justement pas renoncer à cette exposition : « Tant que nous ne comprenons pas nous-mêmes, nous n’avons pas besoin d’une exposition29. » C’est précisément la possibilité de passer d’une « compréhension automatique » à l’interprétation qui présuppose « qu’existent des formes logiques internes déterminées et une mise en forme (Formbildung)30 ».

  • 31 Ibid, p. 163.

11Partant de la distinction de Friedrich Schleiermacher entre l’interprétation grammaticale et l’interprétation psychologique, il accorde une fonction importante aux formes internes dans l’interprétation grammaticale. « Il est aisé de se représenter un schéma du comprendre quand on a affaire à une interprétation grammaticale. Du signe ou du mot dans ses formes données externes, nous nous frayons un chemin vers son sens ; et ce cheminement est ce que nous appelons “comprendre”31. » Ce schéma ne se transpose pas à l’interprétation psychologique, qu’il soumet à la critique, et dont le lien idéal avec l’interprétation grammaticale n’est pas tout à fait clarifié chez Schleiermacher, ce qui a conduit à un « psychologisme » dans la réception.

  • 32 L’exigence d’assurer la signification dans le matériau linguistique distingue Walzel de ce que l’on (...)

12L’engagement de Walzel envers un concept global de forme résulte de ses recherches au long cours sur le romantisme, des recherches qui l’ont poussé à réévaluer Friedrich Schlegel désavoué par la corporation philologique. Schlegel entend la philologie comme ce qui vise l’intrication (Ineinander) de l’herméneutique et de la critique textuelle pour comprendre l’œuvre dans sa totalité (son unité en « esprit »)32.

  • 33 Viktor Žirmunskij, « K voprosu o formal’nom metode » [« À la question de la méthode formelle »], in (...)
  • 34 Ibid., p. 23 : « Je considère comme significative l’introduction de nouvelles méthodes proposées pa (...)
  • 35 Alexander Haardt, Husserl in Rußland. Phänomenologie der Sprache und Kunst bei Gustav Špet und Alek (...)

13Au centre de la réception russe de Walzel se trouve l’étude Die künstlerische Form des Dichtwerks, qui parut en traduction russe sous le titre Problema formy v poezii avec une introduction de Jirmounski. Jirmounski posait une analogie entre la méthode formelle en Russie et les efforts de Walzel33, ceci afin de préserver les formalistes d’un dogmatisme étriqué. Les échanges avec les Allemands, surtout avec Walzel, pouvaient déjà les alerter34. C’est toutefois non les formalistes mais les savants du cercle de la GAKhN qui suivirent les recommandations de Jirmounski35.

  • 36 Bjulleteni G.A.CH. N 4-5 (1926), p. 82
  • 37 « Sous bien des aspects, Prof. O. Walzel suit d’autres chemins que les formalistes russes : explora (...)

14La bibliothèque du GAKhN acquit Gehalt und Gestalt de Walzel en 1926 en se justifiant ainsi : l’ouvrage provenait d’un « des plus significatifs et des plus anciens représentants parmi les formalistes allemands » (« главнейших и старейших представителей германских формалистов »)36. Ce qui intéresse le GAChN chez Walzel, c’est la compréhension transmédiale de la « forme artistique », sur laquelle Jirmunski aussi insistait face à la limitation des formalistes à la linguistique37. Le programme synthétique était en accord avec les convictions de Vassily Kandinsky, fondateur de l’académie. « L’élucidation réciproque des arts » (Wechselseitige Erhellung der Künste) – en russe « étude comparative des arts » (« Sravitel’noe izučenie iskusstv ») – s’appuie sur la prise en compte d’une « forme interne » et d’un concept global d’œuvre d’art.

  • 38 Wilhelm Scherer, Poetik. Mit einer Einleitung und Materialien zur Rezeptionsanalyse [1888], Gunter (...)
  • 39 Gustav Chpet, La forme interne du mot. Études et variations sur des thèmes de Humboldt, traduction (...)
  • 40 Oskar Walzel, Das Wortkunstwerk, p. 17, 18, 19, 32, 36 et suiv., p. 42 et suiv.

15Afin de légitimer le concept de « forme interne », Walzel s’appuie sur la tradition esthétique allemande du XVIIIe siècle et sur le romantisme. Le concept d’endon eidos (το ἔνδον εἶδος) qui renvoie à Plotin et fut popularisé par Shaftesbury trouva sa place dans la doctrine de la signification linguistico-scientifique de Wilhelm von Humboldt – et comme on le sait, la tradition russe s’y arrime. Humboldt cherchait à rendre justice à l’observation, au fait qu’une et une même chose peut être décrite diversement par des communautés linguistiques différentes, selon la perspective qui est prise et selon l’aspect accentué. Le germaniste Wilhelm Scherer transposa cette approche à l’art poétique en comprenant la « “forme interne” comme la saisie caractéristique38 » d’une chose, par laquelle un poète indique comment il la « voit ». Walzel, s’est efforcé dans Plotins Begriff der ästhetischen Form (1915) (cité aussi par Chpet)39, de rendre à nouveau fécond ce concept, repris de Goethe et de l’esthétique classique dans la science littéraire (Literaturwissenschaft) moderne, en considérant l’endon eidos comme la vision artistique du poète40. Outre l’aspect visuel de l’eidos, transparaît dans la « vision » un moment visionnaire (seherisch) irrationnel. Walzel est tout proche, en bien des essais, de faire de la forme, placée à l’« l’intérieur de l’œuvre » comme « vision » artistique d’un génie créateur, une disposition allemande (voir ci-dessous). Les formulations théoriques de Walzel ne servent pas seulement un intérêt scientifique ; elles voudraient aussi défendre des courants esthétiques du présent. Ses écrits suivent une stratégie : inclure la poésie la plus récente et l’intégrer à l’histoire de la littérature. Ils sont potentiellement – comme la pensée esthétique de son jeune élève Wilhelm Worringer – un porte-voix des desseins propres aux poètes contemporains.

  • 41 Herta Schmid, « Oskar Walzel und die Prager Schule », p. 24
  • 42 Ibid.
  • 43 Ibid., p. 25 : « ce qui est vraiment spécifique, qu’il s’agisse du contenu comme de la forme extern (...)
  • 44 « Chez Chpet, la définition de l’obraz comme forme interne, “placée entre la sensibilité externe et (...)

16La « forme artistique » surgit de la mise en forme (Formung) d’une matérialité linguistico-spirituelle. Walzel comprend cette forme (et plus tard cette « Gestalt ») à l’aide du concept de « forme interne », qui sert de lien entre la forme externe et le contenu41. L’esthétique de la Gestalt de Walzel et la pensée structuraliste de Jan Mukarovsky se rejoignent42 sur un tel « principe de mise en forme individuelle43 ». L’obraz chez Chpet sera là aussi défini comme « forme interne » du discours poétique44.

  • 45 Gustav Chpet, Vnutrennjaja forma slova. Etjudy i variacii na temy Gumbol’ta [La forme interne du mo (...)
  • 46 OPOIAZ (Obščestvo po izučeniju poėtičeskogo jazyka – Société d’étude de la langue poétique) : assoc (...)

17Dès que l’on est convaincu que la relation externe entre forme et matière recouvre un principe formel spirituel, on exige de découvrir les lois de la « forme interne ». La connaissance de la forme poétique est immédiatement prise dans la connaissance générale de la « forme artistique ». La persévérance de Herder, Goethe, Humboldt, Potebnia, Walzel ou Chpet à appréhender la « forme interne » peut sembler spéculative et manquer de cohérence logique dans son argumentation (Chpet a reproché sur ce point à Goethe sa naïveté)45, cela reste néanmoins symptomatique d’une insatisfaction à l’égard d’une description formelle purement externe – qu’il s’agisse de rhétorique (comme jusqu’au XVIIIe siècle) ou de linguistique (comme dans le cercle formaliste de l’OPOIAZ)46. La recherche de Walzel en histoire des idées sur le concept de forme interne depuis Plotin jusqu’à Herder et la conceptualisation systématique de la forme interne chez Gustav Chpet (vnutrennaja forma), incluant Wilhelm von Humboldt, s’enracinent dans cette insatisfaction.

  • 47 Natalia Poleva, « L’influence des travaux de G. Chpet sur l’étude des problèmes de la forme artisti (...)

18La coïncidence entre la pensée de la forme de Walzel et les recherches du GAKhN est significative : en 1923, alors que Walzel fait paraître son écrit programmatique Die künstlerische Form des Dichtwerks en traduction russe, Gustav Chpet fonde un groupe de recherches au sein du GAKhN pour interroger « la forme artistique47 ». Les résultats écrits sont publiés en 1928, sous le titre Hudožestvennaja forma (Die künstlerische Form) dans l’intention programmatique de se démarquer des « formalistes » qui ne se consacrent qu’à la forme externe :

En opposition aux soi-disant formalistes du type OPOIAZ, la forme artistique signifie ici la forme interne, alors que les formalistes se donnent pour règle dans leurs recherches de se limiter au champ de la forme externe. La question se pose plus largement et se manifeste dans la relation des différentes formes les unes avec les autres, par exemple les formes logiques, syntaxiques, mélodiques, des formes proprement poétiques, rhétoriques etc.

protivopoložnost’ tak nazyvaemym formalistam tipa « OPOIAZa » hudožestvennaja forma ponimaetsja zdes’ kak « vnutrennaja forma », togda kak formalisty obyčno ograničivajut svoi izyskanija oblastju form vnešnyh. Vopros stavitsja šire i vskryvaetsja na fone vzaimootnošenija raznyh form meždu soboj, naprimer, form logičeskih, sintaksičeskih, melodičeskih, form soobstvenno poètičeskih, ritoričeskih i.t.d.

  • 48 Il s’agit des recherches de Bernhard Seuffert (1853-1938) – notamment de « Beobachtungen über dicht (...)
  • 49 Vjačeslav I. Ivanov, « Forma formans und forma formata. Über innere und äußere Form », in : Merkur (...)
  • 50 M[ichail] A[leksandrovič] Petrovskij, « Morfologija novelly » [« La morphologie de la nouvelle »], (...)
  • 51 B. I : Jarcho, « Prostejšie osnovanija formal’nogo analiza » [« Fondements élémentaires de l’analys (...)
  • 52 Ibid.
  • 53 Oskar Walzel, « Die künstlerische Form des Dichtwerks » [1916], Die Werkinterpretation, H. Enders ( (...)
  • 54 Ibid.

19Ce que montre la publication Ars poetica (vol. 1, 1928), placée à côté de l’étude de Chpet sur la forme interne et du recueil sur « la forme artistique », c’est l’intensité liant la pensée de la forme du GAKhN et celle de la science de la littérature allemande : Rozalija Shor rend compte exhaustivement des travaux de Graz sur la composition des récits (Erzähltexte)48. Michel Petrovskij (1887-1937) encadre, un an avant La Morphologie du conte de Vladimir Propp, sa « Morfologija novelly » (Morphologie de la nouvelle) avec la formule de Goethe « Gestaltenlehre ist Verwandlungslehre », exposant ainsi la « forme » pensée ici de façon goethéenne-organique comme « forma formans »49 – « Učenie o forme est’ učenie o prevraščenii50 ». L’essai de M. P. Stoljarov, « K probleme poetičeskogo obraza » (« Sur le problème de la forme poétique ») engage une discussion avec le livre épochal de Theodor A. Meyer Das Stilgesetz der Poesie de 1901 ; et dès le début de l’ouvrage, Boris Jarcho (1889-1942) renvoie au concept de « forme artistique » de Walzel, selon lequel les mots et leurs représentations sont à saisir comme le matériel (la matière) de la poésie : « les Gestalten (Obrazy) dans l’œuvre littéraire signifient les mots de telle sorte que l’attention est portée sur la perception sensible51. » Jarcho cite Walzel : tout ce qui est « visuel, les ressemblances et les comparaisons », crée ce type de perception sensible. Les « images internes » sont ainsi créées comme « des Gestalten52 ». Dans Die künstlerische Form des Dichtwerks, Walzel complète le matériel conceptuel de la poésie par cette dimension « spirituelle ». Ce qui est « matière » (et ainsi susceptible de forme) au sens des autres arts, ce n’est justement pas seulement les sons perceptibles et les graphèmes ou le rythme, mais c’est, de façon tout aussi indirecte, les perceptions médiées par des « images internes » : « Les mots, l’outil propre à la poésie, éveillent en nous des représentations. Ils sollicitent ainsi aussi des représentations qui reposent sur des impressions antérieures des sens53. » Ces impressions des sens de second ordre font naître le monde poétique : « Nos croyons alors entendre et voir quelque chose qui dépasse les bornes des impressions sensibles immédiates de l’art verbal (Wortkunst)54 » poursuit Walzel. Le but de la mise en forme (Formung) se ne trouve pas en dehors de lui (par exemple dans une éthique) mais en lui-même.

  • 55 Ibid., p. 6 et suiv.
  • 56 Ibid., p. 5.
  • 57 Ibid., p. 7.
  • 58 Ibid., p. 10 : Il est « indifférent aux plus hautes tâches de la détermination de la forme », que « (...)
  • 59 Ibid., p. 11.
  • 60 Ibid., p. 6.
  • 61 Ibid., p. 12.
  • 62 Peter Salm, Drei Richtungen der Literaturwissenschaft, p. 61 souligne le manque chez Walzel de conc (...)
  • 63 Oskar Val’cel’, Problema formy v poėzii, 1923, p. 66 : « Naučnaja strogost’ – takovo bylo glavnoe t (...)

20Walzel défend une approche esthétique par l’effet (wirkungsästhetisch), qui, au sens de Kant, comprend l’art comme beauté qui plaît, où le « beau » est « forme » ou plus exactement Gestalt. La forme artistique a des « effets sur le sentiment » particuliers55, des formes externes, comme la mélodie des vers, déjà « ébranlèrent par cette voie des sentiments56 ». Il connaît même « une exigence artistique purement formelle57 », qui doit être satisfaite58. Le concept de totalité (Ganzheit) est central, comme cela fut souligné : la succession temporelle des mots contient un ordonnancement spatial. La « légalité formelle une et elle-même59 », qui concerne « le tout (das Ganze) de l’œuvre d’art poétique » règne dans tous les arts, qu’on comprenne la poésie par des moyens musicaux (composition60, rythme) ou picturaux (construction). Walzel reconnaît immédiatement alors le manque d’un métalangage qui serait développé pour la seule poésie, et recommande la langue de l’antique rhétorique, de la grammaire, de la stylistique ou la langue universelle61. Ce dernier point conjugué au renoncement à produire une terminologie propre, explique très certainement que les pistes de Walzel semblent, au vu des critères actuels, ne pas remplir des exigences scientifiques62. Il est frappant aussi qu’il n’envisage pas la linguistique comme une terminologie possible. Malgré ce déficit terminologique, – ainsi se conclut la version russe de Die künstlerische Form des Dichtwerks – il se sépare de l’esthétisme du XIXe siècle : « je me focalise sur la rigueur scientifique face à de telles tendances »63.

La sémantique culturelle de la forme interne

  • 64 Lubomir Doležel, Occidental poetics. Tradition and progress, Lincoln, University of Nebraska Press, (...)
  • 65 La citation se trouve dans Michael Dewey, « “Wir sind ohne den Geist der Deutschen ausgekommen…”. Z (...)
  • 66 Aage Hanse-Löwe, Der russische Formalismus, p. 12.
  • 67 Aussi importante que puisse être la recherche génétique, l’exemple de Bakhtine montre que sa récept (...)

21Les tentatives esthético-formelles du GAKhN, qui tournent autour du concept de « forme interne », jettent une nouvelle lumière sur le dit « formalisme russe » tel qu’il fut reçu à l’Ouest. La situation de concurrence scientifique, installée mais oubliée, entre le GAKhN et les formalistes orientés par la linguistique du cercle OPOIAZ, est riche d’enseignements pour évaluer la contribution du discours allemand esthético-formel à la formation du discours russe64. Alors que les formalistes – comme Tynianov l’affirme à Chlovski –, « s’en sont sortis sans l’esprit des Allemands65 », c’est là ce que Jirmounski et le cercle GAKhN autour de Chpet ont pris au sérieux. « Dire que tous les concepts et les théorèmes essentiels des formalistes sont comme des “plagiats” transférés de modèles étrangers ou nationaux, serait se satisfaire de peu » en réalité66. Il y a certes une floraison de la recherche esthético-formelle qui s’est efforcée de définir « la forme artistique » selon des perspectives à la fois médiales et internes, et non pas matérielles, sans qu’elles soient allemandes67. Mais du point de vue d’un comparatisme culturel, et pour une compréhension réciproque des sciences culturelles russes et allemandes, le regard sur la discussion allemande est riche d’influences. Le discours esthético-formel engage toujours implicitement des questions sémiotico-culturelles et déborde donc largement l’intérêt scientifico-esthétique.

  • 68 Jirmounski ne parle pas de ce fait lorsqu’il fait paraître la dernière version et se réfère à la pu (...)
  • 69 Oskar Walzel, « Die künstlerische Form des Dichtwerks », p. 32.
  • 70 Peter Salm, Drei Richtungen der Literaturwissenschaft, p. 46.
  • 71 Oskar Walzel, « Die künstlerische Form des Dichtwerks », p. 8. Voir la traduction russe de 1923 : O (...)
  • 72 Georg Simmel, Rembrandt. Ein kunstphilosophischer Versuch, Leipzig, Kurt Wolff, 1916, p. 69 et suiv (...)

22Il n’est pas sans importance que le Künstlerische Form des Dichtwerks de Walzel paraisse au milieu de la Première Guerre mondiale (1916)68. L’appel à la fin de son essai à une « contemplation intérieure (Selbstbesinnung)69 » esthétique des Allemands possédait une dimension nationale dans le combat culturel avec la France. L’opposition entre la forme latine et la forme germanique est devenue depuis longtemps un topos, dont le Rembrandt de Simmel est une référence centrale. Walzel développe sa pensée formelle aussi contre le soupçon de favoriser un concept rhétorique à la française, à la fois mécanique et schématique70. C’est pourquoi il anticipe des objections possibles, les formulant ainsi : « L’Allemand, vrai élève et disciple de Plotin se sent de toute façon toujours inquiet quand il est question d’un effet simplement formel de l’art71. » On pourrait dire aussi que les objections de la spéculation idéaliste envers une description externe, purement matérielle contraignent de légitimer tout nouveau type de réflexion formelle en Allemagne selon le modèle de Plotin. Influencé par Simmel et Cassirer72, Walzel oppose un concept de forme dynamique et organique propre aux Allemands à un concept latin statique et mécanique.

  • 73 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel, p. 167 : « Cette fois-là encore, je m’en suis tenu à mon princip (...)
  • 74 Oskar Walzel, « Die künstlerische Form der deutschen Romantik », p. 126 et suiv.

23Il faut se souvenir que lors du voyage de Walzel en URSS en 1928, un autre de ses essais parut en russe. Sous le tire Problemy literaturnoj formy (Problèmes de la forme littéraire), son éditeur Jirmounski a rassemblé outre trois essais de Walzel, des travaux de Wilhelm Dibelius, Karl Vossler et Léo Spitzer. L’essai de Walzel Die künstlerische Form des jungen Goethe und der deutschen Romantik importe pour la coïncidence entre « forme interne » et « forme allemande » car il affirme que l’art allemand, s’il n’est pas antique (au sens du classique chez Goethe) ni modifié par le latin, est l’expression subjective d’un mouvement intérieur. Walzel prononça son texte le 14 mars 1918 à Amsterdam dans le cadre d’une série d’essais de propagande pour le ministère des Affaires étrangères73. Sous le titre Die deutsche Form der Romantik, la forme allemande et la forme interne sont court-circuitées74. L’édition russe de 1928 renvoie au titre tardif : Hudožestvennaja forma v proizvedenijah Gete i nemeckich romantikov (La forme artistique du jeune Goethe et du romantisme allemand). Walzel explicite un nouvel aspect du « vouloir de forme (Formwillen) allemand », qu’il met en relation avec Plotin :

  • 75 Oskar Walzel, « Die künstlerische Form des jungen Goethe und der deutschen Romantik » [1918], in : (...)

Ce qui est intérieur, et qui doit parvenir à l’expression, ne [peut] jamais parvenir à une expression pleine et sans entrave […]. Ce que l’artiste porte en lui, ce qui se trouve dans son esprit, renonce toujours beaucoup sur le chemin de l’extériorisation artistique. L’endon eidos de l’artiste n’enrichit pas son résultat artistique. Seul le sentiment (Empfinden) allemand lui correspond75.

24L’attractivité des concepts de Walzel pour les germanistes de 1920 réside en ceci : l’analyse formelle pouvait s’étendre à des domaines qui n’étaient pas couverts, à savoir les « formes externes » que sont les strophes, le mètre, les figures rhétoriques, etc. L’enjeu était que la connaissance des formes internes, individuelles est aussi connaissance du contenu de l’œuvre. Si la forme allemande en tant que forme interne penche vers les formes individuelles, seule son analyse permet d’entrer dans l’œuvre. Le problème de ce point de vue réside évidemment dans la sémantique nationale du concept de forme, ce par quoi Walzel espérait probablement en Allemagne même plus d’audience. Si l’idée de Plotin n’est en fait réalisable que par des poètes allemands, un tenant de la science littéraire se consacrant à une littérature non allemande (poésie) pouvait se heurter à une loi formelle interne impossible. La thèse de Walzel selon laquelle la poésie allemande est autonome, affirme indirectement que la poésie non allemande est hétéronome, conditionnée par des contraintes formelles externes. Il est aisé de comprendre que la réception russe de Walzel détourna les yeux de ce genre d’implications. Ce qui compta seul, c’est que Walzel valait comme le principal protagoniste d’une science littéraire qui voulait renforcer le concept de « forme interne ».

  • 76 Pavel Medvedev, Die formale Methode in der Literaturwissenschaft [1928], H. Glück (éd. et trad.), p (...)

25Il y a un autre moment décisif du contenu de la réception russe de l’esthétique formelle allemande. Ce moment se détache de toute explication rationnelle, et le mieux pour le comprendre est d’user du concept provisoire d’« autorité », autorité qu’exerçaient la science allemande en général et la philologie allemande en particulier sur les Russes – notamment sur les jeunes, nés entre 1880 et 1900. L’« autorité » est d’autant plus importante qu’elle légitime la réception. On comprendra mieux en renvoyant à la remarque de Pavel Medvedev en 1928, qui pensait que ce n’était pas l’Allemagne mais la France qui était « la patrie de l’école formelle76 ».

  • 77 Ibid., p. 4.
  • 78 Ibid., p. 228, remarque 1.
  • 79 Ibid., p. 4. Voir aussi l’étude préliminaire de V. N. Vološinov à son essai Marksizm i filosofija j (...)
  • 80 Pavel Medvedev, Die formale Methode in der Literaturwissenschaft, p. 4.
  • 81 Ibid., p. 68.
  • 82 Ibid., p. 67.

26Medvedev range Walzel dans une série de scientifiques en littérature et en art77, qui prennent leur élan à la fin du XIXe siècle. Konrad Fiedler (1841-1895), Adolf Hildebrand (1847-1921) et Julius Meier-Graefe (1867-1935) sont les premiers à s’opposer au positivisme et à l’idéalisme, Alois Riegl (1858-1905) et August Schmarsow (1853-1936) suivirent, puis enfin Heinrich Wölfflin (1864-1945) et Wilhelm Worringer (1881-1965), qui vaudraient comme fondateurs au sens strict de la méthode formelle en « Europe de l’ouest78 ». Dans le champ de l’histoire littéraire, chez des auteurs comme Friedrich Gundolf (1880-1931), Emil Ermatinger (1873-1953), Hermann Hefele (1885-1936) et Walzel79, Medvedev observe la même tendance que dans le champ de l’esthétique et de la science de l’art, mettre en valeur le matériel (Material) empirique et l’interpréter dans le cadre d’une vision du monde propre. La fondation philosophique de ces auteurs provient de la phénoménologie ou de « la philosophie de la vie la plus intuitive ». Les travaux de Ermatinger et de Hefele conduisent Medvedev à juger qu’on ne peut parler au sens strict d’une méthode formelle au sein de la science littéraire allemande. La dépendance envers la philosophie de la vie est un renoncement à « l’unité externe de l’œuvre » au profit d’une « unité de l’expérience vécue concrète dans son individualité indestructible80 ». On peut décrire la poétique allemande moderne par le concept de « forme interne », mais il renvoie ici à Goethe et non à Humboldt. Il doit lier « la concrétude matérielle » avec « l’ampleur du sens idéal et avec la labilité de l’expérience vécue, individuelle, vivante81 ». L’idée dominante de Gehalt und Gestalt im Kunstwerk des Dichters de Walzel consiste selon Medvedev en ceci : « unir les impératifs constructifs avec le sens idéologique dans toute son ampleur82. »

27Medvedev en vient, pour esquisser l’histoire de l’émergence de la méthode formelle, à parler de la science de la littérature et de la linguistique françaises. Outre la tradition rhétorique, dans laquelle s’inscrivent Ferdinand Brunetière (1849-1906), Gustave Lanson (1857-1934) et Albert Thibaudet (1874-1936), il nomme les analystes linguistes du style que sont Charles Bally (1865-1947) et Albert Sechehaye (1870-1946).

  • 83 « J’étais il y a peu pour la première fois à Paris », dit la dernière lettre à Jirmounski du 05.10. (...)
  • 84 Concernant les concepts synthétiques de formes dans la science allemande entre 1900 et 1930, voir D (...)

28Il y a quelque chose de net dans la présentation historico-scientifique par Medvedev en 1928 – l’année où Walzel, qui jusqu’ici n’avait jamais été à Paris, visita aussi Leningrad et Moscou83 – : du point de vue russe, la différenciation entre l’Allemagne et la France, leurs traditions scientifiques nationales comme leur ignorance réciproque ne fait pas sens, ce sont des paradigmes équivalents. Il n’était pas rare à l’époque qu’une orientation soit prise non pas au nom des seuls savants et des contacts de recherches qui en découlent, mais aussi en suivant les artistes. La nouvelle science de la littérature russe put se légitimer, jusque dans une normativité de sociologie vulgaire, par deux paradigmes de la réflexion esthétique formelle. L’esthétique matérielle (Materialästhetik) du « formalisme » se trouva plus proche de la tradition rationaliste française, qui provenait d’un dépassement du modèle rhétorique. L’esthétique formelle herméneutique de l’Académie d’État des sciences des arts, qui posait le concept de « forme interne » contre la « forme externe » des formalistes, s’orienta au contraire sur le modèle allemand, où le discours esthétique formel se développait contre l’esthétique idéaliste. Oskar Walzel fut sans conteste le représentant le plus éminent de cette direction « synthétique84 » dans le champ de la science de la littérature.

Haut de page

Notes

2 Friedrich Kluge, Zur Nachfolge Erich Schmidts. Akademische Zeit- und Streitfragen, Freiburg, Troemer, 1913.

3 Lettre de Gustav Roethe à Edward Schröder du 31.07 ou 01.08.1913 in : Ruprecht Dorothea et Stackmann Karl, Regesten zum Briefwechsel zwischen Gustav Roethe und Edward Schroeder, 2 vol., Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2000, Nr 4392 [italiques dans l’original]. Voir aussi Nr 4373, lettre du 16.06.1913 [italiques dans l’original] : « Le fait que Walzel se soit éloigné de nous en évoluant, c’est ce que son petit livre sur Wagner m’a montré avec une radicale clarté : l’histoire de littérature devient pour lui une pure histoire des idées dans laquelle la forme et l’auteur disparaissent. »

4 Oskar Walzel, « Wilhelm von Humboldt über Wert und Wesen der künstlerischen Form [1913] », in : Das Wortkunstwerk. Mittel seiner Erforschung, Leipzig, Quelle & Meyer, 1926, (p. 65-76), p. 73.

5 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel. Lebenserinnerungen, C. Enders (éd.), Berlin, Erich Schmidt, 1956, p. 152.

6 Il prévoyait une revue, Zeitschrift für deutsche Literaturgeschichte, aux éditions Niemeyer, avec Franz Saran, élu depuis 1913 à Erlangen. Juste avant le déclenchement de la première Guerre Mondiale, il en circonscrivait ainsi le projet : « pour des raisons externes et internes, les chercheurs et les défenseurs progressistes font rarement paraître leurs essais dans les revues propres à leur discipline, mais préfèrent se tourner vers des revues scientifiques généralistes ou à caractère littéraire, parfois aussi vers des journaux d’autres disciplines, qui se rapprochent le plus de leurs points de vue originaux. C’est pourquoi il y a le danger qu’échappe au cercle de la discipline ou soit difficilement accessible toute une série de travaux de valeur et importants pour la recherche en littérature » (Deutsches Literaturarchiv Marbach, A : Walzel [dorénavant : DLA : Walzel]. On veut « offrir une observation plus profonde des fondements intellectuels et de la forme artistique de la poésie » (italiques de l’auteur) afin de « sonder l’essence de la forme poétique » (DLA : Walzel). – une collaboration est envisagée avec Eduard Sievers (Leipzig), Gustav Ehrismann (Greifswald), Berthold Litzmann (Bonn), Ernst Elster (Marburg). Sur l’échec du projet dû à la guerre, voir O. Walzel, Wachstum und Wandel, p. 184.

7 Frank Almai, Expressionismus in Dresden. Zentrenbildung der literarischen Avantgarde zu Beginn des 20. Jahrhunderts in Deutschland, Dresde, Thelem, 2005, notamment p. 191-199.

8 Klaus Weimar, « Oskar Walzels Selbstmißverständnisse », in : Mitteilungen des Deutschen Germanistenverbandes 53, 2006, (p. 40-58), p. 53.

9 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel, p. 191 et Peter Salm, Drei Richtungen der Literaturwissenschaft. Scherer, Walzel, Staiger, Tübingen, Niemeyer, 1970, p. 37-73, qui le range dans la tradition d’une compréhension des poèmes comme peintures (ut pictura poesis).

10 Lettre du 14.03.1923 : « Il est bien dommage que je ne puisse lire les travaux russes que vous évoquez. Si vous vouliez bien me rendre compte de manière détaillée de toutes ces choses, ce serait pour moi très important. Je ferai volontiers publier dans un journal allemand. »

11 Zeitschrift für slavische Philologie, vol. 1, 1924, cahiers 1-2, p. 117-152.

12 Cette lettre de Jirmounski se trouve dans ses archives à Saint-Pétersbourg ; dans la même chemise se trouvent les lettres de Walzel. ARAN Saint-Pétersbourg 1001.3.257.

13 ARAN Saint-Pétersbourg 1001.1.387, Nr 3, p. 178. – à quoi s’ajoutent des conférences de Heusler sur la religion germanique ou d’Alois Brandl sur Shakespeare, ARAN Saint-Pétersbourg 1001.1.386.

14 Oskar Walzel, « Analytische und synthetische Literaturforschung », in : Verhandlungen der fünfzigsten Versammlung deutscher Philologen und Schulmänner in Graz vom 28. Sept. bis 1. Okt. 1909, H. Schenkl (éd.), Leipzig, Teubner, p. 138-140 [exposé, paru comme article dans Germanisch-Romanische Monatsschrift 2, 1910, p. (257-274), p. (321-341)], ici p. 140 : « L’histoire littéraire allemande incline malheureusement de nos jours à dissoudre dans le néant des synthèses existantes, historiquement données par des analyses progressives. La cause de ce phénomène est l’impressionnisme qui sévit présentement en art et en science. » – On peut remarquer en passant que c’est lors de ce même congrès de philologues que Bernhard Seuffert a présenté son analyse compositionnelle (Kompositionsanalyse). Voir à ce sujet Aage Hansen-Löve, Der russische Formalismus. Methodologische Rekonstruktion seiner Entwicklung aus dem Prinzip der Verfremdung, Wien, Verlag der österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1978, p. 263-273, et récemment Hans-Harald Müller, « Formalistische und strukturalistische Theorieansätze um 1910 », in : Strukturalismus in Deutschland. Literatur- und Sprachwissenschaft 1910-1975, H.-H. Müller, M. Lepper et A. Gardt (éd.), Göttingen, Wallstein, 2010, (p. 217-228), p. 223-226. – Schulz voit de manière critique leur signification pour le formalisme russe : Christiane Schulz, « Komposition und Technik. Zur Frage einer deutschen Vorgeschichte des russischen Formalismus », in : Kritische Frage an die Tradition. Festschrift für Claus Träger, M. Marquardt (éd.), Stuttgart, 1997, (p. 208-243), p. 215.

15 Peter Kogan (1872-1932) à Oskar Walzel le 08.01.1929 (DLA, A : Walzel).

16 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel, p. 230. La remarque de Walzel ignore la polyvalence (Vielseitigkeit) de Jirmounski. Sur ce dernier comme « dialectologue » dans le cadre de l’atlas des langues de Marbourg, voir Matthias Aumüller, « Viktor Žirmunskij and German Mundartforschung », in : Studies in East European Thought 60, Cahier 4, p. 295-306.

17 Tynjanov, Tomasevski, Vinogradov, Engelhardt et Jakubinksi en font partie.

18 La partie sur l’expressionisme issue de Die deutsche Dichtung seit Goethes Tod a été traduite en russe : Oskar Val’cel’, Impressionizm i ėkspressionizm v sovremennoj Germanii (1890-1920), 1922.

19 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel, p. 234.

20 Ibid.

21 Walzel a trouvé en lui, par l’intermédiaire de Jirmounski, un collaborateur du volume consacré à la littérature slave de son ouvrage comparatiste : Handbuch der Literaturwissenschaft. Voir la lettre de Walzel à Jirmounski du 04.06.1923 : « Il va de soi que pour cette entreprise, il est bien plus important qu’un chercheur féru d’esthétique présente la poésie slave contemporaine avec pleine compréhension plutôt qu’un philologue s’exprime sur ses débuts » ; Walzel pensait même à un formaliste : « Ce que vous me rapportez de la recherche sur la forme artistique en Russie, rend à mon sens d’autant plus souhaitable qu’un tenant de cette direction entreprenne le travail » (ARAN Saint-Pétersbourg 1001.3.257).

22 DLA A : Walzel [allemand dans l’original].

23 DLA A : Walzel [allemand dans l’original].

24 Voir l’essai de Walzel : « Wilhelm von Humboldt über Wert und Wesen der künstlerischen Form ». Gustav Roethe s’oppose indirectement à cette auto-interprétation : Dans « Wege der deutschen Philologie », son discours au rectorat de 1923, Roethe considère la recherche de la littérature allemande contemporaine fondée sur la philologie comme l’une de ses plus grandes contributions, en totale contradiction avec Walzel : « La forme se trouve, pour le travail philologique, au premier rang. La mise en forme linguistique d’une pensée, d’une intuition n’est pas moins forme que (ce que) la création artistique forme ; on a plaisamment exigé du philologue qu’il soit à la fois artiste et philosophe, c’est-à-dire chercheur. Grâce aux impulsions géniales de Wilhelm Scherer, c’est le propre des transformations les plus réjouissantes de notre science que d’avoir fait de si grands progrès pour reconnaître, recréer (nachschaffen) scientifiquement la forme interne » (Gustav Roethe, Wege der deutschen Philologie. Rede zum Antritt des Rektorats der Friedrich Wilhelms-Universität am 15. Oktober 1923, Berlin, Emil Ebering, p. 12 ; italiques dans l’original). Roethe affirme même que la réussite est bien moindre pour le genre biographique et l’histoire littéraire. C’est précisément cette préférence que Walzel reprochait à la philologie (Gustav Roethe, Wege der deutschen Philologie, p. 13).

25 Tous lient « la lutte contre l’explication causale externe de l’œuvre d’art au profit d’une conception de l’œuvre issue seulement des lois de la fonction esthétique », in Herta Schmid, « Oskar Walzel und die Prager Schule », in : Felix Vodička 2004. Sborník příspěvků z kolokvia pořádaného ústavem pro českou literaturu AV ČR k třicátému výročí úmrtí badatele dne 29. ledna 2004, A. Jedličková (éd.), Prague, Ústavu pro českou literaturu AV ČR, 2004, (p. 28-47), p. 20.

26 Pour une présentation historico-problématique de l’herméneutique agréable à lire de l’Antiquité à Wilhelm Dilthey, avec un regard sur la situation contemporaine de Chpet, on peut renvoyer à Gustav Chpet, Germenevtika i ee problemy (L’herméneutique et ses problèmes) [1918], posthume 1989. – Sur Chpet, voir Galin Tihanov, « Innovation und regression. Gustav Shpet’s theoretical concerns in the 1920s », in : Critical Theory in Russia and the West, A. Renfrew et G. Tihanov (éd.), Londres/New York, Routledge, 2010, p. (44-62).

27 Gustav Chpet, Die Hermeneutik und ihre Probleme [L’herméneutique et ses problèmes] (1918), A. Haardt et R. Daube-Schackat (éd.), traduction du russe [en allemand] de E. Freiberger et A. Haardt, Fribourg/Munich, Alber, 1993, p. 156 : « Alors que les formes de présentation (Darlegung), sont, selon leur essence, des formes de fixation externe, les formes du comprendre, selon leur essence, restent internes. Cela signifie que ces dernières sont formées de telle sorte qu’elles sont orientées directement sur le sens alors que les premières cherchent leur principe directeur dans quelque chose qui se trouve en dehors du sens, par exemple dans les fins que l’on suit dans une présentation esthétique, rhétorique ou autres. »

28 Gustav Chpet, Die Hermeneutik und ihre Probleme, p. 155.

29 Ibid.

30 Ibid., p. 157.

31 Ibid, p. 163.

32 L’exigence d’assurer la signification dans le matériau linguistique distingue Walzel de ce que l’on nomme « science de la littérature historico-spirituelle ».

33 Viktor Žirmunskij, « K voprosu o formal’nom metode » [« À la question de la méthode formelle »], in : Oskar Val’cel’, Problema formy v poėzii [Le problème de la forme dans la poésie], Petrograd, Academia, 1923, (p. 5-23), p. 5 et suiv.

34 Ibid., p. 23 : « Je considère comme significative l’introduction de nouvelles méthodes proposées par le savant allemand, afin de préserver notre jeune science, la poétique historique et théorique, d’un dogmatisme étriqué dans les question scientifiques » (« Vvedenie v nayčnyj oborot predložennyh nemeckim učenym novyh metodob ja sčitaju osobenno sušestvennym, čtoby predohranit’ našu moloduju nauku istoričeskoj poètiki ot uzkogo dogmatizma v naučnyh voprosah »).

35 Alexander Haardt, Husserl in Rußland. Phänomenologie der Sprache und Kunst bei Gustav Špet und Aleksej Losev, Munich, Wilhelm Fink, 1993, p. 69 : c’est ainsi que l’« école philosophico-formelle » qui se forme autour de Chpet, unit des éléments de la phénoménologie de Husserl, la science de l’art idéaliste allemande (Walzel et Wölfflin) et « la tradition humboldtienne russe ». Voir aussi Aage Hansen-Löwe, Der russische Formalismus, p. 181-183 et p. 264-267.

36 Bjulleteni G.A.CH. N 4-5 (1926), p. 82

37 « Sous bien des aspects, Prof. O. Walzel suit d’autres chemins que les formalistes russes : explorant la poésie comme art, il s’oriente moins vers la terminologie linguistique et plus vers les termini technici des autres arts », Viktor Žirmunskij, « K voprosu o formal’nom metode », p. 23.

38 Wilhelm Scherer, Poetik. Mit einer Einleitung und Materialien zur Rezeptionsanalyse [1888], Gunter Reiss (éd.), Tübingen, Niemeyer, 1977, p. 150.

39 Gustav Chpet, La forme interne du mot. Études et variations sur des thèmes de Humboldt, traduction de N. Zivialoff, Paris, Éditions Kimé, 2007, p. 99-114.

40 Oskar Walzel, Das Wortkunstwerk, p. 17, 18, 19, 32, 36 et suiv., p. 42 et suiv.

41 Herta Schmid, « Oskar Walzel und die Prager Schule », p. 24

42 Ibid.

43 Ibid., p. 25 : « ce qui est vraiment spécifique, qu’il s’agisse du contenu comme de la forme externe qui spécifie et individualise, c’est la forme interne. »

44 « Chez Chpet, la définition de l’obraz comme forme interne, “placée entre la sensibilité externe et la signification (Sinn)” (Bjulleteni G.A.Ch.N. 6-7 [1927], p. 36) fait retour, défendue comme elle le fut dans les années 1920 à l’Académie des sciences artistiques d’État » in Jekatherina Lebedewa, Russische Träume. Die Slawophilen – ein Kulturphänomen, Berlin, Frank & Timme, 2008, p. 67. Concernant l’ouvrage de Baktine Probleme des Inhalts, Materials und der Form im Wortkunstschaffen (Problema soderžanija, materiala i formy v slovesnom chudožestvennom tvorčestve, 1924) : « Baktine critiquait ici le concept visuel d’obraz et l’esthétique matérielle des formalistes ; il considérait les obrazy comme n’étant pas des représentations visuelles, mais des contenus formés de moments, composants d’un événement esthético-éthique » (Ibid. p. 67) ; voir aussi Aage Hansen-Löwe, Der russische Formalismus, p. 265.

45 Gustav Chpet, Vnutrennjaja forma slova. Etjudy i variacii na temy Gumbol’ta [La forme interne du mot. Études et variations sur des thèmes de Humboldt] (1927), Moscou (3e éd.), KonKniga, 2006, p. 53 ; et aussi Matthias Aumüller, Innere Form und Poetizität. Die Theorie Aleksandr Potebnjas in ihrem begriffsgeschichtlichen Kontext, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2005, p. 106.

46 OPOIAZ (Obščestvo po izučeniju poėtičeskogo jazyka – Société d’étude de la langue poétique) : association fondée en 1916 à Petrograd, dont le requisit était les fondements sonores (lautsprachlich) de l’œuvre d’art tonale (Wortkunstwerk). En faisaient partie, Osip Brik, Roman Jakobson, Evgueni Polivanov, Lev Jakoubinsky, Viktor Chklovski.

47 Natalia Poleva, « L’influence des travaux de G. Chpet sur l’étude des problèmes de la forme artistique dans le cadre de l’Académie d’État des sciences artistiques (GAKHN) », in : Gustave Chpet et son héritage. Aux sources russes du structuralisme et de la sémiotique, Maryse Dennes (éd.), Toulouse, Département de slavistique de l’université de Toulouse-Le-Mirail, 2008, (p. 97-107), p. 97 et suiv.

48 Il s’agit des recherches de Bernhard Seuffert (1853-1938) – notamment de « Beobachtungen über dichterische Komposition I », in : Germanisch-Romanische Monatsschrift 1, p. (599-617) ; mais aussi de Otmar Schissel von Fleschenberg (1884-1943), Wilhelm Dibelius (1876-1931) et Joseph Glonar ( ?). Voir Rozalija Šor, « Formal’nyj metod‘ na zapade. Škola Zejferta i ‘retoričeskoe’ napravlenie » [« La méthode formelle à l’ouest. L’école de Seuffert et la tradition rhétorique »], in : Ars poetica, vol. 1, M. A. Petrovskij (éd.), Moscou, Izdanie GACHN, 1927, (p. 127-143), p. 133 et suiv.

49 Vjačeslav I. Ivanov, « Forma formans und forma formata. Über innere und äußere Form », in : Merkur 2, 1948, p. 372-376.

50 M[ichail] A[leksandrovič] Petrovskij, « Morfologija novelly » [« La morphologie de la nouvelle »], in : Ars poetica, vol. 1, (p. 69-100), p. 69 et 100.

51 B. I : Jarcho, « Prostejšie osnovanija formal’nogo analiza » [« Fondements élémentaires de l’analyse formelle »], in : Ars poetica, vol. 1, (p. 1-28), p. 8 : « Obrazy v literaturnom proizvedenii sut’ te značenija slov, kotorye vozbuždajut predstavlenie o čustvennom vosprijatii ».

52 Ibid.

53 Oskar Walzel, « Die künstlerische Form des Dichtwerks » [1916], Die Werkinterpretation, H. Enders (éd.), Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, (p. 1-33), p. 5.

54 Ibid.

55 Ibid., p. 6 et suiv.

56 Ibid., p. 5.

57 Ibid., p. 7.

58 Ibid., p. 10 : Il est « indifférent aux plus hautes tâches de la détermination de la forme », que « l’exercice de l’art (le procédé) soit appliqué de manière consciente ou inconsciente ».

59 Ibid., p. 11.

60 Ibid., p. 6.

61 Ibid., p. 12.

62 Peter Salm, Drei Richtungen der Literaturwissenschaft, p. 61 souligne le manque chez Walzel de concepts « pour décrire les éléments structurels dans la littérature ».

63 Oskar Val’cel’, Problema formy v poėzii, 1923, p. 66 : « Naučnaja strogost’ – takovo bylo glavnoe trebovanie, rukovodivšie mnoj pri postanovke ètoj problemy. »

64 Lubomir Doležel, Occidental poetics. Tradition and progress, Lincoln, University of Nebraska Press, 1990 ; Viktor Erlich, Russischer Formalismus, Munich, Hanser, 1964, p. 67 et suiv. ; Jurij Striedter, « Zur formalistischen Theorie der Prosa und der literarischen Evolution », in : Russischer Formalismus. Texte zur allgemeinen Literaturtheorie und zur Theorie der Prosa, J. Striedter (éd.), Munich, Wilhelm Fink, 1969, (p. IX – LXXXIII), p. XX et p. LIV et suiv ; Aage Hansen-Löve, Der russische Formalismus, p. 190 et suiv.

65 La citation se trouve dans Michael Dewey, « “Wir sind ohne den Geist der Deutschen ausgekommen…”. Zum ambivalenten Verhältnis der russischen Formalisten zu den deutschen Geisteswissenschaften », in : Scientia Poetica 8, 2004, p. (69-96). Dewey ne connaît pas les travaux esthétiques du GAKhN. Pour lui, Viktor Jirmounski est l’antagoniste des formalistes russes. Tynianov se réfère ici à l’article de Jirmounski « Novejšie tečenija istoriko-literaturnoj mysli v Germanii » (1927) [« Nouvelle tendances de la pensée historico-littéraire en Allemagne »].

66 Aage Hanse-Löwe, Der russische Formalismus, p. 12.

67 Aussi importante que puisse être la recherche génétique, l’exemple de Bakhtine montre que sa réception en Europe de l’ouest et en Amérique du Nord a renoncé jusqu’à récemment encore à reconnaître la dette de son concept de carnaval à l’égard de Karl Vossler et de Leo Spitzer. Cette dette de Bakhtine envers Voßler et Spitzer s’explique par sa réception productive de Karl Voßler, Frankreichs Kultur im Spiegel seiner Sprachentwicklung, Heidelberg, Winter, 1913 et de Leo Spitzer, Die Wortbildung als stilistisches Mittel, exemplifiziert an Rabelais, Halle-sur-Saale, Niemeyer, 1910. Si c’est avant tout la différence que pose Spitzer entre parodie, grotesque et pastiche (Travestie) qui marqua Bakhtine, il doit à Voßler le vocable de « lexique carnavalesque ». Voir Voßler, Frankreichs Kultur, p. 260 : Rabelais ne se contente pas « des mots français, il s’empare des expressions du patois, s’empare du latin, du grec, de l’hébreu, de l’arabe, de l’allemand, de l’anglais […] Son œuvre est un carnaval lexical, des invités locaux et étrangers font de joyeuses folies sous des déguisements fantastiques » ; voir à ce sujet Galin Tihanov, « Culture, Form, Life. The Early Lukács and the Early Bakhtin », in : Materializing Bakhtin. The Bakhtin Circle and Social Theory, C. Brandist et G. Tihanov (éd.), London, Palgrave Macmillan, 2000, p. (43-69) et The Master and the Slave. Lukács, Bakhtin, and the Ideas of Their Time, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 266, note 39 ; Irina Popova, « Le carnaval lexical de François Rabelais. Le livre de M.M. Bakhtine dans le contexte des discussions méthodologiques franco-allemandes des années 1910-1920 », in : Bakhtine, Volochinov et Medvedev dans les contextes européen et russe (= Slavica Occitania 25), Bénédicte Vauthier (éd.), Toulouse, Département de slavistique de l’université de Toulouse-Le-Mirail, 2007, p. 343-367.

68 Jirmounski ne parle pas de ce fait lorsqu’il fait paraître la dernière version et se réfère à la publication de 1919.

69 Oskar Walzel, « Die künstlerische Form des Dichtwerks », p. 32.

70 Peter Salm, Drei Richtungen der Literaturwissenschaft, p. 46.

71 Oskar Walzel, « Die künstlerische Form des Dichtwerks », p. 8. Voir la traduction russe de 1923 : Oskar Val’cel’, Problema formy v poėzii, p. 34 : « Nemcam, ètim istinym učenikami i edinomyšlenikam Plotina, vsegda stanovitsja strašno, kogda govorjat o čisto formal’nom vozdejstvii iskusstva osobenno iskusstva reči ».

72 Georg Simmel, Rembrandt. Ein kunstphilosophischer Versuch, Leipzig, Kurt Wolff, 1916, p. 69 et suiv., p. 78 et suiv., p. 201 et suiv. ; Ernst Cassirer, Freiheit und Form. Studien zur deutschen Geistesgeschichte, Berlin, Bruno Cassirer, 1917.

73 Oskar Walzel, Wachstum und Wandel, p. 167 : « Cette fois-là encore, je m’en suis tenu à mon principe, ne pas faire une publicité immédiate, mais faire comprendre l’art allemand et éveiller l’intérêt pour ses traits essentiels, qui sont sous-évalués. » – L’essai « Die künstlerische Form der deutschen Romantik » est paru d’abord en 1919 dans Neophilologus, p. 115-139.

74 Oskar Walzel, « Die künstlerische Form der deutschen Romantik », p. 126 et suiv.

75 Oskar Walzel, « Die künstlerische Form des jungen Goethe und der deutschen Romantik » [1918], in : Vom Geistleben alter und neuer Zeit. Aufsätze, Leipzig, Insel, 1922, (p. 85-113), p. 93.

76 Pavel Medvedev, Die formale Methode in der Literaturwissenschaft [1928], H. Glück (éd. et trad.), préface de J. Striedter, Stuttgart, Metzler, 1976, p. 68.

77 Ibid., p. 4.

78 Ibid., p. 228, remarque 1.

79 Ibid., p. 4. Voir aussi l’étude préliminaire de V. N. Vološinov à son essai Marksizm i filosofija jazyka [Le marxisme et la philosophie de langage] publiée en anglais : « In connection with Marty’s teachings, the old Humboldtian doctrine of the inner form of language is finding expression in new form in the works of the literary specialists Hefele, Walzel, Ermatinger and others » in : Craig Brandist, David Sheperd, Galin Tihanov, (éd.), The Bakhtin Circle. In the Master’s Absence, Manchester, Manchester University Press, 2004, (p. 226-250), p. 234.

80 Pavel Medvedev, Die formale Methode in der Literaturwissenschaft, p. 4.

81 Ibid., p. 68.

82 Ibid., p. 67.

83 « J’étais il y a peu pour la première fois à Paris », dit la dernière lettre à Jirmounski du 05.10.1929. « J’ai visité dans les deux dernières années, successivement quatre grandes villes européennes : Léningrad, Moscou, Londres et Paris. Ce ne fut pas au bénéfice de Paris d’être arrivé quelque peu saturé d’impressions de ces villes mondiales », ARAN Saint-Pétersbourg 1001.3.257.

84 Concernant les concepts synthétiques de formes dans la science allemande entre 1900 et 1930, voir Dieter Burdof, Poetik der Form. Eine Begriffs- und Problemgeschichte, Stuttgart, Metzler, 2001, p. 405-448 ; sur « l’avant-garde synthétique », voir Aage Hanse-Löwe, « “Synthetische Avantgarde” – Akmeismus und “Formal-Philosophische Schule” in Rußland », in : Aage Hansen-Löwe, Brigitte Obermayr, Georg Witte (éd.), Form und Wirkung. Phänomenologische und empirische Kunstwissenschaft in der Sowjetunion der 1920 Jahre, Munich, Wilhelm Fink, 2013, p. 123-172, et aussi « Jan Mukařovský im Kontext der synthetischen Avantgarde und der Formal-Philosophischen Schule in Rußland (Fragmente einer Rekonstruktion) », in : Vl. Macura et H. Schmid (éd), Jan Mukařovský and the Prague School, Potsdam, Prague, Ústavu pro českou literaturu AV ČR, 1999, p. 219-262.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexander Nebrig, « Forme artistique. Oskar Walzel et l’Académie des sciences d’État de Moscou »Revue germanique internationale, 31 | 2020, 81-96.

Référence électronique

Alexander Nebrig, « Forme artistique. Oskar Walzel et l’Académie des sciences d’État de Moscou »Revue germanique internationale [En ligne], 31 | 2020, mis en ligne le 15 septembre 2020, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2439 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2439

Haut de page

Auteur

Alexander Nebrig

Professeur de littérature allemande à l’Université de Düsseldorf

Haut de page

Traducteur

Carole Maigné

Professeur ordinaire de philosophie à l’Université de Lausanne

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search