Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32

32 | 2020
La traduction en histoire et en histoire de l’art

Sous la direction de Michela Passini et Blaise Wilfert-Portal
La traduction en histoire et en histoire de l’art
Informations sur cette image
ISBN 978-2-271-13580-3

Loin de se réduire au passage d’un texte à un autre en une langue différente, la traduction des livres savants engage un ensemble d’opérations complexes impliquant différents réseaux d’acteurs. Pour qu’un livre soit traduit, il faut souvent qu’il ait d’abord circulé en langue originale et en traduction partielle (citations traduites, traduction d’extraits), qu’il ait été sélectionné parmi d’autres par des acteurs bien précis en raison de la/des valeur(s) qu’il revêt dans l’espace savant d’arrivée, qu’il ait trouvé un éditeur, et bien sûr un traducteur – simple intermédiaire linguistique traduisant plusieurs auteurs et livres différents, ou bien expert d’un auteur, d’un sujet, d’une sous-discipline et parfois à l’origine même du projet. À l’issue de ce processus un nouvel objet est produit – un nouveau livre – qui diffère de l’original non seulement par la langue et le contenu du texte, mais bien souvent par le format, la mise en page, la présence éventuelle et le choix des illustrations, le prix, autant de caractéristiques qui en déterminent pour une part au moins l’horizon de réception.

Au carrefour de l’histoire intellectuelle et de l’histoire sociale, économique et politique des savoirs, nous nous proposons d’aborder la traduction dans les disciplines historiques à la fois comme une pratique mobilisant un nombre plus ou moins grand d’acteurs et des technologies dont il s’agira de cerner au plus près la dimension matérielle.

  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search