Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Introduction

Introduction

Michela Passini et Blaise Wilfert-Portal
p. 5-11

Texte intégral

1D’une manière générale, les études sur la traduction et son rôle dans l’histoire, très largement dominées par le sujet de la traduction littéraire, se sont concentrées sur sa dimension langagière. La traduction y est pensée comme une opération de transposition d’un texte d’une langue source à une langue cible, ou d’une culture source à une culture cible. À la fois par la dynamique de la division du travail académique et par la géopolitique des disciplines, la traduction s’est trouvée la chasse gardée soit de la linguistique (la traduction est une question de passage d’une langue à une autre, d’un système linguistique à un autre), soit des études littéraires (la traduction est une question de passage d’une littérature à une autre), soit des études philosophiques (et notamment l’herméneutique, la traduction étant alors une question de passage d’un système de sens à un autre). Dans tous les cas, la traduction est au fond, pour ceux qui l’étudient, une question de rapport entre des textes.

  • 1 Dans quelques très rares cas, des études portent sur des traductions qui n’ont jamais été publiées.
  • 2 Pour l’essentiel, pourtant, les translation studies minorent ou oublient largement cette dimension (...)

2Or – et le terme même de « traduction », en français, porte bien cette ambiguïté – une traduction, c’est à la fois une opération de transcription interlinguistique et la publication dans une langue d’une œuvre écrite initialement dans une autre. Il faut aller plus loin : si l’on s’en tient à un compte rendu réaliste de l’expérience, il faut bien constater que personne n’a jamais vu ni lu un texte, mais toujours un article, un livre, une page de livre, une page internet, c’est-à-dire, bien sûr, un ensemble de signes organisé en vue d’une signification mais sous une forme matérielle donnée, une publication. Les traductions sur lesquelles travaillent les études de traduction sont toujours des publications1, et jamais seulement des textes2.

  • 3 Voir notamment Mary-Helen McMurran, The Spread of Novels: Translation and Prose Fiction in the Eigh (...)
  • 4 La lecture n’est qu’une forme parmi d’autres de ces usages. Acheter un livre issu d’une traduction (...)

3Cette apparente évidence a des conséquences tout à fait considérables, en fait, du point de vue de l’enquête historique, si l’on accepte le principe qu’il est intéressant de se placer dans une perspective réaliste, et non dans celle des jeux de langage. Cela a bien été établi, pour ce qui concerne la traduction de la littérature primaire (pour faire vite : la fiction, la poésie, le théâtre)3. Si les traductions sont des publications, alors elles relèvent tout d’abord d’une histoire matérielle : les traductions littéraires ne sont jamais des « textes », purs systèmes de signes, mais des objets qui ont un poids, une taille, une couleur, imposent des manipulations particulières et diverses formes d’hexis qui informent d’une manière ou d’une autre leur usage4.

4Les traductions-publications relèvent également d’une histoire économique : la traduction est aussi un produit que l’on vend et que l’on achète, qui a un prix de vente et un coût de revient, qui s’inscrit d’une manière ou d’une autre dans le droit de propriété, ses aléas et ses transformations ; elle relève d’une logique de marquage, de branding, liée à la griffe d’un éditeur, à la valeur monétisable d’une signature d’auteur ; elle s’inscrit dans les jeux de l’offre et de la demande et donc aussi du calcul de rentabilité.

5Elle relève ensuite d’une histoire sociale de la production culturelle : les traductions littéraires, malgré la fiction de l’auctorialité du traducteur, sont des produits collectifs, parfois issus d’un atelier de traduction, programmés par un éditeur, ou un libraire, corrigés par des relecteurs et des protes, présentés par des préfaciers, mis en scène et en perspective par des promoteurs et des critiques.

6La traduction-publication relève enfin d’une géographie concrète, et non métaphorique : les traductions sont produites quelque part, là où traducteurs, éditeurs, imprimeurs se rencontrent et travaillent, dans des contextes urbains qui constituent l’infrastructure nécessaire pour des opérations de publication exigeantes ; elles sont donc aussi soumises à des conditions politiques et juridiques particulières, qui dépendent des formes de contrôle politique de la libraire, de la situation du droit d’auteur international et national au moment de la publication, et des politiques de la littérature instituées par l’État dans lequel la publication s’opère. Ces principes constituent ce qu’on peut appeler une sociohistoire de la traduction.

7Dans quelle mesure, toutefois, ces principes, élaborés à partir du cas de la traduction littéraire, de la traduction de la littérature primaire, peuvent-ils s’appliquer à l’histoire des productions savantes, et tout particulièrement à l’histoire de l’histoire, de l’histoire littéraire et de l’histoire de l’art ? C’est la question que nous avons posée, dans le cadre d’une journée d’études qui s’est tenue à l’École normale supérieure, soutenue par l’EUR Translitteræ (à l’époque, c’était le Labex TransferS), le 8 octobre 2018, sous le titre Traduire l’histoire. Pratiques et acteurs de la traduction en histoire et histoire de l’art, avec pour cadre chronologique les années 1850-1950. Ce numéro de la Revue germanique internationale est le résultat de cette journée d’étude, pour l’essentiel.

8Dans la perspective des études de traduction orientées vers la linguistique, l’herméneutique ou l’esthétique, rendre compte du rôle de la traduction dans l’histoire des savoirs, c’est restituer la circulation d’un ou plusieurs textes savants et de leur contenu intellectuel, d’un univers linguistique à un autre, ou d’un système national des sciences et des savoirs à un autre, grâce à une opération de transposition linguistique et culturelle réalisée par un traducteur. Comment penser historiquement la traduction en histoire et en histoire de l’art, si la perspective spécifique de la sociohistoire de la traduction affirme au contraire que la traduction, comme publication, est un bien – tout aussi matériel qu’immatériel –, une entreprise collective, une opération de substitution d’un produit local à un produit étranger, qui interrompt pour l’essentiel sa circulation, et une resémantisation locale bien plus qu’une médiation ?

9La transposition de ce modèle, élaboré pour la littérature primaire, au monde de la littérature savante nous paraît donc une perspective particulièrement féconde, notamment du fait qu’elle est contre-intuitive et qu’elle implique des enquêtes inédites sur des dimensions très peu explorées de la traduction dans les sciences humaines. Donnons ici un exemple simple, celui du rapport entre la circulation des ouvrages en langue originale et leur traduction.

10L’importation littéraire prend forme presque toujours d’abord par une traduction, fût-elle partielle et fautive. D’une part parce que l’autorité du texte littéraire étranger n’existe pas sans la manifestation de sa forme. On ne peut en effet résumer l’œuvre littéraire (la fiction, la poésie et le théâtre) à son contenu informatif, théorique ou même dramatique : sa légitimité se fonde en permanence sur sa lettre même, ou sur l’idée que l’importateur prétend en restituer. Impossible, par exemple, de résumer Walt Whitman à son contenu informatif ou idéologique, ce qui signifie que, pour le faire exister comme un auteur, pour en faire une référence, un modèle ou une figure de proue, ainsi que prétendaient le faire Jules Laforgue ou André Gide dans le champ littéraire français de la fin du xixe siècle, il faut faire entendre la particularité de ses mots, de sa langue, de ses images, et donc le traduire et publier le texte issu de ce travail sous la forme d’un extrait dans une revue, ou d’un recueil en volume. La nécessité de la transcription dans la langue de l’importateur et de ses lecteurs s’impose très rapidement pour qui prétend la mobiliser dans ses références, dans ses luttes et dans sa propre création, d’une manière ou d’une autre.

  • 5 Voir l’article fondateur de Jan de Vries, « The Industrial Revolution and the Industrious Revolutio (...)

11L’importation littéraire prend presque toujours la forme d’une traduction, d’autre part, parce que, depuis le milieu du xviiie siècle au moins, l’une des caractéristiques de la circulation des œuvres littéraires en langue vernaculaire est leur capacité à toucher un public très large. Ce public est beaucoup plus large que le public des lettrés, celui qui lit des sciences, ou même des essais, si et seulement si l’œuvre est traduite, parce que le public nouveau des populations urbaines en croissance de l’Europe du Nord, celui qui a redistribué sa consommation et son temps disponible grâce à la « révolution industrieuse5 », ne lit que très peu les langues étrangères. À partir du moment où le lectorat potentiel d’un romancier ou d’un poète, dès la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle, se compte dans chaque pays riche d’Europe de l’ouest au moins en dizaines de milliers de lecteurs, la traduction est ce qui fait réellement exister une œuvre étrangère dans l’espace littéraire indigène, et la circulation de l’œuvre en langue originale n’est qu’un phénomène résiduel qui concerne une catégorie de lecteurs très différente du public cible de la traduction.

12La situation est – pourrait être, c’est notre hypothèse – très différente pour la littérature secondaire savante. Le lectorat potentiel de la traduction y est beaucoup plus restreint, puisqu’il s’agit de productions savantes. Ce lectorat est, de plus, la plupart du temps, capable de lire l’ouvrage dans la langue originale, du moins pour ce qui concerne les « grandes » langues universitaires et scientifiques à la fin du xixe siècle et au cours du premier xxe siècle, c’est-à-dire l’allemand, l’anglais, le français et l’italien. Pour le public des universitaires et des savants, la traduction n’est donc pas une condition sine qua non pour que les œuvres écrites en langue étrangère puissent être connues. Et ce d’autant moins que les publications en question sont susceptibles de modalités de circulations variées qui n’altèrent pas fondamentalement leur portée scientifique : l’article sur un sujet précis, le compte rendu de lecture par un tiers, la conférence publique permettent de divulguer sous une forme légère et accessible une part essentielle du travail d’un savant, qu’il s’agisse de ses conceptualisations, de ses thèses majeures, de ses méthodes d’enquête ou de ses modalités d’administration de la preuve. Du point de vue des acteurs de la vie intellectuelle locale, à quoi sert donc de traduire un livre d’histoire ou d’histoire de l’art ? Pourquoi les acteurs du monde éditorial se lancent-ils dans une opération de ce genre, alors que le public potentiel est limité et que les particularités des ouvrages originaux, souvent complexes et volumineux, risquent d’imposer des démarches lourdes et des coûts élevés ?

  • 6 Voir dans ce domaine les travaux de Michel Espagne, et notamment son livre En deçà du Rhin. L’Allem (...)

13Le cas de la traduction de la philosophie germanophone en français est connu, qui voit la référence allemande, initialement fondée sur des lectures en langue étrangère, mobilisée par des acteurs mieux dotés que les autres et capables de l’importer, s’imposer ensuite, mais lentement et difficultueusement, comme un corpus de langue française installé au centre même du débat. La traduction contribua ainsi décisivement à la naissance de la profession philosophique nationale autour de Paris et de son université6. La dynamique est-elle la même en histoire ? Au fond, pourquoi publier des traductions en sciences humaines ? Quel intérêt y avaient les éditeurs ? Quels publics pouvaient être visés ? Quels processus menaient à la décision de traduire, et quels processus permettaient de mener à bien l’entreprise, compte tenu de ses difficultés nombreuses et de ses incertitudes fondamentales ? Quels étaient les effets sociaux, intellectuels et institutionnels de ces traductions ? Quelle place tenaient-elles dans les trajectoires des spécialistes de l’histoire et de tous ceux qui travaillaient avec eux ?

14Poser quelques-unes de ces questions nous a paru particulièrement intéressant pour le siècle (taillé large) qui sépare le temps de Jules Michelet de celui de Giulio Carlo Argan. Il s’agit de l’époque au cours de laquelle l’institutionnalisation des disciplines d’une part et, de l’autre, la transformation de l’édition sous le double effet du capitalisme et de la spécialisation universitaire, ont profondément modifié les conditions de la publication de l’histoire et donné une place nouvelle à la traduction dans son économie générale.

15Les contributions que nous avons réunies explorent ces dynamiques. L’Histoire de la Révolution française de Michelet, par exemple, est traduite en italien par Achille Bizzoni et paraît en 1898 chez l’éditeur milanais Sonzogno. L’ouvrage de Michelet, qui comprenait originairement sept volumes, est alors profondément transformé pour atteindre des publics potentiels forcément différents du lectorat visé lors de son édition à Paris : condensé en deux tomes, il est enrichi de nombreuses illustrations qui contribuent à en faire un objet qui se situe différemment à la fois sur le marché du livre et dans l’horizon d’attente des lecteurs. L’article de Maria Pia Casalena analyse la façon dont les changements apportés à la présentation de l’œuvre de l’historien français lors de sa publication en Italie infléchissent son positionnement dans le continuum de la production historiographique, plus ou moins érudite, plus ou moins « populaire ».

16Adriana Sotropa et Myriam Metayer abordent les mêmes questions dans leur étude des traductions en espagnol (1975-1976), en roumain (1982) et en français (1992) de L’arte moderna de l’historien de l’art italien Giulio Carlo Argan. L’ajout ou la suppression d’illustrations, la modification de leur taille, de leur ordre ou des techniques de reproduction, représente – et d’autant plus dans le cas d’ouvrages d’histoire de l’art – l’un des principaux modes d’intervention sur le support livre original en vue de son importation dans un autre espace savant. Dans le cas de L’arte moderna et de sa publication en Espagne, en Roumanie et en France, il s’agit notamment de cerner les effets de ce remaniement du support sur la perception et la réception du livre dans des contextes éditoriaux et idéologiques différents.

17Quant à la publication de La breve storia della letteratura tedesca (1956) de Georg Lukács par l’éditeur italien Luigi Einaudi, les enjeux sont similaires, même si l’illustration n’entre pas ici en ligne de compte. Dans le contexte de l’Italie postfasciste, la création d’un nouveau livre, qui réunit deux essais du philosophe hongrois, s’inscrit, comme le montre Michele Sisto, à la fois dans la stratégie de positionnement d’Einaudi dans l’espace éditorial italien, dans la politique culturelle du Parti communiste italien et dans la trajectoire du traducteur, Cesare Cases, qui débute alors comme critique littéraire. L’article de M. Sisto reconstitue la chaîne des décisions – de l’auteur, aux dirigeants du PCI, aux collaborateurs de la maison d’édition et jusqu’au traducteur – à partir desquelles se déploie la fabrique d’un objet inédit, sous l’apparence d’une traduction, qui va modifier les représentations de l’œuvre de Lukács, des choix d’Einaudi, et du travail de Cases, entretenues par les lecteurs italiens.

18Le parti pris éditorial qui nous a incités à restituer de la façon la plus concrète les décisions, les choix et les actions des différents acteurs aux origines de la traduction, nous a également poussés à essayer de mieux cerner la place des traducteurs dans le monde savant, à partir notamment d’un travail sur leurs pratiques, leurs gestes, les opérations qu’ils effectuent. L’article de Michela Passini analyse ainsi les pratiques de différentes figures d’importateurs – traducteurs, éditeurs, responsables de collections auprès d’un éditeur, auteurs qui s’auto-traduisent… – entre les années 1880 et 1930, au moment où l’histoire de l’art achève son institutionnalisation.

19Cécile Poulot choisit, quant à elle, l’exemple de Marcel Ray, premier traducteur des écrits de l’architecte Adolf Loos en France dans la revue Les cahiers d’aujourd’hui. Suivre la trajectoire de ce normalien, enseignant, journaliste et diplomate, lui permet notamment de reconstituer la fabrique d’un classique international de l’histoire du mouvement moderne – Ornement et crime de Loos paraît pour la première fois en français en 1913 – tout en interrogeant la temporalité de ce processus, des premières traductions dans le cadre de revues à la publication en volume.

20Emilie Oleron Evans explore également la question des pratiques et de la place des traducteurs dans le contexte des sciences humaines, et notamment de l’histoire de l’art, à travers les exemples de Nikolaus Pevsner et de Daniel Arasse. Le premier, spécialiste de l’histoire de l’architecture, forcé de quitter son poste à l’Université de Göttingen lors de l’arrivée au pouvoir des nazis, s’installe à Londres où il entame une brillante carrière académique. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, il est amené à suivre de près la traduction allemande, chez l’éditeur Prestel, des ouvrages qu’il a écrits et publiés en anglais : ses échanges avec Prestel livrent une matière particulièrement riche pour l’étude des processus traductionnels sous l’angle de l’histoire des pratiques savantes. La comparaison avec le travail de Daniel Arasse, traducteur et importateur de textes clés de l’histoire de l’art internationale, prend alors tout son sens : dans les deux cas, les opérations à la fois intellectuelles et matérielles qui aboutissent à la traduction s’enracinent dans des stratégies d’importation de notions, de modèles, de façons de faire qui vont infléchir la pratique de l’histoire de l’art dans l’espace d’arrivée.

21La question de la réception de l’ouvrage traduit et des effets de la traduction – dans ses dimensions à la fois matérielle, idéologique et savante – sur l’image de l’œuvre initiale et de son auteur sous-tend tous les articles de notre volume, mais elle est plus directement posée par certains d’entre eux. L’étude de la réception des écrits de Max Dvořák par les historiens de l’art français permet ainsi à Matthieu Fantoni d’interroger l’impact des différentes modalités de la circulation des travaux du savant viennois, qui ne connurent jamais de traduction officielle en français, sur leur appropriation et resémantisation par ses homologues en France. De la circulation en langue originale au plagiat, en passant par la paraphrase en français et la traduction d’extraits, M. Fantoni restitue les différentes facettes d’une réception rendue problématique par l’association de l’œuvre de Dvořák aux méthodes de la Kunstgeschichte als Geistesgeschichte.

22La contribution de Roland Béhar analyse enfin la manière dont le Diego Velazquez und sein Jahrhundert (1888) de l’historien de l’art Carl Justi a été traduit et reçu dans les mondes anglophone, francophone et hispanophone. Restituer l’origine et les modalités des traductions (par des traducteurs professionnels ou pas, en volume ou dans une revue…) apporte des éléments précieux pour évaluer la diversité des réceptions de l’ouvrage et comprendre son obsolescence rapide dans le cadre d’une histoire de l’art en pleine professionnalisation.

23Prendre au sérieux la question de la traduction comme publication, c’est se donner les moyens de comprendre un peu mieux un moment des sciences humaines marqué à la fois par leur nationalisation et leur internationalisation. Étudier les traductions publiées, c’est donc restituer la part prise par une opération complexe, mobilisant une chaîne d’acteurs variés articulée à des instances essentielles du monde du livre et des lettres. C’est aussi comprendre qu’elle est décisive pour la structuration des champs intellectuels au moment où se déploient la professionnalisation et la nationalisation des humanités, et donc peut-être aussi pour la compréhension des dimensions intellectuelles de la « première mondialisation », de sa mise en selle dans les années 1850 à sa réorganisation après la « guerre de Trente ans » du xxe siècle.

Haut de page

Notes

1 Dans quelques très rares cas, des études portent sur des traductions qui n’ont jamais été publiées.

2 Pour l’essentiel, pourtant, les translation studies minorent ou oublient largement cette dimension fondamentale. C’est le cas aussi bien dans Mona Baker et Gabriela Saldanha (éd.), Routledge Encyclopedia of Translation Studies (2e éd., 1 vol. Londres, Routledge, 2011), que dans Susan Bassnett-McGuire, Translation Studies (4e éd., New Accents, Londres et New York, Routledge, 2014), ou dans Lawrence Venuti (éd.), The Translation Studies Reader (2e éd., 1 vol., New York, Routledge, 2010).

3 Voir notamment Mary-Helen McMurran, The Spread of Novels: Translation and Prose Fiction in the Eighteenth Century, Princeton, Princeton University Press, 2009, pour le xviiie siècle et l’invention du best-seller romanesque européen ; Blaise Wilfert-Portal, « Des bâtisseurs de frontières. Traduction et nationalisme culturel en France, 1880-1930 », in : Christine Lombez et Rotraud von Kulessa, De la traduction et des transferts culturels, Paris, L’Harmattan, 2007, (p. 231-253) ; Blaise Wilfert-Portal, « Traductions et littérature industrielle », in : Christophe Charle et Daniel Roche (éd.), L’Europe. Encyclopédie historique, Paris, Actes Sud, 2018, (p. 1944-1953) ; Blaise Wilfert-Portal, « De la traduction comme publication et comme localisation », in : Diana Roig-Sanz et Stefania Caristia (éd.), Literary Translation in Periodicals. Methodological Challenges for a Transnational Approach, Amsterdam, Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, 2020, (p. 21-46).

4 La lecture n’est qu’une forme parmi d’autres de ces usages. Acheter un livre issu d’une traduction ne donne aucune assurance quant au fait de la lire ; nombre des livres qu’on achète sont revendus, oubliés, ou servent à caler un piano.

5 Voir l’article fondateur de Jan de Vries, « The Industrial Revolution and the Industrious Revolution », The Journal of Economic History 54, 2, (p. 249-270).

6 Voir dans ce domaine les travaux de Michel Espagne, et notamment son livre En deçà du Rhin. L’Allemagne des philosophes français au xixe siècle, Paris, Cerf, 2005. Voir aussi les travaux de Louis Pinto, principalement Les Neveux de Zarathoustra. La réception de Nietzsche en France, Paris, Le Seuil, 1995, et son article « (Re)traductions. Phénoménologie et “philosophie allemande” dans les années 1930 » dans le numéro 145 des Actes de la recherche en sciences sociales (décembre 2002) consacré à la circulation internationale des idées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michela Passini et Blaise Wilfert-Portal, « Introduction »Revue germanique internationale, 32 | 2020, 5-11.

Référence électronique

Michela Passini et Blaise Wilfert-Portal, « Introduction »Revue germanique internationale [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2528 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2528

Haut de page

Auteurs

Michela Passini

Michela Passini est chercheuse au CNRS (Institut d’histoire moderne et contemporaine) et travaille sur l’histoire de l’histoire de l’art, l’histoire du patrimoine et des musées. Elle a notamment publié La fabrique de l’art national (2012) et L’œil et l’archive. Une histoire de l’histoire de l’art (2017).

Articles du même auteur

Blaise Wilfert-Portal

Blaise Wilfert-Portal est maître de conférences à l’École normale supérieure et chercheur à l’Institut d’histoire moderne et contemporaine.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search