Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Traduire le monument d’un histori...

Traduire le monument d’un historien de l’art refoulé. Le Velazquez (1888) de Carl Justi et les réticences de l’histoire de l’art

Roland Béhar
p. 13-32

Résumés

L’article envisage la manière dont le Diego Velazquez und sein Jahrhundert (1888) de Carl Justi fut traduit et reçu dans les mondes anglophone, francophone et hispanophone, la disparité des traductions expliquant en partie celle des réceptions. Si la traduction anglaise, presque immédiate et supervisée par l’auteur, assura à Justi une réputation solide, le livre ne connut en revanche pas de traduction française et fut l’objet d’une animosité croissante en France, en particulier à partir de la fin de la Première Guerre mondiale. En Espagne, enfin, un premier projet de traduction échoua au début des années 1890, et ce n’est qu’en 1906-1908 que la traduction par José Ovejero vit le jour dans la revue La España moderna, sans toutefois atteindre le format livre – ce qui compromit encore la réception de l’œuvre de Justi, qui ne fut publiée en Espagne qu’en 1953, et qui ne vit jamais le jour en France.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Carl Justi, Diego Velazquez und sein Jahrhundert, Bonn, Verlag von Max Cohen & Sohn, 1888. Une rééd (...)
  • 2 Id., Die ästhetischen Elemente in der platonischen Philosophie: ein historisch-philosophischer Vers (...)
  • 3 Id., Winckelman. Sein Leben, seine Werke und seine Zeitgenossen, Leipzig, F. C. W. Vogel, 1866-1872
  • 4 Michel Espagne, L’Histoire de l’art comme transfert culturel. L’itinéraire d’Anton Springer, Paris, (...)
  • 5 Carl Justi, Michelangelo, Leipzig, Breitkopf & Härtel, 1900.
  • 6 Pour reprendre encore une expression que Michel Espagne emploie à propos non de Justi, mais de son (...)

1Carl Justi (1832-1912) est aujourd’hui surtout connu pour Diego Velazquez et son siècle (Diego Velazquez und sein Jahrhundert, 1888), le seul de ses ouvrages majeurs à avoir été traduit, en anglais et en espagnol1. Dans l’histoire des développements de l’histoire de l’art comme discipline au xixe siècle, le nom de Justi est pourtant incontournable à plusieurs égards. Son doctorat, publié en 1860, porta sur les éléments esthétiques de la philosophie de Platon2. Son Winckelmann, en trois forts volumes publiés entre 1866 et 1872, demeure l’un des piliers de l’histoire de l’art comprise comme discipline historique3 : par cette somme de Justi, « l’histoire de l’art s’affirme dans le cadre d’une relation spéculaire à sa propre tradition » – pour reprendre l’expression de Michel Espagne4. Plus tard encore, il se signala par une somme sur Michel-Ange (19005). Or le « refoulement6 » de Justi, le fait que l’on ne se souvienne que de son Velazquez, est la conséquence d’un déplacement, d’une provincialisation de son œuvre, au détriment de ses autres sommes : on le réduit à une histoire de l’art nationale – l’« espagnole », en l’occurrence – et on le détache de l’histoire de l’art générale, comme discipline. Cette provincialisation a encore un corrélat, lié au statut du pays : dans une histoire de l’art qui considéra longtemps que l’axe majeur de ses recherches reliait l’art « italien » et l’art « germanique », l’Espagne n’a pas de place significative. Le Velazquez de Justi n’est pas la Civilisation de la Renaissance de Burckhardt. Cependant, lorsque les recherches universitaires allemande ou espagnole s’intéressent à l’œuvre de Justi, elles se voient obligées de se rappeler combien l’art « espagnol » fut important, dès l’origine, dans l’histoire universitaire de l’art. Enfin, cette provincialisation se fait également sentir dans la réception de l’œuvre de Justi en France, rapportée à Velasquez : pour plusieurs raisons, exacerbées par l’animosité franco-allemande durant la Première Guerre mondiale, Justi y fut très largement et volontairement ignoré, si bien que son Velazquez n’y fut jamais traduit dans un cadre académique.

  • 7 Cette question a déjà été explorée – mais relativement peu du point de vue de l’histoire des traduc (...)
  • 8 Sur cette question, voir Evanghélia Stead et Hélène Védrine (éd.), L’Europe des revues (1880-1920), (...)

2Il sera de ce fait intéressant du point de vue de l’histoire des traductions et des transferts culturels, voire utile, du point de vue de l’historiographie de Velasquez, d’examiner comment le livre fut « reçu » ailleurs qu’en Allemagne, comment on en parla dans les revues et comment il fut traduit en Angleterre et en Espagne7. Dans le cas espagnol, la première publication se fit justement dans une revue, La España moderna, en une série de vingt-huit livraisons (juillet 1906-1908). Du côté français, en revanche, le livre ne connut pas de traduction – effet d’une réception par la presse très élogieuse dans un premier temps, extrêmement négative dans un second, dont on s’attachera à retracer les développements. En cela, la présente analyse se voudrait aussi une contribution à l’étude – actuellement en plein développement – du rôle des revues dans l’internationalisation de l’histoire de l’art à la fin du xixe siècle8.

Le Velazquez de Justi

  • 9 Sur Springer, Michel Espagne, op. cit.
  • 10 Voir en particulier Johannes Rößler, Poetik der Kunstgeschichte. Anton Springer, Carl Justi und die (...)
  • 11 Il s’exprime très clairement sur ce point, par exemple dans sa correspondance avec son ami d’enfanc (...)
  • 12 Voir Michela Passini, L’œil et l’archive. Une histoire de l’histoire de l’art, Paris, La Découverte (...)
  • 13 Heinrich Wölfflin, « Velazquez », in : Id., Kleine Schriften (1886-1933), éd. par Joseph Ganter, Bâ (...)
  • 14 Michel Espagne, « Le Laocoon de Lessing entre Carl Justi et Aby Warburg », Revue germanique interna (...)
  • 15 Aby Warburg, Essais florentins, trad. Sybille Müller, prés. Éveline Pinto, Paris, Klincksieck, 1990 (...)

3Justi s’imposa en son temps par son magistère. Succédant à son fondateur Anton Springer (1825-18919), il occupa à Bonn, à partir de 1872, la première chaire d’histoire de l’art, où il forma plusieurs générations d’historiens de l’art10. Même si lui-même préféra toujours la recherche à l’enseignement11, certains de ses élèves jouèrent ensuite un rôle essentiel dans la formation de la discipline universitaire de l’histoire de l’art du début du xxe siècle, tel, en particulier, August Schmarsow, fondateur de l’Institut allemand d’histoire de l’art à Florence et de la Société internationale pour les études iconographiques12. Justi ne fut pas non plus sans importance pour deux des historiens de l’art qui marquèrent le plus la discipline au xxe siècle, Heinrich Wölfflin et Aby Warburg. Entre Wölfflin et Justi, les liens ne furent pas des plus étroits, car l’auteur de Classicisme et Baroque ne le croisa que déjà formé, en 1901, et Justi se montra par ailleurs sévère à l’égard de sa monographie sur Dürer. Jusque dans les années 1930, cependant, Wölfflin allait se rappeler leurs conversations, sur Michel-Ange notamment, à qui Justi avait consacré une étude en 1900, et faire l’éloge du Velazquez, allant jusqu’à considérer qu’il s’agissait « probablement [de] la biographie de peintre la plus parfaite qui existe13 ». Quant aux rapports que Warburg entretint avec Justi, ils furent plutôt tendus suite au refus du dernier de diriger sa thèse dont il lui soumit le projet en mai 1889 (sur la plastique florentine du xve siècle et, en particulier, sur les mouvements des vêtements – ce qu’il ne tarderait pas à dénommer le Beiwerk). Les raisons de ce refus sont difficiles à retracer. Comme le suggère M. Espagne, elles pourraient être liées au peu de cas que Warburg faisait de Winckelmann dans sa discussion du Laocoon, au profit de Lessing – qui le rapprochait davantage de l’histoire des passions14. Malgré cette rupture, Warburg allait rendre hommage à Justi dans les dernières lignes de son texte sur « La Cause extérieure. Botticelli et Léonard de Vinci », partie de son essai sur Botticelli publié en 189315.

  • 16 Wilhelm Waetzoldt, Deutsche Kunsthistoriker, vol. II, Von Passavant bis Justi, Leipzig, E. A. Seema (...)
  • 17 Voir par exemple la série d’études éditée par Ulrich Pfisterer (éd.), Klassiker der Kunstgeschichte (...)

4La marginalisation rétrospective de Justi dans l’histoire de l’art allemand est évidente lorsque l’on compare un ouvrage tel que le classique Deutsche Kunsthistoriker (1924) de Wilhelm Waetzoldt, dont l’ambitieuse architecture faisait culminer le second volume dans l’évocation de C. Justi comme le dernier des « grands biographes16 », avec les manuels actuels, où son nom n’apparaît souvent guère que pour son refus d’accepter la thèse d’Aby Warburg17. Dans son Velazquez et ailleurs, Justi s’en était pris avec véhémence à l’art de son propre temps, dont le Greco lui semblait le précurseur. C’est à lui que l’on doit la notion de entartete Kunst : sans doute cette position ne joua-t-elle pas en sa faveur auprès de la discipline, dès les années 1920 et, surtout, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

  • 18 Juan Antonio Gaya Nuño s’était déjà penché sur la réception du Velazquez de Justi dans un appendice (...)
  • 19 Martin Warnke, Velázquez. Form & Reform, Cologne, DuMont Literatur und Kunst Verlag, 2005, p. 11.
  • 20 Voir Roland Béhar, « “Siglo de Oro” : ambiguïtés d’un sæculum aureum hispanique », Cahiers du GEMCA(...)
  • 21 Voir en particulier D. Briesemeister, op. cit.

5Or il n’est guère besoin de revendiquer l’importance du livre18. Dans son Velazquez de 2005, lui-même déjà devenu classique, au moins dans le domaine germanophone, Martin Warnke rappelle combien le livre de Justi fut essentiel pour la réévaluation de l’œuvre du peintre espagnol au xixe siècle, après l’engouement des Mérimée, Louis-Philippe et Manet. Justi, selon lui, offrit au lectorat allemand un panorama d’histoire culturelle de toute une époque – le Siècle de Velasquez19. À cet égard, son livre fut aussi un jalon majeur dans l’historiographie allemande du Siècle d’or espagnol20, car il en offrit pour la première fois une vision d’ensemble à la richesse presque inépuisable, où la peinture entrait en harmonie avec les autres arts, et en particulier avec les Lettres21.

  • 22 Voir par exemple Wilhelm Dilthey, La vie historique : Manuscrits relatifs à une suite de L’édificat (...)
  • 23 Justi sait faire preuve d’esprit critique, en particulier dans son analyse d’un apocryphe dont il r (...)

6Or, à une époque où Wilhelm Dilthey s’était également posé la question de la biographie dans l’historiographie22, Justi se situait dans le sillage philosophique de Schopenhauer et de Goethe, caractérisant l’artiste comme génie : le titre (et le projet) de son livre, Diego Velazquez et son siècle, sont redevables au Winckelmann et son siècle (Winckelmann und sein Jahrhundert, 1805) de Goethe, dont le dessein avait été la représentation d’un homme d’exception, d’un homme de génie, par le plus grand nombre de perspectives possible. Appliquée par Justi à son projet sur Velasquez, cette méthode permet de réfuter d’emblée les objections trop souvent élevées contre l’ouvrage : il fut jugé positiviste, monumental, mais aussi trop écrit, trop littéraire, en particulier du fait que Justi s’était permis d’insérer deux pastiches dans son texte : un dialogue à la manière de ceux de la Renaissance, et une lettre, censée émaner de la plume du peintre même, dans laquelle il livrerait ses impressions de Rome. Ce recours à la fiction par l’invention d’un pastiche des dialogues de la Renaissance permettait pourtant d’offrir au lecteur, par une intuition immédiate plus efficace que la description technique, une description du milieu intellectuel dans lequel Velázquez inventa son art ; de même, le pastiche d’une lettre traduisait la projection empathique de Justi sur ce qu’aurait pu ressentir Velázquez face aux merveilles de la Cité éternelle, reprenant là aussi une longue tradition littéraire : des moyens certes peu scientifiques, mais que le goût historiciste de la fin du xixe siècle ne réprouvait pas23. Les vertus du livre étant simultanément ses défauts, son écho national et international fut presque immédiat, et des plus contrastés : aux éloges les plus ardents répondirent les critiques les plus acerbes, et ce particulièrement en Angleterre et en France.

Le Velazquez de Justi dans le monde anglophone : de la traduction à la critique

  • 24 Voir Eugen Obermayer, Zeitschrift für Bildende Kunst 24, 1889, (p. 200-208) et Carl Neumann, Preußi (...)
  • 25 Diego Velazquez and his Times, by Carl Justi, Professor at the University of Bonn, translated by Pr (...)

7En Allemagne, la publication du Velazquez de Justi s’était faite en 1889 dans le format assez luxueux d’un livre orné de nombreuses gravures reproduisant les œuvres du peintre et dédié à l’empereur Frédéric III, et les comptes rendus de l’ouvrage furent dans l’ensemble favorables24. Le monde anglophone commença également par faire bon accueil au Velazquez. Dès 1889, on en vit une traduction par Augustus Henry Keane (1833-1912), publiée à Londres sous la forme d’un livre enrichi de nombreuses reproductions de tableaux, Diego Velázquez and his Times25. Le traducteur, Keane, fut lui-même un personnage haut en couleur : linguiste, géographe et ethnologue irlandais qui avait fait une partie de ses études en Allemagne, il fut un traducteur des plus prolifiques. Avant le livre de Justi, il avait déjà traduit The Science of Language (1877) d’Abel Hovelacque ; après, ce seraient les Travels in Africa de Wilhelm Junker (1890), la History of the English Parliament de Rudolph Gneist (1895), et enfin The childhood of man de Leo Frobenius (1909). S’il se fit remarquer, par la suite, pour être l’un des principaux défenseurs anglais de la théorie des races, il ne semble en revanche pas avoir été étudié, jusqu’à présent, en sa dimension de traducteur, pourtant tout sauf négligeable, et qui entre souvent en résonance avec sa production intellectuelle personnelle : or, dans l’ensemble de cette œuvre, la traduction du livre de Justi constitue plutôt un cas singulier, ne s’expliquant pas par les intérêts que l’on connaît à Keane.

  • 26 La préface du traducteur le réaffirme encore : « the fact that the proof-sheets have passed through (...)
  • 27 William Stirling, Velazquez and His Works, Londres, John W. Parker and Son, 1855, ouvrage qui avait (...)
  • 28 Voir Grischka Petri, op. cit., p. 143-144.

8On ignore qui conçut le projet de cette traduction. On sait, en revanche, qu’elle fut non seulement réalisée avec l’accord de Justi, qui maîtrisait bien l’anglais, mais révisée par ses soins : « revised by the Author », affirme la page de titre26. Justi ferait même mention de cette traduction dans la réédition allemande du livre, en 1903. Publié à Londres, le volume venait s’adresser à un public habitué aux tableaux de Velasquez – depuis la dispersion de la collection de Louis-Philippe, Londres était la ville qui en hébergeait le plus, après Madrid – et qui avait appris à estimer le peintre andalou, notamment depuis la publication par William Stirling-Maxwell, en 1855, d’une première monographie, puis par le catalogue de Charles B. Curtis27. Et, dans un premier temps, l’accueil en fut favorable. De brefs comptes rendus, dans The Graphic ou dans l’Edinburgh Review (par Claude Philipps, correspondant de la Gazette des Beaux-Arts), célébrèrent l’ouvrage comme l’une des meilleures biographies d’artistes qui fût28.

  • 29 « Velasquez and His Contemporaries », The Saturday Review 67, 1er juin 1889, (p. 675-676) ; cf. Gri (...)
  • 30 « A book about Velázquez », New York Tribune, 12 juillet 1889, p. 8.
  • 31 Cf. Catalogue of Oil Paintings, Drawings, and Original Sketches by the Old Masters Belonging to his (...)
  • 32 Justi formule cette supposition dans une lettre écrite à sa sœur le 9 mai 1890, depuis Séville (Car (...)

9La traduction du livre suscita cependant rapidement aussi des haussements de sourcils. Un article de la Saturday Review en souligna les nombreuses digressions apparentes, tout en admettant qu’elles formaient une somme précieuse de documents29. Aux États-Unis, surtout, un compte rendu anonyme (« A book about Velázquez »), publié dans le New York Tribune (12 juillet 1889, p. 8), aligna une série de jugements faisant à la fois l’éloge de la monumentalité de l’œuvre et la critique mordante du traducteur30. Celui-ci est accusé dans le même mouvement, non sans contradiction, de dévoyer l’auteur tout en reflétant limpidement ses travers. Le vague, la lourdeur et les nombreux exemples d’un emploi « abominable » de l’anglais ne sont pas « à l’avantage » de Justi (« The vagueness and heaviness of style, and the frequent examples of abominable English which disquiet the reader, place the author at a disadvantage »), mais son style est aussi celui, « évidemment typique », du « professeur d’université allemand ». Suit un savoureux échantillon de ces erreurs. Après s’être achevé sur la mention de l’index, des images et de la dédicace à l’empereur Frédéric, décédé en 1888 avant que le livre ne vît le jour, le compte rendu lance encore la flèche du Parthe : Justi n’a pas considéré un portrait équestre du comte-duc Olivares, attribué à Velázquez lors de la grande vente aux enchères de la collection de Don Pedro de Borbón, Duc de Durcal, organisée du 10 au 13 avril 1889 à l’American Art Association de New York31. Si le compte rendu est anonyme, Justi lui-même paraît penser en 1890 qu’il émane de la plume de Charles B. Curtis, auquel ne semblait pourtant pas l’opposer une inimitié particulière32.

  • 33 « The Art of Velasquez », Saturday Review 81, 18 janvier 1896, (p. 78-79), p. 78, cité d’après Gris (...)
  • 34 Kenneth McConkey, « The Theology of Painting – the Cult of Velazquez and British Art at the Turn of (...)
  • 35 Carl Justi, Velasquez and his Times, New York, Parkstone International, livre électronique édité pa (...)

10Peu d’années après, en 1895, R. A. M. Stevenson, cousin de l’auteur de L’Île au trésor, publia un autre livre sur Velasquez, The Art of Velasquez, dans lequel, inspiré par le New Criticism, il prit le contre-pied de la méthode de Justi, développant une description de l’œuvre du peintre qui en fait le prédécesseur des impressionnistes français. En général, les comptes rendus opposèrent souvent les deux livres du point de vue de leurs méthodes, mais sans renoncer à voir dans le livre de Justi un monument de savoir : « Those who want to know about the life of Velasquez, and to gain an exhaustive knowledge of his works and their history, must still go to Justi33 ». Le Velazquez de Justi, en somme, occupa une place centrale dans l’engouement pour le peintre sévillan dont fut prise la société britannique de la fin du siècle : l’art de Whistler n’en est que le symptôme le plus illustre34. Jusqu’à une date très récente, cependant, la traduction anglaise du livre ne connut pas de réédition35.

Le premier lecteur français du Velazquez de Justi : Émile Michel

  • 36 Sur Émile Michel critique des salons, voir Antoinette Ehrard, « L’“impossible” Salon de 1880 », in  (...)

11En France, le livre de Justi suscita tout autant d’admiration, initialement, même s’il n’y fut pas traduit et n’y fit pas l’objet de comptes rendus. Sa reconnaissance fut rapide. Le peintre, critique et historien de l’art Émile Michel (1828-1909), alors surtout connu pour ses travaux sur la peinture flamande et hollandaise36, fit l’éloge du livre dans deux articles qu’il consacra à Velázquez dans la Revue des deux mondes, entre août et septembre 1894 :

  • 37 Les deux articles ont été réédités récemment en un volume : Émile Michel, Diego Velázquez. Physiono (...)

Profitant à son tour des recherches et des découvertes de ses devanciers, Carl Justi, dans le beau travail qu’il a consacré à Velázquez, – certainement un des livres les plus remarquables que la critique d’art ait produits de notre temps –, lui élevait un véritable monument. Avec une conscience scrupuleuse, Justi, pendant des séjours réitérés en Espagne, a fouillé toutes les archives, consulté tous les documents. Il connaît à fond l’histoire, la littérature et les mœurs du pays ; il a vu et revu tous les tableaux de Velázquez ; et dans l’étude si complète qu’il a tracée de la vie du peintre, de son œuvre et de son temps, on sent, avec une rare indépendance de jugement, cette autorité particulière que donne la connaissance parfaite d’un sujet. Tant de qualités, jointes à une admiration bien légitime pour le maître qui lui a inspiré son livre, en rendent la lecture aussi instructive qu’attachante37.

12Et de conclure par une reconnaissance de dette en bonne et due forme :

  • 38 Ibid., p. 46.

C’est en m’aidant de ce secours si précieux et en faisant à Justi de larges emprunts que je voudrais étudier la physionomie de Velázquez, et m’arrêter surtout à celles de ses œuvres qui me paraissent le mieux caractériser son génie38.

  • 39 Emilio Michel [sic], « Diego Velázquez », La España moderna VI, septembre 1894, (p. 167-203) ; nove (...)

13Michel avait écrit son Velázquez initialement sous la forme de deux articles publiés dans la Revue des deux mondes, entre août et septembre 1894, dont une traduction espagnole sortit aussitôt dans la revue La España moderna39. L’immédiateté de la traduction – un mois entre le premier article français et la première partie de la traduction – indique non seulement qu’il dut y avoir un lien étroit entre Émile Michel et la rédaction de La España moderna, mais aussi qu’il donna peut-être même son article à cette revue avant même que celui-ci ne fût publié en français.

14Signée par « Emilio Michel » (sic), la version espagnole de l’article réitère non seulement l’appréciation élogieuse de Justi, mais elle y adjoint aussi l’annonce, en note de bas de page, de la parution prochaine de la traduction espagnole du Velazquez de Justi. La note est insérée par « D. » – probablement le directeur de la revue, José Lázaro Galdiano –, mais elle ne précise pas l’identité du traducteur de l’ouvrage annoncé de Justi, de même que le lecteur n’apprend pas non plus l’identité du traducteur des deux articles d’Émile Michel.

  • 40 C. Justi, Diego Velazquez und sein Jahrhundert, op. cit. (1903), vol. I, p. 314 : « Während es Émil (...)

15Se pose, comme dans le cas anglais, la question de l’implication de Justi dans l’entreprise de traduction. Y prit-il directement part, faisant peut-être même jouer ses contacts pour promouvoir son livre ? Ou la connaissance du livre fut-elle avant tout due, dans le cas espagnol, aux liens qu’Émile Michel pouvait entretenir avec La España moderna ? Justi connaissait lui-même le travail de Michel, qu’il cita avec considération dans la seconde édition de son livre, en 1903, à la fois dans sa préface et dans le corps du texte. Justi rendait ainsi la politesse à Michel pour l’hommage que celui-ci avait rendu à son Velazquez et loua son « jugement bien équilibré » sur les Lances, qu’il opposa à celui des « doctrinaires modernes40 ». Cependant, cette connaissance mutuelle entre Justi et Michel suffit-elle pour considérer comme probable le fait que la diffusion espagnole du livre de Justi ait bénéficié de l’aide de la médiation française d’Émile Michel ? La question demeure, d’autant que Justi jouissait déjà auparavant d’un prestige certain en Espagne.

Lecteurs et traducteurs espagnols du Velazquez de Justi

  • 41 G[uillermo]. Maurenbrecher, M[artin]. Philippson et C[arlos]. Justi, Estudios sobre Felipe II, trad (...)
  • 42 Voir David Sánchez Cano, « El lugar de Carl Justi en la historiografia del arte español », in : A.  (...)
  • 43 Voir K. Hellwig, op. cit., p. 24-26.
  • 44 Aureliano de Beruete, Velázquez, Paris, Librairie Renouard, Henri Laurens Éditeur, 1898 (l’ouvrage (...)

16Les œuvres antérieures de Justi sur l’Espagne avaient déjà connu un intérêt rapide auprès d’un lectorat relativement vaste. En 1887, un petit essai de Justi sur Philippe II avait déjà été traduit et publié à Madrid, par Ricardo de Hinojosa41. Plusieurs articles furent ensuite traduits par Francisco Suárez Bravo et publiés dans les années 1890, puis regroupés dans les Estudios sobre el Renacimiento en España (Barcelone, 1892). L’aperçu historique sur Les Arts en Espagne qu’il avait composé pour l’introduction du Manuel du voyageur de Baedeker (publié en 1897 en allemand, en 1898 en anglais et en 1900 en français), et auquel il renvoie d’ailleurs dans les pages de son Velazquez, confirma rapidement sa renommée, et son nom fut mentionné de manière de plus en plus fréquente dans la presse espagnole, spécialisée autant que généraliste, comme celui d’un spécialiste presque sans égal de la peinture espagnole ancienne42. Justi connaissait bien l’Espagne, au demeurant, pour l’avoir visitée une dizaine de fois entre 1872 et 1892 : il s’y fit de solides amitiés avec, entre autres, Gregorio Cruzada Villaamil ou José María Asensio43, ou encore avec Aureliano de Beruete, qui publia en 1898 un Velazquez en français – parfait exemple en sens inverse de circulation transpyrénaïque44.

  • 45 De retour en Allemagne, Justi publia un compte rendu en deux petits articles sur un certain nombre (...)

17Le projet de la traduction espagnole du Velazquez fut conçu dès 1892, année de la dernière visite de Justi en Espagne, à l’occasion de l’Exposition historico-européenne (Exposición Histórico-Europea) organisée pour le quatrième centenaire de la découverte de l’Amérique. Ce voyage dut être l’occasion de la rencontre de Justi avec Lázaro Galdiano, s’ils ne se connaissaient pas déjà auparavant45. On ne garde cependant guère de traces de ce premier contact, hormis une lettre de Lázaro Galdiano à Justi de 1892, et l’annonce, qui semble avoir été ignorée jusqu’à présent, de la publication prochaine de la traduction dans l’article d’Émile Michel en 1894. Mais cette publication ne se fit pas, et il fallut attendre 1905 pour que le projet fût repris, juste après la réédition allemande du livre en 1903. Selon la lettre de Lázaro Galdiano à Justi, une première traduction avait été commencée, mais non achevée, par Edmundo González Blanco (1877-1938). Ce fut finalement Eduardo Ovejero Maury (1871-1939) qui en assura la traduction, à partir de l’édition allemande remaniée de 1903 : elle fut publiée sous le titre Diego Velázquez y su siglo, dans une série de vingt-huit livraisons dans la revue La España moderna, de juillet 1906 à octobre 1908.

  • 46 En guise d’introduction, on peut renvoyer aux études suivantes : Raquel Asún, « La editorial La Esp (...)
  • 47 Dolores Thion Soriano-Mollá, Pardo Bazán y Lázaro: del lance de amor a la aventura cultural (1888-1 (...)

18Quelques considérations sont ici nécessaires, à la fois sur la revue et sur le traducteur. Comment décrire La España moderna, ainsi que la maison d’édition du même nom, lancées en 1889 par le jeune collectionneur, mécène et éditeur de vingt-six ans, José Lázaro Galdiano (1862-194746) ? Miguel de Unamuno, qui réalisa en sa jeunesse plusieurs traductions pour La España moderna, jugea la revue « peut-être le monument le plus solide de la culture espagnole de son temps » (« quizá el monumento más sólido de la cultura española de su tiempo »). Lázaro Galdiano affirmait lui-même, dans le prospectus de lancement de la revue, qu’elle voulait être « une publication qui soit pour notre patrie et, plus généralement, pour tous les pays qui parlent notre langue, ce que la Revue des deux mondes est à la France : la somme intellectuelle de notre époque contemporaine » (« una publicación que sea a nuestra patria, y en general a los países que hablan nuestra lengua, lo que a Francia la Revue des deux mondes : suma intelectual de la edad contemporánea »). Les transferts sont d’ailleurs nombreux entre La Revue des deux mondes et La España moderna – comme suffirait à le montrer la traduction presque immédiate, d’une revue à l’autre, des articles d’Émile Michel sur Velasquez. La marraine de la revue fut, en un premier moment, l’écrivaine Emilia Pardo Bazán47, avec qui Lázaro Galdiano avait eu une liaison sentimentale. Elle écrit à propos du projet de fondation de cette revue, à Pérez Galdós, combien de difficultés elle vit à cette entreprise, qui de fait devait être généralement déficitaire, mais se maintiendrait jusqu’en 1914.

  • 48 Le format des numéros de la revue est celui d’un gros volume in-8°, de 24 x 16 cm, comptant chaque (...)
  • 49 Voir Sarah al-Matary, « Daudet contra Tolstoy : internacionalismo e importación literaria en La Esp (...)

19Publiés mensuellement, les 312 numéros de La España moderna – toujours dans un format des plus soignés48 – jouèrent un rôle essentiel dans l’ouverture de l’Espagne de la fin du xixe siècle à l’Europe intellectuelle. Lázaro Galdiano doubla ensuite la revue d’une maison d’édition du même nom qui, sous l’influence de Pardo Bazán, compta particulièrement des œuvres traduites du russe49. Un rapide coup d’œil sur le catalogue de la maison d’édition montre comment elle prétendit introduire en Espagne la littérature et la philosophie de l’époque : s’y côtoyaient, à un prix d’entre une et trois pésètes, Zola, les frères Goncourt, Tolstoï, Dostoïevski ou Richard Wagner, pour la première, Fichte, Heine, Nietzsche, Taine, Macaulay, Spencer ou encore Emerson pour la seconde. Au total, le catalogue des livres de La España moderna compta, sur 624 titres publiés, pas moins de 565 traductions (dont 214 titres français, 127 anglais, et 79 allemands). Ces chiffres donnent la mesure de l’entreprise éditoriale de Lázaro Galdiano, dont les publications étaient préparées par celles des livraisons de la revue.

  • 50 Gustavo Bueno Sánchez, Eduardo Ovejero Maury (Heráclito), 1871-~1939, http://www.filosofia.org/ave/ (...)
  • 51 Citons F. Spielhagen, El suplicio del silencio, 1908-1909 ; V. de Loga, Goya, 1909 ; puis des ouvra (...)
  • 52 Citons Nardi-Greco (1908) et Squillace (1910).
  • 53 Parmi les auteurs traduits, citons : Mill (1917), Hegel (1917-1918), Kant (1921), Mach (1925), Euck (...)
  • 54 Lulle (1928), Gracián, Agudeza y arte de ingenio (1929), Huarte (1930), Jovellanos (1930).
  • 55 E. Ovejero y Maury, « La crítica pseudo-clásica », La España moderna 346, 1908, (p. 30-53). Il publ (...)

20Le rôle des traducteurs dans cette entreprise était essentiel, mais leur importance – et leur rétribution – variait selon la fréquence de leurs contributions et le statut intellectuel qui était par ailleurs le leur. Quelle place Eduardo Ovejero Maury, le traducteur du Velazquez de Justi, occupa-t-il dans cette collection de noms ? Figure oubliée des lettres madrilènes du début du xxe siècle, négligée autant par les historiens de la philosophie que par ceux de l’art, son portrait a été redessiné par Gustavo Bueno Sánchez50. Membre de l’Athénée de Madrid, il enseignerait plus tard la philosophie à l’Université centrale de la capitale. Mais c’est surtout comme traducteur – principalement de philosophie allemande – qu’il se fit connaître. Bueno Sánchez suppose qu’il apprit l’allemand dans la fréquentation d’Ernst Bark, directeur depuis 1895 du « Cercle Polyglotte » (Instituto Políglota) de Madrid – institution dont la fonction véritable était la consolidation et la promotion de la position allemande à travers une politique culturelle très prosélyte. Il allait plus tard devenir un personnage d’une certaine importance dans l’Espagne d’avant la guerre civile. À partir de 1909, et tout d’abord pour le compte de La España moderna, il traduisit un nombre considérable d’auteurs majeurs du paysage intellectuel de l’Europe de la fin du xixe siècle, en esthétique51, en sociologie52, en droit, en pédagogie et en philosophie53, avant de revenir à l’édition d’auteurs « espagnols », tels R. Lulle, B. Gracián, J. de Huarte de San Juan et G. de Jovellanos54. Parallèlement, il s’essayerait à l’essai critique, en particulier, à l’époque de sa traduction de Justi, avec un article sur le classicisme européen publié dans La España moderna55.

21Ovejero est extrêmement prolifique et sans doute conviendrait-il de réaliser un examen généralisé de ses traductions : même si elles furent sans doute souvent réalisées pro pane lucrandi – et il faut se demander si Ovejero ne devint pas un entrepreneur en traduction, dissimulant sous son nom de nombreux traducteurs anonymes de tous types –, elles furent essentielles pour le renouvellement des lectures en philosophie dans l’Espagne d’alors. Nombre de ces traductions furent au demeurant abondamment rééditées tout au long du xxe siècle, en Espagne comme en Amérique latine, et constituèrent à ce titre la version de référence dans laquelle on découvrait Leibniz, Schopenhauer ou encore Nietzsche.

22La traduction de Justi par Ovejero fut, semble-t-il, la première qu’il signât de son nom. Elle est à cet égard d’intérêt majeur pour l’histoire intellectuelle d’Ovejero, qui fit donc ses débuts comme traducteur de textes d’histoire de l’art, dans le laboratoire de La España moderna – il publia peu après, en 1909, une traduction du Goya de Valerian von Loga. Ovejero fit-il volontairement ce choix ou sut-il simplement mettre à profit une belle occasion que lui offrait Lázaro Galdiano ? L’état actuel de nos connaissances ne nous permet pas de l’établir. Nourri par Lázaro Galdiano depuis 1892, le projet de la traduction du Velazquez se révéla en tout cas une entreprise de longue haleine, publiée en vingt-huit livraisons dans la revue, de juillet 1906 à octobre 1908.

  • 56 Une brève liste des erreurs de la première page donnera la mesure du problème : « ciclo » [« cycle  (...)
  • 57 Encore quelques exemples, presque au hasard : p. xxvii de son introduction, Justi mentionnait la tr (...)
  • 58 L’exemplaire est conservé à Madrid, à la Fundacion Lázaro Galdiano, sous la cote A11-15-9.

23Une comparaison de l’original – l’édition remaniée de 1903 – avec la version d’Ovejero ne laisse que peu de doutes sur le caractère alors encore assez approximatif de sa maîtrise de la langue de Justi. Certes, il traduisit intégralement le livre mais, dès la première page de sa traduction, contresens, faux-sens, simplifications et, même, méconnaissance du génitif allemand rendent la lecture du texte peu aisée56, mais d’autres erreurs émaillent également la suite du texte57. Sa traduction fut si manifestement défectueuse que Lázaro Galdiano consigna lui-même, dans un exemplaire que l’on conserve encore, nombre d’erreurs58.

  • 59 Sur ce personnage, important également pour le développement de l’archéologie ibérique, voir Daniel (...)

24Et néanmoins, malgré les maladresses du traducteur, le livre fut considéré une référence incontournable : la réputation qu’il avait acquise en Allemagne et dans le monde anglo-saxon l’avait précédé en Espagne. Un article de la même année 1907 l’atteste, de la plume de José Ramón Mélida59. Consacré à la question de l’identification de deux portraits de Philippe IV que Justi avait tenus pour un seul, l’article de Mélida commence par reconnaître au professeur allemand toute son importance :

  • 60 José Ramón Mélida, « Un Velázquez indubitable », Blanco y Negro, 13 juillet 1907, (p. 5-6), p. 5 (n (...)

La réputation méritée de l’érudit hispanophile allemand Carl Justi rend superfétatoire, en guise de justification de sa personnalité, toute présentation de ses travaux sur l’histoire de nos arts. Le résumé qu’il en donne en tête du volume espagnol du Guide Baedeker, et surtout sa grande œuvre complète, Diego Velazquez et son siècle, donnée aux presses en 1888, réimprimée à l’occasion du centenaire de la naissance du grand peintre espagnol, et maintenant traduite pour la revue La España moderna, que l’on publie maintenant depuis des mois, sont des faits bien connus du public cultivé, qui révère ce nom comme celui d’une véritable autorité60.

  • 61 J. Ramón Mélida, « Los Velázquez de la Casa Villahermosa », Revista de los Archivos, Bibliotecas y (...)

25Mélida écrivit cet article pour y reprendre une question soulevée dans deux textes antérieurs, datant de 1905 et 1906, dans le second desquels il donnait à connaître un reçu de la main de Velázquez qui authentifiait selon lui deux Velasquez de la collection de la duchesse de Villahermosa61. Mélida reprenait Justi, à qui il pardonnait la chose pour ne pas avoir pu voir les tableaux personnellement, et son traducteur, à qui il reprochait de ne pas avoir corrigé l’erreur :

  • 62 J. Ramón Mélida, « Un Velázquez indubitable », p. 5 (notre traduction).

Pour cette raison, il m’a semblé nécessaire (afin que l’opinion du public ne se perde pas en confusions à propos d’un thème traité par Monsieur Beruete dans la presse étrangère et par moi-même dans l’espagnole) de signaler une erreur dans laquelle, sans doute par défaut d’information complète, est tombé l’auteur allemand dans La España moderna – erreur à laquelle le traducteur ne s’est pas soucié de remédier par une note opportune62.

  • 63 Voir Francisco Pérez Gutiérrez, Menéndez Pelayo y Lázaro : una colaboración fecunda (1889-1908), Ma (...)
  • 64 Voir ainsi Marcelino Menéndez y Pelayo, Obras Completas (Tomo I): Historia de las ideas estéticas e (...)

26Cette correction, cependant, ne se comprend que dans la mesure où Mélida reconnaît d’emblée toute son importance au Velazquez de Justi, et ce alors que la publication de celui-ci dans La España moderna est encore loin d’être achevée. C’est que la réputation de l’ouvrage est établie avant même sa traduction, comme l’attestent bien des références à la version allemande d’origine, sous la plume, entre autres, de Menéndez Pelayo qui était devenu, après son amie Pardo Bazán, l’un des principaux conseillers de Lázaro Galdiano en matière d’histoire intellectuelle et de collectionnisme63. Menéndez Pelayo fut, jusqu’à sa mort en 1912 – la même année que Justi – directeur de la Bibliothèque nationale de Madrid. Son avis favorable à l’égard de Justi, dans la réédition de 1909 de son Historia de las ideas estéticas en España64, dut considérablement encourager l’appréciation favorable de Justi en Espagne, où la perception de l’œuvre de Velasquez était devenue une question nationale.

  • 65 Miguel de Unamuno, Niebla, Madrid, Alianza Editorial, 1986, p. 173.
  • 66 L’hypothèse est avancée par Luis Fernández Gallardo, « Teología y poesía en Unamuno : El Cristo de (...)

27Un autre témoignage suffit à confirmer le succès immédiat du Velazquez : à l’époque même où la traduction est publiée dans la revue, en 1907, Miguel de Unamuno – un des habitués de La España moderna, on l’a vu – place une mention du livre dans la bouche de l’un des personnages de ce qui est peut-être le plus célèbre de ses romans, Niebla, qui ne sera cependant publié qu’en 191465. La critique attribue par ailleurs à la lecture du Velazquez de Justi l’inspiration de El Cristo de Velázquez (1920) d’Unamuno, recueil de poèmes adressés au grand Christ en croix du peintre sévillan66.

  • 67 Sur cette figure essentielle du développement de l’histoire de l’art comme discipline universitaire (...)
  • 68 Elías Tormo, « Necrológicas de 1912 : el Dr. Justi », Boletín de la Sociedad Española de Excursione (...)
  • 69 Voir José Gallart y Folch, El espíritu y la técnica de « El Greco » con un estudio de la figura de (...)
  • 70 Carl Justi, Velázquez y su siglo, trad. esp. Pedro Marrades, Madrid, Espasa Calpe, 1953. Marrades, (...)

28Velazquez und sein Jahrhundert n’eut donc pas immédiatement la traduction qu’il méritait : Lázaro Galdiano en avait initialement envisagé une édition luxueuse, qui aurait suivi la publication en revue, mais il ne la réalisa pas – sans doute du fait des défauts de la traduction d’Ovejero. Malgré tout, la gloire était acquise au professeur de Bonn : à sa mort, en 1912, Elías Tormo – depuis 1903 premier titulaire d’une chaire d’histoire de l’art en Espagne67 – le nommait le « premier d’entre les hispanistes du monde68 ». Mais, si sa gloire était acquise, le personnage de Justi menaçait de tomber par la suite dans l’oubli : en 1946, un livre sur le Greco le qualifiait de Suisse69… et il fallait attendre l’année 1953 pour que la traduction par Pedro Marrades vienne donner au public espagnol une première version en livre de son Velazquez70.

Bréal vs Justi : l’histoire de l’art a-t-elle le droit de se servir de la fiction ?

  • 71 K. Hellwig, « Carl Justi y los comienzos », p. 24-26.
  • 72 En réalité, Friedrich Schneider (1836-1907), ecclésiastique et historien de l’art de Mayence.
  • 73 Frédéric Schneider, « Matthias Grünewald et la mystique du Moyen Âge », Revue de l’art chrétien 48, (...)

29Une autre cause encore est susceptible d’expliquer sa – toute relative – éclipse en Espagne : le discrédit que l’histoire de l’art française fit peser sur lui au lendemain de la Première Guerre mondiale. Le nom de Justi fut en effet gravement entaché en France, à l’occasion d’une polémique dont K. Hellwig a retracé les moments essentiels71. La France avait déjà vu la publication de quelques-uns des textes les plus opposés à l’ouvrage de Justi. C’était à Paris qu’avait paru le Velazquez d’A. de Beruete (1898), l’un des ouvrages qui, avec celui de Stevenson, prirent le plus le contre-pied de celui de Justi, non pas sur le fond, mais sur la forme. À partir du tournant du siècle, les ouvrages sur l’art du maître sévillan se multiplièrent et la critique commença à se retourner contre Justi. En particulier, « Frédéric Schneider72 » corrigea Justi dans un article de 1905 de La Revue de l’art chrétien pour ne pas avoir su identifier le thème d’un Christ après la flagellation de Velasquez, aujourd’hui conservé à la National Gallery de Londres73.

  • 74 Après une scolarité à l’École Alsacienne, où il était devenu un ami de Gide, Bréal s’inscrivit en 1 (...)

30Mais ce fut Auguste Bréal (1868-1941), fils du linguiste Michel Bréal et frère de Clotilde Bréal – l’épouse de Romain Rolland – qui allait prendre Justi violemment à parti. Également peintre, Bréal avait été formé à Cambridge et, depuis 1907, vivait en Espagne, à Séville, où il fut correspondant du Temps, mais aussi, pendant la Première Guerre mondiale, agent de la propagande et de l’information alliée74.

  • 75 Auguste Bréal, Velazquez, translated from the French text of M. Auguste Bréal by Madame Simon Bussy(...)
  • 76 Ibid., p. 158 : « What shall we say of Herr Justi, who remarks that the “light comes from the left (...)

31En 1904, il avait publié, traduit en anglais, un bref Velazquez, parfait exemple de « critique d’impression ». Il n’y mentionnait guère Justi, sauf pour le critiquer en deux notes, comme en passant : une première fois, pour évoquer les « lettres fictives de Velasquez fabriquées par Herr Justi dans son grand ouvrage », mais qui servent à recréer Rome telle que le peintre espagnol a pu la connaître75, une seconde fois, pour critiquer l’excès de réalisme que Justi demande à Velasquez dans La Reddition de Breda76. La première de ces deux piques – qui ne cachait pas, néanmoins, une certaine admiration pour Justi – fut le point de départ d’une longue affaire.

  • 77 Ludwig von Pastor, Geschichte der Päpste im Zeitalter der Renaissance, Fribourg en Brisgau, Herder’ (...)
  • 78 Les deux lettres de Bréal sont conservées aux Archives de la Berlin-Brandenburgische Akademie der W (...)
  • 79 Carl Justi, « Das Tagebuch des Velazquez », Kunstchronik 17, 1905-1906, p. 246. La justification se (...)
  • 80 Ibid. : « Auch hoffe ich, die spanischen Stilformen des 17. Jahrhunderts so weit zu kennen, um zu w (...)
  • 81 M. Menéndez y Pelayo, Obras Completas (Tomo I), op. cit., p. 654 : « discretamente imaginado para e (...)
  • 82 J. Rößler, Poetik der Kunstgeschichte, op. cit., p. 233-235.

32Si Bréal y reconnaît comme fictions les lettres dans lesquelles Velasquez aurait décrit sa promenade dans Rome, d’autres, avant lui, s’étaient laissés prendre au leurre, et non des moindres, tels Ludwig von Pastor ou Paul Kristeller77. Bréal écrivit à Justi pour lui demander l’origine du document et, face à l’absence de justification, renouvela sa question, à laquelle Justi finit par répondre, en septembre 1904 – après la sortie du Velazquez de Bréal traduit en anglais78. La note de Bréal évoquant les « lettres fictives de Velasquez fabriquées par Herr Justi » révèle bien qu’il avait pris son parti de l’absence de réponse de Justi. Or celui-ci lui répondit et alla même jusqu’à formaliser sa réponse de manière publique, par une brève note datée de février 1906, publiée dans la revue Kunstchronik79. Il n’y cite pas nommément Bréal, mais mentionne clairement les auteurs étrangers qui, à la différence des lecteurs allemands, n’ont pas pu (linguistiquement, faut-il comprendre) lire le livre en entier et ne le parcourent qu’en s’orientant au moyen du seul index des noms80. D’autres, même en Espagne, ne s’étaient pourtant pas laissé tromper par les fictions de Justi : Marcelino Menéndez Pelayo avait ainsi apprécié la subtilité du Diálogo sobre la Pintura, « judicieusement imaginé pour exposer les idées qui régnaient à Séville sur l’Art au début du xviie siècle81 ». Comme Johannes Rößler le suggère, la mise au point a pu être dictée à Justi par la pression croissante de ses collègues historiens de l’art, de moins en moins enclins à accepter que la création poétique pût compléter l’histoire82.

  • 83 Antonio Muñoz, « Le impressioni romane del Velazquez o la mistificazione di un critico tedesco », N (...)
  • 84 J. Rößler (Poetik der Kunstgeschichte, op. cit., p. 233) mentionne une lettre d’Adolph Michaelis à (...)
  • 85 Auguste Bréal, « Le Journal de Velasquez ou les Amusements d’un savant allemand », publié dans la t (...)
  • 86 Auguste Bréal, Velazquez, Paris, Georges Crès, 1919, p. 5-16.

33Les réactions outrées ne se firent pas immédiatement entendre. Elles ne se déchaînèrent qu’à la fin de la Première Guerre, bien après le décès de Justi en 1912. Antonio Muñoz dénonça déjà l’artifice de Justi en 191783, mais c’est Bréal qui, en 1919, lança une attaque qu’il semble avoir méditée de longue date84. Il publia un dossier accusant Justi de n’être qu’un « faussaire boche », pour avoir inventé les quelques pages dans lesquelles Velasquez aurait consigné ses impressions romaines : « Le Journal de Velasquez ou les Amusements d’un savant allemand85 ». Par la réédition qu’il fit la même année, en français, de son Velasquez, Bréal lui assura un succès de scandale. Il supprima la note dans laquelle il avait dénoncé en 1904 les « lettres fictives de Velasquez fabriquées par Herr Justi » et fit précéder le texte du livre par la publication complète des pièces du dossier86.

  • 87 Paru dans la section « Échos des Arts » de L’Art et les artistes : revue mensuelle d’art ancien et (...)
  • 88 La propagande de guerre y a souvent recours, dans telle caricature sur Les Dernières armes de la «  (...)
  • 89 L’Ère nouvelle, 29 janvier 1920, p. 6.
  • 90 Comœdia, 31 janvier 1920, p. 2.
  • 91 Pierre Mille, « Un Faussaire boche », Le Temps, 1er février 1920, p. 3. Un exemplaire de cet articl (...)
  • 92 Maurice Schwob, « M. Glass parle d’or », Le Phare de la Loire, 1er février 1920, p. 1.
  • 93 Paul Cazaubon, « La Main dans le sac », Le Phare de la Loire, 12 février 1920, p. 1.
  • 94 « Orion » (al. E. Marsan), « Le Carnet des Lettres, des Sciences et des Arts », L’Action française, (...)
  • 95 Lucien Descaves, « Derniers livres parus », Le Journal, 9 avril 1920, p. 2.
  • 96 Louis Vauxcelles, « Vélasquez à Londres », L’Éclair, 15 juillet 1920, p. 4, rappelle les différents (...)
  • 97 Henri Ghéon, « VÉLAZQUEZ, par Auguste Bréal (Crès et Cie) », La Nouvelle Revue française 80, mai 19 (...)

34Les accusations de Bréal furent abondamment relayées dans la presse nationale et même régionale, non sans délectation – vae victis ! –, sous des titres aussi éloquents que « Leur Kulture87 » : le « K » était chargé de tout l’opprobre de la caricature, qui retombait sur Justi lui-même, qui a toujours signé « Carl », mais que la presse française s’entêtait à orthographier « Karl88 ». Les échos du « scandale » dévoilé par Bréal furent toutefois diversement relayés. Là où L’Ère nouvelle, journal socialiste, se contentait d’évoquer le 29 janvier 1920 la « malicieuse préface » de Bréal et de rapporter « une amusante anecdote qui nous éclaire sur la “fameuse science allemande89” », et où Comœdia, le 31 janvier, en donna un récit divertissant90, Le Temps, plus conservateur, publia sous la plume de Pierre Mille, le 1er février, un article au titre éloquent, « Un Faussaire boche91 ». Pire encore, le 12 février, Le Phare de la Loire, journal radical de Nantes très engagé dans la propagande antiallemande, publia un éditorial de son directeur, Maurice Schwob – frère de Marcel Schwob –, sur la remise de la dette allemande, dans lequel il ne se prive pas de mentionner l’affaire Justi en des termes virulents92. Paul Cazaubon lui répondra dans une colonne du même journal par un article sur les faussaires en art où il prétend que les Allemands mentiraient non pas par plaisir, mais par profit93. Plus tard encore, « Orion » (alias Eugène Marsan) rendit compte de cette « histoire de boche mirobolante » dans les colonnes de L’Action française94, et Lucien Descaves relaya le scandale en avril dans Le Journal95. En juillet, l’influent critique d’art Louis Vauxcelles se rappellerait encore la « compilation boche en toute son épaisseur » de Justi96. La virulence de la polémique de Bréal tomba donc sur un terrain des plus fertiles, ce qui ne peut se comprendre que par les circonstances extraordinaires qui furent celles de la négociation du traité de Versailles. Seul à ne pas sonner l’hallali contre Justi, Henri Ghéon donna un compte rendu plus détaillé du livre de Bréal à la NRF97. La conclusion de Ghéon était la plus élégante de celles que l’on pût alors lire dans la presse française : elle se contentait de contraster deux méthodes, qu’il ne réduisit cependant pas à deux styles nationaux. Motivée par les circonstances de l’immédiat après-guerre, cette polémique laissa des traces profondes auprès des lecteurs français, qui n’eurent en réalité jamais l’occasion de juger sur pièces le livre de Justi.

  • 98 Wilhelm Waetzold, Deutsche Kunsthistoriker, op. cit., p. 263-264 : « Daß Justis Dichtungen für auth (...)

35Il y eut une réponse, en Allemagne, qui prit plusieurs formes. Le neveu de Carl Justi, Ludwig Justi, prit position sur l’affaire dans la troisième édition du Velazquez, en 1922, et Wilhelm Waetzold fit remarquer, non sans malice, en 1924, que les critiques formulées à l’endroit de Justi n’étaient que l’ultime hommage rendu à son usage de la fiction, du pastiche, pour la suggestion de ce que la prose scientifique s’efforce par ailleurs de caractériser98 : défense d’arrière-garde, à la vérité, car le temps n’est plus où l’historien, à l’instar de Thucydide ou de Denys d’Halicarnasse, avait la licence d’inventer les discours des acteurs de l’histoire.

*

  • 99 Voir M. Passini, L’œil et l’archive, p. 24.
  • 100 Voir en particulier E. Contamine de Latour, « La literatura española en Francia », La España modern (...)

36Il est donc impossible, en dernière analyse, de comprendre la traduction et la réception de Justi en Espagne comme un simple transfert depuis l’Allemagne. Plus complexe, le phénomène doit être considéré au prisme d’au moins deux médiations géographiques – l’une, possible, l’anglophone, l’autre, certaine, la française, par le truchement d’Émile Michel et de la Revue des deux mondes. Les revues ont en effet un rôle médiateur majeur, à la fin du xixe siècle, en un temps marqué, pour reprendre la caractérisation proposée par Michela Passini, par la circulation et la compétition de modèles nationaux99. Dès sa fondation en 1889, La España moderna manifesta son désir de libérer l’Espagne de l’image fantasque que la France, en particulier, cultive d’elle depuis le romantisme100. C’est dans ce contexte qu’il convient d’envisager l’histoire de la traduction du Velazquez de Justi, histoire qui continue à présenter quelques énigmes.

37Envisagée et confiée dès 1892 à Edmundo González Blanco, la traduction du Velazquez de Justi ne vit le jour qu’en 1906-1908, réalisée par Eduardo Ovejero. Les raisons pour lesquelles la traduction ne vit pas le jour au cours des années 1890 demeurent obscures. En tout cas, ce n’est qu’après la crise de 1898 que – l’Espagne étant en quête de personnages qui, tel Velázquez, pussent concentrer en eux toute une époque et présenter au pays un miroir avantageux – La España moderna en donna une traduction en livraisons régulières. La traduction prenait alors plus de sens encore, comme affirmation, en Espagne, de ce que le génie espagnol a su produire de plus remarquable, de plus essentiel dans l’histoire culturelle du pays – ce sont les termes mêmes des premières lignes du livre. La mauvaise qualité de la traduction condamna cependant le Velazquez à ne pas connaître, ensuite, de publication en un seul volume : peu étudié jusqu’à présent, le traducteur, Eduardo Ovejero, semble avoir été, malgré ses prétentions de philosophe, un intellectuel de second, voire de troisième ordre, dont l’œuvre fut avant tout celle d’un diffuseur de textes. Et l’ampleur de cette diffusion – pas peu lucrative, sans doute – se fit au prix d’une relative négligence de la qualité des traductions, si ce n’est à celui d’une sous-traitance de ces traductions – phénomène alors fréquent.

38Ainsi, tandis qu’en Angleterre l’œuvre fut immédiatement traduite, avec la supervision de Justi lui-même, le Velazquez n’eut pas la même chance en Espagne, et ce alors que Lázaro Galdiano fut en rapport avec lui à ce propos. De ce fait, l’œuvre fit rapidement partie de la bibliographie classique sur Velázquez dans le monde anglophone, alors que ce ne fut pas le cas de manière aussi nette en Espagne. La plupart des auteurs qui le lurent au début de sa circulation le firent dans la version allemande, voire, peut-être, dans l’anglaise. On pourrait presque dire que le Velazquez de Justi finit par être connu en Espagne malgré son traducteur.

39Par ailleurs, promouvant une histoire culturelle très centrée sur la figure du génie et sur l’idée de l’apogée de la nation espagnole, le livre passa un peu de mode à partir des années 1910, en même temps que l’attention des historiens de l’art hispanophiles se dirigea de plus en plus vers le Greco, perçu comme précurseur de l’art expressionniste – dont Justi avait été un pourfendeur notoire. Ce faisceau de facteurs valut ainsi au livre son discrédit, voire, en France, où il fut la victime du très mauvais procès que lui fit Auguste Bréal, son oubli.

Haut de page

Notes

1 Carl Justi, Diego Velazquez und sein Jahrhundert, Bonn, Verlag von Max Cohen & Sohn, 1888. Une réédition, révisée par l’auteur, fut encore publiée de son vivant, en 1903.

2 Id., Die ästhetischen Elemente in der platonischen Philosophie: ein historisch-philosophischer Versuch, Marbourg, N. G. Elwert, 1860.

3 Id., Winckelman. Sein Leben, seine Werke und seine Zeitgenossen, Leipzig, F. C. W. Vogel, 1866-1872.

4 Michel Espagne, L’Histoire de l’art comme transfert culturel. L’itinéraire d’Anton Springer, Paris, Belin, 1990, p. 79.

5 Carl Justi, Michelangelo, Leipzig, Breitkopf & Härtel, 1900.

6 Pour reprendre encore une expression que Michel Espagne emploie à propos non de Justi, mais de son prédécesseur Springer, op. cit., p. 7.

7 Cette question a déjà été explorée – mais relativement peu du point de vue de l’histoire des traductions – par quelques articles publiés dans Bettina Marten et Roland Kanz (éd.), Carl Justi und die Kunstgeschichte, Francfort-sur-le-Main/Madrid, Vervuert/Iberoamericana, 2016 (Kunsthistorische Studien der Carl Justi-Vereinigung, t. 20) : David Sánchez Cano, « Carl Justis frühe Rezeption in Spanien », (p. 125-136), et Grischka Petri, « Carl Justis Velázquez und die britische Kunstgeschichte 1848-1903 », (p. 137-150).

8 Sur cette question, voir Evanghélia Stead et Hélène Védrine (éd.), L’Europe des revues (1880-1920), Estampes, photographies, illustrations, Paris, PUPS, 2008, ainsi que la récente contribution de Béatrice Joyeux-Prunel, « Internationalization through the Lens: Nineteenth – and Twentieth-Century Art Periodicals and Decentred Circulation », Journal of European Periodical Studies 4, 2, hiver 2019, (p. 48-69).

9 Sur Springer, Michel Espagne, op. cit.

10 Voir en particulier Johannes Rößler, Poetik der Kunstgeschichte. Anton Springer, Carl Justi und die ästhetische Konzeption der deutschen Wissenschaft, Berlin, Akademie Verlag, 2009.

11 Il s’exprime très clairement sur ce point, par exemple dans sa correspondance avec son ami d’enfance, Carl Justi – Otto Hartwig, Briefwechsel 1858-1903, éd. R. Leppla, Bonn, 1968, p. 17 et 391.

12 Voir Michela Passini, L’œil et l’archive. Une histoire de l’histoire de l’art, Paris, La Découverte, 2017.

13 Heinrich Wölfflin, « Velazquez », in : Id., Kleine Schriften (1886-1933), éd. par Joseph Ganter, Bâle, Benno Schwabe & Co, 1946, (p. 126-130), p. 130 : « wahrscheinlich die vollkommenste Malerbiographie, die überhaupt existiert ».

14 Michel Espagne, « Le Laocoon de Lessing entre Carl Justi et Aby Warburg », Revue germanique internationale, [En ligne], 19/2003, url : http://journals.openedition.org/rgi/954.

15 Aby Warburg, Essais florentins, trad. Sybille Müller, prés. Éveline Pinto, Paris, Klincksieck, 1990, p. 91, qui reprend Diego Velazquez…, Bonn, 1888, I, p. 123.

16 Wilhelm Waetzoldt, Deutsche Kunsthistoriker, vol. II, Von Passavant bis Justi, Leipzig, E. A. Seemann, 1924, p. 239-277, avec une considération, p. 276-277, sur le fait que l’histoire de l’art, après Justi, est sur le point d’entrer dans son troisième âge. Dans le sillage de Waetzoldt, Udo Kultermann concède encore une place d’importance à Justi dans sa Geschichte der Kunstgeschichte. Der Weg einer Wissenschaft, Vienne/Dusseldorf, Econ-Verlag, 1966.

17 Voir par exemple la série d’études éditée par Ulrich Pfisterer (éd.), Klassiker der Kunstgeschichte. Von Winckelmann bis Warburg, Munich, Verlag C. H. Beck, 2007. Une petite place lui est concédée dans Regine Prange (éd.), Kunstgeschichte 1750-1900. Eine kommentierte Anthologie, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2007, p. 164-173. M. Passini (L’œil et l’archive, op. cit., p. 53) ne concède pas non plus une place importante à Justi, voyant en lui un auteur « parmi les plus représentatifs d’un genre [i.e. la monographie] fondé sur un travail documentaire très étendu ».

18 Juan Antonio Gaya Nuño s’était déjà penché sur la réception du Velazquez de Justi dans un appendice (« Después de Justi. Medio siglo de estudios velazquistas ») à une retraduction du livre : Velázquez y su siglo, trad. Pedro Marrades, Madrid, Espasa Calpe, 1953. C’est aux travaux récents de Karin Hellwig, de Dietrich Briesemeister, en 2007, et, surtout, de Johannes Rößler, en 2009, ainsi qu’à deux ouvrages collectifs, de 2015 et de 2016, que l’on doit la caractérisation la plus exacte du propos de Diego Velazquez und sein Jahrhundert. Voir la préface de Karin Hellwig à la nouvelle traduction du livre de Justi : « Carl Justi y los comienzos de los estudios sobre arte español en Alemania », Velázquez y su siglo, trad. esp. Jesús Espino Nuño, Madrid, Istmo, 1999, (p. 7-26) ; voir aussi Dietrich Briesemeister, « Carl Justi und die spanische Kulturgeschichte des Siglo de Oro », in : Karin Hellwig (éd.), Spanien und Deutschland – Kulturtransfer im 19. Jahrhundert, Francfort-sur-le-Main/Madrid, Vervuert/Iberoamericana, 2007 (Kunsthistorische Studien der Carl Justi-Vereinigung, t. 12), (p. 57-88) ; Johannes Rößler, Poetik der Kunstgeschichte, op. cit. ; Antonio Bonet Correa, Henrik Karge et Jorge Maier Allende (éd.), Carl Justi y el arte español, Madrid, CEEH, 2015 ; Bettina Marten et Roland Kanz (éd.), op. cit.

19 Martin Warnke, Velázquez. Form & Reform, Cologne, DuMont Literatur und Kunst Verlag, 2005, p. 11.

20 Voir Roland Béhar, « “Siglo de Oro” : ambiguïtés d’un sæculum aureum hispanique », Cahiers du GEMCA 1, 2012, (p. 95-123).

21 Voir en particulier D. Briesemeister, op. cit.

22 Voir par exemple Wilhelm Dilthey, La vie historique : Manuscrits relatifs à une suite de L’édification du monde historique dans les sciences de l’esprit, trad., prés. et notes Christian Berner et Jean-Claude Gens, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2019, p. 84 sq.

23 Justi sait faire preuve d’esprit critique, en particulier dans son analyse d’un apocryphe dont il retire une fois pour toutes la paternité à Velázquez, la Memoria de las pinturas, que la magestad catholica del Rey nuestro Señor Don Philipe IV, embia al Monasterio de San Laurencio el Real del Escurial, este año de M. DC.LVI, prétendument publié à Rome en 1658. Le document avait encore été traduit et commenté peu d’années auparavant en France par Davillier (Mémoire de Velázquez sur quarante et un tableaux envoyés par Philippe IV à l’Escurial, Paris, Auguste Aubry, 1874). La fausseté en a pu être établie du fait, notamment, que Velázquez y est dit caballero del Orden de Santiago, alors qu’il ne recevra cette dignité qu’un an après la date supposée de la publication, en 1659.

24 Voir Eugen Obermayer, Zeitschrift für Bildende Kunst 24, 1889, (p. 200-208) et Carl Neumann, Preußische Jahrbücher 66, 1890, (p. 63-68).

25 Diego Velazquez and his Times, by Carl Justi, Professor at the University of Bonn, translated by Professor A. H. Keane, B. A., F.R.G.S., and revised by the Author. With a Frontispiece of Velazquez’ own portrait, etched by Forberg; fifty-two wood engravings, and a plan of the old Palace at Madrid, Londres, H. Grevel & Co., 1889.

26 La préface du traducteur le réaffirme encore : « the fact that the proof-sheets have passed through the Author’s hands will perhaps be a sufficient guarantee of its fidelity to the original » (ibid., p. v), ce qui présuppose un contact direct entre l’auteur et le traducteur, ou du moins entre l’auteur et la maison d’édition anglaise.

27 William Stirling, Velazquez and His Works, Londres, John W. Parker and Son, 1855, ouvrage qui avait été immédiatement traduit en allemand par Emma Wackerhagen : Velazquez und seine Werke, Berlin, Heinrich Schindler, 1856. La bibliothèque de l’Institut d’histoire de l’art de l’université de Bonn conserve les exemplaires des deux livres ayant appartenu à Justi ; cf. Grischka Petri, « Carl Justis Velázquez… », op. cit., p. 139 (la version française dut attendre 1865 pour voir le jour, publiée par G. Brunet chez la Veuve Renouard). Charles B. Curtis avait publié, quant à lui, son Velazquez and Murillo, Londres/New York, S. Low, Marston, Searle, and Rivington/J. W. Bouton, 1883.

28 Voir Grischka Petri, op. cit., p. 143-144.

29 « Velasquez and His Contemporaries », The Saturday Review 67, 1er juin 1889, (p. 675-676) ; cf. Grischka Petri, op. cit., p. 143.

30 « A book about Velázquez », New York Tribune, 12 juillet 1889, p. 8.

31 Cf. Catalogue of Oil Paintings, Drawings, and Original Sketches by the Old Masters Belonging to his Highness, Don Pedro de Borbon, Duque de Durcal, New York, American Art Galleries, 1889. La presse s’en fit l’écho (cf. « The Durcal Picture Sale », New York Times, 12 avril 1889 et Chicago Tribune, 13 avril 1889). Voir Richard L. Kagan, The Spanish Craze: America’s Fascination with the Hispanic World, 1779-1939, Lincoln (NE), University of Nebraska Press, 2019, p. 259 et 501.

32 Justi formule cette supposition dans une lettre écrite à sa sœur le 9 mai 1890, depuis Séville (Carl Justi, Spanische Reisebriefe, éd. Heinrich Kayser, Bonn, Verlag von Friedrich Cohen, 1923, p. 367) ; un élément supplémentaire à prendre en compte sont les annotations marginales apportées par Curtis au Catalogue of Oil Paintings…, op. cit., ici p. 18 (conservé à la bibliothèque du Metropolitan Museum, New York).

33 « The Art of Velasquez », Saturday Review 81, 18 janvier 1896, (p. 78-79), p. 78, cité d’après Grischka Petri, op. cit., p. 147.

34 Kenneth McConkey, « The Theology of Painting – the Cult of Velazquez and British Art at the Turn of the Twentieth Century », Visual Culture in Britain 6, 2, 2005, (p. 189-205).

35 Carl Justi, Velasquez and his Times, New York, Parkstone International, livre électronique édité par hoopla, 2015.

36 Sur Émile Michel critique des salons, voir Antoinette Ehrard, « L’“impossible” Salon de 1880 », in : Jean Paul Bouillon (éd.), La Critique d’art en France, 1850-1900, Saint-Étienne, Université de Saint-Étienne, C.I.E.R.E.C., 1989, (p. 147-158), qui juge Michel un critique « pathétique et intarissable » (p. 152), voire « verbeux » (p. 158), pratiquant, en somme, la critique d’art comme un genre littéraire – contrairement à ce que Ferdinand Brunetière, la même année, recommandait dans ses « Salons de Diderot ». Ce jugement, rapporté à la critique d’art, devait également avoir cours plus tard à propos de ses écrits d’histoire de l’art.

37 Les deux articles ont été réédités récemment en un volume : Émile Michel, Diego Velázquez. Physionomie d’un génie, éd. Victor Claass, Paris, Pocket, 2015, ici p. 46-47.

38 Ibid., p. 46.

39 Emilio Michel [sic], « Diego Velázquez », La España moderna VI, septembre 1894, (p. 167-203) ; novembre 1894, (p. 123-154) ; décembre 1894, (p. 48-83).

40 C. Justi, Diego Velazquez und sein Jahrhundert, op. cit. (1903), vol. I, p. 314 : « Während es Émile Michels wohlerwogenes Urteil ein als rein historisches Gemälde nie wieder erreichtes Vorbild nannte, scheint die kunstvoll und sachgemäß durchdachte Komposition und die hier geforderte feierliche Würde modernste Doktrinäre zu verstimmen, deren mit der Brille der Sekte bewaffnetes Auge darin „dekorative Flachheit“ entdeckte! » (trad. dans La España moderna 224, p. 93).

41 G[uillermo]. Maurenbrecher, M[artin]. Philippson et C[arlos]. Justi, Estudios sobre Felipe II, trad. Ricardo de Hinojosa, Madrid, Establecimiento tipográfico de Ricardo Fe, 1887.

42 Voir David Sánchez Cano, « El lugar de Carl Justi en la historiografia del arte español », in : A. Bonet Correa, H. Karge et J. Maier Allende (éd.), Carl Justi, op. cit., (p. 69-88).

43 Voir K. Hellwig, op. cit., p. 24-26.

44 Aureliano de Beruete, Velázquez, Paris, Librairie Renouard, Henri Laurens Éditeur, 1898 (l’ouvrage fut traduit en anglais dès 1906, en allemand dès 1909).

45 De retour en Allemagne, Justi publia un compte rendu en deux petits articles sur un certain nombre d’œuvres d’art vues à Madrid – preuve, s’il en était besoin, de son intérêt pour l’exposition ; voir C. Justi, « Studien aus der historisch-europäischen Ausstellung zu Madrid » I et II, Zeitschrift für christliche Kunst 6, 1893, (p. 129-132) et (p. 225-232). On sait par ailleurs l’importance de cette exposition pour Lázaro Galdiano, qui allait ensuite faire l’acquisition de certaines des pièces qui y avaient été exposées, livres ou objets d’art ; voir Carlos Saguar Quer, « Fondos aragoneses del Museo Lázaro Galdiano », Artigrama 20, 2005, (p. 111-130), et id., « La Fundación Lázaro Galdiano. El legado de un gran coleccionista y mecenas », in : José Ignacio Gil Pinero (éd.), Museos y mecenazgo: nuevas aportaciones: 17-19 octubre de 2007, Madrid, Universidad Rey Juan Carlos, 2009, (p. 135-160).

46 En guise d’introduction, on peut renvoyer aux études suivantes : Raquel Asún, « La editorial La España Moderna », Archivum 31-32, 1981-1982, (p. 133-199) ; id., Estudios y ensayos, Alcalá de Henares, Universidad de Alcalá de Henares, 1991 ; Maryse Villapadierna, « La España moderna » (1889-1914) : histoire et analyse, Paris, Université Paris IV, thèse de doctorat de 3e cycle, 1983 ; et id., « La España moderna 1889-1914. Éléments de caractérisation d’une revue culturelle sous la Restauration », in : Danièle Bussy Genevois (éd.), Typologie de la presse hispanique : actes du colloque, Rennes 1984, Rennes, Université de Rennes, 1986, (p. 79-86) ; Marta Palenque, « Prensa y creación literaria durante la Restauración », in : Victor García de la Concha (éd.) et L. Romero Tobar (coord.), Historia de la Literatura Española. Siglo XIX (II), Madrid, Espasa Calpe, 1999, (p. 59-73) ; et, enfin et surtout, Juan Antonio Yeves Andrés (éd.), José Lázaro, un navarro cosmopolita en Madrid, Madrid, Fundación Lázaro Galdiano, Gobierno de Navarra, 2010, avec, en particulier, le portrait que dresse Jean-François Botrel de Lázaro Galdiano, « Para una España moderna: la labor editorial de Lázaro Galdiano », (p. 13-27). Juan Antonio Yeves Andrés a publié les sommaires de la revue et le catalogue de la maison d’édition : La España Moderna. Catálogo de la editorial. Indice de las revistas, Madrid, Libris, 2002.

47 Dolores Thion Soriano-Mollá, Pardo Bazán y Lázaro: del lance de amor a la aventura cultural (1888-1919), Madrid, Fundación Lázaro Galdiano, 2003.

48 Le format des numéros de la revue est celui d’un gros volume in-8°, de 24 x 16 cm, comptant chaque fois à peu près deux cents feuilles, dans un papier de qualité, mais sans vignettes ni illustration. Ses pages de garde étaient de couleur blanche et verte, puis rouge orangé.

49 Voir Sarah al-Matary, « Daudet contra Tolstoy : internacionalismo e importación literaria en La España moderna (1890-1898) », in : Marta Giné et Solange Hibbs (éd.), Traducción y cultura. La literatura traducida en la prensa hispánica (1868-1898), Berne, Peter Lang, 2010, (p. 275-288).

50 Gustavo Bueno Sánchez, Eduardo Ovejero Maury (Heráclito), 1871-~1939, http://www.filosofia.org/ave/001/a444.htm.

51 Citons F. Spielhagen, El suplicio del silencio, 1908-1909 ; V. de Loga, Goya, 1909 ; puis des ouvrages plus théoriques : H. Riemann, Elementos de estética musical, 1914 ; et T. Lipps, Los fundamentos de la estética. La contemplacion estética y las artes plasticas, 1924.

52 Citons Nardi-Greco (1908) et Squillace (1910).

53 Parmi les auteurs traduits, citons : Mill (1917), Hegel (1917-1918), Kant (1921), Mach (1925), Eucken (1925-1926), Lipps (1926), Schopenhauer (1927), Bergson (1928), Leibniz (1928) et Nietzsche (1932).

54 Lulle (1928), Gracián, Agudeza y arte de ingenio (1929), Huarte (1930), Jovellanos (1930).

55 E. Ovejero y Maury, « La crítica pseudo-clásica », La España moderna 346, 1908, (p. 30-53). Il publierait encore La verdad estática y la verdad dinámica en la Historia de la Filosofía griega, Madrid, El Mentidero, 1919.

56 Une brève liste des erreurs de la première page donnera la mesure du problème : « ciclo » [« cycle », là où « Kreiß » doit se comprendre comme « cercle », « círculo »] ; « con pleno derecho » [« de plein droit », qui sous-traduit « Rechtstitel », « titres (de noblesse) »] ; « los dioses mayores » [« dieux majeurs », ou « principaux », contresens pour « unter jenen oberen Göttern », « parmi les dieux évoqués plus haut »] ; « en aquella Monarquía española » [« dans cette Monarchie espagnole », contresens qui méconnaît le datif dans « dem Spanien jener Tage », « à l’Espagne d’alors »] ; « los que saben fijar el genio íntimo y el mejor espíritu de su nación » [« ceux qui savent fixer le génie intime et le meilleur esprit de leur nation », pour « in denen eine Nation ihr eigenstes Selbst und ihr beßeres Selbst wiedererkennt », « ceux en qui une nation reconnaît leur identité la plus propre et la meilleure »] ; « Rankes » [pour Ranke, au génitif, en allemand] ; « el genio de sus pintores y dramáticos ardió con llamarada volcánica » [« brûla d’une flamme volcanique », quand Justi écrit « in ein wundersames Feuerwerk », « en un merveilleux feu d’artifice »].

57 Encore quelques exemples, presque au hasard : p. xxvii de son introduction, Justi mentionnait la traduction anglaise de Keane et en donnait l’année, 1889, qu’Ovejero (La España moderna 7, 1906, p. 118) rend par 1885 – mais l’erreur peut aussi être due au typographe ; plus grave : au chapitre I (p. 2), Justi écrivait : « Was Sevilla in früheren Tagen gewesen, das braucht man bis jetzt noch nicht blos in Archiven auszugraben oder unter Ruinen zu ahnen. », ce qu’Ovejero rendait par « Para reconstruir la Sevilla de sus primeros días, no basta rastrear en sus archivos : es preciso buscar intuiciones en sus ruinas. » (La España moderna 8, 1906, p. 68).

58 L’exemplaire est conservé à Madrid, à la Fundacion Lázaro Galdiano, sous la cote A11-15-9.

59 Sur ce personnage, important également pour le développement de l’archéologie ibérique, voir Daniel Casado Rigalt, José Ramón Mélida (1856-1933) y la arqueología española, Madrid, Real Academia de la Historia, 2006.

60 José Ramón Mélida, « Un Velázquez indubitable », Blanco y Negro, 13 juillet 1907, (p. 5-6), p. 5 (notre traduction).

61 J. Ramón Mélida, « Los Velázquez de la Casa Villahermosa », Revista de los Archivos, Bibliotecas y Museos, 1905, p. 89 ; et id., « Un recibo de Velázquez », Revista de los Archivos, Bibliotecas y Museos, 1906, p. 173.

62 J. Ramón Mélida, « Un Velázquez indubitable », p. 5 (notre traduction).

63 Voir Francisco Pérez Gutiérrez, Menéndez Pelayo y Lázaro : una colaboración fecunda (1889-1908), Madrid, Ollero y Ramos, 2004.

64 Voir ainsi Marcelino Menéndez y Pelayo, Obras Completas (Tomo I): Historia de las ideas estéticas en España, Santander, Editorial de la Universidad de Cantabria/Real Sociedad Menéndez Pelayo, 2017, p. 651, 654 et 662, où il s’intéresse aux pastiches de Justi et accepte sa démonstration de la fausseté de la Memoria de las pinturas… ; mais voir aussi Gabriel Maura Gamazo, Carlos II y su corte, Madrid, F. Beltrán, 1911, p. 181 (avec une erreur typographique, qui lit – par influence de l’anglais ? – « and » à la place de « und » dans le titre de Justi).

65 Miguel de Unamuno, Niebla, Madrid, Alianza Editorial, 1986, p. 173.

66 L’hypothèse est avancée par Luis Fernández Gallardo, « Teología y poesía en Unamuno : El Cristo de Velázquez », Creneida 7, 2019, (p. 264-307), p. 276.

67 Sur cette figure essentielle du développement de l’histoire de l’art comme discipline universitaire en Espagne, voir Luis Arciniega García, Elías Tormo y Monzó (1869-1957) y los inicios de la Historia del Arte en España, Grenade, CEHA, 2014.

68 Elías Tormo, « Necrológicas de 1912 : el Dr. Justi », Boletín de la Sociedad Española de Excursiones 20, 1912, (p. 303-306), p. 303, cité par Grischka Petri, « Frente a Velázquez: las portadas en la literatura velazqueña del siglo XIX », in : Antonio Bonet Correa, Henrik Karge et Jorge Maier Allende (éd.), Carl Justi y el arte español, op. cit., (p. 175-199).

69 Voir José Gallart y Folch, El espíritu y la técnica de « El Greco » con un estudio de la figura de la Magdalena en la obra del artista, Barcelone, J. Porter, 1946, p. 24.

70 Carl Justi, Velázquez y su siglo, trad. esp. Pedro Marrades, Madrid, Espasa Calpe, 1953. Marrades, historien de formation, s’était rendu célèbre par une étude, publiée dans la même maison d’édition, sur le « camino español » : id., El camino del imperio. Notas para el estudio de la cuestión de La Valtelina, Madrid, Espasa Calpe, 1943.

71 K. Hellwig, « Carl Justi y los comienzos », p. 24-26.

72 En réalité, Friedrich Schneider (1836-1907), ecclésiastique et historien de l’art de Mayence.

73 Frédéric Schneider, « Matthias Grünewald et la mystique du Moyen Âge », Revue de l’art chrétien 48, 1905, (p. 157-165), p. 157, commentant que : « Justi cherche vainement à pénétrer le sens profond de cet épisode ». Voir, à propos de l’identification iconologique, John F. Moffitt, « The Meaning of “Christ after the Flagellation” in Siglo de Oro Sevillian Painting », Wallraf-Richartz-Jahrbuch 53, 1992, (p. 139-154).

74 Après une scolarité à l’École Alsacienne, où il était devenu un ami de Gide, Bréal s’inscrivit en 1893 à Christ’s College (Cambridge). Il y fit la connaissance, en particulier, de Roger Fry, et il y prépara le diplôme de l’École des Langues orientales. En 1899, il publia Les Jeux des Grecs et des Romains, en 1901 Rembrandt, et en 1904 la première édition, à Londres, de son Velazquez, traduit en anglais par Dorothy Bussy (épouse du peintre Simon Bussy). Pour son statut d’agent des services de renseignement en Espagne, voir Paul Aubert, « La propagande étrangère en Espagne dans le premier tiers du xxe siècle », Mélanges de la Casa de Velázquez 31-3, 1995, (p. 103-176).

75 Auguste Bréal, Velazquez, translated from the French text of M. Auguste Bréal by Madame Simon Bussy. Londres/New York, Duckworth & Co./E.P. Dutton & Co, 1905, p. 85 : « Readers who are interested in the imaginary reconstitution of Velazquez’ life in Rome may consult the fictitious letters by Velazquez fabricated by Herr Justi in his great work. »

76 Ibid., p. 158 : « What shall we say of Herr Justi, who remarks that the “light comes from the left and consequently from the south-east, the delivery of the keys having taken place at ten o’clock in the morning” ? »

77 Ludwig von Pastor, Geschichte der Päpste im Zeitalter der Renaissance, Fribourg en Brisgau, Herder’sche Verlagshandlung, 1899, III, 2, p. 999 et 1004 ; et Paul Kristeller, Andrea Mantegna, Berlin/Leipzig, Cosmos Verlag, 1902, p. 313. D’autres allaient encore être trompés par la fiction de Justi, tels Friedrich Pollak, Lorenzo Bernini, Stuttgart, Julius Hoffmann, 1908, p. 22 sqq. et 30, Heinrich Bergner, Das barocke Rom, Leipzig, E. A. Seeman, 1914, p. 86 ; ou encore Gustavo Frizzoni, « Impressioni romane di Diego Velazquez », Nuova Antologia 187/271, 1917, (p. 61-64).

78 Les deux lettres de Bréal sont conservées aux Archives de la Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften (Nachlaß Carl Justi, 52).

79 Carl Justi, « Das Tagebuch des Velazquez », Kunstchronik 17, 1905-1906, p. 246. La justification sera reprise à partir de la troisième édition allemande de son Velazquez, éditée par son neveu Ludwig Justi en 1922.

80 Ibid. : « Auch hoffe ich, die spanischen Stilformen des 17. Jahrhunderts so weit zu kennen, um zu wissen, daß eine täuschende Imitation dieser Art mit einem ganz anderen technischen Aufwand hergestellt werden müßte. Und so scheinen den Scherz auch die Leser in diesen Jahren seit 1888 aufgefaßt zu haben, das heißt etwa wie die fingierten Reden alter und neuer Historiker. […] Ich will jedoch nicht verkennen: es gibt Leser, besonders solche, die das Buch, nicht in der Lage es im Zusammenhang zu lesen, nur an der Hand des Registers etwa benutzen wollen. Und solche könnten doch momentan jenen Abschnitt ernst nehmen und in diesem Sinne gebrauchen. Dergleichen ist nun wirklich vorgekommen. »

81 M. Menéndez y Pelayo, Obras Completas (Tomo I), op. cit., p. 654 : « discretamente imaginado para exponer las ideas que en Sevilla reinaban sobre el Arte a principios del siglo XVII ».

82 J. Rößler, Poetik der Kunstgeschichte, op. cit., p. 233-235.

83 Antonio Muñoz, « Le impressioni romane del Velazquez o la mistificazione di un critico tedesco », Nuova Antologia 52, 1917, (p. 437-439).

84 J. Rößler (Poetik der Kunstgeschichte, op. cit., p. 233) mentionne une lettre d’Adolph Michaelis à son collègue de Bonn, Georg Loeschke (BBAV, Nachlaß Carl Justi, 52), qui indique, en 1906, être au courant du fait que la lettre de Justi à Bréal, dans laquelle il avait reconnu l’inexistence du document de Velasquez, avait été reproduite à Paris – à des fins alors difficiles à discerner, mais qu’on pouvait deviner hostiles.

85 Auguste Bréal, « Le Journal de Velasquez ou les Amusements d’un savant allemand », publié dans la toute récente revue, lancée en juin 1919, La Minerve Française : revue de littérature et de critique, 15 juillet, 1919, (p. 505-510).

86 Auguste Bréal, Velazquez, Paris, Georges Crès, 1919, p. 5-16.

87 Paru dans la section « Échos des Arts » de L’Art et les artistes : revue mensuelle d’art ancien et moderne 14, 1, 1920, p. 220.

88 La propagande de guerre y a souvent recours, dans telle caricature sur Les Dernières armes de la « Kultur » (Le Rire rouge, 28 mai 1915, p. 1) ou dans un poème, La Lettre K (ibid., 26 juin 1915) : « Le kaiser, sinistre grotesque / Dont le nom tient lieu d’ipéca, / N’aime dans l’alphabet tudesque / Qu’une lettre, la lettre ka. / Malgré la piteuse envergure / De ses quatre maigres bâtons, / Il ordonne qu’elle figure / Dans presque tous les mots teutons, / Dans kaiser le Ka majuscule / Se donne un air de particule / Et son fils, le principicule, / Ecrit par un ka : “Je rekule.” / Bref le k sert dans tous les cas / Pour chaque objet, pour chaque geste, / Et pour qu’il soit moins indigeste / On écrit pain avec deux k. / Leur kulture n’est kolossale / Que grâce à ce ka qu’elle étale, / Sans lequel vraisemblablement / Elle serait tout uniment / Une simple et brave culture / Avec un c grandeur nature […] ».

89 L’Ère nouvelle, 29 janvier 1920, p. 6.

90 Comœdia, 31 janvier 1920, p. 2.

91 Pierre Mille, « Un Faussaire boche », Le Temps, 1er février 1920, p. 3. Un exemplaire de cet article est conservé dans les archives de Justi à Berlin (BBAV, Nachlaß Carl Justi, 49 ; cité par J. Rößler, Poetik der Kunstgeschichte, op. cit., p. 234).

92 Maurice Schwob, « M. Glass parle d’or », Le Phare de la Loire, 1er février 1920, p. 1.

93 Paul Cazaubon, « La Main dans le sac », Le Phare de la Loire, 12 février 1920, p. 1.

94 « Orion » (al. E. Marsan), « Le Carnet des Lettres, des Sciences et des Arts », L’Action française, 12 mars 1920, p. 4 (« Science et conscience »).

95 Lucien Descaves, « Derniers livres parus », Le Journal, 9 avril 1920, p. 2.

96 Louis Vauxcelles, « Vélasquez à Londres », L’Éclair, 15 juillet 1920, p. 4, rappelle les différents ouvrages disponibles sur Velasquez : « Il y a bien également le Velasquez de Karl Justi, mais c’est la compacte et “anti-artiste” compilation boche en toute son épaisseur (et précisément, Bréal a “exécuté” ledit Justi dont il prit l’érudition en flagrant délit d’ignorance et de mensonge). »

97 Henri Ghéon, « VÉLAZQUEZ, par Auguste Bréal (Crès et Cie) », La Nouvelle Revue française 80, mai 1920, (p. 755-760), p. 756 : « Quand un savant à lunettes improvise, il prévient les gens. Carl Justi n’avait oublié que de prévenir. – Comparez à cette impudente sottise la sûreté de goût de l’écrivain français qui fut mis sur la piste de l’imposture par l’auto-incompréhension que le Journal apocryphe décelait en Vélazquez. Il n’a écrit sur le maître espagnol que deux cents petites pages et l’a mieux pénétré – ce trait le prouve – que Carl Justi en deux épais volumes. Je me refuse à généraliser. Il serait tout de même tentant d’opposer, dans l’ordre critique, les deux manières. Bornons-nous à marquer le coup. »

98 Wilhelm Waetzold, Deutsche Kunsthistoriker, op. cit., p. 263-264 : « Daß Justis Dichtungen für authentische Quellenschriften, sogar von Fachleuten gehalten und diskutiert wurden, ist das höchste Kompliment, das seiner Beherrschung des historischen Materials, seinem Stilgefühl und seiner literarischen Begabung gemacht werden konnte. »

99 Voir M. Passini, L’œil et l’archive, p. 24.

100 Voir en particulier E. Contamine de Latour, « La literatura española en Francia », La España moderna, novembre 1889, (p. 68-82).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Roland Béhar, « Traduire le monument d’un historien de l’art refoulé. Le Velazquez (1888) de Carl Justi et les réticences de l’histoire de l’art »Revue germanique internationale, 32 | 2020, 13-32.

Référence électronique

Roland Béhar, « Traduire le monument d’un historien de l’art refoulé. Le Velazquez (1888) de Carl Justi et les réticences de l’histoire de l’art »Revue germanique internationale [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2537 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2537

Haut de page

Auteur

Roland Béhar

Roland Béhar est maître de conférences en littératures de langue espagnole à l’École normale supérieure – PSL. Ses travaux portent essentiellement sur la poésie et l’humanisme espagnols du Siècle d’Or. Parmi ses publications : Lire Borges aujourd’hui. Autour de Ficciones et El Hacedor (avec A. Louis, 2016) ; Villes à la croisée des langues (xvie-xviie siècle). Anvers, Hambourg, Milan, Naples et Palerme (avec M. Blanco et J. Hafner, 2018) ; La parole impossible. Regards croisés autour de la traduction de César Vallejo, Marina Tsvetaeva et Paul Celan (avec Laurence Breysse-Chanet et Ina Salazar, 2019) ; Scènes de la traduction France-Argentine (avec Gersende Camenen, 2020).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search