Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Un Michelet italien, populaire et...

Un Michelet italien, populaire et illustré. La traduction de l’Histoire de la Révolution en 1898

Maria Pia Casalena
p. 33-44

Résumés

La première traduction en langue italienne de l’Histoire de la Révolution de Jules Michelet paraît à Milan durant la période la plus difficile de la crise de la fin du siècle. La traduction est signée par Achille Bizzoni, l’un des intellectuels radicaux les plus célèbres de l’époque, et elle est publiée par la maison d’édition Sonzogno, leader sur le marché du livre économique mais aussi très engagée aux côtés du parti démocratique italien. Bizzoni et Sonzogno produisent une version très fidèle du récit de Michelet, sans toutefois renoncer à proposer à leur public une œuvre vraiment « italienne » et vraiment actuelle.

Haut de page

Texte intégral

1À la fin du xixe siècle, l’édition italienne connaît une phase de modernisation et de spécialisation, grâce à la hausse du nombre de lecteurs (et lectrices), à la croissance du marché scolaire et au succès des premières collections économiques et populaires. Milan est incontestablement le centre de ce processus, à travers deux maisons d’édition qui se lancent avec audace dans le secteur des « livres pour tous » : la maison d’édition Treves et celle d’Edoardo Sonzogno. Si dans le reste de la péninsule, d’autres éditeurs expérimentent avec succès la production de livres illustrés pour le grand public et d’ouvrages de fiction de large consommation, y compris pour les femmes et la jeunesse, les résultats économiques des deux maisons d’édition milanaises font du chef-lieu lombard la capitale de l’édition à la fin du siècle.

2Dans le secteur des livres économiques et populaires, les traductions des langues modernes se taillent la part du lion et, dans ce domaine également, Treves et Sonzogno se distinguent par une rapidité et une expertise inégalées de leurs concurrents italiens. Mais les deux maisons d’édition milanaises suivent deux voies différentes, que ce soit sur le plan politique ou culturel. Edoardo Sonzogno, héritier d’une maison d’édition ancrée dans le Milan du Risorgimento, est particulièrement proche des milieux démocratiques, radicaux et réformistes. C’est un médiateur très sensible à la fiction française contemporaine. Treves se distingue quant à lui par une attitude plus conservatrice et une plus grande proximité avec les pays germanophones.

3Dans cet article, j’aborderai l’une des entreprises d’Edoardo Sonzogno, particulièrement représentative de l’alliance entre militantisme démocratique, édition moderne et importation « raisonnée » d’œuvres de l’étranger. Il s’agira de comprendre comment l’Histoire de la Révolution de Michelet, un livre sur la France, déjà célèbre dans son pays d’origine, devient, à Milan et en 1898, un livre d’histoire « pour le peuple », un titre du patrimoine culturel de la gauche italienne et un exemple typique de l’édition moderne, grâce à un travail judicieux de traduction, de sélection et d’adaptation au grand public de l’ouvrage, sans pour autant trahir l’esprit ou le discours de l’auteur français.

La Révolution au passé et au présent

  • 1 Arthur Mitzman, Michelet, Historian: Rebirth and Romanticism in Nineteenth-century France, New Have (...)

4L’Histoire de la Révolution de Jules Michelet est épuisée en Italie depuis plusieurs décennies, comme la majeure partie de l’historiographie française de la seconde moitié du xixe siècle. Sa rédaction coïncida avec des événements déterminants tant dans la vie personnelle de l’auteur que plus généralement dans l’histoire politique et sociale, non seulement de la France, mais de l’Europe tout entière1.

5Michelet commença la rédaction en 1847 et la compléta (avec la partie concernant la chute de Robespierre) en 1853. La publication en sept tomes avait d’abord capté le climat de malaise généralisé des derniers mois de la Monarchie de Juillet, puis les espoirs et les désillusions de la Deuxième République, enfin l’avènement et la répression autoritaire du régime bonapartiste.

6L’Histoire de la Révolution est à la fois un chant nostalgique et une annonce prophétique du soulèvement du peuple et de l’action concertée des plébéiens et de la bourgeoisie contre tout élitisme, privilège et despotisme. Dans une perspective démocratique orientée vers un républicanisme vigoureux, Michelet rêvait d’une France de petits propriétaires dans les campagnes et d’institutions bourgeoises et populaires saines dans les villes. Il n’est donc pas surprenant que les héros de son ouvrage sur la Révolution française aient été les Fédérés, Danton et les Girondins, les visionnaires de la Commune de Paris de 1793 et les soldats qui marchaient pour « libérer » les autres nations du despotisme. Ces héros des différentes saisons étaient encadrés d’un côté par un peuple généreux et patriotique (quand il n’était pas pourri par l’Ancien Régime) et, à l’opposé, par un clergé (et une aristocratie, et jusqu’en 1792 une monarchie) irrémédiablement corrompu, tyrannique, mystificateur et profiteur.

  • 2 Paul Viallaneix, « Jules Michelet, évangéliste de la Révolution française », Archives des sciences (...)
  • 3 Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, Paris, Furne et Cie et W. Coquebert, 1848.

7Robespierre constituait le problème principal : une figure « nécessaire » pour la poursuite de la Révolution, mais aussi un assassin sans raison justifiable et, surtout, un dogmatique peu sincère et éloigné de la réalité concrète du peuple2. L’Histoire de la Révolution de Jules Michelet fut en quelque sorte, avec l’Histoire des Girondins d’Alphonse de Lamartine3, l’un des derniers manifestes de ce groupe transnational de démocrates laïcs et radicaux né avec les États-Unis d’Amérique qui, à travers l’Europe, allait s’affaiblir face au triomphe du modérantisme ou des réactionnaires et « passer de mode » au temps des socialismes.

  • 4 Jules Michelet, Histoire de France, Paris, Hachette, 1833-1836. L’œuvre ne fut achevée, avec les to (...)
  • 5 Id., Histoire de la Révolution, Paris, Chamerot, 1847-1853. Dans l’édition de 1868 (dans les Œuvres (...)
  • 6 Id., Du prêtre, de la femme, de la famille, Paris, Comptoir des Imprimeurs unis, 1845.

8Jules Michelet était extrêmement rigoureux dans l’utilisation de la documentation publiée et non publiée. Son Histoire de France, commencée en 18334, en est la preuve. Certes, le passage des monuments médiévaux à l’histoire contemporaine dut faire l’objet de quelques ajustements et en effet, seuls certains passages des sept tomes regorgent de notes et de renvois aux sources5, l’ouvrage étant globalement un récit torrentiel, souvent sentencieux, riche en anecdotes et commentaires, digressions et comparaisons personnelles, qui dérogeait à bien des égards aux règles de l’historiographie scientifique. De plus, certains aspects – parmi les plus célèbres – de la narration de la Grande Révolution semblent provenir davantage du talent littéraire de l’auteur que d’une analyse historique probante. Il suffit de penser aux fameux passages sur la femme et sur le prêtre dans les départements réactionnaires6. À l’inverse, la chronique de la vie parlementaire, d’abord de l’Assemblée nationale et constituante, puis de la Convention, est reconstruite jusque dans son quotidien parfois prosaïque et peu concluant.

  • 7 Id., Introduction à l’histoire universelle, Paris, Librairie classique de L. Hachette, 1831.
  • 8 Id., Histoire du dix-neuvième siècle, Paris, G. Baillière, 1872-1874.

9Le « peuple » : voilà le héros de Michelet7. Et l’Histoire de la Révolution française, de la Bastille aux conquêtes républicaines, est vraiment l’apothéose du « peuple ». L’œuvre devait se terminer par une brève et sceptique description de la politique de Thermidor. Mais Michelet, en 1853, songeait déjà à poursuivre le récit – peut-être jusqu’au coup d’État du 2 décembre 1851 ! – sous forme de volumes plus populaires et plus narratifs que les volumes initiaux. Ainsi naquit la trilogie Histoire du xixe siècle qui, à partir de la Campagne d’Italie et de la Conjuration des Égaux, aborda aussi Waterloo et le Congrès de Vienne – nonobstant l’aversion de l’auteur tant pour Napoléon Ier que pour ses tyranniques opposants européens8. Encore une fois, le « peuple » allait être sur le devant de la scène, mais, cette fois, ce serait le peuple de toute l’Europe, et en particulier le peuple italien.

  • 9 Adolphe Thiers, Histoire de la révolution française, Paris, Furne et Cie, 1841. L’œuvre de Thiers a (...)
  • 10 Disparition consacrée surtout à la fin du xixe siècle par la publication de Jean Jaurès, Histoire s (...)
  • 11 Jules Michelet, Œuvres complètes, Paris, Flammarion, 1868.

10L’œuvre de Michelet n’avait pas grand-chose à voir avec les autres constructions historiographiques du milieu du xixe siècle, ni celle d’Adolphe Thiers, également née des tempêtes de la Monarchie de Juillet9, ni celles qui allaient suivre, avant de « disparaître » dans la grande saison de l’historiographie matérialiste de la fin du xixe siècle et du milieu du xxe siècle10. Il s’agissait en fait surtout d’un manifeste utopique et nostalgique, plus que d’une lecture serrée de la décennie qui changea à jamais le visage de l’Europe. L’année 1868 marqua enfin le lancement de l’édition des Œuvres complètes11 de Jules Michelet, entourant d’une aura de sacralité, fût-elle provisoire, les sept volumes conçus dans le creuset révolutionnaire du milieu du siècle.

Michelet à Milan en 1898

  • 12 Id., Quadro cronologico della storia moderna: dalla conquista di Costantinopoli fatta dai Turchi fi (...)

11Il faut attendre 1898 pour que l’Histoire de la Révolution suscite une initiative éditoriale en Italie. Quelques publications de Michelet avaient déjà été traduites, à vrai dire sans grand écho, avant l’Unité nationale (1861)12. Mais pour qu’une traduction aussi ambitieuse que celle des sept tomes « révolutionnaires » soit lancée, il fallait des circonstances particulières, et notamment le succès de cultures littéraires et surtout éditoriales véritablement « populaires », une attention constante à la culture politique et littéraire de la Troisième République et, surtout, une crise sociale et politique qui pouvait faire revivre le message révolutionnaire, laïque et démocratique, antisocialiste et véritablement radical qui avait inspiré – hors de son temps, pourrait-on dire – l’historien français, ami et compagnon de Lamartine, Mickiewicz, Quinet et George Sand.

  • 13 Laura Barile, « Un fenomeno di editoria popolare: le edizioni Sonzogno », in : Gianfranco Tortorell (...)

12L’italianisation du chef-d’œuvre de Michelet, qui visait un large public malgré les quelque mille pages de traduction, s’inscrivait donc dans un contexte particulier à la fois pour l’édition et pour la politique italienne de la fin du siècle. Edoardo Sonzogno (1836-1920), éditeur depuis 1861 et héritier d’une famille d’imprimeurs active à Milan pendant la Restauration, fut à partir de 1873 le représentant pour l’Italie des droits des auteurs français – très nombreux – inscrits à la Société des gens de lettres13. Le succès de son quotidien fondé en 1866, Il Secolo, était lié à la décision de publier, en annexe de chaque numéro, des romans sous forme de feuilleton, et notamment beaucoup de romans parus d’abord en français. Le succès des principales collections de la maison d’édition, disponibles à la fois en format illustré et en format économique, et qui rassemblaient en volume les publications en feuilleton, était donc lié au roman, italien bien sûr, mais surtout français.

  • 14 Ibid., p. 100.

13En 1898, Edoardo Sonzogno s’était imposé non seulement comme un éditeur d’ouvrages populaires à petits prix, mais aussi comme un porte-parole quasi officiel du radicalisme milanais et italien. Il portait une ligne éditoriale qui visait à traiter les auteurs modernes de manière à les inscrire, aux yeux du lecteur, dans une optique démocratique, laïque, républicaine et toujours rigoureusement antisocialiste. Sonzogno était devenu pour beaucoup l’éditeur de la petite bourgeoisie, de l’aristocratie ouvrière lombarde et des intellectuels progressistes et anticléricaux, qui soutenaient le programme de l’élargissement du suffrage à tous les citoyens instruits14.

14Le choix du canon littéraire italien, qui comprenait les classiques du Risorgimento et les chefs-d’œuvre des « hérétiques », Bruno et Campanella, s’accompagnait d’une sélection du roman moderne choisi en fonction du marché et du message social et politique. Le Siècle des lumières fut sans conteste au cœur de cette entreprise éditoriale et politique : dans les années 1880, le catalogue de Sonzogno comptait Diderot, Voltaire et Rousseau pour les traductions depuis le français, mais aussi Walt Whitman et Fenimore Cooper comme voix du démocratisme révolutionnaire américain, ou encore les écrivains Tourgueniev et Dostoïevski, chantres des pauvres de la Russie. À côté de cela, Sonzogno proposait une sélection du roman moderne français, privilégiant largement les titres les plus populaires de la Monarchie de Juillet à la Troisième République. Ainsi étaient publiées les œuvres de Féval, Ohnet, Gautier, Sardou, Dumas fils, Daudet et Malot, pour n’en citer que quelques-unes. Mais les œuvres de Victor Hugo, George Sand, Dumas père et Alphonse de Lamartine, marquées par le spiritualisme, étaient également publiées, dans le souci d’équilibrer le positivisme militant d’Ernest Renan, Jules Verne et Camille Flammarion.

15Les lecteurs milanais et italiens découvraient ainsi certaines facettes de la France contemporaine grâce aux livraisons et aux collections économiques de la maison Sonzogno : une France où le peuple luttait pour vivre mais se retrouvait uni à la bourgeoisie dans la lutte contre les privilèges ; une France de plus en plus moderne, laïque, progressiste. Il s’agissait là, à bien des égards, d’une vision biaisée de la situation française, surtout dans les premières années de la Troisième République, mais elle permit à cette maison d’édition de donner un contexte international à son projet politique et à son programme culturel.

  • 15 Giulio Michelet, Storia della Rivoluzione francese. Traduction parTradotto da A. Bizzoni, Milan, So (...)
  • 16 Carlo Romussi, Storia di Francia, narrata al popolo, Milano, Sonzogno, 1876.

16C’est dans ce contexte que furent publiées les deux volumes massifs, richement illustrés, de l’Histoire de la Révolution française, traduits par Achille Bizzoni15. En ce qui concerne les ouvrages d’histoire, Sonzogno avait jusqu’alors publié essentiellement des compilations, souvent non signées, consacrées aux nations amies (l’Histoire de France avait été signée par Carlo Romussi, leader de la démocratie radicale milanaise)16. L’histoire n’était pas l’un des domaines de spécialisation de la maison d’édition et l’historiographie scientifique, universitaire et professionnelle ne semblait pas non plus l’intéresser. Or à l’approche de la crise de la fin du siècle, l’apparition de la traduction italienne de Michelet dut sembler très opportune et conforme à la politique culturelle poursuivie jusqu’alors ainsi qu’à la volonté d’influencer profondément le débat politique milanais et national en donnant la parole à une proposition radicale – de politique intérieure mais aussi de politique internationale – totalement aux antipodes de ce qu’avaient été les gouvernements italiens depuis 1861.

17En 1898, la maison d’édition Sonzogno vivait ses derniers moments de splendeur. Pour concurrencer le Secolo avait été créé le Corriere della Sera, plus bourgeois et modéré, qui allait supplanter le premier comme le quotidien le plus vendu de la péninsule. En marge du Secolo s’agitait un groupe d’intellectuels et de politiciens – essentiellement des jeunes – issus des rangs du Gazettino rosa, une feuille d’opposition politique véhémente qui allait disparaître au tout début du xxe siècle : Felice Cavallotti – le leader incontesté du radicalisme de la fin du xixe siècle, les jeunes poètes Scapigliati, le chroniqueur et voyageur Achille Bizzoni, l’infatigable Romussi.

  • 17 Alfredo Canavero, Milano e la crisi di fine secolo (1896-1900), Milano, Unicopli, 1998.

18C’est précisément ce groupe qui se retrouva sous les feux de la rampe en cette funeste année 1898. Depuis un peu plus d’un an, après la chute de Crispi et l’effondrement du rêve colonial à Adua, le pays était confronté à une grave crise économique et institutionnelle. Le 23 mai 1898, les Milanais qui, soutenus par des élus, des intellectuels démocrates et socialistes, protestaient contre la vie chère, furent repoussés à coups de canons par le général Fiorenzo Bava Beccaris. Au cours de la répression qui suivit, plusieurs signatures du Secolo et contributeurs de la maison Sonzogno furent incarcérés17. C’est durant ces semaines que Sonzogno publia la version italienne de l’Histoire de la Révolution de Jules Michelet, avec son enthousiasme pour les Fédérés et la Bastille, pour les petits propriétaires révolutionnaires et pour la démocratie laïque universelle.

  • 18 Alessandro Manzoni, La rivoluzione francese del 1789 e la rivoluzione italiana del 1859, Roma, Stab (...)

19Si les Italiens avaient déjà pu lire la traduction de l’histoire d’Adolphe Thiers, celle-ci portait une interprétation de la Révolution très différente. Bien plus, le « problème de la Grande Révolution » semblait avoir été résolu, surtout après la Commune de 1871, par le plan imposé cette année-là par Alessandro Manzoni18. Le Risorgimento italien, révolution supposément chorale et sans lutte de classe, n’avait rien à voir avec la Révolution française, qui s’identifiait avec le régicide et la guillotine. On ne parlait pas non plus de la Révolution française à l’université, où les cours portaient essentiellement sur le Moyen Âge ou ignoraient 1789 pour passer rapidement à l’aube du mouvement national. Avant 1900, la Révolution française – en particulier la révolution démocratique, sous toutes ses facettes – était très peu abordée, à tous les niveaux, dans la culture et dans les écoles italiennes, tandis que les intellectuels petits-bourgeois du Gazzettino rosa et du Secolo pouvaient se proclamer à juste titre les héritiers légitimes de Brissot et Condorcet, ainsi que de Voltaire et Rousseau. Une œuvre historique, strictement historique sur presque toute la ligne, qui pour l’auteur, nous l’avons vu, se mêlait avec le spectacle des événements politiques survenant dans son pays, ne pouvait pas, dans le Milan démocratique retourné sur les barricades au printemps 1898, ne pas se parer de puissantes références idéologiques et mythologiques.

Une histoire populaire et italienne

  • 19 Raffaele Colapietra, Achille Bizzoni, Dizionario biografico degli Italiani, Roma, Istituto della En (...)
  • 20 Arianna Arisi Rota, 1869: il Risorgimento alla deriva. Affari e politica nel caso Lobbia, Bologna, (...)

20Le traducteur de Jules Michelet était Achille Bizzoni. Né en 184119, il avait participé à la seconde Guerre d’indépendance puis à la guerre pour la Vénétie dans les rangs des chemises rouges de Giuseppe Garibaldi, héros des deux mondes mais aussi fondateur du premier noyau du « parti » radical italien. En 1866, Bizzoni devint directeur du Gazzettino rosa et engagea son journal dans une guerre totale contre les modérés au pouvoir et contre le clergé catholique et ses représentants politiques20. En 1867, il fut condamné à la prison, mais il s’en tira à bon compte en s’expatriant rapidement : il avait participé à l’expédition de Garibaldi contre l’État pontifical de Pie IX. En 1870-1871, il reprit la direction du journal et soutint Garibaldi pour défendre la République française naissante. Véritablement libéral et démocrate, Bizzoni mêlait dans son journal le culte des pères de la démocratie nationale et européenne (comme Giuseppe Mazzini) et l’ouverture à l’internationalisme de Marx et de Bakounine. En tout état de cause, la fidélité à la tradition des Lumières radicales y a toujours prévalu sur les propositions des idéologies matérialistes. Après l’aventure intense du Gazzettino rosa, Bizzoni continua à partager son temps entre le volontariat international de Garibaldi et le journalisme démocratique, jusqu’à ce que l’éditeur Edoardo Sonzogno le recrutât comme correspondant en Afrique italienne.

  • 21 Achille Bizzoni, Autopsia di un amore: studio dal vero, Milano, Sonzogno, 1875 ; Id., Un matrimonio (...)

21Déjà auteur de romans sentimentaux et vaguement psychologiques de matrice clairement française21, c’est après la dénonciation de l’impérialisme de Francesco Crispi, à la veille de mai 1898, qu’Achille Bizzoni se lança dans la difficile tâche de la version italienne des sept tomes sur la Révolution de Jules Michelet. Cet effort fut récompensé par une réédition en 1903, année de la mort de Bizzoni.

22Michelet, dans la perspective de Sonzogno et de Bizzoni, incarnait l’urgence pour Milan et pour l’Italie de sortir du drame de la crise, ainsi qu’un élan populaire, démocratique et patriotique renouvelé. L’Histoire de Michelet, dans sa version italienne, regorge de références et d’accents propres à l’époque et à la vision du traducteur et de l’éditeur. Conçue dans le format le moins cher possible – deux gros volumes in-quarto –, mais fidèle à la tradition de la maison d’édition, elle ne pouvait être que richement illustrée.

23On y découvre un Michelet rendu plus accessible par l’utilisation généreuse d’une illustration à visée pédagogique : toutes les deux pages, des illustrations grand format montrent les visages des personnages ou résument par un dessin les scènes saillantes retracées par l’auteur. Tout autour des images, un texte foisonnant, imprimé en petits caractères. Les protagonistes du récit de Michelet avaient leurs portraits, mais le peuple aussi était immortalisé dans ses exploits les plus retentissants. Dans l’ensemble, les illustrations, qui couvraient presque un quart de chaque volume, enrichissaient fortement le texte de l’auteur en insistant résolument sur ses protagonistes et leurs caractères. Ainsi, Louis XVI était présenté comme faible, tandis que Robespierre était dépeint comme trop fier et que Danton se distinguait comme le vrai héros populaire par sa beauté et sa virilité. Le peuple aussi avait son portrait, sous la Bastille, pendant la marche de Versailles et après 1790 : il allait vers son véritable triomphe. Seule la Terreur paraissait censurée par l’illustrateur, qui ne dédia que quelques tableaux peu significatifs à la guillotine ou à la répression.

24Telles étaient les principales caractéristiques du Michelet italianisé par Bizzoni et Sonzogno. Un Michelet finalement au format très populaire. Mais aussi, comme nous allons le voir, un Michelet habilement nationalisé par les stratégies du traducteur et par le projet global de la maison d’édition.

25L’édition de référence était de toute évidence celle des Œuvres complètes de 1868, comme en témoigne la présence des deux introductions – la première de 1847 et la seconde de 1868. Dans le premier volume de la traduction, la seule variation par rapport à l’original semble être l’ajout de la courte biographie de l’historien romantique français signée par Bizzoni. Le reste de l’ouvrage reproduit fidèlement la succession des grandes masses du texte original : le long traitement des fautes du catholicisme tridentin et de l’absolutisme royal allié de la noblesse, ainsi que la séquence des chapitres établie par l’auteur. Bizzoni semble suivre et reproduire le texte français, quitte à afficher parfois un style verbeux et lourd. Dès le chapitre introductif sur les maux de l’Ancien Régime, toutefois, certaines différences entre les deux textes apparaissent.

26Le style de Michelet est certes reproduit, comme indiqué précédemment, de manière presque mécanique. Cependant, il paraît évident que Bizzoni travailla trop rapidement, comme le montrent certaines erreurs grossières. Certaines phrases manquent tout simplement dans la version italienne. Distraction ? Hâte du traducteur ?

  • 22 Jules Michelet, Histoire de la Révolution, Paris, Flammarion, 1868, t. I, p. 63.

Au moment de raconter les temps héroïques de la Liberté, j’ai espoir que peut-être elle me soutiendra elle-même, qu’elle fera son œuvre en ce livre, et fondera la base profonde sur laquelle un temps meilleur pourra édifier la foi de l’avenir22.

  • 23 Ibid., p. 116-117.

Regard vital et fécond. Une force prolifique est dans la Justice de Dieu. Toutes les fois qu’elle touche la terre, celle-ci est heureuse, elle enfante. Le soleil et la rosée n’y suffisent, il faut la Justice23.

  • 24 Ibid., p. 138.

Les deux ordres privilégiés payaient ce qui leur plaisait : le Clergé, un don gratuit imperceptible ; la Noblesse contribuait pour certains droits, mais selon ce qu’elle voulait bien déclarer ; les agents du fisc, chapeau bas, enregistraient sans examen, sans vérification. Le voisin payait d’autant plus24.

27On peut s’attendre à ce qu’il s’agisse des seules « coupures » présentes dans toute la version italienne. La première phrase pouvait sembler compromettante à la veille du soulèvement de 1898 ; la seconde encensait une religion indéfinie, ce qui, cependant, n’était pas dans l’esprit du traducteur ; l’élimination de la troisième phrase est sans doute due à une distraction non intentionnelle du traducteur. Pour le reste, nous parcourons les mille cent pages in-quarto de Sonzogno sans rencontrer d’autres éliminations, sinon minimes et insignifiantes.

  • 25 Voici les premières notes du traducteur qui s’offraient au lecteur : p. 3, note 1 : « Cahier, Mot g (...)

28Une différence majeure apparaît toutefois entre le texte traduit et l’original : l’édition Sonzogno ne reproduit aucune des notes voulues par Michelet. Il y a certes quelques notes, mais ce sont des notes explicatives et illustratives, ajoutées par l’éditeur italien, notamment sur ce qui est cité par Michelet et que le lecteur italien pourrait ne pas connaître. Ainsi, avec ce jeu de soustraction et de substitution, ce qui était à l’origine un traité historiographique, quoique imprégné d’une ferveur militante, devient un véritable traité populaire dans lequel toute distance entre un public de niveau moyen et un processus historique étranger datant du siècle précédent est annulée. La géographie de la France, l’ameublement du château de Versailles, la topographie de Paris, l’explication d’un jugement tout juste obscur : c’est à cela que servent les notes de Bizzoni, à faire le lien entre la scène française et le lecteur italien25. Précisons toutefois qu’il y a des passages dans le texte où Michelet citait plusieurs sources d’information et d’opinion dont il s’était inspiré et que ceux-ci n’ont pas été modifiés par le traducteur. Mais tout ce qui caractérisait davantage le style d’un essai scientifique, à savoir l’ensemble de notes faisant référence à des archives ou à la littérature secondaire, a disparu. Ainsi, ces deux volumes s’inscrivent pleinement dans la politique de l’éditeur de collections de vulgarisation pour la petite bourgeoisie, les ouvriers et les enfants.

29Il est certain que le récit original, détaillé et parfois même relevant de la chronique (comme dans le cas des travaux parlementaires), s’adressait à un lecteur plutôt cultivé, engagé et informé de l’histoire récente du pays voisin. Mais Sonzogno et Bizzoni ne voulaient pas se limiter au public d’élite. Aussi, les illustrations et les nouvelles notes servaient de guide à tous.

30Le contenu n’a pas été retouché par le traducteur : les jugements de Michelet sur les choses et les personnes survivent dans leur intégralité. Ainsi, après une introduction plus philosophique qu’historique, le lecteur italien découvrait une monarchie incapable et corrompue, une noblesse peu fiable, un clergé vorace et mesquin, et enfin un peuple généreux, grandiose et courageux, avec quelques grandes figures vraiment immortelles. La Terreur, quoique partiellement justifiée par Michelet, reste fondamentalement une saison négative, de sorte que son aversion pour Robespierre est palpable dès les premières pages de l’Histoire et ne cesse pas même avec Thermidor. Tout cela ne suffisait pas à rassurer l’opinion bourgeoise italienne, étant donné que Danton et les hommes de la Commune de 1793 figuraient parmi les personnalités les plus brillantes dans le livre. Bref, l’œuvre de Michelet était devenue, sous la houlette de Bizzoni et des illustrateurs, doublement populaire dans sa forme, grâce à la politique éditoriale de Sonzogno.

  • 26 Arthur Mitzman, op. cit., p. 261-267.
  • 27 Massimo Baioni, La religione della patria: musei e istituti del culto risorgimentale, 1884-1918, Tr (...)
  • 28 Benedetto Croce, La rivoluzione napoletana del 1799, Napoli, Morano, 1899.

31Jules Michelet avait été un ami chaleureux des démocrates italiens et du Risorgimento26. Mais deux problèmes se posaient. Il avait clôturé son récit, en 1853, avec la République de Thermidor. Or pour Sonzogno et Bizzoni, il était clair que le Risorgimento italien était le fruit de la Grande Révolution et de son armée. Peu après, cette opinion allait s’imposer parmi les premiers historiens du mouvement national italien, et l’année 1796 être choisie pour marquer le début du Risorgimento27. Mais en 1898, cette relation de filiation semblait encore une hérésie. En ce sens, l’édition italienne de l’Histoire de la Révolution anticipait de quelques mois un autre ouvrage pionnier, celui du philosophe Benedetto Croce sur la République napolitaine de 179928.

32En examinant le deuxième tome de l’édition Sonzogno, on comprend à quel point le titre italien était en fait réducteur. En effet, Bizzoni n’avait pas traduit « seulement » les sept tomes publiés entre 1847 et 1853, mais aussi de nombreux chapitres – tous ceux qui concernaient d’une manière ou d’une autre la péninsule italienne – des trois tomes « populaires » consacrés par Michelet au xixe siècle. Le contraste ici est très net : Bizzoni tailla dans le texte de Michelet en fonction de ses objectifs propres, sans considération pour l’original.

33Selon Michelet, le règne de la Loi et de la Justice prit fin avec Robespierre. Le premier des trois tomes suivants abordait alors une nouvelle révolution, une révolution « romantique », celle des socialistes et des communistes. Michelet y traitait abondamment de Gracchus Babeuf et de Saint-Simon, par exemple, ce qui impliquait de souligner notamment les attaques menées contre la propriété privée, en rupture, selon l’historien, avec la « vraie révolution ». Or il n’y a aucune trace de cette histoire dans la sélection faite par le traducteur italien, qui mentionne rapidement Babeuf (avec des accents très négatifs) et ne raconte pas la Conjuration des Égaux, ni ne cite Saint-Simon ou Fourier. De ces trois livres, Bizzoni traduit assez pour raconter l’histoire de Thermidor à Bonaparte, puis la « régénération » de la péninsule italienne, jusqu’à Waterloo. Bien sûr, le héros n’est pas Napoléon Ier, soldat médiocre et parasite habile selon Michelet ; les héros, en temps de guerre et de paix, étaient ailleurs. Mais pour le lecteur italien, l’histoire de la décadence de la Révolution – Thermidor, les réactionnaires, les Néo-Jacobins – devenait inévitablement une histoire exaltante de vertu guerrière et de fraternité transalpine. Bien que Michelet ait privilégié, dans cette section de l’Histoire du xixe siècle, l’histoire-bataille et une pure histoire événementielle, la signification de l’œuvre complète passée entre les mains d’Achille Bizzoni était alors très claire. Les Italiens, le peuple italien des travailleurs, des soldats et des jeunes intellectuels, avaient repris – comme les Français et mieux qu’eux – le témoin lancé par les prophètes Voltaire, Rousseau, Condorcet et Brissot. Même si son Risorgimento a finalement été « trahi », même si Garibaldi et Mazzini – derniers maillons de la chaîne commencée par les « patriotes » de la fin du xviiie siècle – ont été poussés dans l’opposition, même si le Royaume d’Italie est dominé par les modérés et les privilégiés, l’Italie est une terre d’élection, berceau de la liberté, de la justice, de la démocratie à l’instar de la Troisième République française.

*

34Ainsi, en prétendant traduire l’Histoire de la Révolution française, Edoardo Sonzogno mit sur le marché ce qui était aussi une histoire de l’Italie et de la démocratie internationale, une histoire qui commençait avec la France et finissait par réécrire l’histoire du Risorgimento italien. Traduction d’abord fidèle, elle devenait en fait un montage de plusieurs livres, conçus et écrits à des époques différentes. L’enjeu était clair : il fallait transformer un traité d’histoire en un grand récit populaire, et intervenir de ce fait dans la vie politique du temps tout en faisant œuvre de médiation entre les deux nations phares de la Révolution.

35Près d’un demi-siècle et de multiples expériences, dans des contextes très différents de participation politique et intellectuelle, séparaient Jules Michelet, né en 1798 et mort en 1874, de son traducteur italien Achille Bizzoni, né en 1841. Presque cinquante ans s’étaient écoulés entre l’Histoire de la Révolution et la Storia della Rivoluzione francese. Avec ce décalage, et sous la forme que nous avons décrite, l’une des œuvres majeures du xixe siècle sur la Grande Révolution fut publiée en italien dans la patrie du Risorgimento. Avec la publication des tomes de Michelet, la maison d’édition Sonzogno brisait un tabou, celui de la « genèse » autochtone du Risorgimento national, dépourvu de saisons de sang et de terreur, tandis qu’à Milan une nouvelle révolution de 1848, de nouvelles barricades, bref, une nouvelle révolution émergeait et était réprimée à coups de canons par l’armée. L’œuvre de Michelet ne semblait pas avoir « vieilli » aux yeux des lecteurs italiens : il s’agissait, après tout, d’un passage de témoin entre la génération romantique du radicalisme démocratique (outre Michelet, Quinet, Sand, Thoreau, Whitman…) et les derniers activistes de l’idée républicaine.

  • 29 Gaetano Salvemini, La rivoluzione francese (1788-1792), Milano, Pallestrini, 1905.

36Bien sûr, le temps était compté. Au début du xxe siècle, le Parti socialiste italien, né entre 1881 et 1892, rassembla sous ses drapeaux un grand nombre de ces personnalités sociales et intellectuelles qui, pendant longtemps, s’étaient reconnues dans une généalogie allant de Thomas Jefferson à Giuseppe Garibaldi. Et en fait, l’histoire des rééditions de la traduction de Bizzoni devait refléter la parabole de l’évolution de l’interprétation démocratique de la Révolution. Si, en France, Michelet fut écarté puis redécouvert au xxe siècle (par Furet surtout), laissant le champ libre notamment à Jean Jaurès, chantre de Robespierre, dans la péninsule italienne les deux volumes de Bizzoni furent progressivement remplacés par La rivoluzione francese (1788-1792) de l’historien socialiste – déjà auteur d’ouvrages fondamentaux sur les Communes au Moyen Âge – Gaetano Salvemini29. Les deux interprétations n’étaient pas très éloignées l’une de l’autre : la même perspective « d’en bas », la même approche antinobiliaire et anticléricale, la même condamnation dans son intégralité de l’institution monarchique absolutiste. Mais Salvemini était allé plus loin : les causes économiques, si souvent sous-estimées par Michelet, devenaient prioritaires dans sa narration qui – pour ne pas suivre Jaurès dans l’apologie de Robespierre – se terminait avec la République girondine et universaliste que l’ancien professeur de l’École normale affectionnait tant. Il est significatif que, lors de concours universitaires, l’on ait reproché à Salvemini, historien professionnel, son intérêt pour la fin du xviiie siècle, qui demeurait pour la corporation universitaire italienne une « histoire contemporaine » (comprenant également le Risorgimento), non scientifique à divers égards et donc indigne d’être enseignée.

37Devenue populaire, mais aussi italienne, l’Histoire traduite par Achille Bizzoni reste importante à plusieurs niveaux : pour son lien avec un grand moment de l’histoire politique italienne, la crise de 1898 ; pour l’histoire de l’édition et de sa popularisation dans l’Italie libérale ; pour l’histoire de la « famille » politique radicale ; pour l’histoire des traductions dans l’Italie du xixe siècle, car elle est l’un des meilleurs exemples d’une tentative de créer une culture et une mémoire populaires transnationales par un travail de traduction entre langues, cultures et histoires nationales.

Haut de page

Notes

1 Arthur Mitzman, Michelet, Historian: Rebirth and Romanticism in Nineteenth-century France, New Haven et Londres, Yale University Press, 1990, p. 117-276 ; Paule Petitier, Jules Michelet : l’homme histoire, Paris, Grasset, 2006.

2 Paul Viallaneix, « Jules Michelet, évangéliste de la Révolution française », Archives des sciences sociales des religions 88, 66-1, (p. 43-51).

3 Alphonse de Lamartine, Histoire des Girondins, Paris, Furne et Cie et W. Coquebert, 1848.

4 Jules Michelet, Histoire de France, Paris, Hachette, 1833-1836. L’œuvre ne fut achevée, avec les tomes sur l’époque moderne, qu’en 1850.

5 Id., Histoire de la Révolution, Paris, Chamerot, 1847-1853. Dans l’édition de 1868 (dans les Œuvres complètes), les notes étaient insérées à la fin des tomes ; elles n’étaient pas numérotées, mais signalées par un astérisque.

6 Id., Du prêtre, de la femme, de la famille, Paris, Comptoir des Imprimeurs unis, 1845.

7 Id., Introduction à l’histoire universelle, Paris, Librairie classique de L. Hachette, 1831.

8 Id., Histoire du dix-neuvième siècle, Paris, G. Baillière, 1872-1874.

9 Adolphe Thiers, Histoire de la révolution française, Paris, Furne et Cie, 1841. L’œuvre de Thiers avait déjà été traduite en italien en 1845 : Storia della rivoluzione francese di A. Thiers. Versione del prof. Pietro Bernabò Silorata, Firenze, Le Monnier e Fontana, 1845.

10 Disparition consacrée surtout à la fin du xixe siècle par la publication de Jean Jaurès, Histoire socialiste de la Révolution française, inscrite dans une « histoire socialiste » plus large de l’Europe et de la France contemporaines (Paris, J. Rouff, 1899).

11 Jules Michelet, Œuvres complètes, Paris, Flammarion, 1868.

12 Id., Quadro cronologico della storia moderna: dalla conquista di Costantinopoli fatta dai Turchi fino alla rivoluzione francese, 1453-1789, Milano, Libreria Dupuy, 1842 ; Id., Compendio di storia moderna. Tradotto e annotato par Pietro Molinelli, Milan, Francesco Vallardi, 1859.

13 Laura Barile, « Un fenomeno di editoria popolare: le edizioni Sonzogno », in : Gianfranco Tortorelli (éd.), L’editoria italiana tra Otto e Novecento, Bologna, Analisi, 1996, (p. 95-106), p. 96.

14 Ibid., p. 100.

15 Giulio Michelet, Storia della Rivoluzione francese. Traduction parTradotto da A. Bizzoni, Milan, Sonzogno, 1898.

16 Carlo Romussi, Storia di Francia, narrata al popolo, Milano, Sonzogno, 1876.

17 Alfredo Canavero, Milano e la crisi di fine secolo (1896-1900), Milano, Unicopli, 1998.

18 Alessandro Manzoni, La rivoluzione francese del 1789 e la rivoluzione italiana del 1859, Roma, Stabilimento tipografico dell’Opinione, 1885.

19 Raffaele Colapietra, Achille Bizzoni, Dizionario biografico degli Italiani, Roma, Istituto della Enciclopedia Italiana – Treccani, 1968, vol. 10, ad vocem.

20 Arianna Arisi Rota, 1869: il Risorgimento alla deriva. Affari e politica nel caso Lobbia, Bologna, il Mulino, 2016 ; Giovanni Spadolini, I radicali dell’Ottocento (da Garibaldi a Cavallotti), Firenze, Le Monnier, 1960.

21 Achille Bizzoni, Autopsia di un amore: studio dal vero, Milano, Sonzogno, 1875 ; Id., Un matrimonio: dietro le scene della commedia sociale, Milano, Sonzogno, 1885.

22 Jules Michelet, Histoire de la Révolution, Paris, Flammarion, 1868, t. I, p. 63.

23 Ibid., p. 116-117.

24 Ibid., p. 138.

25 Voici les premières notes du traducteur qui s’offraient au lecteur : p. 3, note 1 : « Cahier, Mot générique qui a de nombreuses applications. Les fameux Cahiers des électeurs aux États généraux, et en particulier au Tiers État : mémoires contenant les questions, les propositions, les doléances à discuter, à transmettre au souverain, que je jugeai opportun de traduire par plaintes, questions » ; p. 3, note 2 : « Les États généraux n’ont une physionomie distincte que sous le règne de Philippe le Bel, en conflit avec Boniface VIII, lequel frappa d’excommunication le roi de France pour la question des offrandes des fidèles au Saint-Siège. Leur première convocation remonte à 1302 pour soutenir et protéger la monarchie. Les États généraux n’ont rien à voir avec les parlements, auxquels était confiée l’administration de la justice, et qui devinrent permanents, tandis que les États généraux furent toujours convoqués temporairement, de temps en temps, selon les besoins du moment, dans l’intérêt de la couronne et des classes privilégiées, à savoir le Clergé et la Noblesse. La bourgeoisie et le pouvoir judiciaire formaient le Tiers État. La dernière convocation datait de 1614 ; dans des circonstances exceptionnelles, la monarchie préféra recourir à l’assemblée des notables, plus encline à la défendre contre les exigences exagérées du Clergé et de la Noblesse et contre les aspirations de la bourgeoisie, interprète de la volonté du peuple. Dans les États Généraux les trois ordres discutaient séparément : ils ne se réunissaient que pour l’inauguration : la séance royale ».

26 Arthur Mitzman, op. cit., p. 261-267.

27 Massimo Baioni, La religione della patria: musei e istituti del culto risorgimentale, 1884-1918, Trevise, Pagus, 1994.

28 Benedetto Croce, La rivoluzione napoletana del 1799, Napoli, Morano, 1899.

29 Gaetano Salvemini, La rivoluzione francese (1788-1792), Milano, Pallestrini, 1905.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Pia Casalena, « Un Michelet italien, populaire et illustré. La traduction de l’Histoire de la Révolution en 1898 »Revue germanique internationale, 32 | 2020, 33-44.

Référence électronique

Maria Pia Casalena, « Un Michelet italien, populaire et illustré. La traduction de l’Histoire de la Révolution en 1898 »Revue germanique internationale [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 25 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2547 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2547

Haut de page

Auteur

Maria Pia Casalena

Maria Pia Casalena est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Bologne. Parmi ses ouvrages : Le italiane e la storia (2016) et Liberté, progrès et décadence : l’histoire d’après Sismondi (2018).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search