Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Marcel Ray, traducteur et « passe...

Marcel Ray, traducteur et « passeur » d’Adolf Loos en France,ou la construction d’un classique international en histoire de l’architecture

Cécile Poulot
p. 77-92

Résumés

Marcel Ray (1878-1952) est le premier traducteur de l’architecte Adolf Loos (1870-1933) en langue française dans la revue Les cahiers d’aujourd’hui, en 1912. L’étude du processus de découverte puis de traduction de l’œuvre écrite de Loos par Marcel Ray révèle la trajectoire riche et multiple de cet enseignant normalien agrégé d’allemand également journaliste et diplomate. L’implication de Ray dans le processus éditorial de la revue et la réception de ses traductions feront l’objet de cet article.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Valery Larbaud et Marcel Ray, Correspondance : 1899-1937, préface de Françoise Lioure, Paris, Galli (...)

1Marcel Ray, traducteur de l’architecte et théoricien Adolf Loos, est principalement connu aujourd’hui pour avoir été le très proche ami de l’écrivain vichyssois Valery Larbaud ainsi que l’a révélé la publication de leur correspondance chez Gallimard en 19791. Agrégé d’allemand en 1902, il échoue à trouver une chaire dans une université française et exerce diverses professions (professeur de lycée, traducteur, journaliste et diplomate) successivement ou en parallèle entre les années 1912 et 1952. Ces différents métiers qui dénotent un personnage aux multiples facettes avec des centres d’intérêt divers – littérature, peinture, architecture, mais également enseignement, histoire du journalisme et politique – le conduisent à fréquenter plusieurs cercles, amicaux et professionnels, qu’il va s’attacher à connecter entre eux, notamment par la traduction.

2C’est à Vienne, en congé du ministère de l’Éducation nationale, où il s’installe entre octobre 1912 et août 1914 pour enseigner la littérature française dans une école de jeunes filles, que Ray débute son activité de traducteur. Il découvre, lors de ce séjour, de nombreuses figures intellectuelles viennoises qu’il traduit pour la revue Les cahiers d’aujourd’hui. Celle-ci, éditée par son ami George Besson, compte vingt-cinq numéros publiés entre 1912 et 1914 puis de 1920 à 1924 aux éditions Georges Crès. Ainsi, Marcel Ray introduit pour la première fois en France des écrits de Karl Kraus, Peter Altenberg, Egon Wellesz et Hermann Schwarzwald et trois textes de l’architecte Adolf Loos ; la plupart de ces auteurs sont encore quasiment inconnus du public français, à l’exception du compositeur Arnold Schönberg dont les pièces sont jouées dès 1912. Marcel Ray apparaît donc comme le découvreur d’intellectuels viennois et ses traductions seront largement reprises jusque dans les années 1960.

  • 2 J’ai dépouillé le fonds Marcel Ray déposé par son ancienne secrétaire Rachel Gayman (qui se fait ap (...)

3La correspondance entre Ray et ses amis et proches collaborateurs2 permet d’analyser son travail de traducteur depuis ses choix de textes et d’auteurs jusqu’à sa position dans le processus d’édition en passant par ses techniques de traduction. Elle incite notamment à interroger la place de Marcel Ray comme traducteur pour la revue Les cahiers d’aujourd’hui, la manière dont ses traductions de l’allemand vers le français, et surtout celles ayant trait à l’architecture, s’insèrent dans sa ligne éditoriale et leur impact sur l’historiographie. Cet article veut en outre poser la question de la temporalité de la traduction avec le jeu des reprises dans d’autres revues, puisque les traductions de Marcel Ray ont contribué à diffuser la pensée de l’architecte dans l’espace francophone et à asseoir sa notoriété.

4Je présenterai tout d’abord quelques éléments biographiques sur Marcel Ray et ses liens avec la revue Les cahiers d’aujourd’hui. La seconde partie s’attachera à comprendre son entrée en traduction, les options retenues par Marcel Ray tant en termes d’auteurs que de textes lors de son séjour viennois. Le dernier temps sera consacré aux traductions précoces d’Adolf Loos, architecte et théoricien dont la carrière a débuté à Vienne à la fin des années 1890.

Un germaniste engagé dans l’aventure éditoriale des Cahiers d’aujourd’hui

  • 3 Lettre d’Henri Wallon à Marcel Ray, 22 octobre 1898, Médiathèque de la ville de Vichy, Fonds Marcel (...)

5Né à Vichy dans l’Allier en 1878 d’un père directeur d’école, Marcel Ray fait des études secondaires au lycée de Moulins, notamment avec le futur écrivain Charles-Louis Philippe. Après des classes préparatoires au lycée Louis-le-Grand à Paris, il intègre l’École normale supérieure en 1898 et y devient le « coturne » de Lucien Febvre, de Marcel Bulard, de Charles Cavenel, et d’Henri Wallon à l’invitation de ce dernier : « […] j’ai appris ton admission à l’École […] nous sommes parfaitement libres de former des turnes à cinq […] Ainsi donc si tu veux être des nôtres, il ne tient qu’à toi, et je le souhaite vivement […] en tous cas la turne boehmique ne pourra jamais être que la turne sœur du zameck [sic]3 ».

  • 4 Béatrice Mousli, Valery Larbaud, Paris, Flammarion, 1998.
  • 5 Lettre de Charles Andler à Marcel Ray, 21 juillet 1911, Médiathèque de la ville de Vichy, Fonds Mar (...)
  • 6 Michel Espagne et Michael Werner, Histoire des études germaniques en France. 1900-1970, Paris, CNRS (...)

6Classé deuxième à l’agrégation d’allemand en 1902 derrière le futur historien d’art Louis Réau, Marcel Ray entreprend une thèse sur le théosophe allemand du xviie siècle Jakob Böhme, pour laquelle il séjourne longuement en Allemagne, à Dresde, où il travaille comme précepteur auprès du prince Karl-Bowin, duc du Mecklenbourg-Strelitz de 1906 à 19074 ainsi qu’à Berlin entre 1910 et 1912. Son directeur de thèse, Charles Andler, le presse dès 1911 de finir son manuscrit afin de trouver un poste dans une université française5, mais ses tentatives dans les universités de Nancy, Paris ou encore Poitiers sont vaines. Charles Andler est l’un des germanistes français majeurs avant la Première Guerre mondiale6 : dans un manuel destiné aux élèves apprenant l’allemand et paru en 1905 aux éditions Charles Delagrave, Das moderne Deutschland in kulturhistorischen Darstellungen, ein praktisches Lesebuch für Sekunda und Prima, il publie un article d’Adolf Loos de 1893 intitulé « Keramik ». Peut-être Marcel Ray connaissait-il donc dès 1905 les écrits de l’architecte Adolf Loos qu’il rencontre sept ans plus tard à Vienne et qu’il décide de publier à trois reprises dans Les cahiers d’aujourd’hui.

  • 7 Lettre de Francis Jourdain à Marcel Ray, 11 mars 1913, Médiathèque de la ville de Vichy, Fonds Marc (...)
  • 8 Lettres de Francis Jourdain à Marcel Ray, 29 juin 1912 et 8 juillet 1912, Médiathèque de la ville d (...)

7Tout au long de sa carrière, Marcel Ray est resté fidèle à ce premier réseau d’intellectuels et germanistes, pratiquement tous conviés à participer à l’entreprise des Cahiers d’aujourd’hui. Henri Wallon y publie deux textes dans les numéros 3 et 5 de février et juin 1913 (« Agathon : “les jeunes gens d’aujourd’hui” – le miracle nationaliste » et « Nouvelle méthode d’esclavage ») tout comme Lucien Febvre qui fait paraître « L’art et les hommes » dans le numéro 10 d’avril 1914. Charles Andler est également approché en mars 1913 par George Besson, l’un des rédacteurs de la revue, qui lui commande un texte consacré au rapprochement franco-allemand, mais il refuse7. Des amitiés croisées se sont sans doute nouées : ainsi Francis Jourdain, impliqué dans la revue, et Charles Andler s’inquiètent-ils ensemble de la situation difficile de leur ami et élève à l’été 1912, comme en témoignent les lettres de Jourdain à Ray8.

  • 9 Chantal Duverget, Pierre Daix, Alain Girard, Sophie Bernard et Valérie Pugin, George Besson, 1882-1 (...)
  • 10 Léon-Paul Fargue, Sous la lampe, Paris, Gallimard, 1963, p. 265.
  • 11 Valery Larbaud et Marcel Ray, op. cit. Lettre de Ray à Larbaud de Berlin le vendredi 13 septembre 1 (...)
  • 12 Lettre de Marcel Ray à George Besson, 27 février 1914, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds (...)

8La revue Les cahiers d’aujourd’hui était née de la volonté d’un cercle d’intellectuels de différentes disciplines, appelé aussi « le groupe de Carnetin » du nom d’une commune de Seine-et-Marne qui fut le lieu de rencontre entre 1907 et 1908 des écrivains Léon Werth, Léon-Paul Fargue, Marguerite Audoux, Charles-Louis Philippe, Marcel Ray et de l’architecte Francis Jourdain. Rapidement s’y adjoint George Besson, originaire du Jura et représentant commercial de l’entreprise familiale de pipes, qui lancera la revue. Ce dernier, qui vient régulièrement à Paris, s’intéresse beaucoup à l’art et intègre les milieux artistiques : sa rencontre avec Francis Jourdain date de 19079, lequel l’introduit alors dans le cercle de Carnetin. Dans son autobiographie, Léon-Paul Fargue se rappelle leurs réunions en ces termes : « Amis, vous vous souviendrez toujours des dîners chez Philippe et chez Francis, de Carnetin, de la crèmerie Grunat […]. Marguerite Audoux, Jourdain, Yell, Chanvin, Larbaud, Ray, Gignoux, Werth, nous sommes les derniers tenants du groupe…10 ». Tous prennent une part active à la revue en tant que fondateurs et collaborateurs : la naissance des Cahiers d’aujourd’hui tient donc d’une initiative prise entre amis, en « famille », comme l’explique la correspondance de Francis Jourdain et de Marcel Ray11, d’autant que Besson ne peut les rémunérer dans un premier temps12.

  • 13 Léon Werth, « 1912-1920 », Les cahiers d’aujourd’hui 1 (n. s.), novembre 1920, (p. 1-6), p. 1.

9Ce périodique associe aux textes publiés de nombreux dessins de peintres, comme Albert Marquet ou Ker-Xavier Roussel. Les thèmes sont variés et la revue se veut ouverte et internationale, publiant essentiellement des auteurs contemporains – à l’exception du poète américain Walt Whitman. Les auteurs et collaborateurs sont plutôt proches du socialisme et majoritairement pacifistes, ce que Léon Werth résume en ces termes : « Nous aimions la peinture et la révolution13 ». Il le souligne également dans une conférence sur la création de la revue :

  • 14 Léon Werth, « Notes », Les cahiers d’aujourd’hui 8, décembre 1913, p. 1. Conférence donnée au Salon (...)

Voici quatre ou cinq ans, quelques amis se trouvaient réunis chez Francis Jourdain. Ils mangeaient sur une table moderne, ils étaient assis sur des chaises modernes. […] Nous croyons qu’un art littéraire naîtra d’une civilisation nouvelle, qui ne sera ni bourgeoise, ni d’autorité. Voilà pourquoi Besson a fondé les Cahiers. Nous aimons Bonnard et nous aimons la révolte. […] Une doctrine ? Nous n’en avons aucune14.

10Au-delà de ces proclamations officielles, les fondateurs de la revue souhaitent proposer une alternative aux deux revues majeures sur la scène littéraire française, toutes deux fondées en 1908, L’Action française dirigée par Charles Maurras, d’une part, et la Nouvelle Revue française (NRF) lancée par André Gide, d’autre part. Si les critiques formulées contre L’Action française et sa perspective nationaliste, xénophobe et antisémite sont nombreuses, explicites et sans compromis de la part du groupe de Carnetin, celles émises contre la NRF restent plus feutrées du fait des liens amicaux et professionnels forts entre les contributeurs des deux périodiques.

Marcel Ray à Vienne : devenir traducteur et se faire le passeur de « l’autre Autriche »

  • 15 Deborah Holmes, Langeweile ist Gift. Das Leben der Eugenie Schwarzwald, Salzbourg, Residenz Verlag, (...)
  • 16 Jahresbericht der Schulanstalten der Frau Dr. Phil. Eugenie Schwarzwald in Wien, Schuljahre 1912/19 (...)
  • 17 Lettre de Marcel Ray à Besson, 29 octobre 1912, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George (...)

11Le premier numéro de la revue paraît lorsque Ray vient d’arriver à Vienne pour y enseigner dans une école privée de jeunes filles créée en 1901 et dirigée par Eugenie Schwarzwald15. Le descriptif des cours de l’année 1912-1913 porte deux cours de deux heures par semaine chacun donnés par Ray : l’un sur la littérature française depuis 1850 et l’autre sur la peinture du xviiie et xixe siècles en Europe16, ainsi que l’évoque sur le ton de la plaisanterie Marcel Ray dans une lettre d’octobre 1912 à George Besson : « Et je viens de pérorer, devant 24 vierges viennoises, une heure sur Watteau et une heure sur Théophile Gautier. C’est fatigant17 ».

  • 18 Valery Larbaud et Marcel Ray, op. cit. Lettre de Ray à Larbaud de Vienne le 25 octobre 1912 signée (...)
  • 19 Éliane Kaufholz-Messmer, Karl Kraus, Paris, Éditions de L’Herne, 1975, p. 13.
  • 20 Landesschulrat an Ministerium, 19 novembre 1912 (Z.432), cité dans Deborah Holmes, op. cit., p. 181

12Eugenie Schwarzwald n’est pas seulement la directrice d’une école engagée dans la réforme de l’enseignement entre 1901 et 1938, elle est aussi, en 1912, une des salonnières les plus en vue de Vienne. Dans l’entre-deux-guerres, elle reçoit de nombreux artistes viennois tels que l’architecte Adolf Loos, le peintre Oskar Kokoschka, le compositeur Arnold Schönberg ou encore l’écrivain Elias Canetti. Si ces artistes se rencontrent dans son salon18, nombre d’entre eux, comme Kokoschka, Loos et Schönberg, ou encore Egon Wellesz, sont également professeurs dans son école. Plus encore, ces artistes et intellectuels qui fréquentent aussi les mêmes cafés sont souvent liés de longue date : il en est ainsi de Kokoschka qui intègre le réseau de Loos et Karl Kraus vers 1909, ces derniers se connaissant depuis les débuts de Die Fackel, le journal publié par Kraus à partir de 1899, ou encore de l’écrivain Peter Altenberg, que Kraus rencontre autour de 1903 lorsqu’il décide de publier ses textes19. Si le cercle d’éditeurs, écrivains et artistes à l’origine des Cahiers d’aujourd’hui revendique une culture commune, celui formé autour d’Eugenie Schwarzwald montre un fonctionnement similaire, des amitiés fortes et parfois anciennes s’ajoutant aux relations professionnelles dans le cadre de l’enseignement ou de publication. Collègues et amis, ils font la connaissance de Marcel Ray, qui est rattaché officiellement au corps enseignant du ministère de l’Éducation le 19 novembre 191220. Tous participent d’un milieu engagé politiquement en faveur de réformes sociales et Ray a fortement apprécié ce groupe d’intellectuels cultivés, pacifistes pour la plupart et volontiers en rupture avec les opinions politiques dominantes.

13Si l’éditeur George Besson ne semble pas avoir formulé de directives précises quant aux thématiques et aux textes à publier, après la parution du premier numéro il demande à son ami Marcel Ray un article sur l’Allemagne, quelques traductions, ainsi que des idées quant à des auteurs à contacter. Ray accepte, comme l’indique sa réponse :

  • 21 Lettre de Marcel Ray à Besson, 29 octobre 1912, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George (...)

[…] j’écris pour vous. Ou plutôt j’écrirai. Mais le diable m’emporte si je ne sais pas quoi. […] Mais vous voulez que je vous raconte l’Allemagne. En 500 pages, on pourrait. En 500 lignes, entre nous c’est un peu idiot […]. Tâchez donc d’avoir Larbaud […]. Vous pourriez avoir aussi Giraudoux […]. Peut-être me viendra-t-il d’autres idées. Et si j’en trouve le temps, je vous ferai quelques traductions […]. Je vais tâcher de rassembler quelques embryons d’idées pour « votre » article21

  • 22 George Besson, « Le règne de la Hyène », Les cahiers d’aujourd’hui 1, octobre 1912, (p. 48-52).
  • 23 Lettre de Ray à Besson, 29 octobre 1912, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, (...)

14Un thème plus précis est cependant discuté entre les deux hommes, à savoir une enquête sur l’architecture pour faire suite à l’article de George Besson paru dans le premier numéro. Dans ce texte, intitulé « Le règne de la Hyène22 », Besson compare l’architecture allemande et l’architecture française : la première serait fonctionnaliste quand la deuxième serait encore trop imprégnée de nostalgie. Dans le cadre de cette enquête, Ray propose de contacter Adolf Loos : « Quant à votre enquête sur l’architecture et le mobilier, il faut avant tout l’envoyer à Adolf Loos […]. C’est l’architecte le plus “moderne” qu’il y ait en Europe. Il est plein d’idées et de théories intéressantes que j’exposerai sans doute dans un article, soit chez vous, soit à la NRF. Je lui ai déjà parlé de vous ; je vous traduirai sa réponse23. » Dans cette même lettre, Ray envisage d’autres architectes comme Henry van de Velde ou Peter Behrens qui, à l’inverse de Loos, avaient déjà fait l’objet de publications en France.

  • 24 Valery Larbaud et Marcel Ray, op. cit., p. 207-208. Lettre du 30 décembre 1912 Ray à Larbaud.

15Loos sera finalement le seul architecte étranger publié dans la revue, d’une part parce qu’il a répondu à l’enquête, contrairement à ses collègues pressentis, d’autre part parce que Marcel Ray est convaincu de sa qualité d’architecte moderne et que son style d’écriture lui plaît. En effet, il confie à Larbaud, après la parution du premier article : « Il est, dans un domaine qui ne vous est sans doute pas familier, d’une surprenante nouveauté. Et la qualité littéraire du texte original, que j’ai mal rendu dans ma traduction trop hâtivement faite, excellente24 ». Marcel Ray utilise donc des registres différents selon ses interlocuteurs pour justifier ses traductions : avec son ami écrivain Valery Larbaud – qui ne publie guère dans la revue –, Ray évoque les qualités littéraires d’Adolf Loos, alors qu’auprès de son éditeur George Besson, il insiste sur la nouveauté architecturale dont est porteur Loos et ne craint pas pour faire pression d’envisager un autre support de publication.

  • 25 Marcel Ray a publié deux articles en lien avec l’Allemagne : « Exégèse de quelques mots allemands » (...)
  • 26 Les traductions de l’allemand sont majoritaires dans la revue : on compte 10 textes de l’allemand a (...)
  • 27 Adolf Loos, « Vom armen reichen Mann », Der Sturm 1, mars 1910, p. 4. Adolf Loos, « Über Architektu (...)
  • 28 Extraits tirés du premier volume d’aphorismes Sprüche und Widersprüche, Die Fackel 272-273, 15 févr (...)
  • 29 Extraits tirés de Wie ich es sehe, paru chez S. Fischer à Berlin en 1896.
  • 30 Robert Hodonyi, Herwarth Waldens « Sturm » und die Architektur. Eine Analyse zur Konvergenz der Kün (...)
  • 31 Carte postale de George Besson à Adolf Loos, 29 juillet 1913, Bibliothèque de la mairie de Vienne, (...)

16Contrairement à la promesse faite en 1912 à Besson, Marcel Ray n’écrit guère sur l’Allemagne dans Les cahiers d’aujourd’hui25 : il se fait surtout traducteur d’intellectuels viennois, appartenant pour la plupart au cercle d’Eugenie Schwarzwald, et « raconte » ainsi l’Autriche. Il traduit neuf textes de l’allemand au français, sa contribution représentant pratiquement la moitié des traductions parues dans la revue (dix sur vingt-deux traductions, car Ray aide également à la traduction de la danoise Karin Michaelis26). Parmi ces textes, trois sont des écrits d’Adolf Loos. Le premier, « Le style et l’architecture moderne », qui avait fait l’objet d’une publication partielle en 1910 dans la revue berlinoise Der Sturm, paraît en décembre 1912. Le second « Ornement et crime » est publié en 1913 : cet essai, sans doute le plus connu encore aujourd’hui, avait été prononcé à plusieurs reprises lors de conférences de Loos à Vienne, Prague, Berlin et Munich mais n’avait jamais été publié en aucune langue. Enfin, Ray traduit en 1922 « Histoire d’un pauvre homme riche », texte que Loos avait publié en avril 1900 dans le quotidien Neues Wiener Tagblatt, puis en mars 1910 dans Der Sturm27. Les autres auteurs viennois que Ray traduit sont Karl Kraus28 en octobre 1913 et Peter Altenberg29 en décembre de la même année. Tous trois avaient été publiés dans la revue berlinoise Der Sturm, dirigée par Herwarth Walden, que Ray a peut-être rencontré lors de son séjour à Berlin. Ray a pu s’appuyer sur le travail éditorial de Der Sturm au vu de son choix de textes et de la ligne éditoriale assez similaire des deux revues : la mise en page allie textes et gravures et/ou dessins et, concernant l’architecture, Adolf Loos est un des rares architectes à être publié dans les deux revues30. George Besson, s’il n’est pas à l’origine du choix de Loos en matière de traductions, s’en félicite : il lui envoie ainsi une carte postale pour le remercier de son article « Ornement et crime », et lui réclame des textes de Karl Kraus et Peter Altenberg puisque « Ray ne répond pas31 ».

  • 32 Lettre de Marcel Ray à George Besson, 27 février 1914, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds (...)
  • 33 Lettre de Marcel Ray à George Besson, 18 mars, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George B (...)
  • 34 Lettre de Marcel Ray à George Besson, 18 mars, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George B (...)
  • 35 Valery Larbaud et Marcel Ray, op. cit., p. 200. Lettre de Ray à Larbaud, 25 octobre 1912 : « Oh, en (...)

17En plus de ces trois auteurs, Ray propose en février 1914 un inédit d’Hermann Schwarzwald, le mari d’Eugenie, intitulé « Propos virils en temps de crise » : « ce manuscrit a été refusé, successivement, par toutes les grandes revues allemandes et autrichiennes. Le pacifisme ne fait plus recette nulle part32 ». Il promeut également la Vienne musicale, avec deux articles inédits d’Egon Wellesz sur son maître Arnold Schönberg, sans doute à la demande de George Besson à qui il répond en 1914 qu’il va « [s’]enquérir pour Schönberg33 ». Un troisième texte de Wellesz sur le compositeur tchèque Béla Bartók est traduit en 1922 après que Ray a quitté Vienne. Enfin, Marcel Ray s’attache à traduire l’auteure danoise Karin Michaelis dont l’article « Comment je perdis la foi » paraît dans le numéro 10 de la revue en avril 191434. Cette dernière, qui a intégré le cercle d’Eugenie Schwarzwald en 1912, entretiendra ensuite grâce à Ray une correspondance avec Valery Larbaud, le félicitant notamment pour Barnabooth35.

  • 36 Valery Larbaud et Marcel Ray, op. cit., p. 200. Lettre de Ray à Larbaud, 22 octobre 1912 : « […] Vo (...)
  • 37 Lettre de Marcel Ray à George Besson, 10 mai. Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Be (...)

18D’une certaine manière, comme Marcel Ray avait connecté son réseau de normaliens à celui des fondateurs des Cahiers, il fait de même avec ses nouveaux collègues et collaborateurs viennois36. D’une part, il ouvre aux Viennois un support de publication à l’étranger et peut gagner ainsi leur reconnaissance ; de l’autre, il offre à la revue des textes inédits et un positionnement novateur sur la scène française ; enfin il favorise des rencontres lors des voyages des uns et des autres, comme lorsqu’il charge George Besson d’accueillir Egon Wellesz lors de son séjour à Paris37.

  • 38 Germaine Goblot, « Adolf Loos », La revue d’Allemagne et des pays de langue germanophone, 15 janvie (...)

19Si Ray n’a pas laissé d’écrit précis sur la visée de ses traductions, au moins pour celles d’auteurs viennois, il met en avant à plusieurs reprises l’ambiance intellectuelle de la capitale autrichienne qu’il souhaite présenter au public français. Particulièrement sensible aux qualités littéraires des auteurs qu’il ne cesse de souligner, il fait aussi le choix de traduire des textes de contemporains, tout juste écrits en Autriche et inédits en France, ce qui correspond à la ligne éditoriale des Cahiers. De surcroît, les auteurs qu’il choisit adhèrent clairement aux valeurs promues par les collaborateurs de la revue : il en est ainsi du pacifisme et du refus des stéréotypes sur « l’ennemi Allemand » – c’est ainsi qu’il défend l’idée de traduire l’essai d’Hermann Schwarzwald. A-t-il voulu témoigner de l’engagement et de la modernité d’un certain milieu intellectuel viennois ? C’est notamment ce que retient la germaniste Germaine Goblot qui, en 1931, dans son article sur Adolf Loos dans la Revue d’Allemagne et des pays de langue germanophone, évoque « cette autre Autriche, dont Marcel Ray signalait l’existence en 1913 et dont la grandeur nous apparaît peu à peu38 ».

  • 39 Marc Lacheny, « Petite contribution à l’histoire des relations culturelles franco-autrichiennes au (...)
  • 40 Germaine Goblot est la fille du philosophe des sciences Edmond Goblot (1858-1935), agrégée d’allema (...)

20« L’autre Autriche » est-elle un contrepoint à l’Autriche belliqueuse qui soutient l’Allemagne ? Est-elle celle qui s’exprime notamment par les candidatures de Karl Kraus au prix Nobel de littérature ? Celles-ci, soutenues par Charles Andler et Charles Schweitzer entre 1926 et 1930, ont souvent été interprétées comme une stratégie politique forte visant à imposer Kraus comme représentant du monde culturel autrichien en opposition au monde intellectuel allemand39. Est-ce plutôt une manière de présenter un cercle opposé à celui des Wiener Werkstätte et de la « Jung Wien » autour d’Arthur Schnitzler ? Il est difficile de conclure car Ray n’a jamais produit de textes programmatiques ou de recherche sur les auteurs présentés, à l’inverse de Goblot, par exemple, qui projette de rédiger une thèse sur Karl Kraus dans les années 193040. Si Ray se fait le « passeur » et le « divulgateur » de certains auteurs, comme l’architecte Adolf Loos, il reste prudent en matière politique.

21Sa correspondance met par contre en lumière sa pratique de traducteur et surtout ses choix lorsqu’il modifie les textes originaux pour toucher plus facilement le lectorat francophone.

  • 41 Lettre de Ray à Besson, 11 décembre 1912, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson (...)
  • 42 Lettre de Ray à Besson, 27 février 1914, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, (...)
  • 43 Otto Eckmann : artiste lié au Jugendstil allemand ; travaille pour la revue Pan à partir de 1895, c (...)
  • 44 Adolf Loos, « Ornement et crime » traduction de Marcel Ray, Les cahiers d’aujourd’hui 5, 1913, p. 2 (...)
  • 45 Ibid., p. 256.

22Ainsi, en décembre 1912, Ray évoque un texte de Loos qu’il est en train de réduire : « J’ai d’ailleurs, comme je vous l’ai dit, fortement taillé et coupé dans la prose de Loos. Au moins un cinquième de l’article. Des tas de répétitions et de redites, et, vers la fin, un développement vaseux sur l’architecture romaine, que j’ai résumé en 10 lignes. J’espère que Loos ne s’en apercevra pas. À tout hasard, je l’ai préparé à cette découverte41 ». Au vu de la date de la lettre, il s’agit de sa première traduction de Loos et la comparaison entre le texte original et la traduction montre les nombreuses libertés prises par le traducteur : les répétitions sont supprimées, mais aussi les références à Vienne, comme la mention de Koloman Moser ou encore celle du travail architectural de Loos. Ray le formule d’ailleurs explicitement dans sa correspondance à Besson en février 1914 : « J’ai encore sur la planche un article de Loos, mais qui touche de trop près à des choses exclusivement viennoises et a besoin d’être fortement remanié42 ». Ainsi, quand Loos, dans « Ornement et Crime », en appelle à Otto Eckmann43, Marcel Ray se réfère à l’école de Nancy : « Wo sind heute die Arbeiten Otto Eckmanns ? » devient « Où sont aujourd’hui “les œuvres” de l’école de Nancy ?44 » Et il remplace Richard Wagner par Auguste Rodin, apprécié du lectorat français mais surtout plus consensuel dans le climat d’avant-guerre : « Nous, les aristocrates, nous avons notre art moderne, l’art qui a remplacé l’ornement. Nous avons Rodin et Beethoven45 », traduit Ray alors que Loos écrit : « Wir gehen nach des Tages last und mühen zu Beethoven oder in den Tristan ».

  • 46 Composée après la défaite de 1870, cette chanson prête sa voix à un vieux soldat qui relate ses sou (...)
  • 47 Egon Wellesz, « Arnold Schönberg », traduction de Marcel Ray, Les cahiers d’aujourd’hui 10, 1914, ( (...)

23Dans « Histoire d’un pauvre homme riche » que Marcel Ray traduit en 1922, toutes les références culturelles sont modifiées : Charpentier devient Rodin, Walter Crane devient Poiret et la Sécession le Salon des Indépendants. Il en est de même pour les références musicales : la marche de Radetzky est remplacée par le chant « Père la victoire46 », Richard Wagner et Beethoven par Schönberg et Ravel. Ray gomme ainsi les accroches viennoises et introduit des références françaises contemporaines – à l’exception de Schönberg à propos duquel Ray avait déjà traduit des textes d’Egon Wellesz en 1914 et 192147. On peut remarquer d’ailleurs que les substitutions ne sont pas toujours les mêmes : en 1914, Wagner est remplacé par Auguste Rodin, alors qu’en 1922, il l’est par Schönberg. Dans le premier cas et au vu de la date de publication, Ray a pu vouloir faciliter l’adhésion du lecteur au texte de Loos en retirant la mention de Wagner, alors décrié en France, et en proposant Rodin. Dans le deuxième cas, il a pu souhaiter affirmer la continuité éditoriale des Cahiers avec la mention de Schönberg, ce dernier revenant à plusieurs reprises dans la revue.

24Si Ray s’accorde des libertés, il explicite aussi les difficultés rencontrées lors de ses traductions. À propos des textes de Wellesz sur Arnold Schönberg, que Besson avait sollicités, il constate :

  • 48 Lettre de Ray à Besson, 10 mai, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638 (...)

Voici votre sacré manuscrit sur Schoenberg. Il m’a coûté bien du tintouin, et rien qu’aujourd’hui j’y ai travaillé huit heures. L’auteur m’avait remis un manuscrit d’une fâcheuse sécheresse. J’ai dû tout transposer, tout refaire, mettre des joues et de l’air, compléter, expliquer, orner un peu afin de bannir l’ennui, et je n’en aurai sans doute, merde, que l’agrément d’entendre le susdit auteur me demander « C’était donc si mauvais que vous avez changé tout ça ? » et encore si c’était bon maintenant48 !

  • 49 Lettre de Ray à Besson, 27 février 1914, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, (...)

25Ray regrette également que le texte de Schwarzwald soit « un peu lourd, mais pas mauvais, en somme. Traducteur fidèle, j’ai tâché de ne pas rendre la langue plus littéraire qu’elle n’était dans le manuscrit49 ». Les stratégies de traduction de Marcel Ray sont donc variables, transformant et coupant certains textes quand il en laisse d’autres en l’état. De tels choix renvoient tant aux auteurs et à leur style qu’au sujet traité dans le texte : les écrits de Wellesz sur la musique sont plus techniques et moins familiers pour Ray quand celui d’Hermann Schwarzwald est plus littéraire.

26Par le biais de la traduction, Ray se fait le maillon entre deux réseaux, le français, plus amical, et l’autrichien, plus professionnel : il forge ainsi un réseau transnational entre intellectuels et artistes, comme le montrent les échanges qui perdureront entre les uns et les autres. Il présente en France des textes inédits d’auteurs viennois encore inconnus mais proches de la ligne éditoriale des Cahiers d’aujourd’hui et des options du groupe des Carnetin, tout en « francisant » Vienne afin d’en permettre l’appropriation par le lectorat de la revue.

Traduire Adolf Loos : la construction d’un classique

27L’auteur viennois le plus traduit par Marcel Ray est Adolf Loos. Deux des textes sont alors quasiment inédits dans l’espace germanophone et aucun n’est connu en France. Avec trois traductions sur neuf, l’architecte et ses idées figurent ainsi une sorte de condensé de cette « autre Autriche » qu’affectionnait le traducteur. En effet, en traduisant Loos, Marcel Ray ne s’essaie pas seulement à un nouvel exercice, il élabore des représentations de la ville de Vienne et du personnage d’Adolf Loos que ce dernier tentera de mettre à profit lorsqu’il s’installe à Paris entre 1923 et 1928. Plus encore, ses traductions, abondamment reprises dans d’autres revues jusque dans les années 1960, ont contribué à la création d’un classique de l’histoire de l’architecture.

  • 50 Lettres de Ray à Besson, 29 octobre 1913, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson (...)
  • 51 Lettre de Jourdain à Ray, 17 avril 1913, Médiathèque de la ville de Vichy, Fonds Marcel Ray, R. Jou (...)
  • 52 Lettre de Francis Jourdain à Ray, 23 avril 1914, Médiathèque de la ville de Vichy, Fonds Marcel Ray (...)

28Quand il propose une traduction d’Adolf Loos au début des années 1910, Marcel Ray insiste tant sur la modernité de ses théories, à un moment où l’architecture connaît de fortes mutations (enseignement, type de construction, styles), que sur ses talents d’écriture. En outre, il y voit sans doute une opportunité pour son ami Francis Jourdain, qui ouvre en 1912 à Esbly-sur-Seine une entreprise d’ameublement d’intérieur appelé « Les ateliers modernes », puisqu’il le presse régulièrement de venir rendre visite à Loos50, lui-même architecte d’intérieur. De fait, la lecture des articles d’Adolf Loos dans les Cahiers convainc Francis Jourdain que Vienne est la capitale de la modernité, ainsi qu’il le dit à Marcel Ray le 17 avril 1913 : « Ici, on ne trouve à peu près rien en fait de quincaillerie moderne – Vienne doit en être riche – voulez-vous (Loos vous donnerait d’utiles indications) me faire envoyer un catalogue de quincaillerie moderne bon marché pour ameublement [sic]. À défaut de Loos, le bottin viennois nous renseignerait51 ». Surtout en avril 1914, Francis Jourdain s’engage à soutenir Adolf Loos pour qu’il obtienne une invitation à exposer au Salon d’Automne de Paris et sollicite Marcel Ray : « […] envoyez-moi dès que possible une petite fiche concernant les projets de Loos (expos au S.[alon] d’A.[utomne]), j’en parlerai à un prochain comité en même temps que de Kokoschka52 ». Si la Première Guerre mondiale fait échouer le projet, Loos expose au Salon d’automne en 1923 et 1930 et en devient sociétaire en 1926 – grâce, en partie, à l’entremise de Francis Jourdain et George Besson.

29Loos peut ainsi envisager son séjour à Paris en bénéficiant d’un certain soutien de connaissances nouées grâce aux traductions de Ray, qui a joué un rôle de tête de réseau : il retrouve Jourdain, Besson, sans doute Ray et Valery Larbaud. Pour autant, il ne recevra que deux commandes, la villa du couple Tzara à Montmartre (1927) et l’aménagement de la boutique Knize sur les Champs-Élysées (1928). Et Ray de déplorer dans une lettre de Noël 1930 à son ami George Besson un certain échec de l’introduction d’Adolf Loos en France tout en étant prêt à proposer de nouvelles traductions :

  • 53 Lettre de Ray à George Besson, Noël 1930, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson (...)

Depuis mon retour de Vienne, j’ai souvent voulu passer chez Crès et n’y suis pas arrivé. Je voulais proposer que Vient de Paraître garde une page ou deux pour le 60e anniversaire de Loos. Peut-être pourrait-on faire ça dans le numéro de Janvier ? J’ai de bonnes photos et quelques textes inédits. […] Le pauvre Loos […] aura eu une déception du côté français. Personne n’a voulu s’intéresser à lui. Même au P.[etit] J.[ournal] je n’ai pu faire passer qu’un portrait et 20 lignes53.

  • 54 Lettre de Simon Lévy à Adolf Loos, 4 mai 1920, Bibliothèque de la mairie de Vienne, Fonds Adolf Loo (...)
  • 55 Lettre de Le Corbusier à Auguste Perret, 27 novembre 1913, Paris, Fondation Le Corbusier, E1‐11‐86.

30Si Loos ne construit guère à Paris lors de son installation, ses positions, et tout particulièrement l’essai « Ornement et Crime », connaissent toutefois un certain retentissement grâce aux traductions de Marcel Ray. De nouvelles traductions semblent avoir été un temps envisagées par la NRF en 1920. Ainsi Simon Lévy contacte Adolf Loos de la part d’André Lhote, pour lui demander, après l’avoir « lu avec intérêt dans les Cahiers d’Aujourd’hui54 », l’envoi d’écrits en allemand au directeur de la revue, Jacques Rivière, qui devait se charger personnellement de la traduction. Mais le projet échoue finalement et seules les traductions de Ray circulent. Leur reprise dans diverses revues révèle toute l’importance du travail du traducteur pour la communauté des architectes en France. Ainsi le jeune Le Corbusier réédite en 1920 dans son intégralité « Ornement et Crime » dans la traduction de Marcel Ray – sans pour autant le citer – dans le deuxième numéro de la revue qu’il dirige avec le poète Paul Dermée et le peintre Amédée Ozenfant L’esprit nouveau. Revue internationale d’esthétique. Il avait lu l’essai dès 1913 dans Les cahiers d’aujourd’hui grâce à son maître Auguste Perret qui le lui avait envoyé, comme en témoigne la lettre datée du 27 novembre 1913 : « Les articles de Loos sont si bien, me plaisent tant, que j’ai voulu les conserver. […] Il ne me reste plus qu’à vous remercier […]. Je me cacherai dorénavant, souvent, derrière Loos, que j’enverrai en missionnaire prêcher la bonne nouvelle55 ».

  • 56 Lettres E2-9-71, E2-9-72, E2-9-73, Paris, Fondation Le Corbusier.
  • 57 Lettre manuscrite d’Elsie Altmann-Loos, non datée, A2-15-194, Paris, Fondation Le Corbusier.
  • 58 Charles-Edouard Jeanneret, « Le renouveau dans l’architecture », L’œuvre. Organe officiel de la Féd (...)

31Plusieurs lettres à la fondation Le Corbusier qui portent sur des demandes de documents graphiques56 indiquent que l’architecte envisageait de publier d’autres textes d’Adolf Loos dans L’esprit nouveau. Dans son introduction à la traduction d’« Ornement et Crime », Le Corbusier s’engage d’ailleurs à faire paraître deux autres textes de Loos : si l’un est une des traductions de Ray, l’autre est l’essai « Der Handwerker » envoyé par la femme de Loos, Elsie Altmann57. Mais aucun des deux n’est finalement publié et les éléments explicatifs manquent. Peut-être Adolf Loos a-t-il tardé à répondre ; peut-être le calendrier de la revue ne coïncidait-il pas avec des démarches de traduction relativement longues. La complexité des relations entre les deux architectes a sans doute joué tout autant, Le Corbusier ayant déjà emprunté certaines formules d’Adolf Loos dans ses écrits de 1914 publiés dans la revue suisse L’œuvre. Le Corbusier clôt son article par « un lac dans les Alpes. Le ciel bleu, l’eau verte, tout est calme et pur58 », soit la réplique quasi littérale du début du texte de Loos : « Puis-je vous mener jusque sur les rivages d’un lac de montagne ? Le ciel est bleu, l’eau verte, et tout repose dans une profonde paix ». La traduction française de cet essai, sous la plume de Ray, était parue en décembre 1912 dans Les cahiers d’aujourd’hui sous le titre « L’architecture et le style moderne » : le texte était donc connu de l’architecte suisse.

32Mais les traductions de Ray seront également reprises par d’autres revues entre 1923 et 1930, notamment les revues spécialisées en architecture. Ainsi, la revue L’architecture vivante fondée en 1923 par Jean Badovici republie « L’architecture et le style moderne » et « Ornement et Crime » en 1923 et en 1926. Si les textes sont fidèles à la traduction de Marcel Ray, ils ont été largement réduits par les éditeurs et le nom de Ray qui accompagne celui de Loos dans les Cahiers d’aujourd’hui a disparu. Ce ne sont ni le traducteur ni la prose littéraire de l’architecte qui sont mis en avant, mais bien les théories présentées. Les coupes opérées par les éditeurs sont particulièrement significatives pour la version d’« Ornement et Crime », parue en 1926 dans L’architecture vivante, tendant à rabattre les propos de Loos sur la formule lapidaire qui passera à la postérité « l’ornement est un crime ». Pour « L’architecture et le style moderne », les coupes sont moins importantes et ne modifient guère le propos initial : la même version paraît en 1923 dans L’architecture vivante puis dans L’architecture d’aujourd’hui fondé en 1930 par André Bloc.

  • 59 Lada Hubatová-Vacková, Silent revolutions in ornament: studies in applied arts and crafts from 1880 (...)
  • 60 « Ich habe aber damit niemals gemeint, was die Puristen ad absurdum getrieben haben, dass das Ornam (...)
  • 61 Id., « Ornament und Verbrechen (1908) » et « Architektur (1910) », ibid., p. 364 et p. 393.
  • 62 Id., « Le style et l’architecture moderne », traduction de Marcel Ray, Les cahiers d’aujourd’hui 2, (...)
  • 63 Id., « Ornement et crime », traduction de Marcel Ray, Les cahiers d’aujourd’hui 5, juin 1913, p. 24 (...)

33Loos a pourtant regretté cette lecture radicale de son texte « Ornement et Crime » et il s’en explique en 1924 dans un article intitulé « Ornement et éducation », publié dans le journal tchèque Nas Smer. Alors que les éditeurs attendaient une nouvelle diatribe contre l’ornement59, il souligne son attachement à un certain traditionalisme et son goût pour l’ornement classique. Contrairement aux « puristes60 » dans lesquels il ne se reconnaît pas, il ne réclame pas l’abolition de l’ornement et sa destruction quand il existe, mais prophétise plutôt sa disparition progressive et inéluctable dans les constructions modernes. Loos n’emploie d’ailleurs plus le verbe entfernen comme dans « Ornement et crime » mais plutôt verschwinden. Marcel Ray avait à l’évidence compris la position de Loos dès 1912 puisque ses traductions tant de « L’architecture et le style moderne » que d’« Ornement et crime » portent les verbes « diminuer » et « disparaître ». La formulation allemande de Loos, « Evolution der Kultur ist gleichbedeutend mit dem Entfernen des Ornamentes aus dem Gebrauchsgegenstande61 », devient sous sa plume « […] à mesure que la culture se développe, l’importance de l’ornement diminue62 », et « à mesure que la culture se développe, l’ornement disparaît des objets usuels63 ». Si ces phrases traduites par Ray sont gardées sous cette forme dans les rééditions entre 1920 et 1926 dans les revues françaises, leur analyse tend à en gommer les nuances.

  • 64 La traduction de Cornelius Heim reprend les références culturelles choisies par Loos dans l’ensembl (...)

34Avec les republications dans des revues d’architecture majeures, les théories de Loos sont érigées en modèle pour les jeunes architectes des années 1920 et ce dernier fait figure de précurseur de l’architecture moderne. Les versions d’« Ornement et crime » et de « L’architecture et le style moderne » de Marcel Ray y sont reprises, le plus souvent dans une version réduite centrée sur les seules parties traitant de l’architecture. Ces textes continueront d’ailleurs à circuler en France jusqu’en 1979, date de la parution du recueil Paroles dans le vide aux éditions du Champ Libre, qui propose une nouvelle traduction des textes de Loos par Cornelius Heim, responsable de la Bibliothèque de philosophie aux éditions Gallimard64. Les éditions du Champ Libre, fondées en 1969 par Gérard Lebovici et clairement orientées à gauche, publient dans un premier temps des textes radicaux avant de se spécialiser dans les écrits théoriques artistiques. Dans une lettre adressée à Elisabeth Lebovici en 1986, le théoricien Guy Debord, qui participe un temps aux activités de cette maison d’édition, classe le texte d’Adolf Loos dans la section « L’avant-garde russe et le dadaïsme ».

35Le traducteur Marcel Ray, même si son nom n’est pas toujours mentionné, a participé à la construction d’un classique de l’architecture. Plus encore, il inscrit une antériorité française dans cette construction puisque les traductions françaises ont été précoces, voire antérieures aux publications en langue originale dans les pays germanophones. Ainsi, l’essai « Ornement et crime » n’est publié en allemand qu’en 1929 dans les journaux Die Frankfurter Zeitung et Prager Tagblatt. Mais Marcel Ray a également œuvré à cette antériorité française pour les éditions en langue originale : alors que la maison d’édition Georges Crès & Cie publie en France en langue allemande le recueil Paroles dans le vide (Ins Leere gesprochen) d’Adolf Loos dès 1921, ce même premier recueil ne paraît à Vienne qu’en 1931 aux éditions Brenner.

*

  • 65 Il travaille tout d’abord, en 1932, aux côtés d’Edouard Herriot alors président du Conseil et minis (...)

36Marcel Ray illustre une figure singulière de traducteur, celle d’un traducteur occasionnel dans une carrière complexe de professeur, journaliste puis diplomate à partir des années 193065. À ses traductions publiées de l’allemand au français s’ajoutent quelques projets avortés de traduction de l’anglais au français et la participation à la traduction de l’italien au français du livre du diplomate Carlo Sforza, L’énigme chinoise, paru aux éditions Payot en 1928. Son activité de traducteur correspond ainsi pour l’essentiel aux bornes chronologiques de l’aventure éditoriale des Cahiers d’aujourd’hui et de son séjour viennois – deux traductions sont publiées après son retour en 1922. Si les archives consultées ne livrent pas de réelle explication à cette « coïncidence », elles soulignent l’importance des réseaux amicaux et professionnels auxquels il a appartenu et qu’il s’est attaché à croiser ou mettre en relation par la traduction. L’amitié à l’égard des membres de la revue des Cahiers et de ses collègues à Vienne est sans doute un facteur explicatif de cette activité occasionnelle d’autant qu’a priori il n’a pas été rémunéré. Mais Marcel Ray en retire des avantages en termes de notoriété : côté français, il s’impose comme le contributeur important d’une revue et, côté autrichien, il y gagne en reconnaissance auprès d’un cercle de penseurs qui comptent dans le paysage intellectuel de l’Autriche d’alors. Enfin, son intérêt pour l’Autriche semble une constante de sa carrière puisqu’il y retourne lorsqu’il reprend service au ministère des affaires étrangères, après s’en être volontairement retiré pendant la guerre, en tant que chef du service de Presse de la France à Vienne entre 1946 et 1949.

37Mais au-delà du personnage difficile à saisir, les traductions de Marcel Ray dans Les cahiers d’aujourd’hui ont contribué à introduire en France un certain nombre d’auteurs viennois dont les textes étaient jusqu’alors inédits. Ce n’était sans doute pas au départ l’objectif de l’équipe éditoriale puisque les textes demandés par Besson concernaient plutôt l’Allemagne dans le contexte de la Belle époque. Les traductions de Ray inaugurent ainsi un intérêt pour ce groupe de Viennois quasiment inconnus en France. Karl Kraus est ensuite traduit par Germaine Goblot et invité à plusieurs reprises entre 1925 et 1926 par les germanistes Charles Andler et Charles Schweitzer qui le soutiennent pour obtenir le prix Nobel de littérature. Egon Wellesz publie d’autres articles sur son maître Arnold Schönberg dans la Revue musicale et un festival Schönberg est organisé à Paris en 1927 par la Société musicale indépendante (SMI).

  • 66 Christophe Laurent, « Quand Auguste Perret définissait l’architecture moderne au xxe siècle », Revu (...)

38L’analyse vaut plus encore pour les traductions de Loos par Marcel Ray : leur importance est soulignée par leurs rééditions régulières, et cette reconnaissance du traducteur, même occasionnel, est affirmée dans les Cahiers avec la publication à trois reprises d’Adolf Loos. Marcel Ray participe à la création de représentations de l’architecte et de son œuvre notamment avec la première version textuelle d’« Ornement et crime » qui n’était encore qu’une conférence entre 1908 et 1913. La communauté des architectes d’alors s’en saisit et les discute abondamment. Auguste Perret en témoigne dans son texte Le style sans ornements dont une partie est publiée dans la revue Montjoie ! au printemps 1914 sous le titre « Où en sont les architectes66 ? » : de très nombreux passages rappellent d’ailleurs le style oral d’« Ornement et crime » reproduit par Ray. D’autres encore, de jeunes architectes comme Francis Jourdain ou Le Corbusier, vont ériger « Ornement et crime » en manifeste de la nouvelle architecture.

  • 67 Adolf Loos, « Art et Architecture », traduction de Claire Goll, Action. Cahier de philosophie et d’ (...)
  • 68 Traduction en croate en 1921 dans une revue Savremerik par un traducteur inconnu ; en italien en ja (...)
  • 69 Lettre de Marcel Ray à George Besson, 21 septembre 1927. Bibliothèque de la ville de Besançon, Fond (...)
  • 70 Discours pour l’inauguration de l’exposition d’architecture et d’urbanisme, discours fait par Marce (...)

39Ce sont en effet les traductions de Ray dans Les cahiers d’aujourd’hui qui sont mentionnées par ces architectes et non les autres traductions d’Adolf Loos publiées de son vivant67 issues de réseaux différents. Mais entre la traduction française de Ray en 1913 et ses republications, il faut attendre quasiment dix ans pour que les architectes s’en emparent réellement et qu’il soit traduit dans d’autres langues68 – la Première Guerre mondiale en est, il est vrai, un élément d’explication. L’architecture est d’ailleurs le seul champ sur lequel Marcel Ray reviendra après le temps des Cahiers d’aujourd’hui en réaffirmant l’antériorité de Loos dans les théories de l’architecture moderne. Ainsi, en septembre 1927, il ne craint pas de critiquer le projet de Le Corbusier pour le Mundaneum à Genève « naturellement plagié de Loos69 ». De même, alors qu’il est en poste à Vienne après la Seconde Guerre mondiale, Marcel Ray rappelle combien Adolf Loos ainsi qu’Otto Wagner et Josef Hoffmann ont été précurseurs dans la « révolution des conditions de la vie humaine70 » dans son discours inaugural de l’exposition d’architecture et d’urbanisme organisée par la France.

40Par ses traductions, Marcel Ray a participé à la création d’un classique pour l’histoire de l’architecture moderne comme en témoignent les nombreuses références à « Ornement et crime » du vivant de Loos puis après sa mort. Les théories de l’architecte sont devenues d’abord une référence de l’architecture moderne puis une référence du postmodernisme tant en France qu’en Europe et dans le monde.

Haut de page

Notes

1 Valery Larbaud et Marcel Ray, Correspondance : 1899-1937, préface de Françoise Lioure, Paris, Gallimard, 1979.

2 J’ai dépouillé le fonds Marcel Ray déposé par son ancienne secrétaire Rachel Gayman (qui se fait appeler Hélène Rachel durant la Seconde Guerre mondiale) à la médiathèque de la ville de Vichy en 1969. Il contient 3 volumes de manuscrits et un ensemble de lettres, mais une partie des documents personnels a été détruite en 1943 à Paris. Hormis la correspondance avec Larbaud publié en 1979, ce fonds n’a fait l’objet d’aucune étude. J’ai également consulté les fonds de Valery Larbaud et de Charles-Louis Philippe conservés dans cette même médiathèque. Les fonds George Besson à la bibliothèque de la ville de Besançon et Adolf Loos à la bibliothèque de la mairie de Vienne sont venus compléter mon analyse.

3 Lettre d’Henri Wallon à Marcel Ray, 22 octobre 1898, Médiathèque de la ville de Vichy, Fonds Marcel Ray, R. Wal 3.

4 Béatrice Mousli, Valery Larbaud, Paris, Flammarion, 1998.

5 Lettre de Charles Andler à Marcel Ray, 21 juillet 1911, Médiathèque de la ville de Vichy, Fonds Marcel Ray, R. And 1.

6 Michel Espagne et Michael Werner, Histoire des études germaniques en France. 1900-1970, Paris, CNRS, 1994.

7 Lettre de Francis Jourdain à Marcel Ray, 11 mars 1913, Médiathèque de la ville de Vichy, Fonds Marcel Ray, R. Jou 20.

8 Lettres de Francis Jourdain à Marcel Ray, 29 juin 1912 et 8 juillet 1912, Médiathèque de la ville de Vichy, Fonds Marcel Ray, R. Jou 10 – R. Jou 13.

9 Chantal Duverget, Pierre Daix, Alain Girard, Sophie Bernard et Valérie Pugin, George Besson, 1882-1971. Itinéraire d’un passeur d’art, Paris, Somogy, 2012.

10 Léon-Paul Fargue, Sous la lampe, Paris, Gallimard, 1963, p. 265.

11 Valery Larbaud et Marcel Ray, op. cit. Lettre de Ray à Larbaud de Berlin le vendredi 13 septembre 1912, p. 198.

12 Lettre de Marcel Ray à George Besson, 27 février 1914, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638.1769.2 : « une revue qui ne paye pas ses collaborateurs a quelque fois un peu de mal à les recruter ».

13 Léon Werth, « 1912-1920 », Les cahiers d’aujourd’hui 1 (n. s.), novembre 1920, (p. 1-6), p. 1.

14 Léon Werth, « Notes », Les cahiers d’aujourd’hui 8, décembre 1913, p. 1. Conférence donnée au Salon d’Automne le 9 décembre 1913.

15 Deborah Holmes, Langeweile ist Gift. Das Leben der Eugenie Schwarzwald, Salzbourg, Residenz Verlag, 2012.

16 Jahresbericht der Schulanstalten der Frau Dr. Phil. Eugenie Schwarzwald in Wien, Schuljahre 1912/1913, p. 102-103.

17 Lettre de Marcel Ray à Besson, 29 octobre 1912, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638.1766.

18 Valery Larbaud et Marcel Ray, op. cit. Lettre de Ray à Larbaud de Vienne le 25 octobre 1912 signée par Marcel Ray, K. Michaelis, Schwarzwald et Egon Wellesz lors d’un « dîner littéraire », p. 200.

19 Éliane Kaufholz-Messmer, Karl Kraus, Paris, Éditions de L’Herne, 1975, p. 13.

20 Landesschulrat an Ministerium, 19 novembre 1912 (Z.432), cité dans Deborah Holmes, op. cit., p. 181.

21 Lettre de Marcel Ray à Besson, 29 octobre 1912, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638.1766.

22 George Besson, « Le règne de la Hyène », Les cahiers d’aujourd’hui 1, octobre 1912, (p. 48-52).

23 Lettre de Ray à Besson, 29 octobre 1912, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638.1766.

24 Valery Larbaud et Marcel Ray, op. cit., p. 207-208. Lettre du 30 décembre 1912 Ray à Larbaud.

25 Marcel Ray a publié deux articles en lien avec l’Allemagne : « Exégèse de quelques mots allemands », Les cahiers d’aujourd’hui 2, 1912, (p. 58-66), et « George Grosz », Les cahiers d’aujourd’hui 1 (n. s.), 1920, (p. 27-33).

26 Les traductions de l’allemand sont majoritaires dans la revue : on compte 10 textes de l’allemand au français (dont un texte de Carl Sternheim traduit par Henri-Pierre Roché), 2 textes du norvégien Johan Bojer, 6 textes de l’espagnol Ramon Gomez de la Serna puis un texte de Walt Whitman, Maxime Gorki, Bernard Shaw, et de Karin Michaelis.

27 Adolf Loos, « Vom armen reichen Mann », Der Sturm 1, mars 1910, p. 4. Adolf Loos, « Über Architektur », Der Sturm 42, 15 décembre 1910, p. 8.

28 Extraits tirés du premier volume d’aphorismes Sprüche und Widersprüche, Die Fackel 272-273, 15 février 1909.

29 Extraits tirés de Wie ich es sehe, paru chez S. Fischer à Berlin en 1896.

30 Robert Hodonyi, Herwarth Waldens « Sturm » und die Architektur. Eine Analyse zur Konvergenz der Künste in der Berliner Moderne, Bielefeld, Aisthesis, 2010.

31 Carte postale de George Besson à Adolf Loos, 29 juillet 1913, Bibliothèque de la mairie de Vienne, Fonds Adolf Loos, ZPH 1442, 3.1.39 : « Your good article has given a great pleasure […] I wish same pages of Kraus and Altenberg for my next “Cahier”. Will you help me to have them ? Marcel Ray does not answer ». Les traductions des archives sont de l’auteure.

32 Lettre de Marcel Ray à George Besson, 27 février 1914, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638.1769.2.

33 Lettre de Marcel Ray à George Besson, 18 mars, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638.1771.

34 Lettre de Marcel Ray à George Besson, 18 mars, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638.1771 : « L’article de Karin Michaelis est sur le chantier ».

35 Valery Larbaud et Marcel Ray, op. cit., p. 200. Lettre de Ray à Larbaud, 25 octobre 1912 : « Oh, en ce moment je comprends qui vous êtes et je vous remercie mille fois pour Barnabooth, qui m’a énormément fait plaisir, Votre K. Michaelis. Mon cher Mr Barnabooth, je ne peux ouvrir votre livre sans devenir énormément gai – et c’est mon patron Schopenhauer qui a dit qu’on doit la plus grande gratitude à ceux qui nous font rire. Schwarzwald. »

36 Valery Larbaud et Marcel Ray, op. cit., p. 200. Lettre de Ray à Larbaud, 22 octobre 1912 : « […] Vous devriez envoyer à K. Michaelis […] un exemplaire de Fermina Marquez qu’elle ne connaît pas ».

37 Lettre de Marcel Ray à George Besson, 10 mai. Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638.1772 : « À propos du susdit, Wellesz va se rendre à Paris […] Ordre à vous, de par le roi, de bien accueillir Wellesz, qui est gentil mais parle mal français ; ordre de le présenter à Schmitt, de le mener voir la maison de Francis, etc. ».

38 Germaine Goblot, « Adolf Loos », La revue d’Allemagne et des pays de langue germanophone, 15 janvier 1931, p. 996.

39 Marc Lacheny, « Petite contribution à l’histoire des relations culturelles franco-autrichiennes au xxe siècle. Kraus et les germanistes français de son temps », in : Paul Sigurd Scheichl, Österreichisch-französische Kulturbeziehungen 1867-1938 = France-Autriche : leurs relations culturelles de 1867 à 1938, Innsbruck, Presses universitaires de Valenciennes, 2012, p. 210.

40 Germaine Goblot est la fille du philosophe des sciences Edmond Goblot (1858-1935), agrégée d’allemand en 1917, enseignante au lycée des Pontonniers à Strasbourg et au lycée des jeunes filles de Lyon-Saint-Juste après la guerre. Elle traduit des Aphorismes de Karl Kraus en 1938, 1947 et 1954 après avoir abandonné un projet de thèse sur son œuvre.

41 Lettre de Ray à Besson, 11 décembre 1912, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638.1767.

42 Lettre de Ray à Besson, 27 février 1914, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638.1769.2.

43 Otto Eckmann : artiste lié au Jugendstil allemand ; travaille pour la revue Pan à partir de 1895, conçoit la Eckmann-Stil, typographie pour l’usine AEG entre 1900 et 1902.

44 Adolf Loos, « Ornement et crime » traduction de Marcel Ray, Les cahiers d’aujourd’hui 5, 1913, p. 252.

45 Ibid., p. 256.

46 Composée après la défaite de 1870, cette chanson prête sa voix à un vieux soldat qui relate ses souvenirs de combat et souhaite une revanche. En 1917, elle est dédiée à Georges Clémenceau auquel fut attribué le surnom de « Père la Victoire ».

47 Egon Wellesz, « Arnold Schönberg », traduction de Marcel Ray, Les cahiers d’aujourd’hui 10, 1914, (p. 520-529). Egon Wellesz, « Les dernières œuvres d’Arnold Schönberg », traduction de Marcel Ray, Les cahiers d’aujourd’hui 6, 1921, (p. 286-296).

48 Lettre de Ray à Besson, 10 mai, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638.1772.

49 Lettre de Ray à Besson, 27 février 1914, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638.1769.2.

50 Lettres de Ray à Besson, 29 octobre 1913, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638.1768, et du 18 mars, Ms.Z.638.1771.

51 Lettre de Jourdain à Ray, 17 avril 1913, Médiathèque de la ville de Vichy, Fonds Marcel Ray, R. Jou 21.

52 Lettre de Francis Jourdain à Ray, 23 avril 1914, Médiathèque de la ville de Vichy, Fonds Marcel Ray, R. Jou 23.

53 Lettre de Ray à George Besson, Noël 1930, Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638.1798.

54 Lettre de Simon Lévy à Adolf Loos, 4 mai 1920, Bibliothèque de la mairie de Vienne, Fonds Adolf Loos, ZPH 1442, 3.1.301 : « Herr A. Lhote hat Ihre Artikel in dem Cahiers d’Aujourd’hui mit Interesse gelesen […] schicken Sie es einfach in deutscher Sprache an dem Direktor, Herrn Riviere, der dann das Übersetzen persönlich ausführen würde. »

55 Lettre de Le Corbusier à Auguste Perret, 27 novembre 1913, Paris, Fondation Le Corbusier, E1‐11‐86.

56 Lettres E2-9-71, E2-9-72, E2-9-73, Paris, Fondation Le Corbusier.

57 Lettre manuscrite d’Elsie Altmann-Loos, non datée, A2-15-194, Paris, Fondation Le Corbusier.

58 Charles-Edouard Jeanneret, « Le renouveau dans l’architecture », L’œuvre. Organe officiel de la Fédération des Architectes suisses et de l’Association suisse romande de l’art et de l’industrie 2, 1914.

59 Lada Hubatová-Vacková, Silent revolutions in ornament: studies in applied arts and crafts from 1880-1930, Prague, Academy of Arts, Architecture and Design, 2011, p. 222.

60 « Ich habe aber damit niemals gemeint, was die Puristen ad absurdum getrieben haben, dass das Ornament systematisch und konsequent abzuschaffen sei. », Adolf Loos, « Ornament und Erziehung (1924) », in : Id., Gesammelte Schriften, Vienne, Lesethek, 2010, p. 601.

61 Id., « Ornament und Verbrechen (1908) » et « Architektur (1910) », ibid., p. 364 et p. 393.

62 Id., « Le style et l’architecture moderne », traduction de Marcel Ray, Les cahiers d’aujourd’hui 2, décembre 1912, p. 84.

63 Id., « Ornement et crime », traduction de Marcel Ray, Les cahiers d’aujourd’hui 5, juin 1913, p. 248.

64 La traduction de Cornelius Heim reprend les références culturelles choisies par Loos dans l’ensemble de ses textes et propose une traduction intégrale des textes de Loos alors que Ray a pu remplacer certaines références employées par l’architecte tout en supprimant des passages du texte original comme dans « L’architecture et le style moderne » et « Ornement et Crime ». Dans ce dernier essai, Heim propose « expulsion » pour le verbe entfernen et adopte un point de vue plus littéral que Ray.

65 Il travaille tout d’abord, en 1932, aux côtés d’Edouard Herriot alors président du Conseil et ministre des Affaires étrangères. Puis, entre 1932 et 1934, il devient président de la Commission européenne du Danube à Galaţi (Roumanie), une organisation intergouvernementale de coopération pour la navigation sur le Danube, avant d’être nommé ministre plénipotentiaire à Tirana jusqu’en 1935, à Bangkok, puis au Siam.

66 Christophe Laurent, « Quand Auguste Perret définissait l’architecture moderne au xxe siècle », Revue de l’Art 121, 1998, (p. 61-78).

67 Adolf Loos, « Art et Architecture », traduction de Claire Goll, Action. Cahier de philosophie et d’art 5, octobre 1920, (p. 38-39). Adolf Loos, « Règles pour celui qui construit dans la montagne » et « Céramique », traduction de Germaine Goblot, La revue d’Allemagne et des pays de langue germanique, 15 janvier 1931. Adolf Loos, « Le maître-sellier » (extraits), « Céramique » (extraits) et « Les oreilles de Beethoven » (extraits), traduction de Stéphanie Chandler, La cité. Revue mensuelle belge d’architecture, d’urbanisme et d’art public 11, juillet 1931, (p. 135-142).

68 Traduction en croate en 1921 dans une revue Savremerik par un traducteur inconnu ; en italien en janvier 1934 dans Casabella par son élève Giuseppe de Finetti ; projet en 1932 d’une traduction en anglais par son ami Freidrich Kiesler.

69 Lettre de Marcel Ray à George Besson, 21 septembre 1927. Bibliothèque de la ville de Besançon, Fonds George Besson, Ms.Z.638.1796.

70 Discours pour l’inauguration de l’exposition d’architecture et d’urbanisme, discours fait par Marcel Ray en Autriche en présence de Le Corbusier. Médiathèque de la ville de Vichy, fonds Marcel Ray, Ray, RMSSI 65-68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Poulot, « Marcel Ray, traducteur et « passeur » d’Adolf Loos en France,ou la construction d’un classique international en histoire de l’architecture »Revue germanique internationale, 32 | 2020, 77-92.

Référence électronique

Cécile Poulot, « Marcel Ray, traducteur et « passeur » d’Adolf Loos en France,ou la construction d’un classique international en histoire de l’architecture »Revue germanique internationale [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2567 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2567

Haut de page

Auteur

Cécile Poulot

Cécile Poulot est doctorante en cotutelle à l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle en études germaniques et à l’Università della Svizzera italiana en histoire de l’architecture. Son projet de thèse est actuellement intitulé : « Adolf Loos dans l’Europe de l’entre-deux-guerres : diffusion, transferts et réseaux ».

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search