Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Autour des traductions de L’arte ...

Autour des traductions de L’arte moderna de Giulio Carlo Argan. Dynamiques de circulation et resémantisations éditoriales d’un « libro di cultura »

Myriam Metayer et Adriana Sotropa
p. 131-142

Résumés

Si L’arte moderna de Giulio Carlo Argan (1909-1992) a largement été analysé, ses traductions n’ont pas encore fait l’objet d’un intérêt spécifique. Cet article se propose de saisir les modalités de passage de cet ouvrage dans différents contextes. L’on se penchera d’abord sur les éditions publiées en Espagne (1975-1976) et en Roumanie (1982) puis, tout en considérant les trajectoires de traduction à l’échelle globale, nous aborderons l’édition française (1992). Représentatives de deux périodes clés de la réception du livre, ces publications offrent plusieurs exemples de resémantisation à même de questionner la circulation des savoirs sur l’art dans leur matérialité, qu’il s’agisse d’une dynamique importatrice ou exportatrice. La comparaison, selon une approche sémiologique, de ces différents objets-livres permettra également d’identifier comment le projet éditorial initial a été adapté, autant en termes matériels qu’idéologiques.

Haut de page

Texte intégral

Nous adressons nos remerciements à Françoise Felce, Jeanne Mettra, Marc Perelman et Philippe Piguet pour les précieux entretiens qu’ils nous ont accordés. Nous témoignons de toute notre gratitude à Irene Baldriga pour son aide et son soutien. Nos remerciements les plus chaleureux vont à Claudio Gamba pour nous avoir gracieusement communiqué des documents inédits issus des archives privées d’Argan. Enfin, nous adressons nos vifs remerciements à Paola Argan.

  • 2 On pense en particulier aux travaux de Gisèle Sapiro, dont nous signalons, pour les problématiques (...)
  • 3 La multiplicité des sous-titres, qui ont évolué à chacune des trois éditions canoniques, nous invit (...)

1La circulation transnationale des savoirs doit beaucoup à la chaîne de production des livres, au sein de laquelle la traduction est un phénomène complexe dont les différentes étapes dépassent le cadre linguistique. Le passage d’un texte d’une langue à une autre entraîne la publication d’un nouveau livre, produit d’un ensemble d’opérations qui reconfigurent l’édition source. Depuis plusieurs années, la sociologie historique2, associée aux transferts culturels, a mis en évidence l’évolution des dynamiques culturelles et des facteurs idéologiques et commerciaux de ce processus. Celui-ci n’a cependant guère été questionné au regard de l’historiographie de l’art de la deuxième moitié du xxe siècle, période au cours de laquelle les éditeurs ont porté une attention particulière au dialogue entre texte et image ainsi qu’à la forme du support médiatique de l’écrit, imposant peu ou prou un modèle éditorial aux traductions d’un même texte. À cet égard, l’histoire éditoriale des traductions de L’arte moderna3 de Giulio Carlo Argan (1909-1992) offre un cas d’étude paradigmatique pour qui souhaite interroger les dynamiques récentes de la circulation des savoirs sur l’art.

  • 4 Jean-Miguel Pire, « Introduction », in : Claudio Gamba, Annick Lemoine et Jean-Miguel Pire (éd.), A (...)

2Argan est une figure majeure de l’histoire et de la critique d’art en Italie. Professeur d’histoire de l’art moderne d’abord à l’université de Palerme, de 1955 à 1959, puis à partir de cette date, à l’université de Rome La Sapienza, son parcours intellectuel se développe aussi en dehors de la sphère universitaire, dans des domaines culturels très variés. De 1933 à 1955, il assure l’intendance de plusieurs musées, à Turin, à Modène puis à Rome, au titre de fonctionnaire auprès de la Direction générale des Beaux-Arts. Après la Seconde Guerre mondiale, il participe aux débats sur l’art de son temps et joue un rôle de premier plan au sein de l’Association Internationale des Critiques d’Art (AICA) qu’il préside de 1963 à 1966. Argan incarne la figure même de l’historien engagé. Sa conception savante de l’histoire de l’art, qui le porte à considérer les liens entre l’art antique, l’art de la Renaissance et l’art des avant-gardes, se double d’un engagement public et politique dont le point d’orgue est la fonction de maire de Rome qu’il assure entre 1976 et 1979. La pensée qu’il développe tout au long de sa carrière est à considérer à la lumière de cet engagement. En effet, formé à l’université de Turin auprès de Lionello Venturi (1885-1961), Argan se détache, dès ses premiers articles publiés en 1930, du formalisme pour interroger les rapports entre art et société. Pour Argan, l’inspiration poétique de l’artiste n’est pas indépendante du contexte culturel, sociologique et historique. Une telle conception l’engage, comme l’a récemment mis en évidence Jean-Miguel Pire, à concevoir « l’accès de tous les savoirs sur l’art comme l’une des clés du combat démocratique4 ». En 1954, Argan est invité par Federico Gentile, directeur de la maison d’édition Sansoni, à rédiger un manuel d’histoire de l’art, genre éditorial particulièrement bien établi en Italie depuis la réforme Gentile qui, en 1923, avait introduit l’enseignement de cette discipline dans les lycées classiques. Le projet aboutit avec la publication, entre 1968 et 1970, des trois volumes de Storia dell’arte italiana, suivis d’un quatrième intitulé L’arte moderna 1770/1970. Loin de constituer une compilation de connaissances et de données historiques, ces quatre ouvrages sont, à bien des égards, l’un des témoignages directs de la pensée arganienne de l’art.

  • 5 Laura Novati, « Vent’anni di storia e di arte », Giornale della libreria 10, 1991, (p. 17). Sauf me (...)
  • 6 Programme de l’enseignement de l’histoire de l’art dans les lycées classiques italiens émanant de l (...)
  • 7 Arte moderna, Edizioni Corriere della Sera, 1990 ; Storia dell’arte italiana, Edizioni Corriere del (...)
  • 8 Pierre Restany, « Giulio Carlo Argan, uomo del suo tempo », D’Ars 137, automne 1992, p. 7.

3En ce sens, il n’est pas anodin qu’en 1991, à l’occasion d’un article revenant sur la fortune de Storia dell’arte italiana, Laura Novati, philologue et traductrice, ait souligné un fait notable pour un manuel proposant une lecture d’ensemble de l’histoire de l’art en Italie : celui d’avoir fait l’objet « de nombreuses traductions (français, espagnol, russe, serbo-croate, portugais)5 ». Bien que L’arte moderna ne soit pas exclusivement consacré à l’art en Italie, cette assertion concerne de près l’ouvrage. Toutefois, pour bien en comprendre les implications, il faut d’abord mesurer les enjeux des deux livres dans leur contexte national. En effet, l’ensemble éditorial qu’ils constituent a, depuis sa parution, fait l’objet, en Italie, de multiples rééditions, et la diversité même de leurs formats témoigne de son incontestable notoriété. D’abord conçus dans la continuité du programme ministériel de l’enseignement de l’histoire de l’art dans les lycées6, les volumes trouvèrent rapidement leur place auprès des étudiants dans le contexte universitaire de la fin des années 1960. Le format fut maintes fois refondu, allant jusqu’à la publication sous forme de fascicules, en supplément du quotidien Il Corriere della Sera (1990)7. Dépassant le cercle de diffusion scolaire, ce dispositif médiatique le faisait entrer, pour citer sans crainte d’exagération Pierre Restany, « dans des millions de maisons italiennes8 ».

  • 9 On se rapportera en particulier à : Claudio Stoppani, « La “Storia dell’arte italiana”… », op. cit.(...)
  • 10 « Come nasce un successo, intervista a Giulio Carlo Argan », Giornale della libreria 10, 1991, (p.  (...)
  • 11 Sur ce point, voir : Claudio Gamba, Annick Lemoine et Jean-Miguel Pire (éd.), op. cit., 2014.

4Les raisons de ce succès, qui ont fait l’objet d’analyses détaillées9, tiennent en particulier à la nature du projet éditorial. Storia dell’arte italiana et L’arte moderna occupent une place à part parmi les manuels d’histoire de l’art. En effet, le cadre théorique et la force narrative confèrent sa singularité à l’ensemble qu’Argan avait envisagé, selon son propre témoignage, comme « un libro di cultura per la scuola10 ». Cette expression recouvre plusieurs aspects. Tout d’abord, les deux titres rejoignent à certains égards la forme narrative de l’essai. De plus, prenant ses distances avec l’esthétique crocienne et la théorie de la pure visibilité, qui prédominaient dans les manuels d’histoire de l’art italiens, Argan produit une histoire de l’art élevée au rang de l’histoire de la culture et des idées. Enfin, aboutissements d’une réflexion critique, Storia dell’arte italiana et L’arte moderna se font porteurs d’une conscience non seulement artistique mais aussi civique, exprimée à travers sa conviction que l’historien de l’art est une figure engagée dans la société de son temps11.

  • 12 La dynamique de traduction des écrits d’Argan a, jusqu’à présent, suscité peu d’études. Relevons : (...)

5Storia dell’arte italiana et L’arte moderna ont principalement été étudiés du point de vue de l’institutionnalisation de l’enseignement scolaire de l’histoire de l’art et de l’ancrage, en Italie, du genre éditorial du manuel d’histoire de l’art. Peu prises en considération – l’attention portée par Laura Novati est assez rare pour être soulignée –, les traductions offrent un autre éclairage sur la nature du projet éditorial initial et les enjeux de sa diffusion internationale12. D’abord paru sous le titre complet L’arte moderna 1770/1970, ce quatrième volume ouvrait le récit de l’histoire de l’art italien aux problématiques artistiques contemporaines et internationales. En effet, l’étude de l’art moderne et mondial s’inscrivait, pour la première fois dans un manuel, dans le prolongement d’une histoire tendant à promouvoir l’idée de l’existence d’une unité artistique et culturelle propre à la péninsule italienne : deux récits unifiés dans un dispositif éditorial matériellement cohérent.

6Une vue d’ensemble des traductions met néanmoins en évidence un processus de publication dans lequel l’articulation des deux perspectives, nationale et internationale, ne trouve plus sa place. Elle invite aussi à nuancer le propos de Laura Novati qui, en confondant les deux ouvrages, prêtait à Storia dell’arte italiana des traductions en français et en serbo-croate alors que ce titre fut seulement traduit à trois reprises, d’abord en espagnol dans une version partielle (Madrid, Akal, 1987), puis en russe (Moscou, Raduga, 1990) et en portugais (São Paulo, Cosac & Naify, 2003). L’arte moderna 1770/1970 a, quant à lui, été traduit en espagnol (Valence, Torres Editor, 1975), en roumain (Bucarest, Meridiane, 1982) et en russe (Moscou, Iskusstvo, 1999). Une autre vague de traductions prend appui sur la réédition de 1988, intitulée L’arte moderna. Dall’illuminismo ai movimenti contemporanei. Il s’agit des traductions en espagnol (Madrid, Akal, 1991), français (Paris, Bordas, 1992), portugais (São Paulo, Companhia das Letras, 1992) et grec (Héraklion, Publications Universitaires de Crète, 1998). Une dernière vague, composée d’une nouvelle traduction en grec (Héraklion, Publications Universitaires de Crète, 2014) et d’une traduction en serbe (Belgrade, Clio, 2006), repose sur L’arte moderna 1770-1970 / L’arte oltre il Duemila, l’édition italienne de 2002.

  • 13 Giulio Carlo Argan, Walter Gropius e la Bauhaus, Torino, Einaudi, 1951. Depuis 1957, ce titre a été (...)
  • 14 Giulio Carlo Argan, L’arte moderna 1770/1970, Firenze, Sansoni, 1970, p. IX.

7L’ouverture géographique de L’arte moderna, dans lequel sont abordés les enjeux artistiques, culturels et sociétaux de l’Europe contemporaine, ne suffit pas à expliquer la diffusion large du titre, qui reste à ce jour le plus traduit des écrits d’Argan, après la monographie que celui-ci consacra en 1951 à Walter Gropius13. De l’espace linguistique aux liens qu’Argan noua au cours de sa carrière, plusieurs facteurs conjoncturels sont à prendre en considération. Un autre aspect est à souligner : la conception matérielle du projet éditorial de départ et la valeur que revêtaient ses déclinaisons dans les contextes de traduction. L’édition originale de L’arte moderna repose en effet sur deux niveaux de discours mis en évidence par le paratexte. Les chapitres dédiés à la contextualisation historique et à l’analyse critique, sur pages blanches, alternent avec des chapitres dédiés aux commentaires d’œuvres, identifiables aux pages de couleur jaune. Ce dispositif seconde l’enjeu critique explicitement formulé par Argan dès l’avertissement situé au début de l’ouvrage : il s’agissait de montrer comment les « arts visuels ont concouru à former l’idéologie et le système culturel de la société […]14 ». Ainsi, l’articulation entre aspiration didactique et approche historique trouvait sa continuité dans le support médiatique.

8Nous tenterons, dans les paragraphes qui suivent, de saisir comment les présupposés idéologiques et l’ambition pédagogique de L’arte moderna ont été reconfigurés au cours des deux premières vagues de traductions. Celles-ci offrent plusieurs exemples de resémantisation éditoriale, dont les signes s’observent notamment dans les interstices du paratexte – de la préface à l’habillage éditorial –, à même de questionner la circulation des savoirs sur l’art dans leur réalité matérielle, qu’il s’agisse d’une dynamique importatrice ou exportatrice. Ainsi, l’on se focalisera d’abord sur les traductions publiées en Espagne (1975-1976) et en Roumanie (1982). Issues de la première édition canonique de L’arte moderna, elles témoignent de l’actualité critique de la pensée d’Argan dans deux contextes linguistiques particuliers. Ensuite, à partir des traductions issues de la deuxième édition canonique nous amorcerons une réflexion sur les dynamiques de circulation du livre, une fois celui-ci devenu, en Italie, une référence incontournable de la discipline de l’histoire de l’art.

El arte moderno (1975-1976) : le projet initial d’Argan comme réponse engagée au contexte politique de l’Espagne

  • 15 Sur l’activité de Cerni, voir les travaux de Paula Barreiro López : « La Biennale de San Marino et (...)
  • 16 Le contrat, signé le 12 septembre 1973, entre Torres Editor et Sansoni stipule une publication avan (...)
  • 17 Voir Anacleto Ferrer, « Libros extraños. Entre el Tejerazo y el Tijeretazo: 30 años de libros de ar (...)

9On doit au critique d’art Vicente Aguilera Cerni (1920-2005), vainqueur en 1958 du Grand Prix de la Critique à la Biennale de Venise15, d’avoir introduit les idées de Giulio Carlo Argan en Espagne. Bien qu’il n’endosse pas le rôle de traducteur, assuré par Joaquín Espinosa Carbonell (1942-2016), il est l’initiateur de la traduction de L’arte moderna 1770/1970, premier ouvrage d’Argan à avoir été publié en Espagne. Préfacé par Aguilera Cerni, El arte moderno est édité en deux volumes, parus respectivement en 1975 et 1976, chez Fernando Torres Editor, maison d’édition installée à Valence en 197316. Spécialisée dans les livres d’art, de cinéma et de communication17, elle est dirigée par le beau-fils de Vicente Aguilera Cerni.

  • 18 Sur le contexte de ce premier contact, voir Alice Costantini, « Vicente Aguilera Cerni: relación co (...)
  • 19 Lettre de Aguilera Cerni à Argan, 30 juillet 1959. Sauf indication contraire, toutes les lettres me (...)
  • 20 Lettre de Aguilera Cerni à Sansoni Editore, 27 décembre 1968. L’édition partielle est finalement pu (...)
  • 21 Lettre de Diana Sears à Argan, 23 juin 1972.

10La traduction s’inscrit dans la continuité de nombreuses collaborations entre Argan et Aguilera Cerni, consolidées dans le contexte de l’Association Internationale de la Critique d’Art (AICA), et d’une amitié remontant à leur premier contact en mars 195918. Quelques mois seulement après leur rencontre, comme en témoigne une lettre datée du 30 juillet 1959, Aguilera Cerni fait part de son souhait de faire connaître les écrits d’Argan au public espagnol19. Il évoque notamment Studi e note paru à Rome en 1955. Malgré l’accord d’Argan, cette première tentative reste vaine. En décembre 1968, il s’adresse à Sansoni Editore afin d’acquérir les droits de Storia dell’arte italiana, dont Argan vient de lui adresser les volumes20. Enfin, une lettre du 23 juin 1972 mentionne les discussions entamées entre Fernando Torres et la maison d’édition Sansoni pour la publication, en deux volumes, de « Storia dell’arte moderna 1770/197021 ». De 1959 à l’édition de El arte moderno, il fallut donc plus de quinze années pour qu’Aguilera Cerni voie son projet aboutir.

  • 22 Voir Lydia Frasquet Bellver, « Ética desde da resistencia: El compromiso político de Vicente Aguile (...)

11La publication du premier volume de El arte moderno, en 1975, s’inscrit dans un contexte particulier. En effet, à la fin de la même année, l’engagement politique d’Aguilera Cerni le porte à accéder à la présidence du Partido Socialista Popular del País Valenciano (PSP-PV)22. Par ailleurs, le livre paraît quelque temps avant le passage de la dictature à la Transition démocratique, suite au décès de Franco le 20 novembre 1975. Un an plus tard, une lettre de Fernando Torres, dans laquelle celui-ci invite Argan à l’occasion de la réédition de El arte moderno, atteste du succès de la publication écoulée à 5 000 exemplaires. L’éditeur s’adresse à Argan en des termes qui explicitent la valeur symbolique qu’il accorde à la traduction espagnole :

  • 23 Lettre de Fernando Torres à Argan, 23 novembre 1976.

Pour ceux d’entre nous qui travaillons à cette édition, votre présence parmi nous sera une source de grande satisfaction, pour l’importance incontestable que votre visite aura pour nous tous qui luttons pour la réalisation de la culture et des libertés démocratiques pour ce pays.23

  • 24 Vicente Aguilera Cerni, « Prólogo », in : Giulio Carlo Argan, El arte moderno, Valencia, Torres Edi (...)
  • 25 Ibid., p. XVI.
  • 26 Ibid., p. XV.
  • 27 Ibid., p. XXI.
  • 28 Giulio Carlo Argan, L’arte moderna 1770/1970, p. 41.

12La démarche de l’éditeur renvoie au contenu de la préface d’Aguilera Cerni. En soulignant « le nerf idéologique inscrit dans les vents progressifs du conflit historique de notre contemporanéité24 », celui-ci y tient compte de la dimension sociologique de L’arte moderna. Il reconnaît dans le livre « bien plus qu’une “histoire” conventionnelle25 ». Il y observe sa capacité à pénétrer « la culture artistique espagnole26 » et le résultat « d’une expérience intellectuelle irremplaçable et même indispensable dans les conditions de notre contexte socioculturel27 ». Ces mots, sur lesquels se referme la préface, font distinctement écho à la pensée arganienne fondée sur l’idée que l’histoire de l’art, comme l’art, endosse une fonction sociale. Une telle rhétorique est, par ailleurs, relayée par les couvertures des deux volumes de l’édition espagnole, le premier reproduisant le Seagram Building (1958) de Mies van der Rohe et le second reproduisant le Marat assassiné (1793) de David lequel, selon l’interprétation d’Argan, « [avait] condens[é] l’expérience et la morale de son époque28 ». Les deux œuvres, qui introduisaient les deux grands axes de pensée développés par Argan, à savoir le rôle de l’artiste dans la société et la relation étroite entre l’art et la ville, revêtaient sans nul doute une fonction stratégique vis-à-vis de la situation politique de l’Espagne franquiste.

  • 29 Lettre de Vicente Aguilera Cerni à Giulio Carlo Argan, 4 février 1969.
  • 30 Lettre de Vicente Aguilera Cerni à Sansoni, 4 février 1969.

13Du reste, la démarche d’Aguilera Cerni s’inscrit dans la continuité de l’ambition didactique du projet d’Argan. En 1969, bien avant la traduction espagnole du livre, le critique faisait part de son intérêt pour « l’édition “scientifique”29 » de Storia dell’arte italiana tout comme pour son « orientation universitaire30 ». À défaut de parvenir à une version espagnole de ce livre, la contribution d’Aguilera Cerni fut très certainement déterminante dans les échanges qui aboutirent au format éditorial de El arte moderno. En effet, non seulement la déclinaison espagnole respectait la mise en page, mais elle reprenait aussi l’alternance du blanc et du jaune pour souligner les deux axes – celui des grandes périodes historiques et celui des œuvres – autour desquels s’articulait le propos d’Argan. Conscients de l’enjeu culturel et politique de la démocratisation des savoirs sur l’art, Aguilera Cerni et Torres réimplantaient donc en Espagne, au sortir de la période franquiste, le projet éditorial initial dans l’ensemble de ses composantes : méthodologique, théorique, didactique et culturelle.

Arta moderna (1982) : des partis pris antagonistes pour une édition d’État

  • 31 Lettre de Modest Morariu à Sansoni, Bucarest, 3 février 1976.
  • 32 Giulio Carlo Argan, « Urbanistica: spatiu si ambient », Arta 5, 1969.

14Le 5 février 1976, quelques mois avant qu’Argan ne soit élu maire de Rome, le 9 août de la même année, Modest Morariu (1929-1988), directeur de la maison d’édition bucarestoise Meridiane, adresse une lettre à Sansoni Editore demandant l’autorisation de traduire et publier le livre. L’importance accordée à l’ouvrage apparaît assez significative si l’on en juge d’après le tirage envisagé (10 000 exemplaires) d’une part, et une clause excessive, d’autre part, stipulant « le droit de diffuser dans le monde entier l’édition roumaine de l’ouvrage31 ». La requête de Modest Morariu s’inscrit à la suite de Caderea si salvarea artei moderne: studii (Salvezza et caduta nell’arte moderna: studi, 1970), De la Bramante la Canova (De Bramante à Canova, 1974) et Walter Gropius si Bauhaus-ul (Walter Gropius et le Bauhaus, 1976), traductions précédemment parues chez Meridiane. Elle confirme ainsi l’attention portée aux réflexions d’Argan sur l’art de la période contemporaine, orientation par ailleurs cohérente avec la nature des relations culturelles que celui-ci avait pu entretenir avec ses homologues roumains dans le cadre de la participation de la Roumanie aux congrès de l’AICA ainsi qu’avec certains représentants de la vie artistique et culturelle bucarestoise, notamment l’artiste Ion Nicodim (1932-2007) et le critique d’art Dan Haulica (1932-2014). Sans qu’il soit spécialiste de l’œuvre de Brancusi, Argan fut également invité à participer au colloque organisé à Bucarest entre le 13 et le 15 octobre 1967 pour célébrer les dix ans de la disparition du sculpteur. L’AICA fait de nouveau le lien entre ces divers acteurs de la scène critique internationale en coorganisant cette manifestation. La revue bucarestoise Arta a pu constituer un autre canal de circulation efficace de la pensée d’Argan comme l’atteste la traduction dès 1969 de « Urbanistica: spazio e ambiente », conférence prononcée à Rome le 23 mars de la même année32.

15Les affinités politiques d’Argan, élu maire de Rome en 1976, en tant qu’indépendant sur les listes du Parti Communiste italien, présentaient aussi des garanties nécessaires pour une publication dans le contexte de la Roumanie communiste.

  • 33 Voir Adriana Sotropa et Myriam Metayer, « Au-delà des stratégies éditoriales en temps de censure. M (...)
  • 34 À noter que dans la préface à la version roumaine de Salvezza e caduta nell’arte moderna, l’histori (...)

16Finalement paru en 1982, Arta moderna 1770-1970 prend place dans la collection Biblioteca de Arta. Si Meridiane était un organe de l’État, il n’en reste pas moins qu’elle constitua, en particulier à travers l’importante activité de traduction assurée par cette collection, un pont vers l’histoire de l’art occidental et extra-occidental. Aujourd’hui, les archives de la maison d’édition ne sont pas localisées. Toutefois, l’analyse sémiotique des livres permet de mettre en évidence des partis pris conflictuels soulignant l’enjeu délicat du rapport de l’édition à la censure institutionnelle33. En effet, si le texte est à même de s’inscrire dans le contexte idéologique de la république socialiste, le paratexte introduit un autre niveau de discours en faisant écho à des valeurs culturelles qui étaient celles du pays avant l’époque communiste. Ainsi, Dumitru Matei (1931-1986), préfacier de Arta moderna 1770-1970, inscrit Argan dans le paysage européen de l’histoire de l’art formaliste, conviant les noms de Fiedler, Riegl, Wölfflin et Berenson, et de l’orientation culturelle représentée par Ruskin, Dvořák, Schlosser, Warburg et Panofsky. Sa dette envers Lionello Venturi est passée sous silence34 à la faveur d’une comparaison avec le philosophe et homme politique roumain Mihail Ralea (1896-1964) :

  • 35 Dumitru Matei, « Cuvînt înainte », in : Giulio Carlo Argan, Arta moderna 1770-1970, trad. Nicolae R (...)

Selon sa [d’Argan] conception, l’histoire de l’art est inséparable de l’histoire politico-économique, de l’évolution de la science et de la philosophie, etc., de l’esprit humain en général. Comme Mihail Ralea, Argan soutient et démontre que l’art moderne a suivi de près l’évolution des chapitres de la théorie de la connaissance.35

  • 36 L’Estaque. Trois arbres (1906) d’André Derain pour le premier volume, Figure au bord de la mer (195 (...)
  • 37 Les trois ouvrages sont illustrés par : Miró, Carnaval d’Arlequin, 1924-1925 pour Caderea si salvar (...)

17Nous ne connaissons pas à ce jour les liens unissant Argan et Matei mais les deux hommes semblent avoir eu des opinions et des principes proches. Dumitru Matei, théoricien de l’esthétique, encourage une pratique active de l’histoire de l’art en phase avec la société. L’horizon européen de Matei s’affirme dans la deuxième partie de la préface. L’auteur y reprend les développements d’Argan sur la « crise de l’art moderne », principalement du point de vue de l’évolution de la peinture, depuis David et Géricault jusqu’aux postimpressionnistes Gauguin, Van Gogh et Cézanne, sur lesquels il s’arrête longuement. Alors que Matei ne concède que quelques lignes aux artistes cubistes et abstraits du début du xxe siècle, sans dire mot des développements plus tardifs, qui occupent pourtant une grande partie du livre, les couvertures des deux volumes reproduisent un paysage fauve d’André Derain et une composition abstraite de Nicolas De Staël36. Elles mettent en avant deux artistes français, représentatifs des avant-gardes européennes de la première moitié du xxe siècle et du second après-guerre ainsi que des sujets non narratifs. Elles déplacent la focale autant sur l’aire culturelle française que sur le formalisme pictural, là où le Monument à la IIIe Internationale, reproduit en couverture de l’édition originale italienne, exprimait la synthèse de l’art et de la société. Il faut croire que le choix de Meridiane répondait à une ligne éditoriale qui privilégiait la reproduction d’œuvres picturales en couverture des ouvrages traduits, orientation déjà exploitée pour les trois autres traductions d’écrits d’Argan parues au cours des années précédentes37. Relevons aussi que la collection Biblioteca de Arta imposait un format de poche et des illustrations en noir et blanc pour des livres abondamment diffusés dans les nombreuses bibliothèques et librairies d’État, ne portant pas à retenir la mise en page intérieure de l’édition source.

18L’ensemble de ces choix montre que l’Arta moderna 1770-1970 est le résultat d’une adaptation de la dialectique historique défendue par Argan, le reliant ainsi à des valeurs promues par le régime. En revanche, la préface et la couverture, en tant que discours d’accompagnement, ne s’offrent guère comme le prolongement de l’approche culturelle d’Argan.

19Marquées par la politisation des savoirs dans l’Europe d’avant 1989, la traduction espagnole et la traduction roumaine de L’arte moderna 1770/1970 ont donc opéré une resémantisation des connotations idéologiques de la lecture de l’histoire de la modernité artistique développée par Argan. Néanmoins, les publications de El arte moderno 1770/1970 et de Arta moderna 1770-1970 ne doivent pas éclipser d’autres traductions restées à l’état de projet, et à partir desquelles un autre enjeu des dynamiques de circulation du livre est à mettre en évidence. En effet, deuxième ouvrage d’Argan à être le plus traduit, L’arte moderna n’en accède pas moins difficilement au statut de livre de référence de la discipline de l’histoire de l’art.

Entre ouvrage pédagogique et ouvrage de référence : un autre enjeu des circulations de l’histoire de l’art

  • 38 Lettre de Diana Sears à Argan, 17 février 1972.
  • 39 Ibid.
  • 40 La demande de Sansoni intervient quatre mois avant que Torres Editore ne soit pressenti (voir supra(...)
  • 41 Mentionnons aussi une lettre du 2 juin 1959 dans laquelle, au nom de Nueva Vision, Jorge Grisetti s (...)

20Rapidement après la parution de L’arte moderna 1770/1970, Sansoni entreprit, dans une logique d’exportation commerciale, des démarches auprès d’éditeurs en vue d’éventuelles coéditions. Une lettre de Diana Sears, la responsable des droits internationaux chez Sansoni International, adressée à Argan en février 1972, l’atteste38. Celle-ci rapporte que Macmillan, pour la diffusion aux États-Unis, et Thames & Hudson pour la Grande-Bretagne, ont fait part de leur intérêt dans la mesure où Argan accepterait d’adapter « le volume […] aux exigences du marché anglais39 ». Sansoni souhaite aussi approcher la maison DuMont Schauberg de Cologne, en vue d’une édition allemande. La lettre informe encore que l’éditeur Gilli, spécialisé dans la culture visuelle et basé à Barcelone, a renoncé aux droits après avoir été sollicité40. Toujours en vue d’une édition en langue espagnole, un contact est envisagé avec Nueva Vision, éditeur de Buenos Aires qui, depuis 1957 et la première traduction en langue étrangère de Gropius e la Bauhaus (Einaudi, 1951), s’était affirmé comme le principal organe de diffusion des écrits de l’historien de l’art hors d’Italie, avec les publications de La arquitectura barroca en Italia (1960), Borromini (1961) et Salvación y caída del arte moderno (1966)41. Aucune des démarches de Sansoni n’aboutit pourtant.

21Deux décennies ont été nécessaires à la concrétisation de coéditions : d’abord en 1991 dans une nouvelle traduction en espagnol fournie par l’éditeur madrilène Akal, puis en 1992 avec les publications par Companhia das Letras, basée à Sao Paulo, et par la maison parisienne Bordas. Ces ouvrages sont suivis en 1998 par la traduction grecque publiée par les Publications Universitaires de Crète. Toutes ces maisons d’édition étaient spécialisées dans la production et la publication de livres scolaires et pédagogiques. La deuxième édition canonique de L’arte moderna, publiée en 1988 par Sansoni per la Scuola, constitue désormais l’édition de référence. Sansoni, à l’occasion de cette nouvelle publication, avait introduit des changements notables, tendant à dissimuler l’empreinte idéologique de l’édition de 1970 en faveur du renforcement de l’appareil didactique. L’avertissement d’Argan était notamment supprimé, le sous-titre changé (Dall’illuminismo ai movimenti contemporanei) et le nombre de reproductions augmenté.

  • 42 Giulio Carlo Argan, L’art moderne, trad. Françoise Felce, Jean-Michel Gardair, Chloé Gourdou, Paris (...)
  • 43 Dépêches notamment parues dans Le Monde et L’Humanité le 14 novembre 1992, dans L’Express le 17 nov (...)
  • 44 Marc Perelman, le principal introducteur des écrits d’Argan en France, avait initié une traduction (...)

22Chacune des traductions publiées au cours des années 1990 conserve la mise en page de l’édition source. Cependant, la traduction française se démarque par son format qui trahit de fortes adaptations locales. En publiant L’art moderne. Du siècle des Lumières au monde contemporain, l’ambition de Bordas fut, selon l’indication fournie en quatrième de couverture, d’introduire un « ouvrage de référence de l’enseignement, en Italie, de l’histoire de l’art » et de le « rendre accessible à tous les étudiants aussi bien qu’à un public plus large42 ». Il fallait, pour ce faire, estomper les caractéristiques matérielles qui pouvaient identifier l’édition source de 1988 à un manuel scolaire. Bien que le nombre de pages et le format in-quarto soient conservés, le livre fut remaquetté, ce dont témoignent le grammage épais du papier et la couverture rigide dotée d’une jaquette. La publication s’inscrit dans le secteur « beau-livre » que Bordas, à l’époque, entend développer parallèlement au secteur du livre scolaire et à celui de l’encyclopédie. En traduisant un « ouvrage de référence », la démarche de l’éditeur rend compte de la notoriété acquise par L’arte moderna. Pourtant, bien qu’éditée à 5 000 exemplaires, l’édition française bénéficia d’un nombre limité de recensions, pour l’essentiel réduites à quelques lignes parues dans la presse quotidienne à l’occasion du décès d’Argan, le 12 novembre de la même année43. Le format « beau-livre », qui contrastait aussi bien avec la nature didactique du livre d’origine qu’avec son contenu savant, a certainement contribué à en limiter la réception auprès des milieux critiques et universitaires. En France, le livre n’atteint pas le statut de référence de la littérature artistique44.

  • 45 Luiz Renato Martins et Juan Grigera (éd.), The Long Roots of Formalism in Brazil, (p. 205-220), en (...)
  • 46 En Allemagne, malgré la publication précoce, dès 1962, de Gropius und das Bauhaus, plus de dix ans (...)

23Au contraire, l’édition portugaise de L’arte moderna, aussi publiée en 1992, marque le début d’une longue série de traductions des écrits d’Argan au Brésil. Dans une étude récente, Luiz Renato Martins rattache cet intérêt non pas aux liens qu’Argan forgea avec les représentants de la vie artistique brésilienne par l’intermédiaire de l’AICA mais au point de vue périphérique – celui de l’Italie – depuis lequel Argan élabora une histoire de la modernité en art45. Une particularité du modernisme arganien émergerait ici, celle de la prise en considération des limites de la perspective eurocentrée de la définition de l’art et plus largement de l’écriture de l’histoire de l’art. L’interprétation de Luiz Renato Martins peut se révéler discutable, faute d’une attention portée aux archives existantes. Malgré tout, sa lecture tend à être confortée par la diffusion à l’échelle internationale des ouvrages qu’Argan consacra à l’art moderne. Ceux-là ont essentiellement été traduits et publiés dans les pays de langue latine, tandis que leur réception fut relativement limitée en Allemagne et en Grande-Bretagne46. Cette situation est particulièrement vérifiable pour L’arte moderna. Au-delà de toute considération linguistique et de filiation idéologique, un point en commun entre l’Espagne, le Brésil et la Grèce, auxquels on peut rajouter la Roumanie, est à souligner : il s’agit avant tout de pays dits périphériques.

  • 47 « Gli artisti del Novecento a cura di Lara Vinca-Masini » devient dans l’édition française « Mément (...)

24La traduction française fait exception. L’approche reposant sur la seule prise en considération des trajectoires de circulation confirme ici ses limites et ne pourrait conduire à des interprétations systématiques. Il est évident qu’une telle lecture ne saurait se substituer à l’analyse spécifique des facteurs extérieurs ayant présidé à la publication de chacune des traductions de L’arte moderna. Pourtant, elle éclaire un changement notable apporté par les éditions Bordas. En effet, L’arte moderna. Dall’illuminismo ai movimenti contemporanei, l’édition source de 1988, se refermait sur les notices biographiques des 90 principaux artistes évoqués dans le livre. Les artistes italiens, au nombre de 21, y occupaient une place non négligeable. L’édition française compléta cet ensemble de 16 nouvelles notices. Si les artistes concernés par ces ajouts figuraient bien dans le texte d’Argan, il n’en demeure pas moins que leur présence orientait l’appareil didactique que constituaient ces ressources vers une lecture de l’art moderne dominée par ses représentants français et américains47.

25Au terme de cette étude prospective, il apparaît que les dynamiques de circulation de L’arte moderna sont étroitement liées, dans une première période, à la réception idéologique de la pensée arganienne de l’art et, dans une deuxième phase, à la réception des présupposés de la vision décentralisée du modernisme défendu par Argan. Ces dynamiques se doublent de la resémantisation du projet éditorial, oscillant entre reconnaissance d’un ouvrage de référence et reconfiguration de sa fonction didactique initiale. Finalement, les exemples précédemment abordés permettent de prendre la mesure du statut d’un « livre culturel » et du rôle joué par la nature et le format éditorial de ses traductions dans la transmission des savoirs sur l’art.

Haut de page

Notes

2 On pense en particulier aux travaux de Gisèle Sapiro, dont nous signalons, pour les problématiques qui concernent la présente étude, Les contradictions de la globalisation éditoriale, publication collective menée sous sa direction (Paris, Nouveau Monde Éditions, 2009).

3 La multiplicité des sous-titres, qui ont évolué à chacune des trois éditions canoniques, nous invite à mentionner uniquement le titre de L’arte moderna, lorsqu’il s’agira d’évoquer l’opus d’Argan dans ses termes généraux.

4 Jean-Miguel Pire, « Introduction », in : Claudio Gamba, Annick Lemoine et Jean-Miguel Pire (éd.), Argan et Chastel. L’historien de l’art, savant et politique, Paris, Mare & Martin, 2014, p. 17.

5 Laura Novati, « Vent’anni di storia e di arte », Giornale della libreria 10, 1991, (p. 17). Sauf mention contraire, toutes les traductions ont été réalisées par les auteures de cet article.

6 Programme de l’enseignement de l’histoire de l’art dans les lycées classiques italiens émanant de la Sous-commission à l’Éducation (Sottocommissione Alleata dell’Educazione) de 1944. Sur ce point, voir Claudio Stoppani, « La “Storia dell’arte italiana” di Giulio Carlo Argan », Ricerche di Storia dell’arte 79, 2003, (p. 69-77), p. 70.

7 Arte moderna, Edizioni Corriere della Sera, 1990 ; Storia dell’arte italiana, Edizioni Corriere della Sera, 1991.

8 Pierre Restany, « Giulio Carlo Argan, uomo del suo tempo », D’Ars 137, automne 1992, p. 7.

9 On se rapportera en particulier à : Claudio Stoppani, « La “Storia dell’arte italiana”… », op. cit. ; Michela Di Macco, « Un manuale nella storia della storia dell’arte », in : Giulio Carlo Argan, Storia dell’arte italiana, Milano, Sansoni, 2002, (p. IX-XXVII) ; Irene Baldriga (éd.), Il « gusto dei problemi ». Il manuale di Giulio Carlo Argan e l’insegnamento della storia dell’arte nella scuola di oggi e di domani, Milano, Sansoni, 2010.

10 « Come nasce un successo, intervista a Giulio Carlo Argan », Giornale della libreria 10, 1991, (p. 18-19), p. 18. L’expression « libro di cultura » est en italiques dans l’article original.

11 Sur ce point, voir : Claudio Gamba, Annick Lemoine et Jean-Miguel Pire (éd.), op. cit., 2014.

12 La dynamique de traduction des écrits d’Argan a, jusqu’à présent, suscité peu d’études. Relevons : Luiz Renato Martins et Juan Grigera (éd.), The long Roots of Formalism in Brazil, Leiden, Brill, 2018, (p. 205-220). Les analyses se concentrent actuellement sur l’activité de traduction d’Argan. Ce dernier contribua, en particulier en tant que consultant éditorial chez Einaudi, à faire connaître en Italie les idées de Pierre Francastel. On lui doit aussi d’avoir personnellement traduit Education through Art de Herbert Read (Educare con l’arte, Milano, Ed. di Comunità, 1954). Voir : Luca Pietro Nicoletti, Argan e l’Einaudi. La storia della casa editrice, Macerata, Quodlibet, 2018 ; Émilie Passignat, « Traductions, transferts méthodologiques et construction d’une histoire de l’art internationale : quelques cas français et italiens », in : Adriana Sotropa et Myriam Metayer (éd.), « Dire presque la même chose ». L’histoire de l’art et ses traductions, Le Kremlin-Bicêtre, Esthétiques du Divers, 2019, (p. 121-138).

13 Giulio Carlo Argan, Walter Gropius e la Bauhaus, Torino, Einaudi, 1951. Depuis 1957, ce titre a été traduit dans huit pays : Argentine, 1957 ; Allemagne, 1962 ; Roumanie, 1976 ; France, 1979 ; Mexique, 1983 ; Espagne (catalan), 1983 ; Portugal, 1984 ; Brésil, 2005 ; Espagne (castillan), 2006.

14 Giulio Carlo Argan, L’arte moderna 1770/1970, Firenze, Sansoni, 1970, p. IX.

15 Sur l’activité de Cerni, voir les travaux de Paula Barreiro López : « La Biennale de San Marino et le Congrès de Rimini de 1963 : Argan, Restany et Aguilera Cerni vers un art engagé », in : Richard Leeman (éd.), Le demi-siècle de Pierre Restany, Paris, INHA, 2009, (p. 375-386) ; « Nulla aesthetica sine ethica : le critique d’art espagnol Vicente Aguilera Cerni », Critique d’Art 34, automne 2009, (p. 116-119).

16 Le contrat, signé le 12 septembre 1973, entre Torres Editor et Sansoni stipule une publication avant septembre 1975, pour un tirage de 3 000 exemplaires au minimum.

17 Voir Anacleto Ferrer, « Libros extraños. Entre el Tejerazo y el Tijeretazo: 30 años de libros de arte y de estética en el País Valenciano » in : Román de la Calle (éd.), Navegando entre dos siglos (1978-2008). Nuevas aportaciones en torno a los ultimos 30 años del arte valenciano contemporáneo (I), Real Academia de Bellas Artes de San Carlos, 2014, (p. 224-243), p. 228.

18 Sur le contexte de ce premier contact, voir Alice Costantini, « Vicente Aguilera Cerni: relación con Italia », Revista de la Asociación Aragonesa de Críticos de Arte 19, 2012, n. p.

19 Lettre de Aguilera Cerni à Argan, 30 juillet 1959. Sauf indication contraire, toutes les lettres mentionnées sont issues des archives privées de Giulio Carlo Argan, conservées à Rome.

20 Lettre de Aguilera Cerni à Sansoni Editore, 27 décembre 1968. L’édition partielle est finalement publiée en 1987 chez Akal, maison d’édition madrilène : Giulio Carlo Argan, Renacimiento y Barroco, vol. 1 : De Giotto a Leonardo da Vinci, vol. 2 : De Miguel Angel a Tiépolo, Madrid, Akal, 1987.

21 Lettre de Diana Sears à Argan, 23 juin 1972.

22 Voir Lydia Frasquet Bellver, « Ética desde da resistencia: El compromiso político de Vicente Aguilera Cerni », Archivo Español De Arte LXXXIX, 356, 2016, (p. 409-422).

23 Lettre de Fernando Torres à Argan, 23 novembre 1976.

24 Vicente Aguilera Cerni, « Prólogo », in : Giulio Carlo Argan, El arte moderno, Valencia, Torres Editor, 1975, p. XV.

25 Ibid., p. XVI.

26 Ibid., p. XV.

27 Ibid., p. XXI.

28 Giulio Carlo Argan, L’arte moderna 1770/1970, p. 41.

29 Lettre de Vicente Aguilera Cerni à Giulio Carlo Argan, 4 février 1969.

30 Lettre de Vicente Aguilera Cerni à Sansoni, 4 février 1969.

31 Lettre de Modest Morariu à Sansoni, Bucarest, 3 février 1976.

32 Giulio Carlo Argan, « Urbanistica: spatiu si ambient », Arta 5, 1969.

33 Voir Adriana Sotropa et Myriam Metayer, « Au-delà des stratégies éditoriales en temps de censure. Meridiane (1960-2006), maison d’édition bucarestoise », in : id. (éd.), « Dire presque la même chose », op. cit., (p. 139-163).

34 À noter que dans la préface à la version roumaine de Salvezza e caduta nell’arte moderna, l’historien de l’art Theodor Enescu revenait sur cette filiation : Theodor Enescu, « Giulio Carlo Argan », in : Giulio Carlo Argan, Caderea si salvarea artei moderne, trad. George Lazarescu, Bucarest, Meridiane, 1970, (p. I-XI).

35 Dumitru Matei, « Cuvînt înainte », in : Giulio Carlo Argan, Arta moderna 1770-1970, trad. Nicolae Radulescu, Bucarest, Meridiane, 1982, p. 7. Figure controversée aujourd’hui, Mihai Ralea est un psychologue, homme de lettres et politique roumain. Il a activement promu et défendu l’instauration du communisme en Roumanie.

36 L’Estaque. Trois arbres (1906) d’André Derain pour le premier volume, Figure au bord de la mer (1952) de Nicolas De Staël pour le second volume. Aucun de ces tableaux ne figure dans l’édition originale. Les deux artistes n’en sont toutefois pas absents avec L’Estaque (Derain, 1906) et Nu allongé (De Staël, 1955) respectivement reproduits en noir et blanc et en couleurs (G. C. Argan, L’Arte moderna 1770/1970, 1970, p. 281 et 632).

37 Les trois ouvrages sont illustrés par : Miró, Carnaval d’Arlequin, 1924-1925 pour Caderea si salvarea artei moderne: studii (1970) ; Joseph Mallord Turner, Traversant le ruisseau, vers 1815, pour De la Bramante la Canova (1974) ; Klee, Glass façade, 1940 pour Walter Gropius si Bauhaus-ul (1976).

38 Lettre de Diana Sears à Argan, 17 février 1972.

39 Ibid.

40 La demande de Sansoni intervient quatre mois avant que Torres Editore ne soit pressenti (voir supra note 15). La publication de la traduction espagnole de Gropius e la Bauhaus par Gilli, l’année suivante, atteste des contacts avec Einaudi, l’éditeur italien du texte.

41 Mentionnons aussi une lettre du 2 juin 1959 dans laquelle, au nom de Nueva Vision, Jorge Grisetti s’enquiert auprès d’Argan de l’autorisation de publier deux écrits plus anciens : L’architettura protocristiana, preromanica e romanica (1936) et L’architettura italiana del Duecento e del Trecento (1937).

42 Giulio Carlo Argan, L’art moderne, trad. Françoise Felce, Jean-Michel Gardair, Chloé Gourdou, Paris, Bordas, 1992. L’ouvrage ne comporte pas de préface.

43 Dépêches notamment parues dans Le Monde et L’Humanité le 14 novembre 1992, dans L’Express le 17 novembre 1992. Le livre ne bénéficia, à notre connaissance, d’aucune recension dans les revues spécialisées d’histoire de l’art, en France.

44 Marc Perelman, le principal introducteur des écrits d’Argan en France, avait initié une traduction personnelle de L’arte moderna dès le début des années 1980. Une lettre de Marc Perelman à Argan, du 22 décembre 1986, indique : « […] la réalisation en français de votre ouvrage L’arte moderna est en bonne voie ». Sa démarche n’atteignit jamais le stade de la publication. Par l’intermédiaire des Éditions de la Passion, il s’affirme comme le principal introducteur des écrits d’Argan en France : Perspective et histoire au Quattrocento (1990 ; traduit de l’anglais), Projet et destin : art, architecture, urbanisme (1993), L’histoire de l’art et la ville (1995), Borromini (1996). Notons aussi l’entretien avec Argan, en collaboration avec Irene Buonazia, Giulio Carlo Argan (1909-1992) : historien de l’art et maire de Rome (1999).

45 Luiz Renato Martins et Juan Grigera (éd.), The Long Roots of Formalism in Brazil, (p. 205-220), en part. p. 207-212. L’auteur, dans cette étude, n’aborde pas les contingences économiques ni la nature des liens entre les maisons d’édition qui ont permis la publication au Brésil des écrits d’Argan.

46 En Allemagne, malgré la publication précoce, dès 1962, de Gropius und das Bauhaus, plus de dix ans séparent chacune des traductions qui lui font suite : Henry Moore (1974) et Kunstgeschichte als Stadtgeschichte (1989). L’essai consacré à Gropius n’a bénéficié d’aucune traduction en anglais. Si la raison est imputable, en partie, à la concurrence du livre de Sigfried Giedion, Walter Gropius: Work and Teamwork, publié en 1954 en quatre langues et cinq éditions différentes, force est de constater que le public britannique a essentiellement été introduit à la pensée d’Argan par l’intermédiaire des essais consacrés aux périodes anciennes. L’apport de Skira en ce domaine est de premier plan. L’éditeur publia en effet, entre 1955 et 1964, simultanément en anglais, allemand, espagnol et français les monographies consacrées à Fra Angelico (1955) et à Botticelli (1957), suivies de L’Europe des capitales (1964) ; une dynamique confirmée plus tard par les choix d’éditeurs tel que Thames & Hudson chez qui furent publiés The Renaissance, un ensemble de textes présentés par Hans L. C. Jaffé, en 1969, et Michelangelo: Architect, en 1993.

47 « Gli artisti del Novecento a cura di Lara Vinca-Masini » devient dans l’édition française « Mémento des principaux artistes du début du xxe siècle aux années soixante : Lara Vinca-Masini et Philippe Piguet ». Ce dernier fut invité à ajouter de nouvelles notices suite à la demande de Bordas. Les notices ajoutées concernent les noms suivants : Bazaine, Beuys, Bonnard, César, Dali, Derain, El Lissitzky, Gabo/Pevsner, Gonzalez, Juan Gris, Hopper, Kline, Léger, Masson, Motherwell, Picabia, Rauschenberg, Rodtchenko, Soulages, Stella, Tatline.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Metayer et Adriana Sotropa, « Autour des traductions de L’arte moderna de Giulio Carlo Argan. Dynamiques de circulation et resémantisations éditoriales d’un « libro di cultura » »Revue germanique internationale, 32 | 2020, 131-142.

Référence électronique

Myriam Metayer et Adriana Sotropa, « Autour des traductions de L’arte moderna de Giulio Carlo Argan. Dynamiques de circulation et resémantisations éditoriales d’un « libro di cultura » »Revue germanique internationale [En ligne], 32 | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2020, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2586 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2586

Haut de page

Auteurs

Myriam Metayer

Myriam Metayer est maître de conférences en histoire de l’art à l’Université Bordeaux Montaigne. Elle a notamment publié, avec Adriana Sotropa, « Dire presque la même chose ». L’histoire de l’art et ses traductions (2019).

Adriana Sotropa

Adriana Sotropa est maître de conférences en histoire de l’art à l’Université Bordeaux Montaigne. Elle a notamment publié, avec Myriam Metayer, « Dire presque la même chose ». L’histoire de l’art et ses traductions (2019).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search