Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33II. Identité et affinités« Qui l’a connu ne peut l’oublier...

II. Identité et affinités

« Qui l’a connu ne peut l’oublier »1 : Hans Mayer sur Ernst Bloch

Norbert Waszek
p. 85-98

Résumés

Après quelques remarques introductives sur les contacts personnels entre Mayer et Bloch, l’article se concentre sur les textes que Mayer consacra explicitement à Bloch. Quel est l’apport spécifique de Mayer à la compréhension de Bloch et de son œuvre ? La question est examinée sur trois plans : (a) le plan biographique ; (b) le plan littéraire : Mayer met certains aspects de la pensée de Bloch en relation avec des auteurs et des œuvres littéraires ; (c) le plan philosophique : au cœur de l’analyse, parfois critique, de Mayer se trouve le rapport qu’entretint Bloch avec la philosophie conçue comme système. Son rapport à la pensée de Hegel devient alors essentiel. S’il reste quelque peu ambigu à ce sujet, c’est sans doute à cause d’un anti-hégélianisme sous-jacent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous traduisons. Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1989, p. 51. (...)
  • 2 D’autres aspects auraient pu être analysés, par exemple l’intérêt commun des deux auteurs pour Wagn (...)

1L’amitié entre Hans Mayer et le philosophe Ernst Bloch pourrait fort bien enrichir l’image du grand homme de lettres, mais, si de nombreux ouvrages se sont inspirés de Bloch – des centaines de livres ont déjà été écrits sur lui et sa philosophie – il n’existe pas encore d’étude de cette amitié. Quel peut donc être l’apport spécifique de Mayer à la compréhension et l’interprétation de Bloch ? Dans cet article, après un bref rappel de la relation entre les deux hommes, nous répondrons sur trois plans2 : (a) le plan biographique d’abord : l’amitié entre les deux hommes peut ouvrir de nouvelles perspectives ; (b) le plan littéraire : Mayer, grand homme de lettres, met en regard, souvent de façon inattendue, certains aspects de la pensée de Bloch avec des auteurs et des œuvres littéraires ; (c) le plan philosophique lui-même : Mayer met au cœur de son analyse, qui est parfois critique, le rapport que Bloch entretint avec une conception systématique de la philosophie – pour clarifier cette dimension, la question de la relation de Bloch avec la pensée de Hegel est essentielle, mais Mayer reste quelque peu ambigu sur cette question.

  • 3 Cf. Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 64 et Ein Deutscher auf Widerruf, vol. 2, p. 291.
  • 4 Il s’agit de Günther Neske (1913-1997), fondateur de la maison d’édition du même nom où Mayer avait (...)
  • 5 Ibid., p. 275 et p. 264.
  • 6 Mayer raconte même (ibid., p. 272, 279 et 285) que le projet de s’établir à Tübingen fut planifié a (...)
  • 7 Cf. les contributions de Leo Kreutzer, « “... ich bin wieder an der Leine” : mit Hans Mayer an der (...)

2Hans Mayer et Ernst Bloch furent collègues à l’université de Leipzig, en Allemagne de l’Est où l’un et l’autre avaient choisi de s’installer, respectivement en 1948 et 1949, après de longues années d’exil. Les deux hommes se sont vite rapprochés, car ils partageaient de nombreux intérêts et engagements (en littérature et politique, philosophie et musique…), et aussi parce que, s’étant tous deux opposés à la répression de l’insurrection hongroise, ils furent assez vite marginalisés par le régime en place : Bloch fut, dès 1957, mis en retraite d’office, tandis que Mayer enseigna jusqu’en 1963. Il défendit Bloch après sa mise à l’écart, et les deux hommes continuèrent à se fréquenter après 1957 : Mayer fut ainsi l’un des rares convives à avoir assisté au 75e anniversaire de Bloch, qui fut fêté à Leipzig en 1960, presque clandestinement3. Après la construction du mur, tous deux s’installèrent en Allemagne de l’Ouest. Bloch, déjà interdit d’enseigner à Leipzig, était en voyage à l’Ouest lorsque les nouvelles lui parvinrent – et il décida de rester à Tübingen. Mayer attendit 1963 pour passer à l’Ouest – il ne rentra plus d’une visite chez un éditeur, qui avait été autorisée4. Il s’installa lui aussi à Tübingen5 – la présence de Bloch dans cette ville fut l’une des raisons de ce choix6. Il y vécut les deux premières années après son départ de Leipzig, et il s’y établira définitivement, après un interlude en tant que professeur à Hanovre (1965-1973)7.

  • 8 Nous traduisons. Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 293.
  • 9 Gert Ueding, Wo noch niemand war : Erinnerungen an Ernst Bloch, Tübingen, Klöpfer & Meyer, 2016.
  • 10 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 293.

3Le lien entre les deux hommes est manifeste dans l’œuvre de Mayer : Mayer n’a pas seulement cité ou évoqué Bloch dans plusieurs de ses livres, notamment dans la deuxième partie de son livre autobiographique, Ein Deutscher auf Widerruf, mais il lui consacra aussi plusieurs grands discours. Il a lui-même regroupé trois d’entre eux dans un petit livre publié en 1989, l’année de la chute du mur (Reden über Ernst Bloch). L’une des citations de Mayer sur Bloch ayant déjà servi de titre à cet article, citons-en une autre, non moins impressionnante, dans laquelle il se réfère à Bloch comme à son dernier maître, celui qui lui fut le plus cher : « Ce fut le dernier, le plus cher de mes enseignants8. » Épilogue tragi-comique de cette amitié : selon Gert Ueding9 et d’autres témoins, Hans Mayer et Walter Jens se seraient disputé l’honneur de prononcer l’oraison funèbre lors de l’enterrement de Bloch : Jens s’imposa et Mayer bouda pendant des années10.

  • 11 Pour la réception française, il suffit de rappeler les nombreux travaux de Gérard Raulet, qui avait (...)
  • 12 Iring Fetscher, « Ernst Bloch auf Hegels Spuren », in : Siegfried Unseld (éd.), Ernst Bloch zu ehre (...)
  • 13 Jürgen Habermas, « Ein marxistischer Schelling – Zu Ernst Blochs spekulativem Materialismus », Merk (...)
  • 14 Walter Jens, « Auch Philosophie gehört zur Literatur », Die Zeit, 1959, no 51.
  • 15 De toutes les disciplines évoquées ici, les théologiens furent peut-être bien les premiers à s’insp (...)
  • 16 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 56-57.

4Ernst Bloch est un philosophe de premier plan, l’un des grands noms du xxe siècle. Ses textes ont été traduits dans une trentaine de langues et la recherche sur lui est vaste, d’envergure internationale11. La réception de son œuvre fut particulièrement intense pendant les années 1960 et 1970, d’abord en langue allemande – il suffira d’évoquer ici le politologue Iring Fetscher12, le philosophe Jürgen Habermas13, mais aussi le philologue Walter Jens14 ou le théologien Jürgen Moltmann15 –, son rayonnement atteint ensuite les cinq continents. Il est vrai qu’à la fin des années 1980, Mayer constate un certain déclin de cet intérêt pour Bloch et s’interroge sur celui-ci16, mais il ajoute qu’il croit fermement en une renaissance.

Biographies

5Ce que l’on peut vraiment apprendre sur Bloch en lisant les textes de Mayer dépend bien évidemment des connaissances que l’on aurait déjà pu avoir du philosophe avant de les consulter. Sur le plan factuel, il n’y a probablement guère de choses nouvelles à trouver dans les récits de Mayer, mais ceux-ci possèdent tout de même deux qualités qui en rendent la lecture intéressante : la spécificité de son regard, et son rôle de témoin direct.

  • 17 Karola Bloch, née Piotrkowska (1905-1994), était la troisième épouse du philosophe : ils se marière (...)
  • 18 Il publia beaucoup pendant ces années : son chef-d’œuvre, Le principe d’espérance, paraît entre 195 (...)
  • 19 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 290.

6Comme ils se sont connus à Leipzig, c’est d’abord la période de 1956 à 1961 qui éveille l’intérêt : à cette époque Bloch se trouvait encore dans cette ville, mais il était déjà marginalisé, pour ne pas dire mis au rancart. Pendant ces années, Mayer est l’un des rares témoins directs : Ernst et Karola17 Bloch vivaient en effet de façon plutôt isolée. Étant persona non grata, ils étaient exclus de nombreuses rencontres officielles. Ils renonçaient même à beaucoup d’invitations privées afin de ne pas discréditer leurs hôtes aux yeux des autorités. Bloch, selon Mayer, était alors plutôt isolé et il vivait de la même façon que pendant son exil à Cambridge/Massachusetts : en travaillant intensément, mais incognito, la différence étant – et elle est significative – qu’entre-temps Bloch avait acquis une réputation internationale, grâce aux travaux18 qui, à l’époque de son séjour aux Etats-Unis, étaient encore en préparation. Même si Bloch a continué d’être productif pendant ces années, Mayer ne se fait pas d’illusions sur la situation difficile dans laquelle il s’est trouvé au cours de ses derniers moments à Leipzig. Le passage le plus émouvant à ce sujet est la description qu’il fait d’un soir d’automne en 1956 lorsque, s’étant rendu chez Ernst et Karola Bloch, il les trouva en train d’attendre que des instances étatiques viennent se saisir d’eux, dans la nuit19. Même en mettant à part cette scène dramatique, le constat fait par Mayer est qu’à l’époque, le quotidien de Bloch était bien morne.

  • 20 Rugard Otto Gropp (éd.), Festschrift Ernst Bloch zum 70. Geburtstag, Berlin, Deutscher Verlag der W (...)
  • 21 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 285-286.

7Pourtant, il y eut heureusement d’autres rencontres, plus lumineuses, avec Ernst Bloch. Mayer se souvient en particulier d’une journée à Capri, à la fin de l’été 1963, pendant laquelle Bloch fit preuve d’une grande capacité d’écoute et se montra disposé à conseiller Mayer, qui réfléchissait encore à la question de savoir s’il devait retourner à Leipzig ou, au contraire, s’installer à l’Ouest. Il est remarquable que Mayer ait établi un contraste entre l’image de Bloch à Capri, dont il se souvient, et la photographie qui se trouve dans le livre de mélanges offert à Bloch pour son 70e anniversaire en 195520, peu avant sa mise à l’écart à l’Est : à Capri, Bloch était très ouvert et aimable, alors que la photographie de Leipzig le montre sévère et méfiant – pressentait-il déjà que sa reconnaissance à l’Est serait de courte durée21 ?

  • 22 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 18.
  • 23 Ibid., p. 65.
  • 24 Nous traduisons. Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 18 et 65 et Ein Deutscher auf Widerruf, p.  (...)

8Il n’est guère surprenant que Hans Mayer ait posé la question épineuse de savoir si Bloch se sentait « juif »22 – et nous ne pouvons pas quitter le plan biographique sans mentionner cette question. Mayer, qui répond en fin de compte par la négative, raconte une anecdote pertinente, issue des différentes fêtes d’anniversaire du philosophe auxquelles il a assisté. Selon Mayer, parmi les discours prononcés à ces occasions il y en eut un bon nombre qui concernaient le rapport entre Bloch et le mysticisme juif, probablement parce qu’on cherchait à classer le « phénomène Bloch »23 – peut-être aussi parce que l’allure du vieux Bloch, presque aveugle, évoquait chez de nombreux témoins la figure d’un prophète. Bloch, selon Mayer, aurait été peu enclin à accepter de tels rapprochements : il aurait murmuré « je ne suis pas Martin Buber »24. Mayer concède que Bloch avait bien étudié des textes de mystiques, de l’Est et de l’Ouest, mais ç’aurait été de la recherche, pas du vécu.

  • 25 Ibid., p. 376.
  • 26 Comme l’a dit Udo Bermbach, par exemple dans son article dans la Neue Zürcher Zeitung, en date du 3 (...)
  • 27 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 374-375.
  • 28 Ibid., p. 378-379.
  • 29 « Gegenwelt » : Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 378.

9Mayer revient sur la question dans un autre contexte : lorsqu’il raconte une soirée qu’il passa avec Ernst et Karola Bloch, ainsi qu’avec d’autres, chez Wieland Wagner, le 29 juillet 1965. La soirée dut être magnifique et mémorable, puisque Mayer écrit que ce fut l’une des journées les plus lumineuses de sa vie25. Mais Wieland recevait (et habitait) à « Wahnfried », dans la villa construite pour son grand-père Richard, qui était fortement associée à la « contamination brune »26 : la période sombre de la réception de Wagner, les visites fréquentes d’Adolf Hitler, etc. Mayer adorait la musique de Wagner, mais il décrit en détail ses longues hésitations avant de se rendre à Bayreuth27. Il s’étonne que Bloch n’ait pas semblé affecté de la même manière, qu’il se soit senti à l’aise à Wahnfried et auprès de Wieland Wagner, pour lequel Bloch alla même jusqu’à prononcer l’une des oraisons funèbres en 196628. Pourtant, selon Mayer, Wahnfried était aux antipodes de toutes les valeurs que Bloch portait : c’était un « contre-monde »29.

  • 30 Que Wieland Wagner ait fréquemment flatté Bloch comme ayant été « l’une des têtes les plus original (...)
  • 31 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 378.
  • 32 Ibid., p. 375.

10Pour expliquer l’attitude de Bloch, Mayer donne non pas une explication, mais trois. La moins originale d’entre elles se trouve dans sa qualification – quelque peu ambiguë – de Wieland Wagner comme ayant été un « Menschenfänger » (enjôleur) : le terme pourrait ne signaler rien de plus qu’un charmeur qui savait enrôler des gens30 pour des tâches précises, mais on pourrait aussi le comprendre comme un stratagème cynique : pour faire renaître Bayreuth, il était besoin de plumes comme celles d’Adorno, de Bloch et de Mayer, en guise de contrepoids à la vieille garde de Wagnériens inconditionnels, que Mayer dénomme « Altbayreuther »31. Cette première explication renvoie donc, en bref, à la personnalité complexe de Wieland32, l’aîné des petits-fils de Wagner.

  • 33 Ibid., p. 378.
  • 34 Ibid.
  • 35 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 33.

11La deuxième explication donnée par Mayer, qui revient ainsi à la question de la judaïté de Bloch, est que Bloch n’avait pas assumé son judaïsme, mais plutôt considéré ses origines comme contingentes et anecdotiques (belanglos, au sens où elles auraient été sans intérêt substantiel) : Mayer compara même Bloch à Trotski sur ce point33. Si, semble-t-il dire, les origines juives de Bloch ne furent pour lui que contingentes, alors on comprend mieux comment il a pu supporter des soirées à Wahnfried. Mayer trouve donc cohérent que Bloch n’ait pas écrit de texte sur Auschwitz34. Dans l’un de ses discours sur Bloch, il rapproche même celui-ci, certes de façon prudente, de la « haine de soi » juive d’un Karl Kraus ou d’un Theodor Lessing35.

  • 36 Gershom Scholem, « Dieu réside-t-il dans le cœur d’un athée ? Sur Ernst Bloch », Cahiers de L’Herne(...)
  • 37 « Il n’existe aucune souffrance qui soit comparable à celle des Juifs. » Nous traduisons. Ernst Blo (...)
  • 38 Rassemblés dans son livre : La mort et le temps [ultérieurement intitulé : Dieu, la mort et le temp (...)
  • 39 Ernst Bloch, « Zum Pulverfass im Nahen Osten. Ansprache bei der deutsch-israelischen Kundgebung, Fr (...)

12Je pense que Mayer est allé trop loin. Même si la question – qui a par ailleurs déjà été traitée par Scholem, Michael Landmann et bien d’autres36 – ne peut pas être résolue adéquatement ici, je rappellerai tout de même que Bloch a élaboré une interprétation du Livre de Job qui fut acclamée tout à la fois par des Juifs et par des Chrétiens ; et aussi une appréciation nuancée du sionisme, plus proche de Moses Hess que de Theodor Herzl, dont la première phrase – « Es gibt kein Leid, das dem jüdischen zu vergleichen wäre »37 – renvoie sans doute à Auschwitz. Il est vrai qu’à l’époque où Mayer écrit, il n’y a pas beaucoup de réactions spécifiquement juives à Bloch en Allemagne, où la vie juive reprend à peine. Mais sur le plan international, on peut bien dire que la pensée juive s’est inspirée de Bloch – il suffira de rappeler ici qu’en France, Levinas consacra quelques-uns de ses derniers cours à Bloch38. Sur le plan politique, on notera aussi que même si Bloch se déclara « non-sioniste », il n’hésita pas, dans le contexte de la guerre des Six Jours (1967), à défendre le droit des Juifs à un foyer national39.

  • 40 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 378 : « Heute möchte ich behaupten, dass uns alle an jen (...)
  • 41 Dans le deuxième de ses discours sur Bloch (Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 23), Mayer comme (...)
  • 42 Ernst Bloch, Geist der Utopie, Munich & Leipzig, Duncker & Humblot, 1918 [cette première édition ex (...)
  • 43 Georg Lukács, Die Seele und die Formen : Essays, Berlin, Fleischel, 1911. Édition française : L’Âme (...)
  • 44 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 26. Mayer fait allusion à l’exposition de 1960 ; cf. Paul Ra (...)

13Mayer donne encore une troisième explication, et c’est, me semble-t-il, la meilleure pour rendre compte de l’attitude apaisée adoptée par Bloch à Bayreuth. Tous les convives, écrit-il, avaient un lien caché : la révolte expressionniste40 ! Puis il explique que Wieland Wagner avait encore travaillé, à la fin de sa vie, avec Pierre Boulez sur le « Wozzeck » d’Alban Berg. Karl Böhm, le célèbre chef d’orchestre, également présent à la soirée à Wahnfried, s’était aussi enthousiasmé pour « Wozzeck », montant cet opéra dès 1931, et à nouveau dans les années 1950. Bloch, lui-même, enfin, était déjà dans les coulisses (en tant que conseiller officieux) à la fin des années 1920, quand son ami Otto Klemperer41 monta les œuvres d’autres compositeurs de la Seconde École de Vienne à l’Opéra Kroll de Berlin. Si Mayer utilise ici le terme d’expressionnisme pour caractériser la musique de Schönberg, de Berg et d’autres, il comprend évidemment aussi ce terme en un sens plus large, pour désigner des courants littéraires et artistiques de la fin du xixe et du début du xxe siècle. En ce sens, Mayer remarque de façon pertinente que le premier des grands livres de Bloch, L’Esprit de l’utopie (1918)42, comme L’Âme et les Formes (1911)43 de Lukács, étaient bien à leur place dans une vitrine de l’exposition « Expressionnisme » de Marbach44 et nous reviendrons sur ce point plus loin.

Bloch dans le contexte littéraire

  • 45 Ernst Bloch, Literarische Aufsätze [Gesamtausgabe, vol. 9], Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1965 ( (...)
  • 46 Ernst Bloch, Spuren, Berlin, Cassirer, 1930 ; nouvelle édition, revue par l’auteur : Francfort-sur- (...)
  • 47 Publié chez Kiepenheuer à Leipzig & Weimar, 1990.
  • 48 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 15, 28, 60.
  • 49 Par exemple dans une interview avec Iring Fetscher (1967), aujourd’hui sur youtube : https://www.yo (...)
  • 50 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 24.
  • 51 Ibid., p. 39.
  • 52 Dont probablement Mayer lui-même, même s’il ne le dit pas explicitement, préférant une formule neut (...)
  • 53 Pour reprendre le titre d’un essai de Thomas Mann, Nietzsches Philosophie im Lichte unserer Erfahru (...)
  • 54 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 40-41.

14Mayer fait évidemment aussi l’éloge de Bloch comme écrivain – ce qui n’est guère étonnant, ne serait-ce que parce que Bloch lui avait dédicacé son volume Literarische Aufsätze45. Mayer dit estimer tout particulièrement le volume de récits Spuren46 (ouvrage auquel il ajouta un essai, pour une édition publiée en 199047) : il qualifie ce volume, presque chaque fois qu’il en parle et de façon stéréotypée, de livre « merveilleux » (wunderbar)48. Bloch pouvait bien parfois avancer, certes avec une certaine autodérision, qu’il ne lisait que Hegel et Karl May, parce que tout le reste n’était pour lui que mélange impur49, Mayer n’en défend pas moins le philosophe contre ses propres assertions, en soulignant que la culture littéraire de Bloch était sans limites50. Mayer médite encore, et c’est plus stimulant, sur la qualité « poético-philosophique » de L’Esprit de l’utopie : cet écrivain « exceptionnellement doué » que fut Bloch aurait non seulement fait preuve de cette qualité-là avec tous ses avantages, mais aussi souvent trouvé la plus belle formulation, et usé d’une « terminologie époustouflante » ; constatant alors une « tension » (Zwiespalt) avec les efforts conceptuels du philosophe « systématique »51. Ce point concerne aussi la pratique du vieux Bloch : alors qu’il travaillait à l’édition de ses œuvres complètes, le vieux Bloch voulut en effet reprendre, contre le conseil de ses amis52, un principe de Goethe : celui d’une « édition de dernière main » qui aurait conduit au remaniement de textes politiques « à la lumière de nos expériences »53. Les textes politiques de Bloch relevant de contextes précis, Mayer voit dans cette pratique une confusion de la sphère poétique avec la sphère philosophico-politique54.

  • 55 Ibid., p. 45-46.
  • 56 Georg Lukács, Geschichte und Klassenbewusstsein. Studien über marxistische Dialektik, Berlin, Malik (...)
  • 57 Le compte rendu de Bloch [1923] se trouve dans le vol. 10 de ses œuvres complètes, Philosophische A (...)
  • 58 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 46.
  • 59 Certes, Bloch s’est souvent déclaré « athée », mais il ne faut pas toujours comprendre de telles dé (...)

15Par-delà cette appréciation des qualités littéraires des textes de Bloch, ce que l’on trouvera sans doute plus original, c’est la technique qu’utilise Mayer afin de mettre en regard, souvent de façon inattendue et éclairante, des aspects de la pensée de Bloch avec des auteurs et des œuvres littéraires. L’un de ses premiers commentaires dans ce contexte est déjà très instructif : il commente55 un passage du compte rendu rédigé par Bloch sur Histoire et conscience de classe de Georg Lukács56, dans lequel Bloch avait privilégié Chagall, Schönberg et Döblin, les plaçant au-dessus de Wilhelm Leibl, Wagner et Gottfried Keller57. Pour interpréter ceci en un sens large, comme une illustration de la remarque, citée ci-dessus, à propos de la rencontre de Wahnfried, on pourrait qualifier les trois premiers comme des auteurs proches de l’expressionnisme. Mayer résume ce point lorsqu’il dit que Chagall, Schönberg et Döblin sont pour Bloch des témoins de l’esprit d’utopie, des auteurs qui expriment le radicalement nouveau, das noch nie Dagewesene. Mais pour caractériser Bloch, Mayer ajoute une thèse qui ne se trouve pas dans le texte de cet auteur : il souligne que ces trois témoins montent à la barre sous le signe d’une nouvelle religiosité58. Voici qui devrait faire réfléchir ceux qui prennent trop au sérieux les dénonciations de Bloch comme athée ou qui comprennent certaines de ses propres déclarations exclusivement au premier degré59. On pourrait ajouter ici un vers (1848) de David Friedrich Strauß, un autre résident de Tübingen qui paya le prix fort pour son soi-disant athéisme :

  • 60 « J’entends les gens m’appeler athée / je ne sais pas si je ne suis pas plutôt croyant. » Nous trad (...)

Ungläubig, hör’ ich, nennen mich die Leute,
Ob ich nicht eher fromm bin, weiß ich nicht
60.

  • 61 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 29 et 59.

16Mayer rappelle dans ce contexte que Bloch achève ses deux versions (1918 et 1923) de L’Esprit de l’utopie avec « prière » (Gebet)61.

  • 62 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 58.
  • 63 Ibid.
  • 64 Thomas Mann, Joseph und seine Brüder, t. 4 : Joseph, der Ernährer, Stockholm, Bermann-Fischer, 1943 (...)

17Mais il nous faut revenir ici aux rapprochements que Mayer effectue entre la pensée de Bloch et des œuvres littéraires. Il n’est pas très connu, par exemple, que Thomas Mann aurait lu très attentivement dès 1923 L’Esprit de l’utopie de Bloch, sur la sollicitation insistante de son fils Klaus62. Pour justifier son propre témoignage sur ce point, Mayer ne peut que se référer à un entretien qu’il aurait eu avec Thomas Mann lui-même63 : Mann aurait reconnu que la technique qu’il emploie dans sa tétralogie Joseph et ses frères, et notamment dans sa quatrième et dernière partie, Joseph le nourricier64, cette « transformation [Umfunktionierung] du mythe », remonte à L’Esprit de l’utopie de Bloch.

  • 65 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 37-38.
  • 66 Ernst Bloch, Geist der Utopie, Munich et Leipzig, Duncker & Humblodt, 1918, p. 79 à 234 (sur 445).
  • 67 Heinrich Mann, « Zola », Die weissen Blätter, 2e année, novembre 1915, (p. 1312-1382). Cette premiè (...)
  • 68 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 38.
  • 69 Ibid., p. 61.
  • 70 Ibid.

18Mayer se sert aussi de Heinrich Mann, dans un autre passage. Distinguant entre les différents motifs qui seraient décisifs dans l’interprétation de L’Esprit de l’utopie, il minimise l’importance de celui qui porte sur la signification de ce texte comme manifeste politique65. Bloch avait lui-même souligné, rétrospectivement, que son texte avait été écrit contre la Prusse, contre la Grande Guerre, contre le capitalisme, etc. Mais Mayer a du mal à retrouver et à saisir ces intentions dans le texte, dont la plus grande partie est après tout consacrée à la « philosophie de la musique »66. Pour expliquer cette difficulté, il s’engage dans une comparaison avec l’essai de Heinrich Mann sur Zola67 qui fut rédigé à peu près au même moment, et dans lequel il trouve plus facilement les prétendues positions politiques de Bloch, qui y sont exprimées beaucoup plus fortement68. Mayer reste donc réservé – et voilà qui semble être un jugement de principe, non pas seulement ponctuel – sur les déclarations de Bloch, lorsque celui-ci s’est mêlé, comme il le faisait souvent, de l’actualité politique. Mayer raconte encore à ce sujet une anecdote éclairante au sujet d’Alfred Döblin. Même si Döblin admirait Bloch le penseur, et Bloch l’écrivain – les deux hommes se connurent dès les années 1920 à Berlin –, certaines prises de position politiques du philosophe l’auraient choqué, ou plutôt – et surtout – laissé perplexe69. Mais Mayer ne s’attarde pas sur la question, et il balaye les hésitations de Döblin (et de bien d’autres) en disant que tout ceci serait caduc pour les générations à venir70. Par conséquent, l’essentiel n’est pas là.

  • 71 Ibid., p. 56.
  • 72 Ibid., p. 57.

19Avec Hugo von Hofmannsthal, Mayer s’interroge sur la pérennité de la réputation de Bloch, qui semblait un peu en déclin en 1988, au moment de son troisième discours71. Le moment arrivera-t-il, où un texte ne répondra plus aux questions que les lecteurs se posent tacitement, lorsqu’ils s’en approchent ? Cela pourrait également arriver à Bloch, temporairement, et c’est peut-être déjà arrivé. Mais Mayer sent déjà le « tournant d’un tournant » (die Wende einer Wende72) – et puis, dit-il, Bloch trouvera à nouveau des lecteurs, et il aura une réception.

  • 73 La façon dont Mayer souligne l’absence de Kafka est frappante : « Il trouverait sa place, dans l’in (...)
  • 74 Ibid., p. 51.

20Mayer cherche aussi les lacunes, et il tente de les expliquer. Le Principe d’espérance est d’abord, pour de nombreux lecteurs, « une expérience intellectuelle » (ein Bildungserlebnis), car quel auteur ou quelle idée n’a pas trouvé sa place dans ce chef-d’œuvre ? Tout y est… Mais Mayer décèle tout de même des lacunes et non pas des moindres : Kafka73 et Montaigne ! Cherchant à les expliquer, il évoque le rejet de Kafka par Lukács (le grand ami de Bloch, du moins pendant certaines périodes de leurs longues vies). Il formule aussi l’hypothèse que la souffrance individuelle serait absente du Principe d’espérance. Mais il l’écarte pour l’œuvre de Bloch en son entier, en citant à nouveau des passages de Spuren74.

  • 75 Ibid., p. 17.
  • 76 Ibid., p. 65.
  • 77 Ernst Bloch, « Schiller und Weimar als seine Abbiegung und seine Höhe » : ce texte fut publié d’abo (...)
  • 78 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 66.

21En conclusion de cette partie, on soulignera que Mayer renvoie à plusieurs reprises à Schiller. Il témoigne de ce que le philosophe serait resté fidèle à Schiller jusqu’à ses derniers jours, et aussi à Beethoven75. Mais de quel Schiller s’agit-il ? Sans doute surtout du jeune Schiller76, dont les années à Mannheim évoquaient pour Bloch sa terre natale, la région de Mannheim-Ludwigshafen. Pour témoigner de la signification qu’eut Schiller pour Bloch, Mayer ne se limite pas à ses propres souvenirs. Il rappelle aussi la contribution du philosophe à la célébration en 1955 de l’année Schiller, encore en Allemagne de l’Est : cette contribution montre bien que Bloch préféra le jeune Schiller, le rebelle, à la figure classique de Weimar, gravée dans le marbre77. Mayer n’hésite pas à citer la dernière strophe du poème « Hoffnung » (1797) de Schiller, ajoutant que Bloch aurait défendu la pensée de Schiller contre les attaques d’un « marxisme » vulgaire et simplificateur78 :

  • 79 Friedrich Schiller, « Hoffnung » [1797], in : Sämtliche Werke, 5 vol., édité par Gerhard Fricke et (...)

Es ist kein leerer, schmeichelnder Wahn,
Erzeugt im Gehirne des Toren,
Im Herzen kündet es laut sich an,
Zu was Besserm sind wir geboren !
Und was die innere Stimme spricht,
Das täuscht die hoffende Seele nicht
79.

Mayer sur la philosophie de Bloch

  • 80 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 48.
  • 81 Ibid., p. 41.
  • 82 Ibid., p. 28.
  • 83 Ibid., p. 32.
  • 84 Cf. ibid., p. 31 et 35. Il ne faut pas priver les lecteurs de ces lignes de la réponse de Bloch au (...)

22Même si Mayer n’est pas philosophe de formation, il propose des observations très fines sur l’œuvre de Bloch. Il sait fort bien que le Principe d’espérance était devenu dans les feuilletons des journaux, déjà au moment où il en parlait, un mot à la mode80 – et l’on croit souvent entendre le ricanement des journalistes sur le soi-disant optimisme naïf de celui qui l’a exprimé. Mais Mayer, quant à lui, voit plus clair en cette matière : il sait à quel point, pour Bloch, l’espoir pouvait être déçu81. L’Esprit de l’utopie avait été rédigé contre le vécu de l’auteur dans un moment de doute, alors qu’il vivait en exil dans une grande pauvreté ; et ce qui fut alors ressenti par Bloch se comprend mieux encore lorsqu’on compare cette époque avec la période précédente, lorsque Bloch vivait à Grünwald avec sa première épouse, Else von Stritzky, dans le luxe, habitant une demeure presque aristocratique82. Bloch rédigea le Principe d’espérance alors qu’il était confronté à de nombreuses expériences d’humiliation83, et Mayer est très conscient de celles-ci, même s’il n’en évoque que quelques-unes à titre d’exemple : ainsi, les animosités subies à Heidelberg, dans le salon de Marianne Weber comme dans le cercle de Stefan George84.

  • 85 Ibid., p. 36 et 47.
  • 86 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 285.
  • 87 Mayer se réfère à l’édition dirigée par Hermann Glockner (1896-1979) qui faisait encore autorité à (...)
  • 88 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 47-48 et 59.
  • 89 Ernst Bloch, Gesamtausgabe, 16 vol., Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1959-1977 ; un volume supplém (...)

23Néanmoins, Mayer souligne que la longue vie de Bloch lui avait permis, envers et contre tout, d’atteindre son « entéléchie »85. Il insiste fortement sur la lourde erreur de ceux qui auraient cru que la nomination tardive à Leipzig (Bloch avait déjà 63 ans) conduirait le philosophe à prendre ses nouvelles obligations à la légère, comme si cela avait été là une sinécure jusqu’à la retraite, déjà visible à l’horizon : Bloch savait attendre, il se serait préparé toute sa vie à cette fonction86. C’est même à ce moment, autour de 1949 – Mayer en fut à nouveau témoin –, que Bloch conçut l’édition complète de ses œuvres : il l’aurait voulue digne d’être placée à côté des vingt volumes87 de l’édition de Hegel88. Bloch eut en effet la chance de voir cette édition achevée de son vivant, parue chez Suhrkamp à Francfort-sur-le-Main89.

  • 90 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 47.
  • 91 Le livre n’est mentionné qu’en passant : ibid., p. 39.
  • 92 Ernst Bloch, Subjekt – Objekt : Erläuterungen zu Hegel [1951 ; cf. note 17], j’utilise l’édition : (...)
  • 93 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 35.
  • 94 Ibid., p. 24.
  • 95 Petite correction : pour Bloch ce n’était pas un livre sur Hegel : « Cet écrit n’a pas l’ambition d (...)
  • 96 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 49.
  • 97 Ibid., p. 37-38.
  • 98 Ibid., p. 38 (italiques de Mayer) : « Absage […] an alles hegelisierende Systemdenken. » Nous tradu (...)
  • 99 Repris (avec modifications) dans Hans Mayer, Unendliche Kette. Goethestudien, Dresden, Dresdner Ver (...)
  • 100 Hans Mayer, « Doktrin. Anmerkungen zu einem Gedicht von Heinrich Heine » : ce texte, qui fut d’abor (...)

24Ce récit de la conception et la réalisation de la Gesamtausgabe de Bloch, et plus particulièrement la comparaison avec l’édition de Hegel – voilà qui met l’accent, nolens volens, sur la forme et le caractère systématique de la pensée de Bloch90. Mayer ne semble pas avoir eu beaucoup de sympathie pour Hegel, et c’est tout à fait son droit. Sa décision de ne pas commenter, ou presque pas91, la grande étude que Bloch consacra à Hegel est aussi un choix légitime de sa part, quand bien même le littéraire pourrait lui aussi trouver là beaucoup de choses de valeur, comme la comparaison entre la Phénoménologie de Hegel et le Faust de Goethe, pour ne donner que cet exemple éminent92. Mayer ne peut qu’être sélectif, car ce n’est pas un livre qu’il a écrit sur Bloch, mais seulement des appréciations sous forme de discours. Mais lorsqu’il s’exprime sur Hegel, on soupçonne bien vite, et probablement à juste titre, que ce sont ses propres réserves qu’il projette sur Ernst Bloch : c’est lui, Mayer, qui aurait bien voulu que Bloch se soit débarrassé « enfin, à trente ans, de toute cette imitation de Hegel »93, et c’est lui qui traite la pensée systématique du jeune Bloch d’« efforts juvéniles »94. Lorsqu’on se souvient que Bloch publia son livre sur Hegel95, certes en grande partie rédigé en exil (la préface précise « Cambridge/Mass., en décembre 1947 – Leipzig, en juillet 1949 »), non pas lorsqu’il avait trente ans, mais lorsqu’il en avait plus de 60, et alors que Bloch et Mayer étaient déjà installés à Leipzig, ces remarques laissent le lecteur perplexe. Bloch n’a jamais abandonné Hegel, et d’ailleurs Mayer reconnaît généralement la fidélité et la continuité de la pensée de Bloch96. Mais il y a tout de même une sorte de contradiction ou à tout le moins une ambiguïté dans le fait de souligner d’un côté que Bloch est resté un penseur systématique pendant toute sa vie, et de l’autre que dans L’Esprit de l’utopie et donc dans les intentions initiales de Bloch97, il y aurait non pas seulement un « rejet de toute pensée systématique à la Hegel »98, mais même un rejet constitutif de l’innovation qu’apporte L’Esprit de l’utopie. L’ambiguïté dans ce traitement du rapport de Bloch à Hegel s’explique probablement par un anti-hégélianisme sous-jacent de Mayer lui-même. Mayer ne pouvait évidemment pas négliger Hegel lorsqu’il écrivait sur Goethe, sur Heine, et sur bien d’autres encore. Sa conférence inaugurale à Leipzig, présentée le 20 juillet 1949, était intitulée « Goethe und Hegel »99 et quelques années plus tard il publia un texte sur Heine100 dans lequel il cite et explique le poème « Doktrin », qui contient les lignes célèbres :

  • 101 Heinrich Heine, Historisch-kritische Gesamtausgabe seiner Werke, 16 vol., édité par Manfred Windfuh (...)

Das ist die Hegelsche Philosophie,
Das ist der Bücher tiefster Sinn !
Ich hab’ sie begriffen, weil ich gescheidt,
Und weil ich ein guter Tambour bin
101.

  • 102 Hans Mayer, « Hegels “Herr und Knecht” in der modernen Literatur (Hofmannsthal-Brecht-Beckett) », H (...)
  • 103 Hans Mayer, Das unglückliche Bewußtsein : zur deutschen Literaturgeschichte von Lessing bis Heine [ (...)
  • 104 Ibid., p. 12.

25Mayer avait même publié un article dans les Hegel-Studien, la revue qui faisait autorité à l’époque dans la recherche hégélienne102. Mais le titre indique déjà que dans ce texte il ne s’agissait pas pour lui d’évaluer la philosophie hégélienne, il voulait plutôt discuter son impact sur la littérature moderne. Certes, c’est à Hegel que Mayer emprunte le beau titre de son livre sur la littérature de Lessing à Heine : Das unglückliche Bewußtsein (La conscience malheureuse)103, mais il faut garder à l’esprit que Hegel avait utilisé ce terme afin de caractériser la situation qui avait émergé avec l’avènement du christianisme à la fin de l’Antiquité. La référence historique de Mayer est très différente : il pense à la Révolution française, qui révèle selon lui un conflit entre une pensée humaniste et une réalité sociale déshumanisante104. Le fait que Mayer ait emprunté un titre à Hegel ne signifie pas qu’il reprenne la philosophie hégélienne à son propre compte.

  • 105 Hans Mayer, Unendliche Kette, p. 58-59.
  • 106 Johann Peter Eckermann, Gespräche mit Goethe in den letzten Jahren seines Lebens, édité par Fritz B (...)
  • 107 Hans Mayer, Unendliche Kette, p. 58.
  • 108 Ibid., p. 44.

26La réserve de principe la plus sérieuse formulée par Mayer sur Hegel se trouve déjà à la fin de sa conférence sur Goethe et Hegel105. Après avoir repris (d’Eckermann) le récit d’une rencontre entre les deux auteurs qui eut lieu en octobre 1827, et pendant laquelle Hegel aurait expliqué que la dialectique consisterait en un « esprit de contradiction […] développé d’une façon méthodique »106 – ce qui n’aurait pas choqué Goethe –, Mayer insiste malgré tout sur la différence entre eux pour opter ensuite en faveur de Goethe, non pas de Hegel. Chez celui-ci, l’esprit de contradiction en serait resté à la compréhension, il demeurerait passif, alors que chez Goethe il deviendrait un principe créateur, de transformation107. Curieusement, Mayer prétend s’appuyer là sur le travail de Bloch108. Il se méprend pourtant, parce qu’il considère comme une critique de l’extérieur ce qui est chez Bloch une interprétation de Hegel – certes de gauche, mais une interprétation quand même. En fin de compte, la tension non résolue dans la présentation de Bloch par Mayer, renvoie encore et toujours à la question de savoir comment comprendre Hegel, dans les mots de Bloch :

  • 109 Ernst Bloch, Hegel [1951], p. 11. « Ce qui fait que les grandes œuvres sont grandes, c’est qu’elles (...)

Dass sie nicht enden können, das macht die großen Werke groß. Hegels Werk glaubte am Ende zu sein, doch das war ideologischer Schein. Die Welt geht weiter, in Mühe und Hoffnung weiter, mit ihr auch das Hegelsche Licht109.

Haut de page

Notes

1 Nous traduisons. Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1989, p. 51. Ces discours se recoupent partiellement avec la deuxième partie du livre autobiographique : Ein Deutscher auf Widerruf, 2 vol., Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1982 et 1984. Je cite le volume 2 d’après l’édition de 1988.

2 D’autres aspects auraient pu être analysés, par exemple l’intérêt commun des deux auteurs pour Wagner, qui les a tous deux conduits à Bayreuth, où Wieland Wagner (1917-1966) fut leur hôte (cf. Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, vol. 2, p. 366-379) – mais si je mets à part le récit d’une soirée (cf. ci-dessous), je laisserai cet aspect à des commentateurs plus qualifiés que moi en musique, et moins choqués par certains écrits de Wagner. On trouvera déjà beaucoup d’informations sur Bloch et Mayer à Bayreuth dans le livre d’Udo Bermbach, Die Entnazifizierung Richard Wagners. Die Programmhefte der Bayreuther Festspiele 1951-1976, Stuttgart, Metzler, 2020.

3 Cf. Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 64 et Ein Deutscher auf Widerruf, vol. 2, p. 291.

4 Il s’agit de Günther Neske (1913-1997), fondateur de la maison d’édition du même nom où Mayer avait déjà publié son recueil Von Lessing bis Thomas Mann : Wandlungen der bürgerlichen Literatur in Deutschland, Pfullingen, Neske, 1959, et son étude Bertolt Brecht und die Tradition, Pfullingen, Neske, 1961, et où il publiera ultérieurement d’autres livres. Dans ses mémoires, Mayer qualifie Neske d’« ami fiable », cf. Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, vol. 2, p. 241.

5 Ibid., p. 275 et p. 264.

6 Mayer raconte même (ibid., p. 272, 279 et 285) que le projet de s’établir à Tübingen fut planifié avec Ernst et Karola Bloch pendant une rencontre, « à la fin de l’été 1963 » à Capri.

7 Cf. les contributions de Leo Kreutzer, « “... ich bin wieder an der Leine” : mit Hans Mayer an der Technischen Hochschule Hannover », et de Manfred Lauermann, « “Die Gegenuniversität – bin ich selbst !” : Hans Mayer und ’68 in Hannover », in : Alfred Klein et al. (éd.), Hans Mayers Leipziger Jahre, Leipzig, Rosa-Luxemburg-Stiftung Sachsen, 1997, (p. 37-40) et (p. 149-161).

8 Nous traduisons. Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 293.

9 Gert Ueding, Wo noch niemand war : Erinnerungen an Ernst Bloch, Tübingen, Klöpfer & Meyer, 2016.

10 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 293.

11 Pour la réception française, il suffit de rappeler les nombreux travaux de Gérard Raulet, qui avait, tout jeune, édité un volume d’hommages à Bloch, publié dès 1976 : Gérard Raulet (éd.), Utopie – marxisme selon Ernst Bloch : un système de l’inconstructible. Hommages à Ernst Bloch pour son 90e anniversaire, Paris, Payot, 1976. Il faut aussi renvoyer aux travaux de Michaël Löwy et d’Arno Münster.

12 Iring Fetscher, « Ernst Bloch auf Hegels Spuren », in : Siegfried Unseld (éd.), Ernst Bloch zu ehren, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1965, (p. 83-98). Pour Fetscher, comme pour les trois autres auteurs, je n’évoque qu’une publication précoce sur Bloch, à titre d’exemple.

13 Jürgen Habermas, « Ein marxistischer Schelling – Zu Ernst Blochs spekulativem Materialismus », Merkur 153, vol. XIV, novembre 1960, (p. 1078-1091) ; ultérieurement repris dans son recueil Philosophisch-politische Profile, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1971 – traduction française : Profils philosophiques et politiques, traduction de Françoise Dastur, Jean-René Ladmiral et Marc B. de Launay, Paris, Gallimard, 1987.

14 Walter Jens, « Auch Philosophie gehört zur Literatur », Die Zeit, 1959, no 51.

15 De toutes les disciplines évoquées ici, les théologiens furent peut-être bien les premiers à s’inspirer de Bloch, à l’exemple de Jürgen Moltmann, dont la Théologie de l’espérance, traduite par Françoise et Jean-Pierre Thévenaz, Paris, Éd. du Cerf, 1970 [édition originale : Theologie der Hoffnung, Munich, Chr. Kaiser, 1964] fut un succès mondial.

16 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 56-57.

17 Karola Bloch, née Piotrkowska (1905-1994), était la troisième épouse du philosophe : ils se marièrent seulement en 1934, mais ils se connaissaient depuis 1926.

18 Il publia beaucoup pendant ces années : son chef-d’œuvre, Le principe d’espérance, paraît entre 1954 et 1959 en RDA, puis à partir de 1959 également à l’Ouest, chez Suhrkamp ; sa grande étude de Hegel sort dès 1951 Subjekt – Objekt : Erläuterungen zu Hegel, Berlin, Aufbau. Ensuite vint Avicenna und die aristotelische Linke, Berlin, Rütten & Loening, 1952 ainsi que Christian Thomasius, ein deutscher Gelehrter ohne Misere, Berlin, Aufbau, 1953. Cette liste n’est pas complète.

19 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 290.

20 Rugard Otto Gropp (éd.), Festschrift Ernst Bloch zum 70. Geburtstag, Berlin, Deutscher Verlag der Wissenschaften, 1955.

21 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 285-286.

22 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 18.

23 Ibid., p. 65.

24 Nous traduisons. Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 18 et 65 et Ein Deutscher auf Widerruf, p. 292.

25 Ibid., p. 376.

26 Comme l’a dit Udo Bermbach, par exemple dans son article dans la Neue Zürcher Zeitung, en date du 3 août 2019.

27 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 374-375.

28 Ibid., p. 378-379.

29 « Gegenwelt » : Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 378.

30 Que Wieland Wagner ait fréquemment flatté Bloch comme ayant été « l’une des têtes les plus originales » ou « le plus grand penseur depuis Nietzsche » est attesté par plusieurs documents ; cf. les références données par Udo Bermbach, Die Entnazifizierung Richard Wagners, p. 139.

31 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 378.

32 Ibid., p. 375.

33 Ibid., p. 378.

34 Ibid.

35 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 33.

36 Gershom Scholem, « Dieu réside-t-il dans le cœur d’un athée ? Sur Ernst Bloch », Cahiers de L’Herne 92, 2009, (p. 154-157) ; Michael Landmann, « Das Judentum bei Ernst Bloch und seine messianische Metaphysik », in : Jüdische Miniaturen, vol. 1 : Messianische Metaphysik, Bonn, Bouvier, 1982, (p. 161-180) ; Micha Brumlik, « Ernst Bloch », in : Andreas B. Kilcher et Otfried Fraisse (éd.), Metzler-Lexikon jüdischer Philosophen, Stuttgart & Weimar, Metzler, 2003, (p. 363-367).

37 « Il n’existe aucune souffrance qui soit comparable à celle des Juifs. » Nous traduisons. Ernst Bloch, Das Prinzip Hoffnung, vol. 2, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1979, p. 689.

38 Rassemblés dans son livre : La mort et le temps [ultérieurement intitulé : Dieu, la mort et le temps], Paris, Libr. Générale Française, 1992. Dans une longue note, Levinas énumère au moins huit « motifs nettement juifs […] présents dans l’œuvre » de Bloch ; in : Gérard Raulet, op. cit., p. 318.

39 Ernst Bloch, « Zum Pulverfass im Nahen Osten. Ansprache bei der deutsch-israelischen Kundgebung, Frankfurt am Main, 27.6.1967 », in : Politische Messungen, Pestzeit, Vormärz, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1985, (p. 419-424).

40 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 378 : « Heute möchte ich behaupten, dass uns alle an jenem Abend im Haus Wahnfried die Denk- und Gefühlsrevolte des Expressionismus insgeheim verband. » (italiques de Hans Mayer).

41 Dans le deuxième de ses discours sur Bloch (Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 23), Mayer commence par cette amitié de toute leur vie entre Otto Klemperer et Bloch (tous deux nés en 1885), qu’il qualifie comme ayant parfois été mise en péril, mais toujours consolidée. L’Esprit de l’utopie (note suivante) aurait été une révélation pour Klemperer.

42 Ernst Bloch, Geist der Utopie, Munich & Leipzig, Duncker & Humblot, 1918 [cette première édition existe sous forme de facsimile dans la Gesamtausgabe, vol. 16, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1971] ; deuxième édition, profondément remaniée : Berlin, Cassirer, 1923 ; édition française : L’Esprit de l’utopie, traduction [de la version de 1923] par Anne-Marie Lang et Catherine Piron-Audard, Paris, Gallimard, 1977.

43 Georg Lukács, Die Seele und die Formen : Essays, Berlin, Fleischel, 1911. Édition française : L’Âme et les formes, traduction de Guy Haarscher, Paris, Gallimard, 1974.

44 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 26. Mayer fait allusion à l’exposition de 1960 ; cf. Paul Raabe et Heinz Ludwig Greve (éd.), Expressionismus. Literatur und Kunst 1910-1923. Eine Ausstellung des deutschen Literaturachivs im Schiller-Nationalmuseum, Marbach, Schiller-Nationalmuseum, 1960.

45 Ernst Bloch, Literarische Aufsätze [Gesamtausgabe, vol. 9], Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1965 (Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 287).

46 Ernst Bloch, Spuren, Berlin, Cassirer, 1930 ; nouvelle édition, revue par l’auteur : Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1969. Édition française : Traces, traduction de Pierre Quillet et Hans Hildenbrand, Paris, Gallimard, 1980.

47 Publié chez Kiepenheuer à Leipzig & Weimar, 1990.

48 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 15, 28, 60.

49 Par exemple dans une interview avec Iring Fetscher (1967), aujourd’hui sur youtube : https://www.youtube.com/watch?v=T4oXNBm29jA.

50 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 24.

51 Ibid., p. 39.

52 Dont probablement Mayer lui-même, même s’il ne le dit pas explicitement, préférant une formule neutre : « même si on le lui déconseilla », nous traduisons. (Ibid., p. 41).

53 Pour reprendre le titre d’un essai de Thomas Mann, Nietzsches Philosophie im Lichte unserer Erfahrung, Berlin, Suhrkamp vorm. S. Fischer, 1948.

54 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 40-41.

55 Ibid., p. 45-46.

56 Georg Lukács, Geschichte und Klassenbewusstsein. Studien über marxistische Dialektik, Berlin, Malik-Verlag, 1923. Édition française : Histoire et conscience de classe, traduction de Kostas Axelos et Jacqueline Bois, Paris, Minuit, 1960.

57 Le compte rendu de Bloch [1923] se trouve dans le vol. 10 de ses œuvres complètes, Philosophische Aufsätze zur objektiven Phantasie, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1969, le passage en question p. 600 ; cf. Christina Ujma, Ernst Blochs Konstruktion der Moderne aus Messianismus und Marxismus : Erörterungen mit Berücksichtigung von Lukács und Benjamin, Stuttgart, Metzler, 1995, p. 67-70.

58 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 46.

59 Certes, Bloch s’est souvent déclaré « athée », mais il ne faut pas toujours comprendre de telles déclarations au sens littéral du terme. Une anecdote rapportée par l’éminent théologien Jürgen Moltmann, qui a beaucoup fréquenté Bloch à partir de 1959, peut ici servir d’exemple : après une conférence à Wuppertal, les deux hommes se sont installés dans un bar enfumé pour prolonger la discussion. À la question de Moltmann, de savoir s’il était athée, Bloch aurait répondu « Ja, ich bin ein Atheist um Gottes willen » (« Oui, je suis athée, mon Dieu ! ») (Jürgen Moltmann, Hoffen und Denken : Beiträge zur Zukunft der Theologie, Neukirchen-Vluyn, Neukirchener Theologie, 2016, p. 228). Il est difficile de ne pas voir l’ironie, et aussi beaucoup plus, dans ce bon mot.

60 « J’entends les gens m’appeler athée / je ne sais pas si je ne suis pas plutôt croyant. » Nous traduisons. David Friedrich Strauß, Poetisches Gedenkbuch : Gedichte aus dem Nachlasse [Gesammelte Schriften, vol. 12], introduction de Eduard Zeller, Bonn, Strauß, 1877, p. 64.

61 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 29 et 59.

62 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 58.

63 Ibid.

64 Thomas Mann, Joseph und seine Brüder, t. 4 : Joseph, der Ernährer, Stockholm, Bermann-Fischer, 1943. Édition française : Joseph le nourricier, traduction de Louise Servicen, Paris, Gallimard, 1948.

65 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 37-38.

66 Ernst Bloch, Geist der Utopie, Munich et Leipzig, Duncker & Humblodt, 1918, p. 79 à 234 (sur 445).

67 Heinrich Mann, « Zola », Die weissen Blätter, 2e année, novembre 1915, (p. 1312-1382). Cette première édition de ce texte est disponible sous le lien : https://archive.org/details/DieWeienBltter2.Jg1915/mode/2up. Édition française, d’après une version ultérieure (de 1931) : Zola, traduction d’Yves Le Lay, Paris, Éditions de la Nouvelle revue critique, 1937.

68 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 38.

69 Ibid., p. 61.

70 Ibid.

71 Ibid., p. 56.

72 Ibid., p. 57.

73 La façon dont Mayer souligne l’absence de Kafka est frappante : « Il trouverait sa place, dans l’index, entre Kabasilas [un mystique byzantin du xive siècle] et Kaiphas [le grand-prêtre du Temple de Jérusalem au moment du procès de Jésus]. » Nous traduisons. (Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 50).

74 Ibid., p. 51.

75 Ibid., p. 17.

76 Ibid., p. 65.

77 Ernst Bloch, « Schiller und Weimar als seine Abbiegung und seine Höhe » : ce texte fut publié d’abord à l’Est, in : Sinn und Form 7 (2), 1955, (p. 157-175), avant de trouver sa place dans le vol. 9 de la Gesamtausgabe (ci-dessus, note 35), (p. 96-117).

78 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 66.

79 Friedrich Schiller, « Hoffnung » [1797], in : Sämtliche Werke, 5 vol., édité par Gerhard Fricke et Herbert G. Göpfert, Munich, Hanser, 1987, vol. 1, p. 217 : « Ce n’est pas folie vide et flatteuse/ fabriquée dans le cerveau du fou/ dans le cœur, il s’annonce haut et fort,/ nous sommes nés pour quelque chose de meilleur !/Et ce que la voix intérieure dit,/ l’âme qui espère ne s’y trompe pas. » Nous traduisons.

80 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 48.

81 Ibid., p. 41.

82 Ibid., p. 28.

83 Ibid., p. 32.

84 Cf. ibid., p. 31 et 35. Il ne faut pas priver les lecteurs de ces lignes de la réponse de Bloch au mépris de Marianne Weber : « Qui me rejette, sera jugé devant l’histoire ». Nous traduisons. Mayer considère la formule trop bien trouvée pour croire qu’elle ait été articulée verbatim par Bloch, mais il ne doute pas qu’il y ait eu une réaction de ce genre (ibid., p. 35).

85 Ibid., p. 36 et 47.

86 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, p. 285.

87 Mayer se réfère à l’édition dirigée par Hermann Glockner (1896-1979) qui faisait encore autorité à l’époque : Hegel, Sämtliche Werke, Stuttgart, Frommann, 1927-1940.

88 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 47-48 et 59.

89 Ernst Bloch, Gesamtausgabe, 16 vol., Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1959-1977 ; un volume supplémentaire, non achevé par Bloch, sortira à titre posthume : Tendenz – Latenz – Utopie, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1978 [Gesamtausgabe, Ergänzungs-Band].

90 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 47.

91 Le livre n’est mentionné qu’en passant : ibid., p. 39.

92 Ernst Bloch, Subjekt – Objekt : Erläuterungen zu Hegel [1951 ; cf. note 17], j’utilise l’édition : Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1972, p. 75-79.

93 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 35.

94 Ibid., p. 24.

95 Petite correction : pour Bloch ce n’était pas un livre sur Hegel : « Cet écrit n’a pas l’ambition d’être un livre sur Hegel, c’est plutôt un livre dirigé vers lui, un livre avec lui et à travers lui. » Nous traduisons. Ernst Bloch, Hegel [1951], p. 11.

96 Hans Mayer, Reden über Ernst Bloch, p. 49.

97 Ibid., p. 37-38.

98 Ibid., p. 38 (italiques de Mayer) : « Absage […] an alles hegelisierende Systemdenken. » Nous traduisons.

99 Repris (avec modifications) dans Hans Mayer, Unendliche Kette. Goethestudien, Dresden, Dresdner Verlagsgesellschaft, 1949, p. 44-59 ; Cf. Heinrich Bleicher, « “Dem Absoluten empfiehlt sich schönstens zu freundlicher Aufnahme das Urphänomen” », publié en ligne sur le site de la Hans-Mayer-Gesellschaft : https://www.hans-mayer-gesellschaft.de/dem-absoluten-empfiehlt-sich-schoenstens-zu-freundlicher-aufnahme-das-urphaenomen/ (mis en ligne le 27 août 2020).

100 Hans Mayer, « Doktrin. Anmerkungen zu einem Gedicht von Heinrich Heine » : ce texte, qui fut d’abord publié dans la revue Sinn und Form [1951], est aujourd’hui disponible dans son livre : Der Weg Heinrich Heines, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1998, (p. 7-17).

101 Heinrich Heine, Historisch-kritische Gesamtausgabe seiner Werke, 16 vol., édité par Manfred Windfuhr, Hamburg, Hoffmann & Campe, 1973-1997, vol. II (1983), p. 109. « Voilà la philosophie de Hegel,/ Le sens profond de tous les livres !/ Moi, je les ai compris parce que je suis intelligent/ Et parce que je suis un bon tambour. » « Doctrine », traduction de Jean-Pierre Lefebvre dans Anthologie de la poésie allemande, édition de Jean-Pierre Lefebvre, Paris, Gallimard, 1993, p. 697.

102 Hans Mayer, « Hegels “Herr und Knecht” in der modernen Literatur (Hofmannsthal-Brecht-Beckett) », Hegel-Studien. Beiheft 11, Bonn, Bouvier, 1974, (p. 53-78).

103 Hans Mayer, Das unglückliche Bewußtsein : zur deutschen Literaturgeschichte von Lessing bis Heine [1986], j’utilise l’édition : Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1989.

104 Ibid., p. 12.

105 Hans Mayer, Unendliche Kette, p. 58-59.

106 Johann Peter Eckermann, Gespräche mit Goethe in den letzten Jahren seines Lebens, édité par Fritz Bergemann, Francfort-sur-le-Main, Insel, 1987, p. 622 ; traduction française citée d’après : Conversations de Goethe avec Eckermann, traduction de Jean Chuzeville, Paris, Gallimard, 1949, p. 547.

107 Hans Mayer, Unendliche Kette, p. 58.

108 Ibid., p. 44.

109 Ernst Bloch, Hegel [1951], p. 11. « Ce qui fait que les grandes œuvres sont grandes, c’est qu’elles ne peuvent pas finir. L’œuvre de Hegel croyait être à la fin, mais c’était une illusion idéologique. Le monde continue, dans la peine et l’espérance, et avec elle également la lumière [venue de] Hegel. » Nous traduisons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Norbert Waszek, « « Qui l’a connu ne peut l’oublier » : Hans Mayer sur Ernst Bloch »Revue germanique internationale, 33 | 2021, 85-98.

Référence électronique

Norbert Waszek, « « Qui l’a connu ne peut l’oublier » : Hans Mayer sur Ernst Bloch »Revue germanique internationale [En ligne], 33 | 2021, mis en ligne le 11 juin 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2675 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2675

Haut de page

Auteur

Norbert Waszek

Professeur, Université de Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search