Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33III. Hans Mayer lecteur« Une ironie plutôt “occidentale”...

III. Hans Mayer lecteur

« Une ironie plutôt “occidentale” envers le marxisme » ? Hans Mayer célèbre Kleist

Clément Fradin
p. 115-123

Texte intégral

1Le texte de Hans Mayer que nous publions dans une traduction française inédite, Heinrich von Kleist. L’instant historique, ne semble pas faire aujourd’hui l’objet de débats particulièrement virulents dans la critique kleistienne, comme si l’originalité de la position qui y est défendue n’était plus actuelle, comme si « l’instant historique » qui a présidé à sa concrétion et à sa formulation était définitivement dépassé ou, plus simplement, oublié voire refoulé.

  • 1 Hans Mayer, Heinrich von Kleist. Der geschichtliche Augenblick, Neske, Pfullingen, 1962, p. 77. Nou (...)

2Ainsi, à l’inverse, par exemple, des interprétations de Peter Szondi publiées quelques années plus tôt et que Mayer n’évoque pas dans ce court texte (alors même qu’il ne se prive pas d’y attaquer certains de ses contemporains de l’Ouest), Mayer ne rentre finalement guère ici dans le détail des problèmes d’esthétique dramatique ou des questions stylistiques et herméneutiques posés par les œuvres de Kleist. C’est là peut-être la première raison du relatif silence actuel entourant un texte tiré d’une conférence, volontairement peu académique et dont Mayer soulignait que l’enjeu était bien « “l’instant historique” de Heinrich von Kleist », autrement dit un ouvrage qui n’entendait être « ni une biographie, ni une interprétation de l’œuvre à proprement parler »1. En effet, la structure et la progression du texte suivent une forme poussée de ce que nous pouvons appeler une « historicisation biographique » mêlant histoire des idées, plan biographique (suivi chronologiquement) et citations d’œuvres ou analyses de personnages littéraires. Mayer, quand il aborde le massif kleistien, ne rentre donc pas, « à proprement parler », dans un débat sur le sens mais il engage la discussion sur la signification de Kleist – dans son époque et pour l’interprète dans son temps.

  • 2 Voir : Norbert Otto Eke, « 1.5. DDR », in : Ingo Breuer (éd.), Kleist-Handbuch. Leben – Werk – Wirk (...)
  • 3 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, tome 2, p. 243-244.

3Son argumentation, qui ne saurait être réduite à la vision d’un Kleist peint sous les atours d’un « Jacobin attardé », comme le résume trop rapidement un critique récent2, prend alors une valeur exemplaire pour saisir l’approche méthodique des œuvres et des auteurs proposée par Mayer – qu’il n’a, du reste, jamais théorisée. Ce texte prend surtout une toute autre ampleur si on le soumet également à l’« historicisation biographique » qui caractérise la démarche de Mayer à propos de Kleist, c’est-à-dire en situant ce « gros essai, presque un petit livre »3 à un point de rupture : rupture d’abord dans l’histoire culturelle de la République démocratique allemande dont Kleist et les célébrations du 150e anniversaire de sa mort sont un marqueur, Kleist étant un objet de débat et d’appropriation, un champ de contraintes idéologiques, donc, dans lequel ce texte se situe, mais aussi dans la biographie intellectuelle de Mayer pris dans les contradictions de son époque et de sa trajectoire personnelle. L’instant historique ainsi reconstruit donne au texte une valeur de document historique.

  • 4 Franz Mehring, « Heinrich von Kleist », in : Zur Literaturgeschichte von Calderon bis Heine, Berlin (...)
  • 5 Georg Lukács, « Die Tragödie Heinrich von Kleists » [1936], in : Deutsche Realisten des 19. Jahrhun (...)
  • 6 Mayer, Ein Deutscher, tome 2, p. 273.
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid., p. 244.
  • 9 Ibid.
  • 10 Ibid.

4Dans ses mémoires, c’est significatif autant que respectueux de la chronologie, Mayer a placé la relation des circonstances entourant l’écriture de cet essai dans le chapitre qui s’ouvre par la construction du Mur et s’achève par son émigration à l’Ouest – un moment de bascule historique et biographique, donc. Il y rappelle le préjugé négatif à l’encontre de Kleist qui régnait en RDA à l’époque et le rôle joué par les écrits de Franz Mehring4 et Georg Lukács5 dans l’élaboration de « l’esthétique de la RDA »6. Succombant peut-être à une forme d’illusion rétrospective, nous y reviendrons, Mayer explique que les autorités culturelles est-allemandes sont venues le chercher pour prononcer le discours d’hommage à Kleist le 21 novembre 1961 avant tout parce qu’il avait organisé un colloque sur Kleist dans lequel il avait « tenté de désembrouiller un peu les incompréhensions »7 autour de celui-ci. Il note toutefois, malgré les éloges de la presse du régime, que les seuls officiels présents lorsqu’il prononça son discours étaient des « seconds couteaux »8. Rétrospectivement, il établit un parallèle entre Kleist, sorti opportunément, à l’occasion de ce jubilé, du « débarras » dans lequel il était remisé par le canon de la RDA, et lui-même qui avait bénéficié pendant ce moment kleistien « d’un peu de lumière avant qu’on éteigne à nouveau »9. Mais l’essentiel n’est pas là, aux yeux du mémorialiste de lui-même : le signal, en dépit de toutes les ambiguïtés qui annoncent déjà, selon Mayer, la disgrâce à venir, est bien, au tournant de 1961/1962, que Mayer est encore un universitaire qui compte en RDA et avec lequel des étudiants peuvent travailler10. Ce passage donne en réalité à lire le clivage de sa position de l’époque dans l’université allemande, marquée par une reconnaissance indéniable mais sujette au contrôle et à la censure éventuelle – à l’autonomie et à l’originalité revendiquées se superpose une forte contrainte externe qui détermine et borne celles-ci. Surtout, on voit combien la conjecture lui ayant permis de traiter publiquement de « l’instant historique » de Kleist est aussi un moment particulier pour l’auteur, entre reconnaissance et refoulement.

  • 11 Ibid., p. 243-244.

5Pour Mayer, quand il s’y replonge en écrivant ses mémoires, son travail sur « l’écrivain et homme des Lumières » Kleist revient à montrer qu’il vient « toujours trop tard quand il tente de nouvelles expériences intellectuelles : trop tard pour le rousseauisme, pour le kantisme, pour le classicisme weimarien, pour le jacobinisme comme pour Napoléon »11. En réalité, ce retour trahit légèrement le sens de son propos originel où, à propos du « débat sur Sickingen », Mayer s’opposait à Marx et Engels en montrant que le caractère tragique d’un personnage ne s’attache pas seulement à la précocité de ses vues, idées, etc. mais relève parfois aussi du caractère tardif du décalage temporel :

Le « débat sur Sickingen » ne perçoit le tragique que dans le phénomène de ce qui apparaît historiquement trop tôt.
De quelle sorte relève la tragédie de Heinrich von Kleist ? Est-il venu trop tard ou trop tôt ? Les deux sans doute. Avec lui la conscience bourgeoise atteint un sommet en Allemagne qui est en même temps un point-limite. Dans toutes ses crises et ses évolutions, dans ses efforts constants pour acquérir une certitude objective nouvelle, Kleist n’a jamais renoncé à ses positions précédentes mais a toujours tenté d’en sauver les éléments fondamentaux pour la position spirituelle qu’il venait d’atteindre.

6Cet aspect du débat avec le canon marxiste n’est cependant pas central dans les thèses avancées même s’il se prolongera dans la querelle – privée d’abord puis publique – avec Lukács. La possibilité d’une telle formule traduit cependant l’assouplissement de la doxa esthétique à l’occasion de ce jubilé et la révision des positions jusqu’alors admises et dicibles à propos de Kleist. L’essentiel de l’effort fourni par Mayer autour de « l’instant historique » de Kleist, pourtant, est à chercher ailleurs.

  • 12 Siegfried Streller, « Hans Mayers Beitrag zur Würdigung Kleists 1961 », in : Alfred Klein, Manfred (...)

7Siegfried Streller, qui fut l’élève de Mayer à Leipzig, et son assistant de 1959 à 1963, période pendant laquelle il rédigea sous la direction de Mayer son habilitation sur Kleist, soutenue en 1962, est revenu dans un texte publié après la Wende, en 1997, un peu plus de dix ans après son éméritat du poste de professeur de littérature qu’il occupait à la Humboldt-Universität depuis 1964, sur cet opuscule et l’importance de sa réception en Allemagne de l’Est qui coïncidait avec une réévaluation positive de Kleist12. Streller y résume en conclusion les idées essentielles de l’étude de Mayer, les ramassant en six points que nous pouvons reprendre de manière schématique :

  1. la nécessité de prendre en compte la situation historique de l’époque décrite mais aussi le moment actuel, autrement dit, et nous prolongeons ici ce que Streller avance, il convient d’introduire la situation de l’interprète dans le cercle herméneutique ;

  2. Mayer souligne plus loin l’importance des Lumières bourgeoises pour Kleist qui se trouvent toutefois dans une situation de crise face au dévoiement de la Révolution française, ce qui rapproche Kleist de Grabbe, Büchner et Heine ;

  3. contre la position classique, Kleist défend, selon Mayer, l’identité de l’art et de la vie ;

  4. comme synthèse de toutes les crises traversées et positions adoptées par Kleist, Le Prince Friedrich von Homburg est un sommet de l’art dramatique allemand ;

  5. par conséquent, Mayer prend position en faveur des œuvres les plus discutées de Kleist en négligeant les récits et en particulier Michael Kohlhaas, ce qui mène au refus de toute réception partielle comme chez Mehring ou Lukács ;

    • 13 Ibid., p. 74.

    éloge de l’instant historique de 196113.

8Cependant la plus grande partie de ce bref exposé de l’ancien élève de Mayer est consacrée à la place accordée par ce dernier au rôle de la position historique de l’interprète dans la perception de l’œuvre, élément novateur dont il faut rappeler les moments essentiels avant de tenter de comprendre pourquoi Mayer développe cette idée, à ce moment de sa vie et, surtout, de la réception de Kleist.

9Mayer, après avoir rejeté des lectures psychologisantes, esthétisantes ou internalistes et les débats sur des catégories vagues comme celle de « modernité », déclare en effet qu’« [o]n manque le phénomène Kleist si on sépare l’observation historique de l’évaluation faite à l’aune de nos connaissances actuelles. Kleist est une fois pour toutes un phénomène historique qu’il convient d’interpréter depuis ses origines, son temps, sa vie et les expériences qu’il y fait, sa vision de l’art et ses dons propres. » Autrement dit, et c’est là une pierre dans le jardin de la science littéraire marxiste orthodoxe, « [f]ace à cette œuvre l’approche historico-génétique ne peut suffire. Kleist était un phénomène historique mais nous autres contemporains et observateurs de Kleist sommes aussi des phénomènes historiques. Notre subjectivité dans le jugement possède également une objectivité historique […]. » En ce sens, « [s]i, pour le saisir dans son temps, on sépare l’objet littéraire du sujet qui l’observe aujourd’hui on arrive peut-être à montrer pourquoi et sur quels points cet homme devait échouer mais on échoue à interpréter l’œuvre ».

10En effet, l’un des enjeux pour Mayer, propre à une approche matérialiste des œuvres, est de montrer que Kleist n’anticipe pas la littérature de la « décadence » selon l’expression de Lukács (qui est mutatis mutandis la « modernité » dans le vocabulaire de l’Ouest). Kleist est donc pour lui venu à la fois trop tard et trop tôt de sorte que le clivage parcourant son habitus – un Junker menant une vie de bourgeois cultivé puis d’artiste – lui permet d’être lu, et avec lui ses œuvres, comme une « préfiguration » de mouvements et de pensées ultérieurs, le plus souvent inscrits dans une revendication de réforme de la société – loin donc de la représentation d’un Kleist conservateur, nationaliste prussien. Dans un paragraphe du texte de 1963, qu’il a retiré lors de la republication de L’instant historique dans le recueil Das unglückliche Bewußtsein (1986), et qui suit précisément le développement consacré à Kleist comme « un précurseur, comme la grande préfiguration », Mayer détaille à nouveau le rapport du critique à son objet :

  • 14 Mayer, Heinrich von Kleist [1962], p. 61.

Les deux sont préfigurés ici : le répertoire de la littérature bourgeoise tardive et la dialectique de l’individualité et de la sociabilité, de la liberté et de la nécessité. Il dépend de celui qui le juge aujourd’hui, de son propre point de vue, de saisir en quoi consiste son affinité pour Kleist. Beaucoup de choses sont possibles mais une chose est exclue : l’attitude pédante et hautaine d’un Gundolf ou d’un Lukács face à l’un des artistes les plus grands et les plus profondément allemands.14

  • 15 Mayer, Ein Deutscher, tome 2, p. 170.

11Ce passage, qui a vexé Lukács dans le rapprochement avec l’un des membres éminents du cercle de George (ce qui peut expliquer pourquoi il fut retiré ultérieurement)15, relativise cependant l’idée forte formulée au début du texte en la renvoyant du côté du goût, de « l’affinité » personnelle du critique alors que la prise en compte de la distance historique et surtout des conditionnements du critique par les traditions interprétatives ou idéologiques à travers lesquelles une œuvre transite et qui donnent le champ de ses possibles herméneutiques est une intuition très puissante.

  • 16 Sur la situation de Mayer dans le champ éditorial entre les deux Allemagnes et les profits qu’il a (...)

12Il convient cependant de préciser encore l’« instant historique » dans lequel se trouve Mayer quand il se penche sur Kleist en 1961-1962. Dans son article, Streller pointe, à propos de la réception de ce texte en RDA, l’ombre portée par le choix de Mayer d’émigrer, en 1963, un an après la parution de l’ouvrage dans une maison d’édition de l’Ouest, Neske, marquée fortement par l’heideggérianisme. Pour Streller, cela a empêché que ce texte soit lu. On peut cependant voir ce choix éditorial16 comme l’annonce de la rupture avec la RDA et l’inscrire dans la suite du choc ressenti face à l’érection du Mur qui a précédé de quelques mois seulement le discours de Mayer sur « La grandeur tragique de Heinrich von Kleist » (Die tragische Größe Heinrich von Kleists), prononcé le 21 novembre 1961 au Kleist-Theater de Francfort-sur-l’Oder, qui a fourni la base de L’instant historique. Le contexte politique est toutefois plus complexe et nuance cette forme de récit rétrospectif.

  • 17 Stephan Ehrig, Der dialektische Kleist. Zur Rezeption Heinrich von Kleists in Literatur und Theater (...)

13En plus d’avoir une certaine portée internationale – Mayer est un critique reconnu à l’Ouest – le choix du professeur leipzigois pour prononcer ce discours d’hommage procède d’une révision délibérée de la part du régime, qui se trouve dans une situation de concurrence autour de l’héritage culturel allemand avec la RFA, des options interprétatives qui cantonnaient Kleist à sa position sociale d’origine mais aussi à ses prises de position patriotiques. Le régime sollicite donc Mayer à dessein – et celui-ci se prête volontiers à cette instrumentalisation qu’il ne perçoit sans doute pas comme telle. Stephan Ehrig a toutefois montré comment, dans les préparatifs du discours, Mayer s’accorde avec les représentants du Ministerium für Kultur de la RDA pour tordre le bâton dans son sens et revenir sur les positions de Mehring et Lukács en même temps qu’il en profite pour attaquer certains critiques de l’Ouest17. La position de Mayer est donc plus complexe qu’il n’y paraît et son discours n’est pas, dans sa généalogie ou dans son intention, un acte de révolte contre une certaine doxa étatique. Il y a une forme d’opportunisme et de mise à profit du changement d’orientation dans sa critique. Celle-ci vise en effet, dans ses passages les plus virulents, les analyses de Mehring et de Lukács qui ne lui conviennent plus depuis longtemps et qu’il a alors l’occasion d’attaquer de façon très officielle. C’est ainsi que Mayer « croit se rappeler », dans ses mémoires, que, dans le cadre de ses cours donnés à l’automne 1956 dans une université moscovite sur « les Lumières allemandes bourgeoises classiques » il traita aussi de Kleist :

  • 18 Mayer, Ein Deutscher, tome 2, p. 169-170.

À l’époque déjà, j’avais le plan d’une étude consacrée à « l’instant historique » de ce marginal que les germanistes ne pouvaient qu’à grand-peine ranger parmi les « romantiques » et certainement pas parmi les auteurs classiques. Il fallait défendre Kleist contre les verdicts de Lukács qui entendait cantonner ce patriote forcené et l’homme des Lumières profondément déçu, qui était de surcroît un Junker, à une position d’irrationaliste et de destructeur de la raison – verdict plus goethéen, donc, que celui du Conseiller secret de Weimar. La science littéraire soviétique de cette époque considérait les romantiques allemands comme réactionnaires et “mystiques”, sans qu’on sache ce que cela signifie. Il y avait là une tradition du mépris qui remontait aux jugements injustes et aux préjugés de Heine dans L’école romantique et qui se continuait aussi bien chez Franz Mehring que chez Georg Lukács, apparemment d’accord pour une fois.
J’opposais qu’on ne pouvait pas s’en sortir aussi facilement avec Amphitryon et pas non plus avec La marquise d’O18

  • 19 Hans Mayer, Briefe. 1948-1963, édition et commentaire par Mark Lehmstedt, Lehmstedt, Leipzig, 2006, (...)
  • 20 MTA Budapest, Lukács Archivum. Toutes les lettres citées ont été scannées et sont disponibles en li (...)
  • 21 Mayer, Briefe, p. 544.

14La correspondance entre Mayer et Lukács éclaire le différend entre les deux hommes autour de L’instant historique et de Kleist en particulier. Le 21 février 1962, Mayer annonce à Lukács qu’il est invité à Budapest en avril de cette année et qu’il se réjouirait de l’y rencontrer, il en profite pour évoquer son ouvrage sur Kleist qu’il entend lui apporter mais s’empresse d’ajouter : « Vous ne serez certainement pas d’accord, je le crains, mais cet ouvrage vous intéressera peut-être quand même »19. Dans sa réponse, datée du 26 février, Lukács se réjouit de voir Mayer à Budapest et de pouvoir discuter avec lui, il précise : « J’attends avec grand intérêt votre Kleist. Je ne considère aucunement que mon vieil article est canonique. J’entendais seulement mettre quelques limites de la raison face au déferlement, déjà à l’époque, de l’enthousiasme aveugle ou borgne. Je suis convaincu que j’avais raison pour l’essentiel, ce qui n’exclut évidemment pas que de nouvelles études sur Kleist mettent au jour des contextes qui excèdent cet exposé. Mais tout le reste par oral »20. Comme il l’annonce à son collègue budapestois dans une lettre du 10 avril 1962, Mayer ne put finalement se rendre à Budapest la semaine suivante (où Lukács fêtait son 77e anniversaire), le Secrétariat d’État aux universités justifiant cette interdiction de voyager par le refus que les deux hommes se rencontrent… Mais Mayer tient à envoyer son livre sur Kleist à Lukács en précisant à nouveau : « Beaucoup de choses dedans, vraisemblablement, vous déplairont mais j’espère que le raisonnement vous intéressera malgré tout »21. Évidemment déçu de cette défection et de son motif, Lukács écrit le 20 avril 1962 : « J’attends avec impatience votre ouvrage sur Kleist. Des questions de la plus haute importance y apparaîtront certainement, sur lesquelles il nous faut échanger. Mais, malgré vos allusions, je ne veux pas anticiper sur la lecture. »

  • 22 Lukács détourne ici le premier vers du célèbre poème de Schiller An die Freude.

15Le 10 mai 1962, Lukács, après avoir lu L’instant historique, se fend d’une longue lettre à Mayer dans laquelle il fait d’abord part de sa déception car, s’attendant à une « polémique franche » contre son essai sur Kleist, il n’a pas trouvé « l’affrontement de contradictions raisonnables et nécessaires historiquement ». Du reste, la polémique contre ses thèses est menée dans un « ton qui ne [lui] plaît guère » : « Je crois qu’il nous faut être tout à fait sincères l’un envers l’autre. Quand vous parlez de ma mise en avant de la “victoire du réalisme” comme de “circonstances atténuantes” c’est là une ironie plutôt “occidentale” envers le marxisme. – Ihr Freunde, nicht diese Töne.22 » Mais surtout, s’il concède que « la crise idéologique » historique présentée par Mayer est juste et « résulte bien des contradictions de la Révolution française », Lukács souligne que ces contradictions n’apparaissent pas avant 1848 et certainement pas après l’échec de 1830 :

Dans les crises d’après 1830 domine encore la possibilité d’une révolution démocratique. Pensez que c’était l’époque d’or de Balzac et Stendhal, que le jeune Marx et le jeune Engels ont commencé comme démocrates radicaux. Ce n’est qu’après 1848, en particulier après la révolution de juillet, que l’opposition que vous décrivez apparaît comme complètement insoluble et qu’elle influence massivement, dans son insolubilité, la pensée et la littérature.

16Il est donc impossible de rattacher Büchner à Kleist et même à Heine, sans parler de Hölderlin, ce « Jacobin attardé » : « Qu’ont toutes ces figures à voir, intérieurement, avec Kleist ? Que Heine ait eu une grande estime pour lui comme auteur ne touche en rien ce problème… » argumente ainsi Lukács.

17À ses yeux, la plus grande faiblesse du livre de Mayer réside cependant dans son manque d’arguments esthétiques pour étayer sa thèse :

Je ne peux par exemple absolument pas admettre qu’il y aurait dans La Famille Schroffenstein et dans Penthésilée une quelconque critique rousseauiste des bases sociales représentées. Ces dernières sont, en particulier dans le second cas, extraordinairement construites et relèvent encore plus de l’ordre du conte que vous ne l’admettez pour Kätchen de Heilbronn. Toutefois, dans ce milieu artificiel et merveilleux se déroule une action qui n’a rien de merveilleux. On ne peut pourtant absolument pas dire que quiconque se révolte d’une manière ou d’une autre contre les bases sociales de son existence dans Penthésilée. […] Je ne peux pas non plus voir en quoi les remarques de Kottwitz et de la Princesse von Oranien dépassent la tradition prussienne. Qu’à côté de la « loi martiale » la « douceur des sentiments » doive aussi régner est un compromis et pas un dépassement critique de l’état ancien. Je suis encore moins d’accord quand vous apercevez dans Hermann ou Homburg des précurseurs de la tragédie de l’artiste ultérieure.

18Pour Lukács, Mayer échoue dans la défense de sa « thèse antiromantique » en passant rapidement sur des relations bien réelles de Kleist avec des romantiques, comme son lien avec Adam Müller, et en surjouant d’autres relations. De sorte qu’il se voit contraint d’en revenir à son ancien article qu’il a relu et trouve « plus solide et plus concluant que dans son souvenir » et il en profite pour rappeler à Mayer qu’il avait esquissé une interprétation du Prince von Homburg dans son article « Sur le prussianisme » (Über Preussentum) y voyant un « caractère typique de la Prusse ».

19La conclusion de la lettre sonne comme une sévère leçon du maître à l’élève :

J’ai exposé ici mes vues de façon tranchée et sans diplomatie. Vu l’importance d’un renouvellement réel du marxisme de nos jours c’est pourtant indispensable. Il nous faut non seulement critiquer de faux principes et des applications inexactes mais il nous faut aussi tenter de dialoguer avec toutes les personnes de bonne volonté et compréhensives hors du marxisme. Pour cela, clarté théorique et critique sans scrupules sont nécessaires, particulièrement entre personnes qui aspirent à la même chose. Il faut donc se garder de rester fixé sur l’ancien autant que de révisions précipitées. La valeur de votre tentative est de tendre à un nouveau jugement marxiste sur Kleist. Je crois que c’est un échec. Et je crois aussi qu’il n’est pas toujours nécessaire de revoir toutes nos évaluations anciennes.

  • 23 Mayer, Ein Deutscher, tome 1, p. 108.
  • 24 Ibid.

20Fidèle au portrait qu’en a dressé Mayer dans ses mémoires, Lukács, qui reste bien « malgré tout […] [le] maître [de Mayer] »23, maintient ses positions initiales, refuse toute révision et ne rentre finalement pas dans le détail de l’argumentation mayerienne qui est marxiste dans la mesure où elle repose sur une forme particulière de dialectique, résumée par la formule de la synthèse dialectique de Kleist dans la « naïveté » comme « négation de la négation ». Les deux hommes se verront finalement en octobre 1962 à Budapest et, si on en croit la lettre du 1er décembre 1962 adressée par Lukács à Mayer, « certaines incompréhensions ont été levées » alors, c’est aussi le souvenir qu’en garde Mayer24, même si les « différences majeures demeurent – ce qui ne signifie pas une rupture amicale ».

21Le conflit entre les deux critiques marxistes autour du phénomène Kleist n’est pas résolu, il connaîtra d’ailleurs un rebondissement peu de temps après cet échange épistolaire, en juillet 1964 dans les pages culture de Die Zeit où, à l’occasion de la parution de volumes des œuvres complètes de Lukács chez Luchterhand, Mayer se lance dans un apologue paradoxal, reconnaissant la grandeur des vues des premières œuvres du penseur marxiste et déplorant la faible qualité des écrits tardifs, en particulier ceux sur la littérature25. Lukács ne s’était pas privé de reprendre dans sa préface, écrite en 1963, au volume Deutsche Literatur in zwei Jahrhunderten, dans une allusion privée évidente à sa lettre du 10 mai 1962, le vers de Schiller (Ihr Freunde, nicht diese Töne) pour dénoncer la méthode mayerienne qui ne s’intéresse pas assez aux « problèmes réels des écrivains et des penseurs ». Mayer, établi désormais en RFA, lui rend la pareille dans les pages d’un hebdomadaire de centre-gauche ouest-allemand en dénonçant comme réellement réactionnaires les positions esthétiques de celui qui est, depuis le printemps 1956, un « révisionniste » aux yeux des idéologues du bloc de l’Est alors qu’il est, pour Mayer, « en réalité beaucoup plus proche de leurs positions que ce qu’ils aimeraient croire ».

  • 26 Ehrig, Der dialektische Kleist, p. 43-86.
  • 27 Mayer, « Georg Lukács’ Größe und Grenze ».
  • 28 Ehrig, Der dialektische Kleist, p. 92.

22Résumons, à la lumière de ces éléments, privés et publics, historiques et biographiques mais aussi idéologiques, « l’instant historique » de L’instant historique. Le jubilé Kleist est d’abord l’occasion, pour la RDA, d’entériner une révision (engagée déjà partiellement si on suit Ehrig26) des positions héritées d’une certaine doxa marxiste à propos de Kleist. La concurrence mémorielle sur « l’héritage culturel » joue alors à plein, dans le contexte d’un raidissement de plus en plus fort des relations entre les deux Allemagnes, marqué par l’érection du Mur. Mayer, universitaire est-allemand « star », reconnu à l’Ouest, est choisi pour prononcer un discours en accord avec ce revirement – ou, pour le dire plus dialectiquement, pour prononcer un discours qui produit le changement comme il est produit par ce changement. L’approche marxiste des textes, si elle se limite à y chercher un « reflet réaliste des totalités sociales »27, est condamnée à l’échec car elle se réduit alors à une approche idéologique du fait littéraire. Stephan Ehrig a bien montré comment la tension entre lecture idéologique et lecture dialectique de Kleist marque la réception de cet auteur en RDA et lui donne sa dynamique. C’est le texte de Mayer sur Kleist qui donne aux lectures « dialectiques » leur légitimité à l’Est et c’est ainsi que, pour reprendre un mot qu’affectionne Mayer, ce texte a eu une « postérité », donc une productivité auprès des élèves de Mayer, hommes et femmes de théâtre et écrivains – en particulier Christa Wolf, Alexander Weigel, Fritz Bennewitz et Adolf Dresen28.

  • 29 Manfred Lefèvre a dressé un panorama très clair et détaillé de la recherche kleistienne de 1961 à 1 (...)

23L’instant historique est donc, c’est une constante des jubilés, l’occasion d’une instrumentalisation de Kleist – il permet aussi une productivité ultérieure sous de nouveaux auspices. Surtout, la force du texte de Mayer est de donner aux lecteurs de L’instant historique la capacité d’un retour réflexif sur la thèse avancée, aussi convaincante, originale et néanmoins partielle et limitée fut-elle29 : en introduisant expressément la perspective du critique, Mayer dit aussi ce que son approche doit à son temps, aux tensions qui l’habitent et qui excèdent son auteur. La révision de la lecture de Kleist que Mayer entreprend est conditionnée, elle vient de beaucoup plus loin que Mayer, de la sédimentation des lectures de Kleist et elle répond aussi à son historicité propre, à son « instant historique », qu’il faut reconstruire et où on doit aussi, pour finir, introduire la perspective de la marginalité. On peut en effet rappeler que Mayer a dit, tardivement, dans ses mémoires, de Kleist qu’il était un « marginal » de l’histoire littéraire, un inclassable. C’est peut-être une facilité rhétorique que de voir une description de soi dans la description de l’objet mais on retrouve ainsi l’objectivité historique dans la projection subjective, c’est-à-dire le sens du jeu interprétatif esquissé par Mayer dans son essai sur Kleist. Mayer n’est pas un marxiste orthodoxe, son approche historiciste et dialectique se nourrit aussi de considérations psychologiques et biographiques, il est bien, de ce point de vue aussi, un marginal, comme Kleist – et un original.

Haut de page

Notes

1 Hans Mayer, Heinrich von Kleist. Der geschichtliche Augenblick, Neske, Pfullingen, 1962, p. 77. Nous traduisons toutes les citations de l’allemand.

2 Voir : Norbert Otto Eke, « 1.5. DDR », in : Ingo Breuer (éd.), Kleist-Handbuch. Leben – Werk – Wirkung, Stuttgart, Metzler, 2013, p. 428.

3 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, tome 2, p. 243-244.

4 Franz Mehring, « Heinrich von Kleist », in : Zur Literaturgeschichte von Calderon bis Heine, Berlin, Soziologische Verlagsanstalt, 1929, p. 268-269.

5 Georg Lukács, « Die Tragödie Heinrich von Kleists » [1936], in : Deutsche Realisten des 19. Jahrhunderts, Berne, Francke, 1951, p. 19-48.

6 Mayer, Ein Deutscher, tome 2, p. 273.

7 Ibid.

8 Ibid., p. 244.

9 Ibid.

10 Ibid.

11 Ibid., p. 243-244.

12 Siegfried Streller, « Hans Mayers Beitrag zur Würdigung Kleists 1961 », in : Alfred Klein, Manfred Neuhaus, Klaus Pezold (éd.), Hans Mayers Leipziger Jahre. (Beiträge des 3. Walter-Markov-Kolloquiums 1996), Leipzig, Rosa-Luxemburg-Stiftung Sachsen, 1997, p. 71-74.

13 Ibid., p. 74.

14 Mayer, Heinrich von Kleist [1962], p. 61.

15 Mayer, Ein Deutscher, tome 2, p. 170.

16 Sur la situation de Mayer dans le champ éditorial entre les deux Allemagnes et les profits qu’il a pu en tirer, voir Hans Altenhein, « Hans Mayer als Grenzgänger », in : Treibhaus, vol. 4, p. 221-232 – sur la publication de L’instant historique en particulier p. 229-230.

17 Stephan Ehrig, Der dialektische Kleist. Zur Rezeption Heinrich von Kleists in Literatur und Theater der DDR, transcript, Bielefeld, 2018, p. 93, note 122. Sur l’histoire détaillée des circonstances du jubilé de 1961 et la participation de Mayer, voir les pages 87-95.

18 Mayer, Ein Deutscher, tome 2, p. 169-170.

19 Hans Mayer, Briefe. 1948-1963, édition et commentaire par Mark Lehmstedt, Lehmstedt, Leipzig, 2006, p. 531-532.

20 MTA Budapest, Lukács Archivum. Toutes les lettres citées ont été scannées et sont disponibles en ligne.

21 Mayer, Briefe, p. 544.

22 Lukács détourne ici le premier vers du célèbre poème de Schiller An die Freude.

23 Mayer, Ein Deutscher, tome 1, p. 108.

24 Ibid.

25 Hans Mayer, « Georg Lukács’ Größe und Grenze », in : Die Zeit, 29/1964, voir : https://www.zeit.de/1964/29/georg-lukacs-groesse-und-grenze/komplettansicht, consulté le 21 janvier 2021.

26 Ehrig, Der dialektische Kleist, p. 43-86.

27 Mayer, « Georg Lukács’ Größe und Grenze ».

28 Ehrig, Der dialektische Kleist, p. 92.

29 Manfred Lefèvre a dressé un panorama très clair et détaillé de la recherche kleistienne de 1961 à 1967, il y accorde une place importante à l’ouvrage de Mayer dans lequel il voit un travail essentiellement historiciste mais profondément original dans la mesure où il jette des ponts entre Kleist et des auteurs de traditions très différentes comme Büchner ou Heine, voir : Manfred Lefèvre, « Kleist-Forschung 1961-1967 », in : Colloquia Germanica 3/1969, Berne, Francke, (p. 1-86), ici p. 27-31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clément Fradin, « « Une ironie plutôt “occidentale” envers le marxisme » ? Hans Mayer célèbre Kleist »Revue germanique internationale, 33 | 2021, 115-123.

Référence électronique

Clément Fradin, « « Une ironie plutôt “occidentale” envers le marxisme » ? Hans Mayer célèbre Kleist »Revue germanique internationale [En ligne], 33 | 2021, mis en ligne le 11 juin 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2699 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2699

Haut de page

Auteur

Clément Fradin

Attaché temporaire d’enseignement et de recherche, Université de Paris VIII

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search