Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33III. Hans Mayer lecteurUn « poète lyrique-né » et ses « ...

III. Hans Mayer lecteur

Un « poète lyrique-né » et ses « renoncements ». Hans Mayer lit Hofmannsthal

Michael Woll
Traduction de Clément Fradin
p. 163-174

Résumés

Bien que les interprétations de Hofmannsthal ne se trouvent pas au centre de son œuvre, on peut néanmoins comprendre, à partir des essais que Hans Mayer lui consacre à partir de 1961, la trajectoire qui finit par faire de lui une voix centrale de la germanistique en RFA. Dans cette perspective, Hofmannsthal ne sert pourtant que d’exemple, parmi d’autres, pour le traitement de positions idéologiques par Mayer – Hofmannsthal n’est alors plus qu’un objet de dispute. Il convient pourtant aussi de se demander ce que peut avoir de spécifique l’intérêt de Hans Mayer pour les œuvres de Hofmannsthal : comment les lit-il et qu’en tire-t-il ? Qu’apprend-on – ou pas ? – sur Hofmannsthal quand on lit Mayer ? J’aimerais tenter de faire de l’œuvre de Hofmannsthal non plus un objet de dispute mais le sujet de la dispute et comprendre ainsi la manière dont Mayer réagit aux conflits d’interprétation spécifiques qui s’y trouvent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rudolf Krämer-Badoni, « Dichterkult », Die Welt 129, 5 juin 1968, p. 11.

1L’attention portée à Hugo von Hofmannsthal n’est pas vraiment au centre de l’œuvre de Hans Mayer. Il n’en fut pas moins amené à jouer un rôle central dans la recherche hofmannsthalienne à un moment bien précis. Cela tient à une refondation tout à fait invraisemblable au premier regard : au moment même où les changements sociaux des années 1960 avaient atteint les études littéraires avec, en 1966, la rencontre des germanistes allemands à Munich, puis la « dispute de Zurich » (Zürcher Literaturstreit), et alors que la révolte étudiante atteignait ses sommets, se tint la première rencontre de la nouvelle Société Hofmannsthal, à Francfort-sur-le-Main en septembre 1968. Les cercles progressistes de gauche ne perçurent pas seulement comme une provocation le lieu choisi pour fonder cette société, le fastueux hôtel Frankfurter Hof, mais c’était la Société dans son ensemble, engagée autour du « conservateur » Hofmannsthal, qui était soupçonnée de pratiquer un « culte de l’écrivain »1. Des voix divergentes s’élevèrent bientôt qui engagèrent une révision idéologico-critique en prenant appui sur les célébrations autour du centième anniversaire de la naissance de Hofmannsthal en 1974. Walter Jens, Marcel Reich-Ranicki et Hans Mayer y jouèrent un rôle central.

  • 2 Jens Saadhoff, Germanistik in der DDR. Literaturwissenschaft zwischen « gesellschaftlichem Auftrag  (...)

2Que Mayer ait pu, à cette époque, endosser ce rôle dans les pages culturelles de la presse ouest-allemande se comprend en suivant sa trajectoire. Il ne se contentait pas de participer aux débats scientifiques dans les deux États, comme l’a montré Jens Saadhoff dans son analyse sociologique appuyée sur la théorie des champs de Bourdieu et consacrée à Mayer, un germaniste entre les systèmes : « Ses livres et ses articles sont riches et […] presque vides de polémiques contemporaines à l’encontre des scientifiques “bourgeois” ou contre l’Ouest, de sorte qu’ils peuvent recevoir un accueil favorable dans les recensions de rédacteurs progressistes de gauche2. » En outre, malgré le rejet de l’auteur jugé comme « bourgeois-décadent » par la politique culturelle du SED, Mayer s’est tôt intéressé à Hofmannsthal et a développé une attitude nuancée face à son objet. C’est ainsi qu’une continuité intellectuelle se manifeste depuis l’article de Mayer sur le rapport de Hofmannsthal à Richard Strauss dans Sinn und Form (1961) jusqu’à son discours, tenu à Hambourg au théâtre Thalia en 1974 à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Hofmannsthal et de Karl Kraus, en passant par son essai « Hofmannsthal und die Nachwelt » (Hofmannsthal et la postérité) (1970). Cette continuité se prolonge par-delà le passage de Mayer à l’Ouest en 1963 et résulte d’intérêts et de priorités qui lui sont propres, comme le rapport entre littérature et musique. En 1961, il développe ainsi, sur les opéras de Hofmannsthal et de Strauss, des positions qu’il ne reverra pas par la suite.

  • 3 Je prolonge ici les réflexions que j’ai présentées dans : Michael Woll, Hofmannsthals « Der Schwier (...)

3Dans cette perspective idéologico-historique, les études sur Hofmannsthal reflètent de manière exemplaire le développement du germaniste Hans Mayer. Cette exemplarité signifie du reste aussi que Hofmannsthal ne sert, dans cette manière d’aborder l’histoire des sciences, que de support pour des positions idéologiques extérieures à l’objet – il devient un objet de dissensus à travers sa prise en compte par le politique. Il convient pourtant aussi de se demander ce que peut avoir de spécifique l’intérêt de Hans Mayer pour les œuvres de Hofmannsthal : comment les lit-il et qu’en tire-t-il ? Qu’apprend-on – ou pas – sur Hofmannsthal quand on lit Mayer ? J’aimerais tenter de faire de l’œuvre de Hofmannsthal non plus un objet de dispute mais le sujet de la dispute et comprendre la manière dont Mayer réagit aux conflits d’interprétation spécifiques qui s’y trouvent : l’œuvre crée une dispute et décide de son issue. Au centre de mes réflexions se trouve une figure de pensée constitutive des œuvres poétiques aussi bien que des essais de Hofmannsthal en ce que ceux-ci, grâce à son aide, réfléchissent à la créativité qui les a engendrés3.

  • 4 Hugo von Hofmannsthal, L’homme difficile. Comédie en trois actes, traduit de l’allemand et présenté (...)
  • 5 La plupart des interprètes aborde ce problème sans en analyser la structure ; H. Stefan Schultz est (...)

4Expliquons d’abord cette figure de pensée. Elle réside, pour le dire de façon schématique, dans le caractère généralement plurivoque des textes de Hofmannsthal – où les voix se commentent les unes les autres. Dans la plupart des cas, une des voix se donne à comprendre comme instance poétique. Dans la comédie L’homme difficile que Hans Mayer considère, à l’instar de très nombreux interprètes, comme l’une des œuvres les plus réussies de Hofmannsthal et qui sera, pour cette raison également, au cœur de mes réflexions, cette perspective est assumée par le protagoniste, Hans Karl Bühl, dont les propos peuvent être rapportés, sur le plan poétologique, aux principes de la poésie (1). Il réfléchit ainsi à plusieurs endroits sur la possibilité des « transitions » dans la vie qu’on peut immédiatement comprendre comme des ensembles de motivation dramatique ; une scène de la pièce est même « motivée » par Hans Karl lui-même avec la phrase : « Oui, j’ai à vous parler »4. À côté se trouve cependant une deuxième voix qui empêche qu’on puisse tirer de cela une « compréhension de la comédie » de Hofmannsthal. Elle se manifeste dans la mesure où ce que les personnages principaux vivent comme une comédie peut ne pas être perçu comme tel par d’autres personnages (dans L’homme difficile, tous les personnages, à l’exception des protagonistes, sont exclus des fiançailles). La première perspective reste en fin de compte seulement une perspective propre à un personnage, analysée et critiquée dans la pièce ; à la perspective interne est ainsi opposée une perspective externe (2). En ce sens, la « critique » est déjà présente dans les œuvres de Hofmannsthal et la réflexivité découle de la tension entre perspective interne et externe. Toutefois, dans une étape ultérieure – et cela s’avère décisif dans le déroulé de l’histoire des interprétations de la pièce –, cette tension est à nouveau effacée par Hofmannsthal lui-même : avec des commentaires axiologiques, par exemple sous la forme de didascalies, ou par la présentation volontairement négative, caricaturale des autres voix (ainsi le baron Neuhoff dans L’homme difficile), Hofmannsthal présente au lecteur la perspective du personnage principal comme instance normative (3). Une grande part de la recherche a suivi cette suggestion bien qu’on n’ait pas arrêté de se demander pourquoi il revenait précisément à Neuhoff d’exprimer autant de choses « justes »5.

  • 6 La signification que possède cette auto-interprétation dans l’œuvre de Hofmannsthal comme partie d’ (...)
  • 7 Cf. Peter Szondi, « Intention und Gehalt. Hofmannsthal ad se ipsum », in : Schriften, édité par Jea (...)

5Ces esquisses valent non seulement pour L’homme difficile mais aussi, de manière plus générale, pour les autres œuvres de Hofmannsthal comme nous le verrons pour les essais. Hans Mayer suit lui aussi, dans ses travaux sur Hofmannsthal, la trace laissée par ces auto-interprétations. Cela peut étonner à première vue dans le cas d’un scientifique dont la signification pour la recherche hofmansthalienne a précisément consisté à pousser à une étude critique à une époque où la « vénération » de l’œuvre trouvait des relais qui déterminaient la discussion. Très tôt, Mayer montre Hofmannsthal sous les espèces de quelqu’un qui échoue intelligemment et il reconnaît aussi le rôle important que possède l’auto-interprétation dans ses œuvres6. Dans une recherche hofmannsthalienne jusqu’alors déterminée essentiellement par les témoignages de l’auteur sur lui-même – comme les notes de Hofmannsthal Ad me ipsum ou la Lettre à Ariane adressée à Richard Strauss –, c’est un progrès essentiel qui résulte de ce changement de direction que Peter Szondi avait engagé7. Il est d’autant plus étonnant de voir Mayer s’arrêter à une simple confrontation entre deux positions sans reconnaître que les deux points de vue sont déjà discutés dans l’œuvre de Hofmannsthal. Pourtant, en dernière instance, il suit par là l’auto-interprétation. La raison en est, c’est ma thèse, que les instruments théoriques de Mayer le contraignent à voir dans toute œuvre littéraire, prise comme un tout, un positionnement, qu’on peut définir clairement, sur la société qui l’entoure. C’est là un trait exemplaire, comme je le montrerai en conclusion, de toute une tradition marxiste de la recherche, à laquelle appartient Mayer et qui a considérablement influencé l’écriture de l’histoire littéraire. De cette manière, le déplacement du regard depuis le caractère exemplaire (Hofmannsthal comme reflet de la position de Mayer dans l’histoire de la philosophie) à l’individuel (la réaction de Mayer aux conflits dans les œuvres) mène, pour finir, à un élargissement de la perspective sur un phénomène fondamental de l’histoire de la discipline.

  • 8 Par exemple dans « In memoriam Thomas Mann » ou dans « Der Deutsche Roman im 19. Jahrhundert » (Han (...)
  • 9 Günter Albrecht, Kurt Böttcher, Herbert Greier-Mai et Paul Jürgen Krohn (éd.), Deutsches Schriftste (...)

6Bien que Hofmannsthal ne se trouve pas au centre des travaux scientifiques de Mayer, son intérêt pour cet auteur est présent de multiples façons et excède les trois études citées précédemment. Il existe ainsi plusieurs contributions de moindre ampleur, comme un article sur La femme sans ombre (1979) ainsi que des allusions, sous la forme d’exemples, dans d’autres contextes8. Comme esquissé précédemment, c’est la continuité de ces travaux qui est remarquable, surtout en ayant à l’esprit le premier texte paru dans Sinn und Form et à la lumière de l’impossibilité de parler d’une recherche hofmannsthalienne au sens propre en RDA – le refus par la politique culturelle l’empêchait. Dans un article d’un dictionnaire paru à l’Est en 1960, Hofmannsthal9 est ainsi décrit comme un auteur « bourgeois-décadent, rempli cependant d’une volonté humaniste et inscrit dans la tradition du christianisme européen » dont les poèmes représentent « des témoignages d’une poésie décadente de la bourgeoisie tardive » ; on ne peut manquer, selon cet article, le « caractère objectivement réactionnaire » de ses œuvres. Seuls les livrets d’opéras sont reconnus « ainsi que les efforts remarquables, visant aussi l’art populaire, pour préserver l’héritage culturel humaniste » alors que le rôle de premier plan de la monarchie habsbourgeoise dans les essais sur le festival de Salzbourg n’est pas mentionné dans ce dictionnaire. Le rejet avait deux présupposés : en tant que représentant parmi les plus exceptionnels de la « modernité viennoise », Hofmannsthal est rangé, sur le plan esthétique, du côté de la littérature « décadente » de la « Fin de siècle » ; à cela vient s’ajouter une vision du monde volontairement « conservatrice » du poète « bourgeois » qui se manifesterait dans ses œuvres. Pour la science de la RDA, où paradoxalement les valeurs marxistes cachaient souvent un conservatisme esthétique, Hofmannsthal était – du reste à différents niveaux – les deux à la fois : trop conservateur et trop moderne.

  • 10 Voir Hans Mayer, Deutsche Literatur und Weltliteratur, p. 190 ; sur le mépris à l’égard de la litté (...)
  • 11 Cf. Hans Mayer, « Hugo von Hofmannsthal und Richard Strauss », Sinn und Form 13, 1961, (p. 888-915) (...)
  • 12 Ibid., p. 893.
  • 13 Ibid., p. 890.
  • 14 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », in : Jürgen Haupt, Konstellationen Hugo von Hofmanns (...)

7Hans Mayer s’intéresse donc malgré tout à Hofmannsthal. Cela vaut pour ses discours officiels en RDA, par exemple sa conférence Deutsche Literatur und Weltliteratur (Littérature allemande et littérature mondiale) qu’il prononce en 1954 à Berlin lors de l’assemblée générale du PEN « Est et Ouest » et où il dit que de « sérieuses objections » peuvent être formulées contre Hofmannsthal et d’autres écrivains de la modernité européenne comme Proust, Valéry ou Joyce, qui sont, selon Mayer, tous des représentants de la « littérature de la bourgeoisie tardive »10. Cela vaut aussi pour son exposé de 1961 sur Hofmannsthal et Strauss dans lequel il ne choisit pas seulement un objet acceptable pour l’idéologie étatique mais où il en utilise aussi les vocables. En marxiste orthodoxe il voit dans le « culinaire » une catégorie liant Hofmannsthal et Strauss11, et l’idée de « décadence » occupe également une grande place. Toutefois, on remarque dans le même texte que Mayer prend des libertés avec l’idéologie. C’est ainsi qu’il déclare à propos de Richard Strauss qu’il n’est pas un « décadent au sens de Nietzsche ou de Hofmannsthal. Il travaille avec les recettes et les techniques de la décadence, pourtant le rapport à son environnement reste infrangible même dans le musical »12. En liant cette remarque à l’opposition entre le « fragile » Hofmannsthal et le « robuste » Strauss (suggérant que Strauss ne comprend pas vraiment la poésie sensible de Hofmannsthal) Mayer accorde à la notion de décadence une nuance positive : dans la « décadence » se manifeste à ses yeux un doute face à la situation historique, qui attire la sympathie de Mayer dans la mesure où cela signifie, face à la tendance « à l’excès sonore » chez Strauss, une « méfiance face aux techniques artistiques » qui s’exprime dans « le mutisme et le silence » : « Un des plus beaux exemples en est donné plus tard dans L’homme difficile »13. Dans son grand essai sur Hofmannsthal de 1970 il peut développer cette réflexion en y voyant précisément le signe de la modernité : « Dans la tension qui habite son rapport à son époque réside un élément qui a trait à la poésie moderne, bien au-delà du cas de Hofmannsthal14. »

  • 15 Dans le Deutsches Schriftstellerlexikon il est dit que l’histoire littéraire dans son ensemble doit (...)
  • 16 Peter Bautz, « Schmelz ungeliebter Dinge. Die erste Tagung der Hofmannsthal-Gesellschaft », Stuttga (...)
  • 17 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », p. 27.
  • 18 Ibid., p. 42. Sur Emil Staiger, voir l’essai de Werner Wögerbauer dans Christoph König, Hans-Harald (...)

8La comparaison entre Hofmannsthal et Strauss dévoile le rapport paradoxal de la recherche en RDA dans son ensemble pour ce qui est d’une recherche sur un auteur : pour des raisons idéologiques, on souligne la rupture avec la recherche « bourgeoise » qui a précédé alors qu’elle est finalement le fondement de la nouvelle15. L’opposition créée entre le sensible écrivain viennois et le bruyant musicien de Bavière fonctionne comme un cliché dans la recherche sur Hofmannsthal. Mayer réussit à rejoindre la recherche ouest-allemande non seulement grâce à ce genre de topoi, mais cela se joue surtout dans la conjoncture historique évoquée précédemment, qui va de la fondation de la Société Hofmannsthal à l’année du jubilé Hofmannsthal en 1974. La polémique et la critique accompagnent la Société depuis ses débuts ; on lit par exemple dans la Süddeutsche Zeitung, sous la plume de Peter Bautz : « Un certain monsieur était d’avis qu’on devait demander à tous les candidats de présenter deux certificats de bonne conduite écrits par deux personnes déjà membres de la Société ; que se passerait-il, en effet, si l’intégralité du SDS (Union socialiste allemande des étudiants) demandait à devenir membre16 ? » C’est dans ce contexte que se font entendre les voix de Jens, Reich-Ranicki ou encore Mayer pour « sauver » en quelque sorte l’œuvre de Hofmannsthal de ses adorateurs. La remarque suivante, tirée de l’essai de 1970, vise ainsi directement les efforts déployés par la Société Hofmannsthal : « Si on a ramené Hofmannsthal à la fin de sa vie au statut d’un écrivain sans succès et hors de son temps, il existe aujourd’hui le risque inverse d’une transfiguration éthérée17. » Quatre ans après la « dispute de Zurich », la remarque suivante visait le conservatisme d’Emil Staiger : « La postérité actuelle aimerait tellement se délecter chez lui [Hofmannsthal] de la pureté poétique que les écrivains actuels, c’est là l’avis de beaucoup, lui cachent par perfidie18. »

  • 19 Cf. Ulrich Ott, « Klassiker – gegen den Strich », in : Protest ! Literatur um 1968. Eine Ausstellun (...)
  • 20 Voir sur ce point : Michael Woll, op. cit., p. 261-268.

9La tentative faite autour de 1968 de lire les classiques « à rebrousse-poils »19 a débouché sur une opposition, voulue comme telle, entre deux lectures politiques – c’est aussi ainsi que les œuvres devinrent des « objets de dispute » dans des débats d’actualité. Dans la recherche sur Hofmannsthal, les oppositions ne sont pas seulement présentes dans les débats qui animent les pages culturelles des journaux à propos de questions de canon littéraire ou de mise en scène au théâtre, mais on peut les voir très clairement aussi dans l’approche scientifique. Cela tient également au fait que l’opposition entre « partisans » et « critiques » ainsi que la rencontre entre « amateurs » et professionnels sont présentes dès les débuts de la Société Hofmannsthal. Les positions contradictoires parcourent aussi les publications spécialisées de l’époque. On peut fréquemment distinguer deux camps qui se font face presque de manière caricaturale. Un exemple peut en être trouvé dans la recherche consacrée à L’homme difficile qui a vu s’opposer Gerhart Pickerodt, élève de Szondi qui deviendra professeur à l’université de Marburg et partisan d’une lecture idéologico-critique, et Lothar Wittmann, partisan de Staiger, par ailleurs ami d’enfance de Helmut Kohl et membre de la CDU depuis 195320.

  • 21 Siegfried Jacobsohn, Jahre der Bühne. Theaterkritische Schriften, édité par Walther Karsch, avec la (...)

10Dans ce contexte, la prise de position nuancée de Hans Mayer sur l’interprétation de L’homme difficile par Emil Staiger est remarquable. La contribution de Staiger, parue en 1941/42 dans la Neue Schweizer Rundschau, a constitué la première étude d’ampleur consacrée à la comédie de Hofmannsthal et a considérablement influencé la recherche ultérieure sur cette œuvre. Quand Mayer s’y réfère en 1970, Staiger incarne aux yeux de nombreux chercheurs une germanistique dépassée, dirigée par la notion douteuse de l’« intemporalité » de l’art ; c’est aussi cette direction que prend la critique polémique de Pickerodt, visant Wittmann et Staiger, qui met au centre de son importante étude la dimension socio-historique de la comédie de Hofmannsthal. Mayer, à l’inverse, s’attache à établir des différences : comme nous l’avons vu, il critique chez Staiger l’agitateur conservateur à l’origine de la « dispute de Zurich », mais, en même temps, il se rallie sur des points essentiels à son interprétation de L’homme difficile. Contre le mépris présent dans les thèses du critique de théâtre Siegfried Jacobsohn, qui n’avait vu dans la pièce que de l’anachronisme et « un maître qui parle, papote et bavasse »21, Mayer écrit :

  • 22 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », p. 41.

Staiger a cependant raison quand il émet l’idée que la représentation théâtrale abîmera, voire escamotera systématiquement et nécessairement la quintessence d’une œuvre située au-delà de l’action et du discours. Dans un no man’s land qu’on appelle Vienne. C’est pourquoi Jacobsohn, homme de théâtre, a nécessairement raté le coche, comme critique, face à cette œuvre. Toute l’activité des personnages, toutes leurs paroles ne servent à l’écrivain qu’à faire apparaître par contraste l’action réelle : l’inaction et le silence du Comte Bühl et de la Comtesse Helene22.

  • 23 Emil Staiger, « Hofmannsthals Lustspiel Der Schwierige », Neue Schweizer Rundschau N.F. 9, 1941/42, (...)
  • 24 Martin Stern, « Der Schwierige [Bericht aus dem Arbeitskreis der Tagung der Hofmannsthal-Gesellscha (...)

11Mayer retrouve ici l’une des idées essentielles de Staiger qui avait vu l’existence, dans L’homme difficile, d’une séparation irréductible entre l’action des deux personnages principaux, Hans Karl et Helene, d’un côté, et l’action comique portée par les autres personnages : c’est la même séparation qui est au fondement de la séparation entre la perspective de Hans Karl et le regard extérieur que j’ai évoqué précédemment. Toutefois, le problème de construction qui s’y cache n’a pas été analysé par Staiger, parce qu’il ne reconnaît pas l’axiologie qui détermine la pièce et suit par conséquent, dans le conflit entre la perspective du personnage de Hans Karl (1) et le regard porté par la société qui l’entoure (2), la suggestion de Hofmannsthal et donc la perspective de Hans Karl (3). Ce problème laisse certes des traces dans le texte de Staiger – ainsi, quand Hans Karl s’exprime en faveur de son ami Adolf Hechingen, Staiger commente ce moment en disant que « [l]e fait que Hans Karl l’aime et l’estime nous contraint presque à le voir ainsi »23. Mais Staiger ne problématise pas cette « contrainte » qu’il remarque comme en passant. Une grande partie de la recherche le suit en cela – c’est ainsi que lors de la conférence de la Société Hofmannsthal en 1976 encore, le groupe de travail sur L’homme difficile, dirigé par Martin Stern, ose la formule que, si en tant qu’interprète on tolère cette séparation, « une déchirure parcourt la pièce »24.

  • 25 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », p. 13.
  • 26 Siegfried Jacobsohn, op. cit., p. 207.
  • 27 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », p. 24.

12Que cette option ne soit pas envisagée sérieusement par les membres de la Société Hofmannsthal pourrait être balayé en y voyant une conséquence d’un esprit trop partisan – mais pourquoi alors un « critique » comme Hans Mayer ne reprend-il pas ce problème mais suit, au contraire, comme Staiger, les vues du personnage principal en désignant cette position comme « l’action réelle » ? Pourquoi lui non plus ne peut-il composer avec la stratégie de Hofmannsthal, qu’il reconnaît (« ne servent à l’écrivain qu’à… ») ? Une réponse pourrait être que les prémisses socio-historiques de sa méthode l’empêchent d’emprunter ce chemin. À la différence de Jacobsohn, Mayer est certes d’avis que Hofmannsthal « présente » tout à fait consciemment « le passé pur comme un présent plein d’avenir »25 ; il s’oppose par conséquent à l’idée trop simplificatrice de Jacobsohn selon laquelle l’ordre social nouveau d’après-guerre a donné à la pièce sa dimension anachronique, ce qui aurait été « le malheur de Hofmannsthal, ce critique de la société »26. C’est pourtant cette question de l’ancrage temporel et de la critique de la société qui guide Mayer lui-même dans la mesure où il ne la comprend pas comme un élément de composition à l’intérieur d’une pièce mais qu’à ses yeux, elle concerne toujours la pièce dans son ensemble, voire la totalité de l’œuvre d’un auteur. On ne peut prévoir qu’il y ait plurivocité dans une œuvre et c’est pourquoi Mayer tire cette conclusion partielle : « Voilà la situation en juillet 1929, au moment de sa mort. Hofmannsthal était devenu anachronique »27. Mayer est incapable de voir que l’« anachronisme » dans L’homme difficile n’est qu’un élément parmi d’autres, que Hofmannsthal l’a, du reste, analysé très clairement et qu’il a pris position sur cette question à plusieurs reprises dans la pièce (en posant par exemple la question sociale à travers le personnage du secrétaire Neugebauer, même si ce n’est que pour s’en débarrasser juste après en donnant une coloration négative au personnage). On pourrait, en poussant un peu la chose, dire que Mayer est contraint par ses prémisses théoriques à faire de Hofmannsthal un écrivain critique de la société bien qu’il ait reconnu dans sa lecture que ce n’est pas le cas.

  • 28 Qu’il développe pour la première fois dans : Peter Szondi, « Theorie des modernen Dramas », in : Sc (...)
  • 29 Hans Mayer, Deutsche Literatur und Weltliteratur, p. 143. Un exemple de cette perspective se trouve (...)
  • 30 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », p. 25-26.
  • 31 Ibid., p. 33.
  • 32 Ibid., p. 34.

13La base de ce paradoxe est un modèle d’histoire littéraire : celui-ci n’est pas seulement redevable de la correspondance dialectique entre « contenu » et « forme » au sens de la poétique historique des genres de Szondi28, mais on en tire en outre la conclusion que la recherche et la mise au jour d’une forme appropriée suivent la logique d’une certaine nécessité unique traversant toute la création d’un auteur, depuis les premiers écrits jusqu’à l’œuvre tardive. C’est lié concrètement à la personne de l’écrivain qu’on saisit avec son œuvre comme une unité historique à l’intérieur de l’époque. Ce n’est pas par hasard que Mayer parle dans son essai du « cas Hofmannsthal » compris comme le rapport exemplaire entre un écrivain et la modernité, et ce n’est pas non plus un hasard s’il le désigne à un autre endroit, dans une contribution sur Thomas Mann, comme un « poète lyrique-né » (geborener Lyriker) et rapporte ainsi l’une à l’autre la vie et l’œuvre29. L’écriture apparaît ici au fond sous les espèces d’un processus de recherche de soi dans un rapport avec la société. C’est là aussi la raison pour laquelle Mayer aborde dans son essai les diverses œuvres de Hofmannsthal les unes après les autres et de manière cumulative, aidé en cela par les jugements de Bertolt Brecht, Golo Mann ou Hermann Broch : la compréhension des œuvres fait certes tout à fait partie de son intérêt (ce qui se manifeste dans des observations très précises sur Ariane à Naxos ou L’homme difficile), mais en définitive c’est l’ensemble de l’œuvre qui lui importe et qui, dans l’idéal, s’approche d’une forme ajustée à la réalité historique et peut ainsi dépasser l’« anachronisme » qui menace. L’œuvre de Hofmannsthal apparaît comme une suite d’échecs (Mayer provoque ainsi les afficionados de Hofmannsthal) : « Il paraissait avoir touché à tout et a échoué en tout : dans le néoromantisme et une Antiquité psychologisée, dans des pièces à mystère d’une simplicité artistique, dans un théâtre-monde à l’espagnol et dans les imitations des pièces espagnoles de cape et d’épée, dans des comédies à la Molière et des comédies d’improvisation, dans les opéras à thème mythologique et dans les synthèses amalgamées de Calderon et Grillparzer30. » Par conséquent, pour Mayer, un « renoncement » mène au suivant : « Broch, l’interprète de Hofmannsthal, remarque très justement la correspondance entre le renoncement précoce du poète lyrique Hofmannsthal à la forme poétique et son détournement, dans une action similaire ultérieure, de la forme épique31. » Sur le mode irréel, il envisage même un possible détournement à venir : « On peut ainsi oser la prédiction – dans une forme de conjecture qui n’est peut-être pas si hardie – que pour finir cela aurait débouché sur le renoncement de l’écrivain à la tragédie32. »

  • 33 Cf. Hugo von Hofmannsthal, Reden und Aufsätze II. 1914-1929, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 197 (...)
  • 34 Ibid., p. 122.

14Ce qui reste inaccessible à cette perspective c’est ce développement qui connaît une réflexion dans les œuvres de Hofmannsthal elles-mêmes. Ce n’est ainsi pas du tout vrai qu’un genre y est rejeté au profit du prochain. La finalité poursuivie par Hofmannsthal est au contraire d’avoir un système de genres pouvant avoir différentes fonctions comme instruments de connaissance distincts, ne perdant cependant pas leur validité. C’est pourquoi les œuvres de Hofmannsthal proposent toujours la plurivocité décrite plus haut, les voix s’entre-glosant : la perspective interne, identificatoire, d’une part, qui fait apparaître comme logique le choix d’un genre, et d’autre part, une perspective externe analytique qui rend ce choix presque arbitraire. Ce n’est que dans leur interaction que se produit l’analyse philologico-littéraire qui comprend le genre choisi comme une totalité alors qu’il existe seulement eu égard aux autres genres. C’est ainsi que dans son dialogue Sur les personnages dans le roman et dans le drame Hofmannsthal fait dialoguer Balzac avec l’orientaliste Joseph von Hammer-Purgstall. Ils débattent du fait que seul le roman est la forme appropriée – mais le dialogue lui-même annule cela in actu en motivant dramatiquement son retournement comme dialogue. Un mouvement similaire se trouve dans l’essai sur Ferdinand Raimund de 1920 : Hofmannsthal y distingue deux voix, attribuées aux écrivains Raimund et Nestroy, qui correspondent, en résumé, à un accord naïf avec le public viennois d’un côté (Raimund) et de l’autre à une critique dialectique de cette naïveté (Nestroy). Cette contradiction est décrite par Hofmannsthal à travers l’opposition entre l’œil et la raison33. Il construit ainsi, comme dans de nombreux autres essais, une voix « poétique » et une voix « analytique » ; alors que la première peint l’objet depuis une perspective interne, la seconde relativise cet objet. Hofmannsthal fait alors émerger la coexistence d’un art « majeur » et d’un art « mineur » qui est contenue dans le genre des pièces populaires de Raimund, mais il la met immédiatement en doute ; cet essai sur Raimund montre de manière spectaculaire que Hofmannsthal perçoit la tradition théâtrale autrichienne comme achevée, comme un « phénomène, unique, de courte durée »34. Dans l’essai, il oppose la perspective du « peintre » Raimund à celle de l’analyste Nestroy ; dans le regard critique de Nestroy il reconnaît l’unicité et l’achèvement pour conclure cependant sur le mode pittoresque de Raimund :

  • 35 Ibid.

Le reste de l’Allemagne, qui ne possède plus de théâtre folklorique […], perçoit au présent ce phénomène à travers les yeux du romantisme et jette un regard ravi et étonné dessus : c’est dans la lumière de ce regard enjolivant et nostalgique que se tient l’image du théâtre populaire viennois dans la mémoire littéraire des Allemands, comme un paysage éclairé magiquement par un dernier rayon de soleil qui dure éternellement35.

  • 36 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », p. 10.
  • 37 Hans Mayer, « Die Frau ohne Schatten », in : Jahresring 1978/79, (p. 221-240), p. 225.

15Cette prise de conscience que le théâtre populaire viennois n’existe plus n’est énoncée – et c’est là la chute – que sur le mode de l’ignorance par le « reste de l’Allemagne ». On retrouve cette construction dans L’homme difficile où il faut que la critique de la société viennoise soit formulée par le Baron Neuhoff, originaire d’Allemagne du Nord. Avec sa méthode qui vise constamment une voix principale s’opposant à toute plurivocité dans l’œuvre, Mayer ne peut saisir l’idée que plusieurs voix puissent (et doivent) se corriger les unes les autres et que l’affiliation apparemment évidente à la tradition autrichienne porte toujours chez Hofmannsthal son propre démenti. Il est remarquable de voir à quelle fréquence l’idée de « profession de foi » est employée, ainsi : « Celui qui entendait professer sa foi dans Marie-Thérèse et dans le théâtre du monde salzbourgeois, dans Grillparzer et Stifter, dans des influences espagnoles dans l’art architectural comme théâtral, comme n’a cessé de le faire Hofmannsthal, fut alors contraint de ressentir comme une blessure l’écart qui se creusait entre sa propre activité et les tendances fortement divergentes de ses contemporains36. » Dans l’article plus tardif consacré à La femme sans ombre, dédié à Hilde Unseld, Mayer fait directement référence à l’essai sur Ferdinand Raimund quand il affirme : « Hofmannsthal se sentait, comme auteur, proche de cette tradition autrichienne, celle d’un lien unique entre un jeu supérieur et un divertissement plébéien37. »

  • 38 Cf. Jens Saadhoff, op. cit., p. 100-106.
  • 39 Gert Mattenklott, « Hans Mayer – Plädoyer als Form », Sinn und Form 2, 1997, (p. 206-215), p. 211.

16On voit ici un trait qui va au-delà des écrits de Hans Mayer. Les notions fondamentales qu’il ne s’aventure pas à questionner – l’œuvre, le développement, le rapport à son temps, la recherche de la forme – imprègnent une longue tradition marxiste de la recherche hofmannsthalienne qui mène de Pickerodt et Mayer à Gert Mattenklott. Cette tradition s’appuie également sur la poétique historique des genres de Szondi mais réduit la dialectique de la forme et du contenu qui la sous-tend de telle sorte que cette dialectique n’est plus un mouvement au centre d’une œuvre, mais plutôt la base du développement nécessaire d’un écrivain envers une forme qui lui soit adaptée (s’il le faut, même après une série de « renoncements »). Cependant, cela a des conséquences pour l’image de l’histoire littéraire dans son ensemble telle qu’elle est dessinée par cette tradition scientifique : comme par nécessité, les époques aussi y apparaissent fréquemment à travers le « renoncement » à des traditions préexistantes, elles s’affrontent comme des adversaires dans l’arène. On en voit un reflet dans l’article de Mattenklott consacré à Hans Mayer intitulé Plaidoyer comme forme. Mattenklott y fait l’éloge de la critique par Mayer du refus univoque du romantisme en RDA38 et constate : « Le sauvetage de certaines provinces du romantisme allemand est toutefois payé au prix fort par l’abandon du néoromantisme contemporain. Mayer ne sait rien faire de l’immoralisme démonstratif de D’Annunzio et du jeune George39. »

  • 40 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », p. 25.
  • 41 Mattenklott suit cependant lui-même un modèle similaire, ce qui se voit clairement dans son travail (...)
  • 42 Dans sa contribution au Reallexikon der deutschen Literaturwissenschaft, Jürgen Viering indique que (...)
  • 43 Sur la question des lectures de Rilke par Celan, voir Jean Bollack, Sens contre sens. Comment lit-o (...)

17L’incompréhension de Mayer face à George et Rilke, et partiellement aussi face à Hofmannsthal qui a échoué « dans le néoromantisme »40, serait ainsi une conséquence d’une représentation de l’histoire littéraire dans laquelle la modernité n’est pensable que comme un « néoromantisme » soupçonné de céder au kitsch et qu’on devrait donc opposer au véritable « romantisme ». Mattenklott saisit dans son analyse le mépris pour la modernité littéraire qui en résulte (« payé au prix fort »)41. Mais si on conçoit de cette façon l’histoire littéraire du xixe siècle comme la succession d’un « néoromantisme » à un « véritable » romantisme, on arrive à une représentation très schématique des courants littéraires autour de 1900, avec un emploi très peu précis de toute une série de notions – néoromantisme, impressionnisme, décadence, symbolisme. Et c’est surtout l’histoire littéraire idéologico-critique qui a continué à ralentir la nuance nécessaire et qui était alors déjà possible42. Mais si l’unique point commun entre le « néoromantisme » et le « symbolisme » consiste à y voir des courants « antirationalistes » s’opposant au naturalisme, on perd le noyau purement rationnel et intellectuel de l’écriture symboliste qui s’est développé depuis le romantisme (à travers Nerval, Baudelaire, Verlaine) et qui permet de saisir par exemple la ligne intellectuelle menant de Paul Valéry à Rilke et à Celan43. Mayer dépasse certes l’opposition simplificatrice entre néoromantisme et symbolisme, comme le montrent en particulier ses autres essais sur la littérature française. Cependant, pour une compréhension nuancée des influences du symbolisme français sur des auteurs comme Hofmannsthal ou Rilke, centrale dans l’intérêt de Mayer pour le rapport entre littérature allemande et « littérature mondiale », le maintien de la notion de « néoromantisme » demeure un obstacle majeur.

Haut de page

Notes

1 Rudolf Krämer-Badoni, « Dichterkult », Die Welt 129, 5 juin 1968, p. 11.

2 Jens Saadhoff, Germanistik in der DDR. Literaturwissenschaft zwischen « gesellschaftlichem Auftrag » und disziplinärer Eigenlogik, Heidelberg, Synchron, 2007, p. 94.

3 Je prolonge ici les réflexions que j’ai présentées dans : Michael Woll, Hofmannsthals « Der Schwierige » und seine Interpreten, Göttingen, Wallstein, 2019 ; voir aussi le travail fondateur de Christoph König, Hofmannsthal. Ein moderner Dichter unter den Philologen, Göttingen, Wallstein, 2001, sur le système de créativité autoréflexive dans les œuvres de Hofmannsthal et le rôle important que jouent les genres littéraires dans ce système.

4 Hugo von Hofmannsthal, L’homme difficile. Comédie en trois actes, traduit de l’allemand et présenté par Jean-Yves Masson, 2e éd. révisée, Paris, Verdier, p. 101.

5 La plupart des interprètes aborde ce problème sans en analyser la structure ; H. Stefan Schultz est le seul à la nommer mais sans l’analyser plus profondément dans son essai « Die Prinzessin in Tasso und Helene Altenwyl im Schwierigen », in : Fritz Hodeige et al. (éd.), Atlantische Begegnungen. Eine Freundesgabe für Arnold Bergstraesser, Fribourg-en-Brisgau, Rombach, 1964, (p. 172-181).

6 La signification que possède cette auto-interprétation dans l’œuvre de Hofmannsthal comme partie d’un système a été vue pour la première fois par Christoph König (cf. note 3).

7 Cf. Peter Szondi, « Intention und Gehalt. Hofmannsthal ad se ipsum », in : Schriften, édité par Jean Bollack avec Henriette Beese, Wolfgang Fietkau, Hans-Hagen Hildebrandt, Gert Mattenklott, Senta Metz et Helen Stierlin, postface de Christoph König, 2e éd., Berlin, Suhrkamp, 2011, vol. 2, (p. 266-272).

8 Par exemple dans « In memoriam Thomas Mann » ou dans « Der Deutsche Roman im 19. Jahrhundert » (Hans Mayer, Deutsche Literatur und Weltliteratur. Reden und Aufsätze, Berlin, Rütten & Loening, 1957).

9 Günter Albrecht, Kurt Böttcher, Herbert Greier-Mai et Paul Jürgen Krohn (éd.), Deutsches Schriftstellerlexikon – von den Anfängen bis zur Gegenwart, Weimar, Volksverlag, 1960, p. 256-257.

10 Voir Hans Mayer, Deutsche Literatur und Weltliteratur, p. 190 ; sur le mépris à l’égard de la littérature moderne qui s’exprime dans cette citation, cf. Jens Saadhoff, op. cit., p. 100.

11 Cf. Hans Mayer, « Hugo von Hofmannsthal und Richard Strauss », Sinn und Form 13, 1961, (p. 888-915), p. 891.

12 Ibid., p. 893.

13 Ibid., p. 890.

14 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », in : Jürgen Haupt, Konstellationen Hugo von Hofmannsthals. Harry Graf Kessler, Ernst Stadler, Bertolt Brecht, mit einem Essay « Hofmannsthal und die Nachwelt » von Hans Mayer, Salzburg, Residenz-Verlag, 1970, (p. 5-44), p. 42.

15 Dans le Deutsches Schriftstellerlexikon il est dit que l’histoire littéraire dans son ensemble doit être « reprise dans une nouvelle recherche » tandis que « ne peuvent être repris de l’histoire littéraire telle qu’elle était écrite par la bourgeoisie tardive (“moderne”) que les résultats qui servent à saisir et retravailler le matériau : là où commence l’interprétation, l’analyse formelle et sur le fond de la littérature, s’ouvrent deux mondes, celui de la science de la littérature marxiste et celui de la science bourgeoise, sur le plan méthodique comme de la conception philosophique du monde. » (p. 5).

16 Peter Bautz, « Schmelz ungeliebter Dinge. Die erste Tagung der Hofmannsthal-Gesellschaft », Stuttgarter Zeitung 24, no 229, 3 octobre 1968, p. 2.

17 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », p. 27.

18 Ibid., p. 42. Sur Emil Staiger, voir l’essai de Werner Wögerbauer dans Christoph König, Hans-Harald Müller et Werner Röcke (éd.), Wissenschaftsgeschichte der Germanistik in Porträts, Berlin et al., De Gruyter, 2000, (p. 239-249) ; et : « Suivre Heidegger contre lui-même. Les ambivalences d’Emil Staiger », Études germaniques 68, 2013, no 3, Martin Heidegger, la philologie et les poètes, (p. 375-393).

19 Cf. Ulrich Ott, « Klassiker – gegen den Strich », in : Protest ! Literatur um 1968. Eine Ausstellung des Deutschen Literaturarchivs in Verbindug mit dem Germanistischen Seminar der Universität Heidelberg und dem Deutschen Rundfunkarchiv im Schiller-Nationalmuseum Marbach am Neckar (Marbacher Kataloge 51), Marbach am Neckar, 2e éd. 2000, (p. 265-284).

20 Voir sur ce point : Michael Woll, op. cit., p. 261-268.

21 Siegfried Jacobsohn, Jahre der Bühne. Theaterkritische Schriften, édité par Walther Karsch, avec la collaboration de Gerhart Göhler, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt, 1962, p. 207.

22 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », p. 41.

23 Emil Staiger, « Hofmannsthals Lustspiel Der Schwierige », Neue Schweizer Rundschau N.F. 9, 1941/42, (p. 289-301) ; (p. 387-394) ; (p. 433-443), p. 295.

24 Martin Stern, « Der Schwierige [Bericht aus dem Arbeitskreis der Tagung der Hofmannsthal-Gesellschaft in St. Moritz 1976] », Hofmannsthal-Forschungen 5, 1977, (p. 67-83), p. 75.

25 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », p. 13.

26 Siegfried Jacobsohn, op. cit., p. 207.

27 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », p. 24.

28 Qu’il développe pour la première fois dans : Peter Szondi, « Theorie des modernen Dramas », in : Schriften, vol. 1, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1978.

29 Hans Mayer, Deutsche Literatur und Weltliteratur, p. 143. Un exemple de cette perspective se trouve encore dans le titre de l’essai Der Weg Heinrich Heines – Versuche, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1998.

30 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », p. 25-26.

31 Ibid., p. 33.

32 Ibid., p. 34.

33 Cf. Hugo von Hofmannsthal, Reden und Aufsätze II. 1914-1929, Francfort-sur-le-Main, S. Fischer, 1979 (Gesammelte Werke), p. 121.

34 Ibid., p. 122.

35 Ibid.

36 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », p. 10.

37 Hans Mayer, « Die Frau ohne Schatten », in : Jahresring 1978/79, (p. 221-240), p. 225.

38 Cf. Jens Saadhoff, op. cit., p. 100-106.

39 Gert Mattenklott, « Hans Mayer – Plädoyer als Form », Sinn und Form 2, 1997, (p. 206-215), p. 211.

40 Hans Mayer, « Hofmannsthal und die Nachwelt », p. 25.

41 Mattenklott suit cependant lui-même un modèle similaire, ce qui se voit clairement dans son travail sur l’essai de Hofmannsthal sur Balzac ; cf. Michael Woll, op. cit., p. 120-122.

42 Dans sa contribution au Reallexikon der deutschen Literaturwissenschaft, Jürgen Viering indique que cet emploi nuancé de la notion commence au plus tard en 1969 avec Ziolkowski : « Pour désigner une tendance restauratrice et régressive dans le contexte de la modernité antinaturaliste, cette notion a cependant encore cours – en particulier dans une histoire littéraire d’inspiration idéologico-critique qui l’emploie péjorativement. » (article « Neuromantik », in : Reallexikon der deutschen Literaturwissenschaft, éd. Klaus Weimar et al., 3 tomes, Berlin, New York, De Gruyter, 1997, p. 709).

43 Sur la question des lectures de Rilke par Celan, voir Jean Bollack, Sens contre sens. Comment lit-on ? Entretiens avec Patrick Llored, Venissieux, La passe du vent, 2000 ; sur la question du symbolisme français et du rapport de Rilke à Valéry : Christoph König, « O komm und geh » : skeptische Lektüren der « Sonette an Orpheus » von Rilke, Göttingen, Wallstein Verlag, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michael Woll, « Un « poète lyrique-né » et ses « renoncements ». Hans Mayer lit Hofmannsthal »Revue germanique internationale, 33 | 2021, 163-174.

Référence électronique

Michael Woll, « Un « poète lyrique-né » et ses « renoncements ». Hans Mayer lit Hofmannsthal »Revue germanique internationale [En ligne], 33 | 2021, mis en ligne le 11 juin 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2710 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2710

Haut de page

Auteur

Michael Woll

Titulaire d’une bourse de recherche post-doctorale Feodor Lynen à l’ENS (Paris)

Haut de page

Traducteur

Clément Fradin

Attaché temporaire d’enseignement et de recherche, Université de Paris VIII

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search