Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33III. Hans Mayer lecteurLe miroir de l’interprète : Hans ...

III. Hans Mayer lecteur

Le miroir de l’interprète : Hans Mayer devant Kafka

Solange Lucas
p. 175-186

Résumés

Cet article propose une exploration de la confrontation critique de Hans Mayer à l’œuvre de Franz Kafka au prisme de son cheminement méthodologique. Il part du constat d’un hiatus qu’exprime le décalage entre la formulation renouvelée de principes méthodologiques à l’usage de l’interprétation de l’œuvre kafkaïenne, et la non-effectivité de leur visée. Pour en saisir les enjeux, nous suivrons l’itinéraire méthodologique que trace la constellation « Hans Mayer, la critique et Kafka » dans la période s’échelonnant entre les années 1956 et 1994, marquée par le départ de RDA en 1963, dont les principales coordonnées sont représentées par la discussion sur la modernité littéraire, le marxisme méthodologique et le judaïsme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf. Erinnerungen, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1982/1984, t (...)
  • 2 Alfred Klein, « Heimat auf Zeit. Hans Mayer an der Universität Leipzig », UTOPIE kreativ 77, 1997, (...)
  • 3 Voir Hans Mayer, « Zur Gegenwartslage unserer Literatur », in : Inge Jens (éd.), Über Hans Mayer, F (...)
  • 4 Hans Mayer, « Kafka und kein Ende ? », in : Ansichten. Zur Literatur der Zeit, Reinbek bei Hamburg, (...)
  • 5 Hans Mayer, « Walter Benjamin und Franz Kafka. Bericht über eine Konstellation », in : Barbara Elli (...)
  • 6 Hans Mayer, Der Repräsentant und der Märtyrer. Konstellationen der Literatur, Francfort-sur-le-Main (...)
  • 7 Hans Mayer, Außenseiter, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1975. Traduction française : Les marginau (...)
  • 8 Hans Mayer, Der Widerruf. Über Deutsche und Juden. Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1994. Traductio (...)
  • 9 Hans Mayer, Ein Deutscher, t. II, p. 387.

1La présence de l’œuvre de Franz Kafka dans l’itinéraire de Hans Mayer (1907-2001) est continue, comme en attestent ses écrits à caractère autobiographique1 et sa production critique. On notera cependant que Mayer n’aura consacré à l’écrivain tchèque aucune étude de grande ampleur ou monographie – sur la base desquelles aurait dû prendre forme la nouvelle histoire littéraire allemande qu’il avait appelé de ses vœux2 –, ni même d’essai interprétatif à proprement parler. Les traces d’une tentative d’analyse touchant à des éléments de l’œuvre, ou à des récits en particulier, sont effectivement disséminées dans divers textes et ouvrages et offrent ainsi, par leur caractère fragmenté et fragmentaire, trop peu de prises à une analyse approfondie. Pourtant, Hans Mayer ne s’était pas cantonné à défendre l’œuvre de Kafka dans le cadre de la discussion sur la modernité littéraire en RDA3, il avait esquissé une propédeutique fournie et prometteuse à sa lecture à travers un compte-rendu critique de la recherche kafkaïenne présenté initialement en Sorbonne au mois de février 1960 et qui parut en 1962 en RFA4. Ce dernier s’inscrivait dans le cadre de l’entreprise de réhabilitation par la méthode d’auteurs ostracisés par les autorités culturelles est-allemandes et visait dans le même temps, eu égard aux différentes écoles interprétatives du « monde libre », à définir une approche critique d’inspiration marxiste qui se voulait ouverte au fait esthétique. Elle se donnait à lire notamment en clôture de l’article à travers la formulation d’une série de préalables méthodologiques pour l’abord de l’œuvre kafkaïenne. Comment alors expliquer ce hiatus ? Lorsque Mayer propose une nouvelle étude conséquente, en 1979 lors d’un colloque en Autriche consacré à l’écrivain pragois, c’est pour aborder l’œuvre de nouveau par le prisme de la critique : « Walter Benjamin und Franz Kafka. Bericht über eine Konstellation »5. Cette fois, la perspective empruntée relève plus spécifiquement de l’application d’un outil méthodologique, la « constellation », exposé en introduction de son ouvrage Der Repräsentant und der Märtyrer6 et qui devait formaliser sa conception théorique. Dans le même temps, cette étude témoigne de l’apparition d’une nouvelle coordonnée déterminante pour son approche du fait littéraire : le prisme du singulier, en l’espèce du judaïsme, qui constitue le préalable des ouvrages Les marginaux7 et Allemands et Juifs : la révocation8 élaborés conjointement dès la fin des années 19609. L’œuvre de Kafka semble dès lors apparaître comme une pierre de touche des conceptions méthodologiques de Hans Mayer. Cet article se propose d’en explorer les termes et les enjeux.

Libérer l’œuvre de ses préjugés critiques

  • 10 Alfred Klein, op. cit., p. 39-40.
  • 11 Cf. supra note 3.
  • 12 Alfrd Klein, op. cit., p. 43-44 et Hans Mayer, Ein Deutscher, t. II, p. 244.
  • 13 Cf. Günter Erbe, Die verfemte Moderne. Die Auseinandersetzung mit dem « Modernismus » in Kulturpoli (...)

2Hans Mayer avait déclenché une levée de bouclier, dans la presse, au sein du SED et dans la critique académique10, avec la parution en 1956 de son article à charge contre la politique littéraire des autorités culturelles de la RDA, « Zur Gegenwartslage unserer Literatur »11. Il avait clairement plaidé en faveur de l’héritage des œuvres de la modernité et pour de nouvelles formes de compréhension du réel, donc aussi littéraires, et décrié la tendance doctrinaire de la critique est-allemande à fonder son jugement sur la base d’axiomes, plutôt que de travailler avec des concepts critiques déterminés à partir des œuvres elles-mêmes. Ce tollé prépara la campagne de diffamation dont Mayer fut victime après la parution en RFA de son recueil d’essais de 1962, Ansichten. Zur Literatur der Zeit, dans lequel figurait son compte-rendu de la critique kafkaïenne, et qui le décida à quitter définitivement la RDA en septembre 196312, quelques mois après la conférence de Liblice (à laquelle il ne fut pas invité) qui enterra tout espoir, à travers la discussion de l’œuvre de Kafka, de réviser le concept de réalisme, pierre de touche pour la critique littéraire marxiste-léniniste, comme de briser le tabou dont l’œuvre de l’auteur pragois était frappée en RDA13.

  • 14 Alfred Klein, op. cit., p. 41-42.
  • 15 Hans Mayer, Heinrich von Kleist : Der geschichtliche Augenblick, Pfullingen, Neske, 1962. Cité dans (...)
  • 16 Hans Mayer, « Fragen der Romantikforschung », in : Zur deutschen Klassik und Romantik, Pfülligen, N (...)
  • 17 Hans Mayer, Ibid., p. 295.

3Durant ces années de tension, Mayer ne se laisse pas intimider. Il procède ainsi de manière exemplaire à une correction – par un travail sur la méthode – de l’image marxiste du romantisme allemand14 influencée en partie par les travaux de Franz Mehring et Georg Lukács. Dans l’essai sur Kleist de 196215, puis dans le texte « Fragen der Romantikforschung »16, prononcé en introduction d’un colloque sur la recherche sur le romantisme allemand qu’il avait organisé à Leipzig en juillet 1962, il énonce une précaution méthodologique : l’approche génético-historique serait insuffisante pour appréhender et a fortiori interpréter une œuvre, le jugement du sujet-interprète, comme l’activité de l’auteur, procédant lui aussi d’une objectivité historique. Ainsi, seule la prise en compte méthodologique de cette double détermination historique permettrait de présenter la singularité et la nouveauté d’une œuvre dans son temps. Ce qui l’amène conséquemment à pointer l’héritage critique problématique de Lukács et à plaider, comme c’est le cas dans son bilan critique de la recherche romantique, pour l’examen critique des positions de principe qui se trouvent à l’origine du jugement de ce dernier, en l’espèce ses conceptions de l’histoire et du réalisme17. La rupture avec l’orthodoxie marxiste, dont les verdicts de Lukács sont constitutifs, est évidente. La parenté du parti pris de cet essai avec celui consacré à la recherche sur Kafka la même année témoigne des mêmes préoccupations : libérer l’œuvre des préjugés de sa médiation critique en formulant les insuffisances et les leurres de la recherche par son étude critique, plutôt que par l’analyse de l’œuvre elle-même.

  • 18 C’est précisément ce que l’essai de 1962 entend faire : cf. Hans Mayer, « Kafka und kein Ende ? », (...)
  • 19 Hans Mayer, « Heinrich von Kleist », p. 401.
  • 20 Georg Lukács, « Thomas Mann ou Franz Kafka ? », in : La Signification présente du réalisme critique(...)
  • 21 Hans Mayer, Zur deutschen Literatur der Zeit. Zusammenhänge, Schriftsteller, Bücher, Reinbek bei Ha (...)
  • 22 Carlos Nelson Coutinho démontre dans son article « Lukács et la littérature du xxe siècle » (Actuel (...)

4Cette entreprise de réhabilitation profitera indirectement à l’appréhension de l’œuvre de Kafka, qui est ainsi rapprochée des œuvres de E.T.A. Hoffmann et Kleist, et par là même inscrite dans une tradition littéraire18. Le rapprochement avec l’œuvre de Kleist, dont la prose distanciée, comprise comme un symptôme de la crise des Lumières bourgeoises, en faisait un précurseur aux yeux de Mayer, était sans doute le plus décisif : selon lui, les raisons de cette similitude, articulée sur trois niveaux, linguistique, thématique et narratif, sont à trouver dans le moment historique qui a vu naître ces deux écritures, c’est-à-dire : la crise du monde bourgeois pris entre maturité et déclin dont les deux auteurs seraient à la fois témoins et parties prenantes à un siècle d’écart. Leur posture narrative ressortirait ainsi de cette position sociale qui vaut aussi comme un parti pris19. En filigrane de ces études peut aussi se lire le rejet du verdict que Lukács avait prononcé à l’encontre de l’œuvre de Franz Kafka. Il l’avait en effet disqualifiée en la renvoyant du côté de la « décadence artistiquement intéressante »20 et en la mettant de fait du côté funeste de l’alternative éthique formulée à la fin de son essai opposant emblématiquement Kafka et Thomas Mann. Pour cela, il avait nié le réalisme de l’œuvre, limité selon lui à des éléments stylistiques, et donc sa capacité à refléter une réalité effective. En 1965, Hans Mayer avait caractérisé comme une « inconséquence »21 cette opposition lukacsienne construite à partir du critère du réalisme dont la conception même était sujette à caution22.

  • 23 Hans Mayer, Briefe, 1948-1963, édité par Mark Lehmstedt, Leipzig, Lehmstedt Verlag, 2006, p. 299. N (...)
  • 24 Hans Mayer, Briefe, p. 425. La mention du dernier développement sur Proust l’indique.
  • 25 Cf. Hans Mayer, « Kafka und kein Ende ? Das Werk des Prager Dichters im Kreuzfeuer der Interpreten  (...)
  • 26 Il parut en RFA et en Pologne (l’œuvre de Kafka y fut publiée dès 1956).
  • 27 Wilhelm Emrich, Franz Kafka, Francfort-sur-le-Main, Athenäum Verlag, 1958 et Protest und Verheißung(...)
  • 28 Cf. supra note 25.

5Le compte-rendu critique de la recherche kafkaïenne de 1962 « Kafka und kein Ende ? », long d’un peu plus d’une quinzaine de pages, est sans doute fondé sur une expertise que Mayer avait rédigée en 1956 pour une édition est-allemande des récits de Franz Kafka, qui ne vit pas le jour23. Quoi qu’il en soit le texte suit une conférence prononcée en Sorbonne au mois de février 196024 ; un article paru en janvier 1961 dans le quotidien ouest-allemand Die Zeit en préfigurait les termes25. Le contexte de son adresse est clair, il n’était pas destiné à l’espace critique de RDA, où il ne parut pas26, bien qu’il en discute les positions. À ce titre, il peut se lire comme une tentative de définition d’une approche d’inspiration marxiste se mouvant entre rejet de la doctrine marxiste orthodoxe et la reconnaissance d’une filiation marxiste qui accorderait à l’art son statut spécifique. Mayer articule son argumentation en trois temps. Il commence par une esquisse de l’histoire de la réception critique de l’œuvre, en distingue les différentes phases et discute ses acquis, s’arrêtant plus longuement sur ceux de la recherche récente (celle des années 1950), et notamment sur le travail critique de Wilhelm Emrich27 où Mayer voit une nouvelle base fructueuse pour la recherche à venir28. Au terme de ces premiers arbitrages, Mayer énumère un certain nombre de préconisations, pouvant se lire comme un manifeste méthodologique. Trois axes forts transparaissent de son analyse de la critique et de ses recommandations : la réhabilitation de l’auteur Kafka et du texte comme document littéraire, la défense de la littéralité ou lecture matérialiste contre la lecture allégorique, et enfin la nécessité de l’historicisation de l’œuvre comme de son auteur.

  • 29 Paul Reimann, « Die gesellschaftliche Problematik in Kafkas Romanen », Weimarer Beiträge 3, 1957, ( (...)
  • 30 L’enjeu critique de cette décision était à la base de la distinction opérée entre l’œuvre et l’esqu (...)
  • 31 Heinz Politzer avait déjà plaidé pour cette nouvelle orientation en 1950, mais il recherchait toujo (...)
  • 32 Friedrich Beißner, « Kafka der Erzähler » (1952), in : Kafka der Erzähler, Francfort-sur-le-Main, S (...)

6La dimension irréductiblement littéraire de l’œuvre et l’appréhension de Kafka comme un auteur ou artiste souverain et non comme un penseur – c’était une des objections qu’il avait formulées à l’encontre du travail critique de Emrich dans son article de 1961 – est l’enjeu défendu avec force par Hans Mayer. Il s’exprime dès l’amorce de l’article lorsque Mayer soulève la question du sens de la demande de destruction de l’œuvre posthume que Kafka avait formulée à son exécuteur testamentaire, Max Brod, du point de vue de ses enjeux critiques. Mayer se positionne ainsi dans l’alternative qu’avait proposée Paul Reimann en 1957, à savoir entre une motivation esthétique ou idéologique29. Mayer interprète pour sa part la dernière volonté de Kafka comme la décision souveraine d’un artiste. Elle procéderait selon lui d’un processus sélectif à prendre au sérieux et invaliderait donc la conception monolithique, c’est-à-dire indifférenciée et non dynamique de l’œuvre. L’enjeu est de taille, il s’agit rien de moins que de délimiter les contours de l’œuvre30 et donc de reconnaitre à l’artiste une subjectivité, c’est-à-dire une certaine autonomie. Au-delà de cette discussion, Mayer exprime sa satisfaction à observer une nouvelle orientation de l’histoire de la réception critique kafkaïenne, tournée vers le texte. Cette dernière avait été inaugurée par Hans Siebert Reiss et Hermann Hesse en 195631, et reposaient en grande partie sur les avancées de la recherche biographique et philologique. Cependant, il pointe les limites de certaines de ces positions, comme la contribution de Friedrich Beißner qui n’est pour lui que pur formalisme. Se fondant sur une citation tirée du journal à la date du 6 août 191432, que Beißner extrapole, ce dernier lit en effet les œuvres de Kafka comme la représentation d’un monde tout intérieur sans plus aucun lien avec la réalité extérieure. C’est précisément ce manque de lien avec le réel, qu’il soit personnel ou historique, autrement dit cet anhistoricisme, que Mayer épingle.

  • 33 Franz Kafka, « Josefine die Sängerin oder das Volk der Mäuse », in : Wolf Kitter, Hans-Gerd Koch et (...)
  • 34 Mayer inclut également Beißner dans son énumération alors que ce dernier s’était prononcé avec forc (...)
  • 35 Hans Mayer, « Kafka und kein Ende ? », p. 140.
  • 36 Theodor W. Adorno, « Réflexions sur Kafka » (1953), in : Prismes. Critique de la culture et de la s (...)
  • 37 Cf. lettre du 6 février 1954 à Walther Wilhelm, in : Hans Mayer, Briefe, p. 194.
  • 38 Theodor W. Adorno, op. cit., p. 260.
  • 39 Ibid., p. 261.

7À l’appui d’une confrontation des différentes interprétations du dernier récit de Kafka « Josefine die Sängerin oder das Volk der Mäuse »33, Hans Mayer procède par ailleurs à une condamnation de l’interprétation allégorique au profit d’une approche littérale et plus précisément matérialiste de l’œuvre. Avec leur interprétation théologique du récit de Kafka, pour l’un effectuée sous l’angle de la théologie protestante de la révélation et pour l’autre du judaïsme, Herbert Tauber (1941) et Günther Anders (1951) sont ainsi inscrits dans la lignée du modèle de l’interprétation allégorique qui a longtemps prévalu dans l’histoire de la critique kafkaïenne. Il en est de même des lectures de Walter Muschg, cité par Beißner dans son essai de 1952, et de Wilhelm Emrich, qui y voient une parabole sur la place de l’artiste dans la société moderne34. Dans le cadre de son argumentation, Mayer simule ensuite un arbitrage de ce conflit des interprétations allégoriques en en relevant les thématiques qui lui semblent les plus pertinentes pour la compréhension du récit : le judaïsme et le statut de l’artiste (ou de l’intellectuel) dans la société moderne. Ce faisant, il introduit la notion de littéralité : « On court constamment le risque d’être mis en échec par Kafka, si on ne le prend pas à la lettre »35. C’est précisément ce sur quoi Adorno avait appuyé dans la seconde partie de son essai de 1953 « Aufzeichnungen zu Kafka »36, que Mayer avait loué dans une lettre de 1954 sans plus jamais le mentionner37, et que le philosophe avait énoncé comme un préalable méthodologique pour se prémunir de toute instrumentalisation38. Mais il s’agissait aussi de rendre justice au texte littéraire lui-même et à sa facture : « Le principe de la littéralité, sans lequel la polysémie se disperserait dans l’indifférence, condamne la tentative la plus répandue, celle qui consiste à associer dans l’interprétation de Kafka la prétention à la profondeur et l’imprécision qui n’engage à rien »39. Néanmoins, Mayer n’exclut pas pour autant la possibilité signifiante du procédé parabolique chez Kafka. Il plaide plutôt pour une approche à la mesure de cette complexité, rendant justice aux différents niveaux de sens et au jeu de leur contradiction, pour lequel la dialectique matérialiste semble toute indiquée.

  • 40 Hans Mayer, « Kafka und kein Ende ? », p. 131. Elle doit également prémunir des mauvaises interprét (...)
  • 41 Ibid., p. 141.
  • 42 Ibid., p. 138, en citant l’objection de Helmut Richter dans sa thèse (cf. supra note 30).
  • 43 F. C. Weiskopf, « Franz Kafka und die Folgen », in : Literarische Streifzüge, Berlin, Aufbau-Verlag (...)
  • 44 Dans une lettre à Fritz Martini du 17 novembre 1956, Mayer mentionne une communication intitulée «  (...)

8Le défaut d’historicisation couplé à une vision non dynamique de la réalité était une des objections que Mayer avait formulées à l’encontre des interprétations de Emrich dans son article de 1961, sans toutefois esquisser davantage les potentialités de ce point nodal de l’approche matérialise des œuvres. Cette fois, Mayer se montre plus explicite. Par historicisation, il entend à la fois l’ancrage historique de la position de l’auteur dans son environnement social et culturel qui s’appuie sur la connaissance du matériau biographique40, l’analyse des possibles reflets41 de cette réalité historique et sociale dans l’œuvre au moyen d’une conception dialectique de la réalité42, mais aussi l’inscription de l’œuvre dans l’histoire littéraire de son temps. Cette recommandation n’est pas sans rappeler l’approche socio-historique défendue par Franz Carl Weiskopf dans son texte, « Kafka und die Folgen. Mythus und Auslegung », paru de manière posthume en 195643. Son titre renvoie directement à l’intitulé initial de la contribution de Mayer44, indiquant clairement la filiation dans laquelle ce dernier entend s’inscrire. Weiskopf, écrivain communiste praguois de langue allemande, avait écrit cet article en réaction à la « mode Kafka » qui faisait rage dans les pays de l’Ouest, et aux différentes instrumentalisations idéologiques de l’œuvre. Il avait revendiqué de donner un sol à celle-ci, y reconnaissant maints traits issus de l’héritage bohémien, et de la considérer ainsi dans son ancrage socio-historique ainsi que dans l’histoire littéraire de langue allemande.

  • 45 Hans Mayer, « Kafka und kein Ende ? », p. 142 : « Krise einer Zivilisation ».
  • 46 Franz Kafka, [sans titre], in : Nachgelassene Schriften und Fragmente II, édité par Jost Schillemei (...)
  • 47 Ernst Fischer, « Franz Kafka », Sinn und Form 4, 1962, (p. 497-553), p. 533.
  • 48 Hans Mayer, Ein Deutscher, p. 273. Mayer y évoque les dimensions historique et esthétique du récit.

9À la fin de son exposé, Mayer avance la thèse, qu’il avait par ailleurs esquissée dans son essai sur Kleist de la même année, selon laquelle l’art de Kafka serait un art de crise ou plutôt d’une société en crise45, notamment à travers la comparaison avec le compositeur Gustav Mahler : leur recherche commune d’une consolation dans l’art serait le pendant d’une conscience de l’effondrement. En recourant à cet endroit au court récit de Kafka sur Sancho Pança46 qui thématise et explicite le lien de l’artiste à la réalité, et donc de l’art à la réalité, que Mayer interprète comme une relativité nécessaire, c’est-à-dire un art appuyé sur la vie et n’évoluant pas dans une sphère autonome, Mayer se positionne dans le débat sur la fonction de l’art pour la reconnaissance de son autonomie relative. L’interprétation du récit de la chanteuse Josefine livrée en dernière instance tend en effet à valoriser l’art au-delà de sa fonction sociale – contrairement à l’analyse marxiste d’un Ernst Fischer47 – en ce qu’il lui reconnaît une fonction mémorielle et donc historique48.

À la rencontre de la singularité de l’œuvre

10Deux textes de 1967 et 1979 consacrés à l’œuvre de Franz Kafka attestent d’une continuité méthodique après le départ de RDA en septembre 1963 jusqu’à la formalisation, au début des années 1970, de l’outil méthodologique qu’est la « constellation ».

  • 49 Hans Mayer, « Kafka oder “zum letzten Mal Psychologie” » in : Zur deutschen Literatur der Zeit, p.  (...)
  • 50 Friedrich Beißner, « Kafka der Erzähler », p. 19-54.
  • 51 Mayer semble ne pas distinguer systématiquement entre auteur et narrateur.
  • 52 Hans Mayer, « Kafka oder », p. 275. Le terme d’éthique renvoie directement au développement de Luká (...)
  • 53 Hans Mayer, « Kafka oder », p. 273 : « Kafkas Stücke [sind] […] doch nicht bloß Wiederspiegelungen (...)
  • 54 En allemand : Karl Marx, Grundrisse der Kritik der politischen Ökonomie, d’après l’édition de l’Ins (...)
  • 55 Hans Mayer, « Karl Marx und die Literatur », Merkur 245, 1968 (p. 813-827), p. 820-821.
  • 56 Ibid., p. 827.
  • 57 Ibid., p. 827 : « Der historische Moment der Kreation ist vergänglich, aber das produzierte Produkt (...)
  • 58 Hans Mayer, « Kafka oder », p. 274.
  • 59 Hans Mayer, « Karl Marx », p. 826 : « mechanisches Zusammenspiel ».
  • 60 Ibid., p. 824 : « Ideologie-Kritik ».
  • 61 Ibid., p. 827.

11Dans le livre de 1967 Zur deutschen Literatur der Zeit49, à l’occasion d’un développement narratologique sur les particularités de la perspective narrative kafkaïenne qui vise également à reconnaître la modernité de l’œuvre de Kafka, placée entre celles de Thomas Mann et Bertolt Brecht, Mayer va déclarer avec Marx l’œuvre littéraire comme étant irréductible à son caractère historique pour défendre l’autonomie relative du fait esthétique. Dans ce chapitre, Mayer caractérise, sans doute à partir des analyses déterminantes de Friedrich Beißner50, la spécificité de la narration kafkaïenne par l’absence d’identification de l’auteur51 avec ses personnages, qui implique de renoncer à la psychologie et à ses causalités pour les appréhender. En reprenant l’opposition brechtienne entre identification et distanciation, il place ainsi Kafka du côté de la distanciation, qui traduirait, conjuguée au dualisme caractéristique de sa prose (postulant à la fois une responsabilité humaine totale et l’impossibilité de la satisfaire), un « rigorisme éthique »52 distinctif. C’est sur cette base que Mayer va par la suite rejeter la tentative lukacsienne de réhabilitation de l’œuvre de Kafka par son historicisation. Dans la nouvelle préface de l’édition de 1965 du Roman historique, Lukács avait en effet reconnu à l’œuvre, en l’historicisant, une validité historique, ou plutôt prophétique. Mais selon Mayer, la concrétude historique impliquerait l’identification psychologique et un système de causalités, or, comme il l’a montré, Kafka en aurait justement repoussé les limites. Mayer reproche par ailleurs à Lukács de réduire l’œuvre à un simple document historique53, tout à fait dans les termes de la doctrine du réalisme socialiste que Mayer juge infructueuse, et contre les observations de Marx, exprimées dans l’introduction non publiée de sa critique de l’économie politique54. Mayer commenta ce texte fondateur dans l’article qu’il consacra à Karl Marx et la littérature dans Merkur en 196855. Se référant au phénomène d’asynchronie, mis au jour par Marx dans son texte, qui caractérise la réception des œuvres du passé – en l’espèce la tragédie grecque –, marquée par la discordance entre la persistance de la valeur esthétique de ces œuvres et la disparition des formes et structures sociales qui les ont vu naître, et que Mayer résume par la formule d’une « dialectique de la temporalité et de la durée »56, il fait valoir ses propres conceptions esthétiques et méthodologiques. Il avance ainsi que l’œuvre littéraire a davantage à offrir que de l’historicité57, – chez Kafka, c’est son irréductible « étrangeté »58 –, et invalide définitivement la théorie du réalisme socialiste et l’idée du reflet qui asserviraient l’œuvre d’art en lui déniant toute forme de subjectivité ou d’existence propre et dont le critère de réalisme, comme unique critère du jugement littéraire, aurait vidé la dialectique marxiste de sa potentialité critique, en la réduisant à une simple « interaction mécanique »59. Mayer propose ainsi, en suivant les recommandations de Engels adressées à Franz Mehring dans une lettre du 14 juillet 1893, et à l’appui de l’exemple de la politisation qu’a connue l’œuvre de Franz Kafka à l’Est, de soumettre les œuvres et leur réception à une critique des idéologies60. Pour résumer la position méthodologique à laquelle l’amène la confrontation avec les textes esthétiques des classiques (marxistes), il affirme à la fin de son essai que les œuvres littéraires sont nécessairement créées, et donc à interpréter dans l’« interaction réciproque d’une subjectivité créatrice et d’une socialité objective »61.

  • 62 Cf. supra note 5.
  • 63 Cf. supra note 6. Il est par ailleurs employé dans d’autres ouvrages comme Das unglückliche Bewußts (...)
  • 64 Nous reprenons la traduction qu’a proposée Edoardo Costadura de Hans Mayer (Der Repräsentant, p. 8) (...)
  • 65 Hans Mayer, « Vorbemerkung : Happening und Innenwelt », in : Das Geschehen und das Schweigen. Aspek (...)
  • 66 Nous renvoyons à Peter Demetz qui déplore l’imprécision des rapports de détermination entre texte e (...)
  • 67 Edoardo Costadura, op. cit., p. 93.

12L’essai de 1979 consacré à Walter Benjamin lecteur de Franz Kafka62 se veut, comme l’indique son intitulé, une étude menée selon les termes de la « constellation ». Mayer avait défini ce concept méthodologique en introduction de son recueil de 1971 Der Repräsentant und der Märtyrer63 comme « l’ensemble des “relations qui lient un sujet particulier à une situation historique particulière” »64. Cet essai, où Mayer défendait le second présupposé de sa conception théorique développé en 1968, se voulait le complément de celui de 1969, dont l’avant-propos constituait un véritable plaidoyer pour l’historicisation dans les sciences littéraires65. Le concept de constellation articule donc la double vigilance méthodologique formulée dès l’essai sur Kleist de 1962. Malgré l’imprécision des rapports qu’il établit66, il permet ainsi à Mayer de « rendre compte de l’autonomie du texte et de cerner les contextes historiques »67.

  • 68 Hans Mayer, « Walter Benjamin », p. 95.
  • 69 Cf. Dirk Werle : « Hans Mayer zwischen Wissenschaft und Kritik. Zum Denkstil eines Außenseiters der (...)
  • 70 Edoardo Costadura, op. cit., p. 93 : « Constellation signifie donc aussi devenir ».
  • 71 On peut constater une certaine imprécision de cet appareil conceptuel dans l’usage d’une terminolog (...)
  • 72 Hans Mayer, Allemands et Juifs, p. 255.
  • 73 Hans Mayer, « Walter Benjamin », p. 97. Selon Mayer, la polémique déclenchée par les thèses de Benj (...)
  • 74 Cf. Klaus Wagenbach, « Einem Verschollenen den Prozess gemacht », Die Zeit, no 27, 19 juin 1979 : h (...)
  • 75 Hans Mayer, « Walter Benjamin », p. 96.
  • 76 L’historicisme bien sûr, mais aussi le recours aux catégories du théâtre épique et la délimitation (...)
  • 77 Ibid., p. 111. Plutôt que de pragmatisme, Mayer parle de syncrétisme.

13L’essai sur Benjamin est issu d’une conférence présentée en juin 1979 lors d’un colloque sur Kafka autour du thème « Kunst und Prophetie » (art et prophétie) à Klosterneuburg près de Vienne. Comme le précise d’entrée de jeu Mayer, il s’agit d’y étudier « l’importance de la confrontation avec Franz Kafka pour la vie et la pensée de Benjamin »68, donc d’aborder une nouvelle fois Kafka à travers sa réception critique, et plus précisément depuis la constellation dessinée par Benjamin et son interprétation judéo-marxiste. À travers ce texte et dans l’esprit d’une critique des idéologies69, Mayer dessine les coordonnées d’une lecture benjaminienne en devenir70, prise, à la faveur des interactions qui la caractérisent, dans une triple détermination71, se mouvant entre les points cardinaux que représentent les positions paradigmatiques de Bertolt Brecht et Gershom Scholem72. Ainsi, il démontre d’une part que la confrontation de Benjamin avec Kafka s’inscrit avant tout dans une problématique existentielle et d’autre part que la discussion de ses textes au sein de la communauté littéraire des exilés est représentative des polémiques qui s’y sont déroulées dans les années 193073. Avec cet exposé, et en cela Mayer dénote particulièrement dans le colloque de 197974, il inscrit la discussion dans une filiation marxiste et se rapproche dans le même temps d’une interprétation juive, vers laquelle il tend effectivement à la fin des années 1960. L’étude proposée s’attachant particulièrement à sonder les termes du « symposium »75 épistolaire initié par Benjamin et ses effets sur les développements de ce dernier, elle exclut leur analyse détaillée. Toutefois il est possible d’y déceler une certaine communauté de conceptions entre les deux hommes, touchant notamment aux présupposés méthodologiques76. L’approche « syncrétique »77 de Benjamin pourrait en cela tenir lieu de miroir au propre cheminement interprétatif de Hans Mayer : le judaïsme devenant, à côté de la discussion sur la modernité littéraire et du marxisme méthodologique, la troisième coordonnée de la constellation « Mayer, la critique et Kafka ».

  • 78 Cf. supra note 9.
  • 79 Peter Demetz, « Über Hans Mayer : “Außenseiter”, Frauen, Juden, Homosexuellen », Der Spiegel 31, 28 (...)
  • 80 Cf. Hans Mayer, Les marginaux, p. 486 et Allemands et Juifs, p. 262.
  • 81 Hans Mayer, « Dialogues juifs à propos d’Allemands et de Juifs », in : Allemands et Juifs, p. 215-2 (...)
  • 82 Hans Mayer, « Walter Benjamin », p. 116.
  • 83 Hans Mayer, « Dialogues juifs », p. 222. Mayer conteste quelques pages plus tôt l’analyse de Wagenb (...)
  • 84 Hans Mayer, « Kafka und kein Ende ? », p. 144. Mayer dit reconnaître à la thématique juive une fonc (...)
  • 85 Cf. Mayer à propos de la relation que Kafka fait à Brod de la rencontre du rabbin-guérisseur à Mari (...)
  • 86 Ibid., p. 211.

14Comme le mentionne Mayer dans ses mémoires78, à partir du retour d’Israël en 1968, Kafka sera dorénavant appréhendé par le prisme du judaïsme. L’élaboration conjointe des ouvrages Les marginaux et Allemands et Juifs : la révocation dès la fin des années 1960 a déterminé cette évolution paradigmatique vers le singulier qui constitue une rupture théorique avec la conception marxiste usuelle puisqu’elle contient une remise en question de l’hégélianisme en redéfinissant le rapport de prévalence du général sur le particulier79, pour lequel Mayer prendra position dans les deux conclusions des ouvrages précités80. Cependant ses répercussions méthodologiques dans l’approche de Kafka restent cantonnées à la forme d’un syncrétisme, dans lequel la composante objective continue d’être valorisée. On l’a vu avec le texte sur Benjamin, et on le constate de nouveau avec le dernier développement conséquent consacré à Kafka qu’on peut lire dans le livre Allemands et Juifs : la révocation81. Ce texte a pour objet l’analyse de la constellation Max Brod et Franz Kafka dialoguant autour du judaïsme et de l’identité juive, ou pour reprendre la thèse de Mayer, sur la « symbiose judéo-allemande » en train de se fissurer. Mayer s’y attache à explorer les traces d’un tel dialogue dans les documents autobiographiques des deux auteurs, et confronte leurs deux positions antagonistes, l’une ressortant de l’engagement politique au travers du sionisme et incarnant la pensée historiquement située, l’autre ressortant de l’expérience de soi – dans la lignée d’un Buber, comme l’a prétendu Brod82 –, donc anhistorique. Malgré ce constat d’une œuvre à certains égards « hors du temps et de l’espace »83, Mayer indique comme il l’avait déjà fait en 196284 une pénétration nécessaire de la problématique juive dans l’œuvre de Kafka et en fait un élément incontournable de l’analyse socio-historique. En effet, l’exploration du matériau biographique laisse voir chez Kafka, symptomatiquement, plutôt que des prises de position en tant que telles comme c’est le cas pour Brod, un mécanisme de transformation littéraire des expériences vécues85. Mayer l’avait déjà évoqué dans l’introduction : l’œuvre elle-même serait un des lieux effectifs du dialogue86. De nouveau une propédeutique prometteuse à une interprétation de l’œuvre, non suivie d’effets.

  • 87 Hans Mayer, Ein Deutscher, t. II, p. 400.
  • 88 Hans Mayer, Reisen nach Jerusalem, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1997, p. 68.
  • 89 Franz Kafka, « Vor dem Gesetz », in : Drucke zu Lebzeiten, p. 267-269. Traduction française : « Dev (...)
  • 90 Hans Mayer, « Walter Benjamin », p. 115.

15Hans Mayer avait cherché à libérer l’œuvre kafkaïenne de ses préjugés critiques. Une fois le champ préparé pour une analyse à la hauteur de la complexité de l’œuvre, et malgré la richesse des prismes qu’il avait déployés pour la saisir, il n’en a pas récolté les fruits. Kafka et son œuvre peuvent ainsi être considérés comme un miroir méthodologique tendu à l’interprète Hans Mayer, dans lequel théorie et pratique apparaissent effectivement disjoints. Sans nier les avancées que représentent les contributions de Mayer pour l’histoire de la critique kafkaïenne, ce constat amène une première réflexion : si la méthode n’a pas pour effet de conduire à une interprétation, il paraîtrait légitime d’en postuler l’échec. Au vu de la présente étude, nous nous limiterons à avancer l’hypothèse que l’œuvre de Kafka revêtait, au – delà de sa singularité, un autre intérêt aux yeux de Mayer, qui, de manière exemplaire, s’en servait alternativement comme base de réflexion pour l’élaboration de ses conceptions méthodologiques ou comme moyen de démonstration de celles-ci. Néanmoins, au terme de ce parcours méthodologique dessiné par la confrontation avec l’œuvre de Kafka, se fait jour une constellation à deux termes, éliminant le biais de la critique pour laisser advenir une confrontation non médiatisée de l’interprète avec le texte, conduisant à une interprétation parfois très personnelle de l’œuvre du Juif pragois. On en trouve des traces dans la conclusion des mémoires, dont le processus d’écriture est justifié à partir d’une réflexion sur des aphorismes kafkaïens87, mais aussi dans le récit de voyage Reisen nach Jerusalem88, où Mayer, se souvenant de sa visite au Mont Sinaï, fait du récit « Vor dem Gesetz »89 une image du judaïsme, et en propose de fait une interprétation allégorique. Hans Mayer avait relevé l’identification benjaminienne à Kafka dans son article de 1979. Il y avait également déclaré : « Tout le monde se cherche et se découvre soi-même dans Kafka. Peut-être qu’aucun colloque consacré à Kafka ne mènera jamais à rien d’autre que cela »90. Cette étude a montré toute la portée – critique et biographique – de ce jugement.

Haut de page

Notes

1 Hans Mayer, Ein Deutscher auf Widerruf. Erinnerungen, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1982/1984, tome I (1982), p. 25 et tome II (1984), p. 400.

2 Alfred Klein, « Heimat auf Zeit. Hans Mayer an der Universität Leipzig », UTOPIE kreativ 77, 1997, (p. 29-45), p. 37.

3 Voir Hans Mayer, « Zur Gegenwartslage unserer Literatur », in : Inge Jens (éd.), Über Hans Mayer, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1977, p. 65-74, paru initialement dans : Der Sonntag, 2 décembre 1956.

4 Hans Mayer, « Kafka und kein Ende ? », in : Ansichten. Zur Literatur der Zeit, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt, 1962, p. 56-70, aussi « Kafka und kein Ende ? (Zur heutigen Lage der Kafkaforschung) », Kwartalnik Neofilologiczny 2, 1962, p. 127-145. Le texte de la version polonaise, doté d’un appareil critique, servira ici de version de référence.

5 Hans Mayer, « Walter Benjamin und Franz Kafka. Bericht über eine Konstellation », in : Barbara Elling (éd.), Kafka-Studien, New-York, Peter Lang, 1985, paru initialement dans : Literatur und Kritik 140, November 1979, p. 79-97.

6 Hans Mayer, Der Repräsentant und der Märtyrer. Konstellationen der Literatur, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1971, p. 7-13.

7 Hans Mayer, Außenseiter, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1975. Traduction française : Les marginaux. Femmes, Juifs et homosexuels dans la littérature européenne, traduction de Laurent Mulheisen, Maurice Jacob et Pierre Fanchini, Paris, Albin Michel, 1994.

8 Hans Mayer, Der Widerruf. Über Deutsche und Juden. Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1994. Traduction française : Allemands et juifs : la révocation des Lumières à nos jours, traduction de Jean-Claude Crespy, Paris, Presses Universitaires de France, 1999.

9 Hans Mayer, Ein Deutscher, t. II, p. 387.

10 Alfred Klein, op. cit., p. 39-40.

11 Cf. supra note 3.

12 Alfrd Klein, op. cit., p. 43-44 et Hans Mayer, Ein Deutscher, t. II, p. 244.

13 Cf. Günter Erbe, Die verfemte Moderne. Die Auseinandersetzung mit dem « Modernismus » in Kulturpolitik, Literaturwissenschaft und Literatur in der DDR, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1993, p. 102-103.

14 Alfred Klein, op. cit., p. 41-42.

15 Hans Mayer, Heinrich von Kleist : Der geschichtliche Augenblick, Pfullingen, Neske, 1962. Cité dans : Hans Mayer, Das unglückliche Bewußtsein, p. 356-408. Voir la traduction et le commentaire de Clément Fradin dans ce numéro.

16 Hans Mayer, « Fragen der Romantikforschung », in : Zur deutschen Klassik und Romantik, Pfülligen, Neske, 1963, p. 263-305.

17 Hans Mayer, Ibid., p. 295.

18 C’est précisément ce que l’essai de 1962 entend faire : cf. Hans Mayer, « Kafka und kein Ende ? », p. 141-142.

19 Hans Mayer, « Heinrich von Kleist », p. 401.

20 Georg Lukács, « Thomas Mann ou Franz Kafka ? », in : La Signification présente du réalisme critique, traduction de Maurice de Gandillac, Paris, Gallimard, 1960 (p. 86-168), p. 168, paru sous le titre : Wider den missverstandenen Realismus, Hambourg, Claassen, 1958.

21 Hans Mayer, Zur deutschen Literatur der Zeit. Zusammenhänge, Schriftsteller, Bücher, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt, 1967, p. 249. Nous proposons notre propre traduction lorsque la traduction française des ouvrages cités est inexistante.

22 Carlos Nelson Coutinho démontre dans son article « Lukács et la littérature du xxe siècle » (Actuel Marx 45, PUF, 2009, p. 36-51) que le jugement de Lukács sur Kafka procède d’une erreur méthodologique (Lukács part d’un présupposé) et d’une inconséquence théorique (il considère que l’œuvre de Kafka est l’expression directe de la vision du monde de l’artiste).

23 Hans Mayer, Briefe, 1948-1963, édité par Mark Lehmstedt, Leipzig, Lehmstedt Verlag, 2006, p. 299. Nous n’avons malheureusement pas eu accès dans le cadre de ce travail à l’expertise disponible à la Staatsbibliothek (Berlin) sous la signature : « Hans Mayer : Bemerkungen zur Herausgabe der Erzählungen Franz Kafkas, Leipzig 10. September 1956, Archiv Aufbau-Verlag 2498 ».

24 Hans Mayer, Briefe, p. 425. La mention du dernier développement sur Proust l’indique.

25 Cf. Hans Mayer, « Kafka und kein Ende ? Das Werk des Prager Dichters im Kreuzfeuer der Interpreten », Die Zeit 3, 13.1.1961, https://www.zeit.de/1961/03/kafka-und-kein-ende [consulté le 20 novembre 2020]. Ce dernier se lit davantage comme une recension du travail critique de Wilhelm Emrich.

26 Il parut en RFA et en Pologne (l’œuvre de Kafka y fut publiée dès 1956).

27 Wilhelm Emrich, Franz Kafka, Francfort-sur-le-Main, Athenäum Verlag, 1958 et Protest und Verheißung, Francfort-sur-le-Main, Athenäum Verlag, 1960, p. 233-263.

28 Cf. supra note 25.

29 Paul Reimann, « Die gesellschaftliche Problematik in Kafkas Romanen », Weimarer Beiträge 3, 1957, (p. 599-618), p. 601.

30 L’enjeu critique de cette décision était à la base de la distinction opérée entre l’œuvre et l’esquisse par Helmut Richter dans sa thèse dirigée par Hans Mayer (cf. Franz Kafka : Werk und Entwurf, Berlin, Rütten & Loening, 1962).

31 Heinz Politzer avait déjà plaidé pour cette nouvelle orientation en 1950, mais il recherchait toujours dans l’œuvre une dimension métaphysique (cf. Peter U. Beicken, Franz Kafka. Eine kritische Einführung in die Forschung, Francfort-sur-le-Main, Athenäum Verlag, 1974, p. 33).

32 Friedrich Beißner, « Kafka der Erzähler » (1952), in : Kafka der Erzähler, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1983 (p. 19-54), p. 38. Selon Kafka : « Der Sinn für die Darstellung meines traumhaften innern Lebens […] ».

33 Franz Kafka, « Josefine die Sängerin oder das Volk der Mäuse », in : Wolf Kitter, Hans-Gerd Koch et Gerhard Neumann (éd.), Drucke zu Lebzeiten, Francfort-sur-le-Main, Fischer Taschenbuch Verlag, 2002, p. 350-377. Traduction française : « Josefine la chanteuse ou le peuple des souris », in : Œuvres complètes, t. I, traduction de Jean-Pierre Lefebvre, Paris, Gallimard, 2018, p. 236-255.

34 Mayer inclut également Beißner dans son énumération alors que ce dernier s’était prononcé avec force contre ce type d’interprétation, tout en indiquant celle qui lui semblait la plus pertinente. Cf. Friedrich Beißner, op. cit., p. 46.

35 Hans Mayer, « Kafka und kein Ende ? », p. 140.

36 Theodor W. Adorno, « Réflexions sur Kafka » (1953), in : Prismes. Critique de la culture et de la société, traduction de Rainer Rochlitz, Paris, Payot, 2003, p. 260-263.

37 Cf. lettre du 6 février 1954 à Walther Wilhelm, in : Hans Mayer, Briefe, p. 194.

38 Theodor W. Adorno, op. cit., p. 260.

39 Ibid., p. 261.

40 Hans Mayer, « Kafka und kein Ende ? », p. 131. Elle doit également prémunir des mauvaises interprétations (cf. p. 141 à propos de « Josefine »).

41 Ibid., p. 141.

42 Ibid., p. 138, en citant l’objection de Helmut Richter dans sa thèse (cf. supra note 30).

43 F. C. Weiskopf, « Franz Kafka und die Folgen », in : Literarische Streifzüge, Berlin, Aufbau-Verlag, 1956, p. 212–216 (aussi dans : Der Sonntag, 9 septembre 1956).

44 Dans une lettre à Fritz Martini du 17 novembre 1956, Mayer mentionne une communication intitulée « Kafka und die Folgen » prévue à Hambourg en janvier 1957, mais celle-ci n’eut finalement pas lieu (Briefe, p. 307). Mayer emploiera le même titre pour évoquer sa conférence parisienne de 1960 (Briefe, p. 425).

45 Hans Mayer, « Kafka und kein Ende ? », p. 142 : « Krise einer Zivilisation ».

46 Franz Kafka, [sans titre], in : Nachgelassene Schriften und Fragmente II, édité par Jost Schillemeit, Francfort-sur-le-Main, Fischer Taschenbuch Verlag, 2002, p. 38. Traduction française : « La vérité sur Sancho Pança », in : op. cit., traduction de Stéphane Pesnel, p. 710.

47 Ernst Fischer, « Franz Kafka », Sinn und Form 4, 1962, (p. 497-553), p. 533.

48 Hans Mayer, Ein Deutscher, p. 273. Mayer y évoque les dimensions historique et esthétique du récit.

49 Hans Mayer, « Kafka oder “zum letzten Mal Psychologie” » in : Zur deutschen Literatur der Zeit, p. 270-275.

50 Friedrich Beißner, « Kafka der Erzähler », p. 19-54.

51 Mayer semble ne pas distinguer systématiquement entre auteur et narrateur.

52 Hans Mayer, « Kafka oder », p. 275. Le terme d’éthique renvoie directement au développement de Lukács sur le rôle de la conviction éthique de l’écrivain dans l’évaluation des œuvres de la modernité dans son essai de 1958 (cf. supra note 20).

53 Hans Mayer, « Kafka oder », p. 273 : « Kafkas Stücke [sind] […] doch nicht bloß Wiederspiegelungen einer kakanischen Zeit » (ce sont les mots de Mayer).

54 En allemand : Karl Marx, Grundrisse der Kritik der politischen Ökonomie, d’après l’édition de l’Institut de marxisme-léninisme de Moscou, Berlin, Dietz Verlag, 1953, (p. 5-31), p. 29-31. En français : Contribution à la critique de l’économie politique, Introduction de 1857, traduction de Guillaume Fondu et Jean Quétier, Paris, Les Éditions sociales, 2014, (p. 31-58), p. 56-58.

55 Hans Mayer, « Karl Marx und die Literatur », Merkur 245, 1968 (p. 813-827), p. 820-821.

56 Ibid., p. 827.

57 Ibid., p. 827 : « Der historische Moment der Kreation ist vergänglich, aber das produzierte Produkt hat mehr zu verkünden als bloße Geschichtlichkeit ».

58 Hans Mayer, « Kafka oder », p. 274.

59 Hans Mayer, « Karl Marx », p. 826 : « mechanisches Zusammenspiel ».

60 Ibid., p. 824 : « Ideologie-Kritik ».

61 Ibid., p. 827.

62 Cf. supra note 5.

63 Cf. supra note 6. Il est par ailleurs employé dans d’autres ouvrages comme Das unglückliche Bewußtsein (1986).

64 Nous reprenons la traduction qu’a proposée Edoardo Costadura de Hans Mayer (Der Repräsentant, p. 8), in : « Hans Mayer », Littérature 83, 1991, Lettres croisées, (p. 89-111), p. 93.

65 Hans Mayer, « Vorbemerkung : Happening und Innenwelt », in : Das Geschehen und das Schweigen. Aspekte der Literatur, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1969, p. 7-10.

66 Nous renvoyons à Peter Demetz qui déplore l’imprécision des rapports de détermination entre texte et histoire, in : « Politik im Spiegel der Literatur », in : Inge Jens (éd), Über Hans Mayer, (p. 145-151), p. 146.

67 Edoardo Costadura, op. cit., p. 93.

68 Hans Mayer, « Walter Benjamin », p. 95.

69 Cf. Dirk Werle : « Hans Mayer zwischen Wissenschaft und Kritik. Zum Denkstil eines Außenseiters der Kritischen Theorie », in : Nicolas Berg et Dieter Burdorf (éd.), Textgelehrte : Literaturwissenschaft und literarisches Wissen im Umkreis der Kritischen Theorie, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2014, p. 377.

70 Edoardo Costadura, op. cit., p. 93 : « Constellation signifie donc aussi devenir ».

71 On peut constater une certaine imprécision de cet appareil conceptuel dans l’usage d’une terminologie parfois peu claire. Ainsi, Mayer dégage-t-il trois « constellations » de la « constellation » initialement formée par l’interprète Benjamin et son objet Kafka. Pour plus de clarté nous avons préféré parler dans ce cas de « déterminations ».

72 Hans Mayer, Allemands et Juifs, p. 255.

73 Hans Mayer, « Walter Benjamin », p. 97. Selon Mayer, la polémique déclenchée par les thèses de Benjamin sur Kafka représente le second moment fort du débat sur l’expressionnisme des années 1930.

74 Cf. Klaus Wagenbach, « Einem Verschollenen den Prozess gemacht », Die Zeit, no 27, 19 juin 1979 : https://www.zeit.de/1979/27/einem-verschollenen-den-prozess-gemacht [consulté le 29 novembre 2020].

75 Hans Mayer, « Walter Benjamin », p. 96.

76 L’historicisme bien sûr, mais aussi le recours aux catégories du théâtre épique et la délimitation des contours de l’œuvre.

77 Ibid., p. 111. Plutôt que de pragmatisme, Mayer parle de syncrétisme.

78 Cf. supra note 9.

79 Peter Demetz, « Über Hans Mayer : “Außenseiter”, Frauen, Juden, Homosexuellen », Der Spiegel 31, 28.7.1975, p. 90, https://www.spiegel.de/spiegel/print/d-41458190.html [consulté le 30 novembre 2020].

80 Cf. Hans Mayer, Les marginaux, p. 486 et Allemands et Juifs, p. 262.

81 Hans Mayer, « Dialogues juifs à propos d’Allemands et de Juifs », in : Allemands et Juifs, p. 215-225.

82 Hans Mayer, « Walter Benjamin », p. 116.

83 Hans Mayer, « Dialogues juifs », p. 222. Mayer conteste quelques pages plus tôt l’analyse de Wagenbach qui a voulu ancrer le château de Kafka dans un réel autobiographique (cf. Klaus Wagenbach, « Wo liegt Kafkas Schloss ? », in : Jürgen Born et al., Kafka-Symposion, Berlin, Verlag Klaus Wagenbach, 1965, p. 161-180).

84 Hans Mayer, « Kafka und kein Ende ? », p. 144. Mayer dit reconnaître à la thématique juive une fonction de leitmotiv dans l’œuvre. Toutefois, elle y demeure subordonnée à la thématique de l’artiste.

85 Cf. Mayer à propos de la relation que Kafka fait à Brod de la rencontre du rabbin-guérisseur à Marienbad à l’été 1916 : « Cette description pourrait figurer parmi les récits de Kafka […] » (« Dialogues juifs », p. 221).

86 Ibid., p. 211.

87 Hans Mayer, Ein Deutscher, t. II, p. 400.

88 Hans Mayer, Reisen nach Jerusalem, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1997, p. 68.

89 Franz Kafka, « Vor dem Gesetz », in : Drucke zu Lebzeiten, p. 267-269. Traduction française : « Devant la loi », in : op. cit., traduction de Jean-Pierre Lefebvre, p. 169-170.

90 Hans Mayer, « Walter Benjamin », p. 115.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Solange Lucas, « Le miroir de l’interprète : Hans Mayer devant Kafka »Revue germanique internationale, 33 | 2021, 175-186.

Référence électronique

Solange Lucas, « Le miroir de l’interprète : Hans Mayer devant Kafka »Revue germanique internationale [En ligne], 33 | 2021, mis en ligne le 11 juin 2021, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2718 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2718

Haut de page

Auteur

Solange Lucas

Doctorante à l’Université de Nantes et à l’Université d’Osnabrück

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search