Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Le gotique : profil historique, c...

Le gotique : profil historique, culturel et linguistique

Carla Falluomini
Traduction de Daniel Petit
p. 13-34

Résumés

L’article propose une description des textes et de la langue des Goths à la lumière des découvertes et des études des cinquante dernières années. Après une brève présentation historique des différents groupes gotiques et de leurs migrations, l’accent est mis sur le travail de Wulfila, qui a traduit la Bible au milieu du ive siècle, sur le corpus textuel gotique et sur ses particularités linguistiques et de critique textuelle. La bibliographie présente les outils les plus récents pour l’analyse de cette langue et de ses témoins.

Haut de page

Texte intégral

Profil historique

  • 2 Pour l’édition des textes gotiques, voir Streitberg & Scardigli (2000) ; un outil utile est la conc (...)
  • 3 Voir Francovich Onesti (2002), Haubrichs (2008), Haubrichs (2019).

1Au sein du rameau oriental des langues germaniques, désormais éteint, seul le gotique a trouvé une expression écrite, grâce à l’œuvre de l’évêque wisigotique Wulfila, qui au milieu du ive siècle a traduit la Bible – traduction qui représente aujourd’hui la principale source de notre connaissance de cette langue2 – et a créé pour cela un alphabet spécifique. Des autres langues du groupe oriental (vandale, burgonde, gépide), proches parentes du gotique, comme l’affirmait aussi Procope (BV I, 2), il ne reste que des témoignages onomastiques3.

  • 4 Voir Łuczkiewicz, Kleemann et al. (2021).
  • 5 Voir Kazanski (1991), les contributions rassemblées dans Gomolka-Fuchs (1999) ainsi que Kokowski (2 (...)
  • 6 Voir les contributions rassemblées dans Mitthof, Martin & Grusková (2020).
  • 7 Voir Thompson (1966), Thompson (1969), Rouche (1979), Luiselli (1982), Wolfram (1990), Heather (199 (...)

2Identifiés approximativement comme les porteurs de la « culture de Wielbark4 », florissante entre l’Oder et la Vistule durant les ier-iie siècles de notre ère, les Goths – qui, selon Jordanes (Get. IV. 25), provenaient de la Scandza insula, peut-être la Scandinavie méridionale – migrèrent à partir de la fin du iie siècle en direction de la Mer Noire. Ils s’installèrent dans les territoires correspondant actuellement à l’Ukraine méridionale, la Crimée, la Moldavie, le sud-est de la Roumanie, où ils ont donné naissance – mêlés à d’autres peuples – à la « culture de Černjachov » et à la « culture de Sântana de Mureș »5. Parmi les groupes de Goths émergent à la fin du iiie siècle les Greutungi et les Tervingi, dénominations remplacées plus tard dans l’historiographie latine par celles d’Ostrogothi et de Wisigothi, auxquels ils sont respectivement identifiés. Les incursions répétées des Goths dans les territoires de l’Empire, racontées par les sources, y compris le fragment de Dexippe (Dexippus) découvert récemment à Vienne6, et l’œuvre d’Ammien Marcellin, soulignent les difficultés auxquelles l’Empire Romain était confronté sous la pression de ces peuples, qui, au milieu du iiie siècle, représentaient la plus grande puissance militaire au-delà de la frontière du Danube inférieur. Après une période de paix, suite au traité avec Constantin en 332, la pression des Huns a amené les Wisigoths à trouver refuge dans les territoires impériaux. Les conflits qui ont suivi et qui ont abouti à la défaite des Romains à Andrinople (378) ont rendu les relations avec les Goths encore plus tendues et ont ouvert la porte à des accords politiques dont le résultat a été l’attribution à ces derniers du droit de vivre sur le territoire de l’Empire en échange d’un service militaire, conformément au principe de l’hospitalitas7.

3Au cours du ive siècle, les contacts des Goths avec le monde latin et grec ont été plus intenses, notamment à travers l’activité des commerçants et des missionnaires, ainsi que par la médiation de mercenaires gotiques au service de l’armée romaine, par les prisonniers capturés par les Goths et grâce aux contacts avec des populations danubiennes déjà profondément latinisées et hellénisées.

  • 8 Corazza (1969), Lehmann (1986), Green (1999), Dolcetti Corazza (2003), Francovich Onesti (2011).

4Témoignent de l’influence latine sur le gotique les nombreux emprunts latins relatifs à diverses sphères sémantiques, dont certains sont communs avec d’autres langues germaniques (et pourraient donc être encore plus anciens et remonter à une période antérieure aux migrations des peuples gotiques vers la Mer Noire), comme got. aket « vinaigre » < lat. acetum, got. sakkus « sac » < lat. saccus, got. sigljo « sceau » < lat. vulg. *sigillo, got. sinap ou sinaps « moutarde » < lat. sinapi,  got. wein « vin » < lat. uinum ; d’autres emprunts, en revanche, ne sont propres qu’au gotique, comme got. anno « salaire du soldat » lat. annona, got. militon « faire son service militaire » < lat. milito ; got. kapillon « couper les cheveux » lat. capillus « cheveu »8.

5Au cours du ive siècle a également eu lieu le processus de christianisation des Goths, initié par des instances catholiques et ariennes. Cependant, l’arianisme a prévalu et est devenu un élément distinctif des peuples gotiques, qui se sont alors dotés d’une organisation ecclésiastique et de leurs propres églises.

6Durant le siècle suivant, avec le soutien politique de l’Empire, les Wisigoths occupent le sud de la Gaule, puis l’Espagne, tandis que les Ostrogoths s’installent en Italie et en Illyrie. Dans ces territoires, de nouveaux royaumes gotico-romains ont été créés, caractérisés par une assimilation progressive des Goths à la culture latine, non sans avoir essayé (surtout dans le cas des Ostrogoths à la cour de Ravenne de Théodoric le Grand) de maintenir vivantes leur propre langue et leur propre tradition religieuse. La bataille de Vouillé (507) pour les Wisigoths de Gaule et la fin de la guerre gréco-gotique pour les Ostrogoths (553) marquent la fin de ces entités politiques, tandis que les Wisigoths d’Espagne restent jusqu’à la conquête arabe en 711.

Wulfila

  • 9 Les sources concernant Wulfila sont rassemblées par Streitberg & Scardigli (2000 : XVII-XXIX). Sur (...)

7La vie et l’œuvre de Wulfila, évêque et chef spirituel des Gothi minores, traducteur de la Bible en gotique et créateur d’un alphabet, nous sont connues principalement par son élève Auxence de Durostorum, par les historiens grecs du ive-ve siècle (Philostorge, Socrate et Sozomène) ainsi que par Jordanès, qui offre le compendium d’une œuvre historique perdue de Cassiodore9.

  • 10 Voir Sivan (1996), Parvis S. (2014), Schäferdiek (2014).

8Wulfila (ca. 311-383), descendant de prisonniers de guerre de la ville de Sadalgolthina en Cappadoce (Philost., HE II. 5), après avoir été lector (Max., diss. 35), a été consacré évêque par l’évêque arien Eusèbe de Nicomédie, entre 337 et 341 ; plus tard, en 347-348, pour échapper aux persécutions des Goths païens, il a franchi le Danube avec son peuple et s’est installé sur le territoire de l’Empire, près de Nicopolis ad Istrum (Mésie Inférieure, aujourd’hui Nikyup, en Bulgarie septentrionale ; Jord., Get. LI. 267). Dans la période suivante, Wulfila a eu des relations étroites avec l’Église de Constantinople, a participé à des synodes, y compris celui de 360, durant lequel il a adhéré à la confession de Rimini-Séleucie, et celui de 383, durant lequel il est mort. Son adhésion à l’arianisme (ou plutôt à l’homéisme), bien qu’on ne puisse en déterminer la date précise, est clairement signalée par Auxence, qui rapporte la profession de foi du maître (Max. diss. 40)10.

  • 11 Heather & Matthews (1991), Girardi (2011), Parvis P. (2014).

9Auxence rapporte aussi que Wulfila parlait trois langues (gotique, grec et latin), dans lesquelles il a écrit plures tractatus et multas interpretationes (Max. diss. 33). Auxence, cependant, ne fait aucune mention de la version de la Bible, contrairement aux historiens grecs. La période et le lieu de traduction du texte ne sont pas connus, bien qu’il semble probable qu’il ait été fait après l’installation sur le territoire impérial, dans un contexte plus pacifique que celui qui avait existé au nord du Danube (voir le sort du Chrétien Saba, condamné à mort par Atarid)11, et grâce à l’aide de l’Église arienne de Constantinople.

  • 12 Voir Scardigli (1973 : 321-322).
  • 13 Socr., HE V, 23 ; Sozom., HE VII, 17.

10Si l’on tient compte de la taille de l’entreprise et de certaines divergences internes dans la traduction (voir ci-dessous), il est très probable que Wulfila a fait appel à des collaborateurs, qui opéraient sous sa supervision12. Parmi eux, seul est connu Selenas (Σελῖνας), qui aurait été son secrétaire et successeur13 et aurait pu le seconder pour la traduction.

  • 14 Sur l’arianisme et les peuples germaniques, voir les contributions rassemblées dans Berndt & Steina (...)

11De la version gotique, il ne reste que des témoignages fragmentaires postérieurs de plus d’un siècle (voir ci-dessous), qui soulignent comment ce texte était également utilisé en dehors de la communauté des Gothi minores : il s’est répandu parmi les Goths de Pannonie, parmi les Wisigoths en Gaule et sans doute en Espagne, parmi les Ostrogoths en Italie, parmi les Goths en Crimée, ainsi que, probablement, parmi les Vandales en Afrique et parmi les Burgondes en Gaule, populations de confession arienne, qui parlaient des langues germaniques orientales14. Le succès de la Bible gotique doit être attribué avant tout à sa valeur fonctionnelle, en tant que livre liturgique, même si l’on peut penser que ce texte a aussi assumé au cours de sa tradition une valeur fondatrice pour l’identité de tous les peuples germaniques qui professaient l’arianisme et revendiquaient leur propre tradition religieuse et culturelle, d’égale dignité par rapport au catholicisme latin.

Les témoignages graphiques et linguistiques

  • 15 Socr., HE IV, 33 ; Sozom., HE VI, 37, voir les sources ultérieures collectées par Lendinara (1992). (...)
  • 16 Marchand (1959), Snædal (2015).
  • 17 Les inscriptions considérées avec le plus de plausibilité comme étant d’origine gotique sont celles (...)

12En dehors de la traduction de la Bible, Wulfila aurait été – selon les sources15 – le créateur même de l’alphabet gotique, une entreprise peut-être motivée par le contexte multigraphique dans lequel il vivait. Sur les 27 signes dont était composé l’alphabet, 25 avaient une valeur à la fois phonétique et numérique et 2 seulement une valeur numérique. Le modèle principal est constitué de l’alphabet grec, avec l’ajout de quelques lettres calquées sur l’alphabet latin et les runes, dans certains cas avec des affectations phonétiques différentes des valeurs originelles. On a parfois remis en question que Wulfila et les Goths aient pu connaître les runes16, mais pour la plupart des savants, c’est un fait incontestable, à la fois en raison de la présence d’au moins une lettre tirée du système runique (‹u›) et en raison du fait que des inscriptions runiques ont été découvertes dans les territoires occupés par les Goths17.

13Il faut noter que l’alphabet grec pouvait presque entièrement rendre le système phonétique gotique ; il suffisait d’ajouter juste des lettres pour rendre les labiovélaires [kw] et [hw/xw], la fricative vélaire [h] et les semi-voyelles [w] et [j] propres au gotique. Derrière le développement d’un nouveau système graphique, on peut entrevoir une conscience culturelle et une réflexion attentive : le système graphique créé deviendra un puissant outil d’identification et de différenciation, il sera un tournant par rapport à la période pré-chrétienne, symbolisant ainsi un nouveau départ et un lien avec la tradition grecque sans s’y assujétir. Les Gothi minores devinrent ainsi clairement distinctifs au sein de l’Empire Romain chrétien, comme cela s’est passé aussi pour d’autres populations.

14De l’écriture des Goths on connaît deux variantes, peut-être élaborées par Wulfila lui-même. Les deux types d’écriture gotique, dans lesquelles la morphologie des lettres ne variait pas pour l’essentiel, étaient utilisées dans des contextes différents : la variante verticale était plus posée et plus élégante, certainement destinée à des manuscrits de plus grande valeur ; moins régulière est la variante inclinée, également utilisée pour les gloses et les annotations. Les témoignages graphiques, cependant, sont postérieurs d’au moins 150 ans à la période d’élaboration de l’alphabet gotique, et il ne peut donc être exclu (et dans certains cas on en a la certitude) que certaines lettres aient été modifiées lors de la transmission du manuscrit (par exemple ‹a›, qui est passé de trois traits à deux, ou <s>, initialement de forme grecque ou runique, remplacé dans certains manuscrits par un <s> de forme latine).

  • 18 Voir en particulier Ebbinghaus (1989), Harmatta (1996), Scardigli dans Streitberg & Scardigli (2000 (...)

15Les premiers témoignages de l’écriture gotique et de l’usage de la traduction de la Bible proviennent d’une amulette en plomb de la seconde moitié ou de la fin du ve siècle (tabula Hungarica), découverte dans la nécropole de Hács-Béndekpuszta, où les versets Jn 17:11-12 ont été gravés. Le contexte d’utilisation n’est pas clair, car les fouilles n’ont été que partiellement documentées, et la plaque, après avoir été brisée lors de sa récupération, est désormais perdue18.

  • 19 Milan, Bibliothèque Ambrosienne, G 82 sup., ff. 209/210, 451/452, 461/462. Sur le texte, voir récem (...)
  • 20 Uppsala, Bibliothèque de l’Université, D G 1, 187 feuillets + Speyer, Musée Historique du Palatinat (...)
  • 21 Giessen, Bibliothèque de l’Université, 651/20, fragment de la partie centrale d’un bifolium ; désor (...)
  • 22 Milan, Bibliothèque Ambrosienne, I 61 sup., ff. 90, 91.
  • 23 Wolfenbüttel, Bibliothèque du duc Auguste, Guelf. 64 Weiss., ff. 255, 256, 277, 280 (http://diglib. (...)
  • 24 Milan, Bibliothèque Ambrosienne, S 36 sup., 102 feuillets + Turin, Bibliothèque Universitaire Natio (...)
  • 25 Milan, Bibliothèque Ambrosienne, S 45 sup., 78 feuillets, l’un d’eux sans texte écrit.
  • 26 Voir Schäferdiek (1988).
  • 27 Sur les manuscrits néo-testamentaires gotiques et la bibliographie qui les concerne, voir Falluomin (...)

16Les témoignages de l’écriture gotique sur parchemin remontent à la première moitié du vie siècle et ont été produits dans un environnement latin, très probablement en Italie ostrogotique. Sept des neuf manuscrits fragmentaires qui ont été préservés transmettent des parties de la Bible gotique. Le seul témoignage de l’Ancien Testament est le manuscrit Ambrosianus D19, qui offre quelques versets de Néhémie. Du Nouveau Testament nous avons six témoins : l’Argenteus20, le Gissensis21 et l’Ambrosianus C22, qui transmettent environ les trois cinquièmes des Évangiles ; le Carolinus23, l’Ambrosianus A24 et l’Ambrosianus B25 transmettent environ les deux tiers des Épîtres de Paul. Le Codex Argenteus se détache parmi ces manuscrits par son luxe extrême : il est écrit en encre d’argent et d’or sur parchemin pourpre et était très probablement destiné au roi des Goths Théodoric et/ou à l’église arienne de Ravenne ; le Gissensis, bilingue gotique-latin, a été trouvé en Égypte et est peut-être à mettre en relation avec l’Église des Vandales, même si sa réalisation est à relier aux manuscrits gotiques produits en Italie, car il transmet un type particulier de ‹s› répandu en Italie ; un autre bilingue gotique-latin est le Carolinus. À la fin de l’Ambrosianus A a été copié un fragment d’un calendrier gotique datant du ve siècle, qui mentionne des martyrs brûles en Gothia26. L’Ambrosianus B est le seul à nous transmettre l’indication liturgique laiktjo « lecture » (laiktsjo dans certains cas), empruntée au latin lectio27.

  • 28 Milan, Bibliothèque Ambrosienne, E 147 sup., ff. 77/78, 79/80, 111/112, 113/114, 309/310 + Cité du (...)
  • 29 Bologne, Archives du Conseil de Fabrique de San Petronio, cart. 716/1, no 1, olim 353 no 3.
  • 30 Voir Bennett (1960), Schäferdiek (1981).
  • 31 Finazzi & Tornaghi (2013) ; des éditions ultérieures ont été offertes par Falluomini (2014), avec c (...)

17À ces témoins bibliques s’ajoutent l’Ambrosianus E28 et le Bononiensis29. Le premier nous transmet un commentaire à l’Évangile selon Saint Jean, connu sous le nom de Skeireins, vraisemblablement traduit d’un texte, maintenant en grande partie perdu, de Théodore d’Héraclée30. Le fragment de Bologne, identifié en 2010 et publié en 2013 sous le nom de Gothica Bononiensia31, est constitué d’un bifolium, écrit d’une main proche de celle qui a rédigé les annotations de Vérone (voir ci-dessous). Il s’agit d’un texte certainement liturgique (un sermon et une prière), d’un auteur anonyme, composé dans une période et en un lieu indéterminés. Bien qu’aucun élément ne suggère une destination du texte pour un public arien, l’utilisation de la langue gotique et l’insertion de citations de la Bible de Wulfila semblent pencher en faveur d’un tel destinataire.

  • 32 Gen 1:27 ; Ex 5:2 ; Ps 3:9, 11(12):2, 11(12):8, 11(12):9, 13(14):1, 32(33):15, 35(36):2, 37(38):22, (...)

18Le texte de Bologne revêt une grande importance historico-culturelle et linguistique. C’est le seul document qui, dans l’état actuel des recherches, semble être une œuvre originale, c’est-à-dire qu’il n’est pas une traduction ; il a été rédigé par un auteur cultivé, qui arrange le texte selon des principes rhétoriques, l’enrichissant de nombreuses citations bibliques littérales, dont beaucoup sont perdues dans la tradition directe32, ainsi que d’allusions autour du thème du salut. Dans les passages où la comparaison est possible, on peut noter la proximité étroite entre les citations transmises par le texte de Bologne et la version de Wulfila. D’un point de vue linguistique, le fragment transmet de nombreux termes jamais attestés auparavant (par ex. skaps « créateur », baljon « rugir », l’emprunt probablement latin laiwa ou laiwo « lion » et le titre « Actes des Apôtres », ici au datif, tojam apaustaule).

  • 33 Voir Zironi (2004) et sur la découverte des palimpsestes gotiques Lo Monaco (1996).
  • 34 Ms. Vérone, Bibliothèque Capitulaire, LI (49) + Venise, Collection Giustiniani Recanati, CE.12.16 ; (...)

19À l’exception de l’Argenteus et du Gissensis, les manuscrits restants sont des palimpsestes, réutilisés dans l’Italie septentrionale (probablement à Bobbio et Vérone), entre le viie siècle et la première moitié du viiie siècle, pour réécrire des textes latins33. L’effacement de l’écriture et des textes gotiques est liée à leur perte de fonctionnalité et à la damnatio memoriae envers les dirigeants ariens ; cela ressort clairement du grattage qu’ont subi les annotations (Gotica Veronensia) conservées dans un manuscrit du ve-vie siècle34 : en fait, sur les vingt-sept annotations originales, treize sont encore en partie lisibles. De la période ostrogotique et probablement du milieu véronais, ces annotations sont écrites en marge des textes liturgiques ariens latins, dont elles indiquent très brièvement le contenu. Elles reflètent le bilinguisme du glossateur : celui qui les a écrites connaissait le latin, mais se sentait plus à l’aise en écrivant dans la langue et l’écriture gotiques, comme le montre l’annotation sur le feuillet 4v, en langue latine, mais dans une écriture latine graphiquement influencée par le gotique, un unicum en son genre.

  • 35 Tjäder (1954 : 95), Tjäder (1982 : 144-164).

20Ces annotations, ainsi que les actes notariés transmis par les papyrus d’Arezzo (538, désormais perdus) et de Naples (551), témoignent de la persistance de l’usage de la langue gotique, au moins dans le contexte ecclésiastique. Le document de Naples offre un aperçu de la composition et de l’activité de l’église arienne de Sant’ Anastasia de Ravenne qui, face au déclin du royaume ostrogoth, tentait de vendre ce qu’elle possédait pour engranger des biens meubles. Le texte latin de l’acte est suivi des signatures de dix-huit membres du clergé gotique, dont quatre écrivent en gotique, six en latin, tandis que les autres mettent une croix35. Le document met en évidence comment cette communauté religieuse était désormais bilingue et digraphique. Il est possible que ceux qui écrivaient en latin n’aient plus eu une maîtrise parfaite du gotique, plus de cinquante ans après l’arrivée des Ostrogoths en Italie, tandis que les quatre personnes qui écrivent dans cette langue visaient probablement à souligner leur appartenance ethnique et religieuse. Le choix du gotique pourrait en effet être lié à des sentiments d’affirmation identitaire, dans un contexte qui voit désormais la victoire de Byzance. Les plus hautes autorités de cette communauté ecclésiastique écrivent en gotique : Optarit presbyter (= Ufitahari papa dans le texte gotique) et Suniefridus diaconus (= Sunjaifriþas diakon dans le texte gotique). Les signatures reflètent le formulaire latin.

  • 36 Francovich Onesti (2007), Haubrichs (2017).
  • 37 Gamillscheg (1935), Mastrelli (1993), Arcamone (1994).

21D’autres témoignages linguistiques du royaume ostrogotique, bien que de tradition indirecte, consistent dans les nombreux anthroponymes transmis dans les sources latines et grecques, et dans les mots gotiques présents en italien et dans les variétés italo-romanes36. Cependant, il est difficile de séparer exactement, sauf dans quelques cas (ital. bega « accrochage, dispute », par exemple, où germ. *œˉ > got. ē, voir ci-dessus), les mots d’origine gotique et les mots d’origine lombarde ou francique37.

  • 38 Voir Gamillscheg (1970), Piel & Kremer (1976), Hilty (2005), Haubrichs (2012).
  • 39 Falluomini (2020).

22Un riche répertoire onomastique et quelques emprunts dans les variétés gallo- et hispano-romanes constituent des témoignages linguistiques des royaumes wisigotiques38. Des manuscrits de la Bible gotique ont certainement dû exister en Gaule méridionale, comme le signale au ve siècle Salvien de Marseille (Gub. V. 2, 5), qui parle des lectures réalisées dans les églises ariennes. D’autres témoignages de la circulation de la traduction de Wulfila en Gaule sont les adaptations des noms bibliques autrefois présents dans les mosaïques de Notre-Dame de la Daurade à Toulouse, considérée comme l’église arienne de la capitale wisigotique. Écrits en alphabet latin, ces noms semblent être le résultat de la latinisation des formes gotiques des noms bibliques, comme par ex. le nom Noel « Noé », qui correspond au got. Nauel [Noel], par opposition au grec Νῶε et au latin Noe39. En ce qui concerne l’Espagne, le Pseudo-Frédégaire (Chron. IV, 8) raconte qu’avec la conversion définitive des Wisigoths au catholicisme (589), avec Récarède, les livres ariens (écrits en gotique ?) ont été brûlés.

  • 40 Zironi (2009).

23D’autres témoignages importants de l’histoire de l’alphabet et de la langue gotiques, ainsi que de la circulation de la version de Wulfila, sont les Gotica Parisina et les Gotica Vindobonensia40, d’époque carolingienne et probablement issus d’un contexte wisigotique.

  • 41 Ces inscriptions sont conservées dans le dépôt du Museum-Preserve de Bakhchisaray (inv. No 1246/157 (...)

24En 2013, cinq graffitis en écriture et en langue gotiques ont été récupérés et déchiffrés, tracés sur deux fragments d’une corniche en pierre provenant de la fouille, en 1938, de la basilique byzantine de Mangup en Crimée41. Ces inscriptions, datant des ixe-xe siècles, sont les témoignages les plus anciens de l’utilisation de la langue gotique en Crimée et les seules preuves de la circulation de la traduction biblique dans ces territoires, car elles transmettent une partie de deux versets des Psaumes. L’alphabet des graffitis, écrits apparemment par des mains différentes, est celui développé par Wulfila, avec le ‹s› grec ou runique et le ‹a› en trois traits, comme ont dû l’être les formes gotiques originales.

  • 42 Stearns (1978), Rousseau (1991).

25Jusqu’à la découverte du graffiti de Mangup, le seul témoignage linguistique du gotique de Crimée était la liste des termes recueillis au xvie siècle par l’ambassadeur flamand Ogier Ghiselin de Busbecq. Ce dernier, envoyé en 1554 par l’empereur Ferdinand I de Habsbourg à la cour de Constantinople, avait appris l’existence de locuteurs du gotique en Crimée et à l’occasion d’une rencontre avec deux locuteurs, qui eut lieu à Constantinople entre 1560 et 1562, avait transcrit une liste de 104 termes, dont une comptine ; de ces termes, cependant, une vingtaine ne paraît pas pouvoir être attribuée au gotique (ni à d’autres langues germaniques)42.

  • 43 Francovich Onesti (2002), Snædal (2009 : 210).

26Enfin, l’attribution des termes mentionnés dans l’épigramme 285 de l’Anthologia Latina est incertaine : eils, scapia, matzia, ia, drincan. L’adjectif utilisé pour définir la langue de ces mots est goticum, mais, comme on l’a dit, le gotique et le vandale devaient être des langues très proches l’une de l’autre, comme il ressort de la comparaison de l’onomastique vandale et gotique43.

La traduction de la Bible

  • 44 Voir l’état de la question chez Falluomini (2015 : 130-133).

27La traduction gotique de la Bible est fondée, sans aucun doute, sur un modèle grec aujourd’hui perdu, comme le montre clairement la proximité syntaxique et lexicale des textes gotique et grec ; cela s’explique à la lumière des relations que l’évêque des Goths entretenait avec l’environnement ecclésiastique de Constantinople et de l’hégémonie culturelle grecque sur les territoires de la Dacie et de la Mésie Inférieure. Du point de vue de la critique textuelle, le modèle de Wulfila devait transmettre un texte de type proto-byzantin, comme on peut le déduire de l’analyse de la version gotique. Cependant, en particulier dans les Épîtres de Paul, il existe de nombreuses leçons non byzantines répandues aussi dans d’autres traditions bibliques, y compris la tradition « occidentale », attestée surtout par les versions latines antérieures à Jérôme. La présence de telles leçons non byzantines constitue un des aspects textuels les plus controversés44.

  • 45 Streitberg & Scardigli (2000 : XXXV-XLIV).
  • 46 Kauffmann (1911 : 118-132), Friedrichsen (1926 : 194-195, 223-224, 247), Friedrichsen (1939 : 40-43 (...)
  • 47 Jülicher (1910 : 370-372).
  • 48 Lietzmann (1919 : 276-277), Marchand (1957 : 234), Gryson (1990 : 27-31).

28Une reconstruction de la Vorlage grecque a été proposée en 1908 par W. Streitberg45, qui reprenait l’hypothèse de l’existence d’une recension biblique attribuée à Lucien d’Antioche, considérée à la base du texte byzantin, sur laquelle reposerait la traduction de Wulfila. Les leçons non byzantines du texte gotique auraient été, selon Streitberg, le résultat de changements ultérieurs et seraient donc dues à l’influence de la tradition latine en Occident, où les manuscrits ont été copiés. Le même avis a été défendu par F. Kauffmann et G.W.S. Friedrichsen46. Une autre opinion se trouve chez A. Jülicher47, qui, sans nier un possible rapprochement du texte gotique avec le texte latin dans un environnement occidental, était plus enclin à croire que les leçons non byzantines étaient déjà présentes dans le ou les modèles grecs de Wulfila. Cette voie a été suivie par H. Lietzmann, qui a également émis l’hypothèse de l’utilisation de copies latines au moment de la traduction, par J.W. Marchand et, plus récemment, par R. Gryson, qui a souligné comment les leçons « occidentales » circulaient parmi les témoins appartenant à d’autres traditions textuelles48.

  • 49 Zuntz (1995 : 17-23), Wachtel (2005 : 27-31, 35).

29Le type textuel byzantin est aujourd’hui considéré non pas comme le produit d’une recension mais comme le résultat d’une affirmation progressive au cours de la tradition des leçons faciliores, qui auraient été ajoutées au fil du temps pour constituer la forme qui se trouve pleinement attestée seulement à partir du viiie-ixe siècle dans les manuscrits en minuscule. Dans les manuscrits antérieurs, cependant, les leçons byzantines apparaissent toujours avec des variantes appartenant à d’autres traditions, comme dans le Codex Alexandrinus (A/02) du ve siècle et dans les manuscrits pourpres grecs du vie siècle49.

30À la lumière des théories nouvelles sur l’antiquité des variantes « occidentales » et sur la constitution progressive du texte byzantin, l’hypothèse de Jülicher, selon laquelle des variantes non byzantines étaient déjà présentes dans le modèle utilisé par Wulfila, a gagné aujourd’hui en plausibilité. Comme le Codex Alexandrinus, le texte gotique refléterait une forme textuelle proto-byzantine non standardisée, avec de nombreuses leçons d’autres caractères en son sein. La plus grande présence de variantes non byzantines dans le texte gotique des Épîtres, par rapport au texte des Évangiles, s’expliquerait par la moindre standardisation du modèle grec utilisé par Wulfila.

  • 50 L’opinion négative sur la valeur de la version gotique et sur la reconstruction de Streitberg, expr (...)

31L’analyse de la version gotique se révèle d’un grand intérêt pour les études bibliques50. Il ne fait guère de doute que les variantes que le texte gotique partage avec les témoins byzantins constituent des leçons wulfiliennes originales, reflets de la Vorlage, antérieures d’au moins un demi-siècle par rapport au plus ancien témoin grec proto-byzantin (Codex Alexandrinus). La version gotique représente donc, quoiqu’à travers une traduction, le plus ancien témoin du type de texte qui circulait dans la région de Constantinople au milieu du ive siècle et du type de leçons antérieures à la standardisation du texte byzantin.

  • 51 Falluomini (2019).

32Du point de vue de la critique textuelle, il convient de noter, en particulier, que ce qu’on appelle « péricope de l’adultère » (Jn 7:53-8:11), est absent du texte gotique ; ce passage commence à faire partie du texte biblique à partir du ve siècle (le plus ancien manuscrit dans lequel ce texte figure est le Codex Bezae D/05) ; on trouve la « longue fin de Marc » (16:9-20), qui est absente des manuscrits les plus anciens et qui, tout en étant transmise par le Codex Argenteus (premier quart / tiers du vie siècle), devait déjà se trouver dans le texte de Wulfila51.

33Il n’y a aucune preuve significative d’une révision systématique de la traduction de Wulfila, bien que le texte ait certainement subi quelques changements au cours de la tradition, comme le montre la comparaison de manuscrits qui transmettent la même portion de texte (par ex. l’Argenteus et l’Ambrosianus C sur quelques versets de Matthieu ; le Carolinus et l’Ambrosianus A sur une partie de l’Épître aux Romains ; l’Ambrosianus A et l’Ambrosianus B sur le reste des Épîtres de Paul). Les différences occasionnelles conduisent en fait à la conclusion qu’au moins un des deux manuscrits transmet un texte modifié par rapport à l’original. Vraisemblablement, dans le cas de divergences entre témoins, la leçon wulfilienne est celle qui reflète le mieux le texte grec. Au cours de la transmission textuelle, en outre, des gloses ayant un but explicatif ou faisant référence à des passages et à des contextes parallèles ont été intégrées au texte ; la preuve en est donnée par la comparaison de la version gotique avec d’autres traditions textuelles. Un exemple est Mc 2:4 : jah usgrabandans insailidedun þata badi jah fralailotun « et ayant fait une ouverture ils ont descendu le brancard et l’ont posé » (gr. καὶ ἐξορύξαντες χαλῶσι τὸν κράβαττον). La leçon jah fralailotun « et l’ont posé » fait défaut dans d’autres traditions textuelles et résulte probablement de l’insertion d’une glose qui précise la valeur de insailidedun « ils l’ont descendu (avec des cordes) ».

  • 52 Voir l’état de la question dans Falluomini (2018).

34L’hypothèse d’une révision systématique et complète de la traduction de Wulfila en Occident se heurte au fait qu’il existe de nombreuses leçons dans le texte gotique qui divergent de la tradition latine, ainsi que des erreurs de traduction qui remontent au modèle grec, par exemple got. fodeins « nourriture » (Lc 7:25), qui correspond à τροφῇ, au lieu du texte correct τρυφῇ « luxure ». Face aux différences entre le texte gotique et le texte latin, un réviseur hypothétique aurait vraisemblablement introduit des changements dans le texte wulfilien, mais ce ne fut pas le cas. L’absence de ces changements rend très douteuse l’hypothèse d’une révision systématique de la traduction originale. Il ne fait aucun doute, cependant, que le texte gotique a fait l’objet d’une étude critique. En témoignent les nombreuses gloses marginales présentes dans l’Argenteus et dans l’Ambrosianus A, qui offrent des synonymes et des variantes aux leçons du texte52.

  • 53 Burkitt (1899 : 131). Des études successives ont reconnu la validité de cette hypothèse : voir les  (...)

35Une influence de la version gotique sur le latin est suggérée par une proximité textuelle entre deux manuscrits très similaires du point de vue codicologique : l’Argenteus et le Brixianus (f/VL 10), par rapport au reste de la tradition latine ; cette proximité textuelle a conduit Burkitt à postuler que le manuscrit latin est une copie d’un bilingue gotique-latin « with the Gothic left out53 ». Parmi les leçons exclusives de l’Argenteus et du Brixianus figurent Jn 7:12, où le gotique transmet sunjeins « vrai » et où le Brixianus transmet uerax, tandis que la tradition restante présente ἀγαθός / bonus ; Mc 4:24 galaubjandam : credentibus « (à vous) qui croyez », qui remonte à une erreur dans le texte gotique pour gahausjandam « (à vous) qui écoutez », correspondant à τοῖς ἀκούουσιν de la tradition byzantine.

  • 54 Le mot gotique, lié étymologiquement avec l’adjectif et le substantif gotique wulþrs « importante » (...)

36D’autres preuves de l’étude de la version gotique se trouvent dans ce qu’on appelle la Praefatio au Codex Brixianus : il s’agit d’un texte anonyme transmis sous forme partielle par un seul témoin de la première moitié du vie siècle, un bifolium lié à une époque indéterminée avec le Brixianus cité, auquel il doit son titre, même s’il n’en faisait pas partie à l’origine ; ici sont mentionnés les uulthres54, un terme difficile à interpréter exactement, traduit par une adnotatio ; ils semblent se référer à la comparaison entre les versions bibliques en gotique, en grec et en latin, et à la modalité d’apposition de variantes textuelles avec indication de leur origine. C’est un témoignage significatif, car il indique clairement une étude du texte gotique qui impliquait un système complexe d’annotations, probablement en marge, mais difficile à reconstruire en détail. En tout cas, il ne s’agissait pas d’une pratique de la glose improvisée et désinvolte, mais d’un travail dicté par le désir précis d’étudier le texte philologiquement et d’identifier les parallèles entre les leçons bibliques. Ce travail doit être attribué à quelques ecclésiastiques gotiques ; en fait, on peut difficilement émettre l’hypothèse que les ecclésiastiques latins connaissaient si bien la langue des Goths qu’ils pouvaient lire et commenter leur texte biblique. Par conséquent, l’existence d’une partie cultivée de la société ostrogotique, liée à l’environnement ecclésiastique, qui disposait de manuscrits bibliques dans d’autres langues et les comparait au texte gotique et qui dialoguait avec la culture latine dans laquelle elle était immergée, apparaît avec une évidence particulière alors même qu’elle conserve son identité linguistique et culturelle.

37Dans la transmission du texte gotique, il faut distinguer le rôle joué par les copistes et le rôle joué par les institutions. On peut raisonnablement supposer que l’Église arienne et le pouvoir politique ostrogotique (principalement Théodoric) avaient intérêt à préserver et à transmettre fidèlement la traduction de Wulfila, qui doit avoir assumé le rôle d’un texte religieux canonique, diffusé à l’intérieur de plusieurs communautés et promu, aussi pour des raisons idéologiques, comme symbole de légitimité de la même Église des Goths. Le prestige d’un texte consacré par la tradition, qui a contribué à mettre en valeur l’identité religieuse et ethnique, est souligné par la somptuosité du Codex Argenteus, symbole de la puissance économique du client, mais aussi de l’importance du texte lui-même, comme le montrent l’extrême soin codicologique et paléographique avec lequel il a été préparé et la justesse générale qui le caractérise.

38D’une part, donc, on peut supposer la volonté de garantir la transmission fidèle de la traduction de Wulfila par les institutions, et, d’autre part, il faut prendre en compte le traitement effectif du texte par les scribes, qui pouvaient l’altérer lors de la phase de copie sous une forme involontaire ou volontaire. Il ne fait aucun doute que la version de Wulfila a subi des altérations au cours de la tradition, comme on le voit dans le cas de la double tradition (et d’autre part les modifications textuelles sont presque inévitables dans la transmission biblique par suite d’erreurs, d’influences de passages parallèles, d’introductions de gloses dans le texte), mais il paraît moins probable qu’une révision de la traduction originale ait été effectuée de manière délibérée, précisément en raison du poids historique et idéologique de ce texte.

Lexique et style de la version biblique

39Avec la traduction de la Bible, de nombreux hellénismes entrent dans la langue gotique, y compris des emprunts, pour la plupart adaptés à la phonétique et à la morphologie du gotique, par ex. aiwlaugia « bénédiction » (< gr. εὐλογία), aiwxaristia « eucharistie » (< gr. εὐχαριστία), anaþaima « anathème » (< gr. ἀνάθεμα) et paska « Pâques » (< gr. πάσχα). Dans certains cas, la phonétique ne permet pas de déterminer si l’emprunt est d’origine latine ou grecque, par ex. aggilus « ange » (< gr. ἄγγελος ou lat. angelus) et aiwaggeljo « évangile » (< gr. εὐαγγέλιον ou lat. vulg. *euangelio). Ces mots pourraient être entrés dans la langue gotique dès avant la traduction de Wulfila, suite aux premiers contacts entre Goths et Romains dans les territoires danubiens. Du grec dérivent aussi des calques structurels (par ex. all-waldands « tout-puissant », rendant exactement le gr. παντο-κράτωρ ; hardu-hairtei « dureté du cœur », rendant exactement le gr. σκληρο-καρδία) et sémantiques (par ex. daupjan « baptiser », à l’origine « immerger », modelé sur βαπτίζω, avec les mêmes valeurs sémantiques).

40L’analyse des calques, en particulier, met en évidence la profonde sensibilité linguistique du traducteur qui a rendu le texte biblique avec clarté et efficacité. Les plus grandes difficultés consistaient à traduire des termes spécifiques du lexique chrétien et des référents propres au monde juif (même naturel). Par exemple, pour rendre le gr. διάβολος « diable », le traducteur utilise à la fois l’emprunt diabaulus (aussi diabulus) et le vieux terme gotique unhulþa, masculin formé avec le préfixe négatif un- en conjonction avec un nom signifiant « ami ». L’utilisation des deux mots ne semble pas clairement motivée ; cependant, il convient de noter la nette préférence pour l’emprunt, utilisé exclusivement dans les nombreux passages de Luc. Mais, dans Eph 6:11 unhulþa glose diabaulus. Les noms δαίμων et δαιμόνιον « démon », « esprit malin » sont plutôt traduits principalement par unhulþo, féminin, et plus rarement par unhulþa et skohsl, termes propres au lexique gotique pré-chrétien, où ils désignaient certainement des entités négatives, donc bien adaptées pour indiquer ce qui était loin du Dieu chrétien. Pour le nom Σατανᾶς « Satan », on utilise l’emprunt Satana. Le fragment de Bologne a restitué, dans une citation biblique de l’Ancien Testament, le terme Auzandil (peut-être à corriger en *Auzandils) « Lucifer », qui traduit le grec Ἑωσφόρος « Lucifer ». C’est sans aucun doute un mot ancien en gotique, qui dispose de parallèles dans toutes les langues germaniques. Comme le montrent ces quelques exemples, Wulfila a savamment mélangé emprunts et calques pour offrir un texte compréhensible, mais aussi riche en allusions et en références culturelles.

  • 55 Ratkus (2018).

41D’un autre côté, la traduction du même terme grec non-polysémique par des mots gotiques différents a soulevé des questions. Par exemple, le grec ἀρχιερεῖς « grands-prêtres » est rendu à la fois par auhumistans gudjans littéralement « très hauts prêtres », par le simple gudjans « prêtres » et par le calque du grec ufargudjans (hapax) ; de la même manière, différentes traductions de cette fonction sont attestées en latin : pontifices, ministros, principes sacerdotum55. Cette différence dans le rendu lexical peut suggérer que plusieurs personnes ont travaillé sur la traduction biblique, même si les historiens grecs qui ont été mentionnés l’attribuent au seul Wulfila. Mais d’autres hypothèses sont possibles : on pourrait penser à des tentatives de rendre le texte grec par approximation, en l’absence de termes gotiques spécifiques, à des interventions ultérieures de correcteurs ou simplement à des phases de traduction éloignées les unes des autres.

  • 56 Lühr (1985 : 139-155), Braune & Heidermanns (2004 : 111-113).

42Un problème à part est posé par la traduction des noms propres et, dans une moindre mesure, des xénismes, qui, dans leurs attestations, présentent très souvent des divergences graphiques et morphologiques56. Ces variantes s’expliquent à la fois par la multiplicité des formes présentes dans la tradition manuscrite grecque et par la difficulté qu’ont dû affronter les scribes gotiques face à des noms peu ou pas du tout familiers. À cela s’ajoute l’interférence des formes latines, provenant de l’environnement dans lequel ont été copiés les manuscrits gotiques qui ont été préservés.

  • 57 Friedrichsen (1926 : 15).
  • 58 Piras (2007 : 61-62).

43La version gotique est extrêmement littérale, comme on l’a noté dès les premières études sur le style de ce texte57, parallèlement au style qui caractérise les autres traductions bibliques anciennes ; une approche qui tenait compte de la sacralité du texte biblique, où l’ordre des mots lui-même contenait un part de mystère58.

44La parfaite concordance syntaxique du gotique avec le grec – mis à part quelques cas idiomatiques – et le nombre élevé des calques structurels suggèrent que Wulfila a d’abord procédé à une glose interlinéaire du texte grec pris comme modèle, puis n’a rendu la traduction indépendante qu’ultérieurement. Il est également probable, compte tenu de la présence de communautés de langue latine dans les territoires de la Dacie et de la Mésie, que Wulfila, trilingue comme nous le dit Auxence (voir ci-dessus), a utilisé un texte latin comme aide à la compréhension et à la traduction de passages particulièrement difficiles. Il convient de noter le parallélisme dans la traduction de certaines constructions grecques en gotique et en latin : par exemple, le participe substantivé du grec est souvent rendu au moyen d’une proposition relative, le verbe « être » est souvent ajouté par rapport aux constructions grecques elliptiques, et le présent historique du grec est rendu par un passé. Ces faits peuvent certes résulter d’une approche indépendante du texte grec, qui a conduit à des solutions identiques en gotique et en latin, mais ils peuvent aussi être la conséquence de l’utilisation, par Wulfila, d’un exemplaire latin à côté du modèle grec.

  • 59 Piras (2015 : 167).

45Face à des constructions grecques difficiles ou dépourvues de parallèles gotiques, une comparaison avec une autre version pouvait servir de modèle pour trouver le rendu le plus approprié et justifier un écart par rapport à la traduction littérale du modèle. Un exemple est Jn 8:25, un passage d’interprétation difficile, où le gotique anastodeins þatei jah rodja du izwis littéralement « le principe qu’aussi (je) dis à vous » suit le latin principium quod et loquor uobis, en rendant principium par un nominatif (en latin, il peut être un nominatif ou un accusatif, alors que le grec τὴν ἀρχὴν ὅ τι καὶ λαλῶ ὑμῖν a un accusatif)59 ; un autre exemple se trouve dans l’usage de l’emprunt gotique arka « arche » en Lc 17:27, fait sur le modèle du latin.

46Le rendu syntaxique du texte grec a certainement nécessité des efforts et des réflexions linguistiques de la part du traducteur, même si les deux langues impliquées sont toutes deux des langues indo-européennes. Comparé à la richesse verbale du grec, le gotique n’a qu’un présent et un passé (prétérit), qui peuvent rendre, outre toutes les formes grecques du passé, également le présent historique (l’aspect perfectif est souvent rendu en gotique par l’utilisation du préverbe ga-) ; le futur grec est exprimé par l’indicatif, ou, plus rarement, par l’optatif présent ; le passif synthétique n’est attesté que pour le présent (indicatif et optatif), autrement le passif est rendu par une structure périphrastique, peut-être sous l’influence du latin ; de plus l’article défini manque en gotique, une absence qui n’est que partiellement compensée par l’emploi du pronom démonstratif à fonction anaphorique et déictique. Il n’est pas toujours possible d’identifier le modèle dans les nombreux cas où il existe des variations dans le texte grec par rapport à l’emploi de différents temps et modes ou à la présence / absence de l’article, car le texte gotique peut correspondre à plusieurs leçons du grec. En revanche, le texte gotique permet de reconnaître les leçons de la Vorlage en cas d’ajouts, d’omissions et souvent à travers l’ordre des mots, puisque, comme on l’a dit, la version gotique suit de très près le texte grec.

47Cependant, cette dépendance handicape notre connaissance de la syntaxe gotique. On suppose que l’ordre non marqué était Sujet-Objet-Verbe, comme cela apparaît dans les cas où un seul mot grec est rendu par deux mots en gotique, par ex. Mt 11:5 hrainjai wairþand « (litt.) (ils) purs deviennent » (gr. καθαρίζονται). La fidélité à l’original a donné lieu à de nombreux calques syntaxiques, en particulier les constructions absolues au datif qui sont fréquentes et rendent le génitif absolu du grec. Il est clair que la perte du modèle grec rend très problématique tout jugement sur les constructions dans lesquelles le gotique diverge du grec (et du latin). Dans les cas de cette nature, il est hautement plausible que la construction attestée respecte les constructions naturelles de la langue gotique. Dans de nombreux cas, on peut noter l’ajout dans le texte gotique de la conjonction enclitique -uh « et » au début d’un nouveau verset ainsi que celle du pronom sujet. L’insertion du pronom, dans une langue comme le gotique où il n’est pas obligatoire, est généralement attestée lorsqu’il y a un changement de sujet par rapport à celui de la phrase précédente, comme par exemple dans Jn 9:25 (+ ik « je ») et Jn 6:21 (+ eis « ils »). Ces ajouts pourraient donc être liés à la nécessité de rendre le texte plus clair lors de la lecture, en marquant les différents sujets, et donc ils peuvent résulter d’interventions post-wulfiliennes.

  • 60 Voir Mohrmann (1968).

48La version gotique a souvent été considérée comme peu idiomatique et c’est probablement ainsi qu’elle a été perçue par ses premiers utilisateurs. Cependant, elle devait être grammaticalement correcte : cela peut être déduit de la position des conjonctions et du verbe dans les phrases impératives, interrogatives et négatives, différente de celle du texte grec (et latin) et donc, vraisemblablement, propre au gotique. Par exemple, la conjonction se trouve toujours en position initiale dans la phrase verbale. En d’autres termes, Wulfila, en bon traducteur qu’il était, a pris soin de ne pas être trop littéral de façon à ne pas invalider la compréhension et aller à l’encontre de la grammaire de sa propre langue, ni trop libre pour ne pas s’écarter du modèle. Un tour forcé d’un point de vue syntaxique ou des obscurités lexicales devaient être perçus par les Goths comme faisant partie du mystère entourant le texte sacré et explicités par les ecclésiastiques pendant la prédication, comme cela s’était passé dans les premières communautés chrétiennes de langue latine60. La traduction biblique est devenue un modèle linguistique ; en laissant de côté le texte de la Skeireins, probablement traduit lui aussi du grec, comme on l’a dit, on peut en effet noter que le fragment de Bologne suit de près le lexique de la version wulfilienne.

Caractéristiques linguistiques générales

  • 61 Parmi les grammaires gotiques les plus récentes voir Piras (2007), Rousseau (2012), Feuillet (2014) (...)

49De la comparaison avec les autres langues germaniques se dégage le caractère archaïque de la langue des Goths, où la métaphonie, le rhotacisme et la gémination consonantique ne sont pas attestés. Dans le vocalisme, on doit noter germ. *ǣ > got. ē et germ. *e > got. i. La morphologie du gotique est bien connue et transmise de manière très homogène61. Parmi les caractéristiques les plus conservatrices, on trouve le maintien des formes synthétiques du passif à l’indicatif et à l’optatif présent, le duel, la conjonction copulative enclitique, l’instrumental dans les pronoms interrogatifs et pour finir la classe des verbes forts à redoublement (VIIe classe).

Haut de page

Bibliographie

Sources

Jord., Get. = Getica. Rec. Th. Mommsen, Berlin, 1882, p. 53-138.

Max., diss. = Maximini episcopi dissertatio contra Ambrosium. In : Scripta Arriana Latina I. Éd. par R. Gryson, Turnhout, 1982, p. 149-171.

Philost., HE = Philostorgius. Kirchengeschichte. Éd. par J. Bidez & F. Winkelmann, 3e éd. révisée, Berlin / New York, 1981.

Proc., BV = Procopius Caesarensis. Bellum Vandalicum. In : Opera omnia (I). Rec. J. Haury, add. et corr. G. Wirth, Leipzig, 1962.

Pseudo-Frédégaire, Chron. = Chronicarum quae dicuntur Fredegarii Scholastici Libri IV. Rec. B. Krusch, Hannovre, 1888.

Salv., gub. = Saluiani Massiliensis Presbyteri De gubernatione Dei libri VIII. Éd. par G. Lagarrigue, Paris, 1975.

Socr., HE = Sokrates. Kirchengeschichte. Éd. par G.Ch. Hansen & M. Širinjan, Berlin, 1995.

Sozom., HE = Sozomenus. Kirchengeschichte. Éd. par J. Bidez & G.Ch. Hansen, 2e éd. révisée, Berlin, 1995.

Bibliographie secondaire

Aimi, C., Modesti, M. & Zuffrano, A., 2013. « Il frammento bolognese del De civitate Dei di s. Agostino: un nuovo palinsesto goto-latino. Considerazioni paleografiche e cronologiche, edizione e analisi filologica del testo ». Scriptorium, 67, p. 319-359.

Aland, K. & Aland, B., 1989. Der Text des Neuen Testaments. Einführung in die wissenschaftlichen Ausgaben und in die Theorie wie Praxis der modernen Textkritik, 2e éd. revue et complétée, Stuttgart.

Arcamone, M.G., 1994. « L’elemento germanico antico medievale e moderno (con esclusione dell’inglese) ». L. Serianni & P. Trifone (éd.). Storia della lingua italiana, III. Le altre lingue. Turin, p. 751-790.

Arnold, J.J., 2014. Theoderic and the Roman Imperial Restoration. New York.

Arnold, J.J., Bjornlie, M.S. & Sessa, K. (éd.), 2016. A Companion to Ostrogothic Italy. Leyde / Boston.

Azzara, C., 2013. Teoderico. Storia e mito di un re barbaro. Bologna.

Barnish, S.J.B. & Marazzi, F. (éd.), 2007. The Ostrogoths: From the Migration Period to the Sixth Century. An Ethnographic Perspective. Woodbridge.

Bennett, W.H., 1960. The Gothic Commentary on the Gospel of John: Skeireins aiwaggeljons þairh Iohannen. A Decipherment, Edition and Translation. New York.

Berndt, G.M. & Steinacher, R. (éd.), 2014. Arianism: Roman Heresy and Barbarian Creed. Farnham / Burlington.

Bollók, Á., 2016. « A Fifth-Century Scriptural Amulet from Hács-Béndekpuszta in its Mediterranean Context ». Á. Bollók & G. Csiky et al. (éd.). Zwischen Byzanz und der Steppe. Archäologische und historische Studien – Festschrift für Csanád Bálint zum 70. Geburtstag. Budapest, p. 31-61.

Boüüaert, J., 1950. « Oorsprong en vorming van het gotisch alphabet ». Revue Belge de Philolologie et Histoire, 28, p. 423-437.

Braune & Heidermanns (2004) = Braune, W., 2004. Gotische Grammatik. Mit Lesestücken und Wörterverzeichnis, 20e éd. révisée par F. Heidermanns. Tübingen.

Burkitt, F.C., 1899. « The Vulgate Gospels and the Codex Brixianus ». Journal of Theological Studies, 1, p. 129-134.

Burton, Ph., 2002. « Assessing Latin-Gothic Interaction ». J.N. Adams & M. Janse et al. (éd.). Bilingualism in Ancient Society: Language Contact and the Written Text. Oxford, p. 393-418.

Cercignani, F., 1988. « The Elaboration of the Gothic Alphabet and Orthography ». Indogermanische Forschungen, 93, p. 168-185.

Collins, R., 2004. Visigothic Spain 409-711. Oxford.

Corazza, V., 1969. « Le parole latine in gotico ». Memorie dell’Accademia Nazionale dei Lincei, s. VIII, XIV, p. 3-109.

Dolcetti Corazza, V., 2003. « La Bibbia gotica e i Goti. Interferenze linguistiche e vicende storiche ». V. Dolcetti Corazza & R. Gendre (éd.). I Germani e gli altri. Atti del IV Seminario avanzato in Filologia germanica, Torino, 18-22 settembre 2003. Alessandria, p. 59-93.

Ebbinghaus, E.A., 1979. « The Origin of Wulfila’s Alphabet ». General Linguistics, 19, p. 15-29.

Ebbinghaus, E.A., 1989. « The Gothic Material from the Cemetery at Hács-Béndekpuszta ». General Linguistics, 29, p. 79-83.

Ebbinghaus, E.A., 1991. « Ulfila(s) or Wulfila? ». Historische Sprachforschung, 104, p. 236-238.

Ebbinghaus, E.A., 1992. « Some Remarks on the Life of Bishop Wulfila ». General Linguistics, 34, p. 95-104.

Ebbinghaus, E.A., 1997. « Wulfila’s Script: Facts and Inferences ». General Linguistics, 35, p. 81-96.

Falluomini, C., 2014. « Zum gotischen Fragment aus Bologna ». Zeitschrift für deutsches Altertum und deutsche Literatur, 143, p. 281-305.

Falluomini, C., 2015. The Gothic Version of the Gospels and Pauline Epistles: Cultural Background, Transmission and Character. Berlin / Boston.

Falluomini, C., 2017. « Zum gotischen Fragment aus Bologna II: Berichtigungen und neue Lesungen ». Zeitschrift für deutsches Altertum und deutsche Literatur, 146, p. 284-294.

Falluomini, C., 2018. « I marginalia nella tradizione manoscritta dei Goti ». C. Di Sciacca & C. Giliberto et al. (éd.). Studies on Late Antique and Medieval Germanic Glossography and Lexicography in Honour of Patrizia Lendinara. Pise, p. 287-304.

Falluomini, C., 2019. « The Longer Ending of Mark in Gothic ». H.A.G. Houghton, D.C. Parker & H. Strutwolf (éd.). The New Testament in Antiquity and Byzantium: Traditional and Digital Approaches to Its Texts and Editing. A Festschrift for Klaus Wachtel. Berlin / New York.

Falluomini, C., 2020. « Traces of Wulfila’s Bible Translation in Visigothic Gaul ». Amsterdamer Beiträge zur älteren Germanistik, 80, p. 5-24.

Feuillet, J., 2014. Grammaire du gotique. Paris.

Finazzi, R.B. & Tornaghi, P., 2013. « Gothica Bononiensia. Analisi linguistica e filologica di un nuovo documento ». Aevum, 87, p. 113-155.

Finazzi, R.B. & Tornaghi, P., 2016. « Gothica Bononiensia, de la découverte à nos jours ». A. Auer & M. de Vaan (éd.). Le palimpseste gotique de Bologne. Études philologiques et linguistiques, Lausanne (= Cahiers de l’ILSL 50), p. 29-54.

Francini, M., 2009. Edizione sinottica del Vangelo di Giovanni in gotico del Codex Argenteus. Bergame.

Francovich Onesti, N., 2002. I Vandali. Lingua e storia. Rome.

Francovich Onesti, N., 2007. I nomi degli Ostrogoti. Florence.

Francovich Onesti, N., 2011. « La romanizzazione dei Goti: i risvolti linguistici ». C. Ebanista & M. Rotili (éd.). Archeologia e Storia delle Migrazioni. Europa, Italia, Mediterraneo tra tarda età romana e alto medioevo. Atti del Convegno internazionale di studi, Cimitile-Santa Maria Capua Vetere, 17-18 giugno 2010. Cimitile, p. 199-218.

Friedrichsen, G.W.S., 1926. The Gothic Version of the Gospels: A Study of its Style and Textual History. Londres.

Friedrichsen, G.W.S., 1939. The Gothic Version of the Epistles: A Study of its Style and Textual History. Londres.

von Friesen, O. & Grape, A., 1928. Om Codex Argenteus, dess tid, hem och öden. Med ett appendix av Hugo Andersson. Uppsala.

Gamillscheg, E., 1935. Romania germanica. Sprach- und Siedlungsgeschichte der Germanen auf dem Boden des alten Römerreichs, II. Die Ostgoten. Die Langobarden. Die altgermanischen Bestandteile des Ostromanischen. Altgermanisches im Alpenromanischen. Berlin / Leipzig.

Gamillscheg, E., 1970. Romania Germanica. Sprach- und Siedlungsgeschichte der Germanen auf dem Boden des alten Römerreichs, I. Zu den ältesten Berührungen zwischen Römern und Germanen. Die Franken, die Westgoten, 2e éd. entièrement revue, Berlin / Leipzig.

Girardi, M., 2011. « La Passio Sabae Gothi (BHG 1607): il contributo di ricercatori romeni ». Classica et Christiana, 6, p. 81-104.

Gomolka-Fuchs, G. (éd.), 1999. Die Sîntana de Mures-Cernjachov-Kultur: Akten des internationalen Kolloquiums in Caputh vom 20. bis 24. Oktober 1995. Bonn.

Green, D.H., 1999. « Linguistic Evidence for the Early Migration of the Goths ». S.J.B. Barnish & F. Marazzi (éd.). The Visigoths: From the Migration Period to the Seventh Century. An Ethnographic Perspective. Woodbridge, p. 11-31 et p. 32-42 (Discussion).

Gryson, R., 1982. Le recueil arien de Vérone (Ms. LI de la Bibliothèque Capitulaire et feuillets inédits de la Collection Giustiniani Recanati). Étude codicologique et paléographique. Turnhout.

Gryson, R., 1990. « La version gotique des Évangiles. Essai de réévaluation ». Revue théologique de Louvain, 21, p. 3-31.

Harmatta, J., 1996. « Fragments of Wulfila’s Gothic Translation of the New Testament from Hács Béndekpuszta ». Acta Antiqua Academiae Scientiarum Hungaricae, 37, p. 1-24.

Haubrichs, W., 2008. « Ein namhaftes Volk. Burgundische Namen und Sprache des 5. und 6. Jahrhunderts ». V. Gallé (éd.). Die Burgunder. Ethnogenese und Assimilation eines Volkes. Dokumentation des 6. wissenschaftlichen Symposiums der Nibelungenlied-Gesellschaft Worms, vom 21. bis 24. September 2006. Worms, p. 135-184.

Haubrichs, W., 2012. « Ethnisch signifikante und andere sprechende Namen im wisigotischen Spanien und im gotischen Italien ». V. Atayan & U. Wienen (éd.). Sprache – Rhetorik – Translation, Festschrift für Alberto Gil zu seinem 60. Geburtstag. Francfort-sur-le-Main, p. 41-54.

Haubrichs, W., 2017. « Krieg, Volk und Verwandtschaft. Zur Struktur und kulturellen Signifikanz ostgotischer Frauennamen ». Archiv für Kulturgeschichte, 99, p. 297-340.

Haubrichs, W., 2019. « Die germanischen Personennamen der Gepiden ». T. Vida & D. Quast et al., Kollaps – Neuordnung – Kontinuität: Gepiden nach dem Untergang des Hunnenreiches. Tagungsakten der internationalen Konferenz an der Eötvös Loránd Universität, Budapest, 14. - 15. Dezember 2015. Budapest, p. 57-77.

Heather, P.J., 1994. Goths and Romans 332-489. Oxford.

Heather, P.J., 1996. Les Goths, Oxford.

Heather, P.J. (éd.), 1999. The Visigoths from the Migration Period to the Seventh Century: An Ethnographic Perspective. San Marino.

Heather, P.J. & Matthews, J., 1991. The Goths in the Fourth Century. Liverpool.

Henss, W., 1973. Leitbilder der Bibelübersetzung im 5. Jahrhundert. Die Praefatio im Evangelienkodex Brixianus (f) und das Problem der gotisch-lateinischen Bibelbilinguen. Heidelberg.

Hilty, G., 2005. « La herencia visigótica en el léxico de la Península Ibérica ». S. Kiss, L. Mondin & G. Salvi (éd.). Latin et langues romanes : Études de linguistique offertes à József Herman à l’occasion de son 80e anniversaire. Tübingen, p. 473-480.

Jülicher, A., 1910. « Die griechische Vorlage der gotischen Bibel ». Zeitschrift für deutsches Altertum und deutsche Literatur, 52, p. 365-387.

Jülicher, A., 1912. « Ein letztes Wort zur Geschichte der gotischen Bibel ». Zeitschrift für deutsches Altertum und deutsche Literatur, 53, p. 369-381.

Kauffmann, F., 1900. « Beiträge zur Quellenkritik der gotischen Bibelübersetzung. 5. Der Codex Brixianus ». Zeitschrift für deutsche Philologie, 32, p. 305-335.

Kauffmann, F., 1911. « Zur Textgeschichte der gotischen Bibel ». Zeitschrift für deutsche Philologie, 43, p. 118-132.

Kazanski, M., 1991. Les Goths (ier-viie après J.-C.). Paris.

Kokowski, A., 2013. « The Goths in ca. 311 AD ». A. Kaliff & L. Munkhammar (éd.). Wulfila 311-2011. International Symposium Uppsala University, June 15-18, 2011. Uppsala, p. 70-95.

Korobov, M. & Vinogradov, A., 2016. « Gotische Graffito-Inschriften aus der Bergkrim ». Zeitschrift für deutsches Altertum und deutsche Literatur, 145, p. 141-157.

Lehmann, W.P., 1986. A Gothic Etymological Dictionary: Based on the Third Edition of Vergleichendes Wörterbuch der gotischen Sprache by Sigmund Feist. Leyde.

Lendinara, P., 1992. « Wulfila as the Inventor of the Gothic Alphabet: The Tradition in Late Antiquity and the Middle Ages ». General Linguistics, 32, p. 217-225.

Lietzmann, H., 1919. « Die Vorlage der gotischen Bibel ». Zeitschrift für deutsches Altertum und deutsche Literatur, 56, p. 249-278.

Lo Monaco, F., 1996. « “In codicibus … qui bobienses inscribuntur”: scoperte e studio di palinsesti bobbiesi in Ambrosiana dalla fine del Settecento ad Angelo Mai (1819) ». Aevum, 70, p. 657-719.

Łuczkiewicz, P., Kleemann, J. et al. (éd.), 2021. « The Goths, the Wielbark Culture and over 100 Years of Research on the Eponymous Site ». Antiquity, 95, p. 1-9.

Lühr, R., 1985. « Zur Deklination griechischer und lateinischer Wörter in Wulfilas gotischer Bibelübersetzung ». Münchener Studien zur Sprachwissenschaft, 46, p. 139-155.

Luiselli, B., 1982. « La società dell’Italia romano-gotica ». San Benedetto nel suo tempo. Atti del VII Congresso internazionale di studi sull’Alto Medioevo, Norcia-Subiaco-Cassino-Monte Cassino, 29 settembre-5 ottobre 1980. Spoleto, I, p. 49-116.

Marchand, J.W., 1957. « Review of Manuel de la langue gotique: grammaire, textes, notes, glossaire, 2nd ed. by F. Mossé ». Language, 33, p. 231-240.

Marchand, J.W., 1959. « Les Gots ont-ils vraiment connu l’écriture runique ? ». Mélanges de linguistique et de philologie. Fernand Mossé in memoriam. Paris, p. 277-291.

Mastrelli, C.A., 1993. « Prestiti lessicali gotici: un aggiornamento ». Teoderico il Grande e i Goti d’Italia. Atti del XIII Congresso internazionale di studi sull’Alto Medioevo, Milano, 2-6 novembre 1992. Spoleto, I, p. 183-199.

McLynn, N., 2007. « Little Wolf in the Big City: Ulfila and his Interpreters ». J. Drinkwater, B. Salway & J.H.W.G. Liebeschuetz (éd.). Wolf Liebeschuetz Reflected: Essays Presented by Colleagues, Friends and Pupils. Londres, p. 125-135.

Miller, D.G., 2019. The Oxford Gothic Grammar. Oxford.

Mitthof, F., Martin, G. & Grusková, J. (éd.), 2020. Empire in Crisis: Gothic Invasions and Roman Historiography. Beiträge einer internationalen Tagung zu den Wiener Dexipp-Fragmenten (Dexippus Vindobonensis). Wien, 3.-6. Mai 2017. Vienne.

Modesti, M., 2018. « Tra Goti e Latini: il frammento palinsesto di Bologna [Bologna, Archivio della Fabbriceria di S. Petronio, cart. 716/1, n. 1 (olim cart. 353 no 3)] ». M. Bassetti (éd.). Nell’anno del Signore 517. Verona al tempo di Ursicino – Crocevia di uomini culture scritture. Catalogo della mostra: Verona, Biblioteca Capitolare, 16 febbraio – 16 maggio 2018. Spoleto, p. 71-76.

Mohrmann, Ch., 1968. « Sakralsprache und Umgangsprache ». Archiv für Liturgiewissenschaft, 10, p. 344-354.

Mossé, F., 1942. Manuel de la langue gotique : Grammaire, texte, glossaire. Paris.

Munkhammar, L., 2011. The Silver Bible: Origins and History of the Codex Argenteus. Uppsala.

Nedoma, R., 2010. « Schrift und Sprache in den ostgermanischen Runeninschriften ». H.F. Nielsen & F. Talbo Stubkjær et al. (éd.). The Gothic Language: A Symposium (= NOWELE, 58/59), p. 1-70.

Parvis, P., 2014. « Sabas: “Orthodox” or “Arian”? ». G.M. Berndt & R. Steinacher (éd.). Arianism: Roman Heresy and Barbarian Creed. Burlington, p. 67-85.

Parvis, S., 2014. « Was Ulfila Really a Homoian? ». G.M. Berndt & R. Steinacher (éd.). Arianism: Roman Heresy and Barbarian Creed. Burlington, p. 49-65.

Piel, J.-M. & Kremer, D., 1976. Hispano-gotisches Namenbuch. Der Niederschlag des Westgotischen in den alten und heutigen Personen- und Ortsnamen der Iberischen Halbinsel. Heidelberg.

Piras, A., 2007. Manuale di gotico. Avviamento alla lettura della versione gotica del Nuovo Testamento. Rome.

Piras, A., 2015. « Anastodeins, þatei jah rodja du izwis. Gv 8,25 e la versione gotica della Bibbia ». C. Falluomini & R. Rosselli Del Turco (éd.). Studi in onore di Vittoria Dolcetti Corazza. Alessandria, p. 149-172.

Porena, P., 2012. L’insediamento degli Ostrogoti in Italia. Rome.

Raschellà, F.D., 2008. « Vulfila e il fuþark: la componente runica dell’alfabeto gotico ». V. Dolcetti Corazza & R. Gendre (éd.). Intorno alla Bibbia gotica. Atti del VII Seminario avanzato in Filologia germanica, Torino, 18-22 settembre 2006. Alessandria, p. 3-39.

Raschellà, F.D., 2011. « Models and Principles of Wulfila’s Gothic Alphabet: Some Methodological Remarks ». E. Glaser & A. Seiler et al. (éd.). LautSchriftSprache. Beiträge zur vergleichenden historischen Graphematik. Zürich, p. 109-124.

Ratkus, A., 2018. « Greek ἀρχιερεύς in Gothic Translation: Linguistics and Theology at a Crossroads ». NOWELE, 71, p. 3-34.

Rouche, M., 1979. L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes, 418-781 : naissance d’une nation. Paris.

Rousseau, A., 1991. « Esquisse d’une histoire du gotique de Crimée. Le rôle de Busbecq ». A. Rousseau (éd.). Sur les traces de Busbecq et du gotique. Lille, p. 143-165.

Rousseau, A., 2012. Grammaire explicative du gotique : Skeireins razdos Gutpiudos. Paris.

Scardigli, P., 1973. Die Goten. Sprache und Kultur. Munich.

Schäferdiek, K., 1981. « Die Fragmente der Skeireins und der Johanneskommentar des Theodor von Herakleia ». Zeitschrift für deutsches Altertum und deutsche Literatur, 110, p. 175-193.

Schäferdiek, K., 1988. « Das gotische liturgische Kalenderfragment. Bruchstück eines Konstantinopeler Martyrologs ». Zeitschrift für die neutestamentliche Wissenschaft und die Kunde der älteren Kirche, 79, p. 116-137.

Schäferdiek, K., 2014. « Ulfila und der sogenannte gotische Arianismus ». G.M. Berndt & R. Steinacher (éd.). Arianism: Roman Heresy and Barbarian Creed. Burlington, p. 21-43.

Sigismund, M., 2013. « Die gotischen Nehemia-Fragmente ». S. Kreuzer & M. Sigismund (éd.). Der Antiochenische Text der Septuaginta in seiner Bezeugung und seiner Bedeutung. Göttingen, p. 211-265.

Sivan, H., 1996. « Ulfila’s Own Conversion ». Harvard Theological Review, 89, p. 373-386.

Snædal, M., 2009. « The « Vandal’ Epigram ». Filologia Germanica/Germanic Philology, 1, p. 180-214.

Snædal, M., 2013. A Concordance to Biblical Gothic. I. Introduction-Texts, II. Concordance, 3e éd. revue, Reykiavík.

Snædal, M., 2015. « Contact with Latin: Gotica Parisina and Wulfila’s Alphabet ». J.O. Askedal & H.F. Nielsen (éd.). Early Germanic Languages in Contact. Amsterdam, p. 91-107.

Snædal, M., & Petersen, Ch.T., 2012. « A Gothic Fragment of the Old Testament Reidentified. Landau vs. Kauffmann ». Zeitschrift für deutsches Altertum und deutsche Literatur, 141, p. 434-443.

Snædal, M., & Petersen, Ch.T., 2017. « Closing the Case. Letztmalig zur Heimkehrerliste des Ambrosianus D der Gotischen Bibel – zugleich eine Übersicht über die Literaturlage ». Zeitschrift für deutsches Altertum und deutsche Literatur, 146, p. 277-283.

Stearns, McD., 1978. Crimean Gothic: Analysis and Etymology of the Corpus. Saratoga (CA).

Streitberg & Scardigli = Streitberg, W., 2000 [=1908]. Die gotische Bibel. I. Der gotische Text und seine griechische Vorlage. Mit Einleitung, Lesarten und Quellennachweisen sowie den kleineren Denkmälern als Anhang. Mit einem Nachtrag von P. Scardigli, 7e éd., Heidelberg.

Stutz, E., 1971. « Ein gotisches Evangelienfragment in Speyer ». Zeitschrift für vergleichende Sprachforschung, 85, p. 85-95.

Stutz, E., 1973. « Fragmentum Spirense – verso ». Zeitschrift für vergleichende Sprachforschung, 87, p. 1-15.

Thompson, E.A., 1966. The Visigoths in the Time of Ulfila. Londres.

Thompson, E.A., 1969. The Goths in Spain. Oxford.

Tjäder, J.-O., 1954. Die nichtliterarischen lateinischen Papyri Italiens aus der Zeit 445-700. III. Tafeln. Lund.

Tjäder, J.-O., 1982. Die nichtliterarischen lateinischen Papyri Italiens aus der Zeit 445-700. II. Papyri 29-59. Stockholm.

Vinogradov, A. & Korobov, M., 2018. « Gothic Graffiti from the Mangup Basilica ». NOWELE, 71, p. 223-235.

Wachtel, K., 2005. « Varianten in der handschriftlichen Überlieferung des Neuen Testamens ». Ch. Jansohn & B. Plachta (éd.). Varianten-Variants-Variantes. Tübingen, p. 25-38.

Wiemer, H.-U., 2018. Theoderich der Große. König der Goten, Herrscher der Römer. Munich.

Wolfram, H., 1990. Geschichte der Goten. Entwurf einer historischen Ethnographie, 3e éd. revue. München.

Wolfram, H., 2001. Die Goten und ihre Geschichte. Munich.

Wolfram, H., 2014. « Vulfila pontifex ipseque primas Gothorum minorum, sed non apostulus eorum. Vulfila, Bishop and Secular Leader of His People but not their Apostle ». G.M. Berndt & R. Steinacher (éd.). Arianism: Roman Heresy and Barbarian Creed. Burlington, p. 131-144.

Zironi, A., 2004. Il monastero longobardo di Bobbio. Crocevia di uomini, manoscritti e culture. Spoleto.

Zironi, A., 2009. L’eredità dei Goti. Testi barbarici in età carolingia. Spoleto.

Zuntz, G., 1995. Lukian von Antiochien und der Text der Evangelien, éd. par B. Aland & K. Wachtel. Heidelberg.

Haut de page

Notes

2 Pour l’édition des textes gotiques, voir Streitberg & Scardigli (2000) ; un outil utile est la concordance élaborée par Snædal (2013). Les études sur les Goths et la langue gotique sont très nombreuses ; les indications bibliographiques données ici se limiteront nécessairement aux travaux désormais classiques ainsi qu’aux textes les plus récents.

3 Voir Francovich Onesti (2002), Haubrichs (2008), Haubrichs (2019).

4 Voir Łuczkiewicz, Kleemann et al. (2021).

5 Voir Kazanski (1991), les contributions rassemblées dans Gomolka-Fuchs (1999) ainsi que Kokowski (2013).

6 Voir les contributions rassemblées dans Mitthof, Martin & Grusková (2020).

7 Voir Thompson (1966), Thompson (1969), Rouche (1979), Luiselli (1982), Wolfram (1990), Heather (1994), Heather (1996), les contributions rassemblées dans Heather (1999), Wolfram (2001), les contributions rassemblées dans Barnish & Marazzi (2007), Porena (2012), Azzara (2013), Arnold (2014), Collins (2004), les contributions rassemblées dans Arnold, Bjornlie & Sessa (2016), Wiemer (2018).

8 Corazza (1969), Lehmann (1986), Green (1999), Dolcetti Corazza (2003), Francovich Onesti (2011).

9 Les sources concernant Wulfila sont rassemblées par Streitberg & Scardigli (2000 : XVII-XXIX). Sur la figure de Wulfila, voir Ebbinghaus (1991), Ebbinghaus (1992), McLynn (2007), Wolfram (2014).

10 Voir Sivan (1996), Parvis S. (2014), Schäferdiek (2014).

11 Heather & Matthews (1991), Girardi (2011), Parvis P. (2014).

12 Voir Scardigli (1973 : 321-322).

13 Socr., HE V, 23 ; Sozom., HE VII, 17.

14 Sur l’arianisme et les peuples germaniques, voir les contributions rassemblées dans Berndt & Steinacher (2014).

15 Socr., HE IV, 33 ; Sozom., HE VI, 37, voir les sources ultérieures collectées par Lendinara (1992). La bibliographie sur ce point est très vaste et les positions des savants ne concordent pas, voir von Friesen & Grape (1928), Boüüaert (1950), Ebbinghaus (1979), Cercignani (1988), Ebbinghaus (1997), Raschellà (2008), Raschellà (2011), Snædal (2015).

16 Marchand (1959), Snædal (2015).

17 Les inscriptions considérées avec le plus de plausibilité comme étant d’origine gotique sont celles de Pietroasele et de Letçani, voir Braune & Heidermanns (2004 : 13-14), Nedoma (2010).

18 Voir en particulier Ebbinghaus (1989), Harmatta (1996), Scardigli dans Streitberg & Scardigli (2000 : 507-514), Bollók (2016).

19 Milan, Bibliothèque Ambrosienne, G 82 sup., ff. 209/210, 451/452, 461/462. Sur le texte, voir récemment Snædal & Petersen (2012), Sigismund (2013), Snædal & Petersen (2017).

20 Uppsala, Bibliothèque de l’Université, D G 1, 187 feuillets + Speyer, Musée Historique du Palatinat, s.n., 1 feuillet (https://www.ub.uu.se/about-the-library/exhibitions/codex-argenteus/ [dernière consultation : mai 2021]). Sur le dernier feuillet de l’Évangile selon Saint Marc, retrouvé à Spire en 1970, voir Stutz (1971) et Stutz (1973).

21 Giessen, Bibliothèque de l’Université, 651/20, fragment de la partie centrale d’un bifolium ; désormais perdu (http://bibd.uni-giessen.de/papyri/images/pbug-inv018-1.jpg et http://bibd.uni-giessen.de/papyri/images/pbug-inv018-2.jpg [dernière consultation : janvier 2021]).

22 Milan, Bibliothèque Ambrosienne, I 61 sup., ff. 90, 91.

23 Wolfenbüttel, Bibliothèque du duc Auguste, Guelf. 64 Weiss., ff. 255, 256, 277, 280 (http://diglib.hab.de/wdb.php?dir=mss/64-Weiss [dernière consultation : janvier 2021]).

24 Milan, Bibliothèque Ambrosienne, S 36 sup., 102 feuillets + Turin, Bibliothèque Universitaire Nationale, F. IV. 1 Fasc. 10, 4 feuillets.

25 Milan, Bibliothèque Ambrosienne, S 45 sup., 78 feuillets, l’un d’eux sans texte écrit.

26 Voir Schäferdiek (1988).

27 Sur les manuscrits néo-testamentaires gotiques et la bibliographie qui les concerne, voir Falluomini (2015) ; en particulier sur le Codex Argenteus, on peut se reporter à Munkhammar (2011).

28 Milan, Bibliothèque Ambrosienne, E 147 sup., ff. 77/78, 79/80, 111/112, 113/114, 309/310 + Cité du Vatican, Bibliothèque Apostolique Vaticane, Vat. Lat. 5750, ff. 57/58, 59/60, 61/62 – la numérotation moderne est par page.

29 Bologne, Archives du Conseil de Fabrique de San Petronio, cart. 716/1, no 1, olim 353 no 3.

30 Voir Bennett (1960), Schäferdiek (1981).

31 Finazzi & Tornaghi (2013) ; des éditions ultérieures ont été offertes par Falluomini (2014), avec corrections Finazzi & Tornaghi (2016) et Falluomini (2017) ; voir aussi Aimi, Modesti & Zuffrano (2013), Modesti (2018).

32 Gen 1:27 ; Ex 5:2 ; Ps 3:9, 11(12):2, 11(12):8, 11(12):9, 13(14):1, 32(33):15, 35(36):2, 37(38):22, 61(62):8, 100(101):7, 105(106):47 ; Is 14:12 ; Dan 3:15 ; Mt 1:21, 1:23, 13:28 ; Ac 4:12, 10:32 ; Rom 1:8, 1P 5:5.

33 Voir Zironi (2004) et sur la découverte des palimpsestes gotiques Lo Monaco (1996).

34 Ms. Vérone, Bibliothèque Capitulaire, LI (49) + Venise, Collection Giustiniani Recanati, CE.12.16 ; voir Gryson (1982), Falluomini (2018).

35 Tjäder (1954 : 95), Tjäder (1982 : 144-164).

36 Francovich Onesti (2007), Haubrichs (2017).

37 Gamillscheg (1935), Mastrelli (1993), Arcamone (1994).

38 Voir Gamillscheg (1970), Piel & Kremer (1976), Hilty (2005), Haubrichs (2012).

39 Falluomini (2020).

40 Zironi (2009).

41 Ces inscriptions sont conservées dans le dépôt du Museum-Preserve de Bakhchisaray (inv. No 1246/1577 ; un fragment est sans numéro) ; voir Korobov & Vinogradov (2016), Vinogradov & Korobov (2018).

42 Stearns (1978), Rousseau (1991).

43 Francovich Onesti (2002), Snædal (2009 : 210).

44 Voir l’état de la question chez Falluomini (2015 : 130-133).

45 Streitberg & Scardigli (2000 : XXXV-XLIV).

46 Kauffmann (1911 : 118-132), Friedrichsen (1926 : 194-195, 223-224, 247), Friedrichsen (1939 : 40-43, 257).

47 Jülicher (1910 : 370-372).

48 Lietzmann (1919 : 276-277), Marchand (1957 : 234), Gryson (1990 : 27-31).

49 Zuntz (1995 : 17-23), Wachtel (2005 : 27-31, 35).

50 L’opinion négative sur la valeur de la version gotique et sur la reconstruction de Streitberg, exprimée par Aland & Aland (1989 : 216-218), est actuellement dépassée et les leçons gotiques ont été acceptées dans l’apparat critique de l’Editio Critica Maior (ECM) du Nouveau Testament, en cours de réalisation.

51 Falluomini (2019).

52 Voir l’état de la question dans Falluomini (2018).

53 Burkitt (1899 : 131). Des études successives ont reconnu la validité de cette hypothèse : voir les études de Kauffmann (1900 : 324), Friedrichsen (1926 : 194-196), Burton (2002 : 400), Francini (2009 : 259-264).

54 Le mot gotique, lié étymologiquement avec l’adjectif et le substantif gotique wulþrs « importante » / « importance » – semble être au pluriel, à la différence du latin ; l’ablatif singulier uulthre apparaît aussi dans le texte : voir Henss (1973), Scardigli (1973 : 183-186).

55 Ratkus (2018).

56 Lühr (1985 : 139-155), Braune & Heidermanns (2004 : 111-113).

57 Friedrichsen (1926 : 15).

58 Piras (2007 : 61-62).

59 Piras (2015 : 167).

60 Voir Mohrmann (1968).

61 Parmi les grammaires gotiques les plus récentes voir Piras (2007), Rousseau (2012), Feuillet (2014), Miller (2019).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carla Falluomini, « Le gotique : profil historique, culturel et linguistique »Revue germanique internationale, 34 | 2021, 13-34.

Référence électronique

Carla Falluomini, « Le gotique : profil historique, culturel et linguistique »Revue germanique internationale [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2768 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2768

Haut de page

Auteur

Carla Falluomini

Professeure de philologie germanique à l’Università degli Studi di Perugia

Haut de page

Traducteur

Daniel Petit

Professeur de linguistique indo-européenne à l’École normale supérieure (Paris) et directeur d’études de linguistique baltique et indo-européenne à l’École pratique des hautes études (Paris)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search