Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34Formes de la culture écrite en ge...

Formes de la culture écrite en germanique du Nord

Alessia Bauer
Traduction de Audrey Mathys
p. 35-62

Résumés

Cet article présente les développements les plus récents des études au sujet du proto- et du vieux-norrois et de la différentiation entre cette langue et les autres langues germaniques, en particulier celles de la Mer du Nord. L’attention se porte sur les témoins les plus anciens de langues germaniques – attestés sous la forme d’inscriptions runiques à partir du iie siècle ap. J.-C. Même des inscriptions très brèves et à première vue peu intéressantes sont suffisantes pour réfuter la périodisation reconstruite par les linguistes et fournir de nouvelles connaissances. En outre, en ce qui concerne les études de runologie, une nouvelle tendance s’affirme actuellement qui place le message écrit dans le contexte de tous les éléments qui font partie du « texte runique ». Ce n’est qu’en analysant l’articulation des différents systèmes sémiotiques qu’on arrive à non seulement saisir le texte dans ses aspects linguistiques, mais aussi à en découvrir la fonction. Des études récentes accordent de plus en plus d’intérêt au rôle et à la fonction de l’écriture – sous la forme d’inscriptions runiques ainsi que de textes écrits avec les lettres de l’alphabet latin – au sein de la société du Nord de l’Europe.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Pour un aperçu dans une perspective synchronique et diachronique, voir Bandle (2002).
  • 3 Barnes (1998 : 1) définit le norne comme « the distinctive form of Scandinavian speech that develop (...)

1Le germanique du Nord appartient à la famille des langues germaniques et constitue un de ses sous-groupes, qui se distingue du germanique de l’Est et du germanique de l’Ouest2. On désigne sous le nom de langues nordiques les langues étroitement apparentées qui sont parlées dans le domaine scandinave, sur les îles Féroé et en Islande, c’est-à-dire, par ordre alphabétique : le danois, le féroïen ou féringien, l’islandais, le norvégien et le suédois. À date historique s’y ajoutaient le gutnisk (une variante du suédois qui était parlée sur l’île de Gotland) et le norne (un dialecte norvégien du Sud-Ouest parlé sur les îles britanniques, qui est considéré comme éteint depuis le milieu du xviiie siècle – au plus tard aux alentours de 1800)3. À la suite des conquêtes de la période viking (par convention 793-1066), on a parlé des langues nordiques dans d’autres régions d’Europe, parmi lesquelles la Normandie, le Nord-Est de l’Angleterre, les Orcades et les Shetland, les Hébrides, l’Irlande, l’île de Man, le Groenland, et une partie de la Russie.

  • 4 Pour le Nord, les sagas islandaises en vieux-norrois – des récits fictifs sur la vie des Islandais (...)

2Les peuples germaniques se sont constitués d’abord comme des sociétés purement orales et le sont demeurés pendant une longue période. Les aspects constitutifs de leur culture, qui réglaient la vie sociopolitique et religieuse, tels que les lois, les récits historiques, les rites et les mythes, ont fait l’objet d’une transmission orale pendant des siècles4. Le passage à une culture écrite (en allemand Verschriftung) et par conséquent aussi la mise par écrit (en allemand Verschriftlichung) des textes se sont déroulés à des périodes différentes et dans des conditions inégales (voir les contributions sur le gotique, le vieux-haut-allemand et le vieil-anglais dans le présent volume), mais ils ont cependant toujours été étroitement liés à l’adoption du christianisme, religion du livre, ainsi qu’à la transition entre la foi païenne et la foi chrétienne. À cet égard, les langues nordiques se distinguent par leur adoption très tardive de la nouvelle foi, qui a commencé seulement à partir du xe s. de façon hésitante (voir plus bas).

L’écriture runique et les plus anciennes attestations du germanique

  • 5 Cette thèse a cependant trouvé peu de soutien jusqu’à présent.
  • 6 La quantité des voyelles n’est pas différenciée, de sorte que, sur ce point, il n’y a pas de corres (...)

3Si on laisse de côté l’adoption plus ou moins rapide du christianisme, qui est étroitement liée à la situation socio-historique de chacun des peuples, toutes les langues germaniques dans leurs états anciens partagent un même système graphique autochtone, l’écriture dite runique. Celle-ci s’est développée au début de notre ère, par emprunt à un alphabet de l’espace méditerranéen. Encore aujourd’hui, la question de l’origine exacte de cette écriture est controversée : faut-il la dériver de l’alphabet latin, de l’alphabet nord-italique – avec lequel elle a le plus de correspondances formelles – ou de l’alphabet grec ? Récemment, Theo Vennemann (2015) a avancé la thèse selon laquelle il s’agirait d’une adaptation de l’alphabet phénicien5. Indépendamment de la source précise – en fin de compte, toutes les écritures alphabétiques remontent au système phénicien –, Nedoma (2018 : 277) remarque à juste titre que le développement de l’écriture runique doit être analysé comme le résultat d’un transfert culturel entre l’Empire romain et la Germanie. Peut-être les runes étaient-elles une réaction à la société romaine, littérarisée, où l’écrit jouait un grand rôle et avec laquelle les peuples germaniques étaient entrés en contact dès la période préchrétienne. L’« inventeur » des runes (une personne unique, ou un groupe de personnes) fait montre en tout cas d’une volonté ouverte de s’en distinguer, ce qui s’exprime notamment par la modification de l’ordre alphabétique ; et c’est ce qui explique l’appellation de fuþark pour la série des runes, d’après ses six premiers signes (þ note la spirante dentale [θ]). Le système originel, que l’on désigne habituellement sous le nom de fuþark ancien, se composait de 24 signes, qui recouvraient grosso modo l’ensemble de l’inventaire phonologique du germanique, et il est considéré pour cette raison depuis Derolez (1998) comme un « perfect fit6 ».

  • 7 Les signes runiques n’ont pas exclusivement une valeur phonétique, mais ils peuvent également s’emp (...)

rune

translittération

nom germanique reconstruit7

valeur phonétique

1. ᚠ

f

*fehun

/f/

2. ᚢ

u

*ūruz

/u/

3. ᚦ

þ

*þurisaz

/þ/

4. ᚨ

a

*ansuz

/a(:)/

5. ᚱ

r

*raidō

/r/

6. ᚲ

k

*kaunan ?

/k/

7. ᚷ

g

*gehō

/g/

8. ᚹ

w

*wunjō ?

/w/

9. ᚺ

h

*haglaz

/h/

10. ᚾ

n

*naudiz

/n/

11. ᛁ

i

*īsan

/i(:)/

12. ᛃ

j

*jēran

/j/

13. ⥍

ï

*eihwaz

son vocalique

14. ᛈ

p

*perþō ?

/p/

15. ᛉ

z

*algiz

/z/

16. ᛊ

s

*sōwulō

/s/

17. ᛏ

t

*Teiwaz

/t/

18. ᛒ

b

*berkanan

/b/

19. ᛖ

e

*ehwaz

/e(:)/

20. ᛗ

m

*mannaz

/m/

21. ᛚ

l

*laguz

/l/

22. ᛜ

ŋ

*Ingwaz

/ng/

23. ᛞ

d

*dagaz

/d/

24. ᛟ

o

*ōþalan

/o(:)/

  • 8 Parmi les plus anciennes attestations de ce groupe, on peut mentionner deux inscriptions suédoises (...)
  • 9 Pour leur interprétation, voir les éditions KJ et DR.

4À la différence des autres alphabets, l’écriture runique a été conçue comme un système purement épigraphique, qui servait juste à enregistrer des textes courts sur des objets mobiliers ou sur des pierres. Parmi les attestations les plus anciennes se trouvent majoritairement des noms ou des signatures de lapicides composées de la suite sujet + verbum scribendi + objet8. Les deux inscriptions les plus anciennes datent de la deuxième moitié du iie siècle de notre ère et contiennent chacune un seul nom : le peigne de Vimose, Danemark (KJ 26, DR 19) et le fer de lance d’Øvre Stabu, Norvège (KJ 31)9.

  • 10 Le phénomène peut être le mieux étudié là où le contexte de découverte est connu, par exemple dans (...)
  • 11 Voir sur ce point Bauer, Kleivane & Spurkland (éd., 2018).

5L’introduction de l’écriture runique n’a cependant pas conduit à un bouleversement des modalités de communication ; l’écriture n’a pas remplacé l’oralité comme moyen courant de communication, mais a juste représenté un médium supplémentaire. La culture écrite faisait partie de la culture latine et la possession d’un fragment de culture écrite runique (à maintes reprises comme simple imitation d’écriture) est plutôt à comprendre comme une volonté d’expression de sa supériorité par la classe dominante10. Parallèlement au développement des recherches sur les manuscrits médiévaux (New Philology, voir ci-dessous), l’attention des runologues s’est portée ces dernières années sur les composantes extra-linguistiques. Si importantes que soient les inscriptions runiques pour l’accès aux états linguistiques anciens (dans l’ensemble du domaine germanique), leur valeur ne doit pas être réduite à l’aspect linguistique. Elles offrent de surcroît des témoignages inestimables pour l’histoire culturelle des peuples germaniques. Au cours des dernières décennies, une nouvelle tendance s’est établie, qui consiste à examiner les « textes runiques » comme un ensemble de différentes composantes, où la communication verbale ne peut pas être isolée du reste. Comme il s’agit de textes épigraphiques, la disposition visuelle – au sens de la « mise en page » – et la matérialité du support de l’inscription jouent un rôle décisif. Le placement des pierres runiques dans le paysage ou le contexte archéologique des objets mobiliers est également significatif. De là résultent des « produits multisupports », dans lesquels deux ou plusieurs médiums contribuent à la transmission d’un message commun11. Si l’on examine uniquement la communication écrite et si l’on ne prend pas en considération le reste des systèmes sémiotiques, on risque de ne comprendre le texte que partiellement, sans pouvoir le placer dans son contexte socio-culturel.

6Les documents runiques mis à part, qui comme on l’a dit, ne valent que comme une forme partielle de culture écrite, la culture germanique est restée ancrée fondamentalement dans l’oralité jusqu’à la fondation des Scriptoria médiévaux, comme en atteste le nombre réduit d’inscriptions runiques : pour la période runique la plus ancienne (iie-viie s. de notre ère), on conserve moins de 500 documents en fuþark ancien pour l’ensemble de la Germania.

7Malgré leur caractère laconique, les inscriptions runiques en fuþark ancien fournissent une source extrêmement précieuse pour les langues germaniques, qui, sans cela, ne nous seraient accessibles que par des formes latinisées dans des textes latins ou dans les emprunts en finnois et en same. Les inscriptions runiques offrent en outre la possibilité de mieux suivre de nombreux développements linguistiques et parfois de réviser les thèses des linguistes (voir ci-dessous à propos du peigne de Frienstedt).

  • 12 Nielsen (1998: 551) : « Old English (Old Frisian, Old Saxon) exhibits striking parallels with early (...)

8Une de ces thèses, qui a été longtemps admise faute de preuves, postulait un continuum linguistique entre le germanique du Nord et le germanique de l’Ouest, qui n’aurait commencé à se dissocier en deux familles linguistiques qu’à partir du ve siècle. Hans Kuhn (1955) en premier lieu, et plus récemment Hans Frede Nielsen (1989), ne voyaient pas de différence nette entre le germanique du Nord et le germanique de l’Ouest dans la langue des inscriptions runiques jusqu’au ve s., alors que le germanique de l’Est (cf. par ex. l’inscription du fer de lance de Kowel, datant du iiie s., KJ 33) se distinguait nettement12.

  • 13 Le fait que les consonnes nasales ne soient pas notées tient à « l’orthographe runique », qui tolér (...)
  • 14 Le terme allemand Urnordisch (angl. Proto-Nordic, fr. proto-nordique) ne désigne pas une langue pur (...)
  • 15 La forme du vieux-haut-allemand kamb montre que la voyelle thématique ne s’est amuïe qu’après la pe (...)

9De nouvelles découvertes, en particulier une inscription runique mise au jour en 2000, nous contraignent désormais à reconsidérer fondamentalement cette analyse. L’inscription du peigne de Frienstedt (Thuringe, Allemagne) comporte un seul mot. En fuþark ancien, gravée de gauche à droite, elle date des environs de 250 de notre ère et se lit : kaba, pour germ. de l’Ouest kamba « peigne » (nom. sg. m. < germ. *kambaz)13. Bien qu’il ne soit pas possible de préciser la fonction du texte – une sorte d’« étiquetage » de l’objet sans valeur ajoutée manifeste –, on constate que d’autres « étiquettes de peigne » sont conservées dans le corpus runique, avec lesquelles on peut effectuer une comparaison. Relèvent de cette catégorie, l’inscription du peigne de Toornwerd (Groningen, Frise) du viiie s. (kabu, pour proto-vieux-frison kombǝ avec une voyelle atone affaiblie a > u /ǝ/) et le peigne d’Elisenhof (Schleswig-Holstein, Allemagne) de la fin du ixe s. (kąbr, pour vieux-danois kambr avec un -r palatal pour désinence < germ. sonore *-s). Bien que l’inscription comporte un unique substantif, la comparaison nous montre que la différenciation entre le germanique de l’Ouest et le germanique du Nord s’est faite dès le iiie s. C’est la raison pour laquelle Schulte (2018) place les débuts du proto-nordique (Urnordisch)14 au iiie s. de notre ère. Il tire cette conclusion des inscriptions runiques que l’on vient de citer : alors que la désinence germ. *-z était conservée en germanique du Nord sous la forme d’une rune séparée (*algiz, ) (bien que sa valeur phonétique ait été modifiée par le rhotacisme : *s > z > ʀ, runique z > ʀ), l’inscription runique de Frienstedt prouve que cette désinence s’est perdue relativement tôt en germanique de l’Ouest. En revanche, la voyelle thématique (-a) s’est maintenue dans un premier temps en germanique de l’Ouest15. Schulte considère pour cette raison comme établi que l’unité linguistique postulée s’est disloquée au plus tard au iiie s. de notre ère, et pour marquer ce fait, il préfère translittérer la rune *algiz () par germ. du Nord ʀ (au lieu de germ.commun z).

10Avant la découverte de Frienstedt, deux hypothèses se faisaient concurrence, dont les deux piliers étaient la langue runique des inscriptions les plus anciennes et les inscriptions proto-vieux-haut-allemandes de la province runique alémanique. L’étape intermédiaire était reconstruite comme indiqué schématiquement ci-dessous :

  1. germ. *-az [> germ.ouest -z] > proto-v.h.all. Ø, avec réduction vocalique comme première étape ;

  2. germ. *-az [> germ.ouest -a] > proto-v.h.all. Ø, avec réduction de la désinence comme première étape.

11L’inscription qui vient d’être discutée conduit à rejeter la première hypothèse et indique que le germanique de l’Ouest a connu très tôt un développement indépendant.

*-az = -az (-ar)
proto-nordique raunijaz
fer de lance d’øvre Stabu
(150-200 ap. J.-C.)

*-az = -a (-ǝ)
germ.ouest ka(m)ba
peigne de Frienstedt
(ca. 250 ap. J.-C.)

*-az = -s
germ.est tilarīds
fer de lance de Kowel
(ca. 250 ap. J.-C.)

12Pour l’établissement d’une chronologie relative, il faut verser au dossier d’autres inscriptions de la période ancienne, par ex. l’ombon d’Illerup III (Danemark) : laguþewa, un anthrophonyme westique au nominatif, et la bouterolle de Thorsberg I (Danemark) : owlþuþewaʀ avec une désinence proto-nordique.

13Après une phase initiale d’environ 400 ans (de la seconde moitié du ier au début du vsiècle), la série runique d’origine subit des modifications en s’adaptant aux langues pour lesquelles elle était employée. C’est ainsi qu’on observe le développement de deux séries modifiées, d’un côté les runes anglo-frisonnes dans la région de la mer du Nord, zone d’influence des langues appelées ingvaeoniques (branche du germanique occidental) et le fuþark récent de l’autre (voir ci-dessous).

  • 16 Une édition des inscriptions anglo-frisonnes par Livia Kaiser est sous presse (thèse de doctorat de (...)

14Dans les langues ingvaeoniques le développement phonologique, dû en premier lieu à la phonémisation de l’Umlaut en i-, a conduit à l’apparition de nouvelles voyelles (/a:/ > /æ:/, /o:/ > /œ:/). Cette première phase du continuum linguistique qui peut être considéré comme l’état antérieur au vieux-frison et au vieil-anglais est attestée exclusivement par quelques inscriptions runiques, datant d’environ 400 jusqu’à 900 ap. J.-C. Leur valeur est d’attester des états de langue qui ne sont documentés dans des manuscrits que trois siècles après16. Elles en donnent un aperçu, bien que fragmentaire, et permettent ainsi de vérifier des théories sur les développements phonologiques qui sont autrement supposés par les linguistes sur la base de reconstructions.

  • 17 Pour ce sous-chapitre, je suis très redevable aux recherches de Gaby Waxenberger (2017a-c et 2019).

15Afin de garder le « perfect fit » qui caractérisait la notation du germanique par le fuþark ancien, le système d’écriture subit des modifications et réagit au développement linguistique du pré-vieil-anglais, en introduisant de nouveaux signes et en changeant partiellement l’ordre de la série ; ce faisant, on rétablit le « perfect fit »17. Il en résulte un élargissement progressif de la série runique en deux étapes. La première phase est attestée entre 450 et 650 ap. J.-C. (voir l’inscription de la broche de Caistor-by-Norwich), dans laquelle on observe la création de nouvelles runes pour des voyelles. On passe ainsi de 24 à 28 runes, documentées comme une série complète par l’inscription du scramasaxe de la Tamise datant du ixe siècle :

f

u

þ

o

r

c

g

w

h

n

i

j

Ï

p

x

s

t

b

e

m

l

ŋ

d

o

æ

a

y

e͡a

[ç]
[x]

16À la suite de la modification du système phonétique, la rune représentant /a:/ à l’origine est devenue /æ:/. Cela a fait apparaître le besoin d’une nouvelle rune pour /a:/, qui fut créée en modifiant la rune de base au moyen d’un trait supplémentaire (ᚨ > ᚪ). Pour garder le principe acrophonique, le nom de la rune ᚨ fut changé en æsc et le nouveau signe ᚪ fut nommé āc, selon le principe acrophonique appliqué d’abord au fuþark ancien.

17En même temps la rune ᛟ, représentant /o:/ en fuþark ancien, a également subi l’influence de l’i-Umlaut et est devenue /œ:/ ; son nom fut alors adapté au développement phonétique en devenant œþil. Cette modification a causé la perte de la voyelle /o:/ qui fut rétablie par un développement ultérieur. Tout en conservant le nom d’origine de la rune et sa place dans l’ordre original, un nouveau signe fut créé, en modifiant la rune de base avec des traits supplémentaires (ᚨ > ᚩ). Pour cette quatrième rune du fuþark ancien, on reconstruit le nom *ansuz, qui subit un changement dû à la perte de la nasale devant spirante avec l’allongement consécutif de la voyelle (*ansuz > pré-vieil-anglais ōs).

18L’i-Umlaut a également affecté la voyelle /u/ qui est devenue /y/. Pour ce son nouveau, on a adopté à nouveau la stratégie consistant à modifier la rune de base en ajoutant un signe diacritique – comme pour les runes pointées (voir ci-dessous) : (ᚢ > ᚤ). À la fin de cette phase, une dernière rune pour la diphthongue e͡a fut introduite tout à la fin de la nouvelle série.

19Sur la base de premières attestations des nouvelles runes, Parsons (1999) et plus récemment Waxenberger (2017a-c, 2019) ont montré à juste titre que le développement doit être considéré comme une réaction en chaîne, où la modification d’un son entraîne le changement d’autres sons, et par conséquent conduit à la création de nouveaux signes.

20L’élargissement des runes anglo-frisonnes a aussi entraîné la modification d’un certain nombre de runes (sans que cela corresponde à une simplification formelle), bien que de façon différente de ce qui s’est produit au Nord dans le fuþark récent (voir ci-dessous). En fait, la plupart des formes d’origine ont été conservées, même les signes les plus élaborés ; il s’agit plutôt d’une tentative de donner à tous les signes la même hauteur (ᚲ > ᚳ, ᛃ > ᚼ >, ᚾ > ᛝ).

  • 18 Cf. Waxenberger (2021).

21Dans une deuxième étape, qui s’est déroulée entre 650 et 750, le fuþorc anglo-saxon, réservé à l’Angleterre, a été élargi de trois runes supplémentaires (29-31) qui marquent le changement phonétique des occlusives vélaires à la suite de phénomènes complexes de palatalisation et d’assibilation.18 À l’origine, les runes k et g représentaient des sons vélaires ; avec le temps germ. */k/ s’est séparé en v.-angl. /ʧ/ et /k/, tandis que germ. */Φ/ pouvait représenter v.-angl. /j/, /g/, et /ʤ/. Ce développement a mené à la création de la nouvelle rune ᚸ (et d’un nom créé ad hoc, à savoir gār) pour la fricative vélaire /Φ/ et pour l’occlusive voisée, tandis que la rune ᚷ (giefu) était réservée au son palatal.

22La même chose vaut pour l’occlusive vélaire sourde /k/. Avant l’introduction des deux signes ᛦ (calc) et ᛤ (sans nom), la rune ᚳ (cēn) était utilisée pour les allophones palataux et vélaires de */k/, comme le montre le schéma suivant :

pré-vieil-anglais */k/

vieil-anglais précoce : rune cēn ᚳ pour [c] ; [k] ; [ʧ]

vieil-anglais (environ 750)

rune cēn ᚳ /ʧ/

rune calc ᛦ /k/

rune ᛤ /k/

(devant voyelle
palatale secondaire)

23La rune ᛤ, attestée seulement en Northumbrie, représente un développment ultérieur du processus et on la retrouve exclusivement devant des voyelles palatales secondaires (qui ne provoquent plus de palatalisation de la consonne, par ex. dans le mot v.-angl. kyning « roi »). Afin de la différencier de l’autre occlusive vélaire, on translittère par convention cette rune avec un trait au-dessus ().

24En outre, dans le corpus anglo-saxon la rune ⥍, qui avait une valeur vocalique devenue obsolète dès l’époque du fuþark ancien, a changé de fonction pour noter des consonnes fricatives sourdes [ç] et [x]. Cette deuxième étape résulte probablement d’une réforme au sein du milieu érudit ecclésiastique au viie s. ; la série qui en résulte est la suivante :

f

u

þ

o

r

c

g

w

h

n

i

j

ï

p

z

s

t

b

e

m

l

ŋ

d

o

æ

a

y

e͡a

g

k

25Comme dans le cas des inscriptions du proto-nordique et de l’Allemagne méridionale, les inscriptions anglo-frisonnes et anglo-saxonnes attestent un état de la langue qui n’est pas accessible autrement. Les études graphématiques se révèlent alors très précieuses, car à partir de l’attribution des sons à des signes spécifiques on est à même de suivre la chronologie du développement linguistique.

Chronologie du germanique du Nord

  • 19 Sur ce point, voir Schulte (2018a et 2018b).

26Outre la différenciation des langues et des groupes linguistiques qui se sont constitués à partir du germanique commun, les inscriptions runiques de la période la plus ancienne permettent de suivre le développement des états linguistiques du germanique du Nord. La période la plus ancienne, qui est avant tout attestée dans les inscriptions runiques en fuþark ancien, se divise en deux phases, le proto-nordique classique (150-500 ap. J.-C.) et le proto-nordique tardif (500-700 ap. J.-C.), étape pendant laquelle la langue a connu de profonds bouleversements19. Parmi ceux-ci, il faut mentionner l’intensification de l’accent expiratoire à l’initiale du mot, qui a eu pour conséquence l’affaiblissement ou la syncope des syllabes atones ; il en résulte la chute des voyelles brèves (proto-nord. horna (horna) > proto-nord.tard. horn « corne »), et l’abrègement des voyelles longues (tawido (tawidō > proto-nord.tard. taudɔ « [je] faisais/fis »).

  • 20 Comme par exemple l’Umlaut palatal (parfois appelé i-Umlaut) dans proto-nordique gastiʀ > v.norr. g (...)

27Les phénomènes d’Umlaut (ou de métaphonie) sont étroitement liés au développement chronologique de la syncope20. La fracture par a et par u se produit aussi pendant la période des syncopes.

  • 21 Voir en dernier lieu Imer (2015 : 313).

28En outre, la semi-voyelle /j/ disparaît à l’initiale devant toutes les voyelles, ce qui peut être daté au viie s. au moyen de l’inscription du dé de Vallentuna (U HG1989;44 U)21. De même, la semi-voyelle /w/ disparaît devant voyelle arrondie (ce qui est attesté dans la seconde moitié du vie s. sur la pierre runique de By, KJ 71).

29De surcroît, le -n s’amuït en finale absolue à l’infinitif, ainsi qu’à l’accusatif pluriel, comme attesté sur la pierre d’Eggja (KJ 101).

30Des phénomènes d’assimilation consonantique se sont produits en proto-nordique tardif ; ainsi, /lθ/ et /nθ/ sont devenus respectivement /ll/ et /nn/ (*gulþa > gull, *finþan > finna, *stainaʀ > steinn).

31La période qui s’étend de 700 de notre ère au xie siècle est considérée comme une phase de transition, au cours de laquelle ces changements linguistiques se sont accomplis. Il en résulte l’état de langue qui est désigné par l’appellation de « vieux-norrois », et qui s’est progressivement dialectalisé au cours de la période viking (793-1066). Toutes ces mutations ont accentué la différence entre le germanique du Nord et les langues germaniques de l’Ouest.

  • 22 Sur la perte et le rétablissement du « perfect fit », voir entre autres Bauer (2017) à propos d’une (...)

32En même temps que ces changements linguistiques, l’alphabet runique germanique commun a connu des développements supplémentaires, qui ont abouti à une réduction drastique de l’inventaire graphématique, pour des raisons jusqu’à présent inconnues. La série runique qui a pris forme aux alentours de 800 de notre ère, connue sous le nom de fuþark récent, se composait de seulement 16 signes, qui avaient de surcroît connu une simplification de leur graphie. Il en résulte une perte de la correspondance terme à terme entre graphème et phonème, et une utilisation multifonctionnelle des graphèmes, qui représentent désormais plusieurs phonèmes différents22. En outre, deux variantes graphiques du fuþark récent se sont développées, dont la répartition géographique approximative recouvre les limites du Danemark, d’une part, et de la Suède et de la Norvège d’autre part. En se basant sur leur réalisation graphique, et surtout sur la longueur des branches, elles sont appelées runes à longues branches et runes à branches courtes. Les deux types sont présentés côte à côte dans le tableau suivant :

rune

translittération

noms norrois attestés

valeur phonétique

1. ᚠ

f

/f/

2. ᚢ

u

úr

/u/

3. ᚦ

þ

þurs

/þ/

4. ᚭ

ą

áss

/ã/

5. ᚱ

r

reið

/r/

6. ᚴ

k

kaun

/k/

7. ᚼ

h

hagal

/h/

8. ᚾ

n

nauð

/n/

 9. ᛁ

I

i

íss

/i(:)/

10. ᛅ

a

ár

/a(:)/

11. ᛋ

s

sól

/s/

12. ᛏ

t

Týr

/t/

13. ᛒ

b

bjarkan

/b/

14. ᛉ

m

maður

/m/

15. ᛚ

l

lǫgr

/l/

16. ö

ʀ

ýr

/R/

33En conséquence de l’amuïssement de /j/ à l’initiale, la rune *jēran (ᛃ) a changé de nom pour devenir proto-nord. tardif ár, et a noté à partir de cette période la voyelle orale /a/, en contraste avec la rune áss (ᚭ), qui notait désormais /a/ nasal.

  • 23 Si l’on acceptait cette explication, elle serait à mes yeux valide uniquement pour la réduction du (...)

34Alors que la perte de runes rarement utilisées ou devenues obsolètes du fait de changements phonétiques (⥍, ᛈ, ᛜ, ᚹ) est tout à fait compréhensible, on cherche toujours à expliquer l’élimination de plusieurs voyelles (runes e et o) ou des occlusives /g/ et /d/ (runes g et d). Pendant ces dernières années, deux positions semblent se cristalliser : d’un côté, on considère ce développement comme une réforme consciente (voir entre autres Barnes 1987, Liestøl 1992), de l’autre, Schulte (2006, 2009, 2010, 2011) rejette l’idée d’une réforme et préfère y voir un processus de transition progressif, qui se serait produit spontanément sur une durée d’au moins deux siècles, en raison de changements linguistiques23. Quelle que soit l’analyse adoptée, le fuþark récent s’est avéré un moyen parfaitement approprié pour la mise par écrit des états de langue du proto-nordique tardif et des débuts du vieux-norrois. Comparé à la maigreur de la documentation en fuþark ancien, nous conservons environ 3 500 inscriptions en fuþark récent, avec la plus grande concentration dans la Suède de la période viking. À partir du xie s., la réduction de l’inventaire des signes a été partiellement inversée par l’introduction de nouveaux signes runiques se distinguant par des diacritques (i (e) pointé pour /e/, k (g) pointé pour /g/ etc.). Mais les runes dites pointées n’ont jamais connu d’emploi systématique et sont demeurées jusqu’à la fin une simple possibilité. Du fait de ces modifications, la série runique médiévale a pu comporter jusqu’à 25 signes, dont certains ont été introduits par analogie avec l’alphabet latin, alors qu’ils n’auraient pas eu d’utilité dans la tradition runique véritable (on pense par ex. à f pointé pour /v/ ou à þ pointé pour /ð/).

  • 24 Cf. Schulte (2002 : 873-874).
  • 25 On trouve cette appellation entre autres chez les érudits islandais et chez le skalde Snorri Sturlu (...)

35Les inscriptions runiques les plus récentes et les premiers manuscrits montrent que les divisions au sein du continuum dialectal au xiie s. étaient si avancées que les différents dialectes pouvaient être distingués à l’écrit. Dans un premier temps, on observe une opposition entre le vieux-norrois occidental (vieil-islandais et vieux-norvégien) et le vieux-norrois oriental (vieux-danois et vieux-suédois) ; ainsi, par exemple, on voit apparaître la monophtongaison du nordique oriental24. Cependant, jusqu’au Moyen Âge central, un état de koinè linguistique a persisté, qui a continué de rendre possible la communication entre les habitants des différents domaines d’Europe du Nord et de leurs colonies dans l’Atlantique Nord, et qui était appelé, de façon significative, dǫnsk tunga (textuellement « langue danoise », où tunga connaît la même polysémie que le français langue)25. Compte tenu des résultats les plus récents, on peut proposer la classification suivante des différents états les plus anciens du germanique du Nord :

Période

État de langue

Sources

150-500

Proto-nordique

– Inscriptions runiques en fuþark ancien
– Emprunts en finnois et en same
– Mots latinisés chez les auteurs classiques

500-700

Proto-nordique tardif

– Inscriptions runiques en fuþark ancien
(inscriptions dites de transition)

700-1150

Vieux-norrois

– Inscriptions runiques en fuþark récent
– Manuscrits les plus anciens (fragments)

  • 26 Cf. Diercks & Braunmüller (1993) ; Braunmüller (1995) ; Særheim (2019). Au sujet de l’influence du (...)

36Toutefois, au Moyen Âge tardif, il s’est produit une mutation radicale, qui a conduit à ce que le vieil-islandais conserve sa spécificité de langue hautement flexionnelle, tandis que dans les langues scandinaves continentales, la morphologie et le lexique ont été fondamentalement modifés sous l’influence exercée par le moyen-bas-allemand dans le cadre de la Ligue Hanséatique. D’un point de vue typologique, cette phase se caractérise par la transition d’un type linguistique synthétique à un type analytique, au cours de laquelle le système flexionnel des langues scandinaves continentales a presque entièrement disparu. Pendant que la morphologie subissait une forte simplification, d’innombrables emprunts ont été intégrés au lexique, surtout dans les classes grammaticales du nom et du verbe. Au cours de ce processus, des facteurs extralinguistiques ont joué le rôle le plus important, parce que le bas-allemand était considéré comme une langue de prestige pendant la période hanséatique, et qu’il s’était établi comme langue du commerce, de la technique et du droit26.

37Bien que le vieil-islandais classique du milieu du xiiie s. n’ait guère été touché par les développements évoqués ci-dessus, il a connu au cours du Moyen Âge tardif certaines évolutions, qui ne sont que partiellement reflétés dans l’orthographe actuelle. On peut ainsi mentionner :

  1. Délabialisation de /œ/ > /æ/,

  2. Évolution de <ǫ> /ɔ/ > /ø/ (probablement aux alentours de 1200),

  3. Diphtongaison de <é> /e:/ > [jε],

  4. Développement de la voyelle svarabhaktique entre r en finale absolue et une consonne précédente,

  5. Dissimilation de /l:/> /dl/, /rl/ > /rd̥l/, /n:/ > /d̥n/ et /rn/ > /rd̥n/.

  • 27 L’absence d’une langue écrite normée a conduit en Norvège à l’adoption du danois comme langue écrit (...)

38La première traduction islandaise du Nouveau Testament par Oddur Gottskálksson (†1556), imprimée en 1540, marque conventionnellement le début de l’islandais moderne. La traduction d’Oddur a été suivie peu après de la première traduction de l’ensemble de la Bible, connue sous le nom de Guðbrandsbiblía (1584). Les deux œuvres ont fixé la norme écrite de la langue islandaise, en lui conférant un haut degré de stabilité et en la préservant de changements drastiques27.

Contexte historique et culturel : la transition vers une culture écrite en alphabet latin

  • 28 On trouve une présentation détaillée du processus de christianisation dans le Nord chez Gschwantler (...)

39La transition d’une culture orale à une culture écrite ne s’est accomplie dans le domaine nordique, de même que dans l’ensemble du domaine germanique, qu’avec l’introduction du christianisme, qui, en tant que religion du livre, se servait de l’écriture. L’adoption du christianisme a constitué un processus lent dans le Nord, et n’a eu lieu qu’aux xie et xiie siècles, en fonction de la région. Ici encore, les inscriptions runiques constituent une source précieuse : les formules et les invocations chrétiennes, ainsi que les ornementations chrétiennes montrent en effet qu’en Suède, par exemple, une partie de la population était en contact avec la nouvelle foi bien avant la conversion et l’avait adoptée28.

40Il a résulté de ce processus un bouleversement culturel, qui a concerné tous les domaines de la vie et non uniquement la sphère religieuse. La culture écrite est alors devenue un moyen pour la classe dominante politique et religieuse de fixer des lois et des dogmes et de parvenir ainsi à un meilleur contrôle de la population. C’est pour cette raison qu’il n’est pas surprenant que l’introduction du christianisme (et de l’écriture) ait entraîné la fin de la période viking et favorisé dans le même temps le développement de royaumes centralisés plus vastes.

Une société à deux écritures

  • 29 Il s’agit ici principalement des innombrables bâtonnets runiques (v.norr. rúnakefli) du Moyen Âge, (...)
  • 30 Cf. Källström (2010).

41Dans un premier temps, la culture écrite runique a coexisté avec la culture écrite latine, à cette restriction près que l’écriture runique n’était pas utilisée pour la notation de textes longs29. Deux inscriptions runiques notant des textes juridiques de la période païenne font néanmoins exception. Il s’agit de la pierre runique d’Oklunda (Ög N288, Suède) du début du xie s. et de l’anneau de porte de Forsa (Hs 7, Suède)30, qui date probablement de la fin du ixe s. Le premier texte constitue le premier témoignage écrit d’un texte juridique en Suède et se présente comme suit :

kunar : faþi runaʀ þisaʀ : insaflausakiʀ : sutiuiþita : insafl- [i]nruþþan : insabat uifin : þittafaþi

Gunnarr fáði runaʀ þessaʀ, en sá fló sakiʀ. Sótti vé þetta. En sá fl[ó] inn ryð þann. En sá batt. Véfinn þetta fáði.

Gunnarr a peint ces runes et il s’est enfui coupable. Il a cherché ce sanctuaire, et il s’est enfui dans cette clairière, et il a conclu un arrangement (?). Véfinnr a peint.

42Le second texte est plus long et fournit des indications précises sur la façon de réparer et d’expier certaines omissions :

uksa tuiskilan auk aura tua staf̯ at fursta̯ laki : uksa tua a͡uk aura fiura a͡t aþru laki : in at þriþia laki uksa fiura a͡uk aura a͡ta staf: auk alt aiku i uarʀ if an hafskaki r᷼it furiʀ : suaþ lirþiʀ aku at liuþriti sua uas int fur auk halkat: in þaʀ kirþu sik þita a͡nunr a tarstaþum : auk ufakʀ a hiurtstaþum : in uibjurn faþi:

Oxa tvisgildan ok aura tvá staf at fyrsta lagi, oxa tvá ok aura fjóra at ǫðru lagi, en at þriðja lagi oxa fjóra ok aura átta staf, ok allt eigu í verr, ef hann hafsk ekki rétt fyrir, svát ljóðir eigu at ljóðrétti, svá var innt fyrr ok helgat. En þeir gerðu sik(?) þetta, ǫnundr á Társtǫðum ok Ófeigr á Hjǫrtstǫðum. En Vébjǫrn fáði.

Un bœuf et deux onces [comme amende] pour la réparation d’une place de culte pour la première fois ; deux bœufs et quatre onces pour la deuxième fois ; et pour la troisième fois quatre bœufs et huit onces ; et toute sa propriété confisquée s’il ne le fait pas comme il faut. Tout cela on a le droit d’exiger selon la loi, qui a été établie avant. Et ils ont créé [le texte], Anund de Tåsta et Ofeg de Hjorsta. Et Vibjörn a gravé les runes.

43À plusieurs reprises, on observe la coexistence des deux systèmes d’écriture sur le même monument, comme par exemple sur la pierre tombale d’Ugglum (Vg 95, Suède), qui remonte au xiie siècle : il s’y trouve un texte semblable aussi bien en runes qu’en lettres latines, qui s’approchent par leur forme de la tradition manuscrite. La question de savoir si les différentes écritures s’adressaient à des publics différents ne peut pas être tranchée avec certitude : le texte runique est composé en vieux suédois, alors que le texte en alphabet latin répète le même contenu en latin et en vieux suédois.

  • 31 Voir l’édition des inscriptions latines de Bergen NIyR 6,1.

44Un nombre important de rúnakefli de Bergen (Norvège) sont en latin, et pourraient être attribués à la classe lettrée du clergé. Ils contiennnent de courts textes liturgiques, tels que le Pater Noster et l’Ave Maria, mais aussi des phrases des auteurs classiques qui étaient utilisées comme exercices d’écriture. Cela semble indiquer que l’on utilisait à cette époque pour la culture écrite runique des méthodes didactiques semblables à celles qui étaient appliquées dans les écoles latines31. En outre, les inscriptions runiques latines du Moyen Âge montrent qu’il n’y avait pas de rapport univoque entre écriture et langue et que les runes – de même que, du reste, en Angleterre anglo-saxonne – étaient également liées à la culture ecclésiastique.

La culture écrite en alphabet latin

Développement en Islande

  • 32 Sur ce point, voir Bauer à paraître en 2022.

45Alors que l’écriture runique n’a guère joué de rôle en Islande pendant l’époque viking et le Moyen Âge32, l’île est la région la plus importante du monde nordique en ce qui concerne la culture écrite en alphabet latin ; la majorité des écrits que l’on conserve de la période médiévale est en nordique occidental (et en particulier dans sa variante vieil-islandaise).

  • 33 Parmi les monastères les plus importants, on peut mentionner le monastère bénédictin de Þingeyrar ( (...)

46L’Islande a été colonisée entre 870 et 930 (landnámaǫld « âge de la colonisation »). La majorité des colons provenaient de Norvège, ce qui explique que le vieux-norrois occidental ait longtemps présenté une forme d’unité. Après une brève période de mission, le christianisme a été adopté en Islande en l’an 1000 par une décision de l’assemblée (alþingi), au cours d’un processus largement pacifique. Deux évêchés ont été établis peu après, d’abord celui de Skálholt au sud de l’île en 1056, puis celui de Hólar en 1106 dans le nord. Ils étaient d’abord affectés à l’archidiocèse de Hambourg-Brême, puis, à partir de 1106, à celui de Lund, et enfin (de 1152 à 1550), à l’archevêché de Niðaróss (Trondheim). Peu après, plusieurs monastères ont été fondés, qui pourraient être en large mesure responsables de la diffusion de la literacy33. Avec l’Église, l’écriture latine est arrivée sur l’île sous la forme de la minuscule caroline. Au vu de l’inventaire des signes et des événements historiques, l’écriture a probablement été importée par l’intermédiaire de l’Angleterre et de la Norvège.

47Si les runes offraient, au moins au début, une correspondance complète entre les graphèmes et les phonèmes présents en germanique, l’alphabet latin, quant à lui, a d’abord été perçu comme insuffisant pour refléter correctement les langues germaniques du Nord. De ce fait, il a eu besoin d’une adaptation, qui a consisté en l’abandon de certains signes et en l’addition de certains autres.

  • 34 Voir Hreinn Benediktsson (1972).

48Le Premier traité grammatical du milieu du xiie s. offre une description précise du système phonologique de l’islandais34. L’auteur anonyme, que l’on appelle par convention « le premier grammairien », démontre dans son texte qu’il possédait une connaissance approfondie de la tradition grammaticale latine et qu’il avait la capacité de proposer un modèle modifié pour sa propre langue. Il développe un système de notation soigneusement pensé, en ajoutant à l’alphabet les signes <þ, ę, y> sur le modèle du vieil-anglais. Voici ce qu’il écrit à ce sujet :

Enn þo rita enskir menn enskvna latinv stǫfvm ǫllvm þeim er rettræðir verða i enskvnni. en þar er þeir vinnaz æigi til þa hafa þeir við aðra stafi sva marga og þesskonar sem þarf en hina taka þeir or er æigi erv rett rædir í mali þeira. (édition, p. 208)

Et pourtant les Anglais écrivent l’anglais avec toutes les lettres latines qui sont correctement prononcées en anglais, mais, dans les cas où ces lettres ne suffisent pas, ils ajoutent d’autres lettres – du nombre et de la sorte nécessaires – ; et ils éliminent celles qui ne sont pas correctement prononcées dans leur langue.

  • 35 Cela est prouvé par le nom de cette lettre : de même que dans les sources vieil-anglaises, elle por (...)

49En tout, il parvient à un inventaire adéquat de signes de neuf voyelles (<a, ǫ, e, ę, i, o, ø, u, y>) et 14 consonnes (<b, c, d, f, g, h, l, m, n, p, r, s, t, þ>). En outre, le grammairien invente également un système pour distinguer les voyelles nasales des voyelles orales, ainsi que pour marquer la quantité des voyelles (ainsi, il marque la nasalité par un point au-dessus de la voyelle, et la longueur par un accent). Bien que la lettre <þ> pour noter la spirante dentale [θ] ait été manifestement empruntée à la série runique, ceci ne s’est pas fait directement, mais par l’intermédiaire de locuteurs du vieil-anglais, qui avaient introduit cette lettre déjà auparavant pour la transcription de leur propre langue35.

  • 36 Cette solution n’a pas été conservée longtemps : le deuxième grammairien anonyme remplaçait déjà ce (...)

50La valeur de ce bref traité réside entre autres dans le fait que son auteur nous offre un aperçu du processus de création et de son raisonnement, depuis l’adoption d’un modèle étranger, en passant par le tri et l’ajout de signes, jusqu’à la mise au point de solutions ad hoc afin de pouvoir représenter sa langue de la façon la plus claire possible. Ainsi, il conçoit le signe pour noter un e ouvert [æ:] ou [ε:] comme <ę>, de façon à pouvoir en exprimer les deux composants a et e aussi dans la forme graphique36 :

ę er ritinn með lykkju as, en með ǫllum vexti es, sem hann er af þeim tveim samfeldr, minnr opnum munni en a, en meirr en e. (édition p. 210)

Ę est écrit avec la boucle du a et avec la forme du e tout entière, car il est constitué de ces deux sons, [et se prononce] avec la bouche moins ouverte que a, mais plus ouverte que e.

  • 37 À propos du Deuxième traité grammatical, voir Raschellà (1982).

51Bien que son modèle n’ait pas été adopté sans réserve, le premier grammairien a posé les fondements permettant le développement d’une culture écrite en Islande. Au cours du dernier tiers du xiiie s. (1270-1300), un second auteur s’est intéressé une nouvelle fois à la phonologie du vieil-ilsandais et en a proposé une présentation de la phonétique un peu différente, dans laquelle la répartition des lettres ne suit aucun modèle établi37.

Développement en Scandinavie

52Dans le reste de la Scandinavie, la culture écrite en alphabet latin n’a joué qu’un rôle limité dans un premier temps. Les inscriptions runiques des centres de commerce norvégiens tels que Bergen, Trondheim et Tønsberg, qui ont encore fait l’objet de découvertes récentes, prouvent que l’écriture runique est demeurée un moyen de communication quotidien dans le milieu du commerce jusqu’au xive s.

  • 38 Jørgensen (2013 : 252).

53Parallèlement, l’alphabet latin était utilisé dans le milieu administatif pour la communication avec les souverains européens et le pape, ainsi que pour les documents officiels. On rassemble sous le concept de « diplôme » toutes les lettres, testaments, actes, contrats, etc., qui sont conservés dans leur version d’origine ou parfois par des copies38. Environ 20 000 documents de ce type de la Norvège médiévale nous sont parvenus, et on estime qu’un nombre important de documents ont été perdus. Les textes présentent des caractéristiques qui reflètent le fait que l’on se trouvait au début encore dans une phase de transition entre une culture orale et une culture écrite, comme le suggèrent les formules de salutation :

  • 39 Acte de Benedikt Brynjólfsson de 1394.

Ǫllum mǫnnum þeim sem þetta bref sjá eða heyra senda Jón Geirsson Þorfinnur Einarsosson ok Guðmundr Einarsson kveðjur guðs ok sína kunnigt gierandi at […].39

À tous les hommes qui voient ou écoutent cette lettre, Jón Geirsson, Þorfinnur Einarsosson et Guðmundr Einarsson envoient les salutations de Dieu et les leurs, et font savoir que…

  • 40 Cf. Bernobi (2020).

54La formule implique que les lettres n’étaient pas exclusivement destinées à être lues par leur seul destinataire, mais qu’elles étaient lues à haute voix et perçues par l’audition. Du reste, l’orthographe de certaines inscriptions runiques montre que le latin était très vraisemblablement appris aussi par transmission orale en dehors des écoles monastiques (la transcription orthophonique des prières latines, qui se trouve dans des graffitis runiques dans les églises, fournit des indications très claires à cet égard)40.

55Le Diplomatarium de Suède (Diplomatarium Suecanum) rassemble environ 20 000 documents, dont le contenu est le plus souvent juridique, et parmi lesquels environ 17 000 sont notés sur parchemin (il faut y ajouter 23 000 autres documents à propos desquels on possède des informations ou qui existent dans des copies). Ils datent de la période entre 1160 et 1540 ; jusqu’au milieu du xive s., toutes les lettres sont rédigées en latin. Pour les documents ecclésiastiques, le latin est demeuré la langue officielle pour l’ensemble du Moyen Âge41.

  • 42 Pour une vue d’ensemble sur la production manuscrite de cette période, voir Carlquist (2002).
  • 43 Rédigé entre 1340 et 1385, il a été composé sur le modèle de textes latins comme la Légende dorée d (...)

56En ce qui concerne les manuscrits suédois, la situation est similaire. Au cours de la période qui va de 1225 à 1375, seul un très petit nombre de manuscrits en langue vernaculaire nous est connu42. À quelques exceptions près, les 28 manuscrits que l’on conserve contiennent des textes à contenu juridique, alors que le latin était utilisé pour tous les autres genres au Moyen Âge. Le légendaire vieux-suédois constitue une exception (Fornsvenska Legendariet, Cod. Holm A 34)43 : on y trouve une collection des vies des saints et des souverains les plus importants. Les Eufemiavisorna, une adaptation des romans chevaleresques médiévaux de Chrétien de Troyes, sont également en suédois ; mais, à la différence des riddarasǫgur (sagas des chevaliers) islandaises, les visorna étaient traduites en vers. C’est probablement le même contexte qui a favorisé la composition d’un « miroir aux princes » vieux-suédois (Um styrilsi kununga och höfþinga), qui remonte probablement au xive s. Si on laisse de côté ces quelques exceptions, la production manuscrite de la période ancienne présente un caractère homogène et est révélatrice de la fonction principale occupée par la literacy pendant le Moyen Âge central et le Moyen Âge tardif.

  • 44 Cf. Diplomatarium Danicum = (http://dd.dsl.dk [consulté le 07/10/2020]).
  • 45 Sur ce point voir Frederiksen (2002).

57Pour le Danemark, les premiers documents remontent aux environs de 1135, mais ils restent assez peu nombreux jusqu’à la fin du xiiie s., et, hormis quelques exceptions isolées en danois moderne précoce, ils sont tous rédigés en latin44. En ce qui concerne le corpus des manuscrits médiévaux45, la plupart remontent au xive s. ; et ceux qui sont antérieurs à 1300 sont, comme les documents, tous rédigés en latin et contiennent des textes historiques et juridiques. Les manuscrits et les documents comprennent cependant de nombreux toponymes et anthroponymes danois, qui sont importants pour la connaissance du danois de cette période.

58Indépendamment de leur contenu spécifique, ces documents sont d’une valeur inestimable, parce qu’ils nous offrent un aperçu de la progression de la literacy dans le domaine nordique, en montrant le développement des langues vernaculaires comme langues écrites et en permettant une comparaison entre les différentes régions du monde nordique.

La Verschriftlichung ou mise par écrit

59Une fois l’alphabet latin adopté, il s’agissait d’effectuer la transition entre une tradition orale et le mode écrit (en allemand Verschriftlichung). Pour ce faire, il était nécessaire de disposer de modèles, ce qui était en lien avec la connaissance de la langue et de la culture latine. Une création ex nihilo n’est possible ni pour le passage à l’écrit (all. Verschriftung), ni pour la mise par écrit (Verschriftlichung). Dans le contexte du monde chrétien « globalisé » du Moyen Âge, des mythes, des légendes, des motifs littéraires et des modèles narratifs ont aussi atteint le monde nordique ; là, ils ont été intégrés à la culture nordique et progressivement modifiés et adaptés. Par conséquent, la littérature latine médiévale en particulier a constitué la source la plus importante d’inspiration pour la genèse des différents textes et genres littéraires. Non seulement nous savons que la classe dominante islandaise avait des contacts avec le continent et l’Angleterre, mais les textes eux-mêmes nous fournissent occasionnellement des indications concernant leurs sources et leurs modèles (l’auteur du Premier traité grammatical cite par exemple un vers latin des Dicta Catonis, l’auteur du Troisième traité grammatical nomme explicitement Donat et Priscien). Parmi les textes les plus anciennement attestés de la littérature norroise se trouvent d’innombrables traductions du latin, parmi lesquelles on peut mentionner les Dicta Catonis déjà cités, le Physiologus, l’Elucidarius et l’Imago mundi d’Honoré d’Autun. Bien qu’il n’y ait guère de manuscrits latins conservés en Islande, de telles traductions, ainsi que des allusions plus ou moins évidentes à des œuvres et des auteurs européens témoignent du fait que l’élite cultivée islandaise maîtrisait le latin et s’en est servi dans un premier temps pour développer un style et des genres propres en langue vernaculaire.

60À partir de ce point de départ, on a vu l’émergence d’une littérature pragmatique au service des puissants et de la nouvelle institution religieuse : des recueils de loi, des textes liturgiques et des écrits historiques semblent avoir constitué la première étape. Le premier texte vernaculaire fixé par écrit en Islande en alphabet latin pourrait être une compilation des lois de l’État libre, intitulée Hafliðaskrá, qui a probablement été mise par écrit au cours de l’hiver 1117-1118. Ari inn fróði (« l’érudit ») l’évoque dans son œuvre historiographique, l’Íslendingabók « livre des Islandais », dans laquelle il pose en même temps le mythe fondateur des Islandais. Cet ouvrage amorce la production littéraire dans la langue vernaculaire et est considéré comme le premier texte rédigé directement en vieil-islandais ; la performance d’Ari n’est pas amoindrie par le fait qu’aussi bien le titre liminaire « Schedæ Ara prests fróða » que les précisions de l’auteur à propos du contenu (« In hoc codice continentur capitula ») font référence à des modèles latins, sur lesquels il s’est de toute évidence appuyé. On a bien ici la preuve que la transition de l’oralité vers la culture écrite s’est produite par la « médiation » de la littérature latine.

61La Hafliðaskrá est perdue et l’Íslendingabók (qui date également de la première moitié du xiie siècle) n’est connue que par deux copies modernes du xviie siècle (AM 113 a fol, AM 113 b fol). Le Premier traité grammatical date lui aussi du xiie siècle ; cependant, l’original ne nous est pas parvenu, et il est conservé dans une compilation de contenu poétologique (le Codex Wormianus de l’Edda de Snorri, AM 242 fol) du xive siècle.

  • 46 Sur ce point, voir Haugen (2018 : 197-292, en particulier 223-250).
  • 47 Haugen (2018 : 226).
  • 48 Cela semble être le trait le plus marquant pour différencier le vieux islandais et le vieux norvégi (...)
  • 49 Haugen (2018 : 284-286).

62Un problème non négligeable pour l’étude des textes vieux-norrois de la phase la plus ancienne est le fait que les originaux des textes composés à date ancienne ont presque tous été perdus et que les textes ne sont conservés que dans des copies plus tardives. Du début de la culture écrite latine jusqu’à la réforme protestante (autour de 1550), il subsiste environ 750 manuscrits islandais en parchemin, dont les plus anciens ne comportent que quelques feuilles (l’ensemble des 14 manuscrits du xiie siècle et jusqu’aux environs de 1200 sont transmis sous une forme fragmentaire). La même chose vaut pour la Norvège, où tous les manuscrits des cent premières années sont perdus et où l’on ne conserve de fragments qu’à partir de 1150 environ ; les premiers manuscrits norvégiens conservés intégralement remontent au xiiie siècle et contiennent pour la plupart des compilations de lois, ou, plus rarement, de la littérature didactico-religieuse et des œuvres pseudo-historiques46. Comparé à l’abondance des textes transmis en vieil-islandais, le corpus vieux-norvégien, avec environ 40 manuscrits complets (pour la période jusqu’à 1350), est pourtant tout à fait maîtrisable47. Les manuscrits vieil-islandais se distinguent des manuscrits vieux-norvégiens principalement par l’orthographe, présente dès le Moyen Âge central, comme l’amuïssement de /h/ en début de mot devant /l/, /n/, /r/ (dans le Konungs skuggsjá v. norv. <lutir> pour v. isl. hlutir « choses » ou v. norv. <ross> pour v. isl. hross « cheval »)48. En outre, l’absence de -r au nominatif (v. isl. prestr vs. v. norv. prest « prêtre » ou v. isl. valr vs. v. norv. val « baleine ») et certaines assimilations dans les groupes consonantiques (comme /fn/ > /mn/)49 sont considérés comme des critères déterminants. Néanmoins, il faut signaler que la distinction n’est pas toujours claire, parce que les modèles provenaient parfois de l’étranger, ou parce que les copistes étaient des « étrangers », ce qui donne lieu à des graphies hybrides.

  • 50 Sur l’alphabétisation au Danemark, voir Poulsen (2010), et à propos du rôle des juristes comme médi (...)

63Comme remarqué plus haut, la production en Suède et au Danemark est encore plus modeste qu’en Norvège ; les études actuelles montrent que le degré d’alphabétisation dans ces régions était très inférieur à celui de l’Islande50.

  • 51 On doit une traduction des deux premières parties à François-Xavier Dillmann (2000 et 2021).
  • 52 Dans la Vǫluspá (strophe 64), il est question de la Jérusalem céleste Gimlé.

64Le xiiie siècle constitue un tournant aussi bien dans la production que dans la conservation des manuscrits islandais : le rapprochement de la culture orale autochtone et de modèles étrangers a servi de terreau à la constitution de nouveaux genres littéraires, qui sont sans équivalent en Europe. C’est pendant cette période que les mythes et les récits héroïques ont été fixés par écrit (dans le Codex Regius de l’Edda poétique, GkS 2365 4to) et que se sont constitués les grandes Sagas des Islandais et les Sagas des rois, telles que la Heimskringla de Snorri51. Dans tous ces types de textes, l’influence de la littérature européenne ou chrétienne est plus ou moins ouvertement visible52.

65Il ne s’agit pourtant pas là de textes « fermement établis », qui auraient été transmis pendant des siècles sans subir d’altérations ; cette conception du texte a été abandonnée par la New Philology depuis la fin du xxe siècle. De surcroît, les textes n’étaient pas, en règle générale, transcrits séparément. Des compilations (c’est-à-dire des manuscrits rassemblant plusieurs écrits parfois disparates, qui sont recueillis pour former une unité plus ou moins évidente) représentent le médium ordinaire de transmission des textes médiévaux, et c’est là le type principal de production de manuscrits en Islande au xive siècle (on conserve environ 100 compilations datant de ce siècle). Si l’on en croit une partie ancienne de la recherche, la phase créative de la littérature en vieux-norrois semble s’achever au plus tard au milieu du xive siècle ; par la suite commence une phase que l’on désigne sous le terme de postclassique. Depuis la perspective de la philologie ancienne, qui s’intéressait en priorité à la critique textuelle, le xive siècle était vu comme une période de déclin culturel et était jugé négativement, du moins au siècle dernier. Ce faisant, on a négligé le fait que la productivité et la créativité ne se sont pas éteintes, mais se sont seulement déplacées pour se focaliser sur de nouveaux domaines. Pour des raisons qui ne sont pas toujours apparentes pour le lecteur moderne, dans les compilations du Moyen Âge tardif, les textes ont été rassemblés et classés dans un ordre défini. De l’hypothèse selon laquelle la collecte pourrait ne pas avoir été le produit de choix purement arbitraires s’ensuit la prise de conscience que le classement encyclopédique et les principes gouvernant les choix des textes obéissaient à cette époque à des principes différents des nôtres (ce qui explique notre perplexité).

66De surcroît, il ne semble pas fondé de juger, comme on le faisait dans les travaux de recherche plus anciens, que la copie des textes correspondait à un acte purement mécanique, dépourvu de travail créatif personnel. Dans le cadre du genre majeur constitué par la compilation, le sens d’un écrit pouvait se trouver modifié, en acquérant une nouvelle fonction dépendante du contexte. Pour ce faire, les textes ont été profondément modifiés par les compilateurs, ce qui fait des copistes responsables des coauteurs. Tout cela conduit à la prise de conscience du fait que les textes médiévaux voient leur forme constamment modifiée, et que leur fonction doit continuellement être redéfinie en rapport avec leur contexte.

67Que l’on ne puisse pas lire les textes médiévaux en faisant abstraction de leur contexte se comprend de soi-même : la manière dont ils étaient reçus au Moyen Âge dépend de façon significative du rôle qu’ils remplissaient dans une compilation. En fonction du contexte et de leur fonction, ils étaient abrégés, développés, modifiés ou dotés d’un prologue. Comme ils n’ont que rarement été mis par écrit qu’une seule fois, la comparaison de plusieurs versions offre la possibilité – en tenant compte du contexte – de découvrir des niveaux de signification additionnels.

  • 53 Zumthor (1972). Le concept a été plus tard repris par Bernard Cerquiglini (Éloge de la variante, 19 (...)

68Même si un archétype pouvait être reconstruit, il resterait difficile de comprendre le « sens » du texte, son « ancrage dans le monde ». En effet, celui-ci, de même que la version du texte, change en fonction du cadre dans lequel le texte s’insère, le texte médiéval – bien que tout à fait conçu comme une entité indépendante – n’ayant en règle générale pas été reçu comme tel, mais toujours en lien avec d’autres écrits. Il s’agit là du concept de mouvance53 des textes médiévaux postulé par Paul Zumthor, par lequel ceux-ci ont été chaque fois adaptés à de nouveaux contextes.

69À présent, tous les systèmes sémiotiques – comme la mise en page, les enluminures, etc. – font l’objet d’une attention plus grande, et la matérialité du manuscrit joue également un rôle important. Cela signifie que l’étude de la culture écrite vieux-norroise est devenue plus complexe, et que, dans cette nouvelle perspective, le fait linguistique n’est plus que primus inter pares.

Islandais moderne : entre continuité et rupture

70En Islande, la seconde conversion au milieu du xvie siècle n’a pas conduit, en ce qui concerne la production des manuscrits, à une rupture drastique par rapport au passé. En comparaison avec les autres pays scandinaves et européens, le degré d’alphabétisation de la population islandaise était étonnamment élevé, et cette circonstance se reflète dans les innombrables manuscrits qui ont été produits jusqu’au xixe siècle malgré l’invention de l’imprimerie. Outre l’apparition d’une prose technique couvrant un large éventail de sujets, bien que de qualité modeste, et d’une littérature liturgique fondée principalement sur des modèles provenant de l’Allemagne luthérienne et du Danemark, des Sagas, des poèmes eddiques et des rímur (qui résultent d’un développement secondaire à partir de la poésie skaldique en vieux-norrois) ont continué à être transcrits à la main. Dans la plupart des cas, leur intérêt littéraire ou leur valeur pour l’établissement des textes sont limités ; mais ces écrits sont intéressants en ce qu’ils documentent le développement de la langue au début de l’époque moderne. Étant donné que la plupart des textes ne sont disponibles que sous forme manuscrite, et que leur qualité est plutôt modeste, les premières étapes du développement de l’islandais moderne sont mal connues de la plupart des spécialistes.

71Pendant cette période, il n’existait que deux écoles officielles en Islande, à savoir les écoles liées aux deux sièges épiscopaux de Hólar et de Skálholt, mais une grande partie de la population avait accès à un certain degré d’instruction. Il en résulte une difference entre la norme orthographique qui était enseignée dans les écoles et les transcriptions des demi-savants. Leurs nombreux écrits attestent un état de langue dans lequel, comme du reste dans les autres pays scandinaves, il n’existait pas de règles orthographiques strictes. Plus que les livres imprimés ou les écrits officiels, leurs manuscrits présentent des incohérences et des formes écrites divergentes. Les mots y sont souvent notés selon un principe orthophonique, en fonction de leur prononciation, ce qui permet de suivre les changements phonétiques.

  • 54 Kristján Arnason (1980 : 160): « […], we do not have to assume that the change from the Old Iceland (...)

72Si l’on considère les états de langue du vieil-islandais et de l’islandais moderne, on remarque que l’islandais n’a guère changé d’un point de vue morphologique au cours des siècles. Les plus grands changements se sont produits au niveau lexical, parce qu’il a fallu adapter le vocabulaire aux nouvelles réalités. Toutefois, la langue a continué à évoluer d’un point de vue phonétique : au cours de la transition entre le Moyen Âge et l’époque moderne, le vieil-islandais a traversé un certain nombre de changements linguistiques importants, qui se sont étalés sur une longue période et qui se sont probablement achevés aux environs de 153054. Ceux-ci ont principalement affecté le système vocalique, et ont consisté en abrègements, en allongements ou en changements de timbre ; le système consonantique a été touché de façon plus restreinte :

    • 55 Schulte (2005 : 1087). Voir aussi Kristján Árnason (2001 : 20 sq.).

    Diphtongaison et dissimilation de la voyelle e. Dans les manuscrits médiévaux, la monophtongue est notée <é>, mais les voyelles longues ouvertes subissent une diphtongaison. Le résultat était par exemple une diphtongue à second élément ouvert (/e:/ > [iɛ]/[jɛ])55, notée <ie> ou <je> dans les manuscrits de l’époque moderne. À la fin du xixe siècle, cependant, il a été décidé de noter à nouveau cette diphtongue <é>, selon l’orthographe (étymologique) du vieux-norrois.

  1. Diphtongaison de e dans certains environnements phonétiques, par ex. devant /ng/ (v.norr. engi > isl. moderne naissant eingi), à partir du xive siècle. Tout en conservant la prononciation ([ɛiŋk] et [ɛiŋ̊k]), l’islandais moderne a réintroduit l’ancienne orthographe <eng>, <enk>.

  2. En ce qui concerne les autres phénomènes de diphtongaison, on ne relève que de rares exemples de digrammes rendant /au/, /ou/ et /ai/, qui sont le plus souvent écrits <á>, <ó>, <æ>.

  3. Dans le système consonantique, seuls quelques changements se sont produits, comme la dissimilation nordique occidentale (/l:/ et /rl/ > [dl], de même que /n:/ et /rn/ > [dn], qui sont occasionnellement reflétés dans les manuscrits, comme <fordnu> pour fornu « ancien » ou <Padl> pour Páll comme anthroponyme).

73Cependant, tous ces changements ne sont pas visibles dans la graphie de l’islandais moderne, de sorte que l’on pourrait en tirer l’idée fausse que la langue n’a pas évolué du tout et qu’il existe une continuité directe de la colonisation à nos jours. Bien au contraire, la situation de l’islandais moderne découle d’une décision consciente, qui a été prise au xixe siècle au cours du combat politique pour l’indépendance. C’est dans ce cadre que la notation orthophonique de la langue, qui était usuelle à l’époque moderne, a été abandonnée en faveur de l’orthographe étymologique conservatrice du vieil-islandais. En conséquence, il en résulte aujourd’hui une différence entre le mot parlé et le mot écrit.

74Le développement des langues nordiques, du début de leur notation par l’écriture runique au iie siècle de notre ère jusqu’à leur transmission dans des manuscrits médiévaux, a été marqué de façon déterminante par des réalités socio-historiques et culturelles, qui sont responsables de certaines de leurs évolutions. Parmi celles-ci, on peut mentionner par exemple le caractère archaïque de l’islandais, qui est dû, entre autres, à la fixation de la langue écrite par la traduction précoce de la Bible au xvie siècle, ou la simplification morphologique des autres langues scandinaves sous l’influence du moyen-bas-allemand, etc. Des aspects extralinguistiques ont joué un rôle décisif dans ces processus ; c’est pourquoi on ne devrait pas considérer ces langues en dehors de leur contexte socio-historique. Ce n’est qu’ainsi que l’on peut pleinement comprendre leur histoire et leur fonction.

Haut de page

Bibliographie

Baetke, Walter, 1943. « Die Aufnahme des Christentums durch die Germanen ». Welt als Geschichte, 9, p. 143-166.

Bandle, Oskar et al. (éd.), 2002. The Nordic Languages. An International Handbook of the History of the North Germanic Languages (Handbücher zur Sprach- und Kommunikationswissenschaft 22.1-2). Berlin / New York.

Barnes, Michael, 1987. « The Origins of the Younger fuþark – A Reappraisal », Runor ock runinskrifter: Föredrag vid Riksantikvarieämbetets och Vitterhetsakademiens symposium 8.-11. september 1985. Stockholm, p. 29-44.

Barnes, Michael P., 1998. The Norn Language of Orkney and Shetland. Lerwick.

Bauer, Alessia, 2003. Runengedichte. Texte, Untersuchungen und Kommentare zur gesamten Überlieferung (SMS 9). Vienne.

Bauer, Alessia, 2016. « Orthophonic Spelling: Providing a Different Kind of “Perfect Fit ». Paola Cotticelli-Kurras & Alfredo Rizza (éd). Variation within and among Writing Systems (LautSchriftSprache 1). Wiesbaden, p. 13-23.

Bauer, Alessia, 2017. « Graphem-Phonem-Korrespondenz im jüngeren fuþark: Sonderfall Runenprovinz Gotland ». Gaby Waxenberger, Hans Sauer & Kerstin Kazzazi (éd.). Von den Hieroglyphen zur Internetsprache: Das Verhältnis von Laut, Schrift und Sprache (LautSchriftSprache 2). Wiesbaden, p. 157-177.

Bauer, Alessia, 2019. « Cultural colonialism as a result of commercial activities: the linguistic perspective ». Natascha Mehler, Mark Gardiner & Endre Elvestad (éd.). German Trade in the North Atlantic c. 1400–1700. Interdisciplinary Perspectives (AmS-Skrifter 27). Stavanger, p. 163-174.

Bauer, Alessia, 2022. « Runen auf Island in epigraphischen und literarischen Quellen: ein und dieselbe Tradition? ». Andreas Hammer, Wilhelm Heizmann & Norbert Kössinger (éd.). Magie und Literatur. Zur erzählkulturellen Funktionalisierung magischer Praktiken in Mittelalter und Früher Neuzeit (Philologische Studien und Quellen), Berlin.

Bauer, Alessia & Heizmann, Wilhelm (sous presse, 2022). Runica manuscripta: Die nordische Tradition (E-RGA: Subreihe: Runische Schriftlichkeit in den germanischen Sprachen), Berlin /Boston.

Bauer, Alessia, Kleivane, Elise & Spurkland, Terje (éd.), 2018. Epigraphy in an intermedial context. Dublin.

Beck, Heinrich, 2003. « Zum Problem der 13. Rune () ». Wilhelm Heizmann & Astrid van Nahl (éd.). Runica – Germanica – Mediaevalia (E-RGA 37), Berlin / New York, p. 77-83.

Bernobi, Giacomo, 2020. Extemporierte Schriftlichkeit: Runische Graffiti (Münchner Nordistische Studien 38). Munich.

Braunmüller, Kurt, 1995. « Formen des Sprachkontakts und der Mehrsprachigkeit zur Hansezeit ». Kurt Braunmüller (éd.). Niederdeutsch und die skandinavischen Sprachen II. Heidelberg, p. 9-33.

Carlquist, Jonas, 2002. « The history of Old Nordic manuscripts III: Old Swedish ». Oskar Bandle et al. (éd.). The Nordic Languages. An International Handbook of the History of the North Germanic Languages (Handbücher zur Sprach- und Kommunikationswissenschaft 22.1-2), Berlin / New York, p. 808-816.

Cerquiglini, Bernard, 1989. Éloge de la variante. Paris.

Derolez, René, 1954. Runica manuscripta: the English Tradition (Rijksuniversitetet te Gent. Werken uitgegeven door de Faculteit van den Wijsbegeerte en Letteren). Bruges.

Derolez, René, 1998. The Origin of the Runes: An Alternative Approach (Academia Analecta. Klasse der Letteren 60, 1). Bruxelles.

Diercks, Willy & Braunmüller, Kurt, 1993. « Entwicklung des niederdeutsch-skandinavischen Sprachkontakts ». Kurt Braunmüller & Willy Diercks (éd.). Niederdeutsch und die skandinavischen Sprachen I. Heidelberg, p. 9-40.

Dillmann, François-Xavier, 2000. Histoire des rois de Norvège (Heimskringla) par Snorri Sturluson. Première partie : Des origines mythiques de la dynastie à la bataille de Svold. Traduit du vieil islandais, introduit et annoté. Paris.

Dillmann, François-Xavier, 2021. Heimskringla (Histoire des rois de Norvège) par Snorri Sturluson. Deuxième partie : l’Óláfs saga konungs ins helga (Histoire du roi Olaf le Saint). Traduit du vieil islandais, introduit et annoté. Paris.

Diplomatarium Danicum = (http://dd.dsl.dk [consulté le 07/10/2020]).

Diplomatarium Norwegicum = (http://www.dokpro.uio.no/dipl_norv/diplom_felt.html [consulté le 07/10/2020]).

Diplomatarium Suecanum = (http://www.ra.se/ra/diplomat.html [consulté le 07/10/2020]).

DR = Jakobsen, Lis & Moltke, Erik (éd.), 1941-1942. Danmarks Runeindskrifter. 2 vol., Copenhague.

Düwel, Klaus, Nedoma, Robert & Oehrl, Sigmund, 2020. Die südgermanischen Runeninschriften (E-RGA 119). Berlin / Boston.

Frederiksen, Britta Olrik, 2002. « The history of Old Nordic manuscripts IV: Old Danish ». Oskar Bandle et al. (éd.). The Nordic Languages. An International Handbook of the History of the North Germanic Languages (Handbücher zur Sprach- und Kommunikationswissenschaft 22.1-2), Berlin / New York, p. 816-824.

Graf, Martin H., 2010. Paraschriftliche Zeichen in südgermanischen Runeninschriften. Studien zur Schriftkultur des kontinentalgermanischen Runenhorizonts (Medienwandel – Medienwechsel – Medienwissen. Historische Perspektiven 12). Zurich.

Graf, Martin H. & Waldispühl, Michelle, 2013. « Neues zu den Runeninschriften von Eichstetten, Schwangau, Steindorf und Neudingen-Baar II ». Amsterdamer Beiträge zur älteren Germanistik, 70, p. 41-63.

Gschwantler, Otto, 1967. « Bekehrung und Bekehrungsgeschichte ». Heinrich Beck et al. (éd.). Reallexikon der Germanischen Altertumskunde. 2e éd. entièrement révisée, Berlin / New York, p. 175-205.

Haugen, Odd Einar, 2018. « Høgmellomalderen (1050-1350) ». Agnete Nesse (éd.). Norsk språkhistorie 4: Tidslinjer. Oslo, p. 197-292.

Hreinn Benediktsson (éd.), 1972. The First Grammatical Treatise (University of Iceland, Publications in Linguistics 1). Reykjavik.

Jørsensen, Jon Gunnar, 2013. « Diplomer, lover, jordebøker ». Odd Einar Haugen (éd.). Handbok in norrøn filologi, andre utgåve. Bergen.

Kaiser, Livia (sous presse). The Pre-Frisian and Pre-Old English Runic Inscriptions: Two Corpora or One? The Frisian Question (E-RGA, Subreihe: Runische Schriftlichkeit in den germanischen Sprachen). Berlin / Boston.

Källström, Magnus, 2010. « Forsaringen tillhör 900-tallet ». Fornvännen, 105, p. 228-232.

KJ = Krause, Wolfgang & Jankuhn, Herbert, 1966. Die Runeninschriften im älteren Futhark (Abhandlungen der Akademie der Wissenschaften in Göttingen – philologisch-historische Klasse 65). Göttingen.

Kjartan Oddsson, 2002. « Old Nordic: A definition and delimitation of the period ». Oskar Bandle et al. (éd.). The Nordic Languages. An International Handbook of the History of the North Germanic Languages (Handbücher zur Sprach- und Kommunikationswissenschaft 22.1-2). Berlin / New York, p. 787-793.

Larson, Inger, 2010. « The Role of the Swedish Lawman in the Spread of Lay Literacy ». Slávica Rankovic (éd.). Along the oral-written continuum: types of texts relations and their implications (Utrecht studies in medieval literacy 20). Turnhout, p. 411-427.

Liestøl, Aslak, 1978-1981. « The Viking Runes: the Transition from the Older to the Younger Fuþark ». Saga-Book, 20, p. 247-266.

Nedoma, Robert, 2018. « Der Beginn volkssprachlicher Schriftlichkeit im alten Skandinavien. Eine Skizze ». Norbert Kössinger et al. (éd.). Anfangsgeschichten / Origin Stories (Mittelalterstudien des Instituts zur Interdisziplinären Erforschung des Mittelalters und seines Nachwirkens 31). Paderborn, p. 275-301.

Nesse, Agnete & Torp Arne, 2018. « Dansketiden (1536–1814) ». Agnete Nesse (éd.). Norsk språkhistorie 4: Tidslinjer. Oslo, p. 357-424.

Nielsen, Hans Frede, 1989. The Germanic Languages. Origins and Early Dialectal Interrelations. Tuscaloosa.

Nielsen, Hans Frede, 1998. « The Linguistic Status of the Early Runic Inscriptions of Scandinavia ». Klaus Düwel (éd.). Runeninschriften als Quellen interdisziplinärer Forschung (E-RGA 15). Berlin / New York.

Nielsen, Hans Frede, 2010. « The Early Runic Language of Scandinavia: Proto-Norse or North-West Germanic? ». John Ole Askedal (éd.). Zentrale Probleme bei der Erforschung der älteren Runen: Akten einer internationalen Tagung an der Norwegischen Akademie der Wissenschaften. Francfort-sur-le-Main, p. 95-114.

NIyR = Liestøl, Aslak (éd.), 1991. Norges Innskrifter med de yngre Runer 6,1: Bryggen i Bergen. Oslo.

Ög = Brate, Erik, 1911-1918. Östergötlands Runinskrifter (Sveriges Runinskrifter 2). Stockholm.

Parsons, David N., 1999. Recasting the runes: the reform of the Anglo-Saxon Futhorc (Runrön 14). Uppsala.

Poulsen, Bjørn, 2010. « Using the Written Word in a Late Medieval Society ». Slávica Rankovic (éd.). Along the oral-written continuum: types of texts relations and their implications (Utrecht studies in medieval literacy 20). Turnhout, p. 429-448.

Raschellà, Fabrizio D. (éd.), 1982. The So-Called Second Grammatical Treatise. Florence.

Samson, Vincent (sous presse). « D’Øverby à Kragehul. Remarques sur le proto-nordique erilar ». Jan A. van Nahl & Wilhelm Heizmann (éd.). Gedenkschrift Heinrich Beck (1929–2019) (E-RGA). Berlin / New York.

Schulte, Michael, 2002. « The various Old Nordic dialects, their system and their typology: A general survey of the classical Old Nordic of the High Middle Ages ». Oskar Bandle et al. (éd.). The Nordic Languages. An International Handbook of the History of the North Germanic Languages (Handbücher zur Sprach- und Kommunikationswissenschaft 22.1-2), Berlin / New York, p. 871-882.

Schulte, Michael, 2006. « The transformation of the older fuþark. Number magic, runographic or linguistic principles? ». Arkiv för Nordisk filologi, 121, p. 41-74.

Schulte, Michael, 2009. « Neue Überlegungen zum Aufkommen des jüngeren fuþarks ». Beiträge zur Geschichte der deutschen Sprache und Literatur, 131/2, p. 229-251.

Schulte, Michael, 2009 [2010]. « Den yngre nordiske fuþarken. Dens forutsetninger og kontekstualisering i skriftkulturen ». Íslenskt mál og allmenn málfræði, 31, p. 67-87.

Schulte, Michael, 2011. « The Rise of the Younger fuþark. The Invisible Hand of Change ». NOWELE, 60/61, p. 45-68.

Schulte, Michael, 2018a. Urnordisch: Eine Einführung (Wiener Studien zur Skandinavistik 26). Vienne.

Schulte, Michael, 2018b. « Den eldste tiden (-700) ». Agnete Nesse (éd.). Norsk språkhistorie 4: Tidslinjer. Oslo, p. 51-117.

Schulte, Michael, 2018c. « Vikingtiden (700-1050) ». Agnete Nesse (éd.). Norsk språkhistorie 4: Tidslinjer. Oslo, p. 119-196.

Schmidt, Christoph G., Nedoma, Robert & Düwel, Klaus, 2010/2011. « Die Runeninschrift auf dem Kamm von Frienstedt, Stadt Erfurt ». Die Sprache, 49.2, p. 123-186.

Særheim, Inge, 2019. « Low German influence on the Scandinavian languages in late medieval times – some comments on loan words, word-forming, syntactic structures and names ». Natascha Mehler, Mark Gardiner & Endre Elvestad (éd.). German Trade in the North Atlantic c. 1400–1700. Interdisciplinary Perspectives (AmS-Skrifter 27). Stavanger, p. 153-161.

Vennemann, Theo, 2015. « Origins of runic writing: A comparison of theories ». Robert Mailhammer, Theo Vennemann & Birgit Anette Olsen (éd.). The Linguistic Roots of Europe (Copenhagen Studies in Indo-European 6). Copenhague, p. 291-337.

Vg = Jungner, Hugo & Svärdström, Elisabeth, 1958-1970. Västergötlands Runinskrifter (Sveriges Runinskrifter 5). Stockholm, 1940, et Uppsala, 1958-1970.

Waldispühl, Michelle, 2018. Schreibpraktiken und Schriftwissen in südgermanischen Runeninschriften. Zur Funktionalität epigraphischer Schriftverwendung (Medienwandel – Medienwechsel – Medienwissen 26). Zurich.

Waxenberger, Gaby, 2017a. « How “English” is the Early Frisian Runic Corpus? The Evidence of Sounds and Forms ». John Hines & Noortje IJssennagger (éd.). Frisians and their North Sea Neighbours, From the Fifth Century to the Viking Age. Woodbridge, p. 93-124.

Waxenberger, Gaby, 2017b. « The Name of the Rune æsc: The Transformation of the Common Germanic Rune *ansuz to Pre-OE Rune æsc ». Jana Krüger et al. (éd.). Die Faszination des Verborgenen und seine Entschlüsselung – Rāði sār kunni, Beiträge zur Runologie, skandinavistischen Mediävistik und germanischen Sprachwissenschaft (E-RGA 101). Berlin / Boston, p. 363-377.

Waxenberger, Gaby, 2017c. « The Development of the Old English Rune Row ». Gaby Waxenberger, Hans Sauer & Kerstin Kazzazi (éd.). From Hieroglyphs to Netspeak: on the Relation of Script and Sound (LautSchriftSprache 2). Wiesbaden, p. 209-247.

Waxenberger, Gaby, 2019. « Absolute Chronology of Early Sound Changes Reflected in Pre-OE Runic Inscriptions ». NOWELE, 72, p. 60-77.

Waxenberger, Gaby, 2021. « The Runes c cēn and g g(i)efu and their Velar Counterparts in the OE fuþorc and Pre-fuþorc ». Alessia Bauer, Gaby Waxenberger (éd.). Wege zur Konfiguration der Zeichen-Phonem-Beziehung (LautSchriftSprache 3). Wiesbaden, p. 185-204.

Zumthor, Paul, 1972. Essai de poétique médiévale. Paris.

Haut de page

Annexe

Abréviations

AM = [collection de manuscrits] Árni Magnússon, Copenhague/Reykjavík

germ. = germanique

isl.mod. = islandais moderne

isl.mod.n. = islandais moderne naissant (früh nisl.)

m. = masculin

nom. = nominatif

sg. = singulier

proto-nord. = proto-nordique

proto-nord.tard. = proto-nordique tardif

proto-v.h.all. = proto-vieux-haut-allemand

v.angl. = vieil-anglais

v.h.all. = vieux-haut-allemand

v.isl. = vieil-islandais

v.norr. = vieux-norrois

v.norv. = vieux-norvégien

Haut de page

Notes

2 Pour un aperçu dans une perspective synchronique et diachronique, voir Bandle (2002).

3 Barnes (1998 : 1) définit le norne comme « the distinctive form of Scandinavian speech that developed in the Northern Isles ». Cette variante linguistique, introduite sur les îles à l’époque viking, a constitué pendant des siècles la principale langue dans cette région ; cependant, elle a été remplacée progressivement par l’écossais à partir du xvsiècle, puis par l’anglais standard.

4 Pour le Nord, les sagas islandaises en vieux-norrois – des récits fictifs sur la vie des Islandais des xe et xie siècles – décrivent comment les lois du pays étaient récitées oralement dans des assemblées publiques (vieux-norrois þing). La poésie eddique allitérative montre que des mythes et des légendes héroïques ont été transmis de façon rythmique à l’aide de mètres fixes pendant des siècles. Des généalogies, qui devaient consigner l’histoire d’une tribu ou d’une région, étaient aussi apprises par cœur.

5 Cette thèse a cependant trouvé peu de soutien jusqu’à présent.

6 La quantité des voyelles n’est pas différenciée, de sorte que, sur ce point, il n’y a pas de correspondance phonème-graphème parfaite. En outre, la valeur (vocalique) de la treizième rune (⥍) ne peut pas être précisée plus avant : elle n’est guère employée en dehors des inscriptions en fuþark (sur ce point, voir Beck 2003).

7 Les signes runiques n’ont pas exclusivement une valeur phonétique, mais ils peuvent également s’employer de façon idéographique pour renvoyer à leur nom ; dans les états de langue les plus anciens, ces noms ne sont pas attestés et sont reconstruits à partir des listes médiévales dans les manuscrits que l’on désigne sous le nom Runica manuscripta (sur ce point, voir Derolez 1954, Bauer 2003, Bauer & Heizmann sous presse).

8 Parmi les plus anciennes attestations de ce groupe, on peut mentionner deux inscriptions suédoises sur la pierre de Järsberg (Värmland) de la première moitié du vie siècle : ek e͡rilaz runoʀ waritu, ek erilaʀ rūnōʀ warītu, « Moi, l’erilaʀ, j’ai gravé les runes ». Sur la question du statut de l’erilar comme un membre de la classe supérieure ayant des fonctions religieuses et / ou militaires, on renvoie à la contribution récente de Vincent Samson (sous presse). La présentation des inscriptions runiques distingue entre la restitution des runes au moyen de lettres latines (appelé translittération, en caractères gras) et l’établissement d’un texte grammaticalement correct (appelé transcription, en italiques).

9 Pour leur interprétation, voir les éditions KJ et DR.

10 Le phénomène peut être le mieux étudié là où le contexte de découverte est connu, par exemple dans les tombes runiques d’Allemagne du Sud, qui appartenaient toutes à la classe moyenne supérieure ou à la classe supérieure (classes B et C de la classification de Christlein). Voir sur ce point Graf (2010), Waldispühl (2013), Graf & Waldispühl (2013). Nedoma (2018 : 278) parle d’une valeur ajoutée conférée aux possessions par l’écriture, qui touche des aspects extralinguistiques. Une nouvelle édition des inscriptions runiques germaniques du Sud par Düwel, Nedoma et Oehrl est parue fin 2020.

11 Voir sur ce point Bauer, Kleivane & Spurkland (éd., 2018).

12 Nielsen (1998: 551) : « Old English (Old Frisian, Old Saxon) exhibits striking parallels with early runic, parallels which to a large extent are shared also by Old Norse, but not by Old High German. »

13 Le fait que les consonnes nasales ne soient pas notées tient à « l’orthographe runique », qui tolérait l’omission occasionnelle des nasales devant consonne homorgane. En considérant cette norme orthographique, on ajoute la nasale dans la transcription (kamba). Pour une discussion de cette découverte, voir entre autres Schmidt, Nedoma & Düwel (2010/2011).

14 Le terme allemand Urnordisch (angl. Proto-Nordic, fr. proto-nordique) ne désigne pas une langue purement reconstruite, mais l’état de langue qui est attesté par la majorité des inscriptions runiques en fuþark ancien (cf. Schulte 2018a : 13).

15 La forme du vieux-haut-allemand kamb montre que la voyelle thématique ne s’est amuïe qu’après la perte de la désinence à proprement parler.

16 Une édition des inscriptions anglo-frisonnes par Livia Kaiser est sous presse (thèse de doctorat de 2018 à l’université de Munich) ; dans son étude Kaiser remet en question l’existence d’un corpus proprement frison et préfère considérer ce groupe modeste de 24 inscriptions comme un patrimoine commun de la région de la mer du Nord.

17 Pour ce sous-chapitre, je suis très redevable aux recherches de Gaby Waxenberger (2017a-c et 2019).

18 Cf. Waxenberger (2021).

19 Sur ce point, voir Schulte (2018a et 2018b).

20 Comme par exemple l’Umlaut palatal (parfois appelé i-Umlaut) dans proto-nordique gastiʀ > v.norr. gestr « hôte », l’Umlaut labial (aussi u-Umlaut) dans proto-nordique *landu > v.isl. lǫnd ou l’a-Umlaut dans germ. *hurnan > proto-nord. horna, ainsi que la fracture proto-nord. *heru > v.isl. hjǫr (« épée »). Pour une description détaillée du processus phonétique, voir Schulte (2018a).

21 Voir en dernier lieu Imer (2015 : 313).

22 Sur la perte et le rétablissement du « perfect fit », voir entre autres Bauer (2017) à propos d’une étude de cas sur les inscriptions runiques de Gotland.

23 Si l’on acceptait cette explication, elle serait à mes yeux valide uniquement pour la réduction du nombre de signes, mais non pour leur simplification graphique et tout aussi peu pour le déplacement de la rune *algiz (ᛉ > ᛣ) à la fin de la série de runes (fuþąrkhniastbmlʀ).

24 Cf. Schulte (2002 : 873-874).

25 On trouve cette appellation entre autres chez les érudits islandais et chez le skalde Snorri Sturluson (1179-1241) dans le prologue de sa Heimskringla. Les termes modernes all. Altnordisch, angl. Old Norse et fr. vieux-norrois sont problématiques, parce qu’ils sont trop généraux et ne reflètent pas convenablement la différence entre le vieux-norrois oriental et le vieux-norrois occidental. Pour une discussion voir Kjartan Oddsson (2002 : 787-792).

26 Cf. Diercks & Braunmüller (1993) ; Braunmüller (1995) ; Særheim (2019). Au sujet de l’influence du bas-allemand sur les langues nordiques dans une perspective socio-historique, voir en outre Bauer (2019).

27 L’absence d’une langue écrite normée a conduit en Norvège à l’adoption du danois comme langue écrite officielle, et, de ce fait, à faire du norvégien une variante du danois ; la période entre la Réforme protestante et les luttes pour l’indépendance (1536-1814) est aussi désignée sous le nom de Dansketiden « la période danoise » (voir Nesse & Torp 2018, en particulier p. 357-390).

28 On trouve une présentation détaillée du processus de christianisation dans le Nord chez Gschwantler (1976 : 93-204) ; déjà en 1943, Baetke avait établi une distinction entre l’acte de conversion officiel, qui était motivé par un calcul politique, et l’acceptation personnelle de la foi.

29 Il s’agit ici principalement des innombrables bâtonnets runiques (v.norr. rúnakefli) du Moyen Âge, qui ont constitué un support courant pour les communications à caractère privé dans l’ensemble du monde scandinave, et en particulier en Norvège.

30 Cf. Källström (2010).

31 Voir l’édition des inscriptions latines de Bergen NIyR 6,1.

32 Sur ce point, voir Bauer à paraître en 2022.

33 Parmi les monastères les plus importants, on peut mentionner le monastère bénédictin de Þingeyrar (fondé en 1112). L’appartenance des moines et des nonnes aux ordres bénédictins et augustins est probablement responsable du développement rapide de la culture écrite en Islande.

34 Voir Hreinn Benediktsson (1972).

35 Cela est prouvé par le nom de cette lettre : de même que dans les sources vieil-anglaises, elle porte le nom de þorn, alors que la rune correspondante est exclusivement désignée par þurs dans le monde nordique. Cf. p. 242 de l’édition : « Staf þann er flestir menn kalla þorn, þann kalla ek af því helldr the […] » (« La lettre que la plupart nomment þorn, je préfère la nommer the, parce que... »).

36 Cette solution n’a pas été conservée longtemps : le deuxième grammairien anonyme remplaçait déjà ce signe par la ligature <æ>, qui est encore utilisée en islandais moderne.

37 À propos du Deuxième traité grammatical, voir Raschellà (1982).

38 Jørgensen (2013 : 252).

39 Acte de Benedikt Brynjólfsson de 1394.

40 Cf. Bernobi (2020).

41 Tous les textes sont maintenant en ligne : (http://www.ra.se/ra/diplomat.html [consulté le 07/10/2020]).

42 Pour une vue d’ensemble sur la production manuscrite de cette période, voir Carlquist (2002).

43 Rédigé entre 1340 et 1385, il a été composé sur le modèle de textes latins comme la Légende dorée de Jacques de Voragine et est conservé dans trois manuscrits postérieurs à sa composition.

44 Cf. Diplomatarium Danicum = (http://dd.dsl.dk [consulté le 07/10/2020]).

45 Sur ce point voir Frederiksen (2002).

46 Sur ce point, voir Haugen (2018 : 197-292, en particulier 223-250).

47 Haugen (2018 : 226).

48 Cela semble être le trait le plus marquant pour différencier le vieux islandais et le vieux norvégien au Moyen Âge central (cf. Haugen 2018 : 282).

49 Haugen (2018 : 284-286).

50 Sur l’alphabétisation au Danemark, voir Poulsen (2010), et à propos du rôle des juristes comme médiateurs de literacy en Suède, voir Larson (2010).

51 On doit une traduction des deux premières parties à François-Xavier Dillmann (2000 et 2021).

52 Dans la Vǫluspá (strophe 64), il est question de la Jérusalem céleste Gimlé.

53 Zumthor (1972). Le concept a été plus tard repris par Bernard Cerquiglini (Éloge de la variante, 1989).

54 Kristján Arnason (1980 : 160): « […], we do not have to assume that the change from the Old Icelandic to the Modern Icelandic structure took place in one great leap. There was probably a long period of instability. […] It is, furthermore, quite likely that the change progressed at different speeds in different geographical areas. It seems natural for a change like this to progress gradually, since it did not lead to any clashes in the system. »

55 Schulte (2005 : 1087). Voir aussi Kristján Árnason (2001 : 20 sq.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alessia Bauer, « Formes de la culture écrite en germanique du Nord »Revue germanique internationale, 34 | 2021, 35-62.

Référence électronique

Alessia Bauer, « Formes de la culture écrite en germanique du Nord »Revue germanique internationale [En ligne], 34 | 2021, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2784 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2784

Haut de page

Auteur

Alessia Bauer

Directrice d’études en études scandinaves à l’École pratique des hautes études (Paris)

Haut de page

Traducteur

Audrey Mathys

Chercheuse au FRS-FNRS (Fonds de la recherche scientifique, anciennement Fonds national de la recherche scientifique), rattachée à l’Université libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search