Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35Wilhelm Wundt et la phase de form...

Wilhelm Wundt et la phase de formation de l’ethnologie de langue allemande. Une critique de la « psychologie des peuples »

Hans Peter Hahn
p. 171-184

Résumés

À son époque, Wilhelm Wundt était un pionnier scientifique des deux disciplines, l’ethnologie et la psychologie. En dépit de l’innovation méthodologique manifestée par son « laboratoire psychologique » de Leipzig, son concept de « psychologie des peuples » contenait des éléments d’une conception beaucoup plus ancienne de la « culture », déjà reconnue comme fausse par les chercheurs contemporains, notamment en ethnologie. Bien que les recherches de Wundt aient fait l’objet d’une grande attention en son temps, il n’a pas réussi à surmonter les hypothèses implicites, mais hautement problématiques, d’un lien entre la physis et la psyché dans son concept de « psychologie des peuples ». En négligeant la nécessaire purification du concept de « culture » qui avait déjà été achevé par des contemporains, il a ouvert son concept à des notions racistes qui prétendaient qu’il y ait une interdépendance entre la pensée et le caractère avec les caractéristiques biologiques. Ces lacunes conceptuelles expliquent pourquoi l’idée d’une « psychologie des peuples » n’a jamais été reprise par l’anthropologie sociale moderne après sa mort. La « psychologie des peuples » est comprise dans cette contribution comme un travelling concept dont les débuts remontent au xviiie siècle et qui a été utilisé jusqu’à aujourd’hui avec des définitions modifiées à plusieurs reprises, à partir des années 1920 toutefois de plus en plus avec des connotations racistes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Wilhelm Wundt, Grundzüge der physiologischen Psychologie, 5e éd., Leipzig, Engelmann, 1902, p. 5.

Là où la méthode expérimentale échoue, d’autres moyens objectifs sont disponibles pour servir la psychologie. Ces moyens résident dans les productions de la totalité de la vie intellectuelle qui renvoient à des motifs psychiques particuliers. En font partie principalement la langue, le mythe et les mœurs. Dans la mesure où ils ne dépendent pas seulement de conditions historiques mais aussi de lois psychiques universelles ils constituent l’objet de la psychologie des peuples1.

  • 2 Tony Becher, Academic Tribes and Territories. Intellectual Enquiry and the Cultures of Disciplines, (...)
  • 3 Jean Boutier, J.-C. Passeron et J. Revel (dir.), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris, Éditions de (...)

1Les disciplines scientifiques sont fondamentalement en concurrence avec d’autres disciplines similaires du point de vue des contenus et des méthodes. Elles sont toujours obligées de prouver leur spécificité et le gain de connaissance particulier qu’elles permettent2. Elles ont chacune leur domaine épistémologique particulier qu’elles doivent défendre. Aux dangers de réduction de leur champ du savoir à une discipline s’opposent les espoirs d’innovation et d’affirmation de leurs idées3. C’est pourquoi le concept de « discipline scientifique », aussi figé et encombrant qu’il puisse paraître, n’a rien perdu de son actualité jusqu’à présent.

  • 4 Hans P. Hahn, Ethnologie und Weltkulturenmuseum. Positionen für eine offene Weltsicht, Berlin, Verg (...)

2Ceci est valable à plus d’un titre pour une petite discipline comme l’ethnologie que l’on considère souvent de l’extérieur comme traitant un sujet « exotique ». D’une part il convient d’observer la nécessité d’une auto-affirmation à l’époque de son émergence. Les décennies de 1850 à 1900 furent une époque d’expansion rapide des institutions scientifiques et d’élargissement du savoir lui-même. Cela vaut par exemple pour l’institution du musée qui sans aucun doute peut être conçue comme le lieu central de naissance de l’ethnologie4. Les musées, fondés à l’époque selon une conception positiviste du savoir, et qui, grâce à leurs collections, avaient le caractère de laboratoires, ne distinguaient pas entre sciences de l’homme et sciences de la nature mais ils se réclamaient tous du principe de l’évidence positive : ce qui était observable était considéré comme un savoir certain. Et c’est précisément cette manière de procéder que l’ethnologie s’est appropriée.

  • 5 George W. Stocking, « What’s in a Name? The Origins of the Royal Anthropological Institute (1837-71 (...)
  • 6 Efram Sera-Shriar, The Making of British Anthropology, 1813-1871, Londres, Pickering and Chatto, 20 (...)

3L’obligation de prouver l’utilité de la discipline s’appliquait d’autre part aux frontières par rapport à d’autres disciplines. C’est ce que montre la fondation des sociétés ethnologiques de Paris et de Londres autour de l’année 1840, bien qu’elles n’aient pas conduit à l’époque à une discipline reconnue et clairement délimitée5. En Grande-Bretagne au moins, c’est juste une génération plus tard, après un détour par le champ plus concret de l’anthropologie physique, que fut fondée la Royal Anthropological Society6. Dans les débats les plus anciens apparurent de profonds différends entre philanthropes et amateurs aux tendances positivistes qui cherchaient à démontrer les ressemblances entre les cultures. Comment les partisans du combat pour des relations plus humaines devaient-ils continuer le dialogue avec ceux qui étaient davantage intéressés par les preuves matérielles de la différence et de l’identité ?

4C’est précisément dans ce fossé opposant des discours différents que tombe l’œuvre de Wilhelm Wundt. Il était convaincu de pouvoir associer la contemplation humaniste de la culture, son âme, avec une méthode positiviste et il rencontra ainsi, du moins de son vivant, un écho considérable. L’argument central de la présente contribution consiste pourtant à souligner que Wundt s’engagea nécessairement de la sorte dans une voie sans issue. Dans la phase de confirmation disciplinaire, les ethnologues, même les contemporains de Wundt, ne voulaient rien savoir d’une « psychologie des peuples ». Aussi larges qu’aient été ses contacts avec les représentants de la génération suivante d’ethnologues (Durkheim, Malinowski, Boas), ils gardèrent tous leurs distances par rapport à l’idée d’une telle psychologie.

5Wundt, pourrait-on dire, s’était attaché à un concept qui ne produisait pas un discours cohérent. C’est seulement en le rejetant, donc au fond en se purifiant, que l’ethnologie réussit à devenir une discipline. C’est ce qui est développé ici. Et pour cela il faut entrer d’abord dans la question des influences auxquelles fut soumis Wundt dans sa « psychologie des peuples ». En un deuxième temps nous examinons quelques candidats plausibles à une « succession » du point de vue de leur position. Engin, nous en revenons une fois encore aux avantages du concept de « purification », déjà introduit à titre provisoire, comme acte formateur dans l’émergence d’une discipline.

Un paradigme contradictoire datant du xixe siècle : la psychologie des peuples

  • 7 Herder et Humboldt peuvent être désignés comme les artisans du concept d’« esprit du peuple ». (Mat (...)
  • 8 Birgit Neumann, Ansgar Nünning, Travelling Concepts as a Model for the Study of Culture, Berlin, De (...)

6Même si le concept de « psychologie des peuples » est rétrospectivement souvent associé à Wundt, il représente plutôt un large courant de pensée et d’accès à la culture qui va de Johann Gottfried Herder, Wilhelm von Humboldt et Friedrich Wilhelm Hegel7 jusqu’à Wundt, en passant par Heymann Steinthal et Moritz Lazarus. Cela devient évident quand on considère la « psychologie des peuples » comme un travelling concept8 de tout le xixe siècle. Ainsi on doit entendre que le concept englobe des aspects différents et en partie même contradictoires, et pas toujours vérifiables du point de vue de la méthode qui lui est associée. Ce n’est pas le lieu de juger ici si l’héritage composite assumé par Wundt en se saisissant de ce concept est une bénédiction ou une malédiction pour sa propre recherche.

  • 9 Rainer Diriwächter, « Völkerpsychologie. The Synthesis That Never Was », Culture & Psychology 10, 1 (...)
  • 10 Comme le montre Gerhart von Graevenitz (« Verdichtung. Das Kulturmodell der Zeitschrift für Völkerp (...)

7Même pour Wundt lui-même le statut épistémologiquement insatisfaisant du concept était manifeste et il n’a pas hésité au cours de son approche scientifique à prendre des distances par rapport à ses prédécesseurs qui jouissaient en partie d’une grande popularité. Il s’agit avant tout des deux linguistes, psychologues et philosophes Lazarus et Steinthal et de leur Revue de psychologie des peuples [Zeitschrift für Völkerpsychologie] qui parut en vingt volumes au total de 1860 à 1890. Même si cette publication, par son titre et son programme, représentait la « psychologie des peuples », elle manqua son but qui était de conduire un débat sur la relation entre psychologie et culture9. Au lieu de cela elle contenait très majoritairement des contributions relevant de l’histoire culturelle ou de la linguistique, car même la langue était considérée comme l’expression de la psyché10. À partir de 1890 elle continua à paraître comme Revue de l’association d’ethnographie [Zeitschrift des Vereins für Volkskunde] et accueillit des thématiques culturelles : mœurs, coutumes dans les provinces allemandes, etc.

  • 11 Wilhelm Wundt, « Über Wege und Ziele der Völkerpsychologie », Philosophische Studien 4, 1888 (p. 1- (...)

8Wundt était un lecteur de cette revue mais ses œuvres n’y furent jamais recensées. Ses écrits se situaient manifestement dans une distance critique par rapport aux positions défendues par la revue. Il n’acceptait pas la conception de la « psychologie des peuples » qu’on y trouvait et il a développé sa propre représentation de la notion. Wundt voulait souligner plus clairement la complémentarité de l’individu et de la société : aucun homme n’est ce qu’il est du fait de ses aptitudes psychiques individuelles mais toujours par ce que la culture lui prescrit ou lui permet sur le plan psychologique. L’homme et la culture sont complémentaires, l’un et l’autre ne peuvent pas exister indépendamment. Wundt croit pouvoir expliquer les diverses strates du psychisme comme principe du développement de l’esprit et indirectement comme base de toute expression culturelle11.

  • 12 Hannes Stubbe, Lexikon der Psychologischen Anthropologie. Ethnopsychologie, Transkulturelle und Int (...)

9Il suppose diverses strates du psychisme : d’un côté l’individu, de l’autre la société. Mais la manière dont ces strates sont précisément reliées reste obscure chez Wundt. En outre il défendait un modèle d’évolution non linéaire et distinguait quatre phases d’évolution de la psyché. Il s’agissait de la culture primitive, du totémisme, de l’âge héroïque et quatrièmement de l’humanité. À chaque phase l’âme de l’individu s’adapte donc au développement de la culture12.

  • 13 Mark Galliker, « Die Verkörperung des Gedankens im Gegenstande. Zur kontroversen Begründung der Völ (...)
  • 14 D’après Stubbe (op. cit., p. 662) la psychologie des peuples au sens de Humboldt se manifeste princ (...)
  • 15 Mark Galliker, op. cit., p. 17.

10Les controverses autour du concept de « psychologie des peuples » ne sont pas à sous-estimer, comme l’a montré Mark Galliker13 à partir de la distance progressivement prise par Wundt par rapport aux conceptions anciennes. Lazarus et Steinthal avaient déjà présenté en 1852 une première définition large et peu spécifique en recourant à des sources bien plus anciennes, à savoir Herder et Humboldt14. Selon cette définition la psychologie des peuples est quelque chose de fondé sur les réalisations de la communauté. Toutes les réalisations culturelles et les conquêtes de la communauté sont désignées par le concept. Trois ans après la parution du premier volume de la revue, en 1863, Wundt exprime encore son appréciation positive de ce concept15.

  • 16 Ibid., p. 19.
  • 17 Comme le rapporte Galliker au même endroit le nouveau positionnement critique de Wundt conduit à un (...)

11À peu près deux décennies plus tard il prend cependant une position beaucoup plus critique et réduit clairement la portée du concept. Il se distancie de la conception ancienne car celle-ci serait « intenable » et réduirait le domaine de validité de la « psychologie des peuples » à « la langue, aux mythes et aux mœurs »16. À côté du déplacement conceptuel, ce sont ainsi les domaines d’investigation empirique qui se transforment. Selon Wundt l’histoire n’est plus une composante de ses études. Ce mouvement engagé par Wundt au sommet de sa carrière éloigne son champ d’investigation de la connaissance historique pour le rapprocher des phénomènes synchroniques, ceux précisément qui sont accessibles à l’observation directe17.

  • 18 Wilhelm Wundt, « Über psychische Causalität und das Princip des psychophysischen Parallelismus », P (...)
  • 19 Wundt était lui-même partisan d’une conception moniste du monde comme il ressort de son petit artic (...)

12Cette évolution n’est pas un hasard et elle doit être vue en lien étroit avec le second théorème de base de Wundt, le parallélisme psychophysique18. Tout ce qui est expression psychique doit pouvoir être aussi observé et mesuré. La prise de distance de la dimension historique pour adopter une perspective rattachée au paradigme des sciences naturelles correspond à l’esprit du temps, à savoir à la conviction que les catégories des sciences naturelles sont transposables à la société. Ce second point de vue, tout à fait substantiel, est souvent insuffisamment pris en compte du point de vue de l’ethnologie actuelle, parce qu’il n’est plus pertinent aujourd’hui dans le champ des humanités : personne ne s’intéresse au parallélisme psychophysique19.

  • 20 Robert M. Farr, « Wilhelm Wundt (1832-1920) and the Origins of Psychology as an Experimental and So (...)
  • 21 John D. Greenwood, « Wundt, Völkerpsychologie, and Experimental Psychology », History of Psychology(...)
  • 22 Alfred Blumenthal, « A Rappraisal of Wilhelm Wundt », American Psychology 30, 11, 1975 (p. 1081-108 (...)
  • 23 Considéré sous cet angle, Wundt pourrait passer aujourd’hui pour un précurseur de la neuropsycholog (...)

13Il en va tout différemment en psychologie, où l’on reconnaît Wundt comme un acteur de la « scientifisation ». Il peut être considéré comme le fondateur de la psychologie expérimentale20 d’autant plus qu’il avait construit à Leipzig son propre laboratoire et y conduisait avec ses étudiants des expériences sur la perception et la transformation des impressions sensibles21. Selon Alfred Blumenthal22 on pourrait voir en lui l’ennemi du dualisme corps-esprit, Wundt croyant par principe qu’un facteur comme « l’esprit » pourrait être vérifié à travers les réactions corporelles. À cet égard il contredisait aussi bien les « atomistes » désireux de découper chaque réaction, chaque pensée en ses plus petites unités que les partisans de l’introspection qui ne voulaient connaître la nature de l’esprit qu’à travers l’auto-observation23.

  • 24 Rainer Diriwächter, op. cit. p. 104.
  • 25 Robert M. Farr, op. cit., p. 299.

14Naturellement Wundt soulignait la complexité de la perception (il s’agissait chez lui de l’« aperception »). Cela venait aussi du fait que Wundt ne réussit jamais à mettre de telles mesures de la psyché en corrélation avec les réalisations culturelles (langue, mœurs). Diriwächter24 a fait le constat suivant : la possibilité d’un accès expérimental n’est pas centrale pour la conception wundtienne de la psychologie des peuples, parce qu’il ne comprenait pas la psychologie de la culture selon un schéma stimulation/réaction mais comme une relation plus complexe, médiatisée par exemple par des fonctions de catalyse ou de renforcement. Cette réserve rend le dilemme manifeste : si Wundt avait seulement conçu la psychologie comme une science expérimentale on pourrait le considérer comme un précurseur du behaviorisme, ce que propose Robert M. Farr25. Si, au contraire, Wundt insérait la psychologie dans le champ des sciences humaines ou de la philosophie, de quel droit s’était-il exprimé contre cette perspective historique ?

  • 26 On suit très bien l’abandon par Wundt de la méthode expérimentale à partir d’un débat rapporté par (...)
  • 27 Selon Knobloch, l’interprétation du langage par Wundt reposait sur la conclusion erronée qu’il fall (...)

15Une solution possible de ce dilemme est la division déjà mentionnée de la psychologie en deux domaines complémentaires. Un domaine serait alors celui de l’« individu », accessible à la procédure expérimentale, l’autre domaine plus complexe de la culture et de la langue ne pourrait être exploré qu’indirectement. L’argumentation de Greenwood contre cette distinction méthodologique repose sur l’hypothèse de Wundt selon laquelle les phénomènes culturels plus complexes ont toujours un plus haut niveau d’objectivité que les expressions et actions subjectives. Le fait de renoncer aux expériences était moins dû à l’impossibilité d’une manœuvre expérimentale qu’à la représentation d’une objectivité des langues et coutumes selon des lois naturelles26. Wundt assimilait donc la constance des phénomènes culturels à celle de faits naturels. La langue comme « chose objective » peut par exemple être examinée grâce à la position de mots particuliers dans la phrase : la liberté dans l’emplacement d’un mot dans la phrase exprime la liberté dans la pensée du peuple concerné27.

  • 28 Cela était tout à fait à la mode à l’époque. Henning Schmidgen décrit d’autres tentatives de « mesu (...)
  • 29 Manfred Sommer, op. cit.
  • 30 « Wundt souligne que sa conviction résulte de l’idée […] que les principes idéaux se retrouvent dan (...)
  • 31 Wundt, en élève de Fechner, n’est pas le seul à s’efforcer d’atteindre l’unité de la pensée et des (...)

16Le parallélisme psychophysique est du point de vue actuel un exercice intellectuel difficile. À la fin du xixe siècle, il répondait néanmoins à une longue tradition intellectuelle. Wundt l’a reprise d’un de ses maîtres, Gustav Theodor Fechner. Fechner publia en 1860 ses Éléments de psycho-physique [Elemente der Psychophysik] et il y rapporte ses tentatives de mesurer la stimulation et la sensation produite28. La stimulation (lumière, pression, électricité) est très facile à mesurer. Mais comment quantifier la sensation ? La loi de Weber-Fechner dit qu’un renforcement de la stimulation produit de façon toujours proportionnelle un renforcement de la sensation. Fechner se situe dans la tradition du monisme, brillamment représentée par Leibniz, qui suppose l’unité de tous les phénomènes susceptibles d’être examinés et donc existants. C’est seulement parce que Wundt a adopté cette conception qu’il défend l’idée selon laquelle les deux niveaux de la psychologie (l’individu et la culture) sont reliés et doivent être examinés ensemble. Selon Manfred Sommer29, Wundt vise un nouveau monisme qu’il appelle « idéal-réalisme »30. Sa conception d’une « psychologie des peuples » souhaiterait créer un parallélisme de l’intérieur et de l’extérieur, même si d’un point de vue méthodologique le but sera toujours hors d’atteinte31.

  • 32 La conception d’une répartition de la science en disciplines nomothétiques et idéographiques a été (...)

17Le point de vue moniste était, malgré les efforts de Wundt, arrivé à un terme et paraissait inacceptable dans l’horizon intellectuel général de la fin du xixe siècle. Le mélange de la procédure expérimentale avec les considérations sur la culture dans son ensemble avait – notamment pour les spécialistes contemporains de la culture argumentant d’un point de vue idéographique – perdu sa plausibilité32. Le dualisme cartésien l’emporta et il exigeait une stricte séparation des méthodes des sciences naturelles de l’examen de la culture et de la société.

18Pour le dire sans ambages : à la fin du xixe siècle, il devient de plus en plus impossible d’être le serviteur de deux maîtres. Il était devenu impensable d’ignorer la séparation des sciences de la nature et des sciences humaines. La « psychologie des peuples » de Wundt fut stigmatisée comme un projet incohérent, impossible à traduire sur le plan méthodologique. La défense par Wundt du parallélisme psychophysique ne suffisait pas pour fonder une « psychologie des peuples », fût-ce au prix de renoncer à la dimension historique.

  • 33 Fiedermutz-Laun souligne la différence des positions à propos de l’évolution : contrairement à Wund (...)
  • 34 Hans P Hahn, Ethnologie. Eine Einführung, Berlin, Suhrkamp, 2013.

19D’autres scientifiques des dernières décennies du xixe siècle, intéressés par la culture et l’histoire et avec lesquels Wundt était certainement en relation, se décidèrent clairement en faveur de la perspective historique et acceptèrent les sciences historiques comme discipline dominante. Leur objectif central fut la reconstruction des processus historiques, même si des figures comme Bastian et Frobenius n’avaient qu’une représentation très vague de ce à quoi ces processus pouvaient ressembler33. Les reconstructions plutôt spéculatives de complexes culturels et de strates culturelles ainsi que de leurs déplacements et de leurs imbrications réciproques jusqu’à la constitution de cercles culturels reposaient sur des bases empiriques fragiles, mais autour de 1900 ils obtinrent très vite un grand écho34.

  • 35 Bernhard Streck, « Völkerpsychologie », in : Bernhard Streck (dir.), Wörterbuch der Ethnologie, 2e  (...)
  • 36 Ute Michel, « Neue ethnologische Forschungsansätze im Nationalsozialismus? Aus der Biographie von W (...)
  • 37 Uwe Wolfradt, Ethnologie und Psychologie. Die Leipziger Schule der Völkerpsychologie, Berlin, Reime (...)

20Bernard Streck, avec une tendance à minimiser les ruptures, caractérise la psychologie des peuples de Wundt comme le « frère jumeau de l’ethnologie » et suit les traces du concept jusqu’en 1969 sans renvoyer aux métamorphoses de ce travelling concept35. Comme témoin de cette réévaluation de la psychologie des peuples aboutissant à un nivellement il cite précisément Wilhelm Mühlmann qui était de son côté un national-socialiste et raciste convaincu36. Au lieu de la métaphore de la « connivence fraternelle » il faut renvoyer à l’image explicitée par Uwe Wolfradt de la « concurrence » sinon même de la menace réciproque37. Il ne peut donc y avoir que l’ethnologie ou la psychologie des peuples, cette dernière défendant une ambition d’explication totale des cultures, ce à quoi l’ethnologie ne pourrait jamais accéder avec ses moyens limités.

Un héritage problématique : le rejet des ethnologues au début du xxe siècle

  • 38 Même le reproche de Hannes Stubbe (Hannes Stubbe, « Wilhelm Wundt und die Herero », Psychologie und (...)
  • 39 Selon Chamberlain, Wundt a tellement mélangé les approches qu’il fallait un nouveau concept de dépa (...)

21Une forme pragmatique mais scientifiquement pas vraiment démontrable de la critique de Wundt tient à la supposition que sa perspective est au fond raciste, parce qu’il associe les caractéristiques psychologiques à la race (ou à la nation ou à la culture)38. Précisément parce qu’il n’a jamais franchi le pas de mesurer de façon expérimentale la langue ou un autre trait culturel, cette critique ne fait pas mouche. Une belle confirmation de la défense de Wundt se trouve chez Houston Chamberlain, qui s’exprime pourtant de façon critique contre Wundt39.

  • 40 La psychologie des peuples orientée sur la pratique conduit aussi à des œuvres comme « La psycholog (...)
  • 41 Werner Petermann, Geschichte der Ethnologie, Munich, Hammer, 2004, p. 782.
  • 42 Willy Hellpach, Einführung in die Völkerpsychologie, Stuttgart, Enke, 1938. Egbert Klautke, The Min (...)

22C’est seulement en 1918 que s’est ajoutée à la « psychologie des peuples » une « psychologie des peuples pratique ou différentielle ». Son but devait être de définir le caractère national des peuples40. Un élève de Wundt, Willy Hellpach, qui enseigna plus tard la psychologie à Heidelberg, s’illustra en exigeant que chaque race veille, dans une forte concurrence, à affirmer ses meilleures qualités41. Avec les œuvres de Hellpach, la « psychologie des peuples » est évidemment devenue un instrument de connaissance raciste42.

  • 43 Egbert Klautke, « Völkerpsychologie in the 19th-Century Germany: Lazarus, Steinthal, Wundt », in : (...)

23Bien des présentations de l’œuvre et de l’action de Wundt perçoivent le grand nombre de figures scientifiques importantes qui, vers 1900, ont suivi ses cours à Leipzig comme un indice de l’importance du « psychologue des peuples ». Un regard plus précis porté sur l’histoire disciplinaire de l’ethnologie dans les décennies qui ont suivi (jusque vers 1940) montre pourtant qu’à part une exception (sur laquelle nous reviendrons), ce sont justement les personnalités qui se sont clairement distanciées des positions de Wundt qui ont développé des théories autonomes. Et il ne suffit pas d’expliquer cette évolution par une spécialisation croissante, comme le propose Egbert Klautke43. Les auteurs déterminants eurent plutôt des raisons objectives et massives de ne plus suivre les concepts et méthodes de Wundt.

  • 44 Egbert Klautke, « The French Reception of Völkerpsychologie and the Origins of the Social Sciences  (...)
  • 45 Robert M. Farr, op. cit.
  • 46 D’après Klautke, l’Esprit du peuple pourrait bien être ressuscité dans les œuvres de Durkheim comme (...)
  • 47 Uwe Wolfradt, « Carl Stumpf – Wilhelm Wundt », op. cit.

24Un illustre exemple d’une inspiration sans cesse réaffirmée venant de Wundt concerne Émile Durkheim, aujourd’hui considéré à la fois comme le fondateur de la sociologie et de l’anthropologie culturelle en France44. De fait, Durkheim a suivi dans les années 1890 les cours de Wundt à Leipzig. Il a sans aucun doute été marqué par l’orientation positiviste selon laquelle les phénomènes sociaux et culturels ont un statut comparable, du point de vue des vérifications possibles, à celui des faits physiques45. L’idée de lois propres à la sphère sociale est certainement un terrain commun aux deux savants46. Jan Jacob de Wolf a examiné plus précisément les outils conceptuels de chacun d’eux47. Pour de Wolf, la « morale », dans une société, est simplement le résultat d’une évolution, chez Durkheim au contraire c’est une « intuition divine ». Wundt croit à l’unité de l’homme. Durkheim, au contraire, suppose qu’avec la morale et la religion émerge quelque chose de tout nouveau, qui ne se montre que dans la sphère sociale. C’est cette claire séparation de l’individu et du groupe qui, jusqu’à ce jour, fait paraître acceptable la position de Durkheim malgré ses nombreuses lacunes.

  • 48 Ivan Kalmar, « The Völkerpsychologie of Lazarus and Steinthal and the Modern Concept of Culture », (...)
  • 49 Ibid., p. 675.

25Franz Boas, plus tard fondateur de l’anthropologie culturelle américaine moderne, a également suivi des cours de Wundt à Leipzig. Comme le montre Ivan Kalmar de façon convaincante, il y a effectivement quelques parallélismes importants entre les thèses fondamentales de l’anthropologie culturelle et le modèle de la psychologie des peuples48. Cela concerne des thèses simples, comme l’idée de toujours penser les cultures au pluriel. Outre le relativisme culturel représenté par Boas cela vaut encore pour l’idée d’une dominance de la culture : chaque individu est défini par sa culture. L’idée d’esprit du peuple comme facteur objectivant, comme « esprit objectif »49, est en accord avec Wundt mais aussi avec le modèle culturel de Boas.

  • 50 Hans P. Hahn, Ethnologie, op. cit., p. 94 et suivantes.
  • 51 Franz Boas, « Die Individualität primitiver Kulturen », in : G. Albrecht, F. Boas, W. Bohnstedt (di (...)
  • 52 Helen Codere, « The Amiable Side of Kwakiutl Life. The Potlatch and the Play Potlatch », American A (...)

26Vu ces similarités, on ne peut pas s’étonner que quelques représentants de la génération des élèves de Boas, notamment Ruth Benedict et Margaret Mead, aient développé le courant de la « Culture & Personality ». L’objectif de ces anthropologues était d’expliquer la structure particulière d’une culture déterminée grâce aux caractéristiques de personnalité qu’elle privilégiait. Ainsi la culture des indiens Pueblo se caractériserait par le besoin d’harmonie, chaque individu membre de cette culture doit selon ce modèle apprécier particulièrement l’harmonie. Les Kwakiutl chez lesquels prédominent le sérieux et la jalousie et où donc chaque membre de l’ethnie devrait être âpre au gain et pas très joyeux marquent un contraste50. Franz Boas lui-même s’est vivement exprimé contre cette forme de psychologie des peuples rudimentaire : selon lui il n’y a pas d’état psychique uniforme dans une culture ; des émotions antagoniques, l’harmonie et les désaccords se produisent à l’intérieur de toutes les sociétés51. Comme l’écrit plus en détails Helen Codere52, la sévère critique de Boas se rapportait à une simplification inacceptable : il est dans la nature de l’écriture ethnologique de toujours observer et étayer par des documents, mais elle ne peut jamais réaliser cela de façon à aboutir à une conclusion finale au sens où la culture concernée dans son ensemble serait saisie sous une caractéristique psychologique déterminée. Ce nécessaire inachèvement distingue Boas de Wundt, selon lequel le psychisme de l’individu n’était que la base de la psychologie d’une culture.

  • 53 George P. Murdock, « Bronislaw Malinowski », American Anthropologist 45, 3, 1943 (p. 441-451), ici (...)
  • 54 Adam Kuper, Anthropology and Anthropologists. The Modern British School, 2e éd. révisée, Londres, R (...)
  • 55 Ibid., p. 25-26.
  • 56 Justin Stagl, « War Malinowski Österreicher? », in : B. Rupp-Eisenreich, J. Stagl (dir.), Kulturwis (...)
  • 57 Michael W. Young, Malinowski. Odyssey of an Anthropologist, 1884-1920, New Haven, Yale University, (...)

27Même Bronislaw Malinowski fait partie des ethnologues qui ont suivi les cours de Wundt et se sont à plusieurs égards laissé impressionner par lui53. Ici il faudrait, selon Adam Kuper, mentionner la compréhension de la détermination réciproque des phénomènes culturels : on ne peut comprendre la culture que dans sa totalité, et non pas en considérant des domaines particuliers54. Cela vaut certainement aussi pour le rôle particulier de la langue qui, selon Wundt, est l’expression de la psyché et est influencée par les mœurs et les usages. Partant de cette totalité, Malinowski parvient toutefois à une conclusion très différente55. L’unité humaine globale lui paraissait plus convaincante que le parallélisme de la psyché et de la culture56. Même si Malinowski, dans ses œuvres tardives, a sans cesse intégré des aspects psychiques comme moments de ses descriptions culturelles, il n’en a pas moins rejeté l’idée d’une psychologie supra-individuelle57. Les motifs et réflexions psychologiques jouaient pour Malinowski un rôle, mais il ne se laissa jamais détourner vers le modèle de la psychologie homogène d’une société.

  • 58 Richard Thurnwald, « Probleme der Völkerpsychologie und Soziologie », Zeitschrift für Völkerpsychol (...)
  • 59 Ibid., p. 4.

28Durkheim, Boas et Malinowski sont trois exemples de « successeurs » possibles, mais chez eux, c’est manifestement la prise de distance avec le modèle de l’unité psychophysique qui est à considérer comme la véritable avancée vers une science durable. Il en va différemment chez Wilhelm Emil Mühlmann, pour lequel la renaissance de la « psychologie des peuples » semblait pertinente pour des raisons bien précises. En effet, si la physis humaine, son apparence, détermine la psyché, la pensée raciste trouve un fondement scientifique. Richard Thurnwald fonde en 1925 une nouvelle revue dans l’intitulé de laquelle il adopte l’ancien concept, Revue de psychologie des peuples et de sociologie (Sociologus) [Zeitschrift für Völkerpsychologie und Soziologie (Sociologus)]. L’introduction à la première édition par l’éditeur lui-même donne déjà le ton : il s’agit au premier chef de race et non de psychologie. Se rattachant à Friedrich Ratzel, contemporain et collègue leipzigois de Wundt, Thurnwald se réfère aux interactions du climat, de la race et de la culture58. De façon logique, il envisage le concept de race non seulement d’un point de vue biologique mais aussi d’un point de vue social et psychologique. La psychologie des peuples est avant tout, selon Thurnwald, une façon d’aborder les innovations et la supériorité : elle provoque une « stratification », c’est-à-dire un besoin d’adaptation. Les individus supérieurs peuvent aussi conduire des groupes entiers à s’adapter. Thurnwald regrette l’obscurité du concept chez Wundt mais s’oppose nettement au concept plus ancien de Steinthal et Lazarus. La psychologie des peuples serait jusque-là trop peu empirique et se limiterait trop à une querelle de mots. Selon Thurnwald, il faudrait « des repères fiables et des matériaux exacts »59 pour faire revivre la recherche en psychologie des peuples.

  • 60 Ute Michel, op. cit., p. 142. Dirk Kaesler, « Mühlmann, Wilhelm Emil », in : O. Stolberg-Wernigerod (...)
  • 61 Wilhelm E. Mühlmann, « Die Hitler-Bewegung. Bemerkungen zur Krise der bürgerlichen Kultur », Sociol (...)
  • 62 C’est ce que montrent aussi plusieurs de ses comptes rendus de livres dans la même revue : « Thérap (...)
  • 63 Ute Michel, op. cit., p. 149.
  • 64 Christoph Seidler, Wissenschaftsgeschichte nach der NS-Zeit: das Beispiel der Ethnologie. Die beide (...)

29Né en 1904, Mühlmann s’était déjà enthousiasmé pour Hitler en 1923 et il étudia à partir de 1925 l’« hygiène raciale » à Munich et plus tard à Hambourg60. À partir de 1927, il fut collaborateur de Thurnwald dans le journal indiqué plus haut et contribua de façon décisive à en faire un travail de raciologie. C’est cela dont témoigne un article sur le « mouvement hitlérien »61 où est présentée, en termes de psychologie des peuples, une comparaison sur la disposition au sacrifice. Bien des recensions qu’il a rédigées dans les années 1932-1933 montrent que ses intérêts concernent plutôt la question de la « race »62. En 1936, Mühlmann rédigea un manuel, Raciologie et ethnologie. Problèmes vitaux des races, des sociétés et des peuples [Rassen- und Völkerkunde. Lebensprobleme der Rassen, Gesellschaften und Völker], qui en était à sa seconde édition en 1938 et fut intégré par les nazis dans la liste des écrits recommandés63. La race et la psychologie y devenaient des notions équivalentes64.

  • 65 Hans P. Hahn, Ethnologie, op. cit., p. 165.
  • 66 Wilhelm E. Mühlmann, Geschichte der Anthropologie, 2e éd., Francfort-sur-le-Main, Athenäum, 1968, p (...)
  • 67 Le compte rendu absolument dépourvu de critique sinon même bienveillant de Gobineau (ibid., p. 80-8 (...)
  • 68 Ibid., p. 120.
  • 69 Ibid., p. 128.

30Sans poste stable, Mühlmann se positionne sur le plan idéologique à proximité du nazisme et essaie par cette manœuvre d’approche d’obtenir des avantages pour lui-même et sa carrière académique65. De façon surprenante, son Histoire de l’anthropologie est très largement citée dans sa réédition de 1968. À cause de la date, ce livre semble ne rien avoir de suspect, bien que l’auteur lui-même66 indique qu’il s’agit d’un livre écrit avant 1945 qui, à cause de « circonstances extérieures », n’a connu sa première édition qu’en 194867. Mühlmann y parle aussi en détail de Wundt et lui reproche de s’être trop occupé de descriptions et du rapport de contenu de créations religieuses, mythiques et artistiques plutôt que de la présentation analytique de l’affirmation ou de la dominance de certaines configurations psychiques68. Finalement Mühlmann accepte la perspective mais critique la mise en pratique incomplète et non systématique de sa théorie. Les sympathies de Mühlmann ne concernent que Wundt comme pourvoyeur de certains mots-clés. Son pronostic repose sur les « découvertes en biologie, en théorie de l’hérédité et en psychologie »69, qu’il trouve dans l’œuvre de Wundt, et qui devraient faciliter le développement de l’anthropologie dans l’avenir. Si Mühlmann s’oppose donc, de façon non critique, à l’unité psychophysique, c’est parce qu’il pense éclaircir toutes les questions pertinentes du point de vue des manifestations physiques, donc d’un point de vue raciste.

*

31La présente contribution a suivi le développement du travelling concept « psychologie des peuples » à travers plusieurs stades. Partant de l’idée herdérienne d’« esprit du peuple » en passant par l’« esprit du monde » de Hegel, les études de Lazarus et Steinthal, la version wundtienne de la « psychologie des peuples » (après 1918) jusqu’à la « théorie de l’hérédité et la psychologie » de Mühlmann apparaissent les métamorphoses historiques et les approches méthodologiques toujours diverses. Wundt ne représente donc rien d’autre qu’une position dans une tradition intellectuelle vieille de près de deux siècles. Il faut toutefois souligner qu’en liant la « psychologie des peuples » au concept d’unité psychophysique il a suivi un paradigme problématique et guère accepté à son époque : le développement des humanités, des sciences de l’homme en société exigeait déjà à l’époque une stricte séparation du phénomène physique et des réalisations intellectuelles de l’homme.

32Sans nul doute la subdivision ici soulignée en différentes étapes historiques est une procédure nécessaire pour comprendre l’origine et les effets du travail de Wundt. La perspective diachronique aide à tracer plus précisément les limites de la responsabilité de Wundt et sa propre contribution intellectuelle. Le point de vue critique de Thurnwald est caractéristique de la relativisation de la position de Wundt :

  • 70 Richard Thurnwald, « Grundprobleme der vergleichenden Völkerpsychologie », Zeitschrift für die gesa (...)

Accablé par les malentendus et compromis par son dilettantisme, le concept de psychologie des peuples scintille […]. Cependant Wundt était rempli de l’idée indéniablement juste selon laquelle les processus psychiques ne peuvent être épuisés par la psychologie du sensible qu’il privilégiait mais nécessitent divers compléments. L’homme ne peut pas être considéré comme le porteur d’une psyché isolée mais sa vie intellectuelle se déploie seulement dans la socialisation et doit être comprise à partir de celle-ci […]. Toutefois, ceux qui ne sont pas influencés par les idées de Wundt, comprennent par psychologie des peuples quelque chose d’autre et pensent aux spécificités des peuples particuliers vivant les uns à côté des autres, aux particularités […] des caractères nationaux ou des formes politiques70.

33Sans nul doute il y a dans ces lignes une appropriation et une extension du concept qui – à travers la notion de « caractère national » – conduit rapidement à une affirmation de la pensée raciste et notamment nationale-socialiste. Thurnwald espérait le développement d’une « psychologie des peuples comparative et différentielle » qui était indissolublement liée à des conceptions racistes.

  • 71 Il y a une référence où Wundt évoque Gobineau en exprimant son accord. Mais il s’agit du dernier de (...)

34Revenons encore une fois à Wundt : son refus ou son manque de sensibilité à propos de la séparation de la psychologie des peuples en un phénomène soit intellectuel soit corporel produit l’image d’une conception « impure » ou hybride, qui maintenait finalement la porte ouverte à une récupération par la biologie, donc à la détermination de l’homme par des caractéristiques globalement supposées racistes. Wundt n’est pas Gobineau. Il serait réducteur d’en faire un raciste. Mais il aurait pu lire Gobineau et se rendre compte des conséquences d’une mise en avant excessive du biologique71. L’espoir d’une scientifisation de la psychologie des peuples selon le paradigme des sciences de la nature, qui apparaît clairement à travers l’installation du laboratoire de psychologie expérimentale, peut l’en avoir détourné.

  • 72 Hans P. Hahn, « Dinge erkennen. Materialität und die Formierung der Ethnologie als Wissenschaft », (...)
  • 73 Hans P. Hahn, Ethnologie, op. cit.
  • 74 Hans P. Hahn, « Problèmes d’une histoire universelle imaginée et de ses sources », in : P. Grosos, (...)

35Il serait faux de supposer que les collègues de Wundt misent moins sur l’option de la scientifisation72. Un célèbre exemple serait celui d’Adolf Bastian, actif à Berlin à l’époque de Wundt73. Il partageait avec lui la conviction que l’« esprit du peuple » est une clef dans la description des cultures. Même l’enthousiasme pour Herder peut être considéré comme un héritage commun. Bastian a aussi peu réussi que Wundt, à partir des concepts dont il disposait, à construire un cadre méthodique. Mais il prit clairement la décision de se ranger du côté des sciences historiques et de se placer dans le domaine des sciences humaines. En concevant l’évolution des cultures d’abord comme un processus historique, il avait trouvé pour l’ethnologie encore en voie de constitution un cadre plus large, à savoir celui des sciences historiques si importantes à l’époque74.

36La décision en faveur du paradigme historique, à laquelle Wundt n’a pas voulu se ranger, devait pour bien des décennies faire encore l’objet de débat. Jusqu’à ce jour il n’y a pas de consensus sur la valeur de l’« histoire » comme cadre épistémologique. Mais c’était à l’époque une décision stratégique – une option qui offrait à l’ethnologie un contexte nouveau et différent. Choisir la voie de la séparation et affirmer l’autonomie des phénomènes culturels était par exemple un présupposé pour Leo Frobenius (1930), pour qu’à la veille de la prise de pouvoir du national-socialisme il puisse montrer clairement dans les Nouvelles de l’association pour la lutte contre l’antisémitisme [Mitteilungen aus dem Verein zur Abwehr des Antisemitismus] qu’entre la culture et la race il n’y avait pas de lien. Le positionnement de Frobenius contre l’idéologie nazie n’était possible que parce que l’ethnologie longtemps auparavant s’était retirée dans le domaine où elle pouvait offrir un savoir précis. La crédibilité scientifique repose souvent sur la réduction à un domaine et la compréhension des limites de la connaissance. C’était une compréhension que Wundt ne voulut pas accepter.

Haut de page

Notes

1 Wilhelm Wundt, Grundzüge der physiologischen Psychologie, 5e éd., Leipzig, Engelmann, 1902, p. 5.

2 Tony Becher, Academic Tribes and Territories. Intellectual Enquiry and the Cultures of Disciplines, Milton Keynes, Open University Press, 1989.

3 Jean Boutier, J.-C. Passeron et J. Revel (dir.), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris, Éditions de l’EHESS (Enquête, 5), 2006, p. 12-34.

4 Hans P. Hahn, Ethnologie und Weltkulturenmuseum. Positionen für eine offene Weltsicht, Berlin, Vergangenheitsverlag, 2017.

5 George W. Stocking, « What’s in a Name? The Origins of the Royal Anthropological Institute (1837-71) », MAN N.S. 6, 3, 1971 (p. 369-390).

6 Efram Sera-Shriar, The Making of British Anthropology, 1813-1871, Londres, Pickering and Chatto, 2013.

7 Herder et Humboldt peuvent être désignés comme les artisans du concept d’« esprit du peuple ». (Matti Bunzl, « Franz Boas and the Humboldtian Tradition: From Volksgeist and Nationalcharakter to an Anthropological Concept of Culture », in : G. W. Stocking (dir.), Volksgeist as Method and Ethic, Madison, University of Wisconsin, 1996, p. 17-78). Ce concept a ensuite été repris par Lazarus et Steinthal, et dans l’article introductif au premier numéro de leur revue il lui est reconnu la valeur de fondement de la psychologie des peuples.

8 Birgit Neumann, Ansgar Nünning, Travelling Concepts as a Model for the Study of Culture, Berlin, De Gruyter, 2012.

9 Rainer Diriwächter, « Völkerpsychologie. The Synthesis That Never Was », Culture & Psychology 10, 1, 2004 (p. 85-109).

10 Comme le montre Gerhart von Graevenitz (« Verdichtung. Das Kulturmodell der Zeitschrift für Völkerpsychologie und Sprachwissenschaft », in : A. Assmann, U. Gaier, G. Trommsdorff (dir.), Positionen der Kulturanthropologie, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 2004, p. 148-171) l’idée de la puissance objectivante de la culture est à la base de ces développements. Des idées qui circulent librement sont réduites à ce qui peut être adopté du point de vue culturel (objectivant). C’est la densification cognitivo-psychologique, la compression des idées à ce qui est cohérent. Chaque densification de cette nature renforce finalement l’homogénéité culturelle.

11 Wilhelm Wundt, « Über Wege und Ziele der Völkerpsychologie », Philosophische Studien 4, 1888 (p. 1-27).

12 Hannes Stubbe, Lexikon der Psychologischen Anthropologie. Ethnopsychologie, Transkulturelle und Interkulturelle Psychologie, 2e éd., Gießen, Psychsozial, 2012, p. 684. Hans P. Hahn, « Wilhelm Wundt », in : J. McGee, R. L. Warms (dir.), Theory in Social and Cultural Anthropology. An Encyclopaedia, Londres, Sage, 2013 (p. 947-948).

13 Mark Galliker, « Die Verkörperung des Gedankens im Gegenstande. Zur kontroversen Begründung der Völkerpsychologie », Psychologische Rundschau 44, 1993 (p. 11-24).

14 D’après Stubbe (op. cit., p. 662) la psychologie des peuples au sens de Humboldt se manifeste principalement dans la langue. Selon Humboldt la langue détermine la pensée et contient des images du monde chaque fois spécifiques d’une culture. Cette observation s’accorde parfaitement avec la dimension réductrice constatée dans la revue de Lazarus et Steinthal.

15 Mark Galliker, op. cit., p. 17.

16 Ibid., p. 19.

17 Comme le rapporte Galliker au même endroit le nouveau positionnement critique de Wundt conduit à un débat ouvert entre Steinthal et Wundt.

18 Wilhelm Wundt, « Über psychische Causalität und das Princip des psychophysischen Parallelismus », Philosophische Studien 10, 1894 (p. 1-124).

19 Wundt était lui-même partisan d’une conception moniste du monde comme il ressort de son petit article sur Leibniz (1913). Il y loue notamment l’importance de l’« harmonie » entre plusieurs domaines de phénomènes. Il souligne l’unité qu’on trouve chez Leibniz des « lois de la nature dans les processus du vivant et de leur dimension interne psychique ».

20 Robert M. Farr, « Wilhelm Wundt (1832-1920) and the Origins of Psychology as an Experimental and Social Science », British Journal of Social Psychology 22, 4, 1983 (p. 289-301).

21 John D. Greenwood, « Wundt, Völkerpsychologie, and Experimental Psychology », History of Psychology 6, 1, 2003 (p. 70-88), ici p. 74. Sans aucun doute Wundt était un pionnier dans la mesure des phénomènes psychiques comme on peut le lire dans son livre Psychologie physiologique (Wilhelm Wundt, Physiologische Psychologie, Leipzig, Engelmann, 1874). Avant Freud et par une tout autre voie, il reconnut qu’il existe des sensations qui ne vont pas jusqu’à la conscience (Manfred Sommer, Evidenz im Augenblick. Eine Phänomenologie der reinen Empfindung, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1999, p. 60).

22 Alfred Blumenthal, « A Rappraisal of Wilhelm Wundt », American Psychology 30, 11, 1975 (p. 1081-1088).

23 Considéré sous cet angle, Wundt pourrait passer aujourd’hui pour un précurseur de la neuropsychologie parce qu’il s’est intensément occupé du schéma incitation-réaction. En outre Blumenthal (op. cit., p. 1084) défend Wundt en interprétant son utilisation du concept de « figure » comme un pas vers l’holisme psychologique.

24 Rainer Diriwächter, op. cit. p. 104.

25 Robert M. Farr, op. cit., p. 299.

26 On suit très bien l’abandon par Wundt de la méthode expérimentale à partir d’un débat rapporté par Uwe Wolfradt (Uwe Wolfradt, « Carl Stumpf – Wilhelm Wundt. Unterschiedliche Wege zur psychologischen Erkenntnis », in : M. Kaiser-El-Safti, M. Ebeling (dir.), Die Sinne und die Erkenntnis, Francfort-sur-le-Main, Lang (Schriftenreihe der Carl Stumpf Gesellschaft, 1), 2011, p. 55-78). John D. Greenwood, op. cit., p. 77.

27 Selon Knobloch, l’interprétation du langage par Wundt reposait sur la conclusion erronée qu’il fallait comprendre une structure (« phrase ») comme le résultat intentionnel d’un processus (conscience). Or, il s’agit de catégories fondamentalement différentes. Du vivant de Wundt déjà, des débats ont été menés à ce sujet, qui sont aujourd’hui obsolètes. Son idée selon laquelle la structure d’une langue représente le caractère d’une culture est caduque. C’était déjà clair dans la critique de 1913 (Clemens Knobloch, « Wilhelm Wundt (1832-1920) », in : M. Dascal (dir.), Sprachphilosophie, Berlin, De Gruyter, 1992 (p. 412-431), ici p. 416).

28 Cela était tout à fait à la mode à l’époque. Henning Schmidgen décrit d’autres tentatives de « mesurer » des sensations. Schmidgen est très clair concernant le caractère futile de ces expériences (Henning Schmidgen, « Die Donders-Maschine. Ein Kapitel Physiologiegeschichte mit Deleuze und Guattari », in : H. Schmidgen [dir.], Lebendige Zeit. Wissenskulturen im Wandel, Berlin, Kadmos, 2005, p. 242-279).

29 Manfred Sommer, op. cit.

30 « Wundt souligne que sa conviction résulte de l’idée […] que les principes idéaux se retrouvent dans la réalité objective. Les fonctions intellectuelles sont les outils grâce auxquels nous découvrons les relations réelles des objets, les choses elles-mêmes fournissant la matière. L’idéal-réalisme ne doit pas déduire de façon spéculative la réalité de principes idéaux, mais, fondé sur les concepts rectifiés de la science, prouver le rapport des principes idéaux à la réalité objective. » Rudolf Eisler, Wörterbuch der philosophischen Begriffe, vol. 1 : A-N, 2e éd., Berlin, Mittler, 1904.

31 Wundt, en élève de Fechner, n’est pas le seul à s’efforcer d’atteindre l’unité de la pensée et des grandeurs mesurables. Un autre épistémologue important dans l’histoire des idées est Ernst Mach, beaucoup plus radical dans ses considérations épistémologiques, puisqu’il nie l’existence de toutes les choses qui ne sont pas accessibles à la sensibilité naturelle de l’homme. Le « monisme de la sensibilité » (Manfred Sommer, op. cit., p. 60), par exemple, conduit à mettre en doute l’existence des atomes.

32 La conception d’une répartition de la science en disciplines nomothétiques et idéographiques a été principalement représentée par Dilthey (Wilhelm Dilthey, « Der Aufbau der geschichtlichen Welt in den Geisteswissenschaften », Abhandlungen der Preußischen Akademie der Wissenschaften. Philosophisch-Historische Klasse, Jg. 1910, colonnes 1 à 123). Selon Steinvorth (Ulrich Steinvorth, « Max Webers System der verstehenden Soziologie », Zeitschrift für allgemeine Wissenschaftstheorie 13, 1, 1982, p. 48-61) c’est l’élément significatif qui occupe le premier plan dans les sciences humaines.

33 Fiedermutz-Laun souligne la différence des positions à propos de l’évolution : contrairement à Wundt, Bastian rejette l’idée d’une évolution non linéaire. Même s’il peut y avoir une « évolution » des cultures, Bastian voit dans la dynamique culturelle de tout autres forces à l’œuvre. Annemarie Fiedermutz-Laun, Der kulturhistorische Gedanke bei Adolf Bastian: Systematisierung und Darstellung der Theorie und Methode mit dem Versuch einer Bewertung des kulturhistorischen Gehalts auf dieser Grundlage, Wiesbaden, Steiner, 1970, p. 126 et 265.

34 Hans P Hahn, Ethnologie. Eine Einführung, Berlin, Suhrkamp, 2013.

35 Bernhard Streck, « Völkerpsychologie », in : Bernhard Streck (dir.), Wörterbuch der Ethnologie, 2e éd. augmentée, Wuppertal, Hammer, 2000 (p. 278-282), ici p. 278.

36 Ute Michel, « Neue ethnologische Forschungsansätze im Nationalsozialismus? Aus der Biographie von Wilhelm Emil Mühlmann (1904-1988) », in : T. Hauschild (dir.), Lebenslust und Fremdenfurcht. Ethnologie im Dritten Reich, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1995 (p. 141-167), ici p. 143 et suivantes.

37 Uwe Wolfradt, Ethnologie und Psychologie. Die Leipziger Schule der Völkerpsychologie, Berlin, Reimer, 2010, p. 10.

38 Même le reproche de Hannes Stubbe (Hannes Stubbe, « Wilhelm Wundt und die Herero », Psychologie und Geschichte 4, 1992, p. 121-138) selon lequel Wundt aurait été colonialiste parce que, tout en utilisant largement des rapports ethnographiques issus d’Afrique du Sud il ne s’est pas exprimé contre le génocide des Hereros, est peu plausible. Beaucoup de scientifiques sont restés muets à l’époque, si bien qu’il faudrait demander : quel expert de l’Afrique du Sud a à l’époque reconnu et convenablement désigné le crime ?

39 Selon Chamberlain, Wundt a tellement mélangé les approches qu’il fallait un nouveau concept de départ pour utiliser la psychologie des peuples à ses propres fins (Susanne Guski-Leinwand, « Becoming a science: The loss of the scientific approach of Völkerpsychologie », Zeitschrift für Psychologie 217, 2, 2009 [p. 79-84], ici p. 79).

40 La psychologie des peuples orientée sur la pratique conduit aussi à des œuvres comme « La psychologie des Baltes » ou « La psychologie de la race germanique » (Susanne Guski-Leinwand, op. cit., p. 80).

41 Werner Petermann, Geschichte der Ethnologie, Munich, Hammer, 2004, p. 782.

42 Willy Hellpach, Einführung in die Völkerpsychologie, Stuttgart, Enke, 1938. Egbert Klautke, The Mind of the Nation. Völkerpsychologie in Germany 1851-1955, Oxford, Berghahn, 2013, p. 122-124.

43 Egbert Klautke, « Völkerpsychologie in the 19th-Century Germany: Lazarus, Steinthal, Wundt », in : E. Podoksik, Doing Humanities in Nineteenth-Century Germany, Leyde, Brill, 2020 (p. 243-263).

44 Egbert Klautke, « The French Reception of Völkerpsychologie and the Origins of the Social Sciences », Modern Intellectual History 10, 2, 2013 (p. 293-316).

45 Robert M. Farr, op. cit.

46 D’après Klautke, l’Esprit du peuple pourrait bien être ressuscité dans les œuvres de Durkheim comme une représentation collective (ibid.).

47 Uwe Wolfradt, « Carl Stumpf – Wilhelm Wundt », op. cit.

48 Ivan Kalmar, « The Völkerpsychologie of Lazarus and Steinthal and the Modern Concept of Culture », Journal of the History of Ideas 48, 4, 1987 (p. 671-690).

49 Ibid., p. 675.

50 Hans P. Hahn, Ethnologie, op. cit., p. 94 et suivantes.

51 Franz Boas, « Die Individualität primitiver Kulturen », in : G. Albrecht, F. Boas, W. Bohnstedt (dir.), Reine und angewandte Soziologie, Leipzig, Buske, 1936 (p. 163-168).

52 Helen Codere, « The Amiable Side of Kwakiutl Life. The Potlatch and the Play Potlatch », American Anthropologist 58, 2, 1956 (p. 334-351).

53 George P. Murdock, « Bronislaw Malinowski », American Anthropologist 45, 3, 1943 (p. 441-451), ici p. 441.

54 Adam Kuper, Anthropology and Anthropologists. The Modern British School, 2e éd. révisée, Londres, Routledge, 1983 (1973), p. 11.

55 Ibid., p. 25-26.

56 Justin Stagl, « War Malinowski Österreicher? », in : B. Rupp-Eisenreich, J. Stagl (dir.), Kulturwissenschaften im Vielvölkerstaat. Zur Geschichte der Ethnologie und verwandter Gebiete in Österreich, 1780 bis 1918, Vienne, Böhlau, 1995 (p. 284-300), ici p. 294.

57 Michael W. Young, Malinowski. Odyssey of an Anthropologist, 1884-1920, New Haven, Yale University, 2004, p. 140.

58 Richard Thurnwald, « Probleme der Völkerpsychologie und Soziologie », Zeitschrift für Völkerpsychologie und Soziologie (Sociologus) 1, 1925 (p. 1-20), p. 6.

59 Ibid., p. 4.

60 Ute Michel, op. cit., p. 142. Dirk Kaesler, « Mühlmann, Wilhelm Emil », in : O. Stolberg-Wernigerode (dir.), Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 18, Berlin, Duncker & Humblot, 1997 (p. 292-293), p. 292.

61 Wilhelm E. Mühlmann, « Die Hitler-Bewegung. Bemerkungen zur Krise der bürgerlichen Kultur », Sociologus. Zeitschrift für Völkerpsychologie und Soziologie 9, 2, 1933 (p. 129-140).

62 C’est ce que montrent aussi plusieurs de ses comptes rendus de livres dans la même revue : « Thérapie psychiatrique et eugénisme » (1932), « La famille moderne » (1933), « Fondement de la théorie du lien social » (1933), « Question de la race dans les écrits contemporains » (1933).

63 Ute Michel, op. cit., p. 149.

64 Christoph Seidler, Wissenschaftsgeschichte nach der NS-Zeit: das Beispiel der Ethnologie. Die beiden deutschen Ethnologen Wilhelm Mühlmann (1904-1988) und Hermann Baumann (1902-1972). (= unveröffentlichte Magisterarbeit), Fribourg, Universität Freiburg, Institut für neuere und neueste Geschichte, 2003, p. 35.

65 Hans P. Hahn, Ethnologie, op. cit., p. 165.

66 Wilhelm E. Mühlmann, Geschichte der Anthropologie, 2e éd., Francfort-sur-le-Main, Athenäum, 1968, p. 11.

67 Le compte rendu absolument dépourvu de critique sinon même bienveillant de Gobineau (ibid., p. 80-85.) rend la position raciste de Mühlmann manifeste. Son unique critique de Gobineau se rapporte au fait que « les concepts biologiques modernes » sauraient éviter de mélanger différents critères.

68 Ibid., p. 120.

69 Ibid., p. 128.

70 Richard Thurnwald, « Grundprobleme der vergleichenden Völkerpsychologie », Zeitschrift für die gesamte Staatswissenschaft 87, 2, 1929 (p. 240-296), ici p. 240-242.

71 Il y a une référence où Wundt évoque Gobineau en exprimant son accord. Mais il s’agit du dernier des dix volumes de la Psychologie des peuples. Le volume est paru l’année de sa mort, en 1920 sous le titre « L’avenir de la culture ». Il est très possible que son fils Max Wundt soit intervenu, comme c’est le cas pour d’autres écrits de la même année. (Susanne Guski-Leinwand, op. cit., p. 80).

72 Hans P. Hahn, « Dinge erkennen. Materialität und die Formierung der Ethnologie als Wissenschaft », in : M. Hilgert, K. P. Hofmann, H. Simon (dir.), Objektepistemologien, Berlin, TOPOI (Berlin Studies of the Ancient World, 59), 2018 (p. 69-87).

73 Hans P. Hahn, Ethnologie, op. cit.

74 Hans P. Hahn, « Problèmes d’une histoire universelle imaginée et de ses sources », in : P. Grosos, J.-L. Georget, R. Kuba (dir.), L’avant et l’ailleurs. Comparatisme, ethnologie et préhistoire, Paris, Le Cerf, 2020 (p. 103-117).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hans Peter Hahn, « Wilhelm Wundt et la phase de formation de l’ethnologie de langue allemande. Une critique de la « psychologie des peuples » »Revue germanique internationale, 35 | 2022, 171-184.

Référence électronique

Hans Peter Hahn, « Wilhelm Wundt et la phase de formation de l’ethnologie de langue allemande. Une critique de la « psychologie des peuples » »Revue germanique internationale [En ligne], 35 | 2022, mis en ligne le 26 juillet 2022, consulté le 28 novembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2939 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2939

Haut de page

Auteur

Hans Peter Hahn

Université Goethe Francfort-sur-le-Main.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search