Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Introduction

Texte intégral

  • 1 Charlotte Segong-Genovesi, Musique et musiciens à Paris pendant la Grande Guerre. Les chemins du pa (...)
  • 2 Un important colloque, coordonné par Eva Lafuente et Heidi Knörzer, Chroniquer la guerre. La Guerre (...)

1Les commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale ont donné lieu à plusieurs articles ou ouvrages étudiant la vie et la création musicales au cours d’une période marquée par la mort tragique de près de dix millions de personnes. Ces quatre années singulières, qui avaient déjà attiré bien en amont l’attention des musicologues, suscitent d’ailleurs toujours l’intérêt, dont témoigne la publication récente d’une vaste étude signée par Charlotte Segond-Genovesi1. En revanche, le cent cinquantième anniversaire de la guerre de 1870 est passé relativement inaperçu sans doute en raison de la pandémie qui a frappé le monde en 20202. Mais cette éclipse s’explique aussi pour des raisons plus profondes, comme le souligne François Roth. Cette guerre « brève et limitée », est

  • 3 François Roth, La Guerre de 1870, Paris, Fayard, 1990, p. 7.

oubliée, ou presque, des Français comme des Allemands. Depuis longtemps les derniers témoins se sont éteints et les grands conflits mondiaux du xxe siècle ont dressé un écran si opaque que son souvenir s’est effacé. Située entre deux bouleversements majeurs de la carte de l’Europe, 1870 est une parenthèse vite refermée dont les conséquences ont été mineures par rapport au cycle guerrier de la Révolution et de l’Empire ou au traumatisme causé par la Grande Guerre3.

  • 4 Ibid., p. 10.

2Pourtant, comme l’écrit encore Roth : « Ce n’était pas l’avis des contemporains. » La guerre de 1870 « introduit une césure brutale et durable dans les relations franco-allemandes. Elle engendre pour longtemps un antagonisme nourri de représentations collectives, de souvenirs, de ressentiments, de haines4 ». Cette guerre a été interprétée comme le point de départ d’une ère nouvelle dans les deux pays, aussi bien sur un plan politique que culturel ou spirituel. Ce point de vue a été particulièrement défendu (et l’est encore) en France, même si l’affirmation définitive d’un nouveau style musical considéré comme éminemment français se situe plutôt vers 1900, avec l’essor de Debussy.

  • 5 Voir, notamment, Pierre Soubelet, L’Écrivain de guerre. Daudet, Zola et la guerre de 1870, Nîmes, C (...)
  • 6 Voir, notamment, Annegret Fauser et Manuela Schwartz (dir.), Von Wagner zum Wagnérisme. Musik, Lite (...)
  • 7 Yves Rassendren, « La chanson nationaliste de 1871 à 1914 ou la chanson d’une guerre à l’autre », i (...)
  • 8 Didier Francfort, Le Chant des nations, Musiques et Cultures en Europe (1870-1914), Paris, Hachette (...)

3Si la création et la vie artistique au cours de la guerre de 1870 et des années qui lui sont immédiatement postérieures ont fait l’objet de quelques études développées dans le domaine de la littérature ou de la peinture5, c’est moins le cas en musique. Plusieurs publications se focalisent sur le wagnérisme français6, la chanson revancharde ou la création de la Société nationale de musique en 18717. En revanche, aucune étude générale n’avait encore été livrée jusqu’à présent, à l’exception de l’ouvrage de Didier Francfort qui s’inscrit dans un cadre géographique plus vaste8. Le présent numéro, fruit d’un colloque qui devait se tenir à Lyon en 2020, avant d’être annulé pour cause de pandémie, se propose ainsi d’étudier la vie et la création musicales franco-allemandes de 1870 à 1914 et comment elles reflètent le conflit comme ses conséquences.

  • 9 Un colloque franco-allemand, conçu en écho à la manifestation lyonnaise et reporté à plusieurs repr (...)

4Ce volume souhaiterait ainsi amorcer des études portant aussi bien sur la guerre de 1870 que sur les conséquences qu’elle engendre sur la vie et la création musicales dans la perspective des transferts franco-allemands9. Après un tour d’horizon des relations musicales franco-allemandes de Louis XIV jusqu’aux années après 1945, esquissé par Stefan Keym, un premier groupe d’articles traite des conséquences immédiates de la guerre. La contribution de Manon Bertaux traite de la genèse d’une cantate méconnue de Saint-Saëns, Chant de guerre, directement en prise avec les événements de 1870. Mathieu Caillez porte un regard croisé sur la presse franco-allemande en 1870-1871, puis Stéphane Lelièvre étudie le cas singulier de Jacques Offenbach, Français d’adoption dont les origines allemandes lui occasionnent de terribles difficultés au sortir de la guerre, en France et en Allemagne.

5Un deuxième groupe d’articles est consacré à la musique instrumentale qui connaît un essor considérable en France après 1870. Damien Ehrhardt observe les transferts culturels entre les deux pays dans le domaine de la musique à programme tandis qu’Isabelle Bretaudeau analyse le rapport étroit d’Ernest Chausson à l’Allemagne et à sa culture, à partir d’une étude de son journal qu’il tient pendant sept mois en 1875.

6Une troisième partie aborde des cas plus spécifiques, liés à la musique vocale et lyrique. Cécile Leblanc revient sur une querelle littéraire à propos d’Auber et Boieldieu, désormais érigés en héros de la musique française, puis Sophie-Anne Leterrier montre comment le contenu des chansons françaises immédiatement postérieures à 1870 diverge d’une région à l’autre. Sabine Teulon Lardic propose pour sa part une étude du répertoire des scènes de plein air françaises sur lesquelles se développe une culture nationaliste.

7La dernière partie attire l’attention sur une des figures musicales majeures de la période, Richard Wagner, figure à la fois honnie et célébrée, dont l’ombre plane alors sur toute la vie musicale française. Jean-François Candoni revient sur les polémiques et crispations politiques consécutives à la diffusion massive de Lohengrin en France ; Jean-Christophe Branger et des étudiants de l’université Lyon 2 retracent la réception en France d’un ouvrage de jeunesse, Le Vaisseau fantôme, qui s’inscrit dans une vaste et progressive diffusion du répertoire wagnérien entre 1870 et 1914. Puis Philippe Blay étudie les liens inattendus entre Reynaldo Hahn et Wagner. Autant d’exemples qui attestent de la vitalité des relations musicales franco-allemandes au cours d’une période pourtant irisée de multiples tensions politiques, relations brutalement interrompues avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale.

Haut de page

Notes

1 Charlotte Segong-Genovesi, Musique et musiciens à Paris pendant la Grande Guerre. Les chemins du patriotisme, Paris, Vrin, 2022 ; voir aussi, entre autres, Stéphane Audoin-Rouzeau, Esteban Buch, Myriam Chimènes, Georgie Durosoir (dir.), La Grande Guerre des musiciens, Lyon, Symétrie, 2009 ; Florence Doé de Maindreville et Stephan Etcharry (dir.), La Grande Guerre en musique. Vie et création musicales en France pendant la Première Guerre mondiale, Bruxelles et al., Peter Lang, 2014.

2 Un important colloque, coordonné par Eva Lafuente et Heidi Knörzer, Chroniquer la guerre. La Guerre de 1870-1871 dans la presse européenne et atlantique, s’est cependant tenu du 26 au 28 mai 2021 à l’École polytechnique, l’université Sorbonne Nouvelle et au musée de l’Armée (voir https://guerre1870.hypotheses.org/). De nombreux ouvrages ont également été publiés. Voir, entre autres, Benoît Bodart et Gabriel Garrote (dir.), Un autre regard sur la guerre de 1870-1871, Avon-les-Roches, Lamarque, 2021.

3 François Roth, La Guerre de 1870, Paris, Fayard, 1990, p. 7.

4 Ibid., p. 10.

5 Voir, notamment, Pierre Soubelet, L’Écrivain de guerre. Daudet, Zola et la guerre de 1870, Nîmes, C. Lacour, 2020 ; Jean-François Lecaillon, Les Peintres français et la guerre de 1870 (1870-1914), Paris-Metz, Bernard Giovanangeli éditeur-Éditions des Paraiges, 2016.

6 Voir, notamment, Annegret Fauser et Manuela Schwartz (dir.), Von Wagner zum Wagnérisme. Musik, Literatur, Kunst, Politik, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1999 ; Manuel Schwartz, Wagner-Rezeption und Französische Oper des Fin de siècle. Untersuchungen zu Vincent d’Indys Fervaal, Sinzig, Studio-Verlag, 1999 ; Cécile Leblanc, Wagnérisme et création en France. 1883-1889, Paris, Champion, 2005 ; Marie-Hélène Benoit-Otis, Ernest Chausson, Le Roi Arthus et l’opéra wagnérien en France, Francfort-sur-leMain, Peter Lang, 2012.

7 Yves Rassendren, « La chanson nationaliste de 1871 à 1914 ou la chanson d’une guerre à l’autre », in : François Genton (dir.), La Guerre en chansons, Grenoble, Centre d’études et de recherches allemandes et autrichiennes contemporaines, 2004 (p. 81-96) ; Michael Strasser, Ars Gallica. The Société Nationale de Musique and its Role in French Musical Life, 1871-1891, Ann Arbor, UMI, 2000 ; Jess Tyre, « Music in Paris during the Franco-Prussian War and the Commune », The Journal of Musicology, 22/2, 2005 (p. 173-202).

8 Didier Francfort, Le Chant des nations, Musiques et Cultures en Europe (1870-1914), Paris, Hachette, 2004.

9 Un colloque franco-allemand, conçu en écho à la manifestation lyonnaise et reporté à plusieurs reprises en raison de la pandémie, aura lieu à Leipzig en 2024.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Christophe Branger et Stefan Keym, « Introduction »Revue germanique internationale, 36 | 2022, 5-7.

Référence électronique

Jean-Christophe Branger et Stefan Keym, « Introduction »Revue germanique internationale [En ligne], 36 | 2022, mis en ligne le 08 novembre 2022, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/rgi/2989 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.2989

Haut de page

Auteurs

Jean-Christophe Branger

Professeur des universités en musicologie, Université Lumière Lyon 2

Articles du même auteur

Stefan Keym

Professeur des universités en musicologie, Université de Leipzig

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS éditions
  • Logo École Normale Supérieure -(ENS)
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search