Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Présentation

Présentation

Stéphanie de Courtois, Marie-Ange Maillet et Anne-Marie Pailhès
p. 5-10

Texte intégral

  • 1 Rudolf Borchardt, Le Jardinier amoureux, traduit par Sybille Muller, Strasbourg, éditions Circé, 20 (...)

Qu’est-ce qu’un jardin ? Il y a là-dessus autant d’avis différents que de différences humaines entre jardiniers et non-jardiniers – cela va de soi : mis à côté de ces jugements, il y a encore les préjugés de toutes sortes, de toutes les époques – pourquoi la nôtre n’en aurait-elle pas ? Certains peuples, aujourd’hui encore, ont des jardins sacrés ou quasi sacrés, sacrés pour le peuple, avec des fêtes célébrées chaque saison à la manière des fêtes qu’on offre aux dieux – tout le monde les connaît. Et à l’opposé de cette croyance païenne, il y a cette obscure croyance – tout le monde la connaît – selon laquelle le jardin est un luxe et le jardinage un amusement, un violon d’Ingres, une occupation que l’on concède aux femmes et aux enfants comme une chose anodine, puérile, un embellissement, c’est-à-dire une parure de l’existence, – et au stade le plus bas de cette échelle, la mise en œuvre de penchants esthétiques1.

  • 2 Paru à titre posthume en 1951, l’ouvrage était épuisé en Allemagne, et a fait l’objet d’une rééditi (...)
  • 3 Ibid., p. 9.

1Ces mots qui ouvrent Der leidenschaftliche Gärtner, l’ouvrage récemment réédité2 de l’écrivain Rudolf Borchardt (1877-1945), ne sauraient rappeler plus clairement l’idée sur laquelle repose le présent volume – à savoir que le jardin ne peut être considéré comme un simple « hobby » destiné à « embellir l’existence », mais bien au contraire, se situe au centre même de la société humaine. Si, ainsi que l’écrit Borchardt, l’humanité – au sens de société humaine – « est née d’un jardin3 », est-il vraiment possible d’abstraire de la conception du jardin les questions de société ? Les évolutions de notre monde, exposé au dérèglement climatique, avec ses conséquences sur les politiques d’aménagement urbain et les réflexions qu’il entraîne notamment sur la place des espaces verts dans la ville, ou sur la gestion des parcs et forêts, ou la crise toute récente du COVID qui, dans les zones urbaines, est venue rappeler de manière parfois cruelle – quand ils étaient inaccessibles, ce qui fut souvent le cas en France –, le rôle qu’avaient à jouer les jardins comme régulateurs de la vie en société, rendent une telle interrogation particulièrement nécessaire.

  • 4 Voir par exemple l’ouvrage de Urte Stobbe, Kassel-Wilhelmshöhe. Ein hochadeliger Lustgarten im 18. (...)
  • 5 Voir Stefanie Steinecke, « Gartenkunst in der Stadt seit dem 19. Jahrhundert. Gestalterische und so (...)
  • 6 Voir Sybille Hoiman, « Der Garten als historisches Monument. Von der Pflege der Gärten zur institui (...)
  • 7 Pour l’Allemagne, voir Fernande Walder, Der Schulgarten in seiner Bedeutung für Unterricht und Erzi (...)
  • 8 Sur la question de l’identité nationale et du nationalisme aux xixe et xxe siècles en Allemagne, vo (...)
  • 9 Voir Joachim Wolschke-Bulmahn et Gert Gröning (dir.), Naturschutz und Demokratie!?, CGL-Studies, vo (...)
  • 10 Walter Gebhard (dir.), Sozialgeschichtliche Aspekte des Gartens. Gardens in Social History, Francfo (...)
  • 11 Brita Reimers (dir.), Gärten und Politik – vom Kultivieren der Erde, Munich, Oekom Verlag, 2011.
  • 12 Voir Gilles Clément, Patrick Moquay et Vincent Piveteau, Jardins en politique : avec Gilles Clément (...)

2Il s’agit là de l’aspect le plus contemporain de la question, manifestation d’une réflexion développée selon des modalités et des expressions variées selon les époques et les contextes environnementaux. En réalité, de tout temps, et de part et d’autre du Rhin, le jardin a été lié à des enjeux politiques, c’est-à-dire touchant à l’organisation et au fonctionnement de la polis, autant qu’à l’exercice et la mise en œuvre du pouvoir. Alors qu’il fut longtemps considéré comme un symbole de l’absolutisme et le miroir d’une volonté de contrôle4, à partir du xixsiècle, la bourgeoisie naissante puis les classes populaires se le sont approprié5, en faisant un objet de réflexion, puis progressivement un objet concret des politiques de conservation du patrimoine6 ; mais il a également été et continue d’être un outil d’éducation et d’acculturation7, parfois instrumentalisé par le pouvoir en place, mis au service d’idéologies nationalistes ou de la question de l’identité nationale8 ; témoin de conflits militaires ou lieu d’expression d’une volonté de les surmonter ; enfin espace d’expression de la démocratie et de la citoyenneté9, ou support de construction de nouvelles relations sociales, en particulier pour des populations fragilisées10… Parmi les travaux explorant de manière explicite la question du jardin en rapport avec le politique en Allemagne et en France, on pourra citer des ouvrages aussi différents que celui de Brita Reimers, Gärten und Politik – vom Kultivieren der Erde11, offrant un panel très large de questions politiques et sociales associées au jardin, ou pour la France, celui du dernier colloque de Cerisy intitulé Jardins en politique, qui aborde le sujet dans une perspective particulière – celle de l’œuvre de Gilles Clément, l’inventeur du jardin planétaire – et entend interroger la « portée sociétale » du paysage12.

  • 13 L’histoire des jardins, passage obligé des traités d’art des jardins depuis la fin du xixe siècle, (...)

3Si concevoir le jardin sous le rapport de la politique ne constitue donc pas une démarche totalement inédite, en revanche, dès lors que l’on s’intéresse à ce sujet dans la perspective des études germaniques françaises, on a vite fait de constater que les publications sur la question se comptent sur les doigts d’une main. De manière générale, le public français connaît peu la richesse du patrimoine allemand en matière de parcs et jardins. Ceux-ci sont d’autant plus nombreux que leur création remonte pour la plupart à une époque où le pays était encore morcelé en un nombre important de micro-États dont les souverains avaient chacun « leur » jardin – et beaucoup ont été préservés et entretenus de manière exemplaire jusqu’à aujourd’hui. Si l’Allemagne compte actuellement cinq grands parcs inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO (le Bergpark Wilhelmshöhe, le Gartenreich Dessau-Wörlitz, le parc de Weimar le long de l’Ilm – en tant que partie de l’ensemble Klassisches Weimar –, le parc de Muskau en Saxe, ainsi que l’ensemble des châteaux et parcs de Potsdam et Berlin), ceux-ci ne constituent qu’un indicateur de l’extrême richesse du pays dans ce domaine. Cependant, il existe peu d’ouvrages en français consacrés à ce sujet, et la question même du « jardin » dans l’aire germanophone – et par « jardin », nous comprenons aussi bien le Kleingarten particulier que les Volksparks urbains ou les grands parcs paysagers – est souvent traitée à la marge13.

  • 14 Hildegard Haberl et Anne-Marie Pailhès (dir.), Jardins d’Allemagne. Transferts, théories, imaginair (...)
  • 15 Avec des articles portant sur Hirschfeld (H. Haberl), Migge (D. Haney), Hellerau (M. Pulliero), sur (...)
  • 16 Aperçus sur l’art du jardin paysager, par le prince Hermann de Pückler-Muskau, édition établie, pré (...)
  • 17 Esthétique du jardin paysager allemand – xviiie et xixe siècles, textes réunis et préfacés par Stép (...)
  • 18 Cf. Marie-Ange Maillet, « Penser le jardin paysager », in : Esthétique du jardin paysager allemand, (...)
  • 19 Corona Schmiele, Hildegard Haberl et Annette Lensing (dir.), Jardin et mélancolie en Europe entre l (...)

4Des efforts ont toutefois été déployés ces dernières années pour la faire connaître : en 2014 notamment, la publication de Jardins d’Allemagne. Transferts, théories, imaginaires14 constituait une première tentative pour donner un aperçu diversifié des réflexions sur le jardin dans l’espace germanophone. Une des parties de l’ouvrage, intitulée « Théorie et politique du jardin », prenait en particulier en compte le rôle des jardins familiaux dans le projet politique général15. La même année paraissait la traduction française d’un texte majeur sur l’art paysager allemand, les Aperçus sur l’art du jardin paysager du prince « parcomane » Hermann von Pückler-Muskau (1785-1871)16, assortie de trois contributions sur l’art paysager allemand à l’aune des transferts culturels entre l’Angleterre, la France et l’Allemagne entre 1770 et la fin du xixe siècle. Dans ce traité à la fois théorique et pratique se pose évidemment la question – éminemment politique – du rôle représentatif du parc paysager comme marqueur d’appartenance à la noblesse, mais aussi de l’art paysager comme domaine susceptible de compenser la perte de pouvoir politique d’une partie de la noblesse allemande au début du xixe siècle. On signalera également la parution en 2018, sous le titre Esthétique du jardin paysager allemand, d’une volumineuse anthologie de textes rendant compte de l’immense productivité à l’œuvre dans l’espace germanophone entre la fin du xviiie et la fin du xixe siècle en matière d’art paysager17. Dans une telle perspective, la question politique occupe une place marginale, mais elle n’est pas totalement absente de l’ouvrage, comme en témoignent les débats intenses, dans le contexte de l’émergence d’une identité nationale allemande, sur la création d’un jardin spécifiquement « allemand », et non pas adossé aux deux grands modèles renvoyés alors dos à dos, ceux du jardin à l’anglaise (ou jardin naturel) et à la française (ou jardin formel)18. Citons enfin le numéro de la revue en ligne Histoire culturelle de l’Europe paru la même année sur le thème « Jardin et mélancolie en Europe entre le xvie siècle et l’Europe contemporaine19 », mettant notamment l’accent sur l’aire germanophone.

  • 20 Elsa Vonau, La Fabrique de l’urbanisme. Les cités-jardins, entre France et Allemagne 1900-1924, Vil (...)
  • 21 Christa Müller, « Jardins interculturels : regards sur un projet transculturel innovant en Allemagn (...)
  • 22 Catherine Robert, « Un prince jardinier du xixe siècle pour un espace sinistré en chantier : le pri (...)
  • 23 Ces transferts ont notamment été évoqués dans Michael Rohde (dir.), Prussian Gardens in Europe, 300 (...)
  • 24 https://www.pueckler-museum.de/en/stiftung-fuerst-pueckler-museum-en/. La fondation organise notamm (...)
  • 25 Le format de l’événement ne se prêtait pas entièrement à une retranscription écrite. On pourra soul (...)
  • 26 Le programme du ministère de la Culture « Adoptez un jardin », à destination des classes, n’a pas f (...)

5Les sources récentes sur les jardins allemands restent malgré tout peu nombreuses en français, et plus rares encore sont les études consacrées spécifiquement à leur dimension politique et sociale : hormis l’ouvrage d’Elsa Vonau sur les cités-jardins du début du xxe siècle20, on lira avec profit l’article de Christa Müller sur les « Jardins interculturels »21 ou celui de Catherine Robert sur le projet de réhabilitation de la Lusace sous l’égide du prince de Pückler-Muskau – encore y est-il davantage question de paysage que de jardin à proprement parler22. C’est devant ce constat d’une certaine méconnaissance, côté français, des problématiques liées au jardin dans les pays de langue allemande, et ce alors même que l’histoire de l’art paysager est riche d’échanges et de transferts culturels entre ceux-ci et la France23, qu’est née en 2018 l’idée d’une rencontre entre spécialistes allemands et français dans le but de contribuer à une meilleure connaissance réciproque des traditions, histoires, pratiques et expériences à l’œuvre dans les deux pays, et de développer les échanges autour de ces questions. En raison de la crise sanitaire, cette rencontre n’a pu être concrétisée qu’en juin 2022 ; elle a eu lieu en Allemagne, au sein de la fondation Fürst-Pückler-Park Bad-Muskau, très impliquée dans l’étude des jardins et de leur transmission aux générations futures, et dont la situation à la frontière germano-polonaise est en soi riche d’enseignements sous le rapport politique24. De ces échanges sont issues, en grande partie25, les contributions de ce volume, qui privilégient, dans leur évocation des enjeux politiques et sociaux associés au jardin, une dimension transculturelle ou comparative franco-allemande, ou bien évoquent des problématiques spécifiquement allemandes dignes d’intérêt. Le concept de Parkseminare peut-il faire l’objet, par exemple, d’une adaptation en France, ou constitue-t-il nécessairement une particularité allemande liée au contexte historique et politique dans lequel il a émergé ? Quid des jardins scolaires et des liens entre pédagogie et jardinage, qui n’ont pas été étudiés en France – malgré de nombreuses initiatives et un intérêt accru porté à ce sujet au moment où l’on réfléchit à l’adaptation des espaces scolaires au changement climatique26 ? Au bout du compte, nous espérons que ce volume pourra contribuer à alimenter la réflexion sur la comparaison ou les relations entre pratiques paysagistes et jardinières en Allemagne et en France.

Haut de page

Notes

1 Rudolf Borchardt, Le Jardinier amoureux, traduit par Sybille Muller, Strasbourg, éditions Circé, 2019, p. 7.

2 Paru à titre posthume en 1951, l’ouvrage était épuisé en Allemagne, et a fait l’objet d’une réédition en 2016 par l’éditeur berlinois Matthes & Seitz.

3 Ibid., p. 9.

4 Voir par exemple l’ouvrage de Urte Stobbe, Kassel-Wilhelmshöhe. Ein hochadeliger Lustgarten im 18. Jahrhundert, Munich, Berlin, 2009. Ou encore Andreas Pečar et Holger Zaunstöck (dir.), Politische Gartenkunst? Landschaftsgestaltung und Herrschaftsrepräsentation des Fürsten Franz von Anhalt-Dessau in vergleichender Perspektive – Wörlitz, Sanssouci und Schwetzingen, Halle, Mitteldeutscher Verlag, 2015. Concernant la France, pour une lecture renouvelée sur la réalité et les modalités de ce contrôle, voir les récents travaux de l’histoire environnementale, en particulier Grégory Quenet, Versailles, une histoire naturelle, Paris, La Découverte, 2015. Voir également Georges Farhat et Patricia Bouchenot-Déchin, André Le Nôtre en perspectives, Paris, Hazan, 2019.

5 Voir Stefanie Steinecke, « Gartenkunst in der Stadt seit dem 19. Jahrhundert. Gestalterische und soziale Differenzierungen im öffentlichen und privaten Raum », in : Stefan Schweizer et Sascha Winter (dir.), Gartenkunst in Deutschland, Regensburg, Schnell & Steiner, 2012 (p. 233-250). Ou encore Nadja Horsch et Simone Tübbekce (dir.), Leipziger Gartenkultur im 18. und 19. Jahrhundert, Leipzig, Passage-Verlag, 2018. Pour la France, voir Luisa Limido, L’Art des jardins sous le Second Empire. Jean-Pierre Barillet-Deschamps (1824-1873), Seyssel, Champ-Vallon, 2001 ; voir également Françoise Dubost, Les Jardins ordinaires, Paris, L’Harmattan, 2000 (réédition de Côté jardins, 1984) ; Louis-Michel Nourry, Les Jardins publics en province : espace et politique au xixe siècle, Rennes, PUR, 1997 ; Florence Weber, L’Honneur des jardiniers. Les potagers dans la France du xxe siècle, Paris, Belin, 1998 ; Stéphanie de Courtois, Édouard André (1840-1911) et la société de son temps : le parcours d’un architecte-paysagiste botaniste du Second Empire à la Belle Époque, Thèse de doctorat, Paris 1, 2009 ; Michel Audouy, Jean-Pierre Le Dantec, Yann Nussaume et Chiara Santini (dir.), Le Grand Pari(s) d’Alphand. Création et transmission d’un paysage urbain, Paris, Éditions de la Villette, 2018 ; Charles-François Mathis et Émilie-Anne Pépy, La Ville végétale. Une histoire de la nature en milieu urbain (France, xviie-xxie siècle), Seyssel, Champ Vallon, 2017.

6 Voir Sybille Hoiman, « Der Garten als historisches Monument. Von der Pflege der Gärten zur instituionalisierten Gartendenkmalpflege », in : Stefan Schweizer et Sascha Winter (dir.), Gartenkunst in Deutschland, op. cit. (p. 38-52). Voir aussi la publication récente sur la Deutsche Gartenbaugesellschaft : Klaus Neuman (dir.), Deutsche Gartenbaugesellschaft. 200 Jahre Förderung der Gartenkultur in Deutschland, Ulmer Verlag, 2022. Sur la France, voir notamment Françoise Dubost, Vert patrimoine, Paris, Éditions de la MSH, 1997, et Arlette Auduc, « Paysage, architecture rurale, territoire : de la prise de conscience patrimoniale à la protection », In Situ. Revue des patrimoines 7, 2006, [http://journals.openedition.org/insitu/2737].

7 Pour l’Allemagne, voir Fernande Walder, Der Schulgarten in seiner Bedeutung für Unterricht und Erziehung. Deutsche Schulgartenbestrebungen vom Kaiserreich bis zum Nationalsozialismus, Bad Heilbrunn, Klinkhardt, 2002.

8 Sur la question de l’identité nationale et du nationalisme aux xixe et xxe siècles en Allemagne, voir Gert Gröning et Uwe Schneider (dir.), Gartenkultur und nationale Identität. Strategien nationaler und regionaler Identitätsstiftung in der deutschen Gartenkultur, Worms, Wernersche Verlagsgesellschaft, 2001 ; Joachim Wolschke-Bulmahn et Gert Gröning, « The ideology of the nature garden. Nationalistic trends in garden design in Germany during the early twentieth century », The Journal of Garden History 12/1, 1992 (p. 73-80) ; Joachim Wolschke-Buhlmahn (dir.), Nature and Ideology. Natural Garden Design in the Twentieth Century, Dumbarton Oaks, Washington DC, 1997. Voir également Kristina Vagt, Politik durch die Blume. Gartenbauausstellungen in Hamburg und Erfurt im Kalten Krieg (1950-1974), Munich et Hambourg, Dölling und Galitz, 2013. Pour la France, voir Laurent Salomé et Musée national du Château de Versailles et de Trianon, Versailles revival, 1867-1937, Versailles, Somogy, 2019 ; Georges Farhat et Musée de l’Île-de-France, André Le Nôtre. Fragments d’un paysage culturel. Institutions, arts, sciences & techniques, Sceaux, Musée de l’Île-de-France, 2006 ; Stéphanie de Courtois, « Jacques Gréber and the rereading of the formal garden, 1920-1939. Creations, reinventions, reception », in : Monique Mosser, José Tito Rojo et Simonetta Zanon (dir.), Giardini storici, verità e finzione : letture critiche dei modelli storici nel paesaggio dei secoli xx e xxi. Trévise, Fondazione Benetton studi ricerche, Antiga, 2021 (p. 241-262) ; Camille Lesouef, « Le jardin “à la française” : l’invention d’un modèle nationaliste (1867-1913) », in : Jean-Philippe Garric (dir.), L’Architecte et ses modèles. Intentions, connaissance et projets à la période contemporaine, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021 (p. 269-278).

9 Voir Joachim Wolschke-Bulmahn et Gert Gröning (dir.), Naturschutz und Demokratie!?, CGL-Studies, vol. 3, Munich, 2006. En France, les travaux se sont appliqués aux espaces urbains plus largement : voir Bernadette Lizet, Anne-Elisabeth Wolf et John Celecia, Sauvages dans la ville. De l’inventaire naturaliste à l’écologie urbaine : hommage à Paul Jovet (1896-1991), Paris, Publications scientifiques du Muséum, 1999 ; « Bienfaisante nature », dossier publié sous la direction de Françoise Dubost et Bernadette Lizet, Communications 74, 2003 ; Bernadette Lizet, « Théâtres végétaux dans la ville : jalons pour une ethnobotanique urbaine », in : Francis Hallé et Pierre Lieutaghi (dir.), Des plantes et des hommes, Paris, Fayard, 2009 (p. 576-607).

10 Walter Gebhard (dir.), Sozialgeschichtliche Aspekte des Gartens. Gardens in Social History, Francfort/Main, Peter Lang, 2002. Pour la France, voir le numéro édité par Marie-Hélène Bénetière, Sophie Cueille et Françoise Dubost, « Jardins collectifs : de l’abbé Lemire aux jardins d’insertion : typologies – expériences – enjeux de conservation », In Situ. Revue des patrimoines 37, 2018 [https://doi.org/10.4000/insitu.18676]. Voir également l’article de Yann Lafolie, « De quoi la Friche est-elle le nom ? », Carnets du paysage 23, 2012 (p. 93-107) ; et Gilles Clément, « Prison et jardin. À propos d’un jardin pour Rennes », Lignes 27, 1996 (p. 110-116). Voir enfin le thème annuel de la manifestation « Rendez-vous au jardin 2017 », Le partage au jardin, qui a donné lieu à une journée d’étude organisée par la Direction générale des patrimoines et le Conseil national des parcs et jardins, dont les résultats sont consultables en ligne [https://www.culture.gouv.fr/content/download/159203/file/Acte_RdvJardins_2017_PartageJardin_20160118.pdf].

11 Brita Reimers (dir.), Gärten und Politik – vom Kultivieren der Erde, Munich, Oekom Verlag, 2011.

12 Voir Gilles Clément, Patrick Moquay et Vincent Piveteau, Jardins en politique : avec Gilles Clément. Colloque de Cérisy, Cerisy-la-Salle, Centre culturel international de Cerisy, 2018, ici p. 6. Voir également un second volet de la diffusion de la série de colloques à Cerisy : Patrick Moquay (dir.), Jardins en société, Cerisy-la-Salle, Centre culturel international de Cerisy, 2023 [https://cerisy-colloques.fr/jardins-traverseescerisy-pub2022/].

13 L’histoire des jardins, passage obligé des traités d’art des jardins depuis la fin du xixe siècle, ne fait qu’effleurer les jardins du monde germanique, et l’ignorance perdure longtemps. On signalera cependant l’article de Birgit Wahmann, « Les “Kleingärten”, jardins familiaux et ouvriers en Allemagne », in : Monique Mosser et Georges Teyssot (dir.), Histoire des jardins de la Renaissance à nos jours, Paris, Hazan, 1992 (p. 447-449 dans l’édition de 2002) ; Eryck de Rubercy a aussi rendu accessible en français dès 1998 une partie du traité du prince Hermann de Pückler-Muskau, Aperçus sur l’art des jardins paysagers, Paris, Klincksieck, 1998 (son texte propose une traduction de la première partie de l’ouvrage).

14 Hildegard Haberl et Anne-Marie Pailhès (dir.), Jardins d’Allemagne. Transferts, théories, imaginaires, Paris, Champion, 2014.

15 Avec des articles portant sur Hirschfeld (H. Haberl), Migge (D. Haney), Hellerau (M. Pulliero), sur l’influence de la guerre froide sur l’économie du jardin (R. Pannowitsch) et sur les jardins ouvriers et le « mur dans les têtes » (A.-M. Pailhès).

16 Aperçus sur l’art du jardin paysager, par le prince Hermann de Pückler-Muskau, édition établie, présentée et annotée par Stéphanie de Courtois, Marie-Ange Maillet et Eryck de Rubercy, Paris, Klincksieck, 2014. Il s’agit là d’une réédition de la traduction française intégrale de 1847, qui avait été perdue. L’ouvrage a été réédité avec le volumineux atlas d’illustrations qui l’accompagnait.

17 Esthétique du jardin paysager allemand – xviiie et xixe siècles, textes réunis et préfacés par Stéphanie de Courtois, Marie-Ange Maillet et Eryck de Rubercy, Paris, Klincksieck, 2018. L’ouvrage entend présenter l’intense réflexion théorique et philosophique suscitée en Allemagne par l’émergence du modèle paysager, donne à lire de nombreuses descriptions des parcs les plus connus de cette période en les mettant en regard avec des prises de vue contemporaines, et expose également les réflexions pratiques des paysagistes lors de l’aménagement de ces parcs.

18 Cf. Marie-Ange Maillet, « Penser le jardin paysager », in : Esthétique du jardin paysager allemand, op. cit., ici p. 17 sq.

19 Corona Schmiele, Hildegard Haberl et Annette Lensing (dir.), Jardin et mélancolie en Europe entre le xvisiècle et l’époque contemporaine [https://www.unicaen.fr/mrsh/hce/index.php?id=673].

20 Elsa Vonau, La Fabrique de l’urbanisme. Les cités-jardins, entre France et Allemagne 1900-1924, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2014.

21 Christa Müller, « Jardins interculturels : regards sur un projet transculturel innovant en Allemagne », In Situ. Revue des patrimoines 37, 2018 [https://journals.openedition.org/insitu/19152].

22 Catherine Robert, « Un prince jardinier du xixe siècle pour un espace sinistré en chantier : le prince Pückler, nouvelle figure tutélaire de la Lusace ? », in : Guillaume Lacquement, Karl Martin Born et Béatrice von Hirschhausen (dir.), Réinventer les campagnes en Allemagne. Paysage, patrimoine et développement rural, Paris, ENS éditions, 2012 [https://books.openedition.org/enseditions/4616?lang=fr].

23 Ces transferts ont notamment été évoqués dans Michael Rohde (dir.), Prussian Gardens in Europe, 300 Years of Garden History, Leipzig, Edition Leipzig, 2007 et dans Esthétique du jardin paysager allemand, op. cit. Iris Lauterbach a beaucoup travaillé sur les échanges entre les jardiniers et les propriétaires de jardins français et allemands, on lira notamment le récent article, « “Ces merveilles du monde” : jardiniers allemands et jardins français au xviiie siècle », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles 21, 2021 [https://doi.org/10.4000/crcv.23005] ; et « Sckell und Frankreich – “l’unique endroit pour former un jeune homme dans la connoissance de botanique si essentielle pour un jardinier” », in : Iris Lauterbach (dir.), Friedrich Ludwig von Sckell (1750-1823). Gartenkünstler und Stadtplaner, Die Gartenkunst 14/2, 2002, Worms, Wernersche Verlagsgesellschaft (p. 221-243). Voir également l’ouvrage de Stefan Schweizer : Die Erfindung der Gartenkunst. Gattungsautonomie – Diskursgeschichte – Kunstwerkanspruch, Berlin et Munich, Deutscher Kunstverlag, 2013 et son évocation de l’importance des théoriciens français (d’Argenville, Claude Mollet, André Mollet…) sur l’émergence du concept d’art paysager.

24 https://www.pueckler-museum.de/en/stiftung-fuerst-pueckler-museum-en/. La fondation organise notamment de nombreux séminaires alliant approches historiques et pratiques.

25 Le format de l’événement ne se prêtait pas entièrement à une retranscription écrite. On pourra souligner toutefois la participation à une table ronde de Gilbert Fillinger, initiateur du projet des « Jardins de la paix » porté par le label Art & jardins, « projet paysager unique sur les sites emblématiques du souvenir de la Première Guerre mondiale », pour lesquels l’association Art & Jardins, la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale et le ministère des Armées ont élaboré un « parcours créatif et innovant aux couleurs des nations meurtries qui embrassent conjointement la cause de la pacification du monde contemporain. C’est une invitation aux paysagistes et aux architectes venus des pays belligérants, à tracer des pistes de réflexion du monde d’aujourd’hui traversé par des bouleversements économiques, politiques et écologiques. Depuis 2018, année de célébration du centenaire de la fin de la Grande Guerre, 20 Jardins de la Paix ont été créés dans les Hauts-de-France, en Belgique et désormais dans le Grand Est. Ils offrent une approche différente, sensible et complémentaire aux lieux de mémoire », selon le site https://www.artetjardins-hdf.com/. L’histoire des traditions et échanges entre France et Allemagne sur la question du jardin mémoriel reste à écrire.

26 Le programme du ministère de la Culture « Adoptez un jardin », à destination des classes, n’a pas fait l’objet d’un bilan, une dizaine d’années après son lancement. De même, les professionnels du jardinage ont lancé dès 2000 « La Semaine du jardinage » [https://www.jardinons-alecole.org], mais nous n’avons pas connaissance de travaux sur ce jardinage pédagogique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie de Courtois, Marie-Ange Maillet et Anne-Marie Pailhès, « Présentation »Revue germanique internationale, 38 | 2023, 5-10.

Référence électronique

Stéphanie de Courtois, Marie-Ange Maillet et Anne-Marie Pailhès, « Présentation »Revue germanique internationale [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rgi/4144 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.4144

Haut de page

Auteurs

Stéphanie de Courtois

Maître de conférences en Ville et Territoire à l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles (Léav).

Articles du même auteur

Marie-Ange Maillet

Maîtresse de conférences en études germaniques, université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis (UR Mondes Allemands)

Articles du même auteur

Anne-Marie Pailhès

Professeure en études germaniques à l’université Paris Nanterre (CEREG)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search