Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Le jardin de Laxenburg près de Vi...

Le jardin de Laxenburg près de Vienne : Ermenonville autrichien et bastion vert face aux victoires napoléoniennes

Der Garten von Laxenburg bei Wien: österreichisches Ermenonville und grüne Bastion angesichts der Siege Napoleons
The Laxenburg Garden Near Vienna: Austrian Ermenonville And Green Bastion in the Face of Napoleon’s Victories
Hildegard Haberl
p. 11-23

Résumés

Cette contribution étudie la portée politique du parc impérial de Laxenburg, au cœur des relations franco-autrichiennes à la fin du xviiie et au début du xixe siècle. Joseph II s’intéresse au jardin d’Ermenonville à l’occasion d’un voyage en France en 1777, et en importe le motif de l’île aux peupliers au jardin de Laxenburg. Il transforme celui-ci en parc paysager à l’anglaise à l’aide d’un architecte d’origine française. Sous le règne de François II (I) d’Autriche (1792-1835), Laxenburg est promu en lieu de mémoire de la dynastie des Habsbourg après la défaite de cette dernière contre Napoléon et la fin du Saint-Empire Romain Germanique. François, qui représente le conservatisme de l’Ancien Régime et la contre-révolution en Europe, est aussi l’« empereur des fleurs » de la période Biedermeier et possède de solides connaissances dans les domaines de la botanique et de l’horticulture. Il reste sa vie durant intéressé par la nature, l’agriculture et l’horticulture, ce dont témoigne parfaitement le parc impérial de Laxenburg.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Stéphanie de Courtois, Marie-Ange Maillet et Eryck de Rubercy, Esthétique du jardin paysager al (...)
  • 2 Cf. Christian Hlavac, Astrid Göttche et Eva Berger (dir.), Historische Gärten und Parks in Österrei (...)
  • 3 Géza Hajós (dir.), Der malerische Landschaftspark in Laxenburg bei Wien, Vienne, Böhlau, 2006. Géza (...)

1Les jardins historiques des princes éclairés allemands du xviiie siècle, comme Dessau-Wörlitz ou Kassel-Wilhelmshöhe, commencent à être mieux connus en France1. On évoque moins souvent les jardins autrichiens, qui s’inscrivent tout autant dans la grande histoire des jardins de cette époque2. L’un de ceux-ci, situé à Laxenburg, à quinze kilomètres au sud de Vienne, doit sa notoriété à l’historien de l’art d’origine hongroise Géza Hajós3. Il exprime particulièrement la tentative de représenter le pouvoir dynastique dans un style nouveau, porteur des idées libérales des Lumières, pour devenir ensuite un lieu de mémoire d’une dynastie dont la légitimité fut ébranlée au moment charnière des guerres napoléoniennes. Le jardin est ainsi un espace de représentation, dont les concepteurs cherchent à participer au jeu de pouvoir à l’échelle européenne. Il a été transformé au xviiie siècle sous Joseph II en l’un des plus importants jardins paysagers anglais d’Europe centrale. Dans le tome V de sa célèbre Théorie de l’art des jardins (publiée en cinq tomes de 1779 à 1785), Christian Cay Lorenz Hirschfeld (1742-1792) évoque un « nouveau jardin » à « Laxembourg », assimilé au « goût noble » :

  • 4 Christian Cay Lorenz Hirschfeld, Théorie de l’art des jardins, trad. par Frédéric de Castillon, t.  (...)

Les jardins d’Autriche commencent aussi à s’élever de l’ancienne symétrie au goût pur de la nature. […] Cependant l’Empereur fait construire actuellement à Laxembourg, un nouveau jardin commencé depuis quelques années & qui sera d’un goût noble. Un grand plan enluminé qui contient les additions faites en 1782 & 1783, prouve déjà que l’ensemble a des parties admirables. L’eau se déploie en belles sinuosités, & les vastes gazons offrent un aspect amusant avec les grands groupes & les plantations qui étalent sur ces tapis verds [sic] leurs formes variées. Sans doute que l’on étendra & perfectionnera ces scènes, dès que le Monarque pourra retourner tout entier aux douces occupations de la paix4.

Plan de Laxenburg. Eau-forte colorée de Theodor Festorazzo, d’après un dessin de Heinrich Basler

Plan de Laxenburg. Eau-forte colorée de Theodor Festorazzo, d’après un dessin de Heinrich Basler

Bildarchiv Austria, série : « Laxenburg bei Wien in bildlicher Darstellung ». © ÖNB Wien : Pk 5159, Beil. 1.

  • 5 François II est le dernier empereur germanique (puisque le Saint-Empire est dissous en 1806) et le (...)

2J’aimerais présenter ce jardin dans son contexte franco-autrichien et apporter ainsi une contribution à l’analyse des transferts culturels franco-autrichiens. Pour ce faire, je souhaite procéder en deux étapes. Tout d’abord, j’évoquerai brièvement la période « classique » de ce parc du temps de Joseph II pour ensuite retracer l’histoire de ce parc paysager à l’époque de son neveu, l’empereur François II (I5) dont le règne s’étend de 1792 à 1835, période au cours de laquelle le jardin connaît son heure de gloire romantique. Il s’agit d’une période où la réflexion théorique sur l’esthétique du jardin paysager allemand est très intense et où l’on veut s’émanciper des modèles anglais et français pour créer des jardins qui représentent la nation en train de se former.

Laxenburg sous Joseph II : un Ermenonville autrichien

  • 6 Cf. Christian Hlavac, « Die Wiener Hofgärtnerdynastie Antoine. Ein Beitrag zur Geschichte einer Gär (...)
  • 7 Christian Hlavac et Astrid Göttche, Die Gartenmanie der Habsburger. Die kaiserliche Familie und ihr (...)

3C’est l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche (1717-1780) qui, la première, agrandit considérablement le parc de Laxenburg. Propriété des Habsbourg depuis le xive siècle, celui-ci était jusqu’alors un domaine de chasse avec faisans, chevreuils et hérons. Son mari François-Étienne de Lorraine la soutient activement dans cette entreprise. Alors qu’il s’installe à Vienne, il fait venir de Lorraine le premier représentant de l’importante famille de jardiniers Antoine, Jean Antoine (1731-1800)6. Les Antoine occuperont la fonction de jardiniers de cour pendant presque cent ans. François (de Paula) Antoine l’Ancien (1768-1834) aménage notamment entre 1816 et 1819 le jardin impérial (Burggarten) pour François II (I) et le conçoit en partie comme un jardin paysager anglais. Jardinier impérial le plus connu de son époque, il est aussi, selon Christian Hlavac, le partenaire de discussion préféré de l’empereur François II (I) sur le jardinage et les jardins7. Nous y reviendrons plus loin.

  • 8 Cf. Jean Bérenger, Joseph II d’Autriche. Serviteur de l’État, Paris, Fayard, 2007.

4C’est cependant avec Joseph II que la nouvelle conception de l’aménagement des parcs et jardins fait son entrée à la cour de Vienne dans les années 1770. Se considérant comme le premier serviteur de l’État8, il comprend très tôt la fonction hygiéniste des jardins impériaux en y donnant accès pour les loisirs et le bien-être de son peuple : il ouvre le Prater en 1766, le Augarten en 1775 et les jardins de Schönbrunn en 1779. Christian Cay Lorenz Hirschfeld donne à ce sujet une image très idéalisée de Joseph dans sa Théorie de l’art du jardin :

  • 9 Christian Cay Lorenz Hirschfeld, Théorie de l’art des jardins, op. cit., p. 77.

Souvent ici [dans le Augarten, HH] & dans le Prater, l’Empereur, cet ami de l’humanité, est au milieu de son peuple, sans suite, uniquement accompagné par l’amour de ses sujets, & les voit avec une sensibilité noble & participante se partager sans gêne en troupes plus ou moins grandes, toutes réunies cependant par un seul sentiment, celui de la joie que leur inspire leur bienfaiteur, qui, semblable à l’esprit vivifiant dont la nature est animée, répand sur eux une chaleur salutaire9.

  • 10 Michael Gamper, « Die Natur ist republikanisch ». Zu den ästhetischen, anthropologischen und politi (...)
  • 11 Géza Hajós, Romantische Gärten der Aufklärung, op. cit.
  • 12 Sur Joseph II et la France voir : Jean Bérenger, Joseph II, op. cit., et Histoire de l’empire des H (...)
  • 13 Baptiste Rahal, Vers le parc Jean-Jacques Rousseau, Conseil général de l’Oise, 2005. Michel Conan, (...)
  • 14 Il est très rapidement traduit en allemand sous le titre Von Verschönerung der Natur um Landwohnung (...)
  • 15 Géza Hajós, « Die Geschichte des Laxenburger Parks zwischen 1700 und 1914 », in : Géza Hajós (dir.) (...)

5Le projet d’aménager Laxenburg d’après le modèle du jardin du marquis de Girardin à Ermenonville s’inscrit ainsi dans un programme de « nationalisme culturel10 » qui cherche à créer des jardins qui soient à l’image d’un État éclairé. Joseph II choisit pour ce faire un architecte d’origine française, Isidor Ganneval (1730-1786), qui élabore les plans pour l’aménagement du jardin existant11. C’est lors de son voyage d’information de quatre mois en France en 1777 – incognito sous le nom d’emprunt de comte de Falkenstein12 – que l’empereur s’arrête à Ermenonville où il rencontre le marquis René-Louis de Girardin (1735-1808)13. Celui-ci a alors achevé depuis un an l’aménagement d’Ermenonville et il vient de faire paraître son ouvrage célèbre De la composition des paysages sur le terrain ou des moyens d’embellir la nature près des habitations en y joignant l’agréable à l’utile14. Géza Hajós souligne que l’empereur fut tellement impressionné par la beauté pastorale et pittoresque d’Ermenonville qu’il prit la décision, à son retour, de modifier les jardins impériaux de Vienne selon le goût nouveau15. Un an après le passage de Joseph II, le 28 mai 1778, Jean-Jacques Rousseau s’installe à Ermenonville. Il y meurt le 2 juillet suivant et trouve sa dernière demeure sur l’île des Peupliers avant d’être transféré en 1794 au Panthéon.

6Joseph II a-t-il rencontré Jean-Jacques Rousseau pendant son voyage à Paris où celui-ci séjournait à l’époque ? Les sources que j’ai pu consulter ne sont pas unanimes, mais une source du xixe siècle semble le confirmer :

  • 16 Gustav Garrison, « Joseph II et son temps », Revue des deux mondes 16, 1846 (p. 720-745). Il s’agit (...)

Le comte de Falkenstein visita Buffon et Rousseau, et c’est un des plus grands spectacles de cette époque que cet hommage rendu par le chef de l’empire à la souveraineté de l’intelligence. Quand Joseph entra à l’improviste chez Rousseau, le philosophe écrivait de la musique ; et comme son hôte s’étonnait qu’il perdît son temps à une occupation indigne de lui : « J’ai voulu apprendre aux Français à penser, lui répondit Rousseau, et je n’ai pu y réussir ; maintenant je leur apprends à chanter, et ils chantent16 !… »

  • 17 Raymond Trousson, Jean-Jacques Rousseau, Paris, Tallandier, 2003 et Jean Guéhenno, Jean-Jacques. Hi (...)
  • 18 Jean Bérenger, Joseph II, op. cit.

7Pourtant ni les biographes des Rousseau, comme Raymond Trousson ou Jean Guehénno17, ni Jean Bérenger n’évoquent un entretien entre les deux hommes18. Ce dernier constate – en parlant de l’éducation de Joseph II :

Christian Gottlieb Geissler, Résurrection de Jean-Jacques Rousseau (1794)

Christian Gottlieb Geissler, Résurrection de Jean-Jacques Rousseau (1794)

Estampe. BGE, Centre d’iconographie genevoise (VG 2627)

  • 19 Ibid., p. 66-67.

Joseph II était fort peu redevable aux philosophes français, soit que leur œuvre fût encore inédite (Rousseau), soit qu’ils fussent systématiquement ignorés (Voltaire Montesquieu). […] L’influence principale fut celle de Samuel Pufendorf, qui était un écrivain démodé dans l’Allemagne de 1750, alors que Christian Wolf, qui avait vulgarisé Leibniz et était appelé « le père des Lumières », était ignoré. […] En fait Joseph II était un produit de l’éducation jésuite traditionnelle19.

  • 20 Ibid., p. 80.

8Bérenger accorde une place importante au voyage de 1777 en soulignant que « l’influence française sur Joseph II doit être cherchée dans les enseignements qu’il a tirés de ce voyage davantage que dans la lecture des “philosophes20” ». La description que Hirschfeld fait du jardin viennois suggère pourtant que le nouveau jardin rendait hommage au philosophe en reproduisant son tombeau – et c’est pour lui une raison de le critiquer :

  • 21 Hirschfeld parle ici aussi du nouveau jardin du maréchal Comte de Lacy qui a fait construire un jar (...)
  • 22 Christian Cay Lorenz Hirschfeld, Théorie de l’art des jardins, op. cit., p. 425.

Cependant ces jardins21, dont les éminences boisées, les haies & les gazons se distinguent d’une façon si avantageuse, offrent quelques parties que le connaisseur souhaiterait de voir disparaître, p. e. des haies symmétriques [sic] avec une machine hydraulique au milieu, des plantations d’arbres tirés au cordeau ; des parterres à la française, le tombeau de Rousseau que l’on ne chercherait pas ici22.

  • 23 Edith Bódi, « Der Park und die Pflanze. Wechselbeziehungen im Spiegel der Geschichte », in : Géza H (...)

9De nos jours cette réplique du tombeau de Rousseau ne se trouve plus à Laxenburg mais on y trouve encore le motif pittoresque du groupe de peupliers formant l’arrangement en cercle caractéristique de l’île des peupliers (Rousseau-Motiv am Stapelplatz)23, même si les arbres sont placés au bord de l’étang entourant l’île sur laquelle se trouve la « Franzensburg », ajoutée plus tard par François II (I). Selon Hajós, Joseph II n’a pas tout à fait réussi à mettre en œuvre à Laxenburg ce qu’il appelle la « solution Ermenonville » :

  • 24 Pour le réaménagement, Joseph II s’appuya sur l’architecte de la cour impériale Isidor Canevale/Gan (...)
  • 25 Géza Hajós, « Peter Joseph Lenné und Laxenburg. Die Bedeutung des wiederaufgefundenen Lennée-Planes (...)

Le réaménagement du parc de Laxenburg par Joseph II fut certes vu et qualifié de « jardin à l’anglaise » par les contemporains, mais celui-ci ne répondait pas aux maximes qui étaient déjà généralement en vigueur en Angleterre vers le milieu du siècle. Une conception géométrique de l’espace libre correspondait encore au mode de pensée formé à la française qui, à l’époque des Lumières tardives, continuait à se référer au rationalisme pur. La structuration pittoresque du paysage des parcs anglais était rabaissée par ses adversaires comme étant « confuse », « mélancolique » et « désordonnée ». L’empereur Joseph II était certes un homme des Lumières, mais il n’a pas pu se résoudre à une solution Ermenonville avec son architecte Ganneval24. L’esprit nouveau et ses souhaits de transformation radicale n’atteignirent la cour de Vienne qu’au début du xixe siècle25.

  • 26 Géza Hajós, Der malerische Landschaftspark, op. cit., p. 116.

10Joseph II est sorti de l’ordinaire avec l’aménagement de Laxenburg en jardin à l’anglaise comme en témoigne la citation de Hirschfeld plus haut. Même s’il mobilise encore un style mixte qui préserve le système d’allées géométriques, les travaux qu’il y fait entreprendre reflètent une évolution dans l’art des jardins sur laquelle s’appuiera son successeur. L’âge d’or de ce jardin coïncide en effet avec la chute du Saint-Empire romain germanique, que les Habsbourg ont dirigé depuis le xiiie siècle et qui est dissous dans le contexte des guerres contre la France napoléonienne (1792-1815). Le parc est ainsi transformé en haut lieu de mémoire des Habsbourg et le jardin fait partie d’une nouvelle « iconographie du pouvoir »26 du nouvel empereur d’Autriche, François Ier.

Laxenburg sous François II (I) : un jardin érigé en lieu de mémoire de la dynastie des Habsbourg

L’empereur déchu et l’empereur des fleurs

  • 27 Il est vraiment étonnant qu’il n’existe pas de biographie moderne de ce monarque, ce que souligne a (...)

11Rappelons quelques dates importantes de la biographie de François II (I). Il accède au trône en 1792 et il est le dernier souverain du Saint-Empire romain germanique. À partir de 1804 et jusqu’à sa mort en 1835, il porte le titre d’empereur d’Autriche27 : il adopte ce titre pour compenser les prétentions impériales de Napoléon.

  • 28 « Franz I. im Krönungsornat des österreichischen Kaisertums » (1832).
  • 29 Helmut Rumpler, « Eine Chance für Mitteleuropa. Bürgerliche Emanzipation und Staatsverfall in der H (...)
  • 30 Cf. Werner Telesko, Geschichtsraum Österreich. Die Habsburger und ihre Geschichte in der bildenden (...)

12François II (I) est une personnalité complexe. On connaît son portrait officiel par Friedrich von Amerling (1803-1887), dans lequel il est représenté sur son trône, manifestement très peu sûr de lui28. Mais contrairement à Napoléon, ni François ni aucun de ses successeurs ne se fait couronner empereur d’Autriche. Sur le tableau d’Amerling, l’empereur porte la couronne de la maison Habsbourg. Cette couronne semble l’écraser. Son regard est presque inquiet. Helmut Rumpler parle même d’une « mascarade effrayante » avec les jambes enfoncées dans de longs collants de soie qui lui donneraient l’air d’un pantin. Selon lui il s’agit d’un chef d’État qui affichait lui-même sa fragilité29. François accepta pourtant ce portrait. D’autres analyses mettent l’accent sur l’importance de la physionomie de l’empereur sur ce tableau : le sérieux et la mélancolie exprimés dans son visage – expression d’un souverain comme figure de père qui s’intéresse au sort de son peuple30.

Friedrich von Amerling, L’empereur François Ier (II) (1768-1835) d’Autriche en costume impérial autrichien (1832)

Friedrich von Amerling, L’empereur François Ier (II) (1768-1835) d’Autriche en costume impérial autrichien (1832)

Kunsthistorisches Museum Wien, Gemäldegalerie

13De fait, le règne de François est marqué par vingt-trois ans de guerre contre la France. Un an après son accession au titre d’empereur, il assiste ainsi à la victoire écrasante de la Grande Armée sur les forces de la coalition austro-russe. La capitale autrichienne est occupée une première fois le 13 novembre 1805. En 1806, il se démet de sa dignité impériale. Le Saint-Empire romain germanique s’éteint sans être fondu dans un nouvel empire franco-occidental. L’Autriche se sépare ainsi politiquement de l’Allemagne. Les Français occupent à nouveau Vienne et Napoléon réside à Schönbrunn de mai à octobre 1809. Des soldats français sont aussi stationnés à Laxenburg – la résidence d’été préférée de François – où ils détruisent une partie des fabriques (Staffagebauten). Malgré ces conflits, François accorde la main de sa fille Marie-Louise à Napoléon Bonaparte et envoie en 1812 un corps d’armée autrichien contre la Russie. La réalisation de ces projets de mariage fut la grande œuvre du prince Charles de Schwarzenberg et du comte Klemens Wenzel Metternich qui, depuis 1809, occupe le poste de chancelier d’État après avoir été ambassadeur d’Autriche à Paris. L’ère de Metternich commence. La domination de cette personnalité est peut-être une des raisons pour lesquelles aucun biographe ne s’est penché sur François ces dernières années.

  • 31 Jean Bérenger, Histoire de l’Empire des Habsbourg, op. cit., p. 232 sq., ici p. 241.

14Le bilan de la fin de son règne est celui d’un empereur faible et indécis : après le Congrès de Vienne et la victoire sur la France révolutionnaire, François laisse l’administration des provinces entre les mains de l’aristocratie locale et fait la chasse aux libéraux. « Il ne voulait pas ressusciter le Saint-Empire qu’il avait lui-même solennellement dissous en août 1806 et se contenta de créer une Confédération germanique aux liens très lâches, regroupant les États souverains (Prusse, Saxe, Bavière, Hesse, Bade, etc.), dont il accepta la présidence31 ». L’ère François Ier/Metternich se caractérise au niveau de la politique intérieure par la surveillance policière, la censure et les incarcérations arbitraires d’opposants libéraux. François Ier représente l’ordre restauré qui ne pourra pas empêcher la révolution de 1848.

  • 32 Au centre d’une exposition organisée à Baden en 2016 et intitulée « Die Gartenmanie der Habsburger. (...)
  • 33 Cf. Christian Hlavac, « Seine Majestät als Gärtner », Wiener Zeitung, 11 février 2018 [https://www. (...)
  • 34 Cf. aussi Christa Riedl-Dorn et al (dir.), Die grüne Welt der Habsburger: zur Ausstellung auf Schlo (...)

15À côté de ce portrait d’homme politique « déchu », d’autres représentations très différentes font de François un « bon » empereur ou encore un « empereur des fleurs » (Blumenkaiser). C’est le François du Biedermeier autrichien32. L’historien de l’art Christian Hlavac en a également dressé un portrait à l’occasion de son 250e anniversaire en 201833. Il met l’accent sur le fait que François, né le 12 février 1768 au Palazzo Pitti à Florence, a fréquenté les jardins de Boboli et d’autres jardins florentins dans sa jeunesse, acquérant ainsi très jeune de solides connaissances dans les domaines de la botanique et l’horticulture. Il déménage à Vienne à l’âge de 17 ans. Il reste sa vie durant intéressé par la nature, l’agriculture et l’horticulture et montre une réelle affinité pour les plantes et l’art du jardin. En 1807, François fonde le cabinet botanique de la cour, qui deviendra l’actuel département de botanique du Muséum d’histoire naturelle. Il soutient la peinture florale en créant en 1812 une chaire à l’Académie impériale des Beaux-arts à Vienne34. Il s’investit dans la collecte et la documentation scientifiques de plantes et dépense beaucoup d’argent pour l’aménagement de parcs et jardins. Il développe par ailleurs un grand intérêt pour la culture d’arbres fruitiers.

  • 35 Josef Pfundheller, Der Blumenkaiser. Oesterreichisches Zeit- und Culturbild, Vienne, 1881.
  • 36 Annedore Brock, « Das Prinzip der Laune und die Kaiserin Marie Therèse aus Neapel », in : Géza Hajó (...)

16Hlavac souligne que c’est l’écrivain et journaliste Josef Pfundheller (1833-1889) qui a plus particulièrement contribué à répandre l’image de l’empereur-jardinier avec son ouvrage Der Blumenkaiser. Celui-ci s’appuie entre autres sur les récits du directeur des jardins de la cour, François Antoine le Jeune, tout en inventant la plupart des dialogues et anecdotes35. François n’est pas seul à s’engager dans des travaux à Laxenburg. Sa deuxième femme, Marie Thérèse de Bourbon-Naples (1790-1807), s’y emploie tout autant36. Elle suit ainsi l’exemple de sa mère qui a fait aménager un jardin à l’anglaise à Caserte avec l’aide du célèbre Lord Hamilton. De la présence du couple impérial à Laxenburg témoigne un récit de voyage du jeune Ernst Moritz Arndt (1769-1860), Bruchstücke aus einer Reise von Baireuth bis Wien im Sommer 1798 (Leipzig 1801), qui décrit aussi quelques-uns des bâtiments et décors, le petit village du pêcheur, la tente turque, notamment :

  • 37 Ernst Moritz Arndt, Bruchstücke aus einer Reise von Baireuth bis Wien im Sommer 1798, Leipzig, 1801 (...)

Le côté droit du château est le plus élevé et possède de jolies parties et allées, mais le côté gauche est plus riche en eau et il est devenu le lieu préféré de la famille impériale. C’est là qu’ils se promènent souvent, qu’ils se retrouvent, qu’ils dînent en plein air, qu’ils organisent de petites fêtes autour des tables rustiques et sous les pavillons ouverts, et l’on se fait par l’ensemble une idée assez sympathique de leur vie domestique. On dit que l’impératrice elle-même est l’âme de tout cela, qu’elle est très vive et courageuse, et qu’elle conduit souvent elle-même la voiture, si haut dans les montagnes, et si hardiment dans les endroits cahoteux et en pente, que son timide époux a souvent fait de sérieuses objections. Les petites installations et les bâtiments de ce côté gauche sont pour la plupart fruits de sa pensée et font honneur à son goût. Juste en haut, il y a un petit village de pêcheurs, composé de plusieurs maisons, dans lesquelles on trouve beaucoup de choses qui appartiennent à la vie et aux outils des pêcheurs, tout cela est bien sûr plus joli et plus agréable que ce dont le pauvre peuple peut avoir l’habitude, ou que ce que permet l’élément humide sur lequel il fait sa pénible récolte. […] Non loin de là, il y a un étang avec un très joli petit château chinois en forme de cloche à une extrémité et une tente à l’autre. Mais plus mignon et plus réel est encore le café hollandais, avec billard, cuisine, salle à manger et tout l’attirail nécessaire, aménagé de manière très simple et de bon goût. Il en va de même pour la tente dite turque et l’ermitage avec ses grottes, son petit jardin et son pigeonnier. Mais ce qui est de loin le plus beau, c’est la nature vivante, les petits ruisseaux, les vertes prairies et la magnifique croissance des vieux chênes, érables et platanes. […] Tout à l’extrémité du parc, on travaille activement à la construction d’un grand bâtiment qui deviendra une salle de chevaliers ou plutôt un château de chevaliers. Notre guide nous a dit très naïvement que l’impératrice voulait faire plaisir à son mari en l’imaginant placé là d’un seul coup, comme par magie. Oui, a-t-il ajouté en riant, l’empereur le sait bien, mais c’est pour faire plaisir à son épouse qu’il ne va jamais de ce côté du parc […]37.

  • 38 Dans son portrait de quatre impératrices autrichiennes : Friedrich Weissensteiner, Die österreichis (...)

17Cette citation confirme la description du caractère de l’impératrice Marie-Thérèse que l’on trouve chez Friedrich Weissensteiner38 : très joyeuse, à la différence de son mari introverti. Arndt mentionne également un peu plus loin une statue en l’honneur de Joseph II dans le domaine de Laxenburg, qu’il juge lui-même minuscule, et en particulier le château, le futur Franzensburg, alors en train d’être construit.

Le paysage historicisant de Laxenburg

  • 39 Lieselotte Hanzl-Wachter, « Staffage- und Lustgärtengebäude im Laxenburger Park », in : Géza Hajós (...)
  • 40 Il fut assisté comme aide technique par l’ingénieur, amateur d’art et numismate Ludwig de Traux pou (...)
  • 41 Werner Telesko, Geschichtsraum Österreich, op. cit., p. 177.

18L’idée directrice du réaménagement de Laxenburg est sans aucun doute de glorifier le règne des Habsbourg et de créer « un monument » de la dynastie39. En 1794, François détache Laxenburg de l’administration de la cour et le place sous la responsabilité de son administration privée, ce qui signifie que le financement ne provient plus des caisses de l’État mais de son propre trésor. Avec l’aide de son architecte Johann Michael von Riedl (1763-1853)40, il fait construire un paysage d’étang incluant un château portant son prénom. Le premier plan est tracé par l’ingénieur Ludwig de Traux (1773-1855). Cette partie du parc est alors nouvellement conçue. Il ne s’agit pas ici d’un réaménagement. Le Franzensburg devient une sorte de « Walhalla » des Habsbourg, terminé en 1802 en même temps que la salle des Habsbourg (Habsburgersaal), qui rassemble trente et une statues en marbre de Rodolphe Ier à Marie-Thérèse, et la salle des Lorrains (Lothringersaal), galerie avec vingt portraits des membres de la famille Habsbourg-Lorraine. Ce château fort est par ailleurs conçu comme un reliquaire dynastique41 voire un véritable musée, puisque François y rassemblait des objets du passé, par exemple des vieux plafonds en bois, des peintures sur verre, etc.

  • 42 Urte Stobbe, Kassel-Wilhelmshöhe. Ein hochadeliger Lustgarten im 18. Jahrhundert, Berlin et Munich, (...)
  • 43 Ibid., p. 212.

19Donner aux installations et aux créations le nom de leurs fondateurs était alors une pratique courante. On la retrouve à Kassel-Wilhelmshöhe avec la « Karlsaue » et le « Karlsberg »42. Guillaume IX de Hesse-Cassel (1743-1821), allié de la Prusse et de l’Autriche, a également voulu ajouter au domaine de Kassel-Wilhelmshöhe un château qu’il a nommé Löwenburg. La construction de ces châteaux forts souligne selon Urte Stobbe une orientation conservatrice et anti-française dans la référence aux formes gothiques43. Le passé glorieux des Habsbourg y est ainsi représenté par la mise en scène d’un monde chevaleresque, le « Rittergau », dont les éléments sont conservés jusqu’à aujourd’hui : la place du tournoi, une colonne des chevaliers, un caveau des chevaliers, un pont gothique et une métairie gothique, l’ensemble créant un paysage légendaire structuré autour d’un château médiéval et célébrant un chevalier du nom de François :

  • 44 Lieselotte Hanzl-Wachter, « Der Rittergau im kaiserlichen Schlosspark zu Laxenburg. Privates Vergnü (...)

Le caveau des chevaliers, richement décoré, indiquait la responsabilité religieuse, la colonne des chevaliers, la législation seigneuriale, la métairie, l’utilisation économique exemplaire des ressources sous la direction responsable du souverain, et enfin, le terrain de tournoi, la splendeur des fêtes exceptionnelles44.

  • 45 Géza Hajós, Der malerische Landschaftspark, op. cit., p. 77 et Werner Telesko, Geschichtsraum Öster (...)

20Géza Hajós, qui regrette que cet ensemble architectural n’ait pas encore été analysé de manière approfondie, explique que le Franzensburg ne devait être que l’un des centres du paysage d’étang à l’anglaise. En face, il était prévu de reconstruire le véritable « Habsbourg », lieu d’origine de la famille sous forme de « ruine artificielle45 ». L’idée de ce concept iconologique bipolaire était selon Hajós de placer face à face le passé et le futur. Cette idée a été abandonnée en 1821.

  • 46 Werner Telesko, Geschichtsraum Österreich, op. cit., p. 164.

21Werner Telesko a montré que l’aspect le plus novateur de l’iconographie de l’empereur François a sans aucun doute été l’intégration d’éléments bourgeois dans l’image du souverain46. Le tableau de Johann Peter Krafft de 1837, « François conduit un paysan sur l’étang de Laxenburg » (« Franz I. fährt einen Bauer auf dem Laxenburger Teich »), est un exemple de cette volonté de représenter le lien entre le souverain paternel et son peuple. Le parc de Laxenburg en fournit le décor.

22Le tableau est peint deux ans après la mort de François II (I). On y voit à l’arrière-plan le Franzensburg en symbole dynastique. Au premier plan sont représentés cinq hommes dans une barque. À gauche, François II (I), en vêtements civils, tient une des deux rames. À côté de lui sont assis un petit garçon, son fils Ferdinand, puis deux autres hommes habillés dans le même style : les frères de l’empereur. Tous les quatre observent un homme debout dans la barque, un paysan venu visiter le château. Ils l’emmènent de la rive à l’embarcadère du Franzensburg. Représenté incognito au service du paysan, François II (I) semble ainsi reprendre à son compte une tradition de son oncle Joseph II qui aimait entrer en contact avec son peuple sans être reconnu. On peut lire sur l’inscription à droite du tableau et comme fixé sur le bateau : « En 1811, sur l’étang de Laxenburg, l’empereur François II (I) conduit sur l’autre rive un homme qui le lui demande sans le reconnaître » (« Kaiser Franz I. fährt anno 1811 auf dem Laxenburger Teiche einen Mann über, der Ihn darum ersucht, ohne Ihn zu kennen »).

  • 47 Cf. Michael Gamper, « Die Natur ist republikanisch », op. cit., p. 297.
  • 48 Lieselotte Hanzl-Wachter, « Der Rittergau », art. cité, p. 233.

23L’objet de l’intérêt de l’empereur et de celui de ses fils et frères est la réaction du paysan face au sublime. S’est-il levé, stupéfait de la beauté de l’ensemble ? Le tableau semble ainsi figurer l’éducation esthétique du peuple ; l’art du jardin y apparaît comme un moyen pour renforcer l’amour de la patrie47. Comme l’explique Lieselotte Hanzl-Wachter, il n’est pas étonnant « qu’à partir de 1799, le parc de Laxenburg ait pu et probablement dû être visité par le public en général, car des employés de la cour étaient prêts à guider les personnes intéressées et les curieux à travers le parc avec toutes ses curiosités et, si nécessaire, à ouvrir les bâtiments du jardin »48. Si au niveau européen, la place de l’Autriche est contestée, le peintre commémore un empereur François II (I) qui provoque l’étonnement de son peuple devant le sublime rappelant le passé de la dynastie.

Johann Peter Krafft, François Ier conduisant un paysan sur l’étang de Laxenburg (1837)

Johann Peter Krafft, François Ier conduisant un paysan sur l’étang de Laxenburg (1837)

Collection Schloss Artstetten, Autriche

24La visite de Laxenburg reste étonnante pour la beauté de la nature et la mélancolie du lieu qui rappelle une grandeur passée.

*

  • 49 Michael Niedermeier, « Goethe und die “Revolution” in der Gartenkunst seiner Zeit », in : Harri Gün (...)
  • 50 Cf. Hildegard Haberl « La Théorie de l’art des jardins de Christian Cay Lorenz Hirschfeld (1742-179 (...)

25L’objectif de ce travail consistait à attirer l’attention sur un jardin historique autrichien encore trop souvent négligé. Laxenburg est un lieu d’agrément de la famille impériale mais aussi un lieu d’expérimentation dans l’esprit des Lumières. Il se situe entre le symbole national jouant un rôle dans l’affirmation de la dynastie des Habsbourg et un endroit qui reflète le retour sur l’intérieur domestique biedermeier. Joseph II a voulu imiter le modèle d’Ermenonville en Autriche et a réussi à attirer l’attention du « pape incontesté des esthètes du jardin49 », Christian Cay Lorenz Hirschfeld, qui mentionne Laxenburg dans sa célèbre Théorie de l’art des jardins50. François II (I) est un amoureux de la nature et des plantes qui espère créer des sentiments patriotiques grâce à l’aménagement de son jardin. Il est à la fois la victime de conflits qui le dépassent et le promoteur d’une identité autrichienne. Empereur des fleurs, il fait de Laxenburg un jardin romantique dans un contexte de guerres et de restauration politique.

Haut de page

Notes

1 Cf. Stéphanie de Courtois, Marie-Ange Maillet et Eryck de Rubercy, Esthétique du jardin paysager allemand, Paris, Klincksieck, 2018. Stefan Schweizer et Sascha Winter (dir.), Gartenkunst in Deutschland. Von der Frühen Neuzeit bis zur Gegenwart, Regensburg, Schnell und Steiner, 2012.

2 Cf. Christian Hlavac, Astrid Göttche et Eva Berger (dir.), Historische Gärten und Parks in Österreich, Vienne, Böhlau, 2012.

3 Géza Hajós (dir.), Der malerische Landschaftspark in Laxenburg bei Wien, Vienne, Böhlau, 2006. Géza Hajós, Romantische Gärten der Aufklärung, Vienne et Cologne, Böhlau, 1989. Géza Hajós et Edith Bódi, Der Schlosspark Laxenburg. Ein Führer durch Geschichte und Gegenwart, Schloss Laxenburg Betriebsgesellschaft m.b.H., 1998.

4 Christian Cay Lorenz Hirschfeld, Théorie de l’art des jardins, trad. par Frédéric de Castillon, t. V, Genève, Minkoff, 1973, p. 424 [j’ai gardé l’orthographe de l’original].

5 François II est le dernier empereur germanique (puisque le Saint-Empire est dissous en 1806) et le premier empereur héréditaire d’Autriche (1804) sous le nom de François Ier.

6 Cf. Christian Hlavac, « Die Wiener Hofgärtnerdynastie Antoine. Ein Beitrag zur Geschichte einer Gärtnerfamilie und zu Gärtnerreisen », Die Gartenkunst 30/2, 2018 (p. 145-174) et Jochen Martz, « Über die Geschichte und Bedeutung der Wiener Gärtner-Familie Antoine – Johann Antoine, Franz Antoine (d. Ä.) und Franz Antoine (d. J.) », in : Historische Gärten. Mitteilungsblatt der Österreichischen Gesellschaft für historische Gärten 1, 2001 (p. 8-12).

7 Christian Hlavac et Astrid Göttche, Die Gartenmanie der Habsburger. Die kaiserliche Familie und ihre Gärten 1792-1848, Vienne, Amalthea, 2016.

8 Cf. Jean Bérenger, Joseph II d’Autriche. Serviteur de l’État, Paris, Fayard, 2007.

9 Christian Cay Lorenz Hirschfeld, Théorie de l’art des jardins, op. cit., p. 77.

10 Michael Gamper, « Die Natur ist republikanisch ». Zu den ästhetischen, anthropologischen und politischen Konzepten der deutschen Gartenliteratur im 18. Jahrhundert, Würzburg, Königshausen und Neumann, 1998, p. 297 et Linda Parshall, « C. C. L. Hirschfeld’s Concept of the Garden in the German Enlightenment », Journal of Garden History 13/3, 1993 (p. 125-171), p. 152.

11 Géza Hajós, Romantische Gärten der Aufklärung, op. cit.

12 Sur Joseph II et la France voir : Jean Bérenger, Joseph II, op. cit., et Histoire de l’empire des Habsbourg. 1665-1918, Paris, Tallandier, 2021, p. 181 sq. Voir aussi François Fejtö, Joseph II, un Habsbourg révolutionnaire, Paris, Perrin, 1982 (chapitre dédié à Joseph II en France, p. 172 sq.).

13 Baptiste Rahal, Vers le parc Jean-Jacques Rousseau, Conseil général de l’Oise, 2005. Michel Conan, « René-Louis de Girardin », in : Michel Racine (dir.), Créateurs de jardins et de paysages en France de la Renaissance au xxisiècle, Actes Sud, 2001.

14 Il est très rapidement traduit en allemand sous le titre Von Verschönerung der Natur um Landwohnungen (1779) [https://rosdok.uni-rostock.de/resolve/id/rosdok_document_0000010344].

15 Géza Hajós, « Die Geschichte des Laxenburger Parks zwischen 1700 und 1914 », in : Géza Hajós (dir.), Der malerische Landschaftspark in Laxenburg bei Wien, op. cit. (p. 13-151), ici p. 42.

16 Gustav Garrison, « Joseph II et son temps », Revue des deux mondes 16, 1846 (p. 720-745). Il s’agit de la traduction de Carl Ramshorn, Kaiser Joseph II und seine Zeit, Leipzig, 1845.

17 Raymond Trousson, Jean-Jacques Rousseau, Paris, Tallandier, 2003 et Jean Guéhenno, Jean-Jacques. Histoire d’une conscience, 2 vol., Paris, Gallimard, 1952.

18 Jean Bérenger, Joseph II, op. cit.

19 Ibid., p. 66-67.

20 Ibid., p. 80.

21 Hirschfeld parle ici aussi du nouveau jardin du maréchal Comte de Lacy qui a fait construire un jardin à l’anglaise à Neuwaldeck.

22 Christian Cay Lorenz Hirschfeld, Théorie de l’art des jardins, op. cit., p. 425.

23 Edith Bódi, « Der Park und die Pflanze. Wechselbeziehungen im Spiegel der Geschichte », in : Géza Hajós (dir.), Der malerische Landschaftspark, op. cit. (p. 227-292), ici p. 273.

24 Pour le réaménagement, Joseph II s’appuya sur l’architecte de la cour impériale Isidor Canevale/Ganneval (1730-1786), originaire de France, qui reçut la commande du réaménagement en 1782.

25 Géza Hajós, « Peter Joseph Lenné und Laxenburg. Die Bedeutung des wiederaufgefundenen Lennée-Planes für den kaiserlichen Park in Laxenburg bei Wien », Die Gartenkunst 13/1, 2001, p. 1-2. [trad. par H. H.].

26 Géza Hajós, Der malerische Landschaftspark, op. cit., p. 116.

27 Il est vraiment étonnant qu’il n’existe pas de biographie moderne de ce monarque, ce que souligne aussi l’historien autrichien Karl Vocelka, « Glanz und Untergang der höfischen Welt. Repräsentation, Reform und Reaktion im habsburgischen Vielvölkerstaat », in : Herwig Wolfram, Österreichische Geschichte 1699-1815, Vienne, Carl Ueberreuter, 2001.

28 « Franz I. im Krönungsornat des österreichischen Kaisertums » (1832).

29 Helmut Rumpler, « Eine Chance für Mitteleuropa. Bürgerliche Emanzipation und Staatsverfall in der Habsburgermonarchie », in : Herwig Wolfram (dir.), Österreichische Geschichte 1804-1914, Vienne, Ueberreuter, 1997, p. 60-61.

30 Cf. Werner Telesko, Geschichtsraum Österreich. Die Habsburger und ihre Geschichte in der bildenden Kunst des 19. Jahrhunderts, Vienne, Cologne et Weimar, Böhlau Verlag, 2006, p. 60-162.

31 Jean Bérenger, Histoire de l’Empire des Habsbourg, op. cit., p. 232 sq., ici p. 241.

32 Au centre d’une exposition organisée à Baden en 2016 et intitulée « Die Gartenmanie der Habsburger. Die Kaiserliche Familie und ihre Gärten 1792-1848 ». Catalogue publié par Christian Hlavac et Astrid Göttche sous le titre Die Gartenmanie der Habsburger, op. cit.

33 Cf. Christian Hlavac, « Seine Majestät als Gärtner », Wiener Zeitung, 11 février 2018 [https://www.wienerzeitung.at/nachrichten/wissen/geschichte/946175-Seine-Majestaet-als-Gaertner.html].

34 Cf. aussi Christa Riedl-Dorn et al (dir.), Die grüne Welt der Habsburger: zur Ausstellung auf Schloss Artstetten 1. April bis 2. November, 1989, Vienne, Naturhistorisches Museum, 1989.

35 Josef Pfundheller, Der Blumenkaiser. Oesterreichisches Zeit- und Culturbild, Vienne, 1881.

36 Annedore Brock, « Das Prinzip der Laune und die Kaiserin Marie Therèse aus Neapel », in : Géza Hajós (dir.), Der malerische Landschaftspark, op. cit. (p. 201-226).

37 Ernst Moritz Arndt, Bruchstücke aus einer Reise von Baireuth bis Wien im Sommer 1798, Leipzig, 1801 [trad. par H. H.].

38 Dans son portrait de quatre impératrices autrichiennes : Friedrich Weissensteiner, Die österreichischen Kaiserinnen 1804-1918, Munich, Piper, 2003 [1998].

39 Lieselotte Hanzl-Wachter, « Staffage- und Lustgärtengebäude im Laxenburger Park », in : Géza Hajós (dir.), Der malerische Landschaftspark, op. cit. (p. 165-200).

40 Il fut assisté comme aide technique par l’ingénieur, amateur d’art et numismate Ludwig de Traux pour la planification du paysage des étangs.

41 Werner Telesko, Geschichtsraum Österreich, op. cit., p. 177.

42 Urte Stobbe, Kassel-Wilhelmshöhe. Ein hochadeliger Lustgarten im 18. Jahrhundert, Berlin et Munich, Deutscher Kunstverlag, 2009, p. 35.

43 Ibid., p. 212.

44 Lieselotte Hanzl-Wachter, « Der Rittergau im kaiserlichen Schlosspark zu Laxenburg. Privates Vergnügen und Denkmal einer Dynastie », Die Gartenkunst 13/2, 2001 (p. 233-253), ici p. 249.

45 Géza Hajós, Der malerische Landschaftspark, op. cit., p. 77 et Werner Telesko, Geschichtsraum Österreich, op. cit., p. 175.

46 Werner Telesko, Geschichtsraum Österreich, op. cit., p. 164.

47 Cf. Michael Gamper, « Die Natur ist republikanisch », op. cit., p. 297.

48 Lieselotte Hanzl-Wachter, « Der Rittergau », art. cité, p. 233.

49 Michael Niedermeier, « Goethe und die “Revolution” in der Gartenkunst seiner Zeit », in : Harri Günther (dir.), Gärten der Goethe-Zeit, Leipzig, Edition Leipzig, 1993 (p. 9-28), ici p. 12.

50 Cf. Hildegard Haberl « La Théorie de l’art des jardins de Christian Cay Lorenz Hirschfeld (1742-1792) : une entreprise encyclopédique, pédagogique et patriotique », in : Hildegard Haberl et Anne-Marie Pailhès (dir.), Jardins d’Allemagne. Transferts, théories, imaginaires, Paris, Honoré Champion, 2014, p. 69-89.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Plan de Laxenburg. Eau-forte colorée de Theodor Festorazzo, d’après un dessin de Heinrich Basler
Légende Bildarchiv Austria, série : « Laxenburg bei Wien in bildlicher Darstellung ». © ÖNB Wien : Pk 5159, Beil. 1.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4164/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Christian Gottlieb Geissler, Résurrection de Jean-Jacques Rousseau (1794)
Crédits Estampe. BGE, Centre d’iconographie genevoise (VG 2627)
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4164/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Friedrich von Amerling, L’empereur François Ier (II) (1768-1835) d’Autriche en costume impérial autrichien (1832)
Crédits Kunsthistorisches Museum Wien, Gemäldegalerie
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4164/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Johann Peter Krafft, François Ier conduisant un paysan sur l’étang de Laxenburg (1837)
Crédits Collection Schloss Artstetten, Autriche
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4164/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hildegard Haberl, « Le jardin de Laxenburg près de Vienne : Ermenonville autrichien et bastion vert face aux victoires napoléoniennes »Revue germanique internationale, 38 | 2023, 11-23.

Référence électronique

Hildegard Haberl, « Le jardin de Laxenburg près de Vienne : Ermenonville autrichien et bastion vert face aux victoires napoléoniennes »Revue germanique internationale [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rgi/4164 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.4164

Haut de page

Auteur

Hildegard Haberl

Maîtresse de conférences à l’Université de Caen Normandie, ERLIS EA 4254

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search