Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38« Politique » du jardin paysager ...

« Politique » du jardin paysager allemand : l’exemple de Wörlitz1. Suivi de la Description de Wörlitz (1795) par Charles-Joseph de Ligne

„Politik“ des deutschen Landschaftsgartens: das Beispiel Wörlitz
“Politics” of the German Landscape Garden: the Exemple of Wörlitz
Marie-Ange Maillet
p. 25-50

Résumés

Le parc de Wörlitz, au sein du « royaume des jardins » de Dessau-Wörlitz (Saxe-Anhalt), se prête particulièrement à la mise en évidence des liens entre esthétique et politique dans les parcs paysagers allemands de la fin du xviiie siècle. Symbole de l’Aufklärung, il a suscité de nombreuses descriptions, comme celle du prince Charles-Joseph de Ligne proposée en complément de lecture à la suite de cette contribution. Mais sa dimension politique dépasse ce premier constat : en dépit du changement de paradigme esthétique propre à la « Révolution » des jardins, les jardins pittoresques allemands de la fin du siècle demeurent des lieux de représentation, où le pouvoir monarchique est mis en scène pour répondre aux attentes d’un public très diversifié, qui ne se limite pas à la bourgeoisie éclairée, dont les récits tendent à véhiculer une vision sinon biaisée, du moins incomplète de ces jardins. Wörlitz ne fait pas exception, comme entend le montrer cet article en effectuant un tour d’horizon des recherches allemandes récentes sur la question.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le titre de la contribution fait volontairement écho à l’ouvrage Esthétique du jardin paysager alle (...)
  • 2 Sophie Lefay, « Girardin et la politique du jardin pittoresque », in : Isabelle Trivisani-Moreau (d (...)

L’art des jardins entretient avec la politique une relation complexe au xviiie siècle, et notamment à partir de 1760, quand le style pittoresque gagne la France. Cet art, qui s’affirme à travers des revendications esthétiques, entend se placer en marge d’un monde qu’il ignore ou refuse au profit d’une vision de la campagne tout à la fois idéalisée et déshistoricisée. Mais, en même temps, il est l’image d’un certain type d’organisation politique, comme en font foi […] traités ou descriptions qui paraissent en nombre dans les années de la vogue du pittoresque en France2.

  • 3 Voir à ce sujet Marie-Ange Maillet, « Penser le jardin paysager », in : Esthétique du jardin paysag (...)
  • 4 Sur Hirschfeld : ibid., p. 37-56, et Hildegard Haberl, « La “Théorie de l’art des jardins” de Chris (...)

1Ces propos, empruntés à un article consacré à la pensée politique du marquis de Girardin, créateur du parc d’Ermenonville et adepte fameux de Rousseau dont il chercha à mettre en pratique les préceptes dans son parc comme dans sa vie, pourraient tout aussi bien s’appliquer à l’Allemagne : là aussi, le modèle du jardin irrégulier venu d’Angleterre, dit encore « naturel » ou « pittoresque » (par contraste avec le style géométrique et symétrique qui prédominait jusqu’alors en France), se propagea à partir des années 1770 surtout, initiant une « révolution des jardins » qui laissa une empreinte durable tant dans les paysages que dans la littérature3. Et là aussi, la lecture des innombrables textes théoriques et philosophiques, ou encore des descriptions et guides littéraires qui paraissent à un rythme soutenu dans les trois dernières décennies du siècle, peut d’abord donner l’impression que les parcs qui voient le jour dans cette même période ont une vocation avant tout esthétique, « idéalisée et déshistoricisée ». Un auteur a principalement contribué à cette impression : le philosophe Christian Cay Lorenz Hirschfeld (1742-1792), dont on sait le rôle majeur que joua sa volumineuse Theorie der Gartenkunst (5 vol. parus entre 1779 et 1782, traduits quasi simultanément en français par le savant Frédéric de Castillon sous le titre Théorie de l’art des jardins) pour la popularisation en Allemagne du nouveau modèle paysager4. Un des postulats importants de Hirschfeld était que le jardin paysager offre au promeneur les mêmes bienfaits que ceux inhérents à la nature, à savoir :

  • 5 Christian Cay Lorenz Hirschfeld, Théorie de l’art des jardins, tome 1, 1779, p. 178.

Ces douces jouissances qu’offrent la liberté, les lointains, les promenades, les avenues, l’air, la fraîcheur, les odeurs douces qu’exhalent les plantes, et […] tous les avantages qui en résultent pour l’esprit et pour la santé ; […] ces promenades où l’on erre à l’aventure et […] ces agréables distractions que l’on éprouve, […] cette satisfaction répandue dans tous les sens, […] cette tranquille complaisance qu’inspirent au cœur les scènes champêtres de la nature, […] cet oubli charmant de tous les soucis et de toutes les inquiétudes du monde, […] cette élévation paisible de l’âme vers son créateur et celui de tous les êtres, […] ces élans enchanteurs de l’imagination qui passe légèrement en revue le beau, le grand, le varié, la vie, le mouvement et les joies de la création5.

  • 6 Ibid.
  • 7 Cf. Esthétique du jardin paysager allemand, op. cit., p. 19.

2Pour Hirschfeld comme pour ses contemporains, la nature est un lieu propre à favoriser le perfectionnement moral de l’être humain – une destination également assignée au jardin, dont la vocation est de reproduire, de manière concentrée, ses aspects les plus variés, et ce dans un but précis : « Un jardin doit, à l’aide des objets qu’il renferme, faire des impressions très sensibles sur les sens et sur l’imagination, et causer par là une suite de sensations vives et agréables »6. Se trouve ici formulée la « Wirkungsästhetik » (l’esthétique de l’effet), qui jouera jusqu’à la fin du siècle un rôle essentiel dans la conception des jardins pittoresques7.

  • 8 Sur le caractère politique des écrits de Hirschfeld, voir dans le même sens Ina Mittelstädt, « Idyl (...)
  • 9 Christian Cay Lorenz Hirschfeld, Théorie de l’art des jardins, op. cit., p. 181.

3Pourtant, une lecture un peu plus attentive du texte de Hirschfeld suffit à comprendre que les jardins paysagers de cette époque n’étaient pas conçus comme de simples lieux voués à la douce contemplation de la nature et à l’oubli des soucis du monde. Lui-même en affirme – il est vrai assez discrètement, dans un texte qui n’est pas principalement consacré à ce sujet – la dimension politique en précisant que « parce que ces objets ont une influence morale sur les citoyens », « les maisons de campagne et les jardins […] ne devraient jamais être indifférents à la politique »8 : « Combien une province décorée de belles maisons de campagne et de riants jardins n’enchante-t-elle pas, ne prévient-elle pas en faveur de l’État et de ses habitants »9. On ne peut plus clairement faire le lien entre le jardin paysager et la vertu d’un État et de ses habitants.

  • 10 Sur Ligne et en particulier sur Coup d’œil sur Belœil, cf. Urte Stobbe, « Hirschfeld versus Fürst d (...)
  • 11 Le « royaume des jardins de Dessau-Wörlitz » inclut toute l’ancienne principauté de Saxe-Anhalt, qu (...)
  • 12 Sur Ermenonville et ses liens avec Wörlitz, voir notamment Monique Mosser, « Préface », in : Die Gä (...)
  • 13 Ina Mittelstädt (Wörlitz, Weimar, Muskau. Der Landschaftsgarten als Medium des Hochadels (1760-1840 (...)

4Cette association du jardin à la politique, on la retrouve notamment dans la description du parc de Wörlitz par Charles-Joseph de Ligne (1735-1814)10 que nous proposons à la suite de ce texte. Œuvre du prince Leopold III Friedrich Franz von Anhalt-Dessau (1740-1817), Wörlitz, dont l’aménagement fut initié en 1764 et s’étala sur quatre décennies, est le premier grand parc paysager créé sur le continent européen – qui plus est à l’échelle d’un État tout entier, comme le précise Ligne : « j’ai tort d’appeler jardin ce qu’il a traité en pays et ce qui s’étend depuis la Résidence de Dessau jusqu’à Wörlitz »11. Sa réputation égalait celle du parc d’Ermenonville précédemment cité12, et il a suscité une production littéraire impressionnante, qu’il s’agisse des descriptions et témoignages des visiteurs du parc ou des études qui lui sont consacrées en particulier depuis la fin des années 196013, et davantage encore depuis son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2000. Son statut de parc emblématique de l’Aufklärung en fait un exemple qui se prête particulièrement à l’illustration des liens étroits entre esthétique et politique au sein d’un parc paysager.

De l’esthétique au politique : Wörlitz dans Coup d’œil sur Belœil

  • 14 Sur le style de Ligne, et en particulier sa manière de se démarquer de Hirschfeld, voir Urte Stobbe (...)
  • 15 Les différents jardins sont le Schlossgarten autour du château, le Neumarks Garten, du nom du jardi (...)

5Le texte de Ligne, dont nous rappelons plus loin l’importance pour la diffusion de la renommée de Wörlitz, frappe par sa manière peu systématique – à vrai dire assez typique de l’auteur14 – d’évoquer le parc : loin de procéder, comme le fait par exemple August Rode dans son Wegweiser durch die Sehenswürdigkeiten in Dessau [Guide des sites d’intérêts de Dessau], à une description ordonnée de ses parties successives15, il livre ici un récit subjectif, qui ne vise nullement à l’exhaustivité (il ne mentionne que sept ou huit « scènes » et néglige de nombreux éléments de décor présents dans le parc, alors déjà très abouti), non plus qu’à la précision : on comprend à la mention de l’« Élysée » et des potagers cachés par les plantations que la visite commence par le jardin de Neumark pour rejoindre (en barque) la Maison gothique érigée dans le jardin de Schoch ; la seconde promenade le fait passer – sans que l’enchaînement soit toutefois aussi immédiat que le laisse entendre la description – du pont à chaînes situé à l’extrémité nord du parc, près de la « partie romantique », à la tombe du jardinier Schoch, puis emprunter la digue qui longe le parc au nord depuis le temple de Vénus – point culminant de la « partie mystique » avec ses passages souterrains et ses grottes de Vulcain, Neptune et Éole –, jusqu’au Panthéon, pour rejoindre ensuite l’île Stein (du nom des pierres qui ont servi à la bâtir) et son volcan ; il leur consacre un long développement, avant de finir, non sans avoir cité pêle-mêle différents bâtiments (« une métairie ornée, une maison italienne, la synagogue »…), par la mention du château construit entre 1769 et 1773, dont une allusion discrète rappelle le caractère néoclassique (« tout a de la grâce et des colonnes »), et mentionne en conclusion, de manière encore évasive, la présence de quelques éléments de décor caractéristiques comme le pont de fer, le nymphée ou la statue de Vénus sortant du bain.

Kettenbrücke (Pont à chaînes), gravure de Johann Friedrich Nagel, 1793

Kettenbrücke (Pont à chaînes), gravure de Johann Friedrich Nagel, 1793

Anhaltische Gemäldegalerie Dessau, Graphische Sammlung

6Si le texte de Ligne est intéressant, c’est en réalité sans doute moins pour les informations qu’il contient que pour ce qu’il nous dit de l’expérience propre au visiteur, dont la perception – et c’est le premier point à souligner – est indéniablement marquée par « l’esthétique de l’effet » de cette fin de siècle. En témoignent, outre la récurrence d’adjectifs comme « agréable », « gracieux », « charmant », non seulement la mention du pont à chaînes destiné à « faire peur aux passants » avant que ceux-ci ne soient « touchés » par le tombeau du jardinier, mais aussi et surtout la longue évocation du volcan artificiel de l’île Stein, avec ses grottes, ses souterrains et ses cabinets du jour et de la nuit.

Vulkanausbruch (Éruption du volcan), aquatinte de Karl Kuntz, 1797

Vulkanausbruch (Éruption du volcan), aquatinte de Karl Kuntz, 1797

KsDW, Bildarchiv, Heinz Fräßdorf

  • 16 Cf. Erhard Hirsch, Dessau-Wörlitz, Aufklärung und Frühklassik, 2013, p. 261.

7Le volcan, construit entre 1788 et 1794, constituait alors un élément d’attraction majeur du parc. Haut d’environ 17 mètres, il reproduisait avec un souci du détail marqué le Vésuve dont le prince Franz avait pu faire l’ascension à Naples en février 1766, lors de son Grand Tour à travers l’Italie. Expression de la force brute et indomptable de la nature, il était particulièrement à même de susciter le sentiment du sublime théorisé en leur temps par Burke et Diderot. L’enthousiasme du prince de Ligne ne fait aucun doute : « ici commence une vraie féerie où l’on a bien observé le précepte qui va à tous les ouvrages : il faut que l’intérêt croisse de scène en scène ». Le style parataxique de toute la description de la quatrième promenade (« Voici encore de nouvelles alarmes. On veut s’échapper. On est forcé de monter un petit escalier. L’obscurité redouble. Il finit : on tourne à gauche, un éclat soudain frappe la vue. Une lueur magique se fait apercevoir. On va voir d’où elle vient. Une porte s’ouvre ») a pour but de projeter le lecteur au milieu de l’action, de lui faire partager – l’emploi du pronom impersonnel y contribue fortement – les frayeurs, la surprise et l’émerveillement du visiteur dans une alternance de scènes enchanteresses et terribles – qui caractérisaient, selon William Chambers que le prince de Ligne avait lu et rencontré16, l’art des jardins chinois. Le texte de Ligne rappelle notamment l’exigence de « contrastes », de « nouveauté » et « d’inattendu » à même de produire des sensations vives que réclamait Hirschfeld pour le jardin paysager dans sa Théorie de l’art du jardin – à la différence près que ce dernier n’appréciait guère les outrances du goût chinois vanté par Chambers.

  • 17 Coup d’œil sur Belœil…, 1795, p. 177.
  • 18 « Le jardin de Wörlitz près de Dessau mérite […] une place parmi les jardins les plus nobles d’Alle (...)
  • 19 Cf. Michael Niedermeier, « Suggestive Imagination », art. cité, p. 170-171. C’est au milieu de la d (...)
  • 20 Ibid., p. 180-181 et 191.

8Au-delà de l’attention accordée aux sentiments suscités par les différentes scènes du parc, on notera que le texte ne cesse de rappeler le lien entre ce « beau lieu » et « le souverain du plus beau pays et des sujets les plus heureux de l’Empire ». Dans le quatrain improvisé par l’auteur pour le livre d’or du parc, sont d’emblée associés jardin et « vertu » du « maître », et le jardin est présenté comme le reflet d’une « belle âme ». Ligne vante également le « talent de l’administration » de ce prince qui craint « de faire le plus petit mal à ses sujets » et est parvenu à créer ce lieu avec la plus grande économie de moyens. Plus loin, ce sont ses vertus pacifiques qui trouvent matière à éloge : ainsi, écrit Ligne, les digues élevées autour du parc sont-elles « nécessaires pour empêcher les hostilités du seul ennemi que puisse avoir un Prince adoré de tous ses voisins ». Le propos est, dans son ensemble, dithyrambique, et ne surprendra pas de la part d’un aristocrate d’ancienne extraction comme l’était Ligne, tout acquis au monarque qui lui avait fait en personne visiter sa création. Lui-même n’était-il pas convaincu qu’« il devrait entrer dans les vues d’un sage gouvernement de protéger l’art des jardins et ceux qui le cultivent »17 ? Rappelons que le prince de Ligne, en 1792, avait perdu son domaine de Belœil, confisqué lors de l’annexion des provinces belges par la France. Dans ce contexte difficile, l’action du prince Franz, dont il partageait la conception paternaliste du pouvoir, lui apparaissait certainement comme un modèle à imiter pour se préserver des troubles militaires et révolutionnaires de l’époque. En cela, son texte est très représentatif de ceux parus dans cette même période ; si l’éloge du parc s’y conjugue à l’éloge du prince – on retrouve d’ailleurs la même association chez Hirschfeld18 –, c’est bien parce que Wörlitz est alors considéré comme un symbole de l’Aufklärung ; et c’est à cette réputation que le jardin doit son succès à la même époque, tout particulièrement au cours des années 1790, où il comptabilise le plus grand nombre de visiteurs19 : le jardin incarne alors la promesse d’un compromis politique tenable entre l’absolutisme le plus strict et les exactions auxquelles a mené la Révolution française, dont nombre d’intellectuels qui avaient d’abord placé leurs espoirs en elle ont fini par se détourner20.

Wörlitz ou l’Aufklärung en action

  • 21 Voir Michael Niedermeier, « Aufklärung im Gartenreich Dessau-Wörlitz », in : Franck-Andreas Bechtol (...)
  • 22 Le Philantropinum, dont la conception avait été fortement influencée par les idées de Rousseau, se (...)

9Rappelons brièvement – car le sujet nécessiterait un ouvrage à lui tout seul – que l’aménagement du parc s’insérait dans un projet d’embellissement de la principauté allant lui-même de pair avec un vaste programme de réformes destinées à remettre sur pied le pays sorti exsangue de la guerre de Sept Ans, et à en faire par la même occasion une vitrine de la politique éclairée du souverain21 : au retour d’un premier voyage en Angleterre et aux Pays-Bas en 1764, le prince avait ainsi initié la mise en place d’un système d’assistance aux indigents, qui se doubla d’une politique sanitaire et hygiéniste ambitieuse, marquée, entre autres mesures, par la création d’un hôpital pour les pauvres, et l’introduction de la vaccination contre la variole. Deuxième pilier de sa politique, le développement d’une économie agraire fondée sur l’application de méthodes modernes observées en Angleterre notamment, et destinées à améliorer le niveau de vie de la population. Le troisième pilier était la réforme de l’enseignement, avec le soutien apporté au pédagogue Johann Bernard Basedow et la fondation, en 1774, d’une institution pédagogique fondée sur des principes novateurs, le Philantropinum – qui fit la renommée du royaume avant même les jardins22. Cette réforme alla de pair avec la construction d’institutions culturelles telles que bibliothèques, théâtre, et une maison d’édition non soumise à la censure (1781).

  • 23 Bâti en 1791, il était la réplique réduite du pont anglais en fonte de Coalbrookdale (1777-1779), e (...)
  • 24 Cf. Ina Mittelstädt, Wörlitz, Weimar, Muskau, p. 79, et 85 sq. et id., « Idylle als Politik », p. 2 (...)

10L’embellissement du pays – et en premier lieu l’aménagement de Wörlitz – s’insérait dans ce programme à double titre : d’une part, il répondait à l’exigence horatienne du dolci et utile qui guida le prince Franz dans son action et le conduisit à faire de son territoire un espace offrant une alternance de cultures et de jardins pour assurer à la population sa subsistance tout en la sensibilisant aux beautés de la nature ; d’autre part, le jardin lui-même relevait de « l’utile » en tant qu’un pilier supplémentaire de la politique éducative et culturelle du monarque. C’est l’une des raisons pour laquelle il n’était pas enclos – un choix par lequel le prince se démarqua de la tradition anglaise, et qui ne manqua pas d’être interprété comme un signe de son ouverture d’esprit. On pourra rappeler que l’intention pédagogique est sensible dans sa volonté d’offrir au public un panorama des monuments et architectures de toutes les époques, ou encore dans ce qui a été nommé le « Brückenprogramm » – l’illustration, à travers les 21 ponts qui ornent le jardin, de l’évolution des techniques de construction à travers le temps, depuis le pont le plus élémentaire jusqu’au « pont de fer » (« Eiserne Brücke ») évoqué par le prince de Ligne23. Plus généralement, le visiteur actuel du parc ne peut être que frappé par le nombre et la diversité des objets qui s’y trouvent : trente éléments tels qu’autels, tombes, statues, et vingt-cinq bâtiments y ont été dénombrés, qui n’étaient pas de simples « décors » visant uniquement à susciter des émotions ou sentiments de nature variée, mais le médium d’une communication visuelle relevant d’une tradition iconographique et emblématique ancienne qui était celle de nombreux parcs anglais anciens visités par le prince24.

  • 25 Le parc de Wörlitz ne compte pas moins de 26 axes visuels et perspectives dont la signification est (...)
  • 26 Voir par ex. Berit Ruge, « Erkenntnisbilder und Einweihungsmotive im Dessau-Wörlitzer Gartenreich » (...)
  • 27 Cf. Erhard Hirsch, Dessau-Wörlitz, Aufklärung und Frühklassik, op. cit., p. 258.

11Il serait vain de vouloir ici ne serait-ce qu’esquisser la multiplicité des interprétations auxquelles se prêtent ces éléments, considérés isolément ou dans leur orientation les uns par rapport aux autres25, les lectures mythologiques, littéraires, cosmologiques, érotiques auxquels invitent des objets en soi polysémiques26, qui plus d’une fois ont valu au parc le reproche d’un certain éclectisme. On se contentera de rappeler ici qu’à un premier niveau de lecture, ils formaient pour ainsi dire une encyclopédie ou un « musée de la culture universelle »27. Ces monuments et sculptures sont souvent qualifiés de Reiseeindrücke – souvenirs des différents voyages effectués par le prince, en premier lieu en Angleterre et en Italie, ses deux sources d’inspirations majeures, renvoyant toutes deux en partie à une troisième source essentielle, la culture grecque antique, à laquelle le prince et son ami l’architecte Friedrich Wilhelm von Erdmannsdorff (1736-1800), qui joua un rôle majeur dans la conception du parc, furent initiés en Italie par Winckelmann.

Venustempel (Temple de Vénus), aquatinte de Karl Kuntz, 1797

Venustempel (Temple de Vénus), aquatinte de Karl Kuntz, 1797

KsDW, Bildarchiv, Heinz Fräßdorf

Gotisches Haus (Maison gothique), gravure de Johann Friedrich Nagel, 1793

Gotisches Haus (Maison gothique), gravure de Johann Friedrich Nagel, 1793

Anhaltische Gemäldegalerie Dessau, Graphische Sammlung

Pantheon (Panthéon), Aquatinte d’après Karl Kunz, 1799.

Pantheon (Panthéon), Aquatinte d’après Karl Kunz, 1799.

KsDW, Bildarchiv, Heinz Fräßdorf

  • 28 La villa Hamilton – dite « Herculanum » chez Ligne – y reproduit fidèlement, à une échelle réduite, (...)

12Pour n’évoquer que les monuments mentionnés par Ligne, le temple de Vénus semble ainsi avoir été inspiré aussi bien par la vision du Monoptère de Stowe Gardens que celle du temple de Sybille à Tivoli ; la Maison gothique qui, en tant que premier palais de style néogothique sur le continent, joua un rôle central dans le renouveau de cette architecture, est quant à elle imitée du palais d’Horace Walpole à Strawberry Hill – mais comporte une façade qui est une réminiscence de l’église Madonna dell’Orto à Venise ; quant au Panthéon, il fut inspiré par celui de Rome, et le nymphée par le temple de Minerve Medica à Rome également. On n’oubliera pas l’île Stein, qui rappelle la région de Naples non seulement d’un point de vue artistique et architectural28, mais aussi d’un point de vue topographique (la forme de l’île mime celle de la baie de Naples) et paysager (le volcan), et constitue le moment le plus fort de l’influence italienne.

  • 29 Cf. Sybille Hoiman, « Le tombeau de Jean-Jacques Rousseau sur l’île des peupliers à Ermenonville et (...)
  • 30 Une première description se trouve dans le vol. 2 (1780) ; elle sera complétée dans le vol. 5 (1785 (...)

13Cette collection de « souvenirs » se prolongeait à l’intérieur des bâtiments ouverts au public, le château et la villa Hamilton, avec leurs tableaux et leur mobilier choisi, et permettait aux visiteurs de se familiariser avec des objets dont ils n’auraient jamais l’occasion de voir les originaux. En faisaient partie aussi des dons faits au prince comme la collection d’objets ethnologiques reçue en 1775 de Johann Reinhold et Georg Forster, qui fut exposée dans le Südseepavillon (1783-1784). On mentionnera enfin de nombreux objets ou bâtiments que le prince n’avait pas vus lui-même mais qu’il connaissait sur la base de gravures et d’illustrations. C’est le cas pour l’un des rares exemples de l’influence française sur Wörlitz, la « Rousseau-Insel » du jardin de Neumark, imitée de l’île aux peupliers où se trouvait le tombeau de Rousseau à Ermenonville29. On sait l’admiration qu’avait le prince Franz pour le philosophe genevois, dont il avait lu les écrits et à qui il avait rendu visite à Paris, avec son épouse, au retour de son Grand Tour en 1775, avant de se rendre à Ermenonville. Quatre ans après la mort du philosophe, en 1782, il décide de lui rendre hommage par l’aménagement d’une île aux peupliers accueillant une reproduction de l’urne dont le motif était entre-temps connu dans toute l’Europe grâce d’une part à la diffusion massive de la gravure de Jean-Michel Moreau le Jeune (1741-1814) qui servit de modèle à Erdmannsdorff, et d’autre part, grâce à l’évocation qu’en avait fait Hirschfeld dans sa Theorie der Gartenkunst30.

Pappelinsel mit Rousseaus Denkmal (L’Île aux peupliers avec le monument à Rousseau), Georg Melchior Kraus, vers 1785 (dessin à l’aquarelle)

Pappelinsel mit Rousseaus Denkmal (L’Île aux peupliers avec le monument à Rousseau), Georg Melchior Kraus, vers 1785 (dessin à l’aquarelle)

KsDW, Bildarchiv, Heinz Fräßdorf

Tombeau de Jean-Jacques Rousseau. Estampe de Jean-Michel Moreau le Jeune

Tombeau de Jean-Jacques Rousseau. Estampe de Jean-Michel Moreau le Jeune

Orléans, Musée des Beaux-Arts © Olivier Fleygnac

  • 31 Sybille Hoiman, « Le tombeau de Jean-Jacques Rousseau… », art. cité, p. 178.
  • 32 L’inscription rédigée sur l’urne par le prince reste évasive et se prête ainsi aux interprétations (...)
  • 33 Sur les liens entre le prince Franz et les idées du philanthropisme, et la relation entre jardin pa (...)

14L’île aux peupliers, avec son tombeau de Rousseau, est un motif central de la nouvelle esthétique du jardin sentimental, en ce qu’elle a fondé la tradition iconographique du tombeau au sein du jardin paysager, qui permet de faire naître, selon Hirschfeld, le sentiment d’une « douce mélancolie31 ». C’est aussi un élément pédagogique qui vise à entretenir le souvenir et la mémoire du « grand homme » que fut Rousseau32. C’est enfin un symbole politique, eu égard à l’influence exercée sur Basedow et le mouvement philanthropique, ainsi que sur le prince, par les idées de Rousseau en matière d’éducation33.

Le parc, lieu de représentation et de mise en scène du pouvoir monarchique

  • 34 Cf. Siegmar Gerndt, Idealisierte Natur. Die literarische Kontroverse um den Landschaftsgarten des 1 (...)
  • 35 Cf. Walter Demel, « Perspektiven der Adelsforschung : Die Konjunktur der Adelsforschung », Adel im (...)
  • 36 Voir notamment Urte Stobbe sur Wilhelmshöhe (Kassel-Wilhelmshöhe. Ein hochadeliger Lustgarten im 18 (...)
  • 37 Cf. Ina Mittelstädt, Wörlitz, Weimar, Muskau, op. cit., p. 15, 19 sq.

15Politique, Wörlitz l’est donc, indéniablement, mais de manière sans doute plus complexe qu’il y paraît d’abord. L’investissement par les études littéraires, depuis les années 1980 surtout, du champ de l’histoire des jardins via la littérature produite sur ces derniers34, conjugué à un intérêt nouveau, en histoire, pour les recherches sur la noblesse35 et notamment ses formes de communication visuelle, a permis, depuis une quinzaine d’années, de renouveler considérablement la perception de plusieurs des grands parcs paysagers allemands de la fin du xviiie siècle. Plusieurs études ont ainsi mis en évidence combien la connaissance que l’on a de ces jardins repose essentiellement sur les descriptions qui en ont été faites par les visiteurs – et non par leurs créateurs36. Or ceux-ci, eu égard aux importants moyens financiers requis par l’aménagement des jardins, étaient pour la plupart des souverains qui, à l’instar du prince Franz, ne se sont que rarement souciés de livrer à la postérité de commentaires sur leurs motivations. Ainsi les descriptions, qui émanent pour beaucoup de la bourgeoisie cultivée – celle de Ligne est une exception – ont-elles tendance à véhiculer de ces jardins une vision sinon biaisée, du moins incomplète : elles sont le reflet des attentes générées par ces derniers, une surface de projection pour des utopies politiques qui ne correspondent pas nécessairement à la réalité de ces jardins, qu’une plus grande attention portée au contexte historique et politique permet de mieux appréhender37.

  • 38 La transition entre l’esthétique du jardin formel et celle du jardin naturel est passée par diverse (...)
  • 39 Cf. Ina Mittelstädt, Wörlitz, Weimar, Muskau, op. cit., p. 43.

16Le fait est que, pendant longtemps, l’opposition en réalité rien moins que stricte38 entre la nouvelle esthétique paysagère et les jardins réguliers tirés au cordeau de l’époque baroque, et incarnés de manière exemplaire par les jardins de Le Nôtre à Versailles sous le règne de Louis XIV, s’est retrouvée, dans la littérature sur les jardins, investie d’une dimension politique – l’opposition entre absolutisme et libéralisme – dont les travaux évoqués plus haut ont bien montré combien elle relevait d’une construction idéologique rétrospective. Cette opposition a conduit à oblitérer le fait que tout autant qu’aux siècles précédents, les souverains de la fin du xviiie siècle avaient eux aussi besoin d’affirmer leur pouvoir. En dépit du changement de paradigme esthétique que constitua la « Révolution » des jardins, l’enjeu politique restait le même : il s’agissait toujours d’exhiber de manière ostentatoire son statut privilégié39.

  • 40 Johannes Süßmann parle à ce propos de « Gartenkabinett ». Cf. J. Süßmann, « Der Garten als Bauakt. (...)
  • 41 Cf. Ina Mittelstädt, Wörlitz, Weimar, Muskau, op. cit., p. 54. Johannes Süßmann considère le châtea (...)

17À Wörlitz, un bâtiment est à cet égard emblématique : il s’agit du « château » mentionné par le prince de Ligne, qui fut érigé entre 1769 et 1773 en lieu et place de l’ancien château de chasse de style baroque, et qui, avec son style néopalladien, marqua l’avènement du néoclassicisme sur le continent. Inspiré à Erdmannsdorff par la vision des maisons de campagne anglaises (il était également désigné alors sous les termes de Neues Haus ou Landhaus), il s’agissait d’une « résidence d’été », la résidence officielle du prince étant le château de Dessau. Mais le monarque y passait bien plus de temps que les seuls mois d’été, et menait depuis ce lieu qui accueillait aussi les fonctionnaires de l’État, les affaires de son gouvernement40. Ce choix, conjugué au fait que sa politique réformiste débuta véritablement à la même époque, ne put que contribuer à l’assimilation du jardin à sa politique éclairée41.

Das Schloss zu Wörlitz (Château de Wörlitz), par Karl Kuntz, 1797

Das Schloss zu Wörlitz (Château de Wörlitz), par Karl Kuntz, 1797

KsDW, Bildarchiv, Heinz Fräßdorf

  • 42 Cf. Ingo Pfeifer, « Dynastische Repräsentation im Wörlitzer Park », in : Andreas Pečar et Holger Za (...)
  • 43 Il faudra attendre la mort du prince pour que Rode publie la description de l’intérieur du bâtiment (...)
  • 44 Cf. Ingo Pfeifer, « Dynastische Repräsentation im Wörlitzer Park », art. cité, p. 31. Pour Andreas (...)
  • 45 En 1778, dans la guerre de succession de Bavière, la principauté d’Anhalt-Dessau, mais aussi d’autr (...)

18Il faut insister ici sur le détournement, par le prince, de la fonction de ces maisons de campagne, conçues outre-Manche comme des lieux de retrait de la vie publique. Malgré son apparente simplicité, qui se voulait le reflet du caractère accessible et « humain » de son propriétaire, la « maison de campagne » de Wörlitz était un lieu public, que l’on pouvait, comme le parc, visiter à tout moment, y compris en l’absence du souverain ; contrairement aux maisons de campagne anglaises, elle était dotée d’une enfilade de salles de réceptions et, entre autres pièces, d’une vaste salle à manger comprenant la traditionnelle « galerie des ancêtres » qui rappelait aux visiteurs l’ancienneté de la maison d’Anhalt-Dessau42. On retrouve cette même volonté de représentation dans la Maison gothique, dont Ligne rappelle que le prince y avait établi son domicile43 – sans préciser, car cela aurait desservi la réputation d’un souverain qui se voulait exemplaire, que celui-ci y vivait, séparé de son épouse, avec sa maîtresse Luise Schoch, la fille du jardinier, et leurs trois enfants. Il mentionne surtout les éléments de décors moyenâgeux, et semble bien conscient de la valeur symbolique du lieu quand il loue en passant la « valeur » et la « loyauté chevaleresque » héritées par le prince de ses aïeux. De fait, les riches collections d’objets, de vitraux et de tableaux qui ornaient la Maison gothique, en particulier dans la « Salle des chevaliers », n’étaient pas la simple marotte privée d’un amoureux des arts, elles avaient aussi une fonction représentative ; il a été démontré que le caractère privé de cette demeure – largement relayé par les descriptions de l’époque – relevait de la mise en scène44. Il n’est pas anodin que ce soit là précisément, au milieu de portraits rappelant le passé glorieux de la maison d’Anhalt-Dessau, qu’eurent lieu les rencontres du prince avec de nombreux hommes politiques pour y discuter d’affaires importantes, en particulier autour de la création du Fürstenbund45.

  • 46 Cf. Michael Niedermeier, « Macht, Memoria und Mätressen », art. cité, p. 53.
  • 47 Cf. Georg Schmidt, « Mäzene, Patrioten und Despoten. Drei mitteldeutsche Fürsten im späten Alten Re (...)

19Les travaux les plus récents ont ainsi remis au centre de la réflexion les critères de la représentation (« Herrschaftsrepräsentation ») et de la mise en scène du pouvoir (« Herrschaftsinszenierung »), qui jouaient pour la principauté d’Anhalt-Dessau, comme pour d’autres petits États voisins tels le duché de Saxe-Weimar ou celui de Saxe-Gotha, un rôle d’autant plus important que leur marge de manœuvre, dans la constellation politique de l’époque, était extrêmement réduite, et à qui seule l’affirmation de l’ancienneté et de l’éclat de leur dynastie permettait de tirer leur épingle du jeu et de ne pas se retrouver écrasés dans le conflit opposant leur puissant voisin prussien à l’Empire habsbourgeois46. Le fait d’être connu dans tout l’espace germanophone et au-delà comme un prince cultivé et soucieux du bien-être de ses sujets était pour ainsi dire un moyen habile de « rationaliser les déficits en matière de pouvoir politique47 ». Parce qu’il incarnait ces qualités, le jardin constituait la meilleure des publicités.

  • 48 C’est aussi dans ce double contexte de gain en matière de prestige et de gain économique (les reven (...)
  • 49 Cf. Michael Niedermeier, « Das Verhältnis zwischen Preußen und Anhalt-Dessau und die politische Zwa (...)

20C’est d’ailleurs aussi l’une des raisons à son absence de clôture : il s’agissait d’en permettre l’accès au plus grand nombre de visiteurs – y compris pour des raisons économiques48. On se rappellera aussi la réputation de « prince de la paix » dont jouissait Franz, à laquelle le texte de Ligne fait allusion en évoquant les digues « nécessaires pour empêcher les hostilités du seul ennemi que puisse avoir un Prince adoré de tous ses voisins ». Cette réputation, que lui avait attirée la première action de son règne, à savoir sa déclaration de neutralité vis-à-vis de la Prusse de Frédéric II lorsque, en 1757, il avait dû renoncer à la carrière qui l’attendait dans l’armée prussienne, avait été confortée par sa politique d’embellissement du royaume : le jardin, on le sait, est depuis toujours conçu comme un « Élysée », un Éden, un paradis – autant de qualificatifs qui étaient utilisés pour décrire Wörlitz. Aussi les beautés du parc étaient-elles pour le souverain un moyen de se démarquer avantageusement de sa puissante voisine à la réputation militariste, à tel point qu’a pu s’installer dans l’opinion la croyance, en réalité erronée, de son opposition farouche à la Prusse49.

21Un des corollaires de cette réflexion – et nous achèverons par ce point ce « coup d’œil » sur Wörlitz – est que le caractère éclairé de la politique du prince Franz, dont la perception a longtemps été régie par le regard porté sur le jardin dans les nombreux récits auxquels il a donné lieu, est aujourd’hui, sinon remis en question, du moins quelque peu nuancé et mesuré à l’aune d’autres critères, comme en témoignent les recherches menées par des membres de la commission de Dessau-Wörlitz au sein de l’IZEA, l’Interdisziplinäres Zentrum für die Erforschung der Europäischen Aufklärung implanté à l’université de Halle50. Un exemple révélateur en est l’examen minutieux dont a fait l’objet la libéralité tant vantée du souverain à l’égard de l’importante communauté juive d’Anhalt-Dessau. Cette libéralité est traditionnellement illustrée par la présence dans le parc de la synagogue (mentionnée dans le texte de Ligne), et par la perspective connue sous le nom de Toleranzblick qui, depuis un siège situé au-dessus de la Goldene Urne, montre l’alignement de la synagogue et de l’église chrétienne, et symboliserait la volonté du souverain de mettre sur un pied l’égalité les deux religions. Indépendamment du fait que cette perspective ne semble pas avoir existé sous cette forme du temps du prince et que le nom même de Toleranzblick n’est pas attesté pour cette époque51, ou que la construction de la synagogue – qui prend par ailleurs l’apparence d’un temple antique – ait davantage constitué une concession (« Duldung ») qu’un témoignage de l’émancipation des Juifs et de leur intégration dans le royaume, l’examen détaillé de la politique menée par le prince à leur égard, et notamment sous le rapport fiscal et financier, montre que celle-ci fut souvent plus dure que sous le règne de ses prédécesseurs. S’ajoutant à la mise en évidence d’un interventionnisme accru du prince dans la vie de la communauté, il vient au bout du compte remettre en question l’idée largement répandue – et véhiculée par l’esthétique même du parc – d’une égalité de traitement entre les deux religions52. Un tel constat ne doit certes pas conduire à remettre radicalement en question la réalité du caractère progressiste des réformes menées par le souverain, mais à tout le moins inciter à garder à l’esprit que le critère de l’intentionnalité s’avère essentiel pour appréhender la diversité des significations d’un parc qu’un monarque soucieux d’assurer la pérennité de son image et l’éclat de sa lignée avait conçu pour s’adresser à des destinataires très variés – qu’il s’agisse de simples sujets, d’intellectuels éclairés, ou d’aristocrates investis comme lui d’un rôle politique.

Haut de page

Annexe

Description de Wörlitz (1795) par Charles-Joseph de Ligne

C’est en 1795 que le prince Charles-Joseph de Ligne (1735-1814), après avoir visité Wörlitz en compagnie du prince Leopold III Friedrich Franz von Anhalt-Dessau en septembre 1794, à un moment où l’aménagement en est déjà considérablement avancé, fait paraître sa description du jardin dans la troisième édition de son ouvrage Coup d’œil sur Belœil53. Sans doute ne s’agit-il là que d’une description parmi celles, très nombreuses, parues à la fin du siècle, et tout particulièrement dans cette décennie, sur Wörlitz54. De 1795 date également, par exemple, la Beschreibung des englischen Gartens zu Wörlitz bei Dessau de la plume du philosophe Johann Christian August Grohmann55. August Rode, proche conseiller et secrétaire du prince Franz, publiera quant à lui en 1798 la deuxième édition du guide « officiel » du parc, Beschreibung des Fürstlichen Anhalt-Dessauischen Landhauses und Englischen Gartens zu Wörlitz56, dans lequel il reprend de longues citations tirées de la description du prince de Ligne. Celle-ci est alors la première à paraître en français après celle, extrêmement succincte et en partie inexacte, qu’en a donné Hirschfeld dans le tome 5 de sa Théorie de l’art des jardins (1785), et dont le poète Friedrich von Matthisson, qui rédige lui-même une lettre pleine d’enthousiasme sur Wörlitz en 1794, parle comme d’un « médiocre exposé » valant « tout juste la peine d’être mentionné »57. Du fait de l’extrême popularité de Coup d’œil sur Belœil, Ligne jouera un rôle important dans la diffusion de la réputation du parc au-delà des frontières allemandes – mais aussi à l’intérieur de celles-ci puisque son texte sera traduit en allemand en 1799 par Wilhelm Gottlieb Becker58, l’éditeur du Taschenbuch für die Gartenfreunde qui a enseigné au Philantropinum au début de sa création, et qui est un diffuseur important des connaissances sur le jardin paysager.

Coup d’œil sur Belœil est dédié à Jacques Delille (1738-1813), dit « l’Abbé Delille », auteur du célèbre poème Les jardins ou l’art d’embellir les paysages (1782) dont Ligne était proche, et auquel il fait probablement allusion en divisant ici sa description en « chants ». Il cite par ailleurs de nombreux extraits du poème de Delille au début de son texte – dont le ton enthousiaste aurait incité le poète français à ajouter un vers sur Wörlitz dans la nouvelle édition des Jardins en 180259. Outre les rééditions ultérieures de Coup d’œil sur Belœil dans les œuvres complètes du prince (1860), le texte est repris en 1812, en préambule d’une description plus longue et actualisée, dans l’ouvrage bilingue français-allemand édité à Vienne par Franz Anton Schrämbl et Karl Robert Schindelmeyer, la Description des principaux parcs et jardins de l’Europe/Bildliche und beschreibende Darstellung der vorzüglichsten Natur- und Kunstgärten in Europa60.

*

Ce n’est point jalousie d’auteur, ce n’est pas amour-propre de possesseur, ce n’est point l’esprit détracteur qui m’a fait souvent critiquer, désirer, conseiller dans tous les jardins de l’Europe que j’ai parcourus et dont j’ai rendu compte. J’ai besoin d’admirer : et enfin je viens de le satisfaire. Jardiniers, peintres, philosophes, poètes, allez à Wörlitz. Vous jouirez aussi de ce plaisir. Ne vous attendez pas à un éloge. D’abord parce que je veux vous surprendre ; et puis parce que l’abbé de Lille [sic] l’a fait sans s’en douter. Il a deviné tout ce que le souverain du plus beau pays et des sujets les plus heureux de l’Empire a fait dans ce beau lieu61 […].

Malgré les beaux principes de l’Abbé, et du prince, qui marchaient en même temps, à la même hauteur, dans la même carrière ; celui-ci au lieu de plume et de pinceau, la hache, la pelle, le hoyau et la pioche à la main, pouvait très bien s’égarer. À peine l’imagination des Chinois avait-elle été un peu dégrossie en Angleterre. J’ai trouvé dans l’auberge de Wörlitz62, maison agréable et commode, bâtie par le Prince, faisant décoration et point de vue, un gros livre où les curieux écrivent ce qui leur passe par la tête. Voici ce que je viens d’y mettre :

J’ai vu Wörlitz, j’ai deviné son Maitre
L’âme comme l’esprit se peint dans ce qu’on fait.
Dieu le créa, dit-on, pour nous faire connaître,
En vertus, en jardins, un modèle parfait.

*

Voilà encore ce que je vais prouver. Wörlitz aurait coûté vingt millions à Louis XIV. Le Prince, qui a peur de faire le plus petit mal à ses sujets, a mis une telle économie à la création et l’entretien de ses jardins, qu’il faut être au fait de son talent en administration pour croire le peu que cela lui a coûté. J’ai tort d’appeler jardin ce qu’il a traité en pays et ce qui s’étend depuis la Résidence de Dessau jusqu’à Wörlitz : car ses canaux, ses prairies et les masses de chênes, platanes, peupliers d’Italie, pins etc., joignent les deux habitations. Il faut trois jours pour tout voir. On peut partager Wörlitz en cinq chants, où il y a sept épisodes différents ; ou, si l’on préfère l’action à l’épopée, en cinq actes, où il y a sept ou huit scènes différentes. 1. l’Élysée, et les environs, 2. la maison gothique et ses alentours, 3. le Temple de Vénus et le Panthéon, 4. le volcan et 5. le château. Dès la première de ces promenades, on passe par une grande bâtisse, moitié en brique, et moitié en rocaille, sur laquelle il y a un petit vallon, rempli de livres pour ceux qui veulent lire dans l’Élysée63. De là on traverse de belles plantations, et des potagers qui y sont cachés, pour aller s’embarquer. On passe sous un pont garni de fleurs ; on s’enfonce dans un canal sur lequel les arbres font berceau, et l’on débarque à la Maison gothique64. Il n’y a jamais eu rien de si parfait et de si bien suivi : tout y est si conséquent que l’on croit être plus jeune de trois cents ans. Les armures, les tableaux, les vitraux, les meubles, les bureaux, les ornements, et jusqu’aux grands verres, anciens gages de la franchise de nos aïeux, tout y est à sa place. Il y a les petits clochers, les petits enclos et leur air mystérieux et méfiant. Autour de ce château que le Prince, qui a hérité de la valeur et de la loyauté chevaleresque, a choisi pour sa demeure principale, il y a un verger qui est tout ce que les bonnes gens de ce temps-là avaient pu croire de plus beau.

*

À la deuxième promenade un pont suspendu sur des chaînes65, dont l’élasticité donne l’air d’un danseur de corde à celui qui le traverse, conduit au tombeau touchant du père du jardinier66 qui le montre les larmes aux yeux, et qui attendrit aussi sur le compte du Prince qui l’a fait. Il a fallu une grande rocaille pour élever ce pont, de manière à faire peur aux passants. Mais toutes celles qu’on trouve à Wörlitz n’ont point ce caractère âcre qui fait trop de contrastes ; on tire toutes ces pierres d’une mine de fer qui leur donne sa teinte, et fait un effet agréable67 employé [sic] sur le gazon, ou mêlé [sic] avec la brique dans les bâtiments. Jouissant du calme des prairies et des forêts dans un pays plat, le Prince n’a pas cherché à le tourmenter. Ces rocs ont l’air d’un monceau de pierres qu’on a ramassées à l’endroit même pour qu’elles ne gênent pas les troupeaux, et ne soient placées que pour fournir des points de vue. Un mouvement qu’on a donné au terrain sur les bords du beau lac était nécessaire à l’amphithéâtre de plantations, et tiré de l’excavation des canaux qui en sortent, pour faire parcourir par eau commodément tous les détails des jardins.

*

Voici la troisième promenade. Les digues qui font le cadre de ce beau tableau, nécessaires pour empêcher les hostilités du seul ennemi que puisse avoir un Prince adoré de tous ses voisins, lui sont utiles pour placer plusieurs bâtiments indispensables pour la sûreté de ces digues et la surveillance de l’Elbe68. Elles ont toutes un style distingué et varié et ne sont point une imitation des autres pays. C’est aussi sur ces mêmes digues, et en les suivant, qu’on va du Temple de Vénus, en douze colonnes d’un bel ordre, au magnifique Panthéon69. Par l’impossibilité de donner d’autres conseils ici, où je n’ai rien à désirer, j’ai prié le Prince de l’entourer d’arbres : les temples ont toujours besoin d’une sorte de mystère, et sont dévorés par le grand volume d’air qui les entoure s’ils ne sont pas encadrés par des groupes de plantations augustes et sérieuses.

*

La quatrième promenade commence par eau, au pied du Panthéon, et finit, après une navigation charmante, au pied du volcan. Ici commence une vraie féerie où l’on a bien observé le précepte qui va à tous les ouvrages : il faut que l’intérêt croisse de scène en scène. On traverse en bateau trois grottes d’une immense et belle proportion dont Neptune avouerait l’une, Amphitrite l’autre, et Thétis la troisième. Elles peuvent servir de bain ou de remise pour les barques. On saute de la sienne, et l’on s’enfonce dans des cavernes, des catacombes et des scènes d’horreur par une obscurité et des escaliers effrayants. On en sort une fois pour prendre l’air ; et l’on trouve un beau cirque romain, avec grand nombre de gradins, et la grande loge des Consuls.

*

Voici encore de nouvelles alarmes. On veut s’échapper. On est forcé de monter un petit escalier. L’obscurité redouble. Il finit : on tourne à gauche, un éclat soudain frappe la vue. Une lueur magique se fait apercevoir. On va voir d’où elle vient. Une porte s’ouvre. Une belle statue au milieu d’un salon réfléchit la lumière, et l’on s’aperçoit, quand on est revenu de son étonnement, qu’elle vient par des étoiles en vitre jaune qui couvrent ce salon, où sont encadrés dans les pierres noires qui en font la tapisserie, des entablements étrusques. Le Soleil n’y est pour rien : dans les temps les plus obscurs, ce Cabinet, unique dans son genre, est tout aussi éclairé.

*

On admire le Magicien. On bénit le Ciel de ce qu’il n’emploie sa sorcellerie qu’à faire plaisir, ou du bien. On quitte à regret l’effet sublime de la baguette. On sort à reculons pour en jouir encore le plus longtemps qu’on peut, rire de sa peur, se rappeler sa surprise, et rechercher encore une issue pour s’en aller tout à fait. On n’est pas encore au tiers de son voyage. On sort : mais c’est pour rentrer. On passe au pendant de ce Cabinet de la Nuit, pour voir le Cabinet du Jour, qui n’est pas achevé, mais qui est sans étoiles comme on s’en doute bien ; il y aura un resplendissant digne des Mille et une Nuits. On passe ensuite à un charmant petit appartement de bain pour le Prince, d’où il y a une vue variée et étendue.

*

On s’est promené une heure dans ce volcan sans savoir où, comment et pourquoi il en est un : on n’a vu que la cime enfumée du cratère qui a l’air moitié cheminée, et moitié pyramide. On monte, non sans peur, sur de grosses pierres, on arrive à un bassin qui entoure le premier foyer du volcan où, lorsqu’on veut le faire jouer, l’on fait un grand feu pour que la fumée sorte par de petits tuyaux : et puis en grimpant encore, on voit la place de l’artifice qui, mêlé de soufre, de charbon, et d’esprit-de-vin, devient, en tombant tout autour du cratère, une espèce de lave. Ce bassin qui n’est pas encore tout à fait achevé sera entretenu par une pompe qu’un seul homme fait mouvoir : et le superflu du bassin tombera pendant quelques heures tous les jours par une cascade extrêmement large jusqu’au pied de ce rocher servi à merveille par les quatre éléments. C’est pour le coup qu’on s’imagine avoir tout vu. Point du tout. Voici une scène plus douce qui fera oublier les peurs, les enchantements et les ténèbres. Le gothique n’avait offert que des tableaux austères qui étaient tempérés encore par quelques objets agréables et consolants. Mais c’est de l’effrayant, et tout au moins du sévère, dans cette masse énorme de ces roches noires, d’un ton calciné. On est étonné de n’avoir pas découvert une habitation sur une autre cime du même rocher, au bout d’une plateforme d’un côté, qui tient à un jardin d’hiver70. C’est une maison du ton le plus simple et le plus propre en dehors, et le plus magnifique en dedans. C’est tout Herculanum : et ce genre est aussi parfaitement coulé à fond que l’on a vu celui de chevalerie. L’esprit encore exalté, on s’embarque et on s’en retourne chez soi. On voit que j’ai tenu parole : il n’y a pas un mot de louanges ; ce n’est pas ma faute si cette description exacte les enlève. Je ne puis pourtant pas m’empêcher de parler de la logique du Prince, dans tout ce qu’il a fait. Ce sont les seuls jardins où le génie et la raison se promènent de compagnie. Une autre preuve encore de la suite que le Prince met dans tout, c’est son manège de Dessau. Il est si bien revêtu de tous les attributs, traits historiques et emblèmes d’équitation, qu’on ne peut rien y ajouter. J’ai oublié de parler des objets intéressants, que des bancs et des pauses dans toutes les parties intérieures et autour du volcan exposent de toutes parts : une métairie ornée, une maison italienne71, la synagogue72, les maisons gothiques, le château, la ville, notre auberge, deux moulins etc.

*

Ce château fait l’objet de la cinquième promenade. Jusqu’aux offices, tout a de la grâce et des colonnes. Les plantations qui sont autour, sont les seules qui ne sont pas de la main du Prince. Le gazon y est superbe et s’étend en pente douce jusqu’au lac immense qui fait tout plein d’îles dont on ne se doute pas, et dont tous les contours sont gracieux. Ces îles procurent des ponts charmants et variés. Celui de fer entre autres est un chef-d’œuvre de légèreté. Après avoir vu de fort beaux tableaux, des ornements très précieux, une élégante bibliothèque, un belvédère73 d’où l’on découvre quinze lieues à la ronde, et en passant, sans descendre du bateau, sur la droite le bain de Vénus74, la pyramide de fleurs, et le Temple des Nymphes75, on rentre parfaitement heureux à la maison et on se livre à toute l’admiration que méritent le Prince et ses ouvrages.

Haut de page

Notes

1 Le titre de la contribution fait volontairement écho à l’ouvrage Esthétique du jardin paysager allemand. xviiie et xixe siècles, Paris, Klincksieck, 2018, coédité par l’auteure avec Stéphanie de Courtois et Eryck de Rubercy, qui proposait notamment quatre descriptions du parc de Wörlitz : Description des jardins anglais de la famille princière d’Anhalt-Dessau sis à Wörlitz (1788) par August von Rode, Lettre sur Wörlitz à Karl Viktor von Bonstetten par Friedrich von Matthisson (1794), Lettre sur Wörlitz à ses parents (1796) par Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling, et enfin la Description du jardin de Wörlitz près de Dessau (1812) par Karl Robert Schindelmayer. La concentration du propos de l’ouvrage sur des questions d’ordre esthétique ne doit toutefois pas laisser entendre que les problématiques politiques étaient étrangères à la conception de tels parcs paysagers. C’est précisément pour rappeler ces enjeux que l’auteure a fait le choix de revenir ici sur l’exemple de Wörlitz.

2 Sophie Lefay, « Girardin et la politique du jardin pittoresque », in : Isabelle Trivisani-Moreau (dir.), Paysage politique. Le regard de l’artiste, Rennes, PUR, 2011 (p. 57-68) [http://books.openedition.org/pur/40634].

3 Voir à ce sujet Marie-Ange Maillet, « Penser le jardin paysager », in : Esthétique du jardin paysager allemand, op. cit. (p. 13-24).

4 Sur Hirschfeld : ibid., p. 37-56, et Hildegard Haberl, « La “Théorie de l’art des jardins” de Christian Cay Lorenz Hirschfeld (1742-1792) : une entreprise encyclopédique, pédagogique et patriotique », in : Hildegard Haberl et Anne-Marie Pailhès (dir.), Jardins d’Allemagne, Paris, Champion, 2014 (p. 69-89).

5 Christian Cay Lorenz Hirschfeld, Théorie de l’art des jardins, tome 1, 1779, p. 178.

6 Ibid.

7 Cf. Esthétique du jardin paysager allemand, op. cit., p. 19.

8 Sur le caractère politique des écrits de Hirschfeld, voir dans le même sens Ina Mittelstädt, « Idylle als Politik. Wörlitz und Puławy », in : Walter Schmitz (dir.), Adel in Schlesien und Mitteleuropa. Literatur und Kultur von der frühen Neuzeit bis zur Gegenwart, Oldenbourg, De Gruyter, 2013 (p. 181-217), ici p. 189 sq.

9 Christian Cay Lorenz Hirschfeld, Théorie de l’art des jardins, op. cit., p. 181.

10 Sur Ligne et en particulier sur Coup d’œil sur Belœil, cf. Urte Stobbe, « Hirschfeld versus Fürst de Ligne: Konkurrierende Autorinszenierungen und Grenzziehungspraktiken um 1800 », in : Martin Mulsow et Frank Rexroth (dir.), Was als wissenschaftlich gelten darf. Praktiken der Grenzziehung in Gelehrtenmilieus der Vormoderne, Francfort-sur-le-Main, Campus, 2014 (p. 461-484) ; Nathalie de Harlez de Deulin, « Écrits sur l’art des jardins. Les préceptes éclectiques d’un prince hortomane », in : Cinquante nuances de rose. Les affinités électives du prince de Ligne, Éditions de l’université de Bruxelles, 2017 (p. 127-143). Une erreur fâcheuse y attribue toutefois la paternité des jardins de Wörlitz au paysagiste Peter Josef Lenné.

11 Le « royaume des jardins de Dessau-Wörlitz » inclut toute l’ancienne principauté de Saxe-Anhalt, qui se présentait vers 1770 comme un territoire de 700 km2 et d’environ 35 000 habitants comprenant, outre la pièce maîtresse de Wörlitz, plusieurs autres jardins (dont le Luisium et le Georgen-Garten) alternant avec des surfaces cultivées. L’appellation « Gartenreich Dessau-Wörlitz » est celle qui a été donnée au parc en 2000 lors de son classement à l’UNESCO. Le terme Gartenreich n’était guère utilisé au xviiie siècle, on parlait alors davantage des « Wörlitzer Anlagen ». Cf. Michael Niedermeier, « Suggestive Imagination. Reisebeschreibungen ins Dessau-Wörlitzer “Gartenreich” als Selbstenthusiasmierung der Aufklärer », in : Hubertus Fischer, Sigrid Thielking et Joachim Wolschke-Bulmahn (dir.), Reisen in Parks und Gärten. Umrisse einer Rezeptions- und Imaginationsgeschichte, Munich, Peter Lang, 2012 (p. 159-191), ici p. 159. Wörlitz est tantôt considéré comme le « premier », tantôt comme l’« un des premiers » parcs paysagers du continent européen, selon que la date de début des aménagements prise en compte est 1764 (le parc n’en est alors qu’à ses prémices) ou une date plus tardive. Parmi les plus anciens parcs paysagers allemands, on compte également celui du duc Ernst II von Sachsen-Altenburg-Gotha, créé en 1766.

12 Sur Ermenonville et ses liens avec Wörlitz, voir notamment Monique Mosser, « Préface », in : Die Gärten von Ermenonville, Berlin, Mitteilungen der Pückler Gesellschaft, 2007 (p. 21-23).

13 Ina Mittelstädt (Wörlitz, Weimar, Muskau. Der Landschaftsgarten als Medium des Hochadels (1760-1840), Vienne, Böhlau, 2015, p. 145) parle de 60 textes et de nombreuses courtes mentions parus dans les quatre décennies suivant la création du parc. Ceux-ci sont présentés par Erhard Hirsch (qui, par son engagement ininterrompu, est considéré en Allemagne comme l’initiateur principal de la renaissance et de la popularité du parc au xxe siècle) dans Von deutscher Frühklassik. Dessau-Wörlitz im Urteil der Aufklärung, 5 vol., Dessau, 2003-2008.

14 Sur le style de Ligne, et en particulier sa manière de se démarquer de Hirschfeld, voir Urte Stobbe, « Hirschfeld versus Fürst de Ligne », art. cité, p. 477 sq.

15 Les différents jardins sont le Schlossgarten autour du château, le Neumarks Garten, du nom du jardinier qui le créa dans les années 1760, le Schochs Garten, dont l’aménagement commença dans la même décennie mais qui fut entièrement recréé après avoir été dévasté par deux crues de l’Elbe en 1770 et 1771, le Garten auf dem Weidenheger, et enfin les Neue Anlagen dont l’aménagement commença en 1788.

16 Cf. Erhard Hirsch, Dessau-Wörlitz, Aufklärung und Frühklassik, 2013, p. 261.

17 Coup d’œil sur Belœil…, 1795, p. 177.

18 « Le jardin de Wörlitz près de Dessau mérite […] une place parmi les jardins les plus nobles d’Allemagne, tout comme son propriétaire est un des meilleurs princes, père de ses sujets, ami de l’humanité et connaisseur en fait d’arts. » Christian Cay Lorenz Hirschfeld, Théorie de l’art des jardins, tome 5, Leipzig, 1785, p. 323-324 (souligné par mes soins).

19 Cf. Michael Niedermeier, « Suggestive Imagination », art. cité, p. 170-171. C’est au milieu de la décennie que le nombre de visiteurs atteint son apogée, avant de redescendre fortement à partir de 1803.

20 Ibid., p. 180-181 et 191.

21 Voir Michael Niedermeier, « Aufklärung im Gartenreich Dessau-Wörlitz », in : Franck-Andreas Bechtoldt et Thomas Weiss (dir.), Weltbild Wörlitz. Entwurf einer Kulturlandschaft, 1996 (p. 51-65).

22 Le Philantropinum, dont la conception avait été fortement influencée par les idées de Rousseau, se voulait l’incarnation des valeurs de l’Aufklärung. Il promouvait notamment une éducation supraconfessionnelle, tolérante, qui entendait tenir compte de la nature des enfants (par le renoncement, notamment, aux châtiments corporels), et axée davantage sur la pratique. La notion d’utilité était au cœur de la réflexion : les enfants, considérés comme des plantes qu’il faut faire pousser, devaient être éduqués pour servir les intérêts de la communauté, et non leurs intérêts propres. Une idée qui guida aussi la conception qu’avait le prince Franz de son rapport à ses sujets. Cf. Michael Niedermeier, « Aufklärung im Gartenreich Dessau-Wörlitz », art. cité, p. 55 sq. Rappelons enfin que le Philantropinum, du moins à ses débuts, était intimement associé au jardin de Wörlitz, qui, en tant que lieu propre à favoriser l’éducation esthétique des élèves, faisait, avec les autres jardins de la principauté, l’objet d’excursions quotidiennes.

23 Bâti en 1791, il était la réplique réduite du pont anglais en fonte de Coalbrookdale (1777-1779), et, aux côtés de trois ponts amovibles aujourd’hui disparus, l’incarnation des progrès techniques les plus récents. Cf. Berthold Burckardt, « Das Brückenprogramm in Wörlitz », in : Weltbild Wörlitz, op. cit. (p. 207-218), ici p. 215.

24 Cf. Ina Mittelstädt, Wörlitz, Weimar, Muskau, p. 79, et 85 sq. et id., « Idylle als Politik », p. 202 sq. L’importance des éléments iconographiques, qui ne correspondait déjà plus à la sensibilité du public de la fin du siècle, rattache Wörlitz à la tradition des jardins anglais plus anciens de Stowe, Stourhead ou Chiswick, plutôt que de ceux réalisés par Lancelot « Capability » Brown (que le prince connaissait également).

25 Le parc de Wörlitz ne compte pas moins de 26 axes visuels et perspectives dont la signification est tout sauf anodine. Selon Erhard Hirsch (Dessau-Wörlitz, Aufklärung und Frühklassik, op. cit., p. 275), le temple de Vénus est à lui seul l’élément conclusif de 40 points de vue dans l’ensemble du jardin.

26 Voir par ex. Berit Ruge, « Erkenntnisbilder und Einweihungsmotive im Dessau-Wörlitzer Gartenreich », in : Holger Zaunstöck (dir.), Das Leben des Fürsten. Studien zur Biographie von Leopold III. Friedrich Franz von Anhalt-Dessau. 1740-1817, Halle, 2008 (p. 211-224) ; Ina Mittelstädt (Wörlitz, Weimar, Muskau, op. cit.) rappelle par ailleurs la difficulté que pose l’interprétation de l’iconographie du parc en s’appuyant sur un motif récurrent, celui de Vénus, symbole de la fertilité de la nature et de récoltes abondantes – à mettre en relation avec l’exploitation agricole du parc –, mais incarnation, également, de la sexualité humaine, servant à justifier la relation extraconjugale du souverain avec sa maîtresse Luise Schoch ; en outre, Venus est considérée depuis le Moyen Âge comme la mère mythique des Ascaniens, représentants de la dynastie de Saxe-Anhalt, et constitue à ce titre un élément important pour la mise en scène de l’ancienneté et de la valeur de la lignée.

27 Cf. Erhard Hirsch, Dessau-Wörlitz, Aufklärung und Frühklassik, op. cit., p. 258.

28 La villa Hamilton – dite « Herculanum » chez Ligne – y reproduit fidèlement, à une échelle réduite, la villa Emma, située à Naples dans le quartier du Pausilippe, qui appartenait au diplomate anglais du même nom, que le prince Franz avait fréquenté lors de son séjour en Italie. Les parois de la villa Hamilton furent décorées entre 1792 et 1794 de fresques murales sur le modèle de celles découvertes à Pompéi et Herculanum – mais aussi sous l’inspiration de la mode anglaise de l’époque.

29 Cf. Sybille Hoiman, « Le tombeau de Jean-Jacques Rousseau sur l’île des peupliers à Ermenonville et sa réception dans les pays germanophones. Remarque sur les liens entre l’expérience de la nature et le culte des grands hommes dans les jardins paysagers au xviiie siècle », in : Thomas W. Gaehtgens et Gregor Wedekind (dir.), Le Culte des Grands hommes en France et en Allemagne 1750-1850, Paris, Éditions de la MSH, 2006 (p. 176-193). Soulignons brièvement un autre transfert culturel beaucoup moins connu lié à Ermenonville, celui entourant les figures du roi Henri IV et de sa maîtresse Gabrielle d’Estrées, dont la dimension politique et dynastique a fait l’objet de développements fort intéressants de la part de Michael Niedermeier, « Macht, Memoria und Mätressen. Herrschaftliche Gartenkunst als politische Besetzung der Landschaft in Schwetzingen und Wörlitz », in : Andreas Pečar et Holger Zaunstöck (dir.), Politische Gartenkunst ? Landschaftsgestaltung und Herrschaftsrepräsentation des Fürsten Franz von Anhalt-Dessau in vergleichender Perspektive : Wörlitz, Sanssouci und Schwetzingen, Halle, 2015 (p. 35-81), ici p. 62-66.

30 Une première description se trouve dans le vol. 2 (1780) ; elle sera complétée dans le vol. 5 (1785) par une seconde prenant en compte le sarcophage construit par Robert et Lesueur, et popularisée dès 1781 par une gravure de François Gaudefroy qu’Hirschfeld montre dans ce même volume, mais dont Erdmannsdorff n’avait pas connaissance lors de la conception du tombeau de Wörlitz. Sybille Hoiman (« Le tombeau de Jean-Jacques Rousseau… », art. cité) suggère que Ligne, à qui le prince Franz avait servi de guide lors de sa visite de Wörlitz, pourrait lui avoir parlé de l’île aux peupliers et lui avoir ce faisant donné l’idée du monument. Elle omet cependant que la description de Ligne n’apparaît pas dans la première édition de l’ouvrage (1781) mais dans la troisième (1795) et que sa visite date de septembre 1794 : l’île aux peupliers existait déjà, bien qu’elle ne soit pas mentionnée dans son texte.

31 Sybille Hoiman, « Le tombeau de Jean-Jacques Rousseau… », art. cité, p. 178.

32 L’inscription rédigée sur l’urne par le prince reste évasive et se prête ainsi aux interprétations les plus diverses : « À la mémoire de Jean-Jacques Rousseau, citoyen de Genève, qui par sa virile éloquence rendit aux farceurs le chemin de la raison, Aux voluptueux le plaisir vrai, À l’art égaré la simplicité de la nature, Aux sceptiques la consolation de la Révélation. Il mourut le 2 juillet 1778 » (trad. in : Esthétique du jardin paysager, op. cit., p. 207). L’aquarelle de l’île aux peupliers de Wörlitz réalisée par Georg Melchior Kraus fut elle aussi largement reproduite et contribua à accroître la notoriété de ce motif.

33 Sur les liens entre le prince Franz et les idées du philanthropisme, et la relation entre jardin paysager, éducation et politique, cf. Ina Mittelstädt, Wörlitz, Weimar, Muskau, p. 56-65.

34 Cf. Siegmar Gerndt, Idealisierte Natur. Die literarische Kontroverse um den Landschaftsgarten des 18. und 19. Jahrhunderts in Deutschland, Stuttgart, 1981 ; Michaël Gamper, « Die Natur ist republikanisch ». Zu den ästhetischen, anthropologischen und politischen Konzepten der deutschen Gartenliteratur im 18. Jahrhundert, Könighausen und Neumann, 1998 ; Ana-Stanca Tabarasi, Der Landschaftsgarten als Lebensmodell. Zur Symbolik der « Gartenrevolution » in Europa, Könighausen und Neumann, 2007.

35 Cf. Walter Demel, « Perspektiven der Adelsforschung : Die Konjunktur der Adelsforschung », Adel im Wandel (16.-20. Jahrhundert), 2009 (p. 1-18) [https://www.perspectivia.net/publikationen/discussions/2-2009/demel_perspektiven].

36 Voir notamment Urte Stobbe sur Wilhelmshöhe (Kassel-Wilhelmshöhe. Ein hochadeliger Lustgarten im 18. Jahrhundert, Berlin, Munich, Deutscher Kunstverlag, 2009) ; Ina Mittelstädt, Wörlitz, Weimar, Muskau, op. cit., et Michael Niedermeier, « Semantik. Ikonographische Gartenprogramme », in : Stefan Schweizer et Sascha Winter (dir.), Gartenkunst in Deutschland. Von der Frühen Neuzeit bis zur Gegenwart, Nuremberg, 2012 (p. 327-352). Sur Wörlitz, outre les très nombreuses publications de M. Niedermeier, on citera surtout le volume de contributions réunies par Andreas Pečar et Holger Zaunstöck, Politische Gartenkunst?, op. cit., dont l’introduction expose clairement les enjeux politiques liés au parc.

37 Cf. Ina Mittelstädt, Wörlitz, Weimar, Muskau, op. cit., p. 15, 19 sq.

38 La transition entre l’esthétique du jardin formel et celle du jardin naturel est passée par diverses phases de transition et d’expérimentation, sans que le style régulier et symétrique disparaisse jamais totalement. Dans un très grand nombre de cas, on assiste ainsi à une cohabitation des deux formes de jardins, qui, au xixe siècle, aboutiront au style « mixte » que l’on retrouve par exemple dans le jardin du prince Hermann von Pückler-Muskau, à une époque où le style régulier, débarrassé de ses enjeux idéologiques, est largement réhabilité.

39 Cf. Ina Mittelstädt, Wörlitz, Weimar, Muskau, op. cit., p. 43.

40 Johannes Süßmann parle à ce propos de « Gartenkabinett ». Cf. J. Süßmann, « Der Garten als Bauakt. Zur Einrichtung “natürlicher” Herrschaft in der Wörlitzer Landschaftsarchitektur », in : Andreas Pečar et Holger Zaunstöck (dir.), Politische Gartenkunst?, op. cit. (p. 15-23), ici p. 17.

41 Cf. Ina Mittelstädt, Wörlitz, Weimar, Muskau, op. cit., p. 54. Johannes Süßmann considère le château comme l’acte inaugural du règne du prince (« Der Garten als Bauakt », art. cité, p. 17). Andreas Pečar a toutefois souligné que le transfert esthétique que constituait l’importation du style néopalladien de la Country House à Wörlitz ne se doublait pas d’un transfert politique ; ce transfert a pu néanmoins conduire à des déductions erronées quant à l’interprétation du « libéralisme » du prince Franz. Cf. Andreas Pečar, « Ästhetische Vorbilder – politische Wahlverwandschaft ? Das Country House als Ausdruck politischer Identität in England und das Problem der Übertragbarkeit », in : Andreas Pečar et Holger Zaunstöck (dir.), Politische Gartenkunst?, op. cit. (p. 83-93).

42 Cf. Ingo Pfeifer, « Dynastische Repräsentation im Wörlitzer Park », in : Andreas Pečar et Holger Zaunstöck (dir.), Politische Gartenkunst?, op. cit. (p. 25-33), ici p. 27.

43 Il faudra attendre la mort du prince pour que Rode publie la description de l’intérieur du bâtiment sous le titre Das gothische Haus zu Wörlitz : nebst anderen Ergänzungen der Beschreibung des herzoglichen Landhauses und Gartens zu Wörlitz, 1818.

44 Cf. Ingo Pfeifer, « Dynastische Repräsentation im Wörlitzer Park », art. cité, p. 31. Pour Andreas Pečar, le prince Franz, en faisant ériger pour la première fois en Allemagne un palais d’architecture néogothique, espérait produire un effet aussi sensationnel que Walpole avec le sien à Strawberry Hill en 1750-1754 (« Ästhetische Vorbilder – politische Wahlverwandschaft ? », art. cité, p. 89). Voir également Eva Schroth, « Politisches Programm oder persönlicher Geschmack ? Die Glasmalereien im Gothischen Haus », in : Heinrich Dilly et Holger Zaunstöck (dir.), Fürst Franz. Beiträge zu seiner Lebenswelt in Anhalt-Dessau 1740-1817, Halle, 2005 (p. 42-55).

45 En 1778, dans la guerre de succession de Bavière, la principauté d’Anhalt-Dessau, mais aussi d’autres petits États voisins, tels le duché de Saxe-Weimar ou celui de Saxe-Gotha, s’étaient retrouvés pris en étau entre l’Autriche de Joseph II (à qui ils devaient obéissance en tant qu’Empereur du Saint Empire romain germanique), et leur puissante voisine prussienne dont ils dépendaient de facto. Une situation qui conduisit le prince Franz à jouer un rôle moteur dans la création du Fürstenbund, alliance destinée à sécuriser la position des petits États et assurer leur pérennité par une réforme de l’Empire. Cf. notamment Ina Mittelstädt, Wörlitz, Weimar, Muskau, op. cit., p. 126 sq. Dans son ouvrage Federalism and Enlightenment in Germany, 1740-1806 (Londres & Rio Grande, 2000), Maiken Umbach a mis en évidence le lien entre le choix de l’architecture gothique et ses implications politiques en rapport avec la création du Fürstenbund.

46 Cf. Michael Niedermeier, « Macht, Memoria und Mätressen », art. cité, p. 53.

47 Cf. Georg Schmidt, « Mäzene, Patrioten und Despoten. Drei mitteldeutsche Fürsten im späten Alten Reich », in : Holger Zaunstöck (dir.), Das Leben des Fürsten. Studien zur Biographie von Leopold III. Friedrich Franz von Anhalt-Dessau. 1740-1817, Halle 2008 (p. 30-39), ici p. 37.

48 C’est aussi dans ce double contexte de gain en matière de prestige et de gain économique (les revenus « touristiques » générés par les visiteurs) qu’il faut comprendre l’édition d’un guide « officiel » par August Rode. Cf. Michael Niedermeier, Suggestive Imaginationen, op. cit., p. 180.

49 Cf. Michael Niedermeier, « Das Verhältnis zwischen Preußen und Anhalt-Dessau und die politische Zwangsheirat zwischen Fürst Franz und Louise von Brandenburg-Schwedt », in : Holger Zaunstöck (dir.), Das Leben des Fürsten, op. cit. (p. 63-81), ici p. 81.

50 https://www.izea.uni-halle.de/forschung/c-raeume-der-aufklaerung/7-anhalt-dessau-musterland-der-aufklaerung.html. Le titre de la page est « Anhalt-Dessau : Musterland der Aufklärung ? » – avec un point d’interrogation qui n’apparaît pas dans l’URL. Voir aussi la page https://www.izea.uni-halle.de/ueber-uns/dessau-woerlitz-kommission.html, avec son lien vers les manifestations et publications de la commission depuis 2002. Voir également l’ouvrage de Paul Beckus, Hof und Verwaltung des Fürsten Franz von Anhalt-Dessau (1758-1817), Halle, 2016, qui montre qu’un certain nombre de réformes attribuées à l’esprit éclairé du prince ont d’autres fondements, notamment dynastiques.

51 Cf. Jan Brademann, « Wer blickt auf welche Toleranz ? Zur strukturellen Ambivalenz der Religionspolitik eines aufgeklärten Kleinpotentaten », in : Andreas Pečar et Holger Zaunstöck (dir.), Politische Gartenkunst?, op. cit. (p. 107-141), ici p. 108-109.

52 Cf. Paul Beckus, « Zwischen Image und Ökonomie. Fürst Franz und die Juden 1758-1817 », ibid. (p. 143-157).

53 Le titre exact en est Coup d’œil sur Belœil et sur une grande partie des jardins de l’Europe, tome second, 1795, p. 154-167. Il s’agit là de la 3e édition de l’ouvrage – les deux premières de 1781 (Coup d’œil sur Belœil) puis 1786 (Coup d’œil sur Belœil et sur une grande partie des jardins de l’Europe), ne contenaient pas encore la description de Wörlitz.

54 Cf. Michaël Niedermeier, « Suggestive Imagination. Reisebeschreibungen ins Dessau-Wörlitzer “Gartenreich” als Selbstenthusiasmierung der Aufklärer », in : Hubertus Fischer, Sigrid Thielking et Joachim Wolschke-Bulmahn (dir.), Reisen in Parks und Gärten. Umrisse einer Rezeptions- und Imaginationsgeschichte, Munich, 2012 (p. 159-191), ici p. 179. Erhard Hirsch a publié les nombreuses descriptions existant de Wörlitz dans Von deutscher Frühklassik. Dessau-Wörlitz im Urteil der Aufklärung, 5 vol., Dessau, 2003-2008.

55 In : Wilhelm Gottlieb Becker (dir.), Taschenbuch für die Gartenfreunde 1, 1795 (p. 94-251).

56 La première édition était parue en 1788. Une traduction (en extraits) en est donnée dans Esthétique du jardin paysager allemand. xviiie et xixe siècles, textes réunis et préfacés par Stéphanie de Courtois, Marie-Ange Maillet et Eryck de Rubercy, Paris, Klincksieck, 2018 (p. 193-211). Parmi les autres descriptions importantes, on citera également celle de l’archéologue Carl August Böttinger datant de 1797, dont une partie seulement parut en 1799 dans le Taschenbuch für Natur- und Gartenfreunde de l’éditeur Cotta – il revient à Erhard Hirsch d’en avoir publié pour la première fois la version intégrale en 1971 (Munich, Deutscher Kunstverlag, 1999, 8e éd.).

57 Ibid., p. 213 pour les propos de Matthisson (lettre reproduite p. 212 à 214) ; pour Hirschfeld et sa description de Wörlitz, cf. Théorie de l’art des jardins, tome 5, Leipzig, 1785, p. 323-324. Hirschfeld, rappelons-le, n’avait pas vu Wörlitz de ses yeux – non plus que la majorité des parcs décrits dans son ouvrage, dont des correspondants lui envoyaient les descriptions. Comme l’a souligné Ina Mittelstädt (« Der Garten als Zeichen, Agens oder Illusion der Aufklärung. Der Wörlitzer Park und seine zeitgenössische Rezeption », in : Materialitätsdiskurse der Aufklärung. Bücher – Dinge – Praxen, éd. par Thomas Bremer, Halle an der Saale, Universitätsverlag Halle-Wittenberg, 2016 (p. 187-235), ici p. 225), la description de Hirschfeld est contradictoire et en partie fausse car elle laisse entendre que le parc était dominé par l’architecture néogothique, ce qui n’était guère le cas : en 1785, lors de la parution de la Théorie de l’art des jardins, la Maison gothique est le seul bâtiment qui se rattache à ce style, le néoclassicisme étant plutôt la règle, comme en témoignent, outre le château, les bâtiments du Wachhaus zum Pferde, du Nymphäum, ou du Küchengebäude – les offices mentionnés par Ligne. En outre, le texte de Hirschfeld n’accorde que peu d’intérêt au « programme iconographique » de Wörlitz, qui joue un rôle si important pour la compréhension du parc et qui est déjà bien élaboré en 1785. Cela s’explique par le fait qu’une telle abondance d’éléments de décors était contraire aux principes professés dans sa Théorie de l’art des jardins, où il recommande expressément d’éviter « toute surabondance de bâtiments » qui « affaiblissent bientôt les impressions des scènes naturelles lorsqu’ils sont en trop grand nombre » (Théorie de l’art des jardins, t. 3, 1781, p. 46).

58 Wilhelm Gottlieb Becker, Der Garten zu Beloeil nebst einer kritischen Übersicht der meisten Gärten Europens, Dresde, 1799. Becker est également connu pour sa traduction, en 1779, de l’ouvrage du marquis de Girardin sur Ermenonville, De la Composition des paysages.

59 Cf. Wilhelm Hosäus, Ein Handbuch für die Besucher des Wörlitzer Gartens und der Wörlitzer Kunstsammlungen, Dessau, 1883, p. 79. Le vers en question (« et du charmant Wörlitz les fraîches promenades ») s’insère dans un paragraphe consacré aux jardins allemands où sont également cités les parcs de Rheinsberg, Cassel, Potsdam, Bellevue et Gusow, et qui s’achève sur ces mots : « L’eau, la terre, les monts, les vallons et les bois/Jamais d’aspects plus beaux n’ont présenté les choix. »

60 L’ouvrage a connu une première édition en 1808, moins largement diffusée. Nous n’avons pas pu vérifier si le texte de Ligne sur Wörlitz s’y trouvait déjà.

61 S’ensuivent de longs extraits du poème de Delille que nous avons coupés ici.

62 L’auberge Zum Eichenkranz offrait un passage entre le parc et la ville. Flanquée de deux ailes latérales, elle avait été conçue entre 1785 et 1787 d’après les plans de l’architecte Friedrich Wilhelm von Erdmannsdorff. Elle était destinée à l’accueil des nombreux visiteurs de marque ; c’était un lieu de sociabilité important, où séjournèrent aussi bien Goethe que Novalis, Hölderlin ou l’architecte Karl Friedrich Schinkel.

63 Ligne évoque ici le Eisenhart, érigé en 1781-1784 au-dessus d’un canal, et faisant le lien entre la route et le jardin de Neumark (Neumarkischer Garten). Il était surmonté de deux pavillons dont l’un était le Südseepavillon abritant la collection d’objets ethnologiques des Forster, l’autre le Bibliothekspavillon où il était permis d’emprunter des livres et de les emporter avec soi dans le jardin. Das Elysium est une vaste clairière dans le jardin de Neumark, qui constitue la partie la plus ancienne du parc de Wörlitz et était initialement destiné à la culture potagère pour les besoins du château.

64 Das Gothische Haus. À l’origine (1772), il s’agissait d’une modeste habitation où vivait le jardinier Schoch. Elle fut plus tard transformée pour devenir à partir de 1785 la demeure du prince, qui y vivait séparé de la princesse Louise, avec sa maîtresse Luise Schoch (fille du jardinier) et leurs trois enfants.

65 Die Kettenbrücke.

66 La tombe de Johann Leopold Ludwig Schoch (1728-1793), qui donna son nom au second jardin constituant le parc, Schochs Garten. Son fils Johann George Gottlieb Schoch (1758-1826) poursuivit son œuvre, et travailla notamment sur la partie dite Neue Anlagen.

67 Ligne prend ici le contrepied direct de Hirschfeld, qui écrivait dans sa description : « On emploie trop souvent la mine de fer, et l’on tente de faire des rochers avec cette pierre ; ou bien on la met dans un contraste tout à fait singulier avec des pierres taillées ou des parois plates. » In : Théorie de l’art des jardins, t. 5, Leipzig, 1785, p. 323-324.

68 En 1770 et 1771, le parc avait été victime par deux fois de crues de l’Elbe qui avaient rompu les digues construites à l’époque et détruit le jardin de Schoch, qui prit une nouvelle forme lorsqu’il fut aménagé de nouveau. Les digues évoquées par Ligne sont celles qui longent la partie nord du jardin, depuis l’ouest (temple de Vénus) jusqu’à l’est (Panthéon). Le prince y avait fait ériger des postes de garde qui pouvaient également servir de refuge en cas d’inondation.

69 Le Venustempel avait été bâti en 1794 ; les débuts de la construction du Pantheon, dans les Neue Anlagen, sont datés de 1795 – il est donc surprenant que Ligne ait pu le visiter en septembre 1794.

70 « Une habitation » : La villa Hamilton, imitée de la villa, près de Naples, du diplomate anglais et précurseur de la vulcanologie William Richard Hamilton, avec lequel le prince s’était lié d’amitié lors de son voyage en Italie.

71 Das Italienische (ou Piemonteser) Bauernhaus, construite en 1792-1793 dans les Neue Anlagen.

72 Bâtie entre 1788 et 1790, elle est imitée du temple de Vesta à Tivoli, où le prince avait été en 1766.

73 Il s’agit du Belvédère situé sous la coupole du château.

74 Le Venusbad est le petit étang auprès duquel se trouve une « Vénus sortant du bain » agenouillée, copie surdimensionnée de l’Aphrodite de Doidalsas de Bithynie.

75 Le nymphée, érigé en 1769. La pyramide de fleurs mentionnée ici n’existe plus.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Kettenbrücke (Pont à chaînes), gravure de Johann Friedrich Nagel, 1793
Crédits Anhaltische Gemäldegalerie Dessau, Graphische Sammlung
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Vulkanausbruch (Éruption du volcan), aquatinte de Karl Kuntz, 1797
Crédits KsDW, Bildarchiv, Heinz Fräßdorf
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4209/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Venustempel (Temple de Vénus), aquatinte de Karl Kuntz, 1797
Crédits KsDW, Bildarchiv, Heinz Fräßdorf
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4209/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Gotisches Haus (Maison gothique), gravure de Johann Friedrich Nagel, 1793
Crédits Anhaltische Gemäldegalerie Dessau, Graphische Sammlung
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4209/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Pantheon (Panthéon), Aquatinte d’après Karl Kunz, 1799.
Crédits KsDW, Bildarchiv, Heinz Fräßdorf
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4209/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Pappelinsel mit Rousseaus Denkmal (L’Île aux peupliers avec le monument à Rousseau), Georg Melchior Kraus, vers 1785 (dessin à l’aquarelle)
Crédits KsDW, Bildarchiv, Heinz Fräßdorf
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4209/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Tombeau de Jean-Jacques Rousseau. Estampe de Jean-Michel Moreau le Jeune
Crédits Orléans, Musée des Beaux-Arts © Olivier Fleygnac
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4209/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Das Schloss zu Wörlitz (Château de Wörlitz), par Karl Kuntz, 1797
Crédits KsDW, Bildarchiv, Heinz Fräßdorf
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4209/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Ange Maillet, « « Politique » du jardin paysager allemand : l’exemple de Wörlitz. Suivi de la Description de Wörlitz (1795) par Charles-Joseph de Ligne »Revue germanique internationale, 38 | 2023, 25-50.

Référence électronique

Marie-Ange Maillet, « « Politique » du jardin paysager allemand : l’exemple de Wörlitz. Suivi de la Description de Wörlitz (1795) par Charles-Joseph de Ligne »Revue germanique internationale [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rgi/4209 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.4209

Haut de page

Auteur

Marie-Ange Maillet

Maîtresse de conférences en études germaniques, université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis (UR Mondes Allemands)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search