Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38L’histoire des jardins scolaires ...

L’histoire des jardins scolaires en Allemagne à travers l’exemple des Fondations Francke à Halle

Die Geschichte der Schulgärten in Deutschland am Beispiel der Franckeschen Stiftungen in Halle (Saale)
The History of School Gardens in Germany Using the Example of the Francke Foundations in Halle (Saale)
Cornelia Jäger
Traduction de Gilles Sosnowski
p. 51-68

Résumés

Les premiers jardins scolaires allemands ont été créés dans des établissements d’enseignement d’élite pour garçons. Alors que le plus ancien jardin scolaire, celui de la fondation August Hermann Francke à Halle, datant de 1698, avait principalement servi à l’enseignement de connaissances sur les plantes médicinales, à la fin du xviiisiècle, le jardinage jouait un rôle central en tant que lieu d’une pratique bénéfique pour la santé. À la fin du xixsiècle, l’idée du jardin scolaire commença à s’imposer dans les écoles publiques comme outil pour l’enseignement de l’histoire naturelle, et connut un élan considérable après la Première Guerre mondiale grâce au mouvement des écoles d’apprentissage. À leur arrivée au pouvoir, les nazis continuèrent à favoriser la diffusion des jardins scolaires, tout en les instrumentalisant et en les uniformisant sur le plan politique. En RDA, le « jardin scolaire » fut érigé en matière distincte au niveau élémentaire et chaque école dotée d’un jardin, l’accent étant mis sur l’enseignement de connaissances pratiques en horticulture en plus de l’éducation au travail. Depuis les années 1980, les jardins scolaires sont devenus des lieux d’apprentissage pour l’éducation à l’écologie.

Haut de page

Texte intégral

1Les Fondations Francke à Halle sur Saale (Saxe-Anhalt) sont une « ville-école » historique, aujourd’hui encore très vivante, où j’ai moi-même été scolarisée, tout comme mes enfants. Après le changement de régime politique en 1989, la Fondation, dissoute au temps de la RDA, a été réaménagée. On rénova les bâtiments délabrés, et l’on s’efforce depuis de renouer avec les traditions des fondateurs et de donner des impulsions modernes dans les domaines pédagogique, culturel et social, en vue d’améliorer la société.

2Afin de commémorer le plus ancien jardin scolaire d’Allemagne, créé il y a plus de trois cents ans, le Jardin de plantes (Pflanzgarten) fut réaménagé en 2007. J’ai eu le privilège de pouvoir développer ce lieu dans le cadre de projets d’éducation à l’environnement et au développement durable pour en faire un lieu d’apprentissage très utilisé pour la pédagogie de l’environnement, grâce auquel des centaines d’enfants et de jeunes peuvent expérimenter de manière diversifiée la nature et l’environnement. Pendant les mois d’hiver où la charge de travail est moins importante, j’ai commencé à faire des recherches sur l’histoire des jardins scolaires, notamment pour réfléchir à mon propre travail pédagogique dans le contexte historique particulier des Fondations Francke. Il s’est avéré passionnant de constater à quel point le jardin scolaire, en tant que lieu d’éducation, s’était modifié au cours de l’histoire, et d’observer quels contenus avaient été enseignés à différentes époques, avec quelle méthodologie et dans quel but.

Premiers jardins scolaires dans les écoles modèles destinées à l’élite au xviiie siècle

  • 1 Helmut Obst et Paul Raabe, Die Franckeschen Stiftungen zu Halle (Saale), Geschichte und Gegenwart, (...)

3August Hermann Francke (1663-1727) fit aménager le premier jardin scolaire d’Allemagne, le plus pérenne aussi, en 1698, l’année où en faisant construire un orphelinat et plusieurs écoles aux portes de la ville de Halle, il fonda une cité scolaire fonctionnant de manière quasi-autonome, les actuelles Fondations Francke1. Avec l’aide de collaborateurs engagés, il y mit en pratique les courants pédagogiques les plus modernes de son temps. Ce fut particulièrement le cas dans son école d’élite, le Pädagogium royal, qui moyennant des frais de scolarité élevés, préparait les fils de la noblesse et de la bourgeoisie aisée aux études universitaires. Y furent instaurés des cours de botanique notamment, dans le cadre de l’enseignement des realia, censé transmettre des connaissances pratiques, une innovation à l’époque. Pour illustrer le cours de botanique fut créé un jardin scolaire dénommé hortus medicus (jardin médical ou médicinal). La notion de jardin scolaire n’est apparue que bien plus tard.

Vue d’ensemble des fondations Francke, vers 1720 (détail)

Vue d’ensemble des fondations Francke, vers 1720 (détail)

Archiv Franckesche Stiftungen, AFSt/B Sd 0076

4L’enseignement dispensé dans les universités servit de modèle ; celles-ci possédaient parfois déjà un jardin de simples et emmenaient leurs étudiants herboriser. Francke voulut tirer parti de la pause méridienne dans la journée scolaire, nécessaire à la santé, en l’utilisant pour des cours de botanique pendant le semestre d’été. S’adonner à la botanique était perçu comme instructif et reposant à la fois.

  • 2 Cornelia Jäger, « Heilpflanzen im Unterricht – vom Wandel des Hortus Medicus und Botanischen Garten (...)

5Sur le premier livre de comptes du Pädagogium figurent des dépenses pour l’hortus medicus de l’école à partir de la date du 7 avril 1698, sachant que la localisation du jardin a changé plusieurs fois au gré des achats fonciers et de l’urbanisation croissante du terrain. En 1718, le Pädagogium royal acquit enfin un espace attenant au bâtiment de l’école, qui servit pendant plus de cent ans de jardin scolaire2.

  • 3 Les élèves utilisaient à l’époque l’ouvrage intitulé Hodegus botanicus sur la flore de Halle et de (...)

6Outre l’identification des différentes espèces de plantes, on enseignait leurs effets thérapeutiques et leur utilisation à des fins pharmacologiques. La méthode généralement employée consistait à demander aux élèves de cueillir des végétaux, puis de les placer dans leur herbier en s’aidant d’une flore3. Les ouvrages de botanique bien illustrés étant alors rares et chers, composer un herbier était une méthode largement répandue pour acquérir et parfaire sa connaissance des plantes. Les herbiers des élèves étaient exposés lors des examens de fin d’études.

Feuille d’herbier, mélisse turque (Dracocephalum moldavica L.), tirée de l’Herbarium Vivum de Christoph Friedrich Dam, vol. 1, 1729, Gleimhaus Halbrtstadt

Feuille d’herbier, mélisse turque (Dracocephalum moldavica L.), tirée de l’Herbarium Vivum de Christoph Friedrich Dam, vol. 1, 1729, Gleimhaus Halbrtstadt

7Certains professeurs du Pädagogium firent eux aussi des herbiers, mais à ce jour seul celui de Christoph Friedrich Dam (1706-1756) nous est parvenu complet. Ce bel herbier relié en trois volumes, très bien conservé au Gleimhaus (Musée de l’Aufklärung) de Halberstadt, est aujourd’hui intégralement numérisé et consultable en ligne4, permettant ainsi d’avoir un aperçu de l’univers du jardin baroque de 1729 à 1732 ainsi que des plantes recueillies à l’époque lors d’excursions botaniques5. Grâce à différents herbiers et nomenclatures, nous savons que dans le jardin du Pädagogium poussaient non seulement de nombreuses simples mais aussi d’autres plantes typiques de l’époque baroque.

  • 6 Christian Friedrich Schrader, Index plantarum horti botanici paedagogii regii glauchensis, Halle, 1 (...)

8Le plus ancien inventaire du jardin botanique du Pädagogium connu est celui dressé par Johann Christian Senckenberg (1707-1772), qui au cours de ses études de médecine à l’université de Halle, visita le jardin le 31 mai 1730. Nous possédons une liste complète, datant de 1772, des 1 139 espèces différentes présentes dans ce jardin scolaire (lequel, dans les soixante-dix premières années de son existence, était en meilleur état que le jardin botanique de l’université de Halle, sous-doté financièrement)6. La serre, projetée en 1765 et construite en 1767 grâce au don d’un riche Anglais, remplaça un petit bâtiment et permit de cultiver un nombre conséquent de plantes exotiques.

Proposition pour la serre du Pädagogium, 1765 (détail)

Proposition pour la serre du Pädagogium, 1765 (détail)

Archiv Franckesche Stiftungen, AFSt/W XV/I/33

  • 7 Lien de l’exposition virtuelle, dont le titre pourrait se traduire par L’utile et l’agréable, les j (...)

9De cet ancêtre des jardins scolaires allemands un seul plan nous est parvenu, il date du milieu du xviiie siècle environ et montre toute la surface occupée par les jardins du Pädagogium royal. L’espace clos sur tout son pourtour avec les huit parcelles carrées représente celle du jardin scolaire utilisé pour le cours de botanique, dénommé à l’époque hortus medicus, hortus botanicus ou plus souvent jardin botanique. L’exposition en ligne Mancherley Nutzen und Ergetzung – Gärten in den Franckeschen Stiftungen im 18. und 19. Jahrhundert fournit des informations sur ce jardin, ainsi que sur d’autres jardins7.

Les jardins du Pädagogium royal, comprenant le jardin botanique, vers 1750

Les jardins du Pädagogium royal, comprenant le jardin botanique, vers 1750

Archiv Franckesche Stiftungen, AFSt/A 35/03/02

10C’est avant tout Johann Julius Hecker (1707-1768), élève du théologien August Hermann Francke, qui est à l’origine du rayonnement du plus ancien jardin scolaire. Théologien passionné de plantes, il enseigna cinq années durant au Pädagogium, la botanique notamment, et écrivit pour ce faire en 1734 le manuel intitulé Einleitung in die Botanic. S’inspirant du modèle de Halle, Hecker fonda par la suite à Berlin la première Realschule et créa pour cela le premier jardin scolaire de Berlin.

11À la fin du xviiie siècle, à l’époque des Lumières, la relation de l’homme à la nature change. On prône l’éducation naturelle. Le jardin paysager anglais s’inspirant des formes de la nature devient à la mode. Jouir d’un jardin et vivre à la campagne, c’est ce que désirent les nobles et la bourgeoisie aisée. Les élèves doivent travailler eux-mêmes au jardin – cela fait désormais partie du canon éducatif – et apprendre à connaître la végétation indigène ainsi que les principales variétés cultivées. Cette doctrine pédagogique ne concernait cependant que les couches privilégiées. Le pédagogue August Hermann Niemeyer (1754-1828), un arrière-petit-fils d’August Hermann Francke, recommandait ceci :

  • 8 August Hermann Niemeyer, Grundsätze der Erziehung und des Unterrichts für Eltern, Hauslehrer und Er (...)

S’habituer aussi à toutes sortes de travaux manuels fortifie le corps et procure en même temps une activité utile, qui peut prendre différentes formes selon les saisons. La meilleure occupation est l’horticulture. On ne saurait trop la recommander, et la campagne en est d’ailleurs le lieu rêvé. Elle est profitable à la santé ; le jeune jardinier apprend à travailler à la sueur de son front ; il vit dans et avec la nature. Il en apprend les lois et les effets mieux que dans les livres ; il apprend la patience ; il apprend même de ses déconvenues ; il voit croître sous ses yeux sa propre petite création ; il apprend comme il est précieux de jouir du fruit de son travail8.

12Les élèves du Pädagogium se voyaient maintenant attribuer de petits carrés, en contre-haut du jardin botanique, à eux de les concevoir et de les cultiver pendant leurs loisirs. Le travail jardinier et l’aménagement du jardin étaient dès lors considérés comme des occupations convenant à la noblesse et à la bourgeoisie aisée, et bonnes pour la santé. D’autres institutions éducatives modèles de l’époque des Lumières avaient elles aussi le souci de proposer des jardins scolaires à l’élite qu’elles formaient, ainsi le Philanthropinum de Dessau, ainsi l’école fondée par Christian Gotthilf Salzmann à Schnepfenthal ou encore les établissements pédagogiques des Frères moraves. Le fondateur de cette communauté, le comte Nikolaus Ludwig de Zinzendorf (1700-1760), ayant assisté, en tant qu’élève privilégié d’August Hermann Francke, à l’édification des Fondations Francke, avait emprunté à Halle nombre d’idées pour ses propres établissements. Plus tard, c’est le jeune comte de Pückler-Muskau (1785-1875), créateur des parcs de Muskau et Branitz, qu’un jardin scolaire des Frères moraves devait durablement marquer. À l’occasion d’une visite à Uhyst à l’âge adulte, il écrit :

  • 9 Hermann von Pückler-Muskau, Tutti Frutti, Aus den Papieren des Verstorbenen, 1er vol., 2e éd., Stut (...)

J’ai aussi visité le jardinet où chacun a son parterre et je me suis souvenu comment ma passion des jardins y était née et comment mon esprit constamment caressait cette idée : donner à ma parcelle une forme nouvelle et une apparence différente9.

Fin du xixe siècle : l’idée des jardins scolaires se répand

  • 10 Fernande Walder, Der Schulgarten in seiner Bedeutung für Unterricht und Erziehung. Deutsche Schulga (...)

13Après la création de l’empire allemand en 1871, la politique scolaire allemande réagit à l’explosion des sciences naturelles à partir du milieu du xixe siècle en renforçant l’enseignement des realia (matières pratiques) et en exigeant que le principe de l’observation soit davantage pris en considération. Des discussions s’engagent sur la place des sciences naturelles et la façon de les enseigner. On découvre que le jardin scolaire peut être le moyen d’améliorer cet enseignement10, qui ne reçoit le nom de cours de biologie que dans les années 1920. De grandes expositions telles que l’Exposition universelle de Vienne en 1873 ou la deuxième Exposition internationale d’horticulture de Dresde en 1896, en montrant des jardins scolaires exemplaires, firent beaucoup pour leur diffusion. C’est à ce moment-là qu’on se mit à parler de « jardin scolaire » ou, plus rarement, de « jardin scolaire botanique ».

  • 11 Gerhard Winkel (dir.), Das Schulgarten-Handbuch, 3e éd., Seelze, 1997, p. 12 sq.

14La demande en échantillons botaniques, la plupart du temps à l’initiative des professeurs de lycée, eut pour effet la création, à la fin du siècle, de nombreux jardins urbains d’approvisionnement, dans lesquels des plantes étaient cultivées pour l’enseignement et livrées aux écoles11. C’est ainsi par exemple que la ville de Halle institua en 1894 un jardin scolaire urbain de ce type afin d’approvisionner les écoles de la ville en plantes pour les cours d’histoire naturelle. On fournissait également aux classes du secondaire des végétaux en grande quantité pour les cours de dessin – cette destination devait être expressément mentionnée lors de la commande. Dans une nomenclature imprimée en 1908, qui ne contient pas moins de 809 plantes différentes présentées par ordre alphabétique, on peut lire :

  • 12 Alphabetisches Pflanzen-Verzeichnis des Städtischen Schulgartens zu Halle a. S, 1908, Druck der Buc (...)

15L’organisation du jardin scolaire suit les règles suivantes : du 1er avril au 1er octobre on imprime tous les quinze jours environ 150 fiches sur lesquelles figurent les plantes livrables selon toute probabilité. Ces fiches sont envoyées à toutes les écoles. Les commandes sont collectées à jours fixes et les échantillons livrés en temps voulu et dans l’état de fraîcheur requis12.

16En 1907, ce jardin livra 62 380 plantes aux écoles communales de Halle.

  • 13 Fernande Walder, Der Schulgarten in seiner Bedeutung für Unterricht und Erziehung, op. cit., p. 21.
  • 14 Gerhard Winkel (dir.), Das Schulgarten-Handbuch, op. cit., p. 13.

17À côté des jardins scolaires municipaux, de nombreuses écoles secondaires allemandes aménagèrent leurs propres jardins à compter des années 1890. Ces écoles furent à l’avant-garde, ce qui s’explique à la fois par l’idée qu’elles se faisaient d’elles-mêmes et par la formation reçue par leurs enseignants13. Ces jardins scolaires servaient de jardins d’observation pour le cours de sciences naturelles et de centres d’approvisionnement en plantes nécessaires aux cours. Les jardins des lycées, reflétant l’état des connaissances de l’époque, étaient la plupart du temps la copie des jardins botaniques universitaires avec leur classification thématique fondée sur des principes taxonomiques et biologiques14.

  • 15 Des informations plus détaillées sur les jardins des Fondations Francke se trouvent dans : Cornelia (...)
  • 16 Höhere Mädchenschule und Lyzeum (Höheres Lehrerinnenseminar) Franckesche Stiftungen Halle a. d. Saa (...)
  • 17 Ibid., p. 34 sq.

18Les Fondations Francke créèrent en 1899 deux jardins scolaires, l’un pour l’école secondaire de filles, l’autre pour les deux écoles secondaires de garçons. Les deux jardins se ressemblaient, comprenant chacun le même nombre d’espèces végétales, 200 environ, le même choix et ordonnancement des plantes en fonction de la classification systématique par familles de plantes, et ils furent l’un comme l’autre pris en charge pendant de nombreuses années par des professeurs de sciences naturelles engagés15. Le projet du jardin de l’école secondaire de filles, appelé Jardin de plantes fut établi en même temps que celui du nouveau bâtiment. On y trouvait les représentants des principales familles de plantes à fleurs, quelques fougères et lycopodes, des végétaux particulièrement intéressants du point de vue de leur mode de fécondation, les plantes vénéneuses et utiles les plus courantes, parmi ces dernières principalement les variétés de céréales locales ainsi que des plantes importantes eu égard à leur biotope, comme par exemple les plantes caractéristiques des littoraux. La flore des marais et les plantes aquatiques étaient cultivées dans un bassin à part ; les plantes supportant la sécheresse, les cactus et les agaves par exemple, bénéficiaient d’un endroit ensoleillé. Du côté nord d’un mur dispensant de l’ombre, une parcelle était dédiée à un bois de feuillus ; y poussaient des plantes de sous-bois, en désordre, conformément à leur habitat naturel, entre des noisetiers et des ormes. Dans un coin du jardin s’élevait un monticule de deux mètres de hauteur dédié aux plantes de montagnes, ainsi qu’à la présentation des principaux minéraux. Les plantes qui faisaient l’objet d’un cours détaillé ou servaient aux exercices de détermination étaient cultivées en plus grand nombre16. Les rapports annuels, courants dans l’enseignement secondaire, se sont avérés être une mine d’informations sur les jardins scolaires des Fondations Francke. On peut lire dans l’un de ceux concernant l’école secondaire de filles : « Les dix dernières minutes du cours d’histoire naturelle étaient souvent consacrées à l’observation dans le jardin de l’école »17.

Plan en vue de la reconstruction de l’école secondaire de filles des fondations Francke, 1894 (détail)

Plan en vue de la reconstruction de l’école secondaire de filles des fondations Francke, 1894 (détail)

Archiv Franckesche Stiftungen, AFSt/A 02/02/09

19Le jardin de l’école offrait bien plus de possibilités d’observation que le travail sur des plantes « mortes » provenant des jardins scolaires d’approvisionnement municipaux. À ce propos, le professeur Albert Wagner (1860-1936), très impliqué dans le jardin scolaire des garçons de l’école latine des Fondations Francke, écrit en 1902 :

  • 18 Jahresbericht der Lateinischen Hauptschule in Halle über das Schuljahr 1901 von Dr. Alfred Rausch, (...)

L’enseignement ne vise plus seulement la connaissance externe de la systématique, mais doit permettre à l’écolier d’acquérir, grâce à l’observation et l’expérience personnelles, l’intelligence de ce que toute plante est un organisme vivant qui cherche à se défendre contre des effets extérieurs contraires et à sauvegarder son espèce dans la lutte pour la vie. Mais il est strictement impossible d’asseoir cette connaissance lors d’un cours dispensé dans les limites étroites d’une salle de classe. L’exemplaire qui gît devant l’écolier, sur son pupitre, est arraché à son environnement et offre très souvent un tout autre aspect, plus triste la plupart du temps, que celui que la plante offre à l’extérieur, en plein air. C’est ici que le jardin scolaire acquiert sa légitimité. La vie des plantes comprend de nombreux chapitres et les plus intéressants sont la plupart du temps ceux qui ne peuvent absolument pas se traiter dans une salle de classe. Qu’on nous permette simplement d’attirer brièvement l’attention sur les points suivants : observer véritablement la visite des insectes, graver dans sa mémoire la forme extérieure d’une grande plante, la position des feuilles face à la lumière du soleil, la façon dont se fixent et s’enroulent les végétaux aux tiges volubiles (la vigne, le houblon, le concombre, la courge, les bryones), les semences emportées par le vent, les métamorphoses de telle ou telle plante au long de sa croissance, etc. Notre jardin offrait mainte occasion à ces observations, dont nos élèves profitaient, assidus et visiblement intéressés18.

20Le même professeur de sciences naturelles écrit à propos de la méthode employée :

Le cours commence par la présentation de deux ou trois plantes, que le jardin propose à ce moment-là. Les élèves en apprennent le nom, l’habitat, la famille, l’utilisation et tout ce qui semble important à son sujet.

21Jusqu’à la Première Guerre mondiale, les deux jardins des écoles secondaires des Fondations Francke ont servi exclusivement à la production de plantes fraîches et à l’observation ; en règle générale les écolières et écoliers n’y travaillaient pas.

La floraison de jardins scolaires au xxe siècle

  • 19 Fernande Walder, Der Schulgarten in seiner Bedeutung für Unterricht und Erziehung, op. cit., p. 262

22Peu de temps avant la Première Guerre mondiale, l’idée d’école d’apprentissage selon laquelle le travail manuel est moralement et intellectuellement formateur commence à jouer un rôle de plus en plus important. Des considérations pédagogiques et éducatives prennent le dessus, le travail des élèves passe au premier plan. La création de la République de Weimar et l’entrée en vigueur de la constitution fédéraliste en 1919 amènent une nouvelle définition de la mission éducative. Désormais le but annoncé est de permettre aux élèves d’acquérir par le biais d’un travail collectif, à la fois pratique et intellectuel, d’un travail en rapport avec leur vécu, la faculté de comprendre, de juger et d’agir par eux-mêmes et en toute responsabilité, et de s’exercer aux compétences sociales19. À côté de nombreux jardins scolaires de travaux pratiques (Schülerarbeitsgärten ou Arbeitsschulgärten), de grandes écoles d’horticulture voient le jour à Berlin.

  • 20 Autre appellation des Realschulen [n.d.t.].

23Dans leurs Mittelschulen20, les Fondations Francke introduisent à partir de 1919-1920 pour certains niveaux une nouvelle matière, l’horticulture, où il est surtout question de la culture des légumes. Pour permettre aux élèves de jardiner aussi pendant leurs loisirs, on mettait à leur disposition de petites surfaces. Les filles de l’école secondaire eurent droit, à partir de 1916, à un cours d’horticulture dispensé dans un autre jardin, en plus du cours de sciences naturelles donné dans le jardin scolaire. Dans des archives datant de 1922, les jardins scolaires des Mittelschulen pour garçons et pour filles sont désormais appelés jardins de travaux pratiques (Arbeitsschulgärten), ce qui reflète une tendance commune à toute l’Allemagne.

  • 21 Steffen Wittkowske, « Ausgewählte Aspekte der Entwicklung des sächsischen Schulgartenwesens in den (...)
  • 22 Fernande Walder, Der Schulgarten in seiner Bedeutung für Unterricht und Erziehung, op. cit., p. 23 (...)

24À la fin des années 1920, les cours de travaux pratiques donnent un essor remarquable au mouvement allemand des jardins scolaires. La Saxe disposait depuis 1919 d’un système de jardins scolaires grâce à sa législation incitative en la matière. L’exposition d’horticulture de Dresde de 1926 présentait un grand jardin de travaux pratiques, aménagé de telle sorte que tous les types d’écoles puissent l’utiliser21. Ce jardin scolaire modèle, assorti de publications et d’un congrès pédagogique traitant des jardins de travaux pratiques, a joué un rôle décisif dans la popularisation du jardin scolaire. Ce congrès ayant réuni 250 participants venus de toute l’Allemagne aboutit à la création de l’Arbeitsgemeinschaft Deutscher Schulgärtner, l’Association des jardiniers scolaires allemands. L’assemblée générale de ces amis du mouvement des jardins scolaires rassembla en novembre 1927 environ 600 participants. Ce chiffre impressionnant reflète le grand intérêt porté par les enseignants de l’époque au sujet22.

  • 23 Ibid., p. 262.

25Toutes les écoles des Fondations Francke étaient dotées à l’époque d’un jardin scolaire. Des recherches menées dans les archives de la ville de Halle ont permis de constater, grâce aux statistiques conservées à propos des jardins scolaires, qu’en 1928, environ deux tiers des écoles de la ville disposaient de jardins scolaires, principalement les écoles primaires et les Mittelschulen. Mais ce constat n’est pas généralisable à toute l’Allemagne. Bien que l’État n’ait pas placé l’horticulture au nombre des matières canoniques, une large palette de jardins de travaux pratiques, cultivés dans le cadre des cours d’horticulture, vit le jour dans tout le pays, avec l’aide et le soutien sans faille des autorités. Les circonstances ayant présidé à leur création étaient très diverses, à l’image des formes d’organisation développées par leurs responsables23.

  • 24 Bericht über das Schuljahr 1929 der stiftischen Lateinischen Hauptschule (Franckesche Stiftungen) z (...)

26Même l’école latine des Fondations (le lycée classique des garçons) vit son jardin scolaire se transformer en jardin de travaux pratiques après la Première Guerre mondiale, cessant de n’être utilisé qu’à des fins d’observation. Dans le rapport annuel de 1929, il est dit à propos de ce jardin scolaire et de sa finalité : « Au premier plan figure le plaisir de travailler par soi-même, qui va de pair avec le désir d’éveiller l’amour de la nature et de fournir un aperçu de son développement24 ».

  • 25 Les Oberrealschulen étaient issues des Realschulen et comprenaient en général les niveaux 5 à 13 [n (...)

27Il faut noter que toutes les écoles des Fondations Francke ne mirent pas en œuvre l’idée, alors moderne, du jardin de travaux pratiques. Comparer les écoles secondaires entre elles permet de comprendre que les différences observées dans l’utilisation des jardins scolaires tenaient avant tout à la personnalité de l’enseignant, à son engagement, à la pérennité de son investissement et à son caractère. La Oberrealschule25 de garçons ne disposant pas d’un enseignant engagé et durablement responsable du jardin scolaire, ce dernier, partagé avec l’école latine de garçons, ne fut utilisé qu’épisodiquement. L’école secondaire de jeunes filles en revanche conserva, de 1901 à 1932, le même professeur de sciences naturelles (ou de biologie), Karl Bernau (1873- ?). Celui-ci, marqué par l’idée du jardin d’observation, incluait activement le jardin scolaire dans son enseignement, mais ne faisait travailler les jeunes filles qu’en dernier ressort, lorsque l’argent manquait pour payer des ouvriers jardiniers.

Jeunes filles à l’école August-Hermann-Francke pendant la leçon de biologie au jardin scolaire, 1931

Jeunes filles à l’école August-Hermann-Francke pendant la leçon de biologie au jardin scolaire, 1931

Archiv Franckesche Stiftungen, AFSt/B M 3390

Les jardins scolaires à l’époque nazie

  • 26 Fernande Walder, Der Schulgarten in seiner Bedeutung für Unterricht und Erziehung, op. cit., p. 392
  • 27 Gerhard Winkel (dir.), Das Schulgarten-Handbuch, op. cit., p. 22.

28La prise du pouvoir par les nazis en 1933 met fin à une époque riche en idées et en expérimentations dans les domaines de la pédagogie et de la pratique du jardin scolaire. Les décrets relatifs aux jardins scolaires pris en 1934 et 1935 ont incité, certes avec succès dans un premier temps, à la création de jardins scolaires, le but étant en effet d’adjoindre à chaque école son propre jardin scolaire. De nombreuses publications parurent sur le sujet, l’Arbeitsgemeinschaft Deutscher Schulgärtner fut toutefois dissoute en février 1934. Les directives de 1937 relatives à la création et à l’exploitation de jardins scolaires dans les écoles primaires et les Mittelschulen exigeaient et visaient à garantir qu’ils soient cultivés de manière idéologiquement conforme, en adéquation avec la politique, notamment économique, menée par l’État. Les jardins scolaires devinrent dès lors des jardins modèles où le sol devait être le plus productif possible pour offrir le maximum de rendement afin que la population subvienne à ses propres besoins. L’idée de communauté était mise en avant, il était hors de question d’attribuer aux élèves des parcelles en propre. De plus, les lois de l’hérédité et le racisme jouaient un grand rôle26. Cette évolution ainsi que le caractère obligatoire du jardin scolaire entamèrent l’adhésion, auparavant générale, du corps enseignant27.

  • 28 Kaie, Der Stand der Schulgartenfrage in Preußen, Berlin, mai 1935, Stadtarchiv Halle A 2.36 Nr. 151 (...)
  • 29 Stadtarchiv Halle A 2.36 Nr. 1901 Bd. 1, 37/38, 48.

29Un rapport sur la situation des jardins scolaires en 1935 en Prusse montre une répartition variant beaucoup d’une région à l’autre. « Le constat ne souffre pas d’exception : les villes ont travaillé avec ardeur à la création de jardins scolaires, alors que les campagnes y sont de manière générale rétives. Les communes rurales n’en comprennent bien souvent pas l’importance28 ». Des recherches effectuées dans les archives de la ville de Halle ont montré qu’en 1938, toutes les écoles primaires et les Mittelschulen (hormis l’école spécialisée dans la rééducation des troubles du langage) disposaient de jardins scolaires, certains à proximité immédiate de l’école, d’autres assez éloignés29. Le cours d’horticulture avait lieu en règle générale l’après-midi, en fonction de la saison et des conditions météorologiques. Les élèves qui travaillaient dans le jardin étaient la plupart du temps ceux de 11 à 13 ans. La photographe Annemarie Giegold-Schilling (1907-1982), originaire de Halle, a immortalisé – entre autres – ces cours dispensés dans les jardins scolaires.

Classe de filles dans un jardin scolaire à Halle, dans les années 1930-1940

Classe de filles dans un jardin scolaire à Halle, dans les années 1930-1940

Photographie Annemarie Giegold-Schilling. Stadtarchiv Halle

Fotonachlässe S 9.1.GIE GS 14170

30De nombreux documents relatifs aux jardins scolaires conservés dans les archives de la ville de Halle, qui concernent principalement la période des années 1920 aux années 1940, gardent la trace des subventions accordées aux jardins scolaires pour l’achat de semences ainsi que de leur superficie. Les problèmes pratiques auxquels les enseignants étaient confrontés y apparaissent aussi de manière récurrente : budget limité, manque de semences et d’engrais dans les années de guerre et d’après-guerre, vandalisme, changement d’affectation des terrains. À cette époque, les autorités faisaient pression pour que les cours aient lieu dans les jardins scolaires. Épisodiquement des tentatives furent faites pour subvenir aux frais en vendant des produits du jardin scolaire, afin de ne pas peser sur les finances de la ville, ce qui ne fonctionna pas in fine.

  • 30 Schreiben des für die Schulverwaltung zuständigen Oberbürgermeisters an das Rechnungsprüfungsamt, 1 (...)

31Commençons par souligner qu’il est absolument exclu que les jardins scolaires puissent chercher à faire du profit. Ils servent uniquement à enseigner la biologie et à procurer des connaissances en jardinage et, de surcroît, à attacher le citadin au terroir, à la nature, à son pays. Il est souhaitable d’un point de vue pédagogique que de temps à autre, les enfants rapportent à la maison ce qu’ils ont eux-mêmes fait pousser. Cela suscite leur intérêt et celui de leurs parents, qui voient alors le résultat des nombreuses heures passées l’après-midi dans le jardin scolaire. Il est douteux qu’il faille recommander d’exiger chaque fois une contrepartie financière. Les écoles conservent toute latitude à ce sujet30.

Jardins scolaires en RDA et RFA

32Le développement séparé des zones d’occupation occidentale et orientale après la Deuxième Guerre mondiale, puis des deux États allemands, la République fédérale d’Allemagne et la République démocratique allemande, a aussi eu une incidence sur le jardin scolaire.

  • 31 S. W. Stschukin, Der Schulgarten, Praktische und methodische Hinweise, Berlin, Volk und Wissen Volk (...)
  • 32 Le botaniste et horticulteur russe Ivan Vladimirovitch Mitchourine (1855-1935) fit pousser de nombr (...)

33Après la fin de la Deuxième Guerre mondiale et la chute de la dictature nazie, le système scolaire fut repensé dans la zone d’occupation soviétique, notamment à Halle. Pour commencer, l’influence de la pédagogie soviétique en matière de jardins scolaires se fit sentir : par exemple, des manuels d’enseignement soviétiques furent traduits en allemand pour servir en cours31. La mode éphémère des jardins scolaires Mitchourine32, qui connurent leur heure de gloire en 1951, et qui n’épargna pas les terrains de la ville de Halle et des Fondations Francke, fut une innovation plus que douteuse ; leurs présupposés soi-disant scientifiques s’avérèrent vite faux.

  • 33 Steffen Wittkowske, « Ausgewählte Aspekte der Entwicklung… », art. cité, p. 155 sq.
  • 34 Hans-Joachim Schwier, « Tendenzen der Schulgartenentwicklung in den östlichen Bundesländern », in : (...)

34Le jardin scolaire fut d’abord assujetti au cours de biologie, ce qui se refléta dans les programmes. Au début des années 1950, le travail au jardin scolaire était en outre intégré au cours consacré à l’étude du patrimoine local (Heimatkunde) des niveaux 1 à 4 (Grundstufe), ainsi que dans le cours de technologie (Werkunterricht) des niveaux 5 et 6 (Mittelstufe), et donc partie intégrante de la Grundschule comprenant 8 niveaux. L’enseignement polytechnique visant à former les enfants au travail devint la question centrale lors de la réforme du système scolaire de la RDA33. En 1959, les écoles secondaires polytechniques (Polytechnische Oberschulen), des écoles d’enseignement général comprenant 10 niveaux, furent réorganisées ; le jardin scolaire resta tout d’abord une composante du cours consacré à l’étude du patrimoine local pour les niveaux 1 à 4, avec une approche différente dans les programmes entre écoles urbaines et écoles rurales ; le travail au jardin scolaire des classes 5 et 6 avait lieu, quant à lui, dans le cadre du cours de biologie34.

  • 35 Steffen Wittkowske, « Ausgewählte Aspekte der Entwicklung… », art. cité, p. 162.

35En 1963, la RDA créa une matière à part entière appelée « jardin scolaire » pour les niveaux 1 à 6, avec programmes, supports didactiques et manuels idoines, en même temps qu’on se mit à former des enseignants spécialisés. En 1968, le programme des classes 5 et 6 changea, ce qui fit que les cours de jardin scolaire n’allèrent plus au-delà de la classe 4. Après ce tournant majeur, les écoles est-allemandes furent malheureusement de moins en moins nombreuses à se servir de leurs jardins pour rendre les cours de biologie vivants, le travail au jardin scolaire devenant le domaine exclusif des quatre premiers niveaux35.

Manuels scolaires, pages de couverture, 1965

Manuels scolaires, pages de couverture, 1965

Couverture d’un manuel pour le jardinage scolaire

Couverture d’un manuel pour le jardinage scolaire

Édition de 1971, plusieurs fois rééditée jusqu’à la fin des 1980

36Afin d’assurer des cours de jardin scolaire dans toutes les écoles, la RDA créa un réseau de jardins scolaires couvrant tout le territoire. Dans les villes, on créa pour les écoles ne disposant pas de leur propre jardin de grands jardins scolaires centraux bien dotés. L’enseignement du jardin scolaire en RDA poursuivait principalement deux buts : d’une part, l’éducation au travail et le développement de la personnalité par le jardinage ; d’autre part, la découverte de la production de légumes et de fleurs et des techniques et outils nécessaires à celle-ci. Obtenir de hauts rendements était important car l’autosuffisance en fruits et légumes jouait un rôle majeur dans l’économie au regard des pénuries. À partir du milieu des années 1980, l’intérêt pour l’environnement commença à se manifester aussi en RDA, ce qui se concrétisa dans les nouveaux programmes de 1988 relatifs aux jardins scolaires par des mesures destinées à embellir et préserver l’environnement naturel.

37Jusqu’au milieu des années 1970, des espaces de jardinage utilisés dans le cadre des cours de jardin scolaire étaient réservés aux deux écoles secondaires polytechniques dans l’enceinte même des Fondations Francke. La construction d’immeubles et d’un nouveau bâtiment scolaire sur ces terrains obligea les élèves à se rendre à Halle-Büschdorf, dans le jardin scolaire central nouvellement créé, pour suivre leurs cours de jardin scolaire.

  • 36 Fernande Walder, Der Schulgarten in seiner Bedeutung für Unterricht und Erziehung, op. cit., p. 14.

38Quelle fut l’histoire des jardins scolaires après la Deuxième Guerre mondiale dans la RFA issue des zones d’occupation française, anglaise et américaine ? L’Allemagne de l’Ouest connut dans les années 1950 une brève renaissance des jardins scolaires, débarrassée des scories idéologiques et renouant avec les ambitions de la République de Weimar. « La réforme de l’éducation initiée au milieu des années 1960, qui tend à scientifiser l’enseignement et à l’axer sur les médias, dans un souci de rationalisation et d’efficacité, fait que le jardin scolaire n’intéresse plus personne, aussi bien en ce qui concerne la pratique que la théorie »36. L’enseignement est de plus en plus dominé par des médias modernes tels que transparents et films ; le jardin scolaire, lieu vivant d’observation et d’apprentissage, perd toute importance : il est laissé à l’abandon ou devient le jardin du gardien de l’école, ou bien encore est transformé en pelouse.

Élèves de l’école August-Hermann-Francke, examen d’échantillons de terre au jardin scolaire central de Büschdorf dans les années 1980

Élèves de l’école August-Hermann-Francke, examen d’échantillons de terre au jardin scolaire central de Büschdorf dans les années 1980

Collection de l’auteure

Éducation écologique dans le jardin scolaire

  • 37 Gerhard Winkel (dir.), Das Schulgarten-Handbuch, op. cit., p. 23 sq.

39Ce n’est qu’avec l’apparition du mouvement écologiste dans les années 1980 qu’on assista à la redécouverte du jardin scolaire en RFA. Elle se traduisit par la multiplication soudaine de publications traitant des jardins scolaires ainsi que par la remise en état de nombre de ces jardins. Leurs fonctions s’élargissent, ils deviennent le lieu d’une éducation à la nature et à l’environnement, un espace de découvertes et d’expériences et un lieu de rencontres37. Depuis les années 1990, et désormais dans toute l’Allemagne, c’est le terrain scolaire dans son ensemble que l’on conçoit selon des critères écologiques.

  • 38 Cf. Par exemple Lydia Stampe et Clemens Arndt, Schulgärten in Sachsen – Ergebnisse der zweiten land (...)
  • 39 Sophie Goebel, Schulgärten, Masterarbeit Alanus-Hochschule, 2013, p. 54
  • 40 Cornelia Jäger, Schulgärten in Sachsen-Anhalt – eine Erhebung an Grund – und Förderschulen, 2016, h (...)

40Bon nombre d’écoles disposent encore ou de nouveau d’un jardin scolaire ou tout du moins de jardinières, bacs ou autres potagers surélevés. On ignore combien il y a actuellement de jardins scolaires, les études à ce sujet n’existant que pour certains Länder38. La matière « jardin scolaire » n’est plus enseignée que dans les écoles primaires et les écoles d’enseignement adapté de Thuringe, mais le jardin scolaire a sa place comme lieu d’apprentissage dans les programmes de presque tous les Länder – restreint, il est vrai, à la leçon de choses de la Grundstufe39. L’histoire des jardins scolaires a suivi un cours différent après 1945 à l’Est et à l’Ouest et cela se ressent encore aujourd’hui. Ainsi, il est frappant de constater, lorsqu’on compare différentes enquêtes sur le sujet, que le jardin scolaire est bien plus présent dans les programmes du second degré des Länder de l’Est, bien que les Länder de l’Ouest disent aussi souhaiter cette intégration. À l’Est, les jardins scolaires sont souvent utilisés dans le cadre d’associations40. C’est seulement dans les écoles Steiner-Waldorf que le jardinage fait encore aujourd’hui partie des matières canoniques dans les classes 6 à 8 et que le jardin compte tout naturellement au nombre des équipements scolaires. L’association fédérale Schulgarten (Jardin scolaire) œuvre aujourd’hui au niveau fédéral pour la promotion des jardins scolaires.

41Actuellement, le jardin scolaire est avant tout utilisé dans le cadre de l’éducation à l’écologie. Les jardins doivent aider les élèves à établir un premier contact, fondamental, avec les plantes, les animaux, la terre et à enrichir leurs expériences sensorielles, développer une relation à la nature, appréhender les cycles naturels, apprendre à connaître la biodiversité, assumer des responsabilités dans un cadre limité et s’exercer de manière pratique à l’économie durable. Par ailleurs on est conscient du potentiel varié des jardins scolaires pour l’éducation en sciences naturelles, l’acquisition de compétences sociales, de connaissances en nutrition, mais aussi comme espaces de détente et lieux propices aux activités autonomes en lien avec le vivant. Les Fondations Francke à Halle ont recréé en 2017 le Jardin de plantes pour renouer avec la tradition historique du plus ancien jardin scolaire d’Allemagne en en faisant un lieu d’apprentissage écologique, moderne, fédérateur.

42Si l’on regarde avec réalisme la situation des jardins scolaires en Allemagne aujourd’hui, force est de constater que, comparé au temps de leur grandeur au xxe siècle, ils végètent dans l’ombre. C’est très dommage, car ils promeuvent chez les élèves les compétences citées plus haut, qui sont si importantes pour l’avenir ; en tant que lieux d’apprentissage privilégiés de l’éducation au développement durable, ils devraient être bien davantage encouragés.

Haut de page

Notes

1 Helmut Obst et Paul Raabe, Die Franckeschen Stiftungen zu Halle (Saale), Geschichte und Gegenwart, Halle-sur-Saale, 2000 ; Schulen machen Geschichte, 300 Jahre Erziehung in den Franckeschen Stiftungen zu Halle, Halle-sur-Saale, 1997.

2 Cornelia Jäger, « Heilpflanzen im Unterricht – vom Wandel des Hortus Medicus und Botanischen Gartens am Königlichen Pädagogium », in : Holger Zaunstöck et Thomas Grunewald (dir.), Heilen an Leib und Seele. Medizin und Hygiene im 18. Jahrhundert, Halle-sur-Saale, 2021 (p. 244-257).

3 Les élèves utilisaient à l’époque l’ouvrage intitulé Hodegus botanicus sur la flore de Halle et de ses environs ; imprimé sur les presses de l’orphelinat de Halle en 1717, il avait été rédigé à leur intention par Abraham Rehfeldt en sa qualité de professeur de botanique du Pädagogium.

4 https://digishelf.de/inhaltsverzeichnis/796882029/1/LOG_0000/

5 Cornelia Jäger : « Das Herbarium Vivum des Christoph Friedrich Dam, Blicke in den Schulgarten des Königlichen Pädagogiums Halle um 1730 », Gemeinnützige Blätter 28/52, 2022 (p. 6-15) [https://www.gleimhaus.de/fileadmin/user_upload/PDF/Publikationen/Gemeinnu__tzige_Bla__tter_52_web_o__ffentlich.pdf].

6 Christian Friedrich Schrader, Index plantarum horti botanici paedagogii regii glauchensis, Halle, 1772.

7 Lien de l’exposition virtuelle, dont le titre pourrait se traduire par L’utile et l’agréable, les jardins des Fondations Francke aux xviiie et xixsiècles : https://geschichtedergaerten.francke-halle.de/.

8 August Hermann Niemeyer, Grundsätze der Erziehung und des Unterrichts für Eltern, Hauslehrer und Erzieher, Halle, 1796, p. 95.

9 Hermann von Pückler-Muskau, Tutti Frutti, Aus den Papieren des Verstorbenen, 1er vol., 2e éd., Stuttgart, 1834, p. 90.

10 Fernande Walder, Der Schulgarten in seiner Bedeutung für Unterricht und Erziehung. Deutsche Schulgartenbestrebungen vom Kaiserreich bis zum Nationalsozialismus, Bad Heilbrunn, 2002, p. 13 sq.

11 Gerhard Winkel (dir.), Das Schulgarten-Handbuch, 3e éd., Seelze, 1997, p. 12 sq.

12 Alphabetisches Pflanzen-Verzeichnis des Städtischen Schulgartens zu Halle a. S, 1908, Druck der Buchdruckerei Hohmann Halle a. S.

13 Fernande Walder, Der Schulgarten in seiner Bedeutung für Unterricht und Erziehung, op. cit., p. 21.

14 Gerhard Winkel (dir.), Das Schulgarten-Handbuch, op. cit., p. 13.

15 Des informations plus détaillées sur les jardins des Fondations Francke se trouvent dans : Cornelia Jäger, Vom Hortus Medicus zur modernen Umweltbildung. Die Geschichte der Schulgärten in den Franckeschen Stiftungen, Halle, 2013.

16 Höhere Mädchenschule und Lyzeum (Höheres Lehrerinnenseminar) Franckesche Stiftungen Halle a. d. Saale, Direktor Justus Baltzer, Jahresbericht 1909-1910, Buchdruckerei des Waisenhauses, p. 34.

17 Ibid., p. 34 sq.

18 Jahresbericht der Lateinischen Hauptschule in Halle über das Schuljahr 1901 von Dr. Alfred Rausch, Rektor der Lateinischen Hauptschule und Konrektor der Franckeschen Stiftungen, Halle, Buchdruckerei des Waisenhauses, 1902, p. 17.

19 Fernande Walder, Der Schulgarten in seiner Bedeutung für Unterricht und Erziehung, op. cit., p. 262.

20 Autre appellation des Realschulen [n.d.t.].

21 Steffen Wittkowske, « Ausgewählte Aspekte der Entwicklung des sächsischen Schulgartenwesens in den Jahren 1919 bis 1932 », in : Hans-Joachim Schwier (dir.), Wurzeln, Entwicklungen und Perspektiven der Schulgärten und des Schulgartenunterrichts in Deutschland…, Köthen, 1996, p. 21.

22 Fernande Walder, Der Schulgarten in seiner Bedeutung für Unterricht und Erziehung, op. cit., p. 23 et 324.

23 Ibid., p. 262.

24 Bericht über das Schuljahr 1929 der stiftischen Lateinischen Hauptschule (Franckesche Stiftungen) zu Halle a. S. Erstattet von Rektor Dr. Michaelis, Oberstudiendirektor und Kondirektor der Franckeschen Stiftungen.

25 Les Oberrealschulen étaient issues des Realschulen et comprenaient en général les niveaux 5 à 13 [n.d.t.].

26 Fernande Walder, Der Schulgarten in seiner Bedeutung für Unterricht und Erziehung, op. cit., p. 392.

27 Gerhard Winkel (dir.), Das Schulgarten-Handbuch, op. cit., p. 22.

28 Kaie, Der Stand der Schulgartenfrage in Preußen, Berlin, mai 1935, Stadtarchiv Halle A 2.36 Nr. 1510 Bd. 4, 9/10.

29 Stadtarchiv Halle A 2.36 Nr. 1901 Bd. 1, 37/38, 48.

30 Schreiben des für die Schulverwaltung zuständigen Oberbürgermeisters an das Rechnungsprüfungsamt, 1935, Stadtarchiv Halle A 2.36 Schulverwaltung Nr. 1073 Bd. 2, 183.

31 S. W. Stschukin, Der Schulgarten, Praktische und methodische Hinweise, Berlin, Volk und Wissen Volkseigener Verlag, 1957.

32 Le botaniste et horticulteur russe Ivan Vladimirovitch Mitchourine (1855-1935) fit pousser de nombreuses espèces nouvelles de fruitiers ; il pensait à tort que les modifications obtenues en culture et par greffe étaient héréditaires. Ses idées furent reprises par la doctrine officielle du PCUS et l’idéologie communiste, acquérant une valeur prescriptive ; elles jouèrent aussi, momentanément, un rôle en RDA, au début des années 1950.

33 Steffen Wittkowske, « Ausgewählte Aspekte der Entwicklung… », art. cité, p. 155 sq.

34 Hans-Joachim Schwier, « Tendenzen der Schulgartenentwicklung in den östlichen Bundesländern », in : Gerhard Winkel (dir.), Das Schulgarten-Handbuch, op. cit., p. 64.

35 Steffen Wittkowske, « Ausgewählte Aspekte der Entwicklung… », art. cité, p. 162.

36 Fernande Walder, Der Schulgarten in seiner Bedeutung für Unterricht und Erziehung, op. cit., p. 14.

37 Gerhard Winkel (dir.), Das Schulgarten-Handbuch, op. cit., p. 23 sq.

38 Cf. Par exemple Lydia Stampe et Clemens Arndt, Schulgärten in Sachsen – Ergebnisse der zweiten landesweiten Erhebung zur Schulgartensituation im Freistaat Sachsen, 2004, http://www.schulgarten.sachsen.de/download/schulgarten/F4_Vortrag_Schulgartensituation.pdf ; Jeanette Alisch et al., « Schulgärten und naturnah gestaltetes Schulgelände in Baden-Württemberg – eine empirische Untersuchung », in : Hans-Joachim Lehnert et Karlheinz Köhler (dir.), Schulgelände zum Leben und Lernen. Karlsruher pädagogische Studien 4, Karlsruhe, 2005 ; Nina Seegmüller, Schulgärten in Rheinland-Pfalz. Eine landesweite empirische Bestandserhebung unter besonderer Berücksichtigung der strukturellen und organisatorischen Situation, Wissenschaftliche Prüfungsarbeit für das Lehramt an Gymnasien an der Johannes Gutenberg-Universität in Mainz, 2015.

39 Sophie Goebel, Schulgärten, Masterarbeit Alanus-Hochschule, 2013, p. 54

40 Cornelia Jäger, Schulgärten in Sachsen-Anhalt – eine Erhebung an Grund – und Förderschulen, 2016, https://www.francke-halle.de/de/pflanzgarten (Veröffentlichungen).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vue d’ensemble des fondations Francke, vers 1720 (détail)
Crédits Archiv Franckesche Stiftungen, AFSt/B Sd 0076
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Feuille d’herbier, mélisse turque (Dracocephalum moldavica L.), tirée de l’Herbarium Vivum de Christoph Friedrich Dam, vol. 1, 1729, Gleimhaus Halbrtstadt
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Proposition pour la serre du Pädagogium, 1765 (détail)
Crédits Archiv Franckesche Stiftungen, AFSt/W XV/I/33
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Les jardins du Pädagogium royal, comprenant le jardin botanique, vers 1750
Crédits Archiv Franckesche Stiftungen, AFSt/A 35/03/02
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4268/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Plan en vue de la reconstruction de l’école secondaire de filles des fondations Francke, 1894 (détail)
Crédits Archiv Franckesche Stiftungen, AFSt/A 02/02/09
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4268/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Jeunes filles à l’école August-Hermann-Francke pendant la leçon de biologie au jardin scolaire, 1931
Crédits Archiv Franckesche Stiftungen, AFSt/B M 3390
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4268/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Classe de filles dans un jardin scolaire à Halle, dans les années 1930-1940
Légende Photographie Annemarie Giegold-Schilling. Stadtarchiv Halle
Crédits Fotonachlässe S 9.1.GIE GS 14170
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4268/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Manuels scolaires, pages de couverture, 1965
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4268/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4268/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Couverture d’un manuel pour le jardinage scolaire
Légende Édition de 1971, plusieurs fois rééditée jusqu’à la fin des 1980
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4268/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Élèves de l’école August-Hermann-Francke, examen d’échantillons de terre au jardin scolaire central de Büschdorf dans les années 1980
Crédits Collection de l’auteure
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4268/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cornelia Jäger, « L’histoire des jardins scolaires en Allemagne à travers l’exemple des Fondations Francke à Halle »Revue germanique internationale, 38 | 2023, 51-68.

Référence électronique

Cornelia Jäger, « L’histoire des jardins scolaires en Allemagne à travers l’exemple des Fondations Francke à Halle »Revue germanique internationale [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rgi/4268 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.4268

Haut de page

Auteur

Cornelia Jäger

Biologiste, directrice du projet d’éducation à l’environnement au Jardin des plantes des Fondations Francke à Halle (Saale)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search