Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38La guerre au jardin : les Tuileri...

La guerre au jardin : les Tuileries au cœur des conflits franco-allemands

Krieg im Garten : Die Tuilerien im Zentrum der deutsch-französischen Konflikte
War in the garden : The Tuileries in the center of Franco-German conflicts
Emmanuelle Héran
p. 69-85

Résumés

Jardin royal, impérial, national, lieu de pouvoir au cœur de la capitale française, le jardin des Tuileries est lesté d’une lourde charge politique mais aussi militaire. Les promeneurs actuels ignorent combien il a été marqué par les conflits franco-prussiens puis franco-allemands et qu’il en porte encore quelques traces. À partir des années 1880, le jardin a été utilisé à des fins revanchardes par le truchement de monuments publics et de manifestations sportives. Les monuments se sont particulièrement concentrés à l’Est, autour de l’arc de triomphe du Carrousel, érigé sous l’Empire. Sa fonction de jardin, où l’on vient précisément pour se soustraire au tumulte du monde, à forte valeur patrimoniale, a ainsi été dévoyée, malgré sa protection au titre des Monuments historiques. Le conflit mené par les défenseurs de sa beauté, héritée d’André Le Nôtre, a été âpre et long : c’est seulement en 1954 que sa démilitarisation symbolique s’est achevée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Londres, National Gallery, inv. NG3260.
  • 2 Londres, National Gallery, inv. NG6604.

1En 1867, le peintre berlinois Adolph Menzel visite Paris à l’occasion de l’Exposition universelle. Dans l’exposition Manet, il est impressionné par un tableau intitulé La Musique aux Tuileries1. À son retour à Berlin, Menzel peint un ambitieux tableau, Nachmittag im Tuileriengarten (Un après-midi au jardin des Tuileries)2. Il nous présente un jardin cosmopolite, fréquenté par des touristes venus du monde entier, un jardin pacifique, comme une métaphore édénique d’un monde de tolérance et de paix.

  • 3 Le jardin des Tuileries a été créé en 1564 par Catherine de Médicis, veuve du roi Henri II. Redessi (...)

2Or, à peine trois ans plus tard, la Prusse et la France vont se livrer une guerre sans merci, d’où découleront deux autres conflits plus meurtriers encore. Dès lors, le jardin des Tuileries, avec son extension, le jardin du Carrousel, vit au rythme des durcissements idéologiques franco-allemands et des guerres. Du fait de sa position centrale, au cœur de la capitale, de sa forte fréquentation et de son statut3, il est investi de monuments revanchards qui participent de l’inimitié héréditaire entre les Français et les Allemands, de la « Deutsch-französische Erbfeindschaft ». Malgré d’importantes mesures de protection, il subit des dommages de guerre, dont les millions de promeneurs qui le fréquentent aujourd’hui ne peuvent se douter.

D’un empire à l’autre

  • 4 Souvent confondu avec le jardin des Tuileries, le jardin du Carrousel en est en réalité distinct. I (...)

3Les monuments nationalistes se sont d’abord concentrés à l’est du domaine, dans la partie située entre le jardin des Tuileries et le palais du Louvre, à proximité de l’arc de triomphe du Carrousel. Il s’agit du jardin du Carrousel4, du rond-point du Carrousel et de la cour Napoléon où se dresse aujourd’hui la pyramide de Pei.

  • 5 Dans le calendrier révolutionnaire, les semaines avaient dix jours et le cinquième jour s’appelait (...)
  • 6 Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Lausanne, Éditions Rencontre, 1968, p. 10.
  • 7 Christophe Leribault, « La campagne d’Allemagne illustrée : l’arc de triomphe du Carrousel », in : (...)
  • 8 Rappelons que le traité de Presbourg est consécutif aux victoires françaises contre l’Autriche. Or, (...)
  • 9 Michael Jeismann, Das Vaterland der Feinde. Studien zum nationalen Feindbegriff und Selbstverständn (...)

4Or au moment de la construction de l’arc, décrétée par Napoléon Ier, cet espace n’était pas un jardin, mais la cour d’honneur du palais des Tuileries. L’arc précédait une cour pavée, fermée par des grilles et gardée par des soldats devant des guérites. Il faisait partie d’un dispositif de protection du palais sur sa face est, auquel il servait de porte. L’empereur, qui habitait le palais, s’y montrait volontiers à la revue des troupes, dite « du quintidi »5. Au début de La Femme de trente ans, Balzac décrit avec panache la parade de 1813, « la dernière de celles qui excitèrent si longtemps l’admiration des Parisiens et des étrangers »6, avant la campagne qui se soldera à Leipzig par la Bataille des Nations ou Völkerschlacht. La disparition du palais, incendié par les Communards en mai 1871 puis rasé en 1883, empêche aujourd’hui de comprendre la fonction originelle de cet arc, tout comme la transformation de cette cour en jardin, opérée par l’architecte du Louvre Edmond Guillaume en 1889. Napoléon a voulu faire de cet arc un hommage à la Grande Armée, victorieuse de la campagne de 18057 : les titres des bas-reliefs citent les villes allemandes traversées par les Français qui « volent de l’océan au Danube », d’Ulm à Munich, jusqu’à Vienne ; au sommet, deux allégories debout, de part et d’autre du quadrige, rappellent l’une « la victoire » d’Austerlitz le 2 décembre 1805, l’autre « la paix » de Presbourg le 28 décembre 1805. L’iconographie de l’arc n’est pas belliqueuse : aucune bataille n’y est représentée et des inscriptions viennent même rappeler que certains États allemands ont trouvé intérêt à s’allier à Napoléon8. L’originalité de l’arc réside surtout dans les huit statues de grognards debout, en uniforme, placés à l’attique. Si, en 1814, les occupants de Paris n’ont pas menacé cet arc, un an plus tard, après les Cent-Jours, il a été dépouillé de ses reliefs, tandis que les grognards sont restés. C’est alors que s’est exacerbée la « Deutsch-französische Erbfeindschaft »9 aux funestes conséquences.

  • 10 Hippolyte Bellangé et Adrien Dauzats, Un jour de revue sous l’Empire (1810), Paris, musée du Louvre (...)

5La fonction militaire de l’arc est exploitée sous la monarchie de Juillet – on replace les reliefs sur l’arc – et surtout sous le Second Empire. Louis-Philippe puis Napoléon III passent sous ses voûtes avec leurs troupes à l’occasion de retours de campagnes. On cultive la nostalgie des revues du quintidi10. À l’occasion de l’Exposition universelle de 1867, Napoléon III étale aux yeux du monde la réussite de l’Empire. Le roi de Prusse Guillaume Ier et le tsar Alexandre II sont invités au palais des Tuileries et festoient dans le jardin. Il est piquant de songer que Napoléon III souhaitait briser l’axe prusso-russe tout en faisant passer ses hôtes sous l’arc du Carrousel… C’est dans ce contexte diplomatique que Menzel, conquis par le jardin des Tuileries, a peint son tableau à l’irénisme trompeur. Sous la IIIe République, finies les parades militaires. L’incendie du palais en 1871 puis la destruction des ruines en 1883 rendent inutile l’ancienne cour d’honneur, qui est remplacée par un jardin en 1889, le « jardin du Carrousel » – nous y reviendrons.

Une concentration de monuments revanchards

  • 11 Geneviève Bresc et Anne Pingeot, Sculptures des jardins du Louvre, du Carrousel et des Tuileries, P (...)

6C’était sans compter avec les monuments politiques à caractère revanchard que l’arc a attirés comme un aimant. Pour les visiteurs qui entrent au musée du Louvre par la pyramide de Pei, il est difficile d’imaginer que là se dressait, de 1888 à 1954, un imposant monument à Léon Gambetta11. Mort prématurément le 31 décembre 1882, Gambetta a eu droit à des funérailles nationales. Une souscription est alors lancée pour l’érection d’un monument. Un an plus tard, un concours est annoncé à hauteur de 350 000 F, somme considérable. Il s’agira d’évoquer à la fois « la défense nationale et la fondation de la République ». C’est un sculpteur médiocre, Jean-Paul Aubé, qui l’emporte devant quatre-vingt-un candidats. La structure pyramidante conçue par l’architecte Louis-Charles Boileau culmine à 24 mètres !

Paris. Le monument de Gambetta, place du Carrousel, vers 1900 [à l’arrière-plan, le double square du Louvre, aujourd’hui cour Napoléon]

Paris. Le monument de Gambetta, place du Carrousel, vers 1900 [à l’arrière-plan, le double square du Louvre, aujourd’hui cour Napoléon]

Carte postale. Collection de l’auteur

  • 12 Léon Gambetta, Proclamation au peuple français, Tours, 30 octobre 1870. Exploit mémorable : le 7 oc (...)
  • 13 L’expression est de Camille La Broue dans Travail, 12 mars 1933.

7Gambetta est représenté debout, en orateur impétueux. À ses pieds, un officier, un marin et un citoyen en chemise combattant. Outre ces éléments en pierre, trois allégories en bronze représentent, de part et d’autre, La Force et La Vérité et, au sommet, La Démocratie. Le piédestal est bavard, avec de logs extraits des discours du tribun, dont la phrase héroïque de 1870 : « Il dépend encore de nous […] de montrer à l’univers ce qu’est un grand peuple qui ne veut pas périr »12. Le contraste est frappant entre les fiers grognards debout de la Grande Armée et les combattants humiliés de la guerre franco-prussienne. L’inauguration, le 14 juillet 1888, est grandiose, même si des voix s’élèvent pour dénoncer cette « odieuse pièce montée13 » qui vient gâcher l’architecture du palais du Louvre et la plus belle perspective du monde. Le promeneur qui approche du Louvre ne peut manquer la silhouette du Gambetta, à l’arrière-plan, dans les arcades de l’arc. Et c’est avec ce monument en toile de fond qu’Edmond Guillaume crée le jardin du Carrousel en 1889.

« Quand même ! », groupe, par Mercié (Jardin des Tuileries), vers 1900 [à l’arrière-plan, l’arc de triomphe du Carrousel avec, à l’arrière-plan, dans l’arcade de gauche, le monument à Gambetta]

« Quand même ! », groupe, par Mercié (Jardin des Tuileries), vers 1900 [à l’arrière-plan, l’arc de triomphe du Carrousel avec, à l’arrière-plan, dans l’arcade de gauche, le monument à Gambetta]

Carte postale. Collection de l’auteur

  • 14 Geneviève Bresc et Anne Pingeot, Sculptures des jardins du Louvre, du Carrousel et des Tuileries, o (...)
  • 15 La résistance belfortaine, entre novembre 1870 et février 1871, est alors considérée comme plus glo (...)

8Dès 1894, cet axe historique va se trouver encombré, cette fois à l’ouest, par le Quand même14 !, un monument résolument revanchard. Le sculpteur Antonin Mercié a représenté une Alsacienne en costume traditionnel qui soutient un soldat mourant tout en lui arrachant son fusil Chassepot. Autrement dit une Pietà et une Athéna. Le message est clair : l’heure n’est plus à la déploration et à la résignation, mais à la revanche et à l’action, « quand même ». Juché sur un imposant socle de 3 m de haut, le Quand même ! cache en partie l’arc et, à l’ouest, la Grande Allée des Tuileries et les Champs-Élysées. Or ce monument n’a pas été créé pour cet emplacement, mais pour la ville de Belfort, qui, grâce au colonel Denfert-Rochereau, a su résister au siège prussien15. Un bronze y est d’abord érigé dès 1884, tandis que ce marbre est placé dans le jardin du Carrousel le 30 mai 1894.

  • 16 Bertrand Joly, Déroulède. L’inventeur du nationalisme français, Paris, Perrin, 1988. Photographies (...)
  • 17 Médailleur : Henri Dubois. Plusieurs exemplaires sont conservés à Paris, Musée Carnavalet – Histoir (...)
  • 18 Photographie de l’agence Meurisse, Paris, BNF, département Estampes et photographie, inv. EI-13 (25 (...)
  • 19 Il s’agit d’une des huit allégories de villes françaises érigées sur la place de la Concorde par l’ (...)
  • 20 Statue équestre de Jeanne d’Arc par Emmanuel Fremiet, érigée en 1874.
  • 21 L’appellation familière du Quand même ! est « l’Alsacienne des Tuileries », alors que le monument n (...)
  • 22 Archives de la Préfecture de Police de Paris, B/a 1531. Voir Andreas Metzing, Kriegsgendenken in Fr (...)
  • 23 Déroulède était mort le 31 janvier. En 1919, la rue des Tuileries, entre le jardin du Carrousel et (...)

9C’est la Ligue des patriotes, fondée en 1882 par Paul Déroulède16, qui a été à la manœuvre. Antonin Mercié, le sculpteur, en est membre. Dès lors, Déroulède ne va cesser d’exploiter le Quand même ! : il commande des médailles reproduisant le monument17 puis en fait un point de ralliement pour ses manifestations nationalistes. L’Alsacienne et le soldat sont affublés de drapeaux tricolores et des textes de Déroulède sont même déposés à leurs pieds18, pour dénoncer l’indifférence du pouvoir républicain à l’égard des provinces perdues. Un parcours devient rituel, qui part de la statue de Strasbourg, sur la place de la Concorde, non loin de l’entrée ouest du jardin des Tuileries19, traverse tout le jardin, ou bien le contourne par la rue de Rivoli au nord, avec un détour par la statue de Jeanne d’Arc place des Pyramides20, pour finir à « l’Alsacienne des Tuileries »21. L’arc du Carrousel est parfois amalgamé au parcours, ainsi en 1895, lors de la crise de Kiel – la flotte française avait participé à une revue avec les Allemands et les Russes : autour de l’arc fusent des « Vive Austerlitz ! Vive Bonaparte ! Vive la Grande Armée ! »22. À l’été 1914, quand la guerre est imminente, la foule crie sa haine de l’ennemi autour du Quand même23 !.

Manifestation du 10 août 1914. « Quand même », par Antonin Mercié. Les Vétérans [à gauche, l’arc de triomphe du Carrousel]

Manifestation du 10 août 1914. « Quand même », par Antonin Mercié. Les Vétérans [à gauche, l’arc de triomphe du Carrousel]

Carte postale. Collection de l’auteur

  • 24 Nous avons dépouillé les fonds des agences Meurisse et Rol, conservés à la BNF, et de Roger-Viollet
  • 25 Albert Bourzac, Les Bataillons scolaires 1880-1891. L’éducation militaire à l’école de la Républiqu (...)
  • 26 Paul Bert, Discours prononcé par M. Paul Bert, à l’occasion du banquet qui lui a été offert par les (...)
  • 27 Angela Teja, « Militaires et sportifs : une longue histoire », Confluences Méditerranée 50/3, 2004 (...)
  • 28 Agence Rol, Tuileries, concours de l’athlète complet, (…) un athlète soulevant des haltères, 15 jui (...)
  • 29 Gilbert Andrieu, « Georges Hébert et l’éducation physique virile et morale par la méthode naturelle (...)

10Dans le même temps, le jardin des Tuileries sert à des manifestations d’un genre nouveau : la Grande Allée et le vaste espace ménagé par Le Nôtre autour du Grand Bassin octogonal accueillent des démonstrations sportives d’envergure au service de la propagande militariste24, ce qui nous paraît aujourd’hui totalement incongru dans un jardin. Rappelons le contexte. Les bataillons scolaires25 ont été instaurés en 1882 par Paul Bert, ministre de l’Instruction publique et des cultes. L’enseignement de la gymnastique devient obligatoire dans les écoles primaires de garçons, associé à des exercices militaires. Pour Bert, « dans tout citoyen, il doit y avoir un soldat, et un soldat toujours prêt »26. Critiqué, le dispositif disparaît dès 1892, mais il est repris par l’Union des sociétés de gymnastiques de France. C’est dans ces années que le sport masculin se développe27. En mars 1913 est organisé à Paris un Congrès international de l’éducation physique et après moult débats et manifestations, la « loi des Trois Ans », qui allonge d’un an la durée du service militaire, est adoptée le 19 juillet 1913. C’est alors qu’a lieu le 15 juin 1913 au jardin des Tuileries le concours de « l’athlète complet », organisé par Le Journal28. Appliquant la méthode « du lieutenant Hébert »29, des athlètes soulèvent des haltères près du Grand Bassin octogonal de Le Nôtre, sautent à la perche ou grimpent à la corde grâce à des dispositifs qui encombrent les allées.

  • 30 Maurice-Louis Branger, Revue aux Tuileries d’une section de chiens sanitaires partant pour le front(...)

11Pendant toute la guerre, les exercices de préparation militaire se déroulent souvent dans le jardin, sous les yeux des promeneurs, l’alignement parfait des soldats faisant écho à celui des marronniers de la Grande Allée… Parfois même, c’est du jardin qu’ils partent pour le front, en présence du président de la République Raymond Poincaré30.

La paix revenue ?

  • 31 Godefroy Ménanteau, Présentation de ballons captifs « saucisse » lors de la fête de la Libération e (...)

12Après l’armistice, les jardins ne retrouvent en rien la tranquillité. Plus que jamais, ils endossent un rôle mémoriel et revanchard. En 1918, une mise en scène permet d’exhiber les trophées pris à l’ennemi. Le pourtour du Grand Bassin octogonal et plusieurs allées sont envahis de volumineux zeppelins, surnommés « saucisses ». Des avions sont même hissés sur les terrasses du Jeu de Paume et de l’Orangerie, appuyés sur les balustrades de pierre, afin d’être bien visibles depuis la place de la Concorde31.

Photographe amateur anonyme, Trois sœurs posant sur la place de la Concorde au milieu des trophées de guerre, novembre 1918 [à l’arrière-plan, des avions installés sur le parapet du jardin des Tuileries]

Photographe amateur anonyme, Trois sœurs posant sur la place de la Concorde au milieu des trophées de guerre, novembre 1918 [à l’arrière-plan, des avions installés sur le parapet du jardin des Tuileries]

Tirage sur papier albuminé, 8,1x10,8 cm. Collection de l’auteur

  • 32 Maurice Boutterin, 1920. Monument du Poilu, Paris : perspective aérienne, Paris, Cité de l’Architec (...)

13Dès le 22 novembre 1918, le conseil municipal de Paris réclame un Monument au Poilu qui doit se dresser au Carrousel. Les architectes Maurice Boutterin et Richard Bowens de Boijen produisent un dessin : entre l’arc et le Quand même !, un obélisque presque deux fois plus haut que les toits du palais du Louvre, avec à son sommet un gigantesque poilu ! Ce projet restera heureusement sans suite32.

  • 33 Geneviève Bresc et Anne Pingeot, Sculptures des jardins du Louvre, du Carrousel et des Tuileries, o (...)

14En 1920, dans le jardin des Tuileries même, sur le mur arrière du Jeu de Paume, un monument plus modeste est construit, en l’honneur d’Edith Cavell33, une infirmière britannique érigée en martyre par les Alliés. En effet, dans la Belgique occupée, Cavell avait organisé l’évasion de soldats britanniques. Déférée devant la cour martiale, elle avait été condamnée pour haute trahison et exécutée par les Allemands en octobre 1915, en dépit d’une campagne de presse menée à l’échelle mondiale. À l’initiative du quotidien Le Matin, un concours est lancé et un comité formé, sous la présidence du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts. Le sculpteur Gabriel Pech l’emporte avec un bas-relief cintré, qui devra remplir l’arcade arrière du bâtiment.

Monument à Edith Cavell, 12 juin 1920. Photographie parue en une du Matin le jour de l’inauguration

Monument à Edith Cavell, 12 juin 1920. Photographie parue en une du Matin le jour de l’inauguration

Gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France

  • 34 Photographie anonyme des débris, prise le 14 juin 1940, Paris, Musée de la Libération, inv. 1994.46 (...)

15L’infirmière est représentée allongée sur le sol après son exécution ; un casque allemand évoque ses bourreaux ; à l’arrière-plan, un bâtiment en flammes et une allégorie ailée du martyre. Le monument est inauguré le 12 juin 1920 par le ministre des Pensions André Maginot, en présence de délégations britanniques, belges et américains. En juin 1940, dès le début de l’Occupation, le bas-relief sera détruit par les Allemands sur ordre du général von Küchler34. Rien n’en subsiste aujourd’hui.

  • 35 Geneviève Bresc et Anne Pingeot, Sculptures des jardins du Louvre, du Carrousel et des Tuileries, o (...)
  • 36 Jean-Louis Vaudoyer, « La beauté de Paris – Le monument des Tuileries », L’Écho de Paris, 6 avril 1 (...)

16Un an après l’inauguration du monument Cavell, un second monument prend place dans le Carrousel : Paris 1914-1918, aussi appelé La Défense de Paris35. L’initiative en a été prise dès 1915, par le quotidien Le Petit Parisien, en hommage aux Parisiens tués par les Zeppelins. En 1916, le directeur du journal Jean Dupuy s’adresse au sculpteur Albert Bartholomé qui se met au travail. Quand le projet reprend, en 1918, des polémiques naissent, au nom de la beauté de Paris. Il est vrai que cette imposante femme, drapée mais la poitrine dénudée, qui avance tout en crispant ses mains sur son épée, n’est guère convaincante. Son casque réaliste contraste avec le langage allégorique qui sied aux monuments. Et voilà qu’on ose placer cette statue dans le jardin des Tuileries, dans l’axe historique de Le Nôtre ! Des photographies témoignent de l’effet malheureux produit par cette matrone en marbre blanc dans la perspective : « Il ne faut pas qu’en construisant des choses neuves on déshonore les vieilles choses que les Boches voulaient anéantir36 ». Les contempteurs de cette chose neuve obtiennent gain de cause : elle gagne finalement le terre-plein du Carrousel, mais est rejetée sur le côté, au Sud, sur un socle sobre, économe en inscriptions.

Agence ROL, La statue de Paris aux Tuileries, 9 juin 1921 [test de placement effectué dans l’axe de Le Nôtre].

Agence ROL, La statue de Paris aux Tuileries, 9 juin 1921 [test de placement effectué dans l’axe de Le Nôtre].

BNF, département Estampes et photographie, EI-13 (796) Gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France

  • 37 Michael Palmer, Des petits journaux aux grandes agences. Naissance du journalisme moderne, 1863-191 (...)
  • 38 Ouvertement collaborationnistes sous l’Occupation, alors même que les nazis auront détruit les monu (...)

17Le rôle des grands quotidiens mérite ici d’être souligné : Le Matin pour Edith Cavell, Le Petit Parisien pour Paris. Durant l’entre-deux-guerres, avec Le Journal et Le Petit Journal, ils font partie des quatre quotidiens qui se partagent une masse considérable de lecteurs et pèsent de tout leur poids sur l’opinion publique. Lancé en 1884, Le Matin est alors présidé par Maurice Bunau-Varilla, un patron ouvertement nationaliste. Après avoir culminé à 1,6 million d’exemplaires en 1917, il est en déclin après la guerre et cherche à retrouver son public au moyen de campagnes populistes, « à coups de grosse caisse »37. Quant au Petit Parisien, il est bien plus puissant, avec ses deux millions de lecteurs. Fondé en 1876, il est passé d’une tendance radicale à une orientation modérée sous la direction de Jean Dupuy. Depuis la guerre et la mort de Jean Dupuy en 1919, il est nettement nationaliste, sous la houlette de son fils Paul38.

Démilitarisation et protection du patrimoine

Attribué à Neurdein Frères, Panorama du Louvre. Vue prise de la rue des Tuileries, 1889 [le jardin du Carrousel peu après sa création par Edmond Guillaume]

Attribué à Neurdein Frères, Panorama du Louvre. Vue prise de la rue des Tuileries, 1889 [le jardin du Carrousel peu après sa création par Edmond Guillaume]

Tirage sur papier albuminé, 20,9x54 cm. Collection de l’auteur

18Quel environnement faut-il à l’arc du Carrousel ? Quand Edmond Guillaume dessine un jardin en miroir des parterres du jardin des Tuileries, il ne règle pas la question. La presse est dure : « C’est maigre, nu, froid, sans grâce, privé d’ombrage, privé de tout » (Voltaire, 20 juin 1889). Gaston Redon reprend le sujet en 1905. Il avance d’abord le jardin vers l’est, matérialise sa limite par une balustrade en demi-cercle, ouvrant vers le Louvre, l’encadre de marronniers, installe des arbustes. Puis il s’attaque au terre-plein qui forme une rotule routière entre le Louvre, l’arc, et l’axe nord-sud, et le transforme en un élégant parterre oblong, agrémenté de mosaïculture. L’ensemble est achevé peu avant la guerre (ill. 8 et 9).

Paris. Le Carrousel et les Tuileries, après 1921 [au premier plan, la statue Paris 1914-1918 ; à gauche, l’arc de triomphe du Carrousel]

Paris. Le Carrousel et les Tuileries, après 1921 [au premier plan, la statue Paris 1914-1918 ; à gauche, l’arc de triomphe du Carrousel]

Carte postale. Collection de l’auteur

Paris. Jardin des Tuileries (sic) et le Louvre, après 1921 [au premier plan à droite, la statue Paris 1914-1918 ; au fond le monument à Gambetta]

Paris. Jardin des Tuileries (sic) et le Louvre, après 1921 [au premier plan à droite, la statue Paris 1914-1918 ; au fond le monument à Gambetta]

Carte postale. Collection de l’auteur

  • 39 Nous renvoyons aux travaux décisifs de Maurice Agulhon, « La “Statuomanie” et l’histoire », Ethnolo (...)
  • 40 Chéri Hérouard, La Vie parisienne, 6 août 1921, p. 680.

19Les successeurs de Redon n’auront de cesse de débarrasser les abords de l’arc des monuments nationalistes. L’heure est de toute façon au déclin de la « statuomanie »39 qui étouffe l’espace public parisien. Le trop-plein est régulièrement dénoncé ou moqué. Dans une caricature d’anticipation intitulée « Un rendez-vous aux Tuileries en 1971 », une élégante attend en vain son amant au milieu d’une forêt de statues en marbre dominée par le monument de Bartholomé. Bref, c’est « ce qui arrivera si l’on continue de fourrer des statues partout »40 !

  • 41 Sous l’Occupation, Paris 1914-1918 sera mutilée par l’occupant nazi, puis connaîtra encore des dépl (...)
  • 42 Photographies par Emmanuel Mas de la destruction, conservées à Charenton-le-Pont, Médiathèque du Pa (...)

20L’architecte Albert Ferran, fort de la restauration de l’arc entre 1930 et 1933, obtient gain de cause. Il organise le transfert de l’allégorie de Paris 1914-1918 à Vincennes, sur l’esplanade du château41, et se débarrasse non sans peine du Quand même ! qui, après quelques tribulations et avanies, se trouve aujourd’hui exposé au Mont-Valérien, dans un contexte mémoriel et militaire. Fin 1933, seul le Monument à Gambetta tient encore compagnie à l’arc du Carrousel. Il ne sera démantelé qu’en 195442.

  • 43 Journal officiel du 18 avril 1914 ; l’arc du Carrousel a été classé en 1888.
  • 44 Le 23 mars 1918, à 16 h, un obus tombe dans le jardin, au pied de la terrasse du Bord-de-l’Eau, san (...)
  • 45 Paris, Musée Carnavalet, Histoire de Paris, inv. PH2460 et Montrouge, Atelier Robert Doisneau.

21En 1914, le jardin des Tuileries est l’un des premiers à avoir été protégé au titre des Monuments historiques43 (Journal officiel du 18 avril 1914), alors que l’arc du Carrousel est classé depuis 1888. Les mesures de protection physique vont se multiplier à l’occasion des conflits mondiaux, à l’initiative des deux belligérants, certaines touchant les monuments susmentionnés. En effet, dès lors que les canons prussiens menacent la capitale, des sacs de sable sont amoncelés autour des fleurons des jardins. L’arc du Carrousel et le Quand même ! en font partie, mais pas le Gambetta. Les obus de la Grosse Bertha – c’est ainsi que les Parisiens appellent les « Pariser Kanonen » d’une portée de 120 km tirés par les Allemands – ne causent que peu de dégâts44. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le jardin ne subit que la destruction susmentionnée du monument à Edith Cavell par la Wehrmacht. Les autres statues sont à nouveau protégées : elles sont déposées et rangées dans une réserve, dans l’angle sud-est du jardin, au pied de l’Orangerie. C’est le photographe Robert Doisneau qui, au détour d’une promenade, a saisi la scène45.

  • 46 Bildarchiv Foto Marburg, « Fotokampagne Kunstschutz, 1940/1944 ».
  • 47 Rose Valland, Le Front de l’art. Défense des collections françaises. 1939-1945, Paris, Plon, 1961 ; (...)
  • 48 Étude la plus ancienne : Yvon Bizardel, « Les statues parisiennes fondues sous l’Occupation (1940-1 (...)

22À cette politique de protection s’ajoute une politique d’appropriation du patrimoine par l’occupant nazi. Les fonds d’agences photographiques allemandes46 témoignent de campagnes photographiques systématiques, dont la visée est ambiguë : le « Kunstschutz », pour conserver la trace du patrimoine en cas de destruction, mais aussi le « Raubkunst », afin d’opérer des classements, de l’anodin au précieux, pour répondre à la rapacité des dirigeants nazis. C’est d’ailleurs dans l’enceinte du jardin des Tuileries, au Jeu de Paume, qu’ont été mis en place le stockage et le tri des œuvres d’art spoliées aux Juifs. Nous ne reviendrons pas ici sur ces faits, parce qu’ils ont été fort bien étudiés par les historiens et les historiens de l’art47 et ont eu, en réalité peu de conséquences sur les jardins en eux-mêmes. En effet, ce qui se déroule dans cet angle nord-ouest peut passer complètement inaperçu de la foule des promeneurs. Nous n’évoquons pas non plus la récupération des métaux non ferreux pour le compte des nazis, mise en place par le gouvernement de Vichy, qui a été bien étudiée48. Elle a eu pour conséquence la fonte de nombreuses statues en bronze, dont les allégories du monument à Gambetta, La Force, La Vérité et La Démocratie

  • 49 Voir les photographies de Hilmar Pabel conservées par l’agence akg-images/ullstein bild.
  • 50 Ernst Jünger, Second journal parisien, 1943-1945, Paris, Christian Bourgeois éditeur, 1980, 1995, p (...)

23À rebours de ces pratiques, se répand une image pacifiée du jardin où la vie continue. L’occupant nazi reprend à son compte les traditions : comme au temps de Manet, on y joue de la musique militaire, mais les interprètes sont des soldats de la Wehrmacht en présence d’une foule compacte49. Le chroniqueur de ce jardin édénique est Ernst Jünger, qui, au printemps 1943, admire les paulownias et les arbres de Judée du Grand Carré hérités du Second Empire : « Revenu par les Tuileries ; là, encore des Paulownias et aussi des arbres de Judée aux fleurs luisantes comme des grappes de coraux »50.

  • 51 Reportage de Jules Dortes à l’agence akg-images.
  • 52 Geneviève Bresc et Anne Pingeot, Sculptures des jardins du Louvre, du Carrousel et des Tuileries, o (...)

24C’est la Libération de Paris, en août 1944, qui a conduit à des dégâts importants sur le patrimoine du jardin des Tuileries. En effet, Von Choltitz, qui gouverne le Gross-Paris, a ses quartiers à l’hôtel Meurice, rue de Rivoli, dont les fenêtres donnent sur le jardin. En conséquence, les ultimes combats ont lieu dans le secteur Concorde-Tuileries : le 25 août 1944 à 15 h, Von Choltitz est capturé. Les clichés sont spectaculaires : scènes de reddition, avec des files de soldats allemands désarmés, les mains sur la tête, mis en joue par les FFI, chars incendiés51. Deux sculptures non protégées ont été fracassées : L’Homme et sa misère de Jean-Baptiste Hugues, près du Grand Bassin rond (ill. 10), et l’un des lions de Giuseppe Franchi, surmontant la poterne du Jeu de Paume, qui s’est écrasé sur la place de la Concorde52.

Emmanuel-Louis Mas (1891-après 1956), Statue en morceaux, série Dommages de guerre, 1944 [groupe en marbre de Hugues, L’Homme et sa misère]

Emmanuel-Louis Mas (1891-après 1956), Statue en morceaux, série Dommages de guerre, 1944 [groupe en marbre de Hugues, L’Homme et sa misère]

Charenton-le-Pont, Médiathèque du Patrimoine et de la Photographie, no MH0124339

Quelques stigmates

  • 53 La sous-direction des jardins du musée du Louvre et l’Architecte des Bâtiments de France tiennent à (...)
  • 54 Daniel Rabreau, « Deux détournements de sens, de la gloire au sacrifice : l’Arc de Triomphe de l’Ét (...)

25Rapidement réparé, le jardin des Tuileries n’a plus connu que la paix depuis lors. Ses murs portent encore des traces de rafales de mitraillette, place de la Concorde, au pied du lion, ainsi qu’à l’angle sud-est du jardin, sous la sphinge de Sébastopol53. Surtout, des plaques en hommage aux résistants morts dans le jardin et à ses abords immédiats ont été insérées dans le mur d’enceinte, rue de Rivoli, face à la rue Cambon. Depuis le démantèlement du Gambetta en 1954, seul demeure l’arc de triomphe du Carrousel. Depuis 1996, des dalles prolongées par des haies d’ifs rayonnent à partir de l’arc vers le couchant, selon la conception originale des paysagistes belges Jacques et Peter Wirtz. Mais ce rappel du soleil d’Austerlitz n’est pas perçu comme tel par les promeneurs qui ne voient plus dans cet arc qu’un « petit bijou », voire un « bibelot ». Dès lors le jardin du Carrousel devient tout au plus un « écrin » pour cet objet « délicat »54. À l’heure où nous écrivons, l’arc est en restauration et sur les hautes barrières du chantier, on explique qu’autrefois se trouvaient là un palais et une cour où, selon les mots de Balzac, « planaient l’aigle et le génie de Napoléon ». Nulle mention des monuments revanchards qui l’ont entouré. La haine a disparu.

Pylône à l’angle nord-ouest du jardin des Tuileries : impacts de balles datant d’août 1944, février 2023

Pylône à l’angle nord-ouest du jardin des Tuileries : impacts de balles datant d’août 1944, février 2023

Musée du Louvre/Emmanuelle Héran

Haut de page

Notes

1 Londres, National Gallery, inv. NG3260.

2 Londres, National Gallery, inv. NG6604.

3 Le jardin des Tuileries a été créé en 1564 par Catherine de Médicis, veuve du roi Henri II. Redessiné par André Le Nôtre sous Louis XIV, il a toujours été administré par la Couronne, royale ou impériale. National depuis 1870, il fait partie du Domaine national du Louvre et des Tuileries, géré par le musée du Louvre.

4 Souvent confondu avec le jardin des Tuileries, le jardin du Carrousel en est en réalité distinct. Il est situé entre les ailes du palais du Louvre, l’aile Marsan au nord et l’aile de Flore au sud.

5 Dans le calendrier révolutionnaire, les semaines avaient dix jours et le cinquième jour s’appelait le « quintidi ».

6 Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Lausanne, Éditions Rencontre, 1968, p. 10.

7 Christophe Leribault, « La campagne d’Allemagne illustrée : l’arc de triomphe du Carrousel », in : Sylvain Laveissière (dir.), Napoléon et le Louvre, Paris, Fayard, 2004 (p. 220-241).

8 Rappelons que le traité de Presbourg est consécutif aux victoires françaises contre l’Autriche. Or, la France est alliée avec des États allemands du Sud : la Bavière, le grand-duché de Bade et le Wurtemberg. Le traité a permis à ces États de gagner des territoires aux dépens de l’Autriche.

9 Michael Jeismann, Das Vaterland der Feinde. Studien zum nationalen Feindbegriff und Selbstverständnis in Deutschland und Frankreich (1792-1918), Stuttgart, Klett-Cotta, 1992 ; trad. fr. La Patrie de l’ennemi. La notion d’ennemi national et la représentation de la nation en Allemagne et en France de 1792 à 1918, Paris, CNRS Éditions, 1997 ; Frédéric Chauvaud, Histoire de la haine. Une passion funeste 1830-1930, Rennes, PUR, 2014, en particulier le chapitre VIII et ses pages consacrées à la haine du Prussien puis de l’Allemand et enfin du « Boche ».

10 Hippolyte Bellangé et Adrien Dauzats, Un jour de revue sous l’Empire (1810), Paris, musée du Louvre, département des Peintures, inv. RF 60. Parce qu’il évoque les fameuses parades du quintidi et montre en détail l’arc du Carrousel, le tableau est acquis par l’État au Salon de 1863.

11 Geneviève Bresc et Anne Pingeot, Sculptures des jardins du Louvre, du Carrousel et des Tuileries, Paris, RMN, 1986, t. II, p. 10-15 ; Aude Dontenwille-Gerbaud, « Le geste auguste de la République », Mots. Les langages du politique 110, 2016, p. 49-66 (avec une méprise sur l’emplacement du monument). Voir la base de données À nos grands hommes : https://anosgrandshommes.musee-orsay.fr/index.php/Detail/objects/5094.

12 Léon Gambetta, Proclamation au peuple français, Tours, 30 octobre 1870. Exploit mémorable : le 7 octobre 1870, Gambetta avait quitté Paris en ballon pour rejoindre le gouvernement à Tours.

13 L’expression est de Camille La Broue dans Travail, 12 mars 1933.

14 Geneviève Bresc et Anne Pingeot, Sculptures des jardins du Louvre, du Carrousel et des Tuileries, op. cit., p. 335-337 ; June Hargrove, « Les monuments de la guerre de 1870-1871 et la représentation politique », in : Maurice Agulhon, Annette Becker et Evelyne Cohen (dir.), La République en représentations. Autour de l’œuvre de Maurice Agulhon, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2006. Voir https://anosgrandshommes.musee-orsay.fr/index.php/Detail/objects/5363.

15 La résistance belfortaine, entre novembre 1870 et février 1871, est alors considérée comme plus glorieuse que celle des Parisiens, du 19 septembre 1870 jusqu’au cessez-le-feu controversé du 26 janvier 1871.

16 Bertrand Joly, Déroulède. L’inventeur du nationalisme français, Paris, Perrin, 1988. Photographies de l’agence Rol à la Bibliothèque nationale de France (BNF), département Estampes et photographie, EST EI-13 (382).

17 Médailleur : Henri Dubois. Plusieurs exemplaires sont conservés à Paris, Musée Carnavalet – Histoire de Paris et au musée d’Orsay. Voir le catalogue de l’exposition France-Allemagne(s) 1870-1871. La guerre, la Commune, les mémoires, Paris, musée de l’Armée, 2017.

18 Photographie de l’agence Meurisse, Paris, BNF, département Estampes et photographie, inv. EI-13 (2584). Une pancarte porte un extrait du chant de Déroulède, « Au drapeau ! » : « Je n’ai jamais formé qu’un seul but : leur déroute, / Les voir chassés du sol qu’ils nous ont arraché ; / Car, en changeant parfois et de guide et de route, / C’est vers Metz et Strasbourg que j’ai toujours marché. »

19 Il s’agit d’une des huit allégories de villes françaises érigées sur la place de la Concorde par l’architecte Hittorff. La statue de Strasbourg, par James Pradier, date de 1836.

20 Statue équestre de Jeanne d’Arc par Emmanuel Fremiet, érigée en 1874.

21 L’appellation familière du Quand même ! est « l’Alsacienne des Tuileries », alors que le monument ne se trouve pas dans le jardin des Tuileries mais dans celui du Carrousel.

22 Archives de la Préfecture de Police de Paris, B/a 1531. Voir Andreas Metzing, Kriegsgendenken in Frankreich (1871-1914). Studien zur kollektiven Erinnerung an den Deutsch-Französischen Krieg von 1870/71, thèse de doctorat en histoire, Fribourg-en-Brisgau, Albert-Ludwigs-Universität, 1995, p. 123.

23 Déroulède était mort le 31 janvier. En 1919, la rue des Tuileries, entre le jardin du Carrousel et le jardin des Tuileries, prendra le nom d’avenue Paul-Déroulède, qu’elle conservera jusqu’en 1957.

24 Nous avons dépouillé les fonds des agences Meurisse et Rol, conservés à la BNF, et de Roger-Viollet.

25 Albert Bourzac, Les Bataillons scolaires 1880-1891. L’éducation militaire à l’école de la République, Paris, L’Harmattan, 2004.

26 Paul Bert, Discours prononcé par M. Paul Bert, à l’occasion du banquet qui lui a été offert par les instituteurs et les institutrices de France le 18 septembre 1881, Paris, Picard-Bernheim et Cie, 1882, p. 30.

27 Angela Teja, « Militaires et sportifs : une longue histoire », Confluences Méditerranée 50/3, 2004 (p. 121-130).

28 Agence Rol, Tuileries, concours de l’athlète complet, (…) un athlète soulevant des haltères, 15 juin 1913, Paris, BNF, département Estampes et photographie, ou encore Idem, le lever de la perche, ibid., inv. EST EI-13 (275).

29 Gilbert Andrieu, « Georges Hébert et l’éducation physique virile et morale par la méthode naturelle », Inflexions 19/1, 2012 (p. 93-102).

30 Maurice-Louis Branger, Revue aux Tuileries d’une section de chiens sanitaires partant pour le front, 1915, Paris, Roger-Viollet, no BRA-101803 ; fonds Rol, BNF, département Estampes et photographie, EI-13 (543).

31 Godefroy Ménanteau, Présentation de ballons captifs « saucisse » lors de la fête de la Libération en novembre 1918 dans le jardin des Tuileries, 1918, Paris, Musée Carnavalet, Histoire de Paris, inv. MH25489 ; Charles-Augustin Lhermitte, Avion exposé à l’entrée des Tuileries, lors de la Libération de Paris en 1918, Paris, musée d’Orsay, inv. PHO 1988-20-397.

32 Maurice Boutterin, 1920. Monument du Poilu, Paris : perspective aérienne, Paris, Cité de l’Architecture et du Patrimoine, inv. MB-DES-071-01-01 ; Geneviève Bresc-Bautier, Denis Caget et Emmanuel Jacquin, Jardins du Carrousel et des Tuileries, Paris, Rmn/Caisse nationale des Monuments et des Sites, 1996, p. 116 ; Jean-Louis Robert, « Les monuments aux morts de la Grande Guerre à Paris » in : Christophe Charle et Daniel Roche (dir.), Capitales culturelles, capitales symboliques : Paris et les expériences européennes (xviiie-xxe siècles), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2002 (p. 149-158).

33 Geneviève Bresc et Anne Pingeot, Sculptures des jardins du Louvre, du Carrousel et des Tuileries, op. cit., p. 360-362 ; June Hargrove, Les Statues de Paris, Paris, Albin Michel, 1989, p. 263, 264, 303 ; Claire Garcia, La statuaire publique en France pendant l’entre-deux-guerres : réalités et enjeux, thèse de doctorat, Paris Ouest Nanterre la Défense, 2010, p. 170. Voir https://anosgrandshommes.musee-orsay.fr/index.php/Detail/objects/5425.

34 Photographie anonyme des débris, prise le 14 juin 1940, Paris, Musée de la Libération, inv. 1994.465.

35 Geneviève Bresc et Anne Pingeot, Sculptures des jardins du Louvre, du Carrousel et des Tuileries, op. cit., p. 24-26.

36 Jean-Louis Vaudoyer, « La beauté de Paris – Le monument des Tuileries », L’Écho de Paris, 6 avril 1921.

37 Michael Palmer, Des petits journaux aux grandes agences. Naissance du journalisme moderne, 1863-1914, Paris, Aubier, 1983.

38 Ouvertement collaborationnistes sous l’Occupation, alors même que les nazis auront détruit les monuments qu’ils avaient initiés, Le Petit Parisien et Le Matin disparaissent en 1944 après la Libération.

39 Nous renvoyons aux travaux décisifs de Maurice Agulhon, « La “Statuomanie” et l’histoire », Ethnologie française 8, 1978 (p. 145-172).

40 Chéri Hérouard, La Vie parisienne, 6 août 1921, p. 680.

41 Sous l’Occupation, Paris 1914-1918 sera mutilée par l’occupant nazi, puis connaîtra encore des déplacements en 1955 et 1958. Elle subsiste encore, à l’état fragmentaire, au cœur du bois de Vincennes, dans un dépôt forestier non accessible aux promeneurs.

42 Photographies par Emmanuel Mas de la destruction, conservées à Charenton-le-Pont, Médiathèque du Patrimoine et de la Photographie. Des fragments du monument ont été remontés dans le square Édouard-Vaillant, au Nord-Est de la capitale.

43 Journal officiel du 18 avril 1914 ; l’arc du Carrousel a été classé en 1888.

44 Le 23 mars 1918, à 16 h, un obus tombe dans le jardin, au pied de la terrasse du Bord-de-l’Eau, sans faire ni victime ni dégât ; idem le 23 mai lorsqu’un obus tombe dans le bosquet du Sanglier.

45 Paris, Musée Carnavalet, Histoire de Paris, inv. PH2460 et Montrouge, Atelier Robert Doisneau.

46 Bildarchiv Foto Marburg, « Fotokampagne Kunstschutz, 1940/1944 ».

47 Rose Valland, Le Front de l’art. Défense des collections françaises. 1939-1945, Paris, Plon, 1961 ; réédition Paris, Réunion des Musées Nationaux, 2014 ; Elizabeth C. Karlsgodt, Defending National Treasures. French Art and Heritage under Vichy, Stanford, Stanford University Press, 2011.

48 Étude la plus ancienne : Yvon Bizardel, « Les statues parisiennes fondues sous l’Occupation (1940-1944) », Gazette des Beaux-Arts 6/83, mars 1974 (p. 129-148) ; étude la plus récente : Beate Pittnauer, « Perdre son époque. La destruction des statues parisiennes et leur conservation au moyen de la photographie. Une relation dialectique ? », Perspective 2, 2018 (p. 247-256) (avec bibliographie).

49 Voir les photographies de Hilmar Pabel conservées par l’agence akg-images/ullstein bild.

50 Ernst Jünger, Second journal parisien, 1943-1945, Paris, Christian Bourgeois éditeur, 1980, 1995, p. 53 (25 avril 1943) [Das Zweite Pariser Tagebuch, Stuttgart, Ernst Klett Verlag, 1978, p. 55].

51 Reportage de Jules Dortes à l’agence akg-images.

52 Geneviève Bresc et Anne Pingeot, Sculptures des jardins du Louvre, du Carrousel et des Tuileries, op. cit., p. 232-233 et 198-200. Photographie de René Choveaux, Paris, musée Carnavalet, Histoire de Paris, inv. PH15446. Les Nymphéas de Monet, exposés dans l’Orangerie, ont été aussi endommagés.

53 La sous-direction des jardins du musée du Louvre et l’Architecte des Bâtiments de France tiennent à ne pas effacer ou dissimuler ces traces, parce qu’elles font partie de l’histoire.

54 Daniel Rabreau, « Deux détournements de sens, de la gloire au sacrifice : l’Arc de Triomphe de l’Étoile et le haut-relief de Rude », Champ psychosomatique 28/4, 2002 (p. 129-146).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Paris. Le monument de Gambetta, place du Carrousel, vers 1900 [à l’arrière-plan, le double square du Louvre, aujourd’hui cour Napoléon]
Crédits Carte postale. Collection de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre « Quand même ! », groupe, par Mercié (Jardin des Tuileries), vers 1900 [à l’arrière-plan, l’arc de triomphe du Carrousel avec, à l’arrière-plan, dans l’arcade de gauche, le monument à Gambetta]
Crédits Carte postale. Collection de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Manifestation du 10 août 1914. « Quand même », par Antonin Mercié. Les Vétérans [à gauche, l’arc de triomphe du Carrousel]
Crédits Carte postale. Collection de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Photographe amateur anonyme, Trois sœurs posant sur la place de la Concorde au milieu des trophées de guerre, novembre 1918 [à l’arrière-plan, des avions installés sur le parapet du jardin des Tuileries]
Crédits Tirage sur papier albuminé, 8,1x10,8 cm. Collection de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Monument à Edith Cavell, 12 juin 1920. Photographie parue en une du Matin le jour de l’inauguration
Crédits Gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4311/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Agence ROL, La statue de Paris aux Tuileries, 9 juin 1921 [test de placement effectué dans l’axe de Le Nôtre].
Légende BNF, département Estampes et photographie, EI-13 (796) Gallica.bnf.fr/Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4311/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Attribué à Neurdein Frères, Panorama du Louvre. Vue prise de la rue des Tuileries, 1889 [le jardin du Carrousel peu après sa création par Edmond Guillaume]
Crédits Tirage sur papier albuminé, 20,9x54 cm. Collection de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4311/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Paris. Le Carrousel et les Tuileries, après 1921 [au premier plan, la statue Paris 1914-1918 ; à gauche, l’arc de triomphe du Carrousel]
Crédits Carte postale. Collection de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4311/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Paris. Jardin des Tuileries (sic) et le Louvre, après 1921 [au premier plan à droite, la statue Paris 1914-1918 ; au fond le monument à Gambetta]
Crédits Carte postale. Collection de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4311/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Emmanuel-Louis Mas (1891-après 1956), Statue en morceaux, série Dommages de guerre, 1944 [groupe en marbre de Hugues, L’Homme et sa misère]
Crédits Charenton-le-Pont, Médiathèque du Patrimoine et de la Photographie, no MH0124339
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4311/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Pylône à l’angle nord-ouest du jardin des Tuileries : impacts de balles datant d’août 1944, février 2023
Crédits Musée du Louvre/Emmanuelle Héran
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4311/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Héran, « La guerre au jardin : les Tuileries au cœur des conflits franco-allemands »Revue germanique internationale, 38 | 2023, 69-85.

Référence électronique

Emmanuelle Héran, « La guerre au jardin : les Tuileries au cœur des conflits franco-allemands »Revue germanique internationale [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rgi/4311 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.4311

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Héran

Conservatrice en chef, responsable des collections des jardins, musée du Louvre

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search