Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Leberecht Migge et son temps : Ga...

Leberecht Migge et son temps : Gartenkultur des XX. Jahrhunderts (1913)

Leberecht Migge und seine Zeit: Gartenkultur des XX. Jahrhunderts (1913)
Leberecht Migge and His Time: Gartenkultur des XX. Jahrhunderts (1913)
Corinne Jaquand
p. 87-103

Résumés

Jardinier et paysagiste devenu urbaniste, Leberecht Migge (1881-1935) fut au début du xxsiècle l’un des acteurs de la transformation des villes en Allemagne et en Europe, dans un contexte de métropolisation croissante et d’échanges nourris entre professionnels de toutes disciplines ; ses réalisations et ses écrits, comme les nombreux liens tissés avec architectes et paysagistes, ont contribué au foisonnement théorique et pratique qui caractérise l’Allemagne sur la question des jardins. Cette contribution conçue comme introduction et présentation de la traduction d’extraits d’un de ses écrits non encore disponibles en français, Gartenkultur des XX. Jahrhunderts (1913), rend compte de la densité des liens entre l’art des jardins et les villes. Approfondissant les enjeux politiques et sociaux présidant aux nouvelles destinées des villes – de l’hygiène aux pratiques sportives, du logement aux transports –, l’auteure y souligne la richesse des échanges et transferts entre France et Allemagne.

Haut de page

Texte intégral

Le livre – sa problématique – son auteur

  • 1 Dorothée Imbert emploie cette terminologie dans son livre Between Garden and City. Jean-Canneel Cla (...)
  • 2 David Haney, When Modern was Green. Life and Work of Landscape Architect Leberecht Migge, Londres, (...)

1Né en 1881 et mort en 1935, Leberecht Migge appartient pleinement à la génération des modernes allemands. Pour répandre les valeurs sociales et réformistes dans l’art du jardin, il a pratiqué, comme les architectes, à la fois l’écrit, le projet et le verbe. Ses réalisations dans l’entre-deux-guerres l’ont fait reconnaître comme un des précurseurs de l’écologie appliquée à l’agriculture urbaine. Il fut le parfait représentant du « functionalist garden » tel que l’historienne du paysage, Dorothée Imbert, a pu le qualifier1. C’est grâce à une biographie de David Haney, publiée sous le titre évocateur de When Modern was Green, que l’on connaît aussi son œuvre d’avant-guerre2.

2Comme beaucoup de ses confrères jardiniers de formation, Migge a débuté sa carrière dans l’entreprise d’un pépiniériste, un certain Jacob Ochs, qui réalisait à Hambourg et dans ses environs de nombreux jardins privés pour la bourgeoisie hanséatique. Gartenkultur des XX. Jahrhunderts est publié en 1913, année d’aboutissement pour Migge qui passe alors à l’échelle des aménagements urbains et élargit son cercle de collaborations. Il assiste l’architecte Bruno Taut (1880-1938) pour la mise en paysage de la cité-jardin de Berlin-Falkenberg et entreprend avec Martin Wagner (1885-1957) de définir les espaces publics de la ville nouvelle de Rüstringen, extension du port de Wilhelmshaven, près de Brême.

Couverture de l’édition de 1910

Couverture de l’édition de 1910

3La décennie qui précéda avait mis les acteurs publics au fait du phénomène de métropolisation. Plusieurs événements importants s’étaient succédé : exposition des villes à Dresde (1903), lancement de la revue Der Städtebau par Camillo Sitte et Theodor Goecke (1904), manifeste puis concours pour le Grand Berlin (1906 et 1909) dont les résultats sont présentés dans le cadre d’une exposition générale d’urbanisme en mai-juin 1910, puis l’été suivant à Düsseldorf ainsi qu’au grand congrès de planification urbaine du RIBA à Londres en octobre.

  • 3 Heinrich Kayser, « Nordamerikanische Parkanlagen », Der Städtebau 2/9, 1905 (p. 113-123).
  • 4 Werner Hegemann, Amerikanische Parkanlagen, Zierparks, Nutzparks, Aussen- und Innenparks, Nationalp (...)
  • 5 Werner Hegemann, Der Städtebau nach den Ergebnissen der allgemeinen Städtebau-Ausstellung in Berlin (...)
  • 6 Hugo Koch, Gartenkunst im Städtebau, Berlin, Ernst Wasmuth, 1921 (1re éd. 1914).

4La discussion s’internationalise et l’époque foisonne de contributions sur les systèmes des parcs développés aux États-Unis qui sont considérés comme de véritables vecteurs pour maîtriser le développement métropolitain au même titre que les réseaux de transports en commun. L’architecte Heinrich Kayser (1842-1917) publie là-dessus dans un des premiers numéros de Der Städtebau3 ; un matériel important est rassemblé par Werner Hegemann (1881-1936) à l’exposition générale d’urbanisme de Berlin dont il est commissaire et, dans la foulée, il monte une exposition itinérante sur les parcs américains accompagné d’un petit catalogue, avec le soutien du pépiniériste Jakob Ochs qui employait Migge4. L’exposition se déplace, entre autres, à Rüstringen. Par la suite, Hegemann édite sur l’urbanisme comparé deux volumes (1911 et 1913) qui font date dans la discipline5. Inspiré par ces événements, le paysagiste Hugo Koch fait le voyage aux États-Unis pour visiter les parcs de Chicago, Boston, New York et en tire aussi un livre en 1914, réédité après la guerre6. Enfin l’urbanisme acquiert une reconnaissance académique avec la mise en place à l’Université technique de Berlin, dès 1913, de séminaires qui croisent plusieurs domaines de connaissances : les transports, l’architecture urbaine, l’économie foncière et du logement. On y donne aussi des conférences sur la « politique des parcs » (Parkpolitik) et la gestion des espaces libres de plein air.

  • 7 Voir : Gert Gröning et Joachim Wolschke-Bulmahn, 100 Jahre DGGL, Deutsche Gesellschaft für Gartenku (...)
  • 8 August Hoffmann, Hygienische und soziale Betätigung deutscher Städte auf den Gebieten des Gartenbau (...)
  • 9 Ibid., p. 10.

5Le contexte dans lequel Migge évolue se comprend également à l’aune du métier de paysagiste qui, quelques décennies après celui d’architecte, s’organise à l’échelle du Reich. À l’hiver 1887-1888 a été créée l’Association des paysagistes allemands (Verein Deutscher Gartenkünstler) ensuite rebaptisée Société allemande pour l’art des jardins et la conservation du paysage (Deutsche Gesellschaft für Gartenkunst und Landschaftspflege, DGGL)7. Éditée à partir de 1899, Die Gartenkunst, première revue consacrée à l’art des jardins, rend compte d’un intérêt croissant pour les espaces publics ainsi que pour la conservation des paysages. De façon significative l’appellation de « dessinateurs de jardin » (Gartenkünstler) laisse place à celle « d’architectes de jardins » (Gartenarchitekten). En 1904, la première Exposition nationale sur les jardins a lieu à Düsseldorf ; elle marque en Allemagne le début d’une longue tradition d’expositions florales et d’aménagement d’espaces publics8. Le métier embrasse dorénavant toute une panoplie de programmes autres que ceux des jardins privés : des squares, des aires de jeux collectifs et des terrains de sport, ainsi que des jeux pour enfants – espaces d’usage transgénérationnel désignés par le terme global de « Spielplätze » – jusqu’aux jardins ouvriers, « Laubengärten » groupés en « Laubenkolonien », appelés également « Schrebergärten » en l’honneur du docteur Schreber de Leipzig, fondateur d’une association pour leur promotion. La plupart des villes allemandes aménagent des espaces pour que les enfants puissent s’y ébattre (Tummelplätze). Hambourg est à la pointe du mouvement avec ses « très nombreuses aires de jeux pour enfants, à la fois dans le centre-ville et en dehors, qui sont constamment disponibles pour les familles des environs, et avec ses terrains de jeux et de sport pour les associations et les écoliers »9.

6Des jardiniers-paysagistes de talent intègrent les services municipaux et traitent en direct les projets. En 1903, Fritz Encke (1861-1931), qui a remporté en 1899 le concours pour la Viktoria-Luise Platz à Berlin-Schöneberg, devient directeur du Service des jardins de Cologne ; Walter Freiherr von Engelhardt (1864-1940) est nommé en 1906 à celui de Düsseldorf ; Carl Heicke (1862-1938) occupe entre 1902 et 1912 ces mêmes fonctions à Francfort. Otto Linne (1869-1937) est directeur des Jardins à Erfurt à partir de 1899 puis à Essen, entre 1908 et 1914, et par la suite à Hambourg. À Berlin aussi, la relève est sensible. En 1910, Albert Brodersen (1857-1930) succède à Hermann Mächtig, disciple de Lenné, qui avait occupé le poste de directeur des Jardins pendant plus de trente ans. Et Willy Lange (1864-1941) quitte Kiel pour la direction des services de Berlin-Wannsee. Pour la génération suivante née autour de 1880, citons : Max Bromme (1878-1974), directeur des Jardins à Erfurt en 1908 avant de passer à Francfort en 1912 ; Walter Koeppen (1877-1933) qui intègre l’administration du Grand Berlin l’hiver 1925 ; Erwin Barth (1880-1933) qui en 1908 quitte l’administration de Lübeck, pour celle de Berlin-Charlottenbourg.

7Au tournant du siècle, Hambourg d’abord puis Berlin deviennent les principaux foyers de discussion sur la place de la nature en ville. Le vocable du Volkspark s’y répand pour désigner un nouveau type de parcs publics conçus pour le plus grand nombre, avec des équipements sportifs de plein air, des aires de jeux pour enfants, des pelouses pour les pique-niques en famille, voire des lieux de baignade. L’enjeu pour les jardiniers-paysagistes est alors d’intégrer ces usages en concevant une topographie d’ensemble ménageant des continuités visuelles autant que des seuils entre les parties. Si les Bürgerparks de la génération précédente favorisaient la promenade en famille et la représentation sociale dans un cadre pittoresque ponctué de quelques séquences exotiques pourvues d’essences acclimatées, le Volkspark se simplifie géométriquement tout en réservant de vastes pelouses peu formalisées aux multi-usages. En privilégiant les essences végétales robustes puisées dans la flore régionale, le Volkspark établit symboliquement une relation que l’on se plait à qualifier d’« organique » entre la grande ville et la campagne environnante. En cela, l’Allemagne répond au Prairie Style qui s’est imposé à Chicago, notamment sous la férule du paysagiste Jens Jensen (1860-1961), responsable des parcs de l’ouest de la ville, et originaire du Schleswig-Holstein. En architecture aussi, le goût pour l’éclectisme s’épuise pour laisser place à des formes plus tenues. Le livre d’Albert Brinckmann, Platz und Monument (1908), fait redécouvrir la composition urbaine baroque tandis que les projets lauréats pour le Grand Berlin (1909-1910) consacrent cette tendance.

  • 10 Cependant, comme le souligne l’historienne des jardins Inge Maass, les architectes du Werkbund s’in (...)
  • 11 Cet essai sera réimprimé en annexe de la seconde édition de 1909 de son fameux traité Der Städtebau (...)

8Le Werkbund, fondé en 1907 à Dresde par les architectes Josef Maria Olbrich (1967-1908) et Walter Behrens (1868-1940) – auxquels se joignent, entre autres, Hermann Muthesius (1861-1927) et Fritz Schumacher (1867-1947) ainsi que le peintre Max Läuger (1864-1952) – contribue à une nouvelle doctrine de l’architecture domestique, la maison et le jardin devant former un ensemble organique, une unité artistique (Gesamtkunstwerk). L’influence est plus directement anglaise grâce à Muthesius qui fait connaître l’architecture des cottages et leur typologie de plain-pied donnant sur une terrasse extérieure soulignée par un massif floral faisant seuil avec le jardin d’agrément10. L’architecte autrichien Camillo Sitte publie, en 1901, un essai sur le « vert urbain » (Großstadtgrün)11, qui s’articule autour de la différenciation entre le « vert hygiénique » (Sanitäres Grün) et le « vert décoratif » (Dekoratives Grün). Il s’y fait le défenseur du jardin privé, au plus près des habitations, plutôt que des grands parcs publics, et pourfend les arbres d’alignement qu’il considère comme des artifices, leur préférant, pour l’animation des rues, des canopées apparaissant poétiquement au-dessus de murs de clôture. Une discussion générale s’engage sur la façon de répartir équitablement les espaces libres à l’échelle des grandes villes selon des figures en coulées ou en ceintures vertes, ou bien encore en poches dispersées dans chaque quartier.

  • 12 Voir les manuels de Willy Lange et O. Stahn, Die Gartengestaltung der Neuzeit, Leipzig, J. J. Weber (...)
  • 13 Hermann Hipp, « Fritz Schumachers Hamburg : Die refomierte Großstadt », in : Vittorio Magnago Lampu (...)
  • 14 Hartmut Frank (dir.), Fritz Schumacher. Reformkultur und Moderne, Hambourg, Hatje, 1994.

9Leberecht Migge, qui n’a qu’une trentaine d’années lorsque paraît son livre, baigne donc dans un milieu particulièrement favorable. Dans le nord de l’Allemagne, les paysagistes les plus en vue sur les questions urbaines sont Hugo Koch à Hambourg, Harry Maass à Lübeck et Willy Lange à Kiel, lesquels, comme Migge, manient aussi bien le projet que la plume12. Alfred Lichtwark, historien et critique d’art basé à Hambourg, donne un écho aux réalisations de jardins publics. Et l’architecte Fritz Schumacher, qui a pris en 1909 les commandes du service de la construction de Hambourg, s’emploie à réformer, au sens spatial du terme, les plans d’extension et les projets d’espaces publics de l’administration précédente. Avec l’ingénieur hydraulicien Ferdinand Sperber et le paysagiste Otto Linne, il reprend les plans du grand parc urbain de Winterhude (180 ha – aujourd’hui Stadtpark Hamburg) pour lequel le concours n’avait pas donné satisfaction13. Son contre-projet intègre une programmation innovante qui en fera l’un des premiers Volksparks allemands. Les pelouses sont accessibles. Barques et petits voiliers naviguent sur un grand bassin nautique et de rétention. On y trouve aussi plusieurs terrains de jeux, d’athlétisme et de tennis ainsi qu’un bâtiment central qui abrite un Parkcafé et des salles d’exposition. La composition axiale renforce la topographie existante avec un vaste tapis de verdure dévalant la pente depuis un château d’eau monumental vers le grand bassin ; les équipements sportifs sont disposés dans autant de clairières ménagées dans un couvert d’arbustes sur le pourtour du parc. Quelques lieux tranquilles de roseraies et d’espaces fleuris sont installés avec des bancs au bord de l’eau. Le parc sans clôture est délimité par un canal surmonté d’une berge haute dont l’aspect imite les douves d’autrefois. Schumacher dessine à Hambourg plusieurs autres parcs, des cimetières, dont l’extension de celui d’Ohlsdorf. En 1920, il gagne le concours pour le plan d’aménagement de Cologne et sa mise au point l’occupera deux années loin de la ville hanséatique14.

10À Berlin, le Schillerpark, qui est à peu près contemporain de Winterhude (concours 1907, réalisation entre 1909 et 1913), résume la simplicité des figures du Volkspark sur un espace plus restreint (25 ha). Le lauréat, Friedrich Bauer (1872-1937), s’était fait remarquer lors de la première Exposition nationale des jardins de Düsseldorf en 1904. À partir d’une dune naturelle, qui s’inscrivait en biais dans le grand rectangle du site, l’architecte-jardiner réalise deux terrasses en paliers avec, en partie haute, un mail régulier qui offre une vue panoramique ; à mi-hauteur une plateforme jardinée est consacrée à la détente, la lecture et la méditation. Les deux niveaux sont reliés par un escalier à double rampe, ponctué sur le palier intermédiaire par la statue de Schiller avec les muses à ses pieds. Les murs de soutènement sont d’appareillage robuste et marqués aux angles par des tourelles imitant des bastions – motif qui fait florès à l’époque et qui renvoie probablement à l’imaginaire des promenades « bourgeoises » sur les remparts d’autrefois. Tout en contrebas se trouve une grande pelouse pour les jeux de balles (Spielwiese), et de l’autre côté de l’allée principale une seconde pour les pique-niques et le prélassement des foules (Liegewiese). Comme à Winterhude, le parc n’est pas clôturé mais séparé des rues adjacentes par des rangées d’arbres et une ceinture végétale touffue. Leberecht Migge reprend ces mêmes dispositifs, bien qu’à échelle réduite, pour le premier parc public qu’il réalise dans le quartier de Fuhlsbüttel à Hambourg (1910) et qui s’inscrit dans un quadrilatère en pente. En haut, un mail en terrasse surplombe une grande et sobre pelouse. Un mur de soutènement légèrement de biais constitue la limite avec les deux rues adjacentes qui se croisent en angle droit à l’entrée du parc. De là on a vue sur un bel arbre solitaire au milieu de la pelouse.

11À Berlin encore, Albert Brodersen (1857-1930) entreprend entre 1913 et 1916 l’extension du Viktoriapark (5 ha), originellement dessiné par Schinkel, en lui rajoutant deux terrains de sport et une pelouse accessible. Il aménage également dans le quartier de Berlin-Neukölln le Körnerpark qui, bien que de dimensions modestes, comporte comme à Winterhude un Parkcafé et une galerie d’exposition. En poste dans les services de Schöneberg, l’architecte Paul Wolf (1879-1957) réalise en 1909 une très longue coulée verte que traverse la nouvelle ligne du S-Bahn. La station Rathaus Schöneberg donne ainsi quasi de plain-pied sur le parc par de grandes baies vitrées. Dans ce Stadtpark de Schöneberg, des petites mares de rétention sont utilisées comme pataugeoires par les enfants l’été, et comme patinoires l’hiver. D’autres communes périphériques de Berlin créent leurs parcs municipaux (Stadtpark de Lankwitz, Stadtpark de Steglitz). À Charlottenbourg, Erwin Barth (1880-1933) entreprend d’aménager de nouveaux squares.

12Avec les Volksparks s’amorce une remise en question des idées préconçues sur les vertus hygiéniques des parcs. Car, même si l’on s’accorde sur leurs bienfaits psychologiques pour les citadins, à l’évidence, la présence végétale contribue de façon négligeable à lutter contre la pollution atmosphérique. Leur valeur hygiénique « réparative » glisse vers une valeur « préventive » – grâce à la pratique des sports collectifs, de la culture physique en plein air favorables au développement psychomoteur des jeunes, à l’entretien de corps sains et à la résistance aux maladies sédentaires.

13Cet influx théorique donne l’impulsion à une nouvelle culture hédonique à laquelle les Allemands ont donné le nom de « Körperkultur » – pour le traduire, le français doit être manipulé avec précaution : la « culture du corps » recouvrant à la fois la notion de « soin et de culture physique », mais aussi de « libération du corps ». La réforme des parcs urbains allemands se fonde en effet sur une certaine émancipation individuelle, un changement par rapport aux mœurs retenues de la bourgeoisie. Dorénavant, on s’allonge sur les pelouses, on s’y prélasse, on y prend des bains d’air et de soleil. Les enfants s’y défoulent, y sautent, y crient. Parfois même on se baigne dans les parcs, c’est-à-dire qu’on s’y dénude un peu, le naturisme occasionnel ou militant des adeptes de la « Freie Körperkultur » (FKK) – textuellement la « culture du corps libre » – restant encore confiné aux espaces naturels à l’écart des zones aménagées.

  • 15 Jules Huret, Allemagne : Berlin, vol. 3, 1909.

14Les reportages du germaniste Jules Huret montrent que cette révolution culturelle n’était pas encore réalisée au tournant des années 1905 : il décrit la pudibonderie entre sexes, la baignade des hommes séparée de celle des femmes sur les plages de la Havel à Berlin, les amendes en cas d’intrusion fortuite ou volontaire, les interdictions de se mouiller plus haut que la ceinture15. Puis en quelques années, la Körperkultur s’épanouit, accompagnant l’émancipation féminine. Aux lendemains de la guerre, la jeune femme sportive (et donc légèrement dénudée…), pratiquant des exercices physiques en plein air, est devenue l’incarnation des Temps modernes.

  • 16 Martin Wagner, Das sanitäre Grün der Städte. Ein Beitrag zur Freiflächentheorie, Berlin, Carl Heyma (...)
  • 17 Paul Schultze-Naumburg, « Parkpolitik und Jugendpflege », Jahrbuch für Volks- und Jugendspiele, Lei (...)

15Dans sa célèbre thèse Das sanitäre Grün der Städte (1915), l’ingénieur Martin Wagner (1885-1957) renverse ainsi les valeurs pour exposer une véritable politique des parcs (Parkpolitik)16. Sur la base rigoureuse de données statistiques, il articule doctrine et méthode de planification des espaces verts autour de trois volets essentiels : l’acquisition publique de réserves naturelles et l’adoption de mesures conservatoires pour les forêts et les berges des cours d’eau ; la prolongation du réseau de transports publics pour accéder aux domaines naturels de la périphérie ; une programmation de loisirs sportifs et culturels de plein air en fonction des besoins particuliers à chaque tranche d’âge. Wagner insiste sur la nécessité d’inscrire réglementairement dans les documents d’urbanisme des normes et des quotas d’espaces verts pour les quartiers nouveaux. Il décline les types de parcs en fonction d’une chronotopie des mobilités : des squares de quartier, qui seraient situés à une distance du logement dite « de la poussette » (Kinderwagenentfernung) – c’est-à-dire dans un rayon de dix à quinze minutes à pied ; des parcs urbains plus importants accessibles à pied ou en transport en commun en vingt minutes maximum, ainsi que des domaines naturels extérieurs dans la limite de trois quarts d’heure pour les loisirs de fin de semaine. Wagner cite, entre autres littératures, Werner Hegemann, Hugo Koch ainsi que le pédagogue Ernst Schultze qui avait particulièrement insisté sur les vertus des pratiques sportives dans les parcs américains pour prévenir la délinquance juvénile et assimiler les vagues d’immigrants17. Aux grandes villes allemandes, qui font face à l’afflux de déracinés venus des campagnes et aux conflits de classe, le modèle américain laisse espérer qu’une politique des parcs puisse contribuer à la paix sociale.

  • 18 Carl Diem, Sport und Körperschulung in Amerika, 1914 (réédité en 1929).

16Dans Gartenkultur des XX. Jahrhunderts, Leberecht Migge reproduit lui aussi les images des playgrounds de Chicago, des petits parcs d’un à quatre hectares réalisés dans les quartiers ouvriers, et qui comprennent des équipements standards dont deux gymnases pour garçons et filles, un bâtiment-bibliothèque et polyvalent, un bassin-pataugeoire et des gréements de jeux pour les enfants. Cette porosité aux innovations américaines s’explique aussi par l’influence des Allemands émigrés au début du xixe siècle et les connivences culturelles qui en découlent : Hegemann mentionne les bacs à sable (Sandkasten), introduits à Boston par les adeptes du pédagogue allemand Friedrich Fröbel (1782-1852). Carl Diem (1882-1962), le théoricien du sport, rappelle le rôle joué dans le développement de la culture physique par les disciples du gymnaste Ludwig Jahn (1778-1852) exilés à Boston18. Tout aussi significative dans ces transferts transatlantiques, la remarque anodine du psychologue Hugo von Münsterberg (1863-1916) qui, dans son livre Die Amerikaner (1904), évoque en tête de liste des métiers favoris exercés par les immigrés allemands celui de « jardinier ».

17Le livre de Wagner donne une impulsion fondamentale à la programmation métropolitaine. Après le vote de la loi sur le Grand Berlin (1920), Wagner prend la tête des services de l’urbanisme dans l’administration du Grand Berlin à l’hiver 1925 et, avec Walter Koeppen (1877-1933) au poste des espaces libres, il applique quasi à la lettre ses théories. Dans ce cadre, son œuvre la plus emblématique est l’aménagement de la plage Wannsee, directement accessible par une nouvelle station de S-Bahn – avec Richard Ermisch (1885-1960) comme architecte.

  • 19 Projet reproduit in : Martin Wagner, « Der Zeitgeist im Stadtbild », Deutsche Bauzeitung 49, novemb (...)
  • 20 Leberecht Migge et Willi Hahn, Der Ausbau eines Grüngürtels der Stadt Kiel, 1922. Willy Hahn avait (...)

18C’est au tournant des années 1910 que Migge rencontre Wagner. Ils sont de la même génération. Étudiant, Wagner avait travaillé dans l’agence de Muthesius, puis intégré les services administratifs de Berlin-Weissensee avant ceux de Hambourg. À partir d’octobre 1911 et jusqu’en 1914, Wagner exerce son premier poste de responsabilité comme urbaniste en chef de la ville nouvelle de Rüstringen dépendante du port militaire de Wilhelmshaven, près d’Oldenbourg. En 1913, Wagner remporte en collaboration avec Migge le concours pour le jardin municipal grâce à une sobre composition symétrique traitée en léger décaissé, avec une salle ronde polyvalente au milieu et comprenant un cinéma19. Lorsque, en 1914, Wagner quitte Rüstringen pour le service des espaces libres du Syndicat intercommunal du Grand Berlin, Willy Hahn (1887-1930) le remplace et Migge entreprend le chantier du parc extérieur en ménageant une douce transition avec les pâturages environnants. Dans l’immédiat après-guerre, Willy Hahn prend la direction de l’urbanisme de Kiel et s’adjoint Migge comme paysagiste pour y développer un système de parcs20. Après la guerre, Migge continue de collaborer pour les plans-paysage de plusieurs Siedlungen à Berlin et ailleurs : le Lindenhof à Schöneberg avec Martin Wagner (1918), le lotissement en fer à cheval de Berlin-Britz, avec Wagner et Taut (1925 sq.), un autre à Celle avec Otto Haesler, ainsi que celui de Ziegbik à Dessau avec Leopold Fischer et dans lequel il développe les dispositifs de recyclage de l’eau et du compost ménager entre le bâtiment et le jardin. Mais on retient surtout sa collaboration avec Ernst May (1886-1970), architecte en chef de Francfort, pour la mise en paysage de la vallée de la Nidda et de son chapelet de Siedlungen.

Die Gartenkultur des XX. Jahrhunderts comme traité

19Die Gartenkultur des XX. Jahrhunderts appartient au genre du traité analogue à celui contemporain d’Hugo Koch. Au vu de l’importance donnée au programme dans les Volksparks, il reflète une vive discussion sur la tension entre forme et fonction. Koch cite un propos de Fritz Schumacher (1869-1947) qui pour sa part dénie toute évidence entre la fonction et le processus de la mise en forme :

  • 21 Hugo Koch, Gartenkunst im Städtebau, op. cit., p. 168.

Nous sommes enclins de nos jours à croire que nous avons trouvé la clé universelle de la juste création avec la formule « Au commencement, il y avait la fonction ». Sans aucun doute, nous pensons ainsi voir tracé le chemin vers la pure construction, vers le naturel et la simplicité ; mais alors subitement arrive le moment où la formule ne suffit plus, où elle refuse de fonctionner et, désemparés, nous serions contraints de chercher autour de nous, si nous n’avions pas le recours de l’architecture : « Au commencement était le rythme »21.

  • 22 Voir la traduction de Gartenkultur des xx. Jahrhunderts, infra, p. 107.

20Le concept d’organicité, cher à l’époque, n’est pas non plus synonyme d’absence de figures. Au contraire les tracés géométriques s’imposent : le cercle, le carré ou l’angle droit qui enserrent l’espace du jardin s’équilibrent autour d’un centre idéal. Comme d’autres, Migge pose en modèle le jardin aristocratique de la Renaissance italienne, mais aussi celui de la maison bourgeoise du Siècle d’or hollandais qui est une prolongation extérieure de l’architecture domestique offrant un cadre parfait à l’intimité familiale et sa sociabilité. Il parle de « l’amour du jardin dont la libérale Hollande a su dès le début du Moyen Âge faire une activité florissante [qui] était peut-être encore plus proche du peuple »22.

21On trouve dans ces traités allemands une affirmation de la valeur symbolique des jardins au regard d’une interprétation historique du rôle des classes dominantes. À la Renaissance, les patriciens des républiques florentine, vénitienne et romaine auraient porté à son apogée une culture du jardin (Gartenkultur) faite d’allégories. Puis, en France, le pouvoir royal absolu a étendu l’empreinte du parc jusqu’au territoire, tandis que les rites de la cour ont ménagé des enclos, figures secondaires spécifiques. Pour Migge : « Ces exemples suffisent. Ils nous permettent déjà de comprendre une chose, à savoir que ce sont toujours, ou presque, les hommes à la tête des peuples qui dans les temps anciens possédaient des jardins se distinguant par leur rythmique ». La disparition du pouvoir absolu au xixe siècle bouleverse les relations entre l’art et la société au profit de la bourgeoisie. « Le jardin ne faisait donc que changer de maître » mais reste « un privilège de classe ». En ce nouveau tournant du siècle, la problématique de représentation sociale se doit de traduire spatialement des rapports sociaux qui ne sont plus régis par les tensions entre le pouvoir monarchique et la bourgeoisie, mais par un équilibre qui tente de s’instaurer entre l’État national allemand, enfin constitué en grande puissance, et les grandes municipalités.

22Ainsi la leçon de l’histoire va dans le sens d’une démocratisation du jardin d’agrément au profit du corps social (Volkskörper). Le jardin allemand est le jardin social. Chez Migge, l’accent est particulièrement patriotique, presque pangermaniste. On peut s’en étonner, mais il faut rappeler le positionnement similaire du Werkbund qui comptait faire des arts appliqués un outil pour une production exportable. Le Reich, nouvelle puissance commerciale, se projette comme modèle culturel rayonnant, voire à portée universelle, dans lequel le « désir d’une culture du jardin » (Wille zur Gartenkultur) joue un rôle non négligeable :

Il faut que d’emblée le renouveau allemand impulsé par l’économie s’exporte. Nous sommes sur le point de créer une culture du jardin qui exprime de manière caractéristique dans chacune de ses parties la communauté d’un peuple et porte en germe le signe d’un tout cosmopolite […]. C’est un chantier national de la plus grande portée qui s’ouvre ici. Ce sont les combats intellectuels et économiques menés par les nations qui aujourd’hui décident au premier chef si un peuple sera ou ne sera pas.

Mise en forme de contenus programmatiques et biologiques

  • 23 Henri Sellier, « La ceinture agricole de Kiel. Exemple allemand d’économie urbaine », La Vie urbain (...)

23Dans l’immédiat après-guerre, le slogan affiché dans Die Gartenkultur des XX. Jahrhunderts (« À chacun un jardin ! Le nouveau jardin allemand sera une affaire sociale ou, sérieusement, ne sera pas ») prend toute sa signification. En ces temps de misère urbaine, Migge collabore à la municipalité de Kiel dans le service de l’urbanisme dirigé par Willi Hahn. Migge se fait promoteur de jardins potagers de subsistance intégrés dans une ceinture verte dont le projet trouve un écho même en France sous la plume d’Henri Sellier23. De plus, Migge met en place un système de collecte municipale de compost et expérimente la récupération des eaux de pluies sur les parcelles. Il publie deux manuels à l’intention des édiles et des jardiniers militants sur des techniques pour bonifier le sol et pratiquer une agriculture vivrière : Jedermann Selbsversorger ! (1919) (Que chacun subvienne à ses propres besoins !). Dans Der soziale Garten. Das grüne Manifest (1926) (Le jardin social. Le manifeste vert), il s’engage dans le sens du « vert salvateur » comme apport nourricier et fait l’éloge de la frugalité vertueuse ; le tout, chiffres à l’appui pour dimensionner les lopins en fonction de leur rendement en légumes et en fruits pour les besoins de chaque famille. L’agriculture urbaine devient son thème de prédilection, qui l’éloigne des questions esthétiques sur l’art des jardins. Dans un projet pour un lotissement de week-end près de Düsseldorf, daté de 1929, il se penche de façon concrète sur l’organisation du jardinage dominical avec un grand espace collectif et de petits hangars disséminés pour mutualiser les outils de jardinage. Le lotissement de jardins familiaux est traité comme une petite ville avec une place publique et ses quartiers.

24En 1920, il emménage avec sa femme et ses sept enfants à Worpswede, une colonie d’artistes près de Brême. L’esprit y est communautaire, l’ambiance frugale, le travail artisanal et celui de la terre sont éducatifs. Le mentor du groupe est Heinrich Vogeler (1872-1942), un peintre influencé par les idées de Kropotkine. Migge y ouvre une « école de colonistes » (Siedlerschule) fréquentée, entre autres, par de jeunes juifs projetant de s’installer en Palestine. De sa propre maison, baptisée Sonnenhof (la ferme du soleil), il fait un laboratoire grandeur nature pour une architecture passive en symbiose avec le jardin, et met à contribution la main-d’œuvre familiale dans une ambiance quelque peu patriarcale.

Le « Sonnenhof » à Worpswede, in : L. Migge, Die wachsende Siedlung nach biologischen Gesetzen, 1932, p. 7

Le « Sonnenhof » à Worpswede, in : L. Migge, Die wachsende Siedlung nach biologischen Gesetzen, 1932, p. 7
  • 24 Voir à ce sujet Corinne Jaquand, « Leberecht Migge et la colonie agricole évolutive “selon les prin (...)
  • 25 Leberecht Migge, Die wachsende Siedlung nach biologischen Gesetzen, Stuttgart, Franck’sche Verlagsh (...)

25En 1931, Migge participe comme seul paysagiste parmi une pléiade d’architectes modernes, à une exposition organisée par Martin Wagner, Die wachsende Siedlung (Le lotissement évolutif), qui veut faire la démonstration de prototypes de maisons préfabriquées en bois à l’échelle 1 : 1. L’objectif est de tester les possibilités d’autoconstruction par des systèmes standardisés. L’année suivante, Migge publie Die wachsende Siedlung nach biologischen Gesetzen (Le lotissement évolutif selon les principes biologiques)24, où il étend son prototype à l’échelle des campagnes urbaines pour y accueillir de futurs « colonistes » (Siedler) dans des fermettes profitant de l’énergie passive d’un « mur de soleil » continu comportant aussi un circuit d’eau25. Il montre en photographies aériennes plusieurs types de parcellaires ruraux : des cultures en terrasse en Asie du Sud-Est qui épousent en lanières les courbes du terrain, des vergers californiens en patchwork, les grands damiers des États-Unis et d’Union soviétique à vocation céréalière, les polders anciens et contemporains aux Pays-Bas avec leurs petites et moyennes exploitations, les jardins maraîchers et de tradition collaborative dans les îles de l’Elbe en amont de Hambourg.

La « Zeltlaube », projet de Migge pour l’exposition Das wachsende Haus, in : L. Migge, Die wachsende Siedlung, 1932, p. 63

La « Zeltlaube », projet de Migge pour l’exposition Das wachsende Haus, in : L. Migge, Die wachsende Siedlung, 1932, p. 63

Illustration de la fermette in : L. Migge, Die wachsende Siedlung, 1932, p. 39

Illustration de la fermette in : L. Migge, Die wachsende Siedlung, 1932, p. 39

26En février 1933, il publie un projet théorique d’extension en anneau autour de Berlin – Fruchtlandschaft Berlins (Paysage fertile de Berlin) – profitant des immenses champs d’épandage qui commencent à être substitués par de nouvelles stations d’épuration, avec l’idée d’y transplanter à terme dans de nouvelles colonies agricoles, et sur la base du volontariat et d’un encadrement de jardiniers professionnels, environ un million de Berlinois vivant dans les grands immeubles de rapport désignés comme Mietskasernen, « casernes locatives ». Le projet est plutôt bien accueilli dans cette période critique de dépression économique et de violences politiques qui vont mener à la prise de pouvoir par les nazis. La résorption du chômage de masse entretient l’illusion de la neutralité politique de cette démarche visant à desserrer la métropole.

  • 26 Cf. David Haney, When Modern was Green, op. cit., chap. 4.

27Migge passe les années 1932-1935 dans son refuge de l’Île du Soleil (Sonneninsel) sur le lac de Sedinsee, près de Berlin, où il s’était construit une maison sur le modèle de sa Wachsende Siedlung. Cet écologiste avant l’heure, quelque peu anarchiste, se convertit au nazisme avec une certaine naïveté vis-à-vis des nouveaux mentors politiques. Mais, par son tempérament intransigeant, il s’est discrédité progressivement auprès des institutions professionnelles. Les technocrates de Weimar puis l’administration nazie se montrent sceptiques quant à la généralisation de la petite agriculture biologique en alternative à la production de masse. Les ingénieurs discutent âprement ses chiffres et les dispositifs qu’il a imaginés pour un traitement alternatif des eaux usées par recyclage dans l’agriculture26. Migge est écarté des commandes publiques par la nouvelle génération de paysagistes nazis qui, comme Alwin Seifert (1890-1972), se méfient de cet homme incontrôlable au passé politique suspect. Sa mort en 1935 laisse toutefois des regrets aux architectes socialo-communistes avec lesquels il avait collaboré, eux-mêmes poussés sur le chemin de l’exil (comme Wagner et May).

  • 27 Leberecht Migge, Die wachsende Siedlung, op. cit., p. 46.

28Pour Migge, la mise en culture du jardin est une manière de s’initier à l’urbanisme comme fondement spatial d’une organisation sociale. Dans la conclusion de Wachsende Siedlung, il interroge le futur immédiat de l’Allemagne par une phrase qui pourrait tout aussi bien s’appliquer au dilemme contemporain de l’autosuffisance alimentaire face aux flux de la mondialisation : « Quelle Allemagne, celle de l’économie mondiale [Weltwirtschaft] ou celle d’une économie nationale [Binnenwirtschaft] ? Dans le futur, il n’y a qu’une voie, introduire encore plus de culture agricole dans les jardins, pour fabriquer encore plus de paysages jardinés : toute l’Europe, un grand jardin ! »27

La discussion sur le rôle social des parcs : parallèle avec la France

  • 28 Adelheid Dohna-Poninsky [sous le pseud. Arminius], Die Großstädte in ihrer Wohnungsnoth und die Gru (...)
  • 29 Ernst Schultze, « Amerikanische Volksparke », Kultur und Fortschritt 259/260, Leipzig, Gautzsch/Die (...)

29Au tournant du xxe siècle, les sources allemandes témoignent d’une observation concrète des pratiques de plein air en ville. Ainsi, une des rares figures féminines de la réforme urbaine, la comtesse Dohna-Poninsky, constate la joie des enfants jouant dans les terrains vagues et les dunes de sables autour de Berlin et souligne l’importance des Biergärten improvisés pour les couches populaires28. Ernst Schultze évoque les foules se baignant sur fond de gratte-ciel en plein Chicago29. Cette sociologie empirique a le mérite de pointer sans préjugés des mesures pragmatiques pour préserver les espaces naturels et les aménager aux portes des métropoles. Les sociologues américains de la revue The Survey ne s’y prennent pas différemment. Ils ne négligent aucun détail, même à première vue banal.

30En Allemagne, les bonnes intentions réformistes ne sont cependant pas toujours dénuées d’ambiguïtés. Les pratiques sportives sont encouragées pour les femmes mais seulement jusqu’à l’âge de la procréation. L’état sanitaire des jeunes gens est dénoncé avec plus de vigueur au moment où les premières classes d’âge sont envoyées au front. La condition physique de la « race » devient un préalable pour fournir de bons soldats. Dans le domaine des parcs comme dans d’autres, la réforme urbaine est à la fois la projection du mode de vie des élites éclairées, et la réponse à une aspiration irréversible des couches populaires, quoique imparfaitement formulée. Les syndicats ouvriers connaissent certes le budget quotidien des ménages mais traitent la question des loisirs de plein air principalement du point de vue du coût du transport sans pensée globale sur leur localisation et les besoins récréatifs des masses.

31À la même époque, la France n’est pas en reste sur la question des espaces libres qui se concentre sur la problématique de l’extension de Paris dans la perspective de la démolition des fortifications. Pour autant, le milieu accuse un retard vis-à-vis de l’Allemagne, autant dû à la superficialité des contributions qu’au poids de la tradition haussmannienne que beaucoup jugent suffisante. Invité, quelques mois avant que la guerre n’éclate, par le Musée social, association parisienne dont une section s’occupe d’urbanisme, l’urbaniste Joseph Stübben (1845-1936) reste circonspect :

  • 30 Josef Stübben, « Vom französischen Städtebau (2. Teil) », Städtebauliche Vorträge VIII (3), Vortrag (...)

Pour que l’extension de Paris devienne réalité – ce qui est douteux – il faudrait accomplir des étapes, il faudrait que de nombreux esprits se préoccupent aussi bien du plan directeur que des questions réglementaires, des espaces libres et des voies de communication principales, ainsi que de l’amélioration de l’état très insatisfaisant de la banlieue parisienne30.

  • 31 J. C. N. Forestier, Grandes villes et systèmes de parcs, Paris, Hachette, 1906. Voir Bénédicte Lecl (...)

32Parmi les quelques « esprits » dont Stübben relève la rareté, notons Jean Claude Nicolas Forestier (1861-1930) qui occupe le poste de Conservateur des Promenades dans l’administration parisienne. Il est un des membres fondateurs de la SFU (Société française des urbanistes) en 1911 au côté d’architectes comme Léon Jaussely (1875-1932) et Henri Prost (1874-1959). Son livre Grandes villes et systèmes de parcs (1908) s’attarde évidemment sur l’exemple américain31. Mais à cette époque, Forestier ne connaît pas les États-Unis, au contraire d’un Hegemann ou d’un Hugo Koch qui ont fait des observations sur le terrain. Forestier traite des dispositifs formels en s’appuyant sur ses entretiens et sur les cartes que lui ont fournies les membres de la commission sénatoriale de Washington, dont Daniel Burnham et les frères Olmsted, à l’issue de leur voyage à Paris et du tour des capitales européennes qu’ils firent en 1901 pour préparer le projet de réaménagement de la capitale des États-Unis.

  • 32 Préfecture de la Seine/Commission d’extension de Paris, Aperçu historique [vol. 1] ; Considérations (...)
  • 33 Cf. Jean-Louis Cohen, « Le Grand Paris, une question allemande ? », in : Frédéric Bertrand, Florenc (...)

33Parmi ses contemporains, Louis Bonnier (1856-1946) et Eugène Hénard (1842-1923), architectes-voyers de la ville de Paris, prennent sans doute connaissance des plans de Chicago, de Boston et d’autres villes américaines rassemblés par Hegemann en se rendant à la conférence du RIBA de Londres en octobre 1910. Le premier, Louis Bonnier, est chargé l’année suivante avec l’historien Marcel Poëte d’établir un rapport sur l’extension de Paris à l’échelle du département de la Seine32. Il propose une coulée verte reliant les forts défensifs de première couronne – la « route des Forts ». Le second, Eugène Hénard, opte pour la création de parcs de taille moyenne mais répartis de façon homogène entre Paris et sa périphérie. C’est son « Plan schématique pour l’extension de Paris avec les parcs existants et à créer » que les Allemands retiennent et qu’ils présentent à l’Exposition générale d’urbanisme du Grand Berlin (mai-juin 1910) et publient dans la revue Der Städtebau33. Sur l’emprise des fortifications, alors que Bonnier voit à terme un parc linéaire séparant de facto Paris et la banlieue, Hénard envisage au contraire des parcs compacts aux principales portes pour atténuer la rupture du passage de l’un à l’autre. Chez les deux auteurs, et de façon générale par rapport à l’Allemagne, la prise en compte des pratiques sociales – comme les loisirs du dimanche en banlieue et les baignades en bords de Seine et de la Marne pourtant célébrées par les impressionnistes – reste très sommaire.

  • 34 Beatriz Fernández Águeda, « Les prémices d’un Grand Paris. Le concours pour le Plan d’aménagement, (...)
  • 35 Voir deux notes dactylographiées du Bureau d’études du Service de l’extension, conservées aux Archi (...)
  • 36 Henri Descamps, « L’aménagement de la région parisienne », III – Le CSAORP, La Construction moderne(...)

34Après-guerre, la campagne pour le Grand Paris reprend avec le concours pour le Plan d’aménagement, d’extension et d’embellissement (PAEE) remporté par Léon Jaussely. Dix ans plus tôt ce dernier a participé au concours du Grand Berlin et en a retenu comme une des idées principales la mise en réseaux des parcs urbains et de réserves naturelles par des boulevards généreusement plantés. Entre les deux concours de Berlin et de Paris, Jaussely s’est approprié l’œuvre d’Olmsted et les dispositifs des avenues plantées, les parkways34. Son projet pour le Grand Paris articule un système de parcs en proche couronne, dont la « route des Forts » reprise à Bonnier en la combinant avec un système périphérique de forêts, à l’instar de celui mis en place à Boston par Olmsted et Charles Eliot dans les années 1890. Forestier, à la suite, approfondit l’idée du double système et livre deux rapports au bureau de l’Extension nouvellement créé à la préfecture de la Seine. Il établit des quotas de surface d’espaces verts selon les usages et chiffre les coûts de l’acquisition du foncier et des aménagements35. Les plans reproduits dans la revue La Construction moderne permettent de se faire une idée de la répartition des parcs et forêts que Forestier envisageait à l’échelle du département de la Seine en s’inspirant de Bonnier et de Jaussely (les documents graphiques originaux n’ayant pas été conservés dans les archives administratives)36.

  • 37 Sur l’élaboration du PARP, voir Corinne Jaquand, « La Théorie du Grand Paris dans l’entre-deux-guer (...)
  • 38 Conseil général de la Seine, Rapport de Henri Sellier, conseiller général au nom de la Commission d (...)

35En 1928, Forestier fonde, avec Henri Prost, Georges Hersent et l’écrivain Jean Giraudoux, la Ligue urbaine dans le contexte de la création du CSAORP (Comité supérieur d’aménagement et d’organisation de la région parisienne) qui vient de démarrer ses travaux37. En 1932 est ainsi votée la loi instituant l’établissement d’un projet de plan d’aménagement de la région parisienne (PARP) dont les études seront confiées à l’architecte Henri Prost. En 1934, celui-ci en présente la première version avec un plan au 1 : 50 000, un programme et quelques perspectives. Si l’historiographie a principalement retenu du plan Prost le thème des sorties autoroutières – dont celle de Normandie qui démarrera sous le parc de Saint-Cloud – les icônes dessinées par l’architecte dévoilent d’autres figures de grand paysage dont des « parcs côtiers » accompagnant les voies sur berges le long de la vallée de la Seine ainsi qu’une « rocade des hauteurs » située à une dizaine de kilomètres des portes de Paris, agrémentée de vues plongeantes vers la capitale ; au Nord et au Sud, deux grands parcs publics étaient prévus, le premier à créer à La Courneuve, le second consistant dans le réaménagement du parc historique de Sceaux. Mais sans agence foncière pour en garantir la faisabilité, la cohérence du système de parcs régional reste de papier. En outre, alors que plusieurs jardins publics sont construits à Paris même, avec une belle matérialité et esthétique Art déco qui unifie des lieux différents pour les enfants et les adultes, le programme prévu en banlieue sur chacune des emprises des forts de première couronne tarde à se réaliser faute de financements communaux, et ce malgré les efforts d’Henri Sellier qui avait poussé les projets de jardins publics auprès du conseil départemental de la Seine38.

36Cette inadéquation du Grand Paris à une « politique des parcs » à l’allemande, Giraudoux la comprendra très tôt, lui qui voue une admiration sans bornes à Berlin et à ses banlieues vertes. Ainsi écrit-il en 1932 :

Berlin n’est pas une ville de jardins, c’est un jardin… […] Berlin était vaincu, ruiné, sans passé d’urbanisme, au milieu d’une lande et de marais. Paris était riche, victorieux ; pas un des dessins réalisés en lui par nos rois ou nos empereurs qui ne pût se continuer et s’enrichir à travers une province bordée de châteaux et de parcs. Dans le premier, une rivière noire, un chenal. Dans le second, un beau fleuve semé d’îles, de méandres, de pentes. Cette marche vers l’eau pure qui est la loi de toute civilisation, pour l’individu comme pour l’État, elle était déjà presque accomplie pour le Parisien du temps de Flaubert ou de Maupassant. Que reste-t-il aujourd’hui de ces merveilleux avantages ? […] Personne n’a voulu comprendre que la ville future, ce n’était ni le Carrousel, ni l’Arc de Triomphe, mais Issy-les-Moulineaux, Asnières ou Pantin, et que le sort de Paris dépendait du sort, de l’aisance ou de la vie instinctive de chaque habitant de ces faubourgs.

  • 39 Jean Giraudoux, Berlin, Paris, Émile-Paul frères, 1932.

[…] Tout le Berlin nouveau, de Lichterfelde à Grunewald, est une ville de bains, sans sources particulières, un port de plaisance sans la mer, mais cette notion de vacances qui est écrasée pour le bourgeois français entre les chaleurs de juillet et les pluies de septembre, s’y épand dans chaque journée, dans chaque heure, et le repos y a trois fois par jour l’agrément de la richesse, du loisir et – nous sommes en 1930 – d’on ne sait quelle victoire39.

Haut de page

Notes

1 Dorothée Imbert emploie cette terminologie dans son livre Between Garden and City. Jean-Canneel Claes and Landscape Modernism, University of Pittsburgh Press, 2009.

2 David Haney, When Modern was Green. Life and Work of Landscape Architect Leberecht Migge, Londres, Routledge, 2010.

3 Heinrich Kayser, « Nordamerikanische Parkanlagen », Der Städtebau 2/9, 1905 (p. 113-123).

4 Werner Hegemann, Amerikanische Parkanlagen, Zierparks, Nutzparks, Aussen- und Innenparks, Nationalparks, Parkzweckverbände. Ein Parkbuch zur Wanderaustellung von Bildern und Plänen amerikanischer Parkanlagen, Berlin, Wasmuth, 1911.

5 Werner Hegemann, Der Städtebau nach den Ergebnissen der allgemeinen Städtebau-Ausstellung in Berlin nebst einem Anhang. Die Internationale Städtebau-Ausstellung in Düsseldorf, vol. 1 : Berlin ; vol. 2 : Verkehrswesen, Freiflächen : Paris, Wien, Budapest, München, Cöln, London, Stockholm, Chicago, Boston, Berlin, Ernst Wasmuth, 1911-1913.

6 Hugo Koch, Gartenkunst im Städtebau, Berlin, Ernst Wasmuth, 1921 (1re éd. 1914).

7 Voir : Gert Gröning et Joachim Wolschke-Bulmahn, 100 Jahre DGGL, Deutsche Gesellschaft für Gartenkunst und Landschaftspflege, Schriftenreihe der DGGL (10), Berlin.

8 August Hoffmann, Hygienische und soziale Betätigung deutscher Städte auf den Gebieten des Gartenbaues, Düsseldorf, August Bagel, 1904.

9 Ibid., p. 10.

10 Cependant, comme le souligne l’historienne des jardins Inge Maass, les architectes du Werkbund s’intéressent peu à la question des parcs urbains : Inge Maas, « Parcs publics populaires », in : Lucius Burckhard (dir.), Le Werkbund. Allemagne, Autriche, Suisse, Paris, Éditions du Moniteur, 1981 (p. 57-65).

11 Cet essai sera réimprimé en annexe de la seconde édition de 1909 de son fameux traité Der Städtebau nach seinen künstlerischen Grundsätzen.

12 Voir les manuels de Willy Lange et O. Stahn, Die Gartengestaltung der Neuzeit, Leipzig, J. J. Weber, 1909 ; Willy Lange, Land- und Gartengsiedlung, Leipzig, J. J. Weber, 1910 ; et les écrits de Harry Maasz [ou Maaß], Der deutsche Volkspark der Zukunft. Laubenkolonie und Grünfläche, Francfort, 1913 ; « Die Stadterweiterungen und die Formen ihrer Grünanlagen », Der Städtebau 12, 1915 (p. 57-60).

13 Hermann Hipp, « Fritz Schumachers Hamburg : Die refomierte Großstadt », in : Vittorio Magnago Lampugnagni (dir.), Moderne Architektur in Deutschland 1900 bis 1950. Reform und Tradition, Stuttgart, Gerd Hatje, 1992, p. 160. Sur la signification de ce projet paysager pour Hambourg voir : Michael Goecke, Vorgeschichte und Entstehung des Stadtparkes in Hamburg-Winterhude und seine Bedeutung für das Hamburger Stadtgrün, doctorat, Universität Hannover, Fakultät für Gartenbau und Landeskultur, 1980.

14 Hartmut Frank (dir.), Fritz Schumacher. Reformkultur und Moderne, Hambourg, Hatje, 1994.

15 Jules Huret, Allemagne : Berlin, vol. 3, 1909.

16 Martin Wagner, Das sanitäre Grün der Städte. Ein Beitrag zur Freiflächentheorie, Berlin, Carl Heymann, 1915, doctorat sous la direction de l’ingénieur Josef Brix. Réédité sous le titre : Städtische Freiflächentheorie. Grundsätze und Richtlinien für Größe und Verteilung der verschiedenen Arten von sanitärem Grün im Stadtplane mit besonderer Berücksichtigung von Groß Berlin, Schriften der Zentralstelle für Volkswohlfahrt (11), Berlin, Carl Heymann, 1915.

17 Paul Schultze-Naumburg, « Parkpolitik und Jugendpflege », Jahrbuch für Volks- und Jugendspiele, Leipzig, B. G. Teubner, 1913.

18 Carl Diem, Sport und Körperschulung in Amerika, 1914 (réédité en 1929).

19 Projet reproduit in : Martin Wagner, « Der Zeitgeist im Stadtbild », Deutsche Bauzeitung 49, novembre 1915 (p. 509-511).

20 Leberecht Migge et Willi Hahn, Der Ausbau eines Grüngürtels der Stadt Kiel, 1922. Willy Hahn avait soutenu à la fin de la guerre une thèse de doctorat à l’École technique supérieure de Dresde, sous la direction de l’urbaniste Ewald Genzmer, et qui traitait de l’administration communale et de l’urbanisme à Kiel : Die Organisation des Siedlungswesens in den deutschen Städten. Ein Beitrag zur Frage der städtischen Siedlungsämter, Stuttgart, Felix Krais, 1919.

21 Hugo Koch, Gartenkunst im Städtebau, op. cit., p. 168.

22 Voir la traduction de Gartenkultur des xx. Jahrhunderts, infra, p. 107.

23 Henri Sellier, « La ceinture agricole de Kiel. Exemple allemand d’économie urbaine », La Vie urbaine 23, décembre 1923, p. 443 sq.

24 Voir à ce sujet Corinne Jaquand, « Leberecht Migge et la colonie agricole évolutive “selon les principes biologiques” », In Situ. Revue des patrimoines 21, 2013 [http://journals.openedition.org/insitu/10370].

25 Leberecht Migge, Die wachsende Siedlung nach biologischen Gesetzen, Stuttgart, Franck’sche Verlagshandlung, 1932.

26 Cf. David Haney, When Modern was Green, op. cit., chap. 4.

27 Leberecht Migge, Die wachsende Siedlung, op. cit., p. 46.

28 Adelheid Dohna-Poninsky [sous le pseud. Arminius], Die Großstädte in ihrer Wohnungsnoth und die Grundlagen einer durchgreifenden Abhilfe, Leipzig, Duncker & Humblot, 1874.

29 Ernst Schultze, « Amerikanische Volksparke », Kultur und Fortschritt 259/260, Leipzig, Gautzsch/Dietrich, 1909 (p. 2-31).

30 Josef Stübben, « Vom französischen Städtebau (2. Teil) », Städtebauliche Vorträge VIII (3), Vortragszyklus 1914, Berlin, Wilhelm Ernst & Sohn, 1915, p. 76. Vingt-cinq ans plus tard, Sigfried Giedion [Space, Time and Architecture. The growth of a new tradition, Cambridge (Mass.) et Londres, The Harvard University Press et Oxford University Press, 1949 (1re éd. 1941), p. 577] évoque la cité industrielle de Tony Garnier dont le centre civique inclut un terrain d’athlétisme. Il note « ceci est plutôt curieux ; à cette époque, les Français portent peu d’attention aux sports ».

31 J. C. N. Forestier, Grandes villes et systèmes de parcs, Paris, Hachette, 1906. Voir Bénédicte Leclerc (dir.), Jean Claude Nicolas Forestier. Grandes villes et systèmes de parcs, France, Maroc, Argentine, Paris, Norma Éditions, 1997.

32 Préfecture de la Seine/Commission d’extension de Paris, Aperçu historique [vol. 1] ; Considérations techniques préliminaires (La circulation, les espaces libres) [vol. 2] ; Inventaire des documents relatifs à l’aménagement et à l’extension des villes [vol. 3], Paris, Imprimerie Chaix, 1913.

33 Cf. Jean-Louis Cohen, « Le Grand Paris, une question allemande ? », in : Frédéric Bertrand, Florence Bourillon et Corinne Jaquand (dir.), Inventer le Grand Paris. Relectures des travaux de la Commission d’extension de Paris. Rapport et concours 1911-1919, Paris, Bordeaux, éditions Biére, 2016, p. 312 [https://www.inventerlegrandparis.fr/link/?id=200].

34 Beatriz Fernández Águeda, « Les prémices d’un Grand Paris. Le concours pour le Plan d’aménagement, d’embellissement et d’extension de 1919 », in : Florence Bourillon et Corinne Jaquand (dir), Inventer le Grand Paris. Regards croisés sur Paris et les métropoles, 1919-1944. Actes du colloque des 4 et 5 décembre 2014, Auditorium du Petit Palais, Paris [http://www.inventerlegrandparis.fr/link/?id=550].

35 Voir deux notes dactylographiées du Bureau d’études du Service de l’extension, conservées aux Archives nationales (19770911/5, Direction, Service régional de l’équipement/Sous-direction, Division de l’urbanisme, Travaux du service d’aménagement de la région parisienne, 1860-1966) : « Recommandations faites par M. Forestier, Conservateur des Promenades, sur les données à remettre dans les plans d’aménagement en ce qui concerne les squares, parcs et terrains de jeux », 9 février 1922, 2 pages, un tableau ; « Note à l’appui du plan des espaces. Étude de 1924 », signé : Le Conservateur chargé de la zone et des Promenades [Forestier], 1924, 13 pages [indique l’existence de 3 tableaux en pièces jointes, non trouvés].

36 Henri Descamps, « L’aménagement de la région parisienne », III – Le CSAORP, La Construction moderne 45/24, 16 mars 1930 (p. 368-370).

37 Sur l’élaboration du PARP, voir Corinne Jaquand, « La Théorie du Grand Paris dans l’entre-deux-guerres. Le Plan d’aménagement de la région parisienne (1928-1941) », mémoire inédit de HDR, Université Paris-Est, 2022. En particulier pour cet article les pages 104-134, du chapitre « Un système de parc resté inabouti ».

38 Conseil général de la Seine, Rapport de Henri Sellier, conseiller général au nom de la Commission des habitations ouvrières et du plan d’extension relatif à l’avis à émettre par le Conseil général, conformément aux dispositions de la loi du 14 août 1926, sur les projets d’aménagement de la zone des forts détachés de l’enceinte de Paris, no 57, Imprimerie municipale, 1926. ADP : Fonds privés, Maurice Felix : D61Z, Carton 5, Déclassement des ouvrages militaires de deuxième ligne de Paris 1926-1933.

39 Jean Giraudoux, Berlin, Paris, Émile-Paul frères, 1932.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Couverture de l’édition de 1910
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Le « Sonnenhof » à Worpswede, in : L. Migge, Die wachsende Siedlung nach biologischen Gesetzen, 1932, p. 7
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4363/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre La « Zeltlaube », projet de Migge pour l’exposition Das wachsende Haus, in : L. Migge, Die wachsende Siedlung, 1932, p. 63
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4363/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Illustration de la fermette in : L. Migge, Die wachsende Siedlung, 1932, p. 39
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4363/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne Jaquand, « Leberecht Migge et son temps : Gartenkultur des XX. Jahrhunderts (1913) »Revue germanique internationale, 38 | 2023, 87-103.

Référence électronique

Corinne Jaquand, « Leberecht Migge et son temps : Gartenkultur des XX. Jahrhunderts (1913) »Revue germanique internationale [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rgi/4363 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.4363

Haut de page

Auteur

Corinne Jaquand

Maître de conférences HdR à l’ENSAPB (École nationale supérieure d’architecture de Paris Belleville), chercheure à l’IPRAUS (Institut parisien de recherche en architecture, urbanistique et société, UMR AUSser)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search