Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Leberecht Migge, La Culture du ja...

Leberecht Migge, La Culture du jardin du xxe siècle [Gartenkultur des XX. Jahrhunderts, Iéna, 1913]

Leberecht Migge
Traduction de Gilles Sosnowski
p. 105-112

Texte intégral

1Comme on l’a compris avec la présentation de Corinne Jaquand, l’influence de la pensée de Leberecht Migge a été limitée en France. Il semble d’autant plus utile de proposer ici la lecture en français de quelques extraits de son œuvre emblématique, Die Gartenkultur des XX. Jahrhunderts, parue en 1913 et jamais traduite jusqu’ici. Il ne s’agit pas d’un manuel de jardinage, mais d’une invitation à un changement social profond, qui commence par une relecture de l’histoire des jardins (« Présence du jardin dans l’histoire ») pour aboutir au dernier chapitre (« Le jardin allemand ») à un appel à créer le jardin du futur qui ne pourra être qu’allemand, aux yeux de Migge – à la veille de la Première Guerre mondiale. Avant d’arriver à cette conclusion, il passe en revue de façon exhaustive toutes les dimensions du jardin moderne : la problématique du jardin dans la ville, le rapport entre maison et jardin, le rôle de l’homme dans le jardin, celui du choix de la végétation, du mobilier et de la petite architecture, tous ces éléments de réflexion qui doivent participer à l’avènement d’une nouvelle place du jardin dans la cité.

Chapitre I. Présence du jardin dans l’histoire

2Dès lors que dans l’un des nombreux manuels consacrés à l’art des jardins il est question de la relation entre les jardins et leurs peuples, de l’histoire des jardins, c’est toujours sous l’angle de l’apparence, de la forme des jardins. Quels facteurs présidèrent à leur création et permirent leur sauvegarde, de cela en revanche nous ne sommes que rarement informés.

3Pour nous qui voulons en créer de nouveaux, le style des anciens jardins ne nous est pas directement d’une grande utilité. Nous ne voulons pas imiter car nous savons que cela ne mène à rien de total. Non, ce que nous voulons, c’est qu’un nouveau printemps, celui de notre temps, se dessine organiquement. La forme n’est-elle pas toujours la fin ? Pour nous, il s’agit actuellement surtout de savoir comment les jardins des Anciens ont vu le jour et qui les utilisait.

4Arrêtons-nous sur les noms qui se présentent à nous lorsque nous étudions l’histoire des jardins.

5Un des poèmes du Shijing nous conte un empereur de Chine se promenant dans ses vastes jardins : « Le puissant prince Wen-Wang dans les montagnes boisées du Lin Yo », des jardins de légende. Tout aussi légendaires : les « jardins suspendus de Sémiramis », légendaires et mythiques aussi, les jardins des Hespérides.

6Même s’il y a toujours un fond de vérité dans les mythes et les légendes, les célèbres jardins des Perses relèvent eux davantage du fait historique. La réputation de Darius doit plus à ce qu’on a appelé ses « paradis », de grandes plantations d’essences variées dans des régions désertiques, qu’à ses guerres.

7Dans l’antique Grenade mauresque, aujourd’hui encore les ruines fleuries des cours-jardins de l’Alhambra font défiler des souvenirs magiques. Et Bemal Diaz del Castillo, le conquistador, fait le récit enthousiaste des fastueux jardins de l’empereur Montezuma de Mexico.

8Dans la Rome antique, c’est la classe dirigeante des patriciens qui s’offrait de coûteuses villégiatures sur les flancs des Apennins. Pline, le célèbre historien, explique en détail dans une lettre à un ami son propre jardin aménagé avec raffinement.

9Mille ans plus tard, sur ces mêmes terres, souvent aux mêmes endroits, les républiques florentine, vénitienne et romaine portent à son apogée une culture du jardin (Gartenkultur) dont les vestiges suscitent encore aujourd’hui l’admiration des touristes qui visitent l’Italie. La réputation de leurs jardins n’est pas la moindre des raisons qui ont permis à des dynasties telles que les Este, les Albani, les Pamphili, les Médicis, et bien d’autres, de transmettre leurs noms à la postérité.

10Et à l’époque moderne, ce sont encore, en France, les rois et les membres de la cour, qui possédaient de beaux et vastes jardins. Il est impossible de se représenter avec netteté le Roi Soleil entouré de Richelieu, Fouquet, Liancourt et consorts sans la vie intense et débordante des jardins de cette époque, miroir de leur esprit, de leurs joies et de leur puissance.

11Il y eut aussi des époques où d’autres facteurs, en dehors de la caste dirigeante, furent à l’origine de jardins importants. Je veux parler de la vie des jardins que l’on doit au monde ecclésiastique ou purement intellectuel, souvent d’une exceptionnelle intensité et profondeur. Le jardin ne faisait donc que changer de maître. Ce sont en particulier les couvents et les abbayes qui, depuis Nazareth, exercent une influence, directe ou indirecte extrêmement marquée sur la culture du jardin des peuples qui les ont accueillis. Depuis le monastère Saint-Pantaléon sur le Mont-Athos et jusqu’à une époque récente, les communautés et ordres religieux ont de tout temps possédé des jardins remarquables et célèbres – je ne citerai que les Chartreux et les Cisterciens, sans parler des jardins des papes et des cardinaux, souvent de réputation mondiale. Leur caractère international permettait à ces organisations ecclésiastiques de puiser dans les luxuriants jardins de l’Orient de quoi renouveler plantes et fleurs et d’y trouver l’inspiration à leur agencement. C’est ce qui explique l’éclectisme souvent à l’œuvre dans ces jardins. C’est ainsi, par exemple, qu’ils comprenaient généralement un espace recélant l’ensemble des simples connues à l’époque.

12Ce jardin de simples (Arzneigarten) et le jardin potager (Wurzgarten), courant au Moyen Âge, semblent les véritables ancêtres de nos jardins médicinaux et botaniques, tels qu’ils se sont conservés et développés jusqu’à nos jours. Plus tard les universités virent éclore des jardins particuliers d’une grande variété, qui tels les célèbres jardins des collèges anglais méritent l’appellation de « jardin des intellectuels ». Ici l’art des jardins est donc le creuset de préoccupations religieuses et scientifiques. Il est le privilège du savoir. Citons encore, pour nous intéresser aux marges, les jardins cultivés par les paysans, qui en collaboration avec leurs curés, une fois libérés de leurs corvées et redevances, sont dans tous les pays civilisés souvent à l’origine de réalisations tout à fait remarquables et originales, résultant aussi en définitive d’une vie libérée des contraintes matérielles, et nous aurons alors fait peu ou prou le tour de ce qui caractérise les principales époques de l’histoire des jardins au regard de leur créativité.

13Ces exemples suffisent. Ils nous permettent déjà de comprendre une chose, à savoir que ce sont toujours, ou presque, les hommes à la tête des peuples qui dans les temps anciens possédaient des jardins se distinguant par leur rythme. Si l’histoire des beaux et riches jardins regorge de noms féodaux clinquants, elle est en revanche bien démunie quand il s’agit de cerner la part bourgeoise des grandes époques de l’histoire des jardins. Dans l’Antiquité, seuls les Hébreux, ainsi que les Syriens, passés maîtres dans la culture du jardin, semblent avoir eu le souci de relever le niveau de l’art des jardins sans se limiter à une élite. La Bible le laisse entendre, mais rien n’est attesté. Au temps des Fugger, eux-mêmes propriétaires à Augsbourg de jardins renommés, l’Allemagne a pu connaître, sous l’influence vivifiante de la Hanse, une vie horticole bourgeoise de premier plan. Le premier, Hans Sachs, le poète de Nuremberg, célèbre le jardin d’un riche bourgeois de sa ville natale :

parce qu’y était planté
maint arbre plein de fruits,
des cultures,
des bigaradiers, de la muscade.

14Mais l’amour du jardin dont la libérale Hollande a su dès le début du Moyen Âge faire une activité florissante était peut-être encore plus proche du peuple.

15Toutefois il ne faut pas se cacher que ces rares velléités bourgeoises supposaient une aisance dépassant de loin le strict nécessaire à la vie, ainsi que la manifestation d’un intérêt prononcé – passé ou concomitant – pour l’art des jardins (Le Nôtre).

16Il s’agissait de jardins bourgeois. Des jardins que le bas peuple possédait, l’histoire ne nous dit en revanche absolument rien, et le besoin semble s’être encore moins fait sentir d’une quelconque forme de jardins communs, hormis quelques velléités dans ce sens au Moyen Âge. Il est donc clair que de tout temps, sous toutes les latitudes, la jouissance sublimée des jardins a été le privilège des puissants possédant biens et droit de vie et de mort. Formellement, le droit au jardin était héréditaire, inenvisageable sans la propriété et un avenir garanti. Les jardins du passé étaient l’expression d’un mode de vie matériel et intellectuel élevé. Le jardin était un privilège de classe, il était aristocratique. Tout montre que le concept de jardin, quelle qu’ait été son acception, était quasiment synonyme d’indépendance et de train de vie élevé. Sans liberté et richesse, intellectuelle ou matérielle, point de jardin. Des visées ambitieuses, l’oisiveté et le raffinement ont déterminé sa forme et surtout : l’épanouissement de la vie horticole a toujours été un épiphénomène ou une conséquence directe de l’expansion économique des peuples, à l’origine à son tour de bouleversements sociaux. C’est seulement lorsque se sont formés – sur le socle de ces bouleversements sociaux majeurs – des groupes sociaux intellectuellement et matériellement homogènes (l’aristocratie de la Renaissance, les Jésuites, les paysans de Basse-Saxe, par exemple), c’est alors seulement que des jardins dignes de ce nom ont vu le jour : le jardin est fondamentalement un produit de la société.

17Mais nous voyons aussi autre chose : jamais les Allemands n’ont eu jusqu’à ce jour la primauté dans ce domaine de tout temps important. L’heure est-elle venue ? Oui, c’est possible, si nous savons tirer la leçon qui s’impose de la courte rétrospective présentée ici et apprenons avec force et détermination à en faire notre miel. La vie des jardins a toujours été, comme tout phénomène dans la quête des peuples, un miroir objectif de la structure politico-sociale et intellectuelle de son temps. En conséquence, la culture du jardin à venir, au xxsiècle doit, pour advenir, être l’expression authentique de nos propres conditions de vie.

18À quoi ressemblent-elles, telle est aujourd’hui la question : qu’avaient les générations avant nous que nous n’avons pas, que n’avaient-elles pas et en quoi leur ressemblons-nous ? En quoi nos vies actuelles diffèrent-elles significativement de celles des périodes passées ?

19Voici quelles sont les réponses, brèves, mais suffisantes pour notre propos : profonde césure dans l’histoire mondiale, les nouvelles sciences de la nature nous ont offert la technique. Et celle-ci à son tour nous a donné la communication, cette chose miraculeuse qui permet de faire se parler les races les plus lointaines et mieux encore de rapprocher leurs représentants de chair et d’os, comme s’ils avaient toujours été voisins. En même temps que ces grandes et souvent admirables choses est apparu le revers de la médaille : mécanisation, dépersonnalisation et travail sclérosant, industrialisation, consortiums, syndicats, salariat et cages à lapins, bref le capitalisme est arrivé. Ce sont quelques « avancées » qui nous distinguent de nos ancêtres.

20Nous leur ressemblons déjà plus si nous pensons à notre nouvelle vie sportive, à l’hygiène et autres sujets qui ne cessent de concerner de nouvelles couches sociales, nécessaires correctifs au mode de vie particulier qui nous est imposé. De même les prémices d’une nouvelle vie sociale, tels que nous les percevons ici et là, et qui reposent sur le bouleversement constant de la stratification du corps social (Volkskörper), rappellent des mutations dans des périodes anciennes.

21Mais, fondamentalement, comparer notre époque à d’autres époques n’a de sens que si nous considérons sa prospérité économique. Et il semble évident que l’échange accru de biens intellectuels et matériels, avec tous ses corollaires, n’a jamais atteint un tel niveau chez aucun des peuples civilisés connus.

Chapitre VIII. Le jardin allemand

A. Les jardins sociaux

22Il faut le dire avec toujours plus de détermination : la question pour nous ne peut se résumer à celle de savoir si notre jardin peut paraître beau et harmonieux ; la question est : comment le jardin peut-il être source de bonheur pour l’humanité d’aujourd’hui ? Nous savons en effet qu’il y a eu des époques où il remplissait plus ou moins cette fonction. Et même si ce sont seulement certaines castes, des classes et des populations favorisées qui profitaient de cette heureuse toile de fond, son influence sur la vie des peuples pris dans leur ensemble était cependant si forte, ses effets sur les générations suivantes si grands que ces jardins appartenant à l’Histoire, malgré leurs limites, nous sont aussi vivants que si nous les voyions aujourd’hui.

23Nous déduirons de tout cela cette première maxime : notre futur jardin ne sera pas, ne devra pas être, l’apanage des privilégiés, riches ou intellectuels. Notre jardin ne saurait s’envisager autrement que sur une base infiniment élargie par rapport à tout ce qui a existé. Mais alors, s’il se réalise, son effet sur l’élévation de l’humanité sera sans commune mesure !

24Nous sommes aujourd’hui un peuple de 65 millions de personnes ; dans vingt ans il est possible que nous soyons 80 millions. Combien de ces personnes jouissent-elles du bonheur d’un jardin à elles ? Très peu. En 1907, l’Allemagne comptait pour 1 000 habitants 8 hectares de jardins proprement dits, toutes catégories confondues. Si l’on en soustrait rien qu’un tiers pour les jardins maraîchers et vergers « professionnels » et un autre tiers pour les nombreux jardins inutiles ou seulement partiellement exploitables, jardinets entre rue et maison, jardins d’institution et d’associations et espaces publics, cela fait un peu plus de 2 hectares et demi de jardins privés pour 1 000 habitants. Si l’on estime chacun de ces jardins à seulement 1 arpent (2 500 m2) en moyenne – il y a beaucoup de parcs qui font plus du décuple – seuls 10 Allemands sur 1 000 possèdent leur propre jardin. Chez nous, même les personnes aisées ne possèdent donc pas toutes un jardin, et, comme les régions rurales sont comptabilisées, nous aboutissons pour les grandes villes au mieux à un chiffre de 1 pour 100 familles. 100 familles allemandes doivent donc se partager 1 jardin de taille moyenne. C’est un chiffre véritablement effrayant, sur le plan de la santé et de la morale, c’est-à-dire ultimement sur le plan de l’économie politique, surtout si l’on songe que chaque jardin manquant implique alcoolisme, maladie et malheur familial. Véritablement, le sentimentalisme n’est plus de saison !

25Cependant, nous avançons en tant que peuple. Toutes les classes avancent. Nous vivons et travaillons et devenons prospères. Nous faisons rentrer de l’argent et bientôt aussi – veuille le ciel – nous disposerons d’un peu de temps, de temps libre. Il s’agit là du socle qu’il faut pour que l’horticulture s’impose et s’étende, puisse s’imposer et s’étendre. La véritable mission de notre génération est de travailler à son avènement. Il en va de notre devoir éthique et c’est en même temps notre intérêt évident que d’examiner ce qui fait la particularité de notre travail et de notre façon d’habiter, les effets et les possibilités de notre vie économique, la situation de notre société, tout notre environnement intellectuel à l’aune de ce qu’ils portent en germe pour le jardin. Cette volonté d’utiliser en pleine conscience et infatigablement ces processus en soi immuables, qui sont pourtant le moteur de notre existence actuelle pour les mettre au service d’une vie horticole redoublée – c’est la volonté de culture du jardin (Wille zur Gartenkultur). Mais pour en faire l’expérience, il faut commencer par avoir un jardin. Posséder un jardin ne doit plus dépendre de nos jours que d’une chose : la volonté d’en posséder un. À chacun un jardin !

26Le nouveau jardin allemand sera une affaire sociale ou, sérieusement, ne sera pas.

B. Économie politique et jardin

27Ce jardin, social au sens le plus noble, est tout simplement le jardin de l’avenir du monde. Car les conditions qui chez nous président actuellement à la nouvelle vie horticole sont communes à tous les autres peuples ou le seront dans un avenir proche. L’esprit du xxe siècle – la science, la technique, les transports – les enveloppe déjà aussi ; eux aussi commencent à subir le joug du travail capitaliste. Chez eux aussi les masses se concentrent et gonflent. Mais cela déclenche à son tour automatiquement des jardins : l’Europe, le monde entier ont besoin de jardins. Mais l’économie mondiale fait forcément immédiatement irruption dans le débat. Le nouveau jardin allemand est, au-delà de sa dimension intellectuelle et éthique, également un facteur en termes matériels et strictement économiques. Ou plutôt il doit le devenir.

28Au fond, entre les lignes, il a déjà été beaucoup question ici d’économie politique. Nous l’avons exprimé assez clairement lorsqu’il s’est agi de montrer que la façon particulière dont nous travaillons et nous habitons dans les grandes villes provoque pour ainsi dire les jardins, que l’un ne va pas sans l’autre. Il en a été question au moment d’évoquer l’urbanisme et la construction des maisons et appartements, des réalisations, qui, chacune à sa manière, ont impérieusement besoin de vert et de fleurs. Les problèmes économiques ont été abordés lorsqu’il a été question du capital d’hommes et de personnalités que l’horticulture intensive influence, attire et, disons-le, suscite. Abordés dans la mesure où spécialistes et profanes produisent constamment plus ou moins consciemment des idées relatives au jardin. Et finalement, c’est parler économie politique au sens le plus éminent que de s’entretenir de plantes, de leur culture ou de bois, de fer et de pierre dans le jardin. Bref, on a traité d’économie politique à chaque fois qu’il a été question de la production intellectuelle et matérielle des jardins et des éléments qui le composent.

29Car l’économie pour un peuple ne signifie ni plus ni moins que produire et faire usage. Du point de vue économique, peu importe qu’il s’agisse d’acier, de tableaux ou de jardins. Toute réalisation véritable a l’économie pour conséquence. Nous produisons des jardins et de l’intérêt pour le jardin dès l’instant où nous y sommes incités par le travail, le bien-être, l’hygiène, par des nécessités extérieures et internes. Mais pour donner, dans ce domaine, délibérément et systématiquement toute sa mesure à l’économie politique, il est en outre possible d’inventorier les moyens, expériences et idées ainsi obtenus et de leur ouvrir ainsi un champ d’application plus vaste et plus sûr : le nouveau jardin allemand doit commencer par être organisé économiquement.

30Si l’on veut, pour parler au figuré, les civilisations du jardin d’autrefois s’exprimaient aussi économiquement, simplement cela ne se manifestait pas toujours aussi nettement. Car, au fond, il s’agissait bien aussi d’un acte économique avec des répercussions sur tout le peuple lorsque des jardiniers syriens, maures ou monastiques parcouraient le monde de la culture et de la richesse d’alors dans le but de vendre leur science des jardins. Ou lorsqu’un Le Nôtre secondé par une équipe de collaborateurs planifiait pour les princes de la terre de coûteux jardins et faisait venir de France à sa suite assistants et matériaux sans nombre. Cependant la culture du jardin à l’ère de la technique sera, en advenant, quelque chose de complètement différent de celle des Orientaux et des Français, économiquement aussi. Car à l’époque, les jardins remarquables, aussi florissants qu’ils aient été, n’étaient que sporadiques, ne pouvaient tout simplement qu’être individualisés. Aujourd’hui, en revanche, ce sont cent fois, mille fois plus de jardins qu’on aménage. Tout le monde a besoin d’un jardin. Nous avons besoin de jardins en masse. Cela donne à notre mouvement une dimension économique sans commune mesure.

31Produire et faire usage. Il serait bien sûr déjà formidable de discipliner tous azimuts un peuple comme le nôtre au point de pouvoir parler de notre patrie comme du pays des jardins. Ce serait formidable, parce que ce n’est que d’un point de vue économique que ce processus interne peut engendrer une toute nouvelle vie au travail. Pas de nouveaux jardins en nombre sans de nouvelles têtes, sans de nouvelles mains ni de nouveaux matériaux. De nouvelles jardineries, de nouvelles pépinières verront le jour, d’anciennes se réorganiseront et s’agrandiront. Le capital qui autant dire évitait jusqu’à maintenant le jardinage va s’y intéresser et s’engager davantage. Par la suite, de nouvelles activités artisanales et industrielles verront le jour dans les domaines variés qui concourent au jardin (céramique, pierre reconstituée, travail du bois, etc.), lesquels commencent déjà à poindre. Une vague économique dont on ne peut encore prédire la durée et l’intensité va accompagner la propagation de la volonté de jardin en Allemagne.

32Aussi important que cela soit, cela ne suffit pas comme but. Cela ne suffit pas, parce que l’effort économique et intellectuel doit aussi nécessairement se tourner en même temps vers l’extérieur pour encourager et approfondir le processus interne, parce que c’est essentiellement la force agressive et l’intensité intellectuelle de la phase initiale qui en impose à l’étranger. Il n’est pas de mouvement intellectuel et économique d’une certaine importance qui puisse sans dommages se couper durablement de son environnement. C’est pourquoi l’on doit dire aussi du jardin moderne : maintenant ou jamais ! Quand les gens au-delà de nos frontières auront appris de nous, ils n’auront plus besoin de nous. C’est ainsi : nous serions finis en tant que peuple jardinier (Gartenvolk) si l’étranger ignorait notre travail tout autant que s’il se montrait supérieur à nous dans ce domaine. Pour toutes ces raisons il faut que d’emblée le renouveau allemand impulsé par l’économie s’exporte. Nous sommes sur le point de créer une culture du jardin qui exprime de manière caractéristique dans chacune de ses parties la communauté d’un peuple et porte en germe le signe d’un tout cosmopolite.

33Il est exclu que ces grandes missions, telles qu’elles ont été esquissées, soient assumées par des individus. C’est un chantier national de la plus grande portée qui s’ouvre ici. Ce sont les combats intellectuels et économiques menés par les nations qui aujourd’hui décident au premier chef si un peuple sera ou ne sera pas. De même qu’actuellement les peuples ne cessent de faire progresser les forces de pénétration pacifique au détriment de la violence auto-annihilatrice, de même à l’avenir c’est le peuple qui aura le premier et de la manière la plus rigoureuse achevé et consolidé son évolution interne dans tous les domaines de la culture, c’est ce peuple qui sera le peuple supérieur, le peuple le plus prospère, le peuple le plus heureux, à tous points de vue. Aujourd’hui, à l’ère des échanges planétaires de biens, seul ce qui a la capacité d’agir au niveau international mérite le nom de réalisation culturelle nationale. Dans ce sens, le jardin nouveau fait partie des plus grandes missions nationales que je puisse imaginer.

34Il sera essentiel d’essayer d’imprimer, intellectuellement et matériellement, dès l’abord à notre jeune mouvement une certaine marque cosmique, s’il nous est donné de vivre celui-ci pleinement. Étant donné que d’autres nations plus favorisées que nous en matière de jardin ne nous ont pas attendus pour penser et travailler de manière similaire – seul le petit-bourgeois croit que les autres dorment – même cet aspect de l’évolution des peuples prendra l’aspect d’un combat. Même les biens les plus nobles peuvent et doivent être l’objet d’une lutte acharnée. Car il s’agit ici vraiment de terres inconnues. Ici les braves feront bientôt leurs preuves dans un champ de la civilisation pour ainsi dire encore inexploré. Il y aura des vainqueurs et des vaincus. Mais l’Allemagne détient sans conteste la meilleure position. Et je crois que c’est quelque chose de plus que le simple instinct de conservation qui nous poussera à prendre en main ce domaine important et plein d’avenir de l’économie mondiale. De nouveaux jardins « made in Germany » !

35Après m’être astreint aussi longtemps à la retenue et à la bienséance, avec succès je crois, je laisse mon livre culminer, avec ce chapitre, dans une injonction au combat. Au combat joyeux et porteur de joie pour la suprématie du jardin ! À l’avant-garde lorsqu’il s’agit de transformer son propre pays en un pays des jardins florissants, auquel tous, y compris les plus pauvres, auront leur part. À l’avant-garde aussi lorsqu’il s’agit de garantir et améliorer les conditions de travail et de vie de toutes les parties prenantes au jardin par une généreuse invasion pacifique de l’étranger. Nous voulons devenir le peuple des jardins nombreux et qui rendent heureux – c’est le sens nouveau, le sens insigne d’une culture du jardin du xxsiècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Leberecht Migge, « Leberecht Migge, La Culture du jardin du xxe siècle [Gartenkultur des XX. Jahrhunderts, Iéna, 1913] »Revue germanique internationale, 38 | 2023, 105-112.

Référence électronique

Leberecht Migge, « Leberecht Migge, La Culture du jardin du xxe siècle [Gartenkultur des XX. Jahrhunderts, Iéna, 1913] »Revue germanique internationale [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rgi/4399 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.4399

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search