Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38« Reactionary modernism » : le co...

« Reactionary modernism1 » : le concept de « bodenständiger Garten », une contribution politique réactionnaire à l’architecture des jardins du début du xxe siècle

Reactionary modernism“: Das Konzept des „bodenständigen Gartens“ als reaktionärer politischer Beitrag zur Gartenarchitektur des frühen 20. Jahrhunderts
“Reactionary Modernism”: The Concept of the “‘bodenständiger Garten” as a Reactionary Political Contribution to Garden Architecture of the Early 20th Century
Joachim Wolschke-Bulmahn
Traduction de Gilles Sosnowski
p. 113-132

Résumés

Des théories sur les jardins naturels, fondées entre autres sur les idées d’Alexander von Humboldt relatives à la physionomie des plantes, se sont développées en Allemagne à partir de 1900 environ. L’architecte paysagiste Willy Lange joua sous ce rapport un rôle de premier plan. Les jardins naturels de Lange reposaient d’une part sur des réflexions scientifiques en lien avec l’aménagement des jardins, et d’autre part sur des réflexions racistes concernant la relation étroite des Allemands avec la nature, qui les distinguait, selon Lange, des autres « races ». Le style du jardin naturel « allemand » aurait ainsi constitué le plus haut niveau de l’art du jardin. À l’inverse, les jardins aménagés dans le style formel seraient caractéristiques des peuples vivant dans le sud de l’Europe. Vers la fin de la république de Weimar et sous la dictature nationale-socialiste, des architectes paysagistes réactionnaires comme Alwin Seifert reprirent, en les radicalisant, les idées de Lange sur le jardin naturel. Seifert, raciste et antisémite, polémiqua contre les tendances « internationales » dans l’aménagement des jardins et leur opposa son concept de jardin « ancré dans son terroir ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Jeffrey Herf, Reactionary Modernism. Technology, Culture, and Politics in Weimar and the Third (...)
  • 2 Naturgarten en allemand, se traduit aussi par jardin sauvage [n.d.t.].
  • 3 Urs Schwarz, Der Naturgarten. Mehr Platz für einheimische Pflanzen und Tiere, Francfort-sur-le-Main (...)

1À partir des années 1970, en réaction aux problèmes environnementaux, la forme à donner à l’environnement non humain, et donc la forme des jardins elle-même furent de plus en plus pensées en lien avec la nature et l’« écologie ». Dans ce contexte, des théories sur le jardin naturel2 firent leur apparition, dans le sillage du mouvement écologique. Ces dernières années, différentes visions relatives à la création de jardins naturels ont fait l’objet de nombreuses publications, articles spécialisés et livres. On mentionnera, à titre d’exemple représentatif de cette littérature consacrée au jardin naturel, le livre d’Urs Schwarz, Mehr Platz für einheimische Pflanzen und Tiere (Davantage de place pour les plantes et animaux autochtones), paru en 19803. Des exemples empruntés au début du xxe siècle permettent de mesurer précisément l’impact que la transformation du contexte politique et culturel a eu en Allemagne sur la façon de se représenter le jardin, et le rôle qu’ont joué dans ce contexte les idées racistes, völkisch et nationalistes dans la façon de concevoir le jardin naturel.

  • 4 Cf. à ce propos Gert Gröning et Joachim Wolschke-Bulmahn, 1887-1987. DGGL – Deutsche Gesellschaft f (...)

2Il est remarquable que la diffusion des théories sur le jardin naturel dans la deuxième moitié du xxe siècle se soit faite sans conscience historique et sans référence à ses douteux modèles historiques. À partir des années 1980 s’est opérée une relecture critique de l’histoire spécifique de la culture du jardin, dont Gert Gröning a été la cheville ouvrière, notamment grâce à une publication éditée en 1987 à l’occasion du centième anniversaire de la création de la Deutsche Gesellschaft für Gartenkunst und Landschaftskultur (DGGL)4. Lever le voile sur la façon dont la création de jardins naturels à cette époque s’inscrit dans l’histoire des idées permettra d’intéressantes conclusions, non seulement sur l’esthétique des jardins, mais aussi sur les idées nationalistes et racistes à la base des théories développées autour des jardins naturels au début du xxe siècle en Allemagne, en montrant comment l’idéologie du jardin est politiquement mise à contribution.

La nature et la nation aux xviiie et xixe siècles

3Dans la deuxième moitié du xviiie et au début du xixe, dans la mosaïque d’États qui constituent à l’époque l’Allemagne, les efforts s’intensifient pour créer un État unitaire. La quête d’identité nationale, pour employer une terminologie moderne, est une caractéristique essentielle de cette époque. En Allemagne, cette quête conduisit à regarder de plus près la nature. On aspirait à identifier la nature et les paysages allemands comme caractéristiques du pays et du peuple allemand pour pouvoir ainsi les distinguer des paysages des autres peuples. Ceci dit, l’usage fait à l’époque de notions telles que patrie et patriotisme n’eut d’abord rien à voir avec le nationalisme agressif qui devait se manifester dans la deuxième moitié du xixe siècle, surtout après la guerre de 1870 contre la France.

  • 5 Friedrich Ludwig von Sckell, Beitraege zur bildenden Gartenkunst fuer angehende Gartenkuenstler und (...)

4On estimait alors qu’un peuple était uni par un lien naturel avec la nature non humaine et avec les paysages constituant l’habitat humain. En conséquence, la quête d’identité nationale allait de pair avec une certaine esthétique de la nature. On cherchait l’identité dans la nature et dans l’histoire, dans un passé où – c’est ce que l’on supposait – le peuple allemand était encore étroitement lié à la nature et vivait en harmonie avec elle. Dans ce contexte, l’artiste paysagiste Friedrich Ludwig Sckell, l’auteur de Beitraege zur bildenden Gartenkunst fuer angehende Gartenkuenstler und Gartenliebhaber (Contributions au bel art des jardins, à l’usage des futurs artistes-jardiniers et des amateurs de jardins, 1818) est particulièrement important. Son livre évoque à plusieurs reprises les jardins naturels. Ainsi, pour lui, les « jardins naturels » sont des « imitations de la nature »5.

Pages de titre de l’ouvrage de Friedrich Ludwig Sckell, Beitraege zur bildenden Gartenkunst fuer angehende Gartenkuenstler und Gartenliebhaber, Munich, 1825

Pages de titre de l’ouvrage de Friedrich Ludwig Sckell, Beitraege zur bildenden Gartenkunst fuer angehende Gartenkuenstler und Gartenliebhaber, Munich, 1825
  • 6 Ibid., p. 212. Vaterländisch, traduit ici par « propre à la patrie », signifie aussi « patriotique  (...)
  • 7 Ibid., p. 225-226.
  • 8 « Par ailleurs je suis tout à fait d’accord avec l’excellent Hirschfeld, qui pense qu’on se doit de (...)

5Sckell préconise de recourir aussi dans le jardin, à côté des « arbres, arbustes, fleurs et fruits propres à notre patrie6 », à des espèces venues d’autres régions du globe. Les parcs, eux, devraient « de préférence inclure toutes les essences indigènes dans de vastes proportions […] Ils ne proposent en conséquence que des images patriotiques7 ». On se devait de reproduire dans les jardins « ce qui se rencontre dans la patrie, dans la réalité, dans son décor naturel8 ». Pour ce qui est des « plantations aux abords des monuments érigés en l’honneur des grands hommes », Sckell recommandait d’utiliser des « arbres propres à la patrie » :

  • 9 Ibid., p. 164.

Les monuments destinés à susciter le souvenir reconnaissant des régents des grandes nations devraient être dotés pittoresquement de masses puissantes d’arbres de grande hauteur, mais surtout d’arbres propres à notre patrie, desquels il ne serait pas interdit que s’approche la rose en son buisson en fleurs9.

  • 10 Humboldt écrit en 1806 dans son ouvrage Ideen zu einer Physiognomik der Gewächse, p. 13-14 : « Les (...)

6L’idée d’arbres « propres à [la] patrie » indique qu’on imagine l’existence d’un lien organique entre l’homme et la nature. Alexander von Humboldt, dans son livre Ideen zu einer Physiognomik der Gewächse (Idées sur la physionomie des plantes), a exprimé de manière particulièrement nette sa conviction d’un tel lien entre les peuples et leurs paysages, la nature qui les entoure, et par là même l’idée selon laquelle existeraient des « formes végétales propres à la patrie10 ».

Page de titre de l’ouvrage d’Alexander von Humboldt, Ideen zu einer Physiognomik der Gewächse, 1806

Page de titre de l’ouvrage d’Alexander von Humboldt, Ideen zu einer Physiognomik der Gewächse, 1806

Klassik Stiftung Weimar, Herzogin Anna Amalia Bibliothek Weimar

7Humboldt, à travers les livres qu’il a publiés à la suite de ses voyages autour du monde et de ses recherches scientifiques, a eu aussi une influence sur l’idée qu’on s’est faite de la nature et du paysage au début du xxe siècle. Ce sont surtout ses réflexions sur la physionomie des plantes, leur apparence, qui ont été reprises plus tard par l’architecte et écrivain paysagiste Willy Lange pour ses propres réflexions relatives au jardin naturel.

8Au début du xixsiècle, la quête d’identité nationale avait en Allemagne un caractère tout à fait progressiste. Tendre vers l’unité nationale et surmonter le morcellement en une multitude d’États plus ou moins grands était le principe moteur, et non pas, comme à partir de la fin du xixsiècle, le désir d’accéder au rang de puissance mondiale. C’est surtout après l’échec de la révolution de 1848 et, plus tard, après la guerre contre la France en 1870-1871, que l’idée d’un lien étroit qui existerait entre les Allemands et la nature prit une tournure plus agressive et conduisit à un refus de l’étranger – et fréquemment aussi de la végétation désignée comme étrangère. Au tournant du xxsiècle, la recherche de l’héritage « naturel » du peuple allemand apparaît de plus en plus comme un moyen de justifier, pour ainsi dire grâce à l’histoire naturelle, cette volonté d’accéder au rang de puissance mondiale. On prêta attention pour cela au lien prétendument particulier unissant les Allemands à la nature.

Jardins naturels et idéologie – l’exemple de Willy Lange

L’architecte paysagiste Willy Lange

L’architecte paysagiste Willy Lange
  • 11 Cf., à propos de Willy Lange et d’autres architectes paysagistes du début du xxe, Gert Gröning et J (...)

9À partir de 1900, l’architecte paysagiste Willy Lange exprima dans de nombreuses publications sa vision des rapports entre les peuples (les « races »), la culture et la nature11. Lange joue un rôle central en Allemagne dans le développement et la diffusion des théories sur le jardin naturel. S’y reflétaient des courants aussi différents que les idées de Humboldt sur la physionomie des plantes, les progrès accomplis par les sciences naturelles, le concept d’écologie propre à Ernst Haeckel ou encore le nationalisme et le racisme de plus en plus présents. Lange pensait le jardin naturel en combinant une approche scientifique de son aménagement avec des idées nationalistes et racistes sur le lien prétendument étroit du peuple allemand avec la nature et le paysage – c’est ce syncrétisme qui plus tard devait tant plaire au nazisme. Directeur à la Königliche Gärtnerlehranstalt (Institut royal de formation des jardiniers) de Berlin-Dahlem, Lange développa une « esthétique biologique » pour l’aménagement des jardins. Il écrit en 1928 :

  • 12 Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, Leipzig, J. J. Weber, 1928, p. 27.

À une époque où la biologie domine la vue métaphysique du monde [Weltanschauung] et où l’on ressent et juge esthétiquement les harmonies biologiques de la nature, voit le jour ce que j’ai, le premier, appelé dans l’Illustrierte Zeitung (Leipzig, 1909, no 3442) l’esthétique biologique12.

Gartenheim à Wannsee (maison d’Otto Stahn, aménagement par Willy Lange)

Gartenheim à Wannsee (maison d’Otto Stahn, aménagement par Willy Lange)

Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, Verlagsbuchhandlung J. J. Weber, Leipzig, 1922, Table IX

10Lange accordait aux sciences naturelles une place éminente pour son jardin naturel :

  • 13 Ibid., p. 7.

La science naturelle allemande, mise à disposition du peuple, a frayé grâce à la science et la connaissance le chemin du cœur, le chemin qui mène à l’amour de la nature […]. Elle a placé l’homme non pas au-dessous, non pas au-dessus, mais dans la nature et a exigé qu’il reconnaisse à tous les êtres le même droit à vivre et agir que celui qui est le sien13.

  • 14 Willy Lange, « Gartengestaltung und Aesthetik », Die Gartenwelt 4/37, 1900, p. 433.
  • 15 Ibid., p. 436.

11Dans son article « Gartengestaltung und Aesthetik », Lange écrivait que les lois naturelles devaient présider à l’aménagement du jardin : « Le fondement de l’aménagement du jardin est par conséquent la connaissance des causes et des effets dans la nature, c’est-à-dire la connaissance des lois naturelles »14, l’esthétique ne donnant « en revanche, en matière de beauté, que des règles fluctuantes, au gré du sentiment changeant »15. Lange utilisa aussi le concept d’écologie développé par Haeckel, accordant dans ce contexte une importance particulière à la physionomie des plantes, à leur apparence :

  • 16 Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, op. cit., p. 9.

La nouvelle botanique considère la plante dans ses rapports avec la terre nourricière. Elle fonde, sur la théorie de l’écologie, i. e. sur la science de l’habitat et du métabolisme de la plante, la théorie de la cohabitation de groupes entiers d’espèces étrangères les unes aux autres. Il en résulte une conception physionomique du monde végétal dans la nature proche de ce qu’est la contemplation artistique […] La botanique la plus nouvelle et l’art de la plantation avancent de concert grâce à l’intérêt croissant accordé à la physionomie des communautés végétales dans le jardin16.

  • 17 Willy Lange, « Garten und Weltanschauung », Die Gartenwelt 4/31, 1900, p. 363.

12Lange fit de l’aménagement du jardin un problème philosophique. L’époque de « la nouvelle vision du monde » nécessitait que, face à la nature, l’homme se comporte en égal. « Le jardin naturel, consciemment naturel, aménagé, plus que formé, dans l’amour de la nature et selon les lois régissant son contenu organique (les plantes vivantes en particulier) » fut la réponse qu’apporta l’architecte paysagiste dans son article publié en 1900, « Garten- und Weltanschauung »17. Cela incluait quasiment l’exigence d’une relation d’égal à égal entre l’homme et la nature. Lange anticipait en cela, des décennies avant les partisans modernes d’une « éthique écologique », la critique faite à ce qu’on appelle la vision anthropocentrique du monde, laquelle considère l’homme comme le maître de la nature.

  • 18 Willy Lange, « Bilder aus der Gebirgslandschaft », Die Gartenwelt 5/7, 1900, p. 74.

13Il est logique que Lange, avec une conception de la nature définissant l’homme et le végétal comme des êtres égaux en droit, ait récusé la vision de nombre de ses contemporains qui considéraient le jardin comme un prolongement de l’habitation. Pour lui, le rôle premier du jardin était d’être au service de la plante. Le propriétaire d’un jardin devait « épargner aux plantes du jardin – face à la nature – le combat pour la vie et éloigner d’elles le mal sous toutes ses formes, le mal du point de vue des plantes »18. Dans le jardin idéal de Lange, seul l’homme semble un élément perturbateur :

  • 19 Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, Leipzig, J. J. Weber, 1907, p. 1.

De même que dans le vaste monde de la nature, ainsi dans le petit monde du jardin, la vie est un tout, un chaînon dépendant de l’autre, l’ensemble dépendant du tout. Toi seul as pu perturber l’harmonie générale du chant du jardin19.

  • 20 Ibid.

14Et lorsque Lange regrettait qu’on enlève les feuilles mortes tombées dans le jardin pour les mettre au rebut, ou qu’on considère comme de mauvaises herbes ce qu’on n’avait pas soi-même planté20, il anticipait dès le début du xxe siècle des exigences essentielles formulées aujourd’hui par les tenants du jardin naturel ou écologique.

  • 21 Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, Leipzig, J. J. Weber, 1912, p. 136.

15Dans son choix de végétaux qui soient « les meilleurs façonneurs du paysage », Lange ne procédait pas selon des critères écologiques ou en termes de sociologie végétale aussi stricts que ceux prônés par maint partisan moderne du jardin naturel. Dans les jardins de Lange, l’équilibre écologique devait être un équilibre esthétique et représenter une nature idéalisée. Il était permis, et même expressément demandé, de recourir à des plantes étrangères dont la physionomie ne dépareillait pas les plantes autochtones, dès lors qu’elles étaient de nature à rehausser l’effet artistique d’une communauté végétale autochtone. Selon cette façon de voir, il était donc permis de proposer l’iris interregna germanica pour les endroits humides bâtis (« physionomie des plantes marécageuses »), en tenant compte toutefois du fait qu’il aimait, malgré son apparence humide, les endroits secs. De même, « pour couvrir des espaces creux à l’apparence humide, mais en fait relativement secs »21, Lange pouvait utiliser le sedum spurium, une plante censée évoquer un endroit humide à proximité de bassins.

Tapis de Sedum spurium dans le Gartenheim de Willy Lange à Wannsee (été)

Tapis de Sedum spurium dans le Gartenheim de Willy Lange à Wannsee (été)

Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, Verlagsbuchhandlung J. J. Weber, Leipzig, 1922, Table XIII

  • 22 Willy Lange, Der Garten und seine Bepflanzung, Stuttgart, Franckh’sche Verlagshandlung und Kosmos, (...)

16Ainsi, dans les jardins naturels de Willy Lange, les communautés de plantes endémiques devaient être expressément complétées par des plantes certes étrangères, mais physionomiquement assorties avec elles, afin d’aboutir à une « expression sublimée, une expression caractéristique des lois vitales, des phénomènes vitaux du monde végétal »22.

17Assigner ainsi comme but au jardin naturel de donner et sublimer l’impression de communautés végétales naturelles est une motivation parmi d’autres, tout à fait justifiée. Pour cela, Willy Lange a développé des critères auxquels l’aménagement du jardin devait répondre et, ce faisant, apporté au début du xxe siècle sa contribution à une analyse scientifique du style et de l’esthétique propres à l’art des jardins.

  • 23 Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, Leipzig, J. J. Weber, 1928, p. 18.

18Mais ce que l’on retiendra finalement, c’est son rôle de précurseur de l’idéologie nazie pour ce qui concerne le domaine de l’architecture paysagiste. En 1909, il fixait comme but à la culture allemande du jardin de mettre « l’accent sur les caractéristiques propres à notre peuple – à l’opposé de la glorification de l’international, du non-national en vérité »23. Il considérait son jardin naturel, en passe de représenter l’art des jardins propre au peuple allemand (eigenvölkische Gartenkunst), comme la forme de jardin attestant de la plus haute culture :

  • 24 Willy Lange, « Meine Anschauungen über die Gartengestaltung unserer Zeit », Die Gartenkunst 7/7, 19 (...)

Le développement ultime de l’aménagement du jardin repose en conséquence sur la Weltanschauung scientifique de notre temps et se présente sous la forme du jardin naturel artistique24.

19L’idée que Lange se faisait du jardin naturel se fondait sur la conviction que ce stade ultime de l’art des jardins était une caractéristique raciale des peuples « germaniques » ou « nordiques » et découlait de leur (soi-disant) particulière proximité avec le sol et le paysage de la terre natale. De même que, conformément à l’idéologie Blut und Boden, les Allemands avaient besoin des paysages leur correspondant, de même ils avaient aussi besoin, selon Lange, des jardins correspondant à ces paysages.

Vaux-le-Vicomte, vue sur le parterre

Vaux-le-Vicomte, vue sur le parterre

Photographie de l’auteur

  • 25 Willy Lange, Gartenpläne, Leipzig, J. J. Weber, 1927, p. 5 sq.

20Pour lui l’opposition entre le style « français » régulier et le style « anglais » s’expliquait par « la différence de Weltanschauungen, résultat à son tour de la différence d’âme raciale ». Pour Lange, l’homme nordique avait « dans le jardin architectonique […] moralement sombré dans le cloaque racial du sud »25 :

  • 26 Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, Leipzig, J. J. Weber, 1928, p. 4.

L’idée d’une supériorité sur la nature prévalait au sud des Alpes chez les peuples urbains habitant le pourtour méditerranéen et dans les territoires asiatiques peuplés de diverses races qu’ils avaient civilisés […]. Les peuples au nord des Alpes, de race nordique, n’avaient pas le sentiment d’être en opposition à la nature, d’en être éloignés, ils se sentaient au contraire proches d’elle et liés à elle […]. Il en était ainsi jadis, avant que l’esprit transalpin n’envahisse le nord, recouvrant son esprit, l’ensevelissant presque26.

21En évoquant un sentiment de la nature proprement nordique, allemand, et en qualifiant le jardin naturel, reflet de ce sentiment germanique de la nature, de forme la plus aboutie du jardin, Lange contribuait à créer l’image de la supériorité de la race dite nordique, image si promptement acceptée par de nombreux Allemands à l’époque nazie. Pour lui, l’Allemagne avait un rôle particulier à jouer sur la voie de cet idéal culturel :

  • 27 Willy Lange, Gartenbilder, Leipzig, J. J. Weber, 1922, p. 27.

Cette phase nouvelle, laquelle, sans doute aucun, repose sur les précédentes, l’histoire l’appellera celle du jardin allemand. L’Allemagne est appelée à donner son nom à ce style dans l’histoire des jardins et à y prendre sa part comme « facteur d’ennoblissement du monde »27.

« Floraison » d’une esthétique du jardin naturel sous le nazisme

  • 28 À propos des mesures de répression nazies à l’encontre des architectes paysagistes, cf. Gert Grönin (...)

22L’influence du nazisme aussi bien sur la corporation des architectes paysagistes que sur l’idéologie relative à l’aménagement des jardins fut considérable. Il n’était plus question de se lancer dans des expérimentations ; au contraire, tout esprit imaginatif disparut de l’aménagement des jardins. Les discussions autour des formes orientées vers l’avenir furent brutalement interrompues et remplacées par une quête maladroite du vrai jardin national-socialiste. Les progressistes furent interdits d’exercer leur métier, contraints à l’exil ou victimes d’autres mesures répressives de la part des nazis28.

  • 29 Local, autochtone, enraciné, du cru ; euphémisme pour non-juif. Bodenständigkeit est le substantif (...)

23Avant même l’avènement du nazisme, l’idéologie prônant le jardin naturel, représentée à partir de 1900 surtout par Willy Lange, avait connu un nouvel élan grâce à l’architecte Alwin Seifert, l’un des deux principaux architectes paysagistes nazis avec Heinrich Wiepking, et, en tant que Reichslandschaftsanwalt sous les ordres de Fritz Todt (l’inspecteur général chargé du réseau routier allemand), responsable de l’aménagement – « respectueux des espèces » – de pelouses en bordure des autoroutes du Reich. Seifert, un antisémite fanatique, introduisit la notion de jardin « ancré dans le terroir » (bodenständiger Garten29). En 1930, il revendiqua ouvertement vouloir exercer une influence politique à travers son art des jardins ; comme Lange, Seifert considérait que l’aménagement des jardins était une question philosophique et, comme Lange, il refusait catégoriquement les influences internationales sur la culture allemande du jardin. En 1930, il écrit :

  • 30 Alwin Seifert, « Randbemerkungen zum Aufsatz: Von bodenständiger Gartenkunst », Die Gartenkunst 43/ (...)

C’est en toute connaissance de cause que j’ai introduit la notion d’ancrage dans le terroir [Bodenständigkeit] dans l’art des jardins ; ce qui m’importait, c’était d’inclure l’art des jardins dans le combat qui, de nos jours, dans tous les domaines de la vie, a éclaté entre ancrage dans le terroir et supranationalisme, et de prendre clairement parti pour lui30.

24Pour Seifert, il s’agissait d’un

combat entre deux visions du monde opposées : d’un côté l’idéal supranationaliste, la mise sur un pied d’égalité de très grands espaces, de l’autre la mise au jour des particularités de petits espaces vitaux, l’accent mis sur ce qui est ancré dans le terroir. Malgré la force indéniable des partisans de l’internationalisme, la victoire semble promise très prochainement à ce qui est défini par le régional.

  • 31 Alwin Seifert, « Bodenständige Gartenkunst », Die Gartenkunst 43/10, 1930, p. 162.

L’art des jardins exige aussi de prendre position. Le progrès, c’est aller vers l’ancrage dans le terroir ; il n’est même pas besoin d’étayer cela par des raisons sentimentales31.

L’architecte paysagiste et Reichslandschaftsanwalt (administrateur du Reich pour le paysage) Alwin Seifert est présenté à Adolf Hitler

L’architecte paysagiste et Reichslandschaftsanwalt (administrateur du Reich pour le paysage) Alwin Seifert est présenté à Adolf Hitler

Die Straße, 1936

25Seifert nous permet de cerner très nettement les répercussions de la pensée nationaliste dans un domaine en apparence aussi peu politique que l’architecture paysagiste. Exiger explicitement un art des jardins ancré dans le terroir était au fond une prise de position politique, avec un habillage scientifique. Cela faisait partie d’un édifice intellectuel réactionnaire cherchant à contrecarrer dans tous les domaines de la vie sociale les tendances progressistes internationales.

26Ce sont les projets de leurs collègues français qui semblent avoir le plus suscité la critique des architectes paysagistes allemands dans les années 1930. En 1930, par exemple, le jardin et la maison de l’architecte français André Lurçat firent l’objet d’une présentation dans le magazine spécialisé Die Gartenschönheit. Le jardin avait notamment pour caractéristiques son aménagement formel et sa distribution axiale ordonnée par des chemins et un cours d’eau. L’auteure de l’article « Ein französischer Hausgarten », Lonia Winternitz, décrit le jardin comme suit :

  • 32 Lonia Winternitz, « Ein französischer Hausgarten », Die Gartenschönheit 11/5, 1930, p. 88.

Pour le jardin aménagé par André Lurçat pour une petite maison de campagne à Versailles, se trouvait à disposition un terrain situé à l’arrière de la maison, d’environ 20 mètres sur 14. […] Le terrain est divisé par deux axes formant une croix aux bras d’inégale longueur en quatre espaces de gazon de différentes tailles. L’axe longitudinal est formé par une petite voie d’eau flanquée de deux étroites bordures piétonnes, l’axe transversal par un large chemin. […] L’étroit cours d’eau, dont le lit est bétonné, et qui donne davantage de profondeur au jardin, est bordé d’iris dont les feuilles sombres se reflètent dans la surface claire de l’eau. La perspective qu’il offre s’achève sur une fontaine décorative en béton armé ; à gauche, des marches mènent à un siège surélevé, protégé de l’humidité du sol par un revêtement de pierre, comme le montre la vue partielle de la fontaine. Une seconde fontaine et un passage en pierre enjambant le cours d’eau soulignent l’axe transversal32 […].

Jardin de l’architecte André Lurçat

Jardin de l’architecte André Lurçat

Die Gartenschönheit, 1930

27Les réactions suscitées par ce jardin montrent combien étaient puissants et influents, dès la république de Weimar, les architectes paysagistes réactionnaires qui devaient, quelques années plus tard, imposer leurs propres idées à leur corporation. La présentation du jardin de Lurçat dans Gartenschönheit déclencha très vite les réactions véhémentes de la presse allemande spécialisée. Il semblerait que de tels exemples « français » aient été encore plus insupportables aux yeux des architectes paysagistes allemands conservateurs que les projets modernistes de leurs collègues allemands. Le jardin de Lurçat ainsi qu’un projet de Le Corbusier suscitèrent par exemple telle réaction arrogante de l’architecte paysagiste bien connu Otto Valentien :

  • 33 Otto Valentien, « Neuzeitliche Gartengestaltung », Die Gartenkunst 43/7, 1930, p. 104.

On y trouve (chez Le Corbusier par exemple) un enchevêtrement sans règle de chemins tortueux avec bosquets irréguliers […] Chez Lurçat, en revanche, nous trouvons les lois actuelles de la construction appliquées au jardin : bacs en béton rectangulaires avec plantations régulières, l’accent étant mis sur la forme architectonique. Dans les deux cas, le résultat de ces principes d’aménagement nous reste étranger, il ne s’agit pas d’un jardin, mais soit d’une pièce décorative soit d’une juxtaposition sans forme de plantes et de chemins33.

  • 34 La revue Die Gartenkunst était éditée depuis 1899 par la Société allemande pour l’art des jardins ((...)
  • 35 Wilhelm Hübotter, « An die Schriftleitung der “Gartenkunst” », Die Gartenkunst 43/7, 1930 (p. 104-1 (...)

28Quelques semaines après, seulement, l’architecte paysagiste Wilhelm Hübotter prenait la plume dans la revue Die Gartenkunst34 pour indiquer comment il envisageait de transformer le jardin de Lurçat dans le style d’un jardin aménagé de manière naturelle35.

Réorganisation du projet de jardin d’André Lurçat par Wilhelm Hübotter

Réorganisation du projet de jardin d’André Lurçat par Wilhelm Hübotter

Die Gartenkunst 43/7, 1930, p. 106

  • 36 À propos des projets de Hübotter pour le Sachsenhain réalisé à la demande du Reichsführer SS Heinri (...)
  • 37 À propos de l’activité de Hübotter en tant qu’architecte paysagiste, cf. Gert Gröning et Joachim Wo (...)

29Hübotter devait quelques années plus tard dessiner, pour le Reichsführer SS Heinrich Himmler, l’espace commémoratif du Sachsenhain à Verden an der Aller36 ainsi que, pour la ville de Nienburg/Weser, un monument à Horst Wessel, à la « force expressive » répondant au goût nazi37.

Sachsenhain (« le bois sacré des Saxons ») près de Verden an der Aller, conçu pour le Reichsführer SS Heinrich Himmler par l’architecte paysagiste Wilhelm Hübotter

Sachsenhain (« le bois sacré des Saxons ») près de Verden an der Aller, conçu pour le Reichsführer SS Heinrich Himmler par l’architecte paysagiste Wilhelm Hübotter

Photographie de l’auteur

Monument Horst Wessel, conçu pour la ville de Nienburg/Weser par l’architecte paysagiste Wilhelm Hübotter (vers 1935)

Monument Horst Wessel, conçu pour la ville de Nienburg/Weser par l’architecte paysagiste Wilhelm Hübotter (vers 1935)

Hauptstaatsarchiv Hannover, Depositum Hübotter, Mappe 1481, Nr. 534, Blatt 1

30Toutes ces critiques (ou plutôt polémiques) formulées par des architectes paysagistes allemands réactionnaires à l’encontre de projets modernes ont pavé le chemin du nazisme, qui peu de temps après mit un terme aux tendances modernistes et novatrices dans l’architecture paysagiste allemande. En ce sens, la critique formulée par Hübotter quant à la forme du jardin de Lurçat, et celle de Valentien fustigeant le parti pris de modernité de la France et déniant à ses réalisations le nom de jardin illustrent le changement idéologique, qui, initié en Allemagne à la fin de la république de Weimar, a permis, sous le nazisme, aux conceptions prônant un aménagement du jardin ancré dans le terroir, lié au paysage et régi par l’utilisation de plantes et de matériaux de construction dits autochtones, de s’imposer sans partage. De nombreux architectes paysagistes n’étaient pas prêts à tolérer des expérimentations avant-gardistes ou autres idées esthétiques novatrices, les taxant de « dégénérées », « non allemandes », ou parlant de « non-jardin ».

  • 38 Hans Hasler, Deutsche Gartenkunst. Entwicklung, Form und Inhalt des deutschen Gartens, Stuttgart, E (...)
  • 39 Albert Krämer, « Pflanzensoziologie und der Blut- und Bodenverbundene Garten », Die Gartenkunst 49/ (...)
  • 40 Carl Wilczek, Richtung und Inhalt künftiger Gartengestaltung, 1936.
  • 41 Hans Hasler, Deutsche Gartenkunst, op. cit., 1939.

31Avec la prise du pouvoir par les nazis, la conception du jardin naturel défendue par Willy Lange put influencer idéologiquement encore plus largement l’architecture paysagiste en Allemagne. Le jardin naturel, le jardin ancré dans le terroir, mis en conformité avec le paysage de la terre natale, eut alors définitivement le vent en poupe. Sous le nazisme, les sommités de l’architecture paysagiste voyaient dans le jardin naturel la réalisation s’approchant le plus de leur idéal de simplicité « conforme à l’espèce et à la race » pour le jardin allemand. De nombreux architectes paysagistes voulurent montrer la voie nouvelle menant à l’art des jardins « lié au sang et au sol », « conditionné par la terre natale »38. Citons à titre d’exemple ces quelques contributions : « Pflanzensoziologie und der Blut- und Bodenverbundene Garten » (Sociologie des plantes et jardin lié au sang et au sol)39, « Richtung und Inhalt künftiger Gartengestaltung » (Orientation et contenu de l’aménagement futur des jardins)40, « Deutsche Gartenkunst » (Art allemand des jardins41). L’architecte paysagiste Krämer réclamait dans son article « Pflanzensoziologie und der Blut- und Boden verbundene Garten » que la sociologie des plantes soit à la base d’un aménagement du jardin « racialement » fondé. Voici ce qu’il écrit dans la revue Die Gartenkunst :

  • 42 Albert Krämer, « Pflanzensoziologie und der Blut- und Bodenverbundene Garten », art. cité, p. 43.

Mais, de même, nous font encore défaut les jardins allemands issus du sang et du sol, du peuple et du pays, des jardins qui soient dans notre nature. Seule notre connaissance des lois naturelles du sang et du patrimoine génétique de notre race, de son âme, seule notre connaissance des particularités de la terre natale et de sa flore […] nous permet et nous fait le devoir d’aménager des jardins allemands liés au sang et au sol42.

32Josef Pertl, directeur des jardins de la Ville de Berlin de 1935 à 1945 et successeur d’Erwin Barth poussé au suicide par les nazis, condamnait en 1939 l’utilisation de plantes étrangères dans l’architecture paysagiste, y recourir aboutissant, selon lui, quasiment à un art des jardins « dégénéré » :

  • 43 Josef Pertl, « Rede zu den leitenden deutschen Gartenbaubeamten am 26. Juli 1939 in Stuttgart », Di (...)

Ce sont les m’as-tu-vu culturels qui ont appris au peuple à ne faire la chasse qu’aux stimuli exotiques et à dédaigner les valeurs propres à notre terre, les valeurs bodenständig, et donc les vraies valeurs. Mais un espace infime sépare ce qui est exotique de ce qui est totalement anormal et, de fait, la folie de l’exotisme nous a fait sombrer dans une véritable psychose de l’anormalité, dont nous sommes encore loin d’être guéris43.

33Les idées racistes de Willy Lange sur le jardin naturel furent à nouveau à l’honneur. En 1936, la rédaction de Die Gartenkunst notait ceci :

  • 44 Willy Rosenthal, « Randbemerkungen zum Programm unserer neuen Schriftleitung », Die Gartenkunst 49/ (...)

Il faut par conséquent se féliciter à double titre que notre journal ouvre ses portes à l’héritage spirituel de Willy Lange, afin que son enseignement si précieux sur l’utilisation et l’esthétique naturelles des plantes puisse porter bien davantage de fruits encore, et contribuer à ne pas se laisser abuser par un savoir et un savoir-faire constitués de demi-vérités44.

34L’élève de Lange, Hans Hasler, fut particulièrement impliqué dans la diffusion des idées de son maître sur le jardin naturel. En 1939, il fait paraître son livre Deutsche Gartenkunst. Entwicklung, Form und Inhalt des deutschen Gartens, en choisissant d’intituler son chapitre introductif « Einleitungsbetrachtungen : Kulturen beruhen auf rassischer Grundlage » (Considérations introductives : les cultures ont un fondement racial). En voici un extrait :

  • 45 Hans Hasler, Deutsche Gartenkunst, op. cit., 1939, p. 15.

Toute culture et, partant, tout art et ses différents styles sont toujours – cette vérité s’est aujourd’hui imposée en Allemagne – d’origine et de vie nationale et raciale. Le mirage d’une « culture internationale », d’une « culture mondiale » appartient au passé, en tout cas pour nous Allemands45.

Composition naturelle de plantes au pied d’un bouleau de haute tige, sur fond de prairie. Masses végétales étroitement unies sur un tapis de Sedum spurium (« Naturliche Pflanzengemeinschaft zur Birke als Kronenbaum auf Wiesengrund. Enger zusammenschließende Pflanzenmassen in Sedum spurium-Teppich »)

Composition naturelle de plantes au pied d’un bouleau de haute tige, sur fond de prairie. Masses végétales étroitement unies sur un tapis de Sedum spurium (« Naturliche Pflanzengemeinschaft zur Birke als Kronenbaum auf Wiesengrund. Enger zusammenschließende Pflanzenmassen in Sedum spurium-Teppich »)

Hans Hasler, Deutsche Gartenkunst. Entwicklung, Form und Inhalt des deutschen Gartens, Stuttgart, Eugen Ulmer-Verlag, 1939, p. 248

  • 46 Hasler utilise l’hapax naturlich, sans doute plus proche à ses yeux de Natur que natürlich [n.d.t.]
  • 47 Ibid., p. 127.

35Hasler soulignait l’importance des « sciences botaniques » pour le jardin naturel ou, comme il l’écrivait, « la forme naturelle [naturlich46] du jardin sur une base scientifique47 » pour reprendre le titre d’un des chapitres de Deutsche Gartenkunst :

  • 48 Ibid., p. 127 sq.

Grâce au développement et à la diffusion rapides des sciences botaniques dans la deuxième moitié du siècle dernier, en particulier de la phytogéographie et, ces derniers temps, de l’écologie […] la connaissance des causes et des effets dans la nature progresse. On commence à envisager la nature comme une unité organique […]. Le naturalisme pur est au premier plan et s’impose, dans l’art des jardins tout comme dans les autres domaines de l’art. Pour l’art des jardins, ce sont les sciences naturelles, surtout la botanique, qui donnent le la48.

36Hasler décrit de la manière suivante les critères de Lange pour choisir les plantes :

  • 49 Ibid., p. 133.

L’artiste paysagiste ne fait pas qu’unir ce que l’écologie sépare, il doit aussi parfois séparer ce qui d’un point de vue botanique, scientifique, écologique, va ensemble. Sa mission, lorsqu’il crée des communautés naturelles [naturlich] d’espèces végétales, est de développer ses propres lois, celles de l’artiste, en se fondant sur la science et l’écologie49.

  • 50 Ibid., p. 132.
  • 51 Ibid., p. 133.

37L’écologie, selon Hasler une nouvelle « branche de la science botanique », nous enseigne que « les espèces végétales poussant dans un même biotope adaptent de manière caractéristique leur robe à ce biotope qui est le leur »50. La botanique a pour mission de faire ressortir « des communautés d’espèces végétales écologiques […] selon des principes scientifiques »51. En revanche, il ne lui appartient pas d’

imiter la nature, mais de la rehausser, selon ses idées. Les lois écologiques ne lui fournissent que la base sur laquelle fonder le développement de ses communautés d’espèces végétales, non pas naturelles [naturlich], mais artistico-naturelles [künstlerisch-naturlich].

  • 52 Ibid.

Pour développer ses communautés végétales, l’artiste paysagiste part de l’aspect extérieur de la plante – appelé physionomie – et en tire parti pour ainsi dire comme d’un procédé artistique52.

38Hasler n’était pas loin de voir dans le style du jardin naturel l’« expression raciale » du peuple allemand sur le plan artistique :

  • 53 Ibid., p. 25.

Le style naît de l’inconscient du sang, de la race, à l’instar des mœurs des peuples et des régions […] Chaque peuple crée dans le style de la race qui du point de vue créatif et du point de vue du sang a la primauté dans le peuple en question53.

39Durant l’époque nazie, peu nombreux furent ceux qui s’opposèrent activement à cette vision raciste de l’aménagement des jardins et à la « xénophobie » à l’œuvre à l’intérieur de l’architecture paysagiste en Allemagne. Le pépiniériste Karl Foerster et l’architecte paysagiste Camillo Schneider faisaient partie de cette minorité. Foerster, en 1941, exprima sans ménagement son désaccord avec l’exigence de Bodenständigkeit posée par Seifert :

  • 54 Karl Foerster, « Bodenständige Pflanzen. Schlichtende Gedanken zu diesem Begriff », Gartenschönheit(...)

La question de savoir « ce qui est bodenständig dans le jardin » est en soi erronée et montre que celui qui la pose n’a pas trouvé sa place dans le monde54.

40Camillo Schneider s’indignait contre ce qu’exigeaient ses collègues, tel Seifert, à savoir que le jardin se soumette sans condition au paysage local :

  • 55 Camillo Schneider, « Gestaltung des Gartens von heute », Gartenschönheit 18, 1937, p. 150.

Poser de telles exigences me semble reposer sur une méconnaissance de la véritable nature du jardin. Si l’on voulait vraiment traiter un jardin privé au sens où nous l’entendons comme une partie du paysage local, alors il faudrait en accepter la conséquence : à savoir que seules les plantes que nous autorisons pour le paysage pourraient être utilisées dans le jardin […] Mais ce serait faire totalement fausse route que de simplifier tout d’un coup le jardin par ces exigences radicales et de se lancer dans une croisade contre ce qui est « étranger ». Qui ne connaît rien au jardin et aux jardiniers, ne saura pas non plus utiliser les plantes autochtones55.

  • 56 Ouvrage traduit en français sous le titre Le Jardinier amoureux, éd. Circé, 2019. [note des éditric (...)
  • 57 Pour échapper aux nazis, Rudolf Borchard et sa femme se cachèrent au Tyrol, où « Borchardt mourut d (...)

41Une citation de l’écrivain Rudolf Borchardt servira de conclusion à cet exposé sur l’histoire du jardin naturel en Allemagne et d’invite à la réflexion. Borchardt était un « jardinier passionné », comme le rappelle le titre qu’il avait choisi pour l’un de ses ouvrages. Dans Der leidenschaftliche Gärtner56, il s’opposait avec force aux apologistes du jardin naturel, se déclarant partisan d’une culture internationale du jardin. Borchardt savait à quelle idéologie il s’attaquait. D’origine juive, il mourut au Tyrol fuyant les nazis57. En 1938, il écrivait :

  • 58 Rudolf Borchardt, Le Jardinier amoureux, op. cit., p. 213-214 (Der leidenschaftliche Gärtner, postf (...)

Si ce genre de propriétaire de jardin, ce barbare, avait été la règle depuis toujours, jamais une giroflée ni un romarin, ni un pêcher ni un buisson de myrte, ni une rose-thé n’auraient franchi les cols des Alpes, et jamais ne se serait établie une grande relation jardinière entre les peuples, les époques et les latitudes, telle qu’elle est résumée dans le grand concept historique de l’acclimatation ; et aujourd’hui, en matière de jardin, nous en serions encore à l’âge de pierre58.

42Il continue ainsi :

  • 59 Ibid., p. 224-225.

L’histoire du jardin humain a fait de celui-ci un empire des dieux qui relient les peuples, et leur domaine sacré. C’est une unité, la même à travers toutes les zones et toutes les latitudes, un symbole de l’unité et de l’esprit humain. Si en tant que tel il est situé entre les extrêmes subtropicaux d’une part et subarctiques d’autre part – s’il n’est guère possible de maintenir en vie quelque chose de très semblable à ce jardin en Norvège ou au Mexique – ce n’est là qu’une définition encore plus précise de ce concept, qui ne l’abolit pas59.

Haut de page

Notes

1 Cf. Jeffrey Herf, Reactionary Modernism. Technology, Culture, and Politics in Weimar and the Third Reich, Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

2 Naturgarten en allemand, se traduit aussi par jardin sauvage [n.d.t.].

3 Urs Schwarz, Der Naturgarten. Mehr Platz für einheimische Pflanzen und Tiere, Francfort-sur-le-Main, Verlag Wolfgang Krüger, 1980.

4 Cf. à ce propos Gert Gröning et Joachim Wolschke-Bulmahn, 1887-1987. DGGL – Deutsche Gesellschaft für Gartenkunst und Landschaftspflege e.V. 1887-1987. Ein Rückblick auf 100 Jahre DGGL, Berlin, Boskett-Verlag, 1987. Cf., à propos du jardin naturel, notamment de Gert Gröning et Joachim Wolschke-Bulmahn, « The Ideology of the Nature Garden. Nationalistic Trends in Garden Design in Germany during the early Twentieth Century », Journal of Garden History 12/1, 1992 (p. 73-80) ; Joachim Wolschke-Bulmahn, « The “Wild Garden” and the “Nature Garden”. Aspects of the Garden Ideology of William Robinson and Willy Lange », Journal of Garden History 12/3, 1992 (p. 183-206).

5 Friedrich Ludwig von Sckell, Beitraege zur bildenden Gartenkunst fuer angehende Gartenkuenstler und Gartenliebhaber, Munich, Jos. Lindauer’sche Buchhandlung, 1825, p. 217.

6 Ibid., p. 212. Vaterländisch, traduit ici par « propre à la patrie », signifie aussi « patriotique » [n.d.t.].

7 Ibid., p. 225-226.

8 « Par ailleurs je suis tout à fait d’accord avec l’excellent Hirschfeld, qui pense qu’on se doit de reproduire dans les jardins plutôt ce qu’y se rencontre dans la patrie, dans la réalité, dans son décor naturel, plutôt que ce qui trouve sa source dans les récits mythologiques, lesquels sont étrangers à la majorité des individus et sont impossibles à rendre parfaitement. C’est pourquoi il faut donner la préséance au sérieux d’un bosquet allemand, lorsque la nature l’aura par hasard placé dans le périmètre d’un jardin et doté de majestueux chênes centenaires, un bosquet capable de nous rappeler son ancienne destination sacrée, à côté du temple de la bravoure et de la vertu, lorsqu’il conservait à la postérité les effigies des hommes ayant mérité de la patrie » (ibid., p. 130).

9 Ibid., p. 164.

10 Humboldt écrit en 1806 dans son ouvrage Ideen zu einer Physiognomik der Gewächse, p. 13-14 : « Les œuvres littéraires des Grecs et les chants plus frustes des peuples primitifs nordiques devaient en grande partie leur caractère particulier à la forme des plantes et des animaux, aux vallées montagnardes qui entouraient le poète et à l’air qui l’enveloppait. Qui – pour ne rappeler que des objets proches – ne se sent pas d’humeur différente dans l’ombre obscure des hêtres ou sur des collines couronnées de sapins épars ou encore sur la prairie où le vent murmure dans le feuillage du bouleau ! Ces plantes propres à notre patrie suscitent en nous des images mélancoliques, édifiantes, exaltantes ou joyeuses. »

11 Cf., à propos de Willy Lange et d’autres architectes paysagistes du début du xxe, Gert Gröning et Joachim Wolschke-Buhlman, Grüne Biographien, Biographisches Handbuch zur Landschaftsarchitektur des 20. Jahrhunderts in Deutschland, Berlin, Patzer-Verlag, 1997.

12 Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, Leipzig, J. J. Weber, 1928, p. 27.

13 Ibid., p. 7.

14 Willy Lange, « Gartengestaltung und Aesthetik », Die Gartenwelt 4/37, 1900, p. 433.

15 Ibid., p. 436.

16 Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, op. cit., p. 9.

17 Willy Lange, « Garten und Weltanschauung », Die Gartenwelt 4/31, 1900, p. 363.

18 Willy Lange, « Bilder aus der Gebirgslandschaft », Die Gartenwelt 5/7, 1900, p. 74.

19 Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, Leipzig, J. J. Weber, 1907, p. 1.

20 Ibid.

21 Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, Leipzig, J. J. Weber, 1912, p. 136.

22 Willy Lange, Der Garten und seine Bepflanzung, Stuttgart, Franckh’sche Verlagshandlung und Kosmos, Gesellschaft der Naturfreunde, 1913, p. 48.

23 Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, Leipzig, J. J. Weber, 1928, p. 18.

24 Willy Lange, « Meine Anschauungen über die Gartengestaltung unserer Zeit », Die Gartenkunst 7/7, 1905, p. 114.

25 Willy Lange, Gartenpläne, Leipzig, J. J. Weber, 1927, p. 5 sq.

26 Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, Leipzig, J. J. Weber, 1928, p. 4.

27 Willy Lange, Gartenbilder, Leipzig, J. J. Weber, 1922, p. 27.

28 À propos des mesures de répression nazies à l’encontre des architectes paysagistes, cf. Gert Gröning et Joachim Wolschke-Bulmahn, « Zur Entwicklung und Unterdrückung freiraumplanerischer Ansätze der Weimarer Republik », Das Gartenamt 34/6, 1985 (p. 443-458).

29 Local, autochtone, enraciné, du cru ; euphémisme pour non-juif. Bodenständigkeit est le substantif dérivé de l’adjectif bodenständig. À rapprocher du syntagme idéologique LTI Blut und Boden, sang et sol [n.d.t.].

30 Alwin Seifert, « Randbemerkungen zum Aufsatz: Von bodenständiger Gartenkunst », Die Gartenkunst 43/10, 1930, p. 166.

31 Alwin Seifert, « Bodenständige Gartenkunst », Die Gartenkunst 43/10, 1930, p. 162.

32 Lonia Winternitz, « Ein französischer Hausgarten », Die Gartenschönheit 11/5, 1930, p. 88.

33 Otto Valentien, « Neuzeitliche Gartengestaltung », Die Gartenkunst 43/7, 1930, p. 104.

34 La revue Die Gartenkunst était éditée depuis 1899 par la Société allemande pour l’art des jardins (Deutsche Gesellschaft für Gartenkunst). Elle parut sous ce titre jusqu’en 1948. Depuis lors, elle est éditée sous le titre Garten + Landschaft. Depuis 1989 paraît de nouveau une revue nommée Die Gartenkunst, mais chez un autre éditeur (Wernersche Verlagsgesellschaft à Worms).

35 Wilhelm Hübotter, « An die Schriftleitung der “Gartenkunst” », Die Gartenkunst 43/7, 1930 (p. 104-106).

36 À propos des projets de Hübotter pour le Sachsenhain réalisé à la demande du Reichsführer SS Heinrich Himmler notamment, cf. Joachim Wolschke-Bulmahn, « Zur manipulativen Gestaltung von Landschaft – der Bückeberg im Kontext einschlägiger Anlagen der NS-Diktatur », in : Die Reichserntedankfeste auf dem Bückeberg bei Hameln. Diskussion über eine zentrale Stätte nationalsozialistischer Selbstinszenierung, Arbeitshefte zur Denkmalpflege in Niedersachsen, 36, 2010 (p. 43-56).

37 À propos de l’activité de Hübotter en tant qu’architecte paysagiste, cf. Gert Gröning et Joachim Wolschke-Bulmahn, Grüne Biographien, op. cit., p. 159-160.

38 Hans Hasler, Deutsche Gartenkunst. Entwicklung, Form und Inhalt des deutschen Gartens, Stuttgart, Eugen Ulmer Verlagsbuchhandlung, 1939, p. 175.

39 Albert Krämer, « Pflanzensoziologie und der Blut- und Bodenverbundene Garten », Die Gartenkunst 49/3, 1936.

40 Carl Wilczek, Richtung und Inhalt künftiger Gartengestaltung, 1936.

41 Hans Hasler, Deutsche Gartenkunst, op. cit., 1939.

42 Albert Krämer, « Pflanzensoziologie und der Blut- und Bodenverbundene Garten », art. cité, p. 43.

43 Josef Pertl, « Rede zu den leitenden deutschen Gartenbaubeamten am 26. Juli 1939 in Stuttgart », Die Gartenkunst 52/12, 1939, p. 2.

44 Willy Rosenthal, « Randbemerkungen zum Programm unserer neuen Schriftleitung », Die Gartenkunst 49/3, 1936, p. 1.

45 Hans Hasler, Deutsche Gartenkunst, op. cit., 1939, p. 15.

46 Hasler utilise l’hapax naturlich, sans doute plus proche à ses yeux de Natur que natürlich [n.d.t.].

47 Ibid., p. 127.

48 Ibid., p. 127 sq.

49 Ibid., p. 133.

50 Ibid., p. 132.

51 Ibid., p. 133.

52 Ibid.

53 Ibid., p. 25.

54 Karl Foerster, « Bodenständige Pflanzen. Schlichtende Gedanken zu diesem Begriff », Gartenschönheit 22/6, 1941, p. 128.

55 Camillo Schneider, « Gestaltung des Gartens von heute », Gartenschönheit 18, 1937, p. 150.

56 Ouvrage traduit en français sous le titre Le Jardinier amoureux, éd. Circé, 2019. [note des éditrices]

57 Pour échapper aux nazis, Rudolf Borchard et sa femme se cachèrent au Tyrol, où « Borchardt mourut d’une crise cardiaque le 10 janvier 1945 » (Wikipedia).

58 Rudolf Borchardt, Le Jardinier amoureux, op. cit., p. 213-214 (Der leidenschaftliche Gärtner, postface de Christian Welzbacher, Berlin, Matthes & Seitz, 2016, p. 201-202).

59 Ibid., p. 224-225.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pages de titre de l’ouvrage de Friedrich Ludwig Sckell, Beitraege zur bildenden Gartenkunst fuer angehende Gartenkuenstler und Gartenliebhaber, Munich, 1825
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4409/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Crédits Universitätsbibliothek Heidelberg, https://doi.org/​10.11588/​digit.1689#0003
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4409/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Page de titre de l’ouvrage d’Alexander von Humboldt, Ideen zu einer Physiognomik der Gewächse, 1806
Crédits Klassik Stiftung Weimar, Herzogin Anna Amalia Bibliothek Weimar
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4409/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre L’architecte paysagiste Willy Lange
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4409/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Gartenheim à Wannsee (maison d’Otto Stahn, aménagement par Willy Lange)
Crédits Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, Verlagsbuchhandlung J. J. Weber, Leipzig, 1922, Table IX
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4409/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre Tapis de Sedum spurium dans le Gartenheim de Willy Lange à Wannsee (été)
Crédits Willy Lange, Gartengestaltung der Neuzeit, Verlagsbuchhandlung J. J. Weber, Leipzig, 1922, Table XIII
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4409/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Vaux-le-Vicomte, vue sur le parterre
Crédits Photographie de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4409/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre L’architecte paysagiste et Reichslandschaftsanwalt (administrateur du Reich pour le paysage) Alwin Seifert est présenté à Adolf Hitler
Crédits Die Straße, 1936
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4409/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Jardin de l’architecte André Lurçat
Crédits Die Gartenschönheit, 1930
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4409/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Réorganisation du projet de jardin d’André Lurçat par Wilhelm Hübotter
Crédits Die Gartenkunst 43/7, 1930, p. 106
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4409/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Sachsenhain (« le bois sacré des Saxons ») près de Verden an der Aller, conçu pour le Reichsführer SS Heinrich Himmler par l’architecte paysagiste Wilhelm Hübotter
Crédits Photographie de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4409/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Monument Horst Wessel, conçu pour la ville de Nienburg/Weser par l’architecte paysagiste Wilhelm Hübotter (vers 1935)
Crédits Hauptstaatsarchiv Hannover, Depositum Hübotter, Mappe 1481, Nr. 534, Blatt 1
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4409/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Composition naturelle de plantes au pied d’un bouleau de haute tige, sur fond de prairie. Masses végétales étroitement unies sur un tapis de Sedum spurium (« Naturliche Pflanzengemeinschaft zur Birke als Kronenbaum auf Wiesengrund. Enger zusammenschließende Pflanzenmassen in Sedum spurium-Teppich »)
Crédits Hans Hasler, Deutsche Gartenkunst. Entwicklung, Form und Inhalt des deutschen Gartens, Stuttgart, Eugen Ulmer-Verlag, 1939, p. 248
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4409/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joachim Wolschke-Bulmahn, « « Reactionary modernism » : le concept de « bodenständiger Garten », une contribution politique réactionnaire à l’architecture des jardins du début du xxe siècle »Revue germanique internationale, 38 | 2023, 113-132.

Référence électronique

Joachim Wolschke-Bulmahn, « « Reactionary modernism » : le concept de « bodenständiger Garten », une contribution politique réactionnaire à l’architecture des jardins du début du xxe siècle »Revue germanique internationale [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rgi/4409 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.4409

Haut de page

Auteur

Joachim Wolschke-Bulmahn

Architecte paysagiste et professeur émérite à l’université Leibniz de Hanovre

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search