Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Le parc de Muskau et sa restaurat...

Le parc de Muskau et sa restauration. Un projet transfrontalier germano-polonais dans le contexte du tournant politique de 1990 en Europe centrale et orientale

Der Muskauer Park und seine Restaurierung. Ein grenzübergreifendes deutsch-polnisches Projekt im Kontext der politischen Wende von 1990 in Mittel- und Osteuropa
Muskauer Park and its Restoration. A German-Polish Cross-Border Project in the Context of the 1990 Political Turnaround in Central and Eastern Europe
Cord Panning
Traduction de Marie-Ange Maillet et Gilles Sosnowski
p. 133-160

Résumés

Le parc de Muskau se distingue par une particularité unique au monde : en raison de sa situation sur le cours de la Neisse, le jardin paysager de 830 ha créé par le prince Pückler s’étend sur le territoire de deux États, l’Allemagne et la Pologne. Depuis plus de trois décennies, la coopération transfrontalière est mise en pratique et renouvelée chaque jour, avec un succès exemplaire. Par leur travail commun, les deux nations ont réussi à réunir les parties du parc séparées en 1945 et, dans le même temps, à apporter une contribution importante à la compréhension mutuelle. Les ponts détruits ont été reconstruits, des vues enfouies dans les broussailles ont été ouvertes et des chemins perdus ont été retrouvés. En reconnaissance du travail accompli et en guise d’encouragement pour l’avenir, le parc de Muskau a reçu en 2004 le titre de patrimoine mondial de l’UNESCO.

Haut de page

Texte intégral

1945 : la fin ?

  • 1 Mes plus vifs remerciements vont à Astrid Roscher pour son aide dans la rédaction de cette contribu (...)

1Probablement personne, et surtout pas le prince Hermann von Pückler-Muskau (1785-1871) lui-même, n’avait imaginé que l’évocation dystopique qu’il fait de la destruction de son célèbre Élysée paysager dans son texte Tutti Frutti (1834) ait une quelconque probabilité de se réaliser1. Dans cet ouvrage au titre programmatique, compilation fragmentaire de textes, sentences et essais variés, le prince s’abîme dans la vision dépressive d’un parc dont la beauté se retrouve sacrifiée sur l’autel de l’utilitarisme irrépressible de la civilisation :

  • 2 Hermann von Pückler-Muskau, Tutti frutti. Aus den Papieren des Verstorbenen, vol. 1, Stuttgart, 183 (...)

Je revois ces lieux que j’avais consacré la plus belle partie de ma vie à embellir. Qu’est-ce que j’aperçois ? La rivière qui traverse mon parc est devenue navigable ; mais des chantiers, des blanchisseries, des fabriques, constructions aussi laides qu’utiles, remplacent mes parterres et mes bosquets touffus ! Le château… puis-je en croire mes yeux ? Par le ciel, il est devenu une filature de coton2.

Prince Hermann von Pückler-Muskau, vers 1838

Prince Hermann von Pückler-Muskau, vers 1838

Lithographie de Wilhelm Devrient, collection de la fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »

2Si les constructions « utiles » n’épargnèrent certes pas totalement le parc après que Pückler eut quitté Muskau, mais furent toutefois, pendant un siècle, contrebalancées par la beauté qui émanait des lieux, la Seconde Guerre mondiale frappa de plein fouet et sans crier gare l’œuvre d’art paysagère, de manière directe et indirecte. La dystopie utilitariste fit place à un Armageddon esthétique. Avec l’avancée des troupes soviétiques sur Berlin au printemps 1945, la fureur de la guerre gagna le parc de Muskau. Au cours de l’avancée de l’aile sud-est sous le commandement du maréchal Koniev, les combats de grande ampleur dans le parc et dans la ville de Muskau ne durèrent certes que quelques jours en avril 1945, mais les conséquences en furent dévastatrices : le château et le bureau de l’administration financière furent incendiés, les ponts sur la Neisse sautèrent, et presque tous les vieux arbres furent endommagés par des impacts de balles et des éclats d’obus. Des tranchées sillonnaient les collines, des impacts de bombes dessinaient sur les prairies une mosaïque macabre.

Ruine du château de Muskau, vers 1950

Ruine du château de Muskau, vers 1950

Collection Ekkehard Brucksch, Bad Muskau

3Partir de la catastrophe d’une guerre mondiale déclenchée par l’Allemagne pour focaliser son attention sur le microcosme du parc de Muskau peut surprendre. Mais si nous adoptons cette perspective et que nous poursuivons notre examen de l’année 1945, la grandiose méditation paysagère du prince Pückler connut pire encore. En août, les accords de Potsdam redéfinirent les sphères d’influence des grandes puissances sur la base d’un bilan calculé de la manière la plus prosaïque qui soit en surfaces et équivalents habitants. Le recours des Soviétiques à la « ligne Curzon » qui avait émergé à l’issue de la Première Guerre mondiale entraîna le déplacement de la Pologne vers l’ouest et, avec lui, le destin de millions de personnes déplacées. Pour le microcosme paysager de Muskau, cela signifia la division de l’œuvre de Pückler en deux parties ; le centre naturel de la composition, la Neisse, reçut le statut de ligne de démarcation. L’Oder et la Neisse étaient désormais vouées à reformuler géographiquement la frontière entre la Pologne et l’Allemagne.

Division du parc de Muskau en 1945 en une partie allemande (à gauche) et une partie polonaise (à droite)

Division du parc de Muskau en 1945 en une partie allemande (à gauche) et une partie polonaise (à droite)

Vue aérienne de 1944.

Traitement : Astrid Roscher, fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »

4Quasiment du jour au lendemain, après cent trente années d’une période de prospérité globalement stable sous différentes familles de propriétaires, une frontière d’État tout à fait réelle et infranchissable traversait le parc de Muskau. Des bandes de sécurité frontalières avec barbelés, tours de garde et patrouilles régulières témoignaient du caractère ferme et irréversible des nouvelles frontières d’État telles qu’elles avaient été décrétées. Parallèlement, les autorités locales nouvellement installées à Muskau, fidèles au slogan socialiste « Junkerland in Bauernhand » (La terre des Junkers aux paysans), exproprièrent sans compensation la famille Arnim qui, sur trois générations, avait livré la contribution la plus importante à l’histoire du parc. Par la suite, la partie occidentale du parc put échapper à la parcellisation grâce à l’intervention courageuse des citoyens de Muskau. Il en alla autrement de la partie orientale, devenue polonaise. Le pays n’avait aucun lien avec l’héritage prussien du parc ; les soucis, les besoins et les tâches de la population polonaise déplacée qui, dans un nouveau lieu et face à un paysage inconnu, devait faire face à un défi de reconstruction sans précédent, étaient alors énormes. Il n’est donc pas surprenant que la partie orientale du parc – à l’exception de la ferme ornementale qui continua à être utilisée à des fins agricoles – ait été placée, en un réflexe administratif rationnel, sous la tutelle de l’Office polonais des forêts.

  • 3 Hermann von Arnim et Willi A. Boelcke, Muskau. Standesherrschaft zwischen Spree und Neiße, Francfor (...)

5Le destin du parc de Muskau en tant qu’œuvre d’art de renommée internationale semblait scellé à jamais. Qui, en cette heure zéro de l’histoire, au tournant absolu des temps, pour utiliser une expression actuelle, aurait jamais pu imaginer, au vu des violentes ruptures politiques et sociales, des destructions dramatiques, que ce chef-d’œuvre paysager subtil et sensible pourrait avoir un avenir ? Lorsque l’on feuillette aujourd’hui l’atlas des parcs allemands (allemands à l’époque de leur création) d’importance nationale, on constate de nombreux changements et fractures. Mais tous ces lieux ont subsisté sous leur forme physique caractéristique. Leur intégrité paysagère a été préservée. Le parc de Muskau, quant à lui, a été effacé de la topographie des grands jardins du monde. De cette immense œuvre d’art qui s’étendait autrefois sur 830 hectares, il ne demeura, suite à la perte de la partie orientale et de celle d’autres parcelles dans le cadre de la réforme dite foncière dans la « zone d’occupation soviétique », qu’un noyau fragmentaire, un « torse », comme le comte Hermann von Arnim (1903-1997) dut le constater amèrement en 19783.

6Et la situation continua d’évoluer négativement : le fait que la moitié polonaise du parc ait été en partie abandonnée à elle-même et les végétaux à leur croissance invasive et leur cycle naturel, associé au reboisement délibéré des vastes et parfois monumentales surfaces de prairies, conduisit progressivement à l’effacement de toutes les structures spatiales et à la disparition des axes de vue légendaires. Il en résulta un maquis impénétrable qui, le long des rives de la Neisse, se transforma en un mur vert composé d’une phytomasse indifférenciée.

Vue depuis la terrasse orientale inférieure de la Neisse (site ultérieur de la Pierre de Pückler), au-dessus du parc de Muskau, 1834.

Vue depuis la terrasse orientale inférieure de la Neisse (site ultérieur de la Pierre de Pückler), au-dessus du parc de Muskau, 1834.

Excepté la transformation du château qui n’a pas été réalisée, la vue montre globalement l’état du jardin paysager à cette époque

Lithographie colorée extraite des Andeutungen über Landschaftsgärtnerei, planche XXII

Vue depuis la terrasse orientale inférieure de la Neisse (ancien emplacement de la Pierre de Pückler) en 1989

Vue depuis la terrasse orientale inférieure de la Neisse (ancien emplacement de la Pierre de Pückler) en 1989

Photographie d’Ekkehard Brucksch, Bad Muskau

7Après la séparation du parc de Muskau et de ses voies de communication sur deux États, c’était désormais aux lignes de liaison de la composition d’être coupées. Dans ce contexte, la mise en place, à partir des années 1950, du côté allemand, d’un petit service compétent dédié à l’entretien du parc ne fut qu’une maigre consolation ; soutenu par les autorités régionales de Dresde, puis de Berlin, il se consacra cependant avec beaucoup de dévouement à la conservation des parties occidentales de la Neisse, dans le cadre de ce qu’il était matériellement possible de faire.

  • 4 Hermann von Pückler-Muskau, Andeutungen über Landschaftsgärtnerei, Stuttgart, 1834.
  • 5 Cette traduction a été récemment rééditée : voir Hermann von Pückler-Muskau, Aperçus sur l’art du j (...)

8L’œuvre d’art totale de Pückler, qui avait conquis sa place dans l’histoire internationale de l’art des jardins comme un chef-d’œuvre typique du jardin paysager classique, n’existait plus que sur le papier, sous la forme de l’inégalable traité du prince, les Andeutungen über Landschaftsgärtnerei (Aperçus sur l’art du jardin paysager4), ouvrage brillant par sa description virtuelle et visionnaire, mais en aucun cas réaliste, du projet de Muskau. Édité par le prince en 1834, ce livre, peut-être le plus beau et le plus cité en Allemagne de tous les livres sur les jardins, n’était pas tant une source d’idées à l’attention des praticiens expérimentés qu’un ouvrage formulant à l’adresse de la noblesse et de la haute bourgeoisie une proposition philosophico-morale sur la manière de répondre de manière progressiste au devoir esthétique d’ennoblir ses propres biens. Un programme d’inspiration idéale et à l’éloquence édifiante à destination des gentlemen-jardiniers et de leurs familles. La combinaison, dans un style coulant et élégant, d’aphorismes intemporels sur le jardin et d’astuces de jardinage toutes pratiques fit rapidement des Andeutungen über Landschaftsgärtnerei un ouvrage de référence inégalable, traduit en français dès 18475, et en anglais en 1917 dans sa version intégrale.

9Après la Seconde Guerre mondiale, les Andeutungen über Landschaftsgärtnerei devinrent la seule possibilité, pour de nombreux historiens et amateurs de jardins, d’étudier le parc de Muskau, car avec les nouvelles démarcations de frontières et les destructions, il n’était plus question de visiter le site. Alors que jusqu’en 1945, Muskau, étant situé au centre de l’Allemagne, constituait une étape importante sur l’itinéraire touristique populaire menant de Berlin à Görlitz et aux monts des Géants, le parc s’étendait désormais de part et d’autre d’une frontière difficilement franchissable, dans un coin éloigné de la RDA, et constituait une zone interdite en république populaire de Pologne. Cette difficulté d’accès géographique eut pour conséquence que les traités d’histoire des jardins – surtout ceux rédigés à l’Ouest – se contentèrent de recourir aux Andeutungen pour analyser l’histoire de l’évolution du jardin paysager. L’image du parc transmise par le truchement d’une œuvre d’art littéraire qui mêlait habilement faits et fiction se dissocia de plus en plus de l’œuvre d’art réelle mais endommagée. Les remarques ironiques disséminées par Pückler dans son traité et les fausses pistes délibérées augmentèrent encore la confusion dans la réception de l’œuvre d’art paysagère.

  • 6 Les jardins perdus de Heligan, en Cornouailles, restaurés en 1990 [n.d.t.].

10Si nous nous tournons vers les restaurations de jardins qui ont fait fureur à l’échelle internationale, une référence, en matière d’excellence, nous est bien vite donnée par l’histoire du succès des Lost Gardens of Heligan6 ; mais l’on peut sans doute affirmer que la renaissance du parc de Muskau et sa restauration transfrontalière en tant que site germano-polonais classé au patrimoine mondial de l’UNESCO en constituent un exemple encore plus spectaculaire et tout aussi réussi. Le secret de ce miracle paysager réside tout d’abord dans le tournant politique des années 1990 en Europe centrale et orientale, et dans la marge de manœuvre qui s’offrit tout à coup. Autre facteur non moins décisif : le fait que de tout temps, des personnes d’horizons très différents se soient laissé envoûter par l’histoire de la création du parc. Elles se sont engagées avec une motivation surprenante et souvent profonde, menant avec beaucoup d’énergie et en dehors des procédures formelles des actions non conventionnelles en faveur de ce lieu merveilleux de l’histoire culturelle européenne. Enfin, le parc lui-même déploya une force étonnante et, grâce à l’aura qu’il dégageait, put s’affirmer avec une résilience déconcertante face aux aléas politiques et aux catastrophes subies.

Genèse du parc. Première partie

11Revenons au commencement, lorsque débutèrent les travaux du parc de Muskau, dans la vallée de la Neisse. En 1815, tout Européen digne de ce nom était présent au Congrès de Vienne, où se négociait le sort de l’Europe. Il en allait autrement du jeune comte Pückler – il ne devint prince que plus tard –, qui étudiait alors avec beaucoup d’application les jardins modernes d’Albion, avec le sentiment d’être tenu à l’écart des feux de la rampe. Fermement déterminé à ce que cela change, il se hâta, en l’espace d’une semaine seulement, de rentrer de Londres à Muskau, pour annoncer sous la forme d’un ultimatum à ses sujets stupéfaits qu’il poursuivrait désormais le projet d’un parc monumental et inédit – un projet désespéré en cette période de profond marasme économique. Mais il s’agit là d’une stratégie passionnante, en matière de communication, de la part d’un Saxon de naissance qui, suite aux résultats du Congrès de Vienne, se retrouvait soudainement propulsé dans un nouveau royaume – celui de Prusse.

  • 7 Günter J. Vaupel, Hermann Graf von Pückler-Muskau. Entre chien et loup. Briefe und Biographie 1808- (...)
  • 8 Leopold Schefer, « Der Park von Muskau. I. Eine Skizze von Leopold Schefer », Illustrierte Zeitung (...)

12Son appel du 1er mai 1815 « aux habitants de Muskau »7 avait été précédé de plusieurs années de recherche incertaine d’un sens à donner à sa vie. Des excursions à travers l’Europe lui avaient permis de se sensibiliser à l’esthétique de la nature et du paysage. Après avoir pris possession de son héritage de Muskau en 1811, il fut pris dans le tourbillon des guerres napoléoniennes, et après la première abdication de l’empereur français, il eut l’occasion de participer, avec la suite du grand-duc de Weimar, aux festivités de la victoire à Londres. Tandis que le cercle des festoyeurs se défaisait peu à peu, Pückler refusa de rentrer et, comme nous l’avons dit, profita de l’occasion pour étudier l’art des jardins anglais. Selon son ami d’enfance Leopold Schefer (1784-1862)8, c’est à la vue du paysage culturel achevé qui borde la Tamise à Richmond Hill, au sud de Londres, qu’il vécut son « éveil » en tant que créateur.

13Outre les jardins modernes de la Regency, bien en avance sur ceux du continent à la même époque, les parcs français et allemands influencèrent Pückler. Ce sont surtout ses visites à Laxenburg près de Vienne, pendant ses randonnées de jeunesse, et à Méréville près de Paris, où il fit probablement une halte en 1818 avec Lucie von Pappenheim, née von Hardenberg (1776-1854), lors de leur voyage de noces, qui exercèrent sur lui une impression durable. Elle s’exprima, en plus des influences anglaises, dans le façonnement du paysage de Muskau.

  • 9 Hermann von Pückler-Muskau, Andeutungen über Landschaftsgärtnerei, op. cit., p. 177.

14Sur les bords de la Neisse, Pückler interpréta de manière habile le relief de la vallée qui s’offrait à lui. Il intégra dans son projet les hauteurs flanquant le cours de la rivière pour aménager des chemins panoramiques en bordure des terrasses presque horizontales créées par la tectonique glaciaire ; depuis ceux-ci se déployait le charme des axes visuels traversant la vallée. Dans le même temps se faisait jour une correspondance entre vedute et points de vue. Un réseau dense de lignes de composition motivées d’un point de vue esthétique couvrait le tableau de départ – la plaine alluviale autour du château – tout en intégrant le visiteur du parc dans une mise en scène allégorique qui poursuivait l’objectif légitim(ist)e de lui transmettre de manière subtile l’histoire de la région, en brossant un tableau volontairement idéaliste de la famille noble propriétaire des lieux9. Cet aménagement complexe de l’espace de la vallée, riche de multiples références internes, permit à Pückler de compenser l’impossibilité d’élargir visuellement les couloirs du parc en orientant la vue vers des points attrayants, des repères dans le paysage environnant. De tels stimuli paysagers n’existaient (et n’existent toujours) pas dans les environs de Muskau.

Vue depuis le château sur les allées baroques de tilleuls en croix, vers 1815

Vue depuis le château sur les allées baroques de tilleuls en croix, vers 1815

Lithographie colorée, extraite des Andeutungen über Landschaftsgärtnerei, planche II a

  • 10 Lettre de Pückler à Lucie du 5 sept. 1827 (archives Pückler conservées à Branitz, 078/00215/1119).
  • 11 Pückler reçut son « diplôme » de prince [le document attestant de sa qualité princière, n.d.t.] en (...)

15Le principe de présentation et d’ornementation de l’ensemble de la vallée de la Neisse à Muskau exigeait un vaste espace et une approche globale de la composition, deux conditions auxquelles les aménagements réguliers existant autour du château faisaient obstacle. Ces derniers englobaient un petit jardin avec des allées de tilleuls disposées de manière orthogonale, des douves imposantes et des bâtiments de ferme de style baroque. Si les constructions purent être très rapidement démolies, Pückler se résolut difficilement à percer le paravent de tilleuls vénérables situés à l’est du château. En fait, c’est Lucie, son épouse, qui s’imposa finalement en vertu de son « principe du point de vue et du grignotage des arbres » (Aussichts- u. Baumfraß-Prinzip)10, critiqué par le « prince vert »11. Elle reçut le soutien de professionnels comme John Adey Repton (1775-1860) et le jardinier anglais Vernal, qui avaient accepté l’invitation de Pückler à venir à Muskau à la place du légendaire Humphry Repton (1752-1818). Cette intervention radicale ouvrit une perspective magnifique sur les pentes orientales de la Neisse, à laquelle Pückler ajouta plus tard un plan intermédiaire parfaitement disposé : prenant exemple sur l’aménagement des prairies régulièrement noyées de Syon House près de Londres, il utilisa des peupliers noirs remarquables, dont le haut houppier ouvrait en contrebas de longues perspectives vers le lointain.

Vue depuis le château après la suppression de la plupart des tilleuls, 1834.

Vue depuis le château après la suppression de la plupart des tilleuls, 1834.

Les parterres de fleurs et les sculptures décoratives visibles sur cette vue ne furent pas réalisés

Lithographie colorée extraite des Andeutungen über Landschaftsgärtnerei, planche II b

16Pendant près de trente ans, Pückler aménagea le parc de Muskau avec Lucie et l’inspecteur du parc Jakob Heinrich Rehder (1790-1852). Mais pendant près d’un tiers de ce temps, il voyagea à travers le monde et essaya de diriger les travaux du parc à distance, tentative qui ne rencontra qu’un succès limité auprès de ses compagnons restés au pays. Cette continuité apparente fut toujours contrebalancée par des phases de profonde résignation. L’endettement important du couple princier et les menaces de faillite conduisirent les Pückler au désespoir. Leurs nouvelles idées commerciales échouaient avec une régularité exemplaire, si bien qu’en dernier recours, ils décidèrent de divorcer pour permettre à Pückler de partir en Angleterre à la « chasse à la dot ». La séparation formelle, confirmée par le roi de Prusse à l’hiver 1826, entraîna le transfert de l’ensemble de la seigneurie à Lucie, qui, par ce moyen, se protégea financièrement de manière durable face à l’épée de Damoclès que représentait la présence potentielle d’une épouse à Muskau. En même temps, cette habile manœuvre tenue secrète permit aux Pückler d’échapper au risque d’insolvabilité.

  • 12 Hermann von Pückler-Muskau, « Semilasso in Aegypten. V. Der dicke Prinz », Außerordentliche Beilage (...)

17La recherche infructueuse d’une riche épouse – d’emblée condamnée à l’échec – et même les négociations de vente du domaine que Pückler mena plus tard dans le dos de Lucie ne changèrent rien à la relation amicale qui les unit toute leur vie durant, ni à leur travail commun dans le domaine paysager. Découragé par les obstacles interminables qui s’opposaient à sa quête ambitieuse du parc parfait, le prince troqua la bêche contre la plume et créa le jardin paysager idéal dans une sphère à l’abri des troubles matériels et financiers. Après la publication en 1834 des Andeutungen über Landschaftgärtnerei, Pückler en eut provisoirement fini avec Muskau. Il entreprit un voyage pour lequel il n’avait prévu aucune date de retour, et qui le mena jusqu’en Afrique et en Asie. Lorsque son perpetuum mobile financier – voyages-écriture-voyages – s’essouffla et que le vice-roi égyptien [Méméhet-Ali, n.d.t.] arrêta de lui verser des subsides suite au nom malencontreusement attribué à son fils (« Le gros prince »12) dans un récit de voyage publié par Pückler dans la Gazette universelle d’Augsbourg, alors disparut la dernière alternative à ce retour non souhaité.

18Le triumvirat du parc de Muskau – le prince, Lucie, Rehder – se reforma donc à partir de 1840, pour cinq petites années, et, grâce aux possibilités offertes par la mise en œuvre des réformes agraires prussiennes, il put étendre les limites du parc au-delà de toute mesure. La nécessité de restructurer le système de financement de la seigneurie de Muskau entraîna la vente devenue inéluctable, et que Pückler provoqua sciemment. Lucie fut mise face au fait accompli. Toutefois, cette vente ne le libéra pas des dettes, comme il l’espérait, non plus qu’elle lui permit de prendre un nouveau départ insouciant à l’étranger : Lucie contraignit Pückler, avec l’insistance d’une « chancelière du trésor » tenant les rênes du ménage, à entamer une nouvelle aventure paysagère sur la propriété familiale de Branitz, la mal-aimée, à environ 40 km de là.

19Demeurait alors une œuvre d’art paysagère symphonique, en grande partie inachevée.

Genèse du parc – deuxième partie

  • 13 Lettre de Ferdinand von Nostitz au directeur en chef de Muskau, Bethe, le 8 avril 1845 (Fürstlich H (...)

20Grâce à l’attitude respectueuse adoptée par les propriétaires successifs envers les témoignages matériels de l’utopie paysagère esquissée par le prince, l’ébauche donna finalement naissance à un chef-d’œuvre finement ciselé. Cette poursuite positive de sa « parcomanie » n’allait pas de soi, comme le montre l’intermède qui suivit immédiatement le départ des Pückler. Les nouveaux propriétaires, les comtes Ferdinand von Nostitz (1777-1866), Edmund von Hatzfeldt (1798-1874) et Max von Hatzfeldt (1813-1859), considérèrent l’œuvre de Pückler sous l’angle inverse, c’est-à-dire sous l’angle économique. En conséquence de quoi ils n’hésitèrent pas à ordonner que « les aménagements les plus éloignés, dans la mesure où ils gênent et entravent l’exploitation du domaine de Braunsdorf ou d’autres branches de l’administration, soient supprimés et utilisés de manière appropriée comme champs, prairies ou forêts »13.

21Heureusement, une escalade de conflits familiaux entraîna une brouille entre les propriétaires et à peine un an plus tard, Muskau fut remis en vente. Cette fois-ci, le domaine trouva en la personne du prince Frédéric des Pays-Bas (1797-1881), beau-frère du roi de Prusse, un nouveau seigneur sensible à l’art, passionné de chasse et surtout extrêmement fortuné, issu du cercle de la haute noblesse européenne, qui fit entrer Muskau dans le groupe des résidences de remplacement (Ersatzresidenzen) néerlandaises en Silésie. C’est notamment grâce au recrutement d’Eduard Petzold (1815-1891), qui avait été formé à Muskau sous l’égide de Pückler et allait devenir l’un des chefs de file de l’art paysager en Europe, que fut réalisée une association fructueuse entre moyens financiers, goût et savoir-faire qui mena Muskau à son apogée.

22Il faut donc le souligner expressément, et le répéter encore et encore : après Pückler, le parc n’a en aucun cas décliné sur le plan artistique ou social, et encore moins sur le plan financier, à l’exception de l’intermède mentionné ci-dessus. Au contraire : ce fut là le début d’une offensive paysagère qui dura environ vingt-cinq ans, ponctuée d’investissements coûteux permettant d’achever bien des aspects du parc dans l’esprit de Pückler, de donner à l’œuvre une base solide et de l’enrichir de nouvelles facettes. Au nombre des ajouts essentiels, citons entre autres la stabilisation structurelle du château, depuis longtemps nécessaire, et, en lien avec elle, la transformation du bâtiment dans le style néorenaissance précoce, le remplacement de ponts de bois par des constructions massives, l’aménagement de l’arboretum, devenu une référence internationale, l’intégration de l’ancien terrain minier dévasté dans la partie sud-ouest du parc (Bergpark) et la construction, à Weißwasser, du nouveau pavillon de chasse inspiré du néogothique normand.

Le château remanié dans le style néorenaissance sous le prince Frédéric des Pays-Bas, à la fin des années 1860

Le château remanié dans le style néorenaissance sous le prince Frédéric des Pays-Bas, à la fin des années 1860

Lithographie colorée de Carl Wilhelm Arldt, collection Freundeskreis Historica Bad Muskau e. V.

23Cependant, même à cette époque si heureuse pour Muskau, le parc ne fut pas entièrement achevé dans les limites envisagées par Pückler. Il est probable que des coups du sort personnels entraînèrent la perte d’intérêt de Frédéric pour sa propriété de Lusace. Petzold à lui tout seul n’était pas capable et ne voulait probablement pas continuer à peindre de couleurs vives les fugaces esquisses de Pückler. Placé sous la stricte tutelle de son beau-frère, le directeur général de l’administration de Muskau, Rieloff, il se concentra sur les libertés qui lui étaient accordées dans le cadre de ses « activités secondaires » – des commandes parfois très importantes et probablement très lucratives qui lui étaient confiées dans toute l’Europe, de la côte néerlandaise de la mer du Nord jusqu’au Bosphore.

24Après la mort du prince, le comte Traugott Hermann von Arnim (1839-1919) acquit en 1883 la seigneurie de Muskau et, tout comme son neveu Adolf (1875-1931) à partir de 1919 et le fils de ce dernier, Hermann, déjà cité, à partir de 1931, devint le garant de la conservation fidèle du jardin paysager désormais légendaire. Mis à part quelques ventes de terrains et l’installation d’un site industriel sur la Neisse, non loin du centre du parc, les Arnim et leurs directeurs de parc réussirent pour l’essentiel à préserver la cohérence de l’ensemble, dans des conditions politiques et économiques parfois très difficiles. Cela ne signifie pas pour autant que les changements aient été un sujet tabou. Avec sensibilité, les comtes Arnim, tout comme le prince Friedrich avant eux, reprirent des contenus programmatiques du parc canonique de Pückler dont des points importants n’avaient pas été réalisés, dans le but de combler ces manques dans un style plus moderne. Il faut citer dans ce contexte la construction du mausolée prévu depuis longtemps (1888) sur la terrasse supérieure est du fleuve, et l’accentuation formelle d’une petite avancée de terrain au-dessus de la rive droite de la Neisse avec la Pierre de Pückler (Pücklerstein) (1901). La plus longue et la dernière période d’existence du parc en tant que propriété privée dans les mains de la famille Arnim avait duré soixante-sept ans ; elle s’acheva avec la rupture brutale et nette de 1945.

Mausolée du comte d’Arnim dans la partie orientale du parc de Muskau, vers 1890

Mausolée du comte d’Arnim dans la partie orientale du parc de Muskau, vers 1890

Collection de la fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »

« La belle au bois dormant » sombre dans le sommeil

25Lorsque, le 30 avril 1945, le Nouveau Château (Neues Schloss) fut incendié et que, dans les jours qui suivirent, il fut réduit en cendres à l’exception des murs extérieurs, la ville était presque entièrement désertée. Il fallut des semaines pour que les habitants, évacués dès la mi-février, reviennent, qu’une nouvelle administration soit mise en place et qu’un nouveau cadre juridique soit opérant. Le parc de Muskau, déchiré et malmené par les conséquences de la guerre, avait perdu ses propriétaires et ses jardiniers, et ses vastes prairies connurent d’abord une reconversion tout ce qu’il a y a de plus prosaïque en surfaces de cultures maraîchères devenues cruellement nécessaires. Du côté allemand, le renouveau d’intérêt manifesté pour l’aura esthétique du parc, pour l’obligation culturelle de le préserver, advint de manière étonnamment rapide compte tenu du cataclysme que le monde venait de connaître.

  • 14 Voir sur cette question Susanne Karn, Freiflächen- und Landschaftsplanung in der DDR. Am Beispiel v (...)

26Il était toutefois essentiel, pour que subsiste la partie orientale du parc, de trouver une manière intelligente de lui conférer des fonctions lui donnant une légitimité dans le nouveau système d’obédience socialiste. Le pavillon appelé Kavalierhaus situé au nord du château et qui n’avait pas été détruit, fut transformé en 1950 en établissement thermal (bains de tourbe) destiné aux travailleurs qui viendraient s’y reposer ou se refaire une santé. Le jardin potager (Schlossgärtnerei) se mua en une nouvelle attraction pour les visiteurs, la serre tropicale, construction improvisée qui dégageait un parfum d’exotisme avec ses plantes spectaculaires provenant de régions tropicales et subtropicales. Les habitations qui avaient appartenu aux cadres supérieurs des entreprises du comte et avaient été préservées servirent dès lors de foyer pour des familles ou furent utilisées par exemple comme jardin d’enfants, et le manège à chevaux construit avant la guerre fournit un lieu adéquat pour l’enseignement du sport aux élèves de Muskau. Avec la reconstruction étonnamment ambitieuse du « Vieux Château » (Altes Schloss) commencée en 1965, et prévoyant sa transformation en maison de la culture incluant bibliothèque, bureau de l’état-civil, musée, cave à vin et salle de concert, ainsi que la construction, dans le petit complexe thermal historique, d’une scène en plein air dans le style caractéristique de la RDA, Muskau s’inscrivait également dans le cadre de la doctrine du parc culturel socialiste14, dont le parc Gorki à Moscou était le prototype.

27Dans l’ensemble, compte tenu des conditions qui prévalaient, cette transformation de la vision du parc d’un aristocrate extraverti, adaptée de force, et du jour au lendemain, au système du collectivisme égalitariste, est tout à fait convenable, quand bien même de nombreux bâtiments souffraient de leur mauvais état ou d’une utilisation inappropriée. En revanche, cette réorientation fonctionnelle n’affecta nullement le centre architectonique et spirituel du parc, le château. Année après année, les lézardes étendirent leur emprise accusatrice sur les murs, rappelant les cruelles destructions de la guerre en 1945. Les années devinrent des décennies, et l’espoir d’une reconstruction se réduisit à une chimère. On finit par accepter que la ruine et son caractère morbide fassent partie du paysage.

  • 15 Hermann von Pückler-Muskau, Andeutungen über Landschaftsgärtnerei, op. cit., p. 159.

28La moitié orientale du chef-d’œuvre paysager déchiré perdit dans l’après-guerre ses deux architectures phares, points importants du programme conceptuel de Pückler : le petit cottage appelé « Maison anglaise », construit dès 1820, la toute première construction de Pückler, et le mausolée expressif créé en 1888 par Julius Carl Raschdorff (1823-1914), l’architecte de la cathédrale de Berlin. Aux destructions causées par la guerre succédèrent, à peine trente ans plus tard, démolition et dynamitage. En contrepoint de cette perte irréversible, les espaces du parc et les axes visuels s’effacèrent peu à peu sous l’effet des reboisements et de l’envahissement par les végétaux des vastes prairies. Toutefois, on ne toucha pas aux vieux arbres, et quelques chênes ancestraux furent préventivement classés monuments naturels ; il n’était certes plus possible d’expérimenter dans l’espace la « peinture d’après nature » (Naturmalerei)15 de Pückler, mais celle-ci ne s’estompa pas non plus pour disparaître dans une phytomasse anonyme. La partie polonaise du parc, telle la Belle au bois dormant, sombra dans un sommeil conservateur.

29Comme il a été souligné d’entrée : le parc de Muskau avait perdu dans l’après-guerre la cohérence de sa composition, son unité d’œuvre d’art. Une renaissance de ce jardin paysager emblématique était inimaginable, et certainement pas en s’en remettant à quelques travaux de jardinage. L’espoir d’une solution, de quelque nature qu’elle fût, ne pouvait se concrétiser, dans l’Europe de la guerre froide, que par un détour par le politique. D’où la digression qui suit sur les relations germano-polonaises entre la guerre et la fin du communisme.

30La frontière Oder-Neisse, décidée à la conférence de Potsdam en 1945, fut formellement reconnue le 6 juin 1950 « frontière d’État entre l’Allemagne et la Pologne ». La RDA, fondée en 1949, et la république populaire de Pologne, existant depuis 1944, ratifièrent l’accord dit de Görlitz, qui n’eut pas d’effet sur le caractère infranchissable de la frontière hérissée de fortifications. Il fallut attendre la conclusion des traités du gouvernement de coalition social-libéral de la République fédérale d’Allemagne avec l’Union soviétique et la république populaire de Pologne pour que les choses, de manière étonnante, commencent à bouger sur le sujet de la frontière sur la Neisse. Au traité de Moscou du 12 août 1970, qui déclarait la frontière Oder-Neisse inviolable, succéda à peine quatre mois plus tard le traité de Varsovie, pour la signature duquel le chancelier Willy Brandt (1913-1992) se rendit dans la capitale polonaise. C’est dans ce contexte qu’eut lieu le 7 décembre 1970 la célèbre scène où l’on vit le chancelier s’agenouiller avec humilité devant le monument aux héros du ghetto. Le jour même, Brandt signait le traité de Varsovie, par lequel l’Allemagne de l’Ouest reconnaissait elle aussi la frontière Oder-Neisse. De profondes dissensions dans le paysage politique ouest-allemand retardèrent la nécessaire approbation du Bundestag, si bien que ces traités n’entrèrent en vigueur que le 3 juin 1972 et sous réserve d’un règlement définitif des frontières par un futur traité de paix.

31Confiantes dans l’avenir, la RDA et la Pologne ouvrirent leur frontière commune dès le 1er janvier 1972. Le retentissement fut phénoménal. Cette année-là, alors que des deux côtés on s’attendait à voir 2 millions d’Allemands (de l’Est) et autant de Polonais passer la frontière, ils furent respectivement bien plus de sept millions et presque neuf millions à saisir l’occasion. Tandis que de nombreuses personnes profitaient, enthousiastes, de nouvelles possibilités de faire des achats, d’autres – les réfugiés de la Seconde Guerre mondiale – avaient pour la première fois l’opportunité de revoir leur ancienne patrie. Dans le microcosme de Muskau, la partie orientale du parc, zone interdite pendant des décennies, s’ouvrit, permettant d’explorer timidement le parc ou d’en redécouvrir certains éléments, ce qui n’était pas toujours simple. Le fait que cette ouverture se soit accompagnée de la démolition du mausolée d’Arnim est une triste coïncidence, qui montre combien les relations germano-polonaises étaient compliquées, malgré le rapprochement toujours plus étroit, et combien la défiance perdurait.

32Cependant, l’euphorie suscitée par la liberté de circulation entre les deux pays eut un effet stimulant et donna lieu – ce qu’aujourd’hui on a pratiquement oublié – à un appel à projets germano-polonais sous la houlette de l’architecte du district de Cottbus, Heinz Kästner (1923-2013). Dans la foulée, plusieurs projets paysagers de grande qualité destinés à rapprocher les parties allemande et polonaise du parc virent le jour, des projets s’inspirant de celui de Pückler. On songea même à demander à des spécialistes polonais de la conservation du patrimoine de reconstruire le château de Muskau, tandis qu’en contrepartie la RDA se serait engagée à construire de nouveaux logements dans la ville polonaise de Gubin située plus au nord sur les bords de la Neisse.

33Mais l’optimisme et l’élan des projets transfrontaliers soudain possibles dans les années 1970 furent brutalement stoppés lorsque la frontière fut à nouveau fermée en octobre 1980 en réaction au mouvement réformateur du syndicat polonais Solidarność, fondé en 1976. Pour briser son influence, le Premier ministre polonais Wojciech Jaruzelski (1923-2014) décréta l’état de siège le 13 décembre 1981. Cette fois, c’est la partie allemande qui boucla la frontière, avec pour conséquence de voir la partie orientale du parc laissée à l’abandon une décennie de plus. Les broussailles gagnèrent du terrain, les parties reboisées crurent, interférant non seulement avec la composition du parc, mais menaçant aussi de mort les arbres ancestraux ayant survécu, en les concurrençant au niveau des racines et en les privant de lumière. Le dilemme fondamental s’accrut encore en 1983 lorsqu’on déménagea la Pierre de Pückler, un des derniers repères paysagers ayant survécu, pour la réutiliser à d’autres fins que celles voulues par Pückler. Le bloc de pierre monumental fut installé à Łęknica, la ville polonaise voisine sur la Neisse, pour servir désormais de monument commémorant les soldats polonais et soviétiques tombés lors des combats de Muskau en 1945.

« La Belle au bois dormant » s’éveille

34La deuxième tentative pour renouer le fil du dialogue patrimonial réussit étrangement en 1988, à une époque où les changements politiques étaient dans l’air du temps, mais où les libertés – de circulation entre les deux pays notamment – se faisaient encore attendre. Detlef Karg, de l’Institut de sauvegarde du patrimoine de RDA, et Andrzej Michałowski, de l’administration centrale des parcs et jardins des grands domaines polonais, se rencontrèrent à Zielona Góra pour préparer un contrat, signé le 21 février à Berlin, qui devait poser les bases d’une coopération paysagère pour l’ensemble du parc de Muskau. Les quarante-cinq années de séparation et d’évolution divergente des deux parties nécessitaient de repartir de zéro. La barrière de la langue, la réglementation, des approches méthodologiques, des convictions différentes, et tout bêtement l’absence criante d’un plan du parc à jour firent partie des difficultés rencontrées au début. Mais, en face de cela, un but commun inébranlable : la réunification du parc germano-polonais de Muskau dans le respect de son caractère patrimonial.

Membres du personnel polonais et allemand chargé de l’entretien du parc devant la Pierre de Pückler, lors de son transfert vers son emplacement historique, en 1991.

Membres du personnel polonais et allemand chargé de l’entretien du parc devant la Pierre de Pückler, lors de son transfert vers son emplacement historique, en 1991.

De gauche à droite : Ekkehard Brucksch, Andrzej Michałowski, Gabriele Schulz, Marek Siewniak, Reinhard Grau (†), Detlef Karg, Hans-Joachim Dreger et Torsten Volkmann

Collection de la fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »

  • 16 Detlef Karg, « Erster deutsch-polnischer Arbeitseinsatz im Muskauer Park », Die Gartenkunst 2/1, 19 (...)

35Cette motivation, l’enthousiasme du jardinier, le respect mutuel, la patience, la persévérance, le courage de quitter les sentiers battus et surtout l’extrême investissement personnel des acteurs principaux expliquent que les premiers succès ne se soient pas fait attendre. On comptera au nombre de ces réussites le tour de force qui consista à désaffecter et retransférer la Pierre de Pückler sur son site historique, où le 30 octobre 1991, le jour du 206e anniversaire de Pückler, elle fut rendue à sa destination commémorative première, ornée d’une réplique du portrait du prince gravé sur bronze (l’original ayant été perdu). Avant même les célébrations, il avait été possible, grâce à plusieurs opérations de débroussaillage menées par des équipes germano-polonaises, de libérer la vue panoramique depuis le centre du parc (en Pologne) vers le centre architectonique (en Allemagne désormais réunifiée), une vue à couper le souffle tant elle est imprenable et belle, et de lui rendre toute sa force paysagère16.

Vue panoramique à nouveau dégagée depuis la Pierre de Pückler, en 2007

Vue panoramique à nouveau dégagée depuis la Pierre de Pückler, en 2007

Astrid Roscher, fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »

36Une nouvelle fois, l’évolution du parc de Muskau reflétait, à petite échelle, l’histoire mondiale. L’opposition polonaise ainsi que l’arrivée au pouvoir de Michail Gorbatchev (1931-2022) avaient préparé le terrain pour plus de liberté et d’autodétermination, créant le soir du 9 novembre 1989 une situation psychologique pleine d’incertitude, où le désir de changement de la population put s’exprimer non sans malentendus, burlesques parfois, ni sans chaînes de commandement rompues, mais – fort heureusement – sans violence. La chute du Mur sonna la fin du régime communiste, et la réunification allemande le 3 octobre 1990 ouvrit une nouvelle fois de toutes autres perspectives de coopération transfrontalière. À la suite de la reconnaissance définitive de la frontière Oder-Neisse par l’Allemagne réunifiée le 14 novembre 1990, la république de Pologne ouvrit sa frontière – avec un léger retard – le 8 avril 1991, facilitant grandement les opérations communes de jardinage dans le parc de Muskau. En 1992, la partie occidentale du parc entra dans le giron du Land de Saxe, en 1993 fut créée la fondation Fürst-Pückler-Park Bad Muskau, bénéficiant de subventions fédérales, la partie polonaise du parc, enfin, fut placée sous la tutelle du ministère de la Culture polonais : le parc pouvait s’appuyer sur des structures administratives solides.

37Quelle tournure les choses devaient-elles prendre concrètement désormais ? Le retour de la pierre de Pückler avait réussi, et Andrzej Michałowski croyait même alors, selon ses propres termes, que le travail était terminé, méconnaissant l’ampleur et la complexité de la conception – transfrontalière – du parc paysager de Muskau. Du côté allemand, la fondation Fürst-Pückler-Park Bad Muskau connut des débuts difficiles. Des dissensions internes empêchaient de voir l’essentiel, à savoir la singularité d’une collaboration binationale et, corollairement, des façons différentes de travailler ou de pratiquer la diplomatie. C’est ainsi que le Service du Land de Saxe pour la conservation du patrimoine (exerçant à partir de 1990 la tutelle de la partie ouest) continua d’être l’interlocuteur privilégié d’Andrzej Michałowski, la fondation n’ayant pas encore fait ses preuves aux yeux de ce dernier.

  • 17 Ce Comité international des paysages culturels fait appel à des experts issus de l’International Fe (...)

38Quelques années s’écoulèrent sans progrès notable jusqu’à ce qu’en 1998 plusieurs facteurs favorables se trouvent réunis pour provoquer un effet catalyseur. La fondation organisa un grand colloque international sur Eduard Petzold, l’autre jardinier légendaire de Muskau ; le succès de ce colloque, qui apporta à la fondation un surcroît non négligeable de notoriété, ne passa pas inaperçu aux yeux de la partie polonaise. Puis, on put officiellement gagner Robert de Jong (1944-2010), en tant qu’expert extérieur, à la cause d’une candidature germano-polonaise en vue de l’inscription du parc de Muskau sur la liste du Patrimoine Mondial. Dans le contexte de la réunification allemande et en signe de rapprochement et de réconciliation entre l’Allemagne et la Pologne, Andrzej Michałowski avait déjà lancé l’idée – visionnaire – de faire de l’œuvre d’art paysagère créée par Pückler sur les bords de la Neisse un site du patrimoine mondial de l’UNESCO. S’il était assuré de recueillir l’assentiment pour cette initiative, la façon de la concrétiser resta en suspens des années, jusqu’à ce que Robert de Jong contribue à soutenir le projet. Ce dernier et Michałowski se connaissaient très bien, ayant collaboré au sein de l’International Committee on Cultural Landscapes de l’ICOMOS/IFLA17, dont sont issus les experts chargés de rendre un avis sur les candidatures relevant de la catégorie des jardins historiques, un joint committee présidé pendant de longues années par Robert de Jong justement.

39De chaque côté du parc de Muskau, on continuait de renforcer considérablement les compétences opérationnelles et les moyens, et on constatait un soutien politique croissant. C’est ainsi qu’en 1998 on réussit, chose inespérée, à créer un projet germano-polonais dans le cadre de la politique d’aide à l’emploi des jeunes, qui permit pendant de nombreuses années de mener à bien des projets ambitieux liés à la voirie et de dégager progressivement les perspectives historiques dans la partie polonaise du parc. Lors de ces opérations, la candidature au patrimoine mondial ne fut jamais perdue de vue. Le dossier fut finalement déposé en 2002 et complété un an plus tard par une feuille de route. La même année, l’ICOMOS procédait à l’évaluation de la demande.

40Si le rétablissement de la continuité visuelle entre les deux moitiés du parc avait fait d’admirables progrès et si la restauration des chemins et des sentiers facilitait la redécouverte de la composition paysagère voulue par Pückler, un obstacle de taille, quasiment insurmontable, subsistait : rétablir une liaison directe entre les deux parties du parc en reconstruisant le double pont, situé au centre du domaine, détruit pendant la guerre. Il existait entre l’Allemagne et la Pologne des accords incroyablement compliqués relatifs aux ponts, mais surtout, la Neisse constituait à l’époque la frontière extérieure de l’Union européenne. La construction d’un pont romantique enjambant cette ligne de démarcation politique ne figurait bien sûr dans aucun agenda.

41La chancellerie fédérale de Bonn lança une première initiative en ce sens au début des années 1990, elle avait choisi ce lieu pour mettre en scène la réconciliation germano-polonaise sous la forme symbolique d’une poignée de main entre Helmut Kohl (1930-2017) et le président polonais Lech Wałęza, dans une volonté de rappeler le geste de Kohl et du président français François Mitterrand (1916-1996) sur les tombes de Verdun en 1984. La chancellerie fédérale misait sur une réalisation rapide, que la situation embrouillée ne permit pas, lui faisant perdre son intérêt pour le projet. Au milieu des années 1990, après la création de la fondation (sans lien avec les démarches de Bonn), un concours fut lancé pour la reconstruction du pont. Les résultats, tantôt surprenants, tantôt originaux, ne permirent malheureusement pas aux jurés allemands et polonais de se mettre d’accord. On finit par retenir une nouvelle façon d’envisager les choses, plus consensuelle, un moyen terme entre reconstruction à l’identique et création originale : on utiliserait des éléments historiques du pont pour aboutir à une forme nouvelle.

42Les pourparlers portant sur les trois (pas moins !) accords bilatéraux relatifs aux ponts étaient encore en cours lorsque le président de la fondation, le Saxon Karl-Heinz Carl (1927-2012), à la personnalité charismatique, n’hésita pas à bousculer à son tour l’orthodoxie. Il trancha le nœud gordien en ordonnant la construction du premier segment du double pont, situé du côté allemand, faisant fi des cahiers des charges et des réserves émises, bref, de l’absence d’une approbation du projet complet, prévoyant de relier les deux moitiés du parc par deux ponts et une île. Et c’est ainsi qu’un chancelier allemand put tout de même poser le pied sur le double pont de Muskau. Ce fut Gerhard Schröder qui, visitant le parc en 2000, franchit le pont, c’est-à-dire, en toute logique, le premier segment seulement (lequel enjambe un bief de la Neisse), sans pouvoir traverser toutefois la frontière entre les deux États. Le projet, désormais bien connu des cercles administratifs, toucha finalement à son terme en 2003, après que le problème du financement eut été résolu bilatéralement. Une première inauguration, provisoire et très froide, eut lieu en octobre 2003, elle fut suivie le 1er mai 2004 d’une grande fête populaire, très animée, sur le double pont, célébrant par la même occasion l’élargissement de l’Union européenne, un événement de portée historique.

Inauguration du pont double le 1er mai 2004

Inauguration du pont double le 1er mai 2004

Collection de la fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »

43Enfin, le parc de Muskau disposait à nouveau, presque soixante ans après le dynamitage des ponts sur la Neisse pendant la Seconde Guerre mondiale, d’un passage à pied direct franchissant le fleuve frontière, recélant la même charge symbolique pour les Allemands que pour les Polonais. Il y avait toutefois une restriction. La Pologne avait certes adhéré à l’Union européenne, mais n’était pas encore membre de l’espace Schengen, ce qui nécessitait du point de vue rigoriste de Bruxelles d’assurer formellement la sécurité de la frontière et d’instaurer des contrôles sur le pont lui-même. Ce caprice dû aux aléas politiques ne fut en fin de compte qu’un intermède, court certes, mais saugrenu aussi parfois. Le 21 décembre 2007, la république de Pologne franchit l’obstacle de Schengen et fut totalement intégrée à l’Europe, et le libre franchissement de la frontière au beau milieu du parc de Muskau fut acquis. L’ancien rêve était devenu une réalité : une promenade sans discontinuité menait, le long des chemins « artistes » de Pückler de nouveau uniformément recouverts de gravier, vers les grandioses belvédères, rythmés par des bancs de granit ayant retrouvé leur emplacement d’origine, et dont les perspectives incitaient à la méditation et conduisaient le regard au-delà de la Neisse.

  • 18 En 2004, la session annuelle du comité du patrimoine mondial de l’UNESCO, qui décide des demandes s (...)

44Ce qui était autrefois un handicap – la division entre deux États – se transforma de plus en plus en une chance. En matière d’entretien et de sauvegarde d’un patrimoine culturel commun, cette coopération germano-polonaise soutenue par le politique acquit de plus en plus le rôle d’un exemple à suivre internationalement. Cet aspect – sans être forcément formalisé, mais en tout cas présent dans les esprits – joua également un rôle loin d’être mineur dans la réussite de la candidature initiée par Andrzej Michałowski et soutenue par la suite, de manière déterminante, par Robert de Jong et Karl-Heinz Carl et d’autres – réussite scellée le 2 juillet 2004 dans la ville chinoise de Suzhou18. L’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO était une émouvante reconnaissance du travail accompli par les gardiens du patrimoine paysager, en même temps qu’une garantie de la plus haute importance pour la pérennité de cette œuvre d’art paysagère.

Remise du certificat actant l’inscription au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, le 27 mai 2005

Remise du certificat actant l’inscription au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, le 27 mai 2005

De gauche à droite : Christina Weiss (ministre fédérale à la Culture et aux Médias), Thomas Jurk (ministre du land de Saxe à l’Économie et au Travail), Wolfgang Voß (président du conseil de la fondation), Hans-Heinrich Wrede (président du conseil exécutif de l’UNESCO), Jacek Rulewicz (directeur du Centre national de recherche et de documentation sur les Monuments – aujourd’hui NID), Waldemar Dąbrowski (ministre de la Culture de la république de Pologne)

Dietmar Damzog, fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »

45En parallèle de la restauration de la partie orientale du parc, des projets immobiliers urgents furent entre-temps mis en œuvre du côté occidental. En 1994, l’orangerie fut aménagée pour servir de siège administratif à la fondation. De 1995 à 2005, ce fut au tour des communs (Schlossvorwerk) d’être progressivement remis en état. Tout près de là, l’ancienne usine à papier des comtes Arnim, un complexe industriel aussi délabré que gigantesque, fut courageusement et énergiquement rasée en 1999 et, s’inspirant de la disposition des espaces utilitaires au temps de Pückler, le terrain fut réaménagé avec des arbustes rythmant le chemin longeant la Neisse, un parking pour les visiteurs et un entrepôt judicieusement inséré dans l’ensemble.

46En 1996, après les premiers travaux de mise en sécurité des ruines du château, c’est une nouvelle fois de façon peu orthodoxe et sans idée claire de ce qu’on pourrait en faire qu’on commença, avec circonspection, à reconstruire le bâtiment détruit pendant la guerre. De nombreux habitants de Muskau, habitués à cohabiter depuis deux générations avec les ruines, n’osaient plus espérer une telle décision. Grâce à d’importants investissements de l’État et du Land de Saxe ainsi que du programme européen Interreg, les différentes ailes furent prudemment restaurées et retrouvèrent vie. Après l’aménagement de bureaux et de salles de séminaire dans l’aile nord (2003), l’aile sud accueillit une réjouissante et imaginative exposition permanente consacrée à la vie du prince de Pückler et à l’histoire du parc (2008). Dans l’aile ouest, l’aile principale, emménagèrent en cette même année l’espace accueil des visiteurs ainsi que, quatre ans plus tard, des espaces d’exposition temporaire et un nouveau café. Dans la foulée, la grande tour du château ouvrit ses portes, et la fondation trouva dans les combles l’espace où installer les bureaux dont elle avait un besoin urgent. Le point d’orgue fut l’inauguration de la salle des fêtes en septembre 2013, une annexe datant des années 1920. La même année, on acheva la rénovation de la façade du Kavalierhaus, le bâtiment central, situé tout près au nord.

Vue depuis la prairie vers le château, 2014

Vue depuis la prairie vers le château, 2014

Astrid Roscher, fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »

47Entre-temps un programme national dédié aux sites de l’UNESCO permit la reconstruction du deuxième pont sur la Neisse, le pont anglais (Englische Brücke, 2011). Ainsi, les sentiers historiques parcourant le parc retrouvèrent leur tracé en boucle, et les deux moitiés du parc furent de nouveau définitivement réunies, conformément à la volonté de son concepteur. Cette clef de voûte de la réunification du parc paysager, qu’on n’aurait jamais crue possible, coïncida avec la liberté complète accordée tardivement aux travailleurs polonais de circuler en Allemagne. Jardin et politique, à nouveau, se répondaient. La Pologne intégrait définitivement la famille européenne sur un pied d’égalité, et le microcosme de Muskau, retrouvant son âme, s’était réinventé en arpentant les voies anciennes de l’art des jardins.

48Les principaux jalons de la renaissance du parc de Muskau étaient posés, mais il restait et reste de quoi faire, tel ou tel détail du chef-d’œuvre paysager demandant encore d’être mis en valeur dans le cadre fixé par Pückler. Ainsi le jardin potager historique du château a retrouvé en 2012 sa destination première. Des serres modernes, un salon de verdure pour de petites manifestations en plein air, des murs pour palisser des arbres fruitiers, des arbustes dans des boulingrins et la culture de variétés anciennes de légumes viennent compléter et agrémenter les monumentales étendues du jardin paysager.

49Depuis 2014, l’accent est mis, du côté allemand, sur la rénovation des thermes (Hermannsbad), une de ces idées alambiquées du prince, qui à partir de 1823 s’efforça d’imiter Marienbad pour tenter de renflouer les caisses vides. Bien sûr, l’histoire de ce petit centre thermal ne prit pas le chemin escompté. Faute de rentabilité, après des décennies en dents de scie, l’établissement fut fermé en 1937, et cette partie du parc avec ses installations thermales et le parc montagneux les entourant, sombra dans la léthargie, à l’instar de la partie orientale quelques années plus tard. Ce n’est qu’à partir de 2013 qu’on commença à y remédier énergiquement en se fixant pour but une revitalisation durable. L’élaboration d’un projet général pour la partie sud-ouest du jardin paysager, le parc montagneux et son espace central, le pleasure ground des thermes, pour ainsi dire autonome, ouvrait une perspective solide pour cette enclave si longtemps oubliée. On commença par remettre en état la rotonde (2015) à l’architecture charmante avec son décor Art Nouveau. Suivirent la réfection de la voie ferrée forestière historique (2017), un moyen important d’amener touristes et visiteurs jusqu’aux thermes, la rénovation de la Villa Bellevue, une ancienne « maison garnie » (2018), ainsi qu’en 2023 l’achèvement des travaux des bains historiques de 1865. En 2024, une exposition permanente consacrée au voyage en Orient du prince Pückler viendra provisoirement conclure à la fois la coûteuse mise en service de la Villa Pückler, construite en même temps que les bains, et dix ans d’investissement dans le parc thermal de Muskau.

Les thermes (Hermannsbad), 2018

Les thermes (Hermannsbad), 2018

Sophie Geisler, fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »

50En 2018, la fondation s’est vu confier la brasserie Pückler, un autre objet digne d’intérêt du point de vue de l’histoire de l’art. Située à la limite historique nord de la ville, on y produira et servira à nouveau de la bière. La série des grands projets sera (provisoirement) conclue par les travaux d’extension du Kavalierhaus prévus ces prochaines années pour abriter le centre d’accueil des visiteurs du Géoparc germano-polonais de l’UNESCO « Muskauer Faltenbogen ». Ce projet, dans la droite ligne des idées de Pückler, sort du cadre du parc pour embrasser le paysage extérieur. En même temps, il associe clairement, et à nouveau de manière emblématique, deux sites de l’UNESCO, qui par bien des aspects se recouvrent spatialement et thématiquement.

51Dans la partie orientale également, les principaux décors historiques du parc ont été ressuscités ces dernières décennies ; les indications toutes simples signalant les bâtiments disparus dans l’après-guerre, notamment, sont une réussite. L’emplacement où se trouvait le mausolée d’Arnim avant sa destruction a été matérialisé par des talus (2001), et la discrète mise en exergue du terrain aux abords de la maison anglaise, une étape intermédiaire, témoigne d’une approche prudente en termes de conservation du patrimoine. Avec les coûteuses restaurations du pont du Prince (Prinzenbrücke, 2000), du pont aux arcades (Arkadenbrücke, 2011) et du grand viaduc de l’Herrenberg (2019), ce sont trois ouvrages monumentaux permettant de franchir des ravines d’origine glaciaire qui ont pu être sécurisés de manière durable et professionnelle, et qui ont pu voir préservées leur fonction et leur ornementation impressionnante. Une atmosphère romantique dans l’esprit de Pückler émane à nouveau de la « tombe de l’inconnu » (Grab des Unbekannten), une fabrique datant de l’époque de la création du site, que l’actuelle administration polonaise du parc (Narodowy Instytut Dziedzictwa) a reconstruite à l’identique et dans ses moindres détails.

Terrasse du mausolée dans la partie orientale du parc, 2007

Terrasse du mausolée dans la partie orientale du parc, 2007

Astrid Roscher, fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »

52Le parc germano-polonais de Muskau est là à nouveau, ce que plus personne ne considérait comme possible. Peut-être plus beau et plus vivant que jamais. Si, après 1945, le site a d’abord disparu de la topographie des grands jardins de ce continent, voire de cette planète, et si l’occasion de faire revivre la vision philanthropique du prince paysagiste s’est présentée plus de quarante ans plus tard, c’est parce que la politique en a décidé ainsi, pour le meilleur et pour le pire. On doit à la clairvoyance de quelques-uns, à leur goût pour la beauté des paysages et, en même temps, à leur action peu orthodoxe le fait qu’aient été mises aussi à la disposition du jardin les marges de manœuvre politiques rendues possibles par la chute du Mur.

Vue depuis le château vers l’est au lever du soleil, 2022

Vue depuis le château vers l’est au lever du soleil, 2022

Anne Joachim, fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »

53Reste à espérer qu’une tragédie politique ne vienne pas retirer aux jardinières et jardiniers polonais et allemands leur pleasure ground de Muskau, car sans leur engagement et leur passion, sans leur attention, le site du patrimoine mondial de l’UNESCO dépérirait inévitablement, telle une sansevieria qu’on n’arrose plus et qu’on laisse s’étioler dans son bureau. C’est pourquoi il nous faut scander haut et fort le credo de Pückler :

  • 19 Hermann von Pückler-Muskau, Andeutungen über Landschaftsgärtnerei, op. cit., p. 141-142 (Aperçus su (...)

Il nous est impossible, dans l’art de créer des paysages, de fournir une œuvre permanente, une œuvre à laquelle on ait mis la dernière main, comme le font les peintres, les statuaires et les architectes : attendu que ce n’est point une œuvre morte, mais qu’au contraire nos portraits, semblables à ceux de la nature, reçoivent constamment la vie, […] n’existent jamais, c’est-à-dire qu’ils ne s’arrêtent point, ne sont jamais entièrement fixes, et ne peuvent être abandonnés à eux-mêmes. Il est donc bien essentiel pour les ouvrages de ce genre qu’un œil exercé les surveille sans cesse, et qu’une main habile les dirige19.

Haut de page

Notes

1 Mes plus vifs remerciements vont à Astrid Roscher pour son aide dans la rédaction de cette contribution.

2 Hermann von Pückler-Muskau, Tutti frutti. Aus den Papieren des Verstorbenen, vol. 1, Stuttgart, 1834, p. 134 [traduction française sous le titre De tout un peu, Paris, Fournier, 1834, vol. 1, p. 127].

3 Hermann von Arnim et Willi A. Boelcke, Muskau. Standesherrschaft zwischen Spree und Neiße, Francfort-sur-le-Main, Berlin et Vienne, 1978, p. 490.

4 Hermann von Pückler-Muskau, Andeutungen über Landschaftsgärtnerei, Stuttgart, 1834.

5 Cette traduction a été récemment rééditée : voir Hermann von Pückler-Muskau, Aperçus sur l’art du jardin paysager assortis d’une description détaillée du parc de Muskau et d’un atlas de 45 illustrations et 4 plans couleur. Traduction de 1847 rééditée et présentée par Stéphanie de Courtois, Marie-Ange Maillet et Eryck de Rubercy, Paris, Klincksieck, 2014.

6 Les jardins perdus de Heligan, en Cornouailles, restaurés en 1990 [n.d.t.].

7 Günter J. Vaupel, Hermann Graf von Pückler-Muskau. Entre chien et loup. Briefe und Biographie 1808-1815 (Bd. 2), Dresde, Thelem, 2009, p. 642-643.

8 Leopold Schefer, « Der Park von Muskau. I. Eine Skizze von Leopold Schefer », Illustrierte Zeitung 319, 11 août 1849 (p. 87-90), ici p. 89.

9 Hermann von Pückler-Muskau, Andeutungen über Landschaftsgärtnerei, op. cit., p. 177.

10 Lettre de Pückler à Lucie du 5 sept. 1827 (archives Pückler conservées à Branitz, 078/00215/1119).

11 Pückler reçut son « diplôme » de prince [le document attestant de sa qualité princière, n.d.t.] en 1822. L’expression « prince vert » fait référence à la très populaire biographie du prince, Der grüne Fürst. Das abenteuerliche Leben des Hermann Pückler-Muskau, du journaliste Heinz Ohff, parue en 1991 et maintes fois rééditée.

12 Hermann von Pückler-Muskau, « Semilasso in Aegypten. V. Der dicke Prinz », Außerordentliche Beilage zur Allgemeinen Zeitung 404 et 405, 19 août 1837, p. 1613.

13 Lettre de Ferdinand von Nostitz au directeur en chef de Muskau, Bethe, le 8 avril 1845 (Fürstlich Hatzfeldt-Wildenburg’sches Archiv Schloss Schönstein bei Wissen, Akte 5518).

14 Voir sur cette question Susanne Karn, Freiflächen- und Landschaftsplanung in der DDR. Am Beispiel von Werken des Landschaftsarchitekten Walter Funcke (1907-87), Münster, 2004, p. 189 sq.

15 Hermann von Pückler-Muskau, Andeutungen über Landschaftsgärtnerei, op. cit., p. 159.

16 Detlef Karg, « Erster deutsch-polnischer Arbeitseinsatz im Muskauer Park », Die Gartenkunst 2/1, 1990, p. 160.

17 Ce Comité international des paysages culturels fait appel à des experts issus de l’International Federation of Landscape Architect (IFLA) et de l’International Council for Monuments and Sites (ICOMOS).

18 En 2004, la session annuelle du comité du patrimoine mondial de l’UNESCO, qui décide des demandes soumises, s’est tenue à Suzhou. En 2003, la candidature germano-polonaise de Muskau avait été soumise au Bureau du patrimoine mondial à Paris, puis évaluée sur place à Muskau. L’ICOMOS rédigea ensuite un avis sur la base duquel le Comité du patrimoine mondial prit sa décision en Chine.

19 Hermann von Pückler-Muskau, Andeutungen über Landschaftsgärtnerei, op. cit., p. 141-142 (Aperçus sur l’art du jardin paysager, op. cit., p. 77).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Prince Hermann von Pückler-Muskau, vers 1838
Crédits Lithographie de Wilhelm Devrient, collection de la fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Ruine du château de Muskau, vers 1950
Crédits Collection Ekkehard Brucksch, Bad Muskau
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Division du parc de Muskau en 1945 en une partie allemande (à gauche) et une partie polonaise (à droite)
Légende Vue aérienne de 1944.
Crédits Traitement : Astrid Roscher, fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Vue depuis la terrasse orientale inférieure de la Neisse (site ultérieur de la Pierre de Pückler), au-dessus du parc de Muskau, 1834.
Légende Excepté la transformation du château qui n’a pas été réalisée, la vue montre globalement l’état du jardin paysager à cette époque
Crédits Lithographie colorée extraite des Andeutungen über Landschaftsgärtnerei, planche XXII
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Vue depuis la terrasse orientale inférieure de la Neisse (ancien emplacement de la Pierre de Pückler) en 1989
Crédits Photographie d’Ekkehard Brucksch, Bad Muskau
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Vue depuis le château sur les allées baroques de tilleuls en croix, vers 1815
Crédits Lithographie colorée, extraite des Andeutungen über Landschaftsgärtnerei, planche II a
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Vue depuis le château après la suppression de la plupart des tilleuls, 1834.
Légende Les parterres de fleurs et les sculptures décoratives visibles sur cette vue ne furent pas réalisés
Crédits Lithographie colorée extraite des Andeutungen über Landschaftsgärtnerei, planche II b
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Le château remanié dans le style néorenaissance sous le prince Frédéric des Pays-Bas, à la fin des années 1860
Crédits Lithographie colorée de Carl Wilhelm Arldt, collection Freundeskreis Historica Bad Muskau e. V.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Mausolée du comte d’Arnim dans la partie orientale du parc de Muskau, vers 1890
Crédits Collection de la fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Membres du personnel polonais et allemand chargé de l’entretien du parc devant la Pierre de Pückler, lors de son transfert vers son emplacement historique, en 1991.
Légende De gauche à droite : Ekkehard Brucksch, Andrzej Michałowski, Gabriele Schulz, Marek Siewniak, Reinhard Grau (†), Detlef Karg, Hans-Joachim Dreger et Torsten Volkmann
Crédits Collection de la fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Vue panoramique à nouveau dégagée depuis la Pierre de Pückler, en 2007
Crédits Astrid Roscher, fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Inauguration du pont double le 1er mai 2004
Crédits Collection de la fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Remise du certificat actant l’inscription au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, le 27 mai 2005
Légende De gauche à droite : Christina Weiss (ministre fédérale à la Culture et aux Médias), Thomas Jurk (ministre du land de Saxe à l’Économie et au Travail), Wolfgang Voß (président du conseil de la fondation), Hans-Heinrich Wrede (président du conseil exécutif de l’UNESCO), Jacek Rulewicz (directeur du Centre national de recherche et de documentation sur les Monuments – aujourd’hui NID), Waldemar Dąbrowski (ministre de la Culture de la république de Pologne)
Crédits Dietmar Damzog, fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Vue depuis la prairie vers le château, 2014
Crédits Astrid Roscher, fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Les thermes (Hermannsbad), 2018
Crédits Sophie Geisler, fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Terrasse du mausolée dans la partie orientale du parc, 2007
Crédits Astrid Roscher, fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Vue depuis le château vers l’est au lever du soleil, 2022
Crédits Anne Joachim, fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau »
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4456/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cord Panning, « Le parc de Muskau et sa restauration. Un projet transfrontalier germano-polonais dans le contexte du tournant politique de 1990 en Europe centrale et orientale »Revue germanique internationale, 38 | 2023, 133-160.

Référence électronique

Cord Panning, « Le parc de Muskau et sa restauration. Un projet transfrontalier germano-polonais dans le contexte du tournant politique de 1990 en Europe centrale et orientale »Revue germanique internationale [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rgi/4456 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.4456

Haut de page

Auteur

Cord Panning

Ingénieur (Dipl.-Ing.), jardinier et architecte paysagiste, gérant et directeur du parc de la fondation « Fürst-Pückler-Park Bad Muskau » de Bad Muskau (Saxe) depuis 1997

Haut de page

Traducteurs

Marie-Ange Maillet

Maîtresse de conférences en études germaniques, université Paris VIII-Vincennes-Saint-Denis (UR Mondes Allemands)

Gilles Sosnowski

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search