Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38« Parkseminare ». Conservation de...

« Parkseminare ». Conservation des jardins patrimoniaux et protection de la nature à travers l’engagement citoyen

Parkseminare. Gartendenkmalpflege und Naturschutz durch bürgerschaftliches Engagement
“Park Seminars”. Garden Monument Preservation and Nature Conservation through Civic Engagement
Claudius Wecke
Traduction de Gilles Sosnowski
p. 161-180

Résumés

Depuis 1960, le développement en Allemagne de « séminaires parcs et jardins » (Parkseminare), qui se sont établis comme instrument de conservation des jardins historiques et de protection de la nature, permet de mieux sensibiliser le public à la cause des parcs et jardins et de permettre aux personnes intéressées de participer à leur entretien et à leur conservation. Le terme de Parkseminare reflète l’approche théorique des premières années : il s’agissait de montrer, par des visites guidées, des discussions et des conférences, que les parcs et jardins de l’ancienne RDA avaient été fortement négligés après la Seconde Guerre mondiale. À partir de 1976, cette approche connut des développements décisifs grâce à l’ajout de travaux pratiques de conservation des jardins. C’est dans cette combinaison de théorie, de pratique et de médiation en matière d’histoire des jardins et de conservation des monuments historiques que réside la qualité de ces Parkseminare, qui depuis leur création, ont réuni des spécialistes et des amateurs intéressés dans près de 250 manifestations en Allemagne, en Pologne et en République tchèque.

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Rudolf Schröder et Claudius Wecke, Das Parkseminar, Gartendenkmalpflege und Naturschutz durch bürge (...)

1Les parcs et les jardins historiques nécessitent un entretien continu assuré par un personnel spécialisé dans la conservation de ce type de patrimoine. Pour entretenir sérieusement les parcs ou certaines parties de ces parcs laissés à l’abandon, leur assurer une plus grande visibilité auprès du public et permettre aux personnes intéressées de participer à leur entretien et à leur conservation, se sont développés depuis les années 1960 en Allemagne des Parkseminare (séminaires « parcs et jardins »), qui ont trouvé leur place en tant qu’instrument au service de la conservation des jardins patrimoniaux2.

2Pour être précis, ces séminaires ont vu le jour en Allemagne de l’Est, dans l’ancienne RDA. De nombreux parcs et jardins y avaient été laissés quasi à l’abandon pendant la Deuxième Guerre mondiale et dans l’après-guerre. Beaucoup d’espaces avaient même été bombardés pendant la guerre et avaient souffert des combats. De plus, la misère sévissant après 1945 conduisit à des vols de bois et à l’utilisation des prairies à des fins de culture vivrière dans le cadre du programme « Brachlandaktion » (action jachère). À partir de 1950 environ, de nombreuses prairies comprises dans les parcs de l’Allemagne de l’Est furent réhabilitées les unes après les autres, mais ce sont surtout les surfaces boisées qui, faute d’entretien pendant plus d’une décennie, étaient en mauvais état. Les drageons et rejets de souche avaient proliféré et s’étaient transformés en peuplements beaucoup trop denses de jeunes arbres étrangers aux essences d’origine, qui envahissaient et évinçaient les groupes d’arbustes.

  • 3 Peter Fibich, « Freiwillige Bemühungen um historische Gärten in der DDR », in : DGGL e. V. (éd.), G (...)
  • 4 Ibid., p. 98.

3Pour mettre un terme à cette destruction rampante des jardins patrimoniaux eut lieu à Dessau, le 6 mai 1955, un colloque intitulé « Entretien des parcs et jardins historiques et paysagistes »3. Ce colloque aboutit à la création du Zentrales Parkaktiv rattaché au Kulturbund de la RDA, un groupe d’experts ayant pour mission de convaincre spécialistes et citoyens intéressés de la gravité de la situation et de se charger du travail d’information fondé sur une expertise. Hermann Schüttauf (1890-1967) en fut l’un des principaux initiateurs. Il fut, jusque peu après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, Directeur des Jardins d’État en Saxe, puis architecte paysagiste indépendant. En dehors des colloques spécialisés, l’idée de Schüttauf était de transmettre « certains aspects de la conservation des jardins patrimoniaux en privilégiant la pratique »4 ; c’est cette idée qui fut à l’origine des séminaires « parcs et jardins ».

L’ancien directeur des jardins nationaux de Saxe, Hermann Schüttauf (vers 1963), inventeur des Parkseminare

L’ancien directeur des jardins nationaux de Saxe, Hermann Schüttauf (vers 1963), inventeur des Parkseminare

4C’est ainsi que de 1960 à 1962 eurent lieu à Weimar les trois premières éditions sous la dénomination de « Parkseminare ». En dehors des conférences, les discussions menées sur place avaient pour objet principal les mesures à prendre, notamment en matière de défrichage et abattage, mesures d’une importance capitale pour le parc des bords de l’Ilm. Étant donné qu’à cette époque ces thèmes étaient à peine abordés dans les formations spécialisées ou à l’université, ces manifestations avaient aussi pour but d’apporter aux jeunes générations de spécialistes de solides connaissances sur les parcs et leur entretien. Mais ces manifestations étaient aussi ouvertes aux amateurs intéressés soucieux de voir les parcs être conservés. Ensuite, les participants assuraient la diffusion des nouvelles découvertes et expériences dans d’autres régions et d’autres parcs.

Travaux pratiques dans le cadre du Parkseminar de Brody

Travaux pratiques dans le cadre du Parkseminar de Brody

Photographie de Stefanie Sonntag, 2009

  • 5 Helmut Rippl, Impulse für unsere Kulturlandschaft. Erkenntnisse – Einsichten. Ideen – Forderungen. (...)

5L’appellation « Parkseminare », qui reflète l’approche principalement théorique des débuts, est certainement due à Schüttauf. Après qu’en 1965 eut encore eu lieu un séminaire dans le parc de Muskau à l’occasion du 150e anniversaire de sa création, la mort accidentelle soudaine de Schüttauf en 1967 marqua un coup d’arrêt brutal. Deux ans plus tard, Harri Günther (né en 1928), directeur de l’Établissement national des jardins et châteaux de Postdam-Sans Souci, fut invité à prendre la tête du Zentrales Parkaktiv et à en relancer toutes les activités5. Dès 1969, une réunion de travail eut lieu, inaugurant la tradition des réunions annuelles de ce comité ad hoc. Helmut Rippl (1925-2022), architecte paysagiste au bureau de l’aménagement des territoires, villes et villages de l’arrondissement de Cottbus et, à partir d’octobre 1974 successeur de Günther à la tête du Zentrales Parkaktiv, reprit les idées de Schüttauf et organisa en 1976 à Wiesenburg/Mark le premier Parkseminar au niveau national.

C’est dans le parc du château de Wiesenburg que s’est tenu en 1976 le premier Parkseminar, mêlant enseignements théoriques et travaux pratiques.

C’est dans le parc du château de Wiesenburg que s’est tenu en 1976 le premier Parkseminar, mêlant enseignements théoriques et travaux pratiques.

Vue depuis le parterre central sur l’église Sainte-Marie de Wiesenburg

Photographie de l’auteur, 2012

6Tous les arrondissements de RDA avaient été priés d’envoyer des personnes intéressées par l’entretien des jardins. C’est ainsi que Rudolf Schröder (né en 1933), responsable du comité de dendrologie pour l’arrondissement de Dresde, y prit part. Il se révéla dans les années qui suivirent un éminent promoteur de la thématique des Parkseminare. Une visite approfondie du parc et les discussions qu’elle suscita furent suivies, le premier jour, par des exposés sur son histoire et ses transformations depuis 1935. Le deuxième jour fut consacré à des travaux pratiques. Le séminaire de Wiesenburg acquit de ce fait une dimension nouvelle, dans le sens où il ne s’agissait plus seulement de visites, discussions et conférences, mais où une journée entière était consacrée à des travaux pratiques.

  • 6 Ibid., p. 128.

7L’enthousiasme fut général à la vue des perspectives historiques ressuscitées, des arbres remarquables (Solitärs) réapparaissant après les travaux de dégagement et des techniques modernes utilisées6. La manifestation de trois jours fut un grand succès et la preuve qu’avec une préparation préalable rigoureuse, unir théorie et pratique au sein d’une même manifestation pouvait aboutir à des résultats tout à fait remarquables. Wiesenburg eut une influence durable sur le développement des Parkseminare en innovant pour résoudre le problème de plus en plus préoccupant des parcs pas ou mal entretenus. Lors de la discussion clôturant le séminaire, les participants exprimèrent à l’unanimité le souhait de créer, si possible, des Parkaktive régionaux dans chaque arrondissement de RDA, ainsi que d’organiser des séminaires sur le modèle de celui de Wiesenburg, de progresser dans l’inventaire des parcs et, de manière générale, de s’engager pour l’entretien des parcs.

Helmut Rippl et Rudolf Schröder dans la cour du parc de Branitz en 2011.

Helmut Rippl et Rudolf Schröder dans la cour du parc de Branitz en 2011.

Photographie de l’auteur, 2011

  • 7 Ibid., p. 129-131.

8Le deuxième séminaire central, en 1978 à Machern près de Leipzig, connut un même succès7. Il faut ici préciser qu’un Parkseminar n’est synonyme ni de colloque scientifique ni de corvée, qu’il n’a donc rien à voir avec les activités caractéristiques de la RDA menées par le Nationales Aufbauwerk ou la Volkswirtschaftliche Masseninitiative. Il possède une dimension nouvelle, la transmission du savoir se faisant de manière à la fois théorique et pratique.

  • 8 Rudolf Schröder et Claudius Wecke, Das Parkseminar, op. cit., p. 21.

9En janvier 1979, un Parkaktiv (cellule d’intervention pour les parcs et jardins) fut créé à Dresde pour l’arrondissement du même nom. Il entreprit d’emblée de préparer le premier Parkseminar de l’arrondissement prévu en octobre 1979 à Gaussig près de Bautzen. On prit dès cette époque le séminaire central pour modèle : période préparatoire de deux ans et, surtout, élaboration d’une analyse approfondie du parc prenant la forme d’une définition des objectifs généraux en matière de conservation. Auparavant, la précieuse flore (y compris aquatique) présente dans les prairies et les parties boisées du parc de Gaussig, d’une superficie de 27 hectares, fit l’objet d’un inventaire minutieux. Furent consignées également les mesures à prendre pour la protection des espèces les plus intéressantes et leur épanouissement ultérieur8.

  • 9 Ibid., p. 22.

10Jusqu’à la réunification allemande, les congrès organisés dans le cadre du Kulturbund furent nombreux, que ce soit à l’échelon national ou à celui des arrondissements (Leipzig, Chemnitz, alors appelé Karl-Marx-Stadt, Cottbus, ou encore en Thuringe). Outre la diffusion de connaissances spécialisées, l’acquisition d’un savoir-faire grâce à la pratique, il y était surtout question de la sauvegarde des parcs (ou des parties subsistantes) méritant, de par leur importance, d’être sortis de leur léthargie. Les parcs exceptionnels de Saxe, le Grand Jardin de Dresde ou bien le parc du château de Pillnitz par exemple, étaient généralement bien entretenus grâce aux services des espaces verts présents sur place. Il n’en allait pas de même en milieu rural ou dans les petites villes et leurs faubourgs. Souvent la main-d’œuvre qualifiée manquait, l’argent aussi, ainsi que la conscience de la nécessité d’un entretien. On se cantonnait en conséquence aux parcs recelant le patrimoine le plus riche, gages de travaux intéressants et pour lesquels il existait de bonnes raisons d’espérer pouvoir assurer plus tard un entretien minimal. Un parc ne pouvait être choisi qu’à la condition qu’il soit accessible au public9.

  • 10 Helmut Rippl, Impulse für unsere Kulturlandschaft, op. cit., p. 141-143.

11La réunification de l’Allemagne vit la dissolution du Kulturbund de RDA. Le Zentrales Parkaktiv, tout comme les Parkaktive de Cottbus10, Leipzig et Karl-Marx-Stadt (Chemnitz) cessèrent leurs activités. Durant cette période mouvementée, seul l’ancien arrondissement de Dresde maintint la tradition des séminaires. Le 7 avril 1990, l’association Sächsischer Heimatschutz, créée en 1908 et dissoute en 1948, put reprendre ses activités. Le Parkaktiv de l’arrondissement de Dresde avec ses groupes spécialisés en botanique et culture du jardin a rejoint le Landesverein. Depuis, les séminaires représentent une des préoccupations majeures de l’association et sont organisés tous les ans ou tous les deux ans dans le Land de Saxe, la plupart du temps le dernier week-end d’octobre, lorsque le plus gros des feuilles est alors tombé, mais qu’il ne neige ni ne gèle encore. Contrairement à une idée largement répandue en Allemagne de l’Est selon laquelle la réunification et ses nouvelles potentialités économiques auraient entraîné une amélioration significative des moyens à disposition pour l’entretien des parcs est-allemands, les séminaires ont continué à se tenir, par exemple en 1991 à Grossenhain, en 1993 dans le parc boisé de Dresde-Blasewitz et en 1999 dans la vallée de Seifersdorf. Si l’idée des Parkseminare a pu alors survivre, c’est principalement grâce à l’initiative et au charisme de Rudolf Schröder, responsable technique du Jardin botanique de Dresde à l’époque.

  • 11 Rudolf Schröder et Claudius Wecke, Das Parkseminar, op. cit., p. 22. La liste rouge de l’UICN (Unio (...)

12Une importance croissante fut accordée à la synergie entre travail d’entretien et de sauvegarde du patrimoine et protection de la nature – de nombreux espaces sont protégés aussi bien au titre de leur patrimoine que de la nature. Les études portant sur la protection de la nature menées en amont des séminaires contribuent à faire de précieuses découvertes botaniques et à assurer la survie de la flore. Ainsi, on ne se contente plus de faire inventorier les végétaux supérieurs par des spécialistes, on s’intéresse aussi aux mousses, aux lichens et aux champignons, ainsi qu’aux oiseaux et aux chauves-souris, aux mollusques, aux coléoptères, aux papillons et aux cigales, comme ce fut le cas dans la vallée protégée de la Gröditzer Skala près de Bautzen. On y fit la découverte d’espèces jamais encore repérées en Haute-Lusace, en Saxe, et même en Allemagne, et la Gröditzer Skala fut reconnue réserve naturelle d’importance suprarégionale. Dans le parc de Kromlau également, célèbre pour son extraordinaire pont du diable (ou Rackotz-Brücke), vingt-cinq espèces placées sur la liste rouge des espèces menacées de Saxe furent découvertes grâce à des repérages préparatoires, dont sept espèces nouvelles, une espèce de la liste Rouge 1 et sept espèces de la liste rouge 211.

Parkseminar au château de Wolkenburg près de Chemnitz

Parkseminar au château de Wolkenburg près de Chemnitz

Photographie de l’auteur, 2007

13Kromlau est aussi l’exemple de ces endroits qui maintiennent la louable tradition d’organiser une fois par an des retrouvailles lors d’un séminaire. Ainsi, depuis 2003, les deux jours du premier week-end d’octobre sont consacrés à un travail assuré parfois par plus de quatre-vingts participants. Wolkenburg près de Chemnitz et le parc de Branitz à Cottbus connaissent une tradition semblable. Entretemps, l’idée de ces manifestations, qui a peu changé depuis 1976, s’est bien diffusée en Europe Centrale. Depuis 1960, ce sont presque 250 séminaires du genre qui ont été organisés. La plupart ont eu lieu après 2000. Grâce à l’initiative de Rudolf Schröder, la Saxe arrive en tête. Mais de nombreux séminaires ont aussi eu lieu au Brandebourg (surtout à Branitz), en Thuringe, Saxe-Anhalt (principalement grâce à l’initiative « Gartenträume de Saxe-Anhalt »), au Schleswig-Holstein, au Bade-Wurtemberg, en Rhénanie du Nord-Westphalie, en Pologne (Brody, Morawa, Zagań, Kliczków) ou en République tchèque (Dobrenice).

Des participants au séminaire se font montrer le fonctionnement d’un résistographe.

Des participants au séminaire se font montrer le fonctionnement d’un résistographe.

Séminaire dans la vallée de Seifersdorf

Photographie de Stefanie Sonntag, 2011

Structure et fonctionnement d’un Parkseminar

14Les sept étapes listées ci-dessous permettent de comprendre la façon dont les séminaires sont planifiés, organisés et documentés.

1. Phase préparatoire

15La condition pour les travaux pratiques relatifs à l’entretien d’un parc ou jardin patrimonial lors d’un séminaire est l’existence d’une base théorique susceptible d’être approuvée. En règle générale, il s’agit d’une feuille de route rappelant les objectifs (généraux) du projet. Il est absolument conseillé d’associer dès que possible les autorités compétentes (conservation du patrimoine, protection de la nature, éventuellement administrations des eaux et forêts), de discuter les travaux envisagés et de demander les autorisations nécessaires. Du point de vue de la protection de la nature, il est possible de demander à l’administration compétente soit un rapport d’expertise, soit une simple prise de position quant à l’intérêt du parc ou du jardin sous ce rapport, selon la catégorie de la zone protégée. Un tel document est en tout état de cause recommandé afin de s’assurer de la compatibilité avec les buts poursuivis en matière de protection du patrimoine. Un séminaire nécessite un investissement important et une grande disponibilité du propriétaire. Lorsque l’organisateur du séminaire n’est pas aussi le propriétaire du lieu, il faut obtenir dès le début du projet l’accord écrit de ce dernier. Étant donné que les séminaires servent l’intérêt public, il est nécessaire de se faire confirmer par le propriétaire le caractère public de son bien.

2. Travaux envisagés et déroulement du programme

16Un séminaire ne peut avoir lieu sans l’existence préalable d’un projet présentant les travaux d’entretien, décidés en concertation avec l’ensemble des autorités compétentes. Ce document permet de chiffrer le nombre de participants par groupe et les travaux à réaliser, tels que les travaux forestiers (abattage, défrichement, débitage) effectués à la tronçonneuse électrique pour dégager les essences historiques et recréer les perspectives envahies par la végétation, la mise en tas des branchages obtenus lors de ces opérations en vue de leur transport ultérieur, de leur broyage ou de leur brûlage dans des endroits autorisés (si l’autorisation de faire du feu a été accordée), débardage ou empilement et stérage du bois, rognage des souches afin de faciliter la fauche des prairies, comblement et consolidation des trous de souche avec de l’humus, puis aplanissement et ensemencement, travaux de terrassement, semis des pelouses, élimination des pousses sauvages avec le louchet ou éventuellement la débroussailleuse électrique, afin de favoriser les arbustes et végétaux intéressants, reboisement des sites historiques, remise en état des chemins (nettoyage et reprofilage) et recherches archéologiques (pour retrouver par exemple le tracé des chemins historiques).

17Pour des raisons de sécurité, d’organisation et d’encadrement par des spécialistes, les participants doivent être répartis en équipes avant le début des travaux. À la tête de chaque groupe, une personne compétente sera désignée pour le diriger. Souvent, il s’agit d’un agent du patrimoine spécialiste des jardins, d’un architecte paysagiste, d’un jardinier diplômé ; l’expérience a montré que 10 à 15 personnes maximum constituaient l’effectif idéal. Pour certains travaux, comme le relevé des massifs d’arbres historiques, les fouilles archéologiques ou les petites réparations, des équipes plus petites peuvent s’avérer plus efficaces. Il faut toujours tenir compte des compétences et de la condition physique des participants. Le nombre de personnes habilitées à se servir d’une tronçonneuse doit être fixé à l’avance, tout comme la répartition des outils dans les différents groupes. Il est également nécessaire de prévoir un croquis de la zone de travail indiquant les travaux à effectuer, par exemple l’abattage, ainsi qu’un programme écrit des tâches à effectuer. De même, il est conseillé de sensibiliser les chefs d’équipe avant même le début de la session.

  • 12 Rudolf Schröder et Claudius Wecke, Das Parkseminar, op. cit., p. 25-49.

18Tous les travaux sont consignés dans un programme ; la durée variera en fonction du nombre de participants et des tâches à réaliser. Ci-dessous, deux programmes qui permettront d’illustrer concrètement le déroulement d’un séminaire réussi12.

Exemple no 1 : séminaire visant un public suprarégional (avec hébergement et excursion).
1er séminaire de Brody (Pförten jusqu’en 1945), voïvodie de Lubusz, Pologne
1re journée (vendredi 23 octobre 2009)
À partir de 08:00 : enregistrement des participants et attribution des chambres situées dans le pavillon appelé Kavaliershaus, répartition par groupes de travail.
10:00 : discours d’accueil des maires de Brody et de Forst (Brandebourg) dans la chapelle catholique du château ; information sur les consignes de sécurité ; tour du parc et explications des mesures envisagées.
12:00 : déjeuner sous chapiteau dans la cour d’honneur, puis début des travaux.
15:00 : pause-café dans le parc.
17:30 : fin des travaux.
18:30 : dîner au lycée de Brody, puis 3 conférences dans la chapelle du château (« Brody, souvenirs d’enfance », par Berta et Dietrich von Brühl ; « Histoire du village de Brody » par Paweł Kotlewski ; « Le parc du château de Brody, héritage des Brühl, histoire et perspective de sauvegarde patrimoniale » par Claudius Wecke).

2e journée (samedi 24 octobre)
08:00 : poursuite des travaux dans le parc.
12:00 : déjeuner au lycée de Brody.
15:00 : pause-café dans le parc.
16:30 : fin des travaux, tour final, évaluation du travail accompli.
18:30 : dîner au lycée de Brody, puis soirée dans la chapelle du château (conférence « Trésors botaniques du parc du château de Brody », par Rudolf Schröder ; concert : quatuor de cuivres par la Robert-Schumann-Philharmonie de Chemnitz).

3e journée (dimanche 25 octobre, jour d’excursion)
09:00 : visite du sentier naturel Christinenruh et du centre de la nature et de la forêt de Brody (partie historique du parc), sous la conduite de Hona et Pawel Mrowiński (responsables du centre).
11:00 : visite de l’église baroque de Biecz construite par George Bähr.
12:30 : déjeuner dans le Kavaliershaus, puis départ pour Forst.
14:00 : visite de la roseraie de Forst (Ostdeutscher Rosengarten), sous la conduite de Jens Hofmann, responsable de la roseraie.
15:30 : fin du séminaire.

Exemple n° 2 : séminaire visant un public régional (sans hébergement ni excursion).
7e séminaire du parc de Branitz
Thème : L’allée médiane dans l’avant-parc de Branitz
1re journée (vendredi 4 novembre 2016)
18:30 : conférences introductives (entrée libre), espace d’accueil du Domaine de Branitz : « Multiplication in vitro d’essences importantes de Branitz pour la Pépinière universitaire (Baumuniversität) », par Antje Schmidt, responsable de laboratoire à l’Université Humboldt de Berlin ; « Études archéologiques dans le parc de Branitz », par Jens Lipsdorf, archéologue de Cottbus ; « Introduction au séminaire », par Claudius Wecke, responsable du parc de Branitz.

2e journée (samedi 5 novembre 2016)
Rendez-vous à la Torhaus [maison des gardes] de Cottbus.
09:00 accueil : répartition par groupes de travail, information sur les consignes de sécurité, évaluation sur place des mesures envisagées, début des travaux par les différentes équipes.
Travaux programmés : recherches archéologiques aux abords du chemin médian, comprenant relevés topographiques, ouverture de la perspective joignant l’allée Pückler et la lisière historique formée par le chemin médian ; plantation, dans la pépinière [Baumuniversität], d’essences élevées in vitro ; repiquage, dans le Pleasure ground, de plantes fleurissant au printemps ; ouverture d’une perspective vers la Zollhaus [bâtiment des douanes] ; entretien des abords de la Torhaus de Cottbus.
13:30 : visite finale, déjeuner suivi d’un café dans le jardin de la Torhaus de Cottbus en conclusion du séminaire, accompagnement musical assuré par les cornistes Fürst Pückler.
La participation au séminaire se fait sur la base du volontariat, les repas sont offerts. Il est possible de soutenir le séminaire en apportant ses outils (louchet, pelle, sécateur et/ou merlin). Inscription obligatoire.

Promenade introductive au Parkseminar du château de Rothenburg (Haute-Lusace).

Promenade introductive au Parkseminar du château de Rothenburg (Haute-Lusace).

Rudolf Schröder montre aux participants la croissance annuelle d’un érable plane, une espèce qui peut vite devenir dangereuse pour la structure des parcs du fait de son caractère invasif

Photographie de l’auteur, 2008

3. Financement

19Les participants mettent bénévolement à disposition leur force de travail. De plus, en règle générale, le coût du transport entre leur lieu de résidence et le lieu du séminaire est à leur charge. Malgré cet engagement citoyen qui n’est pas insignifiant, un séminaire ne peut se tenir sans apport financier, toutes sortes de faux frais étant à prévoir (frais d’hébergement, de bouche, le matériel, les matériaux, l’organisation, le transport, la location de machines et de locaux, les assurances, les fournitures de bureau, les invitations, la documentation, etc.). En récompense de leur bénévolat, les participants doivent bénéficier du gîte et du couvert, qui doivent être de qualité, ainsi que d’un programme spécialisé et culturel attractif. Selon le nombre de participants, le gîte et le couvert peuvent représenter un montant conséquent, qui doit être prévu dès le début. C’est pourquoi il est nécessaire, en parallèle de la planification des travaux et de l’élaboration du programme, de monter un budget, qui sera régulièrement actualisé. Ce faisant, il doit être tenu compte du nombre maximum de participants, qui sera fonction des travaux à réaliser.

20En tirant parti des programmes de subvention adéquats et en sollicitant sponsors, mécènes et donateurs, il est possible de couvrir les frais. Il ne faut pas négliger le temps parfois important nécessaire à l’obtention des crédits. Il faut se garder, par principe, de se lancer dans un projet sans l’assurance d’un financement et la perspective de pouvoir compter sur la générosité des participants ; ce serait mettre à mal le principe du bénévolat. Les séminaires de Brody/Pförten ont bénéficié de plusieurs sources de financement. Les deux premiers séminaires ont été subventionnés par la Deutsche Bundesstiftung Umwelt (DBU) en raison de leur exemplarité. Le caractère de coopération transfrontalière germano-polonaise a également permis de demander – et d’obtenir – des crédits du Fonds Européen pour le développement régional, programme 2007-2013 pour la voïvodie de Lubusz et le Land de Brandebourg.

4. Encadrement professionnel et conduite du projet

21Avant et pendant le séminaire, un suivi professionnel des travaux par les responsables du séminaire et les responsables d’équipe ainsi que par les autorités compétentes en matière de conservation du patrimoine et de protection de la nature doit être assuré. Agents du patrimoine horticole, architectes paysagistes et jardiniers diplômés possèdent, en collaboration avec des botanistes et des biologistes, les qualifications professionnelles requises. Dès le début de la phase de planification, l’organisateur du séminaire doit être désigné. Il s’agit en règle générale du propriétaire du parc, communal ou privé. L’expérience a montré que pour des raisons de professionnalisme et d’organisation, la création d’un comité de pilotage est indiquée. En feront partie le propriétaire du parc (le maire ou un particulier), le responsable organisationnel et expert du séminaire (un architecte paysagiste par exemple) et des représentants des autorités (Monuments historiques, Protection de la nature, Espaces verts, Office des forêts, par exemple).

5. Infrastructure nécessaire

22En amont du séminaire, les infrastructures disponibles à proximité du parc ou du jardin (hébergement, repas, salle de conférences, salle de restaurant, locaux pour entreposer les outils, suivi des inscriptions, premiers secours, toilettes, parking) doivent être passées en revue. Une infrastructure déficiente peut compliquer grandement la tenue d’un séminaire et générer d’importants surcoûts. Si le séminaire se déroule sur plusieurs jours, des possibilités d’hébergement doivent être prévues, de même que pour les repas et le programme de soirée une salle suffisamment grande pour accueillir tous les convives et tous les auditeurs. Étant donné que les aspects matériels comptent dans la motivation des bénévoles qui attendent une prise en charge adéquate, le budget et l’infrastructure nécessaires aux repas devront avoir été correctement planifiés. De plus, il faudra s’assurer de la présence de toilettes, en louer si nécessaire. Il faudra penser aux locaux où entreposer l’outillage, de nombreux participants mettant à disposition leur propre matériel (tronçonneuses, débrousailleuses, par exemple), et prévoir un nombre suffisant de places de parking. Pour l’administration des données personnelles des participants, il est conseillé de mettre en place un système de gestion. Coordonner l’envoi des convocations et des formulaires d’inscription, compiler les inscriptions reçues sous la forme d’un listing peut représenter un gros travail si le nombre de participants est élevé – parfois, seules les premières demandes peuvent être satisfaites. Une liste des présents comprenant nom, adresse et signature, permettra de répondre aux exigences des assurances et aux éventuelles demandes de justificatif émanant des instances subventionnant le séminaire. Les participants y déclareront également avoir été informés des nécessaires mesures de sécurité, information obligatoire en début de séminaire.

6. Communication en direction de la presse et du public

23Au-delà des résultats pratiques, un Parkseminar sert, en particulier, à sensibiliser l’opinion publique aux parcs et jardins et aux mesures nécessaires à leur entretien et à leur sauvegarde. Ces séminaires ont pour objectif de susciter de nombreuses vocations : certaines personnes prêteront elles-mêmes main-forte, d’autres feront un don ou transmettront l’expérience qu’elles auront vécue. L’ouverture d’une perspective envahie par la végétation, par exemple, grâce au contraste entre l’avant et l’après, est susceptible d’être comprise même par les non-initiés, et de permettre de renouveler l’intérêt de ces derniers pour le parc ou le jardin concerné (ill. 8 et 9). Il est donc absolument recommandé d’accompagner le séminaire par un travail de communication ciblée.

24Pour éviter le scepticisme et les préjugés des riverains à l’encontre des séminaires, une information transparente et détaillée est de mise, dans le cadre de visites guidées, d’exposés et de communiqués de presse (publications sur internet et dans la presse locale…). Dans la foulée, on peut susciter l’engagement et l’enthousiasme citoyen (par le biais des participants au séminaire, relais d’opinion, sponsors). Les médias locaux acceptent en général volontiers de rendre compte des travaux réalisés. Ce mode de publicité et de conscientisation ne coûte rien la plupart du temps et est très efficace, car il a souvent pour conséquence (heureuse) d’amener le public à venir constater par lui-même sur place les travaux réalisés, créant ainsi de l’animation dans le jardin.

Situation dans le parc du château de Brody (Pologne) avant (2006) et après (2012) l’organisation des séminaires.

Situation dans le parc du château de Brody (Pologne) avant (2006) et après (2012) l’organisation des séminaires.

Vue vers le nord le long de la rive, en direction de la plaine des pins noirs (Schwarz-Kiefern-Wiese)

Photographies de l’auteur

7. Documentation

25Récapituler les travaux réalisés et restant à réaliser est essentiel dans la perspective de recherches ultérieures. Ce retour d’expérience devrait également comprendre une évaluation du travail accompli, de la motivation des participants et de l’organisation du séminaire. Quelles améliorations sont nécessaires ? Les participants ont-ils pu mettre à profit le séminaire pour parfaire leur connaissance et leur savoir-faire en matière d’entretien des jardins ? Par ailleurs, des enseignements peuvent-ils être tirés pour l’entretien annuel du jardin ? Pour montrer concrètement l’évolution du jardin et capitaliser sur l’expérience acquise dans la perspective de futurs projets, une documentation photographique illustrant l’état du jardin avant, pendant et après le séminaire est la bienvenue, les emplacements pour les prises de vue devant être choisis consciencieusement en amont, même si la présence de broussailles, par exemple, ne facilite pas toujours les choses.

Forces et faiblesses des Parkseminare

26Les Parkseminare recèlent un potentiel considérable. Cependant ce type d’événement a aussi ses limites et ses faiblesses, que l’organisateur doit garder à l’esprit. La première de ces faiblesses tient au calendrier, la programmation ne laissant aucune marge de manœuvre une fois les dates fixées. Pour illustrer cela, nous prendrons l’exemple du séminaire de Brody en 2010, lors duquel les semis de pelouse n’avaient pu être réalisés à cause d’un temps trop pluvieux. Ils avaient dû être remis à plus tard et réalisés par des ouvriers de la commune de Brody. Les participants, contrairement aux gestionnaires attitrés d’un parc, ne peuvent se permettre d’attendre de meilleures conditions météorologiques.

27En faisant travailler des participants qualifiés et non qualifiés, on court le risque permanent d’accidents, et ce malgré toutes les précautions prises (formation à la sécurité, technique et outils adaptés, vêtements de travail ou équipement de protection individuelle). Ainsi, un accident corporel s’est produit lors du séminaire de Branitz, une personne pourtant qualifiée n’ayant pas actionné le frein de la chaîne de sa tronçonneuse électrique ; celle-ci avait sauté et blessé au torse un participant qui s’était trop approché. Heureusement, il ne s’agissait que d’une coupure superficielle facile à soigner. Mais l’inattention de ces deux personnes aurait pu avoir des conséquences bien plus dramatiques. Les participants peuvent parfois déborder d’enthousiasme, et cela oblige à insister sur les mesures de sécurité et à les répéter.

28Enfin, organiser un séminaire implique un certain engagement, car les résultats obtenus ne doivent pas rester sans lendemain ; l’entretien doit être poursuivi en dehors du cadre du séminaire. Si cet entretien ultérieur ne peut être garanti, mieux vaut réfléchir à deux fois avant de passer à l’action. La balance penche heureusement en faveur des avantages et la liste des points positifs est plus longue que celle des points négatifs.

Réaménagement du jardin jouxtant la forge du parc de Branitz à Cottbus, dans le cadre d’un Parkseminar

Réaménagement du jardin jouxtant la forge du parc de Branitz à Cottbus, dans le cadre d’un Parkseminar

Photographies de l’auteur, 2016

29En premier lieu, il faut rappeler que ces séminaires sont une occasion rêvée pour sensibiliser les néophytes à l’histoire culturelle des lieux, aux techniques d’entretien du jardin, et pour établir ou resserrer le lien entre l’homme et le paysage aménagé. De plus, les séminaires reçoivent en général un écho positif des médias. Une campagne ciblée auprès de la presse et du public apportera une énorme plus-value, permettant de mieux faire connaître les jardins en question ou de communiquer les résultats du séminaire, et de sensibiliser ainsi un plus large public à la thématique des parcs et jardins. En outre, les résultats en eux-mêmes sont un atout important. Le « coup de collier » consenti sur une période restreinte permet un effet avant/après susceptible de susciter l’enthousiasme et l’adhésion du public, effet d’autant plus visible que la planification aura été bien menée.

30Les séminaires sont également un moyen de renforcer l’esprit de solidarité. Des conférences intéressantes en soirée, un travail en commun sur tel ou tel sujet, des discussions agréables avec des gens partageant le même intérêt, lors des repas ou après le travail, autour d’un verre de vin, peuvent susciter des émotions inattendues et durables, aussi bien chez les professionnels que chez les amateurs, au-delà des différences sociales, et inciter à rééditer l’expérience. L’exemple des séminaires germano-polonais de Brody/Pförten montre que réunir différentes nationalités n’est pas un frein au succès ; le travail commun, au-delà de la barrière de la langue, a pu contribuer à la compréhension entre les peuples. Y est pour beaucoup l’atmosphère informelle des séminaires, où l’uniforme de travail est de rigueur pour tous les participants. Ainsi, on eut plaisir à voir des aristocrates, des femmes au foyer, des professeurs d’architecture paysagiste, des conducteurs de poids lourds ou des jardiniers plongés, contre toute attente, dans des discussions d’égal à égal. Dans le même ordre d’idées, les séminaires sont le lieu idéal pour nouer et entretenir des contacts avec les collègues et les entreprises spécialisées. Ces dernières profitent volontiers des séminaires pour présenter leurs prestations, sponsorisent certaines activités ou les effectuent à des prix avantageux.

  • 13 Rudolf Schröder et Claudius Wecke, Das Parkseminar, op. cit., p. 62-64.

31Un séminaire peut avoir un effet déclencheur à l’origine de bien d’autres initiatives. Nous citerons ici des exemples positifs tirés de l’expérience du parc de Brody. La Fondation Hermann Reemtsma, dont l’attention avait été attirée sur le parc grâce au séminaire, débloqua des fonds pour permettre la restauration d’un sarcophage datant du xviiie siècle détruit après la Deuxième Guerre mondiale. Un exemple d’effet de synergie fut l’embauche d’un ouvrier saisonnier à l’issue du premier séminaire en 2009. Ce faisant, la commune de Brody a, en sa qualité de propriétaire, posé un jalon important, malgré des caisses vides et les problèmes inhérents à une commune défavorisée. Même si le poste à temps partiel, occupé d’avril à octobre, est insuffisant eu égard à la superficie du parc et aux travaux à réaliser, les tâches les plus essentielles peuvent être assurées, dont en particulier le fauchage régulier des prairies réhabilitées, au minimum deux fois par an, et le ramassage des déchets. De cette façon, se trouvent pérennisés les succès obtenus grâce au séminaire et les visiteurs apprécient la propreté retrouvée. Le matériel nécessaire à l’ouvrier jardinier, à savoir une tondeuse autoportée, une tronçonneuse, une débroussailleuse et divers outils, a pu être financé grâce à la vente du bois abattu lors des séminaires. Selon le gérant du restaurant du Kavaliershaus, le nombre de visiteurs a considérablement augmenté. Les responsables de la commune de Brody confirment eux aussi l’évolution touristique positive et l’intérêt du public, aussi bien côté allemand que coté polonais13. La liste des effets bénéfiques, pour Brody et bien d’autres parcs ayant servi de cadre à des Parkseminare, pourrait être bien plus longue.

Moment de sociabilité entre bénévoles, ici lors du séminaire de Brody, dans la cour d’honneur du château

Moment de sociabilité entre bénévoles, ici lors du séminaire de Brody, dans la cour d’honneur du château

Photographie de Stefanie Sonntag, 2010

*

  • 14 Claudius Wecke, « Parkseminare – Bürgerschaftliches Engagement zur Bewahrung wertvoller historische (...)

32Les Parkseminare sont devenus en Allemagne une composante durable et importante de l’entretien des jardins patrimoniaux et de la protection de la nature. L’idée de faire participer un public intéressé ainsi que les efforts de sensibilisation au nécessaire sauvetage des parcs (ou de ce qu’il en reste) exclut toute concurrence avec les entreprises professionnelles œuvrant dans le domaine. Bien au contraire, l’expérience montre que les horticulteurs et pépiniéristes locaux apprécient de pouvoir utiliser les séminaires pour des opérations de sponsoring et pour élargir leur réseau14 ; ce sont aussi souvent pour eux des contrats à la clé.

33Les séminaires ont souvent été le point de départ d’un programme d’entretien pérenne et professionnel pour l’espace concerné. Ils ne peuvent cependant jamais s’y substituer, ils ne sont qu’un instrument complémentaire. Souhaitons que les futures initiatives soient couronnées de succès et menées de concert avec les Monuments historiques, la Protection de la nature, le monde politique et la société civile et qu’elles entraînent l’adhésion.

Haut de page

Notes

2 Rudolf Schröder et Claudius Wecke, Das Parkseminar, Gartendenkmalpflege und Naturschutz durch bürgerschaftliches Engagement am Beispiel der Parkseminare im Schlosspark Brody/Pförten (Polen), Dresde, Landesverein Sächsischer Heimatschutz, 2013.

3 Peter Fibich, « Freiwillige Bemühungen um historische Gärten in der DDR », in : DGGL e. V. (éd.), Gartenkunst und Landschaftskultur. 125 Jahre DGGL – Eine Standortbestimmung, 2012, p. 98.

4 Ibid., p. 98.

5 Helmut Rippl, Impulse für unsere Kulturlandschaft. Erkenntnisse – Einsichten. Ideen – Forderungen. Erfahrungen – Vorschläge. Sammlung von Publikationen des Garten- und Landschaftsarchitekten Helmut Rippl 1962-2000, Förderverein Kulturlandschaft Niederlausitz e. V. (éd.), Cottbus, 2000, p. 125.

6 Ibid., p. 128.

7 Ibid., p. 129-131.

8 Rudolf Schröder et Claudius Wecke, Das Parkseminar, op. cit., p. 21.

9 Ibid., p. 22.

10 Helmut Rippl, Impulse für unsere Kulturlandschaft, op. cit., p. 141-143.

11 Rudolf Schröder et Claudius Wecke, Das Parkseminar, op. cit., p. 22. La liste rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature) constitue un inventaire mondial des espèces menacées [n.d.e.].

12 Rudolf Schröder et Claudius Wecke, Das Parkseminar, op. cit., p. 25-49.

13 Rudolf Schröder et Claudius Wecke, Das Parkseminar, op. cit., p. 62-64.

14 Claudius Wecke, « Parkseminare – Bürgerschaftliches Engagement zur Bewahrung wertvoller historischer Gartensubstanz », in : Bundesministerium für Ernährung, Landwirtschaft und Verbraucherschutz (éd.), Zukunft Garten – Bedeutung für Politik, Wirtschaft und Gesellschaft, Bonn, BMELV, 2012, p. 46.

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’ancien directeur des jardins nationaux de Saxe, Hermann Schüttauf (vers 1963), inventeur des Parkseminare
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4501/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Travaux pratiques dans le cadre du Parkseminar de Brody
Crédits Photographie de Stefanie Sonntag, 2009
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4501/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre C’est dans le parc du château de Wiesenburg que s’est tenu en 1976 le premier Parkseminar, mêlant enseignements théoriques et travaux pratiques.
Légende Vue depuis le parterre central sur l’église Sainte-Marie de Wiesenburg
Crédits Photographie de l’auteur, 2012
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4501/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Helmut Rippl et Rudolf Schröder dans la cour du parc de Branitz en 2011.
Crédits Photographie de l’auteur, 2011
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4501/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Parkseminar au château de Wolkenburg près de Chemnitz
Crédits Photographie de l’auteur, 2007
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4501/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Des participants au séminaire se font montrer le fonctionnement d’un résistographe.
Légende Séminaire dans la vallée de Seifersdorf
Crédits Photographie de Stefanie Sonntag, 2011
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4501/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Promenade introductive au Parkseminar du château de Rothenburg (Haute-Lusace).
Légende Rudolf Schröder montre aux participants la croissance annuelle d’un érable plane, une espèce qui peut vite devenir dangereuse pour la structure des parcs du fait de son caractère invasif
Crédits Photographie de l’auteur, 2008
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4501/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Situation dans le parc du château de Brody (Pologne) avant (2006) et après (2012) l’organisation des séminaires.
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4501/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Légende Vue vers le nord le long de la rive, en direction de la plaine des pins noirs (Schwarz-Kiefern-Wiese)
Crédits Photographies de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4501/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Réaménagement du jardin jouxtant la forge du parc de Branitz à Cottbus, dans le cadre d’un Parkseminar
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4501/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Crédits Photographies de l’auteur, 2016
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4501/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Moment de sociabilité entre bénévoles, ici lors du séminaire de Brody, dans la cour d’honneur du château
Crédits Photographie de Stefanie Sonntag, 2010
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4501/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claudius Wecke, « « Parkseminare ». Conservation des jardins patrimoniaux et protection de la nature à travers l’engagement citoyen »Revue germanique internationale, 38 | 2023, 161-180.

Référence électronique

Claudius Wecke, « « Parkseminare ». Conservation des jardins patrimoniaux et protection de la nature à travers l’engagement citoyen »Revue germanique internationale [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rgi/4501 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.4501

Haut de page

Auteur

Claudius Wecke

Ingénieur diplômé (Dr.-Ing.) de l’Université technique de Dresde en architecture paysagiste, directeur de la section jardins au sein de l’organisation Staatliche Schlösser, Burgen und Gärten Sachsen gemeinnützige GmbH (SARL à but non lucratif Châteaux et jardins de Saxe). Il a organisé et dirigé 15 grands Parkseminare : un à Rothenburg/O.L., un à Morawa (Strzegom, voïvodie de Basse-Silésie, Pologne), cinq à Brody (à l’ouest de Zielona Góra ; avec 351 inscrits, la première édition en 2009 fut le séminaire comptant le plus grand nombre de participants jamais organisé), huit dans le parc de Branitz à Cottbus. Actuellement, il prépare un séminaire dans le Grand jardin de Dresde.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search