Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Le jardin des Deux-Rives entre Ke...

Le jardin des Deux-Rives entre Kehl et Strasbourg : un espace vert franco-allemand, un lieu d’intégration transfrontalière ?

Der Jardin des Deux-Rives zwischen Kehl und Straßburg: eine deutsch-französische Grünfläche, ein Ort der grenzüberschreitenden Integration?
The Jardin des Deux-Rives Between Kehl and Strasbourg: a Franco-German Green Space, a Place of Cross-Border Integration?
Bernard Reitel
p. 181-206

Résumés

Édifié en 2004 dans le cadre d’un festival d’art paysager franco-allemand, le jardin des Deux-Rives est un parc public situé à cheval sur le Rhin. Il constitue l’une des premières réalisations d’un vaste quartier urbain qui est construit sur d’anciennes friches de l’agglomération transfrontalière de Strasbourg-Kehl. Cet espace vert qui se veut un emblème d’intégration reste toutefois marqué par la présence de la frontière. Cette dernière révèle l’existence de remarquables différences dans la conception des espaces verts de chaque composante tant dans les dimensions esthétiques que dans l’articulation entre le végétal et l’espace bâti et dans la manière dont les fonctions sont interprétées, même lorsque, a priori, elles semblent similaires. Grâce à la passerelle, un ouvrage urbain qui unit les deux rives, le jardin public est devenu un objet de médiation entre les deux villes Strasbourg et Kehl, constituant ainsi un lieu de centralité de toute l’agglomération transfrontalière.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteur souhaite adresser ses plus vifs remerciements à Anna Keitermeier, doctorante en architectu (...)
  • 2 Karen Denni, La frontière entre la France et l’Allemagne (1861-2006) : D’une ligne qui sépare au po (...)
  • 3 Patricia Zander, Territorialisation métropolitaine en Europe et paradoxes. Les exemples de Strasbou (...)
  • 4 Bernard Reitel, « Governance in cross-border Agglomerations in Europe : The examples of Basel and S (...)

1Le jardin des Deux-Rives a été inauguré dans le cadre de la Landesgartenschau, un « festival d’art paysager » tel qu’il est qualifié en français1. Cette manifestation a été organisée à Kehl dans le Bade-Wurtemberg et Strasbourg en Alsace pendant une période de six mois entre avril et octobre 2004. La particularité de ce jardin qui est devenu un parc ouvert au public une fois le festival achevé, est non seulement qu’il se trouve sur les deux rives d’un fleuve, le Rhin, mais qu’il est à cheval sur une frontière internationale. La frontière franco-allemande, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, est, en Europe, un exemple de frontière « vive » qui s’est transformée en frontière « apaisée2 ». Par ailleurs, Strasbourg qui est le siège de plusieurs institutions européennes et qui se définit comme une « ville européenne », a pour dessein de construire une métropole des Deux-Rives avec la ville allemande voisine de Kehl3. Le jardin, du fait de son caractère transfrontalier, se présente comme un emblème des relations franco-allemandes, mais aussi plus largement, de l’intégration européenne. Strasbourg et Kehl forment ensemble une agglomération transfrontalière c’est-à-dire un espace urbain caractérisé par une continuité morphologique qui transcende la frontière nationale qui constitue tout à la fois une discontinuité politique et territoriale et un marqueur identitaire4.

  • 5 Lodewijk Baljon, Designing Parks. An examination of contemporary approaches to design in landscape (...)
  • 6 Antoine Fleury, Les espaces publics dans les politiques métropolitaines : Réflexions au croisement (...)

2Le jardin public apparaît ici comme un espace vert dont la signification dépasse le cadre végétal proprement dit et qui ne se réduit pas à une dimension récréative5. Réaliser un jardin public en ville est une source d’interrogation dans un espace qui cherche à maximiser l’usage de l’espace, ce qui se traduit par la production de fortes densités de construction. En outre, un espace public n’est jamais neutre : il porte souvent les marques de l’acteur qui le conçoit, le réalise ou le fait réaliser6. La situation spécifique de ce jardin à cheval sur la frontière s’avère tout particulièrement intrigante. En effet, si on le considère comme un révélateur de la manière dont une société produit son espace, que représente ce jardin des Deux-Rives ? Transcende-t-il vraiment la frontière et constitue-t-il dès lors un exemple d’intégration transfrontalière ? Dans ce cas, quelles formes cette intégration prendrait-elle ? Au contraire, ce jardin porte-t-il certains attributs de la frontière ? Des différences remarquables entre les deux rives restent-elles largement visibles ?

  • 7 Bernard Reitel et François Moullé, « La resémantisation de la ligne frontière dans des régions métr (...)

3Notre hypothèse est que le jardin est situé dans un espace politique singulier, celui d’un contact entre deux systèmes politiques, deux sociétés qui produisent des espaces et des territoires différents, mais que cet objet s’inscrit également dans un contexte politique et temporel particulier, celui de l’intégration européenne qui traduit une articulation originale entre les deux systèmes politiques évoqués, mais qui est aussi susceptible de les transcender7. Ce point de vue est situé dans un « espace », celui de la frontière franco-allemande, et dans un temps particulier de l’histoire des sociétés européennes, celui de l’intégration européenne. Cette analyse dépend aussi d’un regard disciplinaire singulier, celui d’un géographe qui analyse les plans d’aménagement et d’urbanisme pour comprendre les logiques spatiales et effectue des observations en arpentant le terrain. L’analyse porte dans un premier point sur la genèse de ce jardin sur la frontière franco-allemande et interroge de ce fait sa localisation. Dans un deuxième temps, les principales caractéristiques de la frontière et ses effets spatiaux sont décrits. Enfin, dans un troisième point, il s’agit d’analyser les spécificités de ce jardin en tentant d’identifier les points communs et les points de divergence entre les deux rives.

La genèse d’un jardin transfrontalier dans une agglomération franco-allemande

Le projet urbain Strasbourg-Kehl (1989-1990)

  • 8 Strasbourg est la capitale du Reichsland Elsaß-Lothringen qui est directement sous l’autorité du po (...)
  • 9 La ville de Kehl est alors gérée directement par l’administration française.
  • 10 Cf. Richard Kleinschmager, Strasbourg. Une ambition européenne, Paris, Economica-Anthropos, 1997. L (...)
  • 11 Francis Cuiller (dir.), Strasbourg. Chroniques d’urbanisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1 (...)

4Strasbourg et Kehl, bien que voisines, sont séparées par une frontière, ce qui signifie qu’elles ont fait partie d’ensembles territoriaux caractérisés par l’existence de règles différentes pendant les xixe et xxe siècles. Avant la Première Guerre mondiale, les deux villes sont membres de l’Empire allemand mais chaque ville se trouve dans un territoire politique au statut différent8. En 1919 et 1930, Kehl est occupée par l’armée française, ce qui lui confère un statut particulier par rapport aux autres parties du Pays de Bade. Après l’annexion de l’Alsace-Moselle par l’Allemagne national-socialiste en 1940, la Großstadt Straßburg réunit plusieurs communes limitrophes de Strasbourg dont Kehl. Cette dernière reste sous administration française entre 1945 et 19529 puis elle incorpore le nouveau Land du Bade-Wurtemberg qui résulte lui-même d’une fusion territoriale10. À partir de cette date, le développement urbain de chaque ville se fait indépendamment l’une de l’autre, même si de nombreux flux traversent la frontière11.

  • 12 Michel Foucher, La République européenne, Paris, Belin, 2000.
  • 13 En 1989, Catherine Trautmann (socialiste) l’emporte sur le maire sortant Marcel Rudloff, membre de (...)
  • 14 Bernard Reitel, Villes et frontières en Europe. Un jeu de construction de territoires. Bâle, Berlin (...)

5Les perspectives de création du marché unique de 1993 qui préfigurent la dévaluation des frontières12 incitent les deux villes à débuter dès 1989 une coopération. En effet, la disparition des contrôles de marchandises liés à la création du marché unique se traduit par la libération des plateformes occupées par les services douaniers. L’un des objectifs des autorités publiques des deux municipalités est dès lors d’aménager une vaste zone située entre les centres-villes des deux cités, séparés d’une distance d’environ quatre kilomètres en prolongement des zones douanières. Cet ensemble composé de friches industrielles, d’entrepôts et de bassins portuaires fait l’objet d’un vaste projet de réaménagement urbain envisagé par les deux villes qui ont, depuis le changement de municipalité à Strasbourg13, initié une coopération transfrontalière. Ce projet urbain, qui prend le nom d’axe Strasbourg-Kehl, consiste à créer une véritable continuité urbaine entre les deux rives du Rhin et constituerait en quelque sorte un nouveau cœur de ce qui est identifié comme une agglomération transfrontalière, un espace caractérisé par une continuité morphologique en dépit de l’existence d’une discontinuité territoriale14.

  • 15 Extrait de Bernard Reitel et François Moullé, « La resémantisation de la ligne frontière dans des r (...)

Le jardin des Deux-Rives : un lieu transfrontalier dans l’Eurodistrict transfrontalier Strasbourg-Ortenau15

Le jardin des Deux-Rives : un lieu transfrontalier dans l’Eurodistrict transfrontalier Strasbourg-Ortenau15
  • 16 Construit en 1961 à la place du pont provisoire qui avait été édifié après la Deuxième Guerre mondi (...)
  • 17 Le quartier du port du Rhin est enclavé entre les voies ferrées et routières et le Rhin.

6Le jardin n’est pas une création ex nihilo. Dès les années 1930 une promenade avait été aménagée le long du Rhin dans la partie allemande entre la digue et le fleuve, tandis que la rive gauche était alors occupée par le Parc du Rhin, une allée plantée longue de quelques centaines de mètres, et par un hôtel auxquels s’ajoute dans les années 1980 un parc nautique qui ferme ses portes quelques années plus tard et devient dès lors une friche. Cet ensemble se trouve largement en périphérie de la ville de Strasbourg dont il est coupé par les espaces portuaires et les zones industrielles. Les rives du Rhin, qui sont reliées par un pont ferroviaire et un pont routier16 sur lequel le trafic des véhicules est particulièrement intense avec plus de 30 000 véhicules/jour en 1990, sont dissymétriques en termes d’aménagement urbain. La ville de Kehl s’est développée en bordure du fleuve avec son centre commerçant et des zones résidentielles qui sont séparés d’un port rhénan par la voie ferrée, tandis que Strasbourg, en dehors du port et d’un petit quartier résidentiel17, semble entre 1950 et 1990 en grande partie tourner le dos au fleuve. Le projet de jardin des Deux-Rives introduit toutefois une rupture avec les espaces préexistants, car il s’inscrit comme un élément emblématique de l’axe Strasbourg-Kehl et comporte une dimension transfrontalière.

La rencontre entre le rêve d’un artiste politique et d’une opportunité

  • 18 Michel Krieger, Le Jardin des Deux-Rives. La genèse du projet transfrontalier entre Kehl et Strasbo (...)

7L’idée de réaliser un jardin sur le Rhin vient de l’artiste Michel Krieger au milieu des années 199018. Cet artiste peintre, handicapé de naissance, est conseiller municipal de Strasbourg en charge de la commande publique de la ville. L’objectif est à la fois de donner une cohérence à une rive gauche très composite, d’inscrire la réalisation d’un espace vert dans un projet urbain particulièrement dense, et de lui donner une dimension symbolique du fait de sa localisation sur la frontière franco-allemande. Le rêve rencontre un écho dans la ville de Kehl qui souhaite déposer sa candidature pour la réalisation de l’édition 2004 de la Landesgartenschau du Bade-Wurtemberg. Ce festival d’art paysager est organisé tous les quatre ans, dans une ville de taille moyenne (Mittelzentrum) du Land. Cet événement offre la possibilité pour les cités retenues de se lancer dans des travaux d’aménagements paysagers d’envergure et de recomposer certains espaces urbains dépréciés. En déposant le dossier avec Strasbourg, Kehl souhaite mettre l’accent sur la dimension transfrontalière de son action et ainsi revaloriser certains espaces verts proches du centre-ville et les connecter à la promenade du Rhin. À Strasbourg, la réalisation d’un espace vert s’inscrit en contrepoint d’une première étape du projet urbain qui est en cours d’édification dans la partie occidentale de la zone à proximité du centre-ville, et donc à l’opposé de cette dernière.

Le parc du temps : plan proposé par le Büro Brosk, premier prix du concours européen pour la conception et la réalisation du jardin des Deux-Rives

Le parc du temps : plan proposé par le Büro Brosk, premier prix du concours européen pour la conception et la réalisation du jardin des Deux-Rives

Concours européen 1999, Projets. Le jardin des Deux-Rives, Festival d’art paysager 2004, brochure réalisée par la Communauté urbaine de Strasbourg, 1999

  • 19 Après la loi MAPTAM (2014), la Communauté urbaine de Strasbourg a pris le nom d’Eurométropole de St (...)
  • 20 Bernard Reitel, Villes et frontières en Europe, op. cit.

8L’aménagement du jardin des Deux-Rives ancre d’emblée la perspective d’une réalisation transfrontalière conjointe. Les deux villes organisent avec l’aide de la Communauté urbaine de Strasbourg19 et le Land de Bade-Wurtemberg un concours européen en 1999 auquel participent une cinquantaine d’équipes, dont un grand nombre de bureaux d’études allemands20. Le cahier des charges du programme prévoit de réaliser un aménagement commun aux deux rives pour la Landesgartenschau de 2004 avec la perspective d’offrir un espace vert de 150 ha à l’échelle de l’agglomération transfrontalière. L’idée est de proposer un espace structurant et innovant pour la zone transfrontalière, mais aussi d’édifier un pont pour les piétons et les cyclistes afin de relier les deux rives. Le lauréat est l’équipe du Büro Brosk d’Essen qui propose un parc dont l’organisation serait fondée sur le concept de temps.

9Le projet prévoit la réalisation d’une promenade circulaire transfrontalière en bordure du jardin en s’appuyant d’une part sur la courbe d’un ancien bras mort du Rhin, l’Altrhein, située à Kehl, d’autre part sur le pont routier de l’Europe au nord et la réalisation d’une passerelle à l’extrémité sud de la zone ainsi que le creusement d’un bassin dans la partie nord sur la rive française. Quatre axes perpendiculaires au Rhin organisent cet ensemble sous la forme d’allées, certes interrompues par le fleuve mais dont la continuité serait assurée par un aménagement similaire de part et d’autre du fleuve. Du nord au sud, le premier axe symboliserait le futur, le second la frontière, le troisième le passé et enfin le dernier, l’homme et la nature. Enfin, la passerelle symbolisant un chemin du temps (Zeitweg) serait édifiée dans la partie méridionale. Le projet prévoit l’intégration d’équipements existants sur chaque rive, la réalisation de liaisons aux zones d’habitat et la création d’aires de loisirs et d’aires de jeu. Le projet initial sera cependant profondément remanié du fait de la municipalité de Strasbourg qui va y introduire de substantiels changements.

La Landesgartenschau (1999-2004) et son inscription dans l’espace urbain

  • 21 En 2001, les élections sont gagnées par une coalition de droite et de centre-droit menée par un tan (...)
  • 22 Cette dernière a pris le nom d’Eurométropole de Strasbourg (EMS) en 2015. En effet, la loi de Moder (...)

10En effet, en 2001, un nouveau conseil municipal21 est élu à Strasbourg, ce qui se traduit également par un changement de majorité politique au conseil de la communauté urbaine22, qui remet en cause certains aspects essentiels du projet. Le principal changement concerne la passerelle qui relie les deux rives : l’objectif est de déplacer cette dernière de 400 mètres vers le nord, dans la partie centrale de la zone, ce qui transforme la partie méridionale de la partie française en cul-de-sac.

L’extrémité méridionale du Jardin des Deux-Rives dans la partie française : un cul-de-sac

L’extrémité méridionale du Jardin des Deux-Rives dans la partie française : un cul-de-sac

Photographie de l’auteur, 10 juillet 2022

11L’argument avancé est que la promenade dessinant un cercle qui représente symboliquement l’idée d’un rapprochement entre France et Allemagne est esthétiquement séduisante, mais qu’elle ne se voit malheureusement que du ciel et qu’elle ne pourra être ni appréhendée ni comprise par le promeneur. Par ailleurs, le déplacement du pont permet à la rive française d’être mieux connectée au centre-ville de Kehl. Cette vision de la partie occidentale, décidée de manière unilatérale, s’impose et remplace la décision prise par le jury commun. Au-delà des arguments avancés, la volonté de la nouvelle majorité est aussi et surtout de se distinguer de l’équipe précédente et d’imposer sa marque.

  • 23 Ces poteaux seront enlevés quelques années plus tard lors de la construction d’immeubles en bordure (...)
  • 24 Incendiée en 2008, elle sera reconstruite à l’identique.

12Ce déplacement modifie la réalisation des axes, désormais réduits à trois. Le pont correspond dès lors à l’axe central du jardin : perpendiculaire au Rhin, il symbolise le mouvement et permet d’atteindre à pied une deuxième passerelle sur l’Altrhein, qui mène au centre-ville de Kehl. Deux autres axes sont édifiés. Au nord, l’allée de la communication qui se trouve à proximité immédiate du pont de l’Europe et du quartier du port du Rhin, est agrémentée de 27 poteaux de bois – uniquement édifiés dans la partie française – dont chacun est peint aux couleurs de l’un des drapeaux des États-membres de l’Union européenne, y compris la Bulgarie et la Roumanie dont l’intégration est prévue en 200723. Au sud, la courte allée du jeu comprend de part et d’autre du Rhin des aires de jeu pour les enfants. La rive gauche forme un vaste espace en demi-cercle qui accueille des jardins éphémères. La rive droite, plus étroite, se prolonge au nord vers l’ancienne caserne Grossherzog-Friedrich qui accueille des expositions temporaires ; dans la partie méridionale, l’aire de jeu ouvre sur l’Altrhein, le long duquel des chemins invitent à la promenade tandis qu’un prolongement s’effectue vers des terrains de sport et des jardins familiaux. C’est dans cette partie qu’est construite une tour panoramique en bois de sapin haute de quarante-quatre mètres, au sommet de laquelle les visiteurs peuvent découvrir un vaste panorama, celui du fossé rhénan encadré par deux massifs montagneux, à l’est la Forêt-Noire et à l’ouest les Vosges24. La passerelle est terminée deux jours avant l’inauguration du festival en avril 2004, qui sera un véritable succès public puisqu’il accueillera plus de 800 000 visiteurs en six mois, dont près de 80 % sont comptabilisés dans la partie allemande du périmètre et seulement 20 % dans la partie française.

13Le remaniement du plan d’ensemble a en définitive incité les deux municipalités, Strasbourg et Kehl, à réaliser chacune les aménagements qu’elle jugeait pertinents sur son périmètre de gestion en fonction de ses propres orientations tout en respectant les axes communs. La partie française a privilégié l’axe menant au pont et c’est d’ailleurs là que l’entrée principale de la manifestation pour la partie française a été édifiée, alors que la partie allemande a mis l’accent sur la promenade le long du Rhin et le long de l’Altrhein, ce qui offre la possibilité de réaliser une promenade en forme de boucle : la promenade circulaire qui devait articuler les deux rives est en quelque sorte réalisée sur la rive allemande. L’entrée de la Landesgartenschau à Kehl a d’ailleurs été installée dans la partie nord du jardin à proximité de la gare de chemin de fer. Près de vingt ans après sa réalisation, l’organisation de ce jardin mérite d’être à nouveau examinée afin d’identifier les permanences et les changements en réinterrogeant le rôle de la frontière.

La frontière, une limite politique de séparation révélatrice de différences

La frontière et ses propriétés

  • 25 David Newman, « On borders and power: A theoretical framework », Journal of borderlands studies 18/ (...)
  • 26 Thomas M. Wilson et Hastings Donnan (dir.), A Companion to Border Studies, Wiley-Blackwell, 2012.
  • 27 Claude Raffestin, « Éléments pour une théorie de la frontière », Diogène 134 (34), 1986 (p. 3-21).
  • 28 Bernard Reitel, « La frontière, une approche polysémique et multi-scalaire », in : François Moullé (...)

14La frontière est souvent définie comme une discontinuité territoriale par les géographes25. Autrement dit, la frontière westphalienne examinée ici est à la fois une limite de souveraineté et un marqueur identitaire : elle sépare des territoires nationaux identifiés par des caractéristiques distinctes, et ceci est d’autant plus prégnant dans un cadre de proximité géographique26. La frontière constitue un objet révélateur de différences tout en étant elle-même un symbole activé par les États. Cette propriété est qualifiée de différentiel ou d’asymétrie. Cependant, comme nous le rappelle Claude Raffestin, la frontière est à la fois un objet d’expression du pouvoir, un dispositif de régulation et de contrôle, mais aussi un lien entre des systèmes territoriaux27. Par ailleurs, même lorsque la limite est fixée depuis des décennies, le régime de la frontière n’est pas figé : il s’agit bien d’une construction sociale, liée aux processus de territorialisation parfois fort conflictuels28.

  • 29 Groupe Frontière, « La frontière, un objet spatial en mutation », consultable en ligne sur https://(...)
  • 30 Christophe Sohn, « Modelling Cross-Border Integration: The Role of Borders as a Resource », Geopoli (...)

15Une fois définie et spatialement inscrite dans l’espace, la frontière n’en est pas moins un objet dont le régime évolue dans le temps : la régulation connaît des fluctuations, mais les différences peuvent elles aussi se réduire, voire s’estomper ou au contraire se renforcer en fonction des décisions prises par les États29. Les relations de voisinage varient dès lors dans le temps et passent par plusieurs phases : la tension, le conflit, l’ignorance, le bon voisinage, voire la médiation. Le régime de la frontière varie tout autant en fonction des relations qu’entretiennent des États limitrophes que des transformations que subissent leurs systèmes politiques nationaux. Souvent présentée comme une contrainte pour les zones frontalières, la frontière peut aussi et surtout être activée comme une ressource pour les habitants et les acteurs à l’échelle locale30. Le franchissement de la frontière, en dépit de quelques risques, présente des opportunités que certains n’hésitent pas à exploiter.

  • 31 Michel Foucher, La République européenne, op. cit.
  • 32 Les programmes d’initiatives communautaires Interreg ont été instaurés sous la forme de projets exp (...)
  • 33 Bernard Reitel et al., « The INTERREG Experience in Bridging European Territories. A 30-Year Summar (...)

16La dyade franco-allemande apparaît ainsi comme un emblème de ce qu’est une frontière interne de l’Union européenne. Elle sépare deux des États fondateurs de la communauté économique européenne et elle présente indéniablement tous les caractères d’une frontière dévaluée31 : les fonctions de régulation y ont disparu, ce qui est, a priori, favorable à l’intensification des interactions. Des projets de coopération peuvent être établis par les collectivités territoriales grâce aux soutiens financiers de l’Union européenne32. L’existence d’un pouvoir politique supranational qui élabore des programmes d’action à l’échelle de l’UE et de son voisinage – notamment la politique de cohésion et dans ce cadre la coopération territoriale européenne – permet d’affirmer l’existence d’un régime transfrontalier spécifique à cette région du monde33.

  • 34 Birte Wassenberg et Joachim Beck, Living and researching cross-border cooperation in Europe. The Eu (...)
  • 35 Pierre-Emmanuel Thomann, Le couple franco-allemand et le projet européen : Représentations géopolit (...)
  • 36 Birte Wassenberg, « La coopération transfrontalière dans l’espace du Rhin supérieur : Un modèle de (...)

17La frontière franco-allemande continue toutefois de constituer un marqueur des différences tant politiques, juridiques que culturelles. L’agencement des pouvoirs, les pratiques politiques, les manières de penser diffèrent, ce qui rend la réalisation des projets de coopération transfrontalière parfois difficile bien au-delà des distinctions linguistiques34. Cette frontière a une résonance particulière car elle symbolise la réconciliation entre la France et l’Allemagne, le rapprochement entre deux des principaux États qui ont réussi à dépasser leur conflit pour élaborer une relation politique étroite35. Cette caractéristique est d’autant plus présente à Strasbourg, qui a été choisie comme lieu d’implantation du Conseil de l’Europe pour symboliser cette réconciliation36. Or, cette frontière singulière continue de révéler des différences dans un contexte d’intégration européenne.

Des cadres nationaux d’aménagement

  • 37 Joerg Knieling et Frank Othengrafen, Planning cultures in Europe. Decoding Cultural Phenomena in Ur (...)
  • 38 Claude Raffestin, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, 1981.

18L’une des manières de révéler les différences est d’identifier des marqueurs territoriaux, c’est-à-dire des signes inscrits matériellement dans l’espace et qui renvoient à l’idée que les cadres nationaux sont prégnants en termes d’urbanisme et d’aménagement des espaces publics37. Le géographe Claude Raffestin a proposé l’expression « système sémique » pour décrire un ensemble de signes, de symboles, d’artefacts produits par un pouvoir politique, qui sont inscrits dans son territoire et qui font sens pour les habitants et les acteurs qui y résident38. Le système sémique comprend souvent la langue et le droit, mais il prend également en compte des cadres qui déterminent des pratiques. Il s’agit très souvent de décisions qui ne sont pas pensées en tant que telles, mais dont les effets sont indicibles et qui prennent d’autant plus de signification dans un espace transfrontalier.

19Franchir la frontière correspond à un changement de signes et de marques. Le choix des couleurs attribuées aux panneaux routiers directionnels ou informatifs offre un bon exemple de système sémique. La réservation d’une place dans le train à grande vitesse qui est obligatoire en France, mais ne l’est pas en Allemagne, les choix d’aménagement des wagons, mais aussi la manière de concevoir le train lui-même renvoient à l’existence de systèmes sémiques qui ne sont, de prime abord, pas apparents. La réalisation du TGV dans les années 1970 répond ainsi à la volonté de transporter les résidents d’une ville mondiale, Paris, vers la deuxième agglomération du pays, Lyon, située à plus de 500 kilomètres le plus rapidement possible à travers les étendues du Bassin parisien tandis que l’ICE, quelques années plus tard, a été conçu afin de s’arrêter dans des agglomérations de quelques centaines de milliers d’habitants très proches les unes des autres. L’existence de deux réseaux urbains différents, l’un macrocéphale, très hiérarchisé, et l’autre à dominante polycentrique avec une faible distance entre les villes, a conditionné la conception des trains, ce qui explique que la vitesse ait été privilégiée dans la partie française.

  • 39 Bernard Reitel, Villes et frontières en Europe, op. cit.
  • 40 Antoine Fleury, Les espaces publics dans les politiques métropolitaines, op. cit. ; Elsa Vonau, La (...)

20Les systèmes d’aménagement constituent un autre exemple de système sémique39 : ils sont construits par un ensemble de règles produites par les pouvoirs politiques qui se combinent avec les pratiques des aménageurs. Ces derniers effectuent leurs formations dans des cadres nationaux dans lesquels sont puisés les références, les modèles, les exemples. La production de l’espace urbain et plus particulièrement celle des espaces verts n’échappe pas à ces règles : elle résulte de pratiques élaborées dans la longue durée que l’internationalisation des cadres d’action ne modifie qu’à la marge, et cela est tout particulièrement vrai dans l’aménagement des espaces publics en France et en Allemagne40.

  • 41 Mark Francis, « The Urban Garden as Public Space », Places 9/6, 1989 (p. 52-59).
  • 42 Rosa de Marco et Luisa Limido, « On the development of a European model for urban parks. An analysi (...)
  • 43 Georg Glasze, « Geschlossene Wohnkomplexe (gated communities): “Enklaven des Wohlbefindens” in der (...)
  • 44 Le phénomène s’est développé plus tardivement en Allemagne. Même s’il reste relativement discret, i (...)

21Nous partons ainsi du postulat que les conceptions françaises et allemandes de l’aménagement des parcs et des jardins diffèrent, même si dans l’absolu, ils renvoient tous deux au lien existant entre l’homme et la nature41. De prime abord, le jardin régulier à la française repose sur un principe d’ordre géométrique, notamment la symétrie, alors que la conception allemande renvoie à l’expression d’une nature sauvage ou tout au moins, moins ordonnée. Le jardin régulier français se distinguerait ainsi du jardin à l’allemande : le premier renvoie à un pouvoir qui cherche à se mettre en scène avec une nature ordonnée, alors que le second est teinté de romantisme et accorde une place plus grande à un ensemble végétal touffu dont la forêt et l’arbre constitueraient un symbole42. Cette conception trouve, toutes proportions gardées, un écho dans la manière de produire la ville depuis la fin du xxe siècle. Tandis que les gated communities et les espaces urbains fermés prolifèrent en France avec la complicité implicite des pouvoirs publics, le phénomène a été longtemps contenu en Allemagne43 en raison de l’existence d’une conception plus ouverte de la ville et des espaces urbains et d’une forte capacité de planification des communes44. De ce fait, nous proposons de voir si chaque composante nationale du jardin des Deux-Rives présente des marqueurs qui lui sont propres. Toutefois, l’internationalisation des pratiques urbaines conduit à la production d’espaces verts qui transcendent les cadres nationaux et qui répondent à des normes qui se généralisent. Appréhender le jardin comme un tout est donc une autre hypothèse qu’il convient d’envisager.

L’intégration européenne et la dévaluation de la frontière

  • 45 Ce texte de 1968 a paru en 1995 : Fredrik Barth, « Les groupes ethniques et leurs frontières », in  (...)

22Cette hypothèse de prendre en compte l’espace vert comme un ensemble unique a certainement du sens dans un espace régional intégré, l’UE qui est productrice de normes, de pratiques, mais qui correspond aussi à un cadre territorial au sein duquel existent de nombreuses interactions. Il est toutefois plus difficile d’identifier a priori des marqueurs de cette européanisation. Comme l’écrivait l’anthropologue Fredrik Barth, les interactions entre les groupes sociaux produisent une frontière qui devient un objet constitutif de la structuration de leurs identités45. Appliqué au contexte européen caractérisé par une croissance des interdépendances entre les États, cela signifie que la frontière a certes perdu en grande partie sa fonction de contrôle et de régulation, mais qu’elle révèle d’autant plus les différences entre les territoires. En revanche, l’intégration européenne peut s’exprimer à travers l’influence réciproque qu’exercent les cultures et les sociétés entre elles.

23Dans notre présentation, l’intégration peut être identifiée de deux manières différentes. D’une part, il y a intégration entre deux parties lorsque des normes communes sont érigées, ce qui produit un phénomène de convergence et d’homogénéisation. Il convient dès lors d’identifier les signes et les symboles communs. D’autre part, l’intégration se manifeste à travers les réseaux, les liens qui se tissent de part et d’autre d’une frontière et les circulations qui s’y inscrivent. Dans ce cadre, une attention particulière est accordée aux liaisons matérielles et symboliques qui sont établies entre les deux rives, mais aussi à tous les signes qui renvoient directement ou indirectement à l’européanisation.

24La frontière peut elle-même apparaître comme un symbole partagé à travers le lien qu’elle représente, mais aussi à travers les figures passées, présentes et futures auxquelles on l’associe. C’est tout particulièrement le cas des idées de réconciliation et d’amitié auxquelles la frontière franco-allemande est associée de nos jours. En définitive, l’analyse de cet espace vert s’appuie à la fois sur la recherche de marqueurs de distinctions et d’éléments de convergence.

Le jardin, un espace de médiation dont le Rhin marque le caractère dissymétrique

Le jardin, un espace intégré

25Les descriptions qui suivent reposent sur plusieurs moments d’observation, le premier ayant été effectué en juillet 2019, le second en octobre 2021 et le dernier en juillet 2022. Entre les trois périodes, les seuls changements observés concernent la fréquentation du jardin public, bien plus forte en été qu’en automne. Le premier regard proposé considère le jardin comme un ensemble unique en examinant la manière dont il est structuré et ce qui est commun aux deux rives, tant dans les dimensions fonctionnelles, symboliques qu’esthétiques.

  • 46 La passerelle sur le Rhin va d’ailleurs contribuer à asseoir sa réputation et à renforcer sa dimens (...)
  • 47 Une anecdote permet peut-être de comprendre en quoi la frontière internationale « disparaît » grâce (...)

26Le pont qui relie les deux rives du fleuve constitue l’élément le plus emblématique d’un lien. Il a été réalisé par Marc Mimram, architecte ingénieur qui dispose d’une bonne expérience de conception et de réalisation d’ouvrages d’art, principalement en France46. La passerelle qu’il édifie en ce début de xxie siècle est présentée comme le symbole de la réconciliation franco-allemande, ce que traduit indéniablement le fait qu’il relie les deux territoires. Mais cet ouvrage est aussi et surtout un pont urbain réalisé dans un contexte de dévaluation des frontières. La passerelle des Deux-Rives n’est accessible que par les piétons et les cyclistes et en cela, comme son nom l’indique, elle traduit l’idée d’un usage dans la proximité : la frontière n’est pas simplement franchie, elle est en quelque sorte niée47.

La passerelle sur le Rhin édifiée par Marc Mimram

La passerelle sur le Rhin édifiée par Marc Mimram

Photographie de l’auteur, 7 octobre 2021

  • 48 L’une des photos officielles des chefs d’État qui ont participé aux réunions du G20 et de l’OTAN au (...)

27Cette passerelle traduit l’intégration de Kehl et de Strasbourg bien plus que ne le fait le pont routier de l’Europe, qui, reconstruit dans les années 1960, accueille un trafic de véhicules dont une partie non négligeable circule en transit à travers l’agglomération. Par ailleurs, l’aménagement d’une plateforme dans la partie centrale, qui relie les deux arches de la passerelle et est agrémentée de bancs, offre un point de vue unique sur le fleuve, la circulation des bateaux, les deux rives, mais aussi, par beau temps, sur les deux massifs montagneux encadrant le fossé rhénan. En ce sens, le pont présente une dimension multifonctionnelle : il est à la fois espace de circulation et de déambulation où les piétons ne sont pas forcément plus nombreux que les cyclistes, espace de représentation (chacun peut se voir, s’observer en montant et descendant les arches), espace de repos (sur la plateforme), icône stylisée (qui peut être photographiée et dessinée), symbole d’unité, du lien entre deux rives, deux villes, deux pays : il constitue en cela un véritable lieu d’urbanité sur la frontière franco-allemande48.

28Les trois axes d’aménagement qui structurent le jardin du nord au sud sont toujours présents, mais ils ont connu des transformations par rapport aux conceptions d’origine, notamment dans la partie septentrionale du versant français. L’axe central structure le jardin en raison de la présence du pont et il est de ce fait particulièrement fréquenté par les visiteurs, surtout en fin de semaine. La continuité entre les deux autres axes qui sont interrompus physiquement par le fleuve est plus symbolique que réelle : elle n’est pas forcément perceptible visuellement par les populations, car aucun dispositif n’invite le promeneur à projeter son regard sur l’axe de la rive opposée.

29Le Rhin joue un rôle ambivalent : il constitue indubitablement une coupure matérielle, mais il forme aussi un lien dans la mesure où, sur chaque rive, une allée parallèle à son cours permet la promenade avec la perspective constante d’apercevoir la rive opposée. De chaque côté, des aires d’accostage permettent aux bateaux de croisière qui remontent le Rhin de faire une halte à Strasbourg, dont la visite de la vieille ville est bien plus prisée que celle du quartier des institutions européennes. Cependant, l’allée de la rive française, qui mesure environ un kilomètre, s’interrompt brutalement dans la partie méridionale, alors qu’à Kehl elle est la composante d’une voie verte qui relie sur la rive droite du Rhin la source de ce dernier à son embouchure à Rotterdam. Le fleuve remplit cependant une fonction de frontière, comme l’attestent les différences perceptibles entre les deux rives.

La promenade le long du Rhin sur la rive droite à Kehl

La promenade le long du Rhin sur la rive droite à Kehl

Photographie de l’auteur, 7 octobre 2021

La frontière révélatrice d’asymétries et de différences

  • 49 L’une reste ouverte afin de permettre la circulation des cyclistes.

30Les différences sont interrogées à travers la forme générale du jardin et à travers les signes qui ont à la fois une dimension fonctionnelle et esthétique. D’une part, la forme de chaque composante a des effets sur la structure interne. La partie française a une forme qui s’apparente à une demi-lune dont la profondeur maximale dans le prolongement de l’axe du pont atteint près de 400 mètres. La partie allemande est principalement composée d’une bande étroite qui longe le Rhin et dont la profondeur atteint moins de 100 mètres, mais dans sa partie méridionale, elle se prolonge vers l’est et englobe le bras mort de l’Altrhein et des équipements sportifs de plein air. La forme du jardin révèle une intégration urbaine plus ancienne sur la rive allemande : l’espace vert est accessible sans transition depuis les habitations. La rive française, qui a connu de substantiels changements depuis une dizaine d’années, est marquée par le zonage et l’enclosure. Le jardin est ainsi circonscrit par des clôtures et des portes49 qui sont fermées, la nuit venue, en hiver, ce qui n’est pas le cas dans la partie allemande.

Le contact entre le jardin et la zone résidentielle à Kehl

Le contact entre le jardin et la zone résidentielle à Kehl

Photographie de l’auteur, 7 octobre 2021

31Dans la partie française, la séparation avec le voisinage immédiat est d’autant plus perceptible que le nouveau quartier résidentiel qui a vu le jour ces dernières années prend l’aspect d’un front urbain, c’est-à-dire d’une rangée d’immeubles de plusieurs étages qui domine l’espace vert et s’en distingue. Par ailleurs, à l’ouest du jardin, un centre équestre et une auberge de jeunesse dont les présences sont antérieures à l’espace vert, constituent une barrière matérielle. Le jardin n’est donc accessible que par trois entrées dans la partie française alors qu’il est ouvert sur l’espace urbain dans la partie allemande.

Le contact entre le jardin et la zone résidentielle à Strasbourg

Le contact entre le jardin et la zone résidentielle à Strasbourg

Photographie de l’auteur, 10 juillet 2022

  • 50 La réalisation de certains jardins est confiée à des associations.

32La promenade de la rive allemande est « rythmée » par un ensemble de lieux caractérisés par leurs fonctions (le jeu, le recueillement, l’observation) et que soulignent leurs dimensions organisationnelles et esthétiques, alors que dans la partie française, le zonage prévaut. Une vaste pelouse qui se prolonge par une aire de pique-nique jouxte ainsi l’aire des jardins éphémères dont la composition varie au gré des ans : chacun de ces douze jardins, de forme circulaire ou ovale, est aménagé par la collectivité publique50 en fonction d’un thème. Au sud de cet ensemble se trouve une aire de jeu de forme rectangulaire, perpendiculaire à l’axe du fleuve. La conception du temps de l’aménagement n’est pas identique : la partie française est ainsi caractérisée par la variation et le changement. Dans la partie allemande, les aménagements sont beaucoup plus stables, mais la nature représentée par quelques grands arbres est agrémentée de sculptures et diverses compositions. Les aménagements paysagers sont donc réalisés selon des conceptions différentes. À la nature esthétisée de la partie française (les jardins éphémères, l’allée située à l’ouest du pont) répond une nature qui semble moins encadrée (nombreux arbres et végétation plus touffue) dans la partie allemande. Les différences sont perceptibles dès la passerelle franchie : à l’est, on déambule de manière fluide dans un ensemble que marquent des lieux caractérisés par une fonction ou une composition, alors que dans la partie française, on passe d’une zone à l’autre. Seule l’aire des jardins éphémères permet de s’affranchir de cette conception, chaque jardin possédant sa propre originalité.

Un jardin éphémère dans la partie française du jardin des Deux-Rives

Un jardin éphémère dans la partie française du jardin des Deux-Rives

Photographie de l’auteur, 10 juillet 2022

33Au départ, le jardin des Deux-Rives était envisagé comme un espace d’un seul tenant : les thèmes du jeu et du temps devaient ainsi marquer une continuité entre les deux rives. Ils sont effectivement présents, mais leurs déclinaisons ne sont pas les mêmes de part et d’autre du Rhin.

  • 51 L’ADOT 67 (Association pour le Don d’Organes et de Tissus humains du département du Bas-Rhin) souha (...)

34Par ailleurs, plusieurs initiatives ont été menées pour créer des lieux de mémoire, mais sans qu’un lien soit forcément établi avec la frontière franco-allemande. Cela se traduit par l’établissement de stèles, de statues ou d’arrangements dont les significations dépendent de leurs situations, mais aussi du thème évoqué. Dans la partie française, la mémoire est surtout présente à travers des stèles dont l’une rappelle la libération de l’Alsace par le général de Lattre de Tassigny, alors qu’elle était encore un territoire annexé au IIIe Reich par le régime national-socialiste. L’arrivée du régiment français sur les bords du Rhin symbolise dès lors l’arrivée aux confins du territoire qu’il convient de libérer. La stèle est destinée avant tout au public français puisque le message n’est rédigé que dans cette langue. Les autres plaques visibles dans le jardin sont en lien avec la dimension européenne qui est un marqueur identitaire de la ville de Strasbourg, comme c’est le cas de celle qui se trouve à côté d’un arbre planté en juin 2015 alors que la Bosnie Herzégovine assurait pour la première fois la présidence d’un comité des ministres des États membres du Conseil de l’Europe. Une dernière sculpture représentant deux humains qui se tiennent par la main a en réalité été offerte par une association militant pour le don d’organes51. Si le message qui figure sur les statues (« je donne, tu donnes… ils vivent ») est écrit en deux langues, français et allemand, la plaque qui donne des informations sur l’association à l’origine de l’initiative est entièrement écrite en français. L’hétérogénéité semble donc être la règle, même si le rappel de la guerre ou de l’Europe en tant que communauté politique est présent. La frontière apparaît ici comme limite du territoire ou de manière indirecte à travers le renvoi à une mémoire, qui sans être douloureuse, n’en est pas moins vive. De surcroît, les lieux évoqués se trouvent à chaque fois en marge des cheminements, et il faut que l’observateur fasse preuve de curiosité pour saisir toute la dimension symbolique de ces éléments.

La statue symbolisant la réconciliation franco-allemande dans la partie allemande du jardin des Deux-Rives

La statue symbolisant la réconciliation franco-allemande dans la partie allemande du jardin des Deux-Rives

Photographie de l’auteur, 7 octobre 2021

  • 52 Une sculpture semblable a été édifiée à Berlin à proximité de la chapelle de la « réconciliation », (...)

35Dans la partie allemande, la localisation des lieux de mémoire a visiblement fait l’objet d’une mise en scène. C’est sur la rive kehloise à proximité du débouché de la passerelle que se dresse une statue stylisée représentant deux humains qui se touchent le front et se donnent une accolade, symbole remarquable de la réconciliation franco-allemande. Toute personne qui emprunte le pont ne manque pas de la voir52. La réconciliation symbolise dès lors la transgression de la frontière, mais une autre dimension est aussi présente, comme le rappellent deux autres lieux aménagés en bordure de la promenade. L’un est un bloc de grès rose dont la partie visible sculptée comme un bas-relief représente une tête d’homme et rappelle que l’on se trouve sur une étape du chemin menant à Saint-Jacques de Compostelle. Neuf lignes pavées relient cette sculpture à la promenade d’où elle est indéniablement repérable. L’autre est un petit jardin biblique qui comporte 17 stèles qui rappellent les éléments fondamentaux de la foi et comportent des images de l’Ancien et du Nouveau Testament.

Le jardin biblique dans la partie allemande du jardin des Deux-Rives

Le jardin biblique dans la partie allemande du jardin des Deux-Rives

Photographie de l’auteur, 7 octobre 2021

36Cette réalisation est censée représenter l’œcuménisme, qui ne doit pas être interprété comme un simple rapprochement entre les différentes religions chrétiennes, mais comme un moyen de concilier des populations aux idéologies différentes. Aménagé par des associations religieuses, ce jardin biblique rappelle la forte implication des institutions à caractère confessionnel dans la société allemande. Une réalisation du même type dans l’espace public serait très certainement impensable dans la partie française marquée par l’esprit de la laïcité, y compris en Alsace ou en Moselle où le concordat est encore en vigueur. Plus largement, l’interprétation du lieu peut prêter à confusion : un résident français pourrait le comprendre comme une forme de prosélytisme là où un Allemand verrait peut-être une forme de recherche de spiritualité ou d’humanisme, voire même d’universalisme – en tous les cas, une dimension qui transcende largement la frontière nationale.

37L’observation des aires de jeux permet également de relever quelques différences. La situation de cette aire est particulièrement stratégique dans la partie allemande puisqu’elle se trouve à l’articulation de la promenade nord-sud et de la zone qui mène à l’Altrhein. L’allée qui relie les deux espaces divise l’aire de jeu en deux parties. Au nord, un bassin d’eau qu’un modeste canal longeant l’allée alimente avec de l’eau du Rhin, et à côté duquel est localisé un radeau de bois surmonté d’une cabane, jouxte une zone sableuse sur laquelle se trouve un bateau en bois coloré. Au sud, ont été édifiés des éléments que l’on prend de loin pour du mobilier de grande taille – chaises et tables – et qui sont lorsqu’on se rapproche des composantes de jeux de plein air : toboggan, jeux à cordes, etc. La plupart des jeux sont réalisés en bois et sont originaux : ils semblent avoir été réalisés sur mesure ou du moins pour s’adapter à un lieu, et ont été faits pour développer l’imagination des enfants et leur esprit d’aventure.

38Deux caractéristiques distinguent l’aire de jeu allemande de la française. D’une part, alors que la première est située à un carrefour et s’avère donc très accessible, la seconde occupe une situation plus périphérique à proximité de l’angle mort de la partie méridionale. D’autre part, la première a fait le pari de l’originalité en mettant l’accent sur des matériaux en bois et sur la dimension ludique de chaque jeu, alors que la seconde, malgré la qualité des dispositifs, semble s’inscrire dans un contexte plus normé. Cette différence de localisation et de choix dans l’aménagement de chaque composante, alors même que les aires de jeux se font face, se traduit en termes de fréquentation : à la belle saison, l’aire de jeu de Kehl est prise d’assaut par les enfants et leurs parents, alors que la zone de la partie française est en général peu occupée. Les jeux d’eau, le bateau et le radeau attirent tout particulièrement les enfants. Cette différence est d’autant plus marquée que la ville de Strasbourg a fait édifier à la fin des années 1990 une aire de jeu résolument originale avec des sculptures en bois en bordure du quartier ancien de la Petite France, très prisé des touristes. Ces différences méritent toutefois d’être relativisées : le jardin fonctionne comme un parc caractérisé par la présence de plusieurs espaces et lieux.

L’aire de jeu du jardin des Deux-Rives à Kehl

L’aire de jeu du jardin des Deux-Rives à Kehl

Photographie de l’auteur, 7 octobre 2021

L’aire de jeu du jardin des Deux-Rives à Strasbourg

L’aire de jeu du jardin des Deux-Rives à Strasbourg

Photographie de l’auteur, 10 juillet 2022

Un lieu de centralité et de médiation

39Le jardin permet des usages multiples, la déambulation, le jeu, l’aventure, le pique-nique, la rêverie, mais aussi la découverte, et en cela les deux rives sont plus complémentaires que concurrentes. Si chaque rive semble posséder une identité bien marquée tant sur le plan paysager que fonctionnel et esthétique, le promeneur peut également observer la forte présence du bilinguisme qui sans être complément généralisé, n’en est pas moins omniprésent. Les panneaux de signalisation et d’information sont presque toujours écrits en français et en allemand. Le bilinguisme a cependant aussi une dimension pratique, car les deux langues sont parlées par les usagers du parc qui fréquentent allègrement les deux rives.

40De ce point de vue, l’inversion et l’enchevêtrement semblent être devenus la norme. Les deux langues sont pratiquées de manière entremêlée et il est difficile de savoir si les promeneurs rencontrés sont allemands ou français tant qu’ils n’ont pas pris la parole. Ceci se remarque notamment à l’aire de jeu de Kehl où les enfants en bas âge n’ont d’ailleurs souvent pas besoin de parler entre eux pour se comprendre. L’usage du français est toutefois plus important que celui de l’allemand dans la partie kehloise du fait de l’asymétrie en termes de poids démographiques : sur le demi-million d’habitants de l’agglomération transfrontalière, plus de 450 000 personnes résident dans la partie française.

  • 53 Antoine Beyer, « Strasbourg, entre France et Allemagne. Structure urbaine et symbolique de la duali (...)

41Certains lieux ont plus que d’autres une dimension transfrontalière, un caractère de médiation entre les langues et les sociétés : c’est évidemment le cas du pont avec sa plate-forme agrémentée de sièges, mais aussi des aires de jeu ou de la tour-plateforme d’observation de la partie allemande. Le jardin des Deux-Rives remplit ainsi les fonctions d’un lieu de médiation entre deux rives, entre deux villes et leurs sociétés urbaines et deux territoires nationaux. Cette dimension multiscalaire lui permet également d’exercer un rôle de centralité à l’échelle de l’agglomération tout entière. Le jardin symbolise et marque le déplacement progressif de la centralité de Strasbourg vers le Rhin53 tout en la connectant à celle de Kehl. La centralité est ainsi transfrontalière tant symboliquement que fonctionnellement. Le jardin s’avère particulièrement fréquenté lorsque les beaux jours reviennent. La frontière n’est plus une coupure, mais bien une interface entre deux composantes d’une même agglomération urbaine.

*

42L’objectif de cet article était de vérifier si le jardin des Deux-Rives édifié au début des années 2000 entre Strasbourg et Kehl était marqué par la présence de la frontière franco-allemande qui le divise en deux. L’analyse ci-dessus a certainement plus mis l’accent sur la description des différences que sur les points communs, avec comme hypothèse que les logiques d’aménagement nationales imprègnent le façonnement des espaces à l’échelle locale. Ce jardin public apparaît comme un espace double, la frontière révélant dès lors des « identités » distinctes en miroir. La répartition des fonctions, les dimensions esthétiques et ludiques ne sont pas traitées de la même manière. À la nature esthétisée, encadrée et évolutive observée dans la partie française correspond une nature plus exubérante et plus articulée avec les autres fonctions urbaines dans la partie allemande.

43Les transformations récentes montrent que chaque collectivité publique a aménagé sa composante selon des logiques qui lui sont propres mais au-delà des observations effectuées, on peut légitimement s’interroger sur le caractère typiquement national des aménagements. La différence entre Strasbourg qui affiche clairement son ambition métropolitaine, et Kehl qui se définit comme une ville moyenne, explique peut-être tout autant la manière dont les aménagements ont été réalisés sur chaque rive. Les observations faites sur le terrain montrent qu’une autre interprétation est encore possible : l’espace vert dans la partie allemande a été conçu alors que la ville était déjà construite tandis que dans la partie française, la ville est en train de se fabriquer dans le cadre du projet de Métropole des Deux-Rives. La frontière joue certes son rôle de révélateur de différences, d’autant plus qu’elle est matérialisée par un fleuve, mais cette fonction mérite d’être relativisée.

44Le caractère unitaire du jardin contribue à cette relativisation. Celui-ci ne fait pas de doute d’autant que sa taille et la variété des fonctions et des paysages le rangerait plutôt dans la catégorie des parcs. Sur le plan symbolique, cet espace vert, dont le pont constitue la partie centrale, est un trait d’union entre France et Allemagne et c’est ainsi qu’il est présenté : il est transfrontalier et en cela, il est un emblème d’une intégration européenne. La frontière vive entre France et Allemagne est devenue un espace de traduction entre deux territoires nationaux.

45À côté de ces échelles nationales et européennes, c’est peut-être surtout l’échelle locale qui nous semble la plus remarquable. Deux villes dont le développement se faisait dans des directions différentes ont depuis une trentaine d’années développé un projet commun qui porte le nom de Métropole des Deux-Rives, dont le jardin des Deux-Rives a été l’une des premières réalisations. Ce jardin exprime l’émergence d’une urbanité transfrontalière, d’un lieu qui concentre des fonctions urbaines sur la frontière et qui joue un rôle de centralité à l’échelle de l’agglomération transfrontalière. La passerelle et le jardin créent ensemble une médiation entre des espaces urbains aux identités différentes qui deviennent ainsi des composantes d’une même agglomération. Une forme de proximité est établie et cela s’observe à travers les circulations piétonnes et cyclables du pont, les fonctions récréatives du parc et la présence de visiteurs en provenance de toute l’agglomération, voire d’au-delà. Devenu à présent l’un des hauts lieux de l’agglomération, il forme également un symbole partagé par les deux villes, ce qui n’est pas le cas d’autres monuments ou emblèmes, comme la cathédrale ou les institutions européennes qui sont uniquement associées à l’image de Strasbourg. La frontière n’est cependant pas effacée, elle joue plutôt un rôle de couture et de médiation. En transformant deux espaces situés chacun à la périphérie des deux villes en lieu de centralité, les pouvoirs publics se sont approprié la zone frontalière, qui était longtemps restée sous le contrôle des États, et ont donné un nouveau sens à la frontière. Le jardin des Deux-Rives constitue ainsi un bel exemple de resémantisation de la frontière dans un contexte d’intégration européenne.

46C’est peut-être pour cette raison qu’il fait des émules. Plusieurs autres jardins ou parcs transfrontaliers qui ont été aménagés récemment dans des agglomérations transfrontalières se sont inspirés de l’expérience menée à Strasbourg-Kehl. C’est le cas entre Francfort et Slubice sur la frontière germano-polonaise, de la ville double Český Těšín sur la frontière tchéco-polonaise ou de la vallée de la Lys dans l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai. Dans les différents cas, la frontière repose sur un cours d’eau qui sépare les deux villes et le projet permet d’englober les deux rives dans un projet d’aménagement transfrontalier qui fait la part belle aux fonctions récréatives et de loisir. La frontière perd ainsi son caractère de tension pour devenir une figure du commun et de la rencontre, symbolisant remarquablement une forme d’intégration européenne.

Haut de page

Notes

1 L’auteur souhaite adresser ses plus vifs remerciements à Anna Keitermeier, doctorante en architecture et urbanisme à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-La Villette pour ses conseils et ses remarques.

2 Karen Denni, La frontière entre la France et l’Allemagne (1861-2006) : D’une ligne qui sépare au pont qui unit ?, Thèse de doctorat, Strasbourg et Düsseldorf, 2006.

3 Patricia Zander, Territorialisation métropolitaine en Europe et paradoxes. Les exemples de Strasbourg et du Rhin supérieur, Thèse d’habilitation à diriger des recherches, Strasbourg, 2018.

4 Bernard Reitel, « Governance in cross-border Agglomerations in Europe : The examples of Basel and Strasbourg », Europa Regional 14/1, 2006 (p. 9-21).

5 Lodewijk Baljon, Designing Parks. An examination of contemporary approaches to design in landscape architecture, based on a comparative design analysis of entries for Concours International, Amsterdam, Architectura & Natura Press, 1995.

6 Antoine Fleury, Les espaces publics dans les politiques métropolitaines : Réflexions au croisement de trois expériences : De Paris aux quartiers centraux de Berlin et Istanbul, Thèse de doctorat, Université Paris 1, 2007.

7 Bernard Reitel et François Moullé, « La resémantisation de la ligne frontière dans des régions métropolitaines transfrontalières. Le Jardin des 2 Rives à Strasbourg et la place Jacques Delors à Lille », Belgeo 2, 2015 [http://belgeo.revues.org/16527].

8 Strasbourg est la capitale du Reichsland Elsaß-Lothringen qui est directement sous l’autorité du pouvoir impérial, alors que Kehl se trouve dans le Grand-Duché de Bade.

9 La ville de Kehl est alors gérée directement par l’administration française.

10 Cf. Richard Kleinschmager, Strasbourg. Une ambition européenne, Paris, Economica-Anthropos, 1997. Le Land du Bade-Wurtemberg associe les Länder suivants : Wurtemberg-Bade, Wurtemberg-Hohenzollern et Bade.

11 Francis Cuiller (dir.), Strasbourg. Chroniques d’urbanisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1994.

12 Michel Foucher, La République européenne, Paris, Belin, 2000.

13 En 1989, Catherine Trautmann (socialiste) l’emporte sur le maire sortant Marcel Rudloff, membre de l’UDF (parti de centre-droit).

14 Bernard Reitel, Villes et frontières en Europe. Un jeu de construction de territoires. Bâle, Berlin, Strasbourg, Thèse d’habilitation à diriger des recherches, Université de Paris Ouest-Nanterre-La Défense, 2010.

15 Extrait de Bernard Reitel et François Moullé, « La resémantisation de la ligne frontière dans des régions métropolitaines transfrontalières », art. cité.

16 Construit en 1961 à la place du pont provisoire qui avait été édifié après la Deuxième Guerre mondiale, il porte le nom de « pont de l’Europe ».

17 Le quartier du port du Rhin est enclavé entre les voies ferrées et routières et le Rhin.

18 Michel Krieger, Le Jardin des Deux-Rives. La genèse du projet transfrontalier entre Kehl et Strasbourg, Association Garten, 2004.

19 Après la loi MAPTAM (2014), la Communauté urbaine de Strasbourg a pris le nom d’Eurométropole de Strasbourg.

20 Bernard Reitel, Villes et frontières en Europe, op. cit.

21 En 2001, les élections sont gagnées par une coalition de droite et de centre-droit menée par un tandem politique, Fabienne Keller et Robert Grossmann, qui battent la socialiste Catherine Trautmann. Fabienne Keller deviendra maire tandis que Robert Grossmann sera élu président de la Communauté urbaine de Strasbourg qui est le véritable lieu du pouvoir de l’agglomération du fait de l’importance de ses compétences, de son budget et de son ingénierie territoriale.

22 Cette dernière a pris le nom d’Eurométropole de Strasbourg (EMS) en 2015. En effet, la loi de Modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM) a institué la création de Métropoles, des Établissements Publics de Coopération Intercommunale à fiscalité propre dans les agglomérations comptant plus de 400 000 habitants. Ce statut a permis d’harmoniser les cadres de gestion des grandes agglomérations.

23 Ces poteaux seront enlevés quelques années plus tard lors de la construction d’immeubles en bordure du parc dans le cadre du projet urbain de Métropole des Deux-Rives.

24 Incendiée en 2008, elle sera reconstruite à l’identique.

25 David Newman, « On borders and power: A theoretical framework », Journal of borderlands studies 18/1, 2003 (p. 13-25) [https://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/08865655.2003.9695598].

26 Thomas M. Wilson et Hastings Donnan (dir.), A Companion to Border Studies, Wiley-Blackwell, 2012.

27 Claude Raffestin, « Éléments pour une théorie de la frontière », Diogène 134 (34), 1986 (p. 3-21).

28 Bernard Reitel, « La frontière, une approche polysémique et multi-scalaire », in : François Moullé (dir.), Frontières, Presses universitaires de Bordeaux, 2017 (p. 53-71).

29 Groupe Frontière, « La frontière, un objet spatial en mutation », consultable en ligne sur https://www.espacestemps.net/articles/la-frontiere-un-objet-spatial-en-mutation/2004.

30 Christophe Sohn, « Modelling Cross-Border Integration: The Role of Borders as a Resource », Geopolitics 19/3, 2014 (p. 587-608) [https://doi.org/10.1080/14650045.2014.913029].

31 Michel Foucher, La République européenne, op. cit.

32 Les programmes d’initiatives communautaires Interreg ont été instaurés sous la forme de projets expérimentaux en 1988 et 1989, puis sous la forme de programmes pluriannuels. Depuis 2007, cette coopération territoriale européenne est intégrée à la politique de cohésion de l’UE.

33 Bernard Reitel et al., « The INTERREG Experience in Bridging European Territories. A 30-Year Summary », in : Eduardo Medeiros (dir.), European Territorial Cooperation, New York, Springer, 2018 (p. 69-85).

34 Birte Wassenberg et Joachim Beck, Living and researching cross-border cooperation in Europe. The European dimension, Stuttgart, Franz Steiner, 2011.

35 Pierre-Emmanuel Thomann, Le couple franco-allemand et le projet européen : Représentations géopolitiques, unités et rivalités, Thèse de doctorat, Paris 8, 2014.

36 Birte Wassenberg, « La coopération transfrontalière dans l’espace du Rhin supérieur : Un modèle de réconciliation franco-allemande ? », in : Nicolae Paun et Sylvain Schirmann (dir.), Borders, Identities, communities. The Road to Reconciliation and Partnership in Central and Eastern Europe, Nomos, 2016 (p. 295-316).

37 Joerg Knieling et Frank Othengrafen, Planning cultures in Europe. Decoding Cultural Phenomena in Urban and regional Planning, Farnham, Ashgate, 2009.

38 Claude Raffestin, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, 1981.

39 Bernard Reitel, Villes et frontières en Europe, op. cit.

40 Antoine Fleury, Les espaces publics dans les politiques métropolitaines, op. cit. ; Elsa Vonau, La Fabrique de l’urbanisme. Les cités-jardins, entre France et Allemagne, 1900-1924, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2014.

41 Mark Francis, « The Urban Garden as Public Space », Places 9/6, 1989 (p. 52-59).

42 Rosa de Marco et Luisa Limido, « On the development of a European model for urban parks. An analysis of the interaction between physical form and socio-cultural context », in : Acts of The international Conference on Managing Urban Land 5, 2005 ; Kate Baker, Captured Landscape. Architecture and the Enclosed Garden, Routledge, 2018 ; Jonathan Gaquère, Les natures du Tiergarten de Berlin. Pour une réflexion géographique plurinaturiste, Thèse de doctorat, Université de Lille, 2018.

43 Georg Glasze, « Geschlossene Wohnkomplexe (gated communities): “Enklaven des Wohlbefindens” in der wirtschaftsliberalen Stadt », in : Heike Roggenthin (dir.), Stadt – der Lebensraum der Zukunkt ? Gegenwärtige raumbezogene Prozesse in Verdichtungsräumen der Erde, Mayence, Mainzer Kontaktstudium Geographie vol. 7, 2001 (p. 39-55) ; Georg Glasze, Bewachte Wohnkomplexe und « die europäische Stadt » : eine Einführung, Géographie Helvetica vol. 58, 2003 (p. 286-292) ; Gérald Billard, Jacques Chevalier et François Madoré, Ville fermée, ville surveillée. La sécurisation des espaces résidentiels en France et en Amérique du Nord, Rennes, PUR, 2005. Lors d’une rencontre des urbanistes français à Strasbourg au début des années 2000, j’ai eu l’occasion de percevoir les différences de pratiques entre les aménageurs français et allemands lors d’une visite du quartier de Rieselfeld à Fribourg-en-Brisgau (Bade-Wurtemberg). Ce quartier a été conçu dans les années 1990 avec une forte attention accordée à la réalisation d’espaces publics de qualité : de ce fait, la densité résidentielle est élevée, les services et équipements sont nombreux et les déplacements reposant avant tous sur les modes de déplacement doux et les transports collectifs sont privilégiés. Ce quartier à l’époque très récent constituait un emblème de cette ville allemande qui se projette comme modèle d’un développement urbain durable. Les urbanistes français s’étonnaient de l’absence de murs, de barrières et clôtures pour séparer les espaces résidentiels de la rue, mais aussi entre les jardins privés. Ces derniers étaient délimités par des espaces végétaux et étaient le plus souvent aisément franchissables non seulement visuellement, mais aussi pratiquement. La question était : comment pouvez-vous assurer la sécurité s’il n’y a pas de clôture ? Les urbanistes allemands ont répondu qu’en fait, la présence de larges ouvertures et la possibilité de traverser les îlots résidentiels permettaient une liberté de circulation à la fois des adultes et des enfants : la présence d’humains permet d’assurer un contrôle social, ce qui n’est pas sans rappeler les écrits de Jane Jacob en 1959. Deux conceptions de la ville étaient ainsi confrontées. D’un côté, il s’agissait de répondre à une demande sociale de sécurité en pratiquant la résidentialisation, c’est-à-dire l’enclosure, alors que de l’autre, il s’agissait de privilégier l’urbanité en permettant l’émergence d’interactions sociales.

44 Le phénomène s’est développé plus tardivement en Allemagne. Même s’il reste relativement discret, il touche actuellement plus particulièrement la partie orientale et les principales aires métropolitaines. Dietrich Erben, « Architektur des Frivolen – über Gated Communities », in : Ulrich Gehmann (dir.), Virtuelle und ideale Welten, Karlsruhe, KIT Scientific Publishing, 2012 [http://books.openedition.org/ksp/3277] ; Ernst-Dieter Lantermann, Die radikalisierte Gesellschaft. Von der Logik des Fanatismus, Munich, Karl Blessing, 2016.

45 Ce texte de 1968 a paru en 1995 : Fredrik Barth, « Les groupes ethniques et leurs frontières », in : Philippe Poutignat et Jocelyne Streiff-Fenart, Théories de l’ethnicité, Paris, PUF, 1995 (p. 203-249).

46 La passerelle sur le Rhin va d’ailleurs contribuer à asseoir sa réputation et à renforcer sa dimension internationale.

47 Une anecdote permet peut-être de comprendre en quoi la frontière internationale « disparaît » grâce à la réalisation de la passerelle. En juin 2005, j’ai effectué une visite du jardin des Deux-Rives avec un groupe d’étudiants de géographie de second cycle de l’université de Hong-Kong. Accompagnés par un collègue allemand, professeur de géographie qui enseignait dans cette université, ils effectuaient une excursion d’une dizaine de jours dans la région du Rhin comprise entre Francfort-sur-le-Main et Bâle. Après les avoir accueillis à la gare allemande de Kehl puis avoir effectué un parcours dans le centre-ville, je les ai emmenés dans le jardin dans lequel nous avons fait un premier arrêt et je leur ai expliqué la genèse de ce projet à cheval entre France et Allemagne. Après leur avoir fait franchir le pont, je leur ai annoncé qu’ils venaient de quitter le territoire allemand et qu’ils se trouvaient à présent en France. Devant leurs expressions interloquées, j’ai expliqué que de nombreux projets transfrontaliers avaient pu voir le jour en Europe en raison de la dévaluation des frontières et de l’existence des programmes Interreg. L’un des étudiants m’a demandé un peu naïvement où se trouvait la frontière et j’ai répondu qu’il s’agissait du fleuve qui coulait derrière eux. Une deuxième question a surgi : mais où sont les contrôles ? En définitive, mon collègue allemand a repris la parole et a expliqué en chinois ce que je venais de leur dire en anglais. Après cette visite, mon collègue m’a expliqué à quel point il était difficile pour ces étudiants d’imaginer une frontière sans barrière, ni contrôle, puisque entre Hong-Kong et Shenzhen, la frontière demeure sévèrement contrôlée alors que l’ancienne colonie britannique est intégrée à la Chine depuis 1997.

48 L’une des photos officielles des chefs d’État qui ont participé aux réunions du G20 et de l’OTAN au printemps 2009 à Strasbourg a été prise sur la passerelle.

49 L’une reste ouverte afin de permettre la circulation des cyclistes.

50 La réalisation de certains jardins est confiée à des associations.

51 L’ADOT 67 (Association pour le Don d’Organes et de Tissus humains du département du Bas-Rhin) souhaitait faire ériger un monument pour commémorer, en 2016, le 30e anniversaire de sa création. Le message du don d’organes ayant un caractère universel, la localisation du monument du jardin des Deux-Rives semblait de ce fait appropriée en raison de son caractère franco-allemand et européen. https://www.adot67.org/informations/un-monument-en-hommage-aux-donneurs.

52 Une sculpture semblable a été édifiée à Berlin à proximité de la chapelle de la « réconciliation », un lieu de culte construit dans le périmètre du Berliner Mauerweg à la place d’une église qui se trouvait dans la zone du Mur et qui avait été rasée par le gouvernement de la RDA en 1985.

53 Antoine Beyer, « Strasbourg, entre France et Allemagne. Structure urbaine et symbolique de la dualité frontalière », Revue géographique de l’Est 47/2, 2007 [https://doi.org/10.4000/rge.3207].

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le jardin des Deux-Rives : un lieu transfrontalier dans l’Eurodistrict transfrontalier Strasbourg-Ortenau15
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Le parc du temps : plan proposé par le Büro Brosk, premier prix du concours européen pour la conception et la réalisation du jardin des Deux-Rives
Crédits Concours européen 1999, Projets. Le jardin des Deux-Rives, Festival d’art paysager 2004, brochure réalisée par la Communauté urbaine de Strasbourg, 1999
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4549/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 904k
Titre L’extrémité méridionale du Jardin des Deux-Rives dans la partie française : un cul-de-sac
Crédits Photographie de l’auteur, 10 juillet 2022
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4549/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre La passerelle sur le Rhin édifiée par Marc Mimram
Crédits Photographie de l’auteur, 7 octobre 2021
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4549/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre La promenade le long du Rhin sur la rive droite à Kehl
Crédits Photographie de l’auteur, 7 octobre 2021
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4549/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre Le contact entre le jardin et la zone résidentielle à Kehl
Crédits Photographie de l’auteur, 7 octobre 2021
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4549/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Le contact entre le jardin et la zone résidentielle à Strasbourg
Crédits Photographie de l’auteur, 10 juillet 2022
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4549/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Un jardin éphémère dans la partie française du jardin des Deux-Rives
Crédits Photographie de l’auteur, 10 juillet 2022
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4549/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre La statue symbolisant la réconciliation franco-allemande dans la partie allemande du jardin des Deux-Rives
Crédits Photographie de l’auteur, 7 octobre 2021
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4549/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Le jardin biblique dans la partie allemande du jardin des Deux-Rives
Crédits Photographie de l’auteur, 7 octobre 2021
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4549/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre L’aire de jeu du jardin des Deux-Rives à Kehl
Crédits Photographie de l’auteur, 7 octobre 2021
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4549/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre L’aire de jeu du jardin des Deux-Rives à Strasbourg
Crédits Photographie de l’auteur, 10 juillet 2022
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4549/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Reitel, « Le jardin des Deux-Rives entre Kehl et Strasbourg : un espace vert franco-allemand, un lieu d’intégration transfrontalière ? »Revue germanique internationale, 38 | 2023, 181-206.

Référence électronique

Bernard Reitel, « Le jardin des Deux-Rives entre Kehl et Strasbourg : un espace vert franco-allemand, un lieu d’intégration transfrontalière ? »Revue germanique internationale [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rgi/4549 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.4549

Haut de page

Auteur

Bernard Reitel

Professeur de géographie politique et urbaine, Université d’Artois, UR 2468, Discontinuités

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search