Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Espaces communs, espaces à protég...

Espaces communs, espaces à protéger. L’accès aux jardins publics en France et en Allemagne

Gemeinsame Freiräume, die es zu schützen gilt. Der Zugang zu öffentlichen Grünanlagen in Deutschland und Frankreich
Common spaces, spaces to be protected: access to public gardens in France and Germany
Stéphanie de Courtois et Anne-Marie Pailhès
p. 207-224

Résumés

Les confinements pendant la récente pandémie ont mis en lumière le rôle essentiel des parcs et jardins publics pour les citadins, tant en France qu’en Allemagne. Les politiques mises en œuvre s’appuient sur des traditions nationales différentes liées à la place d’une clôture qui sépare ou donne accès, allant dans les deux pays vers la disparition progressive de la ségrégation sociale dans ces espaces urbains, qu’ils deviennent jardins publics ou Volkspark. Le réchauffement climatique et la forte demande pour de nouveaux usages appellent de nouvelles réponses aux défis sociaux actuels : besoin d’îlots de fraîcheur en horaires étendus en période de canicule, lieux de défoulement de la jeunesse après les confinements, lieux sûrs et adaptés aux femmes, par exemple. Tournant le dos à leurs traditions respectives, et mettant en discussion leurs compositions spatiales initiales, les jardins publics français deviennent de plus en plus accessibles, alors que les parcs allemands voient se renforcer leur réglementation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Hugo Botton souligne ainsi que pendant cette période, les disparités d’accès aux espaces verts ont (...)

1Considéré depuis le milieu du xixe siècle comme un élément nécessaire à l’urbanité, comme le lieu où les populations urbaines pouvaient trouver du calme, respirer le bon air, et faire de l’exercice ou s’instruire, le parc urbain est apparu, durant la pandémie et ses épisodes successifs, comme l’objet de toutes les convoitises, rebattant au passage les cartes du rapport aux espaces verts dans la ville1. Qu’il soit historique ou non, le jardin est apparu alors comme un bien commun où beaucoup ont pu, à peine l’autorisation retrouvée, retisser des liens sociaux, mais aussi comme un espace permettant d’échapper aux rigueurs de l’enfermement, un espace de liberté donc. Le hiatus entre la liberté espérée et le cadre dans lequel elle s’exerce, à la fois physique, matériel et réglementaire, montre que la question dépasse celle du règlement pour toucher aux rapports profonds des citadins aux espaces ouverts en ville.

2Les traditions française et germanique diffèrent beaucoup dans leur manière de régler les usages des parcs publics. Les instructions officielles durant l’épidémie n’ont donc pas manqué elles aussi de diverger. En France, les parcs publics ont été fermés durant le premier confinement en 2020, puis ouverts de manière très contrainte jusqu’à l’été. Ils ont même presque cessé d’être jardinés, et s’ils ont servi à Paris, comme dans de nombreux parcs publics en province, de destination pour une promenade périphérique, leur fermeture a engendré beaucoup de frustration et d’incompréhension. En effet, ils sont des exutoires nécessaires à la densité de la ville, à Paris ou ailleurs. Il est difficile d’y maintenir des règles et des distances. C’est ainsi que, pendant le week-end précédant le premier confinement de mars 2020, l’attitude de Parisiens insouciants profitant en masse du grand beau temps aux Buttes-Chaumont, alors qu’un confinement proche était annoncé, a été montrée du doigt comme révélatrice d’un manque de civisme.

  • 2 Stefanie Hennecke, Freiraum in der Krise?! Eine Bestandsaufnahme in Zeiten der COVID-19-Pandemie, K (...)

3En Allemagne, l’accès aux parcs urbains n’a pas fait l’objet d’une interdiction complète, mais de restrictions en termes de durée. Les aires de jeux cependant, ont été interdites en 2020 et, plus que des règles de fermeture, l’obligation de rester chez soi a profondément transformé les pratiques, comme l’ont montré Stefanie Hennecke et ses collègues dans leur chronique de leurs villes confinées2.

4La question de la clôture et, par conséquent des usages des parcs et du rapport à la règle, a pris une acuité plus grande dans ce contexte, révélant, dans la manière presque opposée de considérer la limite du parc avec la ville, des cultures décidément différentes. On peut émettre l’hypothèse que les différences entre les deux modèles mais aussi entre les inflexions que les deux connaissent ces dernières années invitent à une analyse de la part culturelle du règlement du parc public. Les visiteurs de Paris étaient autrefois familiers du panneau « Pelouse interdite », véritable invitation à la désobéissance sur la célèbre photo de Serge Gainsbourg. On soulignera au passage le paradoxe qu’est devenue la formule même de pelouse interdite : est-elle interdite d’accès ou bien est-il interdit de la faire pousser à grand renfort de tondeuse carbonée et d’eau ? Pour le visiteur français à Potsdam en revanche, quelle surprise de voir les vastes pelouses accessibles et respectées…

  • 3 Françoise Dubost, « Interdiction et liberté dans le jardin public », in : Cécile Brune (dir.), Jard (...)
  • 4 Petit lac situé au centre de Leipzig, devant l’opéra.
  • 5 Forêt alluviale qui constitue une réserve protégée à Leipzig.

5Dans les deux pays, le parc en ville représente, par opposition au contexte urbain, un espace de liberté, quoique celle-ci est en général contrainte par le biais de règlements et d’interdictions en tous genres3. Bien sûr, en France comme en Allemagne, il existe une grande disparité dans les règles établies, selon que le jardin est payant ou non, qu’il est désigné comme un espace patrimonial protégé, ou encore en fonction de sa surface. Il est évident qu’on ne saurait comparer, à Paris, les Buttes-Chaumont et le bois de Boulogne, ni le Schwanenteich4 avec le Auwald5 de Leipzig. Un des grands facteurs de cette diversité réside en outre dans le fait que beaucoup de ces espaces sont municipaux. Chaque ville édicte son règlement, et peut d’ailleurs l’adapter d’un jardin à l’autre, suivant des décisions à la fois politiques et techniques. Ainsi, à chaque parc est lié un règlement spécifique, plus ou moins restrictif. Il faut souligner cependant que la réglementation des espaces urbains est beaucoup plus souple en Allemagne qu’en France et n’atteint jamais le degré de contrainte exercé par exemple sur les ensembles de jardins familiaux.

6Le parc urbain est donc un type de lieu de nature particulier, non seulement par une mise en œuvre tout artificielle d’éléments vivants qui donnent une expérience de la nature, mais aussi parce que les règles qui ont cours dans un espace complètement naturel y sont remises en question, les dangers encourus et la fragilité de l’espace différant largement. Cette analyse se concentre sur la dimension historique et sur les usages attendus ou au contraire spontanés du parc urbain, et sur la manière dont sa matérialité et celle de son éventuelle grille sont liées aux réglementations sur les usages.

7En effet, les grilles, lorsqu’elles existent, créent comme un cadre, et représentent un moyen de définir un dedans et un dehors. Que se passe-t-il lorsqu’on franchit la grille d’un jardin, que la porte soit ouverte ou qu’il faille la pousser ? Comment, a contrario, cette éventuelle rupture avec la ville et ses usages est-elle opérée en l’absence de limite matérielle et de clôture ?

Le jardin des Prébendes d’Œ, dessiné par les frères Bühler en plein cœur de Tours, est entièrement ceint d’une grille basse et ponctué de trois larges portails

Le jardin des Prébendes d’Œ, dessiné par les frères Bühler en plein cœur de Tours, est entièrement ceint d’une grille basse et ponctué de trois larges portails

Photographie de Stéphanie de Courtois

Le jardin intérieur de la Savigny Platz, à Berlin, a été dessiné par Erwin Barth en 1926 et conserve son ouverture sur la rue

Le jardin intérieur de la Savigny Platz, à Berlin, a été dessiné par Erwin Barth en 1926 et conserve son ouverture sur la rue

Photographie de Stéphanie de Courtois

8La clôture n’agit pas seulement pour protéger ou empêcher, elle crée également, par son caractère figé, un espace orienté, des parcours, et contribue à cadrer des vues. La clôture éventuelle est donc bien liée à une manière de voir le jardin comme une création unie, mais c’est aussi le lieu d’une transaction entre le tandem concepteur/commanditaire d’une part, et le promeneur d’autre part. On peut en retour se demander si l’absence de clôture empêche cette transmission d’un projet. Il s’agit ici de regarder aussi bien les intentions de la conception que la manière dont les règlements, aujourd’hui, continuent de transformer l’entretien et les usages de ces parcs.

9Cette présentation s’attache d’abord à explorer les modalités du rapport à la grille et aux règlements dans les jardins selon les usages depuis la fin du xviiie siècle, pour analyser à grands traits les différences entre les cultures allemandes et françaises. Les récentes évolutions et remises en question des attitudes respectives sont ensuite exposées.

La clôture au fil de l’évolution sociale : parcs urbains de la noblesse, parcs urbains de la bourgeoisie

  • 6 À l’origine, le parc est d’ailleurs un enclos destiné à protéger le bétail.
  • 7 Urte Stobbe, « Wie die Besucher in die Parks kamen – Öffnungs- und Zutrittspraktiken im Proto-Garte (...)
  • 8 « Bis in die Puppen, Der Ursprung der Berliner Ausgehkultur liegt im Tiergarten », Berliner Zeitung (...)
  • 9 Voir les contributions de Vincent Bradel, Jean-Pierre Husson et Sandra Pascalis dans l’ouvrage de D (...)

10Une partie des futurs parcs urbains est l’héritière d’anciennes réserves de chasse des souverains. C’est le cas du Tiergarten de Berlin ou du Rosenthal de Leipzig, dans lesquels les clôtures devaient protéger le gibier en tant que propriété6. Permettre l’accès d’un public assez large à ces espaces est une idée qui naît à l’époque des Lumières : dans l’aire culturelle germanophone, l’exemple le plus célèbre est celui du Prater de Vienne ouvert au public par Joseph II ; le geste politique de démocratisation de l’espace public s’est alors traduit par l’enlèvement de la clôture7. Le Tiergarten, quant à lui, a été rendu accessible au public dès 17428 et a connu une relative permanence des usages du divertissement depuis le xviiie siècle jusqu’au IIIe Reich. C’était le lieu des plaisirs, celui des tentes concédées aux Huguenots qui y animaient des cabarets. De façon générale, avant l’industrialisation, les parcs n’étaient pas nécessaires à l’assouvissement du besoin de nature des citadins car des espaces ouverts et aérés se trouvaient encore à portée de main, il suffisait de se rendre en périphérie de la ville pour en faire l’expérience, ou sur les promenades des fortifications9.

  • 10 Urte Stobbe, « Wie die Besucher in die Parks kamen », art. cité, p. 256-258.
  • 11 Ibid., p. 260.

11Dans les domaines princiers, on observe différentes modalités. Des murs sont parfois nécessaires pour protéger verger ou pépinière dont les essences sont rares, mais en général, et à Wörlitz en particulier, on renonce à toute forme de clôture. À Schwetzingen, l’entrée se fait en passant par le portail du château, sous peine d’amende10. À Muskau au contraire, l’accès au parc est laissé libre, excepté le pleasure ground11. En France, le mur continue en général d’enserrer les anciens domaines. En Allemagne comme en France, à Potsdam comme à Versailles, les anciens jardins royaux font l’objet d’un règlement strict qui limite les usages, festifs notamment, organise les endroits de pique-nique et de jeux, attache les chiens…

Le parc de Wörlitz tout entier est directement accessible depuis le bourg et la campagne environnante

Le parc de Wörlitz tout entier est directement accessible depuis le bourg et la campagne environnante

Photographie de Stéphanie de Courtois

  • 12 Vera Bornkessel, « Der Leipziger Johannapark – Vom Landschaftsgarten für alle und der ersten bürger (...)
  • 13 Gilles-Antoine Langlois, Folies, tivolis et attractions. Les premiers pas des parcs de loisirs pari (...)

12La bourgeoisie montante va faire beaucoup pour développer les jardins publics urbains, se les appropriant en élevant le niveau de confort et d’équipement avec le corolaire de jardins qui sont des démonstrations de force d’un modèle social en même temps que d’une industrialisation de la société, comme en témoigne le parc des Buttes-Chaumont. La ville de Leipzig, à très forte tradition commerciale, illustre l’appropriation des espaces urbains centraux par la bourgeoisie, offrant parfois des propriétés à la ville pour qu’elle y crée des jardins publics. C’est le cas du Johanna Park, portant le nom de la fille du banquier Wilhelm Theodor Seyfferth qui légua cet espace à la municipalité12. En France, le pouvoir central garde une mainmise sur les espaces urbains centraux. À Paris, la démocratisation se fait par l’ouverture des anciens jardins de la royauté, tandis que les anciennes propriétés nobiliaires sont souvent loties ou investies pour établir des Tivolis, mi-guinguettes mi-parcs de jeux13.

  • 14 Emmanuelle Héran, Au jardin des Tuileries hier et aujourd’hui. Guide du promeneur, Paris, Somogy éd (...)

13La grille reprend alors le vocabulaire formel royal – on songe à Versailles – mais est adoptée dans les premiers parcs publics comme un moyen d’intégrer visuellement le jardin à la ville. Ainsi, aux Tuileries, la rénovation des architectes Percier et Fontaine passe-t-elle par des aménagements et notamment par le remplacement des murs par des grilles qui permettent visibilité et circulation de l’air, puisque c’est un objectif affiché de santé publique14. Dans la même logique, le jardin du Luxembourg sera progressivement entouré de grilles plutôt que de murs.

La grille, un attribut du square haussmannien

  • 15 Adolphe Alphand, Les Promenades de Paris. Histoire, description des embellissements, dépenses de cr (...)

14L’appropriation française du modèle anglais du square, sous la houlette du préfet Haussmann et d’Adolphe Alphand, chargé de la mise en œuvre de la politique des parcs et promenades à Paris, va ensuite donner aux grilles une place centrale dans les parcs parisiens, et dans la pratique du jardin ou parc public. Encensés et mis en scène lors des expositions universelles, ces modèles de parcs ou jardins publics – le choix des termes étant surtout lié à la surface plus ou moins importante – vont être diffusés dans toute la France, et même en Europe. Alphand d’ailleurs signale toujours spécifiquement le prix de la grille dans celui des travaux, qui représente jusqu’à 20 % du montant global du coût15.

  • 16 Édouard André, L’Art des jardins. Traité général de la composition des parcs et jardins, Paris, J.  (...)

15Entre 1850 et 1890, tout un système formel est établi, avec une hiérarchisation selon la taille et le degré de raffinement souhaité, des bois aux places. Entre les principaux points d’attraction de la ville, des avenues sont plantées, simples alignements ou dispositifs plus élaborés et maintenus ouverts comme l’avenue de la Reine, actuelle avenue Foch, ou petits squares et parcs plus grands enserrés dans des grilles. Certaines places ne sont pas closes, mais, précise Édouard André dans son traité, « si [la place] est entourée d’une grille, il sera bon de l’accompagner d’une bordure d’arbustes à verdure sombre et à feuilles entières et persistantes, encadrées par des bordures de gazon16 ». La grille est un élément indissociable de ces lieux très réglementés, avec des objectifs aussi bien hygiénistes, sociaux, politiques que d’instruction générale. Son corollaire, le règlement, est très présent, aussi bien dans les pratiques que dans la symbolique, et avec lui la figure du gardien chargé de le faire respecter.

16La France a adapté le modèle anglais du parc urbain, qui ne comportait pas nécessairement une grille ou sa version plutôt symbolique et permettait au contraire d’être traversé en tous sens comme Hyde Park ou Regent’s Park. Devenue presque emblématique, la grille constitue un signe distinctif du caractère français et précieux lorsque des villes étrangères font appel à des paysagistes français. On la fait ainsi envoyer toute faite de chez des fabricants renommés, dont Sohier, dans les parcs de l’Uruguay ou de Rome, et dans de très nombreuses villes de province, comme à Cognac, pour ne citer que des réalisations d’Édouard André. Cette place prééminente de la grille s’accompagne d’une grande variété dans l’application du modèle, pour correspondre à la morphologie du terrain, ou aux souhaits des édiles d’imprimer un caractère plus ou moins distingué au jardin. Du portail splendide du parc du Thabor à Rennes aux modestes grilles des Prébendes d’Œ à Tours, le statut de la grille est bien différent.

Le traité d’Adolphe Alphand, Les Promenades de Paris (1867) donne de nombreux exemples de grilles réalisées pour les squares parisiens

Le traité d’Adolphe Alphand, Les Promenades de Paris (1867) donne de nombreux exemples de grilles réalisées pour les squares parisiens

Gallica/Bibliothèque nationale de France

  • 17 Henry Wüstemann et Jens Kolbe, « Der Einfluss städtischer Grünflächen auf die Immobilienpreise: Ein (...)

17Ces parcs constituent un élément de la nouvelle urbanité, la valeur immobilière générée finançant les travaux du parc. Aujourd’hui comme hier, en France comme en Allemagne, on observe toujours une grande corrélation entre les prix de l’immobilier et la présence d’un parc17.

Le panneau de règlement fait partie du mobilier attendu des parcs et promenades parisiens comme dans le square des Batignolles.

Le panneau de règlement fait partie du mobilier attendu des parcs et promenades parisiens comme dans le square des Batignolles.

Planche publiée dans Les Promenades de Paris (1867)

Gallica/Bibliothèque nationale de France

« Volkspark » vs. jardin public

18Le jardin public est à l’origine un lieu esthétique et de représentation, si l’on pense par exemple aux nombreux massifs qui l’ornent. Il reste à ce titre un « jardin » dans le vocabulaire français, c’est-à-dire un espace relativement réduit, contrôlé, dont on fait facilement le tour – à la différence des « bois » de Paris, à Boulogne et Vincennes, qui gardent leur part d’ombre et le secret de leurs activités illicites. À Lyon, le « parc » de la Tête d’Or est un parc par sa taille mais un jardin par son aspect et l’entretien dont il fait l’objet.

  • 18 Ludwig Lesser, Volksparke heute und morgen, Berlin, Rembrandt-Verlag, 1927, p. 100 : « Wer Volkspar (...)

19En Allemagne, la notion de Volkspark s’est imposée et c’est d’ailleurs l’un des rares mots composés de « Volk » à avoir traversé les régimes politiques sans conserver de connotation nationaliste. Ce concept est apparu avec l’urbanisation importante à partir de la fin du xixe siècle, elle-même parallèle à l’industrialisation. Celle-ci augmenta le besoin de verdure chez les citadins et la réflexion sur ce sujet devint une part de la réflexion globale sur l’organisation de la société. Ludwig Lesser (1869-1957), le premier penseur du Volkspark, est aussi architecte de cités-jardins, s’intéressant donc à deux formes d’introduction de la « nature » dans la civilisation urbaine. Sa citation la plus célèbre affirme que : « Créer des parcs publics, c’est éviter la construction d’hôpitaux, d’asiles de fous et de prisons et chaque pfennig investi dans ces parcs rapportera des intérêts et des intérêts d’intérêts au capital le plus important que nous possédions, la santé du peuple allemand18 ! »

Les larges allées du Treptower Park constituent un appel à rentrer dans le cœur du jardin aménagé par Gustav Meyer

Les larges allées du Treptower Park constituent un appel à rentrer dans le cœur du jardin aménagé par Gustav Meyer

Photographie de Sibylle Goepper

  • 19 Stephanie Hennecke, « Volksparke heute und morgen? Zur Zukunftsfähigkeit von Ludwig Lessers Volkspa (...)
  • 20 Ce lieu commémoratif, dont la teneur politique est d’une actualité brûlante, semble cependant const (...)

20La possibilité de faire de l’exercice physique pour rester en bonne santé joue un rôle important pour la conception de ces lieux et requiert notamment de l’espace et des pelouses. La nécessité de conserver la forme physique de jeunes gens qui pourraient être mobilisés pour la guerre incite aussi à la création de zones d’entraînement au cœur des parcs : « La nécessité de construire plus de parcs plus grands en Allemagne est justifiée par de nombreux architectes paysagistes de cette époque par la compensation de la suppression du service militaire obligatoire après la défaite de la Première Guerre mondiale19 ». On peut dès l’origine pique-niquer dans les parcs allemands et y passer des journées entières, les pelouses étant intensivement utilisées, à la différence de celles des parcs français. Les entrées du Volkspark ne recourent pas aux grilles, sauf pour préserver des endroits commémoratifs au sein d’un tel parc, comme c’est le cas aujourd’hui par exemple au mémorial soviétique situé dans le Treptower Park20.

  • 21 Stefanie Hennecke, « Freiflächenpolitik in der Einheitsgemeinde Berlin während der Weimarer Republi (...)

21Il n’est pas possible ici d’entrer dans les différents développements des évolutions respectives des deux modèles. Notons cependant qu’après la multiplication des Volksparke, d’autres lieux plus éloignés des centres-villes représentent encore différents rapports au règlement et à l’usage libre de l’espace, comme les Dauerwälder promues lors de la république de Weimar à l’échelle métropolitaine. Ces « forêts permanentes » (Dauerwälder) devaient permettre l’usage libre d’un espace naturel à proximité des villes, se différenciant de parcs à l’usage beaucoup plus réglementé21. De la même manière, en France, si l’on souligne que certains espaces continuent d’être conçus depuis les années 1960 comme des lieux fermés le soir – et encore en 1992 le jardin Citroën par exemple –, on note que la question de la clôture a généralement évolué, comme en témoigne le parc Malraux conçu par Jacques Sgard à Nanterre, complètement ouvert sur cette banlieue alors en pleine transformation en 1960.

De la création à l’usage quotidien : politique et politiques

22Comme on le voit, cette culture du parc non clos et presque entièrement accessible est ancienne en Allemagne, et au contraire la fermeture est tenace en France. Les parcs urbains allemands ne sont pas clôturés, la notion de clôture est presque inexistante en Allemagne. De même, des règles sont en vigueur dans ces espaces mais elles semblent être intériorisées par les citoyens. Le parc offre donc un accès libre à un espace d’autocontrôle. Il semble cependant que les récentes années bousculent les habitudes et règles tacites et remettent en question la nécessité d’avoir une clôture, éventuellement partielle.

  • 22 La fête des hommes (Herrentag) est le nom donné en particulier dans la région berlinoise, à un jour (...)

23Des recherches même rapides dans la presse en ligne laissent deviner la difficulté de maintenir les usages dans un dispositif de liberté mais aussi de sécurité pour les promeneurs. Ainsi, on trouve des échos de problèmes sérieux de trafic de drogue dans le Görlitzer Park de Berlin, de criminalité et de meurtres… Tout aussi éloquents sont les nombreux articles témoignant de l’exutoire qu’ont représenté les parcs dans les périodes de déconfinement, ou même d’autorisation restreinte, avec notamment des soirées sauvages, ou, plus récemment la « fête des hommes » ayant occasionné certains débordements au Parc Monbijou de Berlin22.

  • 23 C’est ce qu’indique par exemple le règlement de police de la ville de Leipzig, p. 61, Polizeiverord (...)

24Les conflits d’usage se multiplient en France comme en Allemagne et, en France du moins, une des réponses est la multiplication des limitations (de la musique aux drones, des trottinettes électriques aux cigarettes) tandis qu’en Allemagne la demande sociale semble être plus prise en compte, par exemple avec l’autorisation des barbecues dans certaines conditions, plus courante qu’en France23. Que les usages soient attendus ou spontanés, ils sont liés à cette question de la clôture, puisque c’est elle qui trace une limite plus nette dans le temps et dans l’espace pour des usages nombreux et parfois incohérents.

Des usages attendus et leurs évolutions : Ouvrir pour accueillir plus de monde ?

25Comme nous l’avons dit, le jardin joue maintenant un rôle clé dans les villes, et a fortiori celui qui accueille du public. Avec la désynchronisation des usages de la ville, la pression sur ces espaces est intense et permanente. La Ville de Paris en a pris acte depuis une dizaine d’années, en donnant accès aux pelouses à la belle saison et en rotation. Elle prend aussi le soin de préciser dans son règlement de visite24 qu’un quart des presque 500 parcs, jardins et squares municipaux sont ouverts 24 h sur 24. Tout en maintenant pour le moment la politique de fermeture des jardins la nuit, la municipalité travaille à étendre les horaires d’ouverture ; en particulier la nuit, ce qui, au-delà de la nécessité d’avoir du personnel supplémentaire, pose un problème pour le repos de la faune. Ainsi, « [l]es plus grands parcs parisiens, le parc Montsouris, le parc des Buttes-Chaumont et le parc Monceau ouvrent toute l’année à 7 h du matin ». À la belle saison, une dizaine d’espaces verts supplémentaires passent en ouvertures matinales à Paris, ainsi que dans de nombreuses villes, comme Lyon. Les autres jardins ouvrent en général entre 8 h et 9 h 30, les horaires les plus matinaux privilégiant les parcs traversants.

26Tenant compte de la diversité des publics fréquentant les jardins, la même mairie a publié un nouveau règlement global précisant que « les espaces verts sont des lieux de promenade, de détente, de rencontre, de liberté, de tranquillité, de gratuité et de découverte dans lesquels la biodiversité, la qualité de l’environnement et du paysage doivent être préservées. Aussi, le repos et toutes les activités de loisirs, de sports, de culture, de partage y sont les bienvenues dans la mesure où elles s’exercent sans gêner autrui, sans dégrader la faune, la flore et les lieux, et sans porter atteinte à la sécurité ». La dimension est politique, on s’en doute, et la lecture du règlement de la ville d’Yerres, en région parisienne, montre que le règlement des parcs publics induit une ample part d’interprétation quant aux activités considérées acceptables !

Le panneau accueillant le visiteur dans le parc de Yerres en 2017 fixe un cadre à la fois strict et sujet à interprétation

Le panneau accueillant le visiteur dans le parc de Yerres en 2017 fixe un cadre à la fois strict et sujet à interprétation

Photographie d’Anne-Marie Pailhès

  • 25 De ce fait, chacun des parcs au sein de la ville de Paris a son propre règlement, adapté aux diffic (...)
  • 26 La presse berlinoise s’est fait l’écho en 2022 de ce projet d’installation de 24 « pissoirs » gratu (...)
  • 27 Mairie de Paris, Genre et espace public : https://www.paris.fr/pages/genre-et-espace-public-18033.

27Dans les grandes évolutions en France, à Paris et dans d’autres villes progressivement, les pelouses font l’objet d’une ouverture de plus en plus large, après des débuts timides en 1997 puis 2002, mais on perçoit l’inquiétude des gestionnaires, en raison de la pression qui s’exerce sur ces parcs25. Il est ici nécessaire de rappeler que la densité de population des deux capitales n’est pas comparable : elle est de 4 200 habitants/km2 à Berlin et de 20 600 habitants/km2 à Paris. Au-delà de positions culturelles ou politiques, les éléments à prendre en compte relèvent aussi du pragmatisme dans la manière de regarder les deux traditions, avec une pression urbaine si différente. Le règlement ne peut pas tout. En effet, tout aussi pragmatiques sont les solutions trouvées à Berlin pour que les parcs soient toujours plus ouverts et accueillants, au-delà des règlements élaborés : comme ce fut le cas il y a quelques années pour les parcs « sans tabac », la mairie berlinoise vient tout juste de proposer, pour un meilleur partage genré de l’espace, l’installation de toilettes pour femmes dans les parcs de la ville26, là où la mairie de Paris a préféré élaborer une charte de l’égalité des genres dans l’espace public27.

  • 28 Jonas Schwaab, Ronny Meier, Gianluca Mussetti et al. « The role of urban trees in reducing land sur (...)

28On remarque également une évolution récente des pratiques urbaines : le rôle avéré des parcs urbains comme îlots de fraîcheur durant la canicule amène à faire évoluer les usages et les règlements. Les villes françaises rejoignent le modèle allemand dans la conscience du rôle des jardins dans la lutte contre le changement climatique et contre ses effets dévastateurs sur les populations urbaines. Parmi les évolutions que les parcs publics doivent affronter pour répondre à la demande, celle du changement climatique. Une étude de l’université de Zurich (ETH) a montré en 2021 le rôle des arbres qui font baisser la température des villes de plusieurs degrés lors d’une canicule28.

  • 29 « Canicule à Paris : les parcs et jardins ouverts la nuit pour se rafraîchir », CNEWS, 30 juillet 2 (...)
  • 30 Parmi eux, dix sont ouverts 24 h/24. Trois exceptions concernent le jardin Villemin (10e arr.), seu (...)
  • 31 Cinq autres parcs et jardins de la ville seront ouverts « en renfort » en cas de canicule. C’est le (...)
  • 32 « Il y a forcément un jardin ouvert la nuit près de chez vous ! », 10 août 2022 : https://www.paris (...)
  • 33 « Canicule à Paris : les parcs et jardins ouverts la nuit pour se rafraîchir », art. cité.

29Ainsi, lors de l’épisode caniculaire de 2019, la ville de Paris a immédiatement remis en cause – partiellement – la clôture des parcs, décidant, que « [j]usqu’au samedi 29 août au matin, treize parcs et jardins municipaux ouverts à tous seront accessibles, afin d’adapter les horaires des espaces verts aux usages des Parisiens, notamment pour ceux qui ne partent pas en vacances29 ». On note ce soulignement de l’expression « ouverts à tous » qui fait se démarquer les espaces municipaux parisiens de ceux gérés par l’État, du Luxembourg aux Tuileries. Dix parcs et jardins ouverts tous les jours30, cinq autres ouverts en complément31 représentent un moyen indispensable, selon la municipalité, de « renforcer, en cas de canicule, l’accès aux îlots de fraîcheur que représentent ces parcs et jardins ». Cette politique a ensuite été poursuivie et amplifiée lors de la canicule de 202232. Néanmoins, dans l’esprit du public, cette ouverture élargie est potentiellement porteuse d’insécurité, comme en témoigne le communiqué de la ville à l’occasion de la canicule : « À noter qu’un dispositif de surveillance spécifique a été mis en place la nuit pour assurer la sécurité des Parisiens33 ».

30Qu’il soit clos ou non, le parc, dans nos temps de changements climatiques, paraît plus que jamais faire l’objet d’appropriations nombreuses par des groupes sociaux aux attentes moins convergentes qu’auparavant. Certes, ils représentent un îlot de fraîcheur, des poches de biodiversité communes à tous, et les politiques encouragent leur multiplication afin que chacun y ait accès dans des périmètres proches des habitations. Pourtant, la cohabitation entre des usagers qui ne se croisent pas nécessairement n’est pas toujours chose aisée.

Une nouvelle dialectique due aux usages spontanés ?

31Si des usages spontanés font vivre les jardins, certains viennent mettre à l’épreuve cette volonté d’ouverture plus grande. En France comme plus rarement en Allemagne, les jardins sont devenus des lieux investis par des réfugiés, temporairement en Allemagne, structurellement en France dont les contraintes spécifiques et la politique migratoire prennent moins bien en charge ces populations qui sont souvent réduites à dormir dans la rue. En France, les gens du voyage s’y installent aussi souvent dans certaines régions. Deux jardins ont été sous les feux de l’actualité à ce titre à Paris : d’une part, le jardin Villemin proche de la Gare du Nord, longtemps un lieu de cohabitation entre jeunes Afghans et jeunes Parisiens, qui a été le théâtre d’un meurtre en pleine journée pour un règlement de compte en 2009. D’autre part, le parc Éole où la vie de misère exacerbe les tensions, des groupes rivaux s’y affrontant, faisant fi de la clôture.

  • 34 Dossier de la Berliner Zeitung, supplément du week-end, 19/20 juin 2021 : Viktoriia Vanina, Wie Tag (...)

32En Allemagne, et à Berlin en particulier, plusieurs exemples montrent que le jardin, lieu de trafics, est aussi un terrain d’affrontement et d’usages conflictuels. L’un des lieux emblématiques de cette tension est le Görlitzer Park qui abrite à la fois un jardin d’enfants et une plateforme de vente de stupéfiants. Ce dernier « usage » du parc a été pris en compte pendant la crise sanitaire, lorsque des emplacements distants les uns des autres étaient matérialisés sur le sol pour les dealers. La presse rapporte régulièrement la présence d’autres usages dans ces grands parcs, comme les jeux de bonneteau dans le Treptower Park ou des jeux violents à Zehlendorf. Au-delà de ces conflits, et que les jardins soient clos ou non, on note des usages différents de ces lieux entre le jour et la nuit. C’est ce que relèvent par exemple les observateurs dans le parc de Gleisdreieckpark ; si le jardin, situé à un emplacement névralgique de circulation pour les Berlinois, est indiqué comme une oasis sur le plan du site34, il passe d’un bel endroit pour les jeunes enfants ou personnes désireuses de prendre le soleil à un lieu bruyant et glauque le soir.

  • 35 « Partys in Berlin: Polizei räumt wieder mehrere Parks, Angriffe auf Beamte » Berliner Zeitung, 5 s (...)
  • 36 « Partys in Berliner Parks: Bezirksamt Mitte gegen Park-Einzäunung », Berliner Zeitung, 29 juin 202 (...)
  • 37 « Ausufernde Gewalt: Bürgermeister von Mitte will Parks nachts wieder schließen », Berliner Zeitung(...)

33Le récent développement des soirées illégales, situation observée à Berlin à l’été 2021 comme à Leipzig, amène des divisions sur la conduite à tenir et la nécessité d’installer une clôture35. Ainsi, des fêtes ont réuni plusieurs milliers de jeunes dans le Mauerpark, les Volkspark Friedrichshain et Weinbergsweg, et les heurts avec les policiers ont marqué les esprits. Les esprits sont partagés sur l’hypothèse de la solution que constituerait une clôture, suggérée par quelques hommes politiques36. Le maire d’un quartier concerné se déclare aussi favorable à la fermeture nocturne ainsi qu’à l’interdiction de l’alcool dans certains parcs37, en particulier après que 19 policiers ont été blessés dans le parc James-Simon. Après la répétition d’incidents analogues pendant l’été 2022, et la réintroduction de barrières portatives, l’interdiction de la consommation d’alcool dans les parcs a cependant été levée par le tribunal administratif de Berlin en septembre 2022, montrant que ce sujet de réglementation des usages continuait de susciter les débats.

  • 38 « Forscher zu Park-Partys in Berlin: “Die Jugend ist bereit, Regeln zu brechen” », Berliner Zeitung(...)

34A contrario, le sociologue Simon Schnetzer émet des doutes sur l’efficacité de ces mesures, indiquant que la jeunesse trouvera toujours à contourner règles et clôtures38. La majorité des politiques sont aussi opposés à cette mesure à Berlin. Néanmoins, il sera intéressant de suivre la situation, puisque des clôtures ont effectivement été installées, de manière provisoire, dans le parc James-Simon. La question de la clôture semble en effet être secondaire par rapport à ce qui apparaît comme un tournant dans le rapport de la population à un certain vivre ensemble, mais aussi aux aspects très pragmatiques de budgets municipaux serrés qui empêchent, dans le cas étudié, d’entretenir le parc et même de le tondre malgré la forte pression exercée par le tourisme et les riverains.

35Dans les deux pays, la présence ou l’absence de grille semble relever d’un sujet culturel, d’une tradition paysagère et sociale et pas seulement de considérations sécuritaires. Au-delà de la question de la grille et des usages par conséquent autorisés ou tolérés, nous avons fait état de nombreux usages ancrés dans la culture. Deux exemples français d’intervention sur la fameuse grille peuvent également contribuer à notre réflexion. À Poitiers, le petit jardin de la République, pourtant signé d’un paysagiste connu comme Édouard André, et paré de tous les attributs du jardin de la fin du xixe siècle, a longtemps été le lieu des commémorations et un havre de paix dans la ville. L’insécurité qui y régna ensuite, ou du moins c’est l’argument avancé, a donné des arguments pour transformer l’ensemble, et, en réalité, faire disparaître le jardin en 2008, mis à part les trois grands sujets arborés. Le square a donc été transformé en place, le sol imperméabilisé, la grille remplacée par un chef-d’œuvre du préfabriqué, et l’originale déplacée sur un parking périphérique où elle a dû achever de se rouiller. Mais en effet, il n’y a plus moyen de s’adonner à des trafics illicites. Le square Verdrel, situé en face du Musée des Beaux-Arts de Rouen, constitue un autre exemple plus récent. Pour lutter contre les trafics qui gangrenaient la vie de ce parc – surtout la nuit – il a été décidé de supprimer l’ensemble de la grille et de retravailler le lien entre le square et la place voisine. Il sera intéressant de voir évoluer l’espace, mais les premières observations ne sont pas concluantes quant à la diminution de la petite criminalité après cette suppression.

Le square Verdrel à Rouen a récemment vu supprimer ses grilles, dans l’espoir de décourager les trafics illicites

Le square Verdrel à Rouen a récemment vu supprimer ses grilles, dans l’espoir de décourager les trafics illicites

Photographie de Stéphanie de Courtois

Au-delà des grilles…

  • 39 Urte Stobbe, « Wie die Besucher in die Parks kamen », art. cité, p. 265.

36Étudier les règlements dit beaucoup du rapport qu’une époque entretient avec la création de jardin, et de la manière dont elle regarde les jardins – plutôt comme une construction culturelle ou bien comme un morceau de nature. Louis XIV avait, pour faire goûter au mieux son jardin, édité une Manière de montrer les jardins de Versailles, une invitation à rentrer dans un univers pensé, unifié, total, et une manière de partager une esthétique. Lorsque, peu à peu, un proto-tourisme de jardin a vu le jour, des guides ont invité les passants à parcourir le jardin selon un itinéraire – quoique celui-ci reste non matérialisé –, et des stèles signalaient qu’on rentrait dans un domaine autre, comme en Allemagne à Herrenhausen39. Le panneau valait alors comme une sorte d’avertissement, tel aussi celui qui accueillait le visiteur d’Ermenonville.

37Aujourd’hui, les panneaux de règlement se font discrets et les usages qu’ils bannissent éventuellement sont plus invasifs, mais on peut interroger les nombreux panneaux qui détaillent les choses à observer, des considérations écologiques au jardinage participatif, et qui sont une autre manière de cadrer le regard, d’inviter à pratiquer le jardin selon des usages prédéfinis plutôt qu’en toute liberté.

38Nous avons voulu mettre en évidence une sorte de glissement actuel, de la logique d’une composition pensée comme un tout et des usages qui lui étaient liés à une logique d’un parc paradoxalement à la fois plus naturel – le caractère ornemental de la grille s’estompe, et avec lui les autres attributs du jardin public que sont le banc, les kiosques à musique – et plus fonctionnel puisqu’il rend d’importants services écosystémiques à la ville. Pour la tradition allemande aussi, on observe un début de mouvement de remise en question des fondamentaux qu’étaient l’ouverture presque totale et l’accès aux pelouses. Une des dimensions très matérielles des usages contradictoires que nous avons pointés est en effet le rapport à la pelouse : il est avéré que les arbres, arbustes et prairies non fauchées sont des facteurs faisant baisser la température mais rendant les pelouses moins nombreuses ou plus controversées. Il serait donc nécessaire de diminuer les fameuses pelouses si propres aux retrouvailles et, dans le cas de l’Allemagne, aux barbecues ; cela reviendrait en réalité à accroître la pression sur les pelouses restantes, dans une ville densément peuplée.

39Sans vouloir extrapoler sur les mérites comparés des deux points de vue français et allemand, ni sur leur éventuel point d’arrivée commun, on peut simplement avancer que ces clôtures installées pour constituer des havres de paix ne peuvent être simplement enlevées ou maintenues sans qu’on interroge leur rôle et le pacte social qui avait fondé leur installation.

Haut de page

Notes

1 Hugo Botton souligne ainsi que pendant cette période, les disparités d’accès aux espaces verts ont renforcé les inégalités sociales en France en règle générale, même si cette observation comprend aussi des exceptions notables, comme celle de la région parisienne. Hugo Botton, « Accès aux espaces verts : des inégalités révélées par la Covid-19 », The Conversation, 3 décembre 2020 [https://theconversation.com/acces-aux-espaces-verts-des-inegalites-revelees-par-la-covid-19-150864]. Ces observations s’inscrivent dans la continuité de celles, analogues sur le fond, qui pointent les inégalités d’accès aux espaces verts en période de canicule. Anika Zorn, Susann Schäfer, Uwe Kurmutz et al., « Zugang zu urbanen Grünflächen im Kontext von Hitzeereignissen am Beispiel von Jena », Standort 45, 2021 (p. 265-271) [https://doi.org/10.1007/s00548-021-00714-w].

2 Stefanie Hennecke, Freiraum in der Krise?! Eine Bestandsaufnahme in Zeiten der COVID-19-Pandemie, Kassel University Press, 2021 [https://kobra.uni-kassel.de/handle/123456789/13260].

3 Françoise Dubost, « Interdiction et liberté dans le jardin public », in : Cécile Brune (dir.), Jardins, lieux de paradoxes, Milan, Silvana Editoriale, 2021 (p. 75-82).

4 Petit lac situé au centre de Leipzig, devant l’opéra.

5 Forêt alluviale qui constitue une réserve protégée à Leipzig.

6 À l’origine, le parc est d’ailleurs un enclos destiné à protéger le bétail.

7 Urte Stobbe, « Wie die Besucher in die Parks kamen – Öffnungs- und Zutrittspraktiken im Proto-Gartentourismus », Die Gartenkunst 2, 2011 (p. 249-272), ici p. 253. « Seit 1577 war der Eintritt in das mit Planken und Pfosten abgeriegelte und von Waldhütern bewachte Gebiet per Dekret untersagt. »

8 « Bis in die Puppen, Der Ursprung der Berliner Ausgehkultur liegt im Tiergarten », Berliner Zeitung, 10 juin 2021 (p. 44-49).

9 Voir les contributions de Vincent Bradel, Jean-Pierre Husson et Sandra Pascalis dans l’ouvrage de Daniel Rabreau et Sandra Pascalis (dir.), La Nature citadine au siècle des lumières : Promenades urbaines et villégiature, Bordeaux, William Blake and Co, 2006.

10 Urte Stobbe, « Wie die Besucher in die Parks kamen », art. cité, p. 256-258.

11 Ibid., p. 260.

12 Vera Bornkessel, « Der Leipziger Johannapark – Vom Landschaftsgarten für alle und der ersten bürgerlichen Freiraumsicherung », in : Nadja Horsch et Simone Tübbecke (dir.), Bürger Gärten Promenaden – Leipziger Gartenkultur im 18. und 19. Jahrhundert, Leipzig, Passagenverlag, 2019 (p. 295-303), ici p. 295.

13 Gilles-Antoine Langlois, Folies, tivolis et attractions. Les premiers pas des parcs de loisirs parisiens, Paris, Délégation à l’action artistique de la ville de Paris, 1991.

14 Emmanuelle Héran, Au jardin des Tuileries hier et aujourd’hui. Guide du promeneur, Paris, Somogy éditions d’art, 2016.

15 Adolphe Alphand, Les Promenades de Paris. Histoire, description des embellissements, dépenses de création et d’entretien des Bois de Boulogne et de Vincennes, Champs-Élysées, parcs, squares, boulevards, places plantées, études sur l’art des jardins et arboretum, Paris, J. Rothschild éditeur, 1867-1873.

16 Édouard André, L’Art des jardins. Traité général de la composition des parcs et jardins, Paris, J. Rothschild, 1879, p. 194-195.

17 Henry Wüstemann et Jens Kolbe, « Der Einfluss städtischer Grünflächen auf die Immobilienpreise: Eine hedonische Analyse für die Stadt Berlin », Raumforschung und Raumordnung 75, 2017 (p. 429-438).

18 Ludwig Lesser, Volksparke heute und morgen, Berlin, Rembrandt-Verlag, 1927, p. 100 : « Wer Volksparke schafft, vermeidet den Bau von Krankenhäusern, Irrenhäusern und Gefängnissen und jeder Pfennig, in Volksparke angelegt, wird Zinsen und Zinseszinsen bringen und dem wichtigsten Kapital, das wir besitzen, der Gesundheit des deutschen Volkes! »

19 Stephanie Hennecke, « Volksparke heute und morgen? Zur Zukunftsfähigkeit von Ludwig Lessers Volksparkidee », Die Gartenkunst 1, 2015 (p. 165-172), dossier 100 Jahre Hamburger Stadtpark, p. 166 : « Die Notwendigkeit, mehrere und größere Parkanlagen in Deutschland bauen zu müssen, begründen zahlreiche Gartenarchitekten der damaligen Zeit vielmehr mit der zu kompensierenden Abschaffung der allgemeinen Wehrpflicht nach dem verlorenen Weltkrieg. »

20 Ce lieu commémoratif, dont la teneur politique est d’une actualité brûlante, semble cependant constituer une exception car les mémoriaux rappelant les soldats morts pendant les guerres ne sont en général pas séparés en Allemagne du reste des parcs par des grilles.

21 Stefanie Hennecke, « Freiflächenpolitik in der Einheitsgemeinde Berlin während der Weimarer Republik », in : Harald Bodenschatz, Dorothee Brantz et Cordelia Pollinnna (dir.), Stadtgrün. 100 Jahre Gross-Berlin, vol. 3. 2019, Berlin, Lukas Verlag (p. 94-109).

22 La fête des hommes (Herrentag) est le nom donné en particulier dans la région berlinoise, à un jour d’exclusion des femmes et des enfants, principalement consacré depuis la fin du xixe siècle à l’alcoolisation de la gent masculine. Voir « Der Herrentag in Berlin: Schlägereien, Messerstiche und ein Schädelbruch », Berliner Zeitung, 27 mai 2022 [https://www.berliner-zeitung.de/mensch-metropole/der-herrentag-in-berlin-schlaegereien-messerstiche-und-ein-schaedelbruch-li.230266].

23 C’est ce qu’indique par exemple le règlement de police de la ville de Leipzig, p. 61, Polizeiverordnung über öffentliche Sicherheit und Ordnung in der Stadt Leipzig, 2020 [https://static.leipzig.de/fileadmin/mediendatenbank/leipzigde/Stadt/02.3_Dez3_Umwelt_Ordnung_Sport/32_Ordnungsamt/Erlaeut._z._PolVO/Erlaeuterungen_zur_Polizeiverordnung.pdf]. À Berlin, malgré une interdiction de principe, il existe des exceptions dans chaque quartier, à des emplacements spécifiquement réservés à cet usage. À Paris, en revanche, le barbecue dans les espaces publics est strictement interdit.

24 https://www.paris.fr/pages/espaces-verts-139.

25 De ce fait, chacun des parcs au sein de la ville de Paris a son propre règlement, adapté aux difficultés et atouts du parc en question.

26 La presse berlinoise s’est fait l’écho en 2022 de ce projet d’installation de 24 « pissoirs » gratuits pour femmes, renommés « missoirs », dans les parcs publics. « Kostenlos: 24 Pissoirs für Frauen in Berliner Parks geplant », Berliner Zeitung, 12 mai 2022 [https://www.berliner-zeitung.de/news/kostenlos-24-pissoirs-fuer-frauen-in-berliner-parks-geplant-li.227471].

27 Mairie de Paris, Genre et espace public : https://www.paris.fr/pages/genre-et-espace-public-18033.

28 Jonas Schwaab, Ronny Meier, Gianluca Mussetti et al. « The role of urban trees in reducing land surface temperatures in European cities », Nature Communications 12, article no 6763, 2021 [https://doi.org/10.1038/s41467-021-26768-w].

29 « Canicule à Paris : les parcs et jardins ouverts la nuit pour se rafraîchir », CNEWS, 30 juillet 2020 [https://www.cnews.fr/france/2020-07-30/canicule-paris-les-parcs-et-jardins-ouverts-la-nuit-pour-se-rafraichir-983685].

30 Parmi eux, dix sont ouverts 24 h/24. Trois exceptions concernent le jardin Villemin (10e arr.), seulement ouvert la nuit les vendredi et samedi, le square Louise-Michel (18e), seulement ouvert les vendredi et samedi, ainsi que les Buttes-Chaumont (19e), seulement ouvert les vendredi, samedi et dimanche, fermé les autres jours entre 22 h 30 et 7 h pour l’arrosage intensif des pelouses.

31 Cinq autres parcs et jardins de la ville seront ouverts « en renfort » en cas de canicule. C’est le cas du parc Monceau (8e), du square Marcel-Pagnol (8e), du square Montholon (9e), du square Ferdinand-Brunot (14e) et du parc Georges-Brassens (15e).

32 « Il y a forcément un jardin ouvert la nuit près de chez vous ! », 10 août 2022 : https://www.paris.fr/pages/profitez-des-parcs-et-jardins-en-nocturne-3594.

33 « Canicule à Paris : les parcs et jardins ouverts la nuit pour se rafraîchir », art. cité.

34 Dossier de la Berliner Zeitung, supplément du week-end, 19/20 juin 2021 : Viktoriia Vanina, Wie Tag und Nacht: Warum der Gleisdreieckpark abends zur Gefahrenzone wird.

35 « Partys in Berlin: Polizei räumt wieder mehrere Parks, Angriffe auf Beamte » Berliner Zeitung, 5 septembre 2021.

36 « Partys in Berliner Parks: Bezirksamt Mitte gegen Park-Einzäunung », Berliner Zeitung, 29 juin 2021.

37 « Ausufernde Gewalt: Bürgermeister von Mitte will Parks nachts wieder schließen », Berliner Zeitung, 2 août 2021.

38 « Forscher zu Park-Partys in Berlin: “Die Jugend ist bereit, Regeln zu brechen” », Berliner Zeitung, 2 juillet 2021.

39 Urte Stobbe, « Wie die Besucher in die Parks kamen », art. cité, p. 265.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le jardin des Prébendes d’Œ, dessiné par les frères Bühler en plein cœur de Tours, est entièrement ceint d’une grille basse et ponctué de trois larges portails
Crédits Photographie de Stéphanie de Courtois
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4596/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Le jardin intérieur de la Savigny Platz, à Berlin, a été dessiné par Erwin Barth en 1926 et conserve son ouverture sur la rue
Crédits Photographie de Stéphanie de Courtois
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4596/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Le parc de Wörlitz tout entier est directement accessible depuis le bourg et la campagne environnante
Crédits Photographie de Stéphanie de Courtois
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4596/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Le traité d’Adolphe Alphand, Les Promenades de Paris (1867) donne de nombreux exemples de grilles réalisées pour les squares parisiens
Crédits Gallica/Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4596/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Le panneau de règlement fait partie du mobilier attendu des parcs et promenades parisiens comme dans le square des Batignolles.
Légende Planche publiée dans Les Promenades de Paris (1867)
Crédits Gallica/Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4596/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Les larges allées du Treptower Park constituent un appel à rentrer dans le cœur du jardin aménagé par Gustav Meyer
Crédits Photographie de Sibylle Goepper
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4596/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Le panneau accueillant le visiteur dans le parc de Yerres en 2017 fixe un cadre à la fois strict et sujet à interprétation
Crédits Photographie d’Anne-Marie Pailhès
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4596/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Le square Verdrel à Rouen a récemment vu supprimer ses grilles, dans l’espoir de décourager les trafics illicites
Crédits Photographie de Stéphanie de Courtois
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4596/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie de Courtois et Anne-Marie Pailhès, « Espaces communs, espaces à protéger. L’accès aux jardins publics en France et en Allemagne »Revue germanique internationale, 38 | 2023, 207-224.

Référence électronique

Stéphanie de Courtois et Anne-Marie Pailhès, « Espaces communs, espaces à protéger. L’accès aux jardins publics en France et en Allemagne »Revue germanique internationale [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rgi/4596 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.4596

Haut de page

Auteurs

Stéphanie de Courtois

Maître de conférences en Ville et Territoire à l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles (Léav).

Articles du même auteur

Anne-Marie Pailhès

Professeure en études germaniques à l’université Paris Nanterre (CEREG)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search