Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38Regard croisé sur les jardins par...

Regard croisé sur les jardins partagés et les Urbane Gemeinschaftsgärten

Vergleichender Blick auf kollektives Gärtnern und Urbane Gemeinschaftsgärten
A Comparative Look at Community Gardens and Urbane Gemeinschaftsgärten
Laurence Baudelet-Stelmacher
p. 225-239

Résumés

Cet article propose une lecture croisée du mouvement des jardins partagés en France et en Allemagne (Gemeinschaftsgärten). Pour introduire notre propos, nous nous intéressons à la manière dont ces nouvelles formes de jardinage collectif sont définies de chaque côté du Rhin par différents protagonistes, militants, chercheurs ou législateurs. Puis nous esquissons une histoire comparée des jardins partagés et des Gemeinschaftsgärten et de leur développement à Paris et Berlin. Nous concluons en évoquant les similitudes et les différences entre les jardins partagés et les Gemeinschaftsgärten.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Laurence Baudelet-Stelmarcher, « Giving Paris a Green Hand », in : John F. Forester (dir.), Ho (...)

1Les jardins partagés français et allemands ont fait l’objet de nombreuses études et publications de chaque côté du Rhin, mais il n’existe pas d’approche comparative entre les deux pays. Cette histoire reste à écrire. L’article propose donc un premier jalon en offrant une lecture croisée de la naissance et du développement de ce mouvement en France et en Allemagne et plus spécifiquement à Berlin et à Paris. Il s’appuie sur la mémoire et les écrits des acteurs de cette histoire – dont je fais partie –, ainsi que sur la littérature scientifique consacrée au sujet. Mon parcours militant se double d’une formation en ethnologie urbaine dont j’ai mis à profit les outils pour faire de l’observation in media res depuis 19971.

2L’éclosion de cette nouvelle typologie de jardins s’est accompagnée d’une floraison de définitions. Celles-ci constituent un enjeu important, car poser une définition signifie que l’objet dénoté possède des caractéristiques propres qui le distinguent d’autres objets relevant de la même catégorie, en l’occurrence les jardins familiaux qui leur préexistaient. Nous verrons qui en sont les auteurs et quels sont les registres mobilisés.

  • 2 Ces considérations ont été affinées à l’occasion de l’échange organisé en 2022 par Graine de Jardin (...)

3Les origines des jardins partagés se trouvent aux États-Unis et il est intéressant de voir combien ce modèle a été inspirant pour les militant·es allemand·es et français·es, en particulier la scène new yorkaise. Cependant, même s’ils possèdent des racines communes outre-Atlantique, ces jardins s’inscrivent dans des contextes institutionnels et culturels bien différents qui influent sur leur fonctionnement, comme le montre l’analyse des cas parisiens et berlinois2.

Enjeux relatifs à la définition d’un nouveau mouvement

4La charte de la Terre en Partage3, rédigée à l’issue du Forum « Jardinage et Citoyenneté » organisé en 1997 à Lille, est le document fondateur du mouvement des jardins partagés en France, qui prend alors le nom de Jardin dans Tous Ses États. Il s’appelle aujourd’hui Réseau national des Jardins partagés4. Le préambule de la charte précise que « des acteurs associatifs, institutionnels, politiques et professionnels ont échangé des expériences de jardins aux expressions diverses, mais porteuses de valeurs communes d’échange, de créativité, de solidarité entre les communautés et de liens retrouvés avec le monde vivant ».

  • 5 On se référera à l’ouvrage de Béatrice Cabedoce (dir.), Cent ans d’histoire des jardins ouvriers, 1 (...)
  • 6 Julia Barrault, Les pratiques de jardinage face aux risques environnementaux et sanitaires des pest (...)

5L’importance accordée à la « concertation » et à « la gestion participative » ainsi que le respect de l’environnement, énoncés dans les principes de mise en œuvre de la charte, constituent alors des marqueurs forts de différence avec les jardins familiaux5. En effet, les pratiques culturales des jardiniers amateurs comportent, en cette fin de xxe siècle, l’usage fréquent de phytosanitaires chimiques et d’engrais de synthèse, alors en vente libre. Cinq ans après le sommet de Rio, on lit dans cette charte des jardins partagés une prise de conscience concernant la dégradation des milieux et l’application du fameux adage, « agir local, penser global ». Il faudra du temps aux jardiniers amateurs pour faire le lien entre ces deux échelles et pour changer leurs méthodes de culture6.

  • 7 Loi no 76-1022 du 10 novembre 1976 relative à la création et à la protection des jardins familiaux, (...)
  • 8 « Louer un jardin familial – mode d’emploi » : guichet unique du jardinage à Strasbourg, www.strasb (...)

6Par ailleurs, suite à l’application de la loi Royer à la fin des années 19707, les nouveaux lotissements de jardins familiaux sont conçus et aménagés par les collectivités locales ou par les associations nationales comme la Fédération nationale des jardins familiaux (Fédération nationale des jardins familiaux et collectifs depuis 2006) ou le Jardin du cheminot (Jardinot depuis 2005) qui se sont dotées des compétences de paysagistes, architectes et urbanistes pour répondre à cette demande. Les règlements intérieurs sont fournis par ces mêmes associations, à la demande des collectivités locales qui, bien souvent, préfèrent confier la gestion des lotissements de jardins familiaux à un tiers et ne pas être en gestion directe, à quelques exceptions près, comme la ville de Strasbourg8. Pour éviter les si décriés « bidonvilles verts », la capacité d’initiative des jardiniers s’est vue limitée à la jouissance d’une parcelle « en bon père de famille ». Un cadre qui sera, bien sûr, ingénieusement détourné dans bien des cas.

  • 9 Proposition de loi relative aux jardins collectifs, adoptée par le Sénat, 14 octobre 2003.

7En 1997, la dynamique créée par les nouvelles formes de jardinage porte en germe les jardins partagés, centrés sur le lien social, et les jardins d’insertion, orientés vers la réinsertion sociale et professionnelle de personnes isolées et sans emploi. Ils vont suivre des chemins différents et peu à peu s’autonomiser. Ainsi la proposition de loi relative aux jardins collectifs votée par le Sénat en 2003 distingue clairement jardins d’insertin, jardins familiaux et jardins partagés9. La définition de ces derniers est le fruit d’un travail concerté avec les acteurs associatifs :

On entend par jardins partagés les jardins créés ou animés collectivement, ayant pour objet de développer des liens sociaux de proximité par le biais d’activités sociales, culturelles ou éducatives et étant accessibles au public.

8Cette proposition de loi, portée par le sénateur Christian Cointat, n’a jamais été soumise au vote de l’Assemblée nationale. Elle est restée bloquée dans la navette parlementaire depuis 2003, faute de temps et de volonté politique pour l’examiner, et ce malgré les demandes répétées des associations et fédérations nationales.

9En Allemagne, la première définition des Gemeinschaftsgärten (jardins partagés) est issue d’un travail universitaire, la thèse de doctorat de la géographe urbaine Marit Rosol, soutenue à l’université Humboldt de Berlin en 2006. Les Gemeinschaftsgärten y sont définis comme « des jardins, des espaces verts et des parcs créés et gérés de manière collective et par un engagement volontaire, et qui s’adressent à tout public »10. De nombreux travaux savants, militants et des administrations municipales se sont référés à cette définition dans les années qui ont suivi sa publication. Elle apparaît notamment sur la plateforme en ligne Produktives Stadtgrün, dédiée aux Gemeinschaftsgärten et créée à la demande de l’administration de l’Environnement de Berlin en 201911.

10La scène militante va aussi produire une définition inscrite dans le manifeste du jardinage urbain intitulé « La ville est notre jardin »12. Ce manifeste a été élaboré par de nombreux acteurs du mouvement des Gemeinschaftsgärten en Allemagne, au cours d’un long processus allant de 2012 à sa publication en 2014, à l’issue des 3e rencontres estivales du jardinage urbain organisées à Nuremberg. Le processus a été co-initié, coordonné et fortement soutenu par la fondation anstiftung13, un organisme reconnu d’utilité publique et principal financeur privé allemand dans ce domaine. Les fondateurs de jardins ont rédigé ce manifeste pour expliquer ce que sont les Gemeinschaftsgärten et ce qu’ils représentent, en réaction à la récupération massive de ces initiatives. Celle-ci est apparue à partir de 2012 dans la publicité et le green washing de certaines entreprises ainsi que dans la sphère politique. Ainsi, des agences publicitaires ont fait la promotion d’entreprises peu respectueuses de l’environnement en utilisant des photos de jardins partagés sans leur autorisation, ou encore des enseignes de bricolage ont utilisé des clichés de personnes jardinant dans des bacs de culture, également sans leur demander d’autorisation. Or, ces mêmes enseignes commercialisent des semences hybrides fortement critiquées par une partie des jardiniers. De même, un parti politique s’est servi d’une photo d’un jardin partagé lors d’une campagne électorale pour promouvoir son soutien aux projets issus de la société civile, sans en référer aux membres du jardin concerné.

11Dans la définition en plusieurs points des Gemeinschaftsgärten, on retrouve des similarités fortes avec leurs homologues français, telles que la volonté d’accueillir une « diversité culturelle, sociale et intergénérationnelle » ou bien les références à l’éducation à l’environnement, à l’échange de savoirs, au partage ou à l’intérêt pour la biodiversité.

Début de la saison au Kiezgarten (Berlin Prenzlauer Berg), avril 2011

Début de la saison au Kiezgarten (Berlin Prenzlauer Berg), avril 2011

Photographie de Kerstin Stelmacher

12On remarque aussi que de nouvelles thématiques sont apparues sur l’agenda militant entre 1997 et 2014, en particulier le climat, les biens communs ou la souveraineté alimentaire et les circuits courts. Ainsi, dans le même Manifeste du jardinage urbain, les jardins partagés allemands sont caractérisés comme des « biens communs s’opposant à la privatisation et à la commercialisation croissante de l’espace public » ou comme « une contribution à un meilleur climat en ville, à une meilleure qualité de vie et à la justice environnementale ». Ils sont encore décrits comme « des ponts entre la ville et l’agriculture paysanne » et des « espaces participant de la souveraineté alimentaire et de la conservation des semences ». Ces thématiques étaient, pour certaines d’entre elles, invisibles à la fin des années 1990, quand les jardins partagés français rédigeaient leur document « ambassadeur ».

Histoire comparée des jardins partagés français et allemands

13Ce mouvement principalement né de la société civile vient s’inscrire dans des contextes politiques très différents de chaque côté du Rhin, pourtant ses initiatrices et initiateurs partagent un point commun. L’Allemagne et la France ont vu naître au tournant du xxie siècle des formes de jardinage collectif, principalement dans les grandes villes (Munich, Hambourg, Berlin, Leipzig, Lille, Nantes, Marseille, Lyon, Paris…), largement inspirées des community gardens nord-américains et particulièrement new yorkais.

Comment le modèle new yorkais se diffuse-t-il ?

  • 14 Irmtraud Grünsteidel, « Community Gardens. Grüne Oasen in den Ghettos von New York », in : Anne Hol (...)

14Côté allemand, les community gardens font au début des années 2000 l’objet d’études universitaires14 qui se diffusent auprès de militants. Certaines de ces chercheuses, comme Elisabeth Meyer-Renschhausen, sont aussi actives sur la scène militante. Le Kiezgarten Schliemannstraße à Berlin, par exemple, a été conçu en 2001 en s’inspirant de ces travaux académiques et a trouvé un terrain d’application deux ans plus tard.

15Côté français, les échanges sont fréquents entre les deux côtés de l’Atlantique de 1997 à 2003. Une importante fondation privée, la Fondation de France, commence à s’intéresser aux initiatives innovantes en matière de jardinage à partir de 1996 et finance les rencontres entre les associations de jardinage à son siège à Paris entre 1996 et 2003. Elle finance aussi deux voyages d’étude pour des acteurs associatifs à Montréal (1996) et à New York (1997) puis cofinance les forums de Lille (1997) et de Nantes (1999), où sont invitées des associations canadiennes et américaines comme Guerilla Gardening (New York).

Premier été du Allmende Kontor (Berlin Neukölln), août 2011

Premier été du Allmende Kontor (Berlin Neukölln), août 2011

Photographie de Kerstin Stelmacher

  • 15 Sandrine Baudry, Cultiver son jardin, s’inscrire dans la ville : approche anthropologique des commu (...)

16En 2002, des membres du Jardin dans tous ses états, dont je faisais partie, sont invités par l’American Commmunity Gardening Association (ACGA) à New York pour présenter le réseau français naissant. À cette occasion des contacts sont pris avec Edie Stone, la directrice du programme Green Thumb, dédié aux community gardens new yorkais. L’année suivante, en 2003, la Ville de Paris invite Steve Frillmann, le directeur de l’association Green Guerillas, à l’origine des premiers jardins partagés de New York, et Edie Stone, à l’occasion du lancement de « Main verte », le programme de la Ville de Paris en partie inspiré de celui de la mégalopole américaine. Ce qui intéresse particulièrement les protagonistes est le rôle central des habitant·e·s dans les community gardens, l’autogestion, l’ouverture de ces jardins au public et non seulement aux personnes adhérentes de l’association, leur caractère multifonctionnel (jardinage, lien social, activités culturelles et artistiques…) et le peu d’espace qu’ils requièrent puisque 300 m2, voire moins, suffisent15. Le jardin des (Re)trouvailles, créé par l’association AJONC à Lille en 1997, est en France le premier jardin directement inspiré de New York.

Interkulturelle Gärten

17Les Interkulturelle Gärten (Jardins interculturels) sont considérés comme les premiers jardins partagés allemands. Il n’existe pas d’équivalent en France. Au milieu des années 1990, la création du premier Jardin international de Göttingen a donné naissance à un réseau qui s’est dénommé Interkulturelle Gärten. Leur histoire est documentée par les écrits de Christa Müller, sociologue et directrice de la fondation anstiftung qui soutint dès le début le développement de ces jardins ainsi que celui des Gemeinschaftsgärten, et produit des connaissances académiques sur le sujet :

  • 16 Christa Müller, « Jardins interculturels : regards sur un projet transculturel innovant en Allemagn (...)

Le « prototype » des Jardins Interculturels s’est développé à Göttingen, ville universitaire du nord de l’Allemagne. En 1995, des femmes bosniaques réfugiées là se réunissent dans le centre d’aide pour les migrants. […] La travailleuse sociale du centre d’immigration réfléchit à la façon dont elle pourrait éveiller leur intérêt. La réponse des femmes est unanime : « Nos jardins ». Elles racontent que chez elles, elles avaient de grands potagers, avec lesquels elles nourrissaient leur famille. En exil, elles se voient condamnées à l’attente et à l’oisiveté. Un an plus tard, elles signent le premier bail. Un groupe de femmes et d’hommes bosniaques, iraniens, allemands, kurdes, irakiens, éthiopiens et afghans commence à jardiner. […] Le concept de « jardins internationaux » est fondé sur une approche transculturelle. Ici le fait de jardiner ensemble sert de point de départ à des échanges entre personnes de cultures différentes16.

18Tassew Shimeles, un ingénieur agronome éthiopien et allemand que le centre d’immigration de Göttingen a embauché en 1996 pour diriger le projet, ainsi que Najeha Abid, la fondatrice germano-kurde de l’association Internationale Gärten Göttingen e. V., rêvent d’étendre le mouvement à d’autres villes. Grâce à l’étroite collaboration mise en place avec la fondation anstiftung, ce premier jardin va donner naissance à un réseau national.

  • 17 Christa Müller, « Jardins interculturels », art. cité.

19En 2003, les premières rencontres fédérales organisées à Berlin réunissaient les quatre premiers projets. En 2018, selon Christa Müller, « la fondation anstiftung recensait dans sa base de données 650 jardins collectifs urbains, dont la moitié est explicitement constituée de jardins interculturels. Des associations de jardins interculturels sont nées également en Autriche (2007) et en Suisse (2009) »17.

  • 18 Voir Ella von der Haide, Die neuen Gartenstädte. Urbane Gärten, Gemeinschaftsgärten und Urban Garde (...)

20On voit ici le rôle comparable de la Fondation de France et de la fondation anstiftung dans le soutien initial apporté aux projets et à la mise en réseau des acteurs. Soutien qui perdure pour l’Allemagne : anstiftung finance toujours la création de jardins partagés et l’animation du réseau, notamment les camps d’été réunissant ces derniers et les jardins interculturels. Tous les jardins sont réunis aujourd’hui au sein d’un réseau commun appelé Urbane Gemeinschaftsgärten (Jardins collectifs urbains)18.

21Loin d’être un phénomène de mode, ces initiatives locales de jardinage collectif ont pris de l’ampleur de chaque côté du Rhin et se sont enracinées dans les villes. Ainsi, la base de données en ligne de l’anstiftung comptabilise 870 Gemeinschaftsgärten et Interkulturelle Gärten répartis dans toute l’Allemagne. En France, il n’existe pas de base de données unifiée mais le Réseau national des jardins partagés en avait recensé 1 000 en France métropolitaine en 2015.

Jardins partagés parisiens et Gemeinschaftsgärten berlinois : points communs et différences

22Il existe de grandes similitudes dans le fonctionnement des jardins partagés des deux capitales et quelques différences importantes. Il faut d’abord rappeler qu’elles comptent chacune autour de 150 jardins, ce qui est beaucoup pour Paris, une ville dense de 105 km² ayant peu de friches disponibles. De fait, beaucoup de jardins partagés se trouvent dans des parcs publics. Pour Berlin, en revanche, le nombre de jardins partagés est comparativement faible. La ville occupe une surface huit fois plus grande (891 km2), elle dispose de nombreux espaces verts dont certains très grands comme le Tiergarten (210 ha) ou la forêt de Grünewald (3 000 ha) et il existe encore des terrains vacants19. Cependant, la ville connaît une forte croissance et se densifie rapidement pour répondre aux besoins en logements et en infrastructures (écoles, bibliothèques, équipements sportifs). Cela a notamment pour conséquence de menacer l’existence des Gemeinschaftsgärten, dont la plupart ne sont pas protégés dans les plans d’urbanisme.

  • 20 Voir Ilka Appel, Christina Grebe et Maria Spittover, Aktuelle Garteninitiativen. Kleingärten und ne (...)

23Malgré cet état de fait, Berlin est considérée comme la « capitale » des jardins partagés en Allemagne, car c’est là que l’on en trouve le plus grand nombre20. Leur création et leur développement après la chute du Mur ont été favorisés par certaines circonstances spécifiques à Berlin dont les importantes emprises foncières libérées après 1989 n’avaient, pour certaines, pas de propriétaires clairement établis. Berlin réunifié comptait une scène militante environnementaliste issue en partie de la culture des squats de Berlin-Ouest et en partie de Berlin-Est où des artistes et des activistes pratiquaient déjà, avant 1989, ce qu’on pourrait appeler une « végétalisation informelle de la ville », avec des plantations sur cour et sur rue comme dans l’Oderberger Straße (Prenzlauer Berg). Les problèmes financiers de la municipalité berlinoise l’amènent dans les années 1990 à réduire le budget des parcs et espaces verts publics afin de faire des économies. Cela a entraîné un net déficit de leur entretien et le recours, parfois, à des habitant·e·s volontaires.

24Enfin les pratiques de jardinage collectif21 s’inscrivent dans une forte et longue tradition dans la capitale allemande, où elles étaient bien ancrées à l’Est comme à l’Ouest. À Berlin Ouest, les lotissements de jardins jouaient un rôle important car les habitants n’avaient pas accès à la verdure environnante. Outre les 150 jardins partagés (Gemeinschaftsgärten), Berlin compte 71 000 parcelles de jardins familiaux22 (Kleingärten) réparties dans 880 lotissements (Kleingärtenkolonie), soit 3 % de la surface de la ville. Paris n’a pas de jardins familiaux, les lotissements les plus proches se trouvent dans la banlieue proche.

Qui sont les porteurs de projet ?

25À Paris, tous les jardins partagés occupant le domaine public de la ville sont gérés par des associations et il existe presque autant d’associations que de jardins partagés. Ces associations signent obligatoirement une convention d’occupation du terrain avec la Ville de Paris et la charte Main verte23 par laquelle elles s’engagent notamment à ouvrir le jardin deux demi-journées par semaine au public ou quand un membre de l’association est présent dans le jardin, mode de fonctionnement transposé du programme new-yorkais Green Thumb24.

26Jusqu’en 2013, la plupart des quelque 100 jardins partagés de Berlin ont été initiés selon un processus bottom-up, c’est-à-dire par un engagement citoyen, certains par l’occupation de terrains. Ils sont gérés par des collectifs informels et par des associations. La gestion est moins formelle qu’à Paris, il n’existe pas d’adhésion par exemple. Certains jardins n’ont pas de convention d’occupation du terrain. Les jardiniers négocient en général avec les mairies d’arrondissement car, dans la plupart des cas, elles sont responsables des espaces verts. De ce fait, il n’existe pas de traitement uniforme des Gemeinschaftsgärten à l’échelle de Berlin.

Programmes de jardinage municipaux : un soutien perçu de manière ambivalente

27Paris s’est doté depuis 2003 d’un programme dédié au jardinage urbain appelé Main verte, qui est rattaché à la Direction des espaces verts et de l’environnement (DEVE). C’est le guichet unique pour tous les porteurs de projet. Le programme soutient les initiatives de jardins partagés à la fois sur le plan administratif, en facilitant les démarches auprès de la mairie centrale et des mairies d’arrondissement et sur le plan financier en prenant en charge les aménagements ou en octroyant des subventions pour des projets. L’un des points essentiels concerne l’élaboration des conventions de mise à disposition du foncier qui assurent la légalité de l’occupation du domaine public par les associations de jardins partagés. En sus, l’équipe rattachée à Main verte anime le réseau parisien et gère l’équipement de la Maison du jardinage dans le parc de Bercy, un pôle ressources et de démonstration de techniques culturales écologiques.

  • 25 « Senat beschließt Berliner Gemeinschaftsgarten-Programm », Pressemitteilung vom 24 01 2023 : https (...)

28En Allemagne, ce n’est que récemment que les politiques urbaines et les administrations municipales se sont intéressées aux Gemeinschaftsgärten. Ainsi, à Berlin, ces jardins n’ont été soutenus qu’à partir de 2014, de manière ciblée, par le programme fédéral et régional de cohésion sociale, « Quartiersmanagement », l’équivalent du développement social urbain. Et, en 2021, l’administration du Sénat de Berlin pour l’Environnement, la mobilité, la protection des consommateurs et du climat a lancé un processus de concertation visant à créer un programme pour les Gemeinschaftsgärten. Il s’inspire en partie de Main verte, des échanges directs ont eu lieu entre les deux administrations. Ce programme a été voté en janvier 2023 par le Sénat de Berlin25.

29Si ces politiques locales ont indéniablement contribué à pérenniser et à développer des jardins malgré la pression foncière qui s’exerce à Paris, à New York ou à Berlin, des critiques s’expriment parfois de la part d’associations à l’égard des obligations à remplir, par exemple. Et réciproquement des élu·e·s peuvent avoir des divergences avec des associations concernant leur gestion du site. À Berlin, des craintes sont apparues concernant une perte d’autonomie de la société civile, lors des réunions de concertations organisées par le Service de l’environnement26 en charge de la rédaction des orientations du programme dédié aux Gemeinschaftsgärten. Des travaux de recherche interrogent le caractère participatif et jugent le cadre trop contraignant27. Il est évident que parvenir à concilier parfaitement initiative citoyenne et gestion du domaine public dans des sociétés aussi administrées que les nôtres relève d’une gageure. À défaut, ces programmes instaurent un dialogue entre porteurs de projet, administrations et élu·e·s, une forme de médiation qui ne suffit pas toujours à empêcher les conflits entre jardiniers et édiles mais permet de se familiariser avec la culture de l’autre.

Qui jardine ? Des sociologies assez similaires

  • 28 Eve-Kaduna Demailly, Jardiner les vacants. Fabrique, gouvernance et dynamiques sociales des vacants (...)

30À Paris, les jardiniers sont principalement des habitant.es du quartier dont ils reflètent en partie la composition sociale et culturelle28. De nombreuses structures partenaires disposant d’une parcelle y viennent avec leur public : les écoles, les associations locales à vocation sociale (alphabétisation, centres sociaux…) et environnementale (compostage, arbres fruitiers, apiculture…), les hôpitaux de jour ou les maisons de retraite. Beaucoup de jardins ont tissé un important réseau local au fil des années. Quelques jardins font figure d’exception, comme les Jardins du Ruisseau ou le Jardin de l’Aqueduc, car leur attractivité dépasse largement leur territoire de proximité du fait des activités qu’ils organisent et de leurs caractéristiques paysagères particulières.

Ton Steine Gärten (Berlin Kreuzberg), 2022

Ton Steine Gärten (Berlin Kreuzberg), 2022

Photographie de Kerstin Stelmacher

31De même, à Berlin, les habitant·e·s présent·e·s dans les Gemeinschaftsgärten reflètent principalement la structure sociale du voisinage immédiat. Quelques-uns attirent des personnes de toute la ville, par exemple Allmende-Kontor sur le Tempelhofer Feld (ancien aéroport) ou Prinzessinnenkollektiv à Neukölln. Plusieurs ont créé des partenariats avec des crèches ou des écoles. Celles-ci s’occupent de leurs propres parcelles dans le jardin ou viennent pour participer à des cours et des manifestations temporaires.

Le 56 (Paris 20e), 2022

Le 56 (Paris 20e), 2022

Photographie de Kerstin Stelmacher

  • 29 Voir le colloque international « Jardins de femmes, que font les femmes dans les jardins ? », facul (...)

32Une majorité de femmes s’implique dans les jardins parisiens et berlinois, y compris dans les instances dirigeantes. Elles assument souvent la communication à destination des jardiniers et des partenaires et prennent en charge des tâches administratives et organisationnelles, en sus de l’activité de jardinage. Ces données de terrain mériteraient d’être corroborées par une étude approfondie sur les raisons qui motivent les femmes à s’impliquer dans ces projets29.

33Nous ne disposons pas de données globales concernant l’âge des personnes investies dans les jardins partagés des deux capitales. Hormis les adolescents – la tranche d’âge la moins représentée dans les deux villes –, on y trouve toutes les générations, de la crèche aux retraités. Les seniors sont toutefois plus présents à Paris qu’à Berlin. Les motivations qui président à l’investissement des jardiniers sont quant à elles très variées. Outre le goût pour l’activité elle-même, largement partagée même si tout le monde ne jardine pas activement, le lien avec le vivant est souvent cité.

34À Berlin comme à Paris, permettre aux enfants de faire l’expérience de la nature et d’apprendre à quoi ressemblent les fruits et légumes en dehors des rayons des magasins et comment ils poussent, représente une forte motivation pour les parents. Ils apprennent aussi avec leurs enfants. De plus en plus de personnes sont motivées par le désir d’être plus autonomes sur le plan alimentaire et veulent cultiver des produits sains et locaux, moins chers que ceux du commerce. La crise de la COVID et la forte inflation sur les denrées ont encore renforcé cette demande en 2023.

  • 30 Voir Christa Müller, Wurzeln schlagen, op. cit., ou Gisela Posch, Interkulturelle Gärten in Deutsch (...)

35Certains font partie d’un Gemeinschaftsgarten parce qu’ils ne peuvent pas obtenir de jardin familial pour lesquels les listes d’attente sont longues. D’autres préfèrent les jardins partagés parce qu’ils souhaitent cultiver en collectif pour des raisons de temps ou simplement pour développer des relations sociales. Enfin, l’engagement dans ces jardins procède aussi d’un investissement militant dans des causes environnementales, sociales ou encore dans des luttes urbaines contre des projets d’aménagement. La grande diversité de personnes participant à ces projets, à Berlin comme à Paris, n’empêche pas de nombreux groupes de jardiniers de continuer à réfléchir et à questionner leur caractère inclusif, notamment en ce qui concerne l’accueil de personnes d’origine étrangère. Les crises migratoires récentes rendent cette thématique encore plus prégnante30.

Palette végétale orientée vers le comestible et production collective de paysage

36Là aussi, les jardins partagés berlinois présentent une remarquable diversité. Si les plus petits font moins de 300 m2, les plus grands atteignent les 5 000 m2 (Allmende Kontor), avec des jardins de toutes les tailles entre ces deux extrêmes, tandis qu’à Paris, les écarts de surface sont moindres, autour de 100 m2 à 1 300 m2 au jardin de l’Aqueduc par exemple. Comme à Paris, de nombreux Gemeinschaftsgärten sont structurés en parcelles individuelles et collectives cultivées par un petit groupe (2-3 personnes). D’autres jardinent selon la devise « tout le monde fait tout », ce qui signifie que le jardin est cultivé, entretenu et récolté en commun dans son ensemble.

  • 31 « Fait soi-même » par opposition à ce qui est acheté. Voir l’article « DIY : tant de gens se reconn (...)

37À Berlin, les palettes recyclées demeurent le matériau le plus fréquent pour construire les bacs de culture. La culture Do It Yourself (DIY)31 est globalement très présente, valorisant la créativité des participant·e·s. À Paris, le paysage des jardins partagés est loin d’être homogène. Les aménagements sont conçus par des paysagistes de la ville pour les parcelles situées dans des parcs publics, alors que dans les jardins se trouvant sur des friches, les personnes qui y œuvrent aménagent elles-mêmes le terrain, souvent à partir de matériaux recyclés. Dans les deux cas, la municipalité fournit une cabane pour les outils, l’adduction d’eau, la terre végétale, et effectue les analyses de sol. L’accès à l’eau et donc l’arrosage sont devenus un sujet majeur de préoccupation à Berlin avec les effets du dérèglement climatique et l’apparition de sécheresses. Concernant le compostage, il n’existe pas encore de soutien municipal comme à Paris. Les jardiniers construisent eux-mêmes des composteurs.

38Dans les jardins partagés parisiens et berlinois, on cultive surtout des plantes comestibles et dans une moindre mesure des plantes ornementales, essentiellement horticoles. Les espèces sauvages trouvent aussi leur place, notamment les mellifères pour nourrir les insectes pollinisateurs, et celles qui fournissent des engrais verts, comme la phacélie (Phacelia tanacetifolia) qui présente les deux avantages. Les pratiques culturales témoignent d’orientations variées, certains groupes appliquant plus ou moins strictement les principes de la permaculture, d’autres cherchant à obtenir des récoltes abondantes tandis que les troisièmes pratiquent plutôt un « jardinage expérimental ».

Le Trèfle d’Éole (Paris 18e), 2011

Le Trèfle d’Éole (Paris 18e), 2011

Graine de Jardins

39De nombreux jardins berlinois doivent ou préfèrent jardiner dans des bacs surélevés. Peu d’entre eux peuvent cultiver le sol en place, soit à cause de la pollution ou du caractère imperméable de la surface à cultiver, soit parce que les propriétaires du terrain ne l’autorisent pas. Quant à Paris, des analyses de sol sont réalisées systématiquement par la Ville de Paris avant l’aménagement du terrain, et la culture en bacs est aussi préconisée mais pas systématique.

40Contrairement à Paris, un grand nombre de jardins partagés berlinois ne sont pas clôturés, certains d’entre eux restant accessibles en permanence, car à Berlin, la plupart des parcs publics ne sont pas fermés. La question des clôtures reste un sujet permanent de réflexion pour les jardiniers qui décident parfois de fermer l’espace planté pour le protéger contre les chiens par exemple, ou au contraire, privilégient une ouverture maximale, tout le temps et pour tous. Une nette différence avec les jardins partagés français réside dans la possibilité d’avoir des activités commerciales dans le jardin. À Berlin, quelques Gemeinschaftsgärten ont, par exemple, une offre de petite restauration comme des pizzas cuites au four ou du café. Ce phénomène est toutefois peu développé, et concerne une minorité de projets. Les activités de vente dans les jardins partagés ne sont autorisées que très exceptionnellement côté français, à l’occasion de portes ouvertes annuelles comme de manière générale pour les associations à but non lucratif.

*

  • 32 Evelyn Gustedt, « Reflexions on Urban Gardening in Germany », Challenges in sustainability 4/1, 201 (...)
  • 33 Eva Foos, Thomas Aenis et Julia Jahnke, Klima-Bildungsgärten (Klimawandel und Anpassung: Praxisleit (...)
  • 34 Lea Kliem et Miriam Kuhlmann, Reiche Ernte in Berliner und Stuttgarter Gärten. Ermittlung der Nahru (...)
  • 35 Christa Müller, Wurzeln schlagen, op. cit. ; Gisela Posch, Interkulturelle Gärten in Deutschland, o (...)
  • 36 Prof. Dr. Jesko Hirschfeld (dir.), Der Wert urbaner Gärten und Parks: Was Stadtgrün für die Gesells (...)
  • 37 Je tiens à remercier Kerstin Stelmacher pour sa contribution à l’histoire des Gemeinschaftsgärten d (...)

41Il y aurait encore beaucoup de sujets à approfondir concernant les jardins partagés et les Gemeinschaftsgärten32. En particulier la façon dont ces jardins répondent à des enjeux contemporains cruciaux comme l’adaptation des villes au dérèglement climatique33, le maintien de la biodiversité urbaine, le renforcement de l’autonomie alimentaire34, en particulier celle des personnes les plus précaires, mais aussi la citoyenneté ou l’accueil des migrants35. De ce point de vue, leur complète protection dans les documents d’urbanisme demeure un point important et une pomme de discorde avec les municipalités. Ils reposent sur le bénévolat de milliers d’habitant.es qui y trouvent un intérêt personnel mais agissent aussi au quotidien pour rendre nos mégalopoles plus résilientes et agréables à vivre36. Sans omettre que, comme toute entreprise humaine, ces jardins connaissent aussi des échecs et peuvent faire l’objet de critiques37.

Haut de page

Notes

1 Voir Laurence Baudelet-Stelmarcher, « Giving Paris a Green Hand », in : John F. Forester (dir.), How Spaces Become Places. Place Makers Tell their Stories, New York, New Village Press, 2021 ; et Laurence Baudelet-Stelmarcher, « Les 20 printemps des jardins partagés français. Bilan et perspectives », In Situ. Revue des patrimoines 37, 2018 [https://journals.openedition.org/insitu/19725].

2 Ces considérations ont été affinées à l’occasion de l’échange organisé en 2022 par Graine de Jardins en partenariat avec le Centre Français de Berlin, grâce à des financements du Fonds citoyen franco-allemand et du programme Edicitnet, porté par l’université Humboldt. Cet échange a réuni 30 participant.es venant de cinq jardins partagés parisiens et de sept Gemeinschaftsgärten berlinois pendant quatre jours dans chaque capitale. Ces deux séjours ont permis de croiser les regards et les expériences et mis en relief les enjeux communs.

3 La charte de la Terre en Partage : http://jardins-partages.org/spip.php?page=publications.

4 Réseau national des jardins partagés : http://jardins-partages.org/.

5 On se référera à l’ouvrage de Béatrice Cabedoce (dir.), Cent ans d’histoire des jardins ouvriers, 1896-1996, Grane, Créaphis, 1996 et à celui de Françoise Dubost, Jardins ordinaires, Paris, L’Harmattan, 2000. Définition des jardins familiaux : « Art. L. 561-1 – On entend par jardins familiaux les terrains divisés en parcelles, affectées par les associations de jardins familiaux à des particuliers y pratiquant le jardinage pour leurs propres besoins et ceux de leur famille, à l’exclusion de tout usage commercial. »

6 Julia Barrault, Les pratiques de jardinage face aux risques environnementaux et sanitaires des pesticides. Les approches différenciées de la France et du Québec, Thèse de doctorat en sociologie, Université Toulouse le Mirail – Toulouse II et Université du Québec à Montréal, 2012.

7 Loi no 76-1022 du 10 novembre 1976 relative à la création et à la protection des jardins familiaux, décret n° 79-1026 du 30 novembre 1979.

8 « Louer un jardin familial – mode d’emploi » : guichet unique du jardinage à Strasbourg, www.strasbourgcapousse.eu.

9 Proposition de loi relative aux jardins collectifs, adoptée par le Sénat, 14 octobre 2003.

10 Marit Rosol, « Gemeinschaftsgärten sind gemeinschaftlich und durch freiwilliges Engagement geschaffene und betriebene Gärten, Grünanlagen und Parks mit Ausrichtung auf eine allgemeine Öffentlichkeit », in : Gemeinschaftsgärten in Berlin Eine qualitative Untersuchung zu Potenzialen und Risiken bürgerschaftlichen Engagements im Grünflächenbereich vor dem Hintergrund des Wandels von Staat und Planung, 2006, Humboldt Universität, Berlin.

11 Plattform Produktives Stadtgrün : https://www.berlin.de/gemeinschaftsgaertnern/.

12 Urban Gardening Manifest, 2014 : https://urbangardeningmanifest.de/.

13 Fondation anstiftung : https://anstiftung.de/stiftung.

14 Irmtraud Grünsteidel, « Community Gardens. Grüne Oasen in den Ghettos von New York », in : Anne Holl et Elisabeth Meyer-Renschhausen (dir.), Die Wiederkehr der Gärten. Kleinlandwirtschaft im Zeitalter der Globalisierung, Innsbruck, Studien-Verlag, 2000 ; Elisabeth Meyer-Renschhausen, Unter dem Müll der Acker. Community Gardens in New York City, Königstein im Taunus, Ulrike Helmer Verlag, 2004 ; Marit Rosol, « Gemeinschaftsgärten sind gemeinschaftlich… », art. cité.

15 Sandrine Baudry, Cultiver son jardin, s’inscrire dans la ville : approche anthropologique des community gardens de New York City, Thèse de doctorat, études anglophones, Université Paris-Diderot Paris VII, 2010.

16 Christa Müller, « Jardins interculturels : regards sur un projet transculturel innovant en Allemagne », In Situ. Revue des patrimoines 37, 2018 [https://journals.openedition.org/insitu/19152]. Voir aussi Christa Müller, Wurzeln schlagen in der Fremde. Die « Internationalen Gärten » und ihre Bedeutung für Integrationsprozesse, Munich, Oekom Verlag, 2002 et Christa Müller (dir.), Urban Gardening. Über die Rückkehr der Gärten in die Stadt, 2e éd., Munich, Verlag Oekom, 2011.

17 Christa Müller, « Jardins interculturels », art. cité.

18 Voir Ella von der Haide, Die neuen Gartenstädte. Urbane Gärten, Gemeinschaftsgärten und Urban Gardening in Stadt- und Freiraumplanung Internationale Best Practice Beispiele für kommunale Strategien im Umgang mit Urbanen Gärten, Munich, 2014 [https://kobra.uni-kassel.de/handle/123456789/2015012147238] ; Severin Halder, Dörte Martens, Gerda Münnich, Andrea Lassalle, Thomas Aenis et Eckhard Schäfer, Wissen wuchern lassen. Ein Handbuch zum Lernen in urbanen Gärten, Neu-Ulm, AG Spak Bücher, 2014 [http://www.agspak.de/wissenwuchernlassen/wissen_wuchern_lassen_neu_cc.pdf.].

19 Berliner Gartenkarte (2013) : https://gartenkarte.de/.

20 Voir Ilka Appel, Christina Grebe et Maria Spittover, Aktuelle Garteninitiativen. Kleingärten und neue Gärten in deutschen Großstädten, Kassel university press, 2011 [https://www.uni-kassel.de/upress/online/frei/978-3-86219-114-7.volltext.frei.pdf] ; et Bundesinstitut für Bau-, Stadt- und Raumforschung (BBSR) im Bundesamt für Bauwesen und Raumordnung (BBR) (éd.), Gemeinschaftsgärten im Quartier, BBSR Online Publikation 12/2015.

21 Jardinage collectif : ce terme désigne aussi bien les jardins familiaux, interculturels que partagés et plus largement tout espace cultivé par un groupe de personnes qui en ont un usage commun, à la différence du jardin privé.

22 Kleingärten de Berlin sur le site de la mairie : https://www.berlin.de/sen/uvk/natur-und-gruen/stadtgruen/gaertnern-in-der-stadt/kleingaerten/. Les jardins familiaux français et allemands ont des racines communes appartenant au courant hygiéniste du xixe siècle. Une loi fédérale les protège en Allemagne. Les terrains cultivés sont protégés par des conventions d’occupation du sol et ils sont structurés en parcelles individuelles.

23 Les jardins partagés parisiens sur le site de la mairie : https://www.paris.fr/pages/les-jardins-partages-203.

24 Le programme Green Thumb de New York : https://www.nycgovparks.org/greenthumb.

25 « Senat beschließt Berliner Gemeinschaftsgarten-Programm », Pressemitteilung vom 24 01 2023 : https://www.berlin.de/rbmskzl/aktuelles/pressemitteilungen/2023/pressemitteilung.1286947.php.

26 Senatsverwaltung für Umwelt, Mobilität, Verbraucher und Klimaschutz.

27 Kaduna-Eve Demailly, « Les jardins partagés franciliens, scènes de participation citoyenne ? », EchoGéo 27, 2014 [http://journals.openedition.org/echogeo/13702].

28 Eve-Kaduna Demailly, Jardiner les vacants. Fabrique, gouvernance et dynamiques sociales des vacants urbains jardinés du nord-est de l’Île-de-France, Université Panthéon-Sorbonne, 2014. Et Corinne Legenne, Laure De Biasi, Antoine Lagneau et Laetitia Pigato, « Familial ou partagé ; les citadins franciliens de plus en plus adeptes du jardinage », Institut Paris Région, note du 12 septembre 2020 https://www.institutparisregion.fr/environnement/agriculture-et-alimentation/familial-ou-partage-les-citadins-franciliens-de-plus-en-plus-adeptes-du-jardinage/].

29 Voir le colloque international « Jardins de femmes, que font les femmes dans les jardins ? », faculté des lettres et sciences humaines de Brest, 11 au 13 mai 2023.

30 Voir Christa Müller, Wurzeln schlagen, op. cit., ou Gisela Posch, Interkulturelle Gärten in Deutschland. Integration und Nachhaltigkeit, AV Akademikerverlag, 2015. Voir également Un jardin sans frontières (Grenoble) : https://www.grenoble.fr/parcelle/1523/2358-un-jardin-sans-frontieres.htm.

31 « Fait soi-même » par opposition à ce qui est acheté. Voir l’article « DIY : tant de gens se reconnaissent dans ces trois lettres », Le Monde, 19 novembre 2019.

32 Evelyn Gustedt, « Reflexions on Urban Gardening in Germany », Challenges in sustainability 4/1, 2017 [https://www.researchgate.net/publication/318518791_Reflexions_on_Urban_Gardening_in_Germany].

33 Eva Foos, Thomas Aenis et Julia Jahnke, Klima-Bildungsgärten (Klimawandel und Anpassung: Praxisleitfäden zur Kommunikation und Bildung für eine nachhaltige Entwicklung), Taschenbuch, 2015 ; ministère de la Culture, Direction générale des Patrimoines et l’Architecture, Actes de la Journée d’étude « Les jardins face au changement climatique », 2022 : https://www.coe.int/fr/web/herein-system/-/2022-gardens-facing-climate-change.

34 Lea Kliem et Miriam Kuhlmann, Reiche Ernte in Berliner und Stuttgarter Gärten. Ermittlung der Nahrungsmittelproduktion in Gemeinschaftsgärten, Kleingärten und auf Mietäckern in Berlin und Stuttgart (GartenLeistungen Arbeitsbericht), Berlin, Institut für ökologische Wirtschaftsforschung, 2022.

35 Christa Müller, Wurzeln schlagen, op. cit. ; Gisela Posch, Interkulturelle Gärten in Deutschland, op. cit.

36 Prof. Dr. Jesko Hirschfeld (dir.), Der Wert urbaner Gärten und Parks: Was Stadtgrün für die Gesellschaft leistet, Berlin, Institut für ökologische Wirtschaftsforschung GmbH, 2022.

37 Je tiens à remercier Kerstin Stelmacher pour sa contribution à l’histoire des Gemeinschaftsgärten de Berlin dont elle est un témoin direct.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Début de la saison au Kiezgarten (Berlin Prenzlauer Berg), avril 2011
Crédits Photographie de Kerstin Stelmacher
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4636/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Premier été du Allmende Kontor (Berlin Neukölln), août 2011
Crédits Photographie de Kerstin Stelmacher
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4636/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Ton Steine Gärten (Berlin Kreuzberg), 2022
Crédits Photographie de Kerstin Stelmacher
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4636/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Le 56 (Paris 20e), 2022
Crédits Photographie de Kerstin Stelmacher
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4636/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Le Trèfle d’Éole (Paris 18e), 2011
Crédits Graine de Jardins
URL http://journals.openedition.org/rgi/docannexe/image/4636/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Baudelet-Stelmacher, « Regard croisé sur les jardins partagés et les Urbane Gemeinschaftsgärten »Revue germanique internationale, 38 | 2023, 225-239.

Référence électronique

Laurence Baudelet-Stelmacher, « Regard croisé sur les jardins partagés et les Urbane Gemeinschaftsgärten »Revue germanique internationale [En ligne], 38 | 2023, mis en ligne le 27 octobre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/rgi/4636 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rgi.4636

Haut de page

Auteur

Laurence Baudelet-Stelmacher

Ethno-urbaniste, cofondatrice et directrice de projet pour l’association Graine de jardins, membre de la Commission nationale du patrimoine et de l’architecture, section parcs et jardins

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search