Navigation – Plan du site
Le XIXe siècle vu d’ailleurs

Les propriétaires d’esclaves britanniques sous la loupe des historiens

Fabrice Bensimon
p. 152-154

Texte intégral

1En 1833, lors de l’abolition de l’esclavage colonial, le Parlement britannique considéra que c’était à la nation d’en prendre en charge le coût pour les propriétaires. La somme colossale de 20 millions de livres, soit alors 40 % du budget de l’État, fut consacrée à ces indemnités. Les propriétaires devaient faire une demande en bonne et due forme, tandis qu’une commission vérifiait la propriété, le nombre et la valeur des différents esclaves, etc. Puis, si la demande était fondée, l’indemnité était versée. De cette bureaucratie, il est restée une archive publique, composée des demandes d’indemnisation et des registres de la commission. Depuis une dizaine d’années, plusieurs chercheurs travaillent sur cette source, dont l’exploitation est loin d’être achevée. Mais cette équipe, Legacies of British Slave-Ownership (LBS), basée à University College London et notamment animée par Nicholas Draper, Catherine Hall et Keith McClelland, diffuse maintenant sous plusieurs supports les premiers résultats de sa recherche.

2L’archive est muette sur les quelque 800 000 esclaves émancipés, dont ni le nom, ni l’âge, ni même le sexe ne sont mentionnés, mais elle indique les noms des propriétaires ou de leurs représentants. L’équipe de LBS a construit une base de données qui intègre l’identité des 47 000 bénéficiaires, et a ajouté des informations biographiques pour 3 000 d’entre eux. La base, disponible en ligne, permet de croiser les critères (nom, prénom, sexe, adresse, colonie, nombre d’esclaves, somme allouée, etc.). Destinée à être enrichie, elle permet déjà de documenter de façon significative cette population, où de tout petits propriétaires (un ou deux esclaves) côtoient des « absentee », vivant en Grande-Bretagne et possédant parfois plusieurs milliers d’esclaves dans différentes plantations. Alors qu’on pensait que les propriétaires étaient tous des hommes, il apparait que 40 % d’entre eux étaient des femmes, possédant en général quelques esclaves seulement.

  • 1 Catherine Hall, Keith McClelland, Nicholas Draper, Kate Donington et Rachel Lang, Legacies of Briti (...)

3L’ouvrage qui résume les principaux apports de cette entreprise collective est paru en 20141. C’est un livre sur la Grande-Bretagne et non sur ses colonies, sur les esclavagistes et non sur les esclaves. Il remet en cause un récit national selon lequel le pays a été un pionnier dans l’abolition, escamotant ainsi que des fortunes s’étaient construites sur cette institution. Par exemple, l’Oxford Dictionary of National Biography, véritable panthéon paru en 2004, compte des centaines de propriétaires dont le passé esclavagiste n’est pas même mentionné. Ce qui s’est passé en 1833 et dans les décennies suivantes doit amener à reconsidérer la société victorienne, soulignent les auteurs, qui étudient les héritages (legacies) de l’esclavage dans plusieurs dimensions.

  • 2 Eric Williams, Capitalisme et esclavage, Paris, Présence africaine, 1968 (1944).

4Réhabilitant la thèse marxiste de l’historien de Trinidad Eric Williams2, tout en la modifiant, l’ouvrage met ainsi en évidence les conséquences économiques de l’esclavage en Grande-Bretagne, sous la forme des compagnies commerciales (dont près de 200 à Londres bénéficient des indemnités), des banques de la City mais aussi provinciales, de la navigation et de l’assurance maritime, des avocats d’affaires, de la profession des comptables ou encore de la spéculation boursière. Il souligne l’omniprésence de l’argent de l’abolition dans deux secteurs clés de l’industrialisation : le coton et les chemins de fer, qui connaissent dans les années 1830 et 1840 un essor frénétique. L’expansion impériale vers l’Inde, mais aussi vers le Canada, l’Australie, ou encore dans l’empire informel (les mines sud-américaines), est aussi financée par les indemnités.

5De façon plus ou moins directe, l’esclavage contribue à la richesse des élites victoriennes : au cours des trois premiers quarts du XIXe siècle, environ 8 % des très riches sont des propriétaires d’esclaves, et la fortune de 7 à 10 % des autres provient plus ou moins directement de l’économie de plantation. Le cas de la famille Hibbert est particulièrement bien étudié. La façon dont ces bénéficiaires occupent les institutions de l’époque est examinée : Église anglicane, clubs, écoles, etc. Dans le domaine politique, les propriétaires jouent un rôle important, au sein de la Chambre des communes, où ils comptent une cinquantaine de membres dans les années 1830 ; nombreux chez les Tories, ils sont également présents chez les Whigs, voire chez les abolitionnistes, à l’instar de John Gladstone, père du futur Premier ministre William Ewart Gladstone, et indemnisé pour 2 508 esclaves.

6Enfin, l’ouvrage examine les héritages culturels et littéraires de l’abolition. Le dessein national est « reconfiguré », soulignent les auteurs, l’abolition étant présentée comme une décision morale « si désintéressée, si sublime » (Peel, p. 149). S’ils ont compris que l’esclavage n’était plus acceptable, les propriétaires entendent bien écrire une nouvelle histoire, qui non seulement préservera leur postérité, mais aussi leur ordre, en particulier par le maintien des hiérarchies raciales et sociales dans les espaces coloniaux. Des écrivains aussi divers que Frederick Marryat, Archibald Alison, Thomas -Carlyle, Charles Kingsley, Charlotte Brontë, Charles Kingsley, James Anthony Froude, Anthony Trollope ou Elizabeth Barrett Browning contribuent à cette nouvelle trame narrative.

  • 3 Legacies of British Slave-ownership, http://www.ucl.ac.uk/lbs
  • 4 Ce documentaire sera projeté à Paris jeudi 19 mai 2016, dans le cadre du séminaire franco-britanniq (...)

7La base est accessible au public depuis 20133. Un documentaire télévisé, « Britain’s Forgotten Slave Owners », réalisé par David Olusoga et diffusé sur BBC2 à une heure de grande écoute à l’été 2015 a accru l’impact de cette recherche auprès du grand public4. Les différents échos ainsi donnés à cette enquête suscitent de vastes débats. Les porteurs du projet ne sont pas dans une logique politique ou judiciaire, mais ils ont tenu à ce que les fruits de la recherche soient entièrement accessibles à tous. La base est utilisée pour établir des continuités entre l’argent de l’abolition et les patrimoines contemporains, par exemple celui de la famille du Premier ministre David Cameron. Les données rassemblées permettent aussi de renouveler de nombreux travaux d’histoire locale ou familiale. Aux Caraïbes, une demande de réparations est maintenant portée officiellement par quinze États, la Jamaïque en premier lieu. Le travail de l’équipe entre ainsi en résonance avec des dynamiques mémorielles, avec des développements qu’il est encore difficile de prévoir.

Haut de page

Notes

1 Catherine Hall, Keith McClelland, Nicholas Draper, Kate Donington et Rachel Lang, Legacies of British Slave-Ownership. Colonial Slavery and the Formation of Victorian Britain, Cambridge, Cambridge University Press, 2014. Nicholas Draper avait déjà publié The Price of Emancipation: Slave-ownership, compensation and British society at the end of slavery, Cambridge, Cambridge University Press, 2009. Cf. également Catherine Hall, Nicholas Draper and Keith McClelland (eds), Emancipation and the remaking of the British Imperial world, Manchester, Manchester University Press, 2014.

2 Eric Williams, Capitalisme et esclavage, Paris, Présence africaine, 1968 (1944).

3 Legacies of British Slave-ownership, http://www.ucl.ac.uk/lbs

4 Ce documentaire sera projeté à Paris jeudi 19 mai 2016, dans le cadre du séminaire franco-britannique d’histoire (http://sfbh.hypotheses.org).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Bensimon, « Les propriétaires d’esclaves britanniques sous la loupe des historiens », Revue d'histoire du XIXe siècle, 51 | 2015, 152-154.

Référence électronique

Fabrice Bensimon, « Les propriétaires d’esclaves britanniques sous la loupe des historiens », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 51 | 2015, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 13 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/4943 ; DOI : 10.4000/rh19.4943

Haut de page

Auteur

Fabrice Bensimon

Université Paris IV, Centre d’histoire du XIXe siècle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page