Navigation – Plan du site
Le XIXe siècle vu d’ailleurs

Écrire l’histoire du Maghreb au XIXe siècle

Claire Fredj
p. 153-156

Texte intégral

  • 1  Jean-Claude Caron, «  Le XIXe siècle existe-t-il  ? Réflexions sur la périodisation et sur la plac (...)
  • 2  Ce colloque s’est tenu dans le cadre des nombreux événements culturels et scientifiques associés a (...)

1« Le XIXe siècle existe-t-il ? »1. La question que Jean-Claude Caron posait en 1990 pour la France a traversé le colloque international organisé à Constantine du 28 février au 1er mars 2016, intitulé Le Maghreb au XIXesiècle, approches historiographiques comparées2, auquel ont participé près de cinquante intervenants, pour beaucoup doctorants, enseignants et chercheurs des universités algériennes, mais aussi de Tunisie, du Maroc, de Libye et de France.

  • 3  Jacques Le Goff, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches  ?, Paris, Seuil, 2014, p. 12. S (...)
  • 4  Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1993, p. 181 (194 (...)
  • 5  Jacques Le Goff, op. cit., p. 14.
  • 6  Alain Corbin, «  Le XIXe siècle ou la nécessité de l’assemblage  », in Alain Corbin et al. [dir.], (...)
  • 7Ibid., p. 158.
  • 8  Christophe Charle, La discordance des temps  : une brève histoire de la modernité, Paris, Armand C (...)
  • 9  Jacques Le Goff, op. cit., p. 190.

2Aucun découpage du temps n’est neutre et les justifications données à chacun dépendent du « sens et [de] la valeur » que ceux qui l’opèrent leur confèrent3. De surcroît, la « mode (…) d’autant plus envahissante (…) qu’elle est moins raisonnée »4 de compter par siècles s’est progressivement imposée. Devenu un « outil chronologique indispensable »5, le siècle ne répond pas à la même nécessité que la période. Pourtant, considérer, en France, en Europe, voire dans d’autres parties du monde, la cohérence en tant que période du XIXe siècle, « le premier à se désigner et à se représenter communément par un nombre ordinal »6, ne paraît pas sans fondement. En effet, les manières dont ce « siècle de plâtre »7 se pense et se dit, sont largement liées aux suites de la Révolution de 1789 et aux incertitudes inédites qui traversent une société à la recherche de nouveaux équilibres. Certes, l’entrée dans un nouveau rapport au temps et à l’individu – la modernité, ce « néologisme qui entendait rendre compte d’un changement de perception du rapport au temps »8, l’avènement d’un nouveau « régime d’historicité » qui fait entrer dans la période « contemporaine » - se fait selon des temporalités qui diffèrent en fonction des groupes considérés, une « discordance des temps » que l’historien se doit d’intégrer à sa réflexion. La périodisation, cependant, produit d’une culture et d’un savoir institutionnalisé, vaut pour des « domaines de civilisation limités »9. Christophe Charle fait commencer sa « brève histoire de la modernité » en 1830, date qui coïncide avec les prémices de la colonisation en Algérie. De facto, une partie de l’histoire de l’ancienne Régence est intégrée à l’histoire de la métropole. Est-ce à dire que le « XIXe siècle » constitue un cadre pertinent pour la compréhension des sociétés du Maghreb ? Jusqu’à quel point les bornes généralement acceptées d’un « long XIXe siècle » européen (1789-1914) ou celles, toutes aussi canoniques de la séquence 1815-1914, sont-elles adaptées à l’analyse d’un espace dont l’organisation politique, économique et sociale est elle-même à penser selon des temporalités qui varient suivant l’échelle géographique envisagée ?

  • 10 Hassan Remaoun, «  L’intervention institutionnelle et son impact sur la pratique historiographique (...)
  • 11  Hichem Abdessamad, «  La périodisation dans l’écriture de l’histoire du Maghreb. Le bricolage et l (...)
  • 12  Entretien avec Mohamed Lazhar Gharbi, professeur d’histoire à l’Université La Manouba-Tunis, Const (...)
  • 13  Fouad Soufi, «  En Algérie, l’histoire et sa pratique  », in Sami Bargaoui et Hassan Remaoun [dir. (...)
  • 14  Omar Carlier, «  L’espace et le temps dans la recomposition du lien social : l’Algérie de 1830 à 1 (...)
  • 15  Raphaëlle Branche, «  “Au temps de la France”. Identités collectives et situation coloniale en Alg (...)
  • 16  Hélène Blais, Claire Fredj, Emmanuelle Saada, «  Introduction  : Un long moment colonial : pour un (...)
  • 17  Hélène Blais, Claire Fredj, Sylvie Thénault [dir.], «  Désenclaver l’histoire de l’Algérie à la pé (...)

3Depuis plusieurs années maintenant, l’écriture de l’histoire du Maghreb et au Maghreb, ainsi que les usages politiques dont elle fait l’objet, suscitent une réflexion10 qui porte parfois plus spécifiquement sur les choix de périodisation à l’échelle régionale et/ou nationale11. Dans ces découpages, la fin du « passé islamique » (« Moyen-Âge » et époque ottomane) ou celle des « temps modernes » (allant du XVIe siècle jusqu’à la suppression ou mise sous tutelle des pouvoirs de Fès-Marrakech à Tripoli par les puissances européennes), s’étale entre 1830 et le début du XXe siècle. Pour les régences d’Alger et de Tunis, le XIXe siècle est celui de la colonisation. Alors que la période post-indépendance relèverait de « l’histoire immédiate », du moins en Tunisie12, l’histoire contemporaine au Maghreb est assimilée à l’histoire de la colonisation. Pour les historiens algériens en tous cas, l’histoire contemporaine débute ainsi « par cette curieuse et honteuse défaite de juin 1830 »13. Mais l’histoire du XIXe siècle est aussi présentée comme celle des résistances à ce processus, autant d’actions souvent vues, dans une perspective téléologique, comme l’annonce de la décolonisation qui marque le XXe siècle. À l’instar de son pendant glorifiant la geste coloniale, cette manière de présenter l’histoire du XIXe siècle – algérien – se coule aisément dans l’une des périodisations les plus utilisées, celle d’un siècle commençant en 1830 et s’achevant en 1930, année marquée par les célébrations… du centenaire de la conquête. C’est dans ce cadre performatif que la mise en place et le fonctionnement des institutions coloniales, ainsi que l’émergence de sociétés nouvelles par l’installation de populations allogènes, et les voies multiples de l’acculturation sont souvent analysés14. L’accent, cependant, commence à être mis sur la « pluralité de temporalités » qui se déploie au sein des sociétés coloniales et « dont l’identification par l’historien contribue à complexifier la situation coloniale »15. Les travaux sur les premières décennies de la colonisation française en Algérie sont maintenant nombreux, donnant à voir plusieurs aspects du phénomène colonial, ses déclinaisons multiples, ses limites16. Ils s’enrichissent régulièrement d’interrogations nouvelles, portant notamment la nécessité de penser les territoires à différentes échelles, de manière à mettre au jour des connexions régionales, impériales ou autres17.

4Penser le Maghreb au XIXe siècle, c’est avant tout penser le Maghreb colonisé, et ce d’autant plus que le tropisme algérien de la recherche sur ce terrain, en France comme ailleurs, demeure fort, ce dont la rencontre de Constantine a largement témoigné. Les communications, courtes, en arabe et en français, traduites de manière simultanée, se sont succédé à un rythme rapide. Plusieurs générations d’historiens, formés tant au Maghreb qu’en France, ont ainsi pu échanger avec un public nombreux, étudiants ou non, témoignant par ses questions des attentes sociales que suscite l’histoire en Algérie. Toutes les interventions n’étaient pas d’un niveau égal mais l’ensemble – dont il n’est pas possible ici de détailler le contenu – permet d’avoir un aperçu de certains des thèmes qui structurent la recherche sur le Maghreb de part et d’autre de la Méditerranée et des évolutions en cours  : il a été beaucoup question des effets de l’occupation, de colonisation foncière et agricole (villages de colonisation, cultures, exploitation du sol), de maintien de l’ordre, urbain et rural, d’insurrection et de répression, d’encadrement administratif et fiscal des populations, des modes de production, des circuits économiques. D’autres communications ont porté sur les élites musulmanes, « traditionnelles » et réformistes, leur manière d’envisager les évolutions politiques en cours, leur rapport à ce qui peut être vue comme une « modernité » importée. Les communications présentées sur les Maghrébins installés ou circulant en Egypte et dans l’empire Ottoman soulignent la fécondité qu’il y a à explorer les liens transversaux reliant le Maghreb et le Levant, hérités des siècles précédents.

  • 18  Isabelle Grangaud, «  Un point de vue local sur le milieu du XIXe siècle. À propos d’historiens de (...)
  • 19  Isabelle Grangaud et M’hamed Oualdi, «  Tout est-il colonial dans le Maghreb  ? Ce que les travaux (...)

5En effet, tout est-il colonial dans le Maghreb du XIXe siècle ? Si l’on considère les débuts de la colonisation, un tiers du XIXe siècle algérien ne l’est pas et les deux tiers du XIXe siècle tunisien non plus. Si plusieurs interventions ont eu pour objet les réformes de l’administration beylicale en Tunisie avant 1881, — voire au Maroc —, les premières décennies du siècle en Algérie n’ont guère suscité de propositions. Or, si l’histoire coloniale a surtout été vue sous l’angle de la tabula rasa, les continuités « que malmènent ou occultent les coupures chronologiques »18 n’en existent pas moins. Afin d’envisager autrement le cadre colonial, explorer d’autres rapports au temps et à l’histoire au Maghreb, capter d’autres cohérences, Isabelle Grangaud et M’hamed Oualdi ont récemment montré combien les travaux sur la période moderne pouvaient aider à retrouver les « dynamiques historiques au long cours » qui structurent les sociétés locales afin de réévaluer les domaines d’actions parfois autonomes des sujets coloniaux, révélateurs de la persistance de pratiques et de droits locaux. Les pistes qu’ils appellent à ouvrir contribueraient non seulement au « désenclavement du colonial mais aussi à reconsidérer la place du colonial dans l’histoire du Maghreb »19.

Haut de page

Notes

1  Jean-Claude Caron, «  Le XIXe siècle existe-t-il  ? Réflexions sur la périodisation et sur la place du XIXe siècle dans l’historiographie actuelle  », in Olivier Dumoulin et Raphaël Valéry [dir.], Périodes. La construction du temps historique, Paris, EHESS-Histoire au présent, 1990, p. 115-122.

2  Ce colloque s’est tenu dans le cadre des nombreux événements culturels et scientifiques associés au programme «  Constantine, capitale de la culture arabe 2015  », désignée comme telle par l’Arab League Educational, Cultural and Scientific Organization (ALECSO), agence mise en place par la Ligue arabe en 1970. La rencontre était organisée par Slimane Hachi, directeur du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH, Alger), Fatima-Zohra Guechi, professeure d’histoire moderne et contemporaine à l’Université Mentouri (Constantine) et Kamel Chachoua, chargé de recherches au CNRS-Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM, Aix-en-Provence).

3  Jacques Le Goff, Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches  ?, Paris, Seuil, 2014, p. 12. Sur ces questions, voir Daniel S. Milo, Trahir le temps (histoire), Paris, Les Belles Lettres, 1991.

4  Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1993, p. 181 (1949).

5  Jacques Le Goff, op. cit., p. 14.

6  Alain Corbin, «  Le XIXe siècle ou la nécessité de l’assemblage  », in Alain Corbin et al. [dir.], L’invention du XIXe siècle, Paris, Klincksieck-Presses de la Sorbonne nouvelle, 1999, p. 153-159, p. 153.

7Ibid., p. 158.

8  Christophe Charle, La discordance des temps  : une brève histoire de la modernité, Paris, Armand Colin, 2011, p. 17.

9  Jacques Le Goff, op. cit., p. 190.

10 Hassan Remaoun, «  L’intervention institutionnelle et son impact sur la pratique historiographique en Algérie  : la politique d’“Ecriture et de Réécriture de l’histoire”, tendances et contre-tendances  », Insaniyat, n°  19-20, 2003, p. 7-40  ; Sami Bargaoui et Hassan Remaoun [dir.], Savoirs historiques au Maghreb, Oran, CRASC, 2006  ; Karima Dirèche, Fabriquer de l’histoire et créer du sens. Enjeux mémoriels et affirmations identitaires dans l’Algérie d’aujourd’hui, HDR, Aix-en-Provence, 2012  ; Noureddine Amara, Candice Raymond et Jihane Sfeir, «  Présentation  : Écritures historiennes du Maghreb et du Machrek. Approches critiques  », NAQD 2/2014 (Hors-série 3), p. 5-16  ; Isabelle Grangaud, Alain Messaoudi et M’hamed Oualdi, «  Histoire en révolution : besoins, revendications, narrations  », L’Année du Maghreb, n°  10, 2014, p. 9-16.

11  Hichem Abdessamad, «  La périodisation dans l’écriture de l’histoire du Maghreb. Le bricolage et la patience  », in Fatma Ben Slimane et Hichem Abdessamad [dir.], La périodisation dans l’écriture de l’histoire du Maghreb, Tunis, Arabesques, 2010, p. 135-148

12  Entretien avec Mohamed Lazhar Gharbi, professeur d’histoire à l’Université La Manouba-Tunis, Constantine, 29 février 2016.

13  Fouad Soufi, «  En Algérie, l’histoire et sa pratique  », in Sami Bargaoui et Hassan Remaoun [dir.], Savoirs historiques au Maghreb, Oran, CRASC, 2006, p. 123-145, p. 128.

14  Omar Carlier, «  L’espace et le temps dans la recomposition du lien social : l’Algérie de 1830 à 1930  », in Jocelyne Dakhlia [dir.], Urbanité arabe. Hommage à Bernard Lepetit, Arles, Sindbad-Actes Sud, 1998, p. 149-224.

15  Raphaëlle Branche, «  “Au temps de la France”. Identités collectives et situation coloniale en Algérie  », Vingtième siècle, revue d’histoire, n°  117, janvier-mars 2013, p. 199-213, p. 199.

16  Hélène Blais, Claire Fredj, Emmanuelle Saada, «  Introduction  : Un long moment colonial : pour une histoire de l’Algérie au XIXe siècle  », Revue d’histoire du XIXe siècle, n°  41, 2010, p. 7-24.

17  Hélène Blais, Claire Fredj, Sylvie Thénault [dir.], «  Désenclaver l’histoire de l’Algérie à la période coloniale  », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2016 (à paraître).

18  Isabelle Grangaud, «  Un point de vue local sur le milieu du XIXe siècle. À propos d’historiens de la conquête  », Insaniyat, n°  19-20, 2003, p. 97-115, p. 98.

19  Isabelle Grangaud et M’hamed Oualdi, «  Tout est-il colonial dans le Maghreb  ? Ce que les travaux des historiens modernistes peuvent apporter  », L’Année du Maghreb, n°  10, 2014, p. 233-254, p. 254.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Fredj, « Écrire l’histoire du Maghreb au XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 52 | 2016, 153-156.

Référence électronique

Claire Fredj, « Écrire l’histoire du Maghreb au XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 52 | 2016, mis en ligne le 01 juin 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5001 ; DOI : 10.4000/rh19.5001

Haut de page

Auteur

Claire Fredj

Claire Fredj, Université de Paris Ouest-Nanterre La Défense/IDHES

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page