Navigation – Plan du site
Dossier

Vers l’« éducation universelle »

La Société pour l’instruction élémentaire, un pôle de la circulation transnationale des savoirs pédagogiques (1815-1833)
Toward “Universal Education”: the Société pour l’instruction élémentaire as a Hub for Transnational Circulation of Pedagogical Knowledge (1815-1833)
Auf dem Weg zur “universalen Bildung”. Die Société pour l’instruction élémentaire, ein Knotenpunkt der transnationalen Zirkulation pädagogischen Wissens (1815-1833)
Caroline Fayolle
p. 27-42

Résumés

Fondée en 1815, la Société pour l’instruction élémentaire (SIE), qui réunit des philanthropes et des savants, défend un modèle libéral d’éducation des pauvres. Ce réseau de sociabilité cherche à réformer les écoles du peuple françaises en diffusant de nouvelles méthodes pédagogiques élaborées en Europe, notamment l’enseignement mutuel. Son objectif est aussi d’œuvrer à leur exportation dans différentes régions du monde afin de soutenir « la grande cause de l’éducation universelle ». Pour cela, la SIE constitue un réseau de pédagogues européens et entreprend des voyages d’observation dans des écoles étrangères. Cet article se propose d’analyser le rôle des acteurs de la SIE dans la circulation transnationale des savoirs pédagogiques dans un contexte où l’éducation des pauvres cristallise des antagonismes politiques. Il interroge également les définitions conflictuelles de la notion de civilisation qui est alors au cœur du projet d’« éducation universelle ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Constituer des réseaux transnationaux d’experts de l’éducation populaire
Un réseau de sociétés philanthropiques
Un réseau de correspondants étrangers
Les voyages d’observation pédagogique
Perfectionner l’enseignement mutuel. Les voyages en Angleterre
Deux passeurs des pédagogies nouvelles : Marc-Antoine Jullien et Charles-Philibert de Lasteyrie
Exporter les « bienfaits de la civilisation »
L’universalisme de la perfectibilité
Les degrés de « civilisation »

Aperçu du début du texte

Lors de l’assemblée générale de la Société pour l’instruction élémentaire du 15  mai 1829, son secrétaire Charles Renouard déclare : « Notre Société est fille de la paix. Contemporaine de la Restauration, elle est née au moment où les communications, rouvertes entre les peuples, leur ont permis de s’entraider pour marcher de concert dans les voies de la civilisation ». La Société pour l’instruction élémentaire (SIE) est fondée le 17  juin 1815 par le baron de Gérando, Charles-Philibert de Lasteyrie et Alexandre de Laborde, philanthropes de la nébuleuse libérale, afin de réformer et développer les écoles destinées aux pauvres. De sa création en 1815 à la monarchie de Juillet, elle propose un modèle éducatif libéral qui s’oppose à la fois à la mainmise des congrégations sur l’enseignement et à l’instauration d’un système scolaire placé sous l’égide de l’État. Financée par souscriptions, la SIE compte dès ses débuts plusieurs centaines de membres (641 en 1816). Après une baisse qui s’a...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Fayolle, « Vers l’« éducation universelle » », Revue d'histoire du XIXe siècle, 55 | 2017, 27-42.

Référence électronique

Caroline Fayolle, « Vers l’« éducation universelle » », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 55 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5320 ; DOI : 10.4000/rh19.5320

Haut de page

Auteur

Caroline Fayolle

Caroline Fayolle est maîtresse de conférences en histoire à l’université de Montpellier et rattachée au laboratoire LIRDEF.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page