Navigation – Plan du site
Dossier

École du peuple et scolarisation post-élémentaire

Les débuts de l’école primaire supérieure fondée par la ville de Paris (1839-1852)
Post-elementary Education for the Lower Classes. The Beginnings of Paris’s First Higher Primary School (1839-1852)
Post-elementare Schulbildung für die einfache Bevölkerung. Die Anfäng der ersten höheren Primarschule von Paris (1839-1852)
Renaud d’Enfert
p. 43-57

Résumés

Créées en application de la loi Guizot de 1833, les écoles primaires supérieures forment sous la monarchie de Juillet le second degré de l’école du peuple que constitue alors l’ordre primaire. À Paris, une école primaire supérieure (de garçons) est ouverte en 1839 par la municipalité, dont l’objectif principal est de préparer ses élèves à entrer dans les métiers de l’industrie et du commerce. Fondé principalement sur les archives de l’établissement ainsi que sur divers rapports et écrits publiés sous la monarchie de Juillet, l’article étudie les conditions de sa création, de son fonctionnement et de son recrutement, ainsi que le modèle pédagogique et les enseignements mis en place par son premier directeur sous l’autorité du Comité central d’instruction primaire de Paris. Il montre que si, du fait de la durée et du coût des études, l’établissement est surtout investi par la frange supérieure des classes populaires et une petite voire moyenne bourgeoise économique, celui-ci se situe bien davantage du côté de l’école du peuple que de celle des élites sociales, tant du point de vue socioprofessionnel que du point de vue des enseignements dispensés.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

Une école au cœur du Paris industriel
Un modèle pédagogique hybride, des connaissances « pratiques et positives »
Mutuel ou simultané ?
Un enseignement ambitieux, centré sur les sciences et leurs applications

Aperçu du début du texte

En créant l’enseignement primaire supérieur, la loi Guizot du 28 juin 1833 tranche, au moins provisoirement, la question débattue depuis les années 1820 de l’organisation d’un enseignement post-élémentaire sans latin et privilégiant les connaissances pratiques et utiles, intermédiaire entre « le modeste enseignement des écoles ouvertes à l’enfance, et les collèges consacrés aux hautes études » : plutôt que d’en faire une branche de l’instruction secondaire parallèle aux études classiques, à l’instar des « cours spéciaux » des collèges, le législateur a choisi d’en faire le prolongement de l’instruction primaire, dont il doit constituer le deuxième degré. Prévues dans les chefs-lieux de département et les villes de plus de six mille habitants, les écoles primaires supérieures visent ainsi « une partie très nombreuse de la nation qui, sans jouir des avantages de la fortune, n’est pas non plus réduite à une gêne trop sévère », à qui il s’agit de donner « une culture un peu plus relevée...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud d’Enfert, « École du peuple et scolarisation post-élémentaire », Revue d'histoire du XIXe siècle, 55 | 2017, 43-57.

Référence électronique

Renaud d’Enfert, « École du peuple et scolarisation post-élémentaire », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 55 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2019, consulté le 22 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5322 ; DOI : 10.4000/rh19.5322

Haut de page

Auteur

Renaud d’Enfert

Renaud d’Enfert est professeur en sciences de l’éducation à l’université de Picardie Jules Verne, CURAPP-ESS

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page