Navigation – Plan du site
Dossier

1848 : un éphémère printemps de l’école du peuple ?

La République, l’Instruction publique et les instituteurs (février 1848-mars 1850)
1848: a Short-lived Spring for the School of People? The French Republic, Public Instruction and Primary School Teachers (February 1848-March 1850)
1848: ein kurzer Frühling für die Volksschule? Die Französische Republik, das öffentliche Schulwesen und die Primarschullehrer (Februar 1848 – März 1850)
Jean-François Condette
p. 75-92

Résumés

La proclamation de la Seconde République marque l’arrivée au ministère de l’Instruction publique d’Hippolyte Carnot, qui reste peu de temps à ce poste (24 février 1848-5 juillet 1848), étant victime de la réaction conservatrice qui suit les journées révolutionnaires de juin. Il tente de développer l’école du peuple en préparant une loi scolaire qui doit décider de la gratuité et de l’obligation, tout en améliorant le sort des maîtres et en se souciant de l’éducation des adultes. Il demande aussi aux enseignants de se transformer en médiateurs républicains pour convaincre les Français des bienfaits du régime et faire en sorte qu’ils votent pour les républicains aux élections désormais opérées au suffrage universel masculin. Recevant de nombreuses circulaires, disposant de catéchismes républicains, les instituteurs sont appelés à sortir de leur réserve, eux qui sont traditionnellement placés sous l’étroite tutelle des autorités locales et religieuses. L’article, par quelques études de cas, tente de mesurer le degré d’adhésion des enseignants à ces projets puis de mesurer les conséquences de leur possible engagement, une fois Carnot renversé, alors que le parti de l’Ordre rappelle les maîtres à leur devoir de soumission, n’hésitant pas à lancer une forte épuration qu’incarnent la loi de Parieu du 11 janvier 1850 puis la loi Falloux du 15 mars 1850.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La révolution au service de l’école du peuple : projets et réalisations d’Hippolyte Carnot (février-juillet 1848)
Républicaniser les relais administratifs de l’École
Le projet scolaire d’Hippolyte Carnot : instruire les enfants du peuple
La nécessité de l’éducation des adultes du peuple
L’école pour enraciner la république dans le peuple (24  février- 5 juillet 1848)
Des intercesseurs républicains : éclairer le suffrage universel masculin
Les outils pédagogiques de la conversion : les catéchismes républicains
La diffusion des catéchismes auprès des maîtres de l’école du peuple
Un précoce hiver pour l’école du peuple et ses maîtres (juillet 1848-mars 1850)
Vers la  « petite loi Falloux » : surveiller l’école du peuple et ses maîtres
Deux récits d’une épuration d’enfants du peuple devenus maîtres républicains
De la petite à la grande loi Falloux : museler l’école du peuple

Aperçu du début du texte

Rédigeant à chaud un habile plaidoyer de 68 pages, qui justifie son action dans ce « grand conflit qui s’élève entre le principe d’autorité et celui de liberté », Hippolyte Carnot, éphémère ministre de l’Instruction publique et des cultes (24 février 1848-5 juillet 1848), insiste sur sa volonté de développer l’école du peuple au nom de l’égalité et sur l’urgence de former un citoyen éclairé pour la République :

« J’ai vu, dans chaque village, deux hommes admirablement placés pour favoriser ce résultat, deux hommes qui vivent de la vie du peuple, qui partagent ses sentiments et ses intérêts, et qui, en même temps, possèdent un degré de lumières supérieur au niveau des masses. Ces deux hommes, ce sont le curé et le maître d’école […]. Comme ministre des Cultes, il ne m’était pas permis de parler aux curés autrement que par l’intermédiaire des évêques : c’est ce que j’ai fait […]. Comme ministre de l’Instruction publique, mes droits étaient plus étendus. J’en ai usé ; je me suis adressé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Condette, « 1848 : un éphémère printemps de l’école du peuple ? », Revue d'histoire du XIXe siècle, 55 | 2017, 75-92.

Référence électronique

Jean-François Condette, « 1848 : un éphémère printemps de l’école du peuple ? », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 55 | 2017, mis en ligne le 02 décembre 2019, consulté le 20 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5325 ; DOI : 10.4000/rh19.5325

Haut de page

Auteur

Jean-François Condette

Jean-François Condette est professeur d’histoire contemporaine à la COMUE-Lille-Nord-de-France et membre du Laboratoire CREHS de l’Université d’Artois.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page