Navigation – Plan du site
Dossier

Congrégations féminines et « éducation populaire » : l’exemple des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul avant les lois Ferry

Women’s Religious Orders and Popular Education: The Case of the Sisters of St Vincent de Paul before the Jules Ferry Laws
Frauenkongregationen und Volkserziehung: das Beispiel der Schwestern von Saint-Vincent-de-Paul in der Zeit vor den Ferry-Gesetzen
Matthieu Brejon de Lavergnée
p. 93-107

Résumés

L’histoire de l’éducation comme l’histoire religieuse ont privilégié aussi bien la période postérieure à 1880 que, pour les filles, l’enseignement secondaire. Or les congrégations féminines ont joué un rôle clef dans la scolarisation des jeunes filles des milieux populaires, en ville comme à la campagne, à travers écoles, crèches, salles d’asile, orphelinats et ouvroirs. Cet article se propose de contribuer à l’histoire de la professionnalisation de l’enseignement au féminin en considérant les «  bonnes sœurs  » qui forment l’essentiel des effectifs des institutrices, publiques comme privées. L’exemple des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul, principale congrégation à supérieure générale au XIXe siècle, offre une porte d’entrée privilégiée dans cet univers méconnu. Une attention particulière est portée aux carrières enseignantes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La grande fabrique des enseignantes
Dispositifs assistantiels et éducatifs des filles de la charité
Carrières religieuses/professionnelles
Compétences
Apprentissages
Carrières

Aperçu du début du texte

Si l’historiographie de l’école républicaine a contribué à invisibiliser les réalisations antérieures aux lois Ferry, l’histoire religieuse s’est également concentrée sur la période qu’encadrent les décrets du 29 mars 1880 et la loi du 7 juillet 1904 : « L’enseignement de tout ordre et de toute nature est interdit en France aux congrégations ». Les républicains signaient la mort de l’école congréganiste, mais non pas de l’école catholique qui se réorganise avec un personnel laïque et sous tutelle diocésaine. En amont, les travaux des historiens de l’éducation à l’époque moderne révélaient le rôle de l’Église catholique dans l’alphabétisation des milieux populaires, portée par la dynamique issue du concile de Trente et plus largement de la « confessionnalisation » selon laquelle il ne suffit pas de croire, il faut encore connaître les vérités de la foi pour être sauvé. Bien que la politique religieuse de la Révolution française désorganise une bonne partie du dispositif, celui-ci se ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthieu Brejon de Lavergnée, « Congrégations féminines et « éducation populaire » : l’exemple des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul avant les lois Ferry », Revue d'histoire du XIXe siècle, 55 | 2017, 93-107.

Référence électronique

Matthieu Brejon de Lavergnée, « Congrégations féminines et « éducation populaire » : l’exemple des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul avant les lois Ferry », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 55 | 2017, mis en ligne le 02 décembre 2019, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5327 ; DOI : 10.4000/rh19.5327

Haut de page

Auteur

Matthieu Brejon de Lavergnée

Matthieu Brejon de Lavergnée est maître de conférences – HDR en histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne, membre du Centre d’histoire du XIXesiècle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page