Navigation – Plan du site
Dossier

Quelles écoles professionnelles pour les jeunes filles pauvres ?

Débats et réalisations en Algérie et en France métropolitaine (années 1860)
Gendered Debates about Vocational Schools for Poor Girls: Institutional Realities in Algeria and Metropolitan France in the 1860s
Welche Art von Berufsschule für mittellose Mädchen? Debatten und Realitäten in Algerien und Metropolitan-Frankreich in den 1860er-Jahren
Rebecca Rogers
p. 109-123

Résumés

Cet article s’intéresse à la diversité des initiatives qui voient le jour dans les années 1860 autour de l’éducation et de la formation des jeunes filles pauvres en Algérie et en métropole. En étudiant ensemble, des sociétés saint-simoniennes, des ouvroirs catholiques, des établissements scolaires qui se dotent d’ateliers d’apprentissage et des écoles plus professionnelles, il met en évidence l’émergence d’un discours largement partagé, par delà les divergences idéologiques, sur le besoin de formation professionnelle pour les femmes. En Algérie, l’école-ouvroir de Mme Luce sert d’exemple à d’autres écoles coloniales qui cherchent à modifier les rapports de genre au sein de la société autochtone. En France, des établissements similaires sont portés par des congrégations enseignantes avec des visées plus moralisatrices. Si l’historiographie a surtout retenu la création de la saint-simonienne Élisa Lemonnier – la Société professionnelle de l’éducation des femmes –, l’article montre la multiplicité des écoles visant à préparer les filles de milieux pauvres au travail comme en témoigne la commission d’enquête sur l’enseignement professionnel en 1863-1864. En démêlant discours publics des pratiques scolaires sur le terrain, l’article met à jour ce qui se joue dans ces différents établissements en terme de classe, « race » et genre pour les femmes concernées, adultes et adolescentes, françaises et autochtones.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

L’Algérie : laboratoire pédagogique pour former les jeunes filles « indigènes »
Entre école et ouvroir : un modèle catholique renouvelé ?
Les leçons de l’enquête professionnelle de 1863-1864 : les « nouvelles » formations professionnelles pour jeunes filles

Aperçu du début du texte

Par cette description de l’éducation proposée aux jeunes filles arabes à Alger, Barbara Bodichon, l’une des féministes anglaises les plus renommées de son époque, cherche à faire connaître l’œuvre « coloniale » de Madame Luce. Son récit, relayé ensuite par le premier mensuel féministe britannique, The English Woman’s Journal, rend régulièrement compte des activités françaises en matière d’émancipation féminine. Le cas de l’école-ouvroir de Mme Luce à Alger intrigue particulièrement puisque le journal le mentionne à sept reprises entre 1859 et 1862. Mais l’intérêt des féministes anglaises porte sur bien d’autres institutions qui proposent une formation professionnelle aux femmes démunies alors même que celles-ci sont peu associées en France aux combats féministes. Dans les articles du « correspondant français », on croise la Société professionnelle de l’éducation des femmes de la saint-simonienne Élisa Lemonnier, mais aussi les établissements de la Légion d’honneur, ou l’école munici...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rebecca Rogers, « Quelles écoles professionnelles pour les jeunes filles pauvres ? », Revue d'histoire du XIXe siècle, 55 | 2017, 109-123.

Référence électronique

Rebecca Rogers, « Quelles écoles professionnelles pour les jeunes filles pauvres ? », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 55 | 2017, mis en ligne le 02 décembre 2019, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5329 ; DOI : 10.4000/rh19.5329

Haut de page

Auteur

Rebecca Rogers

Rebecca Rogers est professeure en histoire de l’éducation à l’université Paris Descartes – Centre de recherche sur les liens sociaux (CERLIS).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page