Navigation – Plan du site
Document

Le « traité Lorain » : traduction littéraire et naissance du capitalisme d’édition au milieu du XIXe siècle

The “Lorain contract”: literary translation and the birth of a publishing capitalism in the mid-nineteenth century
Der “Lorain-Vertrag”: literatrische Übersetzung und der Beginn des Verlagskapitalismus in der Mitte des 19. Jahrhunderts
Frédéric Weinmann et Blaise Wilfert-Portal
p. 155-167

Résumés

L’accord du 9 avril 1856 par lequel Louis Hachette confie à l’ancien inspecteur de l’enseignement primaire Paul Lorain la traduction des œuvres complètes de Charles Dickens n’est pas seulement le premier contrat de ce type en France, mais relève d’une ambitieuse stratégie visant à transformer cette maison d’édition scolaire et universitaire en un éditeur de littérature générale beaucoup plus important. Un décret-loi du 28 mars 1852 ayant garanti aux auteurs étrangers les mêmes droits qu’aux auteurs français, Hachette réussit à négocier avec Dickens le droit exclusif de traduire ses œuvres en français. Cependant, pour assurer l’énorme investissement qu’une telle entreprise suppose, il introduit aussi une forme de contrat complètement nouvelle avec les traducteurs dont les droits sont désormais partiellement reconnus, mais qui doivent en revanche s’engager quant à la qualité de leur travail, c’est-à-dire s’engager à respecter les principes de traduction reconnus par l’Université au XIXe siècle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La campagne Dickens et l’invention d’une maison d’édition littéraire
Un rêve d’éditeur : la traduction comme processus industriel
Un rêve d’auteur : la traduction autorisée

Aperçu du début du texte

Le 9 avril 1856, Louis Hachette passait un accord avec un de ses anciens condisciples à l’École normale supérieure, Paul Lorain, alors âgé de 57 ans, agrégé de lettres classiques et ancien inspecteur de l’enseignement primaire, qui avait été la cheville ouvrière de la réforme Guizot et avait en outre déjà publié quelques ouvrages chez son ami éditeur. Cette convention ayant pour objet la traduction des œuvres complètes de Charles Dickens (nous l’appellerons désormais le « traité Lorain ») a été conservée jusqu’à aujourd’hui dans les archives de la maison Hachette, déposées en 2006 à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC). Au premier abord, ce contrat peut sembler technique et d’un intérêt limité aux études d’histoire de la traduction littéraire, dans la mesure où il se contente de décrire par le menu la procédure que devait suivre le mandaté pour traduire ou faire traduire les œuvres du romancier anglais. En réalité, c’est un document d’un intérêt majeur : pour commen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Weinmann et Blaise Wilfert-Portal, « Le « traité Lorain » : traduction littéraire et naissance du capitalisme d’édition au milieu du XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 55 | 2017, 155-167.

Référence électronique

Frédéric Weinmann et Blaise Wilfert-Portal, « Le « traité Lorain » : traduction littéraire et naissance du capitalisme d’édition au milieu du XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 55 | 2017, mis en ligne le 02 décembre 2019, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5339 ; DOI : 10.4000/rh19.5339

Haut de page

Auteurs

Frédéric Weinmann

Frédéric Weinmann est docteur habilité en littérature comparée, CPGE lycée Hélène Boucher (Paris)

Blaise Wilfert-Portal

Blaise Wilfert-Portal est maître de conférences à l’École normale supérieure – Paris Sciences et lettres

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page