Navigation – Plan du site
Varia

Du bon usage de la randonnée

L’émergence du mouvement excursionniste en Alsace sous le Second Empire
The proper use of excursions. The emergence of the excursionist movement in Alsace under the Second Empire
Richtig Wandern. Die Entstehung der elsässischen Wanderbewegung in der Zeit des Zweiten Kaiserreichs
Sébastien Stumpp
p. 189-205

Résumés

L’excursion en montagne gagne progressivement en légitimité en France dans la seconde moitié du XIXe siècle. Elle se structure sous le Second Empire autour d’une multitude d’associations (sociétés savantes, de loisirs et gymniques) qui en font un référent obligatoire. C’est notamment le cas en Alsace, territoire où « l’esprit d’association » est particulièrement développé. L’objet de cette contribution est de montrer que les regroupements locaux vont diversement appréhender l’activité pédestre, accentuant ses dimensions savantes, touristique ou roborative. En même temps, nous verrons qu’ils contribuent communément à échafauder un nouvel « habitus du randonneur urbain » local ; synthèse originale entre morale helvético-protestante, romantisme allemand et modèle touristique anglais d’un côté, nouveau « sentiment de soi » de l’autre. Ils jettent en cela les bases d’un vaste mouvement excursionniste préparant le succès, après la guerre franco-prussienne et l’annexion de l’Alsace au Reich wilhelminien, du Vogesenklub (Club Vosgien).

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2021.
Consulter cet article

Plan

La diversité des usages excursionnistes
L’excursion savante
L’excursion « de pâturage »
L’excursion du peuple
De nouveaux usages de la montagne
Une triple filiation
Eveiller les sens du touriste alsacien
De la sociéte alsato-vosgienne au Vogesenklub

Aperçu du début du texte

Le XIXe siècle correspond à une profonde mutation du regard posé sur la montagne. Cet espace, longtemps jugé malfamé, sauvage et terrorisant, devient le terrain de jeu des élites européennes. Dans ce cadre, la pratique « aristocratique et héroïque » des alpinistes, dont les prouesses entretiennent le mythe prométhéen du « surhomme », côtoie celle « plus paisible » des excursionnistes, qui envisagent une « appropriation raisonnée de la montagne ». Si l’opinion publique retient surtout les exploits des premiers, c’est bien la seconde modalité qui gagne le plus grand nombre d’adeptes, à la fois parce qu’elle demande un moindre engagement physique mais aussi parce qu’elle ouvre l’accès aux nombreux massifs de moyenne montagne. En France, cette pratique de l’excursion n’a, de prime abord, rien de révolutionnaire si l’on juge de l’intérêt séculaire pour les promenades (hygiénique, d’observation, pédagogique, de flânerie) et les pèlerinages. Il y a pourtant chez les excursionnistes quelque...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Stumpp, « Du bon usage de la randonnée », Revue d'histoire du XIXe siècle, 55 | 2017, 189-205.

Référence électronique

Sébastien Stumpp, « Du bon usage de la randonnée », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 55 | 2017, mis en ligne le 02 décembre 2019, consulté le 18 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5344 ; DOI : 10.4000/rh19.5344

Haut de page

Auteur

Sébastien Stumpp

Sébastien Stumpp est maître de conférences au Département Staps de Rodez (Institut National Universitaire Jean-François Champollion), et membre du Centre de recherches sciences sociales, sports et corps (CRESCO), Université Toulouse 3.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page