Navigation – Plan du site
Lectures

Michael J. TURNER, Radicalism and Reputation. The Career of Bronterre O’Brien

East Lansing, Michigan State University Press, 2017
Fabrice Bensimon
p. 223-225
Référence(s) :

Michael J. TURNER, Radicalism and Reputation. The Career of Bronterre O’Brien, East Lansing, Michigan State University Press, 2017.

Texte intégral

  • 1  La précédente était celle d’Alfred Plummer, Bronterre: A Political Biography of Bronterre O’Brien, (...)

1Chaque année au mois de juin, la « Connolly Asssociation », une organisation de la gauche irlandaise, se rassemble dans un cimetière au nord de Londres autour d’un discours à la mémoire de Bronterre O’Brien. La mémoire d’une figure du chartisme est ainsi entretenue, alors que le nom de « Bronterre » n’est associé à aucun événement important, ni à aucun ouvrage toujours édité. C’est que celui qu’on a surnommé « l’instituteur du chartisme » est une figure originale, aujourd’hui méconnue mais influente en son temps, à laquelle l’historien américain Michael J. Turner consacre une nouvelle biographie1.

2James O’Brien nait en Irlande en 1804. Après une formation de juriste, il émigre en 1830 en Grande-Bretagne, où il vit jusqu’à sa mort en 1864. Bientôt engagé aux côtés des radicaux comme Henry Hunt et William Cobbett, « Bronterre » (un surnom, qui signifie « le chagrin de la terre ») devient le rédacteur en chef d’un des journaux ouvriers britanniques les plus célèbres, le Poor Man’s Guardian (1831-1834), engagé dans la lutte contre les « taxes sur le savoir », ces timbres fiscaux qui entravent la presse populaire. O’Brien est ensuite un des dirigeants du mouvement chartiste qui émerge en 1837-1838, un de ses rédacteurs les plus prolifiques, un de ses orateurs les plus populaires. Il développe un certain nombre d’idées originales pour la nationalisation des terres et du système monétaire, et pour un crédit accessible à tous. En conflit avec le principal dirigeant Feargus O’Connor, il s’oppose également aux partisans de la « force physique », et à tout soulèvement violent. Après 1848 et le déclin du mouvement, il continue de développer ses idées, dans des organisations au rayonnement souvent limité, comme la National Reform League lancée en 1849, puis la National Political Union fondée en 1858. Il conteste la guerre de Crimée et pourfend la politique étrangère de Palmerston, qu’il tente de défier lors d’une élection parlementaire en 1857. O’Brien vit alors de cours donnés à Londres à l’Eclectic Institution. Assailli par les difficultés financières, fâché avec nombre de ses anciens camarades, souvent amer, il meurt pauvre et largement oublié en 1864.

3La biographie écrite par Turner est d’abord politique. L’auteur s’attache à démêler l’écheveau des idées de Bronterre. Etait-il socialiste ? Etait-il révolutionnaire ? Plusieurs dimensions de sa pensée sont abordées. Son inspiration jacobine pourra intéresser le lectorat français : au début des années 1830, O’Brien se rend à plusieurs reprises à Paris. Il s’intéresse de près à la révolution de 1830 et rencontre Buonarroti, alors porteur de l’héritage de la Conjuration des Egaux. O’Brien traduit en anglais l’histoire de la Conspiration de Babeuf. Il entretient ensuite à Londres le culte de Robespierre, par la rédaction d’une biographie mais aussi par la célébration de l’anniversaire de l’Incorruptible, à une époque où celui-ci incarne outre-Manche la figure repoussante de la Terreur. Les États-Unis, qui apparaissent à certains égards comme plus démocratiques que la Grande-Bretagne, et l’Irlande, dont il est originaire mais où il s’oppose à O’Connell et aux catholiques, figurent également au centre de nombreux textes de Bronterre. Après sa mort, plusieurs acteurs des mouvements démocratiques britanniques et de l’Association internationale des travailleurs se revendiquent de sa pensée, régulièrement discutée comme celle d’un socialiste non-utopiste. La première histoire du chartisme paraît en 1854 sous la plume d’un de ses partisans. Un des plus connus est le libre-penseur et promoteur de la contraception Charles Bradlaugh (1833-1891), premier athée revendiqué à avoir pu siéger à Westminster, à partir de 1886.

4Rigoureusement documentée, en dialogue constant avec les autres travaux historiques, la biographie de Michael Turner enrichit nos connaissances non seulement sur la vie de Bronterre O’Brien mais aussi sur des pratiques politiques liées à une période charnière. Il dirige plusieurs journaux, à une époque où la presse et les imprimés connaissent une diffusion inédite et jouent un rôle essentiel. Les orateurs itinérants enchainent des dizaines de réunions en quelques semaines, utilisant, pour se déplacer de ville en ville, un réseau ferroviaire en gestation. Les réunions publiques, souvent en plein air, permettent aux exclus du système politique d’asseoir la confiance dans leurs propres forces. Et des pétitions de masse concentrent les efforts de dizaines de milliers de militants pour la cause ouvrière et la démocratie. Portée par ce mouvement radical et chartiste, la vie militante de « Bronterre » est aussi marquée par ses divisions, ses échecs et ses déconvenues.

Haut de page

Notes

1  La précédente était celle d’Alfred Plummer, Bronterre: A Political Biography of Bronterre O’Brien, 1804-1864, Toronto, 1971.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Bensimon, « Michael J. TURNER, Radicalism and Reputation. The Career of Bronterre O’Brien », Revue d'histoire du XIXe siècle, 55 | 2017, 223-225.

Référence électronique

Fabrice Bensimon, « Michael J. TURNER, Radicalism and Reputation. The Career of Bronterre O’Brien », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 55 | 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5363

Haut de page

Auteur

Fabrice Bensimon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page