Navigation – Plan du site
Dossier

Savoirs et colonisation en Inde : réflexions historiographiques autour des savoirs antiquaires

Knowledge and colonization in India: historiographical reflections based on the case of antiquarian knowledge
Wissen und Kolonisierung in Indien: Historiographische Überlegungen zu antiquarischem Wissen
Anne-Julie Etter
p. 33-51

Résumés

Cet article porte sur les conditions de production, de diffusion et de mise en valeur des savoirs antiquaires en Inde entre la fin du XVIIIe siècle et le milieu du XIXe siècle, période qui correspond au premier siècle colonial. Les savoirs antiquaires, qui désignent les savoirs liés aux vestiges textuels et matériels du passé que sont les antiquités, sont examinés au regard de l’historiographie indianiste des savoirs coloniaux, et plus particulièrement des travaux de Bernard Cohn, dont une lecture critique est proposée. Après avoir dressé un état des lieux historiographique, l’article analyse la façon dont la contribution des Indiens à l’élaboration des savoirs antiquaires a été minimisée, voire effacée, à la faveur de la domination coloniale et des stratégies savantes des administrateurs britanniques. Il présente également des outils pour étudier les différentes ramifications entre ces savoirs et le fonctionnement de l’administration coloniale.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Entre domination et collaboration : l’historiographie des savoirs coloniaux en Inde
Les dynamiques savantes à l’aune des sources
Antiquités, administration coloniale et pouvoir : un faisceau de relations

Aperçu du début du texte

Au cours du premier siècle colonial (1757‑1858), appelé Company Raj, les possessions britanniques en Inde sont administrées par l’East India Company (EIC). Au fur et à mesure de ses conquêtes territoriales, cette compagnie étoffe son personnel en Inde, même si le nombre d’administrateurs britanniques – percepteurs d’impôts, militaires, juges, ingénieurs et autres médecins – est toujours demeuré faible au regard de la superficie et de la démographie des territoires qu’elle contrôle. Certains d’entre eux, en parallèle de leurs obligations professionnelles, mènent des recherches sur la littérature, les sciences, les religions, l’histoire et la géographie de l’Inde. Les Asiatic Researches, revue publiée par l’Asiatic Society, créée à Calcutta en 1784 sur le modèle de la Royal Society londonienne, reflètent la variété et l’ampleur de leurs travaux. Les antiquités constituent un de leurs sujets de prédilection, bien qu’il soit quelque peu artificiel de les séparer d’autres domaines de rec...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Julie Etter, « Savoirs et colonisation en Inde : réflexions historiographiques autour des savoirs antiquaires », Revue d'histoire du XIXe siècle, 56 | 2018, 33-51.

Référence électronique

Anne-Julie Etter, « Savoirs et colonisation en Inde : réflexions historiographiques autour des savoirs antiquaires », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 56 | 2018, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5445 ; DOI : 10.4000/rh19.5445

Haut de page

Auteur

Anne-Julie Etter

Anne-Julie Etter est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Cergy-Pontoise

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page