Navigation – Plan du site
Dossier

L’Inde coloniale en mouvement. Les régimes circulatoires des classes laborieuses en Asie du sud au XIXe siècle

Colonial India on the Move: the Circulatory Regimes of the Labouring Classes in 19th century South Asia
Das koloniale Indien in Bewegung. Zirkulation der Arbeiterklasse in Südasien im 19. Jahrhundert
Camille Buat
p. 53-66

Résumés

La colonisation de l’Inde par les Britanniques a-t-elle été l’occasion de la mise en mouvement d’une société indienne traditionnellement statique ou a-t-elle conduit à la sédentarisation d’un sous-continent de tout temps mobile ? Cet article propose, à travers la présentation de certains ouvrages choisis, de retracer les interprétations historiques contrastées de l’évolution des pratiques circulatoires des classes laborieuses indiennes tout au long du XIXe siècle. L’intérêt porté aux processus d’urbanisation et d’industrialisation associés à la période coloniale a longtemps conduit à privilégier l’étude des migrations reliant les principaux centres d’activité de l’Inde britannique (industries, mines, plantations) à leurs différentes zones de recrutement. Plus récemment, certains historiens ont cherché à rendre compte de l’ampleur et de la diversité des pratiques circulatoires des classes laborieuses ainsi que de leurs multiples généalogies. Démontrant les conséquences souvent contradictoires de l’emprise coloniale, ces études permettent de dépasser l’idée d’une simple transition d’un modèle à l’autre – d’une société précoloniale traditionnelle et statique vers une société coloniale moderne et mobile – en insistant sur l’imbrication des structures, des espaces et des pratiques à travers le temps.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Les circulations villageoises : migration, subsistance et mobilité sociale
Migration et industrialisation : l’« ouvrier paysan », un dilemme historiographique
La circulation comme objet d’étude : penser l’imbrication des réseaux et des espaces

Aperçu du début du texte

La question de l’impact de la colonisation sur les structures politiques, économiques et sociales de l’Inde constitue, depuis longtemps, un champ d’étude particulièrement fertile et riche en controverses. Le rôle de l’emprise coloniale dans la reconstitution des pratiques circulatoires, et en particulier des formes de mobilité des classes laborieuses, a notamment fait l’objet de traitements radicalement différents de la part des historiens. Les changements relatifs à la nature et à la géographie de ces mouvements, ainsi qu’aux structures – régulatrices et matérielles – qui les encadraient constituent des points de contention durables. Différentes interprétations ont été proposées, fondées sur des visions divergentes, voire irréconciliables, de la société indienne précoloniale, conduisant à des évaluations tout aussi variées des changements suscités par la période de domination coloniale.

L’Inde « traditionnelle » a souvent été décrite comme une société statique, ancrée dans ses villa...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Camille Buat, « L’Inde coloniale en mouvement. Les régimes circulatoires des classes laborieuses en Asie du sud au XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle, 56 | 2018, 53-66.

Référence électronique

Camille Buat, « L’Inde coloniale en mouvement. Les régimes circulatoires des classes laborieuses en Asie du sud au XIXe siècle », Revue d'histoire du XIXe siècle [En ligne], 56 | 2018, mis en ligne le 15 octobre 2020, consulté le 16 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/rh19/5457 ; DOI : 10.4000/rh19.5457

Haut de page

Auteur

Camille Buat

Camille Buat est doctorante au Centre d’Histoire de Sciences Po Paris et au Center for Modern Indian Studies de l’Université de Göttingen

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page